Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines de Lyon

 | 
Christian Goudineau

Chapitre 1. Lyon avant Lugdunum, un habitat du premier âge du Fer à Vaise

Joëlle Burnouf, Catherine Bellon, Jean-Michel Martin et Agnès Vérot-Bourrély

Texte intégral

1La question de l’existence d’un habitat celtique à Lyon antérieur à la fondation de la colonie de Plancus en 43 av. J.-C. a fait couler déjà beaucoup d’encre chez les historiens et les archéologues. Pendant très longtemps, les écrivains lyonnais se sont accordés en faveur d’une origine très ancienne de la ville : comme le rappelle A. Desbat, Ménestrier en 1696 affirmait déjà que « ce sont des Grecs qui ont été les premiers fondateurs de la ville » ou que « ce sont des Gaulois devenus Grecs ou des Grecs devenus Gaulois » (Desbat 1981, p. 29). La toponymie et la légende du pseudo-Plutarque en particulier (cf. infra) ont bien évidemment une large part dans cette conviction, souvent reprise tout au long du XIXe siècle et parfois même plus près de nous encore. Cependant la plus récente étude consacrée à cette vieille polémique concernant ces origines celtiques réglait de manière nette le problème : à l’issue d’une analyse détaillée des données disponibles, l’auteur concluait que « la confrontation entre les données historiques et les données archéologiques, particulièrement celles fournies par les fouilles récentes [...] met en lumière l’absence d’évidence archéologique démontrant l’existence d’un établissement celtique... Il semble que la théorie des origines gauloises de Lyon procède pour une part du vieux modèle du déterminisme géographique » (Desbat 1981, p. 38).

2Pourtant aujourd’hui le débat se trouve dans une certaine mesure ranimé par les découvertes réalisées lors des fouilles de sauvetages liées à la construction de la ligne D du métro, dans le secteur de la gare de Gorge-de-Loup, dans le vallon de Vaise : pour la première fois dans l’histoire de l’archéologie lyonnaise ont été mises au jour les preuves tangibles d’une occupation humaine du site de Lyon avant la fondation de la colonie romaine. Sans doute cette découverte ne vient-elle pas réellement remettre en cause les conclusions de l’étude d’A. Desbat évoquées précédemment. En effet, les vestiges découverts à Gorge-de-Loup appartiennent au premier âge du Fer et aucune occupation proprement gauloise du second âge du Fer n’est encore attestée à Lyon.

3Mais bien que cette découverte soit partiellement hors du sujet de ce, volume, son importance à la fois pour la connaissance du passé de “Lyon avant Lyon” et pour l’apport qu’elle constitue dans le domaine de la recherche protohistorique régionale, nous a incités à en présenter ici les points essentiels en l’attente d’une étude exhaustive en cours de réalisation.

4La construction de la ligne de métro traversant la ville d’est en ouest a provoqué la découverte et la fouille d’un important gisement archéologique situé dans l’emprise de la future station de métro de Gorge-de-Loup. Situé au nord-ouest de Fourvière, le site occupe une rupture de pente au pied de la colline, dans la zone de contact entre la plaine de Vaise qui borde la Saône au nord de Lyon et le thalweg des côtes de Trion (fig. 2 n° 1 ; fig. 3 n° 1 ; fig. 4).

5J.B.

4-Plan de situation de la fouille de Gorge-de-Loup

4-Plan de situation de la fouille de Gorge-de-Loup

L’homme et le milieu, géomorphologie et paléoenvironnement

  • 1 Etudes sédimentologique et géomorphologique, réalisées par A. Vérot-Bourrely au laboratoire de Géog (...)

6L’intervention tout au long de l’opération de terrain d’une équipe pluridisciplinaire regroupant archéologues, sédimentologues, paléobotanistes et spécialiste de la faune a permis une étude très complète du site1.

7Les formations superficielles sont composées de matériaux de trois natures différentes :

  • le socle et les altérites qui en proviennent ;

  • un épandage caillouteux du Quaternaire ancien dont les lambeaux sont conservés sur le plateau de la Sarra ;

  • des dépôts de loess, matériau très fin déposé par les vents lors des périodes froides.

8Ces formations occupent une place importante dans la compréhension du gisement en mettant en lumière l’interaction de l’homme et du milieu naturel. En effet la granulométrie fine des matériaux, leur grande mobilité ainsi que la topographie des environs du site (pente de 33 % pour le versant oriental) ont pour corollaire une grande fragilité du milieu et donc une géodynamique active. L’évolution du versant est en interaction permanente avec l’implantation humaine qui peut provoquer suivant les cas :

  • l’accélération de l’érosion diffuse des versants par l’effet des défrichements : des matériaux fins appelés colluvions s’accumulent en bas de pente ;

  • la transformation des processus déclenchant des phénomènes de ruissellement concentré sur les flancs dénudés.

9Cette confrontation complexe entre l’homme et les processus naturels de la morphogénèse est révélée par la stratigraphie du gisement.

Néolithique final et âge du Bronze

10Les stratigraphies observées en trois ans de fouilles permettent de définir une succession de niveaux relativement homogènes au débouché du bassin versant. Le schéma global des processus montre une alternance et en même temps un jeu conjoint de phénomènes latéraux de colluvionnement fin et de mécanismes de ruissellement, axés sud-nord dans le thalweg, capables de transporter une charge assez importante.

11Le niveau le plus bas observé (altitude moyenne : 181 m) est composé d’une argile bleue résultant probablement du dépôt de substances dissoutes. Le mode de mise en place de ce dépôt sera précisé par les analyses sédimentologiques et malacologiques.

12Sur cette argile, repose un niveau limono-argileux gris d’une épaisseur de un à deux mètres environ. Ce niveau reflète des processus de dissolution toujours présents conjointement avec l’apparition d’apports colluviaux devenant significatifs (limons). Il est daté du Chalcolithique/Bronze ancien.

13A cette séquence, succède une alternance d’apports colluviaux, résultant d’un défrichement, d’une érosion sur la pente, et de lits organiques, témoins d’un fond plus humide et d’une diminution de l’occupation humaine. Ces niveaux sont datés de l’âge du Bronze.

Les processus sédimentaires au premier âge du Fer

14Le dernier niveau organique qui peut être rattaché au Bronze final, est fortement raviné par une série de chenaux sableux et graveleux, dont l’extension est de plus en plus importante vers l’est. Ce changement de dynamique semble être progressif, comme en témoigne une couche limoneuse d’origine colluviale, enrichie en matières organiques, présente entre deux thalwegs ou chenaux.

15Les derniers thalwegs sablo-graveleux, sont associés à une large cuvette sableuse, traduisant une baisse d’intensité des processus (du ravinement au dépôt en épandage). Cette zone sableuse est riche en témoins archéologiques de l’âge du Fer (palissades, sépultures 1, 2, 4, clayonnage).

16A cette période d’interactions, où prédominent les processus de ruissellement, succède une phase colluviale limoneuse, observée sur tout le site, et reposant à l’ouest directement sur le niveau limono-argileux gris. Cette séquence traduit des impacts plus faibles sur les versants puisqu’elle n’est pas accompagnée de phénomènes de ruissellement. Ce niveau comprend aussi des structures de l’âge du Fer (foyers, sépultures 5 et 6, fosses). A l’est, ce niveau est totalement perturbé par l’installation du niveau gallo-romain.

17Toutes ces observations seront complétées par les analyses de sédiment en laboratoire et par la confrontation avec les autres disciplines (palynologie, malacologie...) afin de préciser le paléoenvironnement propre à chaque période d’occupation du site.

L’occupation du premier âge du Fer

18Bien que l’implantation humaine sur le site soit très ancienne (présence de traces d’une installation au Néolithique final/Chalcolithique et de quelques témoins datables du Bronze final), c’est exclusivement à l’occupation du premier âge du Fer que nous consacrerons les lignes qui suivent. Car tout d’abord, elle seule constitue un ensemble structuré et cohérent, mais aussi il serait hors de propos de vouloir présenter dans ce volume l’étude complète et exhaustive de ce site complexe qui nécessite encore de nombreux mois de recherches. Nous nous bornerons donc à dégager les traits essentiels de cette occupation protohistorique (fouillée sur près de 2000 m2) (fig. 5) en proposant les principaux éléments qui servent à son ancrage chronologique et à sa définition.

19A. V.-B.

5-Plan général des découvertes de Gorge-de-Loup

5-Plan général des découvertes de Gorge-de-Loup


Les structures funéraires

20Six sépultures ont été mises au jour sur une superficie de 900 m2. Deux ensembles stratigraphiques ont pu être distingués : le plus ancien (4 premières sépultures) se situe à l’est du chantier dans les niveaux sableux issus du fonctionnement du thalweg, et le plus récent (deux dernières sépultures), à l’ouest du chantier, dans les colluvions postérieures provenant du versant est. Ces colluvions ont également livré des structures d’habitat datées du milieu du Ve s. av. J.-C.

21Toutes les sépultures sont des inhumations en fosse, orientées approximativement nord-sud, tête au nord (3 cas) ou au sud (3 cas). La conservation exceptionnelle des matières végétales sur le site a permis des observations intéressantes sur les modes d’ensevelissement.

22Les quatre sépultures les plus anciennes étaient entourées par un enclos en “U” formé de palissades. Une relation entre ces différentes structures reste cependant à établir.

La sépulture 1 (fig. 6)

23Creusée dans le sable, cette sépulture présentait un très mauvais état de conservation du squelette. Celui-ci était déposé dans un coffrage de planches verticales et horizontales assemblées par quatre planchettes perpendiculaires à Taxe du coffre. Quatre trous de poteaux, circulaires ou semi-circulaires entouraient la fosse, suggérant l’existence d’une superstructure en bois. La parure comprend un anneau d’ambre trouvé sous la colonne vertébrale et un bracelet en fer à l’emplacement du poignet gauche.

6-Gorge-de-Loup, sépulture n° 1

6-Gorge-de-Loup, sépulture n° 1

La sépulture 2 (fig. 7)

24C’est la seule tombe présentant une superstructure constituée d’un amoncellement de galets. Au centre, une fosse recevait le corps déposé sur un lit de galets. Les pieds - absents - devaient reposer sur une grosse dalle plate, tandis que le crâne était protégé par une sorte de petit chevet constitué de pierres dressées sur chant. Un lit de bois partiellement décomposé reposait sous le squelette. Le mobilier est composé d’une épée à antennes en fer (longueur de 60 cm) déposée sur le côté droit du thorax ; un fragment de bracelet en bronze a été mis au jour à l’emplacement du bras gauche et un anneau d’ambre près du crâne.

7-Gorge-de-Loup, sépulture n° 2

7-Gorge-de-Loup, sépulture n° 2

La sépulture 3

25Creusée dans le sable, cette sépulture présentait un très mauvais état de conservation du squelette. Par contre, la partie inférieure de la fosse a révélé un lit de planches qui constituaient sans doute la base d’un coffrage en bois ; celui-ci reposait partiellement sur un lit de galets. La parure se compose d’une paire de bracelets en bronze, ainsi que d’un bracelet en jais au poignet gauche.

La sépulture 4

26Au contact des masses sableuses et limoneuses, cette sépulture présente le meilleur état de conservation. Des traces ligneuses ont pu être observées sous le squelette. La parure se limite à un bracelet en fer au poignet gauche.

27Les deux dernières sépultures (n° 5 et 6), les plus récentes, ont été découvertes immédiatement sous le niveau d’habitat décrit ci-après.

La sépulture 5

28Elle était installée à 20 cm en dessous de la base d’un foyer qu’elle bordait. Aucune trace de fosse n’était visible mais le déplacement post mortem des os permet de supposer l’existence d’un espace creux dans lequel le corps aurait été placé (linceul ?). Il s’agit d’un sujet féminin âgé de 25 à 40 ans. A 40 cm de ses pieds, un petit gobelet peut lui être associé ; un fragment d’anneau en bronze, en position déplacée, constitue le seul élément de parure attribuable à l’inhumée.

La sépulture 6

29Elle est située à 20 cm à l’ouest de la précédente ; plus profondément enfouie, elle a été découverte sous le foyer. La richesse et la relative abondance des parures la distinguent des autres sépultures du site. En effet, des petits fils d’or ont été mis au jour près du crâne (parure liée à la chevelure ?) ; chaque poignet porte un bracelet ouvert en bronze, ainsi que des perles en verre dont l’association aux bracelets reste à expliquer ; des anneaux de chevilles en bronze complétaient la parure. Le squelette reposait sur un ensemble irrégulier de traces ligneuses noirâtres interprétées comme les vestiges d’un lit de planches ou d’écorces.

30La construction du foyer sur cette sépulture, la plus richement parée, semble difficilement fortuite ; signalée ainsi en surface, une autre sépulture (n° 5) aurait ensuite été établie à proximité, légèrement plus haut.

31Cette rapide description des six tombes fouillées - le mobilier est en restauration à l’Institut de Recherches Archéologiques et Paléométallurgiques de Compiègne - permet quelques constatations.

32Dans l’ensemble, le rituel funéraire est homogène (tombes en fosse à coffrage ou cercueil de bois) à deux exceptions près constituées par la première tombe où l’hypothèse d’une inhumation dans un linceul a été retenue et la tombe n° 2 qui a livré la construction en galets. La notion de cercueil ou du moins de “caisse” en bois est particulièrement évidente pour la sépulture n° 1.

33En ce qui concerne les offrandes, aucune céramique n’a été retrouvée dans les tombes ; seul le gobelet de la sépulture n° 5 peut être interprété comme tel. Dans tous les autres cas, il s’agit de “l’équipement” même du mort : parures aux poignets (5 cas), et plus rarement aux chevilles (1 cas), ou arme (1 cas).

34En ce qui concerne l’anthropologie, les études en laboratoire n’ayant pas encore été achevées à ce jour, il est impossible de pousser plus avant l’analyse.

35C.B.

Les aménagements domestiques

Les palissades en bois

36Le secteur oriental de la zone d’habitat a livré, dans un contexte sédimentaire différent, une série de six à sept rangées parallèles de pieux formant plusieurs palissades. Elles sont orientées nord-sud pour la majorité et constituées de rondins de chêne, de saule et de peuplier plantés verticalement et régulièrement espacés (fig. 8).

8-Gorge-de-Loup, la palissade vue depuis le sud

8-Gorge-de-Loup, la palissade vue depuis le sud

37Plus à l’est un clayonnage est conservé sur 6 m de longueur et longé par un alignement très régulier de souches d’arbres (bouleau, saule, noyer, aulne). Cependant, les contraintes des travaux de génie civil n’ont pas permis de vérifier s’il s’agissait d’une lisière, d’une plantation ou d’une exploitation sélective par l’homme.

38Les datations dendrochronologiques et carbone 14 ont permis d’organiser chronologiquement ces ensembles qui apparaissent comme un tout archéologiquement incohérent. Ainsi, le clayonnage soigneusement confectionné est établi vers 537 av. J.-C. pour une raison inconnue ; 15 ans plus tard, en 522, une double palissade en chêne en forme de “U” est construite sur plus de 40 m de longueur (le positionnement chronologique des souches d’arbres, ainsi que des autres palissades est en cours).

39Naturellement, se pose le problème du rapport - s’il y en a un - de ces ouvrages en bois avec l’habitat ou l’ensemble funéraire, mais il est prématuré, compte tenu de l’avancement des résultats d’analyses, de parler d’une enceinte funéraire ou villageoise.

Les structures d’habitat

40Les traces d’occupations laissées par les habitants de Gorge-de-Loup sont très fragmentaires ; elles se composent de plusieurs calages de poteaux, de deux fosses, de trois foyers construits à assise de galets et d’une structure de conservation de céréales.

41Les structures de maintien des cabanes sont constituées de gros galets bloquant un pieu en bois, disparu dans la quasi totalité des cas. Dans l’état actuel, il n’est pas possible d’appréhender l’architecture des bâtiments ni même leur répartition spatiale.

42Les deux fosses sont situées au sud-ouest de l’habitat. La plus volumineuse contenait une grande quantité de céramique indigène peu fragmentée tandis que l’autre a livré une fibule et quelques rares tessons.

43Les foyers sont constitués d’un hérisson de galets de 60 à 70 cm de côté, recouverts dans deux cas d’une sole d’argile rubéfiée. Ils sont en étroite association avec les structures d’habitats, mais il n’est pas possible actuellement de savoir s’ils sont situés à l’intérieur ou à l’extérieur des maisons comme sur le remarquable site côtier de Martigues (Bouches-du-Rhône) (Nin 1988, p. 70-81).

44Au nord de la zone d’habitat, les restes incendiés et très bien conservés d’une structure de conservation de céréales ont été retrouvés. Il s’agit d’une construction en bois et torchis, surélevée du sol par un réseau de gros galets isolés faisant office de soubassement. La surface d’occupation comprise entre ces éléments de construction présente plusieurs amoncellements charbonneux avec parfois des poutres ou des planches calcinées sur place. L’observation in situ de la disposition des fibres du bois a permis de préciser dans certains cas l’orientation de ces éléments de construction : une sablière en chêne carbonisé, orientée nord-sud, reposait encore sur le galet qui la soutenait en position horizontale. Des éléments en sapin carbonisé, perpendiculaires à cet axe ont été également retrouvés en place. A partir de ces observations l’existence d’un plancher de sapin soutenu par des solives en chêne et surélevées du sol d’une dizaine de centimètres a pu être démontrée.

45En bref, si le détail des unités d’habitation ne peut être encore correctement saisi, en revanche des zones d’activité spécialisées apparaissent clairement lorsque l’on globalise l’information. Elles dévoilent une tripartition de l’espace occupé, avec un secteur d’habitat, un secteur de conservation de la production ( ?) céréalière et un secteur de rejet pour les déchets liés au quotidien. Ce cliché des pratiques quotidiennes d’une société indigène à la fin du premier âge du Fer révèle à travers ses témoins matériels un mode de vie et des pratiques architecturales très traditionnels qui ne semblent guère avoir évolué depuis l’âge du Bronze final. Cette société locale se montre toutefois perméable à la nouveauté puisque les effets de la “méditerranéisation” (Kimmig 1988) et de “l’hallstattisation” se font sentir.

Datation de l’occupation protohistorique

La céramique indigène

46Entièrement montée à la main, elle représente 80 % de l’ensemble du mobilier céramique. Les récipients les plus volumineux ont un aspect assez grossier, tandis que les vases de petite taille sont mieux soignés. Le répertoire indigène classique de la fin du premier âge du Fer est représenté.

47Les formes les plus fréquentes (fig. 9) sont des écuelles à profil varié (A 1-6). Le lot se compose aussi de coupes de formes tronconiques (B1) ou ovoïdes (B2), de formes à profil en “S” portant très souvent à la jonction du col et de la panse un décor d’impressions au doigt ou d’incisions diverses à l’estèque (C1-5) ; des vases de formes plus cylindriques (D1-5) : vases tronconiques (D5), urnes fermées tronconiques (D1) ; des vases à parois assez fines de forme très standardisée (E1) bien représentés sur le site, en particulier dans la structure de conservation de céréales ; ainsi que des formes carénées (F1) peut-être dérivées (dans le cas du récipient type F2), des formes A5 et A6. L’étude détaillée des décors a permis de constater un glissement progressif des registres décoratifs traditionnels issus de l’âge du Bronze, vers des thèmes plus complexes annonçant un certain renouvellement.

48On perçoit également ce glissement dans l’évolution chronologique des formes de récipients. Les méthodes graphiques et mathématiques de traitement du matériel permettent en effet de pressentir dans une certaine mesure une dynamique évolutive dans la céramique indigène de Gorge-de-Loup. Cette dynamique qui s’insère dans une période brève ou sans évolution très marquée, se traduit par l’association de formes traditionnelles à des formes - certes peu nombreuses - annonçant le début du second âge du Fer.

49Les parallèles typologiques régionaux, s’ils sont peu nombreux, permettent toutefois de déceler un certain “air de famille” tout au long de l’axe Sâone-Rhône pour plusieurs formes de récipients, ces affinités tendant à se raréfier de plus en plus aux abords du Midi méditerranéen.

50J.-M. M.

9-Gorge-de-Loup, typologie de la céramique indigène

9-Gorge-de-Loup, typologie de la céramique indigène

Les importations

La céramique grecque

513 tessons de céramique attique à figures rouges et 13 à vernis noir ont été recueillis sur le site.

52En ce qui concerne les figures rouges, une seule forme est attestée : un bord de cratère avec une frise de palmettes sous le bord. Les deux autres tessons sont informes. L’un comporte un décor de frise de grecques ; il s’agit certainement du médaillon central d’une coupe-sur-tige. L’autre comporte un décor de volute de palmettes appartenant à une coupe. Ces deux fragments sont datés de 430-425 av. J.-C.

53Les vernis noirs sont représentés par 7 tessons informes, 2 fragments d’une coupe, 2 fragments incurvés d’une coupe à lèvre, 1 anse de cratère, 1 fond plat d’un vase ouvert (skyphos ?). En l’absence de vernis sur les deux derniers tessons, seules les deux coupes peuvent être datées vers 500 av. J.-C.

54Un dernier fragment, informe, présentant des traces de peinture ( ?) rouge appartient peut-être à un vase à figures noires.

  • 2 Identifications et datations ont été effectuées par Madame L. Jehasse, Maison de l’Orient et du Mon (...)

55Bien que très fragmentaire, ce lot de céramiques grecques livre des éléments de datation précis, suggérant une chronologie assez longue pour l’occupation du site à l’âge du Fer, du début du Ve siècle (vernis noirs) à la deuxième moitié de ce siècle (figures rouges)2.

Le verre rhodien

56Il est représenté par un fragment de flacon polychrome moulé, de couleur bleu roi, présentant une légère cannelure remplie par un mince filet de verre blanchâtre. Attesté sur le pourtour méditerranéen et en Gaule intérieure sur les sites de la fin du premier âge du Fer, par exemple à Bragny, Châtillon-sur-Glâne, Verdun-sur-le Doubs (Feugère 1986), ce type de flacon semble provenir de Rhodes. Sans doute a-t-il transité par Marseille.

Les amphores de Marseille et les céramiques provençales

57Les amphores de Marseille sont bien attestées sur le site avec en particulier 9 lèvres identifiées : 1 bord de type 2 de la classification de M. Py (Py 1978 b) ; 6 bords de type 3 ; 2 bords de type 4 (fig, 10).

10-Gorge-de-Loup, types d’amphores de Marseille représentés sur le site

10-Gorge-de-Loup, types d’amphores de Marseille représentés sur le site

58Les datations généralement proposées pour ces types de lèvres suggèrent aussi une chronologie couvrant au moins toute la première moitié du Ve s. av. J.-C. : le type 2 est présent en Languedoc oriental dès 500 av. J.-C. mais persiste jusque vers 450 ; le type 3 couvre toute la première moitié du Ve s. ; le type 4, caractéristique du Ve s., est fréquent surtout vers 450.

59La céramique provençale n’est représentée que par quelques fragments de céramique grise monochrome et de céramique à pâte claire fine tournée, très mal conservée ; seule une anse porte une trace de “peinture” rouge.

60Ces diverses céramiques grecques et provençales attestent des relations commerciales avec la région marseillaise, certainement liées au commerce du vin : les amphores de Marseille servaient à son transport et les importations qui leur sont associées sont des formes typiques du service à boire.

Parures et objets divers

61Trois objets proviennent sans doute d’Italie :

  • une fibule du type de la Certosa (fig. 11, n° 1) appartenant au groupe D de la typologie de M. Primas (Primas 1967) ( = Terzan, types X-m et X-n) (Terzan 1976), bien attestée dans le Tessin ; un exemplaire très proche provient du site de Belmonte (Province de Turin, Italie) (Cima 1986) ; ce type de fibule est daté des années 450-300 av. J.-C. ;

  • deux anneaux d’ambre sans doute aussi italiques, découverts dans les sépultures 5 et 6.

62Hormis ces objets attestant des courants méditerranéens ou italiques, le site a livré divers autres éléments de parures dont la production locale est peu probable :

  • deux fibules en bronze type Mansfeld F3B1 et F4 (Mansfeld 1973) (fig. 11, nos 2, 3) ;

  • deux fragments d’armilles sans décor ;

  • quatre bracelets en “lignite-sapropélite” ; un exemplaire plus grossier en céramique est peut-être une imitation locale.

63Les activités quotidiennes sont représentées par quatre aiguilles en bronze : deux à chas perforé, une à chas incisé, une dont le chas a été obtenu par écrasement de la tête et repliement de la tôle ainsi obtenue. Il convient aussi d’ajouter 6 fusaïoles en céramique.

64C.B.

11-Gorge-de-Loup, les fibules en bronze

11-Gorge-de-Loup, les fibules en bronze

Conclusion

65Le site de Gorge-de-Loup a connu une série d’occupations intermittentes depuis le Néolithique final jusqu’à la Renaissance. L’occupation la plus dense et la plus durable semble cependant se situer au premier âge du Fer puisque les éléments de datation qui la concernent suggèrent une implantation humaine durant plus d’un siècle : en effet, si la majorité des éléments chronologiques livrés par le mobilier découvert se situe dans les trois premiers quarts du Ve s. av. J.-C., cette fourchette se trouve notablement élargie par les premières datations dendrochronologiques livrées par l’analyse d’une partie des bois mis au jour, soit 537 av. J.-C. Cette durée d’occupation semble d’ailleurs confirmée par la superposition de l’habitat et de la nécropole qui ne peut guère s’expliquer dans le cas d’une implantation brève.

66En ce qui concerne les vestiges mobiliers, la comparaison avec d’autres sites contemporains de la vallée de la Saône (Bragny en particulier) permet de mettre en lumière certaines spécificités du site lyonnais : abondance toute relative de la céramique indigène (seulement 3000 tessons pour 2000 m2 fouillés), rareté du mobilier métallique, absence de toute trace d’artisanat lié à la métallurgie, contrastant avec la bonne représentation de la céramique importée liée au commerce du vin massaliote. Ces quelques observations suggèrent que le site de Gorge-de-Loup, bien qu’occupant une position géographique tout à fait favorable du point de vue économique et commercial (confluent de la Saône et du Rhône), n’est sans doute pas à ranger dans la série des sites majeurs du Hallstatt final (tel le mont Lassois) caractérisés par l’abondance de tous les types de mobiliers (en particulier les éléments de parure et les importations) et l’existence de sépultures de type “princier” à proximité.

67Les acquis de la découverte du site de Gorge-de-Loup sont donc nombreux : au niveau purement local c’est enfin la mise en évidence d’une occupation humaine à Lyon bien antérieure à l’antique Lugdunum, même si aucun habitat n’est plus attesté ensuite jusqu’au 1er s. av. J.-C. Plus largement, c’est un point important dans la connaissance de la civilisation du premier âge du Fer dans la région lyonnaise, puisque jusqu’à ce jour les départements de la Loire et du Rhône s’étaient montrés particulièrement avares de vestiges de cette époque de la Protohistoire : la seule fouille de Gorge-de-Loup permet d’appréhender à la fois la question de la culture matérielle, des courants économiques (les importations), des structures d’habitat et des coutumes funéraires des populations locales à la fin du VIe s. et au Ve s. av. J.-C.

68C.B., J.-M. M.

Notes

1 Etudes sédimentologique et géomorphologique, réalisées par A. Vérot-Bourrely au laboratoire de Géographie Physique dirigé par J.-P. Bravard : Institut de Géographie et d’Aménagement, Université J. Moulin, Lyon III, C.N.R.S., U.A. 260, A.S.P. PIREN Rhône. Etude palynologique réalisée par J. Argant. Etude malacologique réalisée par L. Chaix : Museum d’Histoire Naturelle, Département d’Archéozoologie, Genève. Etude anthropologique réalisée par E. Crubézy. Les structures domestiques et la céramique indigène ont été étudiées par J.-M. Martin et l’ensemble funéraire ainsi que les importations et le mobilier métallique par C. Bellon, tous deux archéologues contractuels à la Direction des Antiquités Historiques Rhône-Alpes.

2 Identifications et datations ont été effectuées par Madame L. Jehasse, Maison de l’Orient et du Monde méditerranéen, Lyon.

Table des illustrations

Titre 4-Plan de situation de la fouille de Gorge-de-Loup
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1541/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 5-Plan général des découvertes de Gorge-de-Loup
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1541/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 6-Gorge-de-Loup, sépulture n° 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1541/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre 7-Gorge-de-Loup, sépulture n° 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1541/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre 8-Gorge-de-Loup, la palissade vue depuis le sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1541/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre 9-Gorge-de-Loup, typologie de la céramique indigène
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1541/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 10-Gorge-de-Loup, types d’amphores de Marseille représentés sur le site
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1541/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 11-Gorge-de-Loup, les fibules en bronze
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1541/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Alpara, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access