Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamique du paysage

 | 
Jean-Paul Bravard
, 
Michel Prestreau

Géoarchéologie des vallées et cours d'eau

Paléodynamique du site fluvial de Lyon depuis le Tardiglaciaire

Jean-Paul Bravard, Agnès Vérot-Bourrély et Odile Franc

Note de l’auteur

Avec la collaboration de Catherine Arlaud

Texte intégral

Les auteurs tiennent à manifester leur reconnaissance aux archéologues de l’AFAN qui leur ont permis d’avoir accès aux résultats obtenus sur les chantiers de fouilles, au Service Municipal d’Archéologie de Lyon ainsi qu’au Service Régional de l’Archéologie de Lyon. Une partie des dates 14C mentionnées dans le texte a été financée par le Conseil Régional du Rhône ; les analyses ont été réalisées au laboratoire de Radiocarbone de l’Université Lyon 1 ainsi qu’à Archéolabs et au laboratoire de Gif-sur-Yvette. Une lecture critique d’A. Desbats et de P-G. Salvador a permis d’améliorer la première version du texte.

1Les Lyonnais manifestent un véritable intérêt pour l’histoire de leurs cours d’eau. La première découverte pour l’époque contemporaine fût celle d’un quai romain signalée en 1846 par l’archéologue Artaud (p. 175). Un souci constant depuis le milieu du XIXe s. a été de reconstituer le dessin du réseau hydrographique à l’époque romaine au pied des collines de Fourvière et de la Croix Rousse. Les grandes questions étaient de localiser l’emplacement de la confluence de la Saône et du Rhône et de préciser le dessin d’anciens bras fluviaux ouverts en travers de la presqu’île. Dans la synthèse qu’il a proposée, A. Desbat (Desbat 1982) fait état des découvertes et des hypothèses concurrentes : la solution suggérée par Ph. Russo et A. Audin (1961 et 1964), qui dessinent un bras du Rhône à hauteur des Jacobins, est alors la version « consacrée par l’usage » mais elle reste une « supposition ». En effet, les fouilles réalisées à la fin des années 1970 n’avaient encore apporté aucune preuve déterminante et faisaient au contraire douter de la présence d’un bras fluvial actif en travers de la presqu’île, à l’époque romaine.

1- Localisation des sites archéologiques dans les plaines de Vaise et de Lyon-ville

1- Localisation des sites archéologiques dans les plaines de Vaise et de Lyon-ville

1 : Périphérique nord (A. Speller), 2 : Place de Paris (J.-L. Joly), :10, rue Marietton (M. Monin). 4 : Place Valmymétro (M. Le Nezet-Célestins), 5 : ZAC Charavay (J.-P. Lascoux), 6 : Rue du Docteur Horand (C. Bellon), 7 : Rue Sergent Berthet-métro (O. Franc), 8 : Quai Arloing (L. Tranoy), 9 : Station de métro Gorge-de-Loup (J. Burnouf), 10 : Place Tolozan (C. Becker), 11 : Opéra (F. Reynault), 12 : ZAC Saint-Vincent (J.-P. Lascoux), 13 : Terreaux-LPA (C. Arlaud), 14 : Bourse-LPA (C. Arlaud), 15 : Ilôt 24-rue de la Monnaie (L. Jacquin), 16 : Rue Palais Grillet (G. Ayala), 17 : République-Childebert L.P.A (C. Arlaud), 18 : Tramassacmétro (J. Burnouf), 19 : Avenue Adolphe Max-métro (F. Villedieu), 20 : Célestins-L.P.A. (C. Arlaud), 21 : Ilôt Clément V (V. Monnoyeur), 22 : Faculté catholique (M. Monin), 23 : Kiosque Bellecour (C. Becker), 24 : Places Bellecour-Antonin Poncet - métro (J. Burnouf), 25 : Place Antonin Poncet-L.P.A. (C. Becker), 26 : Place Gailleton (D. Marchianti).

2Si le site primitif de Lyon est en général associé à la colline de Fourvière, les plaines alluviales de la Saône et du Rhône ont constitué des espaces essentiels pour le développement de la ville historique puis de l’agglomération contemporaine.

3Dès l’époque romaine, les bords de la Saône étaient occupés et la presqu’île connaissait un début d’urbanisation dans un environnement de lônes et de brotteaux réputés peu hospitaliers, voire répulsifs, par l’historiographie lyonnaise ; il faudra attendre la fin du XVIIIe s. pour que la rive gauche du Rhône connaisse un développement rapide, même si des têtes de pont avaient été établies sans doute dès l’époque romaine. Quant à la plaine de Vaise, jusqu’à une date récente, on ne considérait pas qu’elle fasse réellement partie du site urbain de Lyon.

4La compréhension des conditions de formation des plaines alluviales et de leur occupation à Lyon même, s’est depuis peu élargie aux environs de la cité. La tâche est délicate car le lit majeur du Rhône est une surface topographique très peu différenciée. Du confluent de l’Ain à Lyon, soit sur une distance de plus de 30 km, les dénivellations transversales n’y excèdent pas 2-3 m pour une largeur de plusieurs kilomètres. Des talus ont été identifiés là où les divagations ont pu retailler des niveaux anciens à la faveur du resserrement du lit majeur ; ailleurs, la confusion entre les niveaux est due à l’égalisation de la surface topographique par les dépôts successifs de limons de débordement. A la fin du XVIIIe s., cependant, un niveau inondable par les « grandes crues » était distingué des « surfaces inondées lors des crues ordinaires » en rive gauche du Rhône sur les communes de Villeurbanne et Lyon (Bravard, 1987). Un document fiable, l’Atlas du Cours du Rhône au 1/10 000e (Ponts et Chaussées, 1857-1866), représente les surfaces touchées par la crue centennale de 1856 et les surfaces épargnées dans la plaine alluviale formée des « alluvions modernes » de la carte géologique. Avant que les grands travaux de génie civil aient affecté la morphologie et les écoulements, le lit majeur était une surface inégalement soumise aux débordements fluviaux. Il faut chercher l’origine de cette complexité dans l’histoire de la mise en place du remplissage sédimentaire.

5Depuis 1982, les opérations de prospection et de fouille archéologiques réalisées à Lyon ont intégré de simples observations géomorphologiques ou des études détaillées (fig. 1) ; d’autres spécialités ont été d’ailleurs associées sur certains sites, comme la palynologie et la malacologie. Les travaux de percement du métro, de construction de parkings souterrains et le chantier du Périphérique Nord ont donné des moyens matériels très appréciés mais des opérations de rénovation urbaine plus modestes, en particulier à Vaise, ont apporté une moisson de faits et permis de couvrir un territoire plus vaste dans les périmètres comportant un risque archéologique identifié. Par ailleurs, une prospection géomorphologique soutenue par le Service de l’Archéologie a été réalisée dans la plaine alluviale du Rhône entre le confluent de l’Ain et les quartiers de la rive gauche à Lyon ; elle a permis d’obtenir des informations précieuses pour la compréhension de la mise en place du remplissage sédimentaire de la plaine alluviale.

6Nous présentons ci-dessous les données collectées depuis une quinzaine d’années en réactualisant une première ébauche de la question (Macé et al. 1993). Le plan diachronique a été retenu car il permet de présenter une reconstitution des étapes successives de la mise en place des plaines depuis environ 15 000 ans sans donner un poids excessif à des observations détaillées mais encore trop ponctuelles.

La dynamique des plaines du Rhône et de la Saône au Tardiglaciaire et au début de l’Holocène

La fin des temps glaciaires : un enfoncement majeur du Rhône et de la Saône

Les terrasses fluvio-glaciaires du Rhône et de la Saône

7Les étapes de la dernière déglaciation dans l’Est lyonnais, présentées de manière détaillée par P. Mandier (Mandier 1988), sont matérialisées par une série de terrasses fluvio-glaciaires emboîtées. Elles sont expliquées par trois « pulsations majeures » du glacier du Rhône au Würm récent dans la région du confluent Ain-Rhône et de l’arc de Grenay, à une trentaine de kilomètres à l’amont de Lyon ; ce sont :

  • le stade d’avancée Β correspondant au maximum du Würm (culminant sans doute vers 20 000-18 000 B.P.).

  • les stades C et D (Charvieu - La Valbonne) qui ont produit des ensembles de moraines et terrasses fluvio-glaciaires de récession, comme la terrasse caillouteuse de la Guillotière à Lyon (stade C).

  • la phase de décrépitude glaciaire, ou stade E, a donné la terrasse de Chesne (dans l’ombilic de la Verpillière) que P. Mandier prolonge par les couloirs de creusement de la terrasse de la Valbonne (aval du confluent de l’Ain, en rive droite) à 192-190 m. Il n’existe, à ce jour, aucun élément de datation de la terrasse de Chesne, mais P. Mandier la corrèle avec prudence avec la « très basse terrasterrasse » de la gare de triage de Chasse-sur-Rhône, à l’aval de Lyon, l’argument étant qu’il s’agit du dernier niveau au-dessus de la plaine holocène ; la datation radiocarbone d’os de bisons découverts dans cette dernière a donné 14350 +/-290 B.P (Ly - 653) et 12120 +/-180 B.P. (Ly - 723).

8Dans la plaine de la Saône aval, les prospections géo-archéologiques récentes ont permis de dater la basse terrasse sableuse qui ceinture la plaine de Vaise à une altitude relative de 6 à 12 m par rapport à la plaine actuelle (fig. 2). L’inégale altitude du sommet de cette terrasse (entre 170,50 m et 176,50 m) est due à l’altération de sa morphologie par l’érosion latérale de la Saône et par les écoulements issus du versant au Tardiglaciaire et à l’Holocène. Des fragments de bois flottés, découverts à une profondeur de 10 m (163,20 m NGF) dans la basse terrasse, rue du Sergent Berthet, ont été datés 17 560 +/-180 B.P. (Ly - 26, OxA - 4406) (Franc, 1993a). Par ailleurs, des coquilles de malacofaunes ont été datées de 15265 +/-125BP (Ly - 197) à l’altitude de 174,98 m sur le site d’anciens bassins de la SNCF. En accord avec cette datation, la malacofaune présente une « association à Pupilla » représentative du Pléniglaciaire supérieur (Limondin In : Franc 1996). La stratigraphie et la pétrographie permettent d’associer ces deux formations distantes de 1,5 km.

2. Coupe nord-sud dans le remplissage sédimentaire de la plaine de la Saône à Vaise

2. Coupe nord-sud dans le remplissage sédimentaire de la plaine de la Saône à Vaise

9Ces deux dates suggèrent une accumulation sableuse considérable vers 18 000 – 15 000 B.P., soit à une période correspondant au Pléniglaciaire supérieur et au début de la récession si l’on accorde foi à la datation sur coquilles qui rajeunit peut-être la formation. L’hypothèse la plus plausible est que l’accumulation fluvio-glaciaire du Rhône (terrasse de la Guillotière) faisait barrage aux écoulements de la Saône ; celle-ci accumulait dans un environnement fluvio-lacustre à une période que l’on peut corréler avec les stades C et D de P. Mandier (op. cit.), si l’on se fie aux dates radiocarbone ; comme il est logique que les mêmes processus aient joué durant le maximum du Würm (stade B), on est tenté de vieillir la terrasse de la Guillotière et de la rattacher elle-même au stade B.

Des lits fluviaux très bas au Bölling et à l’Allerød

10La période comprise entre le Bölling inclus et le début de l’Holocène était mal connue jusqu’à une date récente. Des prospections réalisées dans la plaine de Vaise ont apporté des éléments déterminants pour dater des niveaux de la Saône situés sous le lit majeur actuel (fig. 1,2).

  1. Au n° 10 de la rue Marietton, une date a été obtenue sur un niveau organique reposant sur un cailloutis qui représente le plancher alluvial de la Saône à 161,15 m : 12 215 +/-210 B.P. (Lyon - 219 OxA) (Monin et al. 1995).

  2. Le plancher caillouteux a aussi été atteint entre 157,70 m (Place de Paris) et 155,30 m (Place Valmy) sous la plaine de Vaise. La base des alluvions fines sus-jacentes a pu être datée grâce à la présence de matière organique :

    • Place de Paris : 11 900 +/-120 B.P. (Ly - 6107) à la cote 159,40 m. Le niveau sableux daté a livré une malacofaune de bord de rivière à espèces de milieux lénitiques et lotiques (Mouthon In litteris) (Franc 1993b) ;

    • Place Valmy : 11 880 +/-120 B.P. (Ly - 6544) à la cote 155,60 m et 11 600 +/-140 B.P. (Ly - 6545) à la cote 156,40 m. Le cailloutis est ici surmonté par 4 m d’argiles noires à feuillets de débris organiques et minces lits de sable fin (Le Nezet-Célestins et al 1993).

11Ces dates et les altitudes des dépôts permettent de proposer l’hypothèse d’un enfoncement progressif de la Saône qui aurait atteint 161 m à la fin du Bölling (vers 12 200 B.P), puis 159, 40/155,60 m au début de l’Allerød (vers 11 900-11 600 B.P). La dénivellation de 3 m existant entre les cotes des dépôts datés de l’Allerød peut s’expliquer par l’existence d’irrégularités topographiques modelées par la dynamique de la Saône (chenaux et bancs).

12L’Allerød (12 000 – 11 000 B.P.) est une période de calme hydrologique et morphodynamique réputée favorable à une sédimentation fluviale à dominante de fines et de matière organique.

13Des dépôts analogues sont identifiés depuis 1865 dans la vallée de la Saône puisque Falsan et Locard récoltèrent à la Caille, dans le quartier de Vaise (à 2 km à l’amont de l’ancienne Ecole vétérinaire), une série de mollusques dans des argiles dites « lacustres ». En 1880, Locard localise cette couche en rive gauche de la Saône, vers l’octroi du quai de Serin. En 1882, il la retrouve sous les sables et graviers du « cirque » de Vaise avec sa faune malacologique « si caractéristique », des restes de mammifères et des débris végétaux. Dans la vallée de la Saône, mais plus à l’amont, ces argiles furent également repérées par A. Arcelin (Arcelin 1870) à Fleurville, leur malacofaune, de type « moderne », lui permettait de leur attribuer une origine fluviatile dans un environnement climatique cependant « assez sévère ». Des argiles semblables ont pu être datées de l’Allerød à Varennes-les-Mâcon (Ayroles et Combier, 1969 ; Combier et Floss, 1994).

14Dans la plaine du Rhône à Lyon, ces argiles semblent avoir été anciennement décrites, mais n’ont jamais fait l’objet de datation radiocarbone. Citons les observations faites par Locard (1882) à la faveur du creusement de puits. Aux Brotteaux et à la Guillotière, au Parc de la Tête d’Or (sur le site de l’Exposition internationale), cet auteur note l’existence d’une couche d’argile grise plus ou moins bleuâtre, renfermant des coquilles blanchâtres. Intercalée dans les graviers, cette couche discontinue est signalée à une profondeur constante de 10 à 12 m, ce qui la situerait aux alentours de 152-154 m NGF, cotes compatibles avec les découvertes de Vaise. Locard (1882) note que la couche d’argile fait défaut sous la presqu’île mais des marnes blanches se retrouvent à partir d’une profondeur de 12,50 m et avec une épaisseur de 4 m à 4,50 m sur le site de l’Arsenal. Grâce à Locard, ces argiles sont également connues à Gerland et à Ban (Givors). Leur faune, qui appartient à des « eaux douces, claires et limpides », est semblable à l’actuelle. Par la suite, L. Germain (Germain 1911) a étudié la malacofaune des « terres de losne » de la Mouche et Gerland utilisées dans les tuileries : compactes à la base et pouvant atteindre une épaisseur de 4 m, elles s’enrichissent en sable vers le haut ; la faune est celle d’eaux « froides, calmes et vaseuses » et correspond à un climat « plus clément que celui contemporain de la faune du loess ».

Une hypothèse : l’incision du talweg des grands cours d’eau au Tardiglaciaire

15Quelle est la cause de la présence de ce niveau argilo-organique à une cote aussi basse ?

16F. Bourdier (Bourdier 1961) émit l’hypothèse d’une subsidence de la plaine de la Saône pour expliquer la présence des argiles de la Caille et des graviers sous-jacents dans la basse vallée. Ces observations géomorphologiques et ces dates tendent plutôt à prouver qu’une phase d’incision intense et rapide s’est produite dès avant l’Allerød dans la plaine de la Saône, c’est-à-dire au Bölling (12 700 – 12 000 Β.P.). Il n’est pas possible d’admettre un enfoncement du cours de la Saône à cette période sans envisager l’enfoncement corrélatif du cours du Rhône. Le fleuve est en effet le moteur de la dynamique dans le système fluvial régional, du fait des caractéristiques de son régime hydrologique, de l’importance du volume de sa charge de fond et de sa pente liée au calibre des matériaux.

17On émettra donc l’hypothèse d’un enfoncement du talweg du Rhône au Bölling sous le niveau de son lit majeur actuel ; cette évolution affecta la Saône aval, probablement par érosion régressive (Bravard, 1997). Il est à noter que la vidange sédimentaire de la plaine de Vaise a été facilitée par le caractère affouillable des matériaux sablo-limoneux stockés au Würm. Tout comme la Saône, qui suit le niveau de base rhodanien, les ruisseaux qui descendent des versants de La Duchère (Vaise) ajustaient, par érosion régressive, leur profil en long au niveau de remplissage de la plaine. Ainsi les alluvions d’un talweg ancien sont-elles datées, sur le site du Périphérique Nord, de 11 235 +/-95 B.P. (Ly - 196, OxA) à 4 m sous le niveau supérieur de la terrasse.

18Un argument supplémentaire en faveur de l’enfoncement du Rhône et de la Saône est la présence d’une épaisse séquence de sable et gravier de Saône sous la presqu’île à Lyon : le sommet de cette accumulation est coté entre 157 et 155,50 m sous le quartier Saint-Jean et entre 156 et 152,50 sous la place Bellecour ; le dépôt n’a pu être réalisé que par des cours d’eau coulant à un niveau sensiblement plus bas que de nos jours. Comme le toit de cette formation s’abaisse plus rapidement vers l’est qu’il est de règle dans une plaine alluviale (la dénivellation moyenne serait de 3 à 4 m en 1 km selon les données de sondages de la SEMALY), la surface sommitale de cette accumulation doit correspondre à un ravinement par les cailloutis rhodaniens déposés ultérieurement.

19Ce scenario est cependant en contradiction avec la date de 12 120 +/-180 B.P. obtenue pour la très basse terrasse de Chasse qui se situe en contre-haut du lit majeur du Rhône actuel. Il convient peut-être de vieillir quelque peu ce niveau ou de ne prendre en compte que la datation à 14 300 B.P. (il est tentant de corréler cette terrasse de Chasse avec le stade D de P. Mandier et d’en faire un jalon dans le processus d’incision conduisant au talweg en place à la fin du Bölling et à l’Allerød ; dans ce cas les terrasses à forte pente du stade E, présentes à 30 km à l’amont de Lyon, seraient à rattacher au Boiling, donc à un niveau présent sous le lit majeur du Rhône à Lyon).

20Quant aux causes de l’incision des talwegs fluviaux, il convient de faire référence aux explications qui ont été avancées ailleurs pour expliquer le même phénomène. Dans les Alpes du Sud, la reconquête forestière par les pinèdes se fait au Boiling (Jorda, 1980), la période Bölling - Allerød constituant un interstade tardiglaciaire fortement apparenté au Post-glaciaire classique (Jorda, 1988). La couverture des versants réduit l’intensité des flux minéraux grossiers et favorise l’incision des talwegs ainsi qu’une sédimentation à dominante organique (Rosique, 1996). Cette situation n’est qu’en apparence contradictoire avec les observations de Campy et al. (1994) qui caractérisent la période 12 000 – 9 000 B.P. dans le HautJura par l’importance assez constante des processus mécaniques et du détritisme grossier : comme le notent les auteurs, c’est que la proximité géographique des sources sédimentaires mobilisables que constituent les moraines würmiennes fraîches ne permettrait pas à la colonisation forestière en cours de contrôler efficacement la fourniture sédimentaire dans les hauts bassins.

La réaccumulation sédimentaire de la charnière Tardiglaciaire - Holocène (11 000 – 8 000 B.P.)

21Une réaccumulation grossière par les cours d’eau a été identifiée au Dryas final. Bien connue dans d’autres régions, elle a été attribuée à une phase brutale de refroidissement climatique. Celui-ci s’est traduit par l’abaissement de la limite supérieure des arbres de 200 m dans les Alpes et le Jura et par l’ouverture de la couverture forestière au profit des pelouses. La morphogenèse était alors plus active et les flux détritiques, intenses, ont permis une réaccumulation dans les fonds de vallées (Jorda, 1985 ; Rosique, 1996).

3- Datation absolue des unités spatiales des plaines du Rhône et de la Saône

3- Datation absolue des unités spatiales des plaines du Rhône et de la Saône

22Dans la plaine du Rhône à l’amont de Lyon, des datations aussi systématiques que possible ont été réalisées sur le matériel organique trouvé dans les excavations ouvertes dans la plaine alluviale à l’occasion de l’exploitation de carrières, de l’ouverture de tranchées, de fouilles préalables à la construction d’immeubles, de campagnes de prospection et de fouilles archéologiques (tableau 1 et fig. 3). Une petite partie de l’information a pu être sauvée, mais elle permet d’opérer un constat, celui d’une réaccumulation acquise au Préboréal à un niveau supérieur à ce que furent, par la suite, les niveaux fluviatiles holocènes. Ce bas niveau a été repéré et daté sur trois sites :

  • À la Boisse (lieu-dit Pré Rands), un tronc de sapin a été découvert à la cote 179 m dans un chenal de tressage remblayé par des sables graveleux à stratification entrecroisée ; ce chenal est localisé sur la marge nord de la plaine au pied de la

  • des Dombes. Il a été daté 9960 +/-70 B.P. ou 9875-9040 cal B.C. après calibration (ARC - 484).

  • À Meyzieu (lieu-dit La Rubina), un tronc a été découvert dans les cailloutis, enfoui à une profondeur de 1-2 m, à l’occasion de la prospection archéologique réalisée avant la construction de l’autoroute A 46 Nord. Ce tronc date à 9120 +/-135 B.P. (Ly - 5439) un niveau perché de + 2,5 m par rapport à la plaine moderne.

  • À Villeurbanne (lieu-dit Grand’Poste), un tronc, récolté dans les alluvions caillouto-sableuses d’un banc dont le toit cote 164 m, a été daté 9 090 +/-150 B.P. (Ly - 3746). Un chenal voisin, remblayé sur 2,5 m par des lits minéraux (limono-argileux) et organiques (feuilles) a fourni un âge de 8150 +/-150 B.P. (Ly - 3747). Ce dernier élément nous assure que le tronc précédent a été fossilisé avant la fin du Boréal et qu’il ne s’agit pas d’un remaniement holocène postérieur. Si l’arbre est mort à la fin du Préboréal, il a cependant pu être repris et redéposé au Boréal.

Tableau 1 - Liste des dates radiocarbone obtenues dans la plaine alluviale Rhône (du confluent de l’Ain à Lyon) et de la Saône (Vaise)

Tableau 1 - Liste des dates radiocarbone obtenues dans la plaine alluviale Rhône (du confluent de l’Ain à Lyon) et de la Saône (Vaise)

23Quoiqu’il en soit, ces trois dates démontrent qu’un important remblaiement alluvial est acquis au Préboréal ou au plus tard à la fin du Boréal à l’amont de Lyon. Une épaisseur minimum de 5 à 6 mètres de cailloutis sur une largeur moyenne de 3 km signifierait qu’un volume minimum de 15 à 20 106 m3/km se serait déposé dans la plaine alluviale entre l'Allerød et la fin du Boréal. Ce remblaiement a très probablement débuté au Dryas final en rive droite. Les deux sites de rive gauche sont plus récents et très certainement d’âge préboréal-boréal. Ces trois sites se raccordent assez bien et forment un niveau d’une altitude relative de + 2 m +/-1 m par rapport au sommet des bancs caillouteux du Rhône moderne. Si le maximum du remblaiement a été acquis dès le Dryas final (ce que rien ne démontre), les niveaux préboréaux manifesteraient déjà une tendance à la réincision ; on peut aussi bien admettre un fonctionnement du Rhône dans le plan d’un niveau à peu près constant entre ca 11 000 B.P. et 9 000 B.P. Le paléochenal boréal de la Grand’Poste de Villeurbanne parait correspondre à un fonctionnement résiduel du niveau préboréal-boréal car son remblaiement est postérieur à un exhaussement sableux du banc caillouteux et possède un remplissage traduisant également un faible dynamisme des flux (Bravard et Evin 1989). Ce chenal peut être rapproché de celui qui fut étudié à proximité par David et Méon-Vilain (1964) ; comme le précédent, il fut attribué au Boréal sur la foi des analyses polliniques.

La dynamique fluviale de l’Atlantique à l’époque moderne

Une probable phase de faible activité fluviale à l’Atlantique ancien (6 800-6 700/5 800 B.P.) suivie d’une phase de forte activité à l’Atlantique récent (5 800 – 5 400 B.P.)

Les éléments datés

24Une série de dates groupées dans l’Atlantique récent est maintenant disponible mais leur interprétation doit être maniée avec prudence. Il s’agit de dates authentifiant le fonctionnement résiduel de bras fluviaux entaillant une paléoterrasse et de dates portant sur des troncs subfossiles découverts dans le corps du remplissage caillouteux et emboîtés dans ces niveaux. Nous distinguerons deux ensembles géographiques, le secteur de la plaine alluviale à l’amont de Lyon et le site de Lyon-Villeurbanne.

25Au premier ensemble appartiennent les sites suivants :

  1. La Cote (Balan, Ain) où la matière organique de remplissage d’un bras mort est datée 5 580 +/-140 B.P. ou 4 720-3 975 cal. BC (Ly – 3 820). Il s’agit d’une basse terrasse perchée d’environ 2 m par rapport à la plaine moderne.

  2. Les carrières (La Boisse, Ain) où un tronc a été daté 5 820 +/-65 B.P. ou 4 847 – 4 538 cal. BC (Ly – 5 797).

  3. La gravière Paruto (Beynost, Ain) où un fragment de tronc remonté d’une profondeur de 10 m, selon l’auteur du prélèvement, a été daté 5 655 +/-60 B.P. ou 4 674 – 4 355 cal. BC (Ly – 6 217).

26Ces deux derniers sites sont dans le plan d’un lit majeur très peu incliné du nord (niveau préboréal) vers le sud (le lit moderne) ; la topographie ne permet pas de distinguer deux niveaux, l’un Dryas final - Préboréal, l’autre Atlantique.

4- Coupe est-ouest dans le remplissage sédimentaire de la plaine du Rhône à Lyon, au niveau de la presqu’île

4- Coupe est-ouest dans le remplissage sédimentaire de la plaine du Rhône à Lyon, au niveau de la presqu’île

27Au deuxième ensemble appartiennent des sites de signification très différente (fig. 1 et 4) ; ils sont présentés ci-dessous de manière chronologique :

28A- Deux sites de la presqu’île où est daté le ravinement de l’accumulation sableuse de Saône par le cailloutis rhodanien. Il s’agit :

  1. ) du parking de la place des Célestins (Lyon 2e) où deux troncs ont été datés 6 690 +/-65 B.P. ou 5 671-5 444 cal. BC (Ly – 6 582) et 6 684 +/-91 B.P. ou 5 696-5 435 cal. BC (Ly – 6 581), à la cote approximative de 155 m. Ces troncs appartenaient au cailloutis de la Saône d’après les terrassiers les ayant prélevés et la nature de la matrice fine (Arlaud, Lurol et al 1994).

  2. du parking République (Lyon, 2e) où un tronc de Pin a été daté 5 795 +/-B.P. ou 4 785-4 530 cal. BC (ARC - 768) ; ce tronc a été prélevé à la cote 152,50m au fond d’un talweg du Rhône ravinant les alluvions de Saône (Arlaud, Lurol et al 1992).

29Β - Deux sites correspondent à la fin du fonctionnement d’un niveau d’âge atlantique moyen en sud et ouest de la terrasse préboréale de Villeurbanne. Ils sont approximativement dans le plan de cette terrasse.

30Il s’agit du site de l’immeuble Parc Avenue (angle rue des Droits de l’Homme/rue Lannes, Lyon 9e) où la matière organique d’un bras remblayé est datée 6 150 +/-60B.P. ou 5 248 – 4 907 cal. BC (Ly - 4994) et du site de l’immeuble « Espace République » (angle rue F. de Préssensé/rue Colin, Villeurbanne) où une branche découverte dans un revêtement sableux d’accrétion latérale d’un banc caillouteux a été datée 6 059 +/-80 B.P. ou 5 220 – 4 780 cal. BC (Ly - 5371), à la cote 163,30 m.

31C - Un site où est datée une lentille cailloutosableuse incorporée dans la masse de l’accumulation grossière rhodanienne grâce à la découverte d’un tronc subfossile.

32Il s’agit du site du nouveau Palais de Justice de Lyon (6e arr.), en rive gauche du Rhône, qui a livré la date 5 450 +/-70 B.P. ou 4 479-4 079 cal. BC (Ly - 5798) à la cote 158 m.

Hypothèse : une incision suivie d’un remblaiement à l’Atlantique

33Les données précédentes, en apparence contradictoires puisque l’Atlantique moyen semble connaître des phases de fonctionnement à divers niveaux altitudinaux, permettent de proposer prudemment l’hypothèse de fluctuations hydromorphologiques au sein de la période atlantique, à savoir :

  • une phase d’incision du Rhône dans le remblaiement caillouteux mis en place au Préboréal et dont on sait qu’il est encore atteint par les crues au Boréal. Cette incision ravine le remblaiement sableux sous-jacent mis en place par la Saône vers 5 800 B.P. (4 800-4 500 av. J.-C.) sous la place de la République. Il n’est pas certain qu’il y ait eu permanence d’un bas niveau fluvial entre 6 800 et 5 800 B.P. dans la mesure où les dépôts organominéraux fins datés sur la marge de la terrasse préboréale-boréale de Villeurbanne se mettent en place vers 6 150-6 050 B.P. (5 250-4 800 cal. BC) à une altitude relativement élevée (163 m). Il peut alors s’agir de dépôts de crues exceptionnelles déposés par le Rhône en position déprimée ou de dépôts sur le paléo-niveau facilités par une aggradation du talweg vers 6 150-6 050 B.P. Cette phase pourrait éventuellement être corrélée avec la dernière phase de transgression lacustre de Cerin (Magny 1995) ;

  • une phase de forte activité est possible sur le site de Lyon vers 5 450 B.P., portant l’altitude de la bande caillouteuse du Rhône aux alentours de 158 m ou plus haut sur le site du Palais de Justice, mais le tronc daté pourrait être remanié. Les découvertes faites dans la plaine alluviale du Rhône à l’amont de Lyon (Bravard et al. 1991) apportent cependant du crédit à l’hypothèse d’une phase d’aggradation puisque les dates obtenues (5 800-5 600 B.P.) sont contemporaines de celle du Palais de Justice. La phase d’aggradation/forte activité de 5 800-5 450 B.P. pourrait être corrélée avec la phase de transgression lacustre du Grand Maclu correspondant à l’avancée glaciaire de Rotmoos I datée 5 800-5 300 B.P. (Magny op. cit.) mais n’a, semble t’il, pas d’équivalent en Valdaine, dans la moyenne vallée du Rhône (Berger 1996).

Le subboréal (4 700-2 700 B.P.) : une stabilisation relative ?

34Les datations effectuées dans la plaine alluviale du Rhône pour cette période portent sur des troncs extraits à une profondeur de 4 à 5 m ainsi que sur de la matière organique collectée dans des bancs caillouteux à faible profondeur et dans le remplissage de chenaux. Rien ne permet de mettre en évidence l’existence de fluctuations hydromorphologiques (exhaussement/incision, alternance de phases de faible et forte activité) au sein de la période.

35Dans les îles de Miribel-Jonage, des troncs subfossiles reposant sur un niveau de gros galets ont été découverts à un bas niveau (profondeur de 8 m) dans des ballastières. Ils sont datés 4 450 +/-70 B.P. (Gif - 7253) au Fontanil (Vaulx-en-Velin) et 3 600 +/-160 B.P. (Ly – 3 327) aux Simandières (Meyzieu). Ils peuvent correspondre à une mise en place dans des mouilles ou à de bas niveaux fluviaux. La première hypothèse est cependant à privilégier dans la mesure où de la matière organique contemporaine a été découverte dans des bancs caillouteux et/ou des remplissages sédimentaires de chenaux. Citons le site de la rue de Préssensé à Villeurbanne daté 4 150 B.P. +/-110 (Ly – 5 440) ; un orme daté 3 770 +/-50 B.P. ou 2 455-2 030 cal. BC (ARC - 760) a été découvert sur le site du parking République (Lyon 2e), à 155 m d’altitude au sommet du remplissage du chenal du Rhône. Un banc caillouteux contemporain a été daté sur la rive gauche du Rhône à Lyon. Il s’agit d’un banc situé rue Pasteur (Lyon 7e) daté 3 600 +/-60 B.P. (161 m). Ce banc est de peu postérieur au chenal de la rue des Trois Pierres (Lyon 7e) situé au pied de la terrasse de la Guillotière, qui a été daté 3 975 +/-65 B.P. (Ly - 4993). Le remplissage d’un autre chenal situé rue Sébastien Gryphe (Lyon 7e) a été daté 3590 +/-80 B.P. (Ly - 5951). A l’amont, citons un banc situé au Bourbier (Thil, Ain), postérieur aux unités morphologiques précédentes et daté 3 055 +/-60 B.P. (Ly – 5 796), ainsi que le site des Michonnes-Parc 46 daté 3 690 +/-100 (Ly – 3 569).

36Des niveaux de fréquentation datant du Bronze Final confirment la stabilisation de la plaine alluviale à cette époque et fixent le niveau d’exhaussement sableux de celle-ci à 164 m au 44 rue de la Madeleine (Monin 1988) et à 163,70 m à l’angle des mes Père Chevrier et Saint Jérôme (ce dernier niveau est daté du Bronze Final I ou IIa par Rahatsoz et al. 1997). Un niveau à débris de bois, trouvé à 162,25 m sur le site de l’îlot Charavay, donne la cote du remplissage alluvial de la plaine de Saône à Vaise à la date de 3 060 +/-65 BP (Ly – 7 556).

37Cette phase paraît donc matérialisée par des bancs situés à une altitude voisine de 160-162 m et des chenaux cotant 155-159 m dans la presqu’île. Elle est contemporaine d’une phase de régression lacustre dans le Jura, placée entre les phases de transgression de Chalain et de Pluvis (Magny op. cit.). Il peut s’agir d’une phase d’activité fluviale modérée dans les vallées du Rhône et de la Saône. Pour sa part, J.-F. Berger (op. cit.) a identifié des phases de torrentialité vers 5 000-4 700 et 4 000-3 700 B.P en Valdaine.

La nappe alluviale grossière du premier âge du Fer (2 800-2 400 B.P.)

38Des preuves d’une forte activité fluviale au Premier âge du Fer ont été découvertes dans trois secteurs de la plaine alluviale de Lyon.

  1. À l’Ouest, sur le site A. Max (quartier SaintJean), un vaste banc caillouteux rhodanien culminant à 163 m a été daté par un tronc découvert à la cote 158,50 m ; son âge, obtenu par dendrochronologie, est compris entre 761 et 591 cal. BC (Arlaud et al. 1994a). La présence de ces alluvions du Rhône au pied de la colline de Fourvière (sites archéologiques du métro et îlot Clément V ; (Monnoyeur et al. 1992) démontre que la dynamique du fleuve, très puissante, avait plaqué la Saône contre la colline : au cours de l’âge du Fer, le Rhône confluait donc avec la rivière dans le quartier Saint-Georges (Arlaud et al. op. cit.) (fig. 5).

5- Les alluvions de la Saône (en clair) et du Rhône à l’époque gallo-romaine - îlot Clément V

5- Les alluvions de la Saône (en clair) et du Rhône à l’époque gallo-romaine - îlot Clément V

Cl. O. Franc

  1. Dans la Presqu’île, sur le site de la place Antonin Poncet, un tronc de peuplier a été daté 2410 +/-55 B.P. ou 765-400 cal. BC (Arc 137, In : Becker et al. 1989) ; il serait contemporain de la mise en place d’un banc rhodanien culminant à 162 m. Cette phase de construction par le dépôt de charge de fond a pu perdurer jusqu’au début de la Tène, comme en témoigne la découverte, à 159 m NGF sous la place des Terreaux, d’un tronc daté 2251 +/-52 B.P. ou 399-177 cal. BC (Ly - 6312) (Arlaud et al. 1994b). Ces dates donnent la fin de la mise en place d’une morphologie de tressage remontant pour l’essentiel au Ier âge du Fer (fig. 4). De vastes bancs caillouteux séparés par des chenaux larges de 10 à 20 m et profonds de 1 à 3 m, orientés NE/SO, ont été repérés à l’occasion des fouilles archéologiques. Les bancs culminent à 164 m au Terreaux et à 162 m au Sud de la place Bellecour. Cet espace correspond à une bande alluviale active remaniée par les fortes divagations du Rhône. Trois grands axes de chenalisation N.E/S.O. ont été mis au jour du nord au sud :

  • un chenal place de la Bourse, large d’une quinzaine de mètres, il cote à 161,60 m

  • une zone de tressage large d’une centaine de mètres, sous la place de la République, dont les talwegs cotent à 162,30 m

  • un chenal place Bellecour dont le fond atteint 160 m NGF (fig. 6)

  1. À la limite de Lyon et Villeurbanne, la construction de l’immeuble « Les Emeraudes » (Place Ch. Hernu), a permis d’observer un chenal du Rhône entaillé dans le rebord de la terrasse d’âge atlantique cotant à 164-165 m. Le fond du chenal (162,8 m) a été daté grâce à un fragment de tronc à 2 895 +/-75 B.P. ou 1 333-915 cal. B.C. (Ly 5 442) et la partie médiane de son remplissage à 2 240 +/-65 B.P. ou 396-134 cal. B.C. (Ly – 5 441). L’analyse palynologique réalisée par J. Argant (Argant 1993) a montré que le secteur faisait l’objet d’une exploitation céréalière peu marquée. Le banc de convexité attenant au bras mort est un élément de la plaine alluviale construite à l’âge du Fer dont il reste des éléments très étendus dans la presqu’île ; c’est la première fois que l’on identifie son pendant en rive gauche à une altitude voisine de 163-164 m. A Vaulx (Parcelles 95-96), J. Vilain a obtenu une date à 2 570 +/-120 B.P. (Ly - 3567) dans un banc situé à une profondeur de 5 m (Archives du laboratoire de Radiocarbone).

6- La Saône et le Rhône autour de l’an 1 à Lugdunum

6- La Saône et le Rhône autour de l’an 1 à Lugdunum

39À Vaise, rue du docteur Horand, le talweg du Bronze Ancien est comblé, mais un fond humide subsiste lorsque s’installe le groupe humain entre le dernier quart du VIe s. et le premier quart du Ve s. av. J.-C. Puis l’occupation est ruinée par une phase de ravinement peu intense ; le talweg qui en est issu est enfin comblé à la fin du Ier âge du Fer (Bellon et al. 1994).

La Tène (2 400-2 000 B.P.) : une période de stabilité

40À la fin du Ier âge du Fer, la dynamique du Rhône faisait donc de la plaine, sous Fourvière, un espace sans doute impropre à la colonisation humaine. Seul le site de Saint-Vincent, localisé en rive gauche de la Saône, au pied du plateau de la Croix-Rousse, révèle une occupation qui se traduit par la présence d’un four daté du Hallstatt (Moyen à Final), voire de la Tène. La position topographique de ce site à l’abri des fluctuations du Rhône explique cette installation humaine. De même, il connaît une occupation de la Tène qui se traduit par les témoins d’une activité artisanale datée de 40-20 av. J.-C. (Lascoux et al. 1994) ou de 40-30 av. J.-C. (Desbat,1996), mais A. Desbats (in litteris) estime que le mobilier, dont l’étude est en cours, montre une occupation durant la première moitié du Ier s. av. J.-C.

41Au cours du IIe âge du Fer, les différentes fouilles archéologiques révèlent un changement de la dynamique fluviale qui conduit à une relative stabilité de la presqu’île. Le site devient une plaine d’inondation régulièrement exhaussée par des limons de débordement plus ou moins sableux et épais de quelques décimètres ; la plaine s’exhausse jusqu’à une altitude moyenne de 163-164 m tandis que des chenaux obliques se remblayent peu à peu. Le Rhône se retire vers l’est de la plaine actuelle ; l’activité fluviale se réduit et le lit s’encaisse tout en évoluant vers une morphologie simplifiée. Cette chronologie est précisée par la présence d’un squelette humain fossilisé dans ces alluvions sableuses sous le site de la rue PalaisGrillet : il est daté par radiocarbone de 2015+/-150 B.R (Ly - 5659) (Ayala et al. 1992). La datation d’un lit de feuilles mortes piégées dans les premiers niveaux de remblaiement du chenal de la place de la Bourse à 161,90m, 2020+/-60 B.R ou 179 cal. BC/88 cal. AD (Ly - Oxa 3945) confirme la précédente datation obtenue à quelques dizaines de mètres. Cette fourchette chronologique est resserrée par la présence d’un aménagement d’amphores au sommet du remplissage, ce qui lui donne un terminus augustéen (Arlaud et al soumis).

42Au cours de cette période, le Rhône, en se repliant vers l’est, va permettre à la Saône de se dilater sur sa rive gauche de sorte que le site de confluence va se décaler à l’est. Abandonnant son chenal primitif au pied de la colline, la rivière s’ouvre un nouveau tracé, sensiblement identique à l’actuel, dès le début de notre ère. Elle va édifier peu à peu sa berge de rive gauche dont les phases de construction ont pu être observées sur le site de la place des Célestins ; la fouille de l’îlot 24 (Jacquin et al. 1984) montre que cette rive est pratiquement fixée au milieu du Ier s. ap. J.-C. La rivière délimite alors ce que l’on appelle aujourd’hui la presqu’île ; la Saône participe dès lors, comme le Rhône, à l’alluvionnement de cette unité nouvellement formée ; des alluvions de débordement ont été relevées place des Terreaux (Arlaud et al. 1994b) et au niveau de la place Bellecour (Faculté Catholique) (Monin et al. 1986).

43Ces différents éléments permettent d’imaginer un paysage en totale mutation lors de l’arrivée de la colonie romaine sur le site de Lyon au milieu du Ier s. av. J.-C. Les lônes partiellement remblayées ne sont probablement en eau que lors des hautes-eaux ou des crues. La plus importante, qui doit être le témoin de la Saône primitive, délimite « l’île Saint Jean », bordée à l’est par la nouvelle Saône. Sur la presqu’île, les terres basses sont encore instables, mais à l’étiage elles présentent enfin de nouveaux espaces à conquérir en bordure d’un Rhône moins contraignant. A Vaise, le IIe âge du Fer présente une lacune sédimentaire et, dans une large mesure, archéologique pour la période couvrant la fin du Ve s. à la fin du IIe s. av. J.-C., sur tous les sites observés ; l’occupation y serait attestée entre la fin du IIe et le début du Ier s. av. J.-C. sur les sites Rue du Souvenir, ZAC Charavay et Marietton (A. Desbats in litteris).

La crise hydrologique du début de notre ère

44Autour de l’ère, les populations riveraines, principalement installées sur les collines de Fourvière et de la Croix-Rousse, ont vu le site de confluence se modifier. Sur ces terres basses, de nouveaux espaces se sont stabilisés dans la plaine et offrent des sites d’installation. Néanmoins, cette évolution vers la stabilité est interrompue par le retour de flux tractifs du Rhône sur la presqu’île. Plusieurs chenaux du Rhône vont à nouveau drainer des crues et les hautes eaux, plus particulièrement de la fin du Ier s. av. J.-C. au Ier s. ap. J.-C. Cette période enregistre effectivement des épandages de sables grossiers dûs aux inondations et témoins d’une hydrologie accrue par rapport à la période de la Tène. Ces chenaux vont être finalement comblés au cours du Ier s. ap. J.-C.

45Plusieurs sites démontrent la fossilisation des niveaux d’occupation antiques par des dépôts alluviaux issus de balayages de crues ou de débordements lents. Les flux s’écoulent encore par les chenaux fonctionnels à la fin du Ier âge du Fer. La chronologie de leur remplissage et des dépôts d’inondation ont permis d’émettre une hypothèse concernant la paléohydrologie au début de notre ère.

Les dépôts de crues du Rhône datés par les installations humaines

46Sur les sites de Bourse, République, Palais-Grillet, les premiers vestiges sont ceux d’installations précaires (foyer, fosses, trous de poteaux,..) datées du règne d’Auguste. Ils sont fossilisés par les dépôts d’inondation, qui eux-mêmes portent des témoins d’une occupation datée du règne de Tibère. Malgré le caractère inondable des lieux, les Gallo-Romains persistent à s’installer sur la presqu’île. Cette occupation est à son tour fossilisée par des dépôts de crue. Sous le règne de Claude, le terrain est exhaussé par un remblai caillouteux de près de 50 cm, ce qui assure une installation plus durable dans cet espace à risque. Sur le site de l’Opéra, une couche de sables et limons remblaie un puits daté par dendrochronologie de 80 ap. J.-C. (Raynault 1991).

Les remplissages de bras du Rhône

47Le bras observé place de la Bourse est remblayé par plusieurs séquences à dominante sableuse atteignant 1,90 m d’épaisseur. Les caractères de la sédimentation suggèrent un chenal sinueux avec banc de convexité et mouille de concavité. Les amphores augustéennes, qui scellent le comblement du chenal, étaient surtout concentrées dans la convexité, ce qui traduit l’intention d’assainir cette zone humide en aménageant la berge la plus stable (Arlaud et al. soumis).

48La bande de tressage de la Place de la République draine des flux jusque dans la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C. et rend impossible toute occupation à l’exception de ses rives à l’abri des courants turbulents. Au cours des siècles suivants, ce secteur à topographie déprimée enregistre encore quelques dépôts fins d’inondation (Arlaud et Lurol et al. 1992).

49La fouille liée à la construction du métro, place Bellecour, est venue confirmer l’hypothèse de A. Steyert (1895) qui proposait un bras du Rhône traversant la presqu’île d’est en ouest. L’analyse a permis d’observer l’exhaussement d’un banc caillouteux, à l’emplacement de la place A. Poncet, et le remblaiement du chenal en 6 séquences successives. On note que la levée du chenal, renforcée par un aménagement d’amphores flaviennes, est réactivée par des flux de débordement du Rhône à la fin du Ier s. ap. J.-C. (Vérot et al. 1989).

Les fluctuations de la Saône

50Dans la partie sud de la plaine de Vaise, la Place Valmy (Le Nezet-Célestin et al. 1993) et la ZAC Charavay (Lascoux 1994) ont reçu peu d’apports sédimentaires. La Saône, si elle a débordé dans la plaine, n’a pas laissé de sédiments ou, du moins, ils n’ont pas été encore découverts. Les processus responsables de l’exhaussement sont des ruissellements diffus en provenance des versants mais ils semblent avoir été maîtrisés durant les phases d’occupation. Place Valmy, l’occupation est attestée jusqu’au milieu du VIIe s. ap. J.-C., mais l’intercalation de témoins naturels dans la stratigraphie ne se produit qu’au milieu du Ier s. de notre ère. Dans la plaine de Vaise, les ruisseaux qui descendent des versants sont très actifs et détruisent en partie les occupations des Ier et IIe s. sur les sites de Gorge-de-Loup (VérotBourély et al. 1995), de Horand (Bellon et al. 1994) et du Périphérique Nord de Lyon (Franc 1996).

51Sur la rive droite de la Saône, sous Fourvière, l’analyse du remplissage sédimentaire et anthropique du chenal primitif du site de Tramassac précise la chronologie de l’activité hydrologique de la Saône. De la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C. à la première moitié du IIIe s. ap. J.-C., se succèdent des épisodes de crue et de décrue qui contribuent peu à peu à raffinement vers le haut de la dernière séquence de remblaiement. Jusqu’au milieu du IIIe s. ap. J.-C., des chenaux résiduels de crue se maintiennent et sont ensuite comblés par des sables grossiers, témoins d’un courant encore assez vif, et par des remblais anthropiques (Arlaud et al. 1994).

52Des dépôts de crue liés à la rivière ont été identifiés en amont, sur la rive droite (site du Quai Arloing), où ils fossilisent un sol du Ier s. ap. J.-C. (Vérot-Bourrély 1995). De même, à l’emplacement du kiosque de la place Bellecour, un dépôt de crue de la Saône s’intercale entre des niveaux datés 40 et 60 ap. J.-C. (Becker 1982).

53Ces données permettent de décrire la plaine de Lyon entre Rhône et Saône au début de l’Antiquité, comme un espace parcouru par des chenaux divagants et peu profonds, où seuls les bancs caillouteux émergés et exhaussés d’un remblai sont fréquentés dès le début de notre ère. Cette période est caractérisée par un retour des crues après celle de relative stabilité de la Tène (Bravard et al. 1992). Dès la fin du Ier s., la plaine alluviale de Lyon ne conserve quasiment plus de témoignages d’inondations, à l’exception de minces dépôts dans les zones à topographie déprimée comme sur les sites de République et Célestins. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette absence : tronquage des dépôts, activité hydrologique apparemment en diminution, volonté des Gallo-Romains de maîtriser l’espace en exhaussant la surface de circulation par rapport au niveau des inondations.

Des éléments sur la dynamique sédimentaire de la presqu’île au Moyen Âge et à l’époque moderne

54Les données sont encore isolées mais elles permettent de proposer des hypothèses sur la paléotopographie de la presqu’île. Elles démontrent surtout que la lecture géomorphologique doit s’effectuer dans tous les niveaux sédimentaires jusqu’à l’époque moderne. Les textes sont riches en enseignements sur la description des phénomènes naturels contraignants. Un travail en étroite collaboration entre géomorphologues et archivistes reste à réaliser car seule une double lecture peut permettre d’isoler le fait anecdotique de l’événement à signification paléoclimatique.

Des dépôts d’inondation entre la fin du IVe s. ap. J.-C. et le début du Haut-Moyen Âge

55Ils ont été mis en évidence sur le site de la place des Célestins (Arlaud et Lurol 1994) et ils semblent provenir des débordements de la Saône et du Rhône. Le site de République conserve une zone déprimée à l’emplacement de la bande de tressage antique et il enregistre des dépôts d’alluvions rhodaniennes dans la période comprise entre le IIIe et le XIIe s.

L’ouverture d’une lône entre la fin de l’antiquité et le début du XIIIe s. sur la place des Terreaux

56Une dépression localisée dans ce site a été interprétée comme le tracé d’une ancienne lône ouverte par une crue (Arlaud et al. 1994b). Cet épisode pourrait éventuellement être rattaché à une péjoration climatique contemporaine du fonctionnement de cônes de déjection entre les VIeVIIIe s. (Bravard 1996). Ce chenal réactualise la crue de 580 décrite par Grégoire de Tours, laquelle était, pour Ph. Russo et A. Audin (1961 et 1964), le point de départ de l’ensablement d’un grand bras place des Jacobins et d’une nouvelle confluence Rhône-Saône au niveau des Terreaux.

57À proximité, le site République - ancienne rue de l’Hôpital - conserve des dépôts fins d’inondation datés du XIIIe s. (Arlaud et Lurol et al. 1992).

Des événements en relation avec le Petit Âge Glaciaire ?

58Le site de la Place des Terreaux a enregistré le dépôt d’alluvions caillouteuses du Rhône dans la partie est du premier fossé des Terreaux, avant l’agrandissement du fossé des fortifications, au XVe s. Cet événement, sans doute survenu au XIVe s., a peut être contraint à modifier la conception du fossé. Au cours de l’époque moderne, de nombreux témoignages citent des inondations catastrophiques dans la ville : 1570, 1602, 1711, 1840, 1845 et surtout Mai 1856 qui conduit à la protection définitive de la ville (Bravard 1987). Le site de République enregistre le dépôt de limons de débordements dans des niveaux anthropiques datés des XVIe, XVIIIe et XIXe s.

Potentiel archeologique des plaines alluviales

La plaine du Rhône

59Les développements précédents montrent que la paléogéographie de la plaine du Rhône à l’amont de Lyon et à la traversée de la ville actuelle est commandée par l’adaptation complexe du profil en long et du dessin en plan aux fluctuations hydro-climatiques tardiglaciaires et holocènes. Le potentiel archéologique doit donc être pris en compte dans les trois dimensions de l’espace.

La mobilité verticale du Rhône et du toit caillouteux de la plaine alluviale

60Il est probable que la réaccumulation sédimentaire rhodanienne consécutive au bas niveau Allerød a une épaisseur d’environ 7 à 9 m à Lyon. Elle est pour l’essentiel de nature cailloutosableuse, exception faite de lentilles sableuses correspondant à des bancs latéraux ou de remplissages de paléo-chenaux sablo-limoneux et organiques. Le calibre des particules caillouteuses de la nappe de réaccumulation fait que leur reprise a été possible durant l’Holocène. Cette reprise n’a pas été le fait de « processus-relais » équilibrés, les apports de l’amont par les crues étant compensés par le départ d’une quantité équivalente de matériaux vers l’aval. En effet, suivant les périodes de l’Holocène, la relation entre la capacité de transport (donnée par l’hydrologie des crues) et la charge à transporter (provenant du Jura, de l’érosion des berges fluviales ou de l’érosion du fond du lit) s’est modifiée à plusieurs reprises.

61Les périodes pendant lesquelles la charge a excédé la capacité de transport ont, en principe, été favorables au développement d’un style fluvial en tresse (nombreux chenaux de faible profondeur, nombreux bancs de galets instables), à une grande mobilité latérale et à l’exhaussement de la plaine alluviale qui stockait l’excédent de matériaux que le Rhône ne pouvait emporter. Ces périodes, défavorables à l’installation humaine, ont aussi eu pour effet de fossiliser les niveaux antérieurs ou de les détruire. Au nombre de ces phases d’exhaussement, citons celle du Dryas final-Préboréal (11 000-9 000 B.P.), celle de l’Atlantique (5 800-5 400 B.P.), qui est probable, et celle du Premier âge du Fer. Il est remarquable que le sommet des bancs caillouteux de la plaine lyonnaise se tienne aux environs de 163-165 m à l’amont (Villeurbanne) et 162-163 m à l’aval pendant les pulsations verticales de l’Holocène. Le fond reconnu des chenaux alluviaux se tient, durant ces phases d’accumulation, à une altitude voisine de 162 m à l’amont (Villeurbanne) et 160 m à l’aval (Place Bellecour).

62En revanche, les phases de déficit sédimentaire se sont traduites par un déstockage alluvial de la plaine du Rhône sous l’effet de l’incision et de la divagation fluviale. En général, ces périodes sont caractérisées par un tressage peu actif (une partie des chenaux anciens semble encore fonctionnels) ou par un style à chenal unique (en principe le méandrage). Le profd en long est modifié par un enfoncement généralisé et les chenaux ajustent probablement leur géométrie en adoptant un faible rapport largeur/profondeur : plus étroits, les chenaux sont aussi plus profonds et développent des mouilles pouvant avoir une profondeur de 5 à 6 m ou davantage. Le ravinement des sables de Saône sous la presqu’île durant l’Atlantique pourrait s’expliquer par la conjonction de deux causes, un talweg incisé et la mobilité de mouilles surcreusées. Ces périodes laissent peu de témoignages sous forme de dépôts puisqu’elles correspondent à des phases de déstockage sédimentaire. Les ravinements de formations anciennes sont aussi difficiles à observer. Il est très probable que le Rhône s’est enfoncé durant la Tène et jusqu’à la fin du Moyen Âge mais les occasions de rencontrer ses berges et de définir sa géométrie ont été très rares (Place Tolozan), d’autant que la réaccumulation du Petit Age Glaciaire a oblitéré les formes. Pendant ces périodes de bas niveau des talwegs, les crues devaient être faiblement débordantes de sorte que l’épaisseur des dépôts de recouvrement fins sur les bancs caillouteux est limitée.

La mobilité spatiale du Rhône

63Les découvertes archéologiques et les dates 14C obtenues permettent de proposer un schéma de l’extension spatiale maximale de la bande soumise à l’activité fluviale depuis la réaccumulation du Préboréal (fig. 7). On s’est efforcé de distinguer l’extension de la zone soumise à l’activité de la Saône de celle soumise à l’activité du Rhône, tout en sachant qu’il pouvait subsister des lambeaux de plaine alluviale hérités des épisodes antérieurs au coeur des bandes actives délimitées.

7- Espaces d’activité de la Saône et du Rhône à Lyon depuis le Tardiglaciaire

7- Espaces d’activité de la Saône et du Rhône à Lyon depuis le Tardiglaciaire

64On sait que le maximum d’extension de la bande d’activité fluviale vers l’Est a été acquis au Préboréal-Boréal avec la construction de la basse terrasse de Villeurbanne. On ne sait si l’accumulation sableuse de la Saône, rencontrée sous la Presqu’île, atteignait une cote sommitale équivalente (164-165 m) ou si les sables de la Saône étaient fossilisés par l’accumulation caillouteuse rhodanienne ; en l’absence de dépôts rhodaniens attestés, on émettra l’hypothèse, prudente, d’une extension des dépôts de la Saône jusqu’au Rhône actuel pendant le début de l’Holocène, celui-ci étant décalé vers l’Est par rapport à la situation actuelle. Rien n’est cependant certain car les apports sédimentaires de la Saône devaient être modestes par rapport à ceux du fleuve.

65L’Atlantique inaugure une phase de déplacement vers l’Ouest et d’élargissement de la bande d’activité rhodanienne. Ce glissement se manifeste par un abandon de la basse terrasse de Villeurbanne, par le ravinement puis la fossilisation des sables de la Saône sous la presqu’île. On connaît fort mal le comportement respectif des deux cours d’eau au Subboréal mais on sait que cette phase d’expansion culmina au Ier âge du Fer avec une paléo-Saône plaquée au pied de Fourvière et une érosion latérale qui s’effectua au détriment de la basse terrasse de Villeurbanne.

66La phase d’incision fluviale de la Tène inaugura une période de contraction spatiale de la bande active. Elle se manifesta par la stabilisation du cours de la Saône sur son tracé actuel et par un retour vers l’Est de la bande d’activité fluviale du Rhône qui délaissa la presqu’île, exception faite de courtes phases de crues. Le Rhône a néanmoins épargné des secteurs anciennement construits en rive gauche, comme en témoigne les reliques de bancs et de chenaux découverts à la Guillotière et à Villeurbanne.

67Le Petit Âge Glaciaire n’a pas remis en cause ce schéma malgré une tendance nette à l’expansion de la bande active. C’est que la ville défend alors la presqu’île par de puissants endiguements ainsi que les abords du Pont de la Guillotière puis la Tête d’Or (XVIIIe s.) ; le Rhône s’est cependant élargi sur sa rive gauche qui demeure l’espace de débordement jusqu’au milieu du XIXe s. Toutefois, sur la rive droite, la partie orientale du fossé des fortifications des Terreaux enregistre vers les XIVe-XVe s., un dépôt caillouteux rhodanien, épais de 50 cm, qui culmine vers 162,50 m : cet alluvionnement a d’ailleurs pu contribuer à l’élargissement du fossé et à la mise en place de murs le long du fleuve (Arlaud et al. soumis).

Le potentiel archéologique de la plaine du Rhône

68Les principes de base de la taphonomie des sites lyonnais situés dans la plaine alluviale du Rhône sont les suivants :

  • les phases d’accumulation caillouteuses sont favorables à la destruction des sites ou traces d’occupations antérieures du fait de la vitesse des courants ; au mieux elles permettent une fossilisation partielle, à condition que les structures aient résisté. Des découvertes ont été faites de sites archéologiques fossilisés sous une nappe caillouteuse mais il faut considérer ici l’échelle des processus : le long remaniement par le fleuve se fait avec une autre ampleur. Les découvertes sont alors fréquemment en position secondaire (blocs taillés, cargaisons de bateaux des îles de Miribel).

  • la datation de secteurs de la plaine alluviale par les bancs caillouteux donne un terminus a c/uo à la fréquentation humaine ou à des installations d’autant plus durables que l’érosion fluviale n’est pas venue les perturber par la suite.

  • les limons de recouvrement déposés par les crues et postérieurs à l’abandon des bandes d’activité fluviale fossilisent des sites et sont euxmêmes des milieux de découvertes potentielles.

69On est maintenant en mesure de proposer les conclusions suivantes :

  • la basse terrasse de Villeurbanne a pu être un support d’activités humaines non perturbé par l’érosion fluviale depuis environ 9 000 B.P. ; le reste de la rive gauche a conservé des secteurs épargnés depuis environ 6 000-5 000 B.R mais cet est une sorte de mosaïque encore mal connue sur ce plan. Il conviendrait de développer les prospections entre les Brotteaux et la Guillotière et d’explorer systématiquement le dernier secteur qui possède un fort potentiel. L’ensemble de la rive gauche possède donc le potentiel archéologique le plus diversifié des plaines alluviales régionales si l’on considère le critère durée, ce qui ne préjuge pas de l’occurrence des occupations humaines.

  • la presqu’île et le quartier Saint-Jean ont une occupation potentielle postérieure au Ier âge du Fer ; cependant le balayage par des courants de crue actifs a été facteur de destructions localisées aux chenaux hérités de la phase de construction précédente.

La plaine de Vaise

70L’évolution holocène et le potentiel d’occupation de la plaine de Vaise sont fondamentalement différents de ceux de la plaine du Rhône. La géométrie du lit majeur de la Saône est en effet contrôlée par la double stabilité verticale et spatiale du cours d’eau.

La stabilité de la Saône et de sa plaine alluviale

71Il est logique d’admettre que la période DryasPréboréal a permis une réaccumulation sédimentaire fluviale généralisée à l’ensemble de la cuvette de Vaise, le profd en long de la Saône étant contrôlé par la réaccumulation du Rhône jusqu’à une cote voisine de 164-165 m ; compte tenu de la distance existant entre Vaise et le quartier Saint-Paul (1,5 km) mais d’une pente aval de la Saône probablement faible à cette époque, la cote de la plaine alluviale devait être à une altitude à peu près équivalente. La vitesse du processus de réaccumulation, que l’on ignore, a pu favoriser la mise en place soit de formations fluviales dans le cas d’une remontée lente, soit de formations fluvio-lacustres dans le cas d’une remontée soudaine ; ce sont les 7 à 8 m de dépôts limono-sableux lités qui forment le revêtement des cailloutis présents sous la plaine.

72L’absence de traces d’érosion ou de dépôts fluviaux holocènes dans la plaine de Vaise plaide en faveur d’une stabilité en plan de la Saône pendant l’Holocène. Les phases de déstockage et de stockage sédimentaire rencontrées dans la plaine du Rhône n’ont donc pas existé dans la basse plaine de la Saône. Tout au plus peut-on admettre avec vraisemblance que l’altitude du talweg de la Saône a fluctué en relation avec les phases d’incision-exhaussement du talweg du Rhône. Comme la plaine alluviale a été édifiée au Dryas-Préboréal, période d’accumulation maximale, toutes les fluctuations verticales postérieures se sont inscrites en contrebas de ce niveau, sans que ce principe exclue néanmoins la possibilité de découvrir des traces d’inondation modérées.

73Une autre caractéristique de la plaine de Vaise est d’être entourée de versants raides et entaillés par des vallées drainées par de petits cours d’eau. Il en résulte que les apports sédimentaires de ces tributaires ont eu la possibilité de se déposer sur le plancher alluvial de la Saône en formant des cônes de déjections aplatis. Ceux-ci sont localisés à l’exutoire des tronçons encaissés ; ils se prolongent par des nappes alluviales remaniées par des chenaux divagants à charge caillouto-sableuse qui déposaient des limons fertiles d’origine loessique. L’épaisseur de ces nappes, qui se superposent aux limons de la Saône ou les ravinent faiblement, n’excède pas 1 à 2 m. En découle une faible pente de la base des versants en direction de la Saône, favorable à l’évacuation des eaux affluentes, mais défavorable à l’extension des crues de la Saône. On suggérera également que la fertilité de la plaine de Vaise était sans doute meilleure que celle de la plaine du Rhône dont le recouvrement est plus sableux ; des rétentions d’eau pluviale étaient cependant possibles à certaines périodes de l’année dans la plaine de Vaise du fait de la faible perméabilité du recouvrement limono-argileux.

Le potentiel archéologique de la plaine de Vaise

74Ce potentiel concerne deux périodes privilégiées.

  • L’Allerød, puisque la bonne conservation des niveaux fluviaux limono-organiques, contemporains des Argiles de la Caille, permet de ne pas exclure des découvertes archéologiques à des cotes voisines de 156-160 m.

  • La période qui va du Mésolithique au Moyen Âge. puisque la réaccumulation alluviale préboréale donne un terminus a quo aux possibilités d’occupation humaine. De fait les découvertes se font nombreuses...

La plaine alluviale de Lyon : un cadre peu hospitalier pour les populations riveraines

75La reconstitution de la paléodynamique fluviale dans le lit majeur du Rhône actuel montre combien ce site est resté contraignant pour les populations riveraines. La colonisation humaine a dû adopter différents comportements face aux fluctuations hydrologiques afin de maîtriser un espace inhospitalier. L’approche interdisciplinaire a permis d’interpréter la relation milieu-société et d’expliquer les différentes formes de développement des activités humaines.

La protection contre les crues par des digues

76Ce premier type de comportement, de nature défensive, s’est traduit par la construction d’édifices assimilés à des digues protégeant les zones occupées.

77Pour la période antique, nous pouvons citer :

  • le mur-digue de l’Ilot Vieille Monnaie séparant un espace protégé, où se développe un habitat daté 40-60 ap. J.-C., alors que la partie ouest proche de la Saône est exhaussée par des limons de débordements (Jacquin et al 1984) ;

  • sur le chantier de l’Avenue A. Max, un mur a proximité d’un chenal résiduel de crue semble avoir servi de digue protectrice au cours de la fin du IIe - début IIIe s. ap. J.-C. (Arlaud et al. 1994a, p.37) ;

  • un fragment de mur a pu jouer un rôle protecteur à l’extrême sud-est du site des Célestins au cours de l’époque flavienne. De même, la mise en place d’un long mur partageant le site en deux à la fin du IIe-début IIIe s. a pu avoir le même objectif (Arlaud et Lurol et al. 1994) ;

  • la découverte, par F. Artaud, d’éléments de construction interprétés comme les témoins d’un quai-digue (Artaud 1846) n’a jamais été confirmée.

78En ce qui concerne l’époque moderne, trois sites permettent de localiser des fragments de digues sur le rive droite du Rhône :

  • au nord, l’étude du site de Tolozan a mis en évidence une digue maçonnée fondée sur des pieux datés par dendrochronologie de 1624 (Becker et al. 1991) ;

  • sur le site d’A. Poncet, un mur nord-sud avec un batardeau au pied et des pieux de bois en fondation provoque une coupure stratigraphique entre des fondations modernes sur la plaine d’inondation et, côté Rhône, des remblais interstratifiés avec des limons de débordement (Becker et al. 1989) ;

  • les sondages de la Place Gailleton ont révélé un mur fondé dans le cailloutis qui aurait pu servir de digue. Il est surmonté par des dépôts d’inondation du Rhône, mais sa chronologie n’est malheureusement pas connue (Marchianti et al. 1992).

La protection par des remblais artificiels

79Le retour des crues débordantes au cours du Ier s. ap. J.-C. et le fonctionnement de chenaux de crues a rapidement conduit les populations à en accélérer le remblaiement naturel. Plusieurs exemples illustrent ce phénomène.

  • lors du changement de tracé de la Saône autour de l’ère, une île s’est formée entre le bras primitif et le nouveau chenal. Ce nouvel espace était intéressant à coloniser mais le chenal résiduel entravait l’installation. Aussi le bras primitif de la Saône, plaqué contre la colline de Fourvière, est-il devenu une zone-dépotoir dès le Ier s. ap. J.-C. Remblaiements naturels et archéologiques se sont succédé jusqu’à l’assèchement définitif qui a enfin permis l’occupation de la rive droite de la Saône, nouvellement formée, à la fin du IIIe s. ap. J.-C (Arlaud et al. 1994b) ;

  • sur la place Bellecour, la levée de berge du bras du Rhône a été renforcée par un épais remblai formé de galets et d’amphores flaviennes ; il fournissait probablement un axe de circulation privilégiée (Vérot et al. 1989) ;

  • place de la Bourse, la phase terminale de remblaiement naturel du paléochenal a été accélérée par la mise en place d’une couverture d’amphores augustéennes retournées (Arlaud et al soumis) ;

  • place de la République - rue Childebert, une zone à topographie déprimée et assujettie aux inondations présente un aménagement d’amphores augustéennes imbriquées en quinconce ; ce dispositif peut correspondre à un gué (Arlaud et Lurol et al 1992) ;

  • la plupart des sites de la presqu’île présentent entre les traces d’occupation datées du règne de Tibère et l’occupation claudienne, un remblai caillouteux épais de 30 à 50 cm qui contribuait probablement à assainir les terrains régulièrement inondés mais aussi à les exhausser afin de les mettre hors de portée du niveau des crues ;

  • la partie nord du site des Célestins a connu des inondations tardives. Elle a été remblayée au IIIe s. par un épais dépôt de démolition contenant un important mobilier archéologique, principalement amphorique. De même dans les niveaux d’habitats de la partie sud, plusieurs fosses ont été remblayées avec des amphores et semblent correspondre à des travaux d’assainissement (Arlaud et Lurol, et al 1994).

L’utilisation de la topographie naturelle

80La relative rareté des aménagements réalisés pour lutter contre les inondations dans l’Antiquité peut conduire à relativiser le risque perçu par les habitants ou à considérer que la valeur des biens à protéger ne justifiait pas des travaux coûteux. Les travaux d’exhaussement de la plaine du Rhône à Vienne furent en effet d’une autre ampleur (Bravard et al. 1989). Cependant la proximité des deux cours d’eau offre aussi un potentiel de ressources et des axes de circulation qui ont été valorisés.

  • le site de Tolozan en bordure de la rive droite du Rhône a été l’objet d’un enrochement servant d’abri pour bateaux avant la fin du règne de Tibère. Partiellement détruit, il fut renforcé et protégé par des pieux dans la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C. (Becker et al., 1991) ;

  • le fossé des fortifications médiévales est installé sur une topographie naturelle intéressante : une zone déprimée entre Rhône et Saône résultant d’une ancienne lône, au pied du plateau de la Croix-Rousse (Arlaud et al. 1994b) ;

  • plus au sud, le pont de la Guillotière, axe privilégié de circulation, fut détruit plusieurs fois par le Rhône, mais reconstruit inlassablement au même endroit (Burnouf et al. 1991).

81De même, la mise au jour de différents petits aménagements démontre l’utilisation de la ressource en eau : bassins dans l’ancien bras de l’Avenue A. Max (Villedieu, 1990), puits perdus de la place de la République (Arlaud et Lurol et al 1992), etc...

Perspectives et conclusion

82Les contraintes liées aux cours d’eau sont très fortes sur le site de Lyon. Lorsque dans les années 1980, l’archéologie urbaine s’est orientée vers une vision diachronique de la ville, la géomorphologie et les autres disciplines du paléoenvironnement ont trouvé une place dans cette perspective en étudiant les processus naturels à l’échelle des sites pour les périodes où des témoignages archéologiques étaient sauvegardés. A une échelle plus vaste, ces études interdisciplinaires ont montré qu’elles pouvaient apporter des informations sur les fluctuations hydroclimatiques à l’Holocène.

83Bien que nous n’ayons pu dresser ici le bilan complet des connaissances acquises, nous aimerions ouvrir quelques perspectives sur ce qui reste à réaliser.

  • Il manque encore des éléments du puzzle pour restituer les paléotracés du Rhône et de la Saône et leur chronologie. La poursuite des prospections en rive gauche du Rhône, en particulier aux abords du pont de la Guillotière et le long de la voie vers l’Italie.

  • Une grande question reste en suspens : tous les sites de la presqu’île, sauf celui des Célestins qui a conservé les traces d’une occupation presque continue, présentent un hiatus dans l’occupation humaine entre les IVe et le XIIe s. Ce hiatus est-il lié à une activité hydrologique trop contraignante qui aurait découragé l’installation du bâti ou à des facteurs purement historiques ? Cette période fut plutôt une période de calme hydrologique entre le Ville et le XIIe s. L’absence de sédimentation naturelle durant 8 à 10 siècles paraissant cependant peu vraisemblable, on n’écartera pas l’hypothèse selon laquelle l’absence de niveaux d’occupation du Haut Moyen Âge pourrait s’expliquer par leur arasement durant l’époque médiévale ; cet arasement aurait aussi affecté les dépôts naturels.

  • Les études écologiques faisant appel à l’analyse des pollens, des charbons, des macrorestes sont encore peu développées. Il serait souhaitable qu’à l’avenir elles soient davantage intégrées dans la démarche de reconstitution paléoenvironnementale.

  • Un travail en collaboration entre naturalistes et archivistes devrait fournir de nouvelles clés d’interprétation en ce qui concerne l’impact des facteurs naturels sur les comportements humains à partir du Moyen Âge.

84Comme on le voit, de nombreuses questions restent encore en suspens, mais l’intégration des problématiques géomorphologiques et archéologiques se renforce et fait évoluer les questions posées. À Lyon comme ailleurs, leur renouvellement sera un des enjeux de la recherche interdisciplinaire des années à venir.

Bibliographie

Bibliographie

Arcelin 1870 : ARCELIN (Α.). - Appendice. In : Ferry (H.) (de) : Le Maçonnais préhistorique. Paris, Reinwald éd.

Argant 1993 : ARGANT (J.). - Premières indications sur la végétation lyonnaise à l’Holocène. Symposium Ass. Pal. Langue Fr., sept. 1991, Palynosciences, 2, 57-78.

Arlaud et al. 1994a : ARLAUD (C.), BURNOUF (J.), BRAVARD (J.-R), LUROL (J.-M.), VEROT-BOURRELY (A.) et coll. - Lyon Saint-Jean : les fouilles de l’îlot Tramassac, Lyon, Service régional de l’Archéologie, D A R A, n° 10, série lyonnaise n° 4, 1994, 151 p.

Arlaud et al. soumis pour publication : ARLAUD (C.) (dir.) en coll. avec LUROL (J.-M.) et VEROT-BOURRELY (Α.), avec la participation de AUGER-RAHATZOS (M.), AYALA (G.), BERNARDI (B.), BONNET (C.), CECILLON (C.), FOREST (V.),HORRY (Α.), LE NEZET-CELESTINS (M.), PLANTEVIN (C.), ROLLAND (M.), SAVAY-GUERRAZ (S.), VICARD (T.) Bourse - République - Célestins - Terreaux, chantiers archéologiques parkings L.P.A., Lyon, D A F, soumis pour publication.

Artaud 1846 : ARTAUD (F.) - Lyon souterrain, ou observations archéologiques et géologiques faites dans cette ville depuis 1794jusqu’en 1836. Lyon, 1846, 259 p.

Ayala et al. 1992 - AYALA (G.) avec la coll. de VEROTBOURRELY (A.) - Rue Palais-Grillet : une intervention archéologique au coeur de la presqu’île lyonnaise, R.A.E., Ed. du CNRS, 43, 1992.

Ayrolles et Combier 1976 - AYROLLES (P.) et COMBIER (J.) - Gisement épipaléolithique de Varennes-Lès-Mâcon. LivretGuide de l’excursion A8, Bassin du Rhône, Paléolithique et Néolithique, IXe Congrès UISPP, Nice, pp. 129-133.

Becker et al. 1989 : BECKER (C.) avec la coll. de MACE (S.), MANDY (M.-O.), VICARD (T.), AUGER (M.) - Fouille de la place Antonin Poncet à Lyon «Archéologie du Midi Médiéval II pp. 137-186.

Berger 1996 : BERGER (J.-F.) - Le cadre paléogéographique des occupations du bassin valdainais (Drôme) à l’Holocène. Thèse d’Archéologie, Univ. de Paris I.

Bourdier 1961 : BOURDIER (F.) - Le Bassin du Rhône au Quaternaire, Géologie et Préhistoire. Thèse Sci., Paris, 2 vol., éd. C.N.R.S., 658 p., 297 fig.

Bravard 1987 : BRAVARD (J.-P.) - Le Rhône, du Léman à Lyon. Lyon, La Manufacture éd. 452 p.

Bravard 1996 : BRAVARD (J.-P.) - Des versants aux cours d’eau, les implications des fluctuations paléohydrologiques à l’époque médiévale, ln : L’homme et la nature au Moyen Age, Actes du V° Congrès international d’Archéologie Médiévale (Grenoble), sous la dir. de M. Colardelle, Errance, pp. 171-179.

Bravard, 1997 : BRAVARD (J.-P.).-Tectonique et dynamique fluviale postglaciaires à la confluence Saône-Rhône (France). Géographie Physique et Quaternaire, sous presse.

Bravard et Evin, 1989 : BRAVARD (J.-P), EV1N (J.) - Datation du remblaiement holocène dans un secteur de la plaine alluviale du Rhône à Villeurbanne (69). Bull. Labo. Rhod. de Géom., n° 23-24, pp. 2-10.

Bravard et al. 1991 : BRAVARD (J.-P). PEIRY (J. L.), GADIOLET (P.) - La formation de la plaine alluviale holocène du Rhône à l’amont de Lyon. Physio-Géo, n° 22/23, pp. 167-172.

Bravard et al. 1992 : BRAVARD (J.-P.), VEROT-BOURRELY (Α.), SALVADOR (P-G.). - Le climat d’après les informations fournies par les enregistrements sédimentaires fluviatiles étudiés sur des sites archéologiques. In : Le climat à la fin de l’âge du Fer et dans l’Antiquité (500BC-500AD), méthodes d’approches et résultats. Les Nouvelles de L’Archéologie, n° 50, Hiver 1992, pp. 7-13.

Burnouf et al. 1991 : BURNOUF (J.), GUILHOT (J.O.), MANDY (M.-O.), ORCEL (C.) - Le Pont de la Guillotière. Franchir le Rhône à Lyon. DARA n° 5, Série Lyonnaise n° 3, Lyon, S.R.A. en Rhône-Alpes, 196 p.

Campy et al. 1994 : CAMPY (M.), BICHET (V.), DI GIOVANNI (C.), RICHARD (H.), RICHARD (J.), OLIVE (P.) - Evolution des flux de matière depuis 12 000 ans dans la haute vallée du Doubs (France). Bull. Soc. Géol. France, t. 165, n° 4, pp. 381-400.

Combier et Floss, 1994 : COMBIER (J.), FLOSS (H.) - Nouvelles recherches sur le Paléolithique final de Varennes-Lès-Mâcon (Saône-et-Loire). Travaux de l’Institut de Recherche du Val de Saône - Mâconnais, n° 1, pp. 77-99.

David, Méon-Vilain, 1964 : DAVID (L.), MEON-VILAIN (H.) - Sur un bras du Rhône post-würmien à Lyon et sur les conditions climatiques au moment de son remblaiement. C.R. Somm. Soc. Géol. France, 10, pp. 426.

Desbat 1982 : DESBAT (A.) - Lyon et ses fleuves dans l’Antiquité. In : Lyon au fil des fleuves, Catalogue ELAC, 1982, pp. 29-37.

Desbat 1996: DESBAT (A.) - Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon, les ateliers précoces. Gallia, 53,1996, 249 p.

Germain 1911 : GERMAIN (L.). - Etudes sur les mollusques terrestres et fluviatiles de quelques formations quaternaires des bassins du Rhône et du Rhin. Lyon, H. Georg éd., 194 pp.

Jorda 1980 : JORDA (M.). - Morphogenèse et évolution des paysages dans les Alpes de Haute Provence depuis le Tardiglaciaire : facteurs naturels et facteurs anthropiques. Bull. Assoc. Géog. Franc., n° 472, 1980, pp. 295-304.

Jorda 1985 : JORDA (M.). - Le Dryas récent : une crise morphoclimatique majeure dans les Alpes françaises du Sud, Studio Geomorphologica Carpatho-Balcanica, pp. 11-28.

Jorda 1988 : JORDA (M.). - Du Pléniglaciaire supérieur au Postglaciaire : le concept de Tardiglaciaire européen et son évolution récente. Géologie Alpine, pp. 241-249.

Lascoux 1994 : LASCOUX (J.-P.). - La TAC Charavay. Mémoire de Maîtrise, sous la dir. de Y. Le Bohec, Univ. Lyon II, 1994.

Locard 1882 : LOCARD - Notice sur la contribution géologique du sous-sol de la ville de Lyon considéré du point de vue du régime hydrographique. Lyon, H. Georg éd., 24 p.

Macé et al. 1991 : MACE (S.), VEROT-BOURRELY (Α.), BRAVARD (J.-P.). - Genèse et fonctionnement holocène de la plaine alluviale du Rhône à Lyon. Actes du 115è Congrès. Nat. Soc. Sav., Chambéry, éd. du C.T.H.S., 1991, pp. 17-31.

Magny 1995 : MAGNY (M.). - Une histoire du climat. Paris, Errance, 176 p.

Mandier 1988 : MANDIER (P.). - Le relief de la moyenne vallée du Rhône au Tertiaire et au Quaternaire. Doc. du B.R.G.M. n° 151, 3 tomes.

Rosique 1996 : ROSIQUE (T.). - Morphogenèse et évolution des paléoenvironnements alpins de la fin des Temps glaciaires au début de l’Holocène : l’exemple de la moyenne Durance (Alpes françaises du Sud). Thèse de Géographie, Univ. de Provence, 288 p.

Russo et Audin 1961 : RUSSO (Ph.) et AUDIN. (Α.). - Le site de Lyon. Panorama de son évolution. Revue de Géographie de Lyon, pp. 295-346.

Russo et Audin 1964 : RUSSO (Ph.) et AUDIN. (Α.). - Histoire ancienne de Lyon. Lyon. Audin, 1964. 64 p.

Steyert 1895 : STEYERT (Α.). - Nouvelle histoire de Lyon, tome 1 "L’Antiquité", Lyon, 1895.

Vérot et al. 1989 : VEROT (Α.), JACQUET (C.), BURNOUF (J.), AMOROS (C.), BRAVARD (J.-P.) - Le site galloromain de la place Bellecour (Lyon 2ème) : reconstitution interdisciplinaire du paléoenvironnement, La ville et le fleuve, Actes du 112e Congrès Nat. Soc. Sav., pp. 147-155, Lyon, avril 1987, Paris, éd. du C.T.H.S.

Vérot-Bourrély 1995 : VEROT-BOURRELY (A.) : Aspects du paléo-environnement In : DELAVAL (E.), BELLON (C.), CHASTEL (J.), PLASSOT (E.), TRANOY (L.) : Vaise, un quartier de Lyon antique. D.A.R.A. n° 11, série lyonnaise n° 5, Lyon, S.R.A. en Rhône-Alpes, pp. 257-259.

Vérot-Bourrély 1995 : VEROT-BOURRELY (Α.), ARGANT (J.), BRAVARD (J.-P), CHAIX (L.) avec la coll. de BELLON (C.), PLANTEVIN (C.), BURNOUF (J.). - Le paléo-environnement du site de Gorge-de-Loup (Lyon, 9 e) : Les signes matériels de la dégradation d’après l’étude interdisciplinaire du gisement. In : S. VAN DER LEEUW (ed.) : L’Homme et la dégradation de l’environnement, Actes des XVe Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes des 20-21-22 oct, 1994, APDCA, Sophia Antipolis, pp. 43-77.

Villedieu 1990 : VILLEDIEU (F.) - Lyon, Saint-Jean, les fouilles de l’avenue Adolphe Max, DARA n° 3, Archéologie et Métropolitain, série lyonnaise n° 2. Lyon, S.R.A.en RhôneAlpes,.

Documents

Arlaud et al. 1994b : ARLAUD (C.) (dir.), Le NEZETCELESTINS (M.), ROLLAND (M.), SAVAY-GUERRAZ (S.), VEROT-BOURRELY (Α.), VICARD (T.) avec la coll. de AUGER-RAHATZOS (M.), BONNET (C.), CECILLON (C.), DAGUIN (P.), FOREST (V.), HALITIM (N.), HAMMACHE (M.), KOVATCHEVITCH (C.), PLANTEVIN (C.), PONSERO (C.), PONT (F.), REYNAUD (C.) - Place des Terreaux, Lyon 1991-1994, Document Final de Synthèse, S.R.A.en Rhône-Alpes, AFAN, Lyon Parc Auto, 1 vol. texte, 1 vol. planches, 1 vol. annexes, 1 vol. archives de fouilles et inventaires.

Arlaud et Lurol et al. 1991 : ARLAUD (C.) (dir.) et LUROL (J.-M.) avec la coll. de : AUGER-RAHATZOS (M.), AYALA (G.), CECILLON (C.), FOREST (V.), HAMMACHE (M.), HORRY (Α.), PLANTEVIN (C.), R1CORDEAU (Y.), SAVAY-GUERRAZ (S.), VEROT-BOURRELY (Α.), WAVRIN (L.) et la contribution de AUDRA (Α.), CLARET (Β.), MATHEY (P.) et POISSON (J.-M.) - Chantier Archéologique. Place de la Bourse, Lyon 1990. Rapport de fouille de sauvetage, S.R.A. en Rhône-Alpes, AFAN, Lyon Parc Auto.

Arlaud et Lurol et al. 1992 : ARLAUD (C.) (dir.) et LUROL (J.-M.) avec la coll. de : AUGER-RAHATZOS (M.), AYALA (G.). BERTRAND (E.), CECILLON (C.), FOREST (V.), HAMMACHE (M.), HORRY (Α.), PLANTEVIN (C.), SAVAY-GUERRAZ (S.), VEROT-BOURRELY (A.) - Chantier Archéologique. Place de la République, Lyon 19911992, Document final de synthèse, S.R.A., AFAN, Lyon Parc Auto.

Arlaud et Lurol et al. 1994 - ARLAUD (C.) (dir.) et LUROL (J.-M.) avec la coll. de : AUGER-RAHATZOS (M.), BONNET (C.), CECILLON (C.), FOREST (V.). HAMMACHE (M.), HORRY (Α.), PLANTEVIN (C.), ROLLAND (M.), BERNARDI (B.) et VEROT-BOURRELY (A.) - Chantier Archéologique, Place des Célestins, Rapport de fouille de sauvetage, S.R.A. en Rhône-Alpes, AFAN.

Becker 1982 : BECKER (C.). - Sondages du kiosque Bellecour. Lyon 2ème. Rapport du S.A.M. de la ville de Lyon.

Becker et al. 1991 : BECKER (C.), MACE (S.). - Fouille de la place Tolozan. Rapport du S.A.M. de la ville de Lyon.

Bellon et al. 1994 : sous la dir. de BELLON (C.), FRANC (O.), GENIN (M.), PERRIN (F.), DE SURY (B.), THEVENIN (E.), FELLMANN (D.). - « Horand II, 93 », lot 5 immeuble A et B. Document final de synthèse, S.R.A., Lyon, Rhône-Alpes, 1994.

Franc 1993a : FRANC (O.). - Extension métro ligne D, suivi géomorphologique des terrassements rue Sergent Berthet. S.R.A.en Rhône-Alpes, S.A.M. de la ville de Lyon, Centre de Recherche en Géographie et Aménagement (Lyon III). S.R.A., Lyon. Rhône-Alpes, 1993.

Franc 1993b : FRANC (O.). - Place de Paris, extension métro ligne D, suivi géomorphologique du décapage des couches sédimentaires profondes. Centre de Recherche en Géographie et Aménagement, Université J. Moulin (Lyon III). 12 p. S.A.M. de la ville de Lyon et S.R.A.en RhôneAlpes, Janvier 1993.

Franc 1996 : FRANC (O.). - Histoire sédimentaire d’un versant occupé par l’homme à l’Holocène à Vaise (Lyon-9e are). Document final de synthèse, S.R.A., Lyon, RhôneAlpes, 70 p., fig., ann., tome 1 & 2, 1996.

Jacquin et al. 1984 : JACQUIN (L.), BECKER (C.), MONIN (M.) avec la coll. de BRAVARD (J.-P.). Ilôt 24, 7-911 rue de la Monnaie. S.R.A. en Rhône-Alpes, S.A.M. de la Ville de Lyon.

Lascoux et al. 1994 : LASCOUX (J.-P.), JACQUET (P.), NOURISSAT (S.), WIDLACK (W.).-ZAC Saint-Vincent Lyon. Document final de synthèse. Vol. 1-Synthèse, vol. 2 - Corpus, S.R.A. en Rhône-Alpes., A.F.A.N.

Le Nezet-Célestin 1993 : LE NEZET-CELESTINS (M), MONNOYEUR-ROUSSEL (V.), PLASSOT (E.). - Avec la participation de : AUDRA (Α.), BILLARD (M.), BONNET (C.), BROUILLAUD (S.), FRANC (O.), GISCLON (J.-L), HAMMACHE (M.), KOVATCHEVITCH (C.), MATHEY (P.), PLANTEVIN (C.), ROLLAND (M.), RUF (D.). - Place Valmy fouille de la future station de métro Lyon-Vaise. S.A.M. de la Ville de Lyon, S.R.A., AFAN, SYTRALSEMALY. Rapport déposé au S.R.A., Lyon, Rhône-Alpes, 1992-1993. 303p.

Marchianti et al. 1992 : MARCHIANTI (D.) avec la coll. de FRANC (O.).-Sondages archéologiques Place Gailleton, Lyon 2ème, S.R.A.en Rhône-Alpes, S.A.M. de la Ville de Lyon. 34 p.

Monin, 1988 : MONIN (M.).-44, rue de la Madeleine, îlot du Repos. Rapport déposé au S.A.M. de la Ville de Lyon., 8 p.

Monin et al. 1986 : MONIN (M.) avec la collaboration de BRAVARD (J.P.) - Facultés catholiques, 25 rue du Plat, Lyon. Rapport du S.A..M. de la Ville de Lyon.

Monin et al. 1995 : MONIN (M.), AYALA (G.), HORRY (Α.), avec la participation de ARGANT (J.), AUDRA (Α.), PLANTEVIN (C.), VEROT-BOURRELY (Α.). - 10, rue Marietton, 69009 Lyon, Document final de synthèse, site n°27097, S.R.A. en Rhône-Alpes, S.A.M. de la Ville de Lyon, AFAN.

Monnoyeur et al, 1992 : MONNOYEUR ROUSSEL V. (dir.) avec la collaboration de AUDRA (Α.), AYALA (G.)., BERNARDI (P.), BRAVARD (J.-P), CLARET (B.), FRANC (O.) POISSON (J.-M.), VEROT-BOURRELY (Α.), - Lyon, Ilot Clément V, Rapport de fouille de sauvetage, S.A.M. de la Ville de Lyon et S.R.A. en Rhône-Alpes, 1 vol. texte, 1 vol. doc..

Raynaud 1991 : RAYNAUD (F.), HAMMACHE (M.), MACE (S.), PICLET (C.), TISSOT (C.) - Fouilles de sauvetage programmé. Opéra de Lyon, Rapport du S.A.M. de la Ville de Lyon.

Table des illustrations

Titre 1- Localisation des sites archéologiques dans les plaines de Vaise et de Lyon-ville
Légende 1 : Périphérique nord (A. Speller), 2 : Place de Paris (J.-L. Joly), :10, rue Marietton (M. Monin). 4 : Place Valmymétro (M. Le Nezet-Célestins), 5 : ZAC Charavay (J.-P. Lascoux), 6 : Rue du Docteur Horand (C. Bellon), 7 : Rue Sergent Berthet-métro (O. Franc), 8 : Quai Arloing (L. Tranoy), 9 : Station de métro Gorge-de-Loup (J. Burnouf), 10 : Place Tolozan (C. Becker), 11 : Opéra (F. Reynault), 12 : ZAC Saint-Vincent (J.-P. Lascoux), 13 : Terreaux-LPA (C. Arlaud), 14 : Bourse-LPA (C. Arlaud), 15 : Ilôt 24-rue de la Monnaie (L. Jacquin), 16 : Rue Palais Grillet (G. Ayala), 17 : République-Childebert L.P.A (C. Arlaud), 18 : Tramassacmétro (J. Burnouf), 19 : Avenue Adolphe Max-métro (F. Villedieu), 20 : Célestins-L.P.A. (C. Arlaud), 21 : Ilôt Clément V (V. Monnoyeur), 22 : Faculté catholique (M. Monin), 23 : Kiosque Bellecour (C. Becker), 24 : Places Bellecour-Antonin Poncet - métro (J. Burnouf), 25 : Place Antonin Poncet-L.P.A. (C. Becker), 26 : Place Gailleton (D. Marchianti).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1492/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 2. Coupe nord-sud dans le remplissage sédimentaire de la plaine de la Saône à Vaise
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1492/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 3- Datation absolue des unités spatiales des plaines du Rhône et de la Saône
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1492/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau 1 - Liste des dates radiocarbone obtenues dans la plaine alluviale Rhône (du confluent de l’Ain à Lyon) et de la Saône (Vaise)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1492/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre 4- Coupe est-ouest dans le remplissage sédimentaire de la plaine du Rhône à Lyon, au niveau de la presqu’île
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1492/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 5- Les alluvions de la Saône (en clair) et du Rhône à l’époque gallo-romaine - îlot Clément V
Crédits Cl. O. Franc
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1492/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 6- La Saône et le Rhône autour de l’an 1 à Lugdunum
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1492/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre 7- Espaces d’activité de la Saône et du Rhône à Lyon depuis le Tardiglaciaire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1492/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© Alpara, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access