Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour du groupe épiscopal de Grenoble

 | 
François Baucheron
, 
Franck Gabayet
, 
Alain De Montjoye

Première partie. Les origines de Grenoble : de Cularo à la ville de l'Évêque

Chapitre 2. Les remparts de la ville : enceinte et fossé

Note de l’auteur

Avec la collaboration de Jean-Luc Peiry

Texte intégral

1La construction à la fin du IIIe s. de la première enceinte urbaine (fig. 13) a entraîné une réduction de la surface habitée, significative, on l’a vu, à la périphérie sud-ouest, modeste et de peu de conséquence au nord et au nord-est : ce sont tout au plus quelques bâtiments, de construction d’ailleurs assez récente, qui ont été abandonnés à l’extérieur du périmètre fortifié.

13- L’enceinte de Cularo construite à la fin du IIIe siècle

13- L’enceinte de Cularo construite à la fin du IIIe siècle

2Ce rempart, qui pendant quelque treize siècles a corseté la ville, est aujourd’hui encore conservé sur plus de 40 m de longueur et une hauteur d’environ 6,70 m au-dessus du sol extérieur d’origine, entre l’église Saint-Hugues et l’aile nord de l’ancien palais épiscopal qui lui sont adossées de part et d’autre (fig. 14).

14- Rempart le long de l’église Saint-Hugues

14- Rempart le long de l’église Saint-Hugues
  • 9 La porte est également connue sous le nom de “Viennoise” ; puis, au Moyen Age, elle est dite “épisc (...)

3Les sondages de la place Sainte-Claire ainsi que les fouilles de la place Notre-Dame, en permettant le dégagement de nouveaux tronçons, ont contribué à accroître nos connaissances sur les techniques de construction de cet ouvrage et particulièrement de l’ancienne porte Herculea9. Ces opérations ont en outre permis d’engager une première étude du fossé qui doublait la muraille. Une attention toute particulière lui a été portée, tant dans la recherche de son profil — pour la première fois, l’escarpe et la contrescarpe du fossé ont pu être repérées à l’intérieur d’un même sondage — que dans l’étude de la dynamique des flux qui l’ont affecté (Peiry 1990).

Le rempart dans le secteur cathédral : aspects de la construction

La porte Herculea : tour orientale et poterne

4Les observations réalisées sur cette porte sont extrêmement lacunaires en raison de sa destruction tardive, mais radicale, intervenue entre 1802 et 1810, au moment où la place Notre-Dame reçut sa forme actuelle. Elles permettent d’en préciser l’emplacement, mais leur confrontation avec les représentations anciennes connues reste délicate, puisque seules les fondations de la tour orientale de la porte ont été dégagées et ont fait l’objet d’une étude détaillée.

5La position de la porte a pu être approchée avec une relative précision grâce à la découverte en limite de fouille d’une base de pilastre (fig. 15) qui, à l’origine, devait appartenir à un dispositif mettant le piédroit oriental en valeur. Malheureusement, la totalité des niveaux de voirie antiques, médiévaux et modernes, témoins de l’utilisation multi-séculaire de la porte, ont été détruits par l’installation d’un collecteur au XIXe s. dans l’axe de l’ancien passage.

15- Base de pilastre associé à la porte Herculea

15- Base de pilastre associé à la porte Herculea

6La construction de la porte et de la portion de courtine attenante a été précédée d’importants terrassements qui ont fait disparaître la totalité des niveaux associés aux bâtiments antérieurs. C’est donc à partir d’un terrain abaissé qu’a été ouverte la tranchée d’installation de la tour orientale qui dessine au sol un vaste creusement rectangulaire de 8 m, saillant de 4 m par rapport au nu extérieur du mur. Un sondage pratiqué à travers la fondation a révélé l’ampleur de l’ouvrage (au total, plus de 3 m de hauteur) et permis l’analyse des techniques élaborées mises en œuvre (Pl. 5, coupe 7).

7Des pieux de chêne implantés au fond de l’excavation constituent la base de la fondation. Ils ont été enfoncés jusqu’à la surface du substratum caillouteux et s’organisent, en plan, suivant un quadrillage approximativement parallèle au rempart. Quarante-trois pieux — pour certains, le ter me de piquets serait plus proche de la réalité — établis suivant un maillage régulier d’environ 30 cm de côté, ont été observés dans le fond d’un sondage. Leur diamètre varie de 4 à 12 cm pour une longueur comprise entre 1,20 et 1,30 m. La pointe, de section carrée, a été taillée sur 30 à 50 cm. le corps étant simplement écorcé.

8Quatre pieux de dimensions plus importantes échappent à l’organisation générale. Ils présentent un diamètre proche de 20 cm pour une longueur pouvant atteindre 1,90 m tandis que leur pointe, grossièrement circulaire, s’amorce au tiers de la hauteur.

  • 10 C.I.L., XII. n° 2218. 2249. 2256, 2258, 2267, 2271. 2272, 2273, 2288, 2303 et n° 2291, 2298, dont l (...)

9Parmi les éléments qui composent la fondation et la partie basse de l’élévation, on notera un recours massif à des blocs de remploi soigneusement agencés (fig. 16). Un grand nombre correspond à des chaperons bombés, souvent utilisés pour la protection de murs d’enclos funéraires, mais on rencontre aussi des dalles de molasse et d’autres blocs dont les dimensions évoquent des constructions en grand appareil. La présence d’une douzaine d’épitaphes, recueillies lors de la démolition de la porte au début du XIXe s., montre que les nécropoles, comme d’autres monuments, ont servi de carrière lors de l’édification du rempart10.

16- Blocs de remploi utilisés dans la fondation de la porte Herculea

16- Blocs de remploi utilisés dans la fondation de la porte Herculea

10Des parties aériennes de la tour, il ne subsiste rien sinon le négatif de leur ancrage dans la courtine. Il est toutefois possible de se représenter l’ouvrage grâce à deux dessins du XVIe s. qui révèlent un passage voûté encadré par deux tours semi-circulaires en grand appareil, rappelant, par exemple, la porte Saint-Marcel à Die, dans la Drôme (Chatel 1990). Dans le détail des dessins, les deux portes de la ville présentent un jointoiement soigné qui n’est pas sans évoquer les observations effectuées sur la courtine. On remarquera cependant l’absence du pilastre sur les représentations, et sauf à remettre en cause la fidélité des documents, il faut envisager que des réfections aient pu intervenir, déjà dans le courant du Moyen Age.

11Les fouilles ont montré que la porte principale était doublée par une poterne ouverte à une dizaine de mètres plus à l’est, mais qui ne figure pas sur les plans modernes de l’évêché dont la précision a par ailleurs pu être vérifiée à plusieurs reprises. Cette absence tient à la condamnation du passage dans le courant du Moyen Age (cf. infra).

12Sur la face externe, les piédroits de la poterne, le seuil et deux marches sont traités en calcaire blanc, qui crée un effet de contraste avec les moellons du mur (fig. 17, 18). La porte, large de 1,30 m, a conservé la crapaudine et les engravures nécessaires au logement d’une barre de fermeture. Sur la face interne du rempart, les piédroits de la poterne ont fait l’objet d’un simple chaînage d’angle réalisé à l’aide d’éléments en molasse d’un module supérieur aux moellons des parements. Un sol en béton de tuileau, en grande partie disparu, complétait enfin l’aménagement intérieur de la poterne.

17- La poterne vue de l’extérieur

17- La poterne vue de l’extérieur

18- Elévation de la poterne (en haut) et arrachement de la tour orientale de la porte Viennoise (en bas)

18- Elévation de la poterne (en haut) et arrachement de la tour orientale de la porte Viennoise (en bas)
  • 11 Etant donné les modes de représentation adoptés par l’auteur du plan, il peut s’agir aussi bien de (...)

13Une représentation en plan de la porte Viennoise figure sur les plans de l’évêché dressés à la fin du XVIIIe s. (fig. 19). Le passage entre les deux tours y apparaît comme un volume creux large de plus de 12 m et profond de 8,70 m, formant une saillie d’un peu plus de 4 m sur la face interne du rempart. Ce volume est divisé en trois compartiments dont celui du milieu, large de 4,50 m, forme le passage proprement dit. Les deux autres, de largeurs inégales (2,50 m à l’est ; 3,50 m à l’ouest), ouvrent sur le passage. Celui-ci, ainsi que le local du côté oriental, sont figurés comme couverts de voûtes11. La question de savoir si un tel dispositif peut être d’origine antique vaut d’être posée, mais aucune réponse n’est certaine.

19- Elévation de la face interne de la porte Viennoise lise au XVIIIe siècle

19- Elévation de la face interne de la porte Viennoise lise au XVIIIe siècle

A.D.I. IV G 57, cliché A.D.I.

14La fouille au pied de la face interne du mur a montré la présence d’au moins deux niveaux superposés de mortier rose et de mortier gris largement épandus, qui correspondent aux dépôts de construction du rempart. Posés directement sur cette surface, s’observaient les vestiges d’un mur très dégradé formé de moellons assemblés au mortier de tuileau. Contre le pied de ce mur non fondé, et sur sa face ouest, venait s’appliquer un lambeau de pavement. S’il peut s’agir des restes d’un corps de bâtiment adossé au revers de la porte, on a quelques difficultés à penser qu’il ait été organiquement lié à cette dernière : l’absence de fondation interdit toute restitution de voûte dans le prolongement de celle de la porte. Il est difficile de déterminer si cet ouvrage adossé a bien été prévu au départ de la construction de la porte, puisque la relation entre le mur qui en constitue l’unique vestige et le revers de la porte est mal établie. Rien ne permet de dater la construction de l’ouvrage, repentir en cours de construction ou adjonction plus tardive, peut-être liée aux édifices élevés au IVe s.

15Il est, en tout cas, peu douteux que si l’état figuré à la fin du XVIIIe s. peut avoir quelque rapport avec celui d’origine, il rend compte aussi de modifications importantes parfaitement documentées. On sait, en effet, que l’arc de la porte fut surhaussé sur les deux faces, en 1620 (Chatel 1990, p. 21).

16Un autre document réalisé au cours du XVIIIe s. pour servir à la cause de l’évêque dans un procès qu’il intenta contre un particulier (ADI IV G, 57) (fig. 19) donne une représentation de l’élévation de la porte sur sa face interne (sud). Avec les formes données à l’arc ainsi qu’aux ouvertures qui le surmontent sur trois étages, ce dessin permet seulement de juger de l’ampleur des transformations de l’époque moderne.

La courtine

17Une section d’environ quarante mètres de courtine en élévation a été étudiée à l’est de la poterne. À nouveau, il a pu être vérifié que c’est bien l’édification du rempart qui a été cause de l’abandon et de la destruction des bâtiments plus anciens, pour lors isolés hors les murs.

18Le long de la limite de fouille orientale (Pl. 1 et 4, coupe 5), la tranchée de fondation du mur d’enceinte paraît avoir été pratiquée depuis le niveau de la calade de galets qui formait le sol au pied du mur M13. De part et d’autre de ce mur, un amas de moellons et de galets (couche 4211) et un dépôt de matériaux mêlés — mortier et blocs provenant de maçonneries dégradées — témoignant de la ruine du bâtiment auquel appartenait le mur (couche 4207), apparaissaient surmontés par les couches (4218, 4216, 4204 c) qui constituent le comblement de la tranchée de fondation du rempart et au-dessus desquelles se développe l’élévation de ce dernier. L’observation de la stratigraphie plus à l’ouest permet des constats analogues : les dépôts liés à la construction du rempart, riches en mortier de tuileau, viennent s’appliquer directement sur l’arase du mur M12. Quant aux murs M10 et M11, ils apparaissent clairement recoupés par le rempart et leur arasement est scellé par des niveaux de mortiers rose et blanc, contenant des moellons au rebut.

19Pour l’étude des procédés et techniques de construction du mur d’enceinte, et plus précisément de ses fondations, l’observation du côté interne n’a été possible qu’en un point. À trois mètres de la poterne, les constructeurs ont fait preuve de pragmatisme en utilisant un mur antique en guise de semelle de fondation. C’était faire beaucoup moins qu’au revers de la tour flanquant la porte, où le ressaut de fondation, bien plus large, était constitué d’une semelle de dalles en molasse remployées servant de base à une maçonnerie grossièrement parementée, dont la largeur est comprise entre 50 et 75 cm, pour une hauteur d’au moins 1,70 m.

20Du côté extérieur, le creusement de fondation apparaît des plus irréguliers. Entre la porte monumentale et la première tour rencontrée à l’est, les fondations ont été construites en appui contre le bord de la tranchée et présentent un ressaut irrégulier, dont la largeur varie de 5 à 40 cm. Dans le tronçon le plus proche de la poterne, la fondation a été construite jusqu’à 40 cm au-dessus du sol puis aussitôt remblayée. Ces apports marquent une phase de nivellement qui a immédiatement précédé la construction des parties aériennes du rempart. Il est à noter que, plus à l’est, sous l’emprise de l’ancien palais, le processus de remblaiement n’apparaît plus. Quant à la tour semi-circulaire située sous le volume de l’actuel escalier d’honneur, elle est apparue fondée sur un massif nettement débordant à l’est et à l’ouest où il présente un plan grossièrement rectangulaire (fig. 20). Un tel procédé de fondation pour les tours de l’enceinte n’avait jamais encore été observé, en particulier lors du dégagement en 1963 de toute une portion de rempart, rue de la République. Il n’est pas très différent dans son principe de celui, beaucoup plus puissant cependant, adopté pour la tour orientale de la porte Viennoise.

20- Plan et développé pierre à pierre de la première tour à l’est de la porte Viennoise

20- Plan et développé pierre à pierre de la première tour à l’est de la porte Viennoise

21À l’est de la tour, le rempart a été cette fois installé dans une tranchée large qui n’a pu être observée que de manière discontinue. Cette tranchée, dont le bord est à environ 2 m du pied du mur, a été partiellement fouillée, notamment le long du flanc est du socle de la tour. Au plus profond que l’affleurement de la nappe phréatique a permis en cet endroit de descendre la fouille, ce sont des matériaux hétérogènes qui ont été rencontrés. L’intrusion malencontreuse d’un énorme support en béton, destiné à reprendre en sous-œuvre la paroi orientale de l’escalier d’honneur, a détruit le terrain au point où l’on pouvait espérer rencontrer la paroi de la tranchée taillée dans le substrat limoneux (Pl. 1 et 4, coupe 6). La réalité de cette tranchée ne fait cependant aucun doute, comme le confirme l’appareillage soigné des fondations de la courtine et de la paroi orientale du socle de la tour.

22Comme pour la porte, on espérait pouvoir vérifier la présence de pilotis dans la fondation de la courtine. Aucun sondage pour ce faire n’a été possible. On sait pourtant que toute la longueur du segment relevé par A. Bocquet était bâtie sur pieux et longrines. Mais ce procédé n’a pas été systématiquement adopté, puisque, place Sainte-Claire, on a pu observer que le soubassement reposait sur des sables moyens offrant une bonne résistance géotechnique qui rendait inutile le recours au bois (Peiry 1990, p. 5). Cette situation atteste une bonne connaissance des techniques de construction et du sous-sol grenoblois où abondent les limons plastiques de la plaine alluviale.

  • 12 Sans présumer de la hauteur de la nappe phréatique à la fin du IIIe s., il est assuré qu’une grande (...)

23Les matériaux utilisés pour l’ensemble des fondations — porte, tour, courtine — sont pour l’essentiel des moellons de calcaire non taillés mêlés de galets pris dans un mortier gris extrêmement solide, très différent d’aspect du mortier de tuileau liant les parties en élévation. Du fait de l’extrême humidité du terrain, le choix de ce mortier ne peut s’expliquer que pour ses qualités hydrauliques12. Celles-ci peuvent être dues soit à une teneur naturelle en argile des sables qui le composent, soit à un ajout volontaire de ce matériau ou tout autre composant conférant aux mortiers des propriétés analogues. Nous n’avons pu faire, malheureusement, aucune analyse de ce mortier.

  • 13 Les six trous de boulin repérés sont situés à environ 1 m au-dessus du ressaut de fondation. Leurs (...)

24Pour la construction des parties aériennes du rempart, d’autres techniques ont été mises en œuvre. Le long du tronçon le plus proche de la porte Viennoise, six trous de poteaux, avec parfois des entrées de boulins en regard13, peuvent être interprétés comme les traces d’ancrage d’un échafaudage. Les poteaux porteurs de plus de 20 cm de diamètre, profondément fichés en terre (80 cm en moyenne) et distants d’un mètre, se développent suivant un axe qui, à partir de la poterne, s’éloigne progressivement du rempart, jusqu’à rencontrer la face externe de la première tour à l’est de la porte Viennoise (fig. 14).

25Comme ceux de la poterne, les parements de la courtine intra et extra muros sont composés d’un petit appareil de calcaire gris régulièrement assisé dont le module varie de 10 à 30 cm de longueur pour une hauteur constante de 10 cm. Le mortier de tuileau utilisé dans la liaison des parties aériennes forme en parement d’épais joints débordants soulignés à la truelle par des incisions horizontales à chaque assise, les joints verticaux s’ornant d’un double trait (fig. 21). Ce traitement s’explique sans aucun doute par une recherche esthétique en simulant un petit appareil cubique très régulier, mais il traduit également une volonté d’économie des matériaux. Là où le parement a été arraché, on observe des matériaux hétérogènes disposés en lits successifs épais de 20 à 50 cm suivant les sections, dans lesquels la texture du béton de tuileau varie légèrement. Cette particularité a été énoncée dès 1963 (Leglay 1964, p. 522) et se remarque encore en de nombreux points de la ville.

21- Parement de la courtine

21- Parement de la courtine

26Si on retient comme vraisemblable l’estimation généralement admise (Dangréaux 1986) d’une élévation primitive de l’ordre de 8 m, un rapide calcul du cubage des matériaux nécessaires à la construction des seules parties aériennes conduit au chiffre approximatif de 45 400 m 3 Pour une large part les éléments de construction sont fournis par des matériaux de provenance locale, galets de rivière, calcaire du Jurassique supérieur extrait de carrières toutes proches, sur la rive droite de l’Isère (Debelmas 1990, p. 13). S’y ajoute une masse importante de mortier hydraulique (entre 15 et 20 % du total) dont près de la moitié du volume est constitué de tuiles concassées ou réduites en poudre (Petelaz 1992). Il est hautement probable que les quartiers d’habitation abandonnés ou détruits lors de la construction de l’enceinte ont été largement mis à contribution pour fournir à moindre coût les matériaux réutilisables tels que les tuiles ou les moellons.

Le fossé

27À la différence de celui de l’enceinte, le tracé du fossé ne saurait être restitué dans son intégralité. Les quelques données dont nous disposons sont issues de sondages et autorisent tout au plus à cartographier une courte section de l’escarpe dans le secteur de la cathédrale, à restituer approximativement un profil transversal sur le site de l’ancien évêché et à établir très ponctuellement l’intégralité du profil au sud de la fortification, place Sainte-Claire. Un complément d’information a été obtenu par des analyses sédimentologiques qui ont permis d’identifier l’origine de l’alimentation en eau et de reconstituer une chronologie relative de la sédimentation du fossé. Cependant, l’essentiel des données a été acquis par la lecture de coupes stratigraphiques et par des campagnes de carottages qui ne permettent d’avancer aucune datation absolue pour ces différentes phases. Ainsi, la conjugaison des données recueillies livre moins un instantané du fossé à la fin du IIIe s. qu’elle ne reflète l’aboutissement d’un long processus d’évolution. Du fait des curages successifs, dont on est incapable de retracer la chronologie, on est conduit à considérer que le remplissage du fossé témoigne surtout de son activité au cours du Moyen Age et même, pour le secteur de la place Sainte-Claire, du XVIe s.

28Le creusement du fossé a été réalisé à la surface d’un site de plaine alluviale constituée de dépôts de débordement sablo-limoneux de l’Isère. Epais d’environ deux mètres, ils ont été intégralement excavés jusqu’aux graviers sous-jacents, trop résistants pour être entamés. La réalisation du fossé est très probablement contemporaine de la construction de l’enceinte. C’est du moins ce qui ressort de l’examen de la coupe n° 5 (Pl. 4), où l’on observe clairement le mur M13 et le sol de galets qui l’accompagnait, l’un et l’autre abandonnés lors de la construction de l’enceinte, entamés par ce fossé. Cette coupe et le sondage ouvert en avant de la poterne sont les seuls points des fouilles dans le secteur de la cathédrale où le niveau à partir duquel s’est faite l’excavation est apparu préservé. Ailleurs où elle a pu être perçue, l’escarpe du fossé était entamée soit par le surcreusement du terrain lié à l’établissement d’une cave, soit par la mise en place du pilier de béton déjà mentionné (Pl. 4, coupe 6). Enfin dans l’espace situé au-devant de la tour, entre deux murs médiévaux fondés très bas (M 65 et M 66), le terrain demeuré en place sous les recreusements tardifs, et dans lequel se lisait la limite du fossé était plus bas, là encore, qu’à l’origine. Le tracé restitué proposé pour l’escarpe (fig. 14) est donc approximatif. Il rend compte, cependant, d’une implantation générale caractérisée par un écart prononcé entre fossé et rempart dans les parages de la porte Viennoise, écart qui va se réduisant progressivement vers l’est jusqu’à ne plus mesurer que 60 cm.

Le secteur de la porte viennoise

29Aucune trace de contrescarpe n’a pu être découverte sur les quelque huit mètres d’une coupe dressée dans un sondage ouvert au droit de la poterne. On peut donc envisager qu’à l’origine, elle pouvait se situer au-delà, ou encore qu’elle fut oblitérée à la suite de l’un des nombreux curages ou recreusements qui ont affecté le fossé pendant toute la durée de son utilisation. On ne peut donc, pour ce secteur, restituer le profil du fossé à un moment quelconque de son histoire.

30Les dépôts de comblement d’origine fluviatile et anthropique se répartissent, en volume, de manière pratiquement équivalente (fig. 22). Sans doute la relative abondance des seconds peut-elle s’expliquer ici par l’existence d’un accès direct au fossé et par l’intense activité de construction liée à l’édification, puis aux nombreux réaménagements de l’ensemble épiscopal. L’entretien du fossé semble pourtant avoir été une préoccupation constante des autorités de la ville, si l’on considère la succession de sept phases de creusement ou de curage du chenal artificiel qui ont conduit au déplacement progressif de l’escarpe d’environ 6 m vers le nord-est.

22- Le déplacement de l’escarpe du fossé dans le secteur de la porte Viennoise (avec la trame : comblement naturel)

22- Le déplacement de l’escarpe du fossé dans le secteur de la porte Viennoise (avec la trame : comblement naturel)

31Dès l’origine, la bande de terre entre rempart et fossé, au-devant et immédiatement à l’est de la poterne, a, semble-t-il, été pourvue d’un sol. Le revêtement se présente sous la forme d’un gravier damé dont l’épaisseur approche les 10 cm, mais au contact de l’enceinte, il fait place à un cailloutis plus grossier. Les niveaux de pose du sol recélaient de la céramique tardive à revêtement argileux, des tessons de céramique luisante et de la sigillée claire Β qui fournissent une fourchette chronologique large — IIIe-IVe s. — compatible avec la datation de l’enceinte.

32C’est essentiellement aux abords de la poterne -on ne peut présumer du traitement des niveaux de circulation en avant de la porte Herculea, — que le sol est particulièrement affirmé ; plus à l’est, le niveau de graviers devient diffus et tend à se perdre dans des remblais argileux qui se substituent au sol.

(Jean-Luc Peiry)
Des analyses sédimentologiques ont été conduites dans les coupes localisées à proximité de la porte Viennoise. Elles ont concerné exclusivement les dépôts interprétés comme étant d’origine naturelle. En raison de l’intense activité de l’Homme dans toute la zone, ces dépôts constituent des poches résiduelles épargnées par les curages et piégées entre des remblais anthropiques (fig. 22). L’étude des processus de mise en place de ces sédiments suivant un modèle sédimentologique a permis de démontrer différentes modalités de fonctionnement du fossé :
la préservation, lors de curages incomplètement réalisés, de sables moyens à grossiers témoigne de l’existence de transports solides en suspension. Cela indique des circulations d’eau relativement rapides dans cette partie du fossé, au moins temporairement lors des crues de l’Isère ;
une accumulation de graviers roulés de taille médiane de 2 à 4 cm montre que des flux d’eau très rapides ont occasionnellement circulé dans l’axe du fossé. Ils témoignent très certainement de sa forte connexion avec le lit de l’Isère, peut-être d’origine naturelle (à l’occasion d’une forte crue), peut-être également d’origine anthropique (à l’issue de la réactivation de la dynamique après un curage, par l’amélioration de la liaison entre le fossé et le chenal de l’Isère) ; toutefois l’absence de matériel archéologique ne permet pas de proposer une chronologie précise.
Des dépôts plus fins, sablo-limoneux, ont également été préservés des curages. Le modèle sédimentaire indique des flux en ralentissement rapide au contact d’une eau stagnante. Cela pourrait indiquer que le fossé, au niveau de la porte Viennoise, relativement proche de l’Isère, était soumis à un écoulement lent ; alors que des tronçons du fossé plus éloignés du cours d’eau présentaient des eaux stagnantes (cf. infra, sites de l’ancien évêché et de Sainte-Claire). Ce type d’observation est un argument en faveur d’une connexion du fossé par l’amont au chenal de l’Isère, jusqu’à une date tardive de son fonctionnement.
J.-L. P.

Le secteur de la cour de l’ancien évêché

33Plus à l’est, la position et la largeur exactes du fossé antique restent inconnues. Les sondages réalisés dans la cour de l’ancien évêché ont mis en évidence l’existence d’un fossé qui, au moment de son abandon, était d’une largeur d’au moins 12 m et dont l’escarpe était éloignée d’environ 5 à 6 mètres du pied de l’enceinte. Nulle part, dans les fouilles de la cour de l’ancien évêché, la contrescarpe n’a été observée avec certitude ; cependant, des arguments sédimentologiques laissent penser que le sondage le plus éloigné de l’enceinte en était tout proche (cf. infra). La largeur du fossé au droit de l’ancien évêché peut paraître surprenante. Peut-être, dans ce secteur de la ville, le fossé et le ruisseau du Verderet se conjuguaient-ils pour former un chenal relativement large, isolant complètement la ville des terres environnantes ?

34Une série de neuf carottages a été réalisée selon un axe transversal au fossé (Féougier, 1994). Comme près de la porte Viennoise, des remblaiements d’origine anthropique ont très probablement conduit à un éloignement progressif de l’escarpe du pied du rempart. Lors de l’étude sédimentologique, des débris organiques ont été prélevés au fond du fossé, au contact de remblais anthropiques. Leur datation par la méthode du radiocarbone fournit, en années réelles, un intervalle de 905 à 1150 ans AD (Lyon-68/OxA). Il apparaît donc que les phases de remplissage analysées lors de l’étude de l’ancien évêché ne sont pas contemporaines du premier creusement, mais sont médiévales. C’est très probablement à cette époque, en effet, que se situe le dernier curage du fossé.

35Les matériaux tapissant l’escarpe primitive, s’ils ont des chances d’être plus anciens, n’offrent guère cependant de critère de datation. Vers l’extrémité orientale de la fouille, les niveaux 4203, 4202, 4201 (Pl. 4, coupe 5), qui font alterner des limons presque purs avec des mélanges beaucoup plus hétérogènes, n’ont livré aucun mobilier autorisant une ébauche de datation. Le même faciès s’observe plus à l’ouest dans les couches 4109 à 4103 (Pl. 4, coupe 6), qui n’ont pas fourni davantage de matériel, si ce n’est (couche 4106) un petit fragment d’angle supérieur d’un chapiteau en calcaire, comportant volute et corne de l’abaque (fig. 23).

23- Fragment de chapiteau trouvé contre l’escarpe du fossé

23- Fragment de chapiteau trouvé contre l’escarpe du fossé

Le secteur sud de l’enceinte

36Place Sainte-Claire, les caractéristiques du fossé peuvent désormais être évaluées avec une relative précision grâce aux carottages réalisés dans le sondage 1 (fig. 24). La géométrie du chenal a été reconstituée en aveugle par une analyse statistique de la granulométrie des sédiments de remplissage (Peiry 1994 et 1997). De l’interprétation de ces dépôts, il résulte que la largeur au sommet est ici de l’ordre de 8 m, pour une largeur au fond d’environ 4 m et une profondeur maximale approchant les 2 m. Ici encore, le fossé présentait un fond plat qui coïncide avec le substratum caillouteux. Le profil régulier du toit de graviers indique par ailleurs que le fossé n’a pas été établi dans un ancien chenal de l’Isère, mais qu’il a été directement creusé à la surface de la plaine d’inondation.

24- Sondage effectué place Sainte-Claire

24- Sondage effectué place Sainte-Claire

Source : Peiry 1997

37L’infléchissement marquant le bord du fossé ménage le long de l’enceinte un étroit passage — entre 1,50 et 2 m — revêtu ici encore d’un vague cailloutis. En réunissant les données des fouilles de 1963 et de 1989 au sud de l’enceinte, on constate que l’escarpe, loin de suivre un tracé régulier, tend à s’écarter puis à se rapprocher du rempart. Le chemin ainsi déterminé présente donc, comme dans le secteur de la cathédrale, de grandes variations de largeur, l’escarpe se développant à une distance du mur qui oscillerait entre 1,50 et 11 m (Bocquet 1963, p. 18).

(Jean-Luc Peiry)
L’étude sédimentologique des dépôts de remplissage du fossé a livré des enseignements intéressants. Tout comme sur le site de la place Notre-Dame, le fond du fossé a été atteint au contact du lit de gravier (cote 207,21 m NGF pour le carottage le plus profond). Deux phases très distinctes caractérisent le comblement :
- entre le lit de gravier et la cote 208,50 NGF, on a observé une acccumulation très homogène de limons compacts, riches en éléments issus de la décomposition des schistes (médiane comprise entre 15 et 35 μm). Ces matériaux sont typiquement ceux transportés en suspension par l’Isère dont ils sont issus. Ils ont été déposés dans un plan d’eau stagnant ;
- au dessus de la cote 208,50 m, les dépôts sont composés de sables fins à grossiers dont la médiane est comprise entre 50 et 200 μm, ce qui implique une circulation relativement rapide et un transport en suspension graduée. Par ailleurs, la comparaison des sondages entre eux montre une tendance marquée à l’accroissement progressif de la taille des particules minérales de l’escarpe en direction de la contre-escarpe ; cela traduit une dissymétrie des conditions d’écoulement, les flux les plus dynamiques se concentrant près de la berge extérieure du fossé. Ici encore, il semble que ces matériaux soient typiquement originaires de l’Isère ; on ne peut cependant pas totalement exclure qu’aient existé également des apports locaux issus du ruisseau du Verderet.
La très grande homogénéité des dépôts de remplissage conduit à s’interroger sur la possibilité d’un comblement accidentel très rapide du fossé. Les études réalisées sur les processus contemporains de sédimentation de l’Isère ont montré que des taux de dépôt de 3 à 5 cm par heure était courants ; sur certaines îles de l’Isère, ils conduisent à l’accumulation de près de 90 cm de sédiments à l’occasion d’une seule crue (Peiry 1997). On ne peut exclure qu’une inondation médiévale de grande ampleur ait eu une telle conséquence sur le fossé près de l’ancien évêché et ait provoqué son abandon (cf. infra, chap. 9).
J.-L. P.

38L’analyse sédimentologique n’apporte pas de réponse définitive à la question de l’origine de l’alimentation en eau des fossés. Cependant, sur les trois sites étudiés, le rôle prépondérant de l’Isère dans les processus de comblement est mis en évidence. Pour autant, cette observation n’autorise pas à conclure que la rivière, connectée au fossé en assurait seule l’alimentation (Peiry 1990, p. 10-13). Ceci tend à nuancer sans la contredire totalement, une hypothèse déjà ancienne émise à partir des plans du XVIe s. et selon laquelle l’alimentation des fossés provenait en partie d’un cours d’eau secondaire, le Draquet (fig. 25).

25- Le Portraict de la ville de Grenoble, dréssé en 1536 par Jean Lefebvre

25- Le Portraict de la ville de Grenoble, dréssé en 1536 par Jean Lefebvre

B.M.G Cd 751 Réserve

Chronologie de la construction

Les données de l’épigraphie

39L’enceinte de Cularo est, on l’a dit, la seule fortification de la Gaule romaine à être datée précisément grâce à l’épigraphie. Les deux inscriptions aujourd’hui disparues étaient disposées audessus des portes de la ville et ont été fort heureusement relevées à la fin du XVIe s. (C.I.L., XII, 2229) :

DD. NN.IMP. CAES. GAIVS AVREL. VALERIVS DIOCLETIANVS PP. INVICTVS AVGVSTVS ET IMP. CAESAR MARCVS AVREL. VALERIVS MAXIMIANVS PIVS FELIX INVICTVS AVG. MVRIS CVLARONENSIB VS CVM INTERIORIBVS AEDIFICIIS PROVIDENTIA SVA INSTITVTIS ADQVE PERFECTIS PORTAM VIENNENSEM HERCVLEAM VOCARIIVSSERVNT

Dans la seconde dédicace. PORTAM ROMANAM 10V1AM remplaçait PORTAM VIENNENSEM HERCVLEAM.

  • 14 A. Prudhomme a ici traduit les termes que l’on attendrait sur l’inscription, P(ius) f(elix), au lie (...)

“Nos deux maîtres, l’empereur César Gaius Aurélius Valerius Dioclétien, pieux, heureux invincible auguste et14, l’empereur César Aurélius Valérius Maximien, pieux, heureux, invincible auguste, après la construction des murailles de Cularo avec leurs édifices intérieurs, ouvrage de leur prévoyante sollicitude, heureusement entrepris et achevés, ont donné à la porte du côté de Vienne le nom de porte Herculea, ont donné à la porte du côté de Rome le nom de porte Jovia (Prudhomme 1888, p. 22).

40La formule gravée dans la pierre attribue, sans équivoque possible, à la fois l’initiative, la réalisation et la dédicace du rempart et des “édifices intérieurs ” aux deux co-empereurs Maximien et Dioclétien. Conception, mise en œuvre et achèvement de ce lourd programme auraient donc pris place entre l’avènement de Maximien au rang d’Auguste en décembre 285 et l’instauration de la Tétrarchie, le 1er mars 293 (Rebuffat 1992, p. 126). Les indications chronologiques fournies par la fouille invitent, on va le voir, à considérer avec circonspection cette datation admise.

Les données de la fouille

Datation par dendrochronologie et étude au radiocarbone des pilotis du rempart

41En toute logique, la datation par dendrochronologie des pieux de fondation du rempart aurait dû indiquer le début de la construction. Les circonstances en ont décidé autrement puisque les arbres utilisés par les constructeurs sont “caractérisés par d’importants problèmes de croissance qui nuisent à la datation” (ARC90/R793D). Aussi, devant l’impossibilité d’aboutir par cette méthode, il fut décidé de procéder à une analyse par le radiocarbone. Celle-ci fournit une fourchette (calibrée) comprise entre 70 et 340 de notre ère avec 95,4 % de probabilité, qu’il est possible de ramener à une date comprise entre 130 et 270 ap. J.-C. avec 67,6 % de probabilité (ARC 90/R819C/2 datation 503, 1815 ±50 BP).

42En raison d’un nombre de cernes trop faible, la datation fournie par l’analyse dendrochronologique de l’un des quatre pieux de la seconde série s’avère peu fiable. Une date, 146 ap. J.-C., a néanmoins été avancée comme une hypothèse de travail (ARC 90/819C/1 datation 488). Cette datation est-elle erronée ou faut-il croire qu’il a pu exister dans cette zone des vestiges construits au Haut Empire et que l’un d’eux a été détruit, à l’exception de sa fondation de bois dès lors intégrée au soubassement de l’enceinte ?

Les fossiles directeurs

43Dans le sondage conduit au revers de la tour de la porte Herculea, les niveaux de construction de l’enceinte du côté interne ont livré au total, disséminés dans deux niveaux distincts, onze antoniniani frappés entre 261 et 270-273 (cf. annexe, n° 25, 28, 41, 46, 49, 54, 59, 60, 61, 64, 71).

44Le matériel céramique mis au jour dans ces mêmes couches est essentiellement constitué de céramiques communes sombres noires ou rouges, de productions fines tardives (Portout 65), et de sigillées claires Β et C datées des IIIe-IVe s.

  • 15 Les monnaies concernées portent les numéros d’inventaire n° 29, 34, 36, 38, 63, 69, 73, 74.

45Les remblais apportés pour la construction de l’enceinte, mais cette fois sur la face externe, (à partir de la poterne et sur environ 10 m en direction de l’est), livrent également un matériel abondant. Quatorze monnaies, dont trois sont manifestement résiduelles (cf. annexe, n° 17, 21 et 22) et une quatrième illisible (n° 151), proviennent de ces couches. Les dix autres pièces15 se répartissent entre 267-268 pour la plus ancienne (n° 31) jusqu’aux années 276-282 pour un antoninianus de Probus, émis par l’atelier de Lyon (cf. annexe 1996, n° 77).

46Enfin, plus à l’est, sous l’aile nord de l’ancien évêché, les couches de construction du rempart ont livré un antoninianus de Claude II le Gothique émis en 270 (cf. annexe, n° 174). La vaisselle associée à ces monnaies présente un faciès comparable à celle issue des remblais de construction dégagés à l’intérieur de l’enceinte et doit être attribuée aux IIIe-IVe s.

47Comme souvent, ce sont donc les collections monétaires qui fournissent les repères chronologiques les plus précis. Dans le cas présent, un terminus post quem est donné par 21 antoniniani, tous frappés dans une période très courte, une dizaine d’années tout au plus. On retiendra de l’étude numismatique que le début des travaux de construction de l’enceinte est postérieur à 276. L’homogénéité du lot, constatée sur un nombre important de pièces, suggère par ailleurs qu’un court laps de temps a dû s’écouler entre l’émission et le dépôt des monnaies dans les niveaux de construction du rempart.

Le bâtiment I

48On peut se demander si, parmi les “édifices intérieurs” mentionnés dans la dédicace des remparts, il ne faudrait pas compter le bâtiment I. Sa position topographique, près de la porte Herculea, en bordure de la voie, et les données chronologiques qu’il a livrées sont en effet autant d’éléments qui pourraient conforter cette idée.

49L’édifice n’est connu que par son angle nord-est et un mur de refend délimitant une salle de 4,10 m de largeur, à l’intérieur de laquelle a été ouvert un sondage.

50Les murs qui ferment le bâtiment au nord et à l’est sont chaînés et attestent que la construction de l’édifice a été réalisée d’un seul jet. Deux assises en élévation montrent un petit appareil aux assises très régulières dont les joints sont soulignés à la truelle. La fondation puissante (1 m au moins de hauteur) et parementée, forme un ressaut saillant d’environ 10 cm sur les deux faces. À l’intérieur du bâtiment, un remblai de construction recouvert d’un sol de terre battue épais de plus de 20 cm, qui présente un fort pendage vers l’ouest, a été appliqué sur le ressaut de fondation.

51Du sol émerge une maçonnerie appuyée contre la paroi est de l’édifice : une dalle calcaire de grandes dimensions, saillante de 25 à 45 cm, a été remployée pour en constituer la partie aérienne (1,30 X 0,58 m). La liaison entre l’extrémité de la dalle et le mur du bâtiment est assurée par une maçonnerie de bourrage faite de blocs de calcaire et de mortier blanc. Aucune trace de mortier n’étant visible à la surface lisse de la dalle, il faut considérer que l’appareil ne se prolongeait pas en élévation et en déduire qu’elle correspondait soit à un mur bahut, soit plus vraisemblablement à un socle destiné à recevoir un aménagement quelconque. L’occupation de l’édifice se limite à deux séquences cendreuses ne comptant qu’un mobilier atypique.

52On peut dater la construction du bâtiment de la seconde moitié du IIIe s. grâce à deux niveaux qui ont livré un mobilier recelant de la sigillée claire C, des tessons de céramique tardive fine et un antoninianus de Tétricus II émis entre 270 et 273 (cf. annexe, n° 72). Cette datation s’accorde bien avec les chronologies de l’enceinte et il est vraisemblable que le bâtiment I procède du même programme de construction qu’elle.

Conclusion

53L’étude archéologique du rempart dans l’emprise des fouilles de la place Notre-Dame et de l’ancien évêché et ce qu’on en connaît en d’autres points de la ville montrent une réelle homogénéité des différentes parties de l’ouvrage, qui va dans le sens d’une réalisation rapide de l’ensemble. Ces observations sont corroborées par les études de R. Rebuffat qui a montré que les enceintes de cette époque ont été érigées dans un bref laps de temps (Rebuffat 1989, p. 113).

54Il est entendu que l’idée d’une “construction hâtive” exécutée sous la pression des événements, à Grenoble comme ailleurs, ne saurait tenir : le soin évident apporté à l’ouvrage la dément catégoriquement. L’adaptation des techniques au terrain, et la qualité des fondations en particulier, indiquent au contraire un savoir-faire manifeste réclamant une maîtrise qualifiée servie par une main-d’œuvre abondante.

55Les moyens déployés pour la réalisation de cet ouvrage de prestige autant que défensif sont d’autant moins étonnants que selon des études récentes (Rebuffat 1989, p. 128-133, Maurin 1992), les constructions des enceintes du IIIe s. procèdent le plus fréquemment de la volonté impériale. La première impulsion donnée, il était alors possible d’engager des financements importants et de réunir les compétences nécessaires pour mener rapidement les opérations.

56Dans le cas de Grenoble, il reste à se demander si, en moins de huit années, la réalisation de travaux d’une telle ampleur était possible et si les deux empereurs dédicataires ne se sont pas, en réalité, attribué le mérite d’une œuvre commencée par un prédécesseur, qui pourrait être l’empereur Probus (276-282) dont le règne coïncide avec la période suggérée par les séries monétaires. Ce règne, justement, est marqué par le retour de la paix et par la réalisation de nombreux ouvrages publics, confiée aux légions. On retrouve ici une des thèses soutenues par A. Blanchet qui voyait dans Probus “le véritable sauveur de la Gaule”, et en tout état de cause celui sous l’autorité duquel fut menée “la construction rapide des bases d’enceintes gallo-romaines” (Blanchet 1907, p. 335).

57Peut-on de là estimer qu’il a mis en chantier la fortification de Cularo, ce que justifiait sa position stratégique sur la route de Rome par les cols alpins ? Rien ne permet de l’affirmer de façon péremptoire, mais on ne peut négliger la possibilité que les travaux n’aient été qu’achevés sous le règne conjoint de Dioclétien et Maximien qui procédèrent à la dédicace de l’ouvrage.

Notes

9 La porte est également connue sous le nom de “Viennoise” ; puis, au Moyen Age, elle est dite “épiscopale”.

10 C.I.L., XII. n° 2218. 2249. 2256, 2258, 2267, 2271. 2272, 2273, 2288, 2303 et n° 2291, 2298, dont la provenance, à proximité de la porte, est mal assurée (Chabert 1927).

11 Etant donné les modes de représentation adoptés par l’auteur du plan, il peut s’agir aussi bien de voûtes d’arêtes que de voûtes sur croisée d’ogives. Le même figuré, employé pour le berceau plein cintre du porche de la cathédrale, laisse cependant perplexe.

12 Sans présumer de la hauteur de la nappe phréatique à la fin du IIIe s., il est assuré qu’une grande partie de la réalisation des soubassements du rempart fondé sur le toit de graves fluviatiles, s’est effectuée en milieu humide, voire en pleine eau.

13 Les six trous de boulin repérés sont situés à environ 1 m au-dessus du ressaut de fondation. Leurs dimensions sont variables : de 12 X 15 cm (prof. 36 cm) à 10 X 20 (prof. 45 cm). Une partie d’entre eux a fait l’objet d’un bouchage réalisé à l’aide d’un bourrage de galets et mortier.

14 A. Prudhomme a ici traduit les termes que l’on attendrait sur l’inscription, P(ius) f(elix), au lieu des lettres PP. (piissimus) qu’elle porte

15 Les monnaies concernées portent les numéros d’inventaire n° 29, 34, 36, 38, 63, 69, 73, 74.

Table des illustrations

Titre 13- L’enceinte de Cularo construite à la fin du IIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1207/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre 14- Rempart le long de l’église Saint-Hugues
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1207/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 15- Base de pilastre associé à la porte Herculea
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1207/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 16- Blocs de remploi utilisés dans la fondation de la porte Herculea
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1207/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre 17- La poterne vue de l’extérieur
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1207/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 18- Elévation de la poterne (en haut) et arrachement de la tour orientale de la porte Viennoise (en bas)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1207/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 19- Elévation de la face interne de la porte Viennoise lise au XVIIIe siècle
Crédits A.D.I. IV G 57, cliché A.D.I.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1207/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 20- Plan et développé pierre à pierre de la première tour à l’est de la porte Viennoise
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1207/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 21- Parement de la courtine
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1207/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 22- Le déplacement de l’escarpe du fossé dans le secteur de la porte Viennoise (avec la trame : comblement naturel)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1207/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre 23- Fragment de chapiteau trouvé contre l’escarpe du fossé
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1207/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 24- Sondage effectué place Sainte-Claire
Crédits Source : Peiry 1997
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1207/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre 25- Le Portraict de la ville de Grenoble, dréssé en 1536 par Jean Lefebvre
Crédits B.M.G Cd 751 Réserve
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1207/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 635k

© Alpara, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access