Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamique du paysage

 | 
Jean-Paul Bravard
, 
Michel Prestreau

Préface

Jean-Pierre Daugas

Texte intégral

1Durant deux jours, en novembre 95, près de quatre vingt spécialistes de l'archéologie, des sciences de la Terre et des sciences de la Nature se sont réunis à Lyon sous le signe de l'hospitalité chaleureuse de Jacques Lasfargues, Conservateur du Musée de la civilisation à l'initiative de Jean-Paul gallo-romaine, Bravard et Michel Prestreau. Cette manifestation interinstitutionnelle a, certes, permis de montrer la vivacité de la communauté des archéologues rhonalpins, mais elle avait pour objet principal de souligner l'apport fondamental de la restitution des paléoenvironnements et de leurs mutations, comme cadre des activités humaines et comme moteur de leur adaptation ou de leur évolution.

2Dans les années soixante dix et quatre vingt, de nombreux chercheurs ont réuni de nouvelles données concernant les remplissages en grottes, les dépôts lacustres et les formations alluviales. Jean-Paul Bravard et ses élèves ont ainsi multiplié les observations, particulièrement à l'occasion de fouilles archéologiques, dans le Dauphiné et le Lyonnais. L'équipe du Centre d'Archéologie Préhistorique de Valence a constitué une véritable base de données en Valdaine, Tricastin et dans l'ensemble de la moyenne Vallée du Rhône en suivant systématiquement les tranchées de travaux publics ou le drainage. D'autres, en Auvergne par exemple, se sont intéressés à la relation entre l'Homme et les volcans durant le Pléistocène et l'Holocène. Les démarches ont toutes en commun de s'être placées dans la lignée des travaux conduits, après la dernière guerre, par une génération de préhistoriens-géologues eux-mêmes soucieux de développer une tendance de la recherche française : F. Bourdier, F. Bordes, Guillen, P. Bout et, plus récemment encore, H. Laville, ont illustré le fait que l'archéologie est indissociable de la méthode stratigraphique, de la reconnaissance des dynamiques sédimentaires et de la définition des cadres naturels qu'elles impliquent.

3Une brève revue des données historiques montre que cette tendance n'est pas nouvelle et trouve ses origines aux débuts mêmes de la recherche préhistorique.

4Le courant naturaliste issu des travaux paléontologiques de G. Cuvier (1769-1832), puis des thèses évolutionnistes, laisse une large place aux recherches de terrain fondées sur l'observation stratigraphique et l'association des restes. John Frère dès 1797 dans le Sufolk, A. Boue en 1823 dans les loess rhénans, Paul Tournal en 1827 à Bize, Schmerling en 1833 dans la région de Liège, Casimir Picard puis Boucher de Perthes en 1835 et 1837 dans la vallée de la Somme, l'Abbé Croizet, Pomel, Bravard et Lyell en 1843 en Basse-Auvergne, puis bien d'autres, multiplient les fouilles qui mettent en avant le rôle des vestiges fossiles dans la datation des terrains et leur intérêt pour restituer les cadres naturels au sein desquels l'Homme est apparu et a évolué.

5De cette école, est née la Préhistoire européenne, indissolublement liée à la géologie et aux sciences environnementales dont le premier professionnel fut Edouard Lartet (1801-1871) accompagné en Périgord par l'Anglais Christy. A cet égard, il convient de remarquer que le titre de l'un des premiers périodiques spécialisés fut celui des « Matériaux pour l'histoire naturelle et primitive de l'Homme ».

6On l'a constaté, sciences naturelles, sciences de la terre et archéologie sont constitutivement liées et je ne suis, pour ma part, pas certain que le néologisme de géoarchéologie soit bien utile pour rebaptiser la géologie du Quaternaire, avec un effet de mode... Plus sérieusement, au-delà des définitions, il est plaisant d'observer le dynamisme de la recherche actuelle et de constater comment ces méthodes ont pu renouveler l'approche des historiens. Au point qu'un récent congrès de l'Association française des archéologues médiévistes ait pu être totalement consacré aux approches paléoenvironnementalistes et à leur contribution au discours historique.

7Dans ce volume, vingt trois auteurs issus du CNRS, de l'Université, de la Culture, des collectivités territoriales et de l'AFAN ont réuni treize communications présentant des synthèses régionales et thématiques concernant les grottes, les versants, les vallées et les lacs durant les vingt dernières années, où l'apport des approches actualistes est bien souligné. Le produit en est original à plus d'un titre et constitue, pour l'étudiant, mais aussi pour l'honnête homme soucieux d'élargir sa culture, et également pour le chercheur, désireux de trouver une somme des principaux acquis récents, une façon de manuel d'actualité dont il existe peu d'exemples en bibliothèque. Comme directeur de la publication des DARA, je suis heureux de cette ouverture de la collection et je remercie le Comité de rédaction de la confiance qu'il a ainsi témoignée aux spécialistes des sciences de la Terre. Il leur revient désormais de démontrer que audace éditoriale puisse se traduire en terme de succès de diffusion.

© Alpara, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access