Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour du groupe épiscopal de Grenoble

 | 
François Baucheron
, 
Franck Gabayet
, 
Alain De Montjoye

Première partie. Les origines de Grenoble : de Cularo à la ville de l'Évêque

Chapitre 7. La désorganisation progressive du complexe baptismal

Texte intégral

1Ce n’est pas assez dire que l’on manque singulièrement de repères chronologiques classer les observés pour phénomènes, nos fouilles pouvant être rapportes a cet insaisissable haut Moyen Âge encore si mal connu dans nos régions, hormis ses seuls aspects funéraires. C’est plutôt vers la fin de la période qu’on est tenté de placer celles des transformations concourant à la dislocation de la composition monumentale, à la négation des principes qui en réglaient l’ordonnance et le fonctionnement (fig. 84). Mais l’extrême rareté du mobilier associé aux aménagements de cette sorte interdit la plupart du temps d’en préciser la datation.

84 - Le baptistère (état 6) et les constructions attenantes (phase finale)

84 - Le baptistère (état 6) et les constructions attenantes (phase finale)

La longue évolution du bâtiment IV

2C’est encore le sondage dans l’église Saint-Hugues qui, malgré ses dimensions exiguës, fournit l’illustration la plus suggestive de la longue période du haut Moyen Âge, des lentes évolutions accompagnées de multiples modifications qui s’y déroulèrent.

3Le mur ouest (M39) (fig. 82) du bâtiment à sol de mortier rose porte, à l’extrémité sud de sa portion visible dans le sondage, la marque d’une reprise depuis le niveau des fondations. À cette reprise, caractérisée par une maçonnerie assez grossière, est liée une altération locale du sol de mortier, compensée par des recharges de terre. Au-dessus, pas moins de six sols successifs ont été retrouvés, certains séparés par d’épais remblais, entraînant un rehaussement à l’intérieur du bâtiment de l’ordre de 80 cm (Pl. 5 et 6, coupe n° 9). Ce rehaussement traduit une occupation continue, des origines jusqu’à la reconstruction de l’époque romane. Malheureusement, l’absence totale de mobilier interdit toute approche chronologique plus précise et aucune relation stratigraphique ne peut être établie avec les phénomènes observés, pour la même longue période, dans l’emprise des fouilles de la place Notre-Dame ou de l’ancien évêché.

Les modifications de l’aile nord

Les derniers remaniements

4Malgré une durée de vie déjà longue, le sol en service depuis la deuxième moitié du IVe s. dans le bâtiment nord (cf. supra, chap. 3) n’a pas été remplacé, mais il a fait l’objet de réparations ponctuelles au moyen d’argile compactée. L’édifice a continué d’être utilisé pour des activités plutôt domestiques, si l’on s’en réfère aux quelques fosses qui entament le sol altéré et à de maigres niveaux d’occupation disséminés ça et là. Le mobilier recueilli dans ces dépôts lacunaires est extrêmement rare, et mis à part quelques tessons résiduels, la fouille n’a livré qu’un fragment de céramique commune sombre, décorée de chevrons réalisés à la molette, dont la production est attribuée aux VIIe-VIIIe s. Cet unique témoin fournit néanmoins un terminus post quem, aussi imprécis soit-il, pour la construction de deux murs (M40 et M41), qui réorganisent l’espace intérieur du bâtiment nord (fig. 84, 85).

85 - Le mur M40 (US 1273)

85 - Le mur M40 (US 1273)

5Ces deux murs, dont l’appareil est lié par un limon argileux très pur de couleur verte, introduisent pour la première fois des divisions à l’intérieur du bâtiment. Le mur M24 (fig, 36) qui limitait jusque-là le volume du côté occidental est arasé au profit d’une nouvelle limite oblique, donnée par le mur M40. Dans le même temps, les sols du bâtiment ont été exhaussés de plus de 10 cm comme l’atteste un remblai bien identifié contre la face orientale du mur M41.

6De ces remaniements sont issues deux salles trapézoïdales, dont le plan est pour le moins surprenant dans l’économie générale du bâtiment. La disparition du mur M24 qui isolait le groupe épiscopal de la poterne a également eu pour conséquence — et c’est peut-être même la raison principale de sa construction — d’établir un passage direct entre l’extérieur de la ville et le cœur du groupe épiscopal par l’intermédiaire de la porte ouvrant sur la galerie (cf. supra, chap. 4).

7Aucun indice d’une recharge importante de sol, à l’instar de ce qui a été observé en association avec les murs M40 et M41, n’a été constaté à l’extrémité orientale du bâtiment comprise dans le volume actuel de l’ancien évêché. La restitution d’un mur de refend, à l’emplacement du gros mur de façade du XIXe s. qui l’aurait fait disparaître, est donc tentante pour expliquer une différence de niveau de l’ordre de 60 cm. En effet, l’ultime phase d’occupation du bâtiment dans le secteur oriental est marquée par une pellicule de sol noircie (6141) et par endroits rechapée (6140) recouvrant directement l’ancien sol de mortier de tuileau. Or le nouveau sol passe au-dessus de l’arasement du mur nord du bâtiment (M 17), pour venir s’appliquer contre le pied du rempart (fig., 86). Ainsi, curieusement, au cours de la dernière campagne d’aménagement, cette partie du bâtiment a-t-elle vu son plan ramené à ce qu’il était dans son état initial du IVe s.

86- Le sol passe sur l’arasement du mur M17 (US 6142 : 6129) dans la partie orientale du bâtiment II

86- Le sol passe sur l’arasement du mur M17 (US 6142 : 6129) dans la partie orientale du bâtiment II

8Il est donc impossible d’établir une relation chronologique entre les transformations constatées de part et d’autre du gros mur du XIXe s. ou plutôt du refend qu’on est conduit à restituer à son emplacement. Le mobilier trouvé dans les couches 6140 et 6141 est très peu abondant. On y remarque cependant plusieurs gros fragments de coupes en verre, malheureusement très incomplètes et peu typées, un Ae 4 émis entre 388 et 402 (cf. annexe,, n° 149) et surtout un gros fragment de bol en céramique grise, fine, à vernis argileux (D.S.P., forme Rigoir 6) qu’on ne rencontre plus guère après le Ve s. La datation indiquée par ce mobilier ne correspond pas à celle, plus tardive, à laquelle il convient, selon nous, de placer les phénomènes auxquels il est associé.

Une reconstruction complète

9Après avoir subi cloisonnements et suppression, du moins partielle, de son mur de fond, la vieille aile nord a fini par complètement disparaître au profit d’un nouveau bâtiment.

10Du côté oriental, sous le bâtiment de l’ancien évêché, cette reconstruction se traduit par la réfection complète du mur de façade sud sur les substructions de celui du IVe s. Le nouveau mur (M42) dont la tranchée de construction entame les sols de la période antérieure (6140-6141) est une construction assez grossière en galets de toutes dimensions noyés pêle-mêle dans un mortier plutôt friable. À son extrémité ouest (où il a été démonté sur une longueur d’1,50 m dans l’emprise d’un sondage de reconnaissance en 1989), il présentait une largeur d’au moins 80 cm et sa tranchée de fondation apparaissait bourrée de galets disposés en deux rangées superposées (fig. 87 et Pl. 8, coupe 11). À l’autre extrémité, où il a été choisi de le laisser en place, ce mur, fort disloqué et conservé sur seulement deux ou trois assises, présente à sa base une sorte de semelle débordante formée de galets assemblés à la terre.

87 - Le mur M42 et sa tranchée de fondation remplie de galets

87 - Le mur M42 et sa tranchée de fondation remplie de galets

11La question s’est posée de savoir si ces alignements de galets observés au pied du mur en deux points ne pouvaient être les vestiges d’un mur lié à la terre à l’instar de ceux du bâtiment V (cf. infra) et donc de même époque que celui-ci. S’il est peu probable que les galets de l’extrémité ouest aient pu rester en connexion (s’ils avaient fait partie d’un mur) au moment de la mise en place du mur M42, tant ils étaient peu solidement assemblés, il n’existe pas d’argument péremptoire pour écarter cette hypothèse concernant l’extrémité opposée, si ce n’est l’absence de toute trace d’enduit de mortier semblable à celui qui recouvre les murs du bâtiment V (cf. infra).

12Quoi qu’il en soit, ces amoncellements de galets ont été directement recouverts par un dépôt d’occupation (6122) peu épais, le seul qui puisse être mis en relation avec le mur M42. L’unicité même de ce niveau plaiderait pour la brièveté de l’existence du bâtiment auquel appartenait le mur.

13Est-ce le même bâtiment que délimite plus à l’ouest, dans l’espace de la « crypte archéologique ». le mur en L (M43) qui chevauche partiellement l’ancien mur de façade du IVe s., là aussi arasé (fig. 88) ? Comme les murs M40 et M41 de la période antérieure, il n’est conservé qu’en fondation et aucun niveau d’occupation ne peut lui être rattaché. Comme à la phase précédente, on constate un important dénivelé de part et d’autre du mur de refend que la vraisemblance commande de restituer. En faveur de la contemporanéité des murs M43 et M42, on avancera le bon alignement de leurs parements nord de part et d’autre du hiatus créé par le mur du XIXe s. Cependant, la largeur du mur M42 — au moins 80 cm — est sensiblement supérieure à celle — 60 cm — du mur M43, ce qui entraînerait, à tout le moins, un décrochement de la façade sud.

88 - Le mur M43 (US 1194 et 1198)

88 - Le mur M43 (US 1194 et 1198)

14On notera enfin une particularité du mur M42 qui est la présence, constatée à son extrémité est, de perforations qui peuvent être le fait d’altérations tardives, mais dont une au moins n’est pas sans évoquer l’empreinte d’un poteau de bois. Si c’est le cas, le mur M42 pourrait bien n’être, à tout prendre, qu’un solin maçonné destiné à porter une paroi en matériaux légers sur armature de poteaux de bois. Préciser la période du haut Moyen Âge à laquelle se rapportent les vestiges de ce mur est une entreprise vaine : aucun mobilier n’a été retrouvé dans le niveau 6122, susceptible d’orienter une datation. C’est malheureusement le cas, nous l’avons déjà dit, de l’ensemble des vestiges dont il est question dans ce chapitre.

La fermeture du portique au nord du baptistère

  • 60 Plus fréquemment il est vrai, on procède à la fermeture de portiques en élevant une maçonnerie entr (...)

15Le portique au nord du baptistère est bientôt réutilisé pour créer une nouvelle pièce (G). Un mur (M44) la ferme à l’est, en respectant le stylobate de la colonnade qui est peut-être conservée pour orner la façade extérieure de la pièce60 (fig. 89). Le mur, d’une facture fruste, a été monté à l’aide d’un mortier maigre. Il est doté d’une fondation à peine marquée qui prend appui au sud, contre l’annexe E. Au nord, en dépit d’une lacune importante, il est vraisemblable qu’il rejoignait la façade du bâtiment nord, en préservant la porte qui donnait accès à la nouvelle pièce.

89 - Réoccupation de la galerie ouest : le murM44 (US1185) renfermant la galerie avec le sol reconstruit (1260) et le foyer (1253)

89 - Réoccupation de la galerie ouest : le murM44 (US1185) renfermant la galerie avec le sol reconstruit (1260) et le foyer (1253)

16L’occupation de cette pièce est marquée par des niveaux cendreux régulièrement assainis, auxquels est associée une fosse-dépotoir renfermant de la céramique résiduelle en petite quantité. On y trouve des fragments de céramique luisante connus jusqu’à la fin du Ve s. (Lamboglia 1/3, gobelet fin), et un tesson de sigillée claire D (Hayes 61) dont la production déborde le milieu du VIe s.

17L’aménagement de la salle comptait encore un foyer de forme rectangulaire soigneusement aménagé à l’aide de galets et de pierres calcaires. L’accès à la nouvelle pièce se faisait nécessairement par une porte ouverte dans le mur M44, sans doute à l’emplacement d’une lacune, au contact du bâtiment nord, ou à l’opposé, au contact de la pièce E.

18La pièce G est étroitement associée à l’ancienne annexe du baptistère dont elle constitue désormais l’unique accès, puisque l’annexe nord a été désolidarisée du baptistère après la condamnation de la porte de l’abside (M45) (fig. 90). En complément du bouchage, une cloison de torchis sur sablière basse (M46) a été appliquée entre les contreforts de l’abside nord, afin de régulariser le volume de la nouvelle salle nord (pièce H) (fig. 91).

19Des remaniements plus tardifs sont peut-être à l’origine de la construction du mur M47 qui conduit à une division de la salle H en deux espaces irréguliers de dimensions réduites.

90 - Porte nord du baptistère tétraconque murée

90 - Porte nord du baptistère tétraconque murée

20Légèrement oblique par rapport au reste de la pièce, la nouvelle cloison n’est conservée que sous la forme d’une fondation dont la largeur oscille entre 80 et 90 cm. Le mur de refend respecte la porte qui assurait la communication entre les pièces G et H et il devait être lui-même percé d’une ouverture dont il ne reste pas de trace, la récupération des maçonneries ayant été poussée plus bas que le niveau des sols (fig. 91).

91 - La pièce H : le mur M47 (US 1109) et la cloison en torchis M46 (US 1110)

91 - La pièce H : le mur M47 (US 1109) et la cloison en torchis M46 (US 1110)

La colonisation de l’atrium

Un mélangeur mécanique de mortier

21Un mélangeur de mortier a été découvert dans la partie nord de l’atrium. Le dispositif se présente sous la forme d’un vaste creusement circulaire d’un diamètre de 3,60 m, pour une profondeur d’environ 30 cm. La fosse, tapissée d’un mortier de chaux blanc, présente, au centre, le négatif d’un solide pieu (35 X 40 cm) profondément fiché en terre, que la fouille n’a permi de reconnaître que sur 70 cm de hauteur. Autour de l’axe central, on observe encore figées dans le mortier durci, une série de 5 ou 6 légères dépressions organisées de manière concentrique. Ces empreintes témoignent de l’action de barres verticales fixées à un bras pivotant autour de l’arbre, pour assurer le mélange des différents composants du mortier (fig. 92). Pour autant, il est difficile de déterminer le nombre exact de ces branches — entre 2 et 4 par rayon, dans les exemples connus (fig. 93).

92 – Le bâtiment V recoupant les vestiges du mélangeur de mortier

92 – Le bâtiment V recoupant les vestiges du mélangeur de mortier

93 - Reconstitution d’un mélangeur mécanique de mortier de Northampton

93 - Reconstitution d’un mélangeur mécanique de mortier de Northampton

Williams 1985

22Contre le bord du mélangeur, à l’ouest, un dispositif très mal conservé, dont ne subsistent que deux pierres connectées à une tranchée provenant du nord, évoque une arrivée d’eau, à moins qu’il ne s’agisse d’un trop-plein, le pendage de ce canal supposé n’étant pas assuré.

23Les vestiges entament la surface du remblai que l’on pense avoir porté le pavement de l’atrium, sans qu’il soit toutefois possible de déterminer si le mélangeur a été installé immédiatement avant la pose du dallage — durant le chantier qui vit la construction du baptistère —, ou plus tardivement, après la récupération du pavement.

24Au premier abord, l’étude du mobilier semble préciser les résultats issus de l’analyse stratigraphique. Après utilisation, la fosse a en effet été comblée par des remblais qui renferment à la fois des fragments de marbre et un élément de tabletterie en ivoire dont le décor sculpté représente une corbeille d’où s’échappe une grappe de raisin (8 X 4 cm, ép. : 1 cm) (fig. 94). Les niveaux d’abandon du mélangeur ont également livré, en petite quantité, de la céramique dont la production est généralement attribuée aux III e et IVe s. et déborde sur le début du Ve s. (céramiques à revêtement argileux tardif, Lamboglia 4/36, gobelet fin, associés à des céramiques communes claires et sombres).

94- Plaque d’ivoire trouvée dans les niveaux d’abandon du mélangeur de mortier

94- Plaque d’ivoire trouvée dans les niveaux d’abandon du mélangeur de mortier
  • 61 Les rares mélangeurs de mortier connus ont été identifiés dans une aire géographique plutôt septent (...)

25Les datations ainsi obtenues (fin du IVe ou début du Ve s.) s’accorderaient donc bien avec celles du vaste chantier de construction du baptistère et de l’atrium (cf. supra, chap. 3). Cette date est pourtant difficile à admettre : d’après les rares exemples connus, pour la seule Europe du nord, il est vrai61, l’emploi de mélangeurs de mortier n’est pas attesté avant la fin du VIIes, ou le début du Ville s. et ne se perpétue que rarement au-delà du Xe s. (Williams et al. 1985, p. 37).

26Mais comment savoir si ces mélangeurs ne sont pas apparus plus précocement, peut-être dès le Ve s. , dans le Sud de l’Europe, depuis longtemps familiarisé avec une architecture de pierre, dont l’usage ne s’est généralisé que plus tard dans des régions plus septentrionales ?

Le bâtiment V

  • 62 La relation entre le bâtiment V et le bâtiment nord est occultée par des constructions plus tardive (...)

27La date à laquelle le bâtiment V a été ajouté à l’ensemble épiscopal est aussi mal connue que celle des autres édifices considérés dans ce chapitre (fig. 92). Il est toutefois avéré que sa construction intervient après que le sol de l’atrium eut fait l’objet d’une réfection importante, qui substitue un simple niveau de terre battue au dallage maintes fois réparé (fig. 95 et Pl. 6, coupe 8). Par la suite, des remblais sont déposés, pour ce que l’on en perçoit, en périphérie du bâtiment V, et ils constituent un niveau chaotique qui étonne dans un tel contexte. De ces considérations, fondées sur des observations limitées et mal documentées par un mobilier trop rare et souvent résiduel, il ressort que c’est dans un espace extérieur bouleversé, qu’il n’est évidemment plus possible de considérer comme un atrium, mais comme un véritable chantier, qu’est construit un bâtiment d’environ 10 X 7,50 m dans l’œuvre, caractérisé par des murs lutés à l’argile et enduits d’un mortier de chaux62.

95 - Sol en terre battue recouvrant le pavement de l’atrium (US 9022)

95 - Sol en terre battue recouvrant le pavement de l’atrium (US 9022)
  • 63 Des exemples de murs en pierre liés à la terre sont connus à Lyon dans un contexte similaire, datés (...)

28La maçonnerie, d’une facture médiocre, mêle des galets, des blocs de calcaire et de tuf grossièrement taillés auxquels s’ajoutent quelques fragments de tuiles, assemblés au moyen d’une terre argileuse63 (M48). Chaque face des murs est recouverte de mortier de chaux projeté et repris à la truelle, sans pour autant que l’on puisse parler d’un réel lissage. Le revêtement constitue un épiderme où s’observent encore de nombreuses coulées de mortier.

29Un premier niveau d’occupation de terre noire très fine et stérile recouvre directement le gravier ayant servi de support au pavement de l’ancien atrium. La compacité du matériau explique sans doute l’absence de sol construit dans un bâtiment par ailleurs relativement fruste, dont l’utilisation est marquée par une succession de niveaux similaires, également dépourvus de matériel.

30Par la suite, la pièce originelle reçoit une cloison orientée est-ouest (M49) qui la divise en deux entités sensiblement de mêmes dimensions. Hormis par son épaisseur, légèrement inférieure (environ 55 cm contre 65 cm), le nouveau mur ne diffère guère du reste du bâtiment.

Un bâtiment à l’est de l’atrium

31Des observations conduites dans l’étroit espace du sondage effectué sous le sol du clocher-porche de la cathédrale, se déduit l’existence d’un bâtiment qui, dans l’organisation restituée que nous proposons du complexe cathédral primitif, devait venir en appui contre la galerie orientale de l’atrium, si elle existait encore.

32En cet endroit, le sol dallé de l’atrium était recouvert d’un épais remblai, formé d’une terre brune, compacte, mêlée de matériaux de démolition, qui n’a livré aucun mobilier daté. Le sommet de ce remblai était recouvert d’une chape de mortier sur son lit de pose. Ce mortier, additionné de poudre de tuile, formait le sol d’un bâtiment dont le mur oriental a pu être aperçu (M50) (fig. 96). Il s’agit d’une paroi de terre, faite d’un sédiment très dur incorporant beaucoup de gravillons et un sable pulvérulent molassique, conservée sur une hauteur d’environ 25 cm. À sa base, subsistait un reste d’enduit lissé à la chaux sur lequel venait buter le sol de mortier. Si l’élévation en terre reposait, comme il est d’usage, sur un solin maçonné, de faible hauteur d’ailleurs, les gros blocs contre lesquels elle s’appuyait (Pl. 7, coupe 10) constituent une sorte d’ossature interne dont on ne connaît guère de modèle ; à moins qu’il ne s’agisse d’un surhaussement de solin, sur la face externe (orientale) du bâtiment. La construction en terre est bien attestée dans la région et particulièrement à Grenoble, on l’a vu, pour la période antique. Rien ne permet de dater précisément ce dernier exemple dont on sait seulement qu’il est postérieur à la disparition, en tant que tel, du vieil atrium.

96 - Le mur M50 (US 129) et son sol de mortier (US 127)

96 - Le mur M50 (US 129) et son sol de mortier (US 127)

La pièce I

  • 64 Monnaie identifiée par D. Frascone, A.F.A.N.

33Au sud du baptistère, on procède également à l’aménagement d’une nouvelle pièce englobant la galerie, mais qui, à la différence de la pièce G, déborde d’environ 1,50 m sur l’espace de l’ancien atrium. Le mur M51, de direction nord-sud se retourne vers l’ouest pour venir s’appuyer contre la porte condamnée de l’annexe F en formant une avancée dont les motifs nous échappent. Le soubassement, peu développé, a été élevé à partir du sol en terre battue de l’atrium. La maçonnerie, surtout constituée de blocs de tuf liés par un mortier maigre de couleur beige, est parementée sur ses deux faces, mais reste d’une facture assez grossière. Un remblai de tuf concassé et de mortier désagrégé épais de 30 à 40 cm est ensuite déposé à l’intérieur de la pièce pour enterrer la fondation : il porte un niveau d’occupation matérialisé par un épandage de charbons. Plusieurs piquets et sept trous de poteau qui devaient appartenir à des aménagements intérieurs étaient associés à ce niveau qui a en outre livré plusieurs fragments de céramique commune grise ainsi qu’un petit denier ou une obole frappé par les archevêques de Lyon à partir du XIe s.64.

Petit denier ou obole frappé par les archevêques de Lyon à partir du XIe s.
Avers : L barré avec autour la légende : PRIMA SEDES +
Revers : croix pattée avec autour la légende : GALLIARUM +. Variante de PA 5047, Bd 1133 et Manteyer 436.

34Le plan de la pièce est particulièrement difficile à établir : son extension vers le sud échappe à l’emprise de la fouille et les rapports qu’elle a pu entretenir avec son environnement immédiat du côté nord sont inconnus. Il n’est pas possible, en effet, de saisir le moment où les accès à l’annexe F ont été murés, ce qui interdit de se prononcer sur une éventuelle communication entre cette salle et la nouvelle pièce

La destruction du baptistère

35La vétusté des lieux comme les évolutions de la liturgie se conjugent pour expliquer la disparition du baptistère à l’issue de la désorganisation du complexe monumental.

36Le peu d’épaisseur des niveaux de démolition (30 cm et souvent moins), s’explique en partie par les perturbations intensives liées à l’utilisation continue du cimetière, qui, pendant près de six siècles, se développe sur les ruines du baptistère et de ses abords (cf. infra)

37La faiblesse de ces niveaux trahit également une volonté de récupération systématique des matériaux. On peut d’ailleurs se demander si l’opération a été conduite en une seule fois ou si le baptistère, ruiné, a pu servir à la fois de lieu d’inhumation et de carrière de pierre sur une période plus longue, et notamment celle qui vit les grands chantiers de construction de l’église Saint-Vincent-Saint-Hugues et de la cathédrale romane (cf. infra).

38D’autres récupérations, plus évidentes, ont eu lieu dans le baptistère avant sa destruction, comme l’atteste la disparition de la plupart des éléments d’architecture du dernier état, à l’exception des dallages. Et encore, seules les dalles trop détériorées des pavements furent abandonnées. Restèrent également certains blocs ouvragés, brisés lors de tentatives de récupération : la base de colonne percée de la cuve baptismale dont l’un des angles de la plinthe a été retrouvé en plusieurs fragments dans le fond de la cuve, en fournit une bonne illustration.

  • 65 Sépulture n° 237 (Ref. CRG, 1 447) : 1 032/1 069 AD (avec 30 % de probabilité), 1 071/1 129 (47 %), (...)

39Les premières inhumations installées dans les ruines du baptistère ou de ses abords et quelques tessons de céramique à fond marqué découverts dans la couche de démolition, fournissent les seuls indices permettant de dater la destruction de l’édifice. La production de ces vases facilement reconnaissables est habituellement placée aux XIe-XIIe s. (Reynaud 1975, p. 243-285), ce que ne contredisent d’ailleurs pas les résultats d’une étude par le radiocarbone conduite sur deux des sépultures les plus anciennes. À l’intérieur des fourchettes chronologiques retenues pour la sépulture n° 237 installée au revers de l’abside méridionale (1 032-1 160) et pour la sépulture n° 252 creusée dans l’abside ouest (1 030-1 158), les pics de probabilité les plus forts (47 %) indiquent dans les deux cas une date comprise entre le dernier tiers du XIe s. et le début du XIIe s.65.

40D’autre part, il n’est sans doute pas sans signification que les cartulaires de l’Eglise de Grenoble (Marion 1869), constitués à l’initiative de l’évêque saint Hugues (1080-1132), ne contiennent aucune allusion au baptistère, alors qu’ils font état de tous les autres édifices du culte connus et mentionnés par la suite : au temps de ce prélat, la salle baptismale devait être déjà détruite.

Conclusion

41La désorganisation de ce que l’on perçoit de l’ensemble épiscopal semble pouvoir être affirmée avec l’apparition de nouvelles constructions, qui modifient radicalement le système des circulations et colonisent la quasi-totalité de l’atrium. Le réaménagement du baptistère, qui se traduit notamment par la condamnation de la porte dans l’abside nord, rompt la relation très forte existant dès l’origine entre le baptistère et les annexes contiguës : il peut signaler un changement de la liturgie baptismale, ou un transfert de fonctions (état 6).

42Le monument continue en effet d’être utilisé, comme en témoigne le soin porté au bouchage de la porte nord, mais pour quel usage ? Rien, en effet, n’empêche de penser que le baptême est encore administré dans le tétraconque au cours du XIe s. , vraisemblablement selon un nouveau rite (aspersion ?), mais il faut cependant envisager que le monument ait abrité d’autres activités, comme par exemple, la vénération de reliques

43Désormais, le monument vieilli, entouré de constructions dont l’aménagement intérieur est manifestement dicté par des impératifs plus pragmatiques qu’esthétiques, connaît un désintérêt croissant — mais sur quelle durée ? — qui se traduit par des réparations de plus en plus frustes et se conclut naturellement par sa destruction au profit du cimetière au cours de l’importante réorganisation de l’ensemble épiscopal à l’époque romane.

Notes

60 Plus fréquemment il est vrai, on procède à la fermeture de portiques en élevant une maçonnerie entre les colonnes. L’emplacement du mur M44, construit en retrait de la façade du baptistère et des annexes E et F pour préserver, semble-t-il, la colonnade, nous incite à voir, dans ce geste une volonté du maître-d’œuvre de conserver le portique en l’état.

61 Les rares mélangeurs de mortier connus ont été identifiés dans une aire géographique plutôt septentrionale : ils sont associés à la construction d’édifices religieux, comme la cathédrale de Posen (Pologne), le monastère de Monkwearmouth (Grande Bretagne), ou l’abbaye impériale de Schuttern (Allemagne), mais aussi civils pour les palais de Northampton et de Zurich (Suisse alémanique).

62 La relation entre le bâtiment V et le bâtiment nord est occultée par des constructions plus tardives et l’on ne peut pour cette raison déterminer si le portique préservé limitait l’extension du bâtiment V. Il est pourtant probable que le portique était déjà détruit. Dans cette hypothèse, le bâtiment prendrait appui contre le mur sud initial du bâtiment nord, ou contre sa façade reconstruite (cf. supra).

63 Des exemples de murs en pierre liés à la terre sont connus à Lyon dans un contexte similaire, datés entre le VIIe et le XIe s. (Arlaud 1994, p. 47).

64 Monnaie identifiée par D. Frascone, A.F.A.N.

65 Sépulture n° 237 (Ref. CRG, 1 447) : 1 032/1 069 AD (avec 30 % de probabilité), 1 071/1 129 (47 %), 1 131/1 160 (23 %). Sépulture n° 252 (Ref. CRG, 1 452) : 1 030/1 061, (avec 30 % de probabilité), 1 078/1 125 (47 %) 1 135/1 158 (23 %).

Table des illustrations

Titre 84 - Le baptistère (état 6) et les constructions attenantes (phase finale)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre 85 - Le mur M40 (US 1273)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1212/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre 86- Le sol passe sur l’arasement du mur M17 (US 6142 : 6129) dans la partie orientale du bâtiment II
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1212/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre 87 - Le mur M42 et sa tranchée de fondation remplie de galets
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1212/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 88 - Le mur M43 (US 1194 et 1198)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1212/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre 89 - Réoccupation de la galerie ouest : le murM44 (US1185) renfermant la galerie avec le sol reconstruit (1260) et le foyer (1253)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1212/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre 90 - Porte nord du baptistère tétraconque murée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1212/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 91 - La pièce H : le mur M47 (US 1109) et la cloison en torchis M46 (US 1110)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1212/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 92 – Le bâtiment V recoupant les vestiges du mélangeur de mortier
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1212/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre 93 - Reconstitution d’un mélangeur mécanique de mortier de Northampton
Crédits Williams 1985
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1212/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 94- Plaque d’ivoire trouvée dans les niveaux d’abandon du mélangeur de mortier
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1212/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 95 - Sol en terre battue recouvrant le pavement de l’atrium (US 9022)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1212/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre 96 - Le mur M50 (US 129) et son sol de mortier (US 127)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1212/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

© Alpara, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access