Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour du groupe épiscopal de Grenoble

 | 
François Baucheron
, 
Franck Gabayet
, 
Alain De Montjoye

Seconde partie. De la réorganisation médiévale aux transformations de l'époque moderne

Chapitre 12. Le rempart du faubourg de l'île

Alain de Montjoye

Texte intégral

1Tout n'a pas été dit à propos du bras de rempart qui, greffé au mur d'enceinte gallo-romain au où le chevet de point s'y engage la cathédrale, est venu englober dans les limites de la ville fortifiée le faubourg de l'Ile et, du même coup, ce qui du palais épiscopal se trouvait hors les murs. Sur ce rempart, dans lequel s'ouvraient les portes dites de Très-Cloîtres et de l'Ile, et qui fut renforcé à son extrémité sur l'Isère par la construction de la tour de l'Ile entre 1381 et 1403, la recherche historique et l'archéologie ont fourni ces dernières années des données nouvelles.

Eléments d'une problématique

2L'opinion la plus communément partagée et qui fait, semble-t-il, autorité aujourd'hui est celle développée par l'archiviste J.-J.-A. Pilot (Pilot 1841, p. 295) qui voit dans le récit de l'inondation catastrophique de 1219 les preuves qu'à cette date la fortification du faubourg était réalisée. C'est de l'existence d'une porte du Pont, expressément mentionnée dans ce texte (Blet, Esmonin, Letonnelier 1938, p. 40-43) (ADI Β 3237) que l'auteur déduit celle du rempart, ajoutant aussitôt après que

« Dans le même temps, on trouve une autre porte, en remplacement de celle de l'évêché, placée dans une autre direction, à l'entrée de la rue Très-Cloîtres actuelle et appelée Porte Derrière-le-Cloître »

  • 114 C’est en effet à la communauté des habitants, représentée par un corps de magistrats, les consuls, (...)

3Cette dernière assertion n'est malheureusement assortie d'aucune référence et l'enquête que nous avons conduite ne nous permet pas de faire état d'une mention de la porte Très-Cloîtres, antérieure à celle des comptes consulaires de l'année 1338 (Devaux 1912, p. 202 et 209)114. La thèse de Pilot a été adoptée par B. Bligny (Chomel 1976, p. 58) qui invoque pour cette période du début du XIIIe s., entre l'évêque et le dauphin,

« un accord pour repousser la fortification vers le nord afin d'incorporer à la ville le bourg dit de l'Ile, opération réalisée avant 1219 et qui entraîna, la porte Viennoise (ou Episcopate) perdant toute utilité, l'ouverture d'une nouvelle porte sur le faubourg Très-Cloîtres […..] ».

4On chercherait en vain dans les textes quelque trace de cet accord supposé, de sorte que, pour étayer la datation avant 1219, il ne reste que la seule mention d'une porte du Pont. Or il est loisible de constater que dans le système de fortification tel qu'il apparaît achevé sur le plan de 1536 (fig. 25), il n'est nullement besoin d'imaginer réalisé le rempart du faubourg pour concevoir l'existence et l'utilité d'une fermeture du pont, principal accès à la ville.

5Lorsqu'en 1981 nous avons conduit un premier sondage dans les jardins de l'ancien évêché à la recherche du rempart médiéval, notre attention a été attirée au cours de l'enquête historique par un document resté inédit et même jamais signalé. Il s'agit de l'original ou la copie d'époque d'une lettre patente du roi Charles VI, datée du 28 mars 1394, faisant état de démêlés entre l'évêque et les gens du Conseil Delphinal, précisément sur la question des fortifications entourant l'hôtel épiscopal (ADI IV G 53). De la lecture que nous en fîmes alors, il ressortait qu'au moment de la rédaction de la lettre, les nouveaux murs étaient debout « depuis cent ans en ça ou environ ». Quoique nul mobilier recueilli dans le sondage ne vînt la corroborer, c'est donc une datation vers la fin du XIIIe s. que nous avons estimé devoir plutôt retenir. En 1988, dans le pitoyable sauve-qui-peut archéologique qui a accompagné les énormes terrassements du Parc Salvador Allende, pour la construction du parc de stationnement servant de socle au nouveau Musée de Peinture, une longue portion de gros mur protégeant le couvent des cordeliers a été dégagée. Quelques fragments de céramique et une monnaie du début du XIVe s., qui nous ont paru appartenir au contexte stratigraphique immédiatement postérieur à la mise en place du mur ne pouvaient que nous conforter dans notre estimation (Montjoye 1990 b, p. 35-36).

  • 115 Charles par la grace de Dieu, roy de France, daulphin de Viennois, au gouverneur de notre Dauphiné (...)

6Le début des travaux, en 1990, dans la cour de l'ancien évêché, a fait resurgir la question du rempart médiéval, cette fois dans sa portion le long de la rue Très-Cloîtres. Grande a été alors notre confusion, revenant au document de 1394 (fig. 194), de constater une grave faute de lecture : le texte porte, en réalité, que c'était « depuis vint ans en ça ou environ », et seulement, que les « nouveaulx murs » étaient édifiés115. La chronologie ainsi rétablie - beaucoup plus vraisemblable d'ailleurs, car on s'expliquerait mal qu'un siècle se soit écoulé avant qu'un évêque ne réagisse à une situation décrite comme inacceptable - ramène à ce constat : la plus ancienne attestation du rempart, pour la portion qui nous intéresse, est la mention en 1338 de la Porte Très-Cloîtres qui s'y ouvrait. Or, on ne peut l'ignorer, c'est le même registre de comptes de 1338 qui fait état de l'existence de la Porte de l'Ile, qui s'ouvrait à l'autre extrémité du même bras de rempart, près de l'Isère, mais aussi des portes de la Perrière, de Chalemont et de Saint-Laurent, sur la rive droite, qui sont les autres pièces essentielles du système de fortification de la ville médiévale.

194 - Lettre patente de Charles VI de 1394

194 - Lettre patente de Charles VI de 1394

A.D.I. IV G 53

Retour aux textes

  • 116 […y et anno millesimo quadringentesimo vigesimo quarto Rochonesia vicus cum templo Cordigerorum et (...)
  • 117 clausuram et fortificationem dicte civitatis tam in carreria sancti Laurentii quod a parte Y-sere (...)

7L'idée que la fortification du faubourg de l'Ile puisse n'avoir été commencée qu'au XIVe s. doit donc être sérieusement envisagée. Tous les historiens, d'ailleurs, n'ont pas suivi les théories de Pilot sur le point qui nous intéresse. Ainsi Auguste Prudhomme (Prudhomme 1888, p. 245) se fait l'écho de traditions bien plus anciennes, en empruntant à Aimar du Rivail (Terrebasse éd. 1844, p. 45) cette idée que le rempart « enserrant le couvent des cordeliers, le quartier Chenoise et la Madeleine » fut élevé en 1423116. Cependant les documents écrits qui nous sont parvenus ne laissent rien entrevoir pour cette année là en fait de travaux de quelque ampleur. On ne conserve pas de comptes communaux pour l'année 1423, mais seulement une lettre du juge de la cour commune datée du 19 mars (AMG AA6, DD72 ou DD98) qui vise essentiellement des réparations au pont sur l'Isère, l'achèvement de la Tour de l'Ile et des travaux sur les remparts de la ville, aussi bien dans la rue Saint-Laurent (rive droite) que le long de l'Isère, au devant du monastère des cordeliers (rive gauche)117. C'est trop peu, nous semble-t-il, pour qu'on soit tenté de retenir la datation de 1423 qui, de surcroît, ignore les mentions de portes de 1338.

8Quant à Pierre Vaillant, auteur de travaux très érudits sur l'histoire de la ville et de ses fortifications, s'il ne rejette pas la théorie de Pilot (Chomel 1976, p. 64), il l'amende de manière paradoxale en affirmant (op. cit. p. 85) que la construction de la Porte Très-Cloîtres serait, avec celle des portes Pertuisière, Saint-Laurent, Chalemont et de la Perrière, l'œuvre du dauphin Humbert II (1333-1349). Ce point de vue repose, nous semble-t-il sur l'interprétation d'une charte entérinant un accord passé en 1343 entre ce dauphin et l'évêque Jean de Chissé, réglant, notamment, des problèmes de juridiction commune sur la ville. Cet acte, publié par Valbonnais dans sa célèbre Histoire de Dauphiné, (t. II, p. 463-472), rapporte en effet, parmi les sujets de discorde, le fait que le dauphin eut manifesté l'intention de faire élever des fortifications, non seulement sur les hauteurs de la rive droite, mais aussi autour de la ville elle-même :

« necnon circa Civitatem Gratianopolitanam, noviter construere moenia seu vintenos cum terraliis pro meliori et tuitiori custodia ipsius civitatis... ».

9Dans les pièces du procès Bazemont, déjà évoqué, on trouve une utilisation on ne peut plus spécieuse de cette même charte, mais qui rejoint d'une certaine manière l'interprétation de P. Vaillant. On y lit

  • 118 Cette phrase fait allusion aux travaux de nouvelles fortifications que fit entreprendre Lesdiguière (...)

« Qu'anciennement le pallais épiscopal estoit entouré des murailles de la ville du costé où est maintenant la rue Chenoise dans laquelle est la maison du deffandeur [le sieur de Bazemont], les deux tours de laquelle faisoient la porte de la ville qu'on appelloit portam viennensem [...]. Depuis par transaction intervenue entre l'evesque et le dauphin en l'année mil trois cents quarente trois, il fut, entre autres choses, permis aud. seigneurs dauphins de faire enfourner la ville de nouveaux fossés et de nouvelles muralles pour la fortification d'icelle [...]. Ce qu'ayant esté faict, la maison épiscopale demeura séparée des autres bastiments du costé de lad. rue, premièrement au moyen de la muraille de la ville, en second lieu au moyen des nouveaux fossés et en troisième lieu au moyen d'une petite rue au-delà de laquelle estoient les maisons dud. faubourg [...]. En après, la ville ayant esté augmentée lesd. murailles118, ont esté abatues et les fossés comblés [...] ».

10On n'insistera pas sur le fait de la représentation évidemment erronée du système de fortification médiéval qu'avait l'auteur de ces lignes puisque, loin de séparer évêché et maisons du faubourg, rempart et fossé les englobaient dans l'enceinte urbaine. Ce qui nous importe ici c'est de souligner l'interprétation abusive de l'acte de 1343 pour attribuer au dauphin Humbert II l'initiative de la fortification nouvelle. Il n'est en effet question dans cet acte que de l'intention affichée par le dauphin de faire réaliser à ses propres frais (sumptibus ipsius Dom. Dalphini propriis) de nouveaux murs et fossés et nul document ne vient attester que ces travaux aient jamais été effectués. La vraisemblance est bien plutôt, alors même que depuis longtemps la charge de tels travaux était assumée par les finances communales, que le dauphin finalement n'en fit rien, six années tout juste avant que, ruiné par ses fastes, ce prince ne dût se dessaisir de ses états.

11En dernière analyse ne restent comme arguments fondés de datation pour le rempart médiéval que les mentions des comptes de 1338 et la lettre patente de 1394. Et il convient de résoudre l'apparente contradiction que leur confrontation fait surgir, puisque le second document, convenablement lu, conduit à la date de 1374. Or les comptes consulaires pour cette année-là — décembre 1373 à décembre 1374 — font bel et bien état de travaux d'une ampleur considérable (AMG CC 572).

Les comptes des deniers communs pour l'année 1374

12De ces comptes jamais publiés et jamais exploités non plus, on savait seulement par l'inventaire sommaire dressé au siècle dernier par A. Prudhomme qu'ils comportent des mentions de travaux de fortification concernant, semble-t-il, le faubourg de l'Ile, mais les extraits transcrits ne permettent aucunement de s'en représenter l'importance. La lecture des 51 folios de ce précieux cahier s'est révélée particulièrement instructive. L'essentiel des dépenses a trait, en effet, aux travaux de défense de la ville, conduits dans un climat de réelle insécurité engendré par la circulation à travers la province de bandes armées d'anglais (britones) désorganisés et vivant de pillages dont l'avance vers Grenoble est constamment surveillée.

  • 119 AMG CC572, f° 38 v° : "Item cuidam famulo qui ivit apud Monte Bonoudum ad querendum ordinaciones cl (...)

13Outre les travaux d'entretien des anciens remparts, en particulier depuis la porte Traîne jusque derrière Saint-André et l'Isère, mais qui ne représentent qu'une part secondaire des dépenses, ce sont des réalisations d'ouvrages nouveaux qui engloutissent les finances municipales, réparties en quatre grands postes : une « chaussée », dite chausiata fratrum minorum ou chausiata Insule, une palissade avec ses échauguettes (paliscium cum eychifis), le portail Neuf et un mur neuf, enfin des fossés (terrallia). Pour ces réalisations d'importance on ne jugea pas inutile de s'instruire de ce qui pouvait se faire de mieux ailleurs et un émissaire fut envoyé à Montbonnot pour observer le plan des défenses du château119.

  • 120 C’est à cheval sur le territoire de cette paroisse et celui de Grenoble que se trouvent les ancienn (...)

14Les premiers paiements furent effectués aux carriers et ouvriers chargés d'extraire les pierres, notamment dans les carrières de Saint-Martin (-leVinoux ?)120. Entre le début du mois d'avril et la fin du mois de juin, les tailleurs s'activèrent pour un total de 134 journées, aidés par des manœuvres totalisant pour leur part 105 journées.

  • 121 Item Iohanino Bloeti et Oliverio terrallonis sociis qui fecerunt fossale iuxta Yseram versus portal (...)

15Ces matériaux ont servi, en premier lieu, pour la confection de la chaussée où les travaux battaient leur plein dès la fin du mois d'avril et se poursuivirent jusqu'à la fin du mois d'octobre. Les formules employées dans le livre de comptes pourraient laisser un doute quant à l'emplacement de cette chaussée : le long de l'Isère ou bien bordant le flanc nord du monastère des franciscains. On voit mal toutefois comment un tel ouvrage, dans lequel ont été utilisées huit cargaisons de sable, au moins, apportées par bateau et de la chaux, également transportée par bateau pendant deux jours, aurait pu offrir une réelle protection du côté nord tandis que, formant digue en bordure de l'Isère, il pouvait se révéler efficace pour empêcher de prendre pied à partir d'embarcations. De fait, les terrassements de 1988 n'ont rien fait apparaître au nord évoquant une chaussée maçonnée et il est de loin le plus probable que les vestiges de celle-ci soient à chercher (s'ils n'ont pas été détruits) sous l'énorme remblai apporté au XIXe s. pour la construction des quais. Il faut donc comprendre que les douze toises de fossé (fossale) dont il est question au f° 34 v° ne sont pas un ouvrage de défense, mais la tranchée de fondation (pieso) de la chaussée121. On en conclut que le fossé établi en avant de la porte de l'Ile, que quatre hommes avec un bateau furent chargés de curer le 26 octobre (ibid, f° 33) et qui servit à plusieurs reprises (f° 30 v°) au transport par bateau de matériaux de construction vers le chantier du portail Neuf, existait antérieurement.

16L'emplacement au nord, en revanche, est celui qui doit, à notre avis, être retenu pour la palissade, ce qui conduit à repousser à une date beaucoup plus tardive que nous ne le supposions la construction du gros mur découvert en 1988. Les dimensions de l'ouvrage ne sont pas précisées, mais on sait que, commencé à la fin du mois de septembre, il employa pendant un mois des charpentiers à raison de 115 journées au total, à quoi s'ajoutent 109 journées de manœuvres, sans oublier 19 journées de présence du maître d'œuvre. Il comportait une « eychiffa » du côté de l'Isère, au-dessus de la chaussée de l'Ile et s'étendait jusque derrière l'église des frères mineurs où l'apprenti de Petrus de Insula, chapusius, travailla pendant deux jours pour l'achever. L'emploi de 34 livres de crochets en fer, 300 clous, 9 quintaux de chevilles en fer permet de se faire une idée plus précise de l'ampleur de la construction. Curieusement, les comptes ne font apparaître que l'achat de 6 troncs d'arbres à la mi-septembre pro paliscio et eychifis, mais également 39 chevrons posés dans les échauguettes sans que celles-ci, cependant, ne soient localisées. Il semble bien en tout cas que la première clôture élevée pour protéger la ville du côté des Cordeliers n'ait été qu'une simple palissade. Sur la porte de l'Ile qui s'y ouvrait, les comptes ne font pas apparaître de travaux lourds : tout au plus trois journées d'un tailleur de pierres « qui scindebat lapides [...] pro portail Insule » dans la seconde semaine de septembre. On ne saurait en déduire avec certitude que la porte de l'Ile fût alors plus qu'un ouvrage de bois. Demeurait-elle en 1374, sans grand changement, ce qu'elle était déjà en 1338 ? Cette porte était-elle un ouvrage isolé, barrant le chemin d'accès à la place des Cordeliers ou s'ouvrait-elle déjà dans une palissade ? L'occasion a été perdue en 1988 d'apporter d'éventuels éléments de réponse à ces questions.

  • 122 Dans le registre des comptes consulaires pour les années 1389-1392, la même appellation prévaut enc (...)
  • 123 Ibid. f° 25 v° : Item Perrino terrallono pro eundo quesitum et aductum aquam ut [mot non déchiffré] (...)
  • 124 Ibid. f° 30 v° : Item Francisco Bermondi pro una duodena postium antiquarian positarum super sindro (...)

17La seconde de ces questions se pose d'ailleurs concernant la porte Très-Cloîtres. Ce dont on est sûr en revanche, c'est que cet édifice — la porta de rere la clotra de 1338 — a été entièrement rebâti au cours de l'année 1374, désormais désigné sous le nom de portale novum122. Il s'agit cette fois, sans le moindre doute, d'un ouvrage en dur dont la construction a débuté dès le mois de juillet. Que cette construction soit celle d'un bâtiment entièrement nouveau, élevé depuis les fondations, est suffisamment indiqué par la quantité des matériaux dont il est spécifié qu'ils furent utilisés « pro portali novo » : 8000 briques, du sable, de la chaux apportée de Domène ou de Claix, des pierres, pour le transport desquels plus d'une vingtaine de journées de bateau furent nécessaires, mais aussi, à plusieurs reprises, des pièces de bois pour compléter les échafaudages (pontes) des maçons, etc. Des travaux lourds furent même entrepris pour l'acheminement à pied d'œuvre de ces matériaux, consistant à élargir le chenal du Verderet123 qui, comme le fossé des Frères Mineurs, a permis le passage d'embarcations. Le registre de comptes permet même de suivre le déroulement du chantier. Dans la première semaine de juin, huit cargaisons de pierres sont apportées, probablement par le Verderet, près du moulin du portail Neuf (f° 39 v° : « versus molendinum porte nove »). Les fondations de l'escalier à l'intérieur de la porte ou attenant à celle-ci sont mises en place la dernière semaine d'août, en même temps que commence de s'élever une barbacane comportant une « archa » en avant de l'entrée. On travaille à la fabrication des cintres nécessaires à la construction du passage voûté dans la première semaine de septembre124. Peu après, la tour surmontant ce dernier est assez avancée pour qu'on place un verrou à la petite porte qui en permet l'accès. Enfin dans le courant de la première et de la seconde semaine d'octobre (f° 36), on continue d'élever les murs au-dessus du passage jusqu'au solivage (usque ad traveysonem). Pour la réalisation de ces travaux, des maçons s'activèrent, totalisant 144 journées, aidés par des manœuvres chargés de porter dans des « banastes » ou paniers le mortier (morterium) et divers matériaux (atrayctum). La part de ces derniers représente 757 journées, dont 428 furent assurées par des femmes.

  • 125 Ibid. f° 24 : Item solve runt dicto Petro de Trafortio pro XXV thesiis muri per ipsum factis in men (...)
  • 126 Ibid. f° 33 v° : Item pro duodecim hominibus qui steterunt cum Roleto terrallono ad faciendum terra (...)

18Quant aux deux bras du rempart entre lesquels s'inscrivait la porte, le détail des heures de travail et des matériaux nécessaires à leur réalisation ne peut être établi d'après le livre de comptes, dans la mesure ou une partie en a été, semble-t-il, comptabilisée sous la rubrique « Portail Neuf » et le reste sans précision aucune d'affectation. Il semblerait que ce soit à la portion comprise entre le Portail et le chevet de l'église des cordeliers que correspondent les deux tronçons, respectivement de 25 et de 20 toises, pour lesquels des prix-faits furent passés avec deux maîtres maçons nommés Pierre de Treffort et Chaboud125. S'il s'agit bien de toises linéaires et non de toises carrées, les dimensions concordent à peu près. La désignation du mur comme « touchant à la palissade et au portail neuf » paraît donc rendre compte de l'implantation du dispositif défensif, avec notamment l'emplacement de la palissade, tel que nous proposons de le restituer (fig. 195). Comme, non loin de son raccordement avec le portail Neuf, ce nouveau mur venait barrer le Verderet, il fallut pour que ce dernier pût continuer de suivre son cours pratiquer un passage sous arc : le décompte exact des matériaux « pro faciendo scindros archeti supra verdarellum » (f° 16) et des frais occasionnés « pro aducendo lapides arcus facti super verdarellum » (f° 37 v°) apparaît précisément consigné. La partie de rempart qui, au-delà de la porte, est venue enserrer l'hôtel épiscopal est également évoquée. Nul doute là encore qu'il s'agisse d'une construction entièrement nouvelle, puisque le registre fait mention du creusement des fondations de ce mur ainsi que d'une arche appartenant à un système de barbacane en avant de la porte126. Les comptes font apparaître que dès le mois de mars, on travaillait « retro claustrum, ad discoperiendum lapides murorum ad opus ville ». Puis à partir du 17 mai, 76 journées de manœuvres sont décomptées, correspondant à nouveau aux mêmes tâches

« in opere ville retro claustrum pro faciendo morterium et discoperiendo lapidibus [sic] murorum ».

  • 127 Le vocabulaire médiéval de la construction est recensé dans les glossaires accompagnant diverses ét (...)
  • 128 Le lotissement des bords de cette voie - aujourd’hui la rue Très-Cloîtres - est malheureusement ass (...)

19Le terme discoperire qui désigne habituellement le travail de décapage pour atteindre les lits de bonne pierre et, par extension, l'activité en général des carriers, est ici d'une interprétation malaisée127, s'agissant de travaux conduits dans le quartier Très-Cloîtres. Désigne-t-il la simple action de débiter des mœllons ou, plus précisément, la récupération sur des murs (anciens) de matériaux réutilisables ? Si rien ne permet d'affirmer, comme on serait tenté de le faire, un pillage systématique, à cette époque, des parties du rempart antique devenues inutiles à la défense, du moins sait-on que pas moins de six maisons furent démolies retro claustrum, dont les matériaux furent rachetés par les consuls (f° 48 v°). C'est dire qu'au moment où la ville se dotait de nouveaux remparts, on abandonna et détruisit par mesure de sécurité ce qui s'en trouva relégué à l'extérieur, particulièrement des maisons bâties le long de la voie conduisant à la porte Très-Cloîtres128.

195 - Schéma des nouvelles fortifications de 1374

195 - Schéma des nouvelles fortifications de 1374
  • 129 Ibid, f° 18 v° : Item solverunt Nicholao de Calcis, chapusio, pro una die qua stetit in faciendo ey (...)
  • 130 Ibid. f° 39 : Item pro triginta thesiis muri per eumdem [Chaboudum] factis in dicta portali a crota (...)

20Mais on s'étonne de trouver, alors que le mur est dit seulement commencé à la fin du mois d'octobre, mention de la construction d'une échauguette (eychiffa) dès le début du même mois « à l'angle du verger de l'évêque »129. Nous verrons que cet angle du verger ne peut correspondre qu'à l'inflexion presque à angle droit du mur du rempart médiéval le long de la voie conduisant à la porte. L'échauguette en question - ouvrage en bois réalisé en une journée - correspond-elle à un aménagement provisoire ou signale-t-elle au contraire un avancement plus rapide de la construction dans sa portion orientale ? Rien ne prouve, en effet, que couronnement du mur et ouvrages de flanquement aient été à cette époque en dur. Pour la même période, le registre fait état d'un achat de douze livres de chevilles en fer « pro eychifa retro presbiterum Beate Marie ». On ignore, en revanche, la date à laquelle ont été achevées les trente toises de mur élevées par le maître-maçon Chaboud, lesquelles paraissent correspondre pour l'emplacement et la dimension à la portion qui nous intéresse, comprise entre la porte Très-Cloîtres et le chevet de la cathédrale130.

  • 131 Ibid. f° 32 v° : Item solverunt terrallonis subscripts qui steterumt diebus infrascriptis in terral (...)
  • 132 Ibid. f° 35 : Item magis dictis Oliverio et lohanino qui reparaverunt continuando dictum fossale de (...)
  • 133 Ibid. f° 35 v° : Item pro sex hominibus qui adiustaverunt terrallium veterem et novum retro viridar (...)

21Dans les travaux de défense conduits en 1374, ceux qui concernent les fossés représentent une part non négligeable. Cette année là, en effet, c'est l'ensemble des fossés qui furent repris sur tout le pourtour de la ville. Concernant le seul faubourg de l'Ile, le registre contient des données assez précises. On peut déduire de sa lecture, on l'a vu, l'existence dès avant 1374 du fossé longeant le couvent des cordeliers. Le plan de 1536 montre que le fossé ne se retournait pas le long de la rue Très-Cloîtres — ce qui paraît logique —,de sorte que seule la portion orientale du rempart médiéval entourant l'hôtel épiscopal en était pourvue. Il semble que ce soit vers la mi-septembre que cette longueur de fossé fut creusée, sous la direction du maître terrassier Perrin Le travail prit huit131. jours, avec en moyenne quatre personnes sur le chantier. À une époque de l'année non spécifiée, une autre équipe de terrassiers remit en état les fossés antiques au sud-ouest de la ville et, plus précisément, le tronçon longeant le cloître de la cathédrale jusqu'au verger de l'évêque « sur le mur des sarrazins »132. Cette appellation désigne évidemment le rempart antique, alors très arasé dans sa portion au nord de l'abside de la cathédrale. Le verger ou jardin (ortum) se développait donc depuis l'abside de la cathédrale, vers le nord, c'est-à-dire derrière le chevet de Saint-Hugues, puis jusqu'à la rue Très-Cloitres, limité à l'est et au nord par le nouveau rempart (fig. 196). La tâche de relier le nouveau fossé à l'ancien fut confiée à six hommes qui s'en acquittèrent en une journée133.

22À la lumière des informations nombreuses et détaillées fournies par le registre des comptes consulaires de l'année 1374, on peut donc tenir pour fortement probable que les portes TrèsCloîtres et de l'Ile mentionnées en 1338 aient appartenu à un système de défense assez sommaire dans lequel l'évêque avait pu aisément faire pratiquer deux « portelles ». Ce système fut en tout cas entièrement repris, en 1374 précisément, et c'est à ce moment sans doute qu'il reçut sa forme quasi définitive, celle dont rend compte le plan de 1536. Si au départ la protection des cordeliers ne fut assurée que par une simple palissade, ce ne fut pas le cas de l'hôtel épiscopal — les comptes consulaires et la lettre patente de Charles VI en font foi — et les vestiges du rempart retrouvés en fouille dans les jardins de l'ancien évêché sont, à n'en pas douter, des témoins de l'importante campagne de fortification de l'année 1374.

196 – Plan restitué de l'ensemble cathédral vers la fin du XIVe siècle

196 – Plan restitué de l'ensemble cathédral vers la fin du XIVe siècle

La portion orientale du rempart

23À l'emplacement où il avait déjà été reconnu en 1981, mais sur une longueur plus significative fournissant une direction, le rempart médiéval (M74) a pu être dégagé en 1993. L'intervention a dû se limiter au strict sauvetage des vestiges menacés sur les seules superficies concernées par les aménagements projetés. Dans l'espace situé derrière le chevet de Saint-Hugues et les écuries du XVIIe s., deux secteurs de fouille ont été délimités, séparés par des murs d'Epoque moderne (M 81 et M 104) (fig. 228). Du fait des aménagements modernes et de la présence envahissante de maçonneries de cette période, le mur du rempart n'a pu être aperçu dans sa continuité et seulement sur sa face interne. Dans la zone sud, deux tronçons en ont été observés, un troisième, plus important, dans la zone nord. D'une médiocre robustesse (son épaisseur ne dépasse pas 1,40 m), cet élément de fortification paraît, sur sa face interne en tous cas, assez grossièrement construit. Il présente un appareillage sommaire de blocs de calcaire de formes et dimensions des plus inégales, posés en assises approximatives (fig. 197). Des trous de boulins s'observent, irrégulièrement répartis. À l'extrémité nord du plus grand tronçon, le parement présente un aspect particulièrement chaotique, avec de gros blocs venant en saillie, évoquant un possible arrachement (fig. 198). Faut-il y voir le souvenir d'un contrefort ou de quelque autre aménagement contre la paroi interne du rempart ? La stratigraphie alentour, en tout cas, ne conserve aucune trace des remaniements qui l'auraient fait disparaître.

197 - Elévation de la face interne du rempart médiéval (M 74)

197 - Elévation de la face interne du rempart médiéval (M 74)

198 - Tronçon nord de la partie dégagée du rempart médiéval

198 - Tronçon nord de la partie dégagée du rempart médiéval

24En vérité la fouille au pied de cette portion du mur s'est révélée particulièrement ardue (Pl. 15, coupe 21). Les niveaux rencontrés, avec des sommets le plus souvent difficiles à discerner, sont pour la majeure partie d'entre eux le fait de bouleversements intervenus au cours de la période moderne. Le sommet de couche le moins douteux, le dernier aussi qui ait été fouillé (3160), correspond au terrain qui a vu la mise en place du rempart : s'y lisaient, sans conteste, sa tranchée d'installation, dont le remplissage (3161) se distinguait nettement par sa couleur plus sombre, de même qu'une petite empreinte de poteau à environ 1 m du mur. Dans les niveaux qu'on a cru discerner au-dessus (3157, 3156, 3154), où nulle trace d'aménagement, voire d'occupation, n'était observable, le mobilier céramique très rare se composait d'une majorité de tessons en pâte grise et d'une faible proportion de pâte claire glaçurée. Cette proportion était nettement inversée dans la couche supérieure (3152) dont il n'est pas certain qu'elle n'appartienne pas à la série de celles, plus récentes, qui traduisent des alternances de terrassements et remblaiements datables de la période moderne. Ces couches sur lesquelles nous ne reviendrons pas et qui, d'ailleurs, n'éclairent guère la compréhension des épisodes d'aménagement plus récents, paraissent résulter de processus de remblaiement, probablement assez rapprochés dans le temps, entrecoupés de recreusements en tranchées — à partir du sommet 3140, puis à partir de celui du dépôt 3124 — aux fonctions incertaines. Le mobilier contenu dans cette série de couches, très abondant, comporte une proportion écrasante de cette céramique fine à pâte orangée et glaçure externe caractéristique des XIIIe et XIVe s. à laquelle se mêlent des tessons plus récents qui fournissent une datation dans le courant du XVIe s. C'est donc détachés de tout contexte d'occupation qu'étaient préservés les restes d'un muret (M 80), perpendiculaire au rempart médiéval et dont on sait seulement qu'il est antérieur aux écuries de Pierre Scarron, puisque ses vestiges arasés sont noyés dans la fondation de leur façade orientale (M 96). Le faciès stratigraphique que nous venons de décrire, non plus que le mobilier qui lui est associé, ne se retrouvent d'aucune manière dans la zone fouillée au sud des murs M 81 et M 104.

25Quoique descendue beaucoup plus bas que la cote requise par les projets d'aménagement, la fouille dans la zone sud n'a pas atteint le niveau de construction du rempart (Pl. 15, coupe 22). À pu cependant être en partie dégagée la surface peu marquée (3063) du premier sol probablement, en lien avec le mur. À sa surface et dans le sédiment limoneux qui la portait, moins de dix tessons de céramique grise ont été retrouvés, insuffisants pour fonder une datation assurée. Mais les niveaux médiévaux immédiatement au-dessus ont livré des traces très perceptibles d'aménagement, contrairement à ce qui a été observé dans la zone nord. C'est tout d'abord, au sommet de la couche 3060, une ligne de perforations au nombre de dix, à peu près régulièrement espacées, qui correspondent probablement à une palissade barrant le passage étroit (environ 5 m) laissé entre l'ancien rempart et le nouveau (fig. 199). Cet aménagement, lié sans doute à l'ensemble du dispositif de défense dans ce secteur, n'est malheureusement pas accompagné du moindre élément mobilier. Il semble qu'il ait disparu assez vite, peut-être à l'occasion de travaux d'entretien du rempart dont témoignent des dépôts de chaux presque pure maculant le sol (3055, 3042). C'est sur ces dépôts que vinrent se poser des installations artisanales qui vont nous arrêter un moment.

199 - Empreintes laissées par une palissade entre rempart antique et rempart médiéval

199 - Empreintes laissées par une palissade entre rempart antique et rempart médiéval

Un atelier de fondeur de cloches

26Les vestiges de ces installations se présentent sous la forme d'une perforation du terrain en cuvette, d'un diamètre de 0,50 m environ, dominant une grande fosse aux contours irréguliers et profonde au maximum de 0,50 m (fig. 200). La petite cuvette dont les bords semblaient constitués de deux parois concentriques était remplie d'un conglomérat de fragments de paroi en terre qui paraissait se déverser dans la grande fosse. Au démontage, il s'est révélé que la cuvette contenait deux grands fragments de paroi, en forme de coquille, imbriqués l'un dans l'autre et soudés par une terre fine, très noire, révélant l'action du feu. Le creusement, une fois vidé de son contenu, présentait des bords sensiblement verticaux et un fond plat. Tout autour, enfin, étaient disposées des scories résultant d'une très forte chaleur et imprégnées d'oxydes métalliques verts.

200 - Vestiges d'un atelier de fondeur de cloches dans l'espace séparant les deux remparts (antique et médiéval) derrière le chevet de Saint-Hugues

200 - Vestiges d'un atelier de fondeur de cloches dans l'espace séparant les deux remparts (antique et médiéval) derrière le chevet de Saint-Hugues

27Il est peu douteux que les vestiges ainsi décrits correspondent au four qui a servi à fondre le métal d'une cloche, elle-même coulée au fond de la plus grande fosse. D'après M. Thierry Gonon qui a bien voulu examiner photographies et relevés, ainsi que les éléments mobiliers prélevés, la forme de l'empreinte laissée dans le sol par le four pourrait correspondre à l'usage, attesté au XIIe s. par le moine Théophile (Dodwell 1961), d'une casserole métallique à la base du dispositif. Les nombreux fragments retrouvés de paroi du four indiquent une construction faite d'un mélange de terre, fragments divers (pierres, éclats de tuiles et briques) et, semble-t-il, de chaux. Une brique dans laquelle apparaît creusée une entaille a été retrouvée entre four et fosse : ce pourrait être un vestige du canal de coulée du métal. Enfin, à partir de 105 fragments de moules, M. Th. Gonon a pu établir que trois cloches avaient été fabriquées en série dans cette installation, dont la plus grande avait une hauteur de 0,75 m et la plus petite, de 0,18 m. La forme inhabituellement trapue de l'exemplaire intermédiaire, haut de 0,29 m, peut faire douter qu'il s'agisse bien d'une cloche et préférer y voir un mortier. Quoi qu'il en soit, il y a de forte chance que les deux ou trois cloches fondues, dans un endroit qui était, on l'a vu, le jardin de l'évêque, aient été destinées à la cathédrale ou à Saint-Hugues. Aucun des fragments de moules, malheureusement, ne porte de décor - hormis de simples fdets - ni d'inscriptions.

28Les fouilles n'ont pas révélé d'aménagement plus tardif sur l'étroite bande de terrain entre les deux remparts. Au-dessus de la couche 3039 qui est venue recouvrir les installations artisanales précédemment décrites (Pl. 15, coupe 22), un nouvel apport de chaux (3037) signale peut-être une autre campagne d'entretien des fortifications. Dans l'ensemble des couches fouillées jusqu'à ce niveau, si l'on excepte les couches 3039 et 3038 qui ont livré quelque quatre-vingts tessons, la teneur en mobilier céramique est indigente. Beaucoup plus surprenant : la céramique grise ne rencontre aucune concurrence dans ces niveaux où l'on attendait la présence de céramique à pâte claire glaçurée. Peut-être cette absence s'explique-t-elle par une situation en marge des zones résidentielles.

29Quant aux niveaux supérieurs (3034 et 3035) qui ont fourni ensemble deux tessons en tout, de céramique grise, il est assez probable qu'ils appartiennent déjà à la période moderne.

Le couronnement fortifié de l'abside de la cathédrale

30Dans la description que nous avons donnée de l'abside de la cathédrale du XIIIe s., nous avons passé sous silence la manière dont elle était couverte, mais proposé une restitution (fig. 182) qui, sur ce point, diffère de l'état qui nous est parvenu (fig. 201). C'est que le couronnement fortifié, bien que se fondant sans aucunement détonner dans la composition architecturale du chevet, est, selon nous, le produit d'une transformation. Quoiqu'aucune preuve n'en puisse être avancée, c'est à l'époque où l'on éprouva le besoin de fortifier mieux la ville — soit peu avant 1338, soit plutôt en 1374, au moment même où l'on construisait le bras de rempart protégeant le palais épiscopal — que nous proposons de rapporter cette transformation. La fortification de l'abside, qui allait de soi du fait de son emplacement sur le rempart même, a fait l'objet de soins évidents et témoigne de la recherche d'une qualité architecturale singulièrement absente, on l'a vu, du rempart attenant. Il est probable que, souci de prestige obligeant, l'Eglise accepta de contribuer aux dépenses en prenant à sa charge les travaux sur la cathédrale.

201 - Le chevet fortifié de la cathédrale

201 - Le chevet fortifié de la cathédrale

31Outre l'argument de vraisemblance historique, c'est également l'observation archéologique qui nous conduit à estimer plus récent que l'abside elle-même son couronnement fortifié. Au sommet du pignon oriental de la nef s'ouvrait à l'origine une fenêtre destinée à éclairer le comble. Entre l'appui de cette fenêtre et l'extrados de voûte de l'abside existait une hauteur suffisante pour que vienne s'appliquer une toiture à deux pentes prolongée de trois pans. La construction du chemin de ronde, porté sur de gros arcs lancés entre les contreforts, a entraîné, bien sûr, un rehaussement important de la toiture, faisant perdre toute fonction d'éclairement à la fenêtre du comble de la nef, aujourd'hui transformée en porte par échancrure de son appui. L'idéal serait de pouvoir mettre en évidence des reprises dans l'appareil de briques, témoignant de ce surhaussement. Malheureusement, les campagnes de restauration à partir du siècle dernier se sont succédé (voir en particulier ADI XII Τ 1/23), rendant les maçonneries presqu'indéchiffrables. Il semble bien, cependant, que dans la partie supérieure les briques d'origine soient d'une épaisseur un peu moindre et assemblées à joints plus fins. On observe également que, contrairement à ceux des fenêtres de l'abside, les arcs du couronnement sont faits, non de claveaux moulés, parfaitement ajustés, mais de simples briques. Les petites baies amorties en arc segmentaire qui éclairent le chemin de ronde sont en tous points semblables à celles qu'on peut observer dans une fonction analogue au sommet de la tour du Treuil à Allevard (Isère), maison forte étudiée par notre collègue Annick Ménard et datée par dendrochronologie de 1355, ou au donjon du château d'Ambérieux-en-Dombes (Ain), édifice daté de 1371, dont l'appareil de briques procède des mêmes traditions architecturales que celles observées à Grenoble (Guilhot 1990). Quant aux ouvertures de tir placées entre ces baies et dans les massifs prolongeant les contreforts, il s'agit, à l'origine, d'archères à croisillon. Les archères de ce type ont été mises au point dès le XIIIe s. dans les provinces du domaine Plantagenet, mais leur diffusion dans la vallée du Rhône ne s'est produite que vers le milieu du XIVe s. (Mesqui, 1993, t. II, p. 291-292). Leur présence s'accorde donc avec notre datation et c'est dans un second temps seulement que ces fentes ont pris la forme de canonnières : les ouvertures rondes placées au bas, destinées au passage de l'arme à feu, sont manifestement, comme on peut en juger de l'intérieur (fig. 202), le résultat d'une retaille assez grossière. Les travaux récents de Jean Mesqui (op. cit. p. 307-309) ont montré que les exemples convenablement datés de canonnières ne sont pas antérieurs au XVe s. Il serait surprenant que Grenoble constitue à cet égard une exception.

202 - Détail d'une ouverture de tir du couronnement fortifié de l'abside de la cathédrale : archère à croisillon transformée en canonnière

202 - Détail d'une ouverture de tir du couronnement fortifié de l'abside de la cathédrale : archère à croisillon transformée en canonnière

La portion nord du rempart, le long de la rue Très-Cloîtres

32La lecture du plan de 1536 pourrait inciter à mettre en doute l'existence du mur séparant la basse-cour nord de l'évêché de la rue Très-Cloîtres, un simple trait sans épaisseur suggérant la clôture. Cependant, un autre document, représentant le développé de l'enceinte urbaine depuis la tour de l'Ile jusqu'à celle de l'enclos des dominicains la plus proche du Drac, propose une vision différente. Il s'agit d'un dessin sur papier réalisé vers 1570 (BMG Cd 216) qui présente, en effet, une ligne continue de mur crénelé pourvu de tours semi-circulaires. Il est vrai que, son objet étant surtout de donner le profil longitudinal du fossé (fig. 203), la figuration des murailles est des plus conventionnelles, sans souci d'exactitude : le nombre des tours est parfaitement fantaisiste, de même que leur forme, la tour de l'Ile, ouvrage de plan rectangulaire, y étant représentée cylindrique.

203- Le rempart du faubourg de l'Ile et son fossé ; d'après un dessin du XVIe siècle

203- Le rempart du faubourg de l'Ile et son fossé ; d'après un dessin du XVIe siècle

B.M.G., Cd 216

33Mais sur certains points, ce document se révèle correspondre d'assez près à la réalité. Ainsi, bien que les proportions ne soient évidemment pas respectées, les indications de mesure en toises paraissent justes. L'interruption du fossé au passage de la rue Très-Cloîtres et du Verderet est conforme aux dispositions figurées sur le plan de 1536, puisqu'au-devant de la porte, la rue Très-Cloîtres apparaît revêtue d'un « pavey » sous lequel passe le Verderet et de part et d'autre duquel viennent buter les deux branches du fossé. Enfin, l'articulation des murailles au niveau de la porte Très-Cloîtres y est fidèlement traduite : la porte, présentée en perspective, est disposée, comme sur le plan de 1536, perpendiculairement au mur de clôture isolant la résidence épiscopale le long de la rue Très-Cloîtres. Cette portion de mur, non figurée sur le plan de 1536 est, sur le second document, nettement distinguée du reste du rempart qui lui fait suite par un trait de séparation et sa plus grande hauteur. Par cette rupture est signifié le brusque retournement du mur vers le sud qui forme ainsi la clôture orientale de l'évêché. Cette justesse de détail plaide pour la réalité du mur en question dont l'absence, au surplus, rendrait inexplicable la plainte de l'évêque en 1394. Mais il nous faut avouer que les preuves irréfutables qu'on aurait souhaité pouvoir réunir font encore défaut et que la fouille n'a permis au mieux que de recueillir quelques nouveaux indices dont l'interprétation peut être discutée.

34L'intervention archéologique dans ce secteur, s'est faite en sauvetage d'urgence, autant dire en temps strictement limité sur le minimum de la surface concernée. Afin de recueillir des informations sur toute l'épaisseur du dépôt, le parti a été pris de descendre en certains endroits plus bas que les aménagements prévus le requéraient, en maintenant, pour des raisons à la fois de sécurité et d'économie de temps, de larges banquettes non fouillées. La lecture et l'interprétation des niveaux médiévaux s'en est trouvée passablement compliquée.

35Nulle part la fouille n'a été pousséee beaucoup plus bas que le dépôt de limons très purs apportés par inondation, qui ont achevé de colmater le fossé antique (cf. supra). Ce dépôt (couches 117, 220, 418, 518, 614) a été rencontré, bien sûr, d'un bout à l'autre du secteur fouillé et à la même altitude (Pl. 16, coupe 23). Inattendue, en revanche, apparaît l'absence de tout niveau de sol au-dessus des limons, correspondant à l'occupation des XIe-XIIe s. reconnue un peu plus au sud (cf. chap. 9). Au lieu de cela, c'est un apport très épais, riche en matériaux de construction, qui régnait partout. À l'extrémité orientale de la zone fouillée, cette couche était formée d'un premier niveau de gros sable, gravillons, mortier, esquilles de tuiles (116, 118, 219) que surmontait une recharge composée des mêmes matériaux mêlés de terre brune (115, 217, 218). Un faciès analogue s'observait à l'extrémité opposée, où couche inférieure et couche supérieure étaient séparées par une strate de terre brune et fine (615-513). Cet ensemble de couches correspond de toute évidence aux niveaux de construction d'un bâtiment auquel appartenait un mur en blocs non taillés de calcaire (M 75), retrouvé très arasé. Vers le milieu de l'espace fouillé, où ce niveau (417) est moins important, mais, à l'inverse, le dépôt d'occupation plus épais, la stratigraphie paraît correspondre à l'intérieur d'un bâtiment. Les dimensions de ce bâtiment dont le mur M 75 formait la face ouest, ne peuvent être estimées avec certitude. Il est probable qu'il se fermait à l'est par un mur parallèle au premier, situé dans une partie non fouillée au delà de laquelle la stratigraphie n'est plus la même. Le bâtiment qu'on est ainsi conduit à restituer, dont le sol primitif était en sensible contrebas par rapport au sol extérieur environnant, pourrait avoir été un volume prolongeant latéralement la porte fortifiée de Très-Cloîtres. On sait que cette porte, « portale novum » dans le livre de comptes de 1374, fut détruite à la fin du XVIe s., de même que la portion de rempart dans laquelle elle s'ouvrait, alors que s'élevait la nouvelle enceinte de Lesdiguières. Or, les niveaux qui viennent en recouvrement du sol lié au mur M 75 et de l'arasement de ce dernier (509, 508, 506) ont livré un mobilier céramique qui s'inscrit parfaitement dans cette chronologie.

36On demeure perplexe quant à l'interprétation qu'il convient de faire de deux massifs de maçonnerie, sorte de semelles plus que murs, parallèles entre eux et de direction est-ouest (M 76 et M 77), découverts immédiatement à l'ouest du mur M 75. Le premier reposait directement sur le dernier sol associé au mur, tandis que l'autre paraît avoir été coulé dans une tranchée qui a entamé les niveaux 2099 et 2105, plus anciens, dans lesquels se trouvait un peu de céramique grise (Pl. 12, coupe 16). La fonction et la datation précise de ces deux semelles, faites d'une maçonnerie extrêmement grossière de blocs informes baignant pêle-mêle dans un épais mortier gris, ne peuvent être données. Elles évoquent un aménagement provisoire de brève durée. Les niveaux qui les recouvrent (2084, 2141) correspondent aux remblaiements qui suivirent la démolition du rempart médiéval et de la porte Très-Cloîtres à la fin du XVIe s.

  • 134 Avis d’alignement du bureau des Finances, du 10 juillet 1777 : "Le bureau [...] a fixé l’allignemen (...)

37L'absence apparemment totale de toute trace du rempart, dont on sait qu'il occupait à peu près l'emplacement de l'actuel mur de clôture élevé à la fin du XVIIIe s., est donc pour le moins surprenante. Mais il convient de noter aussi qu'il n'a pas été davantage retrouvé de vestiges du front de façades de plusieurs maisons construites au XVIIe s. (cf. infra, chap. 13), qui se trouvait sensiblement sur le même alignement. On peut admettre que la mise en place du mur de clôture ait fait complètement disparaître l'un et l'autre. Cependant rien ne permet d'expliquer la présence d'une large tranchée au pied de ce mur dans la moitié est de la fouille et non dans l'autre, si ce n'est, peut-être, la présence d'aménagements antérieurs. Dans sa moitié ouest, le mur de clôture, fondé en tranchée étroite à partir du niveau de sol des maisons, a pris ni plus ni moins la place des façades de maisons. On sait qu'à l'autre extrémité, au contraire, un recul du nouveau mur fut imposé par rapport aux anciennes façades134. Même en supposant que cette prescription n'ait pas été respectée, on est assuré que l'ancienne façade de maison ne pouvait se trouver en recul par rapport au mur de clôture du fait de l'absence totale de marques d'arrachement sur les murs de refend. La large tranchée observée ici (Τ 1) ne peut donc être mise en relation avec l'extraction des fondations du XVIIe s., mais peut correspondre à la récupération des matériaux d'un ouvrage plus ancien qui pourrait bien être le rempart médiéval (fig. 182). La question n'est pas ici de savoir à quelle époque précisément — XVIIe ou XVIIIe s — se fit cette récupération. Ce qu'il importe de constater, c'est que la tranchée ne se poursuit pas vers l'ouest au-delà du mur moderne M 91 dont l'emplacement correspond à peu près à celui qu'on pourrait retenir pour le mur supposé avoir fait pendant au mur M 75, dans le prolongement de la face externe de la porte contre laquelle venait buter le rempart. La restitution schématique que nous proposons à partir de ces données (fig. 196) correspond assez bien, pour le tracé et les dimensions, à ce que suggère le plan de 1536.

38Les très rares fragments de céramique, fort émiettés, recueillis dans les niveaux médiévaux (513, 510, 214), la plupart en pâte orange à glaçure externe irrégulière, sont caractéristiques de la période XIIIe-XIVe s. Sans autoriser une datation fine, ils ne remettent pas en cause celle que nous avons proposée à partir des textes.

39On notera enfin que dans les couches de construction du rempart médiéval (116, 217) tout comme dans les niveaux immédiatement postérieurs à sa destruction (606, 113), il s'est trouvé des quantités non négligeables de nodules de mortier de tuileau. Il est assez probable que ce mortier caractéristique provienne des démolitions partielles de la première enceinte, effectuées à l'une et l'autre de ces périodes où l'on modifia les fortifications urbaines.

Conclusions

  • 135 En 1990, elle fut éventrée sur sa face orientale pour être reliée au nouveau Musée de Peintures don (...)

40Dans la recherche conduite pour retrouver, comprendre et dater le système défensif dans lequel fut enclose la résidence épiscopale, les apports fournis par l'enquête historique apparaissent, il faut en convenir, beaucoup plus consistants et décisifs que ceux produits par l'archéologie. La fouille a eu cependant l'incontestable intérêt de vérifier la matérialité des faits révélés par les textes, de leur restituer des bribes d'apparence. La faible épaisseur du mur dans sa portion orientale, la grossièreté de la maçonnerie dont il est fait, le peu de science que dénonce l'inflexion concave de son tracé, sont autant de traits qui en disent long sur la relative médiocrité des moyens que put mobiliser la communauté citadine, en une période critique, gravement frappée par le marasme économique et les malheurs de la guerre. La tour de l'Ile entreprise quelques années plus tard à l'initiative des consuls, de par la pauvreté de son architecture et des matériaux dont elle est bâtie, demeurait encore il y a peu135 le témoin le plus expressif de ces temps de pénurie.

Notes

114 C’est en effet à la communauté des habitants, représentée par un corps de magistrats, les consuls, que conformément à la lettre des chartes de franchises concédées en 1226 et 1242 par la double seigneurie (épiscopale et delphinale) revient la charge de la construction et de l’entretien des fortifications de la ville.

115 Charles par la grace de Dieu, roy de France, daulphin de Viennois, au gouverneur de notre Dauphiné de Viennois ou a son lieutenant, salut. La supplication de notre amé et féal conseiller l’évesque de Gregnohle en notre dit daulphiné avons receue contenant que comme son hostel épiscopal en la cité de Gregnohle soit touchant et dessus les murs anciens d’icelle cité ès quels murs passé a lonc temps et ancores nagaires les prédécesseurs dudit suppliant évesque dudit lieu eussent deux portelles par lesquelles eulx et leurs gens pouvoient aller hors de la dite cité à leur plaisir et depuis vint ans en ça ou environ pour croistre ladite cité ayent esté faiz nouveaulx murs dedens lesquels sont comprises lesdites portelles si que ledit suppliant sans passer les portes de ladite cité ne peut yssir hors d’icelle. Et il soit ainsi que ledit suppliant eust voulu faire et commencié ès nouveaulx murs faiz pour l’acroissement d’icelle cité, en ce qui est compris dedens le pourpris de son dit hostel, une nouvelle portelle en lieu d’icelles ainsi occupées comme dit est [...] a laquele portele faire et acomplir vous et les gens de notre conseil de notre dit Daulphiné avez mis empeschement et contredit audit suppliant en son grant grief et préiudice si come il dit. Etc.

116 […y et anno millesimo quadringentesimo vigesimo quarto Rochonesia vicus cum templo Cordigerorum et Magdalenes fuit ab palatio episcopali ad Isaram usque muro clausus [...].

117 clausuram et fortificationem dicte civitatis tam in carreria sancti Laurentii quod a parte Y-sere prope plateam frat rum minorum”.

118 Cette phrase fait allusion aux travaux de nouvelles fortifications que fit entreprendre Lesdiguières au lendemain de sa prise de Grenoble en 1590. À l’intérieur d’une enceinte polygonale bastionnée, conforme aux normes militaires de l’époque, la ville tripla presque, alors, sa superficie.

119 AMG CC572, f° 38 v° : "Item cuidam famulo qui ivit apud Monte Bonoudum ad querendum ordinaciones clausure quas habebat castellus [...].

120 C’est à cheval sur le territoire de cette paroisse et celui de Grenoble que se trouvent les anciennes carrières de Porte de France qui ont été exploitées jusqu’au siècle dernier.

121 Item Iohanino Bloeti et Oliverio terrallonis sociis qui fecerunt fossale iuxta Yseram versus portale Insule et sunt duodecim thesie incluso piesone chausiate ibid. facte.

122 Dans le registre des comptes consulaires pour les années 1389-1392, la même appellation prévaut encore.

123 Ibid. f° 25 v° : Item Perrino terrallono pro eundo quesitum et aductum aquam ut [mot non déchiffré] per beale verdarelli ut possent aducere atrayctum cum navigio in portalli novo et muro [...].

124 Ibid. f° 30 v° : Item Francisco Bermondi pro una duodena postium antiquarian positarum super sindros qu. fiebat crota portalis[...].

125 Ibid. f° 24 : Item solve runt dicto Petro de Trafortio pro XXV thesiis muri per ipsum factis in meniis et muro iuxta paliscium et portale novum [...] ; f° 39 : Item computant dicti consules quod Chaboudus latomus fecit iuxta portale novum viginti thesias muri [...].

126 Ibid. f° 33 v° : Item pro duodecim hominibus qui steterunt cum Roleto terrallono ad faciendum terralium pisonis arche et muri extra portale novum [...]. Item dicto Roleto pro duobus diebus causa eadem[...].

127 Le vocabulaire médiéval de la construction est recensé dans les glossaires accompagnant diverses études dont la lecture nous a été fort utile pour la compréhension de notre document (Bernardi 1995 ; Bruchet 1907 ; Cattin 1990 ; Cattin 1992 ; Jenzer 1994 ; Rey 1971).

128 Le lotissement des bords de cette voie - aujourd’hui la rue Très-Cloîtres - est malheureusement assez mal documenté par les textes pour la période médiévale et on ne peut établir, en particulier, à quelle date il fut commencé. Un Mémoire sur les vieux titres de l’evesché de Grenoble, compilé probablement vers 1620 (ADI IV G 92 (5)), recense des reconnaissances faites à l’évêque pour une dizaine de maisons tenues de lui en fief "en la rue des Chauchières derrière et joignant à l’evesché". Aucun de ces actes, malheureusement, n’est daté, mais la plupart de ceux qui, dans ce recueil, le sont remontent pour les plus tardifs aux premières années du XVe s. et le plus souvent à la seconde moitié du XIVe s. Or cette rue des Chauchières ou de la Chauchière qui n’est, à notre connaissance, mentionnée dans aucun autre document, n’est sans doute autre que la rue Très-Cloîtres comme paraît l’indiquer la désignation d’"une maison aux Chauchières, la rue des deux côtés et Merdarel (Verderet) derrière". Le nom de Chauchière procède probablement de l’ancien français coucher et signalerait des pressoirs. On rappellera, à ce propos, que les comptes en langue vulgaire de 1339-1340 font mention de la présence Tres la Clotra, d’un troyllander (presseur et marchand d’huile).

129 Ibid, f° 18 v° : Item solverunt Nicholao de Calcis, chapusio, pro una die qua stetit in faciendo eychifam iuxta unguium viridarii domini episcopi.

130 Ibid. f° 39 : Item pro triginta thesiis muri per eumdem [Chaboudum] factis in dicta portali a crota ipsius portalis infra, ipsa crota exclusa [...]. Dans cette phase, il faudrait traduire infra par "au-delà".

131 Ibid. f° 32 v° : Item solverunt terrallonis subscripts qui steterumt diebus infrascriptis in terrallis retro claustrum iuxta ortum domini episcopi, videlicet [...].

132 Ibid. f° 35 : Item magis dictis Oliverio et lohanino qui reparaverunt continuando dictum fossale de retro claustrum pro duodecim thesiis ibid, reparatis de tribus pedibus de profonde usque ad viridarium super murum saracenum domini épiscopi [...].

133 Ibid. f° 35 v° : Item pro sex hominibus qui adiustaverunt terrallium veterem et novum retro viridarium domini episcopi/.../.

134 Avis d’alignement du bureau des Finances, du 10 juillet 1777 : "Le bureau [...] a fixé l’allignement du mur de clôture [...] à prendre du mur du portail du palais episcopal jusques à la maison de Monsieur le conseiller de Rhenaud sur la rue Très-Cloîtres [maison conservée qui fait l’angle avec la rue du Fer-à-Cheval] et de l’angle du mur de face de Monsieur Rhenaud, le seigneur évêque sera tenu de se reculer sur le sol des maisons démolies de sept pieds six lignes, sera tiré de ce point vingt une toise de longueur jusques au premier angle du portail du palais épiscopal sans rien excéder [...] (ADI. IV G 57).

135 En 1990, elle fut éventrée sur sa face orientale pour être reliée au nouveau Musée de Peintures dont elle est devenue une annexe.

Table des illustrations

Titre 194 - Lettre patente de Charles VI de 1394
Crédits A.D.I. IV G 53
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre 195 - Schéma des nouvelles fortifications de 1374
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre 196 – Plan restitué de l'ensemble cathédral vers la fin du XIVe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre 197 - Elévation de la face interne du rempart médiéval (M 74)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 198 - Tronçon nord de la partie dégagée du rempart médiéval
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1218/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 199 - Empreintes laissées par une palissade entre rempart antique et rempart médiéval
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1218/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 200 - Vestiges d'un atelier de fondeur de cloches dans l'espace séparant les deux remparts (antique et médiéval) derrière le chevet de Saint-Hugues
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1218/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 201 - Le chevet fortifié de la cathédrale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1218/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 202 - Détail d'une ouverture de tir du couronnement fortifié de l'abside de la cathédrale : archère à croisillon transformée en canonnière
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1218/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre 203- Le rempart du faubourg de l'Ile et son fossé ; d'après un dessin du XVIe siècle
Crédits B.M.G., Cd 216
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1218/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

© Alpara, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access