Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamique du paysage

 | 
Jean-Paul Bravard
, 
Michel Prestreau

Géoarchéologie des grottes

Formation des dépôts archéologiques en Grotte

La Grotte du Gardon (Ain) durant le néolithique

Dominique Sordoillet

Résumé

Après un inventaire des principaux processus de formation des sites archéologiques en grotte et un bref aperçu méthodologique sur la manière de les appréhender, les résultats de l'étude micromorphologique du remplissage de la grotte du Gardon (Ain) permettent, grâce au cadre chronoculturel établi par l'archéologue et aux données climatiques régionales tirées du milieu lacustre, de discuter du statut et du rythme des occupations sur ce site pendant le Néolithique.

Le potentiel cognitif des sédiments anthropiques, c'est-à-dire des sédiments directement issus des activités n'est humaines, plus à démontrer (Brochier J.-E. 1987, Brochier J.-L. 1988, Courty 1988a...)· L'étude de ces sédiments apporte des informations sur les modalités d'occupation et sur l'organisation de l'espace intra-site (Courty et al. 1992, Cammas 1994). L'interprétation archéologique des dépôts anthropiques repose sur l'identification des constituants et des faciès sédimentaires, significatifs de leur mode de mise en place et de leur évolution post-dépositionnelle (Courty et al. 1989). La lecture et l'interprétation du message de la sédimentation anthropique impliquent toutefois que cette dernière évolution post-dépositionnelle n'ait pas eu une importance telle qu'elle brouille totalement les caractéristiques primaires du dépôt. Pour cette raison, tous les sites ne se prêtent pas d'égale manière à l'étude des sédiments anthropiques. Les grottes, parce qu'elles sont un abri tout naturel pour les gens et pour les aménagements qu'ils y ont apporté, constituent souvent un milieu propice à la formation des sites archéologiques et à la préservation des sédiments anthropiques (Renault 1987, Beeching 1992, Strauss 1993). Les parois et le plafond rocheux, en limitant l'extension latérale de ces dépôts et en les protégeant de l'altération météorique, favorisent leur superposition chronostratigraphique et leur conservation. Même si ces dépôts de grotte n'échappent pas à de possibles érosions, liées par exemple à l'activité karstique, aux bioturbations par les vers ou par d'autres animaux fouisseurs, ni encore à la confusion de plusieurs phases d'occupation en un même niveau archéologique, ils restent néanmoins parmi les plus appropriés du domaine terrestre pour l'individualisation et pour la caractérisation des niveaux d'occupation.

Texte intégral

Processus de formation des sites archéologiques troglodytiques

1Les remplissages de grottes résultent de divers processus de sédimentation, d'altération, de remaniement et d'érosion qui se traduisent par des accumulations complexes de différents types de dépôts (Bar Yossef 1993, Strauss 1993). L'analyse sédimentologique de ces dépôts nécessite au préalable une ordination stratigraphique minutieuse (Butzer 1982, p. 35-156. Harris 1989, Barton et Clark 1993). Il devient ensuite possible de rechercher, en identifiant les constituants et les processus sédimentaires, la signification des dépôts observés. L'inventaire qui suit, alimenté par les publications de différents auteurs, expose les principaux constituants et processus impliqués dans la formation des sites de grotte. Il montre leur diversité et la complexité de l'histoire des remplissages. Il souligne aussi le nombre d'interrogations qui subsistent encore à leur sujet. Dans cet exposé, les processus naturels et anthropiques de sédimentation sont abordés dans un premier temps, puis viennent ceux liés aux transformations post-dépositionnelles.

Sédimentation

Sédimentation naturelle

2Les processus naturels de sédimentation (fig. 1) impliqués dans la formation des remplissages karstiques sont bien connus par plusieurs études sédimentologiques (Miskovsky 1970 et 1974, Laville 1975, Campy 1982). Ces processus sont conditionnés essentiellement par le contexte climatique (précipitations, températures) et par la nature du substrat (lithologie, structure et fracturation) (Renault 1987, Campy et Macaire 1989, p. 125).

1 – Les processus naturels de sédimentations

1 – Les processus naturels de sédimentations

La géli-fraction, le ruissellement, la dissolution et les recristallisations sont les principaux processus sédimentaires naturels intervenant dans la formation des remplissages de grotte. Ils sont à l'origine des blocs, des cailloux, des sables, des limons, des argiles et des constructions algaires qui forment en proportions variables les différentes couches sédimentaires

Gélifraction

3Les alternances de gel et de dégel créent des tensions mécaniques au sein de la roche et favorisent sa désagrégation. Selon l'intensité de ces processus de gélifraction et la nature de l'encaissant, on peut assister au détachement de gros blocs ou à la formation d'éboulis plus petits, qui viennent s'accumuler sur le plancher de la grotte.

4Dans le Jura les couches profondes des remplissages karstiques sont essentiellement constituées de blocs, de taille fréquemment supérieure au mètre, et d'éboulis, souvent pauvres en matrice. Leur genèse est généralement attribuée aux phases froides du Pléistocène (Pléniglaciaire et Tardiglaciaire) (Campy 1982, Pétrequin et al. 1985, Vivian et al. 1991). La possibilité d'une origine cataclysmique pour les plus récents d'entre eux, vers le début du cinquième millénaire, est envisagée, mais reste à démontrer (Brochier et al. 1995). Plus tard dans l'Holocène, l'abondance et la taille des cryoclastes tendent à diminuer, en conséquence de l'adoucissement général des conditions climatiques... et tectoniques ?.

Ruissellement et dissolution chimique

5Le ruissellement des eaux de pluie sur les plateaux et leur infiltration dans les fissures et les diaclases du réseau karstique, favorisent le lessivage des horizons de sols et la dissolution du calcaire (Aubert 1967). Les éléments solubles (carbonate de calcium) et insolubles (graviers, sables, limons et argiles) sont entraînés avec l'eau dans la partie profonde du karst et se retrouvent dans les remplissages de grotte. Plusieurs types de dépôts peuvent être différenciés en fonction de leur mode de mise en place :

  • Les éléments insolubles sont transportés puis déposés par les rivières souterraines sous forme d'alluvions. Celles-ci apparaissent grossières (galets, graviers) et mal triées en cas de crue. Elles sont plus fines (sables, limons) et litées si elles sont mises en place par un régime hydrodynamique plus calme.

  • Dans le cas où un barrage sédimentaire ferme partiellement le débouché de la galerie karstique ou dans celui d'une émergence vauclusienne, des lacs peuvent se former en arrière du porche. C'est le cas par exemple à la grotte des Planches (Arbois, Jura : Pétrequin et al. 1985) et à la grotte du Gardon (Ambérieu, Ain : Treffort 1991). Des dépôts fins sablo-limoneux à limono-argileux, varvés par les fluctuations de la nappe, se mettent alors en place (fig. 2).

  • Le carbonate de calcium dissous dans l'eau reprécipite au sein des dépôts préexistants, qu'il transforme en brèches, ou au sommet de ces dépôts, sous la forme d'encroûtements tels que les tufs ou les travertins (fig. 3). Ces édifices carbonatés, très communs dans les remplissages karstiques (Brochier 1979, Campy et Macaire 1989, p. 142, Goldberg et Macphail 1991), sont formés par des colonies algaires (Casanova 1984) sous une faible tranche d'eau. Ils traduisent le réchauffement relatif d'un climat tempéré froid (Ambert 1981). Dans la grotte de l'Abbaye (Chazey-Bons, Ain) (Buard et al. 1994), de tels dépôts tuffacés, d'âge atlantique probable, recouvrent et englobent des éboulis cryoclatiques, mis en place au Tardiglaciaire ou au tout début de l'Holocène.

2- Alluvions microlitées (Grotte du Gardon, couche 17, lumière naturelle, hauteur du cadre : 3mm)

2- Alluvions microlitées (Grotte du Gardon, couche 17, lumière naturelle, hauteur du cadre : 3mm)

À chaque cycle de crue et de décrue correspond la mise en place d'un lit sableux à la base, argileux au sommet. En l'absence d'apport anthropique intermédiaire, la superposition de ces lits d'alluvions peut entraîner la formation d'épaisses couches d'inondation. Si des occupations interviennent entre les cycles de crue, les alluvions sableuses seront diluées dans les sédiments anthropiques

3- Encroûtement algaire (Grotte du Gardon, structure C134, lumière naturelle, hauteur du cadre : 3mm)

3- Encroûtement algaire (Grotte du Gardon, structure C134, lumière naturelle, hauteur du cadre : 3mm)

Dans les secteurs où la tranche d'eau est peu épaisse (au Gardon : au niveau du seuil séparant la galerie du porche), des encroûtements algaires peuvent se former. Difficilement identifiables à l'oeil nu, ces édifices carbonatés peuvent être confondus avec des sols aménagés

Processus sédimentaires naturels favorisés par l'anthropisation

6Les processus sédimentaires évoqués précédemment peuvent être accentués par les activités humaines.

Défrichements et agriculture

7Les défrichements des forêts et les labours ameublissent les sols (Kwaad et Mücher 1977, Fedoroff 1987), qui peuvent être plus facilement érodés et entraînés dans les porches de grotte ou les abris sous roche. Dans le Jura, les premiers défrichements enregistrés par les pollens remontent à la fin de l'Atlantique ancien (Cupillard et al. 1988). Dans l'abri de Roche-Chèvre (Bretonvillers, Doubs : op. cit.), ces défrichements de versant sont évoqués pour expliquer l'accélération de la sédimentation entre 4 500 et 4 000 av. J.-C. En revanche, dans les abris du Midi de la France, les dépôts engendrés par les défrichements, les cultures et le pâturage, ne sont réellement perceptibles qu'à partir du Moyen Âge (Brochier 1987). Ces apparentes contradictions chronologiques sur la manifestation sédimentaire des défrichements résultent probablement de contextes géomorphologiques, climatiques et anthropiques différents. Elles soulignent l'importance des recherches géo-et pédo-archéologiques de plein air visant à comprendre l'évolution des sols et les causes anthropiques ou naturelles de cette évolution (Berger 1995, Fedoroff et Courty 1995).

Activités de combustion

8Les feux allumés pendant l'occupation des grottes sont susceptibles d'accélérer la desquamation des plafonds rocheux par thermoclastie (Pétrequin et al. 1985). Aucune corrélation positive n'a cependant été établie avec certitude entre le nombre des foyers et l'abondance des fragments rocheux dans les couches (Butzer 1982).

Sédimentation anthropique

9A partir du Néolithique, les produits de la sédimentation naturelle sont dilués dans les sédiments générés par l'occupation humaine (Brochier 1987). Ces apports anthropiques, de nature minérale ou organique, témoignent de l'exploitation du milieu naturel pour l'aménagement et le fonctionnement du site (fig. 4).

4- Les processus anthropiques de sédimentation

4- Les processus anthropiques de sédimentation

Les processus anthropiques de sédimentation sont conditionnés par les activités humaines liées à l'occupation. L'artisanat, le bâtiment, les combustions et l'élevage sont des activités productrices de déchets, qui participent à la formation des couches archéologiques

Aménagement

10Lors de l'occupation, des blocs sont déplacés ou introduits dans la grotte pour la construction de murs en pierres sèches ou de foyers. Des cailloux, des sables, des limons et des argiles, provenant d'éboulis, d'alluvions, de dépôts lacustres ou palustres, peuvent également être utilisés pour la fabrication de murs en terre.

11Les végétaux (bois, herbes) et les excréments des animaux domestiques (moutons, chèvres) entrent eux aussi dans la composition de certains matériaux de construction (torchis).

12Dans la grotte du Gardon (Ambérieu-enBugey, Ain) quelques fragments de mortier microscopiques retrouvés dans les dépôts du Bronze final I témoignent de l'existence de ces constructions anthropiques (fig. 5).

5- Mortier de boue (sur les côtés) et phytolithes d'herbacées (au milieu)

5- Mortier de boue (sur les côtés) et phytolithes d'herbacées (au milieu)

Grotte du Gardon, couche 22, lumière naturelle, hauteur du cadre : 3mm
L'identification d'assemblages de mortier et de phytolithes (torchis) dans les dépôts associés à l'occupation du Bronze final 1. plaide pour une installation confortable et durable des populations. Le statut de la grotte est ainsi clairement lié à l'habitat

Fonctionnement

13Différents matériaux liés aux activités de subsistance peuvent être intégrés aux dépôts formés lors de l'occupation. La fabrication d'outils lithiques dans les sites peut enrichir considérablement les dépôts en éclats de taille. La confection de poteries implique l'introduction d'argile et de dégraissants minéraux ou organiques (sables, limons, esquilles osseuses, coquilles). Ces différents apports anthropiques ne sont pas toujours aisément différenciables des sédiments naturels, surtout lorsque les sources de matières premières se situent dans les environs immédiats du site.

14Ces activités artisanales, tout comme les activités culinaires, nécessitent l'utilisation du feu. Des végétaux et des excréments animaux sont utilisés pour l'alimentation des foyers de la grotte du Gardon. Ces combustibles se retrouvent dans les remplissages sous forme de charbons et de cendres qui peuvent parfois former des dépôts d'épaisseur pluri-décimétrique. Quelques unes de ces cendres présentent la morphologie caractéristique de l'espèce brûlée et livrent, de ce fait, des informations d'ordre paléoécologique (Brochier 1990). L'étude en lame mince (micromorphologie) des accumulations cendreuses apporte des informations sur le mode d'utilisation de ces foyers.

15Des productions agricoles peuvent être stockées dans les grottes (Pétrequin et al. 1985). La décomposition des herbacées enrichit les remplissages en phytolithes, particules siliceuses résistantes formant le squelette de ces plantes. La grande variabilité morphologique de ces phytolithes et l'existence de formes communes à plusieurs espèces, fait de leur étude une spécialité à part entière (Brown 1984, Piperno 1988...).

16L'utilisation des grottes pour le parcage des animaux domestiques est à l'origine d'importantes accumulations de fumiers où se mélangent les apports de litière, de fourrage et les déjections animales (Brochier J.-E. 1983 et 1987, Brochier J.-L. 1986).

17Enfin la simple déambulation des occupants humains ou animaux entraîne l'intégration dans les couches d'agrégats sablo-limono-argileux apportés sous les pieds.

Effets des conditions climatiques sur la sédimentation anthropique

18Si l'introduction des matières premières minérales est peu sujette aux fluctuations climatiques, celle des matières organiques est en relation directe avec les saisons. A Arènes Candides, une relation a ainsi été établie entre la nature des sédiments, les pratiques pastorales et la saison d'occupation (Courty et al. 1992).

Transformations post-dépositionnelles

19Après leur mise en place, les dépôts sont sujets à des processus de transformation post-dépositionnelle, d'origine naturelle ou anthropique (Butzer 1982). Ces processus sont ici subdivisés en trois grandes catégories d'après leurs modalités d'action et leurs effets sur les dépôts originels :

  • processus d'altération : transformations chimiques ou mécaniques in situ ;

  • processus de remaniement : transformations avec déplacement des matériaux ;

  • processus d'érosion : transformations avec évacuation des matériaux.

20Ces différents processus agissent essentiellement à partir du sommet des dépôts. Leur identification permet de préciser si les couches archéologiques sont en place ou remaniées, et d'expliquer l'origine des limites qui les séparent (hiatus d'érosion ou de sédimentation). La reconnaissance de ces processus est essentielle à la compréhension de l'organisation spatiale du site, du rythme et de la durée des occupations.

Transformations naturelles

21Les transformations post-sédimentaires naturelles (fig. 6) se marquent essentiellement pendant les phases d'abandon du site. Leur étude permet d'apprécier le contexte climatique et la durée de ces phases d'abandon.

6- Les transformations post-sédimentaires naturelles

6- Les transformations post-sédimentaires naturelles

Les agents naturels de sédimentation peuvent également agir sur les dépôts, après leur mise en place dans le remplissage. Ils conduisent à la remobilisation plus ou moins importante de ces dépôts, entraînant des mélanges de couches ou leur évacuation hors de la cavité

Altération

22Les processus d'altération, physiques ou biologiques, modifient les caractéristiques initiales du dépôt sans le déplacer. Leurs effets sont d'autant mieux marqués que les hiatus de sédimentation et d'occupation sont prolongés.

Altération physique

23Les processus d'altération physique sont essentiellement causés par des facteurs climatiques (humidité, température) et sont à l'origine de transformations mécaniques à l'intérieur des dépôts.

24Les alternances de gel/dégel, déjà évoquées comme agent de sédimentation naturelle, peuvent également affecter le remplissage sédimentaire. La gélifraction des blocs tombés au sol conduit à leur désagrégation en éléments plus petits (Laville 1975) (fig. 7). Sur les matériaux fins, les alternances de gel/dégel conduisent à la ségrégation du sédiment en lentilles. Ce phénomène de ségrégation lenticulaire, démontré sur des dépôts de plein-air (Van Vliet-Lanoë et Valladas 1983, Van Vliet-Lanoë 1987), affecte également les sites préhistoriques qui ont connu des périodes glaciaires (Courty 1988b).

7- Eclatement physico-chimique d'un gravier calcaire (Grotte du Gardon, couche 18, lumière polarisée, hauteur du cadre : 3mm)

7- Eclatement physico-chimique d'un gravier calcaire (Grotte du Gardon, couche 18, lumière polarisée, hauteur du cadre : 3mm)

L'altération biochimique et la gélifraction peuvent conduire à l'éclatement des cailloux calcaires présents dans les couches. Ce type de processus secondaire peut oblitérer complètement les conditions initiales de la sédimentation

25Les variations d'humidité au sein des dépôts entraînent le déplacement des particules les unes par rapport aux autres. Les argiles sont regroupées en lentilles intercalées dans la matrice ou forment des pellicules autour des fragments de roches et des agrégats de sédiments (Courty et al. 1989, p. 156). Parallèlement des concentrations sablolimoneuses peuvent s'individualiser.

26Le ruissellement provoque la migration et l'accumulation de particules fines, minérales ou organiques dans les vides. Dans les dépôts lessivés apparaissent des plages appauvries en éléments fins. Ces transferts de particules, comparables à ceux décrits pour la formation des horizons de sols éluviaux et illuviaux (Fedoroff et Courty 1987), peuvent également être observés dans les dépôts de grotte (fig. 8).

8- Illuviation limono-argileuse au sommet d'agrégats sablo-limoneux (Grotte du Gardon, couche 56, lumière naturelle, hauteur du cadre : 3mm)

8- Illuviation limono-argileuse au sommet d'agrégats sablo-limoneux (Grotte du Gardon, couche 56, lumière naturelle, hauteur du cadre : 3mm)

Le ruissellement qui survient dans les contextes humides contribue, comme dans le cas de la fig. 7. à effacer les caractéristiques originelles des dépôts

Altération biologique

27Liés au développement de la faune du sol et de la flore, les processus d'altération biologique conduisent à des transformations mécaniques et biochimiques des dépôts. Ces processus biologiques sont particulièrement actifs dans la transformation des couches anthropiques riches en matières organiques.

28La circulation des vers et des larves d'insectes dans les couches, ainsi que la croissance des racines, conduisent à la formation de pores et d'agrégats aux formes caractéristiques (microagrégats de larves d'enchytrides, agrégats arrondis et striotubules de lombrics, chenaux racinaires à parois épaissies). Cette activité biologique peut aboutir à la déstructuration totale des briques en terre et à leur transformation en dépôts microagrégés meubles (Courty 1990).

29L'infiltration des eaux enrichies en acides organiques sécrétés par les plantes favorise la dissolution des cendres, des os et des fragments calcaires, ainsi que l'épigenèse des carbonates par des solutions phosphatées (Courty 1986).

Remaniement

30Les processus naturels de remaniement sont liés au ruissellement et à la gravité. Ils sont favorisés par l'altération préalable des dépôts.

  • Un ruissellement superficiel, plus important que celui évoqué dans les processus d'altération, peut entraîner des particules sédimentaires, les trier et les redéposer en une accumulation microlitée hors de leur site de formation (Courty 1990).

  • Sous l'effet de la gravité, des matériaux humides sont soumis à des processus de colluvionnement. L'intensité du déplacement est fonction de la pente et de la teneur en eau.

Érosion

31Les processus d'érosion sont provoqués, comme les précédents, par l'eau et par la gravité, qui agissent cette fois avec une intensité suffisante pour entraîner l'évacuation des dépôts hors du site.

  • La reprise de l'activité karstique provoque le déblayage des dépôts (Bar Yossef, 1993).

  • Des processus de colluvionnement importants peuvent entraîner l'évacuation complète des dépôts hors de leur site de formation.

Transformations anthropiques

32Pendant l'occupation, les activités humaines entraînent des modifications de la surface occupée (fig. 9). Comme dans le cas des transformations naturelles, les transformations anthropiques s'effectuent selon les cas : sans déplacement du dépôt préalablement mis en place (altération) ; avec déplacement à l'intérieur du site (remaniement) ; ou avec évacuation vers l'extérieur (érosion). Quelle que soit leur ampleur, ces transformations apportent des informations sur les modalités d'occupation. Les limites sédimentaires liées à ces processus n'impliquent pas forcément une interruption d'occupation, mais peuvent simplement correspondre à des changements dans les activités ou dans l'organisation spatiale du site.

9- Les transformations post-sédimentaires anthropiques

9- Les transformations post-sédimentaires anthropiques

Comme les agents naturels de sédimentation, l'homme et ses activités contribuent au remaniement permanent des sédiments, préalablement déposés par voie naturelle ou anthropique

Altération

33Parmi les activités humaines entraînant des modifications de la surface d'occupation sans déplacements massifs de sédiment, les mieux connues sont la circulation des occupants à l'intérieur du site et la combustion.

  • La circulation des habitants sur la surface d'occupation est essentiellement marquée par le tassement des dépôts sous-jacents (Gé et al. 1993) (fig. 10).

  • Les foyers allumés à même le sol, sans aménagement intermédiaire de sole foyère, provoquent la cuisson du substrat, qui selon sa nature et l'intensité de la combustion, se brunifie, se rubéfie ou est complètement calciné (Wattez 1992).

10- Surface piétinée, dense, surmontée par une couche d'abandon, lâche

10- Surface piétinée, dense, surmontée par une couche d'abandon, lâche

Grotte du Gardon, couche 18, lumière naturelle, hauteur du cadre : 3mm
Parmi les effets secondaires de l'occupation, le piétinement conduit à la compaction des dépôts, anthropiques ou naturels, sur lesquel évoluent les habitants

Remaniements

34Les remaniements engendrés par l'homme sont liés au fonctionnement et à l'entretien de l'espace occupé. Ils se traduisent par le déplacement à l'intérieur du site de dépôts anthropiques ou naturels.

  • Les vidanges de foyers entraînent l'accumulation, souvent à proximité de l'aire de combustion, de dépôts cendro-charbonneux. Sur le terrain, ces rejets se caractérisent par une certaine hétérogénéité texturale et structurale. Plus meubles et moins purs que les résidus de combustion trouvés in situ, ils reposent sur un substrat non transformé par la combustion.

  • Le nettoyage des aires de parcages du bétail peut être à l'origine d'accumulations secondaires de fumiers, destinés à être brûlés ou utilisés comme engrais dans les champs. Si les indices de ces nettoyages sont difficiles à mettre en évidence, les accumulations secondaires peuvent se caractériser par leur localisation limitée dans l'espace et par leur hétérogénéité texturale et structurale.

  • Les matériaux extraits des fosses-silos ou des trous de poteaux, s'ils ne sont pas réutilisés, peuvent former des dépôts secondaires qui se caractérisent, comme les précédents, par leur hétérogénéité texturale et structurale.

  • Le nivellement des surfaces d'occupation par des actes de déblayage et de remblayage de sédiments naturels ou anthropiques peut être démontré par l'existence de dépôts dont la structuration interne est caractéristique d'un rejet massif. De telles structures sédimentaires de rejet existent par exemple dans les niveaux du Bronze final IIIa de la grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey, Ain).

Érosion

35Les mêmes activités que celles évoquées dans le paragraphe précédent sont mises en cause. La seule différence réside dans le rejet à l'extérieur du site des produits remaniés. Ces activités anthropiques érosives sont bien évidemment plus difficiles à appréhender puisqu'aucun témoin matériel ne subsiste à l'intérieur du site.

Méthode d'étude des remplissages de grotte

36L'inventaire non exhaustif qui vient d'être dressé sur les processus sédimentaires et post-dépositionnels impliqués dans la formation des sites archéologiques de grottes souligne la complexité de ces sites. Tous les types de sédiments, minéraux ou organiques, peuvent avoir été mis en place, remaniés ou érodés, naturellement ou artificiellement. La compréhension de la dynamique de formation des remplissages est donc indispensable à leur interprétation archéologique. Pour satisfaire à cette nécessité, trois approches principales sont mises en oeuvre sur le site du Gardon (Ambérieuen-Bugey, Ain) : la stratigraphie, la micromorphologie et la datation absolue au carbone 14. Ces méthodes sont brièvement présentées ci-dessous.

Stratigraphie

37Les événements climatiques et anthropiques enregistrés dans les couches de terrain et au niveau des interfaces de ces couches doivent, dans un premier temps, être classés en chronologie relative par l'étude stratigraphique du site (Harris 1989). La description des coupes de terrain, d'autant plus nombreuses que la sédimentation est complexe, et la définition des couches sont généralement effectuées de concert par l'archéologue et le sédimentologue. Les reconstitutions palethnographiques nécessitant la fouille en plan de grandes surfaces isochrones et des coupes stratigraphiques théoriques pallient l'absence de tranchée verticale dans ces secteurs (Sabatier 1995). Cette analyse macroscopique du terrain aboutit à l'établissement d'une séquence stratigraphique synthétique de l'ensemble du remplissage.

Micromorphologie

38Le but de la micromorphologie (étude au microscope pétrographique de lames minces confectionnées à partir d'échantillons non perturbés de couches) (Courty et al. 1989) est d'extraire du sédiment des informations sur les processus sédimentaires, naturels ou anthropiques, impliqués dans la formation du site. L'étude de la composition et de la structure des dépôts d'une même phase d'occupation est à même de livrer des informations sur la nature, l'organisation spatiale et la durée relative de cette occupation. L'analyse des processus naturels de sédimentation et de transformation post-dépositionnelle apporte de la même manière des indications sur les événements climatiques survenus tout au long de la formation du site.

Radiochronologie

39La datation au carbone 14 des différentes couches du remplissage fournit un jalon chronologique sur lequel viennent se placer les différents événements enregistrés par le remplissage. L'étude micromorphologique permet d'assurer l'homogénéité sédimentaire des dépôts datés et de relativiser en termes de dynamique sédimentaire et d'occupation, la représentativité de ces dates. Ainsi les dates obtenues sur des dépôts manifestement remaniés et pouvant englober plusieurs niveaux d'occupation, n'ont pas la même signification que celles issues d'aménagements bien individualisés, comme des foyers par exemple.

Autres méthodes d'étude

40Au terme de cet exposé analytique succinct, on n'aura garde d'oublier que diverses approches, non discutées ici, contribuent largement à l'interprétation des remplissages archéologiques. Sans les citer toutes et sans rentrer dans le détail ni dans les finalités de chacune d'elles, on rappellera simplement au titre de quelques exemples : l'archéozoologie, l'anthracologie, la carpologie, la palynologie...

L'exemple de la grotte du Gardon (Ain)

41Un grand nombre des processus sédimentaires et post-dépositionnels évoqués en première partie de cet article ont été observés dans le remplissage de la grotte du Gardon. La reconnaissance de ces processus permet d'interpréter les dépôts en termes de dynamique et de rythme sédimentaires, et d'en tirer des informations sur les modalités d'occupation et sur l'ambiance climatique des cinq derniers millénaires. L'interprétation fonctionnelle des dépôts anthropiques de l'âge du Bronze ayant déjà été abordée en d'autres circonstances (Sordoillet 1994), c'est plutôt vers l'aspect environnemental et temporel des occupations du Néolithique que nous nous tournerons ici. Pour ce faire, nous tenterons une étude comparative entre les données climatiques régionales livrées par M. Magny (1995) et celles évoquées par le fonctionnement intermittent de la résurgence du Gardon. Par cet essai, nous chercherons à discuter d'une part des rythmes d'occupation du site, d'autre part d'un éventuel déterminisme climatique de ces occupations

Présentation générale du site

42La grotte du Gardon se situe à 2km à l'est d'Ambérieu-en-Bugey, dans la partie méridionale de la chaîne jurassienne (fig. 11). Son porche s'ouvre à 373 m d'altitude, au fond d'une reculée façonnée dans les calcaires du Bas-Bugey. Il se poursuit par une galerie descendante conduisant à un lac souterrain dont le drainage s'effectue par les conduits inférieurs du réseau. Le porche et l'entrée de la galerie ont été occupés à plusieurs reprises entre le Néolithique ancien et le Moyen Âge. Ces passages répétés sont à l'origine de nombreuses couches archéologiques superposées, localement isolées les unes des autres par des dépôts sablo-limoneux d'inondation.

11- Situation géographique et topographie de la grotte du Gardon

11- Situation géographique et topographie de la grotte du Gardon

La grotte du Gardon est rattachée à un réseau karstique creusé dans les calcaires du Jura méridional, a proximité du grand axe de circulation que constitue la vallée du Rhône. La configuration du porche et de la galerie a permis l'accumulation et la conservation des dépôts générés par les cinq mille ans d'occupation de la grotte et par les fréquentes crues de la rivière

Processus de formation du remplissage et comparaison avec les données climatiques régionales

43Une soixantaine de couches constituent le remplissage archéologique, de 1 à 3 m d'épaisseur, sur près de 300 m 2 (Joly et al. 1991, Sabatier et al. 1993). La stratigraphie, les vestiges archéologiques et les datations radiocarbones permettent actuellement la sériation de ce remplissage en 14 ensembles pour les périodes allant du Néolithique ancien à la Tène (Voruz 1996) (fig. 12,13) :

  • couches 60 à 54 : Néolithique ancien, vers 5 100 à 4 800 av. J.-C.

  • couches 53 à 51 : Saint-Uze ancien, vers 4 750 à 4 450 av. J.-C.

  • couches 50 et 49 : Saint-Uze récent, vers 4 400 à 4 200 av. J.-C.

  • couche 48 : abandon, vers 4 200 à 4 100 av. J.-C.

  • couches 47 à 43 : Chasséen récent, vers 4 100 à 3 800 av. J.-C.

  • couches 42 à 39 : Néolithique Moyen Bourguignon, vers 3 800 à 3 500 av. J.-C.

  • couche 38 : abandon, vers 3 500 à 2 800 av. J.-C.

  • couche 37 : Néolithique final entre 2 800 et 2 450 av. J.-C.

  • couches 36 et 34 : Bronze ancien, vers 2 300 à 1 800 av. J.-C.

  • couches 33 à 24 : Bronze moyen, vers 1 700 à 1 400 av. J.-C.

  • couches 23 à 21 : Bronze final I, vers 1 400 à 1 250 av. J.-C.

  • couches 20 à 18 et 14 : Bronze final III, vers 1 100 à 1 000 av. J.-C.

  • couches 17 à 15 : abandon, vers 850 à 450 av. J.-C.

  • couches 13 : La Tène, vers 450 à 150 av. J.-C.

44C'est sur la base de ce découpage chronoculturel que nous discuterons des processus sédimentaires naturels et anthropiques mis en oeuvre lors de l'édification du remplissage. Les caractéristiques lithostratigraphiques et micromorphologiques des dépôts conduisent à un découpage quelque peu différent qui peut se traduire en termes d'activités humaines ou de sédimentation naturelle. La signification climatique de cette sédimentation naturelle est discutée en confrontation avec les données régionales déduites des fluctuations lacustres (Magny 1995) (fig. 13). Rappelons à ce sujet, que les phases de transgression lacustre sont en relation avec des périodes de refroidissement.

12- Profil du remplissage et principaux ensembles chrono-stratigraphiques de la grotte du Gardon

12- Profil du remplissage et principaux ensembles chrono-stratigraphiques de la grotte du Gardon

13- Confrotation des données lithostratigraphiques, des dotations, des ensembles culturels et des interprétations micromorphologiques du remplissage de la grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey) / Ain) avec les données climatiques des lacs jurassiens

13- Confrotation des données lithostratigraphiques, des dotations, des ensembles culturels et des interprétations micromorphologiques du remplissage de la grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey) / Ain) avec les données climatiques des lacs jurassiens

Les dégradations climatiques enregistrées par les hauts niveaux lacustres, se traduisent par la mise en place d'épaisses couches sablo-limoneuses formées par la superposition de plusieurs lits d'alluvions. La grotte apparaît peu ou pas fréquentée durant ces périodes, comme par exemple entre 4200 et 4100 av. J.-C. A l'inverse, les régressions lacustres se traduisent par une plus grande dilatation de la sédimentation anthropique qui peut même devenir exclusive, comme dans le cas des couches 39 à 42

Les couches 60 à 54 du néolithique ancien

45Cet ensemble culturel est subdivisé en deux sous-ensembles en raison de leurs caractéristiques sédimentologiques différentes.

  • De la couche 60 à la couche 57, la sédimentation est largement dominée par l'alluvionnement (couches 59 et 57) et par le démantèlement du plafond rocheux (C58). La sédimentation anthropique est limitée à deux minces lentilles (C60) et à des infiltrations de matériel entre les blocs de la couche 58. L'abondance des alluvions traduit le haut niveau général de la nappe phréatique. Le microlitage de ces dépôts (succession de plusieurs lits à granulométrie décroissante depuis les sables jusqu'aux argiles) révèle les fluctuations de cette nappe, où crues et décrues alternent régulièrement. C'est à la faveur de quelques unes de ces décrues que surviennent les premières fréquentations humaines, au Néolithique ancien (couches 60 a et b). La première d'entre elle (couche 60a) est très fugace : au sommet d'un lit fluviatile, quelques micro-fragments de charbons, d'os et de céramique sont mêlés aux argiles de fin de crue. La faible épaisseur de cette couche et la pauvreté des apports anthropiques plaident pour une installation de fort courte durée. La seconde occupation (couche 60b) apparaît un peu plus importante. Elle est marquée par une sédimentation anthropique plus abondante et plus diversifiée qu'en 60a (charbons, cendres, sphérolites de calcite, os) et par la présence d'un foyer. Non encore daté, cet ensemble des couches 61 à 59 est probablement antérieur à 5 100 av. J.-C., date approximative de la couche 58 sus-jacente. La forte humidité qui le caractérise semble concorder avec les hauts niveaux que connaissent les lacs jurassiens à la même époque (transgression vers 5 300 à 4 900 av. J.-C.), et pourrait expliquer la rareté des occupations dans une grotte encore trop sujette aux inondations. On ne peut toutefois exclure que les occupations aient été plus importantes et les vestiges déblayés par l'activité karstique. Au dessus des alluvions précédentes, un amoncellement de blocs (couche 58) témoigne de l'effondrement d'une partie du toit de la cavité. Ce phénomène peut être associé à un adoucissement succédant à une période de grand froid (Campy 1982). L'humidité reste importante ainsi qu'en témoignent les nombreuses coiffes argilo-limoneuses de la couche 57, recouvrant l'amoncellement de blocs. Cette amélioration climatique, qui pourrait annoncer l'Atlantique récent vers 4 880 av. J.-C., semble s'accompagner d'une fréquentation un peu plus importante de la grotte. Les sédiments fins des couches 58 et 57 s'enrichissent en constituants d'origine anthropique (cendres, charbons, sphérolithes de calcite, os - brûlés ou non - et tessons de céramiques).

  • Les couches 56 à 54, que l'on pourrait situer en déduction de ce qui précède vers 4 900-4 800 av. J.-C., traduisent une diminution de la sédimentation fluviatile (couche 55) au profit de la sédimentation anthropique (couches 56 et 54). Les sables et les limons d'inondation de même que les blocs de gélifraction se raréfient, tandis que les couches limono-argileuses anthropiques s'épaississent et s'enrichissent en sphérolithes de calcite, en quelques phytolithes, en de rares coprolithes et surtout en matière organique indifférenciée. L'amélioration climatique annoncée par les couches 58 et 57 semblent ainsi se confirmer, à une date où débute une importante régression dans les lacs jurassiens (régression vers 4 900 à 4 400). L'atténuation des inondations favoriserait ainsi les occupations humaines, mais là encore on ne peut totalement exclure que le rythme des fréquentations ait été constant et que seule diminue l'action érosive de la résurgence. Concernant les modalités d'occupation, les caractéristiques micromorphologiques des dépôts plaident pour la stabulation répétée de caprinés. A la fin du Néolithique ancien, la grotte aurait ainsi fait principalement office de refuge pour des pasteurs. Cette interprétation n'est pas contradictoire avec les premières données archéozoologiques (Chaix et Nicod 1991).

Les couches 53 à 51 du Saint-Uze ancien

46D'après la lithostratigraphie et la sédimentologie, les caractéristiques de dépôt restent équivalentes à celles de la fin du Néolithique ancien et cet ensemble pourrait être rattaché aux couches 56 à 54 du Néolithique ancien. Nous sommes entre 4750 et 4450 av. J.-C., toujours pendant une phase de régression lacustre. Ce contexte climatique favorable semble être en relation avec la poursuite, voire l'intensification, de la fréquentation du site. De nombreux résidus végétaux et des esquilles osseuses, brûlés ou non, des coprolithes, des fragments de sol piétinés, le microlitage et la compaction importante des dépôts, plaident pour une installation prolongée des populations du Saint-Uze ancien. D'un point de vue sédimentologique, la grotte apparaît de moins en moins comme un simple refuge temporaire pour les bergers et leurs troupeaux, mais plutôt comme un habitat bien aménagé et occupé sur une longue durée. Cette hypothèse n'est cependant pas étayée par les données archéologiques qui décrivent un assemblage de mobilier plutôt maigre (Nicod 1996).

Les couches 50 à 49, Saint-Uze récent

47Vers 4 400 à 4 200 av. J.-C., alors qu'une transgression importante s'amorce dans les lacs jurassiens (transgression vers 4 400 à 3 800), la grotte du Gardon n'enregistre d'abord que quelques crues exceptionnelles et de modeste envergure (couches 51 et 49a). Après l'inondation de la couche 51, qui marque le sommet de l'occupation du Saint-Uze ancien, la fréquentation de la grotte reprend, mais avec, semble-t'il, une intensité moindre. Les dépôts de la couche 50 sont peu compactés par le piétinement, et amplement digérés par les vers pendant des périodes d'abandon. L'habitat est néanmoins réel, révélé aussi bien par l'aménagement de fosses et de foyers, que par l'abondance des résidus cendreux dans les sédiments. L'élevage, qui d'après les coprolithes, concerne à la fois la chèvre et les bovins, compte également parmi les activités principales. Les dépôts de la couche 49 apparaissent un peu mieux conservés que ceux de la couche 50. Il en va de même pour le mobilier et les structures archéologiques qui apparaissent particulièrement abondants dans cette couche (Nicod 1996). L'intermittence des occupations y est toutefois enregistrée par des phases d'inondation ou d'activité biologique. Ainsi, entre 4400 et 4200 av. J.-C., la grotte du Gardon apparaît occupée de manière intermittente (probablement pendant la saison sèche) par des groupes dont l'activité économique principale semble être l'élevage. Les séjours sont suffisamment longs pour justifier l'aménagement de structures d'habitat, qui peuvent être réutilisées à chaque nouvelle occupation du site. La bonne conservation des dépôts et du matériel de la couche 49 est probablement liée à son enfouissement catastrophique sous les dépôts d'inondation de la couche 48.

La couche 48, abandon de la grotte

48Une série d'inondations, enregistrées par le microlitage de la couche 48, interrompt momentanément ces occupations vers 4 200 à 4 100 av. J.-C., soit vers le maximum des transgressions lacustres jurassiennes de cette période.

Les couches 47 à 43, Chasséen récent

49La fréquentation de la grotte reprend vers 4 100 av. J.-C., dans des conditions comparables à celles précédant l'inondation de la couche 48. Des groupes occupent régulièrement la grotte de plus en plus rarement soumise aux inondations. Le fonctionnement plus occasionnel de l'exurgence semble annoncer l'amélioration climatique, enregistrée par une régression lacustre vers 3 800 av. J.-C. L'activité principale semble toujours être l'élevage d'après la nature des sédiments, mais les données archéozoologiques montrent que la chasse est également importante (Chiquet 1996). L'occupation la plus intense de cette période semble se produire vers la fin du Chasséen. Elle correspond à la moitié inférieure de la couche 44, caractérisée par une compaction importante, par de nombreux agrégats piétinés et par la présence de résidus de litières d'herbacées.

Les couches 42 à 39, néolithique Moyen Bourguignon

50Les dépôts générés par les populations du Néolithique Moyen Bourguignon, vers 3 800 à 3 500 av. J.-C., apparaissent très différents des précédents bien que d'une épaisseur équivalente. Les indices d'élevage et d'habitat sont mal conservés mais le sédiment fin comporte néanmoins les principaux indicateurs de l'occupation humaine (restes végétaux brunifiés ou carbonisés, esquilles osseuses, sphérolithes de calcite, matière organique amorphe). Seul le sommet de cet ensemble (couche 39) présente des indices témoignant d'une occupation relativement importante (compaction de la couche, nombreuses esquilles osseuses plus ou moins brûlées, fragments de mortier). Cette mauvaise conservation des dépôts semble pouvoir être corrélée avec la complète diparition des niveaux d'inondation dans la grotte, elle-même corrélable à la régression lacustre qui marque cette période. Les dépôts anthropiques n'étant plus régulièrement protégés des perturbations biologiques par des phases d'inondation, ils sont plus intensément dégradés et ne permettent pas l'identification des caractéristiques primaires des dépôts. Seule la couche 39, recouverte par les sables de la couche 38, est relativement préservée des évolutions post-dépositionnelles.

La couche 38

51Entre 3 500 et 2 800 av. J.-C., plusieurs hauts niveaux lacustres, séparés par des phases de régression, sont enregistrés dans le Jura. Au cours de cette période, la couche 38 de la grotte du Gardon, très influencée par le fonctionnement de l'exurgence, se met en place. Formée par l'alternance de lits sableux et limoneux d'inondation, elle contient deux couches anthropiques interstratifiées. Découvertes seulement en 1997, ces couches n'ont pas encore été étudiées.

Conclusion

52L'objet de cet article était de montrer l'importance de l'identification des processus sédimentaires et post-sédimentaires dans l'étude des sites archéologiques pour la reconstitution de l'histoire culturelle et environnementale de ces sites. Cette importance est soulignée au début de cet article par l'exposé des multiples et divers agents et processus, naturels et anthropiques, qui peuvent concourir à l'élaboration d'un remplissage. L'identification de ces processus dans le remplissage de la grotte du Gardon permet de proposer, à l'appui du cadre chrono-culturel (Voruz 1996) et des fluctuations climatiques des lacs jurassiens (Magny 1995), une histoire des occupations préhistoriques dans leur contexte environnemental. Le principal résultat de cette étude est la mise en évidence d'une corrélation entre la nature des dépôts accumulés sur le site et les fluctuations climatiques enregistrées dans les lacs. En effet, les principales accumulations sédimentaires liées aux inondations de la grotte du Gardon se mettent en place pendant des périodes de hauts niveaux lacustres, tandis que le maximum de sédimentation anthropique est plutôt enregistré pendant les phases régressives. Les fluctuations climatiques révélées par les variations des niveaux lacustres seraient donc également enregistrées par le système karstique. À ce stade, plusieurs hypothèses sont envisageables :

  • les fluctuations climatiques ont conditionné la fréquentation de la grotte et les dégradations climatiques s'accompagnent de l'interruption des fréquentations (déterminisme climatique) ;

  • les arrêts d'occupation interviennent indépendamment des variations du climat, mais la sédimentation naturelle est mieux enregistrée car non perturbée par la présence de l'homme.

  • le rythme de fréquentation reste identique, mais les dégradations climatiques engendrent le fonctionnement plus violent de l'exurgence qui évacue les dépôts anthropiques de ces périodes.

53La poursuite des recherches sur ces dépôts et sur ceux de l'âge du Bronze permettra vraisemblablement d'affiner notre compréhension du fonctionnement de l'exurgence et de son influence sur le rythme des occupations.

54Concernant le statut de ces occupations, les sédiments témoignent de la pratique de l'élevage du Néolithique ancien au Néolithique Moyen Bourguignon. Cette activité s'accompagne d'indices d'habitat témoignant de l'aménagement des lieux pour l'installation humaine. Au vu de la digestion importante des dépôts par les vers, ces occupations sont vraisemblablement intermittentes, régulièrement ponctuées, on l'a vu, par des phases d'inondation. Le rythme de ces occupations n'est pas encore définitivement établi, mais l'utilisation saisonnière de la grotte paraît envisageable. Là encore la poursuite des recherches permettra vraisemblablement d'en savoir plus sur le statut socio-économique de ces populations.

55Au terme de cet article je tiens à saluer tous les membres de l'équipe gardonologique, sans le travail desquels cette étude n'aurait pas été possible. Je remercie plus particulièrement L. Chaix et P. Chiquet pour les données archéozoologiques, Pierre-Yves Nicod pour l'archéologie du Néolithique ancien et moyen, et enfin Philippe Sabatier et Jean-Louis Voruz pour le cadre chrono-culturel.

Bibliographie

Bibliographie

Ambert 1981 : AMBERT (P.). – Chronologie locale et synchronisme paléoclimatique. Actes du Coll. de l'A.G.F., Formations carbonatées externes, 1981, p. 201 - 206.

Aubert 1967 : AUBERT (D.) - Estimation de la dissolution superficielle dans le Jura. Bull. Soc. vaud. Sci. Nat., 69/8. p. 365-376.

Barton et Clark 1993 : BARTON (C. M.) et CLARK (G. A.) – Cultural and Natural Formation Processes in Late Quaternary Cave and Rockshelter Sites in Europe and the Near East. In : Goldberg P., Nash D. T. and Petraglia M. D., Formation Processes in Archaeological Context., monographs in World Archaeology n° 17, Prehistory Press, Madison, Wisconsin, p. 33-52.

Bar Yossef 1993 : BAR YOSSEF (O.) – Site formation processes from a Levantine viewpoint. In : Goldberg P., Nash D.T. and Petraglia M.D. (eds), Formation processes in Archaeological context. Madison, Wisconsin, Monographs in World Archaeology, n°17, Prehistory Press, ρ 13-32.

Beeching 1992 : BEECHING (A.) – L'archéologie des cavernes. Introduction au débat. In : Beeching A. (éd.), Archéologie des grottes, ARENERA, vol. 7,1992, p. 9-12.

Berger 1995 : BERGER (J.-F.) - Facteurs anthropiques et naturels de l'évolution des paysages romains et protomédiévaux du bassin valdainais (Drôme). L'Homme et la dégradation de l'environnement. XVe Rencontres internationales d'Archéologie et d'FIistoire d'Antibes. Ed. APDCA, Juan-les-Pins, p. 79 - 114.

Brochier 1983 : BROCHIER (J.-E.). - Combustion et parcage des herbivores domestiques. Le point de vue du sédimentologue. Bull. S.P.F., t. 80, n°5, p. 143-145.

Brochier 1987 : BROCHIER (J.-E.) – Phénomènes anthropiques dans les sédiments : l'homme, agent majeur de la sédimentation holocène. Le courrier du CNRS., suppl. au n° 67 : images des Sciences de l'Homme, 1987.

Brochier 1990 : BROCHIER (J.-E.). – Des techniques géoarchéologiques au service de l'étude des paysages et de leur exploitation. Archéologie et Espaces, Xes Rencontres internationales d'Archéologie et d'Histoire, Antibes, Octobre 1989. Ed. APDCA, Juan-lesPins, 1990, p. 453-472, 8 fig.

Brochier 1979 : BROCHIER (J.-L.). – Etude sédimentologique de l'abri Jean Cros. In : Guilaine J. et al. , L'Abri Jean-Cros. Centre d'Anthropologie des Sociétés Rurales, Toulouse, 1979, p. 219-232.

Brochier 1986 : BROCHIER (J.-L.). – Sédiments - documents archéologiques : La grotte d'Antonnaire - grotte bergerie. In : Culture et milieu des premiers paysans de la Moyenne Vallée du Rhône. ARENERA, Lyon, Centre d'archéologie préhistorique de Valence, 1986, p. 32-33.

Brochier 1988 - BROCHIER (J.-L.). – Les sédiments : documents archéologiques. Les Nouvelles de l'Archéologie, n° 31, éd. Errance, p. 15-17.

Brochier et al. 1995 : BROCHIER (J.-L.), BEECHING (Α.), EVIN (J.) et VALLADAS (H.) – Espace et temps : recherche de repères chronologiques pour la préhistoire récente rhodanienne. In : Voruz (J.-L.), Chronologies néolithiques, de 6 000 à 2 000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien. Ed. de la Société Préhistorique Rhodanienne, Ambérieu-en-Bugey, 1995, p. 151-161.

Brown 1984 : BROWN (D) - Prospects and limits of a phytolith key for grasses in the central United States. Journal of Archaeological Science, n°11, p. 221-243.

Butzer 1982 : BUTZER (K. W.). – Archaeology as Human Ecology : Method and Theory for a Contextual Approach. Cambridge University Press, 1982, 364 p.

Cammas 1994 : CAMMAS (C.) – Approche micromorphologique de la stratigraphie urbaine à Lattes : premiers résultats. In : Garcia D. (dir.), Exploration de la ville portuaire de Lattes, Lattara 7, Montagnac, 19p., 2 fig., 12 tabl.

Campy 1982 : CAMPY (M.). - Le Quaternaire FrancComtois. Essai chronologique et paléoclimatique. Thèse Univ. Franche-Comté, Faculté des Sciences, Besançon, 575p., 219 fig., 8 pl.

Campy et Macaire 1989 : CAMPY (M), et MACAIRE (J-J). - Géologie des formations superficielles : géodynamique, faciès et utilisation. Ed. Masson, Paris, 433 p.

Casanova 1984 : CASANOVA (J.-P.). – Genèse des carbonates d'un travertin pléistocène ; interprétation paléoécologique du sondage Peyre I (Compregnac, Aveyron). Geobios, Mem. sp. n°8, 1984, p. 219-225.

Chaix et Nicod 1991 : CHAIX (L.) et NICOD (P.-Y.) – La faune du Néolithique ancien. Rapport sommaire. In : Voruz et al., Archéologie de la grotte du Gardon (Ain). Rapport de fouilles 1985-1990. Doc. du Départ. d'Anthropologie et d'Ecologie de l'Univ. de Genève, p. 151 à 154.

Chiquet 1996 : CHIQUET (P.) - La faune des vertébrés du Néolithique moyen II : Premiers résultats. In : Voruz (J.-L.) dir., La grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey (Ain), Rapport de fouilles 1994-1996, ed. de la Société Préhistorique Rhodanienne, Ambérieu-en-Bugey, p. 201-203.

Courty 1986 : COURTY (M.-Α.). - Quelques faciès d'altération de fragments carbonatés en grottes et abris sous roches préhistoriques. Bull. AFEQ, t. 3/4, 1986, p. 281-289.

Courty 1988a : COURTY (M.-A.) - Archéologie et sédiment. Les Nouvelles de l'Archéologie, n° 31, éd. Errance, p. 9-14.

Courty 1988b : COURTY (M.-Α.). – Analyse microscopique des sédiments du remplissage de la grotte Vaufrey (Dordogne). In : RIGAUD (J.-P.) et al. La grotte Vaufrey, paléoenvironnement, chronologie, activités humaines. Mém. S.P.F., t. XIX, 1988, p. 183-209.

Courty et al. 1989 : COURTY (M. A.), GOLDBERG (Ρ), et MACPHAIL (R-I.). – Soils and Micromorphology in Archaeology. Cambridge manuals in Archaeology, Cambridge University Press, 344 p., 8 pl., 101 fig.

Courty 1990 : COURTY (M.-Α.). – Environnements géologiques dans le nord-ouest de l'Inde. Contraintes géodynamiques au peuplement protohistorique (Bassins de ta Ghaggar-Saraswati-Chautang). Thèse d'Etat es Sciences, Univ. Bordeaux I. 1990, 328 p.

Courty et al. 1992 : COURTY (M.-Α.), MACPHAIL (R.I). et WATTEZ (J). – Soil micromorphological indicators of pastoralism ; with special reference to Arene Candide, Finale Ligure, Italy. Archeologia della pastorizia nell'Europa méridionale. Actes de la Table Ronde internationale, Chiavari, 22-24 sept. 1989, 1992, p. 127-150.

Cupillard et al. 1988 : CUPILLARD (C)., PÉTREQUIN (P)., PININGRE (J.-F.), RICHARD (H.). – La Néolithisation du Jura. Actes du 113e Congrès Nat. Soc. sav., Strasbourg, 1988. Mésolithique et Néolithisation en France et dans les régions limitrophes, éd. CTHS, 1991, p. 347-387.

Fedoroff 1987 : FEDOROFF (N.) – Sensibilité à l'agriculture intensive des principaux types de sols de l'Europe du Nord-Ouest. Fondements scientifiques pour la protection des sols dans la communauté européenne, Actes du Symposium de Berlin, 6-8 oct. 1986., éd. Barth et L'Hermite, 1987, p. 65-87.

Fedoroff et Courty 1987 : FEDOROFF (N.) et COURTY (M.-A.). – Paléosols. In : Miskovsky J-C., éd., Géologie de la préhistoire : méthodes, techniques, applications. Ass. pour l'ét. de l'env. géol. de la préhist., Paris, 1987, p. 251-280.

Fedoroff et Courty 1995 : FEDOROFF (Ν.) et COURTY (Μ.-Α.) – Le rôle respectif des facteurs anthropiques et naturels dans la dynamique actuelle et passée des paysages méditerranéens. Cas du bassin de Vera, sud-est de l'Espagne. L'homme et la dégradation de l'environnement. XVème Rencontres internationales d'Archéologie et d'Histoire d'Antibes. Ed. APDCA, Juanles-Pins, p. 115-141.

et al. 1995 : GÉ (T.), COURTY (M.-Α.), MATTHEWS (W.) et WATTEZ (J.) – Sedimentary formation processes of occupation surfaces. In : Goldberg P., Nash D.T. and Petraglia M.D. (eds), Formation Processes in Archaeological Context. Madison, Wisconsin, Monographs in World Archaeology, n°17, Prehistory Press, ρ 149-163, 6 fig.

Goldberg et Macphail 1990 : GOLDBERG (P.) et MACPHA1L (R. I.). – Micromorphological evidence of middle pleistocene landscape and climatic changes from southern England : Westbury-sub-Mendip, Somerset and Boxgrove, W. Sussex. In : Douglas L. Α., Soil Micromorphology : a Basic and Applied Science. Proceedings of the VIIIth International Working Meeting of Soil Micromorphology, San Antonio, Texas, 1988, 1990, p. 441-447.

Harris 1989 : HARRIS (E. C.) - Principles of Archaeological Stratigraphy (2nd edition). Academic Press, Inc., 170 p.

Joly et al. 1991 : JOLY (Β.), SORDOILLET (D)., VORUZ (J.-L.). – Stratigraphie et chronologie. In : Voruz (J.-L.) éd., Archéologie de la grotte du Gardon. Rapport de fouilles 1985-1990, Ambérieu-en-Bugey, Société Préhistorique Rhodanienne, Genève, Document du département d'Anthropologie et d'Ecologie de l'Université de Genève, n° 17, 1991, p. 79-111.

Kwaad et Mücher 1977 : KWAAD (F.J.P.M.) et MÜCHER (H.J.). – Formation and evolution of colluvium on arable land in northern Luxembourg. Geoderma, 22, 1979, p. 173-192.

Laville 1975 : LAVILLE (H.). - Climatologie et chronologie du Paléolithique en Périgord : étude sédimentologique de dépôts de grotte et sous abris. Etudes quaternaires, n°4, publ. de l'Univ. de Provence, Marseille.

Magny 1995 : MAGNY (M.). – Une histoire du climat, des derniers mammouths au siècle de l'automobile. Ed. Errance, Coll. des Hesperides, 1995, 176 p.

Miskovsky 1970 : MISKOVSKY (J.-C.). – Stratigraphie et paléoclimatologie du Quaternaire du Midi méditerranéen. Thèse, Paris, 1970, 747 p., 303 fig.

Miskovsky 1974 : MISKOVSKY (J.-C.). – Le Quaternaire du Midi méditerranéen. Stratigraphie et paléoclimatologie d'après l'étude sédimentologique du remplissage des grottes et abris sous roche (Ligurie, Provence, Bas-Languedoc, Roussillon, Catalogne). Etudes Quaternaires n° 3, Publ. de l'Univ. de Provence, Marseille.

Nicod 1996 : NICOD (P.-Y.) - Remontages céramiques et datation C14 des couches 48 à 60. Précisions chrono-stratigraphiques. In : Voruz (J.-L.) dir, La grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey (Ain), Rapport de fouilles 1994-1996, éd. de la Société Préhistorique Rhodanienne, Ambérieuen-Bugey, p. 165-190.

Pétrequin et al. 1985 : PÉTREQUIN (P.), CHAIX (L.), PÉTREQUIN (A.-M.) et PIN1NGRE (J.-F.). - La grotte des Planches-près-Arbois (Jura). Proto-cortaillod et âge du Bronze final, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l'Homme, coll. Archéologie et Culture matérielle, 1985, 273 p., 216 fig.

Piperno 1988 : PIPERNO (D. R.) - Phytolith Analysis. An Archaeological and Geological Perspective. Academic Press. 280 p.

Renault 1987 : RENAULT (P.) – Phénomènes karstiques. In : Miskovsky et alii, 1987, Géologie de la Préhistoire : Méthodes, techniques, applications, Ass. pour l'Etude de l'Environnement Géologique de la Préhistoire (éd.). Maison de la Géologie, Paris, 1987, p. 169-196.

Sabatier 1995 : SABATIER (P.). – La grotte du Gardon (Ain) : Méthodologie de l'approche verticale. In : Voruz (J.-L.), Chronologies néolithiques, de 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien. Ed. de la Société Préhistorique Rhodanienne, Ambérieu-en-Bugey, 1995, p. 113-122.

Sabatier et al. 1993 : SABATIER (P.), SORDOILLET (D.) et VORUZ (J.-L.). – Stratigraphie et Chronologie. In : Voruz (J.-L.,) dir. La grotte du Gardon à Ambérieuen-Bugey (Ain), rapport de fouilles - 1993. Ambérieu-enBugey, Société Préhistorique Rhodanienne ; Départ. d'Anthropologie et d'Ecologie de l'Univ. de Genève, 1993. p. 33-73.

Sordoillet 1994 : SORDOILLET (D.) – Fonction et aménagement de la grotte du Gardon à l'âge du Bronze : approche micromorphologique. In : Beeching A. et Vital J. (éd.), Préhistoire de l'Espace habité en France du Sud, Résumé de communication, Premières Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Valence 3 et 4 juin 1994.

Strauss 1993 : STRAUSS (L. G.)· – Hidden assets and liabilities : Exploring archaeology from the earth. In : Goldberg P., Nash D.T. and Petraglia M.D. (eds), Formation Processes in Archaeological Context. Madison, Wisconsin, Monographs in World Archaeology, n°17, Prehistory Press, 1993, ρ 1-10.

Treffort 1991 : TREFFORT (J.-M.). – Contexte géographique. In : Voruz et al. Archéologie de la grotte du Gardon (Ain). Rapport de fouilles 1985-1990. Doc. du Départ. d'Anthropologie et d'Ecologie de l'Univ. de Genève, 1991, p. 33-42.

Van Vliet-Lanoë 1987 : VAN VLIET-LANOË (B.). – Dynamique périglaciaire actuelle et passée. Apport de l'étude micromorphologique et de l'expérimentation. Bull.AFEQ, 3, 1987, p. 113-132.

Van Vliet-Lanoë et Valladas 1983 : VAN VLIETLANOË (B.) et VALADAS (B.). – A propos des formations déplacées des versants cristallins des massifs anciens : Le rôle de la glace de ségrégation dans la dynamique. Bull. AFEQ, 4, 1983, p. 153-160.

Vivian et al. 1991 : VIVIAN (R.), BINTZ (P.), BOCQUET (Α.), BOREL (J.-L.), COLARDELLE (M.), DANGREAUX (B.), EDOUARD (J.-L.), MAGNY (M.), MAZARD (C.), OLIVE (P.) et VIVIAN (H.). – Paléoenvironnement Holocène et Archéologie dans les Alpes françaises du Nord et leur Piémont, éd. du CTHS, Paris, 1991, 184 p.

Voruz 1996 : VORUZ (J.-L.) dir. – La Grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey (Ain). Rapport de fouilles 1994-1996. éd. de la Société Préhistorique Rhodanienne, Ambérieu-en-Bugey, 308 p., 106 fig.

Wattez 1992 : WATTEZ (J.). – Dynamique de formation des structures de combustion de la fin du Paléolithique moyen au Néolithique moyen. Approche méthodologique et implications culturelles. Thèse de Doctorat, Univ. de Paris I., 1992, 375 p.

Document

Buard et al. 1994 : BUARD (J.-F.), FÉBLOT-AUGUSTIN (J.), PERRIN (T.), SORDOILLET (D.) et VELARDE (I.). – La grotte de l'Abbaye à Chazey-Bons, Rapport de fouilles, Dép. d'Anthropologie de l'Université de Genève, Genève, 1994, 55 p.

Table des illustrations

Titre 1 – Les processus naturels de sédimentations
Légende La géli-fraction, le ruissellement, la dissolution et les recristallisations sont les principaux processus sédimentaires naturels intervenant dans la formation des remplissages de grotte. Ils sont à l'origine des blocs, des cailloux, des sables, des limons, des argiles et des constructions algaires qui forment en proportions variables les différentes couches sédimentaires
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 2- Alluvions microlitées (Grotte du Gardon, couche 17, lumière naturelle, hauteur du cadre : 3mm)
Légende À chaque cycle de crue et de décrue correspond la mise en place d'un lit sableux à la base, argileux au sommet. En l'absence d'apport anthropique intermédiaire, la superposition de ces lits d'alluvions peut entraîner la formation d'épaisses couches d'inondation. Si des occupations interviennent entre les cycles de crue, les alluvions sableuses seront diluées dans les sédiments anthropiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre 3- Encroûtement algaire (Grotte du Gardon, structure C134, lumière naturelle, hauteur du cadre : 3mm)
Légende Dans les secteurs où la tranche d'eau est peu épaisse (au Gardon : au niveau du seuil séparant la galerie du porche), des encroûtements algaires peuvent se former. Difficilement identifiables à l'oeil nu, ces édifices carbonatés peuvent être confondus avec des sols aménagés
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1475/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 4- Les processus anthropiques de sédimentation
Légende Les processus anthropiques de sédimentation sont conditionnés par les activités humaines liées à l'occupation. L'artisanat, le bâtiment, les combustions et l'élevage sont des activités productrices de déchets, qui participent à la formation des couches archéologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1475/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 5- Mortier de boue (sur les côtés) et phytolithes d'herbacées (au milieu)
Légende Grotte du Gardon, couche 22, lumière naturelle, hauteur du cadre : 3mmL'identification d'assemblages de mortier et de phytolithes (torchis) dans les dépôts associés à l'occupation du Bronze final 1. plaide pour une installation confortable et durable des populations. Le statut de la grotte est ainsi clairement lié à l'habitat
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1475/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 6- Les transformations post-sédimentaires naturelles
Légende Les agents naturels de sédimentation peuvent également agir sur les dépôts, après leur mise en place dans le remplissage. Ils conduisent à la remobilisation plus ou moins importante de ces dépôts, entraînant des mélanges de couches ou leur évacuation hors de la cavité
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1475/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 7- Eclatement physico-chimique d'un gravier calcaire (Grotte du Gardon, couche 18, lumière polarisée, hauteur du cadre : 3mm)
Légende L'altération biochimique et la gélifraction peuvent conduire à l'éclatement des cailloux calcaires présents dans les couches. Ce type de processus secondaire peut oblitérer complètement les conditions initiales de la sédimentation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1475/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 8- Illuviation limono-argileuse au sommet d'agrégats sablo-limoneux (Grotte du Gardon, couche 56, lumière naturelle, hauteur du cadre : 3mm)
Légende Le ruissellement qui survient dans les contextes humides contribue, comme dans le cas de la fig. 7. à effacer les caractéristiques originelles des dépôts
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1475/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 9- Les transformations post-sédimentaires anthropiques
Légende Comme les agents naturels de sédimentation, l'homme et ses activités contribuent au remaniement permanent des sédiments, préalablement déposés par voie naturelle ou anthropique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1475/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 10- Surface piétinée, dense, surmontée par une couche d'abandon, lâche
Légende Grotte du Gardon, couche 18, lumière naturelle, hauteur du cadre : 3mmParmi les effets secondaires de l'occupation, le piétinement conduit à la compaction des dépôts, anthropiques ou naturels, sur lesquel évoluent les habitants
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1475/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 11- Situation géographique et topographie de la grotte du Gardon
Légende La grotte du Gardon est rattachée à un réseau karstique creusé dans les calcaires du Jura méridional, a proximité du grand axe de circulation que constitue la vallée du Rhône. La configuration du porche et de la galerie a permis l'accumulation et la conservation des dépôts générés par les cinq mille ans d'occupation de la grotte et par les fréquentes crues de la rivière
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1475/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre 12- Profil du remplissage et principaux ensembles chrono-stratigraphiques de la grotte du Gardon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1475/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 13- Confrotation des données lithostratigraphiques, des dotations, des ensembles culturels et des interprétations micromorphologiques du remplissage de la grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey) / Ain) avec les données climatiques des lacs jurassiens
Légende Les dégradations climatiques enregistrées par les hauts niveaux lacustres, se traduisent par la mise en place d'épaisses couches sablo-limoneuses formées par la superposition de plusieurs lits d'alluvions. La grotte apparaît peu ou pas fréquentée durant ces périodes, comme par exemple entre 4200 et 4100 av. J.-C. A l'inverse, les régressions lacustres se traduisent par une plus grande dilatation de la sédimentation anthropique qui peut même devenir exclusive, comme dans le cas des couches 39 à 42
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1475/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© Alpara, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access