Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamique du paysage

 | 
Jean-Paul Bravard
, 
Michel Prestreau

Géoarchéologie lacustre

L'archéologie subaquatique dans les lacs Alpins Français

Yves Billaud et André Marguet

Texte intégral

1Vers la fin du Ve et le début du IVe millé avant notre ère, au Néolithique ancien et moyen I, les rivages des lacs français du nord des Alpes et du domaine jurassiennaire connaissent une lente colonisation puis une véritable expansion de communautés d'agriculteurs sédentaires. Un peu plus tard, au cours des IVe et Ille millénaires, les villages du Néolithique moyen et final se multiplient, dans des espaces amphibies pourtant peu attrayants puisque périodiquement inondés.

2Conséquence de cette forte densité d'occupation ancienne, le nombre des découvertes augmente et, ces vingt-cinq dernières années, les recherches en Préhistoire récente concernent de plus en plus souvent les restes de villages lacustres du Néolithique et de l'âge du Bronze (Ier millénaire avant notre ère).

3Menées de manière extensive sur de rares sites néolithiques des lacs jurassiens de Chalain et de Clairvaux et dauphinois de Paladru, plus ponctuellement dans les lacs savoyards, ces investigations ont montré que l'essentiel de nos connaissances provenait de l'étude de ces gisements : techniques de construction, organisation architecturale et durée d'occupation des villages, travail du bois, outils et modes d'emmanchement, pratiques agricoles, plantes cultivées et collectées pour l'alimentation.

4La confrontation des études sur la préhistoire lacustre avec des modèles ethnographiques et la multiplication des observations naturalistes sur les données de l'environnement ont permis de donner de la vie quotidienne une image plus complète, bien différente de celle restituée jusqu'ici par les recherches terrestres.

  • 1 Présentées par A. Marguet sous la forme de deux communications lors des entretiens des 17 et 18 nov (...)

5C'est justement cette nouvelle manière de percevoir le cadre naturel de cette vie quotidienne qu'il nous semblait intéressant d'évoquer ici, à la fois pour son aspect documentaire et pour l'intérêt historique de l'évolution des techniques interprétatives en archéologie subaquatique1.

Historique de la question palafittique

6L'histoire de la recherche palafittique a été écrite à maintes reprises. Une abondante bibliographie retrace les principales étapes d'une démarche vieille de plus d'un siècle et l'évolution des concepts (voir en particulier Bandi 1979, p. 28-32 ; Speck 1981, p. 98-132).

7Une synthèse historique et chronologique sur le sujet a été présentée par A. Gallay à l'occasion d'un colloque organisé par la Société de Physique et d'Histoire naturelle de Genève sur le thème de L'habitat lacustre préhistorique (Gallay 1983, p. 203-214).

Les cités lacustres : mythes archéologiques et réalités ethnographiques

8Après la découverte, en Suisse, des premiers villages des bords du lac de Zurich en 1853-1854, les pêches aux antiquités lacustres, ont montré l'existence de villages préhistoriques d'un type particulier dont on retrouve, sous les eaux ou sur les franges littorales, des vestiges d'un intérêt tout à fait exceptionnel parce que bien conservés.

9Pendant plus d'un siècle, cette archéologie lacustre a suscité de vifs débats autour de la question : s'agissait-il de restes d'habitats de terre ferme ou d'habitats surélevés au-dessus de l'eau ? (voir en particulier Pétrequin 1980, p. 778-785 ; Magny 1984a, p. 41-61).

Au XIXe siècle : la révélation des palafittes

10Dès leurs premiers travaux, les archéologues ont cherché à interpréter leurs découvertes et ont proposé l'image bien connue de la cité lacustre. Comment ce schéma a-t-il pu se mettre en place ?

11En 1853-1854, à la suite d'un hiver long et froid, le niveau du lac de Zurich s'abaisse de manière inhabituelle. A cette occasion, J. Aeppli instituteur d'Obermeilen repère des centaines de pilotis de bois dépassant de la vase et un très abondant mobilier archéologique. Il alerte F. Keller, préhistorien et président de la Société des Antiquaires de Zurich, qui comprend l'importance de ces trouvailles et fait entreprendre des prospections sur d'autres lacs helvétiques, celui de Bienne en particulier où des découvertes avaient été faites, dès 1840, par A. Jahn, E. F. Müller et F. Schwab. L'abondance des trouvailles et la qualité de conservation des vestiges provoquent un véritable engouement pour cette recherche en lacs.

L'origine d'un mythe : une vision romantique des populations lacustres

12Des comparaisons ethnographiques permettront à F. Keller d'interpréter ces vestiges. En effet, quelques années plus tôt, en 1834-1835, l'explorateur J. Dumont d'Urville, de retour d'un périple à bord de l'Astrolabe, avait publié d'étonnantes gravures de L.-A. de Sainson représentant les habitations lacustres de Nouvelle-Guinée, villages construits sur des plates-formes de bois, au-dessus des eaux. De toute évidence, cette description, et les textes antiques remis à l'honneur comme celui de l'historien grec Hérodote qui, au Ve s. av. J.-C., décrivait les palafittes de Macédoine, ont servi de modèles pour la reconstitution des cités lacustres préhistoriques - cabanes établies non sur terre ferme mais en des points peu profonds du rivage, sur pilotis-, telles que F. Keller les rendra publiques, en 1854, dans son premier rapport sur Les palafittes celtiques des lacs suisses (Keller 1854, p. 67-101).

13Les centaines de pilotis et les débris archéologiques sont ainsi attribués à d'anciens villages construits sur l'eau. La cité lacustre était née, présentée même comme une particularité helvétique dans le pavillon suisse de l'Exposition universelle de Paris en 1867. L'idée des palafittes fera son chemin, sans contestations majeures, pendant au moins trois quarts de siècle, abondamment illustrée par les aquarellistes de la Suisse alémanique et romande.

Dès le début du XXe siècle : le temps des controverses

14Ce n'est que beaucoup plus tard, que des préhistoriens allemands, suisses et français, profitant des premières études géologiques et botaniques sur les sédiments lacustres et se rendant compte qu'il pouvait exister plusieurs périodes d'occupations successives, en sont venus à contester l'existence de ces villages construits sur l'eau. C'est l'allemand H. Reinerth qui le premier, dans les années 1920-1930, à la suite de ses travaux sur le lac de Constance, exprima l'idée qu'il ne s'agissait pas de stations de pleine eau, mais de constructions sur pilotis, peu élevées sur le rivage, mais non au-dessus de l'eau (Reinerth 1932, p. 7-144).

15Vers 1920, P. Vouga met en évidence la succession stratigraphique des villages néolithiques d'Auvernier (Vouga 1934).

16Au début des années 1940, O. Paret prend définitivement le contre-pied de la théorie des palafittes, et à partir de considérations sur les techniques de construction observées sur le Federsee, va même jusqu'à nier l'existence d'habitations sur pilotis, que ce soit sur le rivage ou au-dessus de l'eau (Paret 1958, p. 46-73).

17Nuançant ces positions catégoriques, E. Vogt montre également, à partir de ses fouilles dans le marais de Wauwil, que les villages ont été construits à même le sol, sur des plages émergées (Vogt 1951, p. 193-215).

18Au milieu du siècle, la vérité semble donc être chez les partisans des villages de terre ferme, installés au bord des lacs puis abandonnés lors de la remontée des eaux. La vision des cités lacustres est pour un temps oubliée.

Les interrogations de la recherche actuelle

19A partir des années 1970, de nouvelles recherches dans les milieux amphibies proposent de revenir à la solution des constructions à planchers légèrement surélevés.

20Ce sont désormais les travaux ethno-archéologiques qui vont servir de base à la réflexion et à l'élaboration des problématiques archéologiques. Vers les années 1972, après plusieurs années de recherches sur le lac de Neuchâtel, C. Strahm propose le schéma d'un habitat surélevé, édifié en zone de battement saisonnier, à l'étiage du lac (Strahm 1975, p. 155-163).

21En même temps, P. Pétrequin dans le lac de Clairvaux et A. Bocquet dans celui de Paladru, chacun selon des techniques appropriées aux milieux respectifs (littoral émergé dans le Jura et fouilles subaquatiques dans le Dauphiné) se proposent de comprendre, avec le succès qu'on connaît, d'une part les raisons qui ont poussé les hommes de la fin de la Préhistoire à s'installer dans ces régions plutôt inhospitalières et, d'autre part, les relations qui existent entre l'occupation des rives, les pratiques culturales ou artisanales et les fluctuations du niveau des eaux. On cherche également à mieux connaître les conditions de formation des couches archéologiques littorales, qu'elles soient d'origine anthropique ou lacustre. L'étude détaillée des structures et des matériaux découverts, qu'ils soient archéologiques, sédimentaires ou botaniques, l'exploitation des données de la fouille et des analyses des sciences naturelles (sédimentologie, palynologie, dendrochronologie), permettent cette approche.

Historique de la recherche dans les lacs alpins français

22Au milieu du siècle dernier, on connaît l'existence de villages préhistoriques enfouis en bordure des lacs subalpins et l'identification de bourgades lacustres dans notre pays suit de très peu les trouvailles helvétiques de 1853-1854.

À partir de 1856, la découverte des cités lacustres

23Le 30 août 1856, des membres de la Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie de Chambéry et de l'Académie Florimontane d'Annecy, sensibilisés par l'extraordinaire richesse des stations suisses que venait de leur présenter F. Troyon, et séduits par l'imagerie romantique à la mode, mettent en évidence, sur des gisements annéciens de l'âge du Bronze, les premiers vestiges palafittiques français. Les choses iront ensuite très vite.

24Au lac d'Annecy en 1856 :

« ... Les recherches projetées ont été faites sur le lac, aux environs de Duingt, sous la direction de M. Troyon et M. Forel père. M. Gosse y prend une part très active en plongeant plusieurs fois ; bientôt on est sûr de l'existence des pilotis, on retrouve un grand nombre de têtes de pieux, et des débris d'anciennes poteries noires... » (Rabut 1856, p. 208).

25Au lac du Bourget cette même année :

« ... L'existence de palafittes sur les bords du lac du Bourget fut signalée pour la première fois, lors de la découverte des pilotis de la petite station de Grésine, soulevés avec la vase par les enrochements faits pour établir la jetée du chemin de fer de Culoz au mont Cenis... » (Chantre 1875-1876, p. 170).

26Au lac Léman, en 1862, le premier site de l'âge de la Pierre :

« ... Le poids des terrassements exécutés en 1862 pour la création du nouveau port souleva un bas-fond marneux, qui était alors à 20 mètres du rivage et se trouve aujourd'hui en partie comblé. Il était couvert de gros pilotis et formait un long rectangle. MM Genoud et Revon y recueillirent des poteries grises appartenant à des grands vases à fond arrondi et à petites anses pleines... » (Revon 1878, p. 24).

27Au lac d'Aiguebelette en 1863 :

« ... Deux emplacements à pilotis sont signalés dans le lac d'Aiguebelette ; mais l'absence d'un bateau commode et la difficulté de transporter des instruments de pêche ont empêché jusqu'à présent les explorations... » (Rabut 1864, p. 104).

28Dans sa séance du 10 juillet 1862, la Société d'Histoire et d'Archéologie de Savoie nomme une commission pour rechercher et explorer les anciennes habitations du lac du Bourget (Rabut 1864, p. 79). Dès lors, et sous l'impulsion d'archéologues pionniers tels que A. Blanc et L. Schaudel à Aiguebelette, J. Costa de Beauregard, le Dr. Despine, G. de Mortillet, A. Perrin et L. Rabut au Bourget, M. Le Roux, C. Marteaux, L. Revon, E. Serand et le Dr. Thonion à Annecy, ainsi que F.-A. Forel, H.-J. Gosse, A. Morlot, F. Thioly et F. Troyon dans le Léman, les lacs alpins livrent d'innombrables vestiges de la période du Bronze (voir compilation bibliographique dans Bocquet et al. 1976a, p. 139-145). Quelques années plus tard, des traces matérielles de l'âge de la Pierre sont identifiées : en 1864 à Brison-St.-Innocent, Meimart et en 1868 à Vieugy, Sous-lesGuerres (voir bilan documentaire dans Marguet et al. 1995, p. 167-196). Les premières publications synthétiques consacrées aux trouvailles lacustres voient le jour entre 1860 et 1878 (en particulier Troyon 1860, p. 77-200 ; Rabut 1864 ; Thioly 1868 ; Perrin 1870 ; Chantre 1875-1876, p. 168223 ; Revon 1878, p. 23-32), ce sont de véritables inventaires des stations ; d'autres, plus spécialisées, prennent en compte elles aussi les trouvailles lacustres, c'est le cas de celle de G. de Mortillet consacrée aux origines de la chasse, de la pêche et de l'agriculture (De Mortillet 1890).

29Les ramassages intensifs de cette belle époque, menés à partir de barques et à l'aide de systèmes divers : pinces, dragues ou pelles à godet dont le musée d'Annecy possède d'ailleurs de beaux spécimens, sont à l'origine des importantes collections du Musée Savoisien de Chambéry et du Musée-Château d'Annecy. Des moyens lourds furent même occasionnellement mis en oeuvre dans le lac d'Annecy « ... lorsque la drague fut arrivée à hauteur de l'Ile des Cygnes,... elle rencontra de nombreux pilotis. C'était une station lacustre jusqu'alors inconnue... Les travaux furent repris à droite et à gauche du grand chenal, ce qui amena la découverte de nombreux objets... La drague fut ensuite transportée sur le Roselet, en face de Duingt, puis à Veyrier... » (Serand 1884, p. 101). Ces récupérations d'objets dureront jusqu'en 1874 puis, épisodiquement, au-delà de 1900, la dernière ayant été réalisée en 1908, à l'occasion du Congrès Préhistorique de France de Chambéry lors de l'excursion du 28 août : « ... Un vapeur, spécialement affrété, était sous pression pour effectuer la visite complète du lac du Bourget. M. le baron A. Blanc avait convoqué des pêcheurs pour opérer des dragages sous les yeux des congressistes. Au Saut-de-la-Pucelle, sur l'emplacement d'une station lacustre, la drague ramène à la surface de l'eau de nombreux échantillons de poteries, qui seront distribués aux congressistes pendant le déjeuner... » (Congrès 1909, p. 924).

Au début du XXe siècle, un oubli momentané

30Durant la première moitié du XXe s., sur pratiquement toutes les stations littorales, à l'exception du lac d'Aiguebelette où L. Schaudel et A. Blanc explorent la station de l'âge de la Pierre (Schaudel 1906, p. 690-692), l'intérêt pour les pêches aux antiquités diminue rapidement. Cependant, les problèmes d'interprétation des vestiges recueillis continuent d'occuper les archéologues ; un débat passionné, alimenté par les résultats obtenus dans les tourbières suisses, oppose toujours les tenants d'un habitat sur l'eau à ceux d'un habitat sur terre ferme.

31En 1904, F.-A. Forel au chapitre Antiquités lacustres, les palafitteurs de son imposante monographie limnologique du Léman, dresse la carte des stations lémaniques (47 stations) en intégrant celles de la rive savoyarde (11 stations) (Forel 1904, p. 424-442). En 1908, dans sa synthèse sur les stations lacustres d'Europe, R. Munro reprendra cet inventaire et la description des stations lémaniques et l'étendra à l'ensemble des gisements savoyards (Bourget 7 sites, Aiguebelette 1, Annecy 4) (Munro 1908, p. 86-112).

32Également en 1908, au Congrès Préhistorique de France de Chambéry, M. Le Roux, conservateur du Musée d'Annecy et P. Guinier, professeur de botanique, dans leurs publications de l'outillage de silex, de la faune et des végétaux issus des dragages du chenal du Thiou en 1884, démontrent, pour la première fois dans nos régions, l'absolue nécessité d'étudier avec les trouvailles matérielles les restes organiques conservés dans le sédiment lacustre « ... l'extracteur ramena ensuite, de la partie sous-jacente à une couche épaisse et durcie de limon lacustre, des morceaux du niveau archéologique, formé d'un lacis à consistance tourbeuse de végétaux, où l'on a recueilli tout l'outillage préhistorique, mêlé aux débris des cabanes : fragments de crépissage en terre, portant l'empreinte en creux des clayonnages ; débris innombrables de feuilles de roseaux, qui devaient servir de couchettes ou de litière, ou à boucher les interstices des branches de sapin, qui formaient le toit des habitations... » (Le Roux 1909, p. 547-566 ; Guinier 1909, p. 567571). C'est le véritable début de la collaboration entre archéologues et naturalistes dans notre région.

33À cette même époque, compte tenu de l'abondance des mobiliers archéologiques récupérés, se mettent en place les premières classifications typologiques, en particulier pour la céramique (Morin-Jean 1909, p. 600-609 ; Coutil 1915, p. 386-402, pl. I-XII, p. 430-431, pl. XII).

34En 1921, au 3e Congrès de l'Association des préhistoriens, des archéologues classiques et des numismates du Bassin du Rhône, à Besançon, deux communications prennent en compte le domaine lacustre alpin : « ... P. Vouga... expose le résultat des fouilles opérées par lui dans les couches néolithiques stratifiées des palafittes suisses... » (ces travaux sont à l'origine de la chronologie des stations littorales néolithiques) et E. Chantre « ... En étudiant la répartition des palafittes dans le bassin du Rhône, suivant leurs âges,... constate que dans les régions où ont été élevées des bourgades lacustres, les stations terrestres d'habitat sont fort rares, n'existent pas ou n'ont pas encore été signalées... » (Rhodania 1921, p. 52, 87).

35Si les basses eaux exceptionnelles de 1921 ont amené localement un regain d'intérêt pour les recherches lacustres : L. Blondel dresse le plan des stations de la rade de Genève (Blondel 1923, p. 88-112) et H. Müller explore, à pied sec, les vestiges néolithiques du lac de Paladru (Bocquet 1994, p. 5-7), rares sont les mentions qui concernent les lacs savoyards et pourtant le Musée-Savoisien de Chambéry détient des objets découverts cette année là par H. Müller « ... lac d'Aiguebelette... Stations des Roseaux et de Petite-Ile... des ramassages en 1921, lors d'une baisse des eaux du lac, ont livré un abondant matériel de silex... » (Dumont 1995, p. 47).

36Dans son Manuel d'Archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, Age du Bronze, paru en 1924, J. Déchelette fait une remarque intéressante au sujet de la position relative des villages « ... Certaines particularités distinguent cependant les cités lacustres de l'époque du bronze. La distance qui les sépare de la rive n'est plus limitée à 40, 50 ou 90 mètres, elle atteint jusqu'à 300 à 400 mètres... » (Déchelette 1924, p. 112).

37G. Goury, dans son Précis d'Archéologie Préhistorique intitulé L'Homme des Cités lacustres, présente les dernières statistiques dont les chiffres surprennent : « ... Suisse 383 stations dont Léman 26 (en comptant la rive française), Aiguebelette 2, Annecy 4, Bourget 7... » (Goury 1931, p. 72-97).

Les années 1930, les premières plongées archéologiques

38L'année même de la découverte des stations du lac de Zurich, le 24 août 1854, A. Morlot, assisté en surface de F. Troyon et de F.-A. Forel, entreprend la première prospection en plongée, de la station de Morges, sur la rive vaudoise du Léman « ... nous avons enfin fait l'essai de nos tubes sur les pilotis de Morges, et nous nous sommes promenés au milieu des pieux avec une dizaine de pieds d'eau sur la tête... » (Martin-Kilcher 1979, p. 6-7).

39Dès 1937-1938, des pionniers de la recherche subaquatique, le Dr. Favre au lac d'Annecy, puis le Pr. J.-J. Pittard, à La Vorze sur la rive française du Léman, emploient, à des fins archéologiques, l'appareil de plongée autonome inventé, vers 1930, par le Commandant Y. Le Prieur, « ... composé d'un masque dans lequel arrive l'air en quantité réglée par un manodétendeur... nous avons décidé de dresser un relevé topographique de la station... Nous avons utilisé, pour effectuer ce relevé, des moyens modernes : le scaphandre, permettant d'explorer et de placer des signaux au pied des pilotis et l'avion pour photographier l'ensemble de ces signaux... » (273 repères signalant 420 pilotis ont été installés et photographiés) (Pittard 1938, p. 16-30).

De 1954 à 1974, les travaux de R. Laurent

40À partir de 1950, le développement de la plongée autonome va permettre l'observation in situ des gisements sous-lacustres anciennement repérés.

41Les principes généraux de cette nouvelle démarche sont présentés par A. Hamard du Centre de Documentation et de Recherches Préhistoriques du Musée de l'Homme, dans une note intitulée Préhistoire et Hommes-Grenouilles (séance du 25 novembre 1954 de la Société Préhistorique Française) « ... Loin d'être épuisées en résultats scientifiques, la vase ou la tourbe de nos lacs..., qui trop souvent n'a été fouillée qu'au moyen de dragues peu soucieuses de stratigraphie ou de bonne conservation des pièces, peuvent encore fournir, outre des outillages lithiques... de très abondants résidus végétaux... Les débris organiques se prêteront... aux essais de datation au moyen du radiocarbone ou de la dendrochronologie (pilotis)... Il convient toutefois de ne pas s'illusionner sur les possibilités théoriques des fouilles sub-aquatiques. Si la fouille d'une palafitte située aujourd'hui - par suite de l'apport sédimentaire ou du lent retrait des eaux - sur la berge d'un lac, est difficile..., autrement compliquée et délicate est la fouille sub-aquatique... Tous les lacs français, bien entendu, n'ont pas eu de palafittes, mais bon nombre d'entre eux - ainsi que des marais - paraissent susceptibles d'explorations méthodiques. Il conviendrait d'en dresser l'inventaire, en se basant sur la littérature archéologique et géologique... » (Hamard 1954, p. 481 - 484). La discussion est engagée, et M.-R. Sauter de l'Université de Genève, dans une correspondance à la Société Préhistorique Française à propos de la note Préhistoire et Hommes-Grenouilles, souligne à nouveau la difficulté des fouilles sub-aquatiques et doute de leur efficacité « ... On peut faire - et je pense plus particulièrement aux stations dites lacustres - des relevés de pilotis, aboutissant à des plans de stations, on peut pratiquer du ramassage d'objets gisant sur le fond..., on peut faire des trous plus ou moins fructueux ; mais ce ne sont pas là des fouilles... Les seules fouilles utiles qu'on puisse faire, si l'on veut faire du travail de vrai préhistorien, sont d'abord d'ordre stratigraphique. Or, il est exclu de faire de la stratigraphie sous l'eau !... » (Sauter 1955, p.l 16).

42À partir de là, l'archéologie lacustre va mettre au point des techniques particulières d'intervention qui permettent de pratiquer des recherches sous deux à quatre mètres d'eau. Certaines d'entre elles, à l'origine des méthodes actuelles comme la triangulation, sont expérimentées dès 1953-1954 par R. Laurent et le Groupe de Recherches Archéologiques Lacustres de l'Union rhodanienne de Lyon (GRAL) sur les gisements de Meimart, de Grésine, de Châtillon, du Saut-de-la-Pucelle et de Conjux, dans le lac du Bourget, sur ceux du lac d'Aiguebelette, au Crêt-de-Chatillon et au Roselet, dans le lac d'Annecy (voir les Informations archéologiques de Gallia Préhistoire dans Combier 1959, p. 193-195 ; 1961, p. 310-314 ; 1963, p. 280-283 ; 1977, p. 655-668 et 1980, p. 517-520). Le 15 avril 1959, dans une conférence à l'Académie florimontane sur le thème Annecy à l'heure des palafittes, le Dr. P. Servettaz invite à reprendre des fouilles subaquatiques sur les vestiges immergés du lac d'Annecy (Académie florimontane 1959, p. 11-12). Sur la rive savoyarde du Léman, J.-C. Périllat et des membres du Club Subaquatique du Léman prospectent les gisements de l'âge du Bronze de Thonon-les-Bains, de Nernier et de Sciez (Académie chablaisienne 1965, p. 19).

43C'est à partir de 1965-1966 que seront réalisés les premiers prélèvements de pilotis destinés aux datations par le radiocarbone. Le tableau des dates fournies à cette époque, sur des matériaux malheureusement souvent mal positionnés stratigraphiquement, présente la liste des résultats compris entre 5000 et 2000 ans BP, avec les lieux des prélèvements, les années des recherches, les matériaux analysés et leur provenance sur les gisements, les références du laboratoire, les dates 14 C BP avec l'écart-type, les intervalles calibrés, ainsi que les contextes archéologiques tels qu'ils étaient alors perçus (fig. 1).

1- Liste des analyses 14C réalisées par R. Laurent, dans les années 1960-1970, pour des vestiges lacustres des périodes comprises entre 5000 et 2000 BP

1- Liste des analyses 14C réalisées par R. Laurent, dans les années 1960-1970, pour des vestiges lacustres des périodes comprises entre 5000 et 2000 BP

* Datations 14C calibrées d'après Pearson et al., 1986 & Stuiver, Becker, 1986
Archéolabs CALIB. 2-1

44Pendant ce temps, O. Paret est traduit en français et dans Le mythe des cités lacustres et les problèmes de la construction néolithique, il démontre, en douze points, que les villages lacustres ont été construits à même le sol des plages libérées des eaux, et relance la polémique (Paret 1958, p. 46-73).

45Dans une communication au 85e Congrès national des Sociétés savantes de Chambéry, le 8 avril 1960, sur le thème de La sédimentation postglaciaire et les palafittes des lacs de Savoie, P.-A. Gidon, s'appuyant sur l'étude des anciens niveaux des lacs et sur la nature des sédiments prélevés sur des sites archéologiques, conclut hâtivement « ... ces villages étaient lacustres, et même assez éloignés des rivages pour qu'aucun galet ou gravier de dimensions centimétriques n'ait pu y être apporté de la rive, par les courants... » (Gidon 1962, p. 1318).

La fin des années 1970 et le début des années 1980, l'état de la question

46Après l'arrêt des travaux de R. Laurent, vers 1974, les lacs d'Aiguebelette, du Bourget et d'Annecy sont délaissés, mais, au cours de ces années, il a constitué une très importante documentation (archives inédites, notes manuscrites, articles) qui vient d'être remise à la bibliothèque du DRASSM d'Annecy à l'occasion d'un dépouillement documentaire (Dumont 1997, p. 37-46).

47La recherche subaquatique se tourne alors vers la fouille systématique. Dès 1972, A. Bocquet et le Centre de Documentation de la Préhistoire Alpine (CDPA) de Grenoble fouillent les vestiges d'habitats néolithiques du gisement des Baigneurs à Charavines (Isère), dans le lac de Paladru. Les méthodes et les matériels sont adaptés et perfectionnés pour répondre aux nécessités de la recherche pluridisciplinaire : exploration des couches par décapages horizontaux, repérage des vestiges et des structures dans les trois dimensions, prélèvement de tous les sédiments qui entourent les objets archéologiques (voir l'exposé des méthodes et l'essentiel des données chiffrées dans Bocquet 1994, p. 92-102).

48En 1976, des mobiliers issus des stations de Charavines, Les Baigneurs (Bocquet 1976a, p. 145-151), d'Aiguebelette (Bocquet 1976b, p. 151-153), d'Annecy, Le Port (Bocquet et al. 1976b, p. 165-168), des collections anciennes des musées d'Annecy, de Chambéry et de Grenoble et de quelques autres gisements sont étudiés par A. Bocquet et publiés, ainsi que l'inventaire général des lacs alpins français (Bocquet et al. 1976a, p. 139-145), dans le livret-guide de l'excursion A9 du IXe Congrès de l'Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques.

49Autour du chantier-école des Baigneurs et de son responsable, R. Castel et le Centre d'Archéologie Lacustre d'Aix en Savoie (CALAS) réactualisent le recensement des sites du lac du Bourget (Castel 1983), P. Persoud et la section archéologique du Club Subaquatique Alpin (CSA) entreprennent de revisiter les gisements immergés dans celui d'Annecy (Marguet et al. 1984, p. 66-69). Ces bonnes volontés seront bientôt relayées et encadrées, à partir de 1980, par le Centre National de Recherches Archéologiques Subaquatiques (CNRAS). Plus récemment, Y. Billaud comme membre du club La Coulée Douce de Sévrier puis comme responsable de l'AREOLL, reprend, en collaboration avec le CNRAS/DRASSM, des activités archéologiques essentiellement orientées vers l'expertise des sites connus et l'établissement d'un inventaire des gisements.

Potentiel archéologique des sites lacustres

50Nous l'avons vu plus haut, les années 1970 ont été marquées par la reprise des recherches sur des vestiges d'habitats néolithiques faiblement immergés, en bordure des lacs jurassiens à Clairvaux-les-Lacs (Jura), Station III (Pétrequin 1986b, p. 95-106), et dauphinois à Charavines, Les Baigneurs (Isère, lac de Paladru) (Bocquet 1974, p. 43-49).

51Dans les gisements lacustres et palustres, les matériaux périssables (bois, fibres végétales, etc.) sont dans d'excellentes conditions de conservation. La masse des données recueillies en stratigraphie est considérable et tous ces mobiliers sont absents des fouilles terrestres : poteaux en bois des habitations, copeaux de débitage, éléments des planchers en bois ou en écorces, litières végétales, restes botaniques et graines, zones foyères, quelquefois éléments des parois et des charpentes, récipients ou ustensiles en bois et en vannerie, emmanchements, etc. Ces gisements, quoique d'accès difficile, constituent des archives de tout premier ordre.

52Les méthodes et les techniques d'investigation sont différentes selon qu'il s'agit de domaines humide ou immergé, même à faible profondeur. Dans nos régions, les fouilles se pratiquent principalement en plongée, mais certains sites jurassiens sont fouillés à l'abri de caissons précaires dans lesquels le niveau de l'eau peut être abaissé par pompage. Toutes ces techniques sont maintenant largement connues (voir en particulier Bocquet et al. 1985, p. 137-157 ; Pétrequin 1986b, p. 95-106 ; Ruoff 1973, p. 125-140 et 1981, p. 62-70). Ces vingt-cinq dernières années, la multiplication des fouilles subaquatiques a considérablement amélioré les techniques d'exploration (relevés et plans systématiques, décapages stratigraphiques, échantillonnages importants, observations précises et détaillées, etc.) et a déterminé des conditions favorables pour une recherche rigoureuse et élargie.

53Compte tenu de la complexité du milieu, les résultats obtenus depuis 1970 sont la preuve de l'efficacité d'une approche pluridisciplinaire qui intègre, de manière globale, les techniques de terrain et celles de laboratoire, les sciences de l'archéologie et celles du paléoenvironnement.

54Cette collaboration est un des faits les plus remarquables, et si sa mise en oeuvre se révèle coûteuse, les résultats sont à la mesure de notre attente :

  • étude sédimentologique des dépôts en rapport avec les variations du niveau des lacs et avec le climat ;

  • détermination des abondants pollens, afin de connaître l'évolution locale du cadre végétal ;

  • étude des graines et des macrorestes végétaux, pour une bonne connaissance des rapports entre le milieu végétal et son exploitation par l'homme ;

  • détermination des plans de maisons par l'étude des bois de construction utilisés ;

  • datations relative et absolue par l'étude dendrochronologique des phases d'abattage des arbres et des périodes de reconstruction ;

  • détermination des essences végétales des pieux et des bois horizontaux pour connaître l'exploitation des forêts ;

  • étude des mobiliers en rapport avec les vestiges de construction (copeaux), les aires d'activités spécialisées, les zones des rejets et leur chronologie relative, etc. (Pétrequin 1980, p. 778-785).

Les questions, une problématique

55Dans le schéma interprétatif - villages lacustres sur pilotis/villages sur terre ferme - la problématique archéologique s'est longtemps réduite à la recherche d'éléments de l'histoire de l'environnement pour répondre à la question : quel était le niveau des lacs pendant l'occupation de leurs rives par les hommes préhistoriques ?

56Puis l'interprétation archéologique - villages sur terre ferme = niveau plus bas qu'aujourd'hui = climat plus sec - est devenue partie intégrante des raisonnements des naturalistes qui ont adopté l'idée d'un abaissement du niveau des lacs subalpins comme preuve d'un climat plus sec pendant le Subboréal ; les hauts niveaux de l'Atlantique et du Subatlantique, périodes d'absence ou d'abandon des habitats littoraux, étant la preuve d'un climat alors plus humide.

57Dans sa thèse Une approche paléoclimatique de l'Holocène : les fluctuations des lacs du Jura et des Alpes du nord françaises, travail fondamental pour comprendre la problématique naturaliste de la question palafittique et démonstratif d'une stratégie de recherche où sont prises en compte les données spatiales (les lacs jurassiens et subalpins français) et temporelles (l'Holocène), M. Magny rappelle ces interrogations et souligne la nécessité de bien individualiser :

- « d'une part, une problématique d'ordre archéologique : les habitats lacustres préhistoriques sontils des habitats construits sur terre ferme ou sur pilotis ? Elle implique une recherche spécifique, centrée sur l'observation et l'interprétation de structures architecturales ;

- d'autre part, une problématique de type naturaliste : quel était le niveau d'un lac pendant l'occupation de ses rives par un groupe préhistorique ? C'est une autre façon de poser la question précédente, mais c'est aussi une question différente : une régression n'implique pas forcément un habitat sur terre ferme ni une transgression un habitat sur pilotis... ».

58L'existence d'une problématique naturaliste est alors reconnue, mais les rapports entre archéologues et naturalistes sont difficiles à mettre en place, essentiellement en raison de la spécificité de chaque discipline, et en particulier des exigences de l'échantillonnage : « ... un seul point de prélèvement ne pouvait convenir à toutes les disciplines à la fois !... » (Magny 1991, p. 3-8).

Les acquis méthodologiques, un milieu original, des méthodes particulières

59Dans le cadre de cette communication, il semblait intéressant de souligner cette spécificité, au travers des recherches sur le Quaternaire qui ont favorisé les études sédimentologiques appliquées aux séquences stratigraphiques des sites archéologiques pour restituer leur environnement et dresser une séquence chrono-climatique de référence.

60Un article essentiel de J.-L. Brochier, Les sédiments : documents archéologiques, paru au printemps 1988 dans le dossier Archéologie et sédiment du n°31 des Nouvelles de l'Archéologie, auquel on se reportera utilement pour justifier, s'il en est besoin, la démarche géoarchéologique, montre bien l'intérêt qu'il y a à multiplier ces études et propose une certaine méthodologie d'approche du terrain où, d'un côté, l'archéologue travaille avec les éléments de la culture matérielle et, de l'autre, les spécialistes des sciences de la terre et de la nature reconstituent le milieu naturel :

« ... le sédiment se révèle être un document archéologique à part entière... Avant tout autre vestige, il devient matière première d'étude pour l'archéologue qui ne peut plus l'ignorer... ».

61Dans deux chapitres, également intéressants, Hors du site d'habitat : quand le sédiment révèle l'espace géographique occupé par l'homme et Sur le site d'habitat : quand le sédiment reflète la vie des hommes, il montre les relations entre une recherche horizontale, spatiale, qui prend en compte l'espace géographique d'une culture et une approche verticale, stratigraphique.

62Dans le premier cas, par des explorations dans l'environnement de sites (tranchées, sondages, carottages),

« ... il s'agit de mieux comprendre ce qui lie une culture à l'espace qu'elle occupe et cela en travaillant plus en synchronie que ponctuellement en diachronie... En l'absence de tout mobilier archéologique, une séquence sédimentaire peut être une magnifique image de l'occupation humaine. L'analyse d'un système - habitats, versants occupés, amont/aval, rythmes d'érosion/sédimentation - permet de retracer la vie, non pas d'un site, mais d'un ensemble de sites (même si tous ne sont pas connus),... ».

63La reconstitution des paléoenvironnements, successions de phases climatiques et de paysages, ne se contente plus

« ... des données obtenues sur les sites d'habitat car elles ont toutes les chances d'être déformées par une trop forte anthropisation (il faut leur adjoindre des données prélevées loin de l'habitat)... ».

64Dans l'autre cas, par l'observation des superpositions stratigraphiques, J.-L. Brochier montre comment, en étudiant la dynamique des dépôts (phases de construction, d'utilisation, d'abandon, apports naturels, etc.), il est possible de considérer les variations horizontales de certains faciès sédimentaires comme de véritables faits anthropiques (Brochier 1988, p. 15-17).

65Pour les domaines littoraux du Plateau suisse et du Jura français, de nombreux ouvrages et articles indispensables illustrent cette nouvelle approche méthodologique, chronostratigraphique et palethnographique de la sédimentologie, réalisée sous l'angle archéologique et basée sur une connaissance plus systématique du milieu lacustre et de sa dynamique. On citera entre autres, dans un ordre chronologique de parution, les travaux de M. Magny, de J.-L. Brochier et M. Joos, et de Β. Moulin dans lesquels on trouvera la bibliographie générale sur ce sujet (Magny 1978 ; Brochier et al. 1982, p. 43-67 ; Magny 1986, p. 129-132 ; Magny 1987, p. 181-211 ; Magny 1991, p. 49-144 ; Moulin 1991, p. 1-127 ; Magny 1992, p. 27-49).

66À la fin des années 1960, la reprise et la multiplication des fouilles en bords de lacs, notamment en Suisse, entraîne un renouveau de l'archéologie lacustre où les études naturalistes sont davantage prises en compte, même si elles se limitent encore souvent à l'analyse d'une seule et unique colonne stratigraphique échantillonnée par chaque spécialiste.

67C'est sans doute l'un des apports essentiels des fouilles entreprises à Clairvaux par P. Pétrequin et à Charavines par A. Bocquet, que d'avoir élaboré une problématique globale où collaborent archéologues et naturalistes, tout en laissant à chacun la liberté de sa démarche. S'agissant de la sédimentologie, ces fouilles ont marqué un renouveau méthodologique.

68Pour étayer ce propos, on empruntera à M. Magny quelques éléments caractéristiques de l'approche pluridisciplinaire engagée dans ce domaine sur des habitats littoraux ; ils sont présentés dans un texte synthétique de référence, Sédimentologie lacustre et archéologie, paru dans le dossier Archéologie et sédiment du n°31 des Nouvelles de l'Archéologie.

69En rapport avec la question palafittique, il était important de rechercher des critères pour apprécier la profondeur du dépôt à analyser. Par l'étude des sédiments qui se forment actuellement sur les lacs jurassiens, trois catégories de critères ont été retenus par M. Magny :

- « ... la nature des dépôts : les tourbes correspondent aux faciès littoraux d'atterrissement, et les craies lacustres aux faciès lacustres proprement dits ;

- la granulométrie des dépôts : les sédiments exposés à l'action des vagues en raison de la faible profondeur de l'eau, sont plus grossiers que les sédiments déposés à plus forte profondeur ;

- les types de concrétions constituant les craies lacustres : les craies...sont constituées de différents types de concrétions dont la répartition montre une certaine zonation sur la plateforme littorale...en fonction de la profondeur... ».

70Plusieurs niveaux d'observation sont donc à distinguer, qu'il s'agisse de couches archéologiques, fumiers composés essentiellement des apports anthropiques, ou de couches stériles qui les séparent, limons, craies ou sables d'origine naturelle. Les couches archéologiques font l'objet d'investigations qui ne se limitent plus aux seuls artéfacts, mais qui concernent également le repérage des structures sédimentaires caractéristiques (cordons littoraux, rigoles d'érosion, niveaux de condensation, etc.) et leur position stratigraphique par rapport aux structures archéologiques.

« ... Il faut prendre conscience qu'il ne s'agit pas là d'une tâche dévolue au sédimentologue, sinon il devrait être le seul à fouiller ! Il s'agit au contraire d'une recherche qui doit compter parmi les préoccupations constantes des archéologues au cours de la fouille d'un site lacustre... ».

71Dans cette démarche de reconstitution des mouvements d'un lac avant, pendant et après l'installation d'un habitat, et dans la perspective de comprendre comment cet habitat s'inscrit dans la dynamique lacustre, quelques principes s'imposent :

- « ... la nécessité de travailler sur plusieurs colonnes disposées en transects (repérage des lacunes, des faciès latéraux...) ;

- l'apport essentiel d'un échantillonnage réalisé selon une maille très serrée (corrélations stratigraphiques, précision des reconstitutions...) ;

- l'importance de la collaboration avec la palynologie, en particulier pour les références chronologiques qu'elle offre (chronozones...)... » (Magny 1988, p. 18-20).

72Les sédiments lacustres ont imposé, par l'abondance du matériel d'origine organique conservé et la complexité des modes de dépôt, une approche pluridisciplinaire où sont intégrées les recherches culturelles, chronologiques et la reconstitution des modes de vie et des paysages.

73H. Richard, dans un bref article Milieux lacustres. Sciences de la nature et archéologie paru dans le Courrier du CNRS, démontre l'ambition d'une telle démarche qui, pour aboutir à la reconstitution des modes d'exploitation du milieu, tente de replacer les habitats dans un cadre chronologique, physique et végétal précis et d'évaluer l'impact des installations humaines sur le dynamisme naturel d'un lac et sur celui du couvert végétal.

74Le palynologue qui étudie les sites lacustres où les pollens sont très nombreux et parfaitement conservés, a dû, comme le sédimentologue, pour répondre aux questions concernant les variations de niveaux des lacs, mettre au point une nouvelle méthode d'analyse des sédiments. Fondée sur l'établissement de modèles actuels, notamment le comportement de certains taxons, et sur de très nombreuses analyses, cette réflexion méthodologique a permis de proposer une évolution de l'habitat néolithique et protohistorique en termes de pratiques agricoles, dans un environnement végétal que les analyses palynologiques anciennes permettaient déjà de retracer dans ses grandes lignes.

75Autre particularité de ces milieux anaérobies, la possibilité qu'ils offrent pour les études paléoethnobotaniques. L'analyse des macrorestes végétaux conservés s'est avérée fondamentale pour la description des relations entre l'homme et son environnement végétal. L'identification des restes de plantes renseigne sur l'alimentation ; la nature des sols cultivés et les techniques de production agricole (nature des cultures, saisons des semailles, techniques de moissons, conservation et stockage...) ont pu être abordées grâce à la connaissance des comportements écologiques et sociologiques des plantes ; l'abondance des graines et des fruits met en évidence le rôle important de l'exploitation des ressources naturelles et permet de comprendre la manière dont sont employées les terres défrichées aux alentours d'un village ; la détermination des essences de bois précise les actions de défrichements et l'emploi de ces bois pour la construction ; la répartition spatiale de tous ces vestiges permet de proposer une organisation du village (zones de stockage, de dépotoirs, etc.) (Richard 1989, p. 24-25).

76Une autre technique est indissociable de l'archéologie lacustre : la dendrochronologie qui analyse les cernes annuels de croissance des arbres et permet de dater les bois en comparant leurs rythmes de croissance respectifs.

77Pour la fin de la Préhistoire récente, les champs d'application de la dendrochronologie sont multiples, de la constitution de banques de données de courbes régionales de référence (pour un secteur géographique et climatique donné) par l'analyse d'un grand nombre d'échantillons d'une même espèce de bois (dans nos régions le chêne et le sapin) à la critique de l'échelle des dates radiocarbone en dates dendrochronologiques (calibrations des dates 14 C), exprimées en années solaires.

78Dans le domaine de l'archéologie, où l'aspect chronologique est fondamental, la datation relative ou absolue de l'abattage des bois de construction mis au jour sur les habitats littoraux, est l'application la plus connue de la dendrochronologie. Dès les années 1970, les laboratoires de Neuchâtel et de Zurich ont largement fait progresser les connaissances sur les datations respectives de groupes de villages, du Néolithique moyen à la fin de l'âge du Bronze. L'exemple des corrélations entre les sites est maintenant classique, comme le sont les restitutions des plans d'habitations et les datations précises des éléments architecturaux, illisibles pour l'archéologue, sur un site qui a été occupé longtemps ou réutilisé pour des constructions successives.

79Pour chacune de ces disciplines, quelques références peuvent être utilement consultées, elles ont valeur d'exemples puisque plusieurs d'entre elles établissent des modèles méthodologiques et présentent l'essentiel de la bibliographie spécialisée.

80En palynologie

  • Aspects particuliers de la démarche palynologique. La méthode palynologique et l'évolution du paysage au Néolithique en Europe occidentale (Richard 1985, p. 20-22) ;

  • Perception palynologique de l'évolution de la végétation riveraine des lacs jurassiens : réalité ou fiction ? (Richard 1992, p. 149-159) ;

  • Mode de dépôt des pollens dans les lacs du Jura : étude du sédiment superficiel et du seston (Marguier 1993, p. 153-158).

81En paléoethnobotanique

  • Etude des macro-fossiles des sites littoraux d'Auvernier, Brise-Lames, Clairvaux et Charavines (Lundstrom-Baudais 1977) ;

  • De l'intérêt de différentes études botaniques sur un gisement archéologique : une démarche interdisciplinaire (Leroyer 1985, p. 8-12) ;

  • L'approche paléo-ethnobotanique des habitats de milieu humide (Pétrequin et al. 1985, p. 13-22) ;

  • Hauterive-Champréveyres. Les plantes de l'âge du Bronze. Contribution à l'histoire de l'environnement et de l'alimentation (Jacquat 1989) ;

  • Hauterive-Champréveyres. Diatomées et reconstitution des environnements préhistoriques (Straub 1990) ;

  • L'environnement végétal de la station 3 de Chalain : l'apport de l'étude des brindilles et des parois de clayonnage (Mignot et al. 1993, p. 139-145).

82En paléoclimatologie

  • Une approche paléoclimatique de l'Holocène : les fluctuations des lacs du Jura et des Alpes du Nord françaises (Magny 1991) ;

  • Le climat à la fin de l'âge du Fer et dans l'Antiquité (500 BC-500 AD). Méthodes d'approche et résultats (Collectif 1992).

  • Une histoire du climat, des derniers mammouths au siècle de l'automobile (Magny 1995a) ;

  • Les sédiments des lacs, miroir du climat (Magny 1995b, p. 60-65).

83En dendrochronologie

  • La dendrochronologie ou le passé lu dans le bois. Un nouveau laboratoire du Musée cantonal d'archéologie (Lambert et al. 1976, 101-110) ;

  • L'état de la dendrochronologie en Europe occidentale et les rapports entre dendrochronologie et archéologie en Suisse (Lambert et al. 1977. p. 73-97) ;

  • Application dendrochronologique à l'étude structurelle de sites archéologiques palustres de Suisse et de France alpine (Orcel,1980, p. 25-38) ;

  • Analyse dendrochronologique des bois de la station littorale d'Auvemier-Port (Orcel et al. 1982, p. 117-129) ;

  • La dendrochronologie et l'interprétation des structures d'habitats néolithiques. L'exemple de Montilier/Platzbiinden (lac de Morat, Suisse) (Ramseyer 1985, p. 20-31) ;

  • A propos dendrochronologie : science ou technique de datation ? le «  bon choix  » dans l'application archéologique (Billamboz 1986, p. 112-113) ;

  • La méthode dendrochronologique (Ruoff 1986, 19-24) ;

  • Le bois raconte l'histoire des hommes et de la forêt (Billamboz 1987, p. 30-38) ;

  • Dendrochronologie et préhistoire (Lambert et al. 1990, p. 143-152).

Les problèmes archéologiques, géologiques, climatiques et botaniques

84Des contributions synthétiques sur ces questions ont été présentées à l'occasion du colloque organisé par la Société de Physique et d'Histoire naturelle de Genève sur le thème de L'habitat lacustre préhistorique auxquelles on se reportera pour l'essentiel des problèmes archéologiques posés :

  • Etat actuel des connaissances sur les problèmes archéologiques (Pétrequin 1983, p. 215-232) ;

  • Aspect climatologique et botanique (Schweingruber 1983, p. 233-245) ;

  • L'habitat lacustre préhistorique ; problèmes géologiques (Brochier 1983, p. 247-260).

85Les relations entre l'habitat palafittique et les variations du niveau des eaux restant une question de première importance, d'autres articles présentent la vision d'une stratégie pour l'analyse archéologique de ces gisements, voir en particulier :

  • Archéologie lacustre et dynamique culturelle (Magny 1984b. p. 243-250) ;

  • Historique des recherches. Les idées et les méthodes (Pétrequin 1986a, p. 13-26) ;

  • La stratigraphie et la dynamique de sédimentation. Le point de vue de l'archéologue (Pétrequin, 1986c, p. 107-127) ;

  • Habitats littoraux présents et passés : confrontation entre un modèle ethnoarchéologique et une analyse de site archéologique (Nicoud 1992, p. 239-255).

86Les vingt-cinq dernières années de recherches sur les vestiges lacustres peuvent être considérées comme exemplaire des démarches nouvelles en archéologie préhistorique et de ces récents progrès.

87L'application de modèles paléoenvironnementaux à un raisonnement archéologique a donné un nouveau souffle à l'étude de la préhistoire lacustre : les conditions climatiques des bords des lacs, les relations homme/milieu, les organisations socio-économiques et le fonctionnement des sociétés agricoles peuvent, dès lors, être précisées. Pour résumer, et pour mieux cerner la spécificité de l'habitat palafittique comme adaptation à un milieu naturel particulier et comme manifestation de contraintes économiques et culturelles, on extraira de l'article de M. Magny Un cadre climatique pour les habitats lacustres préhistoriques ? les points fondamentaux :

« Depuis 10 ans, une recherche systématique a été entreprise sur les fluctuations holocènes du niveau des lacs du Jura afin d'établir quel était l'environnement climatique des habitats lacustres préhistoriques jurassiens et subalpins. Les fluctuations du niveau de ces lacs ont été reconstituées à partir de l'étude sédimentologique de leurs remplissages et par la mise en oeuvre d'une méthode spécifique... Les séquences stratigraphiques analysées ont été échantillonnées sur des sites archéologiques qui offrent des références chronologiques très précises grâce à la dendrochronologie. Mais le plus souvent, il s'agit de séquences échantillonnées en dehors de tout site archéologique, l'objectif étant de couvrir l'ensemble de l'Holocène et de disposer d'une base de données suffisante pour aboutir à une histoire des lacs et du climat au cours des 10 derniers millénaires. Ces travaux ont permis d'aboutir à un schéma paléohydrologique régional où l'histoire holocène des lacs jurassiens apparaît caractérisée par l'alternance de phases transgressives et régressives d'ordre pluriséculaire. L'origine climatique de ces fluctuations est confirmée par le parallélisme existant entre l'histoire des lacs du Jura et celle des glaciers et de la limite supérieure de la forêt dans les Alpes suisses et autrichiennes... : les transgressions lacustres sont en phase avec des avancées des glaciers et des abaissements de la timberline, et inversement. D'autre part, grâce en particulier à la précision des références chronologiques disponibles sur les sites archéologiques, il est possible de montrer que les fluctuations des lacs jurassiens au cours des 6 derniers millénaires se calquent sur les variations de la teneur de l'atmosphère en 14C... »

« Il reste maintenant à comparer l'histoire des stations littorales à celle des lacs et du climat qui vient d'être retracée par une approche naturaliste indépendante de toute interprétation archéologique concernant les structures d'habitat. Pour procéder à cette comparaison, une courbe de fréquence des habitats littoraux a été établie pour le Néolithique et l'âge du Bronze en se basant uniquement sur les références dendrochronologiques actuellement disponibles pour la France et la Suisse, soit près de 150 références... Les phases majeures d'habitat lacustre coïncident avec des périodes de faible teneur de l'atmosphère en 14 C, c'est-à-dire avec des phases au climat plus chaud. Ces corrélations permettent de mettre en évidence que le développement des stations littorales préhistoriques s'inscrit bien au cours de phases régressives, telles qu'elles ont pu être définies dans le Jura... ».

« On se gardera toutefois de conclure hâtivement à un déterminisme trop mécaniste du climat sur l'habitat lacustre préhistorique. Si cet habitat s'inscrit effectivement à l'intérieur de régressions, cela ne signifie en aucune manière que la durée des deux phénomènes soit identique : celle des régressions a sans doute largement excédé celle des villages... » (Magny 1993a, p. 1619-1625).

88Au nord-ouest des Alpes, principalement sur les lacs du Plateau suisse, directement menacés par d'importants travaux d'infrastructure, les recherches en milieu humide se sont développées à partir des années 1970.

89En multipliant les hypothèses de travail, en particulier d'observations sur l'environnement actuel, les recherches les plus récentes permettent de donner des cultures des IVe-IIIe millénaires av. J.-C. et du début du Ier une image bien différente de celle qu'on avait jusqu'alors. Une abondante littérature traduit l'évolution des méthodes d'analyses étroitement liées aux sciences naturelles qui aident à l'interprétation des vestiges archéologiques que nous ne pouvons pas développer dans cette contribution. Voir en particulier les catalogues :

  • Cahiers d'Archéologie Romande (fouilles d'Yverdon, Garage-Martin et Avenue des Sports (VD), d'Yvonand (VD), d'Auvernier-Port, La Saunerie, Les Graviers, Brise-Lames (NE), lac de Neuchâtel) ;

  • Die neolithischen Ufersiedlungen von Twann (fouille de Douanne (BE), lac de Bienne) ;

  • Archéologie Neuchâteloise (fouilles de Cortaillod-Est, d'Hauterive-Champréveyres et de St.-Blaise/Bains-des-Dames, lac de Neuchâtel) ;

  • Archéologie Fribourgeoise (fouilles de Delley/Portalban II, lac de Neuchâtel et de Muntelier/Platzbiinden, lac de Morat).

90En France de l'Est, les sites de Clairvaux où il était possible d'étudier des habitats lacustres du début du Néolithique moyen jusqu'à la fin du Bronze ancien (ce qui reste encore tout à fait exceptionnel dans les lacs français), et de Charavines, Les Baigneurs, gisement du Néolithique final, constituent des ensembles remarquables.

91À partir de 1973, les fouilles de P. Pétrequin et de son équipe, bénéficiant des expériences des fouilles sur le lac de Neuchâtel, ont mis en oeuvre dans un cadre universitaire et de recherches, un large éventail de spécialités qui ont abouti à l'incontournable monographie sur le sujet :

92-Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-les-Lacs (Jura) (Pétrequin et al. 1986 et 1989).

93Pour les fouilles de A. Bocquet, Centre de Documentation de la Préhistoire Alpine (CDPA) sur le gisement dauphinois des Baigneurs, dans un cadre institutionnel qui n'a pas permis la création d'un véritable groupe de travail, la publication générale des fouilles arrêtées en 1986 est en cours de réalisation. Des études préliminaires ont été publiées, certaines sur des thèmes précurseurs de la discipline pour les Alpes du Nord :

  • Premiers résultats dendrochronologiques dans les structures de la station des Baigneurs à Charavines (Isère) (Bocquet et ai 1975, p. 15-20) ;

  • Recherches sur la compréhension des structures du village des Baigneurs à Charavines (Bocquet 1980, p. 23-33) ;

  • La sédimentologie lacustre spatiale : étude d'une surface d'habitat sur la station des Baigneurs, lac de Charavines (Brochier 1982, p. 51-55) ;

  • Caractérisation typologique, étude statistique et répartition spatiale de la céramique du site Néolithique final de Charavines, Les Baigneurs (Isère) (Ferrer-Joly 1988) ;

  • Les rapports entre les déchets anthropiques et les structures de la station du Néolithique récent de Charavines, Les Baigneurs (Isère) : étude sur l'organisation de l'espace (Christien 1988) ;

  • Histoire d'une inondation : la couche de craie B2 du site néolithique des Baigneurs à Charavines, lac de Paladru, France (Brochier et al. 1992, p. 61-82) ;

  • L'organisation spatiale de ta station de Charavines, Les Baigneurs (hère) (Christien et al. 1993, p. 63-71) ;

  • L'architecture d'un village néolithique à Charavines dans l'Isère (Bocquet 1995, p. 25-33).

État des connaissances sur les occupations littorales des lacs alpins français

  • 2 Bien qu'installé dans un contexte géographique assez semblable, le lac de Paladru, rattaché au doma (...)

94À quelques exceptions près et faute de fouilles d'envergure, la collaboration interdisciplinaire, telle que nous venons de la décrire pour une approche globale des habitats littoraux, n'a pas encore de véritable existence dans le domaine géographique concerné par ce chapitre, à savoir les lacs savoyards d'Aiguebelette et du Bourget et haut-savoyards d'Annecy et du Léman (fig.2)2.

2- Situation géographique des lacs d'Aiguebelette, du Bourget, d'Annecy et du Léman dans les Alpes de Savoie

2- Situation géographique des lacs d'Aiguebelette, du Bourget, d'Annecy et du Léman dans les Alpes de Savoie

95Des données nouvelles nous sont fournies sur des gisements immergés pour lesquels les vestiges sont bien datés par le radiocarbone ou par la dendrochronologie. A partir d'interventions ponctuelles récentes, il est possible de faire le point sur la documentation accumulée pour le Néolithique et l'âge du Bronze ; elle est en partie publiée dans les actes du Colloque d'Ambérieu-en-Bugey (Marguet et al. 1995, p. 167-196) et le sera prochainement dans ceux du XIIIe Congrès de l'Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques (UISPP) de Forli (Italie) (Billaud et al. à paraître).

La problématique de recherche et les méthodes d'investigation

96En 1976, la carte de répartition des stations littorales immergées dans les lacs alpins français d'Aiguebelette et du Bourget en Savoie, d'Annecy et du Léman en Haute-Savoie, mentionnait 41 gisements pour lesquels la typologie permettait une attribution chronologique : Néolithique moyen 2, Néolithique récent/final 13, Bronze ancien 1, Bronze final 21, âge indéterminé 4.

97Mais jusqu'au début des années 1980, rares étaient les gisements bien datés, seuls 5 l'étaient à la suite d'analyses de pilotis par le radiocarbone, et plus rares encore ceux pour lesquels des observations stratigraphiques avaient été réalisées.

98À la fin des années 1970, les datations dendrochronologiques très précises, obtenues notamment par le laboratoire de Neuchâtel mis en place pour l'exploitation des bois des fouilles d'Auvernier, avaient beaucoup précisé les chronologies existantes, elles s'appliquaient globalement aux cadres chrono-typologiques adoptés pour nos régions.

99Dans ce contexte, la priorité de la recherche imposait d'une part, l'actualisation de notre documentation par l'établissement de l'inventaire des sites immergés, et d'autre part, une démarche volontariste d'analyses systématiques, pour préciser la situation chronologique absolue des gisements et la définition de leur cadre géomorphologique.

100Partant du constat que, malgré l'abondance des collections et de la documentation ancienne, les sites des lacs savoyards et haut-savoyards étaient mal connus, des choix méthodologiques ont été élaborés par le Centre National de Recherches Archéologiques Subaquatiques (CNRAS) et l'Association pour la Recherche et l'Etude des Occupations Littorales Lacustres (AREOLL) : localisation, état de conservation et chronologie des gisements. Dans un but de protection du patrimoine archéologique lacustre (inventaire des gisements) et de connaissance des peuplements palafittiques (datation des sites), des prospections subaquatiques ont été réalisées pour l'élaboration de la carte archéologique. Ces deux équipes, bien que de nature et de taille différente, travaillent en étroite collaboration depuis plus de 10 ans. Un inventaire systématique des gisements et leur diagnostic sont en cours de réalisation, tant sur des sites anciennement connus que sur des gisements inédits. Au delà de l'aspect purement technique de l'intervention en milieu subaquatique, ce travail vise, en premier lieu :

  • le repérage du gisement et la délimitation des emprises archéologiques avec rattachement topographique des axes de référence au système cadastral terrestre ;

  • l'identification spatiale d'éventuels secteurs privilégiés par la topographie de pilotis, dans des unités triangulaires de 5 m de côté, implantées en divers endroits du gisement (fig. 3) ;

  • l'évaluation de l'état de conservation des ensembles sédimentaires par la reconnaissance de la nature des fonds, à l'aide de carottages pratiqués suivant des profils longitudinaux et transversaux (fig. 4) ;

101et en second lieu :

  • l'échantillonnage d'un nombre significatif de pilotis bien topographiés pour le calage chronologique du gisement en datation absolue par la dendrochronologie et le radiocarbone ;

  • le prélèvement, dans un sondage limité (2 m2), d'un choix de mobiliers pour le positionnement chrono-typologique des vestiges et l'attribution typologique des collections anciennes mises au jour hors de tout contexte ;

  • l'élaboration des références sédimentologiques et palynologiques régionales, par carottages, pour la reconstitution paléogéographique des fluctuations des lacs et de l'histoire de la végétation.

3- Répartition planimétrique des pilotis topographiés sur le gisement de l'âge du Bronze ancien de Sévrier, Les Mongets (Haute-Savoie, lac d'Annecy)

3- Répartition planimétrique des pilotis topographiés sur le gisement de l'âge du Bronze ancien de Sévrier, Les Mongets (Haute-Savoie, lac d'Annecy)

4- Plan bathymétrique et définition des emprises archéologiques, à niveaux organiques en place (hachures serrées) et à indices de limons teintés par lessivage des fumiers (hachures larges), déterminées par les carottages sur le gisement de l'âge du Bronze final de Brison-St.-Innocent, Grésine-Ouest (Savoie, lac du Bourget)

4- Plan bathymétrique et définition des emprises archéologiques, à niveaux organiques en place (hachures serrées) et à indices de limons teintés par lessivage des fumiers (hachures larges), déterminées par les carottages sur le gisement de l'âge du Bronze final de Brison-St.-Innocent, Grésine-Ouest (Savoie, lac du Bourget)

Le contexte géomorphologique et climatique

102Des lacs, dont le niveau a varié, ont occupé les dépressions du Bourget, d'Annecy et du Chablais, dans cette zone subalpine. Le contexte paléogéographique de leur évolution spatiale, postérieurement aux glaciations, est largement connu par les études spécialisées (voir en particulier Vernet et al. 1971 ; Benedetti-Crouzet 1972 et Monjuvent et al. 1987 qui font le point bibliographique pour les lacs Léman, d'Annecy et du Bourget). La morphologie des cuvettes lacustres holocènes, le système lacustre et les remplissages sont notamment traités dans :

  • Les lacs français (Delebecque 1878) ;

  • Une approche paléoclimatique de l'Holocène : les fluctuations des lacs du Jura et des Alpes du Nord françaises (Magny 1991, p. 15-48).

103Les schémas paléoclimatique et chronologique déjà esquissés, en particulier pour le domaine lémanique (voir sur ce sujet Olive 1972, p. 253-264 ; Gallay et al. 1979, p. 44-49 ; Gaillard et al. 1981, p. 117-121 ; Gallay et al. 1981, p. 129-157 et Magny et al. 1981, p. 159-169), ont été considérablement mis à jour, par les naturalistes et les archéologues, dans le cadre d'un programme DGRST (1982-1983) puis d'un contrat ATP du CNRS (1984) intitulé Paléoenvironnement holocène des Alpes françaises du Nord et leur piémont (Vivian et al. 1986). 45 spécialistes de différentes disciplines (sédimentologie, géomorphologie, climatologie, paléobotanique, palynologie, paléozoologie, paléoethnologie, techniques de datation) ont rassemblé les données récentes et réalisé des études complémentaires qui font le point sur l'environnement holocène et la Préhistoire dans les Alpes du Nord. Les résultats de ce travail, le premier du genre dans nos régions et pour lequel de nombreux gisements du domaine lacustre ont été échantillonnés par nous (Magny et al. 1985, p. 253-277 et Magny 1991, p. 415-480), sont présentés, par période culturelle et par étape de l'histoire de la végétation, dans :

104-Tableau diachronique de l'Holocène et du Tardiglaciaire dans les Alpes du Nord et leur piémont. Préhistoire et paléoenvironnement (Bintz et al. 1989, p. 51-60).

105Au cours des dix derniers millénaires, les lacs, soumis aux variations climatiques, ont vu leur niveau varier à plusieurs reprises jusqu'à des temps très récents. Evolution des bassins lacustres et possibilités d'implantation humaine sur les rivages sont par conséquent à mettre en étroite relation.

106Bien que très différents par leur dimension, par leur altitude, par l'étendue et la zone géographique de leur bassin versant, les lacs concernés, qu'ils soient jurassiens ou alpins, possèdent un certain nombre de caractères communs. Ce sont tous des lacs à stratification chimique et biologique, riches en carbonates de calcium. Ces données strictement limnologiques mises à part, nous ne retiendrons pour les comparer que le critère morphologique côtier, avec plate-forme littorale (beine) et rupture de pente (mont). C'est sur ces beines peu profondes, dont la largeur dépend de la sédimentation de dépôts d'origine biochimique (précipitations des carbonates), de l'accumulation des apports terrigènes arrachés aux pentes des bassins versants et de la redistribution dynamique des matériaux littoraux déplacés sous l'action érosive des vagues, que nous retrouvons les vestiges archéologiques faiblement immergés, en général peu distants des rivages actuels (Magny 1991, p. 9-48).

107L'examen stratigraphique, les analyses des sédiments et des pollens, les calages chronologiques, ont permis de retracer les variations du niveau de plusieurs lacs durant l'Holocène, comme le montre le graphique de comparaison entre les variations à court terme du 14 C résiduel atmosphérique et les fluctuations du niveau des lacs du Jura dressé par M. Magny du Laboratoire de Chrono-écologie de Besançon (Magny 1995a, p. 86).

108Pour les périodes néolithique et de l'âge du Bronze et sans préjuger de la date ni de la durée des installations humaines, les lacs subalpins et jurassiens « ... portent la marque de fluctuations climatiques pluriséculaires entrecoupées d'épisodes secondaires, en particulier au cours de l'Atlantique et du Subboréal... ».

109Dans le modèle régional d'évolution paléohydrologique constitué à partir de l'étude de 21 lacs des régions du Jura central et méridional et de la zone subalpine, M. Magny distingue les phases pluriséculaires suivantes au cours de l'Holocène (les dates radiocarbones sont indiquées : BP, les dates radiocarbone calibrées : cal. BC, et les dates dendrochronologiques : BC) :

  • « ...début du Boréal (de 9 000 à 8 700 BP environ) : régression ;

  • milieu du Boréal : transgression qui commence vers 8 700 BP et s'achève vers 8 300 BP ; elle peut se prolonger jusque vers 8 000 BP ;

  • fin du Boréal-première moitié de l'Atlantique ancien : régression qui commence vers 8 300 BP et s'achève vers 6 800 BP ;

  • deuxième moitié de l'Atlantique ancien : transgression qui commence vers 6 800 BP (soit environ 5 800 cal. BC) et s'achève vers 6 100 BP (soit environ 5 100 cal. BC) ;

  • transition Atlantique ancien-Atlantique récent : régression qui commence vers 6 100 BP et s'achève vers 5 700 BP (soit environ 4 800 cal. BC) ;

  • milieu de l'Atlantique récent : transgression qui commence après 4 800 cal. BC et s'achève avant 3 800 cal. BC ;

  • fin de l'Atlantique récent (vers 3 800 cal. BC) : régression ; cette phase a été aussi reconnue au lac de Neuchâtel où elle commence avant 3 810 BC et s'achève après 3 679 BC ;

  • début du Subboréal : transgression qui commence après 3 800 cal. BC...et s'achève entre environ 2 800 BC et 2 200 cal. BC selon les lacs... ;

  • milieu du Subboréal : régression. Il s'agit de la phase la mieux marquée de l'Holocène qui s'est traduite dans plusieurs cas par une importante érosion ; elle s'achève après 1865-1532 cal. BC, et vraisemblablement après 1 700 BC d'après la séquence stratigraphique de La Motte-aux-Magnins à Clairvaux ;

  • dernier tiers du Subboréal : transgression qui commence après 1 700 ΒC et s'achève avant 1 050 BC ;

  • fin du Subboréal : régression qui commence avant 1 050 BC et s'achève après 850 BC ; cette phase est tripartite aux lacs de Pluvis et d'Annecy... » (Magny 1993b, p. 253-282).

110À partir des études sur les alternances de sédiments fins, de matériaux détritiques plus grossiers et d'horizons organiques, témoins privilégiés des phases transgressives et régressives, plusieurs modèles d'évolution ont été proposés, notamment pour les lacs du Bourget et d'Annecy. Les analyses sédimentologiques (M. Magny) et palynologiques (H. Richard) entreprises depuis plus de dix ans dans les lacs savoyards (Hautecombe, Conjux et Châtillon au lac du Bourget ; Les Marais, Angon, Le Port, Les Mongets, Le Roselet et Ruphy au lac d'Annecy) permettent de les intégrer parfaitement aux séquences climatiques holocènes du Jura. Les lacs subalpins ont connu une évolution parallèle indépendamment de leur régime glaciaire ; ainsi l'histoire des habitats préhistoriques du Léman ne montre aucune différence majeure avec celle des lacs du Jura.

111Sur la base des travaux systématiques dans les lacs jurassiens où avaient été élaborées les problématiques, des recherches ont été récemment initiées en Savoie et en Haute-Savoie (1994-1997), en contexte naturel purement lacustre ou en relation avec des sites archéologiques faiblement immergés du Néolithique et de l'âge du Bronze.

112Dans le cadre d'un vaste programme de recherches appliquées au bassin versant du lac d'Annecy : Climasilac, un projet sur les variations du niveau du lac d'Annecy depuis 15 000 BP est mené en collaboration (convention Climasilac/Conseil Général/Ministère de la Culture/Laboratoire de Chrono-écologie) ; des sondages de reconnaissance de stratigraphies et des prélèvements de carottes ont eu lieu à St.-Jorioz, Le Beau, sur 17 mètres de profondeur (altitude de départ 446,95/altitude atteinte 430,00 ; lac normal à 446,97m IGN) et sont actuellement en fin d'analyses sédimentologique et palynologique. Toujours dans la zone de compréhension des recherches lacustres, à l'occasion des travaux de terrassements pour la construction d'un parking à Annecy, quai Eustache Chappuis, nous avons observé et échantillonné les séquences sédimentaires majeures de ce secteur de l'exutoire du lac et mis en évidence, à 6 mètres sous le niveau du sol actuel (altitude 442,40/442,80m NGF), un ancien chenal d'âge préhistorique dont les litages de matériaux organiques (débris végétaux et charbons de bois), scellés par des alluvions grossières (celles du Fier ?), sont datés par le radiocarbone de 8885±60 BP et 8735±64 BP. La confrontation des données spécifiquement naturalistes avec les données archéologiques calées chronologiquement s'est également poursuivie par l'étude des échantillons prélevés à l'occasion de prospections subaquatiques sur les quelques gisements qui marquent la première phase d'occupation du lac d'Annecy, à Sévrier, Les Charretières (date radiocarbone 5315±50 BP), à St.-Jorioz, Les Marais (abattages dendrochronologiques entre-3794 et-3783), à Annecy-le-Vieux, La Tour (radiocarbone 4832±41 BP) ou du Bourget à St.-Pierre-de-Curtille, Hautecombe (abattages en-3842 et-3835).

113Très récemment, des travaux de DEA ont été le signe de cette collaboration :

  • Paléoécologie et paléoéconomie d'un site de l'âge du Bronze : étude des paléosemences de Chindrieux, Châtillon (lac du Bourget, Savoie) (Jacquot 1994) ;

  • Analyse pollinique du site du parking de l'Hôtel-de-Ville à Annecy (Haute-Savoie) (Chassepot 1996).

Les aspects archéologiques et chronologiques

114Quelques travaux récents font le point de nos connaissances sur le peuplement des littoraux alpins ; on y trouvera une bibliographie générale sur le contexte chrono-culturel régional :

  • Chindrieux, Châtillon (lac du Bourget, Savoie) : ultime occupation des lacs alpins français à l'âge du Bronze ? (Billaud et al. 1992, p. 277-310).

  • Le site Bronze final de Tougues à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie) : stratigraphie, datations absolues et typologie (Billaud et al. 1992, p. 311-347).

  • Etat des connaissances sur les périodes d'occupation littorale du lac d'Annecy... (Billaud et al. 1993, p. 41-50) ;

  • La fin de la Préhistoire dans le lac du Bourget : trente siècles d'occupations littorales ? (Marguet et al. 1993, p. 21-21-36);

  • Le Néolithique des lacs alpins français. Bilan documentaire (Marguet et al. 1995, p. 167-196) ;

  • L'âge du Bronze dans les lacs alpins français. Bilan des travaux récents (Billaud et al. à paraître).

115Des travaux universitaires sont en cours, qui ont pour sujet les matériaux provenant des recherches subaquatiques de la région, qu'il s'agisse de trouvailles anciennes :

  • L'âge du Bronze final dans les stations littorales immergées du lac du Bourget (Savoie) (I. Kerouanton, thèse de l'Université de Paris I, sous la direction de C. Mordant) ;

116de travaux plus récents :

  • La céramique Bronze final de Tougues à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie) (F. Launay, maîtrise de l'Université de Paris I, sous la direction de P. Brun) ;

117ou englobant des trouvailles lacustres ;

  • L'occupation néolithique de la Savoie (P.-J. Rey, maîtrise de l'Université de Chambéry, sous la direction de A. Bocquet).

L'occupation du territoire

Un catalogue mis à jour

118Pour le Néolithique, pas moins de 31 gisements sont recensés : 8 pour le Néolithique moyen (Bourget 2, Annecy 4, Léman 2) et 23 pour le Néolithique récent/final (Aiguebelette 3, Bourget 5, Annecy 4, Léman 11) ; ce nombre n'était que de 15 en 1976 (2 et 13).

119Pour l'âge du Bronze, l'inventaire systématique en cours augmente sensiblement leur nombre : 22 sites étaient connus en 1976, 32 le sont aujourd'hui (Aiguebelette 2, Bourget 11, Annecy 7, Léman 11) (Bronze ancien 1, Bronze final 31).

120Les tableaux ci-après donnent, sans tenir compte des moyens de datation, le nombre des gisements recensés à ce jour (en bas), comparé à celui des gisements connus en 1976 (en haut), par périodes d'occupations littorales (fig. 5).

5- Tableaux du nombre des gisements sous-lacustres

5- Tableaux du nombre des gisements sous-lacustres

Par période chronologique

À partir des données bibliographiques (Bocquet et al. 1976a) et à la suite des travaux d'inventaire du CNRAS/DRASSM et de l'AREOLL (début 1997)

121La carte de localisation des gisements néolithiques (en noir) et de l'âge du Bronze (en blanc) permet une visualisation de l'occupation du territoire lacustre savoyard et haut-savoyard pour ces périodes (fig. 6).

6- Cartes de localisation des gisements sous-lacustres du Néolithique (en noir) et de l'âge du Bronze (en blanc) de l'espace savoyard et haut-savoyard

6- Cartes de localisation des gisements sous-lacustres du Néolithique (en noir) et de l'âge du Bronze (en blanc) de l'espace savoyard et haut-savoyard

Néolithique ancien

122- Aucun indice connu alors que le schéma des fluctuations des lacs montre, durant l'Atlantique, des périodes régressives qui pouvaient être propices aux installations (à la fin du VIe et au début du Ve millénaire avant notre ère, des traces matérielles des premiers agriculteurs sont connues dans des gisements terrestres proches).

Néolithique ancien/moyen

123- La première approche des rivages, attestée à Sévrier, Les Charretières, durant la seconde moitié du Ve millénaire, sur un gisement daté de 5315±50 BP, n'est pas confirmée par la dendrochronologie. Pour la première fois en France de l'Est, est avérée une présence littorale datée des 44e/41e s. que seules la Suisse orientale et l'Allemagne du Sud-Ouest connaissaient.

Néolithique moyen

124- Au début du IVe millénaire, les occupations littorales s'intensifient sur les lacs du Bourget, d'Annecy et du Léman (partie suisse de la rive sud), comme d'ailleurs sur ceux du Plateau suisse. Dès les 39e/38e s., une première phase est bien individualisée : en Savoie, à St.-Pierre-de-Curtille, Hautecombe en-3842 et vers (-3835) (Cortaillod, NMB, Chasséen ?) et en Haute-Savoie, à St.-Jorioz, Les Marais en-3783/82 (Cortaillod classique ?).

125- Les mobiliers que l'on s'attendrait à trouver pour les périodes de la transition Cortaillod tardif/Cortaillod Port-Conty, au milieu du IVe millénaire, présents dans les lacs du Jura, sont absents ici. Cependant trois gisements au moins s'y rattacheraient, datés par le radiocarbone des 37e/36e/35e s. : pilotis d'Annecy-le-Vieux, La Tour (4832±41 BP), pilotis de Sévrier, Les Choseaux (4775±75 BP), matériaux organiques de Conjux, La Chatière (4730± 180 BP).

126- Pour les périodes de la seconde moitié du IVe millénaire, en particulier celles couvrant les 34e, 33e et 32e s., aucun vestige n'est observé à part les quelques pilotis de St.-Pierre-de-Curtille, Hautecombe (4540±50 BP), phases également absentes dans les lacs de Chalain et de Clairvaux.

Néolithique récent

127- Le passage du IVe au IIIe millénaire, observé dans les lacs du Jura et de Suisse occidentale, n'est connu dans les Alpes du Nord que sur le gisement d'Annecy-le-Vieux, Le Petit-Port ou 32 années d'occupation ont été datées, entre-3058 et-3026 ; la pauvreté des objets découverts ne permet pas de les attribuer culturellement (influences Horgen des groupes du Plateau suisse ou première manifestation Proto CSR, au 31e s.)· Dans le Léman, les gisements de Thonon-lesBains, Le Port de Rives et de Chens-sur-Léman, Beauregard 1, également pauvres en mobiliers, ont livré des bois dont les phases d'abattage se situent entre-3094 à-3049 à Rives et (-3043) à - 3035/34 à Beauregard.

Néolithique récent/final

128- Dans la première moitié du IIIe millénaire, les lacs savoyards connaissent, comme tout le domaine subalpin, une forte occupation : Conjux, La Chatière ; Messery, Crozette ; Aiguebelette-leLac, Beau-Phare 1 ; St.-Alban-de-Montbel, La Petite-Ile ; Thonon-les-Bains, Le Port-de-Rives ; Novalaise, Le Gojat ; Brison-St.-Innocent, Mémars 1 ; mis à part ce dernier dont les phases d'abattage se situent entre (-2595) et (-2529), leur datation par le radiocarbone, entre les 29e/27e s., et leurs vestiges comparables à ceux de Charavines, Les Baigneurs, (seul gisement régional de référence dont les dates dendrochronologiques situent la première phase d'installation vers les années-2668/-2867) les apparentent et permettent de les attribuer au groupe de Lüscherz.

Néolithique final

129- Au milieu du IIIe millénaire, la fin du Néolithique de faciès Saône-Rhône (trouvailles anciennes d'Annecy, Le Port et de Veyrier-du-Lac, Vieugy-Nord) est confirmée et précisée par la mise en évidence, à Conjux, La Chatière, de mobiliers attribuables au groupe d'Auvernier, dans un ensemble stratigraphique des 26e/25e s. (phases d'abattage estimées vers-2525, entre-2442 et-2427, et certaine en-2440). Ces phases d'abattage sont également présentes à Talloires, Angon en - 2446 et-2435. Sur le Léman, le gisement de Messery, Crozette, daté uniquement par le radiocarbone des 26e/23e s. (3950±45 BP), pourrait, lui aussi, y être rattaché.

130- Les traces des occupations de la seconde moitié du IIIe millénaire n'ont pas été confirmées. Pourtant, des objets typiques des influences cordées du Plateau suisse (haches-marteaux) avaient été découverts au siècle dernier dans les lacs Léman et d'Annecy.

Néolithique final/Bronze ancien

131-À la fin du IIIe millénaire, comme dans les lacs du Plateau suisse, la transition du Néolithique final au Bronze ancien, durant les 23e/22e s., n'est pas observée (abandon de l'habitat lacustre ?).

Bronze ancien

132- Les éléments de la civilisation rhodanienne mis en évidence sur la rive nord du Léman restent très isolés ; ils soulignent la rareté des renseignements provenant des domaines lacustres, aussi bien en Suisse occidentale que dans la France de l'Est, jusqu'aux 17e/16e s. Dans un tel schéma, il est important de signaler le jalon reconnu dans le lac d'Annecy pour ces périodes, à Sévrier, Les Mongets, daté par le radiocarbone de 3595±50, 3490±50 et 3465±50 BP et par la dendrochronologie (phases d'abattage, avec réserve, entre-1716 et-1665).

Bronze moyen

133- Dans l'espace géographique considéré, aucun indice lacustre n'est actuellement reconnu pour cette période, la remarque est générale pour le domaine occidental (raisons climatiques et/ou rupture culturelle ?).

Bronze final

134- La phase ancienne du Bronze final, attestée par le mobilier BF l/2a découvert à Annecy, Le Port, n'est toujours pas datée par la dendrochronologie.

135- Les premiers abattages sont datés de-1071, dans l'ensemble 3 de Tougues à Chens-sur-Léman (début du BF 2b, phase moyenne du Bronze final alpin). Sur presque tous les gisements des lacs alpins français, trois groupes de dates apparaissent nettement aux lie, 10e et 9e s., respectivement autour de-1075/-1050, juste après-1000 et vers-900/-875.

136- Dans la seconde moitié du 9e s., un important niveau organique riche en mobiliers de la période palafittique incluse dans le BF 3b a été mis en évidence au lac du Bourget, dans un sondage réalisé à Chindrieux, Châtillon : vingt huit phases d'abattage sont datées de-906 à-814, ultime phase qui semble marquer la fin des installations littorales dans les lacs alpins.

Les datations par le radiocarbone et la dendrochronologie

137Le nombre des gisements immergés recensés augmente régulièrement et le corpus des dates progresse parallèlement.

138Dans notre démarche d'inventaire, et dès le début, parallèlement à la définition du contexte géomorphologique, la nécessité de situer chaque gisement en chronologie absolue était la préoccupation essentielle.

139Dès 1982-1983 nous avons eu recours à la datation 14C et dendrochronologique pour interpréter les vestiges découverts dans la baie d'Albigny, à Annecy-le-Vieux, Le Petit-Port, là où des recherches subaquatiques avaient montré une très forte érosion de la plate-forme littorale, sur les 140m2 prospectés. Description des surfaces topographiées et ramassages ont donc été complétés par le prélèvement des 125 pieux destinés à la dendrochronologie. 108 bois analysés (51 chênes, 30 sapins, 13 aulnes, 6 bois blancs, 3 frênes, 2 aulnes, 2 érables, 1 hêtre), ont permis la répartition, sur plans, des différentes périodes d'abattage et la mise en évidence d'une organisation architecturale. Il s'agit de plusieurs structures quadrangulaires (cabanes) dont les phases de construction et de reconstruction s'échelonnent sur 32 années d'occupation au moins, entre-3058 et-3026. Les dates dendrochronologiques ont également permis de calibrer les dates 14C de 2 échantillons, un sapin (cernes 5-12), 4580±70 BP correspondant à la date dendrochronologique-3066 et un chêne (cernes 5-20), 4 590±70 BP à-3 082. Ainsi, la situation chronologique retenue pour le gisement du Petit-Port place les phases d'abattage des bois dans le 31e s. avant notre ère, ce que la pauvreté des vestiges matériels n'avait pas permis (Marguet et al. 1988, p. 67-87).

140Dans le but de constituer une séquence de référence pour la période de l'âge du Bronze final dans la région alpine, des échantillons de bois ont été prélevés, en novembre 1983, par le CNRAS et le Laboratoire Romand de Dendrochronologie (LRD) sur les sites archéologiques immergés du Crêt-de-Chatillon à Sévrier, du Roselet à Duingt dans le lac d'Annecy, et de Conjux, La Chatière dans celui du Bourget. A la faveur du contrat d'ATP sur le Paléoenvironnement holocène des Alpes du Nord et de leur piémont, prélèvements et analyses se sont poursuivis en 1984.

Des séquences locales synchronisées

141Les pieux de chêne du Crêt-de-Chatillon ont fourni deux séquences : l'une, 9 000ACPI, 123 ans à partir de 10 échantillons, située entre les années - 1022 et-900 (fig. 7) et l'autre, 9006ACH, 153 ans, 4 échantillons, un peu plus ancienne, entre les années-1218 et-1066 ; ceux du Roselet ont permis de constituer les séquences 9000ARO, 125 ans, 6 échantillons, entre-1004 et-880 et 9005ARO, 292 ans, 14 échantillons,-1324 et-1033. Ces séquences locales, synchronisées entre elles, ont montré, du moins sur une certaine durée de leur occupation, la contemporanéité de ces gisements. Par ailleurs, pour permettre la calibration des séquences, les cernes 5 à 15 et 165 à 180 d'un pieu du Roselet à Duingt (ANP39) ont été datés par le radiocarbone (GIF. 6486 : 2950±60 et Gif. 6487 : 2880+60 BP).

7- Sévrier, Le Crêt-de-Chatillon (Haute-Savoie, lac d'Annecy)

7- Sévrier, Le Crêt-de-Chatillon (Haute-Savoie, lac d'Annecy)

Diagramme de présentation de la première séquence dendrochronologique datée pour le chêne, référence 9000ACH située entre les années-1022 et-900, pour un gisement de l'âge du Bronze final des Alpes du Nord (Rapport du Laboratoire Romand de Dendrochronologie LRD5/R1395 du 06.02.1985)

Des séquences régionales datées

142Dans un deuxième temps, ces séquences ont pu être corrélées avec les courbes des sites lémaniques de Morges, Les Roseaux (VD), séquence 9000RO, 225 ans, 9 échantillons, entre-1277 et-1053, de Genève, Les Paquis A (GE), 9000GPA, 145 ans, 9 échantillons, entre-1200 et-1056 et de Corsier-Port (GE), 7006GCP, 76 ans, 153 échantillons entre-925 et-850. Obtenues par un système de dérive qui utilisait les références créées à partir des bois de Neuchâtel et de Zurich déjà corrélés avec les séquences allemandes (d'après Becker 26 juin 1986), ces séquences locales ont abouti à la constitution des deux premières références régionales globales de l'âge du Bronze pour les Alpes françaises du Nord : 0001BRO entre les années-1324 et-1033 et 0002BRO entre-1022 et-850. Ces résultats ont été publiés par le groupe de travail pour la dendrochronologie, le 28 février 1985 (Orcel et al. 1985, p. 153-176 et Orcel et al. 1990, p. 281-287).

Une référence régionale absolue

143En avril 1986, la poursuite des prélèvements, en particulier à Brison-St.-Innocent, Grésine dans le lac du Bourget et leur analyse a permis la constitution d'une séquence 9000FSG de 170 ans à partir de 13 échantillons, entre les années-1047 et-878 et le comblement du hiatus existant par la proposition d'une séquence globale continue pour les périodes de la fin de l'âge du Bronze alpin : 0003BRO entre les années-1324 et-850.

144Ainsi, pour la première fois, une relation entre les gisements lacustres des Alpes et ceux d'autres régions de l'Europe occidentale était établie, à l'intérieur d'une chronologie absolue (Bocquet et al. 1988, p. 435-444).

Les dates obtenues par le radiocarbone

145Parmi les 57 analyses réalisées pour le CNRAS/DRASSM et l'AREOLL depuis 1980, sur des vestiges lacustres des périodes comprises entre 9000 BP et l'actuel, 44 dates concernent la fin de la Préhistoire, la Préhistoire récente et la Protohistoire, entre 9000 et 2000 BP. Dans ce catalogue, 2 d'entre elles se rapportent à des litages végétaux piégés du début de l'Holocène, hors de tout contexte préhistorique, dans un ancien exutoire du lac d'Annecy (site d'Annecy, quai E. Chappuis, parking de l'Hôtel-de-Ville), 24 proviennent de gisements archéologiques du Néolithique (Aiguebelette 2, Bourget 8, Annecy 11 et Léman 3), 15 de sites de l'âge du Bronze (Aiguebelette 1, Bourget 6, Annecy 7 et Léman 1) et 3 d'autres gisements protohistoriques (Bourget 1, Annecy 2).

146Les données 14C présentées ci-après sont classées chronologiquement, par âge BP car elles sont trop peu nombreuses pour l'être selon leur appartenance culturelle. Elles sont données par tranches de dix siècles avec localisation du gisement (département, lieu-dit, commune), auteur des prélèvements et références administratives des opérations, nature des gisements (niveaux et matériaux analysés), référence des laboratoires (ARC = Archéolabs, GIF = Centre des faibles radioactivités, LY = Centre de datation par le radiocarbone), âge 14C BP avec un écart-type, intervalle calibré en années av. J.-C. (d'après Pearson et al. 1986, Stuiver et Becker 1986, à 95 % de probabilité), contexte archéologique et appartenance culturelle lorsque celle-ci est bien individualisée (pl. 1 en fin d'article).

Les séquences dendrochronologiques

147Avec les datations relatives qui mettent en évidence des successions chronologiques et sur la base des mesures dendrochronologiques fournies par le Laboratoire Romand de Dendrochronologie (LRD) et Archéolabs, il est possible de présenter, pour les gisements néolithiques et de l'âge du Bronze des Alpes du Nord, un tableau récapitulatif des séquences locales datées (Néolithique 13 séquences et 116 bois datés, Bronze 32 séquences et 287 bois datés). Dans ce tableau, seules sont présentées les séquences datées (plusieurs dizaines ne le sont pas encore), réalisées à l'initiative du CNRAS/DRASSM et de l'AREOLL ; à notre connaissance, il n'en existe pas d'autres pour ces périodes et pour ces régions (pl. 2 en fin d'article).

148Compte tenu de la faiblesse de l'échantillonnage et de la courte croissance des bois, des interruptions de plusieurs siècles sont constatées ; cette absence de continuité entre les séquences ne permet donc pas encore la constitution d'une référence régionale pour ces périodes.

149Pour le Néolithique, les mesures à notre disposition montrent quatre périodes principales d'abattage au cours des 39/38e, 31e, 28e et 26/25e siècles avant notre ère et indiquent que les gisements savoyards ont connu des phases d'occupations échelonnées sur plus de quatorze siècles, entre les années-3842 à Hautecombe et-2435 à Angon (fig. 8).

8- Représentation graphique des séquences dendrochronologiques (Quercus et Abies) et des phases d'abattage datées pour les gisements lacustres du Néolithique

8- Représentation graphique des séquences dendrochronologiques (Quercus et Abies) et des phases d'abattage datées pour les gisements lacustres du Néolithique

150Pour l'âge du Bronze, on note également quatre périodes principales d'abattage des arbres, au cours des 18e/17e s. pour le Bronze ancien, aux lie, 10e et 9e s. pour le Bronze final (fig. 9).

9- Représentation graphique des séquences dendrochronologiques (Quercus et Abies) et des phases d'abattage datées pour les gisements lacustres de l'âge du Bronze

9- Représentation graphique des séquences dendrochronologiques (Quercus et Abies) et des phases d'abattage datées pour les gisements lacustres de l'âge du Bronze

151Ces premières datations absolues, même si notre propos n'est pas de les considérer comme des repères définitifs, donnent la durée possible des occupations durant au moins 265 ans, entre les années-1079 (date estimée) à Chens-sur-Léman, Tougues (ensemble stratigraphique inférieur) et-814 à Chindrieux, Châtillon et positionnent les mobiliers recueillis dans les phases moyenne et récente de l'âge du Bronze final alpin (BF 2b, 3a et 3b).

152Les tableaux qui suivent, illustrent de manière synthétique, les diverses traces d'occupations littorales actuellement datées par le radiocarbone (partie haute du tableau, intervalle calibré à 95 % de probabilité) et par la dendrochronologie (partie basse du tableau, moyenne des phases d'abattage) (fig. 10-13).

10- Datations 14C calibrées (2 sigma) et périodes d'abattage datées par la dendrochronologie

10- Datations 14C calibrées (2 sigma) et périodes d'abattage datées par la dendrochronologie

Bilan des connaissances, en septembre 1996, à partir des prélèvements réalisés par le CNRAS sur les gisements sous-lacustres du lac d'Aiguebelette (Savoie)

11- Datations 14C calibrées (2 sigma) et périodes d'abattage datées par la dendrochronologie

11- Datations 14C calibrées (2 sigma) et périodes d'abattage datées par la dendrochronologie

Bilan des connaissances, en septembre 1996, à partir des prélèvements réalisés par l'AREOLL, le CALAS et le CNRAS/DRASSM sur les gisements sous-lacustres du lac du Bourget (Savoie)

12- Datations 14C calibrées (2 sigma) et périodes d'abattage datées par la dendrochronologie

12- Datations 14C calibrées (2 sigma) et périodes d'abattage datées par la dendrochronologie

Bilan des connaissances, en septembre 1996, à partir des prélèvements réalisés par l'AREOLL et le CNRAS sur les gisements sous-lacustres du lac d'Annecy (Haute-Savoie)

13- Datations 14C calibrées (2 sigma) et périodes d'abattage datées par la dendrochronologie

13- Datations 14C calibrées (2 sigma) et périodes d'abattage datées par la dendrochronologie

Bilan des connaissances, en janvier 1997, à partir des prélèvements réalisés par le CNRAS/DRASSM sur les gisements sous-lacustres de la rive française du lac Léman (Haute-Savoie)

L'état de conservation des gisements

153Des carottages systématiques, suivant des transects rivage-large, ont permis de définir le contexte géomorphologique des sites littoraux et d'observer l'état de conservation des gisements étudiés. Les observations étaient ponctuelles, elles deviennent systématiques pour les opérations les plus récentes ; un schéma général peut être esquissé en tenant compte des particularités de chaque site, de l'orientation du rivage, de la morphologie de la beine, de la dynamique lacustre, etc.

154Les données sur la morphologie particulière de chaque gisement (superficie des emprises archéologiques, nature des vestiges, situation dans le paysage, position altitudinale des vestiges, extension des couches sédimentaires, etc.) ne peuvent être abordées ici ; on les trouvera dans les Bilans scientifiques de la Région Rhône-Alpes (DRAC, Service Régional de l'Archéologie), dans les Bilans scientifiques des Centres Nationaux (Direction du Patrimoine, Sous-Direction de l'Archéologie) et dans les Chroniques des découvertes archéologiques dans le département de la Haute-Savoie (La Revue Savoisienne, Académie Florimontane d'Annecy).

155D'une manière générale, l'érosion des niveaux archéologiques est très importante, voire totale sur la plupart des gisements ; dans le meilleur des cas, seuls subsistent encore quelques éléments lourds (matériels lithique et céramique). Pour quelques rares sites, les couches archéologiques de matériaux végétaux (fumiers) n'ont été repérées qu'en limite du gisement : ce sont les derniers dépôts organiques en direction du large (dans le lac d'Annecy, Néolithique final d'Angon et Bronze final du Port 2, du Crêt-de-Chatillon et du Roselet). Plus rarement encore, des couches anthropiques sont mieux préservées, érodées seulement pour partie ou décentrées par rapport à la plus forte répartition des vestiges. Dans cette catégorie, les sites Néolithique moyen de Hautecombe dans le lac du Bourget et des Marais dans celui d'Annecy, les gisements Néolithique final de Mémars 1 et de Conjux 3 au Bourget, du Port I d'Annecy, le site de l'âge du Bronze ancien des Mongets dans le lac d'Annecy, ceux de l'âge du Bronze final de Châtillon, du Saut-de-la-Pucelle, de Grésine-Ouest au Bourget, celui de Ruphy dans le lac d'Annecy et de Tougues dans le Léman, mériteraient une attention toute particulière ou au moins une réflexion sur la manière dont il faudrait les exploiter avant leur dégradation complète. Quelques gisements n'ont pas été retrouvés, vraisemblablement à la suite de l'ensablement des vestiges. A cet égard, les causes de la disparition des stations littorales (processus de l'érosion naturelle) et les moyens possibles de protection sont largement traités dans Archéologie et érosion. Mesures de protection pour la sauvegarde des sites lacustres et palustres (pour le domaine géographique concerné, voir en particulier Corboud 1996, p. 85-96) (pl. 3 en fin d'article).

Le point sur les données récentes

156Compte tenu de l'aspect fragmentaire des données actuelles, tant dans le domaine des matériaux archéologiques (vestiges mobiliers et éléments architecturaux) que dans celui des repères chronologiques (dates des premières installations, durées des phases d'occupation et d'abandon), lacunes essentiellement dues aux conditions méthodologiques longtemps précaires (ramassages d'objets hors stratigraphie, datations 14C de pilotis mal positionnés) puis à la faiblesse des moyens mis en oeuvre (équipes restreintes, faibles superficies fouillées, échantillonnages dendrochronologiques peu importants), il n'est évidemment pas possible de tirer, pour l'instant, des conclusions définitives sur l'histoire des peuplements lacustres des Alpes françaises du Nord, au Néolithique et à l'âge du Bronze. Néanmoins, les opérations systématiques de prospection des lacs savoyards, menées depuis plus de quinze ans, donnent chaque année plus d'informations.

157Les mobiliers anciennement recueillis avaient permis l'identification des populations littorales et la définition des grands traits culturels du Néolithique moyen de faciès Cortaillod, du Néolithique récent Saône-Rhône, du Néolithique final cordé et des phases récentes de l'âge du Bronze final ; les recherches actuelles précisent nos connaissances dans trois directions principales : paléoclimatologie, chronologie, culture matérielle.

158Dans le domaine de l'environnement, les lacs savoyards sont maintenant bien positionnés dans les séquences climatiques et sédimentaires des références jurassiennes et leurs variations mieux connues. Les analyses sédimentologiques et palynologiques des gisements de Hautecombe, Conjux, et Châtillon au Bourget, des Marais, du Port, d'Angon, des Mongets, du Roselet, de Ruphy et du Bout-du-Lac à Annecy, de Tougues au Léman, permettent de mieux comprendre la dynamique lacustre à la fin du Tardiglaciaire et durant l'Holocène, en particulier à la transition Atlantique/Subboréal, au Subboréal et au début du Subatlantique, et de préciser les conditions d'installation des habitats littoraux.

159Pour la chronologie, les prélèvements de matériaux organiques stratifiés et leur datation par le radiocarbone ont mis en évidence de nouveaux repères pour les occupations humaines (Néolithique ancien, Néolithique moyen. Néolithique récent/final, Bronze ancien). L'échantillonnage des bois (pilotis et madriers horizontaux) et leur analyse ont abouti, souvent avec l'aide du radiocarbone pour les courtes séquences flottantes étayées sur un trop faible corpus, à la constitution d'un premier calendrier dendrochronologique de références locales, inexistant il y a seulement une douzaine d'années.

160Pour ce qui concerne l'occupation du territoire et la culture matérielle, les prospections systématiques et les sondages réalisés, certes sur des surfaces trop limitées pour comprendre l'organisation spatiale, ont amené des découvertes significatives d'objets en stratigraphie, permettant de replacer, dans leur cadre chrono-culturel, les mobiliers anciennement récupérés hors de tout contexte.

161Dans le schéma de développement du Néolithique alpin et des périodes récentes de l'âge du Bronze, nous pouvons intégrer les données typologiques, chronologiques et dendrochronologiques récemment acquises et dégager, par comparaison avec des gisements de la zone de compréhension, certaines affinités culturelles qui faisaient défaut (pénétrations des influences NMB/Chasséen/Cortaillod, contacts rhodaniens, modification des caractères RSFO).

Perspectives et recherches à développer

162Pour les prochaines années, l'objectif essentiel de la recherche palafittique dans les Alpes françaises du Nord devrait être la mise en place structurelle de véritables programmes de recherches pluridisciplinaires consacrés à la reconstitution de l'histoire de l'environnement et des étapes du peuplement.

163De tels objectifs scientifiques passent nécessairement par l'acquisition des référentiels à l'intérieur d'une structure favorisant les relations entre chercheurs et le dialogue entre disciplines. Cette collaboration devra aboutir à la reconstitution de l'histoire des peuplements riverains, de la Préhistoire à l'actuel, du cadre paléoclimatique et paléogéographique des fluctuations lacustres depuis la fin du Tardiglaciaire et durant l'Holocène et par conséquent des anciens rivages, de l'histoire de la végétation et des premiers indices d'anthropisation. Participent de cette démarche, les recherches déjà réalisées sur les approches paléoclimatiques des fluctuations holocènes des lacs jurassiens et subalpins (Magny 1993b, p. 253-282), sur le paléoenvironnement holocène des Alpes du Nord (Bintz et al. 1989, p. 51-60) ou en cours sur les variations du niveau du lac d'Annecy depuis 15000 ans BP (projet Climasilac).

164L'évaluation du potentiel archéologique par le recensement des sites (palafittes et aménagement littoraux) doit obligatoirement se poursuivre par les méthodes classiques de la prospection subaquatique (carte archéologique des plans d'eau, sondages de diagnostic), auxquelles on devrait pouvoir adjoindre les moyens de reconnaissance de la géophysique et de la sismique. Cette étape est indispensable pour connaître la densité des installations littorales, les périodes d'installation et pour l'appréciation qualitative de l'état de conservation des gisements. La carte archéologique de la rive française du Léman vient d'être réalisée par le CNRAS/DRASSM (1995-1997) ; celle des lacs de la Savoie est programmée pour les prochaines années (1998-2000).

165À partir des données récentes, il paraît opportun de prolonger ce type de collaboration et de promouvoir les analyses environnementales pour la compréhension des sites palafittiques. La diversité des types de sédiments et des processus de dépôt a montré la nécessité d'approches multiples et complémentaires ; la définition collégiale des problématiques et des nouvelles cibles sur le territoire devrait en être facilitée.

166Pour une meilleure connaissance des terroirs, la stratégie d'approche paléoclimatologique et paléohydrologique de l'environnement des sites littoraux n'a plus besoin d'être justifiée ; l'observation des sédiments est essentielle pour la définition des relations spatiales et chronologiques entre site naturel et site anthropisé. Des expériences récentes, pertinentes, montrent bien ces périodisations et les interactions homme/milieu :

  • Esquisse d'un modèle pour une approche sédimentologique de séquences holocènes en milieu lacustre carbonate (Magny 1987, p. 181-211) ;

  • Mésolithisation et néolithisation d'une zone de moyenne montagne : évolution du peuplement et du paysage de la haute vallée du Doubs (Cupillard et al. 1994) ;

  • Les habitats préhistoriques de l'ancien lac de Fiave-Carera (Trentin-Italie du Nord). Une stratégie d'étude globale sur un site de tourbière (Brochier et al. 1992b, p. 179-203).

167Pour nos régions, la réalisation pratique de tels modèles devrait trouver des conditions géomorphologiques favorables, mais peut-être, plus qu'ailleurs, à cause de la disparité des secteurs potentiels de recherche (vaste plan d'eau dans le Léman, littoraux fortement urbanisés à Annecy et au Bourget, cuvette restreinte à Aiguebelette) et du vide universitaire, la réflexion préalable sur la méthodologie à mettre en place sera décisive, même si elle paraît encore difficile pour certains (voir sur ce point Les environnementalistes à la lanterne ?, Magny 1996, p. 24-25).

168Les contextes géomorphologiques et topographiques généraux une fois définis, la compréhension des aspects spécifiquement archéologiques (la forme de l'habitat, la dimension des sites, l'organisation architecturale d'un village, la durée des occupations, le contexte culturel des installations, les territoires potentiels d'exploitation, etc.), passera vraisemblablement par la fouille plus ou moins extensive et par les analyses globales (mobiliers archéologiques, sédiments, macrorestes, faune, etc.), pour au moins chacune des grandes périodes chronologiques concernées par les phases d'habitat lacustre : Néolithique moyen. Néolithique récent/final, Bronze ancien, Bronze final. L'établissement de cadres typochronologiques dépend de cette orientation des recherches et de leur bonne programmation surtout en ces périodes où la multiplication des chantiers n'est pas la règle.

169À ce sujet, on signalera que la fouille subaquatique réalisée par A. Bocquet, entre 1972 et 1986 à Charavines, Les Baigneurs, reste le seul exemple d'approche quantitative globale et approfondie d'un gisement néolithique immergé subalpin ! (Christien et al. 1993, 63-71 et Bocquet 1993, p. 25-33).

170À partir des résultats des prospections, il devrait être possible de mieux connaître, par des études microrégionales notamment, la chronologie de chaque gisement (contemporanéité de plusieurs villages dans un même terroir), l'évolution temporelle de l'organisation architecturale du village, l'évolution chronologique des cultures matérielles, les relations entre habitat et milieu pour chaque période et chaque site (reconstitution des variations lacustres) ; dans cette perpective, le petit bassin lacustre d'Aiguebelette semblerait favorable. Si la carte des gisements reflète l'état de nos connaissances sur les occupations littorales de l'âge du Bronze en Savoie et en Haute-Savoie, elle soulève l'intéressante question des territoires potentiels dans un espace géographique donné ; ainsi, sur le rivage de Chens-sur-Léman, la dendrochronologie a mis en évidence la contemporanéité de 5 occupations (villages ?) sur 4,7 km de rivage.

171Dans ce cadre, compte tenu des bonnes conditions de conservation des sédiments lacustres, une politique volontariste en matière de datation devrait être soutenue et programmée entre les intervenants, notamment pour la constitution, par période et par essence, de séquences dendrochronologiques régionales de référence. A ce propos, on se reportera utilement aux réflexions judicieuses de A. Billamboz (Billamboz 1986, p. 112-113). Dans le même ordre d'idée, le recours au radiocarbone pour la calibration devrait être systématique. L'établissement des banques de données dendrochronologiques pourrait trouver une solution rapide par la topographie et l'échantillonnage global des bois de gisements totalement érodés (par exemple certaines stations lémaniques de l'âge du Bronze) ; cette démarche aurait en outre l'avantage de répondre à la question de l'évolution chronologique et architecturale d'un village et de dater relativement ses différentes structures. Par ailleurs, la datation par le 14 C des débris organiques des franges littorales aux couches fortement dilatées, faciliterait l'établissement d'un calendrier des repères chronologiques stratigraphiques nécessaire aux sédimentologues et aux palynologues ; recherches qu'il faudrait promouvoir même en l'absence d'occupation humaine connue, sur de nouvelles séquences stratigraphiques où les périodes du Préboréal, du Boréal et de l'Atlantique ancien seraient représentées.

172Accepter de faire des choix momentanés dans des programmes, notamment pour l'étude sur les gisements les moins dégradés, rejoindrait les préoccupations de la Table-ronde de Marigny Archéologie et érosion et poserait le problème de la protection physique des sites et des milieux littoraux (Collectif 1996).

173La précision des résultats obtenus par les naturalistes, et leur pertinence pour l'archéologue, montrent bien la qualité et l'importance des sédiments lacustres pour l'archéologue, même s'il ne s'intéresse pas directement à la question palafittique. C'est cette collaboration entre spécialistes des sciences naturelles et archéologiques qui permettra de préciser l'image des populations lacustres du Néolithique et de l'âge du Bronze dans nos régions ; la pérennité de groupements de chercheurs aux thématiques communes pourrait y contribuer (exemple de l'UMR Laboratoire de Chrono-écologie).

174L'étude des paléoenvironnements a montré que la connaissance d'un site et de son occupation nécessite la définition conjointe de problématiques ; les rivages lacustres subalpins détiennent un potentiel qui permettrait de répondre aux questions des naturalistes et des archéologues. Espérons que les nouvelles programmations du Conseil National de la Recherche Archéologique (CNRA), en particulier les programmes P14 (Approches spatiales, interactions homme/milieu), P15 (Les formes de l'habitat) et P18 (Approfondissement des chronologies) puissent soutenir ces objectifs (Collectif 1997, p. 351-356, 362).

Bibliographie

Bibliographie

Académie Chablaisienne 1965 : ANONYME. - Académie Chablaisienne. Séance du 25 septembre 1963. Mémoires et documents publiés par l'Académie Chablaisienne à Thononles-Bains, 56, 1965, p. XIX.

Académie Florimontane 1959 : ANONYME. - Académie Florimontane d'Annecy. Séances des 11 mars et 15 avril 1959. La Revue Savoisienne, 1er et 2e trimestres, 1959, p. 9-12.

Bandi 1979 : BANDI (H.-G.). - Pfahlbaubilder und Pfahlbaumodelle des 19. Jahrhunderts. Archéologie Suisse, n° spécial 125 ans de recherches lacustres, 2, 1, 1979, p. 28-32.

Benedetti-Crouzet 1972 : BENEDETTI-CROUZET (E.). - Etude géodynamique du lac d'Annecy et de son bassin versant. 227 p., 76 fig., 38 tabl., 37 ann. (Thèse 3e cycle de l'Univ. de Paris VI, Centre de Recherches géodynamiques, Thonon-les-Bains, juin 1972).

Billamboz 1986 : BILLAMBOZ (Α.). - A propos dendrochronologie : science ou technique ? le «  bon choix  » dans l'application archéologique. Bull. S.P.F., 83, 4, 1986, p. 112-113.

Billamboz 1987 : BILLAMBOZ (Α.). - Le bois raconte l'histoire des hommes et de la forêt. Archéologia, 222, mars 1987, p. 30-38.

Billaud et al. 1992 : BILLAUD (Y.), MARGUET (Α.), SIMONIN (O.). - Chindrieux, Châtillon (lac du Bourget, Savoie) : ultime occupation des lacs alpins français à l'âge du Bronze ? In : Archéologie et environnement des milieux aquatiques : lacs, fleuves et tourbières du domaine alpin et de sa périphérie. 116e Congrès Nat. Soc. Sav., Commission de Pré-et Protohistoire, Chambéry, 1991. Paris, éd. CTHS, 1992, p. 277-310.

Billaud et al. 1992 : BILLAUD (Y.), MARGUET (Α.). - Le site Bronze final de Tougues à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie) : stratigraphie, datations absolues et typologie. In : Archéologie et environnement des milieux aquatiques : lacs, fleuves et tourbières du domaine alpin et de sa périphérie. 116e Congrès Nat. Soc. Sav., Commission de Pré-et Protohistoire, Chambéry, 1991. Paris, éd. CTHS, 1992, p. 311-347.

Billaud et al. 1993 : BILLAUD (Y.), MARGUET (Α.). - Etat des connaissances sur les périodes d'occupation littorale du lac d'Annecy. Le nouveau regard apporté par les travaux récents. In : 12e Rencontres Néolithique et Protohistoire Rhône-Alpes, Actualité de la recherche, Lyon, 15 mai 1993. Lyon. Actes des Rencontres Néolithique et Protohistoire Rhône-Alpes, Actualité de la recherche, 8, Univ. Lyon 2, 1992-1993, p. 41-50.

Billaud et al. à paraître : BILLAUD (Y.), MARGUET (Α.). - L'âge du Bronze dans les lacs alpins français. Bilan des travaux récents. XIIIe Congrès UISPP. 8-14 sept. 1996, Forli. (A paraître, 4 p., 6 fig.).

Bintz et al. 1989 : BINTZ (P.), BOCQUET (Α.), BOREL (J.-L.) OLIVE (P.). - Tableau diachronique de l'Holocène et du Tardiglaciaire dans les Alpes du Nord et leur piémont. Préhistoire et paléoenvironnement. Bull. S.P.F., 86, 2, 1989, p. 51-60.

Blondel 1923 : BLONDEL (L.). - Relevé des stations lacustres de Genève. Genava, 1, 1923, p. 88-112.

Bocquet 1974 : BOCQUET (Α.). - Recherches récentes sur le Néolithique lacustre. Le village des Baigneurs à Charavines (Isère). Archéologia, 69, avril 1974, p. 43-49.

Bocquet 1976a : BOCQUET (Α.). - Station littorale immergée des Baigneurs, Charavines (Isère). In : Bocquet (Α.), Lagrand (C.), (dir.), Néolithique et âges des Métaux dans les Alpes françaises, IXe Congrès UISPP, Nice. 13-18 sept. 1976, Livret-guide de l'excursion A9. Nice. 1976, p. 145-151.

Bocquet 1976b : BOCQUET (Α.). - Station littorale immergée d'Aiguebelette. In : Bocquet (Α.), Lagrand (C.), (dir.), Néolithique et âges des Métaux dans les Alpes françaises, IXe Congrès UISPP, Nice. 13-18 sept. 1976, Livret-Guide de l'excursion A9. Nice. 1976, p. 151-153.

Bocquet 1980 : BOCQUET (Α.). - Recherches sur la compréhension des structures dans le village des Baigneurs à Charavines. In : Séminaire sur les structures d'habitat. Organisation collective. Paris. Collège de France, Ethnologie préhistorique, 1980, p. 23-33.

Bocquet 1990 : BOCQUET (Α.). - Le village néolithique des Baigneurs à Charavines, lac de Paladru (Isère). In : Die ersten Bauern. Pfahlbaufunde Europas. Band 2, Einführung, Balkan und angrenzende Regionen des Schweiz. Zurich. Schweizerisches Landesmuseum, p. 205-209.

Bocquet 1994 : BOCQUET (Α.). - Charavines il y a 5000 ans. La vie quotidienne dans un village néolithique au bord d'un lac des Alpes. Les Dossiers de l'Archéologie, 199, décembre 1994, 104 p.

Bocquet 1995 : BOCQUET (Α.). - L'architecture d'un village néolithique à Charavines dans l'Isère. In : Le bois dans l'architecture, Entretiens du Patrimoine, Rouen, 1993. Paris. Actes des colloques de la Direction du Patrimoine, 1995, p. 25-33.

Bocquet et al. 1975 : BOCQUET (Α.), ORCEL (C.). - Premiers résultats dendrochronologiques dans les structures de la station des Baigneurs à Charavines (Isère). Nouvelles Archives du Muséum d'Histoire naturelle de Lyon, 13 suppl., 1975, p. 15-20.

Bocquet et al. 1976a : BOCQUET (Α.), LAURENT (R.). - Les lacs alpins français. In : Bocquet (Α.), Lagrand (C.) (dir.), Néolithique et âges des Métaux dans les Alpes françaises, IXe Congrès UISPP, Nice. 13-18 sept. 1976, LivretGuide de l'excursion A9. Nice. 1976, p. 139-145.

Bocquet et al. 1976b : BOCQUET (Α.), LEBASCLE (M. C.). - Station du Port, Annecy (Haute-Savoie). In : Bocquet (Α.), Lagrand (C.) (dir.), Néolithique et âges des Métaux dans les Alpes françaises, IXe Congrès UISPP, Nice. 13-18 sept. 1976, Livret-Guide de l'excursion A9. Nice. 1976, p. 165-168.

Bocquet et al. 1985 : BOCQUET (Α.), MARGUET (Α.). - L'archéologie subaquatique. A milieu et vestiges particuliers, une problématique et des méthodes d'investigations particulières. In : Pelletier (Α.), L'archéologie et ses méthodes : prospection, fouille, analyse, restauration. Roanne. Ed. Horvath. 1985, p. 137-157.

Bocquet et al. 1988 : BOCQUET (Α.), MARGUET (Α.), ORCEL (C.), ORCEL (Α.). - Datations absolues sur les stations littorales et l'âge du Bronze final dans les Alpes du Nord. In : Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d'Urnes, Colloque international, Nemours, 1986. Ed. Association pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Ile-de-France (APRAIF), Mémoire du Musée de Préhistoire d'Ile-de-France, 1, 1988, p. 435-444.

Brochier 1982 : BROCHIER (J.-L.). - La sédimentologie lacustre spatiale : étude d'une surface d'habitat sur la station des Baigneurs, lac de Charavines. Bull.S.P.F., 79, 2, 1982. p. 51-55.

Brochier 1983 : BROCHIER (J.-L.). - L'habitat lacustre préhistorique : problèmes géologiques. In : L'habitat lacustre préhistorique. Colloque organisé par la Société de Physique et d'Histoire naturelle, Genève, 19 nov. 1982. Archives des Sciences (Genève), 36, 2, 1983, p. 247-260.

Brochier 1988 : BROCHIER (J.-L.). - Les sédiments : documents archéologiques. Les Nouvelles de l'Archéologie, 31, printemps 1988, p. 15-17.

Brochier et al. 1982 : BROCHIER (J.-L.), JOOS (M.). - Un élément important du cadre de vie des Néolithiques d'Auvernier-Port : le lac. Approche sédimentologique. In : Billamboz et al„ La station littorale d'Auvernier-Port. Cadre et évolution. Auvemier 5. Lausanne. Bibliothèque Historique Vaudoise (Cahiers d'Archéologie Romande, 25), 1982, p. 4367.

Brochier et al. 1992a : BROCHIER (J.-L.), BOCQUET (Α.). - Histoire d'une inondation : la couche de craie Β 2 du site néolithique des Baigneurs à Charavines, lac de Paladru, France. In : Archéologie et environnement des milieux aquatiques : lacs, fleuves et tourbières du domaine alpin et de sa périphérie. 116e Congrès Nat. Soc. Sav., Commission de Préet Protohistoire, Chambéry, 1991. Paris, éd. CTHS, 1992, p. 61-82.

Brochier et al. 1992b : BROCHIER (J.-L.), CORBOUD (P.), MARZATICO (F.), PUGIN (C.). RACHOUD-SCHNEIDER (A.-M.). - Les habitats préhistoriques de l'ancien lac de Fiave-Carera (Trentin-Italie du Nord). Une stratégie d'étude globale sur un site de tourbière. In : Archéologie et environnement des milieux aquatiques : lacs, fleuves et tourbières du domaine alpin et de sa périphérie. 116e Congrès Nat. Soc. Sav., Commission de Pré-et Protohistoire, Chambéry, 1991. Paris, éd. CTHS, 1992, p. 179-203.

Castel 1983 : CASTEL (R.). - Le lac du Bourget. Recensement et état actuel des sites préhistoriques et protohistoriques immergés et réflexions sur 20 ans de plongées archéologiques (1963-1983). 489 p., Rapport CALAS, Aixles-Bains, 1983.

Chantre 1875-1876 : CHANTRE (E.). - Etudes paléoethnologiques dans le Bassin du Rhône. Age du Bronze. Recherches sur l'origine de la métallurgie en France. 2. Gisements de l'âge du Bronze. Paris. Baudry, 1875-1876, 321 p., 186 fig.

Chassepot 1996 : CHASSEPOT (G.). - Analyse pollinique du site du parking de l'Hôtel-de-Ville à Annecy (HauteSavoie). 64 p., 14 fig., 2 ann. (Mémoire de DEA de l'Univ. de Franche-Comté, Besançon, sept. 1996).

Christien 1988 : CHRISTIEN (A.-M.). - Les rapports entre les déchets anthropiques et les structures de la station du Néolithique récent de Charavines, Les Baigneurs (Isère) : étude sur l'organisation de l'espace. 173 p., 58 fig. (Mémoire de maîtrise d'ethnologie de l'Univ. de Paris X, Nanterre, octobre 1988).

Christien et al. 1993 : CHRISTIEN (A.-M.), BOCQUET (Α.). - L'organisation spatiale de la station de Charavines-les-Baigneurs (Isère). In : Le Néolithique au quotidien, XVIe colloque interrégional sur le Néolithique, Paris, 5-6 novembre 1989. Paris. Ed. Maison des Sciences de l'Homme D.A.F., n° 39. 1993, p. 63-71.

Collectif 1992 : - Le climat à la fin de l'âge du Fer et dans l'Antiquité (500 BC-500 AD). Méthodes d'approche et résultats. Les Nouvelles de l'Archéologie, 50, hiver 1992, 60 p.

Collectif 1996 : Archéologie et érosion. Mesures de protection pour la sauvegarde des sites lacustres et palustres. Actes de la Rencontre internationale, Marigny, lac de Chalain, 2930 sept. 1994. Lons-le-Saunier. Centre Jurassien du Patrimoine, 1996, 142 p.

Collectif 1997 ; La recherche archéologique en France. Bilan 1990-1994 et programmation du Conseil National de la Recherche Archéologique. Paris. Ed. Maison des Sciences de l'Homme, 1997,460 p.

Combier 1959 : COMBIER (J.). - Informations archéologiques, circonscription de Grenoble. Gallia Préhistoire, 2, 1959, p. 193-195.

Combier 1961 : COMBIER (J.). - Informations archéologiques, circonscription de Grenoble. Gallia Préhistoire, 4, 1961, p. 310-314.

Combier 1963 : COMBIER (J.). - Informations archéologiques, circonscription de Grenoble. Gallia Préhistoire, 6, 1963, p. 280-283.

Combier 1977 : COMBIER (J.). - Informations archéologiques, circonscription de Rhône-Alpes. Gallia Préhistoire, 20, 2, 1977, p. 655-668.

Combier 1980 : COMBIER (J.). - Informations archéologiques, circonscription de Rhône-Alpes. Gallia Préhistoire, 22, 2, 1980, p. 517-520.

Congrès Préhistorique 1909 : - Congrès Préhistorique de France, Compte Rendu de la quatrième session de Chambéry, 1908 (excursions générales). Paris. Schleicher Ed., 1909, p. 911-945.

Corboud 1996 : CORBOUD (P.). - Erosion naturelle et disparition des sites préhistoriques immergés du Léman. In : Archéologie et érosion. Mesures de protection pour la sauvegarde des sites lacustres et palustres. Actes de la rencontre internationale de Marigny, lac de Chalain, 29-30 sept. 1994. Lons-leSaunier. Centre Jurassien du patrimoine, 1996, p. 85-96.

Coutil 1915 : COUTIL (L.). - La céramique des palafittes du lac du Bourget (Savoie). Bull. S.P.F. (séance du 25 nov. 1915), 12, 1915, p. 386-402, 4 fig., 11 pl ; p. 430-431, 1 pl.

De Mortillet 1890 : DE MORTILLET (G.). - Origines de la chasse, de la pêche et de l'agriculture. I. Chasse, pêche, domestication. Paris. Lecrosnier, Babé (Bibliothèque anthropologique, XII), 1890, 516 p., 148 fig.

Déchelette 1924 : DECHELETTE (J.). - Manuel d'Archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, II, Archéologie celtique ou protohistorique, âge du Bronze. Paris. Picard Ed., 1924, 534 p., 212 fig„ 5 pl.

Delebecque 1898 : DELEBECQUE (Α.). - Les lacs français. Paris. Typographie Chamerot et Renouard, 1898, 436 p., 153 fig., XXII pl.

Dumont 1995 : DUMONT (Α.). - Elaboration de la carte archéologique des gisements sous-lacustres savoyards. 65 p., Dépouillement documentaire CNRAS, Annecy, déc. 1995.

Dumont 1997 : DUMONT (Α.). - Elaboration de la carte archéologique des gisements sous-lacustres savoyards. 46 p., Dépouillement documentaire DRASSM, Annecy, fév. 1997.

Ferrer-Joly 1980 : FERRER-JOLY (F.). - Caractérisation typologique, étude statistique et répartition spatiale de la céramique du site Néolithique final de Charavines, Les Baigneurs (Isère). 128 p., bibl., 127 pl., XVIII tabl. (Mémoire de Maîtrise de l'Univ. de Paris I, 1986-1988).

Forel 1904 : FOREL (F.-A.). - Antiquités lacustres. Les palafitteurs. In : Le Léman : monographie limnologique, t. 3, 12e partie, chap. III. Histoire. Lausanne. Rouge Ed., 1904, p. 409-509.

Gaillard et al. 1981 : GAILLARD (M.-J.), REYNAUD (C.), WEBER (B.), WEGMULLER (S.). - Les variations tardiglaciaires et postglaciaires du niveau du lac Léman : apport des données palynologiques. Aperçu bibliographique. Archives suisses d'anthropologie générale (Genève), 45, 2, 1981, p. 117-121.

Gallay 1983 : GALLAY (Α.). - Esquisse historique de la question palafittique. In : L'habitat lacustre préhistorique, Colloque organisé par la Société de Physique et d'Histoire naturelle, Genève, 19 nov. 1982. Archives des Sciences (Genève), 36, 2, 1983, p. 203-214.

Gallay et al 1979 : GALLAY (Α.), CORBOUD (P.). - Les stations préhistoriques littorales du Léman. Où en sont nos connaissances ? Archéologie Suisse, n° spécial 125 ans de recherches lacustres, 2, 1, 1979, p. 44-49.

Gallay et al. 1981 : GALLAY (Α.), KAENEL (G.). - Repères archéologiques pour une histoire des terrasses du Léman. Archives Suisses d'anthropologie générale (Genève), 45, 2, 1981, p. 129-157.

Gidon 1962 : GIDON (P.-A.). - La sédimentation post-glaciaire et les palafittes des lacs de Savoie. In : 85e Congrès Nat. Soc. Sav., section d'archéologie, Chambéry-Annecy, 1960. Paris, éd. CTHS, 1962, p. 13-18.

Goury 1931 : GOURY (G.)· - Précis d'Archéologie Préhistorique. L'Homme des cités lacustres. Paris. 1931, 346 p., 146 fig.

Guinier 1909 : GUINIER (Ph.). - La Palafitte néolithique du Lac d'Annecy : les restes végétaux. In : Congrès Préhistorique de France, Compte Rendu de la quatrième session de Chambéry, 1908 (Palafittes de l'époque néolithique). Paris. Schleicher Ed., 1909, p. 567-571.

Hamard 1954 : HAMARD (Α.). - Préhistoire et HommesGrenouilles. Bull. S. P. F. (séance du 25 nov. 1954), 51. 11. 1954, p. 481-484.

Jacquat 1989 : JACQUAT (C.). - Hauterive-Champréveyres, 2. Les plantes de l'âge du Bronze. Contribution à l'histoire de l'environnement et de l'alimentation. Saint-Biaise. Ed. du Ruau (Archéologie neuchâteloise, 8), 113 p., 15 pl.

Jacquot 1994 : JACQUOT (K.). - Paléoécologie et paléoéconomie d'un site de l'âge du Bronze : étude des paléosemences de Chindrieux, Châtillon (lac du Bourget, Savoie). 2 vol., 79 p.,21 fig., 11 tabl., 4 ann. (Mémoire de DEA de l'Univ. de Franche-Comté, Besançon, juin 1994).

Keller 1854 : KELLER (F.). - Die keltischen Pfahlbauten in den Schweizerseen. Mittheilungen der Antiquarischen Gesellschaft in Zürich (MAGZ), 1854, 9, 3, p. 67-101.

Lambert et al. 1976 : LAMBERT (G.), ORCEL (C.). - La dendrochronologie ou le passé lu dans le bois. Un nouveau laboratoire du Musée cantonal d'archéologie. Bibliothèques et Musées, Ville de Neuchâtel, 1976, p.101-110.

Lambert et al. 1977 : LAMBERT (G.), ORCEL (C.). - L'état de la dendrochronologie en Europe occidentale et les rapports entre dendrochronologie et archéologie en Suisse. Archives Suisses d'anthropologie générale, Genève, 41,2,1977, p. 73-97.

Lambert et al. 1990 : LAMBERT (G.), LAVIER (C.). - Dendrochronologie et préhistoire. Bull. S.P.F. , 87, 5, 1990, p. 143-152.

Le Roux 1909 : LE ROUX (M.). - La Palafitte néolithique du Lac d'Annecy : outillage, industrie, faune. In : Congrès Préhistorique de France, Compte Rendu de la quatrième session de Chambéry, 1908 (Palafittes de l'époque néolithique). Paris. Schleicher Ed., 1909, p. 547-566.

Leroyer 1985 : LEROYER (C.). - De l'intérêt de différentes études botaniques sur un gisement archéologique : une démarche interdisciplinaire. Nouvelles de l'Archéologie, 19, printemps 1985, p. 8-12.

Lundstrom-Baudais 1977 : LUNDSTROM-BAUDAIS (K.). - Etude des macro-fossiles des sites littoraux d'Auvernier, Brise-Lames, Clairvaux et Charavines, 377 p., 124 fig. (Mémoire de Maîtrise, Faculté des Lettres, Besançon, 1977).

Magny 1978 : MAGNY(M.). - La dynamique des dépôts lacustres et les stations littorales du Grand Lac de Clairvaux (Jura). Paris. Ed. CNRS, centre de recherches archéologiques (Notes et Monographies techniques, 11), 1978, 222 p., 85 fig·, 8 pl.

Magny 1984a : MAGNY (M.). - Les palafittes aujourd'hui : bilan et perspectives. Un siècle d'archéologie lacustre. RAE, XXXV, 1-2(135-136), 1984, p. 41-61.

Magny 1984b : MAGNY (M.). - Archéologie lacustre et dynamique culturelle. In : Eléments de pré et protohistoire européenne. Hommages à Jacques-Pierre Millotte. Paris. Annales Littéraires de l'Université de Besançon, Les BellesLettres, 1984, p. 243-250.

Magny 1986 : MAGNY (M.). - Histoire d'un paysage. Les apports de sondages à la tarière à l'étude d'une station littorale. In : Petrequin (P.) (dir.), Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-les-Lacs (Jura). I. Problématique générale. L'exemple de la station III. Paris. Ed. Maison des Sciences de l'Homme (Archéologie et culture matérielle), 1986. p. 129-132.

Magny 1987 : MAGNY (M.). - Esquisse d'un modèle pour une approche sédimentologique de séquences holocènes en milieu lacustre carbonaté. In : Travaux français en paléolimnologie, Le Puy-en-Velay, 4-6 octobre 1985. Documents du Centre d'Etudes et de Recherche sur les Lacs, Anciens Lacs et Tourbières (CERLAT), Mémoire n° 1, 1987, p. 181-211.

Magny 1988 : MAGNY (M.). - Sédimentologie lacustre et archéologie. Les Nouvelles de l'Archéologie, 31, printemps 1888. p. 18-20.

Magny 1991 : MAGNY (M.). - Une approche paléoclimatique de l'Holocène : les fluctuations des lacs du Jura et des Alpes du Nord françaises. 2 vol., 633 p., 314 fig., 84 pl., (Thèse de l'Univ. de Franche-Comté, Besançon, juin 1991).

Magny 1992 : MAGNY (M.). - Sédimentation et dynamique de comblement dans les lacs du Jura au cours des 15 derniers millénaires. Revue d'Archéométrie, 16, 1992, p. 27-49.

Magny 1993a : MAGNY (M.). - Un cadre climatique pour les habitats lacustres préhistoriques ? C. R. Acad. Sc., Paris, 316, II, 1993, p. 1619-1625.

Magny 1993b : MAGNY (M.). - Une nouvelle mise en perspective des sites archéologiques lacustres : les fluctuations holocènes des lacs jurassiens et subalpins. Gallia Préhistoire, 35, 1993, p. 253-282.

Magny 1995a : MAGNY (M.). - Une histoire du climat, des derniers mammouths au siècle de l'automobile. Paris. Ed. Errance (Les Hespérides), 1995, 176 p.

Magny 1995b : MAGNY (M.). - Les sédiments des lacs, miroir du climat. La Recherche, 282, déc. 1995, p. 60-65.

Magny 1996 : MAGNY (M.). - Les environnementalistes à la lanterne ? Les Nouvelles de l'Archéologie, 64, été 1996, p. 24-25.

Magny et al. 1981 : MAGNY (M.), OLIVE (P.). - Origine climatique des variations du niveau du lac Léman au cours de l'Holocène. La crise de 1700 à 700 BC. Archives Suisses d'anthropologie générale (Genève), 45, 2, 1981, p. 159-169.

Magny et al. 1985 ; MAGNY (M.), RICHARD (H.). - Contribution à l'histoire du lac du Bourget : recherches sédimentologiques et palynologiques sur le site de Conjux-laChatière (Savoie, France). Revue de Paléohiologie (Genève), 4, 2, 1985, p. 253-277.

Marguet et al. 1984 : MARGUET (Α.), ORCEL (Α.), ORCEL (C.). - Le lac d'Annecy. In : Archéologie des lacs et des rivières. Vingt ans de recherches subaquatiques en France. Annecy, Musée-Château, catalogue d'exposition, juin-octobre 1984, p. 66-69.

Marguet et al. 1988 : MARGUET (Α.), ORCEL (Α.), ORCEL (C.). - Problèmes posés par la fouille et l'interprétation des vestiges d'habitats néolithiques dans le lac d'Annecy. Le Petit-Port à Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie). In : Du Néolithique moyen II au Néolithique final au nord-ouest des Alpes, 12e colloque interrégional sur le Néolithique de l'Est de la France, Lons-le-Saunier, 11-13 oct. 1985. Lons-leSaunier, Musée d'Archéologie et Cercle Girardot, 1988, p. 67-87.

Marguet et al. 1993 : MARGUET (Α.). BILLAUD (Y.). - La fin de la Préhistoire dans le lac du Bourget : trente siècles d'occupations littorales ? In : La Savoie avant l'Histoire, Mémoires et Documents de la Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie, 95. 1993, p. 21-36.

Marguet et al. 1995 : MARGUET (Α.), BILLAUD (Y.), MAGNY (M.). - Le Néolithique des lacs alpins français. Bilan documentaire. In : Chronologies néolithiques. De 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien, Ambérieu-en-Bugey, 19-20 sept. 1992. Documents du Département d'Anthropologie de l'Univ. de Genève, n° 20. Ambérieu-en-Bugey. Société Préhistorique Rhodanienne, 1995, p. 167-196.

Marguier 1993 : MARGUIER (S.). - Mode de dépôt des pollens dans les lacs du Jura : étude du sédiment superficiel et du seston. In : Relations Homme-Milieu. Palynologie et événements cycliques, XIIIe Symposium de l'Association des Palynologues de Langue Française (APLF), Besançon, 20-24 septembre 1993, Livret-Guide de l'excursion 1. Besançon, Laboratoire de Chrono-écologie, 1993, p. 153-158.

Martin-Kilcher 1979 : MARTIN-KILCHER (S.). - Ferdinand Keller und die Entdekung der Pfahlbauten. Archéologie Suisse, n° spécial 125 ans de recherches lacustres, 2, 1, 1979, p. 3-11.

Mignot et al. 1993 : MIGNOT (C.), PETREQUIN (P.). - L'environnement végétal de la station 3 de Chalain : l'apport de l'étude des brindilles et des parois de clayonnage. In : Relations Homme-Milieu. Palynologie et événements cycliques, XIIIe symposium de l'Association des Palynologues de Langue Française (APLF), Besançon, 20-24 sept. 1993, Livret-Guide de l'excursion 1. Besançon, Laboratoire de Chrono-écologie, 1993, p. 139-145.

Monjuvent et al. 1987 : MONJUVENT (G.), NICOUD (G.). - Les paléo-lacs des vallées alpines du Grésivaudan, du Bourget et d'Annecy. France. In : Travaux français en paléolimnologie, Le Puy-en-Velay, 4-6 oct. 1985. Documents du Centre d'Etudes et de Recherche sur les Lacs, Anciens Lacs et Tourbières (CERLAT), Mémoire n°l, 1987, p. 213-231.

Morin-Jean 1908 : MORIN-JEAN ( ?). - La céramique du Lac du Bourget. Essai de classification. Sa place dans l'Archéologie européenne. In : Congrès préhistorique de France, compte rendu de la quatrième session de Chambéry, 1908 (Palafittes de l'âge du Bronze). Paris. Schleicher Ed., 1909, p. 600-609.

Moulin 1991 : MOULIN (B.). - Hauterive-Champréveyres, 3. La dynamique sédimentaire et lacustre durant le Tardiglaciaire et te Postglaciaire. Saint-Biaise. Ed. du Ruau (Archéologie neuchâteloise, 9), 1991, 127 p., 79 fig., 16 pl.

Munro 1908 : MUNRO (R.). - Les stations lacustres d'Europe aux âges de la Pierre et du Bronze (Lake Dwellings - Pfahlbauten - Palafitti). Paris. Schleicher Ed., 1908, 294 p., 81 fig., 35 pl.

Nicoud 1992 : NICOUD (C.). - Habitats littoraux présents et passés : confrontation entre un modèle ethnoarchéologique et une analyse de site archéologique. In : Ethnoarchéologie : justification, problèmes, limites, XIIe rencontres internationales d'Archéolgie et d'Histoire, Antibes, 17-19 oct. 1991. Juan-les-Pains. Ed. APDCA, 1992, p. 239-255.

Olive 1972 : OLIVE (P.). - La région du lac Léman depuis 15000 ans : données paléoclimatologiques et préhistoriques. Revue de géographie physique et de géologie dynamique (Paris), XIV, 3, 1972, p. 253-264.

Orcel 1980 : ORCEL (C.). - Application dendrochronologique à l'étude structurelle de sites archéologiques palustres de Suisse et de France alpine. Revue d'archéométrie (Actes du XXe symposium international d'archéométrie), Bull, de liaison du GMPCA, 1, 1980, p. 25-38.

Orcel et al. 1982 : ORCEL (C.), EGGER (H.). - Analyse dendrochronologique des bois de la station littorale d'Auvernier-Port. In : Billamboz et al., La station littorale d'Auvernier-Port. Cadre et évolution. Auvernier 5. Lausanne. Bibliothèque Historique Vaudoise (Cahiers d'Archéologie Romande, 25), 1982, p. 117-129.

Orcel et al. 1985 : ORCEL (C.). ORCEL (Α.). - Etat de recherches en mars 1985. In : Groupe de travail pour la dendrochonologie. Etat des chronologies 1985. Dendrocronologia, 3, 1985, p. 153-176, 15 fig.

Orcel et al. 1990 : ORCEL (C.), ORCEL (Α.). - Etat des recherches en dendrochronologie de la Préhistoire à l'époque romaine dans les Alpes et leur piémont. In : Colloque sur les Alpes dans l'Antiquité, V, Pila, Vallée d'Aoste, 11-13 sept. 1987. Aoste. Ed. Société Valdôtaine de Préhistoire et d'Archéologie, Bull, d'études préhistoriques et archéologiques alpines, 1990, p. 281-287.

Paret 1958 : PARET (O.). - Le mythe des cités lacustres et les problèmes de la construction néolithique. Paris. Dunod (La nature et l'homme), 1958, 148 p., 71 ftg.

Perrin 1870 : PERRIN (Α.). - Etude préhistorique sur la Savoie spécialement à l'époque lacustre (âge du Bronze). Paris. Reinwald ; Chambéry. Perrin, 1870, 34 p., atlas séparé XX pl.

Pétrequin 1980 : PETREQUIN (P.). - Les cités lacustres. La Recherche, 11, 113, juillet-août 1980, p. 778-785.

Pétrequin 1983 : PETREQUIN (P.). - Etat actuel des connaissances sur les problèmes archéologiques. In : L'habitat lacustre préhistorique, Colloque organisé par la Société de Physique et d'Histoire naturelle, Genève, 19 nov. 1982. Archives des Sciences (Genève), 36, 2, 1983, p. 215-232.

Pétrequin 1986a : PETREQUIN (P.). - Historique des recherches. Les idées et les méthodes. In : Petrequin (P.) (dir.), Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-les-Lacs (Jura). I. Problématique générale. L'exemple de la station III. Paris. Ed. Maison des Sciences de l'Homme (Archéologie et culture matérielle), 1986, p. 13-26.

Pétrequin 1986b : PETREQUIN (P.). - La fouille subaquatique de la station III. In : Petrequin (P.) (dir.). Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-les-Lacs (Jura). I. Problématique générale. L'exemple de la station III. Paris. Ed. Maison des Sciences de l'Homme (Archéologie et culture matérielle), 1986, p. 95-106.

Pétrequin 1986c : PETREQUIN (P.). - La stratigraphie et la dynamique de sédimentation. Le point de vue de l'archéologue. In : Petrequin (P.) (dir.), Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-les-Lacs (Jura). I. Problématique générale. L'exemple de la station III. Paris. Ed. Maison des Sciences de l'Homme (Archéologie et culture matérielle), 1986, p. 107127.

Pétrequin et al. 1985 : PETREQUIN (P.), LUNDSTROMBAUBAIS (K.). - L'approche paléo-ethnobotanique des habitats de milieu humide. Nouvelles de l'Archéologie, 19, printemps 1985, p. 13-22.

Pétrequin et al. 1986 : PETREQUIN (P.) (dir.). Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-les-Lacs (Jura). I. Problématique générale. L'exemple de la station III. Paris. Ed. Maison des Sciences de l'Homme (Archéologie et culture matérielle), 1986, 406 p., ill., graph., tabl., cartes, plans.

Pétrequin et al. 1989 : PETREQUIN (P.) (dir.). Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-les-Lacs (Jura). II. Le Néolithique moyen. Paris. Ed. Maison des Sciences de l'Homme (Archéologie et culture matérielle), 1989, 508 p., ill., graph., tabl., plans.

Pittard 1938 : PITTARD (J.-J.). - Une nouvelle station lacustre dans le lac de Genève (Léman) (station de la Vorze). Archives suisses d'anthropologie générale (Genève), 8, 1, 1938, p. 16-30.

Rabut 1856 : RABUT (L.). - Compte-rendu de la réunion de la Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie. 2, 1856, p. 191-214.

Rabut 1864 : RABUT (L.). - Habitations lacustres de la Savoie. Premier mémoire. Mémoire et documents de la Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie, VIII, 1864, p. 79-145.

Ramseyer 1985 : RAMSEYER (D.). - La dendrochronologie et l'interprétation des structures d'habitats néolithiques. L'exemple de Montilier/Platzbünben (lac de Morat, Suisse). Bull. S.P.F., 82, 1, 1985, p. 20-31.

Reinerth 1932 : REINERTH (H.). - Das Pfahldorf Sipplingen. Schriften des Vereines für Geschichte des Bodensees und seiner Umgebung, 1932, 59, p. 7-144.

Revon 1878 : REVON (L.). - La Haute-Savoie avant les Romains. Paris. Ed. Champion, Annecy. Ed. L'Hoste, 64 p.. 184 fig.

Rhodania 1921 : ANONYME. - Compte-Rendu du 3e Congrès, Besançon, 1921. Rhodania, 1, 1921, Ass. des préhistoriens, des archéologues classiques et des numismates du Bassin du Rhône, n°476, p. 52 ; n°487, p. 87-88.

Richard 1985 : RICHARD (H.). - La méthode palynologique et l'évolution du paysage au Néolithique en Europe occidentale. Nouvelles de l'Archéologie, 18, hiver 1984-85, p. 20-22.

Richard 1989 : RICHARD (H.). - Milieux lacustres. Sciences de la nature et archéologie. In : Archéologie en France métropolitaine. Paris. CNRS (Le courrier du CNRS, 73), sept. 1989, p. 24-25.

Richard 1992 : RICHARD (H.). - Perception palynologique de l'évolution de la végétation riveraine des lacs jurassiens : réalité ou fiction ? In : Archéologie et environnement des milieux aquatiques : lacs, fleuves et tourbières du domaine alpin et de sa périphérie. 116e Congrès Nat. Soc. Sav., Commission de Pré-et Protohistoire. Chambéry, 1991. Paris, éd. CTHS, 1992, p. 149-159.

Ruoff 1973 : RUOFF (U.). - Constructions sur pilotis et archéologie subaquatique. In : L'archéologie subaquatique, une discipline naissante. Paris. Unesco (Musées et monuments, XIII), 1973, p. 125-140.

Ruoff 1981 : RUOFF (U.). - Die Entwicklung des Unterwasserarchäologie im Kanton Zürich. In : Helvetia archaeologica, 12, 45/48, 1981, p. 62-70.

Ruoff 1986 : RUOFF (U.). - La méthode dendrochronologique. In : Chronologie. Datation archéologique en Suisse. Bâle. Société Suisse de Préhistoire et d'Archéologie (Antiqua, 15), 1986, p. 19-24.

Sauter 1955 : SAUTER (M.). - (Correspondance à propos de Préhistoire et Hommes-Grenouilles). Bull. S. P. F. (séance du 24 mars 1955), 52, 3, 1955, p.l 15.

Schaudel 1906 : SCHAUDEL (L.). - Découverte d'une station de l'âge de la Pierre dans le lac d'Aiguebelette (Savoie). Comptes Rendus de l'Association Française pour l'Avancement des Sciences (AFAS), Congrès de Lyon, 1906. Paris [1907], p. 690-692

Schweingruber 1983 : SCHWEINGRUBER (H.). Aspect climatologique et botanique. In : L'habitat lacustre préhistorique, Colloque organisé par la Société de Physique et d'Histoire naturelle, Genève, 19 nov. 1982. Archives des Sciences, 36, 2, 1983, p. 233-245.

Serand 1884 : SERAND (E.). - Palafittes du lac d'Annecy. Revue Savoisienne, Société Florimontane d'Annecy, 12, 1884, p. 101.

Speck 1981 : SPECK (J.). - Pfahlbauten : Dichtung oder Wahrheit ? Ein Querschnitt durch 125 Jahre Forschungsgeschite. In : Helvetia Archaeologica, 12, 45/48, 1981, p. 98-138.

Stöckli 1986 : STOCKLI (W.-E). - Chronologie absolue et relative. In : Chronologie. Datation archéologique en Suisse. Bâle. Société Suisse de Préhistoire et d'Archéologie (Antiqua, 15), 1986, p. 8-18.

Strahm 1975 : STRAHM (C.). - Nouvelles réflexions sur un vieux problème. Eburodunum I (Institut d'archéologie yverdonnoise), 1975, p. 155-163.

Straub 1990 : STRAUB (F.). - Hauterive-Champréveyres, 4. 'Diatomées et reconstitution des environnements préhistoriques. Saint-Biaise. Ed. du Ruau (Archéologie neuchâteloise, 10), 96 p., 24 pl.

Thioly 1868 : THIOLY (F.). - Les habitations lacustres du lac de Genève. Almanach de la Suisse romande, Genève, 1868, p. 3-11.

Troyon 1860 : TROYON (F.). - Habitations lacustres des temps anciens et modernes. Lausanne. Bridel Ed., 1860, Mémoires et Documents, Société d'Histoire de la Suisse Romande, XVII, XII-495 p., XVII pl.

Vernet et al. 1971 : VERNET (J.-P.), MEYBECK (M.), PACHOUD (Α.), SCOLARI (G.). - Le Léman : une synthèse bibliographique (géologie, structure, sédimentation et hydrologie). BRGM deuxième série, section IV, 2, 1971, p. 47-84.

Vivian et al. 1991 : VIVIAN (R.) (dir.). - Paléoenvironnement holocène et archéologie dans les Alpes du Nord et leur piémont. Paris, éd. CTHS, Section de préhistoire et de protohistoire (Documents préhistoriques, 1), 1991, 184 p., fig., tabl.

Vogt 1951 : VOGT (E.). - Das steinzeitliche Uferdorf Egolzwil 3 (Kt. Lüzern). Zeitschrift für schweizerische Archaologie und Kunstgechichte, 1951, 12,4, p. 193-215.

Voruz 1991 : VORUZ (J.-L.). - Le Néolithique suisse. Bilan documentaire. Genève. Documents du Département d'Anthropologie et d'Ecologie de l'Université de Genève, 17, 1991, 173 p., 31 fig., 4 cartes, 20 pl.

Vouga 1934 : VOUGA (P.). - Le Néolithique lacustre ancien. Neuchâtel. Univ. Faculté des Lettres (Recueil des Travaux publiés par la Faculté, 17), 1934.

Document

Cupillard et al. 1994 : CUPILLARD (C.), MAGNY (M.), RICHARD (H.), RUFFALDI (P.), MARGUIER (S.). - Mésolithisation et néolithisation d'une zone de moyenne montagne : évolution du peuplement et du paysage de la haute vallée du Doubs. 120 p., 54 fig., (Rapport ATP, Archéologie métropolitaine, Besançon, Lab. de Chrono-écologie, janv. 1994).

Annexes

Planches

PI. 1 - Liste des analyses 14 C réalisées par le CNRAS/DRASSM et l'AREOLL, depuis 1980 , pour des vestiges lacustres des périodes comprises entre 9000 BP et l'Actuel

PI. 1 - Liste des analyses 14 C réalisées par le CNRAS/DRASSM et l'AREOLL, depuis 1980 , pour des vestiges lacustres des périodes comprises entre 9000 BP et l'Actuel

(* Datations 14C calibrées d'après Pearson et al., 1986 & Stuiver, Becker, 1986) (Archéolabs CALIB. 2-1)

Pl. 2 - Tableau des séquences dendrochronologiques des Alpes du Nord datées de l'âge du Bronze (ancien et final) dans les lacs savoyards, à partir des bois de chêne (Quercus) et de sapin (Abies)

Pl. 2 - Tableau des séquences dendrochronologiques des Alpes du Nord datées de l'âge du Bronze (ancien et final) dans les lacs savoyards, à partir des bois de chêne (Quercus) et de sapin (Abies)

* Abies. ( ) avec réserve. calage radiocarbone.
Analyses Laboratoire Romand & Dendrochronologie et Archéolabs ; prélèvements CNRAS/DRASSM & AREOLL.

Pl. 3 - Tableaux des opérations de prospections-sondages réalisées, depuis 1981, par l'AREOLL, le CALAS et le CNRAS/DRASSM dans le cadre du recensement des gisements sous-lacustres pré-et protohistoriques savoyards. Les gisements ayant fait l'objet de prélèvements pour les analyses 14C, dendrochronologiques, sédimentologiques et palynologiques sont signalés, ainsi que ceux présentant des limons teintés (LT) et des fumiers de matières organiques conservés (FMO).

Pl. 3 - Tableaux des opérations de prospections-sondages réalisées, depuis 1981, par l'AREOLL, le CALAS et le CNRAS/DRASSM dans le cadre du recensement des gisements sous-lacustres pré-et protohistoriques savoyards. Les gisements ayant fait l'objet de prélèvements pour les analyses 14C, dendrochronologiques, sédimentologiques et palynologiques sont signalés, ainsi que ceux présentant des limons teintés (LT) et des fumiers de matières organiques conservés (FMO).

*Intervention CNRAS/Responsable A. Marguet

Notes

1 Présentées par A. Marguet sous la forme de deux communications lors des entretiens des 17 et 18 novembre 1995 (1. La protohistoire des lacs alpins ; 2a. Les lacs savoyards), ces contributions sont réunies ici en un seul texte. L'exposé de A. Bocquet (2b. Le Dauphiné), essentiellement consacré à ses travaux sur le gisement néolithique de Charavines, Les Baigneurs et plus particulièrement sur les résultats obtenus dans les domaines de l'organisation spatiale des vestiges et de l'évolution architecturale des structures d'habitation, a déjà fait l'objet d'articles (voir notamment Christien et al. 1993, p. 63-71 et Bocquet 1995, p. 25-33).

2 Bien qu'installé dans un contexte géographique assez semblable, le lac de Paladru, rattaché au domaine isérois du Bas-Dauphiné, n'est pas pris en compte dans cette contribution ; on se reportera donc, pour ce qui concerne le seul gisement néolithique repéré sur son rivage, Charavines, Les Baigneurs, aux travaux publiés par A. Bocquet et largement cité en bibliographie (Bocquet 1990, p. 205-209 ; Bocquet 1995, p. 25-33).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 1- Liste des analyses 14C réalisées par R. Laurent, dans les années 1960-1970, pour des vestiges lacustres des périodes comprises entre 5000 et 2000 BP
Légende * Datations 14C calibrées d'après Pearson et al., 1986 & Stuiver, Becker, 1986Archéolabs CALIB. 2-1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre 2- Situation géographique des lacs d'Aiguebelette, du Bourget, d'Annecy et du Léman dans les Alpes de Savoie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 3- Répartition planimétrique des pilotis topographiés sur le gisement de l'âge du Bronze ancien de Sévrier, Les Mongets (Haute-Savoie, lac d'Annecy)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 4- Plan bathymétrique et définition des emprises archéologiques, à niveaux organiques en place (hachures serrées) et à indices de limons teintés par lessivage des fumiers (hachures larges), déterminées par les carottages sur le gisement de l'âge du Bronze final de Brison-St.-Innocent, Grésine-Ouest (Savoie, lac du Bourget)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 5- Tableaux du nombre des gisements sous-lacustres
Légende Par période chronologique
Crédits À partir des données bibliographiques (Bocquet et al. 1976a) et à la suite des travaux d'inventaire du CNRAS/DRASSM et de l'AREOLL (début 1997)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 6- Cartes de localisation des gisements sous-lacustres du Néolithique (en noir) et de l'âge du Bronze (en blanc) de l'espace savoyard et haut-savoyard
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre 7- Sévrier, Le Crêt-de-Chatillon (Haute-Savoie, lac d'Annecy)
Légende Diagramme de présentation de la première séquence dendrochronologique datée pour le chêne, référence 9000ACH située entre les années-1022 et-900, pour un gisement de l'âge du Bronze final des Alpes du Nord (Rapport du Laboratoire Romand de Dendrochronologie LRD5/R1395 du 06.02.1985)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 8- Représentation graphique des séquences dendrochronologiques (Quercus et Abies) et des phases d'abattage datées pour les gisements lacustres du Néolithique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 9- Représentation graphique des séquences dendrochronologiques (Quercus et Abies) et des phases d'abattage datées pour les gisements lacustres de l'âge du Bronze
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 10- Datations 14C calibrées (2 sigma) et périodes d'abattage datées par la dendrochronologie
Légende Bilan des connaissances, en septembre 1996, à partir des prélèvements réalisés par le CNRAS sur les gisements sous-lacustres du lac d'Aiguebelette (Savoie)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 11- Datations 14C calibrées (2 sigma) et périodes d'abattage datées par la dendrochronologie
Légende Bilan des connaissances, en septembre 1996, à partir des prélèvements réalisés par l'AREOLL, le CALAS et le CNRAS/DRASSM sur les gisements sous-lacustres du lac du Bourget (Savoie)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 12- Datations 14C calibrées (2 sigma) et périodes d'abattage datées par la dendrochronologie
Légende Bilan des connaissances, en septembre 1996, à partir des prélèvements réalisés par l'AREOLL et le CNRAS sur les gisements sous-lacustres du lac d'Annecy (Haute-Savoie)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 13- Datations 14C calibrées (2 sigma) et périodes d'abattage datées par la dendrochronologie
Légende Bilan des connaissances, en janvier 1997, à partir des prélèvements réalisés par le CNRAS/DRASSM sur les gisements sous-lacustres de la rive française du lac Léman (Haute-Savoie)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre PI. 1 - Liste des analyses 14 C réalisées par le CNRAS/DRASSM et l'AREOLL, depuis 1980 , pour des vestiges lacustres des périodes comprises entre 9000 BP et l'Actuel
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende (* Datations 14C calibrées d'après Pearson et al., 1986 & Stuiver, Becker, 1986) (Archéolabs CALIB. 2-1)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Pl. 2 - Tableau des séquences dendrochronologiques des Alpes du Nord datées de l'âge du Bronze (ancien et final) dans les lacs savoyards, à partir des bois de chêne (Quercus) et de sapin (Abies)
Légende * Abies. ( ) avec réserve. calage radiocarbone.Analyses Laboratoire Romand & Dendrochronologie et Archéolabs ; prélèvements CNRAS/DRASSM & AREOLL.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Pl. 3 - Tableaux des opérations de prospections-sondages réalisées, depuis 1981, par l'AREOLL, le CALAS et le CNRAS/DRASSM dans le cadre du recensement des gisements sous-lacustres pré-et protohistoriques savoyards. Les gisements ayant fait l'objet de prélèvements pour les analyses 14C, dendrochronologiques, sédimentologiques et palynologiques sont signalés, ainsi que ceux présentant des limons teintés (LT) et des fumiers de matières organiques conservés (FMO).
Légende *Intervention CNRAS/Responsable A. Marguet
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1497/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 753k

© Alpara, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access