Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamique du paysage

 | 
Jean-Paul Bravard
, 
Michel Prestreau

Géoarchéologie des vallées et cours d'eau

Archeologie du lit mineur de la Saône : les recherches en chalonnais

Louis Bonnamour

Texte intégral

1Il convient d’observer qu’à l’échelle de l’Europe occidentale, nos connaissances relatives à l’archéologie fluviale restent grandement tributaires des découvertes fortuites réalisées à l’occasion de travaux d’aménagement ou d’extraction de matériaux. Il y a là une situation tout à fait paradoxale, en totale contradiction avec les impératifs de la recherche archéologique contemporaine et qui traduit un retard certain en ce domaine.

2Pour nous en tenir aux publications parues depuis une trentaine d’années, que celles-ci portent sur des découvertes anciennes (Zapotocky 1969, Briard 1971, Torbrugge 1972, Mozsolics 1975, Wegner 1976, Mohen 1977, Warmenbol 1992, Wirth 1993), ou encore sur des travaux récents (Blanchet 1977, Monnet 1984, Schalles 1993, Künzl 1993, Briard 1995), on constate une caractéristique commune : tous les travaux à l’origine des découvertes sont totalement étrangers à l’archéologie et les auteurs se contentent d’étudier les trouvailles soit d’un point de vue purement typologique, soit avec une volonté de compréhension, mais en recourant à un ensemble d’explications traditionnelles, telles que combats sur les gués, naufrages, offrandes, destruction de sites de berge..., héritées du XIXe s. Il est évident que ce type de démarche ne risque pas de faire progresser nos connaissances concernant les raisons de la présence de ces vestiges dans le lit de nos fleuves et de nos rivières. Seule l’archéologie subaquatique est aujourd’hui en mesure de nous apporter des éléments de réponse.

3En France comme à l’étranger (Italie, Pays-Bas, Grande-Bretagne, Pologne...), on note toutefois quelques timides et sporadiques initiatives individuelles dans le but de réaliser des prospections ou des récupérations de documents en plongée. L’exemple le plus caractéristique est sans doute celui de la grotte de Han-sur-Lesse en Belgique, où de spectaculaires récupérations de mobilier archéologique se poursuivent depuis 1959 (Marien s.d.).

4En Allemagne, quelques rares opérations ont pu être réalisées à l’aide de caissons étanches en Mer du Nord, dans le lac de Constance, mais également sur d’anciens bras du Rhin (Kramer 1995). Sur ce dernier fleuve, l’étude du pont romain de Coblence a notamment pu être menée à bien grâce à l’utilisation du “Krokodil”, vaste cloche à plongeurs de 7x4 m., construite en 1890 pour les besoins des services de la navigation du Rhin, et mise ici à la disposition des archéologues (Fehr 1981).

5En milieu fluvial, le travail subaquatique est rendu complexe, tant du fait du courant que de la visibilité qui peut devenir totalement nulle au-delà d’une profondeur supérieure à quelques mètres. Toutefois, les travaux conduits par Eric Rieth sur des épaves et des sites portuaires médiévaux dans le lit de la Charente, ou les fouilles et prospections réalisées en Saône, ont apporté la preuve qu’avec des moyens relativement modestes, mais aussi avec une motivation certaine, il est possible de parvenir à des résultats scientifiquement non négligeables, dépassant de beaucoup le cadre de la simple récupération d’objets.

Historique des recherches en Saône

Les dragages

6La prise de conscience de l’intérêt archéologique de la Saône est apparue de manière extrêmement précoce, sous l’influence d’un archéologue chalonnais, Jules Chevrier. Dès 1842-44 en effet, ce dernier avait suivi avec attention les travaux de dragage réalisés dans la traversée de Chalon pour l’amélioration de la navigation ; il écrivait quelques années plus tard : “Un heureux privilège semble avoir été accordé à la Saône : c’est à elle qu’il était réservé de conserver au fond de ses eaux, des traces nombreuses de toutes les époques qui nous ont précédés. Depuis que de grands travaux sont venus violer le secret de ses eaux, nous avons pu recueillir de nombreux débris des temps passés. Par eux, nous pourrions presque écrire, en lettres de fer et de bronze, une histoire de tous les âges qui se sont succédés depuis la conquête de notre pays par les Romains jusqu’à nos jours” (Chevrier 1846, p. 236).

Le 5 avril 1843, un journal local, le “Patriote de Saône-et-Loire”, relatait à la rubrique “Chalon” les découvertes archéologiques effectuées par la drague en plusieurs points de la rivière dans la traversée de la ville.
“Les machines à draguer qui fonctionnent devant nos quais amènent chaque jour quelques objets curieux et antiques. La machine qui était sous la première arche du pont a découvert une grande quantité de pièces de monnaies de cuivre et quelques-unes d’or ou d’argent, parmi lesquelles on a remarqué des Charles X (cardinal de Bourbon), devenues assez rares. Le nombre de ces monnaies est tel qu’un des ouvriers en montrait un plein sac de mille francs. Nous avons vu, sur une petite plaque d’airain, un Christ crucifié, avec des animaux symboliques aux quatre angles et des caractères gothiques indéchiffrables (pour nous) ; le tout d’une forme bizarre qui nous paraît devoir remonter loin dans le Moyen Age.
La drague qui est placée vis-à-vis le bastion, a fourni un grand nombre de tuiles et de fragments de tuiles romaines, des amphores et des urnes funéraires fort bien conservées, ainsi que quelques ustensiles en cuivre corrodés par l’oxydation. Mais la trouvaille la plus précieuse, est une admirable coupe en matière vitrifiée, transparente, et qu’on prenait de prime abord pour de l’écaillé. Cette coupe plate, évasée comme une grande assiette creuse, est ornée à l’extérieur par des guillochis en relief et en spirales. Elle est une nouvelle preuve, entre mille autres, que l’art de couler le verre était aussi commun dans l’antiquité que de nos jours. On peut voir cette coupe chez le gardien des travaux, dans la cour du bastion.
La machine a également amené beaucoup d’ossements d’animaux, et quelques ossements humains enfouis là depuis des siècles, sans doute, à la suite des nombreux désastres qui ont affligé nos historiques contrées.
La plus singulière de ces découvertes est une espèce de pierre, formée de sédiments superposés trouvée près de l’égout en aval du pont. L’intérieur de cette masse est rempli d’épingles et de hameçons agglomérés. Comment s’est opéré ce bizarre assemblage ? Est-ce le résultat d’un centre d’attraction magnétique ? est-ce l’effet d’un tourbillon de remous qui aurait entraîné sur un seul point les nombreuses épingles charriées par l’égoût et les hameçons perdus dans la rivière ? celà est assez difficile à expliquer. Ce qu’il y a de particulier, c’est qu’une brique de vase, trouvée près de l’égout du port St-Jean, offrait le même phénomène d’épingles adhérentes à la surface”.
En 1853-54, puis à nouveau en 1869-70, de nouveaux dragages furent à nouveau réalisés à Chalon ; ces travaux donnèrent lieu à de très importantes découvertes aux environs de la Benne-la-Faux ou du Petit Creusot, cette dernière appellation étant liée à l’implantation, sur la rive gauche de la Saône, de chantiers de constructions navales, succursale des établissements Schneider du Creusot, et non, comme cela a été parfois écrit, à l’existence d’un toponyme d’origine celtique. Ces trouvailles, ou du moins une partie d’entre elles (Landa 1869 ; Bonnamour 1975), furent portées à la connaissance de Joseph Déchelette qui leur a consacré un travail tout à fait remarquable et n’a pas hésité à les comparer à celles du site éponyme de La Tène (Déchelette 1913).
Après Chalon, c’est la région nord de Mâcon qui. à l’extrême fin du XIXe s. et au début du siècle suivant, a livré de nombreux documents et en particulier près d’une centaine de petits objets métalliques datant de l’âge du Bronze (Jeanton 1917). Quelques années plus tard, Léonce Bidault de Grésigny publiait à son tour, sous forme d’un album photographique, le bilan de ses recherches entre Lyon et Chalon (Bidault de Grésigny 1920). Malheureusement, le manque absolu de précision quant à la localisation de la majeure partie des trouvailles enlève à cet ouvrage une bonne part de son intérêt documentaire.
Après quelques dizaines d’années de désintérêt pour les trouvailles de la rivière, souvent dispersées dans des collections publiques ou privées, parfois même sous de fausses provenances, Louis Armand-Calliat tentait, en 1957, de rattacher deux séries de trouvailles originaires d’Anse (69) et de Bougerot (71) à des sites de gués (Armand-Calliat 1957).

7À partir de 1963 enfin, je me suis attaché à suivre systématiquement l’action des dragues travaillant en Chalonnais ainsi que dans la région de Verdun-sur-le-Doubs, afin d’essayer de comprendre les raisons de la présence d’une telle quantité de vestiges archéologiques, principalement galloromains et protohistoriques, dans le lit de la rivière. Assez rapidement, cette action a permis d’observer des concentrations de trouvailles totalement disparates et de noter d’étroites concordances entre les zones de découvertes et les hauts-fonds révélés par l’examen des documents du XIXe s. conservés dans les archives du service de la navigation de la Saône. Encore fallait-il apporter la preuve que nous nous trouvions bien là en présence de véritables gisements archéologiques, et non de simples accumulations accidentelles, comme n’hésitaient pas à l’affirmer et à l’écrire certains archéologues (Gaucher 1981, p. 31-36).

8La découverte déterminante fut, à cet égard, celle réalisée au mois d’août 1973 par une puissante drague à godets, à une dizaine de kilomètres au sud de Chalon, sur la commune d’Ouroux-sur-Saône. Pour la première fois, nous avions le sentiment d’être en présence d’un gisement en place, en l’occurence un habitat incendié de la fin de l’âge du Bronze. En l’espace de quelques jours, sur une superficie d’une centaine de mètres carrés, la drague allait extraire du lit de la rivière quelques 300 pieux, plusieurs dizaines de meules, plusieurs tonnes de céramiques, ossements et bois brûlés, des objets en bois travaillé, des restes de vanneries, des objets de bronze... (Bonnamour 1974). Même si elle ne marquait pas la fin des extractions de granulats dans le lit mineur (il faudra attendre près de 10 ans pour cela), la découverte d’Ouroux constituait un tournant puisqu’elle allait déclencher une série de travaux subaquatiques qui se poursuivent aujourd’hui encore.

9Si le bilan d’un siècle et demi de dragages dans le lit mineur de la Saône apparaît extrêmement mitigé compte tenu de l’importance des destructions opérées, destructions très inégales comme l’attestent les recherches subaquatiques effectuées au sud de Chalon, il est également évident que ce sont les découvertes fortuites réalisées à l’occasion de ces mêmes dragages qui ont grandement contribué à la prise de conscience du potentiel archéologique de la Saône. Un autre apport non négligeable de ces travaux est l’enrichissement considérable de collections publiques, au premier rang desquelles il faut placer celles du musée de Chalon. Ces collections permettent aux chercheurs de disposer de documents relatifs à des périodes peu ou même non représentées sur les sites terrestres, ou encore présentant un caractère un peu exceptionnel, dans des domaines tels que l’armement ou la vaisselle antique en bronze ou en métal précieux.

Les recherches subaquatiques

Dès 1978, le Ministère de la Culture et la Ville de Chalon ont mis en place une infrastructure relativement importante, en vue de la réalisation de la fouille subaquatique de l’habitat du Bronze final d’Ouroux (Grandjean 1984) : une péniche de 38,5 m. de long fut alors aménagée afin de servir de base logistique autonome à la fouille. En même temps, une vaste enceinte de palplanches métalliques, longue de 125 m. et large de près de 50 m., était implantée dans le lit mineur, à l’emplacement présumé du site (fig. 1). Parallèlement, un forage destiné à alimenter l’enceinte en eau claire était creusé au bord de la rivière. Après l’arrêt définitif de la fouille d’Ouroux en 1982, la péniche était restituée à la Ville de Chalon qui en confia l’usage à la section archéologie du musée Denon pour aider la poursuite des recherches. Base de travail fixe de premier ordre, la péniche est utilisée en même temps qu’un certain nombre d’embarcations légères motorisées ; ces dernières, équipées de moto-pompes nécessaires au fonctionnement des engins de décapage ou de dévasage, permettent également d’assurer les opérations de prospection et, pendant les campagnes de fouille, les liaisons entre la péniche et le chantier.

1- Ouroux-sur-Saône (71)

1- Ouroux-sur-Saône (71)

Vue aérienne du site pendant la campagne de fouille 1982

Cliché Musée Denon, archéologie

Pour l’essentiel, les recherches ont porté sur un secteur extrêmement limité, s’étendant sur une vingtaine de kilomètres du cours de la rivière entre les communes de Gigny/Saint Germain-du-Plain (71) et le nord de Chalon, soit entre les points kilométriques 125 et 144 (fig. 2). Très irrégulièrement atteinte par les extractions de granulats, cette portion de la “Grande Saône” a révélé un potentiel archéologique non négligeable. Nous nous trouvons dans un secteur du cours de la rivière large et rectiligne, présentant sa pente la plus faible, et, de ce fait, des conditions de conservation particulièrement favorables. Un autre élément déterminant qui entre en ligne de compte est que ce même secteur correspond à une zone de convergence de voies commerciales tout à fait exceptionnelle. Il sufit, pour s’en convaincre, d’observer la concentration des trouvailles sur les cartes de répartition de documents tels que les épées de la fin de l’âge du Bronze (Boulud 1995) ou encore de la vaisselle romaine en bronze (Baratte 1984 ; Nemeth 1993). Assez curieusement, l’extension des opérations de prospection au nord de la ville de Chalon s’est montrée particulièrement décevante, sans que nous soyons en mesure d’en expliquer les raisons.
A partir de 1982, sous l’impulsion d’une association de plongeurs bénévoles, les premières campagnes de prospection systématique débutèrent, à Chalon et au sud de l’agglomération. Dès la première année, ces travaux, conduits en association étroite avec la section archéologie du musée Denon, permirent de localiser une vingtaine de sites de diverses époques. En même temps que les prospections, une campagne de fouille d’une durée de 2 mois est depuis programmée chaque année. Outre l’étude de sites particulièrement intéressants ou menacés de destruction, cette action vise à établir un inventaire, aussi exhaustif que possible, des sites de toutes époques conservés sur cette portion de rivière...
En 1990-91, Annie Dumont et Jean-Michel Treffort, profitant de l’infrastructure technique existante, ont mené à bien deux campagnes de fouille à l’emplacement d’un site daté du Bronze final III sur la commune de Saint-Germain-du-Plain. Ce travail a notamment permis d’étudier une grande pirogue monoxyle protohistorique (Dumont 1994).
En 1992, une opération de prospection systématique fut réalisée sous la direction du CNRAS dans le cadre de travaux de mise au gabarit européen de la Saône entre Chalon et Saint-Symphorien (21). Les deux sites localisés à cette occasion (Chastel 1992), un site de gué ainsi qu’une pêcherie médiévale, ont fait l’objet d’une fouille en 1993, sous la direction de Michel Pichon. Ces sauvetages n’ont hélas donné lieu à la remise d’aucun document ni rapport.

2- Carte de localisation des principaux sites mentionnés

2- Carte de localisation des principaux sites mentionnés

Les noms soulignés correspondent aux localités ayant donné lieu à des fouilles subaquatiques

C. Michel, Musée Denon

Les recherches en cours

10Un certain nombre de travaux réalisés dans le lit de la Saône depuis 1978 étant restés soit partiellement inédits, comme la fouille de l’habitat du Bronze final III d’Ouroux, voire même n’ayant fait l’objet d’aucun rapport de fouille tel le gué de Raconnay ou la pêcherie de la Vandaine à Verjux (cf. supra), je limiterai mon approche aux seuls travaux dont j’ai assuré la direction ou qui se sont déroulés en relation avec nous, entre 1982 et 1995.

11Ces recherches ont principalement porté sur 6 grands thèmes que nous examinerons successivement :

  • les passages à gué ;

  • les habitats du Bronze final III ;

  • l’évolution des bateaux de Saône ;

  • les sites portuaires gallo-romains et médiévaux ;

  • les aménagements médiévaux ;

  • le pont romain de Chalon.

Les gués

12Ils constituent un facteur déterminant autour duquel s’articule l’essentiel de l’archéologie de la rivière. Ces hauts-fonds naturels ont conditionné de multiples activités. En Chalonnais, un certain nombre d’entre eux sont bien connus par les données de l’archéologie, mais aussi par les documents d’archives du XIXe s. La plupart ont perduré du Néolithique Moyen-Final jusqu’à l’époque moderne ; ils figurent sur les documents antérieurs aux premiers bouleversements de la rivière, notamment sur le profil en long dressé en 1836, préalablement aux premiers travaux d’aménagement de la rivière. La continuité des découvertes sur les mêmes passages, durant cinq millénaires, semble montrer que la Saône avait atteint un profil d’équilibre qu’elle a su garder, sauf accidents ponctuels, tout au long de cette période.

13La pérennité de la plupart des sites de gué peut sans doute s’expliquer par la nature de leur sous-sol :

  • au Gué des Piles, les vestiges de l’âge du Bronze reposaient sur un niveau d’argile compacte épais plus de 2 m (possible affleurement des marnes de Bresse). Les vestiges archéologiques avaient en outre été protégés de l’érosion par la présence de nombreux troncs d’arbres couchés ;

  • dans un certain nombre d’autres cas, comme les gués de Raconnay, de la Casaque, du Port de Grosne ou du pont de Seurre, le passage était établi sur une couche particulièrement compacte, constituée de sable et de gravier agglomérés par de l’oxyde de fer.

14Dans tous ces cas de figure, l’évolution du haut-fond semble avoir été bloquée, sans possibilité de déplacement (cf. la Loire : Dion 1961).

15Dans d’autres cas en revanche (Chalon : grand pont de Saône ; Port Guillot), le haut-fond est constitué de sédiments meubles et sa stabilité se trouve de ce fait plus aléatoire. Au Port Guillot, le passage du Ier s. ap. J.-C. semble bien avoir été bouleversé et le matériel archéologique entraîné, avant que n’intervienne un réaménagement du passage au IIIe s., réaménagement qui figera l’évolution du site quasiment jusqu’à nos jours...

16Il n’est pas impossible que la “disparition”, sur les profils du XIXe s. (mais nous ne possédons que des profils postérieurs aux premiers travaux de dragage), du haut-fond de Jean de Saône à Montbellet (71), et par voie de conséquence du gué, dont l’existence est attestée par la découverte de plusieurs centaines de découvertes archéologiques, trouve son explication dans la nature du substrat. Il est également probable que les travaux réalisés à l’amont (clayonnages et dragages de l’Ile de la Mothe) comme à l’aval (pont suspendu de Fleurville) ont eu pour conséquence un arasement du haut-fond... Au Port Guillot, la construction du Pont de Bresse, achevé en 1974, a été à l’origine d’un phénomène d’érosion régressive que nous avons pu suivre de 1982 à 1995, à l’occasion de multiples prospections subaquatiques.

17Cet élément capital de l’archéologie de la Saône, après avoir donné lieu à un DEA (Dumont 1992), fait actuellement l’objet d’une thèse de doctorat (Dumont 1997) ; nous n’aborderons ici que les divers cas sur lesquels des recherches approfondies ont été réalisées : le gué du Port Guillot et celui de la Casaque.

Le gué du port guillot

18Situé à la limite sud de Chalon, le secteur du Port Guillot a livré de très importantes découvertes fortuites aux environs de 1930, à l’occasion des travaux de construction d’une centrale thermique en bordure de la rive gauche de la rivière. Les prospections subaquatiques conduites dans cette même zone, de manière intense et régulière à partir de 1982, ont confirmé l’exceptionnelle richesse du site. Des indices d’ordre géographique et toponymique nous avaient laissé supposer l’existence d’un passage à gué (fig. 3). Son existence a été confirmée, et son tracé établi de façon précise grâce à la réalisation, à notre demande, d’un levé bathymétrique effectué par le laboratoire des Ponts et Chaussées de Blois (fig. 4). Sur une superficie de 14 ha, ce levé a nécessité quelques 12 000 points de mesure. Outre un rendu en courbes de niveau ainsi qu’en trois dimensions, ce travail a permis la réalisation d’une maquette qui constitue un élément visuel et muséographique important. Une fouille de contrôle a également permis de localiser et de topographier une partie du pavage mis en place au début du IIIe s. ap. J.-C.

3- Chalon/Saint-Marcel/Lux (71). Gué du Port Guillot

3- Chalon/Saint-Marcel/Lux (71). Gué du Port Guillot

Carte de 1862 avec figuration schématique du passage et des aménagements médiévaux. Le toponyme “Port Guillot “se retrouve sur l’une et l’autre rive, aux débouchés du gué. Rive gauche, l’accès au passage correspond en outre à la limite de communes entre Chalon et Saint-Marcel

4- Le Port Guillot. Bathymétrie du fond de la rivière réalisée par le laboratoire des Ponts et Chaussées de Blois

4- Le Port Guillot. Bathymétrie du fond de la rivière réalisée par le laboratoire des Ponts et Chaussées de Blois

Sur le fond de carte ont été positionnés : AA’ : axe du pont de Bresse. Β : épave du XIIIe s. C : pirogue monoxyle de l’âge du Bronze. D : aménagements médiévaux (Xe-XIIIe s.), interrompus par un trou de drague. Ε : pirogue mérovingienne. F : fouille 1987 à l’emplacement d’une zone de chargement de vases de Sevrey des XVIe - XVIIe s. G : concentrations de céramiques médiévales.

19Une prospection au sonar latéral, en revanche, conduite en même temps que le levé bathymétrique, s’est révélée beaucoup moins positive et d’interprétation plus complexe. Par ailleurs, la localisation en plongée et l’identification des anomalies repérées se sont révélées particulièrement fastidieuses et ont essentiellement conduit à la découverte d’épaves métalliques modernes, comme des barques de pêche. Basée sur le principe du balayage du fond de la rivière par ondes ultrasonores, cette méthode ne permet de détecter que les obstacles dépassant, au moins partiellement, le fond de la rivière, donc immédiatement appréhendables par des plongeurs dans le cadre d’une opération de prospection classique “à vue”.

Le gué de la casaque

20Situé à une dizaine de kilomètres au sud de Chalon et assurant la jonction entre les communes d’Ouroux (rive gauche) et Varennes-le-Grand (rive droite), ce passage a été mis en évidence fortuitement par les travaux de dragage menés en 1990. Les plongées de contrôle effectuées pendant les travaux montrèrent la présence d’un pavage romain en place en bordure du trou de drague, à une profondeur moyenne de 6,50 m., recouvert par une épaisse couche de gravier. Une étude de résistivité électrique à grande profondeur, réalisée par le laboratoire des Ponts et Chaussées de Blois a montré l’existence ponctuelle d’un compartiment affaissé correspondant à une partie de la trajectoire du gué antique. La présence, dans les sédiments grossiers déposés après l’affaissement, d’une nasse en osier datée du XIVe s. par le radiocarbone, laisse supposer que ce phénomène local de tectonique pourrait être mis en relation avec le tremblement de terre de Bâle de 1356 ( ?). Observons en outre qu’un document de la fin du XIXe s., retrouvé dans les archives du Service de la navigation, fait état d’un nouveau passage à gué recoupant le passage antique, et implanté sur des sédiments déposés après l’affaissement du gué initial. Ici, contrairement au gué du Port Guillot, la bathymétrie ne s’est pas révélée d’un grand secours pour retrouver le tracé du passage. Les perturbations subies par le site expliquent fort probablement le fait (fig. 5).

5- Ouroux/Varennes-le-grand (71)

5- Ouroux/Varennes-le-grand (71)

Les gués de La Casaque positionnés de manière schématique sur un fond de carte de 1862. Le passage moderne recoupe les tracés antiques

21L’étude de l’environnement du gué de la Casaque a été pour nous l’occasion de tenter de localiser une épave antique chargée d’amphores, repérée par dragage en 1970. Dans ce but, une étude à l’aide d’un pénétrateur de sédiments a également été effectuée ; elle a révélé la présence d’un certain nombre d’anomalies superficielles, donc récentes. La nature même des sédiments déposés après l’affaissement (galets et gros graviers) interdisait tout espoir de détection de vestiges profonds. Des sondages préalables auraient été susceptibles de nous montrer l’inanité de l’emploi d’une telle technique dans ce cas précis : seuls en effet des sédiments fins tels que des couches de vase ou de sable sont susceptibles de permettre l’application, avec succès, d’une telle méthode.

22Au gué de la Casaque, nous avons eu la chance de pouvoir suivre, de manière continue, le pavage du gué sur une longueur de 200 m. à l’aval de la zone affaissée. La découverte fortuite d’une casserole en bronze, visiblement placée intentionnellement entre les dalles du pavage, nous a conduits à nous poser la question de la présence d’éventuels dépôts votifs, sous forme d’offrandes “jetées” à la rivière ou symboliquement enfouies... (Le Gall 1953). Après topographie, la prospection systématique de l’ensemble du pavage à l’aide d’un détecteur électro-magnétique nous a permis de localiser l’ensemble des objets métalliques, aussi bien superficiels que profonds, en relation fortuite ou volontaire avec le passage. Si, pour un certain nombre d’objets antiques, visiblement déplacés, il n’est pas possible de se montrer catégorique, il n’en va pas de même pour d’autres, et notamment pour un glaive de type Pompéi et pour une des deux pointes de lance romaines mises au jour, ainsi que pour plusieurs outils, hache et ascia notamment, découverts, tout comme la casserole en bronze, enfouis entre, voire sous les dalles. L’utilisation d’un matériel particulièrement performant s’est donc révélée ici positive, et nous a permis de faire un pas décisif dans la compréhension de la présence d’une partie des trouvailles antiques, vaisselle de bronze, armes et même outils, en milieu fluvial (Bonnamour à paraître, a).

Les habitats du bronze final III

23Nos observations ont porté sur une dizaine d’habitats implantés dans l’actuel lit mineur (Bonnamour et al. 1990, fig. 1). Seul toutefois le site du Gué des Piles à Chalon a donné lieu à une fouille étendue. Quatre campagnes de recherches et quelques 2500 heures de travail subaquatique ont été consacrées à l’étude de ce gisement (Bonnamour 1989b). Sans revenir de manière approfondie sur des résultats déjà exposés, il convient de noter que tous les sites chalonnais sur lesquels ont porté nos travaux sont situés à une profondeur constante, entre 5 et 5,50 m. sous le niveau de l’eau actuel. Or les observations réalisées à l’occasion de la fouille du site du Gué des Piles, confortées par les analyses carpologiques et palynologiques, ont apporté la preuve que l’habitat installé sur des plateformes supportées par des pieux, était implanté à l’origine non pas au-dessus de l’eau, mais sur un îlot dans la rivière. L’explication par le recours à un phénomène de subsidence paraît d’autant plus plausible que nous avons parallèlement pu observer, sur une série d’autres sites proches, que la plupart des vestiges gallo-romains reposaient à une profondeur voisine de 4,50 m., alors qu’un certain nombre de structures médiévales se rencontraient à une profondeur variant entre 3 m et 3,50 m. sous le niveau de l’eau actuel, artificiellement surélevé de quelques 2,50 m. par la construction du barrage de Gigny à la fin du XIXe s. Il convient toutefois de préciser, pour une meilleure compréhension du phénomène, qu’aucune comparaison ne peut être établie avec les stratigraphies terrestres ; en effet, si les vestiges les plus anciens rencontrés sous l’eau sont aussi les plus profonds, il faut rappeler que quelle que soit leur datation, et la profondeur à laquelle on les rencontre, les sites repérés en place sont souvent peu ou pas recouverts de sédiments. Sur les 840 m2 du site ayant fait l’objet d’un travail de topographie, près de 500 pieux ont pu être localisés. L’extraction d’un certain nombre d’exemplaires nous a montré qu’ils pouvaient être enfoncés de plus de 2 m. dans une couche d’argile grise, très compacte, constituant le noyau du haut-fond sur lequel était implanté l’habitat. L’étude de 119 rondelles prélevées sur des pieux en chêne a permis à G. Lambert et C. Lavier, en dépit du nombre relativement faible de cernes des bois utilisés, d’obtenir une séquence dendrochronologique moyenne de 134 ans, et de dater de l’année 956 av. n. è. la dernière phase d’abattage de bois sur cet habitat Bronze final III. L’existence d’une série d’habitats implantés sur des hauts-fonds dans le lit mineur de la Saône à cette époque, et exclusivement à celle-ci, pose de multiples problèmes que l’archéologie est incapable de résoudre à elle seule. Dans ce cas précis, plus encore que dans les autres que nous aurons l’occasion d’aborder, il est évident que les données d’ordre géologiques, géomorphologiques ou climatiques s’avèrent capitales pour la compréhension du phénomène (fig. 6).

6- Ouroux-sur-Saône (71)

6- Ouroux-sur-Saône (71)

Positionnement des habitats Bronze final sur la berge et dans le lit mineur, sur un profil transversal daté de 1862. L’importance exceptionnelle de la sédimentation recouvrant les vestiges mis en évidence par la drague, est due aux alluvions déposées par un affluent, la Grosne.

C. Michel, Musée Denon

L’évolution des bateaux de Saône de la fin de l’âge du Bronze à l’époque moderne

24Si l’étude des anciens bateaux de bois ne constituait pas, a priori, un pôle majeur de nos recherches, force est de constater qu’au fur et à mesure des découvertes, leur intérêt s’est progressivement imposé à nous. Depuis 1983, date de la première trouvaille fortuite d’une épave, à l’occasion d’une prospection subaquatique au sud de Chalon, 6 bateaux, échelonnés de la fin de l’âge du Bronze au XVIIe s., ont ainsi été découverts et ont pu faire l’objet d’un relevé, voire d’une étude plus approfondie (Bonnamour, à paraître b). Assez curieusement, la période gallo-romaine est absente de cette série ; heureusement, la fouille d’une pile du pont romain de Chalon, et l’étude du caisson étanche mis en place autour de cette pile afin de permettre sa construction, nous ouvrent d’intéressantes perspectives sur des techniques visiblement inspirées de la charpenterie navale antique.

25Le suivi des dragages, comme les découvertes faites en plongée ces années dernières, ont montré que les épaves étaient souvent concentrées aux abords des gués. S’il est évident qu’en période de basses eaux, un haut-fond peut constituer un piège naturel pour un bateau, il ne faudrait toutefois pas penser qu’une épave est obligatoirement associée au site sur lequel on la découvre. Des documents modernes, antérieurs aux grands travaux d’aménagement de la rivière, montrent en effet qu’après son naufrage, un bateau peut soit demeurer sur place, notamment lorsqu’il est lourdement chargé, soit être entraîné vers l’aval, sur une distance qui peut atteindre plusieurs dizaines de kilomètres. Lorsqu’une épave est découverte sur un site, on ne peut donc a priori présumer du fait qu’elle est bien contemporaine de celui-ci. La réalisation d’une ou plusieurs datations radiocarbone va alors nous apporter une première approximation, avant qu’un éventuel recours à la dendrochronologie ne permette de préciser la datation. L’obtention d’une datation dendrochronologique à partir d’un échantillon unique, dans le cas d’une pirogue monoxyle par exemple, est parfois aléatoire et ne devrait être recherchée que parallèlemement à une datation radiocarbone.

26Il est intéressant, du fait de leur diversité, et afin d’illustrer notre propos, de passer très rapidement en revue les diverses épaves découvertes dans le lit de la Saône ces années dernières : sur un total de 6 exemplaires, 2 apparaissent comme isolés, 1 n’appartient pas au site sur lequel il a été mis au jour, et les 3 derniers montrent une relation possible ou certaine avec le gisement sur lequel ils ont été identifiés.

Les épaves isolées

27La plus caractéristique à cet égard est une grande “Savoyarde” de la fin du XVIIe s. ; ce bateau à fond plat, nez relevé et bordés fortement évasés, destiné au transport des marchandises, a été découvert et fouillé à Ouroux, au débouché amont du gué de la Casaque. Peu après la trouvaille de ce bateau en 1991, deux échantillons prélevés sur des planches de chêne provenant d’un bordé disloqué, et présentant chacun plus de 100 cernes, ont été soumis à une analyse dendrochronologique. La synchronisation des courbes établies à partir de ces deux échantillons s’est révélée impossible ; seule une étude plus complète, à la suite d’une campagne de fouille et du prélèvement d’une quinzaine d’échantillons sur l’épave a permis de parvenir à un résultat fiable. Ne perdons pas de vue en effet que dans une région comme la vallée de la Saône, les bois utilisés pour la construction navale pouvaient certes être de provenance locale, mais qu’il pouvaient également aussi avoir été acheminés par radeaux, et avoir des origines aussi diverses que les Vosges, le Jura ou la Franche-Comté, avec toutes les conséquences susceptibles d’en découler au niveau d’une analyse dendrochronologique.

28Datée du XIIIe s. par le radiocarbone, l’épave découverte en 1983, légèrement en aval du gué du Port Guillot, sur la commune de Saint Marcel, se présentait également comme une trouvaille isolée. Entre la berge et l’épave, à quelques mètres de cette dernière, une vingtaine de pots médiévaux en terre pourraient toutefois avoir appartenu au chargement du bateau. Par ailleurs, nos recherches nous ont permis de localiser, à une centaine de mètres en amont, une zone de chargement de vases médiévaux originaires des ateliers de Sevrey, et contemporains de ceux découverts au voisinage de l’épave. Il n’est donc pas interdit de penser que le bateau naufragé pourrait provenir de là...

Les épaves en contexte

29Toujours dans ce même secteur, l’étude d’un aménagement médiéval sur lequel s’est greffée une pêcherie (Bonnamour 1991 et 1992) a amené la découverte d’un fragment de pirogue visiblement réutilisé lors de la mise en place de l’aménagement. La datation radiocarbone de la pirogue, ainsi que de bois prélevés sur la pêcherie, a permis de confirmer les observations archéologiques et d’attribuer la pirogue à l’époque mérovingienne, alors que la pêcherie semble avoir été installée deux à trois siècles plus tard.

30En 1989. des prospections en bordure de la rive gauche de la Saône, sur la commune de SaintGermain-du-Plain, à hauteur de l’habitat du Bronze final III des Rives, avaient permis d’observer la présence de nombreux vestiges osseux ainsi que de céramique. Une grande pirogue monoxyle avait également été localisée dans cette même zone, sans qu’une relation éventuelle entre ces différents vestiges puisse être clairement établie. Une fouille subaquatique réalisée par A. Dumont et J.-M. Treffort a montré que les vestiges archéologiques ne se trouvaient pas en place, mais provenaient de l’habitat établi sur la berge. Les deux datations radiocarbone effectuées sur la pirogue (Dumont 1994) ne paraissent absolument pas convaincantes quant à la relation possible avec l’habitat de berge, et sembleraient plutôt se rapporter au premier âge du Fer.

31Moins problématique en revanche paraît être la datation de la pirogue monoxyle découverte à proximité du débouché, rive gauche, du gué du Port Guillot à Saint Marcel. Datée de 570 à 987 av. n. è. (Bonnamour à paraître b), cette pirogue reposait au contact d’une couche d’argile renfermant des végétaux ainsi que de nombreux éléments archéologiques attribuables au Bronze final III. Il semble donc bien qu’elle’soit restée en place dans son environnement.

7- Ouroux-sur-Saône (71)

7- Ouroux-sur-Saône (71)

Fouille d’une épave médiévale de type “monoxyle-assemblé “

Cliché Musée Denon, archéologie

32Plus évidents encore paraissent être les rapports existant entre le bateau de type “monoxyle assemblé” fouillé à Ouroux en 1990 et l’aménagement avec pêcherie aux abords duquel il a été retrouvé (fig. 7). La similitude des résultats obtenus lors d’une série de datations radiocarbone montre que nous nous trouvons là très vraisemblablement en présence du bateau de service utilisé pour le fonctionnement de la pêcherie au cours du XIVe s.

Le port Guillot : un site portuaire antique, médiéval et moderne

33Outre la présence d’un passage à gué et celle de trois épaves répertoriées, ce site, à la limite sud de Chalon, présente l’intérêt d’avoir connu des activités portuaires quasi ininterrompues depuis la fin du Ier s. jusqu’à la période moderne. Cette pérennité s’explique par la présence, à quelques kilomètres en retrait de la rivière, d’un important centre de production de céramique, les ateliers de Sevrey-La Charmée, connus jusqu’à présent surtout pour leurs productions médiévales (Renimel 1974).

34En réalité, la production de ces ateliers semble remonter à l’Antiquité, comme le prouvent l’abondance et la spécificité de vases retrouvés sur le site du Port Guillot, telle la série de 5 plats à couverte micacée, retrouvés empilés au fond de la rivière (fig. 8). Dès les premières prospections, nous avions été particulièrement frappés d’observer, dans la zone du Port Guillot, la présence de nombreux points de trouvailles d’une superficie très restreinte, mais présentant pour la plupart une relative homogénéité chronologique. La réalisation de la bathymétrie du secteur, et la mise en évidence du tracé du gué à partir de 1988 nous ont permis de commencer à comprendre l’organisation du site, et de discerner les relations ayant pu exister entre le passage et ce qui apparaissait comme différentes zones de chargement. Tant à l’époque romaine, mérovingienne qu’au bas Moyen Age, le pavage du gué, au voisinage des deux rives de la rivière, a visiblement servi de rampe de chargement, selon une technique élémentaire qui demeurera en usage sur la Saône jusqu’au début du XXe s. Curieusement, la période axée sur les Xe-XIIIe s. échappe à cette règle, puisque l’ensemble des opérations de chargement de vases se concentre sur la rive gauche, rive opposée à celle sur laquelle étaient situés, à l’intérieur des terres, les ateliers de production. A cette époque, on constate la présence, au débouché du gué, d’un aménagement sommaire sous forme de lignes de piquets disposés perpendiculairement à la rivière, et dont on peut supposer qu’elles ont servi d’armature à un quai en fascines (Bonnamour 1992, p. 360). L’abandon des activités portuaires sur la rive droite et leur report sur la rive opposée est incontestablement à mettre en relation avec des conditions de navigation particulièrement défavorables ; c’est en tout cas la conclusion vers laquelle nous a orientés l’étude d’un aménagement long de 1 300 m., intégrant également une pêcherie, et destiné à faciliter la navigation au passage du haut-fond (fig. 3).

8- Lux (71)

8- Lux (71)

Fouille du site portuaire gallo-romain du Port Guillot : cinq plats empilés, tels qu’ils furent découverts

Cliché Musée Denon, archéologie

35Entre le XIVe et le XVIe s., voire le début du XVIIe s., les conditions de navigation paraissent s’améliorer, et les points de chargement se multiplient le long des berges, sur toute la longueur du gué et même en amont, en bordure d’un bras secondaire révélé par la bathymétrie. Là, la fouille en 1987 d’une petite zone de chargement nous a montré l’absence totale d’installation fixe, à l’exception de quelques piquets d’amarrage. Sur les 20 m 2 étudiés, 57 pots archéologiquement complets ont été retrouvés, partiellement enfoncés dans la vase sur deux épaisseurs, et recouverts par une épaisse couche de gravier, qui atteste l’importance de la sédimentation en rive droite, en aval de la confluence avec la Raie de Droux. Le suivi d’une série de sites portuaires échelonnés sur une aussi longue période et sur une zone géographique restreinte présente un intérêt certain pour la compréhension de l’évolution de la rivière. La bathymétrie, les datations radiocarbone, la climatologie constituent des apports essentiels pour l’approche du phénomène.

Les aménagements médiévaux

36C’est une fois encore le site du Port Guillot qui a livré les premiers éléments ayant permis la prise en compte d’un phénomène jusqu’alors insoupçonné sur la Saône, et dont l’ampleur nous apparaît aujourd’hui à la lumière des découvertes archéologiques autant que des recherches d’archives (Canat 1992). Dès 1982, des alignements ou des groupes de piquets en bois blanc avaient été observés sans que nous leur ayons porté une attention particulière. Toutefois, la découverte, quelques années plus tard, de céramiques médiévales et d’un tronçon de pirogue visiblement associés à ces piquets, nous a conduits à organiser la fouille systématique du secteur le plus sensible de ce vaste aménagement, en bordure amont du haut-fond guéable, et à étendre les prospections à l’ensemble du dispositif.

37La fouille a porté sur trois aménagements distincts, étroitement imbriqués et chronologiquement proches, comme l’a montré la série de datations radiocarbone réalisée à partir des bois prélevés sur l’ensemble de la structure (Bonnamour 1992, p. 360). Long de 1300 m., l’aménagement principal, disposé de part et d’autre du haut-fond, est constitué par un vaste “clayonnage” ; il est destiné à canaliser le cours de la rivière, afin, dans un premier temps, de rejeter le courant en direction de la passe navigable de rive gauche, avant de le renvoyer ensuite au large pour éviter qu’il ne sape la berge. Sur le haut-fond, là où la hauteur d’eau est la plus faible, et, en contrepartie, le courant le plus fort, ont été implantés une pêcherie ainsi que le petit quai de chargement auquel il a été fait allusion précédemment (fig. 9). La douzaine de datations radiocarbone réalisées permet de soupçonner une antériorité, de l’ordre d’un siècle, de la stucture principale par rapport à la pêcherie et au quai, qui seraient venus se greffer sur l’aménagement initial vers le début du XIe s. L’ensemble a ensuite fait l’objet de réparations et de travaux d’entretien au moins jusqu’à la fin du XIIIe s. Bien que nous nous trouvions systématiquement, dans le cas des multiples aménagements médiévaux qui jalonnent le cours de la Saône, en présence de bois blancs de faible diamètre, des analyses dendrochronologiques seraient probablement susceptibles de préciser la chronologie relative de l’ensemble. Un tel travail suppose une topographie et des prélèvements systématiques, ainsi que des moyens dont nous ne disposons bien évidemment pas.

9- Saint-Marcel (71)

9- Saint-Marcel (71)

Plan de la pêcherie médiévale au débouché du gué du Port Guillot, rive gauche

C. Michel, Musée Denon

38En 1991, à la suite de l’aménagement du Port Guillot, nous avons été amenés à travailler sur un autre site, d’apparence assez semblable, à Ouroux-sur-Saône. Ce site, en cours de destruction rapide, suite à des travaux d’extraction de granulats et à l’érosion consécutive à ces derniers, comportait les restes d’un grand clayonnage longitudinal, en bordure de la rive gauche de la Saône, ainsi que les vestiges d’une pêcherie. Cette dernière avait de toute évidence été l’objet d’une destruction brutale peu après sa mise en place, puisqu’elle se présentait sous la forme d’un enchevêtrement de grands pieux en bois blanc, conservés sur toute leur longueur. La datation radiocarbone des piquets du clayonnage, des pieux de la pêcherie ainsi que de l’épave retrouvée à proximité a montré d’une part la contemporanéité des ces divers éléments, et d’autre part leur remarquable homogénéité chronologique, axée sur le XIVe s. (Bonnamour 1992, p. 374). Outre le problème posé par la destruction brutale de la pêcherie, imputable à un événement naturel ou à l’action de l’homme ( ?), on remarque une différence importante dans le positionnement de l’aménagement : il est placé non pas à cheval sur le haut-fond, comme c’était le cas au Port Guillot, mais en aval de ce dernier, dans un secteur où la berge, particulièremement escarpée, est soumise à une érosion importante. En période de forte activité hydrologique, on peut donc y voir un ouvrage analogue aux “turcies” de la Loire (Dion 1961), sorte de digue de protection immergée destinée à briser le courant. La poursuite des prospections subaquatiques nous a montré l’extrême abondance des aménagements de ce type, qui ont survécu jusqu’à la fin du XVIIIe s. sous la forme de “bennes” ou “bannes” destinées au fonctionnement des moulins à nefs. Pour la période médiévale, la multiplication des datations radiocarbone à partir d’échantillons prélevés systématiquement lors des prospections, semble indiquer deux grandes phases de construction, l’une centrée sur la période X - XIIIe s., l’autre sur les XIVe - XVe s. Pêcheries et aménagements de moulins exceptés, il semble bien que leur finalité ait été totalement différente, adaptée à des changements du régime hydrologique. La poursuite des recherches et la multiplication des datations absolues devraient également permettre la mise en évidence d’ouvrages analogues, et notamment de pêcheries d’époques antérieures, mérovingiennes, galloromaines, voire même protohistoriques. L’exemple, maritime il est vrai, de la baie du Mont Saint-Michel (L’Homer 1995) est, à cet égard, particulièrement encourageant.

Le pont romain de Chalon

39Vraisemblablement construit au début du IIe s., le “grand pont de Saône” est resté en usage jusqu’à sa destruction brutale par fait de guerre, le 5 septembre 1944. Les travaux de démolition qui ont suivi amenèrent un certain nombre d’observations archéologiques qui ont permis à Louis Armand-Calliat de soupçonner l’antiquité de l’ouvrage (Armand-Calliat 1952). En 1990, des travaux d’approfondissement du chenal navigable ont porté sur l’emplacement des piles n° 3 et 4 du pont antique et médiéval, et eu pour conséquence l’extraction d’environ un millier de grands blocs de calcaire et de grès. C’est cette dernière découverte qui a motivé notre intervention et la fouille en cours depuis 1994 à l’emplacement de la pile n° 3.

40Les plans et profils des XVIIIe et XIXe s. dont nous disposions jusqu’alors montraient des piles posées directement sur le fond de la rivière ou assises sur des pieux. Les travaux des années 1950 avaient, grâce à la découverte de grands sabots métalliques, attesté la réalité de ces derniers à l’emplacement des piles antiques. Les premiers travaux de décapage nous ont apporté la preuve que la base de la pile n° 3, construite à l’aide de gros blocs de grès liés par du mortier et des crampons métalliques noyés dans le plomb, avait été assez profondément enfouie dans le sol et se trouvait, de ce fait, conservée sur une hauteur de près de 2 m. Les sondages géologiques réalisés préalablement aux travaux de reconstruction du pont apportent une explication logique à cette particularité : il faut en effet descendre à environ 6 m. sous la première assise de blocs, à travers des couches de gravier et de sable, avant d’atteindre un épais niveau argileux susceptible d’assurer une stabilité suffisante à l’ouvrage. Logiquement donc, les pieux de fondation supportant le platelage et la pile devraient être implantés jusqu’à ce niveau : nous nous efforcerons de le confirmer lors de la campagne 1996. Cette particularité du pont de Chalon, liée à la présence d’une épaisse couche de sédiments superficiels instables, a rendu plus complexe la tâche des bâtisseurs romains, et interdit l’usage des batardeaux classiques du type de ceux employés pour la construction du pont de Trêves (Clippers 1969). A Chalon, l’assèchement du chantier a dû être réalisé en deux temps : en premier lieu, une digue sommaire, avec armature de pieux, a été construite tout autour de l’emplacement de la pile ; cet espace a alors pu être vidé à l’aide d’une puissante pompe à roue, puis excavé. Au fond du “polder” ainsi créé a été construit un caisson étanche, très soigneusement assemblé selon des principes s’apparentant fort à ceux de la construction navale. Ce caisson achevé et maintenu à sec à l’aide d’une simple pompe à piston, le travail a pu alors commencer : enfoncement et recépage des pieux, mise en place du platelage, puis de quatre premières assises de grès. Le chantier, dépassant alors le niveau d’étiage, a ensuite pu être poursuivi de manière traditionnelle.

41Parmi les problèmes nombreux et complexes posés par la fouille d’un tel ouvrage, relevons la présence, à l’aval de la pile, d’une vaste enceinte de pieux creusée plus profondément que la base de la pile, et remplie de pierrailles et de blocs de remploi, sur une hauteur de 3 m. Le rôle initial de cette “enceinte” est certes d’assurer la protection de la pile contre une érosion prévisible, du fait de l'instabilité du substrat. En réalité, cette “crêche” de protection a répondu à un autre objectif : au cours des premières phases de construction, elle a en effet servi d’aire de travail pour la mise en place des pompes ainsi que des engins de levage, avant d’être remblayée jusqu’à un niveau supérieur à celui de l’eau afin de pouvoir à nouveau être utilisée comme plateforme de travail pour la suite du chantier. Il nous a par ailleurs été possible d’identifier de manière précise le niveau d’étiage antique, marqué par un épais concrétionnement de carbonate de chaux au sommet de la troisième assise de grès, à une profondeur de 4,50 m. sous le niveau actuel de l’eau de la rivière. Un autre point intéressant est la présence, autour des piles, d’importants enrochements. Nos observations au niveau de l’avant-bec de la pile n° 3, appuyées sur des trouvailles notamment de monnaies, montrent que le pourtour de la pile est resté vide, protégé par le seul caisson de construction laissé en place à l’issue des travaux, durant un laps de temps supérieur à un siècle. Au cours du IIIe s., à une date que nous ne pouvons préciser actuellement, on a procédé au démontage systématique d’une partie du caisson, avant de mettre en place les enrochements constitués de matériaux de remploi. A ce stade de la recherche, la question se pose de savoir si l’installation de ces enrochements est liée à la disponibilité de masses importantes de matériaux, issus de la destruction de monuments liée à des événements politiques, ou à des raisons d’ordre hydrologique ayant mis en danger la stabilité de l’ouvrage. La conjonction des deux explications est également plausible ; il est tentant ici d’établir un rapprochement avec le réaménagement, vers le milieu du IIIe s., du pavage du gué du Port Guillot, suite à un bouleversement complet du passage, mais il convient de se montrer prudent en ce domaine, car nous ne disposons que d’éléments isolés, d’interprétation trop aléatoire.

Conclusion

42En dépit de l’ampleur des destructions opérées pendant un siècle et demi de dragages et d’extractions incontrôlées de matériaux alluvionnaires dans le lit mineur de la Saône, l’expérience chalonnaise montre que l’inventaire, la protection et l’étude des sites doivent être poursuivis. Le travail réalisé est loin d’être satisfaisant ; il demande à être approfondi dans un esprit pluridisciplinaire, en fonction de thématiques précises. Pour ponctuelle qu’elle ait été, cette action a cependant non seulement apporté la preuve évidente de l’existence de véritables gisements archéologiques, mais a aussi montré leur variété et la richesse des informations qu’ils sont susceptibles de livrer, tant en ce qui concerne l’histoire des hommes que celle, indissociable, de la rivière.

Bibliographie

Bibliographie

Armand-Calliat 1952 : ARMAND CALLIAT (L.) - Le pont romain de Chalon. Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, 33, 1952, p. 53-63.

Armand-Calliat 1957 : ARMAND CALLIAT (L.) - Trouvailles archéologiques dans la Saône à Anse (Rhône) et aux abords de Chalon. Gallia 15, 1, p. 128-144.

Baratte et al. 1984 : BARATTE (F.) et al. - Vases antiques de métal au Musée de Chalon-sur-Saône. Ve suppl. à la R.A.E., Dijon, 1984.

Bidault de Grésigny 1920 : BIDAULT DE GRESIGNY (L.) - Recherches archéologiques dans la vallée de la Saône entre Lyon et Chalon-sur-Saône de 1875 à 1920. Chalon, 1920. (album de planches photographiques).

Blanchet 1977 : BLANCHET (J.-C.), LAMBOT (B.) - Les dragages de l’Oise de 1973 à 1976. Cahiers Archéologiques de Picardie, 4, 1977, pp. 62-88.

Bonnamour 1974 : BONNAMOUR (L.) - Trouvailles de la fin de l’âge du Bronze dans la Saône sur le site d’OurouxMarnay (S.-et-L.). Bull. S.P.F., 71, CSRM 6. 1974, pp. 189191.

Bonnamour 1975 : BONNAMOUR (L.) - La port gaulois et gallo-romain de Chalon. Etat de la recherche. Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, 45,1975, pp. 761-71.

Bonnamour 1989 : BONNAMOUR (L.) - L’habitat Bronze final du Gué des Piles à Chalon-sur-Saône (S.-et-L.). Etude archéologique. Gallia Préhistoire, 31, 1989, pp. 159-189.

Bonnamour 1989a : BONNAMOUR (L.) - Nouvelles découvertes archéologiques en Saône sur le site du gué de Gigny-Thorey (S.-et-L.). R.A.E., 40, 1989, pp. 47-60.

Bonnamour et al. 1990 : BONNAMOUR (L.), MARINVAL (P.) et al. - Les habitats du Bronze final III dans la moyenne vallée de la Saône au sud de Chalon et le gué des Piles. In : Colloqe de Lons-le-Saunier : Un monde villageois, habitat et milieu naturel en Europe de 2000 à 500 av. J.-C., Lons-le-Saunier, 1990, pp. 97-111.

Bonnamour 1991 : BONNAMOUR (L.) - Recherches subaquatiques en Saône : mise en évidence d’aménagements médiévaux. In : 116e Congrès Nat. Soc. Sav., Chambéry, 1991, pp. 165-177.

Bonnamour 1992 : BONNAMOUR (L.) - Fouille d’aménagements médiévaux dans le lit de la Saône au sud de Chalon. R.A.E., 43, 1992, pp. 353-378.

Bonnamour à paraître a : BONNAMOUR (L.), DUMONT (A.) - Les armes romaines de la Saône. Etat des découvertes et données récentes de fouilles. In : IXe International Roman Military Equipment Conference, Leyden, Netherlands, 1994.

Bonnamour à paraître b : BONNAMOUR (L.)-Bateaux de Saône : 3000 ans d’évolution. In : 7e colloque international d’archéologie navale, Tatihou, 1994, à paraître dans Archaeonautica.

Boulud 1995 : BOULUD (S.) - Les épées de l’âge du Bronze dans la vallée de la Saône. Mémoire de Maîtrise, Univ. de Bourgogne, 1995.

Briard 1971 : BRIARD (J). - Epées de Bretagne et d’ailleurs jetées dans les rivières à l’âge du Bronze. Annales de Bretagne, 1971, pp. 47-58.

Briard 1995 : BRIARD (J). et alii - Le Néolithique et l’âge du Bronze du site à gué de la Vilaine entre Massenac (LoireAtlantique) et Langon (Ille-et-Vilaine). Bull. S.P.F., 92, 1, 1995, pp. 109-122.

Chevrier 1846 : CHEVRIER (J.) - Notice sur un vase byzantin trouvé dans la Saône en 1843. Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, 1, 1846, ρ p. 235-240.

Cüppers 1969 : CÛPPERS (H.) - Die Trierer Romerbrücke., Mainz, 1969. (Trierer Grabungen und Forschungen 5).

Déchelette 1913 : DECHELETTE (J.) - La collection Millon. Antiquités préhistoriques et gallo-mmaines.Paris, 1913,pp. 155-282.

Dion 1961 : DION (R.) - Histoire des levées de la Loire, Paris, 1961, pp. 14-22.

Dumont 1992 : DUMONT (A.) - Les gués de la Grande Saône (de Verdun sur le Doubs à Lyon) Inventaire et problématique. Mémoire de DEA, Univ. Lumière Lyon 2, 1992.

Dumont 1994 : DUMONT (Α.), TREFFORT (J.-M.) - Fouille d’une pirogue monoxyle protohistorique à Saint-Germain-du-Plain (S.-et-L.). R.A.E., 45, 2, 1994, pp. 305-319.

Dumont 1997 : DUMONT (A.) - Les passages à gué de la Grande Saône. Thèse de doctorat. Univ. Lumière Lyon 2.

Fehr 1981 : FEHR (H.) - Römische Rheinbrücke Koblenz. In : Bonner Jahrbücher 181, Bonn, 1981, pp. 283-354.

Le Gall 1953 : LE GALL (J.) - Recherches sur le culte du Tibre. Thèse complémentaire pour le doctorat ès lettres, Univ. de Paris. PUF, 1953, 112 p.

Gaucher 1981 : GAUCHER (G). Sites et cultures de l’âge du Bronze dans le Bassin Parisien. XVe supp. à Gallia Préhistoire, 1981, p. 31-36.

Grandjean 1984 : GRANDJEAN (P.) - L’habitat Bronze final d’Ouroux-sur-Saône. In : Archéologie des lacs et des rivières, 20 ans de recherches subaquatiques en France, Musée-Chateau d’Annecy, 1984, s. p.

L’Homer 1995 : L’HOMER (A.) - Les vestiges de la pêcherie en bois de Saint-Jean-le-Thomas datant de l’âge du Bronze, baie du Mont-Saint-Michel et marais de Dol. In : Milieux naturels et peuplements dans le passé, Centre régional d’archéologie d’Alet, Saint-Malo, 1995, pp. 119-124.

Jeanton 1917 : JEANTON (G.), LAFAY (G.) - Nouvelles découvertes archéologiques faites dans la Saône en aval de l’île Saint-Jean, près de Mâcon. Bull. S.P.F., 14, 1917, pp. 161-176 et 191-204.

Kramer 1995 : KRAMER (W.), SCHLICHTHERLE (H.) - Unterwasser Archäologie in Deutschland. Antike Welt, 26, 1, 1995, pp. 3-16.

Künzl 1993 : KÜNZL (E.) - Die Alamannenbeute aus dem Rhein bei Neupot., Mainz, Romisch-Germanischen Zentralmuseum, 1993, 4 vol.

Landa 1869 : LANDA (L.) - Promenade archéologique aux environs de Chalon. Matériaux d’Archéologie et d’Histoire, 1, 1869, pp. 108-112 et 150-152.

Mariën s. d. : MARIËN (M.-E.) - Découvertes à la grotte de Han. Han-sur-Lesse, s. d.

Mohen 1977 : MOHEN (J. P.). L’âge du Bronze dans la région de Paris : catalogue synthétique des collections conservées au Musée des Antiquités Nationales, Paris, Editions des Musées Nationaux, 1977.

Monnet 1984 : MONNET (R.), THEVENIN (C.) - Dragages récents dans l’Ognon à Marnay (Haute-Saône). R.A.E. 34, 1984, pp. 366-374.

Mozsolics 1975 : MOZSOLICS (A.) - Bronzkori Kardok Folyokbol. Kiilonlenyomat Az Archaeologiai Estesito 102, 1975, pp. 3-24.

Nemeth 1993 : NEMETH (O.) - Vases antiques de métal dans la moyenne vallée de la Saône. Mémoire de maîtrise d’Archéologie, Univ. de Bourgogne, 1993.

Renimel 1974 : RENIMEL (S.) - L’atelier céramique de Sevrey (IXe-XIXe s.), Un millénaire de tradition céramique en Chalonnais. Chalon, 1974, Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, 1974.

Schalles 1993 : SCHALLES (H. J.), SCHREITER (C.) - Geschichte aus dem Kies, Neue Funde aus dem alten Rhein bei Xanten. Xantener Berichte 3, 1993, 269 p.

Torbrügge 1972 : TORBRÜGGE (W.) - Vor-und Frühgeschichtliche Flussfunde. Zur Ordnung und Bestimmung einer Denkmälergruppe. Bericht der RömischGermanischen Komission, 51-52, 1972, 146 p.

Warmenbol et al. 1992 : WARMENBOL (E.) et al - La collection Edouard Bernays. Néolithique et âge du Bronze, époques gallo-romaine et médiévale. Bruxelles, 1992.

Wegner 1976 : WEGNER (G.) - Die vorgeschichtlichen Flussfimde aus dem Main und aus dem Rhein bei Mainz. 1976, 197 p. (Materialhefte zur Bayerischen Vorgeschichte A 30).

Wirth 1993 : WIRTH (S.) - Flussfunde aus Augsburg. Acta Praehistorica et Archaeologica, 25, 1993, pp. 211-242.

Zapotocky 1969 : ZAPOTOCKY (M.) - Kvyznamu Labe Yako Spojovaci a Dopravni Cesti (Zur Bedeutung der Elbe als Verbindungs-und Transportweg). Pamatky Archeologicke 60, 1969, pp. 277-366.

Documents

Canat 1992 : CANAT (C.) - Recherches en archives, In : CHASTEL 1992, pp. 27-46.

Chastel 1992 : CHASTEL (J.) - Aménagement de la Saône entre Chalon-sur-Saône (71) et Saint-Symphorien-sur-Saône (21). Rapport de prospection archéologique subaquatique. Service Régional de l’Archéologie de Bourgogne, 1992.

Table des illustrations

Titre 1- Ouroux-sur-Saône (71)
Légende Vue aérienne du site pendant la campagne de fouille 1982
Crédits Cliché Musée Denon, archéologie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 2- Carte de localisation des principaux sites mentionnés
Légende Les noms soulignés correspondent aux localités ayant donné lieu à des fouilles subaquatiques
Crédits C. Michel, Musée Denon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 3- Chalon/Saint-Marcel/Lux (71). Gué du Port Guillot
Légende Carte de 1862 avec figuration schématique du passage et des aménagements médiévaux. Le toponyme “Port Guillot “se retrouve sur l’une et l’autre rive, aux débouchés du gué. Rive gauche, l’accès au passage correspond en outre à la limite de communes entre Chalon et Saint-Marcel
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 4- Le Port Guillot. Bathymétrie du fond de la rivière réalisée par le laboratoire des Ponts et Chaussées de Blois
Légende Sur le fond de carte ont été positionnés : AA’ : axe du pont de Bresse. Β : épave du XIIIe s. C : pirogue monoxyle de l’âge du Bronze. D : aménagements médiévaux (Xe-XIIIe s.), interrompus par un trou de drague. Ε : pirogue mérovingienne. F : fouille 1987 à l’emplacement d’une zone de chargement de vases de Sevrey des XVIe - XVIIe s. G : concentrations de céramiques médiévales.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1487/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 5- Ouroux/Varennes-le-grand (71)
Légende Les gués de La Casaque positionnés de manière schématique sur un fond de carte de 1862. Le passage moderne recoupe les tracés antiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1487/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre 6- Ouroux-sur-Saône (71)
Légende Positionnement des habitats Bronze final sur la berge et dans le lit mineur, sur un profil transversal daté de 1862. L’importance exceptionnelle de la sédimentation recouvrant les vestiges mis en évidence par la drague, est due aux alluvions déposées par un affluent, la Grosne.
Crédits C. Michel, Musée Denon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1487/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 7- Ouroux-sur-Saône (71)
Légende Fouille d’une épave médiévale de type “monoxyle-assemblé “
Crédits Cliché Musée Denon, archéologie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1487/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 8- Lux (71)
Légende Fouille du site portuaire gallo-romain du Port Guillot : cinq plats empilés, tels qu’ils furent découverts
Crédits Cliché Musée Denon, archéologie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1487/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 9- Saint-Marcel (71)
Légende Plan de la pêcherie médiévale au débouché du gué du Port Guillot, rive gauche
Crédits C. Michel, Musée Denon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1487/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 166k

© Alpara, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access