Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour du groupe épiscopal de Grenoble

 | 
François Baucheron
, 
Franck Gabayet
, 
Alain De Montjoye

Première partie. Les origines de Grenoble : de Cularo à la ville de l'Évêque

Chapitre 4. Ecclesia gratianopolitana

François Baucheron et Franck Gabayet

Texte intégral

1Faute d’indices matériels suffisamment fiables, l’attribution du complexe érigé au milieu ou dans la seconde moitié du IVe s. à un premier groupe épiscopal demeure impossible. Au tournant du siècle en revanche, cette ambiguïté est levée avec la construction d’un baptistère. L’économie générale des bâtiments antérieurs est conservée : deux corps de bâtiment, au nord et à l’ouest, continuent de limiter une grande cour. L’aile ouest, entièrement reconstruite, accueille un baptistère flanqué de deux annexes, tandis qu’un portique borde chacune des deux ailes. Le baptistère et ses abords immédiats constituent les seuls éléments bien connus du groupe épiscopal et seront présentés en détail dans ce chapitre et le suivant. L’organisation générale de l’ensemble épiscopal, telle que l’on peut la restituer, sera abordée dans le chapitre 6.

2Dans les premiers temps chrétiens, le baptistère est un édifice spécialement construit pour abriter la cérémonie du baptême. Seul l’évêque était habilité à dispenser ce sacrement, en principe une seule fois l’an, dans la nuit de Pâques ; mais assez rapidement le sacrement a été administré à l’occasion de grandes fêtes telles Pentecôte ou Noël. A l’issue d’une longue période de préparation, les néophytes, ou catéchumènes, entièrement dévêtus, s’immergeaient dans la piscine baptismale. Le baptême marquait ainsi l’entrée du catéchumène dans la communauté des chrétiens, Vecclesia. La symbolique du sacrement est fortement marquée par l’image de la mort et de la résurrection du Sauveur : par le baptême, le pécheur meurt pour renaître à une vie nouvelle.

3L’exiguïté des fouilles laisse malheureusement dans l’ombre la partie la plus importante du groupe épiscopal primitif : la — ou les — cathédrales qui étaient associées au baptistère. Par ailleurs, le projet de mise en valeur du baptistère a limité les observations d’ordre archéologique. Une partie des éléments constitutifs de l’édifice n’a pu être étudiée en détail, faute de pouvoir procéder à un démontage systématique.

Le baptistère rectangulaire (état 1)

  • 23 Les lacunes constatées dans les murs est et ouest nous obligent à examiner l’hypothèse de portes ax (...)

4Le baptistère est établi sur l’ancien bâtiment III dont il réutilise le mur occidental (M 16), mais sur les trois autres côtés il est délimité par un mur chaîné aux angles (fig. 36, M20). L’édifice offre l’aspect d’une pièce rectangulaire dont les proportions modestes se rapprochent de celles d’un carré (7,30 m X 6,40 m dans l’œuvre). Il abrite au centre un bassin octogonal. Légèrement décentrées vers l’ouest, deux portes de 1,40 m ouvertes dans les murs nord et sud, assuraient l’accès aux salles contiguës23

36- Le baptistère et l’atrium ; fin du IVe s. ou début du Ve s. (état 1)

36- Le baptistère et l’atrium ; fin du IVe s. ou début du Ve s. (état 1)

5Là où cela a pu être vérifié, à l’est et au nord, les fondations reposent sur une trame dense de pilotis aux diamètres compris entre 8 et 15 cm (fig. 37). Cette technique élaborée, déjà mise en œuvre dans les fondations de la porte monumentale de l’enceinte, est destinée à assurer la stabilité de l’ouvrage sur des terrains que leur plasticité rendait instables. Elle témoigne du soin tout particulier apporté à la construction et atteste en outre, au début du Ve s. encore, de la persistance d’un savoir-faire comme d’une excellente connaissance de la nature du sous-sol. La fondation présente une largeur de 1 m environ à la base pour une hauteur n’excédant pas 85 cm. Elle forme un débord d’environ 15 cm par rapport à la face externe des élévations, épaisses de 80 cm en moyenne.

6La faible hauteur des élévations conservées — 60 cm en moyenne — et de nombreux remaniements réduisent à peu de chose notre représentation des décors intérieurs. Le mur nord a néanmoins conservé les traces d’un mortier de tuileau portant un unique élément de placage de schiste noir. On retrouve le mortier de support de manière très lacunaire sur les autres murs et l’on peut supposer que la totalité de la salle était revêtue d’un placage, au moins pour les parties basses.

37- Partie détruite du mur oriental du baptistère (M20) laissant apparaître le négatif des pieux de fondation

37- Partie détruite du mur oriental du baptistère (M20) laissant apparaître le négatif des pieux de fondation

7L’intérêt porté à l’aménagement du baptistère transparaît également dans la qualité du matériau choisi pour le pavement, un marbre blanc poli de 10 cm d’épaisseur (210,43 m NGF). Ce pavement, d’ailleurs, a fait l’objet d’une récupération quasi exhaustive, à l’exception d’un seul fragment de dalle, préservé contre le mur nord de l’édifice. Dans l’angle nord-ouest, l’emplacement d’un support ou d’une base (60 X 60 cm) invite à restituer une colonne à chaque angle du monument (fig. 38). D’après la largeur du négatif, on peut estimer que le diamètre des fûts pouvait approcher une cinquantaine de centimètres, pour une hauteur de l’ordre de 5 m. Parmi les nombreuses restitutions possibles qu’offre ce dispositif, on peut par exemple imaginer que les colonnes ont pu porter une corniche, au-dessus de laquelle s’ouvraient des baies. On pourrait également restituer un décor plus élaboré faisant intervenir quatre arcs plaqués sous la corniche.

38- Emplacement d’une colonne et vestige du sol de marbre du baptistère

38- Emplacement d’une colonne et vestige du sol de marbre du baptistère

La cuve baptismale (phase 1)

8La cuve baptismale a été bâtie à l’intérieur d’une grande fosse de forme globalement circulaire, de 3,50 m de diamètre. Le bassin consiste en un octogone dont les dimensions intérieures sont d’environ 2,25 m en diagonale pour un côté de 90 cm (fig. 39). Large de 53 cm, la maçonnerie est constituée d’un assemblage de galets et de blocs calcaires grossièrement équarris, liés par un mortier dur de couleur grise. Les faces externes montrent toutes une première assise de réglage obtenue par un lit de tegulae posées à plat au fond de la fosse de construction. On observe sur les parois internes, et plus précisément sur les pans nord et sud — les autres faces de l’octogone ayant fait l’objet de réfections — un enduit de tuileau piqué de grains de chaux. La surface de l’enduit présente un lissage grossier, mais il est difficile de déterminer si cet enduit constitue véritablement le premier état de la cuve ou une simple couche de préparation.

39- La cuve baptismale, phase 1

39- La cuve baptismale, phase 1

9La cote et la nature du fond originel demeurent incertaines en raison de différentes reprises témoignant de rénovations constantes de la cuve. Le classement du site au titre des Monuments Historiques en 1991 et la décision de présenter les vestiges au public interdisaient le démontage même partiel du bassin. Cette difficulté a néanmoins été contournée grâce à des techniques supplétives destinées à affiner l’analyse archéologique.

  • 24 Les profondeurs données ici, doivent être prises avec prudence : elles ont été calculées de façon t (...)

10Une campagne de prospection par radar complétée par deux carottages conduits au fond du bassin montre ainsi une superposition de deux minces couches de mortier hydraulique appliquées sur le lit de tuiles plates qui constitue le socle de la cuve. La conjonction des deux techniques permet de proposer la restitution d’un premier fond, épais, il est vrai, d’à peine 5 cm, aux environs de la cote 209,70 m NGF24 On pourrait s’étonner de la faible épaisseur du fond, d’autant qu’il n’est pas fondé sur un hérisson comme il est courant dans ce type de construction. On observera toutefois que la cuve, dont on sait par ailleurs qu’elle n’était utilisée qu’une ou deux fois par an, repose sur un épais niveau d’argile très homogène, qui a pu tout à la fois participer de la fondation et jouer un rôle d’étanchéité.

  • 25 L’unique fragment préservé du sol du baptistère est situé à la cote 210,43 m NGF ; à quelque 2,5 m (...)

11Le pourtour du bassin présente un dispositif incomplètement conservé et par là difficile à interpréter. Cet aménagement s’apparente à une margelle peu développée, que l’on serait tenté de restituer sur toute la circonférence de la cuve. On distingue en effet un mortier hydraulique à gros grains, lissé sur trois faces, qui dessine une couronne large d’une douzaine de centimètres soulignant l’extérieur de l’octogone (fig. 40). Le pan sud-ouest n’en a conservé que de maigres traces, mais sur le pan nord-est on peut encore en observer plus de 50 cm. Sans que l’on puisse déterminer si cette couronne était intégrée dans le sol ou si elle formait une très légère saillie, on constate en tout cas que la transition entre le dallage du baptistère et la cuve a été volontairement soulignée25

40- La partie nord de la cuve avec les vestiges de la margelle en mortier hydraulique

40- La partie nord de la cuve avec les vestiges de la margelle en mortier hydraulique

12La margelle domine d’une quinzaine de centimètres un gradin de 40 cm de large ; les quelques 60 cm restant pour atteindre le fond ont vraisemblablement imposé de recourir à un élément mobile, tel qu’un escabeau, lors de l’administration du baptême.

13La profondeur totale du bassin peut donc être estimée à 75 cm, ce qui correspond à celle de la plupart des premiers baptistères. Pour de simples raisons de bon sens, il est difficile d’admettre que l’eau affleurait au sommet de la cuve. Et si, comme il est probable, le niveau ne dépassait pas le gradin, il restait encore suffisamment d’eau, environ 60 cm, pour autoriser le baptême par immersion ou même par submersion, que l’on estime être en vigueur à cette époque : le catéchumène pouvait par exemple être agenouillé ou accroupi dans le fond du bassin, éventuellement aidé d’assistants (Guyon 1991, p. 83).

Les salles annexes

14Au nord et au sud, deux salles annexes, construites respectivement à 1,60 m et 1,70 m en retrait de la façade orientale du baptistère, viennent épauler la construction principale. Au nord du baptistère, l’ancienne aile ouest est élargie de 2 m en direction de l’est, la nouvelle façade étant chaînée à celle, préexistante, du bâtiment nord, pour assurer une meilleure cohésion à l’ensemble. La porte qui jusqu’alors faisait communiquer les anciennes ailes nord et ouest est définitivement condamnée par la construction du mur M22. Ces transformations aboutissent à la création d’une salle longue de 8 m et large de 5,80 m dans l’œuvre, à laquelle on accédait par le baptistère ou par la cour.

  • 26 La semelle n’a pu être démontée ; il est par conséquent impossible de savoir si la fondation repose (...)

15Le mur oriental de l’annexe nord (M21) est puissamment fondé. Large de 70 cm, la fondation repose sur un radier de gros blocs calcaires formant une semelle débordant de près de 50 cm du côté est26. Dans la maçonnerie soigneusement parementée, on distingue des moellons de taille variée disposés en assises régulières et assemblés par un mortier gris présentant des joints débordants. L’élévation prolonge directement la fondation, sans retrait, contrairement à ce que l’on peut observer sur les murs du baptistère. Elle n’est conservée que sur une seule assise où le négatif d’une pierre de seuil de 1,60 m de long est cependant visible et marque l’emplacement de la porte qui ouvrait sur le portique bordant la cour.

16L’aménagement de la salle s’achève par l’établissement d’un sol en béton de tuileau, dont la granulométrie plus fine le distingue du sol précédent, sur lequel il est directement appliqué.

17Comme les murs qui les portent, les revêtements de l’annexe sont en partie hérités des états précédents : les murs réutilisés conservent les enduits de tuileau du IVe s., tandis que les nouveaux murs, y compris le bouchage de la porte, sont revêtus d’un enduit gris.

  • 27 Une tuile a été trouvée à plat quelques centimètres en avant de la maçonnerie sans que l’on puisse (...)

18Dans un second temps, une maçonnerie (M23) posée à même le sol a été appliquée, contre le mur nord de la pièce, du côté est. Elle se limite à un unique rang de pierres, large de 16 cm dans l’angle, qui semble diminuer progressivement pour rattraper le nu intérieur du mur primitif27. Plutôt qu’une réparation, cet ajout pourrait correspondre à un aménagement de la salle : une niche (en épaississant un mur jugé trop grêle pour en supporter le creusement), voire le support d’un banc...

19L’annexe sud, située en limite de la fouille, ne se laisse appréhender qu’au travers d’une étroite bande de terrain au contact du baptistère. Cependant, le peu qui en a été perçu suggère l’existence, au sud, d’un plan identique à celui de l’annexe nord. Aussi, pour d’évidentes raisons de symétrie, on serait tenté de restituer, comme dans l’annexe nord, une ouverture dans le mur oriental de la salle sud.

20La volonté d’équilibre qui préside à la nouvelle composition traduit peut-être une identité de fonction des deux pièces. On doit en tout cas considérer les salles nord et sud comme de véritables annexes du baptistère, avec lequel elles communiquent par de larges portes. Ce type d’association est fréquemment rencontré dans les groupes épiscopaux où la superficie limitée de la plupart des baptistères rendait ces dépendances nécessaires au déroulement de la cérémonie. C’est le cas du baptistère de Genève qui comporte une annexe accolée au nord (Bonnet 1993, p. 25) et de celui de Lyon, où le monument est entouré de plusieurs salles (Reynaud 1995, p. 288), pour ne citer que des exemples voisins.

21A Grenoble, la surface utile de la salle baptismale, une fois soustraite l’emprise de la cuve, se réduit à environ 38 m2, ce qui est relativement modeste. On imagine alors l’importance des annexes durant les premiers temps chrétiens pour le regroupement des competentes, avant et après la cérémonie, lorsque, pour reprendre l’expression de J.-C. Picard, le baptistère recevait une fois l’an des « fournées » de cathéchumènes (Picard 1989b, p. 1451 à 1473).

22Dès l’origine, on voit ainsi s’établir une organisation au sein de laquelle la cérémonie du baptême devait se dérouler dans un mouvement linéaire. Sans tenter vainement d’attribuer des fonctions liturgiques précises à l’une ou l’autre des pièces, on constate toutefois que les deux salles offraient la possibilité de réguler, en le divisant, le flux des futurs chrétiens. Une partie au moins des rites complémentaires qui étaient dispensés immédiatement avant et après la cérémonie a dû s’y dérouler : ainsi, pendant que le baptême était donné à un groupe de catéchumènes, un autre pouvait s’apprêter (vestiaire, apertio...), tandis qu’un troisième groupe déjà baptisé poursuivait la cérémonie (consignatio, lavement des pieds...).

L’aile nord

23A la différence de celles de l’aile ouest, qui a été entièrement remaniée pour accueillir le baptistère, les modifications apportées au bâtiment nord n’affectent qu’une faible surface de l’édifice qui, pour le reste, continue d’être utilisé en l’état. Son extrémité occidentale est amputée de près de 6 m après la construction, dans le prolongement de la nouvelle façade de l’aile ouest, d’un mur large de 90 cm et fondé sur près de 1 m de hauteur (M24). La poterne qui jusque-là ouvrait directement sur le bâtiment nord, s’en trouve désormais exclue.

24A l’intérieur du bâtiment, le sol en béton de tuileau a été soigneusement découpé et le nouveau mur construit en appui contre le bord de la tranchée. Le long du mur, le sol n’a pas été refait, laissant le ressaut de fondation apparent. Le caniveau 1, abandonné, a été remblayé, puis recouvert de tuiles plates. Mais il paraît évident que l’on n’a pas jugé nécessaire de procéder, dans cette partie du bâtiment, à des finitions élaborées.

25Une ouverture percée dans la façade (M 18) restitue une possibilité de communication entre les ailes nord et ouest, par l’intermédiaire d’un portique. La présence d’un mortier lissé sur l’arase du mur permet l’identification d’un seuil, à la jonction des deux bâtiments. La largeur de l’ouverture reste cependant difficile à estimer en raison d’un mauvais état de conservation des vestiges. Le seuil n’est visible que sur 70 cm, mais l’étude de l’arasement suggère que la porte pouvait mesurer jusqu’à 2 m, ce qui paraît excessif au regard des autres ouvertures créées dans cette phase de travaux, dont le module n’excède pas 1,60 m.

Les portiques et la cour

26Avec le remodelage des ailes nord et ouest, toutes les nouvelles ouvertures sont désormais tournées vers une cour bordée de galeries.

Les portiques

27Dans l’angle nord-ouest de la cour, a été identifié un portique, dont subsiste le sol de mortier gris et les restes d’un stylobate à 2,65 m de la façade de l’annexe nord. Ces différents éléments permettent ainsi de restituer une galerie desservant à la fois l’annexe nord du baptistère et le bâtiment II (fig. 41).

28De faible épaisseur, 4 à 5 cm au maximum, le sol présente une surface très dégradée, mais réparée à l’aide d’argile, qui prend appui contre l’enduit gris habillant le mur de l’annexe nord. Le sol recouvre directement les niveaux de construction de l’annexe, ce qui démontre que le portique

41- Vue restituée du baptistère depuis l’atrium

41- Vue restituée du baptistère depuis l’atrium

29De la colonnade, ne subsistent plus aujourd’hui que quatre blocs de remploi en calcaire (0,50 X 1,20 X 0,35 m en moyenne), qui en constituaient le soubassement. D’après la largeur du stylobate, il est plausible de restituer des colonnes de 30 à 35 cm de diamètre, espacées d’environ 2,25 m.

  • 28 Les niveaux dans cette zone ont été en grande partie détruits par différentes tranchées de réseaux.

30Au sud du baptistère l’existence d’un portique, plus large d’à peine 30 cm, est suggérée par la présence d’un stylobate, qui relève, il est vrai, d’une technique très différente. Au lieu de reposer sur des blocs de remploi, la colonnade devait être installée sur un soubassement, conservé sur une hauteur de 90 cm pour une largeur de 60 cm environ (M25). L’existence des dalles que l’on est obligé de restituer sur la crête du mur est attestée par des calages de tuiles conservés sur toute la longueur de la dernière assise. Un sol de mortier gris a été observé en coupe uniquement28, mais sa nature et sa cote correspondent au revêtement dégagé dans la galerie au nord du baptistère.

  • 29 Si l’on n’admet pas l’avancée du baptistère, la galerie serait réduite à quelque 1,10 m de largeur.

31A la hauteur du monument, il ne subsiste plus aucun vestige du stylobate, mais il est probable qu’à ce niveau, la colonnade devait épouser l’avancée du baptistère : une galerie filante aurait estompé l’effet recherché de mise en valeur, tandis qu’un décroché présentait l’avantage de renforcer cet effet, tout en maintenant une largeur constante au portique29. Le traitement de la couverture au droit de l’avancée de la galerie ne pose pas de problème technique particulier : on peut ainsi imaginer une simple toiture accompagnant le mouvement du portique ou un dispositif plus élaboré, tel qu’un fronton magnifiant la façade du baptistère.

32Dans l’angle nord-ouest de la cour, si l’on se fonde sur le bord d’une tranchée de récupération de direction est-ouest observée sur une longueur de 1,60 m, il nous semble possible de restituer, devant l’aile nord, un second portique dont la largeur ne dépasserait pas 2 m.

33Le long du bâtiment, tous les blocs qui devaient constituer le stylobate ont été prélevés, ainsi que quelques-uns devant l’annexe nord. La tranchée de récupération a été remblayée par des matériaux de démolition, mais n’a livré aucun mobilier, hormis un chapiteau à décor de feuillage à bord dentelé (diam. 23 cm) qui a pu coiffer le sommet d’une des colonnes du portique ou du baptistère. Sur deux de ses faces, le bloc a été retaillé, ce qui indique qu’il a été réutilisé avant d’être mis au rebut. Le style de cette pièce permet d’en attribuer la production à l’Antiquité tardive ou au haut Moyen Age (fig. 42).

42- Chapiteau à décor de feuillage retrouvé dans les fondations du portique

42- Chapiteau à décor de feuillage retrouvé dans les fondations du portique

Le payement de l’atrium ?

34A l’occasion du nouveau programme de construction, la vaste cour, héritée de l’état antérieur, a reçu un pavement. Le dallage, de très belle qualité, a été observé en deux points du site, mais sans lien direct avec les portiques. Au total, près de 25m2 ont été mis au jour entre la façade romane de la cathédrale et le baptistère, le sol pouvant être restitué sur une largeur minimale de 14 m d’est en ouest (fig. 43). Dans les parties les mieux préservées, le pavement présente une alternance de bandes blanches et rouges, formées de dalles calcaires dont la longueur n’excède pas 1 m et de carreaux en terre cuite. Le rythme de la composition est donné par les largeurs respectives des différents matériaux : de l’ordre de 50 cm pour les parties en pierre et 38 cm pour les éléments de terre cuite. Le sol dégradé présente une surface très irrégulière qui montre plusieurs lacunes et de nombreuses réparations : les parties détériorées ont été remplacées par des blocs de tuf et en plusieurs points par des chapes de mortier grossier. Un usage prolongé ne saurait être le seul responsable de l’érosion du pavement ; la rigueur du climat local doit également être invoquée pour expliquer le délitage systématique des carreaux de céramique.

43- Le sol dallé de l’atrium en avant de l’annexe sud

43- Le sol dallé de l’atrium en avant de l’annexe sud

35Un changement de rythme est perceptible en avant du baptistère, sans doute pour souligner l’importance du monument. Les dalles calcaires ne sont plus distantes que de 25 cm environ et l’on ne trouve plus la trace des carreaux de céramique employés plus au sud. On peut supposer que l’espace entre les dalles de pierre était garni d’un autre matériau peut-être plus précieux, ce qui expliquerait sa récupération systématique. On pourrait imaginer par exemple que le marbre a été utilisé, ou pourquoi pas, des carreaux de céramique décorés dont l’usage est avéré entre le Ve et le VIIe s. On les trouve le plus fréquemment mis en œuvre pour habiller les murs et les plafonds, mais l’église de Burguilos, en Espagne, a livré les restes d’un pavement réalisé à l’aide de ce matériau (Maufus 1991, p. 234-235).

36Dans la zone nord-ouest de la cour, le pavement a été entièrement récupéré. L’épais remblai de graviers observé sous les dalles préservées se prolonge néanmoins jusqu’au portique nord, ce qui autorise la restitution du sol dans ce secteur également, et vraisemblablement dans le reste de la cour.

37Si, comme nous le pensons, cette vaste cour se développait en avant des églises que l’on est tenté de restituer à l’est, sous les édifices actuels, nous serions amené à la considérer comme un atrium, dont la longueur, portiques compris, serait de l’ordre de 24 m du nord au sud, si l’on suppose le baptistère centré au sein de l’aile ouest. Cette dimension, qui pourrait paraître imposante, est comparable à celle relevée dans l’atrium du groupe épiscopal de Genève à la même époque (fig. 44).

44- Comparaison entre les groupes épiscopaux de Lyon, Genève et Grenoble

44- Comparaison entre les groupes épiscopaux de Lyon, Genève et Grenoble

La poterne et les bâtiments sur rue

38Plusieurs modifications ont affecté également les abords de la poterne. Elles concourent à la création d’un dégagement, légèrement supérieur à 20 m2, formant une chicane contre la face interne du rempart. La réalisation de ce dégagement est obtenue, ainsi qu’il a été dit, par le murage définitif de l’ancienne porte entre les ailes nord et ouest (M22) et par la construction d’un mur raccourcissant l’aile nord (M24). A l’évidence, ces travaux ont été conduits avec l’intention de dissocier la poterne du reste du groupe épiscopal et de la restituer au domaine public. C’est ce qui sera fait avec la création d’un passage large de 1,14 m, ouvert dans le mur M16, contre le rempart (fig. 45).

45- Porte (à l’arrière-plan) dans le mur M16

45- Porte (à l’arrière-plan) dans le mur M16
  • 30 Quelle qu’ait été la forme de la porte sur la face interne de l’enceinte (voir chap. 9).

39Une modification du bâtiment bordant la rue accompagne le désenclavement de la poterne. Un mur parallèle à l’enceinte est construit à 3,90 m du rempart (M26). Il sépare dorénavant le bâtiment de l’enceinte et ménage de fait un second dégagement faisant communiquer la poterne et le revers de la porte Herculea30.

40En dehors de ce raccourcissement, les modifications relevées à l’intérieur du bâtiment sont de peu d’importance. Le mur M15 qui marquait jusque là la limite entre deux salles est abattu et le sol de mortier blanc est étendu, sans doute jusqu’au contact du mur M26 mais la relation stratigraphique, détruite par un mur tardif, n’a pu être vérifiée.

41C’est peut-être au même chantier, ou à une campagne de travaux légèrement postérieure, qu’il faut rattacher l’établissement d’une subdivision à l’intérieur du bâtiment redéfini. Celle-ci est indiquée par la construction d’un pilier présentant la trace d’un gond sur sa face ouest (M27, 80 X 90 cm) (fig. 31). Ce piédroit doit être mis en relation avec une maçonnerie partiellement dégagée plus à l’ouest (M28) pour constituer une porte dont la largeur n’a pu être déterminée.

42L’unique aménagement reconnu dans le nouvel espace consiste en un foyer plusieurs fois reconstruit, à mi-longueur du mur oriental. Aucun mobilier particulier n’a été mis en relation avec le foyer, mais le voisinage de la rue suggère, peut-être, une activité artisanale.

Datation

43Au nombre et à l’importance des opérations engagées à l’occasion du vaste chantier qui a vu la création du baptistère et de l’atrium correspond une multitude d’unités stratigraphiques ne livrant paradoxalement qu’un matériel pauvre et souvent exogène. Les tranchées de fondation du baptistère et de la cuve, celle du mur refermant le bâtiment nord et tous les niveaux liés aux occupations de la frange ouest du groupe épiscopal ne fournissent malheureusement aucun élément de datation. En revanche, un lot de céramique et une série de monnaies ont été exhumés des niveaux de constructions du mur oriental de l’annexe nord, ainsi que deux monnaies liées à la pose du sol du baptistère ; ces fossiles directeurs permettent de proposer une datation que l’on peut étendre à l’ensemble des travaux de la phase grâce à une bonne perception de la chronologie relative.

44Les types céramiques les plus représentées sont caractérisées par des revêtements argileux tardifs de type Lamb. 45, 14/26, 4/36, 1/3, dont la production ne dépasse pas le premier tiers du Ve s.

  • 31 cf. annexe. n° 40, 47. 81, 155, 156.

45Hormis cinq monnaies résiduelles ou illisibles,31 deux petits bronzes du type AE4 fournissent un terminus post quern pour la création de l’annexe nord. Il s’agit tout d’abord d’une monnaie de Valentinien II frappée entre 388 et 392 (n° 146), et d’une seconde pièce, moins lisible, émise entre 388 et 402 (n° 148). Les monnaies trouvées dans le baptistère (cf. annexe, n° 144 et 150) consistent en deux autres pièces de bronze, frappées pour l’une en 387 ou 388 à Trèves, la seconde ayant été émise entre 388 et 402.

46On retiendra ainsi que la réalisation de ce vaste programme architectural intervient entre la fin du IVe s., après les années 387-388, et le premier tiers du Ve s.

Conclusion

47On ne peut affirmer que le groupe épiscopal, dont on perçoit le baptistère, une partie de l’atrium et des bâtiments annexes — mais auquel il faut évidemment associer une ou plusieurs églises cathédrales — soit le premier en date. En revanche, il paraît bien établi qu’il relève d’une même campagne de travaux réutilisant une trame architecturale établie au IVe s.

48Le baptistère présente d’évidentes similitudes avec la catégorie des baptistères à plan simple — une salle rectangulaire prolongée ou non par une abside — comme c’est le cas, entre autres, des baptistères de Lyon, Saint-Maurice-d’Agaune ou Genève (Reynaud 1995, p. 53-55).

49La comparaison avec Lyon paraît d’autant plus intéressante que le baptistère de l’ancienne capitale des Trois Gaules, comme celui de Grenoble, est pourvu d’une cuve octogonale qui occupe une part importante de l’édifice. Cette situation peut s’expliquer pour Lyon, par l’importance et le prestige de la ville, mais on peut aussi invoquer un usage régional puisqu’à Genève également, on retrouve le même type de rapport entre la piscine et le monument qui l’abrite (fig. 44). Si, d’autre part, le baptistère de Lyon est bien antérieur de quelques décennies à celui de Grenoble, on peut penser qu’il a pu servir de modèle.

50A la différence du baptistère et de ses annexes, qui sont immédiatement identifiables, le rôle de l’aile nord au sein du groupe épiscopal reste des plus flous (fig. 46). L’aspect fruste du bâtiment nord, raccourci sans que l’on ait pris soin de procéder aux finitions les plus élémentaires, suggère des fonctions où la représentation n’est manifestement pas le principal souci. On verrait plus volontiers dans cette aile un lieu de réunion ou d’enseignement, ou encore de simples communs.

46- Plan axonométrique. L’ensemble baptismal au Ve s. (état 1)

46- Plan axonométrique. L’ensemble baptismal au Ve s. (état 1)

51Les moyens financiers consentis pour réaliser des travaux de cette ampleur se devinent tout autant dans le pavement de marbre du baptistère que dans la réalisation des portiques et de l’atrium, ce qui suppose, au tout début du Ve s., une communauté chrétienne déjà bien établie. Il ne fait pas de doute que le changement de statut, qui dans le seconde moitié du IVe s., fait de Cularo un chef-lieu de cité a constitué l’un des facteurs qui conduisit à la création rapide d’un groupe épiscopal, en vertu de la règle selon laquelle chaque cité devait être dotée d’un évêque.

Notes

23 Les lacunes constatées dans les murs est et ouest nous obligent à examiner l’hypothèse de portes axiales. Si l’existence d’un accès par l’est ne peut être rejetée a priori, on doit considérer avec plus de circonspection la présence d’une porte à l’ouest qui ouvrirait en direction des bâtiments sur rue.

24 Les profondeurs données ici, doivent être prises avec prudence : elles ont été calculées de façon théorique sur la base hypothétique d’une vitesse constante de propagation des ondes — 10 cm par nanoseconde — quels que soient les matériaux rencontrés (Torrent 1993).

25 L’unique fragment préservé du sol du baptistère est situé à la cote 210,43 m NGF ; à quelque 2,5 m de là, le sommet de la margelle est au plus haut à 210,47 m ; une éventuelle saillie ne pouvait dans tous les cas excéder 4 cm.

26 La semelle n’a pu être démontée ; il est par conséquent impossible de savoir si la fondation repose sur des pilotis, comme celle du baptistère.

27 Une tuile a été trouvée à plat quelques centimètres en avant de la maçonnerie sans que l’on puisse déterminer si elle participe de l’aménagement.

28 Les niveaux dans cette zone ont été en grande partie détruits par différentes tranchées de réseaux.

29 Si l’on n’admet pas l’avancée du baptistère, la galerie serait réduite à quelque 1,10 m de largeur.

30 Quelle qu’ait été la forme de la porte sur la face interne de l’enceinte (voir chap. 9).

31 cf. annexe. n° 40, 47. 81, 155, 156.

Table des illustrations

Titre 36- Le baptistère et l’atrium ; fin du IVe s. ou début du Ve s. (état 1)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre 37- Partie détruite du mur oriental du baptistère (M20) laissant apparaître le négatif des pieux de fondation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre 38- Emplacement d’une colonne et vestige du sol de marbre du baptistère
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1209/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 39- La cuve baptismale, phase 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1209/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 40- La partie nord de la cuve avec les vestiges de la margelle en mortier hydraulique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1209/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre 41- Vue restituée du baptistère depuis l’atrium
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1209/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre 42- Chapiteau à décor de feuillage retrouvé dans les fondations du portique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1209/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 43- Le sol dallé de l’atrium en avant de l’annexe sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1209/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre 44- Comparaison entre les groupes épiscopaux de Lyon, Genève et Grenoble
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1209/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 45- Porte (à l’arrière-plan) dans le mur M16
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1209/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 46- Plan axonométrique. L’ensemble baptismal au Ve s. (état 1)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1209/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 724k

© Alpara, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access