Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Viviers, cité épiscopale

 | 
Yves Esquieu

Chapitre II. Une basilique funéraire suburbaine

Joëlle Dupraz

Texte intégral

1Le site archéologique se trouve à la sortie sud de dans l’enceinte du Viviers, palais épiscopal construit au XVIIIe siècle par l’architecte avignonnais Jean-Baptiste Franque.

2Le palais épiscopal, l’hôtel de Roqueplane et la chapelle Notre-Dame-du-Rhône appartiennent au même programme architectural classique. En 1986, par accord mutuel, la mairie et l’évêché décident de procéder à un échange de bâtiments. Le parking de la nouvelle mairie est projeté à l’emplacement d’un jardin situé au carrefour de la nationale 86 et de la départementale 75, qui doit être élargi. La découverte de sarcophages est le point de départ du sauvetage urgent exécuté au printemps 1987. L’intervention archéologique, sur ce site de 800 m2, s’est limitée à un simple diagnostic.

3Le décaissement du jardin par les engins mécaniques (0,80 m) a atteint les couches archéologiques. Il a suffi d’un décapage de complément pour mettre en Joëlle évidence l’occupation du sol. Sur une bande de terrain de 52 m x 16 m, c’est un véritable quartier qui est apparu. D’est en ouest, se succèdent des bâtiments à vocation d’habitat, une église funéraire orientée, accompagnée au sud d’autres constructions dont certaines se sont greffées sur l’édifice. Trois sondages profonds montrent que la topographie naturelle, fortes pentes ouest-est et nord-sud dues au soubassement rocheux, a été corrigée surtout dans le secteur sud par d’épais remblais (Fig. 17).

  • 1 P.A. FÉVRIER, « Alba-Viviers », Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu (...)
  • 2 J. DE BANNE, Chronologie des évêques de Viviers, manuscrit copie XIXe siècle), Fonds Mazon, F.32, A (...)
  • 3 J. COLUMBI, De rebus gestis episcoporum Vivariensum, Lyon, 1651, p. 49.

4Vers le milieu du Ve siècle, le siège épiscopal est transféré d’Alba, chef-lieu de cité des Helviens, à Viviers où existe, depuis la fin du IVe siècle, une communauté chrétienne1. Sur le plan politique, la nouvelle cité épiscopale passe successivement, entre le Ve et le VIe siècle, de la domination wisigothique à celle des Burgondes puis des Francs. On situe le groupe épiscopal primitif au sommet du rocher, sous l’actuelle cathédrale romane. Des découvertes archéologiques anciennes permettent de localiser dans la vallée une nécropole antique se développant de l’ouest vers le sud2 Au sud, s’élève aujourd’hui la chapelle Notre-Dame-du-Rhône dont le vocable se suit dans le temps à travers des édifices différents. Au VI e siècle, Venance, quatrième évêque de Viviers, fonde en effet une église qu’il voue à Saint-Saturnin et Notre-Dame3.

Fig. 17. Situation des vestiges

Fig. 17. Situation des vestiges
  • 4 Pouillés des provinces de Besançon, Tarentaise, Vienne..., Paris, 1940, p. 444.
  • 5 J. DE BANNE, Chronologie des évêques de Viviers, p. 43.
  • 6 D.A. FLAUGERGUES, Observations météorologiques faites à Viviers, p. 67.

5Le premier texte original mentionnant une église Notre-Dame du Rhône à Viviers date du XIVe siècle4 Par le chanoine de Banne, on sait que cette église se situait hors les murs, dans le bourg inférieur, du côté de la porte de La Trau. Elle se caractérise alors par l’hétérogénéité de son architecture et de son décor, attestant des réemplois anciens. En 1625, des travaux effectués sur son parvis mettent au jour un grand nombre de sépultures (sarcophages monolithes) et l’épitaphe d’un personnage ayant renoncé à l’hérésie arienne5 En 1734, l’église jugée trop humide et mal commode, fut reconstruite. Lorsqu’on creusa les fondations du nouvel édifice, on découvrit des tombes sous tuiles mais aussi des sarcophages. D’autres indices : ossements animaux et médailles accompagnant les sépultures, pourraient vieillir la nécropole qui cerne la ville6 Jusqu’au printemps 1987, enfin, on n’avait pas exactement localisé les découvertes de l’épitaphe de Paschase et de nombreux tombeaux anépigraphes (voir chapitre I).

Description architecturale

6L’édifice majeur du quartier ne fut que partiellement reconnu puisqu’il est à moitié recouvert par la départementale 75. Néanmoins, par symétrie, il est possible de restituer son plan et ses dimensions. Deux états évidents apparaissent à l’analyse (Fig. 18).

7L’état primitif est celui d’une vaste nef rectangulaire coiffée à l’est d’une abside fortement outrepassée qu’elle déborde par un épaulement réduit. Sa façade reste méconnue. En l’état actuel de la question, l’édifice mesure 26,40 m de long sur 11 m de large, son abside possède un diamètre de 9,60 m. La faible épaisseur du mur d’abside et du mur sud de la nef (0,60 m) permet d’envisager une couverture de charpente. L’appareil des murs est de taille moyenne, parements de moellons de calcaire marneux à peine équarris, liés par un mortier de chaux. Entre les parements on trouve un bourrage de petites pierres et de mortier, les joints ne sont pas soignés mais les murs ont conservé par endroit un enduit. La présence d’enduit peint polychrome dans l’abside est le seul indice qui puisse évoquer un quelconque décor intérieur. Le sol de cet édifice a été observé sur presque toute la surface dans l’abside et à trois reprises dans la nef (niveau moyen NGF 70,05 m). C’est un béton lissé en surface, de couleur beige rosé, d’une épaisseur variant entre 9 et 14 cm. Posé sur un hérisson de pierres, il est constitué d’un mortier de chaux, sable et petits galets ronds. La brique pilée entre dans une proportion minime. Il est d’une qualité moyenne. Le sol a reçu dès l’origine des inhumations.

Fig. 18. Plan des vestiges

Fig. 18. Plan des vestiges

8Le second état se caractérise par une modification du plan. La nef est désormais subdivisée par deux murs transversaux nord-sud, en deux travées qui concentrent un maximum de sépultures. Dans la travée ouest, une structure centrale enserre des sépultures. L’abside est rétrécie par l’installation au nord d’un mur qui double, sur une petite longueur, le mur primitif, ainsi que par deux piliers destinés à recevoir les retombées d’un arc triomphal. On note également au sud que le décrochement formé par le pilier a été masqué dans la nef par une surépaisseur du mur primitif, l’ensemble fut habillé par un nouvel enduit. Ces murs se distinguent par une épaisseur réduite (0,50 m) et un mode de construction différent, parement en gros moellons équarris sans bourrage interne, liés au mortier de chaux. Les joints traités à la taloche sont largement débordants. Le sol toujours en béton lissé rose, comporte de gros morceaux de brique, il n’est conservé que dans la travée ouest où il scelle les sépultures de cet état, à l’instar de ce qui se faisait dans l’état I.

9Il se situe à 70,59 m, soit 0,70 m au-dessus du sol de l’état primitif. Dans la travée orientale comme dans l’abside le sol a disparu. Des indices permettent de penser que celui-ci a existé à un niveau plus élevé que dans la travée occidentale. Sur le sol de l’abside des négatifs de maçonnerie implantés à intervalles réguliers et plaqués contre le mur pourraient correspondre à la base de pilastres ou colonnes supportant des arcatures. Deux annexes se sont greffées sur le chevet de l’édifice. Une annexe sud possède un sol de tuileau refait cinq fois ; une autre annexe au nord abritait une sépulture.

Aménagements liturgiques, sépultures et mobilier

10Etat primitif : l’autel n’a pas été retrouvé. Dans la nef, contre le mur gouttereau sud (sondage 5) un espace rectangulaire a été réservé en creux dans le sol pour recevoir une signalisation qui a disparu ou n’a jamais été installée : inscription, base d’autel, pavement ? Six sépultures liées à cet état et prises dans le sol ont été répertoriées, facilement repérables par leur superstructure quasi intacte. Aucune n’a été fouillée. On s’est limité à étudier leur situation dans l’édifice, et leur superstructure. Parfois, des destructions partielles ont autorisé des observations plus poussées. Une tombe située dans l’axe du bâtiment occupe le centre de l’abside. Elle se signale extérieurement par une dalle de béton à tuileau d’une couleur plus soutenue que le sol environnant, un mortier de chaux blanc scelle l’ensemble soulignant les limites de la fosse. Les dimensions de la tombe sont 1 m de large sur au moins 1,80 m de long. Son extrémité ouest a été recoupée par la tranchée de fondation de l’autel appartenant au second état. Ceci a permis de constater que la fosse a été aménagée en réserve dans le sol pour recevoir un sarcophage de pierre encore en place. Les bords de la fosse sont nets et à angle droit. Le sol n’a donc pas été cassé pour installer après coup la sépulture. Cette tombe se caractérise dans sa manifestation extérieure par sa simplicité.

11Aux extrémités nord et sud de l’abside, d’autres sépultures se sont fixées. Elles se remarquent au niveau du sol soit par une couverture particulière, couvercle de marbre blanc (S. 12), soit par un léger bourrelet de forme ovalaire au niveau du sol et, à cet endroit, une teinte plus rouge. Dans ce dernier cas, elles étaient accompagnées d’une épitaphe dont il ne reste que le négatif. Au nord, deux tombes (S.2 et S. 12), d’axe est-ouest, sont isolées du mur d’abside par un alignement de blocs calcaires, véritables mortaises et supports probables d’une clôture de pierre. L’espace ménagé entre le mur d’abside et le groupe funéraire forme un couloir. A l’extrémité sud de l’abside, une autre tombe se distingue par la réfection du sol à son emplacement et par la présence d’un négatif d’épitaphe de petite taille. Deux autres tombes enfin ont été identifiées à l’extrémité ouest de la nef, contre le mur gouttereau (sondage 6). La plus ancienne s’apparente aux deux sépultures sous tuileau de l’abside. On devine sous le sol détruit le sarcophage de pierre. Elle est dotée d’une épitaphe qu’elle a conservée (Fig. 19). L’épitaphe signale le repos d’une femme pieuse âgée de 83 ans du nom rarissime d’Emeteria. Au-dessus du texte figurent trois symboles chrétiens : un chrisme avec l’alpha et 1’omega encadré de deux croix monogrammatiques non latinisées. Enfin, la dernière tombe entr’aperçue se signale par une couverture en béton à tuileau rose, grossier et formant un bourrelet important sur le sol.

Fig. 19. Epitaphe n° 1

Fig. 19. Epitaphe n° 1

12Second état : bien que le sol de l’abside du second état ait été en grande partie détruit par l’installation au XVIIIe siècle d’un bassin, on reconnaît à travers le grossier massif de maçonnerie qui trône au centre de l’abside, les fondations du nouvel autel. La nef, dans l’état de destruction où elle se trouve, ne livre guère d’information précise. Sauf peut-être le sentiment d’une élévation du niveau du sol d’ouest en est, en direction du chœur. Les deux murs transversaux correspondent alors à des emmarchements. Au centre de la nef, dans l’axe du bâtiment, une structure entrevue isole des sépultures, il s’agit peut-être d’une solea ou du support d’un ambon.

13Vingt-six sépultures ont été recensées. Vingt d’entre elles sont orientées est-ouest, six sont orientées nordsud. Une seule sépulture a été fouillée. Plusieurs tombes ont été endommagées lors des travaux du XVIIIe siècle et ceux précédant l’intervention archéologique. Les sépultures sont de plusieurs types : sarcophages de pierre monolithes (Fig. 20), rectangulaires ou trapézoïdaux, coffres de tegulae et tombes en bâtières, tombes mixtes faites de matériaux divers (tegulae, pierres plus ou moins maçonnées, fragments de sol). Les tegulae portent des marques sinusoïdales ou en forme de boucles. La seule sépulture fouillée est celle d’un enfant en bas âge. Elle se trouve dans l’abside contre le parement sud de l’autel. Orientée, la sépulture est ménagée dans un demi fût de colonne cannelée, évidé ; son couvercle est fait d’une dalle de calcaire coquillier blanc du même type que celui des sarcophages de la nef, noyé dans une chappe de mortier blanc. Le sol de l’abside (état I) a été cassé pour creuser la fosse. Le squelette reposait en decubitus dorsal, mains croisées sur le pubis, les jambes étaient repliées sous les fesses. La tombe n’a livré aucun mobilier.

Fig. 20. Sépulture 22, vue vers l’ouest (état II)

Fig. 20. Sépulture 22, vue vers l’ouest (état II)

Interprétation - Datation

14Dès le Ve siècle on trouve à la périphérie de la nouvelle cité épiscopale une vaste zone de nécropole. L’image de cette périphérie de la ville se précise notamment dans le secteur sud. A la nécropole découverte sous la chapelle Notre-Dame-du-Rhône, aux XVIIe et XVIIIe siècles, s’ajoute aujourd’hui l’ébauche d’un véritable quartier paléochrétien dont le pivot est une église funéraire. Les observations limitées, faites aux abords de l’édifice révèlent à l’est et au sud des niveaux d’occupation contenant de la céramique commune du V e siècle et de la sigillée paléochrétienne.

15La fonction du premier édifice se déduit de la présence au centre de l’abside d’une tombe pour laquelle l’église semble avoir été construite. La fosse est prévue dès la mise en place du sol. Le joint de mortier qui scelle la tombe relève plutôt d’une réfection tardive que de son état initial. On peut imaginer auparavant l’existence d’un cadre de bois supportant une superstructure. Le cadre ayant disparu, le vide laissé par les poutres aurait été comblé par du mortier. Tombe de saint ou de personnage vénéré ? Elle a drainé d’autres sépultures. Celles-ci, dissimulées sous le sol de l’église, ont un mode de couverture qui indique une installation a posteriori. Ces tombes se situent dans l’abside et contre le mur de la nef sud. En l’état actuel de la question, la géographie complète des tombes dans le sanctuaire reste inconnue. Le groupe funéraire nord est protégé par une barrière constituée de piliers et de dalles de pierre. Les dimensions des mortaises sont identiques à celles d’un pilier à décor de rosace conservé à l’évêché.

16L’épitaphe de Paschase, découverte en 1737 dans le secteur, était scellée sur la tombe n° 2. Les dimensions du négatif d’épitaphe coïncident avec celles de l’épitaphe elle-même. Ce texte élogieux donne des informations sur le défunt. Paschase était prêtre de cette église, disciple de Saint-Venance, il est décédé à 50 ans. La tombe voisine est celle d’un enfant. Le luxe de sa couverture comme sa situation permettent de l’associer à celle de Paschase et de voir dans cet ensemble des tombes privilégiées. La sépulture n° 7 est plus modeste. Son négatif d’épitaphe pourrait contenir l’épitaphe de Severus, jeune lecteur de la cathédrale. Dans la nef, enfin, c’est une femme, Emeteria, qui est ensevelie. L’expression religiosa femina associée à son grand âge, souligne une longue vie de piété.

17Il est possible de dater cette église funéraire en partie par son architecture mais surtout par l’analyse des épitaphes. L’épitaphe n° 2, très différente des autres par le matériau, l’écriture et le décor, ne peut pour l’instant se dater de manière absolue, sans la mention du nom du consul. Néanmoins, on sait qu’à partir de 543, ce mode de datation par consulat n’est plus en usage. En chronologie relative, elle est antérieure au sol de l’église. Les épitaphes de Paschase et d’Emeteria contemporaines de la première église se datent plutôt du VIe siècle. Le formulaire, in hoc tumolo, en tête de la plupart des épitaphes du VIe siècle, l’écriture, lettre d en forme de triangle caractéristique des Ve et VIe siècles, et enfin la datation de l’épitaphe de Paschase par la seule indiction, rare avant le VIe siècle, ramènent toujours au même horizon. Pour Emeteria, il en est de même ; le formulaire hic requiescit in pace... obiit, le nom unique, la paléographie et enfin la présence de symboles chrétiens dont l’un (le chrisme) est désuet par rapport aux autres, sont des indices qui convergent vers le VIe siècle. Du point de vue de l’architecture, peu courants sont dans le monde méditerranéen les édifices à abside outrepassée. C’est en Gaule et dans les Alpes que l’on rencontre quelques exemples contemporains : à Genève le premier baptistère (IV-Ve s.), à Aoste, les édifices de la Porte Décumane, à Montferrand et Loupian respectivement dans les départements de l’Aude et de l’Hérault.

18A cette église du VIe siècle succède une église mérovingienne. Les modifications apportées par cette période trouvent probablement leur origine dans le succès croissant des sépultures ad sanctos. Le sol du sanctuaire est exhaussé afin de recevoir une nouvelle strate de sépultures sans porter atteinte au niveau d’inhumation antérieur. L’aire d’inhumation déborde l’édifice vers l’est. Quelques sépultures, ne disposant que d’une surface réduite, ne sont plus strictement orientées. Le mode de sépulture s’avère désormais plus divers, plus modeste aussi : huit sarcophages en pierre sur vingt-deux sépultures recensées pour cette phase. Il est difficile d’avancer une datation précise à partir de sépultures simplement repérées. A partir de quelques éléments on constate l’absence de dépôt funéraire, un grand nombre de tombes sous tegulae, quelques sarcophages de pierre, l’absence de coffres de dalles. Le maintien de la tradition antique à travers les sarcophages, les tombes sous tegulae, l’utilisation d’un sol de béton à tuileau qui couvre les inhumations, font penser à une succession rapide dans le temps des deux édifices et situeraient la seconde église à l’horizon du VIIe siècle.

  • 7 P.A. FÉVRIER, « Alba-Viviers », Topographie chrétienne..., p. 58.

19On ignore le vocable de ce sanctuaire. Deux édifices de culte non localisés précisément sont connus par les textes à Viviers. Il s’agit de Sanctus Romanus7 et l’église à double vocable fondée par Venance au VIe siècle : Saint-Saturnin et Notre-Dame. Une église portant le vocable de Notre-Dame-du-Rhône existe depuis au moins le XIVe siècle, à l’emplacement actuel de la chapelle du XVIII e siècle. Les découvertes archéologiques des XVIIe et XVIIIe siècles aidant, on en a déduit que s’élevait là un édifice plus ancien, celui précisément que fonda Venance et où la tradition localise la sépulture du saint. Or rien n’est moins sûr. Le retour aux sources modernes montre un édifice hétérogène comptant de nombreux réemplois, une nécropole de la fin de l’antiquité, mais jamais de structures pouvant appartenir à une basilique funéraire. Quant à l’épitaphe de Venance, son attribution paraît sujette à caution et le fait d’avoir été trouvée dans Notre-Dame-du-Rhône au XVIIIe siècle ne prouve rien, étant donné les nombreux réemplois observés dans l’édifice médiéval.

20Les premiers résultats archéologiques de 1987 permettent d’émettre l’hypothèse selon laquelle cet édifice et Saint-Saturnin ne font qu’un. Chronologiquement, la première église pourrait être contemporaine de Venance (517-537), la tombe principale serait alors identifiée. Il paraît logique que Paschase, disciple de Venance, en fonction dans cette basilique, ait été inhumé dans le sanctuaire abritant le tombeau du saint. L’abandon de la basilique mérovingienne intervient probablement à l’époque carolingienne ; les sondages ont montré une récupération systématique et précoce des matériaux. A l’époque médiévale (XIIe siècle), on note une réoccupation de l’ensemble du secteur par un habitat. L’édifice lui-même est oublié, une maison s’installe au sud en mordant sur l’abside, alors qu’une forge colonise la nef. Si l’ancien lieu de culte est abandonné, son souvenir persiste dans ce quartier sud, devenu le bourg inférieur. Une église paroissiale vouée à Notre-Dame-du-Rhône s’élève désormais à quelques dizaines de mètres.

21Le site est aujourd’hui recouvert dans l’attente d’une reprise des fouilles.

Notes

1 P.A. FÉVRIER, « Alba-Viviers », Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VII e siècle, T.III, 1986, p. 56.

2 J. DE BANNE, Chronologie des évêques de Viviers, manuscrit copie XIXe siècle), Fonds Mazon, F.32, A.D.A., p. 26, 27 et 43.
D.A. FLAUGERGUES, Observations météorologiques faites à Viviers..., manuscrit, XVIIIe siècle, n.p., Fonds séminaire de Viviers 53, A.D.A., p. 67.

3 J. COLUMBI, De rebus gestis episcoporum Vivariensum, Lyon, 1651, p. 49.

4 Pouillés des provinces de Besançon, Tarentaise, Vienne..., Paris, 1940, p. 444.

5 J. DE BANNE, Chronologie des évêques de Viviers, p. 43.

6 D.A. FLAUGERGUES, Observations météorologiques faites à Viviers, p. 67.

7 P.A. FÉVRIER, « Alba-Viviers », Topographie chrétienne..., p. 58.

Table des illustrations

Titre Fig. 17. Situation des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 18. Plan des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1516/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 19. Epitaphe n° 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1516/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 20. Sépulture 22, vue vers l’ouest (état II)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1516/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 500k

© Alpara, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access