Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Viviers, cité épiscopale

 | 
Yves Esquieu

Chapitre III. Évolution d’un quartier cathédral au Moyen Âge et dans les temps modernes

Texte intégral

1La surface relativement grande du quartier de la cathédrale par rapport à l’ensemble de la cité (Fig. 1) laisse bien apparaître la fonction principale de la ville de Viviers depuis que le siège épiscopal s’y est installé : la fonction religieuse et administrative liée à la présence de l’évêque et de son chapitre. Au Moyen Âge et dans les temps modernes, la ville haute, le « Château », autour de sa cathédrale, a constitué un quartier à part et essentiel. Nous n’étudierons pas ici son histoire monumentale que l’on pourra trouver dans d’autres publications. Mais nous croyons utile de présenter succintement les différentes étapes de son évolution.

Le groupe cathédral du haut Moyen Âge

2Le monument réalisé au détriment du portique antique (voir le chapitre 1) a été remplacé plus tard par une construction un peu plus petite dont on a dégagé l’angle nord-ouest et une partie d’abside pentagonale, tangente au mur oriental de l’édifice (Fig. 22). Son mur ouest se superpose exactement à celui du Ve siècle ; au contraire, le mur nord est un peu en retrait, ce qui détermine une nef un peu moins large (Fig. 21, bât. B). On restitue une église longue de 18,50 m, large d’environ 8,20 m, avec une abside large d’à peu près 3,70 m (dimensions intérieures). Deux niveaux successifs de sol en béton ont été trouvés dans la nef (Fig. 38).

3Au nord de cet édifice, séparé de lui par un couloir de 4,60 m environ, un autre bâtiment de même orientation (bâtiment A) semble lui être contemporain. On a mis au jour son mur occidental, des portions de murs latéraux et un sol en béton de tuileau (Fig. 2). L’entrée se faisait par le côté sud, depuis le couloir intermédiaire. La largeur de la construction était de 6,10 m ; la longueur précise nous est en revanche inconnue : nous n’avons pu retrouver l’extrémité orientale mais les sondages effectués dans ce secteur ont apporté la certitude qu’il n’existait pas d’abside ; on ne peut donc que restituer un mur droit à l’emplacement d’une bande de terrain que l’on n’a pu fouiller. Plus à l’ouest, un élément de mur mis au jour le long de l’ancienne rue dallée toujours utilisée (Fig. 7) a pu appartenir à une sorte de narthex ou à une annexe dépendant du bâtiment A.

Fig. 21. Plan du groupe cathédral du haut Moyen Âge

Fig. 21. Plan du groupe cathédral du haut Moyen Âge

4A l’est de l’église B, une autre bâtisse, sans doute assez petite (C) et pourvue d’une abside semicirculaire vers le nord a été repérée. (Fig. 21).

5L’édifice Β est sans aucun doute l’un des éléments du groupe épiscopal du haut Moyen Âge. Certes, les dimensions sont modestes mais les deux églises découvertes sur le site de Saint-Pierre d’Alba, elles aussi séparées par un couloir d’accès, présentent des dimensions de même ordre. Doit-on supposer qu’une seconde église, peut-être plus vaste, avait été élevée à l’emplacement de l’actuelle cathédrale ? Le bâtiment A était-il un sanctuaire à chevet plat ou plutôt une construction annexe, le palais épiscopal par exemple ? La datation précise de ces édifices ne peut-être donnée mais il est difficile de les supposer antérieurs au VIIe siècle.

La cathédrale et le cloître romans

6Avec les constructions romanes, nous abordons un ensemble pour le lequel les fouilles n’ont été que le complément d’une étude monumentale portant sur les bâtiments conservés en élévation, même si ceux-ci ont été profondément transformés. A côté de la cathédrale, du campanile (E) et du palais épiscopal (F) encore debout, nous avons pu restituer la physionomie du cloître disparu (A). (Fig. 24).

7Le remodelage du site a commencé par la construction du campanile qui, bien plus court qu’aujourd’hui, n’était alors que la porte d’entrée du quartier canonial (2e moitié du XIe siècle). La cathédrale comportait, dans son état premier, trois nefs voûtées, un transept et une abside avec déambulatoire et quatre chapelles rayonnantes rectangulaires. Au moment de la consécration, en 1119, seul le chevet devait être terminé ; les voûtes des nefs ont pu être montées vers le milieu du siècle.

8C’est seulement vers la fin du XIIe siècle que l’on a arasé l’église Β de l’ancien groupe cathédral où le culte avait dû se poursuivre durant les travaux. On a alors élevé à sa place le cloître, le réfectoire (B), la salle capitulaire (D) et une autre pièce dont la nature n’a pu être précisée (C). Le puits du chapitre, profond de près de 40 m, était creusé dans le préau (a).

Fig. 22. Extérieur de l’abside de l’église Β du haut Moyen Âge

Fig. 22. Extérieur de l’abside de l’église Β du haut Moyen Âge

L’abside s’appuye contre le mur oriental de l’édifice paléochrétien.
C’est le mur séparant le cloître de la salle capitulaire qui lui est superposé.

Fig. 23. Angle sud-ouest de l’édifice A du haut Moyen Âge

Fig. 23. Angle sud-ouest de l’édifice A du haut Moyen Âge

Fig. 24. Plan de la cathédrale et des bâtiments voisins aux XIIe et XIII e siècles

Fig. 24. Plan de la cathédrale et des bâtiments voisins aux XIIe et XIII e siècles

A : cloître. Β : réfectoire. C : salle nord-est. D : salle capitulaire.
Ε : campanile. F : palais épiscopal. a : puits, b : fondement d’escalier,
c : silo-dépotoir, d : dépotoir contre le mur du réfectoire.

9Vers la même époque, l’évêque a rebâti son palais au sud de la cathédrale : une grosse tour carrée, prolongée par un bâtiment rectangulaire.

10Le souvenir du site ancien a survécu dans l’orientation des constructions du cloître, certains murs sont même fondés sur l’arasement de ceux de l’ensemble précédent : le mur nord du réfectoire sur le mur nord du bâtiment A (Fig. 37), le mur bahut nord du cloître sur le mur septentrional de l’église Β (Fig. 38) Mais quel changement si l’on compare les dimensions des édifices désormais beaucoup plus imposants ! Jusque-là les constructions nouvelles étaient toutours restées très fortement tributaires des précédentes, réalisées à la même échelle et presque au même niveau. La construction de la cathédrale romane et des bâtiments claustraux peut donc être regardée comme le seul changement fondamental dans la topographie de cette zone de la ville jusqu’au XXe siècle.

La cathédrale et le cloître à la fin du Moyen Âge

11Pour la cathédrale, les seules transformations ont consisté en l’insertion, vers le milieu du XIVe siècle, de trois chapelles supplémentaires sur la couronne du chevet : celles de Poitiers (b), de Notre-Dame-des-Anges (c) et de Saint-Martin ; la première n’a reçu son voûtement qu’au XVIIe siècle. (Fig. 26).

Fig. 25. Angle nord-ouest du cloître et extrémité ouest du réfectoire

Fig. 25. Angle nord-ouest du cloître et extrémité ouest du réfectoire

Dans l’angle du cloître un large massif de maçonnerie correspond à un escalier. Le mur qui s’appuie sur lui est celui d’un caveau funéraire d’époque moderne. A l’ouest du réfectoire, pavement de la rue réalisé à la fin du Moyen Âge.

Fig. 26. Plan de la cathédrale et des bâtiments voisins au XIVe siècle

Fig. 26. Plan de la cathédrale et des bâtiments voisins au XIVe siècle

A : cloître. Β et C : caves. D : salle du chapitre puis chapelle de Pretiosa.
Ε : campanile. F : palais episcopal, a : puits, b : chapelle de Poitiers, c : chapelle de Notre-Dame-des-Anges,
d : chapelle Saint-Martin.

12La fouille a révélé que le cloître était, dès le XIVe siècle, abandonné en tant que tel et même partiellement détruit, réduit au rôle d’enclos funéraire. Les bâtiments adjacents restaient quand même debout : le réfectoire transformé en caves (B), la salle capitulaire (D) conservant sa fonction mais y ajoutant à la fin du XVe siècle celle de chapelle funéraire sous le vocable de de Pretiosa.

13La porte du quartier (E), déjà transformée en clocher dès la seconde moitié du XIIe siècle, fut surélevée et fortifiée. Un haut étage octogonal avec couronnement crénelé compléta l’ouvrage vers 1387, devenant un incomparable poste de guet (Fig. 4e de couverture). L’enceinte du quartier fut reportée un peu plus bas à l’ouest, ce qui permit à plusieurs maisons canoniales de s’installer dans l’espace ainsi gagné ; le clocher perdit du même coup sa fonction première de porte.

La cathédrale et les bâtiments voisins au XVIIe siècle

14C’est la cathédrale qui, aux XVIe et XVIIe siècles, a subi les transformations les plus fortes. En 1538 l’évêque Claude de Tournon décida de la rebâtir dans le style des grands espaces unifiés du gothique languedocien : on remplaça l’abside romane et son déambulatoire par une grande abside flamboyante très largement éclairée mais en conservant la couronne de chapelles rayonnantes. Les travaux s’arrêtèrent à la mort du prélat en 1542 : les trois nefs médiévales demeurèrent donc dans le prolongement d’un chevet construit en fonction d’une large nef unique. Mais le sac de la cathédrale par les Huguenots en 1567 entraîna la destruction des voûtes et, à partir de 1598, la restauration du monument fut marquée par une unification spatiale puisque l’on abattit les piliers romans pour réaliser enfin, entre les murs primitifs des bas-côtés surélevés, la nef unique projetée en 1538. Les chapelles rayonnantes furent modifiées et d’autres construites dans le cours du XVIIe siècle.

  • 1 J. DE BANNE, Mémoires des antiquités de l'église cathédrale de Viviers, Viviers, archives de l'évêc (...)

15Sur le site du cloître, l’interprétation de la fouille a été facilitée par l’existence d’une description des lieux réalisée autour de 1640 par le chanoine Jacques de Banne1 L’ancienne salle du chapitre, devenue chapelle de Pretiosa, se trouvait au centre d’une zone cimetériale (le « cimetière des choriers ») ; elle fut réaménagée en fonction de son utilisation funéraire : insertion d’un autel dont il reste la base moulurée interrompant la banquette contre le mur nord, construction de caveaux funéraires, les uns voûtés (D, E, F), les autres couverts de dalles (C, G ?), remaniement des murs est et ouest, remontés plus minces que dans leur état premier. De Banne citait d’autres chapelles funéraires : nous avons mis au jour l’une d’elles, aménagée dans l’angle nord-est de l’ancien portique ; un pilier à base moulurée indique la présence d’une porte jumelle du côté ouest. Du cloître lui-même, de Banne ne voyait plus que les restes de quelques arceaux noyés dans les murs du cimetière.

16Le bâtiment nord, désormais sans communication directe avec l’aire de l’ancien cloître, constituait les « cave et paneterie du chapitre ». A l’étage des bâtiments nord et est se trouvaient le chapitre, la bibliothèque et les archives. Nous ignorons quand précisément ces constructions ont disparu : sans doute à la fin du XVIIIe siècle ; le cadastre de 1811 porte encore le tracé des parcelles du cloître et de l’édifice nord mais sans indication de bâti.

17Un incendie survenu en 1772 détruisit toute la partie nord de l’aile primitive de l’évêché, devenu séminaire en 1650.

Évolution des fortifications à Châteauvieux

  • 2 Inventaire général de tous les titres et documents qui sont dans les archives du vénérable chapitre (...)

18A l’extrémité nord de la butte de Viviers, le terre-plein dit de « Châteauvieux » est aujourd’hui un terrain uniforme et herbeux entouré d’un parapet qui est de toute évidence un remaniement de l’enceinte fortifiée médiévale : deux archères et une canonnière sont visibles dans la portion sud-ouest de ce mur. Tout près de là, à un angle du rempart, côté ville, se dresse encore la tour de Châteauvieux ; c’est une tour circulaire d’un diamètre intérieur de 2,55 m ; au-dessus d’un soubassement plein qui correspond à la hauteur de l’abrupt, il reste deux étages voûtés de coupoles et munis d’archères à deux étriers ainsi que les vestiges d’un troisième. On pénétrait dans l’ouvrage par une belle porte en plein cintre au deuxième étage ; de là on gagnait le premier niveau par une trappe et le troisième par un escalier à vis placé en hors d’œuvre. Selon une mention faite au XVIIIe siècle d’un document concernant le renforcement des fortifications de Viviers2 cette tour aurait été élevée en 1359. Des éléments d’une autre tour étaient par ailleurs visibles, avant la fouille, à l’extrémité nord-ouest du site.

19En pratiquant un premier sondage en 1981 puis une fouille plus large en 1984, l’intention a été de préciser l’histoire des fortifications canoniales dans un quartier où la topographie (un abrupt rigoureux et très haut, au nord et à Test surtout) facilitait grandement la défense.

20L’aspect horizontal et uniforme du terre-plein de Châteauvieux est un état assez récent. Le remblayage a été très fort : le sol actuel se situe vers la cote + 1,50 m (le niveau zéro correspondant au seuil de la cathédrale) ; la roche calcaire nous est apparue à une profondeur variable : vers la cote -0,45 m au rétrécissement de l’éperon (fouille de 1981) ; puis le niveau s’abaisse vers le nord et l’ouest : de - 1,57 m à - 2,08 m dans la zone centre-nord, le rocher remonte ensuite vers Test (de -1,20 m à + 0,05 m) et surtout vers le nord (+ 0,57 m).

21Directement sur le rocher s’est installée dans la zone centrale une première construction en moellons dont nous avons dégagé une petite portion correspondant à un mur nord-sud (mur 10). Nous ne pouvons rien affirmer concernant la date ni la nature de ce bâtiment : une tour peut-être ? Ce pourrait être une trace de ce « Châteauvieux » qui apparaît dans la toponymie dès le XIVe siècle.

22Ce premier état du bâti peut être contemporain d’un léger remblayage, à l’ouest du site, qui a préludé à l’établissement d’un mur de fortification antérieur à la tour de Châteauvieux. Au nord de cette tour en effet le mur (mur 3) a été retrouvé à 1,30 m à l’est du parapet actuel ; plus loin, il a servi de fondation à celui-ci ; à l’extrême nord enfin, il s’incurvait pour former une petite tour ouverte à la gorge. A l’est de celle-ci, la courtine devait correspondre à l’actuel parapet.

Fig. 27. Coupe dans la galerie nord du cloître, montrant l’insertion des sépultures

Fig. 27. Coupe dans la galerie nord du cloître, montrant l’insertion des sépultures

Au-dessus de la rigole d’écoulement appartenant au portique antique, la couche 7 correspond à l’abandon de l’édifice paléochrétien. Un caveau (A) s’est installé au XIV e siècle contre le mur nord du cloître (M. 4) ; ses dalles de fermeture ainsi que le haut de la couche de sépultures de même époque (couche 4) montrent qu’il y a eu exhaussement du niveau du sol jusqu’au haut de la banquette du mur bahut (M. 1). Sur la voûte du caveau A, le caveau I, délimité par les murs M 3b et M 3c est d’époque moderne.

Fig. 28. Plan de la cathédrale et des bâtiments voisins au XVIIe siècle

Fig. 28. Plan de la cathédrale et des bâtiments voisins au XVIIe siècle

A : cimetière des choriers. Β et C : caves. D : chapelle de Pretiosa. Ε : campanile. F : palais épiscopal. a : puits, b : chapelle funéraire, c : escalier de Charles de Tournon. d : sacristie, e : chapelle Notre-Dame-des-Anges. f : chapelle Saint-Martin, g : chapelle Saint-Jean. (Pour la cathédrale, dessin d’après relevé de l’Inventaire Général).

Fig. 29. Plan de la chapelle de Pretiosa et de la chapelle installée dans l’angle de l’ancien cloître, avec emplacement des caveaux funéraires (caveau A du XIVe siècle, caveaux B à H des XVIe et XVIIe siècles)

Fig. 29. Plan de la chapelle de Pretiosa et de la chapelle installée dans l’angle de l’ancien cloître, avec emplacement des caveaux funéraires (caveau A du XIVe siècle, caveaux B à H des XVIe et XVIIe siècles)

En x et y : bases d’autels. En z : base moulurée de pilier.

Fig. 30. Plan des fortifications de Châteauvieux

Fig. 30. Plan des fortifications de Châteauvieux

Légende : 1 : avant le XIVe siècle.
2 : seconde moitié du XIVe siècle.
3 : XVIe siècle.
4 : après le XVIe siècle et indéterminé.

Fig. 31. Terre-plein et tour de Châteauvieux vus du haut du clocher

Fig. 31. Terre-plein et tour de Châteauvieux vus du haut du clocher

23C’est dans la seconde moitié du XIVe siècle que l’on doit situer un ensemble de reconstructions qui ont profondément transformé le site : vers 1359 l’érection de la tour de Châteauvieux sur l’arasement de l’extrémité méridionale du mur 3 et d’autres entreprises survenues sans doute après les années 1270, moment où les textes nous permettent de restituer une vaste opération de remise en état du système défensif de Viviers.

Fig. 32. Arrondi de l’ouvrage nord de Châteauvieux et mur du XVIe siècle, vus du nord-ouest

Fig. 32. Arrondi de l’ouvrage nord de Châteauvieux et mur du XVIe siècle, vus du nord-ouest

24Dans la zone centrale, une couche de remblai a noyé l’arasement du mur 10 primitif. On a alors construit sur toute la zone nord-est du site, c’est-à-dire là où le rocher est à son niveau le plus haut, un gros ouvrage semi-circulaire vers le sud, de plan irrégulier, lié aux nécessités imposées par la topographie, au nord et à l’est (Fig. 32). Au sud-ouest, on a arasé l’ancienne courtine et reporté l’enceinte fortifiée plus à l’ouest en construisant un mur lié à la nouvelle tour de Châteauvieux. La fouille de la couche de remblai liée aux fondations de la tour a confirmé la date fournie par le document cité plus haut : malgré sa porte d’allure « romane », cette tour ne remonte pas au-delà du milieu du XIVe siècle. On a en même temps établi un chemin de ronde entre la partie inférieure conservée du mur 3 primitif et la nouvelle muraille (Fig. 33). Au nord-ouest, on a remanié la petite tour en la rétrécissant et construit une nouvelle muraille au sud de la précédente (mur 4). Ces travaux n’ont pas forcément été tous contemporains : l’appareil de la tour de Châteauvieux est très différent de celui de l’ouvrage nord.

Fig. 33. Coupe ouest-est dans les courtines nord (M. 3 et 7), à proximité de la tour de Châteauvieux

Fig. 33. Coupe ouest-est dans les courtines nord (M. 3 et 7), à proximité de la tour de Châteauvieux

Stratigraphie :
Couche 1 : terre végétale.
Couche 2 : terre de remblai contenant une abondante céramique moderne.
Couche 3 : cailloux et mortier recouvrant l’arasement du mur 3 et correspondant au haut des fondations de la tour de Châteauvieux.
Couche 4 : remblai contenant quelques tessons modernes.
Couche 5 : terre et mortier sans matériel.
Couche 6 : remblai de terre et de pierres sans matériel moderne.
Couche 7 : remblai contenant des fragments d’enduit peint et un tesson du XIVe siècle. Il recouvre une maçonnerie qui relie les murs 3 et 7.
Couche 8 : remblai dont la surface supérieure correspond au haut des fondations du mur 3. Il ne contient aucun tesson glaçuré mais seulement de la céramique à pâte grise.

  • 3 J. DE BANNE, Mémoires des antiquités de l'église cathédrale..., Viviers, archives de l'évêché, p. 3 (...)

25Les découvertes concernant les remaniements du XVIe siècle bénéficient d’une interprétation plus précise grâce à des notes retranscrites par le chanoine de Banne3 Il est notamment dit que sous l’épiscopat de Claude de Tournon (1516-1542) le sacristain Jacques de Lévi « fit abattre une grosse tour questoit au haut de chateau vieux comme il se peut remarquer par les vestiges du fondement sur la roche et de la ruine on fit bastir les creneaux qui sont autour des deux plattes formes les degrés et la muraille qui sépare le haut et les bas des dittes plattes formes et le paraped quest du coste de la ville ».

26De ce moment datent donc clairement :

  • la destruction de la grosse tour que nous avons partiellement mise au jour ;

  • la construction d’un escalier de six marches à l’ouest, conduisant à une plate-forme déjà existante le long du rempart ; il est lié à un mur est-ouest que l’on éleva alors pour barrer l’éperon ; ce mur est tangeant aux restes du mur circulaire de la grosse tour (mur 1), (Fig. 3) ;

  • la reconstruction du mur fortifié qui entoure le site, notamment du côté de la ville. Dans le même temps on exhaussa le niveau du sol par un nouveau remblai.

27Le chanoine de Banne rapporte aussi qu’après la mort du roi Henri III (1589), on fit réaliser une citadelle dans la partie nord du château. Cette entreprise se traduisit dans l’une des zones fouillées, à l’est de la tour de Châteauvieux, par le percement d’une porte avec pont-levis et par quelques aménagements adjacents que notre fouille a permis de retrouver. La porte est à arc surbaissé, haute de 2,70 m et large de 1,36 m ; elle est surmontée de deux encoches pour le passage des flèches du pont-levis. Les murs qui prolongent les piédroits délimitent de part et d’autre de la porte deux massifs de maçonnerie ; l’un d’eux était destiné à servir une canonnière avec trou et fente de visée encore visible sur le mur, au-dessus du remblai moderne (Fig. 34). Pour permettre l’accès, il a fallu entailler le rocher et réaliser une rampe qui descendait jusqu’au niveau extérieur, au bas du rempart.

28Le remblayage laissait encore apparents la partie la plus haute du rocher au nord, ainsi que les restes de la grosse tour puisque le chanoine de Banne les voyait au XVIIe siècle. De nouveaux remblais, aux XVIIIe et XIXe siècles, égalisèrent le terrain, faisant disparaître toutes les structures du XVIe siècle, les ruines médiévales et le rocher lui-même.

Fig. 34. Châteauvieux, traces de la porte du XVIe siècle et canonnière

Fig. 34. Châteauvieux, traces de la porte du XVIe siècle et canonnière

Notes

1 J. DE BANNE, Mémoires des antiquités de l'église cathédrale de Viviers, Viviers, archives de l'évêché, p. 30-32.

2 Inventaire général de tous les titres et documents qui sont dans les archives du vénérable chapitre..., Viviers, archives de l'évêché, F° 7.

3 J. DE BANNE, Mémoires des antiquités de l'église cathédrale..., Viviers, archives de l'évêché, p. 36, 49.

Table des illustrations

Titre Fig. 21. Plan du groupe cathédral du haut Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1518/img-1.jpg
Fichier image/, 184k
Titre Fig. 22. Extérieur de l’abside de l’église Β du haut Moyen Âge
Légende L’abside s’appuye contre le mur oriental de l’édifice paléochrétien.C’est le mur séparant le cloître de la salle capitulaire qui lui est superposé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1518/img-2.jpg
Fichier image/, 292k
Titre Fig. 23. Angle sud-ouest de l’édifice A du haut Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1518/img-3.jpg
Fichier image/, 252k
Titre Fig. 24. Plan de la cathédrale et des bâtiments voisins aux XIIe et XIII e siècles
Légende A : cloître. Β : réfectoire. C : salle nord-est. D : salle capitulaire.Ε : campanile. F : palais épiscopal. a : puits, b : fondement d’escalier,c : silo-dépotoir, d : dépotoir contre le mur du réfectoire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1518/img-4.jpg
Fichier image/, 248k
Titre Fig. 25. Angle nord-ouest du cloître et extrémité ouest du réfectoire
Légende Dans l’angle du cloître un large massif de maçonnerie correspond à un escalier. Le mur qui s’appuie sur lui est celui d’un caveau funéraire d’époque moderne. A l’ouest du réfectoire, pavement de la rue réalisé à la fin du Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1518/img-5.jpg
Fichier image/, 364k
Titre Fig. 26. Plan de la cathédrale et des bâtiments voisins au XIVe siècle
Légende A : cloître. Β et C : caves. D : salle du chapitre puis chapelle de Pretiosa.Ε : campanile. F : palais episcopal, a : puits, b : chapelle de Poitiers, c : chapelle de Notre-Dame-des-Anges,d : chapelle Saint-Martin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1518/img-6.jpg
Fichier image/, 256k
Titre Fig. 27. Coupe dans la galerie nord du cloître, montrant l’insertion des sépultures
Légende Au-dessus de la rigole d’écoulement appartenant au portique antique, la couche 7 correspond à l’abandon de l’édifice paléochrétien. Un caveau (A) s’est installé au XIV e siècle contre le mur nord du cloître (M. 4) ; ses dalles de fermeture ainsi que le haut de la couche de sépultures de même époque (couche 4) montrent qu’il y a eu exhaussement du niveau du sol jusqu’au haut de la banquette du mur bahut (M. 1). Sur la voûte du caveau A, le caveau I, délimité par les murs M 3b et M 3c est d’époque moderne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1518/img-7.jpg
Fichier image/, 184k
Titre Fig. 28. Plan de la cathédrale et des bâtiments voisins au XVIIe siècle
Légende A : cimetière des choriers. Β et C : caves. D : chapelle de Pretiosa. Ε : campanile. F : palais épiscopal. a : puits, b : chapelle funéraire, c : escalier de Charles de Tournon. d : sacristie, e : chapelle Notre-Dame-des-Anges. f : chapelle Saint-Martin, g : chapelle Saint-Jean. (Pour la cathédrale, dessin d’après relevé de l’Inventaire Général).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1518/img-8.jpg
Fichier image/, 268k
Titre Fig. 29. Plan de la chapelle de Pretiosa et de la chapelle installée dans l’angle de l’ancien cloître, avec emplacement des caveaux funéraires (caveau A du XIVe siècle, caveaux B à H des XVIe et XVIIe siècles)
Légende En x et y : bases d’autels. En z : base moulurée de pilier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1518/img-9.jpg
Fichier image/, 228k
Titre Fig. 30. Plan des fortifications de Châteauvieux
Légende Légende : 1 : avant le XIVe siècle.2 : seconde moitié du XIVe siècle.3 : XVIe siècle.4 : après le XVIe siècle et indéterminé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1518/img-10.png
Fichier image/, 738k
Titre Fig. 31. Terre-plein et tour de Châteauvieux vus du haut du clocher
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1518/img-11.jpg
Fichier image/, 448k
Titre Fig. 32. Arrondi de l’ouvrage nord de Châteauvieux et mur du XVIe siècle, vus du nord-ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1518/img-12.jpg
Fichier image/, 248k
Titre Fig. 33. Coupe ouest-est dans les courtines nord (M. 3 et 7), à proximité de la tour de Châteauvieux
Légende Stratigraphie :Couche 1 : terre végétale.Couche 2 : terre de remblai contenant une abondante céramique moderne.Couche 3 : cailloux et mortier recouvrant l’arasement du mur 3 et correspondant au haut des fondations de la tour de Châteauvieux.Couche 4 : remblai contenant quelques tessons modernes.Couche 5 : terre et mortier sans matériel.Couche 6 : remblai de terre et de pierres sans matériel moderne.Couche 7 : remblai contenant des fragments d’enduit peint et un tesson du XIVe siècle. Il recouvre une maçonnerie qui relie les murs 3 et 7.Couche 8 : remblai dont la surface supérieure correspond au haut des fondations du mur 3. Il ne contient aucun tesson glaçuré mais seulement de la céramique à pâte grise.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1518/img-13.jpg
Fichier image/, 64k
Titre Fig. 34. Châteauvieux, traces de la porte du XVIe siècle et canonnière
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1518/img-14.jpg
Fichier image/, 206k

© Alpara, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access