Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Viviers, cité épiscopale

 | 
Yves Esquieu

Avant-propos

Texte intégral

1Les campagnes de fouille entreprises de 1978 à 1984 au « Château » de Viviers (Ardèche), nom que l’on donne ici au quartier canonial, perché sur un fort promontoire entre le Rhône et la cité laïque et entouré d’une enceinte fortifiée, l’ont été en liaison avec une étude monumentale des édifices de ce quartier conservés en élévation. Ce travail a été le fondement d’une recherche plus vaste consacrée aux quartiers cathédraux du Sillon rhodanien et du Midi méditerranéen réalisée dans le cadre d’une thèse pour le doctorat d’Etat préparée sous la direction de M. Marcel Durliat et soutenue à l’Université de Toulouse-Mirail en 1986.

2La fouille a permis de compléter de façon significative les informations procurées par l’étude monumentale et par les recherches d’archives sur la vie, la structure et l’évolution de ce quartier canonial. Elle a bien sûr conduit également à la mise en évidence de niveaux d’occupation antérieurs au cloître canonial qui, s’ils étaient sans lien avec le programme d’étude qui avait déterminé le choix des sites fouillés, n’en ont pas moins apporté d’intéressantes informations sur le passé de la cité et sur ses origines.

3Trois sites, sur le « Château », ont fait l’objet d’une fouille : la place de la Plaine surtout, au nord de la cathédrale, où l’on cherchait le cloître médiéval ; en 1983, la place de l’Ormeau, plus au sud ; et, en 1984, le plan de Châteauvieux, au nord du site.

4Parallèlement, d’autres recherches ont été menées sur le territoire de Viviers, sans rapport avec le programme signalé plus haut. Des prospections en surface réalisées au sud de la ville, autour du rocher de Saint-Michel, par M. Roger Chareyre ont permis bien des remarques et des découvertes concernant le passé préhistorique et protohistorique du site. Ces mêmes prospections ont conduit à découvrir les restes d’un petit sanctuaire chrétien dominant le Rhône à l’entrée du défilé de Donzère : la chapelle Saint-Victoret ; ces vestiges étant menacés, nous avons procédé, avec R. Chareyre, à une fouille d’urgence de cette chapelle en 1981 et 1982. Toujours au sud de Viviers, le creusement d’une tranchée, en décembre 1985, auprès des vestiges de l’antique chapelle Saint-Aule, a entraîné la mise au jour de plusieurs sépultures sur lesquelles M. Lionel Jacob a pu effectuer des observations et recueillir du matériel.

5Une étude de l’habitat médiéval de la ville basse de Viviers opérée en 1983-1984 par Marie-Christine Grasse dans le cadre d’un mémoire de maîtrise de l’Université de Provence a été accompagnée en 1984 et 1985 de la fouille de deux maisons privées, en profitant du rachat et de la réfection de ces demeures par de nouveaux propriétaires.

  • 1 Certaines de ces découvertes ont déjà fait l’objet, ou le feront bientôt, de publications qu’il est (...)

6La découverte fortuite de sépultures au nord-ouest de l’évêché, à la suite de travaux consécutifs à l’échange de locaux entre la mairie et l’évêché de Viviers, a attiré, en 1987, l’attention sur une nécropole déjà connue grâce aux trouvailles des XVIIe et XVIIIe siècles ; la fouille d’urgence menée sous la direction de Joëlle Dupraz (Direction des Antiquités Historiques de la région Rhône-Alpes) en mai-juin 1987, a permis de mettre au jour des structures bâties importantes, notamment celles d’une basilique des Ve-VIe siècles. Une fouille plus systématique sera entreprise dans les années à venir ; il n’est cependant pas inutile d’exposer dès maintenant les premiers résultats des recherches entreprises sur le site1.

7L’intention de ce volume est de réunir une série d’études soit inédites soit partiellement publiées dans des revues régionales (dont l’accès n’est pas toujours aisé en bibliothèque) concernant l’apport des recherches archéologiques vivaroises à l’histoire de ce site. On a en particulier insisté sur les études de matériel qui pourront constituer d’utiles points de comparaison pour les chercheurs de la vallée du Rhône.

Fig. 1. Plan général de Viviers avec l’emplacement des fouilles récentes et des découvertes de sépultures

Fig. 1. Plan général de Viviers avec l’emplacement des fouilles récentes et des découvertes de sépultures

En traits gras : la cathédrale, le cloître et les éléments conservés des remparts. Etoiles noires : sépultures de l’Antiquité au VIP siècle.
Etoiles blanches : sépultures médiévales.
Emplacement des fouilles :
A : Château vieux. Fouille de 1984.
Emplacement de l’ouvrage fortifié principal.
Β : Châteauvieux. Fouille de 1984.
Emplacement de la porte à pont-levis du XVI e siècle.
C : Châteauvieux. Sondage de 1981 le long du rempart.
D : Maison de la viguerie. Sondage d’urgence et découvertes fortuites en 1981 et 1982.
Ε : Place de la Plaine. Fouille du cloître de 1978 à 1983.
F : Place de l’Ormeau. Fouille de 1983.
G : Maison rue du Château. Fouille de 1984.
H : Maison rue O’Farel. Fouille de 1985.
I : Jardin de l’évêché. Fouille de 1987.
Découvertes de sépultures :
1 : 1978-1983 : cimetière dans le cloître, dans la salle capitulaire, à l’est et à l’ouest de cet ensemble. Cimetière dit « des choriers » à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne.
2 : 1640 : extension du cimetière précédent. Découvertes à l’occasion du creusement des fondations de la chapelle de l’Annonciation.
3 : 1624 : église Notre-Dame-du-Rhône. Découvertes lors de l’établissement du couvent de Dominicaines.
4 : 1737 : extension du cimetière précédent. Découvertes de l’épitaphe du prêtre Pascase lors de l’établissement du palais épiscopal.
1987 : église paléochrétienne, sarcophages et sépultures sous tuiles.
5 : XVIIIe siècle : extension du cimetière précédent à l’emplacement de l’hôtel de Roqueplane.
6 : Début XVIIIe siècle : tombeaux découverts au pied de la colline de la Johanade.
7 : 1763 : sépultures découvertes par Flaugergues à l’emplacement de l’hôtel de Tourville.
8 : 1763 : extension de la nécropole précédente. Epitaphe du diacre Domnolus.
Autre découverte :
M : 1926 : trésor monétaire.

Notes

1 Certaines de ces découvertes ont déjà fait l’objet, ou le feront bientôt, de publications qu’il est inutile de reprendre ici. En voici la liste :
- Les premiers résultats de la fouille sur la place de la Plaine ont été consignés dans : Y. ESQUIEU, « Notes péliminaires sur les fouilles archéologiques de Viviers », dans Revue du Vivarais, 85 (1981), p. 50-56.
- Pour les fragments de sarcophages paléochrétiens découverts place de la Plaine : Y. ESQUIEU, « Sarcophages paléochrétiens découverts à Viviers (Ardèche) », dans Cahiers archéologiques, 32 (1984), p. 5-13.
P. VAN MOORSEL ET L. WEELDENBURG, « Passion, exode et résurrection figurés sur un sarcophage à Viviers », dans Babesch, Bulletin antieke beschaving, 57 (1982), p. 132-140. Premiers temps chrétiens en Gaule méridionale. Antiquité tardive et haut Moyen Âge. IIIe-VIIIe siècles, (1986), notices n° 123-124.
- Pour l’étude monumentale de la cathédrale, du cloître et du palais épiscopal : Y. ESQUIEU, « La cathédrale de Viviers et les bâtiments du cloître. XIIe-XIIIe siècles », dans Bulletin Monumental, 141 (1983), p. 121-148.
- Pour l’habitat dans la ville basse :
M.-C. GRASSE, « La maison urbaine et son évolution dans la ville basse de Viviers (Ardèche). XIIe-XVe siècles », à paraître dans Bulletin Monumental, 1988.
- Les peintures murales mises au jour ces dernières années ainsi que les fragments peints trouvés en fouille et les ensembles modernes ont fait l’objet d’une exposition et d’un catalogue en 1985 :
Viviers-sur-Rhône. Ardèche. Peintures murales de l’Antiquité à nos jours, Viviers, 1985, 144 p.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan général de Viviers avec l’emplacement des fouilles récentes et des découvertes de sépultures
Légende En traits gras : la cathédrale, le cloître et les éléments conservés des remparts. Etoiles noires : sépultures de l’Antiquité au VIP siècle. Etoiles blanches : sépultures médiévales.Emplacement des fouilles :A : Château vieux. Fouille de 1984.Emplacement de l’ouvrage fortifié principal.Β : Châteauvieux. Fouille de 1984.Emplacement de la porte à pont-levis du XVI e siècle.C : Châteauvieux. Sondage de 1981 le long du rempart.D : Maison de la viguerie. Sondage d’urgence et découvertes fortuites en 1981 et 1982.Ε : Place de la Plaine. Fouille du cloître de 1978 à 1983.F : Place de l’Ormeau. Fouille de 1983.G : Maison rue du Château. Fouille de 1984.H : Maison rue O’Farel. Fouille de 1985.I : Jardin de l’évêché. Fouille de 1987.Découvertes de sépultures :1 : 1978-1983 : cimetière dans le cloître, dans la salle capitulaire, à l’est et à l’ouest de cet ensemble. Cimetière dit « des choriers » à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne.2 : 1640 : extension du cimetière précédent. Découvertes à l’occasion du creusement des fondations de la chapelle de l’Annonciation.3 : 1624 : église Notre-Dame-du-Rhône. Découvertes lors de l’établissement du couvent de Dominicaines.4 : 1737 : extension du cimetière précédent. Découvertes de l’épitaphe du prêtre Pascase lors de l’établissement du palais épiscopal.1987 : église paléochrétienne, sarcophages et sépultures sous tuiles.5 : XVIIIe siècle : extension du cimetière précédent à l’emplacement de l’hôtel de Roqueplane.6 : Début XVIIIe siècle : tombeaux découverts au pied de la colline de la Johanade.7 : 1763 : sépultures découvertes par Flaugergues à l’emplacement de l’hôtel de Tourville.8 : 1763 : extension de la nécropole précédente. Epitaphe du diacre Domnolus.Autre découverte :M : 1926 : trésor monétaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Alpara, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access