Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour du groupe épiscopal de Grenoble

 | 
François Baucheron
, 
Franck Gabayet
, 
Alain De Montjoye

Seconde partie. De la réorganisation médiévale aux transformations de l'époque moderne

Chapitre 8. La reconstruction des églises au XIIe siècle

Alain de Montjoye

Texte intégral

1Les historiens de Grenoble savent bien que c'est à partir de l'épiscopat de saint Hugues Ier de Châteauneuf (1080-1132) que prend fin le grand silence des textes et que s'inaugure vraiment l'histoire médiévale de la cité. Les cartulaires de l'église cathédrale que fit rédiger ce prélat contiennent les premiers renseignements précis sur la topographie urbaine et les plus anciennes mentions des principaux édifices.

2L'œuvre accomplie par cet évêque est assurément considérable. Ses contemporains ne s'y sont pas trompés en édifiant sa légende, et surtout pas l'Eglise qui, à peine deux ans après sa mort, le canonisait. Restaurer un pouvoir épiscopal grave ment concurrencé par l'ascension des comtes d'Albon et, de ce fait, devenu défaillant, rassembler morceau par morceau le patrimoine dilapidé de l'Eglise de Grenoble, telles furent les tâches dans lesquelles s'absorba le demi siècle de son épiscopat.

3Il n'est pas d'auteur à s'être essayé de débrouiller l'histoire des constructions de la cathédrale - elle n'est informée par aucun texte - qui n'ait voulu voir dans telle partie ou telle autre de cet édifice un témoin de l'œuvre présumée de bâtisseur qu'on ne pouvait se résoudre à dénier à saint Hugues non plus qu'à son prédécesseur Isarn (v. 950-v. 990), lequel, d'après la charte XVI du deuxième cartulaire, « edificavit ecclesiam gratianopolitanam » (Marion 1869, p. 93). C'est le cas de Pierre David (David 1939 p. 46, 55 et passim) qui, bien que convaincu que les termes edificavit ecclesiam désignent une restauration des assises politiques et temporelles du diocèse, n'en crédite pas moins le second du gros œuvre de la cathédrale Notre-Dame et le premier de son portail sculpté et d'un cloître. Si les travaux du XIIIe s. — voûtement et abside — ont bien été perçus plus récemment par Bernard Bligny (Chomel 1976, p. 51-52 et 54), cet auteur voit encore dans les sculptures du portail la marque de l'action de saint Hugues et dans le clocher-porche celle d'Isarn.

4Quant à l'église Saint-Vincent - Saint-Hugues, enclavée dans les volumes de la cathédrale et de l'aile nord du palais qui l'enserrent, radicalement maquillée à l'intérieur par un décor peint en trompe l'œil du XIXe s., toute approche archéologique en était jusqu'il y a peu impossible. Les interprétations et datations qui en ont été proposées ne résistent pas à la confrontation avec les données fournies par de nombreuses et nouvelles observations.

5Qu'il s'agisse de la cathédrale ou de l'église Saint-Hugues, une des principales certitudes acquises, à la faveur des travaux de ces dernières années, est que rien ne subsiste en élévation qui puisse être estimé antérieur au milieu du XIIe s. Il convient donc de reléguer parmi les légendes la figure d'un saint Hugues bâtisseur de sa cathédrale et, de fait, les quelques données historiques dont on dispose pour en juger plaident pour son invraisemblance. L'œuvre de cet évêque, qui fut avant tout gestionnaire, politique et réformateur, est décrite par son biographe, Guigues le Chartreux (Chomel, trad. 1984) essentiellement sous l'angle spirituel et dans un but d'édification. Il serait surprenant toutefois qu'une initiative aussi importante que la reconstruction de sa cathédrale ait été passée dans ce récit hagiographique purement et simplement sous silence. Tout paraît montrer que si seuls les fruits de la politique opiniâtre de saint Hugues pouvaient rendre matériellement possible un chantier de construction de quelque ampleur, ce n'est pas lui, épuisé par la maladie plusieurs années avant sa mort, mais bien plutôt son successeur Hugues II (1132-1148) qui put le faire mener à bien. De même, s'il est vraisemblable que saint Hugues ait étendu son action réformatrice à son collège de chanoines, c'est en tout cas son successeur qui le soumit à la règle de saint Augustin, comme spécifié dans la bulle d'Innocent II approuvant cette réforme en 1135 (R.D. n °3 553). Il est donc fondé de penser que les chapiteaux encore conservés, provenant d'un cloître roman de la cathédrale, signalent une campagne de construction ayant suivi de peu cette institution.

La cathédrale romane de Grenoble

6De la cathédrale romane ont été remarqués depuis longtemps quelques vestiges encore en place dans l'édifice qui nous est parvenu. Ce sont tout d'abord les deux piles composées qui cantonnent l'entrée dans le chœur (fig. 97), dont la hauteur et la disposition sont inadaptées à l'économie générale et au voûtement de cette partie de l'édifice. Ces piles de section carrée sont pourvues de colonnes engagées qui regardent vers l'intérieur du vaisseau et vers l'ouest, et portent des chapiteaux richement sculptés d'un décor dérivé du corinthien. Attenant à la pile sud, la portion de mur fermant l'édifice à l'est présente, à sa partie supérieure, un arc en plein cintre appareillé en molasse qui indique à la fois la largeur et la hauteur du bas-côté contemporain (fig. 98). Enfin, entre les deux dernières chapelles ouvrant sur le bas-côté nord, subsiste un pilier circulaire, trapu, sommé d'un chapiteau à décor sculpté d'acanthes, que les commentateurs du XIXe s. ont affublé du nom bizarre de « pilier saxon », lui supposant une fabuleuse antiquité. Dans ce pilier, aujourd'hui dépourvu de fonction et dissimulé derrière une pile rectangulaire résultant de transformations du XIXe s., P. David voyait le trumeau toujours en place d'un portail, pour le reste détruit, qu'il préconisait de dater de la seconde moitié du XIIe s. (David 1939, p.70-71).

97- Plan restitué de la cathédrale et de l'église Saint-Hugues à l'époque romane

97- Plan restitué de la cathédrale et de l'église Saint-Hugues à l'époque romane

98- Pile composée romane à l'entrée du chœur de la cathédrale et extrémité orientale du collatéral sud

98- Pile composée romane à l'entrée du chœur de la cathédrale et extrémité orientale du collatéral sud

7À la perception de l'édifice roman contribuait également l'image transmise grâce aux descriptions, fournies par les auteurs anciens, du portail qui s'ouvrait primitivement au fond du porche, avant d'être démonté et ramené en façade de celui-ci, sur la place, en 1861. Des chapiteaux sculptés qui ornaient ce portail, l'un, remplacé par une copie, est déposé au Musée Dauphinois (inv. D 26.1.5), un autre paraît avoir été réutilisé in situ, les autres ont disparu.

8Quant au cloître canonial de l'époque romane, il n'est connu que par les fragments sculptés remployés dans la construction de l'aile orientale — la seule conservée — du cloître gothique et par quatre chapiteaux versés au siècle dernier dans les collections du Musée Dauphinois.

9La restitution que nous proposons aujourd'hui de la cathédrale du XIIe s., à partir de ces vestiges, assez différente, on va le voir, de celles produites auparavant, procède d'une réflexion qu'ont grandement contribué à nourrir quelques observations inédites.

La façade et le portail

10À rencontre d'une opinion encore largement partagée, il a pu être mis en évidence, en deux points où les preuves en sont irrécusables — sondage sous le porche et élévations du côté sud — que le clocher-porche, en aucun cas, ne peut être considéré comme la partie la plus ancienne de l'actuelle cathédrale. Il apparaît au contraire qu'il a été bâti dans sa partie inférieure sur trois côtés seulement, en appui contre une façade préexistante. C'est à cette façade et non au porche qu'appartient le portail roman déjà évoqué et c'est donc à elle que s'applique la datation suggérée par les caractères stylistiques de la sculpture.

  • 66 Travaux conduits par l'Architecte en Chef des Monuments Historiques, M. François Botton.
  • 67 Rien n'empêche de penser que ce tympan ait pu être primitivement pourvu d'un décor sculpté ou peint (...)
  • 68 On le retrouve en Isère, dans les églises de Marnans et de Surieu datables du dernier quart du XIIe (...)

11Les plus anciennes descriptions du portail, avant son déplacement en façade du porche, montrent que le dispositif initial a été maintenu dans son économie générale à travers les modifications successives qu'il a subies au XIXe s. — en 1861 et 1884-1887 — et, finalement, son remontage à son emplacement primitif en 199666. Ce portail à double archivolte en plein cintre dont les retombées s'effectuent sur deux couples de colonnettes logées dans les ressauts des piédroits était également pourvu d'un linteau en bâtière soutenant un tympan lisse67. Selon un parti décoratif fréquent dans la région au XIIe s., surtout en Bas-Dauphiné (Viennois et Valentinois)68, s'opposaient des colonnettes à section circulaire sous l'archivolte interne et octogonale sous l'archivolte externe (Pilot, 1843, p. 50). Si les fragments en molasse, encore revêtus d'un décor polychrome, retrouvés dans des maçonneries de blocage du XIXe s. lors des derniers travaux appartiennent bien au portail primitif, un détail doit être signalé : les colonnettes — au moins celles, rondes, de la première voussure — n'étaient pas comme aujourd'hui en délit, mais engagées et montées assise par assise en même temps que les piédroits. Sur ce point, notamment, on espérait quelques informations complémentaires du sondage effectué dans l'angle nord-est du porche, avec, conservés sous l'actuel dallage, des vestiges ou traces du piédroit nord du portail. Cet espoir a été déçu : si la fondation du mur de façade était bien conservée, rien ne subsistait du seuil ni des montants attendus, ressauts et bases de colonnettes. Ce qui ne veut pas dire que rien n'en était non plus préservé du côté sud. Mais, fort malencontreusement, les travaux de confortement du clocher conduits en 1992, sans surveillance archéologique, ont détruit cette portion de fondation du mur de façade roman.

  • 69 Un exemplaire de ce rapport m'a été aimablement communiqué par mon collègue D. Chancel qui a procéd (...)
  • 70 Janniard sur ce point paraît mal informé, puisque dans sa description de 1843, Pilot signale que tr (...)

12Quant aux chapiteaux, deux seulement sont connus avec certitude et un seul, depuis le siècle dernier, est inséré dans l'actuel portail, sous la retombée sud de l'archivolte externe. La copie assez sèche exécutée au XIXe s. pour remplacer l'autre chapiteau du portail conservé au Musée Dauphinois est, en tout cas, scrupuleuse. Il y a lieu, dès lors, de se demander si les autres chapiteaux à décors végétaux qui aujourd'hui ornent le portail (fig. 99) ne sont pas, eux aussi, des copies d'authentiques disparus dont ils fourniraient un assez fidèle reflet. C'est ce qui ressort assez clairement, en tout cas, d'un rapport de l'architecte H. Janniard retrouvé en 1960 dans les archives de l'évêché et dont une copie dactylographiée a été déposée dans les archives de la paroisse69. Dans ce rapport en date du 1er octobre 1849 on lit : « deux de ces chapiteaux seulement sont de l'époque primitive et malheureusement ils ont été retaillés il y a quelques années. Les autres ont été reproduits d'après les débris d'un des anciens. Les colonnettes depuis longtemps disparues70 ont été remplacées récemment. Les deux piédroits de la porte, arrondis en colonnes, sont surmontés de chapiteaux de même style que les autres et comme eux retaillés ».

99 - Le portail principal de la cathédrale remonté à son emplacement primitif en 1996

99 - Le portail principal de la cathédrale remonté à son emplacement primitif en 1996
  • 71 Les minutes à l'échelle l/10e sont de la main de M. Ruales.

13Si le portail avec son décor sculpté a depuis longtemps attiré l'attention des antiquaires, on s'étonne que la façade dans laquelle il s'insérait n'ait jamais été seulement considérée. Certes, cette façade largement évidée de part et d'autre du clocher par le prolongement des bas-côtés, était difficilement perceptible depuis le rez-de-chaussée, sauf à décaper, comme nous l'avons fait dans le sondage sous le porche, le raccord entre ses maçonneries et celles du clocher. Mais du côté sud, depuis l'étage de la maison d'habitation qui, dès la fin du XVIIIe s. au moins, est venue s'accoler au clocher par-dessus les voûtes du bas-côté, une portion considérable de la façade romane restait visible. Dès 1990 nous avons pu en effectuer les premiers relevés71, complétés en 1997 à la faveur des travaux conduits par la Conservation Régionale des Monuments Historiques. Cet imposant vestige, conservé malgré de graves altérations en partie haute jusqu'à plus de 13 m au-dessus du sol actuel, est caractérisé par un superbe parement en moyen appareil de molasse, posé en assises très régulières de 18 à 25 cm de hauteur. Dans ce mur se lisent encore clairement les restes d'une fenêtre contemporaine de sa construction, bouchée et partiellement détruite lors de la reconstruction de la cathédrale au XIIIe s. L'aménagement, à une période plus tardive encore, d'un conduit de fumée correspondant probablement à un système de chauffage installé dans la tribune sud de la cathédrale, a provoqué le dégagement partiel d'une partie de l'embrasure de la fenêtre primitive. Le murage du conduit depuis l'intérieur de la cathédrale et l'agrandissement de son ouverture sur le parement extérieur, initialement carrée ou rectangulaire, aux dimensions d'une porte (pour servir sans doute de placard dans la pièce aménagée au-dessus de la dernière travée du collatéral) ont conduit à l'aspect actuel (fig. 100). Dans la niche ou placard on peut observer, parfaitement conservé, le montant sud de l'embrasure de l'ancienne fenêtre (fig. 101), lui aussi admirablement appareillé, où alternent des blocs de molasse et de tuf. L'état de conservation est tel que les joints — épais de quelques millimètres seulement — sont encore bourrés du mortier de liaisonnement soigneusement lissé au fer. Enfin, le démontage auquel nous avons procédé d'une faible épaisseur, épargnée par le conduit de fumées, de maçonneries de comblement du XIIIe s. a permis de retrouver une petite plage de l'enduit qui revêtait primitivement l'embrasure et une partie subsistante de l'appui en glacis de la fenêtre. Cette fenêtre primitive peut donc être restituée dans ses dimensions : 1,48 m de largeur sur le parement externe, mais près de 2,50 m à l'intérieur du fait d'un fort ébrasement ; une hauteur de 2,30 m de l'appui au départ du cintre et une hauteur totale (sur le parement externe) de 3,05 m si on lui restitue un amortissement en arc plein cintre. Cette forme de fenêtre à fort ébrasement interne se prolongeant, sans feuillure ni ressaut susceptible de caler un châssis, jusqu'au nu extérieur est une des plus répandues dans la région au XIIe s. On en reparlera à propos de l'église Saint-Hugues.

100- Ancienne façade de la cathédrale au sud du clocher-porche

100- Ancienne façade de la cathédrale au sud du clocher-porche

101- Fenêtre de la façade romane de la cathédrale

101- Fenêtre de la façade romane de la cathédrale

14La façade dont nous venons de décrire les vestiges a même direction que celle de Saint-Hugues, c'est-à-dire qu'elle reprend non seulement une orientation mais aussi un alignement hérités de l'organisation primitive du complexe cathédral (supra). Tout le reste de l'édifice est bâti sur un axe différent, plus proche de l'orientation que prône la liturgie. Cette nouvelle orientation qui affecte, en particulier, le chevet est probablement le fait de la période romane.

Le chevet

15À partir des vestiges demeurés en place, on est tenté d'extrapoler les grandes lignes de l'organisation du chevet roman, non sans insister sur le caractère hypothétique d'une telle restitution que seules des fouilles pourraient valablement informer.

16Même si c'est probable, on ne peut considérer comme certain que les substructions d'abside en hémicycle découvertes en 1840 à l'occasion du déplacement du maître-autel (David, 1939, p. 51) appartiennent bien à la cathédrale romane. Aucun relevé, à notre connaissance, n'en existe. Une terminaison en abside, précédée ou non d'une travée droite reste, quoi qu'il en soit, celle qui paraît la plus plausible dans un édifice du XIIe s. En faveur de la restitution d'une travée droite, on pourrait invoquer la similitude entre les bases des piles composées romanes et celles des supports engagés recevant l'arc d'entrée dans l'abside gothique : les secondes, à moins qu'elles n'aient été, dans un souci d'harmonie, copiées au XIIIe s. sur les premières, pourraient être des vestiges demeurés in situ du chœur du XIIe s.

  • 72 À cette liste qui n'est nullement exhaustive, on doit ajouter l'église simplement paroissiale de Se (...)

17On avance en terrain moins sûr encore dès qu'on entreprend d'imaginer l'ordonnance architecturale plus à l'ouest. Les deux piles composées à l'entrée du chœur évoquent cependant avec force un système de croisée régulière. Si l'on restitue deux autres piles pour former un carré (fig. 97), on obtient une largeur de transept telle que le bras nord vient se caler dans l'épaulement de la nef de Saint-Hugues, dont les dimensions à l'époque romane étaient les mêmes, nous le verrons, qu'aujourd'hui. Dans le transept ainsi restitué le prétendu pilier « saxon » n'occupe pas la position centrale qu'exigerait sa fonction présumée de trumeau de portail. Au reste, sa forme et ses dimensions massives s'accordent mal avec une telle destination. Nous sommes plutôt enclins à y voir l'un des supports d'une triple arcature portant une tribune de fond de transept. Ce motif architectural d'origine sans doute ottonienne, fort inhabituel il est vrai dans nos régions, ne l'est pas beaucoup plus cependant que le plan basilical que l'on n'observe, dans l'ancien diocèse de Grenoble et pour la même époque, que dans les édifices les plus importants (abbatiale de Saint-Chef, prieurales de Moirans, de Vizille, de Voreppe, de Vif)72.

18Il faut pour le moment renoncer à toute représentation des supports des arcades qui séparaient les nefs romanes : leur forme et leur espacement restent inconnus, si l'on admet avec nous, et à l'encontre de l'opinion encore souvent reçue, que la base des piles actuelles n'est pas un vestige d'une ordonnance antérieure, mais qu'elle appartient, tout comme leur partie supérieure, à la reconstruction du XIIIe s.

Essai de restitution

19La restitution que nous proposons de l'édifice roman dans sa totalité (fig. 102) est donc largement hypothétique, mais non gratuite cependant. Si l'on suppose l'église entièrement voûtée et que la hauteur de sa nef est fournie par les deux premiers niveaux du clocher-porche bâti en appui contre elle, on est conduit à restituer une basilique de type halle, dont le vaisseau central couvert d'un berceau est contrebuté par les nefs latérales. Dans l'espace de la nef, entre croisée du transept et façade, on peut découper six travées qui dans les collatéraux sont établies sur plan carré et donc voûtées d'arêtes. Une telle ordonnance, avec de semblables proportions, se retrouve à la cathédrale romane de Valence, qu'on évoquera plus loin pour la ressemblance de ses sculptures avec celles du cloître et du portail de Notre-Dame de Grenoble. Mais rien ne prouve que notre restitution, qui n'est que plausible, corresponde à un état réel de la cathédrale : les vestiges à partir desquels on l'a élaborée peuvent aussi bien correspondre à un édifice jamais achevé. C'est la fouille, bien entendu, qui apportera sur ce point, comme sur beaucoup d'autres, quelque certitude s'il se peut.

102 – Coupe longitudinale restituée sur la cathédrale romane

102 – Coupe longitudinale restituée sur la cathédrale romane

Le cloître canonial

20Si nous ne nous trompons pas dans la restitution schématique que nous proposons de la cathédrale romane, l'aile orientale de cloître qui subsiste aujourd'hui ne peut en aucun cas lui être rapportée : elle est strictement soumise dans son implantation et ses dimensions à la cathédrale reconstruite au XIIIe s. On ne peut douter cependant que dès le XIIe s. un cloître ait existé, sur un plan assurément différent, duquel proviennent plusieurs colonnettes et chapiteaux remployés dans la galerie du XIIIe s.

21Cinq colonnettes munies de leurs chapiteaux s'observent dans la galerie orientale, et une sixième dans la demi-travée subsistant de la galerie sud en retour. Toutes sont placées pour recevoir la retombée, du côté des arcades, des nervures diagonales des croisées d'ogives. La manière assez gauche dont elles sont disposées trahit le remploi. Un détail qui ne peut se remarquer dans les chapiteaux réutilisés in situ, du fait de leur encastrement dans des piles, mais qui apparaît de manière frappante dans les quatre autres que conserve le Musée Dauphinois, est le traitement sommaire d'une de leurs faces. On en conclut que ces chapiteaux, tous de mêmes dimensions (l. = env. 25 cm ; h. = env. 26 cm) devaient être primitivement couplés sous un unique tailloir sur lequel reposaient les sommiers des arcades. Cette formule largement répandue se retrouve dans la région aux cloîtres de Notre-Dame-de-L'Ile et Saint-André-le-Bas de Vienne (Vallery-Radot, 1942 ; Lasalle 1972), également à Marnans (Colardelle, Homo, Montjoye, 1983).

Le décor sculpté

22Bien plus que son architecture, c'est son décor sculpté qui peut aider à proposer une datation de la cathédrale romane. Dans les témoins qui nous en sont parvenus, on distingue aisément la marque de deux ateliers distincts. C'est un art savant et une remarquable maîtrise technique qui s'expriment dans les quatre chapiteaux du chœur et celui du pilier rond du croisillon nord dans lesquels nous voyons la production d'un premier atelier. Taillés dans un calcaire fin et dur, très semblables par leurs proportions et la forme générale de leur épannelage, ils présentent un même traitement de l'abaque profondément incurvé et timbré au centre de chaque face d'un fleuron à quatre pétales. Ceux du chœur, très classiques, sont une interprétation du corinthien qui propose un traitement élégant et raffiné de l'acanthe digne de certains des chapiteaux de la nef de Saint-Barnard de Romans. La même virtuosité se retrouve dans le cinquième chapiteau, appliquée aux feuilles d'angles qui, dans une composition plus originale, encadrent un médaillon central où se détache une représentation de l'Agneau (fig. 103). La face portant ce décor est malheureusement la seule conservée, les autres ayant été martelées, à une époque inconnue. Ce premier ensemble de sculptures est à placer résolument dans la seconde moitié du XIIe s., voire le troisième quart, comme paraît le confirmer la base à griffes du pilier rond dit « saxon ».

103 - Chapiteau du pilier rond dit « saxon »

103 - Chapiteau du pilier rond dit « saxon »

23Le second groupe de sculptures réunit les chapiteaux du portail et du cloître. Tous réalisés, à la différence des précédents, dans une pierre de molasse tendre, ils présentent des caractères communs, dont certains constituent de véritables marques d'atelier (Montjoye 1987). À partir d'un même épannelage en tronc de pyramide renversée, tous ces chapiteaux présentent des décors variés dans lesquels la recherche du volume et du modelé, une certaine vigueur plastique donnent l'unité stylistique. Un même modèle d'abaque, dérivé de la forme classique, a servi pour tous : la forme est celle d'un carré curviligne à cornes plus ou moins aiguës présentant au milieu de chaque côté un renflement formant arête émoussée.

24Parmi les exemplaires à décor végétal on reconnaît le type à feuilles croisées en X (fig. 104) également présent dans le cloître de Saint-André-le-Bas (Vallery-Radot, 1942). Celui des chapiteaux du portail que conserve le Musée Dauphinois développe un thème iconographique issu du haut Moyen Âge, mais ici interprété conformément aux canons stylistiques d'un art roman évolué : sur un fond formé de belles acanthes, deux monstres reptiliens pourvus de pattes et d'ailes, dont les corps se déploient sur les faces, s'affrontent à l'angle de part et d'autre d'un calice à bord perlé.

104- Chapiteau roman du cloître de la cathédrale, à décor végétal

104- Chapiteau roman du cloître de la cathédrale, à décor végétal
  • 73 Inv. n° D 26.1.7.
  • 74 Musée Dauphinois, inv. n° D 26.1.8.

25Ce thème des animaux affrontés se retrouve dans un des chapiteaux du cloître déposés au Musée Dauphinois73. Le sujet est, cette fois, les monstres gardiens de l'arbre. Ceux-ci sont figurés par des centaures représentés de profil sur deux côtés opposés du chapiteau et apparaissant rigoureusement de face sur le troisième, de part et d'autre de l'arbre. Dans cette pièce, dont il faut bien reconnaître les lourdeurs de la composition et la maladresse d'exécution, on notera comme caractéristiques le traitement de la queue des centaures, relevée et terminée en fleuron trifide, et celui de leur chevelure figurée seulement de profil par une seule masse ramenée vers l'arrière en forme de langue. Ces éléments se retrouvent identiques sur le second chapiteau conservé du portail (fig. 105). Placé, dès le XIXe s., sous la retombée sud de l'archivolte externe, ce chapiteau à l'aspect trop neuf paraît avoir subi une restauration poussée au siècle dernier. Il présente cependant des traits qui en garantissent l'authenticité. Le décor sculpté représente la lutte d'un homme et d'un dragon. L'homme, représenté nu, chevauche le dragon et le saisit par les ailes. L'attitude du personnage est rendue de façon un peu gauche et, bien que le support soit un chapiteau d'angle, dans une position strictement frontale. Le traitement du visage avec les yeux étirés en amande sur les tempes et les pupilles forées au trépan se retrouve sur un chapiteau du cloître74 à décor de protomes (fig. 106). Ce chapiteau du portail appelle des comparaisons avec des œuvres produites dans la proche région rhodanienne : un chapiteau ornant une baie sur la face externe ouest du croisillon sud de la cathédrale de Valence, un autre du bas-côté sud du même édifice, ou encore l'un de ceux ornant un portail de la tour porche de la cathédrale de Die. Dans tous les cas ; il s'agirait d'un avatar de la représentation de Tobie capturant le poisson et la datation de ces sculptures est estimée dans le troisième quart du XIIe s. (Barruol 1992, p. 253 et 340, pl. 82, 89, 124).

26Aussi bien, si des arguments historiques existent pour juger improbable une reconstruction de la cathédrale antérieurement à l'épiscopat de Hugues II, l'observation des caractères stylistiques de la sculpture invite à ne pas écarter l'idée d'un chantier de construction étalé, peut-être, sur plusieurs décennies.

105- Chapiteau du portail roman de la cathédrale : Tobie et le poisson

105- Chapiteau du portail roman de la cathédrale : Tobie et le poisson

106- Chapiteau à protomes provenant du cloître roman de la cathédrale

106- Chapiteau à protomes provenant du cloître roman de la cathédrale

L'église Saint-Hugues

Essai de restitution

  • 75 Le sol roman a été retrouvé 1,10 m en contrebas du sol actuel, qui résulte d'une réfection de 1838 (...)

27Un mur goutterot nord de l'église Saint-Hugues, attribuable à l'époque romane et conservé sur une longueur de 21 m et une élévation de presque 8 m au-dessus du pavé actuel de la nef75, constitue l'une des découvertes parmi les plus déterminantes pour l'histoire médiévale du site cathédral qu'ait apportées l'étude archéologique entreprise dans les bâtiments de l'ancien évêché en 1989. Construit en appui contre le parement interne du mur d'enceinte gallo-romain dont il émerge, dès sa construction, de plus de 5 m (fig. 107, 108), ce mur est conservé probablement sur presque toute sa hauteur primitive avec les trois fenêtres qui l'éclairaient. La longueur préservée correspond également, à peu de chose près, à celle de la nef romane, puisque les fondations de la façade de cette dernière ont été retrouvées, sous la forme de trois assises de moellons (fig. 109), immédiatement sous celles de la façade actuelle et que le rempart antique, à l'extrémité orientale, interdisait une plus grande extension. Il y a donc lieu de penser que le mur sud actuel, sur lequel aucune observation n'a pu être conduite, occupe l'emplacement (et peut-être conserve des portions encore intactes) d'un mur goutterot roman. Il est probable, en effet, que les proportions en plan de la nef actuelle, au reste très habituelles — 20 m X 10,40 m — étaient déjà les mêmes à l'époque romane. Quant à la restitution que nous proposons d'une abside en hémicycle, elle est évidemment hypothétique, aucune fouille n'ayant jamais été conduite, ou en tout cas relatée, dans cette partie de l'édifice.

107 - Coupe transversale restituée sur l'église Saint-Hugues et la cathédrale à l'époque romane

107 - Coupe transversale restituée sur l'église Saint-Hugues et la cathédrale à l'époque romane

108 - Elévation du mur goutterot nord de Saint-Hugues

108 - Elévation du mur goutterot nord de Saint-Hugues

109 - Murs de façade superposés du bâtiment IV et de l'église Saint-Hugues

109 - Murs de façade superposés du bâtiment IV et de l'église Saint-Hugues

Données du sous-sol

28Dans le seul sondage qui ait jamais été pratiqué sous le dallage de l'église, au revers de la façade, une petite surface de deux sols successifs de l'église romane a pu être observée, l'un et l'autre apparaissant entamés par la tranchée de fondations de la façade du XIIIe s. (Pl. 6, coupe n° 9). Le plus ancien, en terre battue (C 227), était séparé du plus récent (sommet damé de la couche C 225) par un remblai épais de 15 à 20 cm d'épaisseur composé de matériaux stériles ; sable molassique (C 226 b) et tuf concassé (C 226) surmontés d'une accumulation de gravats de démolition (mortier décomposé, fragments de tuiles, blocs de tuf et de molasse) et comportant de nombreux morceaux d'enduit décoré de peintures. Il semblerait donc que le relèvement du sol à l'intérieur de l'église romane corresponde à des travaux de réfection d'une certaine importance.

29En relation avec le sol le plus ancien, sur lequel il a été posé sans la moindre fondation, un dispositif mal expliqué, parce qu'entrevu de manière trop partielle, doit cependant être signalé. Il consiste en un mur parallèle à l'actuelle façade et distant de celle-ci de 1,65 m. Quoiqu'aucune trace de seuil d'époque romane n'ait subsisté, le mur de façade n'étant conservé qu'en fondation, on est tenté d'établir une relation étroite entre ce mur (M 52), qui se retourne à angle presque droit vers la façade, et le portail principal de l'église romane. On est donc amené à restituer un mur symétrique, correspondant au piédroit opposé du portail. Cette restitution est, on le verra, corroborée par l'observation d'un dispositif analogue, mais plus complètement conservé, qui est venu se superposer au premier lors de la reconstruction du XIIIe s. C'est ce dernier seulement qui fournit assez d'éléments pour une interprétation — nous y verrions les vestiges d'une tribune (cf. infra, fig. 139) — interprétation que, pour l'instant et dans l'attente de vérifications, nous proposons d'étendre aux vestiges ci-dessus décrits.

Aspects de la construction

  • 76 Un procédé identique a été remarqué sur les murs les plus anciens (fin du XIIe s.) des bâtiments co (...)

30Le mur goutterot nord, dont l'élévation externe a été dégagée, depuis les étages de l'aile nord de l'ancien évêché, des plâtres et autres revêtements récents qui le dissimulaient, est caractérisé, dans sa partie inférieure romane, par un appareil irrégulier d'éléments de toute nature et de dimensions diverses, non taillés et assemblés en assises plus ou moins horizontales dans un épais mortier gris (fig. 110). Une maçonnerie aussi fruste n'était certainement pas destinée à être vue et un enduit lisse et probablement décoré devait la recouvrir. Rien de cet enduit primitif n'a été retrouvé. En revanche, sous les fenêtres médiane et orientale, le mortier de liaison, très débordant, conservait l'empreinte du fer mince avec lequel le maçon du XIIe s. a souligné plusieurs rangs de moellons, donnant une impression d'assises plus régulières. Un tel traitement, qui n'est évidemment pas de finition, mais devait contribuer à une meilleure accroche du dernier enduit76, aurait dû s'observer sur toute la surface du mur. Il serait peu vraisemblable que sa préservation à la seule verticale des fenêtres soit purement fortuite. Peut-être doit-on envisager que les baies romanes aient été pourvues d'appuis en saillie (plus tard martelés) qui auraient pendant un temps protégé les parties de mur immédiatement au-dessous. En 1996, sur plus de deux tiers de sa surface, ce précieux vestige de l'église romane a été recouvert, pour cause de restauration, d'une épaisse couche de mortier qui en dissimule totalement les caractéristiques, et interdit à jamais de pouvoir redégager les fragiles traces laissées par l'outil du maçon dans le mortier de construction.

110- Détail de l'appareil roman du mur nord de Saint-Hugues

110- Détail de l'appareil roman du mur nord de Saint-Hugues

31De nombreux morceaux en remploi se retrouveraient probablement dans les maçonneries du mur que nous venons de décrire. Un seul a été identifié : il s'agit d'un fragment que nous croyons être d'un chapiteau, dont la technique de taille — nervures (de feuilles ?) serrées, dégagées en biseau — évoque le début du XIe s. et peut être rapprochée, par exemple, de ce qu'on observe aux chapiteaux de la crypte de Saint-Jean-de-Maurienne (Paron 1996). De la même période peut être daté un bloc sculpté d'entrelacs (vestige d'un chancel ?) retrouvé dans les maçonneries de bourrage (XIXe s.) résultant de transformations des ouvertures d'un mur de l'aile nord du palais du XIIIe s. Ces deux pièces constituent une trop maigre provende pour envisager sérieusement des travaux d'une certaine ampleur sur le site cathédral aux alentours de l'an Mil, ce que rien de l'histoire connue ne viendrait d'ailleurs corroborer. La présence de l'une d'elles dans le mur roman de Saint-Hugues montre, en tout cas, que celui-ci est postérieur à cette époque, ce que confirme l'examen des caractères architectoniques des fenêtres.

32Ces fenêtres, espacées de 4 m environ, n'engendraient aucun découpage en travées de la nef, dont les murs, lisses, délimitaient un espace continu couvert en bois. Contrairement au reste du mur, les encadrements de ces fenêtres, au moins sur le parement externe, sont apparus réalisés en appareil régulier de tuf, y compris l'appui monolithe et les claveaux de l'arc plein cintre par lequel ils s'amortissent. Ces encadrements ont été en partie altérés par la mise en place du plancher du second étage de l'aile nord de l'évêché au XIIIe s., puis au XVIIe s. et, plus récemment, pour les fenêtres ouest et est, par des travaux de confortement des planchers du XVIIe s., menés intempestivement en 1988. Larges de 70 à 80 cm sur le parement externe, ces fenêtres amplement ébrasées dessinaient sur le nu intérieur une embrasure deux fois plus large. C'est la dépose partielle des maçonneries de briques par lesquelles ces baies ont été obturées au XIIIe s. qui a permis de reconnaître le profil des ébrasements et surtout de dégager les restes des enduits peints qui ornaient les parois.

Le décor peint

33Ces enduits ne sont conservés qu'aux deux fenêtres les plus proches du chevet, la première (ouest) n'en présentant plus la moindre trace. Il s'en faut bien sûr de beaucoup que ce chatoyant habillage nous soit parvenu intact : de larges plaques s'en sont détachées, surtout aux abords du nu extérieur du mur, mais les parties demeurées en place proposent des dessins et des coloris d'une remarquable fraîcheur. À la fenêtre du milieu, dans une gamme de couleurs chaudes et contrastées associant des dégradés d'ocre rouge sur fond gris sombre, se déploient de larges palmettes. Les rinceaux de feuillages qui ornent l'embrasure de la fenêtre orientale sont composés dans une harmonie de teintes pastel au sein de laquelle un bleu clair étonnamment lumineux donne une note rare (fig. 111). On souhaiterait que soit rendue possible un jour une étude complète de ce décor incomplètement dégagé dans l'embrasure des fenêtres — le murage du côté interne n'a pas été démonté — et qui, peut-être, recouvre encore une partie des parois intérieures de la nef sous le décor du XIXe s. Ce qui en apparaît aujourd'hui suggère des comparaisons avec certains manuscrits enluminés de la Grande Chartreuse, particulièrement des bibles des XIIe et XIIIe s. (Les Chartreux, 1984, p. 55 n° 1 1 et 13). Si on admet que la construction romane a débuté vers 1140 et si nous ne nous trompons pas en estimant du début du XIIIe s. (cf. infra) l'importante transformation qui a condamné ses fenêtres, l'exécution du décor peint se place dans une fourchette chronologique sensiblement plus étroite que celles dont on dispose le plus souvent pour dater les peintures murales médiévales.

111- Décor peint de la fenêtre romane orientale de Saint-Hugues

111- Décor peint de la fenêtre romane orientale de Saint-Hugues

Conclusions

34Il ressort des observations conduites sur les églises Saint-Hugues et Notre-Dame qu'elles témoignent d'une importante campagne de construction du XIIe s., qui a probablement débuté sous l'impulsion de l'évêque Hugues II. Il s'agit, à l'évidence, d'une reconstruction complète, ou en tout cas voulue comme telle, des édifices cathédraux, puisque les vestiges retrouvés fournissent des implantations et dimensions qui n'ont pratiquement plus varié par la suite et qu'ils constituent les plus anciennes parties encore en élévation.

35Il n'est pas possible d'établir aujourd'hui un rapport chronologique sûr entre les deux édifices romans et de déterminer lequel a été calé contre l'autre. Ce calage, par l'épaulement oriental de la nef de Saint-Hugues et la paroi ouest du croisillon nord de la cathédrale n'empêche pas, si l'on suit notre restitution le maintien d'un espace entre les deux nefs. Cette particularité a, nous le verrons, son importance pour comprendre la suite des évolutions.

36Il serait de même aventureux de vouloir préciser aujourd'hui les fonctions exactes de l'église Saint-Hugues au XIIe s. Garde-t-elle tout ou partie de celles de l'édifice qu'on suppose l'avoir précédée ? A-t-elle déjà la fonction paroissiale que les textes n'attestent pas avant le XIIIe s. (Pilot 1843, p. 46) ? Ses dimensions plus humbles et la qualité moindre de ses maçonneries comparées à celles de Notre-Dame signalent à n'en pas douter son rôle plus modeste.

  • 77 Valence : environ 55 m de longueur (sans compter le déambulatoire) pour 16,60 m de largeur ; Vienne (...)

37L'église cathédrale au XIIe s. c'est, bien sûr, Notre-Dame. Avec ses quelque 40 m de longueur en œuvre pour moins de 15 m de largeur, la cathédrale romane de Grenoble était sans-doute l'une des petites sur Sud-Est77. Cette particularité tient probablement davantage aux contraintes du site — présence du rempart à l'est et de constructions préexistantes à l'ouest — qu'à une économie de moyens que ne dénoncent nullement la grande qualité de l'appareillage des murs et le peu qui nous est parvenu de son beau décor sculpté.

Notes

66 Travaux conduits par l'Architecte en Chef des Monuments Historiques, M. François Botton.

67 Rien n'empêche de penser que ce tympan ait pu être primitivement pourvu d'un décor sculpté ou peint, comme celui du portail nord de Saint-André de Grenoble, détruit au cours des Guerres de Religion ( ?).

68 On le retrouve en Isère, dans les églises de Marnans et de Surieu datables du dernier quart du XIIe s.

69 Un exemplaire de ce rapport m'a été aimablement communiqué par mon collègue D. Chancel qui a procédé à une étude approfondie des documents de cette époque.

70 Janniard sur ce point paraît mal informé, puisque dans sa description de 1843, Pilot signale que trois des colonnettes subsistent, la quatrième (octogonale) ayant été remplacée par un poteau de bois. Les restaurations dont parle Janniard sont certainement postérieures à 1843.

71 Les minutes à l'échelle l/10e sont de la main de M. Ruales.

72 À cette liste qui n'est nullement exhaustive, on doit ajouter l'église simplement paroissiale de Seyssins qui, pour le coup, constitue une véritable exception.

73 Inv. n° D 26.1.7.

74 Musée Dauphinois, inv. n° D 26.1.8.

75 Le sol roman a été retrouvé 1,10 m en contrebas du sol actuel, qui résulte d'une réfection de 1838 (Pilot, 1843, p. 61).

76 Un procédé identique a été remarqué sur les murs les plus anciens (fin du XIIe s.) des bâtiments conventuels du prieuré de Marnans, fouillés en 1980 et 1981, et sur la paroi sud du transept de l'église prieurale (Colardelle, Homo, Montjoye, 1983, p. 68 et 81).

77 Valence : environ 55 m de longueur (sans compter le déambulatoire) pour 16,60 m de largeur ; Vienne : environ 55 m sur 25 m ; Lyon : 79 m sur 24 m.

Table des illustrations

Titre 97- Plan restitué de la cathédrale et de l'église Saint-Hugues à l'époque romane
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-1.jpg
Fichier image/, 204k
Titre 98- Pile composée romane à l'entrée du chœur de la cathédrale et extrémité orientale du collatéral sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-2.jpg
Fichier image/, 240k
Titre 99 - Le portail principal de la cathédrale remonté à son emplacement primitif en 1996
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-3.jpg
Fichier image/, 336k
Titre 100- Ancienne façade de la cathédrale au sud du clocher-porche
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-4.jpg
Fichier image/, 800k
Titre 101- Fenêtre de la façade romane de la cathédrale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-5.jpg
Fichier image/, 140k
Titre 102 – Coupe longitudinale restituée sur la cathédrale romane
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-6.jpg
Fichier image/, 188k
Titre 103 - Chapiteau du pilier rond dit « saxon »
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-7.jpg
Fichier image/, 320k
Titre 104- Chapiteau roman du cloître de la cathédrale, à décor végétal
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-8.jpg
Fichier image/, 340k
Titre 105- Chapiteau du portail roman de la cathédrale : Tobie et le poisson
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-9.jpg
Fichier image/, 276k
Titre 106- Chapiteau à protomes provenant du cloître roman de la cathédrale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-10.jpg
Fichier image/, 228k
Titre 107 - Coupe transversale restituée sur l'église Saint-Hugues et la cathédrale à l'époque romane
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-11.jpg
Fichier image/, 192k
Titre 108 - Elévation du mur goutterot nord de Saint-Hugues
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-12.jpg
Fichier image/, 456k
Titre 109 - Murs de façade superposés du bâtiment IV et de l'église Saint-Hugues
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-13.jpg
Fichier image/, 412k
Titre 110- Détail de l'appareil roman du mur nord de Saint-Hugues
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-14.jpg
Fichier image/, 728k
Titre 111- Décor peint de la fenêtre romane orientale de Saint-Hugues
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1214/img-15.jpg
Fichier image/, 322k

© Alpara, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access