Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines de Lyon

 | 
Christian Goudineau

Chapitre 3. Les fossés du plateau de la Sarra

Bernard Mandy, Catherine Godard, Gérard Sandoz, Sophie Krausz, Martine Genin, Philippe Thirion, Maurice Picon et Michèle Monin

Texte intégral

1Sur la question si débattue des origines de Lugdunum, les traces de fossés récemment mises au en deux du de la Sarra - sur jour points plateau les terrains de l’ensemble immobilier du Colisée et sur ceux du nouveau réservoir d’eau de la rue Le Châtelier - (fig. 2 n° 2-3) constituent la seule donnée archéologique nouvelle qui soit apparue depuis longtemps. Il convient d’aborder leur étude avec d’autant plus de prudence et de circonspection qu’elles représentent les premières traces tangibles d’une occupation du site de Lyon immédiatement antérieure à l’agglomération, c’est-à-dire dans un contexte du second âge du Fer (La Tène). L’occupation d’époque gauloise qui aurait été décelée dans un sondage exécuté à l’ouest du théâtre (Chauffin 1972) n’a en effet pas le moindre fondement. Un récent article (Desbat 1981) a démontré toute l’inconsistance de cette datation, ce qui n’a pas empêché l’un des tenants de cette thèse de la présenter de nouveau (Audin 1985) sans examiner les objections qui lui étaient opposées.

2Les deux sites seront présentés successivement, la première et la plus large part étant réservée aux fossés du Verbe-Incarné, car celui de la rue Le Châtelier, très perturbé par les constructions postérieures, n’a fait l’objet que d’une étude restreinte.

3Les implications historiques de ces deux découvertes sont telles qu’il m’a paru utile de multiplier les points de vues pour présenter le dossier dans tous ses détails. Ainsi, chacun des intervenants décrira l’analyse souvent minutieuse qu’il a engagée sur tel aspect particulier en s’efforçant de préciser les apports de sa contribution à l’explication générale. Cette manière de procéder enlève certes un peu d’unité au propos, elle présente en revanche l’indéniable intérêt de mettre en relief toutes les nuances que ces différents points de vue peuvent apporter à une interprétation d’ensemble nécessairement réductrice où je m’efforcerai toutefois de dégager les éléments sûrs et concordants des points peut-être plus discutables. J’espère ainsi avoir réuni les conditions pour que la réflexion puisse continuer à s’élaborer dans le futur sur la signification historique de ces tronçons de fossés.
B.M.

Les fossés du Verbe-Incarné

4Il convient tout d’abord de préciser le contexte de cette découverte sans toutefois s’étendre longuement sur un sujet déjà abordé à plusieurs reprises (Lasfargues 1980 ; 1982. Mandy 1983 ; 1984. Desbat, à paraître). Je me bornerai donc à rappeler qu’il s’agit d’une opération de sauvetage programmé engagée depuis 1979 dans une propriété appartenant à la congrégation religieuse du Verbe-Incarné. Ce clos situé à l’angle des rues P.-M. Jaricot et R. Radisson occupe près de quatre hectares à l’endroit où une dépression naturelle, le vallon de la Chana, sépare le plateau de la Sarra de l’éperon de Fourvière proprement dit (Fig. 3 n° 2, fig. 15). Outre l’aménagement fossoyé dont il est question ici, l’un des acquis majeurs de l’opération est constitué par la mise en évidence d’un habitat de type urbain dense et structuré à l’intérieur d’un maillage préétabli dont la date de mise en œuvre se situe entre 43 et 30 avant J.-C. ; cette fourchette, qu’on ne peut à l’heure actuelle réduire, a une certaine importance pour la suite.

15-Plateau de la Sarra : plan de situation des fossés

15-Plateau de la Sarra : plan de situation des fossés

5Après une description morphologique détaillée des structures et de la stratigraphie, l’analyse des ossements animaux et humains ouvrira l’étude du mobilier, immédiatement suivie par celle des amphores et de leurs opercules. La primauté qui est donnée à ces deux ensembles de matériel, généralement considérés comme secondaires, peut surprendre. Si on avait en effet respecté l’ordre conventionnel de présentation, l’analyse aurait débuté par les céramiques domestiques et le métal qui fournissent habituellement l’essentiel des éléments de datation. Mais la position stratigraphique des fossés les situant indubitablement dans un contexte antérieur à la fondation, c’est-à-dire à la période laténienne, le problème de datation se situe, dans le cas présent, à un autre niveau, et il sera discuté en son temps. En revanche, les caractéristiques du gisement et les proportions dans lesquelles amphores et ossements ont été trouvés, confèrent à ces deux ensembles un rôle éminent dans l’interprétation des structures et de leur fonction qu’il était indispensable de mettre en exergue. L’inventaire raisonné du reste du matériel conduira enfin tout naturellement à tenter de préciser la date de l’événement avant de chercher à en comprendre la signification et la portée historique.

6Pour terminer, je tiens à évoquer ceux qui furent à l’origine de cette découverte. A Agnan Kroichvili revient le mérite d’avoir le premier repéré puis de n’avoir pas cessé d’attirer l’attention sur des traces ponctuelles et régulières qui se sont avérées par la suite correspondre au fossé amont. Peu après, Grégoire Ayala et Denis Bancillon se sont relayés pour prouver l’existence du fossé aval. Dans les deux cas, je n’ai pas cru sur l’instant à leur découverte ; sans leur acharnement à tous trois, qui sait si nous aurions la documentation sur laquelle nous travaillons aujourd’hui ? A travers eux, il s’agit d’associer également à ce travail tous les bénévoles, étudiants et vacataires qui ne sont pas là pour faire état de leur participation mais sans lesquels ces fossés n’auraient jamais revu le jour.
B.M.

Description morphologique des fossés

7Les vestiges de fossés n’ont été repérés que sur le versant du vallon, dans la moitié orientale de la propriété (fig. 16). L’absence de découverte similaire dans la partie occidentale s’explique moins par la position du terrain en rebord de plateau que par l’ampleur des terrassements qu’il a subis aux époques postérieures.

16-Situation des fossés dans le clos du Verbe-Incarné

16-Situation des fossés dans le clos du Verbe-Incarné

(le grisé indique l’urbanisme antique)

8Le substrat géologique dans lequel les fossés ont été creusés se compose de loess de couleur jaune dont la partie supérieure (lehm) forme une couche de teinte ocre d’épaisseur variable. Ce lehm résulte d’une altération due à la proximité d’un paléosol. On peut regrouper les divers tronçons de fossés découverts en deux ouvrages organisés selon une orientation qui diverge d’environ 45° par rapport à la trame urbaine gallo-romaine. Distants l’un de l’autre de 26 m, ces deux ouvrages sont parallèles à 2° près et sont perpendiculaires à la plus forte pente du terrain. Cette pente est-ouest de près de 14 % a pu être reconstituée pour l’époque antique en considérant tout les points connus marquant l’interface entre le loess et le lehm et en partant de l’hypothèse que cette couche de lehm avait une épaisseur constante.

L’ouvrage amont

9Repéré dès 1981 et reconnu sur près de 60 m de longueur, il a été fouillé en 6 points de son parcours. Son axe rectiligne est incliné de 13° vers l’est et a une pente moyenne sud-nord de 4,5 %.

10Le tronçon le plus méridional présente une interruption nette (fig. 17). Le caractère volontaire de cette extrémité ne fait aucun doute étant donné sa régularité et le soin apporté à sa réalisation. Cette interruption a été constatée sur plus de 4 m mais sa limite n’a pu être repérée. La distance est trop courte pour conclure à un arrêt définitif du fossé. La fréquentation de l’endroit attestée par la présence d’une épaisse couche de phosphates minéraux sur le bord amont du fossé évoque plutôt un accès.

17-Verbe-Incarné : extrémité sud du fossé amont

17-Verbe-Incarné : extrémité sud du fossé amont

11Le profil du fossé est complet dans le tronçon le mieux conservé, comme le suggère la présence d’une couche de formation naturelle scellant le comblement. Il forme un « V » large de 2,3 m pour une profondeur de 1,5 m. Les parois lisses et très régulières ne présentent aucune trace d’outil ni de ravinement. Elles se rejoignent en une étroite rigole centrale de 10 à 15 cm de largeur, au fond de laquelle se détachent des négatifs de piquets qui, sur la longueur du tronçon, sont espacés de 25 à 30 cm. Ce profil aigu et très régulier caractérise tous les tronçons repérés.

12Le matériau de comblement consiste en un mélange de lehm et de loess. Bien qu’il n’y ait pas à proprement parler stratification du remplissage, on remarque toutefois l’existence de lits d’épandage de teintes légèrement différentes dont l’inclinaison vers l’aval suggère un comblement depuis le bord amont (fig. 18). On ne constate ni classement granulométrique des éléments, ni trace de dépôt colluvionné. Les macro-éléments - galets dont certains sont rubéfiés et mobilier archéologique - sont en nombre restreint et ne présentent aucune orientation particulière. Une couche limoneuse colluvionnée recouvre ce remplissage. Elle contient de nombreuses empreintes végétales entrecroisées et suit la pente naturelle du terrain. Présente à l’extrémité nord du fossé, elle se situe directement sous les couches d’installation de la première phase d’urbanisation ; elle fait donc la transition avec le premier état connu de l’habitat.

18-Verbe-Incarné : coupe stratigraphique du fossé amont

18-Verbe-Incarné : coupe stratigraphique du fossé amont

13Trois points se dégagent de ces observations :

  • l’absence de signe d’érosion sur les parois et de toute trace de sédimentation sur le fond laisse présumer que le fossé n’est pas resté longtemps en usage ;

  • les caractéristiques du comblement indiquent que ce fossé a été rebouché de main d’homme, probablement avec ses propres déblais ;

  • l’existence, immédiatement au-dessus du comblement, d’une série de dépôts limoneux d’origine naturelle est le témoin incontestable d’une période d’abandon.

L’ouvrage aval

14Ce deuxième fossé, identifié en 1983, est maintenant connu sur plus de 70 m. La moitié nord a donné lieu à une fouille sommaire s’articulant avec celle de l’habitat gallo-romain (1983-84). La moitié sud, mieux conservée, a fait l’objet d’une étude plus approfondie (1985-86). Pour mieux appréhender la dispersion des objets et saisir les conditions de leur rejet ainsi que le processus de comblement, la fouille s’est organisée dans la partie sud suivant un découpage théorique du fossé en segments transversaux de 1 m sur 3 m (fig. 19). Cette méthode offrait l’avantage de multiplier les plans de coupe afin d’étudier les variations de la stratigraphie tout au long du fossé. Elle permettait en outre de procéder beaucoup plus vite que le classique repérage en trois dimen sions, tout en garantissant une image suffisamment précise de la dispersion horizontale et verticale du mobilier.

19-Verbe-Incarné : plan partiel du fossé aval (l/200e) et détail des segments 1 à 15 (l/100e)

19-Verbe-Incarné : plan partiel du fossé aval (l/200e) et détail des segments 1 à 15 (l/100e)

(Le grisé représente les fosses postérieures et les points, les trous de piquets)

15Deux portions de fossés composent cet ouvrage aval : la branche principale suit un axe orienté à 15° vers l’est et une pente moyenne de 5 % ; elle est donc quasiment parallèle au fossé amont. Sa partie sud se poursuit à angle droit vers l’aval. Cette dernière partie n’a été suivie que sur quelques mètres en raison des limites de la fouille. Malgré de larges décapages des abords en amont et en aval pour rechercher d’éventuelles structures associées, aucune trace n’en a été repérée, hormis quelques trous de piquets apparemment inorganisés, sur le bord ouest à la hauteur des segments 28 à 32.

16L’étude du tronçon méridional montre une grande homogénéité des deux parties du fossé principal (tronçon est-ouest et retour aval) : ils sont de taille identique (2,3 m de largeur pour 1,1m de profondeur) ; ils possèdent le même profil en « U » dont le fond plat varie de 0,5 à 0,7 m de largeur. Les parois sont irrégulières et bosselées ; elles comportent par endroits des traces sinueuses plus ou moins verticales évoquant plutôt des petites ravines que des traces d’outils.

17Par ailleurs, sur l’angle du fossé principal se greffe un autre fossé linéaire d’axe est-ouest. Ce prolongement sud présente un profil en « V » de faibles dimensions (1,3 m X 0,6 m) qui contraste avec le précédent (fig. 20). Comme dans l’ouvrage amont, une rigole médiane, variant de 15 à 30 cm de largeur, de profil semi-circulaire, occupe le fond de ces fossés. Son tracé, continu dans toute la moitié nord, s’interrompt sur 1 m dans le segment 4 puis à nouveau dans les segments 15 à 39. Un grand nombre de négatifs de piquets garnissait l’intérieur de cette rigole alors qu’ils étaient absents dans les secteurs dépourvus de celle-ci, excepté dans l’embranchement aval.

20-Verbe-Incarné : coupes stratigraphiques comparées des trois branches du fossé aval

20-Verbe-Incarné : coupes stratigraphiques comparées des trois branches du fossé aval
  • 1 Les analyses sédimentologiques et de la microfaune ont été réalisées par M. Dubar, CRA - C.N.R.S., (...)

18Le remblaiement du prolongement sud, constitué d’un matériau homogène, est manifestement antérieur à celui des deux branches principales. La stratigraphie de ces dernières, plus complexe que celle du fossé amont, a fait l’objet d’une étude minutieuse et d’analyses de laboratoires1. Elle peut se résumer en 7 couches significatives dont la plupart se rencontrent sur toute la longueur fouillée ; de bas en haut :

  • couche 1 : terre brune, homogène et sans mobilier, comblant la rigole ; son aspect tassé et l’absence de dépôt colluvionné suggèrent peut-être un comblement volontaire destiné à caler des piquets, bien que la trace de ces derniers n’y ait pas été retrouvée ;

  • couche 2 : mince pellicule de terre jaune de granulométrie très fine et sans mobilier ; elle tapisse le fond proprement dit du fossé et correspond peut-être à un dépôt naturel ;

  • couche 3 : série de strates, difficilement séparables à la fouille, où alternent de fines pellicules de cendres avec une terre charbonneuse meuble, contenant de nombreux ossements fragmentés dont beaucoup présentent des traces de calcination ; cette couche qui comporte également de nombreux restes de soles de foyers, des tessons brûlés et des galets rubéfiés résulte sans doute de vidanges de foyers ; sa position sur le bord oriental du fossé montre clairement qu’elle a été déversée depuis l’aval ;

  • couche 4 : d’épaisseur variable (10 à 40 cm) et située sur la paroi occidentale du fossé, elle est composée d’une terre brune mêlée à des nodules de loess ;

  • couche 5 : dépôt abondant de fragments d’amphores et d’ossements dont la densité maximum se situe dans les segments 15 à 39 ; là encore, la disposition du matériel suggère un déversement depuis l’aval (fig. 20 coupe A-B) ;

  • couche 6 : dépôt de nature très proche du lehm environnant, de couleur ocre clair contenant amphores, ossements et nombreux galets ; cette couche constitue l’essentiel du remplissage du fossé et son origine anthropique ne fait aucun doute ;

  • couche 7 : préservée uniquement à l’extrémité méridionale, elle scelle le comblement proprement dit des fossés ; elle est formée de fines strates colluvionnées qui suivent la pente naturelle du terrain ; elle contient de nombreuses traces de végétaux et des petits galets.

19Au vu de cette stratigraphie, le comblement de ces fossés pourrait donc s’organiser en trois grandes étapes.

  • Aménagement (couches 1 et 2) : la couche 1, tassée et limitée à la rigole serait liée à l’installation de piquets dont la trace a été retrouvée dans le substrat ; la couche 2 est soit d’origine naturelle soit plus probablement consécutive à un piétinement du fond lors de l’installation des piquets ; la disparition des négatifs de ces piquets dans cette couche pourrait s’expliquer par leur récupération systématique lors de l’abandon.

    • 2 Sur 5 vases considérés, 4 recollent entre les couches 5 et 6 et un seul entre les couches 3 et 5 ; (...)

    Comblement de l’ouvrage : la couche 6 constitue le comblement terminal des fossés qui condamne leur utilisation ; il est fort probable que les couches 4 (très limitée) et 5 (de nature très proche de la couche 6) correspondent à différentes étapes de ce comblement ; en effet, l’étude de la dispersion verticale des fragments de céramique montre une affinité certaine entre les couches 5 et 62 ; pour la couche 3, la présence ponctuelle de fines strates colluvionnées s’intercalant avec les cendres et la nature même de cette couche (vidanges de foyers) pourraient suggérer qu’il s’agit de traces contemporaines de l’utilisation des fossés ; mais le caractère omniprésent de cette couche sur l’ensemble de l’ouvrage aval plaide plutôt en faveur d’un programme général de comblement que d’une série de dépôts sporadiques.

  • Abandon des lieux après le comblement des fossés : la couche 7, d’origine naturelle, provient sans doute d’un lessivage du sol après comblement du fossé ; l’existence de nombreuses traces végétales confirme l’état d’abandon du terrain, voire une désertion à cette période ; un autre indice le suggère : la présence d’une couche identique sur le comblement du fossé amont. Cette couche est antérieure au premier état reconnu de l’habitat qui représente lui-même la plus ancienne occupation urbaine attestée à Lyon ; comme la couche 7, ce premier état suit la pente naturelle du terrain (14 %), ce qui est pourtant peu compatible avec l’installation d’un habitat. Mais bien que l’hypothèse d’un abandon des lieux soit prépondérante, rien ne permet d’éliminer complètement la possibilité que cette couche 7 constitue les traces d’une toute première occupation du site ; elle serait, dans ce cas, de faible densité et ses aménagements, nécessairement en matériaux légers, n’auraient alors que peu modifié la pente du terrain.

20Bien qu’effectuée sur un échantillon très ponctuel localisé uniquement sur la paroi orientale du fossé (les couches 1 à 5 sont donc exclues), l’analyse sédimentologique vient à l’appui de ces données stratigraphiques : elle indique que la limite entre le substrat loessique et le comblement ne présentait aucun phénomène de ravinement ou de compactage ; en outre, l’examen du matériau de comblement atteste qu’il provient de l’environnement immédiat et surtout qu’aucune stratification naturelle n’existe dans le remplissage : le colmatage du fossé a donc forcément suivi de peu son creusement.

21Pour tenter de préciser l’environnement paysager des fossés, plusieurs types d’analyses ont été tentés.

  • La recherche de pollens dans des échantillons prélevés dans les deux fossés et confiés à deux laboratoires différents, s’est avéré négative, ce qui ne doit pas étonner puisque le loess se prête mal à ce genre d’étude.

  • L’analyse malacologique, c’est-à-dire l’identification de nombreuses coquilles de petits escargots a, en revanche, permis d’isoler deux espèces contemporaines des fossés. Toutes deux fréquentent exclusivement les milieux steppiques et les jachères, alors que les espèces caractéristiques des couverts forestiers sont ici absentes. Cette constatation laisse penser que les fossés ont été aménagés sur un terrain peu boisé.

  • Une analyse anthracologique portant sur 87 échantillons a permis de déterminer les essences des arbres dont provenaient les nombreux charbons de bois retrouvés dans les vidanges de foyer :

    • fusain : 1

    • sapin : 3

    • hêtre : 27

    • sorbier : 1

    • saule : 4

    • chêne : 51

22Cette répartition n’est pas forcément représentative du point de vue quantitatif, des bosquets environnants. L’interprétation de cette composition doit en effet tenir compte du choix effectué par les équipes chargées de la corvée de bois et de leur rayon d’action.

23En résumé, soulignons les points les plus marquants de cette étude sur les deux ensembles de fossés du site du Verbe-Incarné.

24Les vestiges découverts se limitent à deux séries de fossés dont les relations n’ont pu être établies avec certitude.

25Aucun talus n’a été mis en évidence, ce qui pourrait s’expliquer aisément par l’arasement important qu’ont subi les structures aux époques postérieures. L’absence de trace de palissade n’est pas plus significative si on considère qu’elle pouvait être établie dans le talus.

26Les fossés ne sont restés ouverts que peu de temps. Leur comblement a été effectué de main d’homme, en plusieurs étapes qui se sont succédé rapidement. Après l’abandon volontaire de la structure, le site paraît avoir été déserté au moins partiellement jusqu’à l’urbanisation du secteur.
G.S.

Le matériel des fossés

27Le fossé amont n’a livré qu’un mobilier extrêmement réduit qui ne peut faire l’objet d’une étude précise ; nous nous bornerons donc à rappeler ici pour mémoire la composition de ce lot recueilli dans les 18 mètres effectivement fouillés :

  • 38 fragments d’ossements animaux ;

  • 17 tessons d’amphores vinaires italiques ;

  • 52 tessons de céramiques communes dont une lèvre (forme non identifiable) ;

  • 2 fragments de fer dont un anneau.

28Du fait de son caractère restreint, cet ensemble permet simplement de remarquer qu’il ne présente aucune différence notable avec le mobilier du fossé aval surtout si l’on excepte le secteur où a été découvert un amas d’amphores et d’ossements.

29Seul le fossé aval a livré du mobilier en quantité suffisante pour être étudié. Ce lot présente une composition tout à fait singulière puisqu’il est constitué à 96,5 % d’amphores et d’ossements animaux (fig. 21). Ce fait pose d’emblée le problème de l’interprétation d’un tel ensemble dont la seule abondance tranche nettement avec le remplissage du fossé amont. Les lignes qui suivent sont consacrées à l’analyse des différentes catégories de mobilier livrées par le fossé aval.
B.M.

21-Verbe-Incarné : histogramme du mobilier du fossé aval

21-Verbe-Incarné : histogramme du mobilier du fossé aval

1. Amphores ; 2. Ossements ; 3. Céramique domestique ;4. Métal ; 5. Divers.

Les ossements animaux

30L’étude menée sur la faune des fossés du Verbe-Incarné s’est limitée au cadre défini par les archéologues. C’est la raison pour laquelle la faune a été traitée de manière globale comme un ensemble homogène et que l’analyse s’est réduite à deux thèmes : la détermination du type de dépôt et du mode de gestion du troupeau d’une part ; la caractérisation du système de découpe des porcs d’autre part.

Identification de la faune

  • 3 L’ensemble des données biométriques non publiées dans ce volume est disponible auprès de l’auteur.

31Seules les données principales sont présentées et commentées ici, la publication de la totalité des comptages dépassant largement le cadre de la présente étude3.

32Nombre total de restes : 9331
Nombre de pièces identifiées : 6376

3368 % des restes ont donc pu être identifiés, ce qui constitue un excellent résultat, dû au très bon état de conservation des ossements, constellés de concrétions calcaires qui ont parfois permis de conserver des connexions anatomiques.

Composition de la faune

Composition de la faune

Moutons et chèvres (ovicaprinés) n’ont pas été différenciés, cette disctinction n’étant pas possible ici.

34La lecture du tableau ci-dessus illustrant la composition de la faune indique la très nette prédominance du porc, tant en nombre minimal d’individus (NMI) qu’en nombre de restes (NRE). Sur les sites d’habitat de la fin du second âge du Fer en Gaule, le porc est toujours majoritaire dans la consommation puisqu’il représente en général de 30 à 50 % des espèces consommées. Dans le fossé du Verbe-Incarné, il représente 85 % du nombre total d’animaux et les 15 % restant regroupent 8 espèces différentes, sans compter l’avifaune dont la détermination reste à faire (fig. 22). En nombre de restes, le porc est en proportion encore plus importante (95 %). Cet écart entre les deux pourcentages s’explique par le fait que le NMI est une estimation qui s’opère sur une sélection des pièces anatomiques : le comptage porte sur la partie la mieux représentée de l’os le mieux représenté (méthode du NMI de fréquence), alors que le NRE s’effectue par simple addition sans sélection. De plus, sur l’ensemble des pièces comptées pour établir le NRE, certaines parties du squelette (vertèbres, côtes, phalanges...) ne sont pas prises en compte pour le NMI car elles sont difficiles à individualiser. Au Verbe-Incarné, l’écart entre les deux chiffres (NRE et NMI) reste très faible ; l’image donnée par le NMI doit donc être très proche de la réalité. La représentation du porc dans le fossé du Verbe-Incarné est donc tout à fait exceptionnelle pour la période chronologique concernée puisqu’elle dépasse d’au moins 30 % les chiffres habituellement livrés par les sites d’habitat de la Tène finale.

22-Verbe-Incarné : accumulation d’ossements dans le fossé aval, (segments 6-8, couche 5)

22-Verbe-Incarné : accumulation d’ossements dans le fossé aval, (segments 6-8, couche 5)

35Il est beaucoup plus délicat d’interpréter les données relatives aux autres espèces : les os peu nombreux et le plus souvent très fragmentés ne permettent pas de procéder à une étude détaillée. Ainsi, les trois espèces sauvages identifiées (renard, lapin, cerf) sont trop modestement représentées pour conclure à une activité de chasse.

36On comprendra donc aisément, au regard de ces chiffres, pourquoi seuls le porc et dans une moindre mesure le cheval ont été étudiés.

Le cheval

37Les ossements de chevaux retrouvés pour certains en connexion anatomique (un membre postérieur complet, un axe vertébral, un membre antérieur), proviennent d’éléments de carcasse non consommés (fig. 23). Malgré un examen attentif, aucune trace de découpe n’a été relevée, contrairement aux ossements de la plupart des autres animaux qui, eux, ont été manifestement consommés.

23-Verbe-Incarné : arrière-train de cheval en connexion anatomique. (segments 14-15, couche 5)

23-Verbe-Incarné : arrière-train de cheval en connexion anatomique. (segments 14-15, couche 5)

38Etant donné la faiblesse de l’échantillon, seule une étude biométrique était réalisable. Deux hauteurs au garrot ont été estimées, à partir d’un métacarpe et d’un humérus (coefficient de Kieswalter 1888). Les hauteurs obtenues sont 135 et 139 cm (moyenne : 137 cm).

39Il est intéressant de comparer ces dimensions à celles connues sur d’autres sites de la Tène finale :

Levroux (36) 126 cm (Krausz 1985)
Beauvais (60) 127 cm (Méniel 1984)
Breisach-am-Rhein (RFA) 120 cm (Boessneck 1978)
Manching (RFA) 124 cm (Boessneck 1971)

40On constate que les chevaux du Verbe-Incarné sont très grands par rapport aux chevaux connus par ailleurs à la même époque et dont la taille est très homogène. Ils s’apparenteraient davantage à un individu d’époque augustéenne, plus grand que les chevaux de la Tène, connu sur l’oppidum de la colline des Tours à Levroux et qui mesure 133 cm au garrot (Krausz 1985).

41Il est possible qu’il s’agisse au Verbe-Incarné d’une race locale plus grande que celles connues jusqu’ici en France non méditerranéenne. On peut aussi évoquer l’hypothèse de chevaux d’origine romaine que l’on sait plus grands. Mais cette question mérite réflexion et précisions, tant au plan chronologique que régional.

Le porc

Étude biométrique

42Ce type d’étude nécessitant des os entiers, elle n’a été possible que sur un échantillon limité. La mesure de 12 pièces anatomiques (métacarpes et métatarses III et IV), a permis d’estimer 12 hauteurs au garrot ; celles-ci varient de 68 à 80 cm, (moyenne 72,5 cm). Si on compare ce chiffre à celui des hauteurs au garrot des porcs de sites contemporains (cf. tableau ci-dessous), on constate que la taille des individus du Verbe-Incarné s’inscrit parfaitement dans la moyenne européenne.

43Levroux (36) 73,5 cm (Krausz 1985)
Variscourt (02) 70 cm (Méniel 1984)
Villeneuve-St.-Germain (02) 72 cm (Classen 1977)
Manching (RFA) 70 cm (Boessneck 1971)

Répartition des pièces anatomiques

44Les pièces du squelette, à l’exclusion des côtes et des vertèbres autres que l’atlas, sont regroupées dans le tableau suivant :

Répartition des pièces anatomiques du porc

Répartition des pièces anatomiques du porc

45Toutes les pièces du squelette sont donc représentées dans le fossé. De plus, elles se répartissent de façon très homogène (entre 4 et 8 %). Les pièces minoritaires (1 et 2 %) sont les plus fragiles ou de petites dimensions comme la fibula (péroné), la patella (rotule), les os du tarse et du carpe et le talus (astragale).

46Cet équilibre dans la représentation des différentes parties du porc suggère un rejet simultané des parties consommées (os longs) et des parties non consommées (vertèbres, dentures, bas de pattes, retrouvées en connexion anatomique) et indique que ces rejets émanent aussi bien de l’activité de boucherie que de la consommation alimentaire. Cette observation conduit à penser que ce lot de porcs a été abattu, découpé et consommé sur place.

Détermination des âges et des sexes

47L’analyse des âges d’abattage et la détermination des sexes apportent un certain nombre d’éléments complémentaires sur la gestion du troupeau.

Les âges

Répartition par classe d’âge (les chiffres sont en %)

Répartition par classe d’âge (les chiffres sont en %)

48L’âge d’abattage des porcs a été estimé en fonction de l’état de la denture et des extrémités des os longs. Les deux méthodes menées conjointement livrent des résultats similaires et complémentaires. L’étude des dents présente cependant l’avantage de distinguer des classes d’âges plus nombreuses et par conséquent plus précises. Toutefois, ces estimations restent très limitées du fait de l’absence de séries dentaires complètes (molaires et prémolaires), les mandibules et maxillaires étant souvent brisés. Cette étude permet aussi, contrairement à celle des os longs, de découvrir les animaux les plus âgés. En effet, les soudures des épiphyses à la diaphyse se produisent tôt, ce qui oblige à regrouper dans une classe unique d’adultes, des animaux plus ou moins vieux.

49Quelle que soit la méthode utilisée, on remarque que la majorité des porcs abattus appartient à la classe d’âge 1-2 ans (67 % d’après les dents et 52 % d’après les épiphyses). Ces résultats s’accordent bien avec ce que l’on connaît sur les autres sites de l’âge du Fer où le porc est le plus souvent abattu vers un an et demi, âge auquel les animaux de l’époque sont adultes. Au Verbe-Incarné, cette prédominance des porcs adultes pourrait correspondre à une gestion rationnelle du troupeau.

Les sexes

50La détermination des sexes s’est effectuée à partir de l’examen de 83 canines correspondant à un NMI de 27 individus qui se répartissent de la manière suivante : 19 mâles (70 %) et 8 femelles (30 %).

51Ces chiffres font apparaître une nette prédominance des mâles. Il aurait été intéressant de mettre en relation ces données avec les résultats obtenus sur les âges à partir des dentures ; malheureusement, les canines étaient pour la plupart des dents isolées, ce qui limite les confrontations. Cette corrélation a pu se faire dans 11 cas :

Corrélation des âges et des sexes

Corrélation des âges et des sexes

52Sur ce tableau, les femelles apparaissent paradoxalement majoritaires ; cela tient sans doute aux aléas de l’échantillon. Il n’en ressort pas moins que seules des femelles sont abattues après deux ans et demi. Ce déséquilibre reflète vraisemblablement le système de gestion du troupeau : les mâles sont abattus dès l’âge adulte, tandis qu’une partie des femelles est utilisée pour la reproduction avant d’être abattues à leur tour.

53Cette gestion du troupeau dénote clairement un usage des animaux strictement lié à la boucherie puisqu’il s’agit en majorité de porcs adultes parvenus à l’âge idéal pour être consommés, à l’exception de quelques individus plus âgés qui ont pu être utilisés d’abord pour la reproduction.

Le système de découpe

54La méthode utilisée pour l’analyse du système de découpe des porcs repose sur un relevé de toutes les traces de découpe ou de fracturation, qui sont d’une part répertoriées sur un tableau informatisé, et d’autre part reportées sur le dessin de chaque pièce anatomique. L’utilisation de ces deux modes de traitement dont l’un est statistique et l’autre purement visuel, permet de croiser et de vérifier des observations qui se sont parfaitement superposées (fig. 24).

24 - Verbe-Incarné : schéma de découpe des porcs
(dessin d’après F. Audoin)

24 - Verbe-Incarné : schéma de découpe des porcs(dessin d’après F. Audoin)
Les outils employés

55Deux types d’outils sont utilisés : le couteau et le couperet. Le couteau laisse des traces fines et courtes, précises et sans profondeur. L’usage du couperet correspond dans la plupart des cas à une découpe caractérisée par une section-pression qui s’apparente plutôt à une fracturation : le couperet ne tranche pas l’os intégralement, mais le coup se poursuit par une pression manuelle qui fend l’os à la suite de l’entaille initiale, en formant un stigmate très net. En revanche, la scie n’est pas employée, constat habituel sur les sites de l’âge du Fer ; si cet outil est connu, il n’est utilisé à cette époque que pour l’artisanat de l’os, pour la. tabletterie par exemple, et son usage pour la boucherie n’est attesté qu’à l’époque romaine.

Découpe de la tête et du corps

56La mise à mort n’est pas faite par décapitation, mais plus probablement par égorgement, le porc étant ensuite ouvert par le ventre.

57- La tête
Les crânes sont le plus souvent fracassés sans qu’il y ait moyen de savoir s’ils l’ont été dès l’abattage ou lors de l’enfouissement. Quelques crânes sont cependant coupés par le milieu, dans le plan sagittal, ce qui indique certainement le prélèvement de la cervelle.

58La tête est séparée du tronc par une découpe située sur l’atlas (première cervicale). On observe deux types de coups : le premier tranche l’atlas par son milieu dans le sens dorso-ventral, coupe systématiquement oblique par rapport à l’os ; le deuxième type de coup enlève les parties latérales de l’atlas. Ces traces ne correspondent manifestement pas à une mise à mort par décapitation, mais à une simple découpe bouchère visant à séparer la tête de l’axe vertébral.

59- Les mandibules
Elles ne portent aucune trace. La moelle qu’elles contenaient n’a donc pas été récupérée.

60- Les vertèbres
Les vertèbres cervicales sont relativement peu nombreuses ; quatre cas montrent une découpe par le milieu dans le sens dorso-ventral. Les vertèbres thoraciques, plus nombreuses présentent systématiquement le même type de découpe : les apophyses transverses sont tranchées au couperet des deux côtés, quelques vertèbres portant les traces d’une découpe oblique dans le sens cranio-ventral. Cette découpe des apophyses transverses prouve la levée des filets.

61- Les côtes
Leur état de fragmentation rend très difficile la collecte des données. Il semble toutefois que les trains de côtes aient été divisés en deux ou trois tronçons. De fines incisions au couteau sont visibles, en haut, au milieu et plus rarement en bas des pièces. Peu nombreuses à chaque fois et situées presque toujours du côté intérieur de l’animal, elles correspondent peut-être à des traces de consommation.

Découpe des membres antérieurs

62- La scapula (omoplate)
La scapula, qui correspond à une pièce de viande complète, se retrouve le plus souvent entière. De fines traces de couteau sont visibles sur sa face interne (intérieure au corps de l’animal). Ces traces se poursuivent sur la tête de l’humérus qui a été simplement désarticulé.

63- L’humérus
La partie médiane de l’os (diaphyse) est fracturée au milieu ou au tiers inférieur (extrémité distale). Des traces de couteau provoquées par la désarticulation de l’humérus du radio-ulna sont visibles au niveau du coude (face médiane et condyles de l’épiphyse distale). Cette découpe a permis d’obtenir deux pièces de viande

64- Le radio-ulna (radius et cubitus)
Ces deux pièces, soudées du vivant de l’animal et toujours rejetées en connexion anatomique, ont été examinées conjointement. Les traces de découpe se situent surtout à l’intérieur de l’olécrâne de l’ulna et sur un bord latéral du radius. Il y a très peu de cas de fractures dans la partie médiane des deux os, ce qui laisse penser que la pièce de viande a été simplement désossée. Une fracture apparaît en revanche au bas des deux os ; elle résulte de la séparation du bas de la patte (main).

65- La main (cf. infra)

Découpe des membres postérieurs

66- L’os coxal (bassin)
C’est la pièce qui porte le plus grand nombre de traces de découpe. Cet os est fracturé en trois parties suivant les trois segments anatomiques qui le composent : illium, ischium, acetabulum. L’aile de l’illium est coupée systématiquement au niveau de la grande échancrure sciatique. Pour 1’ischium, la coupe s’effectue au niveau de la petite échancrure sciatique. Des traces de couteau sont également visibles sur le pourtour de l’acetabulum. Ces dernières traces indiquent la désarticulation du fémur, dont la tête porte les marques.

67- Le fémur
C’est la seule pièce sur laquelle il existe des traces de brûlure, parfois révélatrices d’un feu intense. Ces traces sont très précisément circonscrites aux deux extrémités de l’os et présentent des limites très nettes puisque, sur l’épiphyse proximale, seuls sont brûlés la tête du fémur, son col et le grand trochanter, et sur l’épiphyse distale, les condyles. Ainsi, la viande qui caractérise notre actuel « jambon » a certainement été grillée, les parties brûlées de l’os correspondant aux extrémités hors viande lors de de la cuisson. Mais aucun fémur n’est entier : ils présentent en général une découpe au milieu de l’os.

68- Le tibia
Pour ce segment il semble que deux types de découpe existent : dans 22 % des cas, le tibia complet et vierge de traces est simplement désossé. Pour le reste, la pièce est partagée par le milieu. Cette coupe s’accompagne de traces de couteau, peu nombreuses toutefois, sur la crête du tibia (face crâniale).

69- La fibula (péroné)
Cette pièce, peu représentée car très fragile, ne comporte aucune trace.

70- La main et le pied
Les bas de pattes (mains et pieds) sont tranchés au couperet de la même manière. Pour la main, on en retrouve la trace à la base du radio-ulna. Pour le pied, la séparation s’effectue au niveau de l’astragale qui porte dans deux cas la trace d’un coup tranchant. Un calcaneum porte également une trace de couperet, deux autres sont fracturés par le milieu.

71Aucune trace n’a été relevée sur les métapodes, ce qui n’est pas signifiant puisque la consommation actuelle des pieds de porcs ne laisse pas de trace sur les os. Cependant, le fait que de nombreux métapodes ont été retrouvés en connexion anatomique laisse supposer qu’au moins une partie des bas de pattes n’a pas été consommée.

72Enfin, il faut noter que de nombreuses phalanges proximales portent fréquemment sur leur face palmaire des incisions fines faites au couteau : elles sont parallèles, toujours perpendiculaires à la pièce. Ces traces sont sans doute à mettre en relation avec le dépeçage.

Conclusion

73Il faut insister tout d’abord sur le fait que l’image donnée par l’étude archéo-zoologique du fossé diffère nettement de celle des sites d’habitat contemporains. On ne retrouve pas ici, en effet, le schéma traditionnel où la faune se partage en général équitablement entre les espèces destinées à la consommation (en occurrence les porcs) et les animaux élevés pour le travail ou l’exploitation de produits divers (boeuf, mouton, chèvre...). La faune recueillie dans les fossés du Verbe-Incarné, représentée à 85 % par du porc, témoigne essentiellement d’une activité de boucherie et d’une consommation sur place.

  • 4 Nous nous devons de citer ici les travaux de F. Audoin sur la faune médiévale du site de La Charité (...)

74En ce qui concerne le problème de la découpe des animaux, il est souvent difficile de différencier les traces, de comprendre leur signification et de retracer la chronologie des opérations4. Par ailleurs, il n’a pas été possible d’établir ici des comparaisons entre le système de découpe des porcs du Verbe-Incarné et celui d’autres sites de l’âge du Fer, faute de documentation sur le sujet. Tout au plus peut-on signaler certaines similitudes dans le système de découpe observé à Settefinestre (en Italie) (Thomas 1985), site chronologiquement proche du Verbe-Incarné pour l’un de ses états.

75A la suite de quelques observations effectuées sur plusieurs sites d’habitat de la fin du second âge du Fer, nous pensions que le schéma de découpe était sensiblement le même partout mais que les gestes restaient aléatoires et sans précision. Cependant, si la technique opératoire observée au Verbe-Incarné est la même que sur ces sites, en revanche, elle diffère par le caractère systématique, précis et fonctionnel des gestes de découpe. Il faut ajouter à cela que pour chaque pièce anatomique, les traces ont toujours la même conformation et se situent toujours au même endroit. Il n’y a pour ainsi dire aucune exception : ceci conduit à formuler l’hypothèse que les porcs ont été découpés par un seul boucher.
S.K.

Les ossements humains

76Les ossements humains découverts dans les fossés du Verbe-Incarné se limitent à un crâne mis au jour au milieu de l’amoncellement d’amphores. Ce crâne reposait, lors de son dégagement, sur la face frontale et était légèrement incliné sur la droite.

77Bien qu’il ait subi quelques détériorations lors de sa découverte, plusieurs observations ont pu être faites :

  • la mandibule était en connexion anatomique ;

  • une vertèbre cervicale - l’atlas - était en connexion anatomique avec le crâne ;

  • la partie antérieure de l’axis était en place, en connexion avec l’atlas.

  • 5 Nous remercions B. Bizot (D.R.A.H. d’Aquitaine) qui s’est chargé de cette analyse.

78Aucune autre partie du squelette n’a été retrouvée ; mais l’analyse anatomo-pathologique a permis de déterminer qu’il s’agit d’un individu de sexe féminin dont l’âge se situe entre 25 et 40 ans5. La présence de deux vertèbres cervicales en connexion anatomique avec le crâne et l’absence du reste du squelette ne peuvent guère s’expliquer que par une décollation, bien que la partie de vertèbre susceptible de porter la trace d’une telle pratique ait été endommagée lors de la fouille. Enfin, le contexte de la découverte exclut tout rite d’inhumation.
B.M.

Les amphores

79L’histogramme du matériel du fossé aval illustre la nette prédominance des amphores (14261 fragments d’amphores pour 788 tessons de céramique domestique) (fig. 21). Le caractère exceptionnel, dans le contexte lyonnais et même régional, d’une telle masse d’amphores vinaires de type Dressel 1 justifiait à lui seul une étude spécifique, dans la mesure où un tel ensemble intéresse à la fois la recherche sur les amphores italiques et l’interprétation du site même d’où elles sont issues (fig. 25).

25- Verbe-Incarné : accumulation d’amphores dans le fossé aval

25- Verbe-Incarné : accumulation d’amphores dans le fossé aval

A. Vue générale ; B. Concentration de lèvres ; C. Concentration d’anses.

80Il convient tout d’abord de noter que le présent travail ne porte que sur les amphores mises au jour durant les trois premières campagnes de fouille du fossé (8720 tessons, soit les deux tiers de l’ensemble), à l’exception des fragments recueillis dans les divers sondages effectués avant la mise en place du carroyage spécifique du fossé. L’abondance même de ce matériel et sa fragmentation ayant interdit de procéder à un recollage systématique, l’étude concerne seulement les fragments de lèvres, qui sont les éléments d’identification les plus significatifs et présentent l’avantage de permettre d’évaluer le nombre minimum de récipients. On a ainsi dénombré 272 lèvres différentes. Elles appartiennent toutes au type Dressel 1 mais offrent une grande diversité de profils englobant nombre des variantes connues pour ce type d’amphore.

81Le comptage des autres éléments caractéristiques, en particulier les fonds qui feront l’objet d’une étude ultérieure, fait apparaître une nette disproportion (96 fonds pour 272 lèvres) qui pose d’emblée le problème du mode de formation de ce dépôt d’amphores. De plus, la fragmentation et la morphologie apparemment disparate du matériel conduisent à s’interroger sur l’homogénéité et le synchronisme du comblement du fossé. Aussi a-t-il semblé nécessaire d’analyser très précisément la répartition de ces amphores dans le fossé.

Les conditions de dépôt

82La méthode de fouille appliquée sur un tronçon de 32 m, lors de la troisième année de fouille en 1985, a permis d’affiner l’interprétation du comblement du fossé. Le travail de recollage entrepris sur les 172 lèvres recueillies dans ce secteur a donné l’occasion d’examiner leur dispersion horizontale.

83On constate tout d’abord que seules 42 lèvres donnent lieu à des collages d’un segment à l’autre de la fouille. Le diagramme de ces collages (fig. 26) montre que la dispersion reste faible puisque seuls les fragments de 3 amphores sont disséminés sur une distance supérieure à 10 m. Les 130 autres lèvres sont soit des tessons isolés, soit plus rarement des cols cassés sur place (6 ex.) ou des cols intacts (21 ex. dont 19 appartenant au groupe de Sestius).

26-Verbe-Incarné : analyse de la dispersion horizontale des fragments de lèvres dans le fossé aval à partir des recollages

26-Verbe-Incarné : analyse de la dispersion horizontale des fragments de lèvres dans le fossé aval à partir des recollages

Abscisse : numéros des fragments ; ordonnée : numéros des segments de fouilles.

84Par ailleurs, la répartition en plan de ces 172 lèvres révèle une forte concentration sur un court tronçon de 5 m de longueur : 75 lèvres (44 %) étaient rassemblées dans les tronçons 20 à 24 et il est intéressant de noter que 49 d’entre elles appartiennent au groupe de Sestius (groupe 3, cf. infra). De plus, la présence d’opercules, dont certains étaient encore en place dans les cols signés Sestius, semble indiquer qu’une partie des amphores a été décolletée sur place ou tout près (fig. 27).

27-Verbe-Incarné : dispersion, selon les groupes de pâtes, des lèvres d’amphores et des opercules dans le fossé aval

27-Verbe-Incarné : dispersion, selon les groupes de pâtes, des lèvres d’amphores et des opercules dans le fossé aval

85Ces premières données militent donc en faveur de l’homogénéité et du synchronisme du comblement, déjà perçus lors de l’analyse de la stratigraphie : elles autorisent à considérer que les amphores ont été jetées toutes à la fois, ou peu s’en faut, et confirment une durée d’utilisation du fossé très limitée dans le temps.

L’analyse physico-chimique des argiles

  • 6 Laboratoire de Céramologie de Lyon, URA 3 du C.N.R.S., 1 rue Raulin, 69007 LYON.

86Les analyses physico-chimiques des argiles6, effectuées sur un échantillon de 50 lèvres choisies de manière aléatoire, pouvaient aider dans un premier temps à compléter ou nuancer cette interprétation. Elles se sont avérées d’un intérêt bien plus grand puisqu’elles ont permis de mettre en évidence 6 groupes de pâtes rassemblant à eux seuls près de 90 % de l’effectif (fig. 28). Ce fait est exceptionnel si on le compare aux résultats généralement obtenus sur les sites d’habitat où les analyses révèlent des origines beaucoup plus nombreuses : ainsi l’analyse de 115 lèvres d’amphores Dressel 1 provenant de l’oppidum de La Lagaste (Aude) révèle la présence d’au moins une quarantaine d’ateliers italiques différents (Hesnard, à paraître).

28-Verbe-Incarné : diagramme de classification par analyse des grappes de 50 lèvres d’amphores du fossé aval

28-Verbe-Incarné : diagramme de classification par analyse des grappes de 50 lèvres d’amphores du fossé aval

Analyse en affinité moyenne non pondérée sur variables centrées réduites relatives aux constituants suivants : K, Rb, Mg, Ca, Sr, Ba, Mn, Ni, Zn, Al, Cr, Fe, Si, Ti, Zr, Ce, V.

  • 7 En raison de leur nombre, les amphores inclassables, ainsi que celles des groupes 1, 2, 3 et 4 sont (...)

87Ce premier classement par analyse chimique a été élargi par un examen macroscopique des pâtes. 195 des 272 lèvres ont pu être réparties dans les 6 groupes révélés par l’analyse des argiles (fig. 29). Mais ce type d’examen - empirique par définition - a conduit à classer 43 lèvres dans 3 groupes satellites que des analyses complémentaires devraient permettre de mieux cerner (12 ex. proches du groupe 1, 10 ex. proches du groupe 2, 12 ex. proches du groupe 4) ; 34 échantillons (12,5 %) forment un fourre-tout d’inclassables (fig. 31), proportion que l’on retrouve d’ailleurs à l’analyse sur l’échantillon de référence7.

29-Verbe-Incarné : histogramme des groupes de pâtes

29-Verbe-Incarné : histogramme des groupes de pâtes

En gris, les exemplaires analysés ; En blanc, les amphores assimilées

Les groupes

88Tous les groupes sont d’origine italique. L’Etrurie est représentée par les groupes 1 et 3, la Campanie par le groupe 6 et très probablement le groupe 4. Les groupes 2 et 5 ne peuvent, quant à eux, être attribués à une région ou un atelier connus.

89L’examen de la corrélation entre ces groupes et la typologie des lèvres permet plusieurs observations intéressantes.

90Tout d’abord, la cohérence morphologique des groupes 2, 3 et 6 paraît évidente :

  • le groupe 2 (fig. 33), d’origine inconnue, comprend 35 amphores ; la morphologie des lèvres est homogène : bandeau légèrement concave, le plus souvent épais et massif ; seule la hauteur du bandeau est variable (fig. 30) ;

30-Verbe-Incarné : histogramme des hauteurs de lèvres d’amphores du groupe 2 et assimilées (44 ex)

30-Verbe-Incarné : histogramme des hauteurs de lèvres d’amphores du groupe 2 et assimilées (44 ex)

En noir, les exemplaires analysés ; en blanc, les amphores assimilées. La grande variété des dimensions de lèvres de ce type de Dressel 1A illustre l’incohérence des tris des Dressel 1B effectués à partir des hauteurs de lèvre (3 = 55 mm)

  • le groupe 3 (fig. 34), qui correspond à l’atelier de Cosa (Etrurie), est nettement majoritaire avec 72 amphores à lèvre oblique ; 54 d’entre elles portent un timbre de Sestius mais les 18 amphores non signées se réduisent à des fragments et rien n’interdit de penser qu’elles portaient également cette signature ;

  • le groupe 6 (fig. 37), type Eumachi provenant de Campanie, n’est représenté que par 4 amphores de morphologie très proche : lèvre très haute, embouchure peu large, anses massives fortement rattachées au col et striées de nervures et de dépressions très marquées : ces caractéristiques évoquent sans ambiguïté le type Dressel 1C.

91Pour les groupes 1, 4 et 5 en revanche, aucune homogénéité morphologique ne se dégage nettement :

  • le groupe 1 (fig. 32), originaire d’Albinia (Etrurie), comporte 20 amphores ; l’homogénéité de composition des argiles se traduit mal sur le plan typologique ; on peut simplement noter la présence de lèvres courtes très rapprochées du col, tout en observant que cette caractéristique figure aussi dans les groupes 4 et 5 et dans les inclassables, bien qu’en moindre proportion (n° 246, 240, 42, 245, 49, 242, 73, 244) ;

  • le groupe 5 (fig. 36), d’origine inconnue (17 amphores), comprend également une série particulière : il s’agit d’amphores à lèvre haute qu’on aurait du mal à rapprocher, malgré leur argile volcanique, des profils type Eumachi, tout autant que des profils des 4 autres groupes (n° 233, 223, 236, 258, 18, 21, 231, 229) ;

  • le groupe 4 (fig. 35), campanien, comprend 47 amphores. Très hétéroclite, il témoigne d’un phénomène particulier : on a là un mélange de toutes les variantes de lèvres de type Dressel 1 présentes dans le fossé (exception faite de la Dressel 1C) qui suggère que ce groupe campanien pourrait représenter une région de production plutôt qu’un seul et même atelier ; cela expliquerait que ce groupe présente, à l’analyse, des caractéristiques moins homogènes que les autres.

92Le nombre restreint de groupes de pâtes et la manière dont ces groupes s’articulent avec la morphologie des lèvres évoquent des arrivages homogènes, voire des cargaisons d’amphores. Le matériel du fossé aval serait donc composé en majorité de quelques approvisionnements, ce qui renforce l’hypothèse de l’homogénéité et du synchronisme du dépôt.

31-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores inclassables

31-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores inclassables

32-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 1

32-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 1

33-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 2

33-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 2

34- Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 3

34- Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 3

35- Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 4

35- Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 4

36-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 5

36-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 5

37-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 6 et timbres

37-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 6 et timbres

Entre parenthèses le nombre d’exemplaires.

Les timbres

  • 8 Les données numériques ont sensiblement évolué depuis la présentation de ce matériel au colloque de (...)

93L’inventaire des timbres porte sur l’ensemble du matériel amphorique mis au jour dans le fossé8. Les 75 timbres identifiés représentent vraisemblablement 10 marques différentes (fig. 37).

9459 timbres, tous imprimés sur des lèvres, se rapportent à la marque Sestius. On peut y reconnaître 6 ou 7 des 9 symboles habituellement associés à ce nom : la palme, le sigma, la hache à double tranchant, l’étoile à cinq rais, le caducée, la couronne de chêne et un dernier symbole, présent en un seul exemplaire, qui pourrait être un trident. Il est intéressant de noter que 3 amphores possèdent, pour chacune d’elles, deux timbres identiques (fig. 34 n° 39, 120, 172).

95L’abondance et la variété de ces symboles dans un ensemble clos constituent un argument décisif en faveur des hypothèses selon lesquelles leur association à la marque Sestius est dépourvue de signification concernant la chronologie ou la diffusion des amphores de cet atelier.

96Les autres timbres sont exclusivement imprimés sur des fonds (N, A, D) et des fragments d’épaules (AP, MA, V..., ...AL, AM ?,...A). Bien que l’étude n’en soit pas encore terminée, on peut d’ores et déjà suggérer que la présence de ces marques n’apportera sans doute pas d’indication chronologique fiable sur la date d’enfouissement des amphores.

Typologie et datation

97Au-delà des indications qui intéressent directement l’interprétation du site, les premiers résultats de ces recherches semblent fournir des éléments originaux pour l’étude des amphores Dressel 1. Ils soulèvent en effet des questions importantes sur la typologie et la chronologie de ces productions.

98L’intérêt de ces amphores du fossé de Lyon peut se comparer, mutatis mutandis, à celui que présenterait un ensemble constitué d’une demi-douzaine d’épaves rigoureusement contemporaines, provenant de diverses régions d’Italie, de l’Etrurie à la Campanie.

99La première constatation qui s’impose est la grande variété des formes (les lèvres en particulier) pour une même époque, d’un atelier à l’autre : c’est ainsi que l’on note par exemple, la présence d’amphores Dressel 1C typiques (groupe 6) et de toute une gamme d’autres amphores dont certaines pourraient être rattachées au type 1B tandis que d’autres s’en écartent complètement. Ce phénomène, déjà perçu par ailleurs, semble pleinement confirmé ici.

100La diversité des caractéristiques morphologiques (formes et dimensions) de chacun des groupes constitue un autre sujet de réflexion, à peine abordé jusqu’ici. On perçoit en effet que cette diversité est très certainement liée à la taille des ateliers : ce pourrait être le cas notamment de l’atelier d’Albinia (groupe 1) qui, bien que présentant des pâtes homogènes, offre une typologie mal définie ; il s’agit en effet d’un atelier situé dans une zone d’embarquement pouvant drainer les productions de plusieurs domaines ; et de fait, c’est le plus important des ateliers italiques, si l’on en juge par le pourcentage qu’il représente parmi les importations de Dressel 1 en Gaule. Mais cette diversité est sans doute aussi à mettre en relation avec les structures de la commercialisation. De ce point de vue, il faudrait porter une attention particulière au cas du groupe 4, probablement campanien, dont l’étude morphologique complète associée à l’analyse des pâtes révélerait sans doute l’existence de plusieurs ateliers, expliquant ainsi son hétérogénéité typologique. Il resterait cependant à comprendre les raisons pour lesquelles ces amphores se sont ainsi trouvé regroupées dans le fossé du Verbe-Incarné.

101En ce qui concerne la chronologie, il ne semble pas que les données typologiques présentées précédemment soient susceptibles de préciser la datation du comblement du fossé.

102En effet, le seul moyen de datation archéologique envisageable repose sur la comparaison typologique du matériel du fossé avec des amphores recueillies sur des sites datés, et notamment dans la région lyonnaise. Or, une telle comparaison n’a guère de sens. Les analyses de laboratoire effectuées sur des amphores provenant de différents sites d’habitat de la Gaule ont clairement montré que les ateliers italiques de Dressel 1 sont beaucoup plus nombreux qu’on ne le croyait (plus d’une centaine sans doute) (Hesnard à paraître). D’autre part, elles ont révélé que les productions de ces ateliers sont représentées et distribuées de manière fort irrégulière d’un site à l’autre. De plus, le matériel du fossé aval montre bien que les formes, en particulier les lèvres qui sont les seuls éléments faciles à étudier sur les sites terrestres, varient énormément - pour une période donnée - d’un atelier à l’autre.

103Il devient dès lors évident que l’évolution des formes que l’on peut observer sur un site a peu de chance de se retrouver sur un autre, dans la mesure où les arrivages d’amphores Dressel 1 ne sont pas les mêmes, à plus forte raison lorsque les sites sont de nature différente. Il y a donc peu de chance que l’on puisse proposer une chronologie fondée sur une évolution typologique qui soit valable pour n’importe quel type de site, si l’on n’est pas en mesure d’identifier les origines des amphores étudiées.

104On pourrait alors suivre l’évolution des formes à l’intérieur de quelques ateliers bien définis, et en tirer des indications chronologiques utilisables. Cette démarche devrait être rendue possible par le fait que les ateliers de Dressel 1, les mieux représentés en Gaule, ont heureusement des caractéristiques de pâtes faciles à reconnaître visuellement. C’est en tout cas dans cette direction qu’il conviendra sans doute d’orienter les recherches à venir.
M.G., M.P.

Les opercules d’amphore

105Un autre intérêt, et non des moindres, de cette découverte des fossés du Verbe-Incarné, est constitué par la présence de nombreux opercules d’amphores, mis au jour en liaison avec celles-ci dans un secteur bien déterminé du fossé aval, lors de la campagne de fouilles de 1985. Ce type de découverte est suffisamment exceptionnel par sa rareté sur les sites terrestres pour mériter que l’on s’y arrête quelque peu.

106L’opercule se présente sous la forme d’une couche de mortier d’environ 1 cm d’épaisseur qui scelle le bouchon en liège placé dans le col de l’amphore et assure son obturation parfaite (fig. 38). Pour que le mortier soit bien tassé dans le col, on le presse avec un cachet portant une inscription ou un motif anépigraphe. La lecture de ces reliefs n’est pas toujours aisée, la faible plasticité du mortier interdisant une grande finesse du modelé.

38-Verbe-Incarné : opercule en place dans son col

38-Verbe-Incarné : opercule en place dans son col

107Ce type de vestige déjà peu fréquent dans les épaves alors que les amphores sont encore souvent intactes, est rarissime sur les sites terrestres puisque, de par sa fonction même, l’opercule est normalement détruit lors de l’ouverture de l’amphore. Dans le fossé du Verbe-Incarné, un grand nombre de ces opercules étaient encore en place dans des cols lors de leur découverte, ce qui permet d’affirmer que les amphores étaient décolletées et non pas débouchées. De plus, certains de ces opercules adhérant encore aux parois du col des amphores qu’ils bouchaient, il a fallu que le décolletage soit pratiqué à proximité immédiate du fossé et que les amphores soient jetées et ensevelies très rapidement (fig. 25 Β). Une manipulation trop importante ou un séjour prolongé à l’air libre et aux intempéries n’aurait pas manqué de provoquer la désolidarisation de l’opercule, voire sa destruction.

108Malgré leur peu de finesse, on distingue nettement deux types de reliefs imprimés dans les opercules : inscription et motif anépigraphe. Leur répartition dans le fossé ne semble pas être aléatoire : tous les opercules sont rassemblés dans un tronçon de 22 m (dont 7 m non fouillés) dans la partie sud du fossé. Les timbres anépigraphes se concentrent sur les quinze derniers mètres du fossé principal et les autres sur l’embranchement sud. Seul l’opercule épigraphe encore en place dans un col a été découvert dans le fossé principal (segment 24).

Les opercules anépigraphes

109A une exception près, seuls les opercules anépigraphes ont été retrouvés en place dans leurs cols. Faits d’un mortier assez fin contenant parfois de petits fragments de charbon de bois, ils présentent en surface des particules noires brillantes. L’ensemble est à son tour recouvert d’une fine pellicule blanche très dure ; cette petite couche ne semble pas être un ajout volontaire, mais provenir plutôt de l’altération du mortier, sans doute une calcite venant le recouvrir.

110Pour cet ensemble de 28 unités, un seul motif est utilisé : sur la surface externe, trois ou quatre profils humains casqués et tournés à droite entourent un mamelon central en forme de losange ou de triangle (fig. 39). Ce motif était obtenu en imprimant trois ou quatre fois une même matrice ; sur quelques exemplaires, la tête casquée est très visible alors que sur d’autres elle se devine à peine. 14 opercules étaient toujours en place dans des cols, certains adhérant encore aux parois. Le comptage des 14 autres exemplaires a été obtenu à partir de l’identification du mamelon central, unique, massif et solide.

39-Verbe-Incarné : opercule à décor de têtes casquées (éch. 1/2)

39-Verbe-Incarné : opercule à décor de têtes casquées (éch. 1/2)

111Les opercules encore en place ont tous été retrouvés dans des amphores du groupe de Sestius ; l’observation de la pâte permet en effet de rattacher avec certitude à ce groupe même les cols dépourvus de lèvre. Pour les opercules isolés, on ne peut évidemment les rattacher à aucun des groupes d’amphores ; mais si l’on compare leur répartition dans le fossé avec celle des amphores, c’est là encore sur une association avec les amphores de Sestius que l’on débouche (fig. 27).

Les opercules épigraphes

  • 9 Les normes épigraphiques utilisées sont celles de Marcillet-Jaubert (1965).

112Moins nombreux (17 exemplaires) et beaucoup plus fragmentés que les précédents, ils présentent une plus grande variété de reliefs. Comme c’est la règle générale pour les opercules épigraphes connus par ailleurs, les exemplaires trouvés dans le fossé du Verbe-Incarné présentent un cachet en arc de cercle inscrit de tria nomina imprimés deux fois successivement dans le mortier encore frais. 5 marques différentes ont été identifiées sur les 17 opercules de ce groupe9 :

  • M*ALFID (10 ex.)

  • [- - - [- - -] 3 Ϟ (2 ex.)

  • [- - - TIT - - -] (1 ex.)

  • C*//V//- - -] (2 ex.)

  • Illisibles (2 ex.)

M*ALFID (fig. 40 n° 1 à 46)

113C’est la seule marque lisible dans sa totalité sur un demi-opercule (n° 1). On peut voir sur les fragments n° 2 et 3 les lettres D et M, séparées par une différence de niveau et par des bavures : cela implique sans doute que l’on est à la jonction de deux impressions et que le M et le D correspondent au début et à la fin du même cachet.

114La fragmentation des opercules ne permet pas de dire s’il y avait un décor ou une inscription au centre, comme c’est le cas par exemple pour l’opercule marqué L. POMPONIUS au Graud’Orgon. Le fragment n° 8 pourrait éventuellement le suggérer.

11552 fragments appartiennent à ce groupe ; sachant que dans le nom M*ALFID aucune lettre ne se répète et qu’il est imprimé deux fois sur chaque opercule, la lettre M ayant été repérée 20 fois, on peut en conclure qu’il y a au moins 10 opercules comportant cette signature.

116A la différence des opercules à tête casquée, on ne peut pas associer ces fragments à un groupe d’amphores, aucun n’ayant été retrouvé en place dans un col.

[- - - ന [- - -] 3 Ϟ (fig. 41 n° 47 à 49)

117Le fragment n° 47 est le plus complet. Comme pour le cachet précédent, il y a deux impressions successives de la même matrice en arc de cercle. Mais ici, la courbure n’est pas adaptée à celle du col de l’amphore. Le mauvais état du mamelon central ne permet pas de savoir s’il portait un décor ou une inscription. Les caractères sont très différents de ceux des autres inscriptions : les lettres très petites et rondes laissent supposer une inscription en cursive. L’identification du sens de la lecture est problématique : en général, le centre de l’opercule indique le bas de l’inscription ; ici (n° 47), le signe « Ϟ » est répété deux fois et l’un est incontestablement à la fin du cachet ; le n° 49 permet d’identifier, après le ന, la jambe d’une lettre qui est peut-être l’avant-dernière lettre de l’inscription ; on peut alors proposer une autre lecture : [- - ന 3 Ϟ.

118Mais il est possible que comme pour le timbre Marcus et Caius Lassus de l’épave A d’Anthéor, l’inscription se lise non pas de gauche à droite mais de droite à gauche ; elle se trouverait alors renversée : Ϟ [- - -] ω - - -] ou [ 3 Ϟ - - -].

119Trois fragments proviennent de deux ou trois opercules. Le fragment n° 47 représente un individu alors que les fragments n° 48 et 49 peuvent provenir d’un ou deux opercules.

120Aucun lien n’a pu être établi entre opercules et type d’amphore qu’ils servaient à boucher.

[- - - TIT - - -] (fig. 41 n° 50)

121De part et d’autre des lettres TIT subsistent des traces d’autres lettres illisibles du fait de la fragilité du mortier.

122Trois fragments qui recollent correspondent à l’évidence à un seul opercule. Ces fragments étaient placés entre deux bouchons de terre où quelques petits fragments de liège subsistaient, dans un col du groupe 6 de type Eumachi. C’est le seul opercule épigraphe qui ait été retrouvé en place dans un col.

C*V- - -] (fig. 41 nos 51, 52)

123Les caractères sont identiques à ceux de l’inscription M*ALFID. Le « C » est peut-être la première lettre du cachet puisqu’un bourrelet de mortier se voit nettement sur sa gauche (n° 51). Là aussi on a sans doute affaire à des tria nomina, le « C » étant l’initiale du praenomen.

124La différence très nette de mortier entre les deux fragments permet d’identifier deux opercules. Aucun lien avec un quelconque groupe d’amphores n’a pu être établi.

Illisibles (fig. 41 nos 53 - 54)

125Les deux fragments regroupés ici pourraient représenter deux opercules différents, bien que la même matrice semble les avoir imprimés. L’inscription est toutefois si lacunaire qu’il convient de rester prudent.

40-Verbe-Incarné : opercules signés M*ALFID

40-Verbe-Incarné : opercules signés M*ALFID

41 - Verbe-Incarné : opercules, autres fragments épigraphes

41 - Verbe-Incarné : opercules, autres fragments épigraphes

L’analyse

126Cette étude des opercules épigraphes peut paraître d’un intérêt mineur car le groupe le mieux représenté et le plus complet (M*ALFID) ne peut être mis en relation avec un type d’amphore. De plus, ces opercules ont été mis au jour dans un secteur fouillé rapidement (segments 25 à 40). Seule une comparaison entre la répartition des groupes d’amphores et celle des opercules épigraphes dans cette partie du fossé pourra peut-être apporter quelques informations nouvelles en ce domaine.

127L’analyse des opercules anépigraphes s’avère beaucoup plus gratifiante car nous sommes en présence d’un bel exemple d’association : 14 des 28 timbres anépigraphes se rattachent à des amphores de Sestius dont 13 portent des timbres dont les types se répartissent comme suit :

  • 4 Sestius à la palme

  • 4 Sestius au sigma majuscule

  • 2 Sestius à la hache

  • 2 Sestius à l’étoile

  • 1 Sestius au caducée.

128Cette découverte d’amphores estampillées associées à des opercules anépigraphes apporte des éléments intéressants pour l’étude des amphores républicaines et de leur commercialisation. La présence simultanée d’amphores de Sestius portant des timbres différents et d’opercules strictement identiques confirme bien le fait que ces timbres sont contemporains et proviennent d’un même atelier. En effet, la similitude évidente du mortier des opercules et de leurs marque révèle que les amphores qui les portent ont été commercialisées en même temps et par la même personne. Si le problème du partage des attributions entre producteurs et négociants semble maintenant résolu (Tchemia 1986), la découverte d’un tel ensemble au Verbe-Incarné confirme bien les propos de D. Manacorda à propos de « L.TIT.C.f. » inscrit sur l’opercule d’une amphore de Sestius de l’épave du Grand Congloué : « In Benoit opinion, Sestius is the merchant and L. Titius the producer. But, in fact, the references could just as well be the other way round » (Manacorda 1978).

129Le timbre porté sur la lèvre de l’amphore ainsi que la forme de celle-ci, reconnaissables au premier coup d’œil, doivent indiquer son contenu. En revanche, le nom ou le symbole inscrit sur l’opercule et difficilement lisible du fait de sa position dans le col, ne sont pas des éléments d’identification immédiate. Il est logique que le nom du négociant soit peu visible, celui-ci vendant sans doute plusieurs crus différents.

130A ce propos, le cas de L. Titius est intéressant : sur l’épave du Grand Congloué, le timbre de Sestius est associé à des opercules marqués L. TIT.C.f. ; au Verbe-Incarné, les amphores de Sestius sont scellées par des opercules seulement ornés de têtes casquées. Des amphores identiques peuvent donc porter des opercules différents. Face à un producteur unique - Sestius - on aurait plusieurs négociants. De plus, si la marque [— TIT —] trouvée dans une amphore Dressel 1C pouvait être assimilée au L.TIT.C.f. du Grand Congloué, on aurait ici la confirmation que ce négociant distribuait plusieurs crus. Mais pour arriver à une telle conclusion, il serait nécessaire de confronter de visu les deux opercules.

131Il reste à définir quel négociant utilise une tête casquée comme marque. Quelques esprits malicieux, sachant que Sestius, riche producteur, faisait aussi du commerce, ont lancé l’idée que ces têtes casquées pourraient être son cachet de négociant. L’hypothèse est séduisante mais contestable. Pourquoi ne pas mettre son nom clairement comme sur les amphores plutôt que d’utiliser un nouveau symbole ?
C.G.

Céramique domestique, fibules, monnaies et mobilier divers

La céramique domestique

132Hormis les amphores, le fossé aval a livré 788 fragments de céramiques diverses. Selon la méthode de comptage établie par P. Arcelin (Arcelin 1981 b), on a pu dénombrer 52 vases qui se répartissent en trois grandes catégories : céramiques indigènes non tournées, indigènes tournées, importations.

  • La céramique indigène non tournée (fig. 42 - 43)

133- Elle représente 70 % du nombre total de fragments et 55 % du nombre de vases identifiables. L’argile employée contient de nombreuses particules visibles à l’oeil nu qui lui confèrent un aspect grossier. Les vases, pour la plupart montés au colombin, ont subi une cuisson de mauvaise qualité en mode A primitif, suivant la terminologie de M. Picon (Picon 1973). Dans plus de la moitié des cas, les surfaces, grossièrement lissées, offrent un aspect doré du fait d’une forte proportion de mica dans la pâte.

134- Plus de la moitié des vases de cette catégorie (16 ex.) correspond à un seul et même type ; il s’agit d’un récipient haut, fermé, à panse ovoïde et fond plat. Les cols droits à lèvre évasée comportent souvent une série de moulures irrégulières et sont presque toujours lissés sur les deux faces. Le traitement de surface de la panse est variable : simple égalisation, lissage grossier, balayage irrégulier (n° 4). Les décors sont très rares : un fragment décoré d’incisions en « grains de café » exécutées au bâtonnet sur la liaison col/panse (n° 4) ; un fragment décoré d’arcatures estampées (n° 8). Les diamètres d’ouverture s’échelonnent de 100 à 180 mm.

135- Les formes basses sont représentées essentiellement par des écuelles à bord rentrant (6 ex.). Leur paroi est droite ou légèrement convexe et leur fond plat (fig. 43 n° 1). Les surfaces sont grossièrement lissées ; deux exemplaires comportent une lèvre décorée d’impressions digitées (n° 3-4). Les diamètres d’ouverture sont compris entre 260 et 400 mm. Il convient aussi de mentionner un fond plat de marmite cylindrique (n° 7) ainsi que 6 lèvres de couvercles (n° 8-13) dont les diamètres s’échelonnent de 260 à 290 mm.

136L’ensemble des formes décrites précédemment se retrouvent, avec des décors similaires et des fréquences comparables sur les sites ségusiaves durant toute la Tène finale (milieu IIe - milieu le s. av. J.-C.) (Vaginay 1988).

  • La céramique indigène tournée (fig. 44)

137Elle se partage en trois groupes suivant la texture de la pâte et la finition des parois : céramique demi-fine, fine lissée, fine peinte.

138La céramique demi-fine est caractérisée par une argile à dégraissant de taille moyenne. Cette distinction avec les céramiques fines tournées n’a pour l’instant été perçue que sur les sites ségusiaves des IIe et Ier s. av. J.-C. (Vaginay 1988) mais la validité d’un tel groupe n’est pas discutable du fait de son homogénéité : il se compose d’un répertoire réduit de formes dont la plus courante correspond à un vase ovoïde à col droit et lèvre en bourrelet dont la partie supérieure de la panse et le col sont lissés et le reste de la panse simplement égalisé. Le seul fragment découvert dans le fossé appartient précisément à cette forme.

139La céramique fine lissée représente 10 % du nombre des fragments et 17,3 % de l’ensemble des vases ; elle se caractérise par une pâte à dégraissant peu visible à l’oeil nu et par une finition souvent très soignée. Elle est cuite en mode A primitif, comme la céramique non tournée, mais la cuisson semble beaucoup mieux maîtrisée. Les surfaces possèdent une teinte gris-noir résultant d’une fumigation en post-cuisson. De plus, l’extérieur des vases est entièrement lissé au brunissoir.

140- Les formes hautes se résument à 2 vases fermés.
Le premier possède une panse ovoïde et une ouverture resserrée ; la partie supérieure de la panse est décorée de trois moulures parallèles (n° 1). Le second vase est muni d’une panse globulaire, le col resserré est marqué et la lèvre nettement évasée (n° 2), une moulure souligne la liaison col/panse.

141- Les formes basses rassemblent 5 récipients représentant trois types. Deux fragments correspondent à des jattes à profil en « S » à col droit et lèvre évasée (n° 3-4) ; l’un possède un pied annulaire et l’autre est à fond plat avec un décor de sillons parallèles ; un troisième récipient, de taille réduite, s’apparente vraisemblablement à ce même type (n° 6). Un fond appartient à une écuelle à bord rentrant (n° 7). Un fragment de lèvre se rapporte à une coupe imitant la céramique campanienne A (forme 36 de la typologie de Lamboglia) (n° 5).

142- On compte également 2 fragments de couvercles à bord droit lissé uniquement à l’extérieur (n° 8-9).

143La céramique peinte constitue 3 % du nombre total de tessons et 11,5 % du nombre de vases. La pâte est fine, la cuisson de type A mais la post-cuisson oxydante bien contrôlée a donné une teinte beige-orangé aux surfaces. La paroi extérieure a été soigneusement lissée avant l’application des peintures.

144- 5 fragments appartiennent à des vases dits « fuselés » dont la base est légèrement cintrée et le fond étroit (n° 10-15). D’aspect élancé, ils se terminent par un col droit assez haut et une lèvre évasée recouverts d’une peinture rouge-orangé. Un fragment de bas de panse présente un décor géométrique formé de deux bandes accolées, l’une blanche, l’autre rouge à décor brun d’échelles horizontales (n° 15).

145- 1 fragment appartient à un fond plat de vase haut dont la pâte rouge-orangé de composition plus grossière pourrait rappeler certains vases peints recensés dans le Midi de la Gaule (n° 16) (Arcelin 1981 a).

146Il est intéressant de souligner pour les céramiques indigènes tournées, comme pour les céramiques non tournées, la forte parenté avec les sites ségusiaves de la Tène finale : mêmes formes de céramiques fines lissées, mêmes formes et même représentation de la céramique peinte, ce dernier élément étant d’autant plus important que des études récentes ont montré le particularisme du nord-est du Massif Central en ce domaine (Vaginay 1988).

  • Les importations : campanienne et céramique à pâte claire (fig. 45)

147Les types d’importations représentés et leurs proportions sur l’ensemble de la céramique (exception faite des amphores) vont dans le même sens que les constatations précédentes : forte parenté avec le faciès actuellement connu pour la Tène finale en pays ségusiave (Vaginay 1988).

42- Verbe-Incarné : céramique non tournée, formes hautes

42- Verbe-Incarné : céramique non tournée, formes hautes

43- Verbe-Incarné : céramique non tournée, formes basses

43- Verbe-Incarné : céramique non tournée, formes basses

44- Verbe-Incarné : céramique tournée

44- Verbe-Incarné : céramique tournée

45-Verbe-Incarné : céramique importée. 1-3. Céramique à pâte claire. 4-6. Céramique campanienne

45-Verbe-Incarné : céramique importée. 1-3. Céramique à pâte claire. 4-6. Céramique campanienne

1483 fragments de céramique italique à vernis noir ont été identifiés : 2 sont caractéristiques de la campanienne A tardive (pâte dure, vernis fragile s’écaillant par plaques et à reflets métallescents) ; Ils correspondent aux formes 36 et 27 de la typologie de Lamboglia (Lamboglia 1952), courantes à partir de la deuxième moitié du IIe s. av. J.-C (n° 4-5). Le troisième fragment présente une pâte plus tendre, un vernis mat et de bonne qualité : il s’agit d’une assiette en campanienne Β de type Lamboglia 5, plutôt typique du Ier s. av. J.-C. (n° 6).

149On dénombre enfin 3 fonds de vases d’origine méditerranéenne en céramique à pâte calcaire de couleur blanc-crème parfois recouverte d’un engobe blanc ; ils appartiennent à un même type de cruche ou olpé à col cylindrique large et panse globulaire caractéristique des productions italiques ou provençales des IIe et Ier s. av. J.-C. (n° 1-3).

Les fibules (fig. 46)

150Le fossé aval a livré 7 fibules, ce qui paraît être une proportion tout-à-fait honorable par rapport au nombre de fibules découvert sur divers sites du pays ségusiave : ainsi, à Feurs, seules 34 fibules ont été dénombrées, p.our un total de plus de 20000 fragments de céramiques.

151Deux de ces fibules sont en fer (n° 1-2), les autres sont en bronze ; les 5 exemplaires identifiables sont du type à ressort nu à quatre spires et corde interne.

46-Verbe-Incarné : fibules

46-Verbe-Incarné : fibules

1-2. Fibules en fer ; 3-7. Fibules en bronze.

  • Une seule de ces fibules correspond au schéma La Tène II : de petite taille (longueur = 44 mm), elle est en fer ; l’arc est de forme triangulaire ininterrompue ; le pied revient sur l’arc au sommet duquel il se fixe par un étrier ou une bague ; sa forme générale est pratiquement trapézoïdale (n° 1).

  • Deux autres exemplaires correspondent à des variantes du type de Nauheim. De l’une, en fer, ne subsistent que le ressort et le départ de l’arc (longueur conservée = 19 mm) ; l’arc est de forme trapézoïdale et de section rectangulaire (n° 2). L’autre est en bronze (longueur - 50 mm) ; l’arc est tendu, de forme trapézoïdale ininterrompue et de section rectangulaire ; il s’orne d’une profonde rainure médiane et porte en son centre un carré sans doute estampé ; le pied, dans le prolongement de l’arc, constitue un porte-ardillon de forme trapézoïdale ; ce dernier et l’ardillon sont incomplets (n° 3).

  • Les trois exemplaires suivants, en bronze, appartiennent au type filiforme de la Tène III : fibules à arc tendu, de forme rectangulaire et de section circulaire et à pied composé d’un porte-ardillon trapézoïdal ; leurs longueurs respectives sont de 58 mm, 78 mm et 55 mm (n° 4-6).

  • De la dernière fibule, en bronze, ne subsistent qu’un ardillon de grande dimension et une des spires du ressort (longueur 100 mm) ; on peut y voir une grande fibule brisée mais la position du fil au niveau du ressort pourrait également évoquer une fibule en cours de fabrication (n° 7).

152Les trois types de fibules décrits précédemment sont tout-à-fait courants sur les sites régionaux de la Tène finale : leur association et la représentation majoritaire des types de Nauheim et filiforme constituent un faciès très proche de celui de la phase 3 du site de Feurs (Vaginay 1988), suggérant ainsi une datation durant le deuxième quart du Ier s. av. J.-C.

Les monnaies (fig. 47)

153Le lot se compose de 6 monnaies gauloises : deux bronzes frappés et quatre potins.

154-Potin, variante du type BN 5368, attribué aux Séquanes (n° 1).

155A. Tête à gauche, une cavité tient lieu d’œil et un sillon oblique sépare le visage de la chevelure.

156R. Cheval stylisé à gauche, en position horizontale, queue revenant au-dessus de la tête composant un motif en forme d’esse.

157-Potin du type BN 9076, attribué aux Leuques (n° 2).

158A. Tête à gauche, grossièrement stylisée. L’œil est figuré par un gros globule et la chevelure par trois motifs en forme de virgule. Un bandeau en relief sépare le visage de la chevelure. R. Sanglier schématisé à gauche. Sous l’animal, un fleuron en forme de lys.

159- Potin identique au n° 2.

160- Potin fruste.

161- Bronze du type BN 3900, attribué aux Arvernes (n° 3).

162A. Buste de femme à droite casqué et ailé. La légende EPAD, caractéristique de ce type, n’est pas visible.

163R. Homme debout, portant au bras gauche lance, bouclier, épée et le bras droit supportant un trophée d’armes ailée. Casque gisant à ses pieds.

164-Bronze inédit (n° 4).

165A. Tête à gauche, boucles stylisées, grènetis au pourtour. R. Aigle debout ailes déployées. Dessous, un oiseau (d’après J.-B. Colbert de Beaulieu).

47-Verbe-Incarné ; monnaies. 1

47-Verbe-Incarné ; monnaies. 1

Potin séquane ; 2. Potin leuque ; 3. Bronze arverne ; 4. Bronze inédit (carnute ?)

166Cette monnaie appartient vraisemblablement à la série des bronzes carnutes à l’aigle.

167Hormis le bronze inédit à l’aigle, les cinq autres types correspondent à des numéraires fréquents sur les sites régionaux de la Tène finale, Roanne et Feurs en particulier (Gentric 1984, Vaginay 1988). Le seul élément de datation « précis » fourni par ces monnaies pourrait être représenté par le bronze EPAD attribué aux Arvernes : il est imité d’un denier romain frappé en 67 av. J.-C. (Gentric 1984). Mais sa position dans le comblement du fossé n’est pas assurée ; nous reviendrons ultérieurement sur ce problème.

Mobilier divers (fig. 48)

168Nous regroupons sous cette rubrique divers objets métalliques, céramiques, en verre ou en os.

169Le fer est limité à 35 fragments. Ils appartiennent en majorité à des clous à tête plate et section carrée d’une dizaine de centimètres de longueur ; seuls trois objets se distinguent de ce lot : deux fiches de charpente à tête en équerre et un fragment qui pourrait appartenir à une tarière à bois.

170Le bronze n’est représenté que par un anneau circulaire de section subtriangulaire (diamètre 15 mm, section 2 mm) (n° 1) et un fragment d’anneau circulaire de section trapézoïdale (diamètre 27 mm, section 4 mm) (n° 2).

171Une fusaïole en terre cuite a été recueillie. De forme à peu près cylindrique, elle a été élaborée dans une pâte grossière ; la surface supérieure est plane et le pourtour bombé est décoré d’impressions rayonnantes tracées au bâtonnet (diamètre 30 mm ; hauteur 18 mm) (n° 3).

48-Verbe-Incarné : mobilier divers

48-Verbe-Incarné : mobilier divers

1-2. Anneaux en bronze ; 3-4. Fusaïole et balle de fronde en terre cuite ; 5-6. Objets en os ; 7. Perle en verre.

172Il convient aussi de signaler la présence de deux balles de frondes en terre cuite. Confectionnées dans une argile assez fine de teinte rougeâtre, l’une est de forme ovoïde (diamètre 24 mm, longueur 39 mm), l’autre est biconique (n° 4) (diamètre 26 mm, longueur 40 mm).

173Les objets en os sont assez bien représentés avec 3 fragments :

  • un fragment d’épingle non décoré (longueur conservée 28 mm ; section max. 4 mm) (n° 5) ;

  • un fragment de pendeloque travaillée au tour et décorée de cannelures parallèles ; une des extrémités se termine par une sorte de tenon ou pivot de 1,5 mm de diamètre dans lequel une encoche a été aménagée ; à environ 10 mm de l’extrémité, un petit orifice de 1 mm de diamètre a été percé dans une cannelure (longueur conservée 45 mm ; diamètre max. 4 mm) ; mais cet objet provient d’une zone perturbée du fossé ;

  • une perle de collier circulaire de section semi-ovalaire (diamètre 12 mm ; section 3 mm) (n° 6).

174Le verre n’est représenté que par une perle de collier en verre transparent à section semi-circulaire (diamètre 14 mm ; section 3,5 mm) et par un fragment de paroi en verre translucide (épaisseur 1 mm) (n° 7) ; mais ce fragment provient aussi d’un secteur perturbé du fossé.

175Hormis les deux balles de fronde (aucune n’a, à notre connaissance, été à ce jour signalée en pays ségusiave), la pendeloque en os et la paroi de verre (mais qui proviennent sans doute de contaminations), les divers objets décrits précédemment sont tout à fait habituels sur les sites régionaux à la Tène finale.

Essai de datation

176Si l’on excepte les proportions exceptionnelles d’amphores et d’ossements animaux, la composition du mobilier reste conforme à celle de n’importe quel habitat de la Tène finale : présence de céramiques culinaires, d’amphores vinaires italiques, de fibules et de monnaies gauloises. Néanmoins, aucun objet ne semble témoigner d’une quelconque activité artisanale, hormis la fusaïole et la tarière à bois dont l’identification n’est pas complètement assurée.

177Le faciès général du mobilier présente une parenté certaine avec celui de la Gaule intérieure à la Tène finale : prépondérance de la céramique indigène, rareté, voire absence, de monnaies républicaines ou des peuples de la Gaule du Sud, faible représentation de la céramique campanienne. Les similitudes sont encore plus étroites avec les sites régionaux du pays ségusiave, Roanne (Bessou 1976) et Feurs (Vaginay 1988) : mêmes types de fibules et de monnaies, mêmes formes et mêmes types de décors de céramiques indigènes non tournées et tournées lissées, même représentation et mêmes types de céramiques peintes. Ce dernier point est tout particulièrement frappant dans la mesure où la céramique peinte apparaît sur tous les sites ségusiaves de la fin du second âge du Fer comme l’un des éléments les plus caractéristiques pour la définition du faciès régional.

178En ce qui concerne la datation de cet ensemble mobilier, les éléments les plus généralement utilisés pour fonder la chronologie des sites - les céramiques importées - soulèvent ici comme ailleurs de multiples questions.

    • 10 La limite de hauteur de lèvre entre l’amphore Dr. 1A et Dr. 1B a été fixée par A. Tchemia à 55 mm ( (...)

    L’étude des amphores italiques, pourtant effectuée sur un lot considérable, se heurte à un problème d’ordre typo-chronologique. Rappelons que les lèvres d’amphores offrent une grande diversité morphologique à l’intérieur même de chacun des groupes de pâtes pourtant très homogènes définis par l’analyse physico-chimique. Cela devrait logiquement conduire à reconsidérer le problème de la valeur chronologique de la typologie traditionnelle des amphores de type Dressel 1 fondée sur l’évolution des lèvres : lèvres courtes et inclinées (Dressel 1A) plus anciennes que les lèvres hautes en bandeau (Dressel 1B). Si Ton s’en tient malgré tout à ces critères très largement employés dans la littérature archéologique10 et qui sont les seuls termes de comparaison actuellement utilisables, le type Dressel 1A serait très nettement majoritaire dans le fossé du Verbe-Incarné avec 70 % du nombre d’amphores étudiées. Viendraient ensuite le type Dressel 1B (28 %), puis loin derrière le type Dressel 1C (2 %). Ces chiffres ne sont certes pas en contradiction notable avec la datation proposée plus bas mais leur pertinence est fortement remise en question par la mise en évidence des groupes de productions présentés précédemment.

  • La céramique campanienne est trop peu représentée (3 vases), comme sur la plupart des sites de Gaule interne, pour permettre une estimation chronologique précise, et ce d’autant plus que son évolution n’est encore connue que dans ses grandes lignes. On notera simplement qu’il s’agit ici de véritables importations italiques et non de productions tardives provenant du sud de la Gaule ou de la vallée du Rhône.

  • La céramique commune à pâte claire d’origine méditerranéenne est fréquente sur les sites du Midi : à Nages par exemple, l’olpé apparaît au IIe s. et subsiste sans grande évolution jusqu’au milieu du Ier s. av. J.-C. ; en outre, les modifications morphologiques que cette forme subit concernent essentiellement la lèvre et les anses, parties qui sont absentes dans le fossé du Verbe-Incarné.

179La céramique indigène non tournée se révèle largement majoritaire avec près de 70 % des fragments (amphores exceptées). Bien que ce fait soit généralement utilisé comme indice d’une chronologie assez haute dans la Tène finale, il doit être considéré avec prudence ; en effet d’une part l’échantillon est relativement limité, d’autre part il convient de tenir compte d’éventuels particularismes locaux ou régionaux, voire d’une sélection possible du mobilier. Les études menées récemment sur les sites foréziens ou plus largement en Gaule intérieure montrent que l’évolution du pourcentage des céramiques non tournées n’est nullement linéaire et qu’il existe de fortes disproportions dans leur représentation d’un site à l’autre pour une même période chronologique : ainsi à Goincet (Poncins, Loire), une fosse datée du milieu du IIe s. av. J.-C. ne contenait que 20 % de céramique non tournée (Vaginay 1984) ; des pourcentages tout-à-fait équivalents ont été mis en évidence sur le site d’Yverdon (Suisse) daté de 156 av. J.-C. par dendrochronologie (Curdy 1985). Par ailleurs, sur le site d’Etival-Clairefontaine (Vosges) (Dalaut 1988), les trois niveaux d’occupation s’échelonnant entre le milieu du IIe s. et la période augustéenne contiennent des proportions stables de céramique non tournée (environ 30 %). Il est donc difficile dans l’état actuel des recherches de retracer le développement de la céramique non tournée à la Tène finale. Malgré tout, il semble qu’aucun site postérieur au milieu du Ier s. av. J.-C. n’ait livré de céramique non tournée en proportion majoritaire.

180Les seuls éléments disponibles pour fonder la chronologie sont donc la céramique indigène tournée, les fibules et les monnaies, par comparaison avec d’autres sites. Diverses études récentes sur les sites ségusiaves ont montré la rapidité de l’évolution des formes de céramiques fines tournées au niveau régional, et par là même leur valeur en tant qu’indicateurs chronologiques. L’analyse systématique des mobiliers découverts sur l’habitat gaulois de Feurs a permis la mise en place d’une chronologie relative couvrant l’ensemble de la Tène finale et la distinction dans ce cadre d’une série de phases successives caractérisées par un faciès mobilier spécifique (Vaginay 1988).

181Ainsi, la présence conjointe au Verbe-Incarné, de jattes à profil en « S », de vases fuselés en céramique peinte et de coupes imitant la forme campanienne Lamboglia 36, fait précisément référence à la période 1 (75-50 av. J.-C.) du site de Roanne (Bessou 1976) et à la période 3 (120/100 - 80/70) de l’habitat de Feurs (Vaginay 1988), soit la Tène Dl. Sans vouloir fonder la datation sur des arguments ex silentio, il est intéressant de noter l’absence totale (sur 51 vases) de formes typiques des périodes postérieures (bols hémisphériques, assiettes imitant le type Lamboglia 5/7, vases peints à pied balustre).

182Les fibules, bien que peu nombreuses, étaient réparties de manière aléatoire tout au long des 35 m de fossé : elles proviennent des segments 6, 9, 14, 15 et 39. Elles se rapportent à trois types caractéristiques de la Tène finale : fibule filiforme, fibule de Nauheim, fibule de schéma La Tène moyenne. L’association de ces trois types correspond à la première moitié du Ier s. av. J.-C. à Bâle, Usine à gaz (Furger-Gunti 1980) et à Feurs (Vaginay 1988). A Bâle elle précède directement l’apparition massive de nouvelles fibules absentes ici (fibule à coquille, Kragenfibel, fibule Almgren 65).

  • Si la fibule de Nauheim apparaît vraisemblablement au début du le s. av. J.-C., voire à la fin du IIe s., sa période de diffusion maximale, appelée communément « horizon Nauheim », reste sujette à discussion (2e quart du Ier s. av. J.-C. ?).

  • La fibule de schéma La Tène moyenne dérive directement des fibules de cette période. Son évolution est encore mal cernée mais on la trouve au début de la Tène finale sous sa forme à corde externe et bosselage unique, par exemple à Levroux (Indre) (Bouyer 1983) ou en Allemagne à Breisach-Hochtetten (Stork 1981). Les exemplaires à corde interne et bague de fixation semblent se situer dans la première moitié du Ier s. av. J.-C.

  • La fibule filiforme en bronze de type Tène finale, longtemps considérée comme postérieure à la conquête césarienne, apparaît en fait bien avant, sans doute dès le début du Ier s. av. J.-C. à Levroux (Bouyer 1983), à Bâle-Usine à Gaz (Furger-Gunti 1980) et à Roanne, période 1 (Bessou 1976).

183En ce qui concerne les monnaies, la présence de deux potins leuques et d’un potin séquane du type Al défini par Furger-Gunti (1976) renforcent l’ana logie déjà constatée avec l’horizon « Usine à gaz » du site de Bâle. Sans vouloir alimenter la polémique concernant l’apparition des monnaies de potins, il est intéressant de constater une fois de plus la présence de celles-ci en association avec des fibules de Nauheim et dans un contexte céramique typique de la Tène Dl. La monnaie attribuée aux Arvernes correspond à un type qui serait imité d’un denier romain frappé en 67 av. J.-C. (Gentric 1984). Le terminus post quem fourni par cette monnaie revêt suffisamment d’importance pour qu’on s’attarde sur les circonstances de sa découverte. Provenant d’un secteur perturbé par des fosses postérieures, ce bronze fut recueilli au pied d’une coupe stratigraphique lors de sa rectification ; il fut attribué alors au comblement du fossé sur la base d’arguments archéologiques et cela sans que les fouilleurs soient influencés par l’importance de cette trouvaille. Il n’y a donc pas de raison majeure de contester a posteriori son apport à la datation.

184Pour conclure, on constatera en premier lieu que l’hypothèse formulée plus haut d’une brève utilisation du fossé n’est pas contredite par l’examen du mobilier : celui-ci montre en effet une homogénéité chronologique indéniable : tous les éléments concordent pour placer cet ensemble dans le courant de la Tène Dl, soit entre 120/100 et 60/50 av. J.-C. La prépondérance des fibules de schéma Tène finale ainsi que la présence indiscutable d’amphores Dressel 1B (dans une proportion qui reste à préciser) orientent plutôt la datation vers le deuxième quart du Ier s. av. J.-C. Cette fourchette chronologique se resserre même aux années 67-50 av. J.-C. si on prend en compte le terminus post quem indiqué par la monnaie arverne.

185Il subsiste toutefois à ce stade un point litigieux concernant la limite inférieure de la période Tène Dl que l’on s’accorde aujourd’hui à fixer au plus tard au milieu du Ier s. av. J.-C. (Vaginay 1988), voire dans le courant du deuxième quart du siècle. Le caractère somme toute encore relativement arbitraire de telles bornes, en l’absence de datations précises, prend toute son importance face à des périodes historiques aussi riches en événements que celle qui nous occupe ici.

186En conséquence, nous nous garderons bien de préciser outre mesure la limite basse de la fourchette chronologique. On signalera simplement, à titre indicatif, qu’une datation postérieure au milieu du Ier s. va à Γ encontre des études récentes menées dans le cadre régional et plus largement de l’opinion générale actuelle qui tend à remonter la chronologie de la Tène finale d’une à deux décennies.
G.S.

Fonction et signification des vestiges

Des fossés défensifs

187Dans l’Antiquité, les aménagements de fossés peuvent concerner des activités aussi diverses que l’agriculture (drains, canaux d’irrigation, fossés de clôture), le génie civil (drains et caniveaux de voirie) ou le génie militaire (fossés défensifs) et nombreuses sont, chez les auteurs antiques, les mentions de ce type d’ouvrage : Pline l’Ancien, Nat. Hist., VI, 33 ; Χ, 59 ; XVIII, 49 et XXX, 21 ; Vegece, Epitoma rei militari, III, 8 et IV ; Vitruve, De Architectura, I, 4 et 5.

188Il serait donc vain de prétendre définir la nature des fossés du Verbe-Incarné sur de simples considérations morphologiques si d’autres particularités, comme le caractère provisoire de ces ouvrages, leur démantèlement, la présence de négatifs de bois de défense et la nature même de l’occupation brève dont ils conservent les traces ne fournissaient autant d’arguments péremptoires pour affirmer une fonction défensive.

189Aussi n’est-ce pas tant pour étayer cette affirmation qu’une étude comparative s’avère nécessaire que par l’intérêt des conclusions auxquelles elle permet d’aboutir.

Les bois de défense

190La caractéristique essentielle de ces fossés est la présence de négatifs de bois de défense, ce qui les apparente aux fossés armés décrits par César dans ses Commentaires (César, De Bello Gallico, VII, 63 et VIII, 9 ; De Bello Civili, I, 27 ; De Bello Africano, XXI.) ou plus tard par Ammien Marcellin qui les qualifie de sudibus fossae (Hist., XXXI, 12). De tels fossés ont été retrouvés en fouille à Coelbren Gaer en Grande-Bretagne (Jones 1975), à Strasbourg, place Kléber, en avant et à quelque distance d’un rempart tibérien lui-même protégé par un fossé à fond plat (Hatt 1968) et à Nointel, dans l’Oise, qui présente un ensemble de camps établis sur un plateau défendu par un réseau complexe de retranchements aménagés dans les pentes (Matherat 1943) (fig. 49).

49- Les retranchements de Nointel (Oise). (d’après Matherat 1943)

49- Les retranchements de Nointel (Oise). (d’après Matherat 1943)

191Les aménagements de Nointel, que l’auteur rapporte à la seconde campagne de César contre les Bellovaques en 51 av. J.-C., auraient abrité les effectifs de quatre légions accompagnées de plusieurs cohortes d’auxiliaires pendant les 6 à 8 mois de la campagne. Bien que la publication du matériel archéologique fasse défaut pour conforter la datation et l’identification proposées, la confrontation entre les données archéologiques, la topographie du site et le récit de Hirtius (César, B.G., VIII, 9 à 14) apparaît convaincante.

192Ce site offre le double intérêt d’être à peu près contemporain des fossés du Verbe-Incarné et d’apporter nombre d’informations sur les bois de défense : outre de nombreuses traces in situ de piquets et de pieux de modules divers, il a livré un échantillonnage complet de ces bois, remployés dans un marais voisin pour improviser un pont de fascines. Le module des négatifs retrouvés dans les fossés lyonnais correspond à celui de petits piquets acérés que le fouilleur, G. Matherat, identifie à des sudes et des styli (tab. 1). Les mêmes analogies peuvent être relevées en ce qui concerne l’espacement des négatifs dans le fossé amont ou leur disposition en tapis dans le fossé aval. Une différence apparaît cependant dans le mode d’implantation des piquets : à Lyon ils sont fichés au fond d’une rigole puis calés dans celle-ci, alors qu’à Nointel ils sont enfoncés à force dans un fond démuni de rigole, dont l’usage est réservé au calage de gros pieux (acutissimi valli).

Tableau 1 : Caractéristiques comparées des bois de défense de Lyon et Nointel

Tableau 1 : Caractéristiques comparées des bois de défense de Lyon et Nointel

193Les mentions de fossés armés sont cependant relativement rares dans les publications. Outre les cas évoqués ci-dessus, qui présentent des bois de défense implantés au fond du fossé, quelques sites britanniques et allemands montrent ces bois établis dans les parois des fossés ou dans l’escarpe comme à Slack et à Hoffeim, en avant du fossé comme à Neuss, ou entre les fossés dans certaines défenses à fossés multiples, à Brough-on-Humber ou à Metchley (Jones 1975).

  • 11 Nous remercions E. Rabeisen, Conservatrice du musée d’Alésia, qui a eu la gentillesse de mettre à n (...)

194A Alésia dont l’identification avec le site aménagé par César en 52 ne peut faire de doute (Le Gall 1987 ; Bénard 1987 ; Mangin 1987), les fouilleurs n’ont relevé aucune trace de bois de défense dans les divers fossés11) ; ils ne font état que de chaussetrappes (trous de loup) et de chevaux de frise établis en avant ou en retrait des lignes. Ces fossés armés sont pourtant explicitement mentionnés par César qui décrit un fossé de cinq pieds (1,50 m) de profondeur dont le fond est muni de cinq rangées de pieux (César, B.G. VII, 73). Etant donné l’ampleur des fouilles du XIXème siècle et la diversité des structures explorées, les fouilleurs auraient dû rencontrer de tels vestiges ; peut-être les méthodes de fouille de l’époque sont-elles en cause, ou plutôt la nature du sous-sol qui n’aurait pas conservé ces traces puisqu’il n’en est pas davantage question dans les comptes rendus depuis la reprise des fouilles en 1956 ; peut-être est-ce aussi la manière d’appréhender les vestiges puisque Victor Pernet, sans aucunement parler de négatifs, note à propos des « trous de loup » : « [...] évidemment aucun de ces pieux n’a été retrouvé, mais nous pûmes parfaitement nous rendre compte du déplacement qu’avait subi le terrain au moment même où l’on avait enfoncé le pieu ». (Pernet 1906-1910, p. 158).

Des caractéristiques communes a nombre de sites militaires romains

195Beaucoup plus nombreux sont par contre les sites qui ont livré des fossés en tout point comparables à ceux du Verbe-Incarné, si ce n’est qu’aucune mention de bois de défense n’est faite à leur propos. C’est le cas de Caceres (Castra Cecilia) au Portugal, Rôgden ou Vetera sur le limes germanique (Jones 1975), Aulnay-de-Saintonge (Tassaux 1983), Folleville et Vendeuil-Caply en France (Agache 1966) ou encore Newton-on-Trent et Bagington en Grande-Bretagne (Jones 1975).

196Il n’est pas sans intérêt de remarquer que ces similitudes concernent exclusivement des sites militaires romains aménagés entre le début du Ier siècle av. J.-C. et le début du IIème siècle ap. J.-C :

  • le plus ancien, Caceres, est rapporté à la campagne de Metellus en Lusitanie (Portugal), en 79 av. J.-C ;

  • les plus récents sont liés à la conquête de la Bretagne (l’actuelle Angleterre) par Claude en 43 ap. J.-C. et à la réalisation d’un dispositif militaire de contrôle de l’île sous les Flaviens puis sous Hadrien (fin Ier siècle et début IIème siècle ap. J.-C.)

197La datation proposée pour les fossés lyonnais correspond donc au début de cette fourchette chronologique au cours de laquelle prédomine, pour les ouvrages tant temporaires que permanents, l’emploi de la terre et du bois.

198Qu’ils soient armés ou non, les fossés ont des dimensions qui peuvent apparaître faibles pour des ouvrages défensifs : leur largeur ne dépasse que rarement 3,50 m et leur profondeur n’atteint pas 2 m (tab. 2), exception faite pour ceux de la contrevallation et de la circonvallation d’Alésia qui sont d’une ampleur exceptionnelle que César s’est plu à souligner. Cela tient autant à la disparition des parties en élévation (escarpe et contrescarpe) qu’à la fonction même de ces fossés, plus proche de celle de nos modernes réseaux de barbelés que de celle des grands fossés des forteresses médiévales. Le plus souvent édifiés sous la pression des circonstances, ce sont des ouvrages simples destinés bien moins à constituer un barrage infranchissable qu’à briser l’élan d’une charge de cavalerie ou à ralentir les assaillants pour les rendre vulnérables aux traits des défenseurs. Ils se rencontrent d’ailleurs aussi bien au pied d’un rempart de fort ou d’une enceinte de camp qu’en protection de lignes avancées, d’avant-postes ou de lignes de liaison.

Tableau 2 : Caractéristiques comparées de fossés défensifs

Tableau 2 : Caractéristiques comparées de fossés défensifs

A = rigole ; Β = bois de défense ; * = présent ; - = absent ; ? = donnée non publiée.
Largeurs données au niveau du sol antique : Lyon, Nointel, Aulnay-de-Saintonge, Strasbourg, Vetera, Bagington ; pour les autres sites les dimensions sont données à partir du niveau du sol actuel.

199L’inclinaison des parois constitue une autre caractéristique essentielle de ce type de fossé. Préconisée par les auteurs antiques, cette disposition répond à la recherche d’un profil d’équilibre qui prévienne l’éboulement des parois, en même temps qu’elle correspond au moyen le plus économique de réaliser un fossé de dimensions données et qu’elle assure une position fort instable à quiconque s’y tient (ce dont peuvent témoigner les fouilleurs...).

200La logique voudrait donc que tous les fossés fussent triangulaires mais il en est cependant certains de section trapézoïdale ou « en fond de cuve ». Les deux types de fossés sont employés conjointement à Strasbourg, Alésia, Aulnay et Vendeuil-Caply ; de plus un même fossé peut parfois présenter successi vement les deux profils, comme le fossé externe de la contrevallation d’Alésia (Bénard 1977).

201Dans plusieurs cas, une petite tranchée ou rigole de 0,10 à 0,30 m de largeur est aménagée au fond et ce indépendamment du type de profil. A Nointel comme à Lyon, cette rigole est étroitement associée à l’implantation des bois de défense.

202Cette double question de la présence de fonds plats ou de rigoles suscite Outre-Manche les hypothèses les plus contradictoires, débat dont M.J. Jones se fait l’écho sans toutefois prendre nettement position (Jones 1975, p. 36 et 110) :

  • certains auteurs attribuent l’aménagement d’un fond plat à la présence d’une nappe phréatique, à la recherche par les terrassiers d’une position de travail confortable ou tout simplement à l’inachèvement de l’ouvrage ;

  • d’autres y voient le résultat de l’élargissement d’un fossé initialement triangulaire à la suite de curages répétés et considèrent alors la présence d’une rigole médiane, soit comme un vestige du fossé initial, soit comme un dispositif de drainage ou de collecte des boues (« drainage-slot », « cleaning-channel ») ;

  • d’autres encore font de cette rigole un simple piège (« ankle-breaker », littéralement brise-cheville) ou un artefact inhérent au procédé de creusement.

203Parmi ces hypothèses, celles qui mettent en rapport caractéristiques typologiques et entretien des fossés semblent être assez largement admises par les auteurs anglo-saxons ; elles ne tiennent cependant pas devant les faits suivants :

  • à Bagington, le fossé du fort est trapézoïdal et creusé d’une rigole, mais il conserve ses dimensions et sa section sur toute sa longueur, qu’il soit creusé dans le sable ou dans le roc (Jones 1975) ;

  • à Alésia, le fossé externe de la contrevallation présente, selon les secteurs, une section tantôt triangulaire, tantôt trapézoïdale que ne justifie pas un changement de nature du sous-sol, mais que les fouilleurs attribuent au travail d’unités différentes, chacune en charge d’un secteur (Bénard 1977) ;

  • fossés triangulaires et fossés trapézoïdaux sont associés à Alésia dans des ouvrages dont la durée d’usage n’a guère dépassé un mois, alors que des fossés triangulaires existent, parfois de manière exclusive, sur des sites dont l’occupation a été beaucoup plus longue : six à huit mois pour Nointel (Matherat 1943) et probablement plusieurs années pour la plupart des camps ou forts du limes ;

  • à Nointel, et peut-être aussi à Lyon, les rigoles sont comblées par le matériau de calage des bois de défense ; étroitement associées à ceux-ci sur les deux sites, elles servent manifestement à leur implantation.

204En ce qui concerne les fossés lyonnais, on ne saurait donc invoquer l’hypothèse du curage pour expliquer la forme du fossé aval, d’autant moins qu’une telle opération, peu compatible avec la présence de bois de défense, n’aurait pu être pratiquée sans laisser la moindre trace dans le loess.

Des défenses provisoires, rapidement démantelées

  • 12 Au cours des fouilles, ce processus a pu être observé in situ dans un segment excavé du fossé amont (...)

205Les données de fouille et de laboratoire s’accordent pour constater l’inexistence de tout colmatage naturel que le simple cycle des saisons rend pourtant inévitable dans un terrain aussi meuble12. Ce constat, auquel on ne saurait opposer un hypothétique entretien des fossés, rejoint celui de l’absence de tout autre indice attribuable à un usage prolongé, et notamment de tessons gélifs d’amphores, par ailleurs si communs dans les niveaux postérieurs. Il faut donc exclure un séjour hivernal et admettre, pour ces ouvrages, une durée relativement brève, en tout cas inférieure aux quelques mois nécessaires à la formation d’un dépôt tangible.

206Rien ne permet de préciser davantage cette durée ; tout au plus faut-il relever la fraîcheur du fossé amont et l’aspect plus érodé du fossé aval, qui incitent à leur attribuer des durées différentes. Malgré la disparition des relations stratigraphiques, leur contemporanéité ne fait guère de doute car leur parallélisme et leur mode de comblement identique peuvent difficilement relever du hasard. Il est cependant impossible de déterminer si l’un a été comblé avant l’autre ou s’il a été aménagé plus tard et comblé en même temps, ce qui paraît plus vraisemblable. Le matériel recueilli dans le fossé aval ne renseigne pas davantage sur la durée de l’occupation car il peut n’être en rapport qu’avec la phase finale de celle-ci.

207Le remplissage, réalisé de main d’homme, emploie, de façon logique, un matériau prélevé aux alentours. Il intervient dans des fossés préalablement désarmés : la partie vulnérante des bois de défense n’y a laissé aucune trace et plusieurs négatifs étaient oblitérés par des fragments d’amphores ou des ossements. Dans le fossé, l’opération de comblement commence par le rejet d’une masse impressionnante de détritus dont l’accumulation ne correspond nullement à un dépotoir constitué au fil des jours dans un fossé qui aurait perdu sa raison d’être : les indices d’un enfouissement rapide sont manifestes et il n’existe aucun hiatus sédimentologique entre la base et le sommet du remplissage, ce que confirment les recollages effectués entre tessons provenant des différents niveaux.

208Les débris de cols et d’anses formaient au sein du dépôt des collections qui évoquent un transport au moyen de contenants (fig. 25) et l’abondance d’éléments fins tels que cendres et esquilles osseuses suggère de plus l’emploi de pelles pour le ramassage (fig. 22). L’intérêt d’utiliser des débris d’amphores et d’ossements comme matériau de comblement est évident, il ne justifie cependant pas leur transport sur une longue distance et moins encore le contournement de la branche orientale du fossé. Leur déversement depuis l’aval indique donc selon toute vraisemblance qu’ils proviennent d’un secteur situé dans l’angle formé par les deux branches.

209Le comblement des fossés après extraction des bois de défense ne peut s’interpréter que comme un démantèlement. C’est la première fois, à notre connaissance, qu’une telle pratique est attestée par la fouille, quoique R. Agache en suggère l’éventualité à Folleville (Agache 1966, p. 140). Elle n’a pourtant rien de surprenant : c’est le fait d’une troupe aguerrie, soucieuse de ne pas laisser derrière elle une installation importante. Ce démantèlement manifeste en tout cas une volonté déclarée de quitter le site. Il s’ensuit un abandon des lieux que confirme l’existence, au-dessus des fossés, d’une couche limoneuse riche en traces de racines et en galeries d’animaux fouisseurs. Ces constatations rejoignent celles concernant la brièveté de l’occupation, et toutes concourent à établir le caractère temporaire de ces défenses.

Des traces de campement

210L’abondant matériel recueilli dans le fossé aval a servi, nous l’avons vu, au comblement ; il avait été collecté sur une aire proche mais qui n’a pu être retrouvée. Son étude aboutit à des résultats essentiels quant à l’origine et aux conditions de production de ces détritus, et donc quant à la qualité des gens responsables de ce dépôt. Il est constitué, pour 96,5 % de fragments d’amphores et de débris osseux ; le reste comprend des pots à cuire, de la vaisselle, des petits objets, dont la plupart proviennent du fourniment personnel, et enfin une poignée de clous. Il était accompagné de galets et de fragments de soles en terre cuite, de cendres et de charbons de bois qui proviennent de foyers aménagés.

211Considéré dans son ensemble, ce matériel correspond indiscutablement à un faciès culturel gaulois : il comporte les mêmes productions, d’origine locale ou italique, que celles habituellement rencontrées sur les sites de la Tène finale, il révèle un même goût pour le porc et le vin, il présente en outre des affinités certaines avec les sites ségusiaves de la Loire, en particulier par la typologie et le décor des céramiques indigènes (Vaginay 1988). Il s’en distingue pourtant radicalement par des particularités qui n’ont jusqu’ici été que rarement rencontrées.

  • Les déchets alimentaires sont surabondants puisque fragments d’amphores vinaires et restes d’animaux consommés représentent la quasi-totalité de l’ensemble. Ce fait important a une signification intrinsèque : cette surabondance procède d’une activité presque exclusivement consacrée à la nourriture. L’ensemble, remarquablement homogène, témoigne de toute la gamme des opérations liées à cette activité, depuis l’abattage des animaux jusqu’à la consommation du repas, en passant par la cuisson des viandes et l’ouverture des amphores ; les diverses catégories de déchets correspondant à chacune de ces opérations sont normalement représentées dans le dépôt.

  • Toutes les opérations se sont succédé sur la même aire. Les différentes catégories de déchets sont, en effet, intimement mêlées alors que les fragments d’un même objet brisé en cours d’emploi, une amphore par exemple, ne sont que peu dispersés, ce qui exclut tout mélange de lots de provenances diverses lors d’un éventuel stockage préalable au comblement, ou au cours du transport et du dépôt dans le fossé. La calcination, totale ou partielle, de certains tessons ou ossements indique par ailleurs qu’ils ont été rejetés dans les foyers, ce qui est une pratique habituelle, quelles que soient la culture et l’époque, lors d’un repas pris autour du feu.

  • L’alimentation est peu variée, tant dans sa composition que dans sa préparation. Les détritus témoignent d’une consommation de porc et de vin, ce qui n’écarte évidemment pas celle d’autres aliments qui ne laissent pas de traces archéologiques.

  • La part du porc dans l’alimentation carnée ne peut être rapportée à aucun contexte connu. Elle représente ici 85 %, ce qui est très supérieur aux pourcentages habituellement constatés quel que soit le contexte : de 31,1 % à 48,5 % à Feurs (Loire) dans les niveaux d’habitat de la Tène Finale (Vaginay 1988) ; 18,8 % au cours de la période 100-30 avant J.-C., sur l’oppidum de Nages (Gard), c’est-à-dire dans un contexte nettement plus méridional et romanisé (Columeau 1978) ; enfin 37,5 % dans la grande villa italique de Settefinestre (Italie), entre les années 50 av. J.-C. et 90 ap. J.-C. (Thomas 1985).

  • La viande est découpée de façon très professionnelle, avec des gestes tellement systématisés que l’on est tenté d’y voir la main d’un boucher unique. La cuisine est simple et certains des morceaux traditionnellement réservés au fumage ou à la salaison, tels les jambons, sont ici débités en gros quartiers et rôtis au feu, d’autres, tels les pieds, sont rejetés sans être consommés. Elle a pour corollaire la rareté de la céramique culinaire et de la vaisselle de table ; peut-être ces ustensiles n’étaient-ils que peu utilisés, ou plus probablement étaient-ils en tôle ou en bois, ce qui serait logique dans le cas d’une troupe en campagne qui ne s’encombre pas alors d’une vaisselle pesante et fragile.

  • La variété des amphores souligne la diversité des vins consommés. Les nombreuses amphores d’Etrurie, et notamment celles signées Sestius, correspondent à des vins sans grande réputation qui relèvent manifestement d’une consommation courante (Tchernia 1986). Ces productions prédominent nettement et forment des lots si homogènes qu’ils évoquent des arrivages de cargaison. Les amphores campaniennes, bien qu’il soit discutable de généraliser la qualité de quelques grands crus très localisés à toute une région, indiquent vraisemblablement des vins supérieurs. Enfin, les quelques amphores Dr. 1C apparaissent dans ce lot par ailleurs homogène comme des contenants d’un autre âge qui font indéniablement penser à une minorité de produits de qualité.

  • La manière d’ouvrir les amphores est en revanche des plus expéditive, puisqu’elles sont systématiquement sabrées. Cette façon de procéder participe des mêmes mœurs que celles déjà relevées à propos de la cuisine ou du repas.

212Cette uniformité du régime et des pratiques alimentaires ne peut résulter que d’une consommation collective, à la fois massive et limitée dans le temps. La quantité d’aliments consommés est en effet considérable : la seule partie fouillée du gisement a livré un minimum de 272 amphores, ce qui, pour une capacité variant de 20 à 25 litres par amphore, représente au bas mot une consommation de 5440 1 de vin et les 9331 restes osseux correspondent à une quantité de viande qui, si elle n’est pas encore chiffrée (au minimum 57 individus), n’en est pas moins à la mesure de celle du vin. Les nombreux débris de carcasses enfouis avant même d’être désolidarisés par la décomposition comprennent des déchets de boucherie, ce qui témoigne de la rapidité avec laquelle se sont déroulés non seulement la phase finale d’enfouissement mais surtout l’ensemble des opérations depuis l’abattage des animaux.

213Le processus de désolidarisation peut être plus ou moins rapide car il dépend pour beaucoup de facteurs saisonniers, mais il ne peut, en l’absence manifeste de toute trace d’une période de gel, excéder quelques semaines. L’impression qui prévaut cependant est celle d’un séjour encore plus court, qui seul peut rendre compte aussi bien du rejet des ordures sur le lieu même du repas que de la rareté des traces d’animaux nécrophages. Ces données correspondent donc au campement d’une foule relativement nombreuse mais dont les effectifs ne peuvent pourtant être évalués puisque l’ampleur réelle du gisement et la durée exacte du séjour demeurent inconnus.

Un camp retranché temporaire

214Il est clair que ces vestiges ne représentent qu’une partie d’un ensemble beaucoup plus vaste donc on ne connaît pour l’instant ni le plan ni l’organisation. Ce fait n’interdit cependant pas d’étendre les données concernant la nature de l’ouvrage et de l’occupation à l’ensemble de l’installation, car les fossés en font intrinsèquement partie, d’autant que le reste du site n’a livré aucun indice contradictoire. Ces données s’accordent fort bien avec l’hypothèse d’un camp retranché temporaire, elles excluent par contre toute hypothèse d’une quelconque installation de nature différente, telle qu’habitat, sanctuaire ou oppidum, dont il n’existe par ailleurs pas la moindre trace.

215Aucune des pratiques constatées dans cette étude ne relève des mœurs domestiques. L’origine indiscutablement indigène de l’équipement, la durée limitée du séjour, le caractère à la fois sommaire et collectif de la cuisine, l’abondance du vin et la rusticité des usages de table peuvent évoquer un de ces grands banquets rituels rapportés par le fragment 18 de Poseidonios, cité par Athénée, IV, 154 b-c (Brunaux 1986, p. 91 ; Tchernia 1986, p. 322) et que les ethnologues assimilent au « potlach » (Mauss 1925). Le trait dominant de ces cérémonies, qui avait frappé les auteurs antiques, c’était les quantités considérables de vin et de nourriture offertes aux convives par des chefs soucieux de leur prestige et désireux de faire preuve de leur faste. Cette hypothèse séduisante cadre cependant assez mal avec l’association de ces déchets à un ouvrage défensif qui passe difficilement pour un fossé d’enclos cultuel (Brunaux 1985) ou de « Viereckschanze » (Berger 1963), sauf à admettre qu’une telle cérémonie se déroulât dans le cadre d’un camp fortifié, ce que n’indique nullement le texte de Poseidonios.

216La découverte d’une tête de femme au sein de l’amas de détritus complète le tableau d’un détail singulier. Cette « présence paradoxale » (Brunaux 1986) pose la question d’une signification cultuelle ; tout indique cependant que la tête n’a fait l’objet ni d’une véritable inhumation ni d’un rite quelconque, mais qu’elle faisait tout simplement partie des détritus. Cette tête est d’ailleurs le seul indice tangible d’une présence féminine sur le site car la fusaïole découverte à proximité, bien que traditionnellement attribuée à l’instrumentum féminin, est aussi utilisée, comme les aiguilles ou les dés à coudre, par les groupes dépourvus de femmes tels que bergers, marins ou militaires. Au-delà de l’anecdote, cette découverte suscite pour le moins l’interrogation sur la part faite aux femmes par la communauté ici représentée.

217Les données correspondent en revanche fort bien aux pratiques d’une troupe en campagne ; les détritus proviendraient en ce cas de leur cantonnement. De surcroît, une organisation militaire est, mieux que toute autre, à même de réunir des effectifs importants, d’en assurer le ravitaillement et de réaliser des ouvrages défensifs. Cela n’a rien de contradictoire avec la rareté du matériel spécifiquement militaire qui se résume à deux balles de fronde (et encore peut-il s’agir de projectiles de chasse) puisque des militaires en opération sont censés veiller soigneusement à leur armement.

218Les sites de Nointel et de Folleville fournissent des plans particulièrement complets de camps retranchés dont la topographie peut éclairer la découverte lyonnaise (fig. 50). Nointel aurait abrité pendant 6 à 8 mois les effectifs de quatre légions accompagnées de troupes auxiliaires (Matherat 1943). Deux camps légionnaires de 22 ha et un camp prétorien de 1,6 ha, entourés chacun de leur enceinte propre, sont réunis dans une vaste enceinte qui défend la partie sommitale du plateau. A des distances diverses, plusieurs camps de cohortes de 2 à 4 ha et de petits forts sont établis sur des positions stratégiques d’où ils commandent des sources ou des accès importants ; l’ensemble est complété par divers retranchements et lignes de barrage établis dans les pentes jusqu’au pied du plateau et il est relié par des lignes de liaison fortifiées. Folleville présente un camp analogue, quoique plus modeste car correspondant aux effectifs d’une seule légion : d’une superficie de 15 ha, il est protégé par une enceinte à double fossé et par un réseau de lignes avancées et d’avant-postes reliés par des lignes de liaison (Agache 1966).

50-Comparaison des retranchements de Lyon-la Sarra avec les camps de Nointel (Oise) et Folleville (Somme)

50-Comparaison des retranchements de Lyon-la Sarra avec les camps de Nointel (Oise) et Folleville (Somme)

219Ces exemples illustrent le développement considérable des retranchements autour d’un camp et la dispersion de certains cantonnements. Il peut paraître délicat de situer les fossés lyonnais dans un tel réseau, d’autant que le démantèlement a fait disparaître les parties en élévation susceptibles d’indiquer leur fonction dans le dispositif défensif : ainsi l’absence de vestiges de palissade nous prive d’une information essentielle pour situer l’intérieur des lignes mais ne permet pas, en revanche, de conclure à l’inexistence d’une palissade dont les poteaux ont pu être implantés dans l’épaisseur d’une éventuelle escarpe. Cependant, la situation topographique des fossés, établis en biais dans la pente, interdit de les interpréter comme étant ceux de l’enceinte qui doit nécessairement se trouver plus haut, dans une partie non fouillée du site ; cette situation correspond en revanche beaucoup mieux à celle de lignes de barrage ou de lignes de liaison (.brachiae). Ces ouvrages protègeraient donc un camp qu’il reste à découvrir mais qui a toute chance de se trouver sur le plateau de la Sarra (fig. 50). Dans ce cas, le cantonnement dont proviennent les détritus serait établi dans le réseau des défenses extérieures, ce qui s’accorde d’ailleurs bien avec le constat de leur rejet depuis le bord aval du fossé.

220La mise en œuvre défensive qu’implique cette interprétation dépasse, à notre avis, celle d’un simple camp de marche. Cette opinion rejoint les données concernant la durée des installations, qui correspondent mieux à un campement temporaire. L’ensemble constitué par le plateau de la Sarra et l’éperon de Fourvière se prête bien à l’établissement d’un tel camp : par sa situation, il domine le confluent Rhône-Saône et commande le vallon de Trion qui, au plan local (cf. infra), reliait commodément les vallées des deux cours d’eau en évitant le confluent aux berges alors peu praticables ; par sa configuration, il offre une surface en pente douce limitée par de forts escarpements constituant autant de défenses naturelles.

221La superficie disponible peut varier entre 24 et 28 ha, selon que le dispositif se limite au plateau de la Sarra ou qu’il englobe l’éperon de Fourvière, ce qui paraît vraisemblable. Cette surface est à comparer aux 11 à 12 ha nécessaires, selon l’estimation généralement retenue, au campement d’une légion. Une telle étendue peut surprendre, comparée à celle des casernements antiques permanents, mais les études anglaises ont montré de façon indiscutable la nette différence entre forts permanents et camps temporaires : les premiers couvrent au plus 5 ha alors que les plus petits des camps repérés en Ecosse avoisinent 13 ha (Wilson 1979). Le site de Lyon - La Sarra permettait donc l’établissement d’un camp dont les effectifs ne peuvent dépasser ceux de deux légions. La figure 50 illustre ce propos : elle montre, à la même échelle, la topographie du site de Lyon et les plans des camps de Nointel (4 légions) et de Folleville (1 légion).

222Ces considérations déterminent les limites dans lesquelles doit s’inscrire le débat historique sur l’identification de ce camp.

Pour quelle troupe ?

223A vrai dire, l’association des déchets et des fossés pose un autre problème : il est a priori étrange de rencontrer un matériel au caractère indigène marqué dans un ouvrage au caractère romain non moins marqué et ce dans un contexte qui, s’il évoque fortement les moeurs militaires, n’est cependant pas celui d’une bataille. L’enfouissement de matières périssables excluant qu’il puisse s’agir d’une reprise d’un matériel ancien, il faut bien constater cette contradiction et en envisager les implications.

224On ne peut d’emblée écarter l’hypothèse d’un cantonnement de troupes gauloises. La facture des fossés n’exclut pas, en effet, qu’il s’agisse d’un ouvrage gaulois car César mentionne parfois l’utilisation, par ses adversaires, des méthodes romaines de retranchement et de siège. Ainsi, en 56 av. J.-C., lors de la campagne d’Aquitaine, P. Crassus est assiégé selon les règles de l’art par des troupes ayant à leur tête « ceux qui avaient longtemps servi sous Q. Sertorius et qui passaient pour très habiles dans l’art militaire » (César, B.G. III, 23) ; deux ans plus tard, en Belgique, Q. Cicéron est assiégé de même par les Nerviens qui avaient observé les ouvrages romains lors de campagnes précédentes et « appris cet art de quelques prisonniers de l’armée » (César, B.G. V, 42). La mention de ces faits par César revient cependant à en souligner le caractère exceptionnel ; il s’agit là, au demeurant, d’un emprunt circonstanciel, purement tactique, qu’on ne saurait confondre avec la pratique régulière de l’art du retranchement (munitio) par les Romains qui relève alors bien du domaine de la stratégie. Mais ces considérations ne sauraient pour autant régler la question. Le contexte est favorable au processus d’acculturation que traduirait en ce cas la facture du camp : celui-ci est situé en rive droite de la Saône, sur le territoire des Ségusiaves, peuple client des Eduens, eux-mêmes « alliés privilégiés » de Rome, et il est fort proche de la Narbonnaise, province dont la romanisation est en cours depuis environ un demisiècle. Les circonstances ont donc pu fournir maintes occasions à des troupes ségusiaves d’apprendre des Romains l’art du retranchement.

225La nature éminemment défensive de l’ouvrage, la maîtrise technique de la réalisation et la préoccupation fondamentalement militaire exprimée par le démantèlement s’avèrent pourtant être des arguments des plus probants en faveur d’une présence romaine. En tout état de cause, cette présence ne serait pas contradictoire avec les faits établis à partir du mobilier archéologique.

  • Ainsi, l’usage de vin n’a rien d’anormal dans ce contexte : certes il ne fait pas partie de l’ordinaire où il est remplacé par la posca (Tchernia 1986) mais de nombreux exemples montrent que le règlement n’était pas toujours respecté, y compris et peut-être même surtout par des troupes en campagne. A Alésia, la mention de découverte d’une « quantité considérable de débris d’amphores » (Pernet 19061910) revient fréquemment sous la plume du fouilleur, et ce toujours dans le voisinage des camps romains. La diversité de la consommation, marquée par une prédominance massive de vins ordinaires et la présence de quelques crus supérieurs, pourrait ainsi refléter la hiérarchie militaire.

  • L’absence d’amphores à huile ne constitue pas un argument, car il est loin d’être certain que l’huile fasse partie de la ration à l’époque républicaine (Tchernia 1986).

  • La consommation de porc n’est l’apanage ni des Gaulois ni des Romains. La place prépondérante qu’elle tient ici dans l’alimentation pourrait précisément être l’indice d’une consommation militaire : l’ordinaire s’accorde-t-il aux goûts de la troupe ou ne dépend-il pas plutôt des aléas de l’approvisionnement ? La provenance locale du troupeau, attestée par l’abattage sur place des bêtes, illustrerait alors le pragmatisme de l’intendance.

  • La présence de fourniment et de vaisselle gauloise parmi les rebuts du cantonnement n’est pas davantage anormale. Le pillage suffirait à expliquer le fait, mais l’hypothèse d’un cantonnement d’auxiliaires gaulois rend encore mieux compte de l’ensemble des données. La levée de troupes indigènes est une pratique habituelle des stratèges romains : il n’est qu’à se reporter au De Bello Gallico pour en trouver de multiples exemples. S’agirait-il de cavalerie dont on sait qu’elle est de recrutement indigène ? Les restes osseux de chevaux correspondent à des animaux de grande taille qui n’ont manifestement pas été abattus pour la consommation ; ils attestent en tout cas l’existence de cavaliers parmi les troupes rassemblées au Verbe-Incarné.

226P.T.

Le fossé de la rue Le Châtelier

227Aux deux ouvrages décrits précédemment, il convient d’ajouter un troisième fossé, découvert lors d’une fouille de sauvetage suscitée par le projet de construction d’un réservoir d’eau, rue Henri Le Châtelier (fig. 15). La parcelle concernée, d’une superficie proche de 2000 m 2 est située dans le secteur le plus élevé du plateau de la Sarra (NGF 294 m), sur la colline de Fourvière, à l’ouest du clos du Verbe-Incarné (fig. 3).

228Cette fouille (oct. 1986 - mars 87) a permis la découverte d’un certain nombre de vestiges antiques apparus immédiatement sous la terre arable mais malheureusement très arasés. En effet, au Bas Empire, la récupération des matériaux provenant des bâtiments antiques a été à l’origine d’un premier arasement. Mais l’essentiel de la destruction s’est effectué à l’époque moderne où les témoins archéologiques éventuels relevant des époques intermédiaires ont été complètement rasés lors de la transformation des lieux en jardins ouvriers. La volonté de conserver le niveau de la rue Le Châtelier comme niveau d’utilisation de ces jardins a entraîné le surcreusement du terrain, avant l’apport de terre arable indispensable à la culture.

229L’altitude à laquelle s’observent les différentes structures ne correspond donc pas à leur niveau primitif d’utilisation. C’est ainsi qu’il ne reste qu’une faible épaisseur stratigraphique des premières traces d’installation antique.

Description morphologique

230Le segment de fossé correspondant à ces premières traces a été mis au jour dans la zone sud-ouest de la parcelle, à environ 280 m du fossé amont du Verbe-Incarné.

231Les constructions postérieures en ont fait disparaître une grande partie (fig. 51). Le fossé est en effet interrompu par les trois aménagements suivants :

  • une grande fosse d’extraction du loess, au sud (diamètre minimum 8 m) ;

  • les substructions d’un édifice antique monumental au nord ;

  • les fondations d’une platée (-1,4 m) au nord-est.

51-Rue Henry Le Châtelier : plan général des vestiges

51-Rue Henry Le Châtelier : plan général des vestiges

232Le segment de fossé a donc été découvert sur une étroite bande de terre. Le fait que cette dernière n’ait pas été perturbée par la fosse d’extraction du loess est dû à un phénomène géologique local : à cet endroit, le banc loessique s’amincit considérablement, passant de 2 m à 0,4 m d’épaisseur et interrompant ainsi l’exploitation du gisement.

233Bien que ces perturbations n’aient permis l’étude que d’un tronçon de 4 m de longueur, il est possible de restituer le tracé du fossé sur au moins 18 m, du fait de son repérage dans la coupe sud du terrain. Le fossé est conservé sur une profondeur de 0,70 m environ (hypsométrie supérieure : 293,34 m). Son profil a la forme d’un « V » dont la pointe est constituée d’une petite rigole (fig. 52). Le fond de cette rigole est occupé par une série de gros galets (fig. 53). L’analyse a permis d’établir que ces galets appartiennent à la phase de comblement ; avant d’être jetés au fond du fossé, ils ont été utilisés comme éléments de foyers ainsi qu’en témoignent les traces de rubéfaction observées sur la plupart d’entre eux.

52-Rue Henry Le Châtelier : fossé vu en coupe

52-Rue Henry Le Châtelier : fossé vu en coupe

53-Rue Henry Le Châtelier : vue du fossé après dégagement

53-Rue Henry Le Châtelier : vue du fossé après dégagement

234Le fossé a été aménagé dans le terrain naturel (loess et moraine). L’étude de son remplissage, composé de loess légèrement oxydé et de quelques petits galets morainiques, n’a pas permis d’identifier une stratification quelconque pouvant indiquer plusieurs phases dans le comblement. Le remblayage paraît donc avoir été réalisé volontairement : au vu de la profondeur du fossé on imagine mal en effet un colmatage à la fois naturel et rapide. L’examen des parois du fossé taillées dans le loess - terrain pourtant très meuble - a montré qu’elles ne présentaient aucune trace de ravinement, inévitables en cas d’ouverture prolongée. Il semble donc que le fossé n’a été utilisé que durant un bref laps de temps.

Étude du mobilier

235L’inventaire du mobilier provenant du remplissage a permis de reconnaître 266 tessons d’amphores, 145 tessons de céramique domestique, 8 fragments d’objets métalliques non identifiés et 75 fragments d’ossements animaux (fig. 54). Aucune monnaie ni fibule n’a été découverte.

54-Rue Henry Le Châtelier : histogramme de répartition du mobilier

54-Rue Henry Le Châtelier : histogramme de répartition du mobilier

1. Amphores ; 2. Ossements ; 3. Céramique domestique ; 4. Métal.

236La céramique domestique (29,30 %) se répartit dans les quatre catégories définies précédemment pour le mobilier du Verbe-Incarné. L’analyse, effectuée par G. Sandoz que nous remercions ici, a permis d’identifier les vases suivants (fig. 55 n° 1 - 12) :

  • céramique non tournée à pâte grossière (97 tessons)

237- lèvre de vase ovoïde (n° 1 et 2)

238- lèvre d’écuelle à bord rentrant (n° 3)

239- rebord de couvercle (n° 4)

  • céramique tournée lissée à pâte fine (26 tessons)

240- fond de vase ovoïde (n° 5)

241- fond d’écuelle à bord rentrant (n° 6)

242- lèvre de coupe non identifiée (n° 7)

243- lèvre de bol ou coupe non identifié (n° 8)

244- fond de coupe-couvercle (n° 9)

  • céramique peinte (9 tessons)

245- fond de vase non identifié (n° 10)

246- fond de vase cylindrique ; deux registres peints (rouge et blanc) servent de fond à un décor brun d’échelle horizontale (n° 11)

  • importation (13 tessons)

247- fragment de pied annulaire d’olpé provençale en pâte claire (n° 12).

248L’analyse typologique de cette céramique, s’appuyant sur une dizaine de vases seulement, montre que la plupart des formes sont souvent peu typiques ou que les fragments sont trop petits pour être identifiés. L’élément le plus caractéristique, en dehors du fond d’olpé vraisemblablement importé, est le fragment de vase peint cylindrique que l’on retrouve sur les sites foréziens, en particulier dans la nécropole de Feurs (rens. oral M. Vaginay), mais aussi à Lyon même, au Verbe-Incarné, dans une fosse ayant recoupé le fossé aval (fig. 75 n° 7) dans des contextes datés à partir des années 40 av. J.-C.

249L’analyse technologique de ces céramiques semble indiquer par ailleurs que près de 80 % de tessons de céramique fine tournée possèdent une pâte d’un gris uniforme typique d’une cuisson de type réducteur-réducteur (mode B) (Picon 1973), malgré la présence de plusieurs vases calcinés pouvant quelque peu fausser ce taux. Cette observation mérite d’être notée puisque, au Verbe-Incarné, ce type de production est totalement absent. Cette constatation semble par conséquent révéler un léger décalage chronologique entre les deux sites ; en effet ce procédé de cuisson ne semble pas antérieur au milieu du Ier s. av. J.-C. dans notre région, et dans de nombreux autres secteurs de Gaule intérieure (Villeneuve-Saint-Germain, Aisne) (Debord 1982). Sur les sites foréziens, il est considéré comme un indice assez sûr de datation dans la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C. (Vaginay 1988).

250L’étude des fragments d’amphores a permis d’identifier quatre lèvres et trois fonds appartenant au type Dressel 1 (fig. 55 n° 13-19), et plus particulièrement à la catégorie 1A d’après les critères de définition traditionnels (hauteur de la lèvre inférieure à 55 mm ; Tchernia 1986).

55-Rue Henry Le Châtelier : céramique domestique et amphores

55-Rue Henry Le Châtelier : céramique domestique et amphores

1-4. Céramique non tournée à pâte grossière ; 5-9. Céramique tournée à pâte fine ; 10-11. Céramique peinte ; 12. Céramique importée ; 13-19. Amphores Dressel 1

Comparaison avec les fossés du verbe-incarné

251Au regard de ces différentes données concernant la morphologie de ce fossé et le mobilier qu’il a livré, il est tentant d’établir une comparaison avec les fossés du Verbe-Incarné.

Morphologie

252Tout d’abord, quatre analogies entre les deux ensembles méritent d’être notées :

  • les proportions de ces fossés sont semblables (fig. 56) ; bien que celui de la rue Le Châtelier ait été arasé, sa restitution permet de montrer que ses dimensions originelles sont proches de celles des fossés du Verbe-Incarné : le profil du fond du fossé de la rue le Châtelier évoque celui du fossé amont du Verbe-Incarné et l’évasement de sa partie supérieure se rapproche de celui du fossé aval ;

  • l’étude des remplissages montre une similitude dans le mode de comblement des fossés, anthropique et rapide dans les trois cas ;

  • la courte durée d’utilisation des fossés des deux sites est confirmée par l’analyse des parois et des comblements ;

  • bien que l’absence d’une implantation humaine antérieure soit difficile à démontrer, dans les deux cas ces fossés semblent constituer une première occupation sur un terrain vierge de toute installation.

253Mais le fossé de la rue Le Châtelier se distingue par deux particularités :

  • le tronçon étudié ne comportait aucune trace de piquets dans sa partie inférieure ; ce fait peut s’expliquer par la nature même du sol : le terrain morainique dans lequel est creusé le fossé est très dense et compact, et donc peu adapté à l’ancrage de piquets ; de plus, la brièveté de l’utilisation du fossé suggère une installation sommaire n’exigeant sans doute qu’une mise en œuvre minimale ; on peut toutefois très bien imaginer la présence de ces piquets dans le secteur sud à l’endroit où la couche de loess s’épaissit, permettant ainsi l’implantation de pieux ; il convient en effet de noter que, sur le site du Verbe-Incarné, ce type de structure n’apparaît pas systématiquement sur toute la longueur des fossés étudiés ;

  • l’orientation des fossés du Verbe-Incarné est différente de celle du fossé de la rue Le Châtelier puisqu’ils forment entre eux un angle de 24°. Ce fait n’est cependant pas nécessairement signifiant : les réseaux de fossés étudiés en Gaule présentent en effet couramment des tronçons de directions très variées, comme en témoigne par exemple le site de Nointel (Matherat 1943).

56-Profils comparés des trois fossés du plateau de la Sarra

56-Profils comparés des trois fossés du plateau de la Sarra

Mobilier

254La première différence notable entre les deux ensembles réside dans les proportions relatives des diverses catégories de mobiliers. L’examen de l’histogramme de répartition du mobilier de la rue Le Châtelier (fig. 54) montre une proportion d’amphores supérieure à celle des céramiques domestiques (64,8 % contre 35,2 %) ; cette prédominance des fragments d’amphores est cependant nettement inférieure à celle constatée au Verbe-Incarné (fossé aval) où leur taux s’élève à 95 %, contre 5 % seulement pour les céramiques domestiques. Quoi qu’il en soit, ces chiffres restent très éloignés de ceux que l’on trouve généralement sur les habitats du second âge du Fer en Gaule interne où l’amphore dépasse très rarement 20 % de l’ensemble du mobilier céramique.

255Par ailleurs, la représentation des ossements animaux est, elle aussi, très inférieure dans le fossé de la rue le Châtelier : 15,5 % contre environ 40 % au Verbe-Incarné. Mais cette différence de concentration peut s’expliquer par la diversité d’origine des comblements.

256Enfin, l’état de conservation du mobilier constitue un autre point de divergence notable entre les deux ensembles. Qu’il s’agisse des céramiques ou des ossements, leur indice de fragmentation est beaucoup plus élevé que dans les fossés du Verbe-Incarné. De plus, l’examen de ce mobilier a permis de constater qu’il avait subi une forte érosion qu’on ne retrouve pas non plus au Verbe-Incarné. Celle-ci ne peut s’être produite in situ en raison de la forme du fossé qui rend quasi-impossible toute circulation.

Essai de datation

257Une similitude indéniable ressort de cette comparaison entre les deux sites étudiés. Mais peut-on pour autant affirmer que ces trois fossés appartiennent à un même ensemble ?

258On peut alléguer que la situation respective des fossés dans le campement ou leurs différences de fonction peuvent expliquer les divergences observées.

259En définitive, seule la détermination de la datation doit permettre de trancher et d’indiquer si ces fossés font bien partie du même système. Dans ce domaine, l’analyse des mobiliers a permis de mettre en évidence deux points essentiels :

  • la céramique fine tournée grise n’est présente que dans le fossé de la rue Le Châtelier ; son absence dans les fossés du Verbe-Incarné ne peut pas être considérée comme fortuite dans la mesure où, sur les sites régionaux de l’âge du Fer, de telles productions ne sont jamais associées aux formes les plus typiques livrées par ces fossés ;

  • la même remarque peut être faite pour le vase peint cylindrique, qui n’est jamais associé aux vases peints élancés, présents en plusieurs exemplaires dans les fossés du Verbe-Incarné ; la présence, dans une fosse postérieure au fossé aval, de l’un de ces vases cylindriques illustre pleinement ce fait.

260Par ailleurs, compte tenu du faible échantillonnage de céramique domestique livré par le fossé de la rue Le Châtelier et de son caractère souvent peu typique, il serait dangereux de vouloir tirer parti de l’absence des autres types les plus caractéristiques des fossés du Verbe-Incarné : coupes imitant la céramique campanienne, jattes à profil en « S ». Plus significative pourrait être l’absence de toute production typiquement augustéenne (sigillée, paroi fine, cruches à bord mouluré...).

261Ces divers éléments tendraient donc, malgré la faiblesse du lot étudié, à suggérer une légère postériorité pour le mobilier de la rue Le Châtelier ; l’élément de datation le plus sûr étant constitué par la présence de céramique grise, il ne semble guère possible de situer cet ensemble plus haut que le milieu du Ier s. av. J.-C, voire les années 40. Mais cette postériorité n’étant que très relative et la chronologie du mobilier du Verbe-Incarné n’étant pas elle-même établie de manière définitive, la discussion reste ouverte en attendant les résultats des recherches futures...
M.M.

En guise de conclusion, César, Plancus et les autres...

262Il s’agit maintenant de déterminer en quel sens et jusqu’à quel point la découverte de ces trois lambeaux de « vestiges en creux » renouvelle la question des origines de Lyon.

263Tout d’abord, un consensus minimum devrait s’établir sans difficulté sur certains points qu’on peut considérer comme définitivement acquis.

  • On a affaire à des défenses de tradition romaine correspondant à un campement transitoire dont l’effectif, du fait de la topographie, peut être tenu pour relativement limité (de l’ordre d’une à deux légions).

  • La durée du campement est plus difficile à appréhender, mais deux faits permettent de l’apprécier avec une relative précision. Que l’on retienne ou non l’hypothèse de brachiae, le fait que les fossés du Verbe-Incarné soient armés constitue déjà une mise en œuvre défensive trop importante pour un camp de marche ayant servi une seule nuit. D’autre part, l’absence de traces d’entretien ou de colmatage naturel interdit de voir ici une occupation de plusieurs années.

  • Tout le monde sera d’accord pour attribuer l’ensemble du mobilier à la Tène Dl. Mais la période chronologique que recouvre cette désignation est relativement imprécise et prête à discussion. Il est toutefois possible de s’entendre sur des limites intrinsèques à la découverte. Les conditions quelque peu équivoques de ramassage de la monnaie d’Epadnactos ne semblent pas un argument suffisant pour abandonner la date de 67 av. J.-C. qu’elle offre comme terminus post quem. A l’autre extrémité, il semble raisonnable de considérer la date de naissance de la ville (43 av. J.-C.) comme terminus, dans la mesure où les fossés sont oblitérés par un urbanisme qu’on s’accorde à l’heure actuelle à faire remonter aux toutes premières années de la colonie.

264Pour le reste, l’interprétation s’avère d’autant plus délicate que ces trois sections de fossé ne représentent assurément qu’une très modeste partie d’un ensemble complexe dont l’organisation nous échappe totalement. L’essentiel de cet ouvrage, exclusivement de bois et de terre, a en effet disparu, d’abord dans le démantèlement de l’installation, puis dans les terrassements consécutifs à l’urbanisation antique.

265L’unicité même de l’établissement fait problème. Rien n’interdit en effet, que plusieurs camps se soient succédé sur le site car, comme les écueils amoncellent les épaves aux mêmes endroits, les atouts de cette position s’ils ont attiré un stratège, sont sans aucun doute apparus avec la même acuité à d’autres.

266De ce point de vue, l’absence de liaison stratigraphique, comme certaines divergences dans les ensembles de matériel, rendent sujette à caution la contemporanéité des trois fossés. Un argument plaide toutefois en sa faveur pour les portions du Verbe-Incarné dont le quasi parallélisme peut difficilement être attribué au hasard. Pour le troisième, éloignement et différence d’orientation amplifient quelques divergences qui reposent avant tout sur l’analyse du matériel et qui ne sont peut-être pas aussi déterminantes qu’il y paraît à première vue.

267Le matériel appartient à une période de transition (passage de la Tène Dl à la Tène D2) correspondant aux marges des ensembles stratigraphiques qui caractérisent ces horizons et dont les repères chronologiques sont d’autant plus fluctuants et controversés. Dans un tel contexte, le simple jeu de la présence ou de l’absence de certaines formes prend une place prépondérante dans l’interprétation qui est directement tributaire des lois de la statistique. Le matériel est en nombre insuffisant tant au Verbe-Incarné (788 tessons) que rue Le Châtelier (145 tessons) pour que le décalage perceptible entre les deux ensembles puisse être sérieusement pris en considération. Ainsi, l’abondance de céramique grossière non tournée peut aussi bien s’expliquer par le mode de formation du gisement (par exemple prépondérance des rejets de foyers) que par la chronologie.

268Une telle argumentation se présente toutefois sous un jour trop polémique pour emporter la conviction face à l’hypothèse des occupations multiples que sous-entend la différenciation des deux ensembles. Cette dernière solution paraît d’autant plus séduisante qu’elle conforte la notion de site stratégique souvent avancée pour justifier l’essor de l’agglomération qui s’est développée par la suite. N’est-ce pas pourtant tomber dans le piège de ce raisonnement insidieux (déjà abondamment dénoncé par plusieurs auteurs) qui, prenant prétexte de la prestigieuse destinée de la ville, introduisent un déterminisme géographique et/ou historique là où vraisemblablement il ne faut voir qu’un accident de l’histoire ?

269Faute d’arguments péremptoires pour trancher, il est hors de question de contester l’alternative ; mais les traces paraissent bien éparses pour prétendre y retrouver une succession de corps d’armée.

270Il est encore plus risqué de vouloir préciser l’origine et la condition des occupants bien que les traces qu’ils ont laissées révèlent partiellement leurs mœurs.

271Le système défensif procède indiscutablement de l’art militaire romain, mais les légions n’en avaient pas l’apanage puisque, d’après César, les Gaulois, qui avaient eu le loisir d’éprouver à leurs dépens son efficacité, ont su profiter de la leçon en certaines occasions. C’est dire que n’importe quelle troupe était parfaitement capable de l’utiliser en cas de besoin.

272En matière de mœurs alimentaires, il convient, là aussi, d’être extrêmement prudent.

  • On a vu que l’abondante consommation de vin induite par le nombre d’amphores n’est pas un argument suffisant pour rejeter l’hypothèse d’une troupe régulière romaine.

  • Quant à la représentation du porc, nettement supérieure aux pourcentages habituellement rencontrés, elle ne peut guère s’expliquer que par la spécificité de l’approvisionnement d’une garnison. Mais l’absence de termes de comparaison ne permet pas de préciser si cette pratique dénote une habitude alimentaire volontairement affirmée ou bien si elle illustre le pragmatisme de l’intendance militaire.

  • On pourrait même admettre en toute rigueur, au vu de ces caractéristiques, que le gisement rend compte d’un événement fortuit ou singulier qui ne permet pas de tirer le moindre enseignement sur les mœurs quotidiennes du camp.

  • 13 Allusion à un passage de Tacite (Hist. I, 65) qui attribue cette formule aux Lyonnais lors du passa (...)

273Il serait toutefois très surprenant et en définitive peu probable qu’on ne soit pas en présence des vestiges d’une « pars exercitus »13 ; mais il s’agit là d’une allégation difficilement démontrable.

274Reste à examiner le problème sous l’angle de l’histoire. L’axe Rhône-Saône étant une voie majeure, il faut d’abord évoquer l’éventualité d’une entreprise éphémère et sans véritable signification historique, comme par exemple les mouvements de troupes divers et variés que la guerre des Gaules n’a pas manqué d’occasionner le long de cet axe entre 58 et 52 av. J.-C.. Une telle probabilité s’avère pourtant relativement faible si l’on veut bien admettre qu’avant la réorganisation du réseau routier par Agrippa, le site est un véritable cul-de-sac à l’écart des principaux itinéraires et qu’il présentait peu d’attrait, surtout pour un cantonnement qui dura plusieurs jours sinon plusieurs mois. Dès l’époque préhistorique, en effet, l’axe nord-sud qui joint Vienne à Anse - les deux seuls points assurés de franchissement des eaux-passe plus à l’ouest, évitant le confluent Rhône-Saône et les monts d’Or.

275Une telle assertion paraît relever de la simple provocation alors qu’on met au jour au pied du plateau (site de Gorge-de-Loup à Vaise) une succession d’occupations dont les plus anciennes remontent au Néolithique et qui laisse présager un habitat protohistorique au sommet. En réalité, on ne peut trouver d’arguments dans cet échantillonnage d’occupations sans véritable pérennité qui indiquent tout au plus une bifurcation secondaire et peut-être même temporaire.

276Si l’on admet donc qu’il fallait une impérieuse nécessité pour s’écarter de la route traditionnelle au bénéfice d’un site aussi peu propice, il est alors logique de chercher à expliquer ces traces par les opérations dont la région lyonnaise fut directement le théâtre. Il n’y en a que quatre ou cinq au cours de la période qui nous intéresse (67 - 43) :

  • la répression de l’insurrection des Allobroges par le gouverneur de la Province, C. Pomptinus, en 62 (Dion XXXVII, 47-48) ;

  • l’intervention de César contre les Helvètes en 58 (César, BG, I, 10-13) ;

  • la révolte éduenne en 53 (César, BG, VII, 64) ;

  • l’installation au confluent de gens chassés de Vienne par les Allobroges, soit lors de la révolte de 62, soit, avec plus de vraisemblance, au cours des mois précédant la fondation, c’est-à-dire en 44 ;

  • enfin, la fondation elle-même, qui a réuni en 43 sur le site, Plancus, Lépide, accompagnés chacun au moins de leur état-major, et les colons viennois, principaux bénéficiaires de cette entreprise.

277Tous ces événements ont été à l’origine d’installations provisoires d’une durée relativement courte : c’est plus qu’il n’en est besoin pour expliquer les traces découvertes. Il est également évident que les données archéologiques ne fournissent pas un degré de précision chronologique suffisant pour trancher entre ces différentes hypothèses, qui cependant ne présentent pas toutes la même vraisemblance.

    • 14 Le site lyonnais fait en effet partie du territoire des Ségusiaves, peuple de la Gaule Chevelue, fr (...)

    Pour la révolte des Allobroges, Dion Cassius signale simplement que Caius Pomptinus s’installe « dans un endroit d’où il pouvait observer tout ce qui se passait, afin de donner en toute occasion des conseils utiles » aux lieutenants qu’il avait envoyés rétablir l’ordre. En l’absence de précision sur la position de Pomptinus, vouloir placer son campement sur le site lyonnais est inacceptable. Sans revenir sur l’anachronisme implicite, à savoir que le site puisse alors représenter une position clé, le texte laisse entendre que Pomptinus prend une position prudente et réfléchie ; cela va à l’encontre d’une installation en terre étrangère14 et surtout dans un site que la rébellion sépare de ses bases, Narbonne et Rome.

  • La solution la plus séduisante et la mieux centrée chronologiquement, correspond au camp de base de César lors de sa campagne contre les Helvètes ; elle perd beaucoup d’évidence à l’examen, quoi qu’en aient pensé C. Jullian (1920, p. 203) et ses disciples. Peu importe le silence de César sur le sujet, car il est la plupart du temps très discret sur les lieux qu’il fréquente excepté au cours des actions militaires proprement dites. Mais l’exégèse des événements contredit sans appel la proposition de Jullian. César prend le soin de préciser qu’il sort en pleine nuit d’un camp situé en pays ségusiave pour fondre sur la dernière peuplade helvète à franchir la Saône, les Tigurins. C’est dire que l’action se passe indubitablement sur la rive gauche de la rivière. En partant du site lyonnais qui est sur la rive droite, César aurait dû nécessairement franchir la rivière au plus profond de la nuit. Il serait invraisemblable qu’il ait passé sous silence un tel exploit alors qu’il s’arrête sur la difficulté des Helvètes à traverser la rivière (ils mirent 20 jours) pour valoriser la rapidité avec laquelle lui-même la franchit dans la journée pour les poursuivre. De plus, l’itinéraire de César, qui, partant de chez les Voconces, « conduit ses troupes chez les Allobroges, et des Allobroges chez les Ségusiaves » (César, B.G., I, 10), même s’il est évoqué de façon très laconique, suggère, comme l’a déjà remarqué Thollard (1984, p. 121), un trajet très direct et donc plus oriental que le parcours par Vienne et Lyon.

  • Lors de la révolte des Eduens, Vercingétorix obtint que ce peuple lève avec l’aide des Ségusiaves une troupe de 10 000 fantassins auxquels il adjoignit 800 cavaliers pour attaquer les Allobroges. César précise que « les Allobroges ont organisé avec soin et diligence la défense de leur frontière en disposant une ligne serrée de postes le long du Rhône ». S’il n’est guère probable que les Allobroges aient disposé un avant-poste sur la rive droite du fleuve, c’est-àdire en territoire ségusiave et donc ennemi, rien en revanche ne permet de rejeter la possibilité que la coalition gauloise, à laquelle les Ségusiaves appartenaient, ait installé à cet endroit un camp de base pour l’invasion.

  • Quant aux gens chassés de Vienne, quelle que soit la date retenue pour leur déplacement (62 ou 44), la seule source à notre disposition (Dion) laisse entendre qu’ils se sont installés dans la plaine et non sur la hauteur. Jusqu’à preuve du contraire, il n’y a aucune raison pour mettre en doute cette source généralement très bien documentée.

  • Reste la fondation. A ce propos, il semble y avoir contradiction entre les thèses des historiens antiques et les données archéologiques. On constate, dans les textes antiques, une certaine constance à placer la ville dans la plaine plutôt que sur la colline alors que les archéologues présentent une cité dont le centre, avec sa parure monumentale, se situe d’abord sur la colline, même si l’agglomération investit par la suite largement les deux rives de la Saône. Faut-il voir dans l’assimilation de la ville avec ses quartiers bas faite par les auteurs antiques, un symbole de son essor et le signe du déplacement de son centre ? Faut-il au contraire l’interpréter comme une évocation du centre initial de la colonie, berceau de la cité ? L’analogie évoquerait alors moins le lieu de la déduction plancéenne que celui de son ferment originel, l’installation viennoise, car il est difficile d’imaginer une occupation pérenne sur un brotteau facilement submersible et sillonné de lônes régulièrement remises en eau par les incessantes divagations du fleuve, ce qu’était en fait la presqu’île avant toute urbanisation. Rien ne permet de répondre, et peu importe. La rencontre sur le site de Lugdunum de deux gouverneurs de provinces, Lépide et Plancus, qui, étant donné leur rang, avaient bien entendu chacun leur camp, fait, qu’avec celui des colons, il n’y eut pas moins de trois camps différents en même temps dans les parages. Les endroits propices à ce type d’installations sont suffisamment peu nombreux pour justifier la présence de l’une d’entre elles sur la colline, quel que soit par ailleurs le lieu exact de la cérémonie de fondation.

278Pourquoi ne pas trancher définitivement en faveur de cette dernière solution qui paraît la plus probante au regard de l’histoire ? Deux types d’arguments suffisent à faire naître une certaine réticence.

  • On peut trouver d’abord que les défenses mises en œuvre sont disproportionnées par rapport à l’événement, la naissance d’une ville pouvant paraître un acte éminemment pacifique. Mais il était certainement de la plus élémentaire prudence de se prémunir contre d’éventuelles réactions épidermiques des autochtones qu’on dépossédait d’une partie de leur territoire, même si, pour ménager leur susceptibilité, on s’était contenté, dans le cas présent, d’occuper un espace marginal et inhospitalier ! Le démantèlement systématique apparaît, dans ce contexte, comme un excès de prudence à moins qu’il ne réponde à un usage réglementaire.

  • Plusieurs indices ensuite convergent pour indiquer un hiatus entre cette occupation et celle qui la surmonte. Certes, pris isolément, le problème posé par la chronologie du matériel n’est par un argument dirimant dans la mesure où les céramologues n’ont pas démontré l’exactitude de leur datation qui a une fâcheuse tendance aux fluctuations périodiques. Mais l’analyse sédimentologique du fossé aval met en évidence un lessivage des couches qui indique une absence d’habitat à cet endroit entre le comblement du fossé et l’urbanisation. De même, la présence de dépôts limoneux par-dessus le fossé amont est le signe incontestable d’une période d’abandon. Aucune donnée ne permet toutefois de fixer de manière objective la durée et l’étendue réelle de ce vide.

279En définitive, la portée de ces arguments est surtout affaire d’opinion et dépend essentiellement de la considération qu’on voudra bien accorder à chacun. C’est pourquoi il me semble prématuré de privilégier l’une ou l’autre des interprétations possibles et de vouloir fermer le débat. Prudence excessive ! Peut-être ; mais il faut savoir que chacune des fouilles entreprises ces dernières années dans la ville remet en question une part de l’ensemble des évidences archéologiques qui ont été assenées aux Lyonnais depuis plus d’un demi-siècle. Pourquoi ne pas admettre que, sur ce point, comme sur beaucoup d’autres, l’histoire de Lugdunum manque encore de quelques précisions. Il n’est pas dit qu’une fouille de sauvetage ne les apporte prochainement.
B.M.

Notes

1 Les analyses sédimentologiques et de la microfaune ont été réalisées par M. Dubar, CRA - C.N.R.S., Sophia-Antipolis ; l’analyse anthracologique a été effectuée par C. Dormoy, Archéolabs, Saint-Bonnet-de-Chavagne. Les études palynologiques ont été confiées d’une part à M. et Mme. Argant, d’autre part à Melle Mai Bui Thi, CRA, C. N. R. S., Sophia-Antipolis.

2 Sur 5 vases considérés, 4 recollent entre les couches 5 et 6 et un seul entre les couches 3 et 5 ; mais il faut aussi considérer que les couches 3 et 4 étaient pauvres en mobilier.

3 L’ensemble des données biométriques non publiées dans ce volume est disponible auprès de l’auteur.

4 Nous nous devons de citer ici les travaux de F. Audoin sur la faune médiévale du site de La Charité-sur-Loire, qui constituent une base de données essentielle dont nous nous sommes inspirée dans notre analyse.

5 Nous remercions B. Bizot (D.R.A.H. d’Aquitaine) qui s’est chargé de cette analyse.

6 Laboratoire de Céramologie de Lyon, URA 3 du C.N.R.S., 1 rue Raulin, 69007 LYON.

7 En raison de leur nombre, les amphores inclassables, ainsi que celles des groupes 1, 2, 3 et 4 sont représentées simplement par une sélection des exemplaires étudiés.

8 Les données numériques ont sensiblement évolué depuis la présentation de ce matériel au colloque de Sienne en 1986 : il faut ajouter les timbres provenant des derniers sondages effectués en juin 1986 ; certaines lectures ont aussi été précisées, voire corrigées au cours de l’étude ; enfin, une dizaine de timbres, brisés ou illisibles, résistent à toute identification.

9 Les normes épigraphiques utilisées sont celles de Marcillet-Jaubert (1965).

10 La limite de hauteur de lèvre entre l’amphore Dr. 1A et Dr. 1B a été fixée par A. Tchemia à 55 mm (Tchernia 1986). C’est d’après cette valeur que les pourcentages ont été calculés ici ; mais d’autres auteurs (Py 1978 a) considèrent que seules les amphores dont la lèvre dépasse 60 mm peuvent être classées dans le groupe Dr. 1B.

11 Nous remercions E. Rabeisen, Conservatrice du musée d’Alésia, qui a eu la gentillesse de mettre à notre disposition l’essentiel des publications concernant le site. En ce qui concerne les fouilles napoléoniennes, J. Le Gall prépare une réédition critique des notes et des manuscrits des fouilleurs.
Les fouilles de sauvetage survenues depuis 1956 ont, pour leur part, fait l’objet de brefs comptes rendus annuels (Martin 1956 et Le Gall 1966-1982). Elles ont porté essentiellement sur des segments des doubles fossés de la contrevallation et de la circonvallation dont l’un, au moins, était en eau lors du siège (B.G., VII, 72).

12 Au cours des fouilles, ce processus a pu être observé in situ dans un segment excavé du fossé amont, qui est resté exposé près de deux ans aux intempéries : chaque pluie déposait une fine couche de limon sur le fond, ce qui aboutissait à la formation d’un dépôt feuilleté et compact très caractéristique ; le gel provoquait une boursouflure des parois qui ensuite s’écroulait lors du dégel et formait une couche épaisse d’une dizaine de centimètres. Le colmatage a ainsi atteint une cinquantaine de centimètres ; les conditions d’expérience étaient cependant particulières puisque les sédiments étaient piégés par les limites de la fouille. Nous avons été très attentifs, lors de la fouille du fossé aval, à reconnaître de telles traces dans chaque creux ou replat susceptible d’avoir retenu des sédiments, mais nous n’avons rien constaté de semblable.

13 Allusion à un passage de Tacite (Hist. I, 65) qui attribue cette formule aux Lyonnais lors du passage de l’armée de Vitellius en 69 pour rappeler les origines militaires de leurs ancêtres. Cf. supra, p. 31.

14 Le site lyonnais fait en effet partie du territoire des Ségusiaves, peuple de la Gaule Chevelue, frontalier de la Province romaine.

Table des illustrations

Titre 15-Plateau de la Sarra : plan de situation des fossés
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 16-Situation des fossés dans le clos du Verbe-Incarné
Légende (le grisé indique l’urbanisme antique)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre 17-Verbe-Incarné : extrémité sud du fossé amont
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 18-Verbe-Incarné : coupe stratigraphique du fossé amont
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 19-Verbe-Incarné : plan partiel du fossé aval (l/200e) et détail des segments 1 à 15 (l/100e)
Légende (Le grisé représente les fosses postérieures et les points, les trous de piquets)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 20-Verbe-Incarné : coupes stratigraphiques comparées des trois branches du fossé aval
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 21-Verbe-Incarné : histogramme du mobilier du fossé aval
Légende 1. Amphores ; 2. Ossements ; 3. Céramique domestique ;4. Métal ; 5. Divers.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Composition de la faune
Légende Moutons et chèvres (ovicaprinés) n’ont pas été différenciés, cette disctinction n’étant pas possible ici.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 22-Verbe-Incarné : accumulation d’ossements dans le fossé aval, (segments 6-8, couche 5)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre 23-Verbe-Incarné : arrière-train de cheval en connexion anatomique. (segments 14-15, couche 5)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Répartition des pièces anatomiques du porc
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Répartition par classe d’âge (les chiffres sont en %)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Corrélation des âges et des sexes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 24 - Verbe-Incarné : schéma de découpe des porcs(dessin d’après F. Audoin)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 25- Verbe-Incarné : accumulation d’amphores dans le fossé aval
Légende A. Vue générale ; B. Concentration de lèvres ; C. Concentration d’anses.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 26-Verbe-Incarné : analyse de la dispersion horizontale des fragments de lèvres dans le fossé aval à partir des recollages
Légende Abscisse : numéros des fragments ; ordonnée : numéros des segments de fouilles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 27-Verbe-Incarné : dispersion, selon les groupes de pâtes, des lèvres d’amphores et des opercules dans le fossé aval
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 28-Verbe-Incarné : diagramme de classification par analyse des grappes de 50 lèvres d’amphores du fossé aval
Légende Analyse en affinité moyenne non pondérée sur variables centrées réduites relatives aux constituants suivants : K, Rb, Mg, Ca, Sr, Ba, Mn, Ni, Zn, Al, Cr, Fe, Si, Ti, Zr, Ce, V.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 29-Verbe-Incarné : histogramme des groupes de pâtes
Légende En gris, les exemplaires analysés ; En blanc, les amphores assimilées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 30-Verbe-Incarné : histogramme des hauteurs de lèvres d’amphores du groupe 2 et assimilées (44 ex)
Légende En noir, les exemplaires analysés ; en blanc, les amphores assimilées. La grande variété des dimensions de lèvres de ce type de Dressel 1A illustre l’incohérence des tris des Dressel 1B effectués à partir des hauteurs de lèvre (3 = 55 mm)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 31-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores inclassables
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 32-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 33-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 34- Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 35- Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 36-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 5
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 37-Verbe-Incarné : lèvres d’amphores du groupe 6 et timbres
Légende Entre parenthèses le nombre d’exemplaires.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre 38-Verbe-Incarné : opercule en place dans son col
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 39-Verbe-Incarné : opercule à décor de têtes casquées (éch. 1/2)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 40-Verbe-Incarné : opercules signés M*ALFID
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre 41 - Verbe-Incarné : opercules, autres fragments épigraphes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 42- Verbe-Incarné : céramique non tournée, formes hautes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 43- Verbe-Incarné : céramique non tournée, formes basses
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 44- Verbe-Incarné : céramique tournée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 45-Verbe-Incarné : céramique importée. 1-3. Céramique à pâte claire. 4-6. Céramique campanienne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 46-Verbe-Incarné : fibules
Légende 1-2. Fibules en fer ; 3-7. Fibules en bronze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 47-Verbe-Incarné ; monnaies. 1
Légende Potin séquane ; 2. Potin leuque ; 3. Bronze arverne ; 4. Bronze inédit (carnute ?)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 48-Verbe-Incarné : mobilier divers
Légende 1-2. Anneaux en bronze ; 3-4. Fusaïole et balle de fronde en terre cuite ; 5-6. Objets en os ; 7. Perle en verre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 49- Les retranchements de Nointel (Oise). (d’après Matherat 1943)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 1 : Caractéristiques comparées des bois de défense de Lyon et Nointel
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 2 : Caractéristiques comparées de fossés défensifs
Légende A = rigole ; Β = bois de défense ; * = présent ; - = absent ; ? = donnée non publiée.Largeurs données au niveau du sol antique : Lyon, Nointel, Aulnay-de-Saintonge, Strasbourg, Vetera, Bagington ; pour les autres sites les dimensions sont données à partir du niveau du sol actuel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 50-Comparaison des retranchements de Lyon-la Sarra avec les camps de Nointel (Oise) et Folleville (Somme)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre 51-Rue Henry Le Châtelier : plan général des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 52-Rue Henry Le Châtelier : fossé vu en coupe
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 53-Rue Henry Le Châtelier : vue du fossé après dégagement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 54-Rue Henry Le Châtelier : histogramme de répartition du mobilier
Légende 1. Amphores ; 2. Ossements ; 3. Céramique domestique ; 4. Métal.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 55-Rue Henry Le Châtelier : céramique domestique et amphores
Légende 1-4. Céramique non tournée à pâte grossière ; 5-9. Céramique tournée à pâte fine ; 10-11. Céramique peinte ; 12. Céramique importée ; 13-19. Amphores Dressel 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 56-Profils comparés des trois fossés du plateau de la Sarra
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1545/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Alpara, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access