Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pots et potiers en Rhône-Alpes

 | 
Élise Faure-Boucharlat
, 
Tommy Vicard
, 
Bruna Maccari-Poisson
, 
et al.

Première partie. Aux origines de quelques poteries : trois groupes d'ateliers Rhône-Alpins

Chapitre 3. Les ateliers du Beaujolais : la tradition du Val de Saône

Élise Faure-Boucharlat, Georges Ducomet, Bruna Maccari-Poisson et Anne Schmitt

Texte intégral

1Dès les premières années d'existence du projet collectif de recherche sur les ateliers médiévaux et modernes céramiques de la région, s'imposa l'idée de pousser les investigations en direction de la vallée de la Saône, au nord de Lyon. Plusieurs interrogations ou hypothèses semblaient en effet devoir trouver réponse ou justification dans ce secteur :

Origine des recherches

2Certaines catégories de poteries communes, en pâte grise, trouvées en abondance sur les sites lyonnais de la fin du Moyen Âge (comme les marmites à "anses coudées" ou les réchauds de table), avaient été rapprochées des productions de la région chalonnaise (Saône-et-Loire) sur des critères exclusivement typologiques. On pensait bien évidemment aux fameux ateliers du secteur de Sevrey (Renimel 1974). L'approvisionnement des marchés lyonnais, en vaisselle culinaire, depuis le nord, reposait-il sur ces seuls ateliers ou existait il, plus près de Lyon en aval de Chalon-sur-Saône d'autres centres de production ?

3Dans le même ordre d'idée, la recherche de l'origine des vaisselles de table ou de stockage, aux décors d'engobes polychromes, omniprésentes dans les dépotoirs régionaux à partir du XVIIe s., amena à s'intéresser également au Val de Saône, traditionnellement admis comme spécialisé dans ce type de fabrications (Jeanton et Dard 1943, Armand - Caillat 1946 et Les Poteries traditionnelles du Val de Saône, 1984). Tournugeois et Mâconnais (Saône-et-Loire), avaient-ils eu l'exclusivité de la diffusion des poteries décorées aux engobes ? Quelle situation offraient, par exemple, sur le cours inférieur de la Saône, les secteurs de Belleville-sur-Saône et de Villefranche-sur-Saône (Rhône) ?

  • 1 Nous remercions ici Louis Bonnamour pour les informations qu'il nous a fournies et son accueil au m (...)
  • 2 Quelques pièces médiévales complètes sont conservées à Saint-Georges-de-Reneins. Leur origine exact (...)

4Enfin, les informations archéologiques recueillies en amont et en aval de Chalon-sur-Saône, grâce aux prospections subaquatiques et aux surveillances de dragages effectuées par L. Bonnamour1 montrent le rôle joué par cette voie d'eau dans la commercialisation des terres cuites tout au cours du Moyen Âge et à l'époque moderne (Bonnamour 1985, 1986, 1987). En aval de Mâcon, les informations sont beaucoup moins nombreuses ; toutefois, les quelques pièces réunies au musée de Saint-Georges-de-Reneins (Rhône) pourraient constituer de précieux témoins du transport des poteries par la Saône à une quarantaine de kilomètres au nord de Lyon2.

  • 3 Nous tenons à remercier très sincèrement Roland Convert et Nathalie Girard pour leurs précieuses in (...)
  • 4 Contrairement à ce que nous pensions au départ, le toponyme "Oullières", associé à Saint-Étienne, n (...)
  • 5 Informations fournies par J.-O. Guilhot que nous remercions bien sincèrement.

5En réalité, diverses circonstances ont accéléré notre démarche et les découvertes de terrain ont, en l'occurrence, précédé l'enquête historique. En effet, dans le cadre de la réalisation de la carte archéologique régionale, les prospections menées dans le secteur de Belleville-sur-Saône par N. Girard et R. Convert, ont révélé, en divers points de la commune de Corcelles-en-Beaujolais, une impressionnante concentration de tessons médiévaux en pâte grise3. En quelques mois, avec la collaboration des "inventeurs" et des habitants, était estimé le potentiel "céramologique" de la commune et les prospections s'étendaient en direction du sud-ouest à Pizay, à Saint-Étiennedes-Oullières4 à Blacé et à Saint-Georges-de-Reneins. Enfin, des visites ponctuelles, non suivies de ramassages systématiques, ont montré que le phénomène touchait également les communes de Chénas, Dracé et Le Pérréon5. L'ensemble de ces communes se situe dans le département du Rhône, en rive droite de la Saône, au cœur du Beaujolais viticole (fig. 81). En outre, d'autres sites au nord de la zone étudiée, en Saône-et-Loire, comme Charnay-les-Mâcon, Crèches-sur-Saône, Romanèche-Thorins, étaient connus depuis longtemps pour leur production de terres cuites vernissées traditionnelles.

81 – Carte de situation du secteur étudié

81 – Carte de situation du secteur étudié

6L'enquête conduite par J.-F. Garmier sur les ateliers du Mâconnais et du Tournugeois ne prend en compte que la période post-révolutionnaire (Les poteries traditionnelles du Val de Saône, 1984). Mais rien n'interdit de penser à une vocation plus ancienne, comme le suggère la toponymie (un hameau de Crèches-sur-Saône est dénommé Dracé-les-Ollières).

7Les vestiges de l'activité potière présentés ici affectent donc un terroir considérable : 20 km séparent le point le plus septentrionnal (Chénas) du plus méridional (Blacé). Si l'enquête archéologique détaillée a porté sur quatre communes, les résultats montrent une répartition en deux ensembles topographiques : un secteur nord autour de Corcelles-en-Beaujolais et un secteur sud autour de Saint-Étienne-des-Oullières.

8Malgré l'importance des surfaces prospectées, on ne saurait prétendre à une cartographie exhaustive des indices de l'artisanat ; mais d'ores et déjà apparaissent les traces d'une intense activité : une vingtaine de sites, plus ou moins étendus, retiennent l'attention. Et les ramassages de surface ont livré un mobilier considérable qui offre de nombreux indices chronologiques. La longévité de la tradition artisanale semble assurée depuis le haut Moyen Âge jusqu'à l'époque moderne.

9L'étude conduite dans le Beaujolais s'inscrit donc dans le très vaste courant des productions céramiques de la Vallée de la Saône, courant relativement bien connu pour le tronçon compris entre Chalon-sur-Saône et Mâcon, mais dont on ignorait jusque-là le prolongement vers le sud en direction de Lyon.

10E. F.-B.

Environnement et ressources en argiles

11Les ateliers, ou plutôt les groupes d'ateliers, identifiés dans la région de Corcelles-en-Beaujolais et de Saint-Étienne-des-Oullières, connaissent un environnement topographique et géologique commun. Ils se répartissent dans le bas versant oriental des monts du Beaujolais (culminant à 895 m), à leur limite avec la plaine de la Saône, en rive droite, à une altitude moyenne de 300 m. Seul le Mont Brouilly (483 m) se détache à quelque distance de l'ensemble montagneux.

12Un abondant réseau de ruisseaux et rivières parcourt les faibles reliefs, avant de se jeter dans la Saône ; le Douby, l'Ardière, la Vauxonne sont les plus importants. Sur les arènes granitiques vallonnées s'étagent des vignobles aux noms fameux (Fleurie, Morgon, Brouilly). Le contraste de la végétation est frappant entre les paysages riants de la côte viticole et les crêtes sombres d'une montagne relativement austère, dont la forêt primitive a cédé en partie la place aux vignobles de la façade orientale.

13La région est densément occupée. Les communes, étendues, comptent, outre les villages groupés autour de l'église paroissiale, de nombreux hameaux qui témoignent d'une mise en valeur ancienne du terroir : une ou deux grosses exploitations agricoles d'architecture traditionnelle auxquelles se sont agrégées des habitations plus récentes. Citons par exemple les hameaux du Vieux Bourg et de Chassagne à Corcelles-en-Beaujolais, celui de Botheland à Saint-Etienne-des-Oullières, celui de Blaceret à Blacé et celui de Marsangues à Saint-Georges-de-Reneins. Tous ces pôles d'habitat sont reliés par un enchevêtrement de chemins et de routes secondaires, globalement ouest-est, dont le calme et le pittoresque tranchent avec la saignée que constituent les grandes voies de communication nord-sud regroupées en cette rive droite de la Saône : chemin de fer Paris-Marseille, route nationale 6, autoroute A6.

  • 6 Présentation succincte établie à partir des notices des cartes géologiques de la France au 1/50 000 (...)

14A une distance moyenne de 4 à 6 km du cours de la Saône, les sites étudiés trouvent place sur les moyennes et basses terrasses de la rivière. Constitué en majeure partie des formations fluviatiles, le sous-sol offre de larges possibilités d'approvisionnement en matière première6 (fig. 82).

82 - Les formations argileuses autour de Corcelles-en-Beaujolais et de Saint-Etienne-des-Oullières

82 - Les formations argileuses autour de Corcelles-en-Beaujolais et de Saint-Etienne-des-Oullières

D'après les cartes géologiques de la France au 1/50 000, Paris, BRGM : Beaujeu (649), Belleville (650), Amplepuis (673), Villefranche-sur-Saône (674)

15Les larges épandages des alluvions de la moyenne et de la basse terrasse de la Saône (Fx et Fy) constituent l'essentiel du sous-sol du secteur qui nous préoccupe : il s'agit surtout de matériaux sableux et gravillonneux. Cependant, des faciès argileux et limoneux (FxA et FyA) apparaissent en plusieurs points, en particulier au hameau des fournissons à Corcelles-en-Beaujolais. En revanche, ils sont absents de la partie sud du territoire étudié. Plus au nord, à la Chapelle-de-Guinchay et à Dracé, ces matériaux auraient été exploités dans le passé, pour la fabrication des poteries. Les alluvions récentes de la Saône et de ses affluents (Fz) ont alimenté les tuileries de Saint-Romain-des-Iles (à 6 km au nord-est de Corcelles) jusqu'à tout récemment.

16La partie ouest du secteur est occupée par les cônes de déjection des monts du Beaujolais (J) : les cailloutis, de nature variée, sont inclus dans une matrice sablo-graveleuse souvent riche en argile. Les affleurements limités et dispersés sont difficiles à localiser.

17Les formations limoneuses (OE 1 et OE 2) recouvrent la plus grande partie de la rive gauche de la Saône. Mais sur la rive droite, elles ne sont pas directement accessibles.

18Les calcaires et marnes de l'Oxfordien (J 6) apparaissent aux confins nord-ouest de la commune de Corcelles-en-Beaujolais et au nord de Saint-Étienne-des-Oullières, à Saint-Lager. Plusieurs carrières exploitées pour des fours à chaux livrent d'importantes intercalations argileuses plus ou moins ferrugineuses. Cependant, leur haute teneur en calcaire s'accorde mal avec la fabrication de poteries culinaires.

19Certaines formations quaternaires superficielles comportent des niveaux de colluvions de type limoneux plus ou moins sableux (c), produit d'altération du socle. Ils sont visibles à Saint-Étienne-des-Oullières, au lieu-dit Botheland.

20Des matériaux d'altération remaniés, argilo-sableux, ou limoneux (C2) comblent certains fonds de vallons aux formes adoucies. Ces colluvions sont accessibles au nord de Saint-Étienne-des-Oullières à Odenas et de Saint-Lager.

21Des conglomérats calcaires d'âge tertiaire sont englobés dans une matrice plus ou moins argileuse (g2) pouvant donner lieu à des affleurements d'argiles carbonatées. Cette formation est visible en particulier dans la partie est de Saint-Etienne-des-Oullières.

22Malgré une enquête géologique poussée, au cours de laquelle la plupart des affleurements argileux ont été visités et prélevés, aucune trace d'extraction ancienne n'a été repérée avec certitude. Il est probable que les potiers tiraient la terre aussi près que possible de leurs ateliers, depuis de multiples petites carrières qui ont peu marqué le paysage et qui sont aujourd'hui comblées ou remodelées. Il est donc difficile de faire un lien étroit entre la matière première et les produits finis. A l'heure actuelle, quelques observations de portée générale ont pu être faites grâce au concours du Laboratoire de céramologie de Lyon (CNRS, UPR 7524).

23Les céramiques collectées en prospection de surface sont fabriquées en pâte calcaire. Elles contiennent des grains de quartz, feldspath et fragments de roches cristallines diverses d'origine beaujolaise. Le pourcentage d'inclusions est important et assez variable selon les exemplaires ; la granulométrie est continue et la fraction grossière abondante. Ces caractéristiques correspondent assez bien aux argiles alluviales qui ont été prélevées lors des prospections géologiques dans la région.

24Le caractère hétérogène des formations fluviatiles est responsable de la fluctuation de composition des argiles et de l'abondance de grains détritiques dans les gisements. Ceci rend très difficile l'interprétation des analyses chimiques des céramiques et, par conséquent, la recherche de la diffusion des ateliers de cette région. Les études en cours permettent d'entrevoir quelques pistes de recherche qui seront explorées ultérieurement.

25Globalement, la région apparaît donc propice à la fabrication de céramiques. On y trouve en abondance l'eau et le bois et surtout la terre. Toutefois, celle-ci n'offre pas de qualités exceptionnelles ou particulières qui auraient permis aux artisans de produire une vaisselle susceptible de se démarquer sur le marché. Les ramassages de surface ne laissent aucun doute à ce sujet. On peut penser que l'abondance de la matière première ne justifie pas à elle seule la pérennité des installations artisanales. C'est plutôt la conjonction de ces facteurs naturels avec la proximité d'une grande voie d'eau navigable, facilitant la commercialisation des produits, qui explique le regroupement des officines et leur longue durée d'activité. Des observations analogues ont été faites à propos de l'implantation des ateliers médiévaux de Sevrey-en-Chalonnais (Renimel 1974, pp. 17-20).

26A. S. et Ε. E-B.

Cartographie des vestiges d'ateliers

Objectifs et méthodes

27L'enquête réalisée sur les ateliers du Beaujolais se distingue à plus d'un titre de celles présentées dans les chapitres précédents. En effet, elle n'a pas été accompagnée de recherches historiques. Compte tenu du temps et des moyens disponibles, mais surtout de la période d'activité des ateliers considérés (Moyen Âge) et de la nature de leurs productions (vaisselle culinaire commune), les chances de trouver des informations dans les archives semblaient très minces. Depuis, ces premières impressions ont été nuancées au fur et à mesure des découvertes.

28Dans ces conditions, il paraissait nécessaire de renforcer les recherches de terrain. Les prospections au sol et les ramassages de surface ont bien sûr dû s'adapter aux dimensions du territoire étudié. Les prospections ont couvert près de 15 km 2 dans le secteur nord (Corcelles-en-Beaujolais) et environ 23 km 2 dans le secteur sud (Saint-Étienne-des-Oullières). Les zones qui ont livré des indices de surface, plus ou moins denses et plus ou moins fiables, représentent 316 500 m 2. Par chance, le travail était facilité par le couvert végétal très homogène dans cette région : rangées de vignes à perte de vue, découpant "naturellement" le terrain. Lors d'une première reconnaissance, les parcelles ont été systématiquement parcourues selon un maillage régulier mais lâche (passages espacés de 4 à 5 m, soit de trois à quatre rangées de vigne). Dans le cas où des zones de concentration de tessons étaient repérées, un ramassage était alors effectué. Il s'agissait de recueillir un échantillonnage le plus représentatif possible du mobilier répandu au sol. Une petite équipe de prospecteurs, de composition constante, selon des allées et venues régulières (espacées de 1,50 m environ, soit toutes les rangées de vigne) a donc prélevé le plus de tessons possible lors de chaque passage, sans sélection ni de couleur, ni de taille, ni de forme. Certes, les circonstances des ramassages n'ont pas été constantes au cours des nombreuses séances de prospection : les conditions climatiques (sol sec ou humide) et la lisibilité du terrain (présence de feuilles, de pierrailles...) ont en effet été variables et certaines parcelles ont dû être revisitées. Cependant, on peut estimer que le caractère aléatoire de ce type de ramassages extensifs fait partie de la démarche et qu'il est pondéré par l'ampleur des surfaces en cause (Hesse 1980). Au cours des prospections, d'autres indices archéologiques étaient notés, comme la présence de tâches cendreuses, de terre cuite autre que poteries, de matériaux de construction, etc.

  • 7 La cartographie utilise des trames de différente densité (trois valeurs de gris) qui restituent la (...)

29La restitution des résultats des ramassages effectués en Beaujolais a eu recours aux mêmes méthodes que celles mises en œuvre lors des deux autres expériences régionales. En l'absence de quadrillage prédéterminé, le décompte des tessons collectés a été fait par unité prospectée, très généralement la parcelle cadastrale. Aussi la cartographie, sur fond cadastral, restitue-t-elle la localisation des découvertes ainsi que la densité relative du mobilier découvert, permettant de hiérarchiser l'intérêt des secteurs prospectés et de départir, autant que faire se peut, les zones de rejets d'ateliers des zones d'épandage d'autre origine7. En particulier, les ramassages conduits à proximité des habitations sont sujets à caution et ne sont pas exempts de risques de "pollution" dus aux façons culturales (recharges en terre, notamment). En outre, l'appréhension de certaines zones n'a pu être que partielle en raison du couvert végétal (passage de la vigne à la prairie) ou d'aménagements divers (voirie, constructions, etc.) limitant artificiellement la prospection. Il fallait également compter avec la topographie : le déplacement des indices vers les bas de pente a pu fausser certains résultats.

30Les tessons n'ont pas été recueillis pour leur seul intérêt quantitatif. Ils ont également fait l'objet d'une classification morphologique et technique de façon à dégager les grandes phases chronologiques des productions locales. Le volume du mobilier à traiter (51 930 tessons) nous a conduit à établir un système d'inventaire volontairement simplifié qui ne retient que les critères les plus discriminants (cf. infra). En effet, la dispersion et la diversité des résultats n'autorisait pas, à cette étape de la recherche, à dresser le catalogue précis des vaisselles fabriquées par les ateliers du Beaujolais.

31Par ces méthodes de large reconnaissance, à l'échelle de plusieurs communes, il s'agissait donc de tendre à une vision d'ensemble des vestiges d'artisanat, tant topographique que chronologique, sans privilégier a priori telle ou telle zone jugée plus attractive en raison de la nature, de la qualité des indices ou de la période concernée. Ces ratissages systématiques offraient en outre l'occasion d'observations sur des cas suffisamment nombreux pour tirer des enseignements de portée générale, comme la position des ateliers présumés par rapport aux habitats, aux ressources naturelles et aux voies de communication. C'était aussi la possibilité de juger de leur continuité dans le temps sur un même lieu ou, au contraire, de leur déplacement à l'intérieur du territoire étudié. Pour reprendre l'expression utilisée lors de travaux comparables menés sur les ateliers de Sevrey (Saône-et-Loire), "le schéma d'évolution horizontale des sites" était l'objectif poursuivi (Renimel 1974, pp. 29-31).

  • 8 Les mesures électromagnétiques ont été réalisées lors de deux campagnes de deux jours par G. Ducome (...)

32Mais en l'absence des preuves convergentes qu'auraient fourni les mentions textuelles, les données de l'archéologie ont été confortées par les techniques géophysiques mises en œuvre dans plusieurs zones où la concentration des indices de surface était particulièrement nette. Ainsi, des prospections électromagnétiques ont été réalisées en quatre secteurs sur la commune de Corcelles-en-Beaujolais et neuf autres secteurs ont été ainsi prospectés à la limite des communes de Blacé (Blaceret) et de Saint-Georges-de-Reneins (Marsangues). La prospection a été réalisée avec l'appareil électromagnétique EM15 (mesure de la susceptibilité magnétique) selon une grille de 5 m x 5 m ou de 3 m x 3 m. L'objectif principal était de mettre en évidence des zones bien circonscrites de forte susceptibilité magnétique compatibles avec la présence d'aires de production de céramique ; sur le plan méthodologique, la démarche était des plus classiques, puisqu'il s'agissait, pour la prospection géophysique, de franchir une étape dans la connaissance de sites simplement identifiés par la présence de matériel céramique en surface (concentrations et/ou épandages plus ou moins vastes et riches)8.

33E. F.-B.

Les ramassages de surface

34Les premiers indices archéologiques signalés au lieu-dit les Serves, à Corcelles-en-Beaujolais, se situaient à l'écart du bourg et des hameaux (T6'). Aussi l'organisation des ramassages effectués en Beaujolais se distingue-t-elle de celle retenue dans le secteur bressan et dans la vallée du Rhône, où les zones d'habitats anciens ont polarisé les prospections, comme y invitaient les mentions textuelles. Ici, les zones intercalaires ont été systématiquement visitées, sans pour autant négliger la périphérie des habitats.

  • 9 Toutes les personnes interrogées ont facilité et autorisé les prospections, même lorsque celles-ci (...)

35Les informations orales recueillies auprès des habitants ou des exploitants ont été très fructueuses. Nul n'ignore, en effet, les principaux secteurs où le sol des vignes est jonché de "vieux pots cassés"9. En revanche, le souvenir d'une tradition artisanale semble évanoui, si l'on excepte l'indication d'une tuilerie "datant de la Révolution" (sic) au lieu-dit les Bruyères à Saint-Étienne-des-Oullières.

  • 10 Les découvertes faites à Pizay n'ont pas pu être exploitées en raison du trop grand remaniement du (...)

36A Corcelles-en-Beaujolais (fig. 83) dix-huit zones, largement réparties sur la commune, ont livré des tessons de céramique (T1' à T18'). Il faut également signaler les observations ponctuelles faites en deux points de la commune voisine de Pisay10. L'ensemble des communes de Saint-Étienne-des-Oullières, Blacé et Saint-Georges-de-Reneins (fig. 84) (tableau 1) regroupe une trentaine de points de ramassage (T1 à T31). Partout les tessons recueillis montraient des caractéristiques communes qui étayaient l'hypothèse d'artisanat potier : céramique grossière, à forte majorité en pâte grise, et un répertoire de formes limité évoquant globalement le Moyen Âge. On verra plus loin comment ce tableau a pu être complété.

83 – Localisation des zones ayant livré du mobilier lors des ramassages de surface

83 – Localisation des zones ayant livré du mobilier lors des ramassages de surface

Commune de Courcelles-en-Beaujolais

84 – Localisation des zones ayant livré du mobilier lors des ramassages de surface

84 – Localisation des zones ayant livré du mobilier lors des ramassages de surface

Communes de Saint-Étienne-des-Ouillières, Blacé et Saint-Georges-de-Reneins

  • 11 Pour l'échelle de valeur des trames symbolisant les zonages, voir note 7.

37La restitution graphique des résultats des prospections de surface n'est en aucun cas une image fidèle de la répartition des ateliers sur le territoire étudié. Il s'agit plutôt d'une "carte archéologique", aussi objective que possible, des indices de surface. L'interprétation de ces indices n'est pas toujours aisée et nombre de questions, à cette étape, restent en suspens. Si les prospections géophysiques ont complété, en certains points, les observations de terrain (cf. infra), seuls des sondages archéologiques, ultime étape, pourraient lever tous les doutes. La cartographie tient donc compte de ces incertitudes11. La compartimentation des découvertes en deux groupes est dictée uniquement par la géographie : au nord le groupe dit de Corcelles-en-Beaujolais, au sud celui dit de Saint-Étienne-des-Oullières.

Tableau 1. Localisation des zones de ramassages de surface effectués sur les communes de Corcelles-en-Beaujolais, Saint-Etienne-des-Oullières, Blacé et Saint-Georges-de-Reneins

Tableau 1. Localisation des zones de ramassages de surface effectués sur les communes de Corcelles-en-Beaujolais, Saint-Etienne-des-Oullières, Blacé et Saint-Georges-de-Reneins

Le groupe des ateliers de Corcelles-en-Beaujolais

38D'après les informations recueillies, on peut classer les sites en trois catégories (fig. 85 à 90).

391 - Les sites qui réunissent plusieurs types d'indices associés à une forte concentration de tessons en surface. Il s'agit du centre de T2' (les Marquisats), de T6' (les Serves) de T7' (Chassagne nord) et de Τ13' (Chantemerle) (fig. 85 à 87 et tableau 2).

85 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface aux lieux-dits les Marquisats (T2') et le Bys (T1' et T14')

85 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface aux lieux-dits les Marquisats (T2') et le Bys (T1' et T14')

Les zones où ont été effectuées des prospections géo physiques sont encadrées en rouge (cf. légende fig. 86)

Tableau 2. Quantification des résultats des ramassages de surface

Tableau 2. Quantification des résultats des ramassages de surface

Groupe des ateliers de Corcelles-en-Beaujolais

40On trouve des tessons de ratés de cuisson en T2' et en T6', ainsi que des taches cendreuses, dont l'une très nette et très circonscrite (cercle de 3 m de diamètre environ) aux Marquisats. Le site Τ13', bien délimité, associe à des tessons de vaisselle de nombreux fragments de tuiles à rebord, très calcinées, tout comme T7'. Celui-ci restitue une grande quantité d'éclats de tuiles plates à rebord, surcuites, déformées, voire vitrifiées par la chaleur. Ce dernier site produisait-il concurremment vaisselle et céramique architecturale ou bien s'agit-il des matériaux de construction des fours ? La deuxième hypothèse semble plus probable : tous les tessons de tuiles observés sont surcuits et leur proportion (50 échantillons collectés) par rapport aux tessons de vaisselle reste faible. Il faut également souligner, pour l'ensemble de ces sites, l'absence d'autres catégories de mobilier, habituellement mises en relation avec des activités domestiques (faune, métal...).

41Ces quatre sites retiennent donc en priorité l'attention : il y a de fortes probabilités pour qu'ils correspondent à la localisation d'ateliers de potiers.

86 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface aux lieux-dits les Serves (T6'), Chassagne nord (T7', T8' et T10') et Chassagne sud (T5' et t11')

86 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface aux lieux-dits les Serves (T6'), Chassagne nord (T7', T8' et T10') et Chassagne sud (T5' et t11')

Les zones où ont été effectuées des prospections géophysiques sont encadrées en rouge

422 - Les sites qui présentent des épandages de tessons moins denses que précédemment, mais plus étendus et souvent difficiles à délimiter. On peut ranger dans cette catégorie T8' (Chassagne nord), T5' (Chassagne sud), la périphérie de T2' (les Marquisats), T15' et T16' pour partie (Champ des Croix) et T17' (les Ayets) (fig. 85, 86 et 89).

43S'il semble assez évident que la périphérie de T2' et de T8' peuvent être mis en relation avec les ateliers voisins (déplacement des tessons en surface par l'érosion ou les labours), les autres sites offrent d'autres cas de figure. Le site du Champ des Croix (T15' - Τ16') présente des similitudes avec celui de Τ13' décrit plus haut : il est isolé du bourg et des hameaux actuels ; la céramique recueillie, particulièrement grossière, est associée à des fragments de briques et tuiles plates dont la majorité est surcuite. En revanche, les limites du site sont plus difficiles à cerner et la densité des tessons y est plus faible. Le pendage du terrain peut en partie expliquer la diffusion plus lâche des vestiges de surface. Mais les zones T15' - Τ16', où les indices sont exclusivement céramiques et de facture homogène, pourraient bien signaler une ou des officines, dont on verra plus loin qu'elles sont parmi les plus anciennes de la contrée.

87 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface au lieu-dit Chantemerle (T13')

87 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface au lieu-dit Chantemerle (T13')

Les zones où ont été effectuées des prospections géophysiques sont encadrées en rouge (cf. légende fig. 86)

44En revanche, Τ17' et T5' restent plus énigmatiques. La proximité des habitats accuse les risques de remaniement (en particulier recharges en terre et rejets domestiques). D'ailleurs, ces sites montrent des apports de mobilier moderne (tuiles mécaniques, vaisselle vernissée et faïence). Pourtant, à Chassagne, l'extension des indices et leur forte densité à proximité immédiate du hameau, leur parenté morphologique avec les produits des ramassages voisins, plaident pour des vestiges d'artisanat.

453 - Enfin ont été cartographies pour mémoire les zones d'épandage qui ne présentent pas de critères suffisants pour être retenues comme indices d'ateliers. Il s'agit de T3' et T4' (Vieux Bourg) (fig. 90), T1' et T14' (le Bys) (fig. 85), T18' (près du Château) (fig. 88). Ces sites se caractérisent par des limites floues, une faible densité de tessons de poteries auxquels se mêlent quelques vestiges d'autre nature (éléments de constructions, déchets métalliques, faune). Il faut noter que tous ces sites sont proches d'habitations. Par ailleurs, T10' et T11' (fig. 86) ainsi que les franges de Τ15' - Τ16' (fig. 88) peuvent être interprétés comme le déplacement en surface des vestiges observés plus clairement dans les parcelles voisines.

88 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface au lieu-dit Champ des Croix (T15', T16') et au Château (T18')

88 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface au lieu-dit Champ des Croix (T15', T16') et au Château (T18')

Les zones où ont été effectuées des prospections géophysiques sont encadrées en rouge (cf. légende fig. 86)

89 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface au lieu-dit les Ayets (T17')

89 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface au lieu-dit les Ayets (T17')

90 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages au lieu-dit le Vieux-Bourg (T3' et T4')

90 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages au lieu-dit le Vieux-Bourg (T3' et T4')

cf. légende fig. 86

Le groupe des ateliers de Saint-Étienne-des-Oullières

46Dans ce secteur, les données archéologiques livrent une image plus contrastée que dans le cas précédent (fig. 91 à 96) et (tableau 3).

91 - Blacé et Saint-Georges-de-Reneins : résultats des ramassages de surface aux lieux-dits les Bruyères (T1) et Marsangues (T7 et T12 à T29)

91 - Blacé et Saint-Georges-de-Reneins : résultats des ramassages de surface aux lieux-dits les Bruyères (T1) et Marsangues (T7 et T12 à T29)

Les zones où ont été effectuées des prospections géophysiques sont encadrées en rouge (cf. légende fig. 86)

Tableau 3. Quantification des résultats des ramassages de surface

Tableau 3. Quantification des résultats des ramassages de surface

Groupe des ateliers de Saint-Étienne-des-Oullières

47Tout d'abord, la localisation des zones d'épandage est plus irrégulière puisque deux ensembles se dessinent assez nettement, l'un autour du bourg de Saint-Etienne, l'autre autour du hameau de Marsangues (réparti entre les communes de Blacé et de Saint-Georges-de-Reneins). Par ailleurs, la répartition des tessons est très variable d'un ensemble à l'autre. Ceci nécessite de pondérer quelque peu la cartographie restituée à partir du seul critère quantitatif. Là aussi, on rencontre les trois catégories de sites établies plus haut.

92 - Concentration de tessons au sol dans une vigne de Saint-Georges-de-Reneins au lieu-dit Marsangues (T19)

92 - Concentration de tessons au sol dans une vigne de Saint-Georges-de-Reneins au lieu-dit Marsangues (T19)

481 - Sans conteste, les plus fortes concentrations de rejets d'ateliers se regroupent au hameau de Marsangues où elles occupent une surface considérable (T14 à T29) (fig. 91, 92). Il convient de souligner les très fortes valeurs atteintes par les ramassages en T16, T17, T19, T28, T29. Outre des tessons de poteries en abondance, on relève dans ces parcelles des témoignages irréfutables de l'activité potière :

    • des sortes de boudins d'argile pouvant avoir servi de cales d'enfournement en T23 et T25,

    • des blocs de terre cuite irréguliers évoquant des éléments de parois ou de soles de fours en T25, T26, T28, T29,

    • un poinçon (rosace) pour le décor ou le marquage des poteries (fig. 114 n°32).

    • enfin, des briques calcinées en T18 et T29 rappellent des découvertes faites à Corcelles et évoquent des éléments de fours.

49Au nord de cette zone, les indices de surface s'étalent de façon plus diffuse dans les parcelles voisines (T7, T12, T13, T20, T21, T22). Ces épandages sont très probablement le résultat du transport du mobilier en surface par les différents agents (labours, ruissellement). La limite nette au sud est artificielle : en effet, les vignes cèdent la place à des prairies et à des vergers, nous privant des informations.

502 - En regard de telles évidences archéologiques, les autres sites paraissent fort discrets. Néanmoins, cinq autres points de ramassage offrent des indices intéressants. Parmi eux T1, au lieu-dit les Bruyères (fig. 91) présente, en plus d'une remarquable concentration de tessons, dont quelques ratés de cuisson, des fragments de briques surcuites. D'ailleurs, les maçonneries d'une maison voisine, à Blaceret, comportent en remploi une grande quantité de briques calcinées et vitrifiées, ainsi qu'un gros fond de récipient (fig. 93).

93 - Briques calcinées et fond de poterie en remploi dans le mur d'une construction à Blaceret (commune de Blacé), à proximité de T1

93 - Briques calcinées et fond de poterie en remploi dans le mur d'une construction à Blaceret (commune de Blacé), à proximité de T1

51Le site de T3, dans le bourg même de Saint-Etienne, et celui de T8, un peu à l'écart, au lieu-dit le Trève sont, quant à eux, bien circonscrits (fig. 94) et probablement à mettre en relation avec l'activité potière, bien qu'il n'y ait pas d'autres indices qu'une relative concentration de tessons. L'homogénéité du mobilier recueilli, en dépit de la proximité des habitations, plaide en faveur de cette hypothèse. En outre, entre ces deux points, les prospections ont révélé de larges zones d'épandages diffus mais livrant également un mobilier homogène (T5, T6, T30 et T31). Il s'agit de terrains en pente où le déplacement des indices est accentué et ôte toute chance d'une localisation plus précise d'éventuels vestiges d'ateliers.

94 - Saint-Étienne-des-Oullières : résultats des ramassages de surface aux lieux-dits Marpet (T3), le Trève (T5, T6 et T8) et les Grandes Bruyères (T30 et T31)

94 - Saint-Étienne-des-Oullières : résultats des ramassages de surface aux lieux-dits Marpet (T3), le Trève (T5, T6 et T8) et les Grandes Bruyères (T30 et T31)

52Au nord-est du bourg, au lieu-dit le Botheland, deux derniers points de ramassage retiennent l'attention : T10 et T11 (fig. 95). Quoique limités dans l'espace en raison de la topographie (ruisseau et route encaissés, proximité de bâtiments, pente accusée), les ramassages ont livré un mobilier qui se distingue des autres productions : poteries très grossières à grosses inclusions, tessons si épais qu'on hésite à les attribuer à des récipients ainsi que des fragments de briques. Certes, le mobilier n'est pas exempt de "pollution" (quelques tessons modernes, des scories) liée à la proximité d'une ferme ; mais, par sa masse et son uniformité morphologique et technologique, il semble être redevable à un site de production.

95 - Saint-Étienne-des-Oullières : résultats des ramassages de surface au lieu-dit le Botheland (T10 - T11)

95 - Saint-Étienne-des-Oullières : résultats des ramassages de surface au lieu-dit le Botheland (T10 - T11)

533 - Parmi les zones d'épandages diffus dont l'interprétation archéologique reste en suspens, ont déjà été évoquées celles qui se situent au Trève (T5, T6, T30, T31), ainsi que celles qui encadrent les ateliers de Marsangues (T12, Τ13, T20 à 22). Pour être complet, il faut encore mentionner T2, situé près d'une grosse et ancienne exploitation qui pourrait prendre la suite d'une maison forte (fig. 96). A Blaceret, la petite surface concernée par T9 reste encore inexpliquée (fig. 91). Dans les deux cas une petite proportion de mobilier moderne est mêlée aux tessons médiévaux.

96 - Saint-Étienne-des-Oullières : résultats des ramassages de surface au lieu-dit les Grollières (T2)

96 - Saint-Étienne-des-Oullières : résultats des ramassages de surface au lieu-dit les Grollières (T2)

54Les prospections de surface, accompagnées de ramassages systématiques, offrent donc un bilan très positif pour l'ensemble du territoire étudié. Les vestiges repérés en surface et cartographiés permettent une première approche des structures artisanales enfouies. La quantité de mobilier collecté, l'ampleur des surfaces concernées par les épandages laissent présumer que l'on a affaire à un phénomène de longue durée. L'analyse typologique des échantillons apporte de bons repères chronologiques (cf. infra).

55Dès cette étape, plusieurs sites ou groupes de sites se détachent et paraissent particulièrement probants : T2', T6', T7' et Τ13' à Corcelles-en-Beaujolais, le vaste ensemble de Marsangues à la frontière de Blacé et de Saint-Georges-de-Reneins (T14 à T29), ainsi que T3, Τ10 et Τ11 à Saint-Étienne-des-Oullières. Mais d'autres zones, apparemment moins riches, pourraient également correspondre à des lieux de production, telles T5' et Τ15' - Τ16' et Τ17' à Corcelles-en-Beaujolais, ou bien T1 et T8 à Saint-Etienne-des-Oullières.

56Les prospections géophysiques avaient pour but de fournir des critères d'interprétation complémentaires. On jugera ci-dessous à quel point les résultats des deux méthodes de prospection n'ont de sens qu'étroitement confrontés les uns aux autres.

57E. F.-B.

Les prospections géophysiques

58Le choix d'implantation des prospections géophysiques répondait à plusieurs préoccupations, outre bien sûr celle d'explorer les zones les plus riches en vestiges de surface :

  • recueillir des informations dans les deux secteurs étudiés (groupe de Corcelles-en-Beaujolais et groupe de Saint-Étienne-des-Oullières),

  • privilégier les occasions de travail extensif afin de mieux délimiter les sites,

  • sélectionner divers cas de figure (sites isolés ou proches d'habitats, sites étendus ou circonscrits, sites appartenant a priori à différentes phases chronologiques de l'activité artisanale, sites débordant manifestement sur des zones non prospectables à vue).

59Pour le groupe de Corcelles, ont été retenus les points de ramassage suivants : T2' (subdivisé en T2' a et T2' b), T6', (subdivisé en T6' a, T6' b et T6' t), T13' et T15'. Pour celui de Saint-Etienne, ont été retenus : T15, T17, T19, T23, T24, T26, T27, T28 et T29. Au total près de 50 000 m2 ont ainsi été prospectés, soit environ 15 % des surfaces livrant des indices de surface (fig. 83, 84).

60Sur la base des informations archéologiques, la prospection géophysique pouvait s'implanter au mieux, sans risque de dispersion, avec pour objectif premier la délimitation précise de chacune des zones d'épandages. Celles-ci sont interprétées comme l'extension maximum de chaque atelier supposé. Au vu des résultats, il est permis dans un second temps, lorsque les contrastes sont suffisants, de tenter une interprétation des points forts ; ces derniers pouvant, dans le meilleur des cas, traduire la présence de structures liées à la production de céramique, et d'une manière générale, des secteurs de plus forte accumulation de terres cuites et chauffées dans le sous-sol proche.

61Toutes les parcelles prospectées, sans exception, sont plantées en vigne ; toutes sauf Τ15' à Corcelles, sont tendues de fils de fer. De ce fait toutes les méthodes, en principe adaptées à la reconnaissance de structures de combustion, deviennent inopérantes parce que perturbées. Une seule formule permet de s'affranchir - en partie seulement - de cette contrainte : l'utilisation d'un appareillage électromagnétique peu sensible (EM15) ; cela n'est pas, bien sûr, sans impact sur la pertinence de l'exploration. En effet, la profondeur d'investigation du EM15 est d'environ 45 cm. La mesure qu'il détermine est celle de la susceptibilité magnétique du sol, plus que celle des structures elles-mêmes. Son application à la prospection des ateliers de terre cuite se fonde sur les principes suivants : les terres et sols proches des fours ont été affectés par l'activité de chauffe et ont donc subi une augmentation de leur susceptibilité magnétique naturelle ; l'aire de travail était probablement encombrée de déchets de céramique et parsemée de structures annexes (dépotoirs notamment) ; enfin les destructions répétées (travaux agricoles surtout) ont remonté et mêlé une partie de ces matériaux dans les couches superficielles. Compte tenu de toutes ces caractéristiques, il est, dans une grande majorité des cas, inutile de procéder avec un échantillonnage fin ; la maille de 5 m est la plus compatible avec les possibilités de l'appareil ; c'est en effet l'instrument de zonage par excellence (fig. 97).

97 - Prospections électromagnétiques à Corcelles-en-Beaujolais, lieu-dit les Marquisats (T2') : manipulation de l'appareil de mesures EM15

97 - Prospections électromagnétiques à Corcelles-en-Beaujolais, lieu-dit les Marquisats (T2') : manipulation de l'appareil de mesures EM15

62Or, dans les cas qui nous occupent, la forte proportion de sable dans le sol constitue un nouvel obstacle qui, pour être surmonté, à l'inverse du précédent (fils de fer), réclame des instruments de mesure de grande sensibilité. Le sable, en effet, a naturellement une susceptibilité magnétique nulle ou très faible qui, par conséquent, n'augmente pratiquement pas lorsque les matériaux sont chauffés. Seule la part d'argile composant ces sols et l'argile dont sont constituées la céramique et les structures elles-mêmes possèdent une susceptibilité magnétique accrue et mesurable ; pour le EM15, la masse de matériaux dotés de cette propriété physique est alors insuffisante. On peut donc considérer que les couches superficielles et celles englobant les structures sont en quelque sorte, presque "transparentes" pour les mesures.

  • 12 Des mesures faites sur des échantillons de terre de surface prélevés sur certaines parcelles prospe (...)

63Pourtant, l'existence de certains indices matériels au sol laisse peu de doute sur le fait qu'il y a eu activité de production de céramique. Le peu de réponses obtenues en prospection électromagnétique pourrait être interprété comme la preuve d'un arasement important des structures des sites ; ou de leur petite taille et de leur précarité. Quel que soit le degré de restriction, ceci limite les masses de matériaux mesurables12.

64Enfin, il faut insister sur le fait que, dans une situation comme celle-ci, la profondeur d'investigation est strictement limitée à 45 cm ; il est exclu qu'une structure plus profonde puisse être repérée. A chaque fois que sera évoquée l'éventualité d'une détection de structure ce sera dans ce contexte là ; ce qui signifie que, si le recouvrement est en réalité plus important, l'interprétation sera faussée. Il faut en permanence garder cette éventualité présente à l'esprit.

  • 13 Principe de lecture des cartes en densité de gris : ces cartes ne sont qu'une variante de représent (...)

65Sur de nombreuses cartes, la dynamique des mesures est donc très faible. Ne pouvant a priori la négliger, les cartes la décrivent dans toute la gamme des valeurs ; il faut donc se référer à l'échelle des valeurs pour relativiser l'importance des maxima13. De toute évidence, certaines variations de faible amplitude, sans forme ni organisation, doivent correspondre à l'hétérogénéité de la susceptibilité magnétique superficielle.

66Il est clair que, parmi toutes les zones prospectées, une seule (T6') a réellement donné lieu à une carte probante par sa cohérence et non suspecte d'influences parasites (métalliques : fils de fer, déchets superficiels etc.). Il se trouve qu'elle se distingue par sa situation topographique et la nature de son sol ; actuellement cette caractéristique est le seul argument solide qui nous autorise à transgresser la simple évidence des résultats géophysiques et à ne pas considérer comme rédhibitoire l'apparente contradiction entre indices de surface et mesures de susceptibilité du sous-sol proche.

Corcelles-en-Beaujolais

67T6' : les Serves (fig. 86 et 98)
Par commodité, la zone a été subdivisée en trois parties :
T6' a : Parcelles : AB 173 (vigne et chemin) surface : 75 m x 95 m, grille : 5 m x 5 m
T6' b : Parcelles AB 140 à 142 (vigne) surface : 75 m x 75 m, grille : 5 m x 5 m
T6' t : Parcelles : AB 175 - 176 surface : 50 m x 50 m, grille : 5 m x 5 m

68Il faut insister sur le fait que la zone prospectée se trouve sur le sommet d'une butte et que la parcelle T6 b, au nord, se situe dans la pente. La parcelle obtenue est tout à fait remarquable tant au niveau de l'information générale (limites du site) que de la description de détail. Seule incertitude : la carte est incomplète au sud-ouest ; le site de toute évidence se poursuit au-delà des limites de la zone prospectée. Ce secteur mérite donc une description détaillée.

98 - Corcelles-en-Beaujolais, les Serves : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T6'

98 - Corcelles-en-Beaujolais, les Serves : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T6'

(T6' a, T6' b, T6' t), 1/1500e

69L'information principale est donnée par les niveaux moyens (gris) qui dessinent une vaste anomalie située pour l'essentiel dans la parcelle T6 a. Les niveaux gris pâle et blancs montrent à l'ouest et au nord, ponctuée encore de quelques hausses très isolées, très "effilochées", la limite extrême de la zone sensible.

70La caractéristique première de ces niveaux intermédiaires, au nord surtout, est une nette tendance à l'orthogonalité que l'on retrouvera au niveau supérieur. Dans la partie méridionale de la carte, l'ensemble se désaxe vers l'ouest. Cependant, l'intérêt présenté par cette organisation orthogonale et son orientation doit être relativisé ; on peut, en effet, suspecter ce qu'il est convenu d'appeler l'effet de profil (tendance qu'ont les anomalies à s'organiser dans le sens des profils et perpendiculairement à eux) accentué par la maille large employée. Cet effet parasite ne peut pourtant à lui tout seul être à l'origine d'un tel agencement. Cette nappe de valeurs moyennes traduit vraisemblablement une présence importante de matériaux liés à l'activité de cuisson, répandus dans le sous-sol proche.

71Le niveau -28,90, lui-même organisé en nappe de forte tendance quadrangulaire, au nord surtout, donne à la zone sensible sa configuration la plus précise. Là encore, il ne peut s'agir que de la réponse due à une masse toujours plus importante de terres chauffées et de terres cuites, peut-être à la proximité de structures de chauffe ou annexes. La forme précise du dessin de ce niveau de susceptibilité magnétique ne peut cependant être fortuite ; témoigne-t-elle directement de la manière dont s'organise l'atelier ? L'ordonnance des principaux points forts ne contredit en rien cette impression.

72Pour faciliter la lecture de détail, les principales anomalies de très forte susceptibilité magnétique sont baptisées d'une lettre. A ce stade de l'interprétation, et du fait de la méthode employée, on en est réduit aux hypothèses ; cependant la présomption peut être plus ou moins grande. Rappelons que le EM15, ne révèle que des masses de matériaux dont la susceptibilité magnétique peut être très forte, comme dans le cas de A, B, C, D et F, mais ne permet en aucun cas de distinguer entre une simple accumulation et une structure ; les suppositions reposent donc sur certains particularismes : formes, organisation, etc. .

73C'est dans cet esprit qu'il faut noter l'absence de dispersion, le caractère particulièrement ordonné de la répartition de ces anomalies de très fortes valeurs qui sont par ailleurs, pour la plupart, reliées entre elles par un niveau de très fortes valeurs (niveau -25,40 en lecture). Ce système de liaison a toute son importance ; l'aspect linéaire, étroit de l'anomalie qu'il compose n'est peut-être pas sans rapport avec un type d'organisation. Signalons enfin, à propos de ce niveau, qu'il opère une sélection entre les points forts de la carte, créant ainsi, au moins, deux entités principales : l'une regroupant A, B, C, D et E, l'autre malheureusement incomplète, occupée par F.

74Le groupe constitué de A, B, C et D est remarquablement structuré ; il forme, articulé autour d'un noyau de plus faibles valeurs, un quadrilatère dont chaque angle est marqué par une anomalie de très forte susceptibilité magnétique. Ce dernier est encore prolongé par l'anomalie Ε qui se distingue cependant par une valeur un peu moins forte. En revanche, au sud-est, la susceptibilité magnétique décroît et toute la zone sensible se désaxe vers le sud-ouest.

75Nous noterons la présence périphérique de l'anomalie G ; sa susceptibilité magnétique moindre et sa position quelque peu marginale suggèrent peut-être une activité annexe, un statut particulier.

76L'anomalie F inaugure une seconde zone de très forte susceptibilité magnétique ; la surface occupée par les très fortes valeurs est particulièrement importante et homogène ce qui n'était pas le cas précédemment. Il y a pourtant lieu d'émettre quelques réserves : toute la bordure de la carte correspond à la limite de la vigne constituée par un fossé ; cette zone était particulièrement sale (déchets métalliques, fils de fer...). Il est possible que certains aient échappé à l'attention ; à l'appui de ces craintes, on constate la non-concordance des informations entre T6 a et T6 t. Ceci ne semble pas, cependant, remettre en cause totalement la crédibilité de F ; sa partie sud/sud-est notamment est, a priori, tout à fait fiable.

77L'ouest de la carte, correspondant à la parcelle T6 t, ne montre plus qu'une susceptibilité magnétique atténuée, un morcellement d'anomalies de petites dimensions inscrit dans une traînée (est-ouest) de valeurs très moyennes (niveaux gris clair). Cet effritement de la susceptibilité magnétique, l'apparition d'anomalies quasi résiduelles indiquent que nous sommes vraisemblablement sortis de ce qui pourrait être la zone de production. Au nord, la limite est franche (niveaux blancs) et, malgré le hiatus entre les deux cartes, se retrouve sans ambiguïté en T6 b.

78T7' : Chassagne nord (fig. 86 et 99)
Parcelles : AE 19-20
surface : 35 m x 35 m, grille : 3 m x 3 m

79Ces parcelles de vigne sont caractérisées, en zone médiane, par de très fortes concentrations de matériel céramique ; ces concentrations disparaissent assez rapidement à l'ouest et au sud. Au nord, la parcelle est bordée par un bosquet improspectable, à l'est par une zone de friches.

80D'une manière générale, surtout si on se réfère aux réponses obtenues sur le site précédent, la susceptibilité magnétique mesurée en T7' est particulièrement faible. Il serait utile, à ce propos, de pouvoir déterminer la proportion de matériaux sableux présents dans le sous-sol proche, sachant qu'une faible teneur en argile peut être défavorable à la prospection électromagnétique (cf. supra).

99 - Corcelles-en-Beaujolais, Chassagne nord : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T7', 1/1000e

99 - Corcelles-en-Beaujolais, Chassagne nord : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T7', 1/1000e

81Dans le cas qui nous occupe, la tendance est en effet la suivante : susceptibilité magnétique très atténuée (extrêmement peu de très fortes et fortes valeurs). Beaucoup d'anomalies très localisées (anomalies "pastilles"), d'ordinaire identifiées comme des réponses dues à la présence de déchets métalliques ; des zones (nappes) de valeurs moyennes très maigres et disloquées. Plusieurs explications sont possibles : proportion trop importante de matériaux sableux (la réponse de l'appareil ne se produit qu'à l'aplomb des secteurs de plus grande accumulation de matériaux, voire de structures). Dans ce cas toute hausse de la susceptibilité magnétique, si légère soit-elle, doit retenir l'attention. Autres hypothèses : l'atelier est un petit centre de production ; il est détruit ; il est trop profondément enfoui. Ces raisons peuvent bien sûr se cumuler, c'est même le plus probable.

82L'analyse de la carte montre l'existence de deux secteurs sensibles :

83- au nord-est de la parcelle, cinq anomalies "pastilles" (elles n'ont, chacune, à leur origine pas plus de deux ou trois mesures) ; quatre d'entre elles ne sont constituées que de très moyennes et moyennes valeurs de susceptibilité magnétique. On ne peut exclure qu'elles ne soient que la réponse due au matériel existant en surface. Si cela était le cas, nous pouvons être certains qu'elles ne pourraient masquer par leur présence (beaucoup trop ténue) la réponse due à une éventuelle structure souterraine. Nous restons en présence de deux solutions (il y a toujours le risque de "parasitage métallique") : la mesure est celle du matériel, visible au sol ; la mesure est celle, très atténuée, d'une structure enfouie (vraisemblablement d'importance moyenne, type dépotoir, etc.). Une seule de ces cinq anomalies montre une forte susceptibilité magnétique (noir). Succède à ce secteur, une zone de très faible susceptibilité magnétique bien circonscrite et de tendance nettement orthogonale ; cette tendance doit être pour une bonne part due à l'effet de profil. Il se peut qu'elle ait néanmoins une certaine réalité, ce qui, ajouté à l'incontestable absence de susceptibilité, à cet effet de "trou" et au fait que ce dernier s'interpose entre deux zones sensibles, suggère que cette anomalie pourrait traduire, dans le cas d'un atelier, un aspect de l'utilisation de l'espace, du fonctionnement et de l'organisation du site.

84- au sud-ouest, la seconde zone sensible est fort différente de la précédente pour deux raisons : d'une part, elle correspond à un secteur de fortes concentrations de matériel en surface, d'autre part elle se compose d'anomalies en nappe, donc occupe un espace plus important. Elle a cependant en commun avec le secteur oriental, une susceptibilité magnétique presque essentiellement moyenne. Cet aspect plus étale (même si les dimensions sont très modestes) pris par ces anomalies, l'absence, au sein de celles-ci, de noyaux de fortes valeurs, plaident en faveur de l'existence de simples épandages ; rien, en effet, ne permet d'aller plus loin dans l'interprétation.

85Enfin, toute la bordure nord de la carte est barrée par une zone de très faibles (blanches) valeurs (dont la forme est certainement affectée en partie par l'effet de profil). Cette limite du site est également nette à l'est. L'incertitude demeure quant aux limites ouest/sud-ouest.

86Une constatation s'impose : il y a peu de correspondance entre la réalité visible en surface (T7' offre un des taux de concentration du mobilier parmi les plus élevés rencontrés) et l'information géophysique. A certains égards, les résultats sont paradoxaux, mais non dépourvus d'intérêt. Si globalement la susceptibilité magnétique est faible, les anomalies les plus marquées à l'est de la parcelle ne correspondent pas au secteur où les épandages de surface sont les plus riches (à l'ouest de la parcelle). On pourrait alors supposer que les concentrations des vestiges de surface sont susceptibles d'indiquer les zones où les structures archéologiques enfouies sont les plus remaniées. A cette étape, seuls des sondages archéologiques permettraient d'établir un lien réel entre les deux méthodes de prospection. En tout état de cause, l'interprétation du site de Chassagne nord comme officine de potier ne fait guère de doute.

87T2' : les Marquisats (fig. 85 et 100)
La zone a été subdivisée en deux parties :
- T2' a : Parcelle : AK 110 (vigne) surface : 50 m x 75 m, grille : 5 m x 5 m
- T2' b : Parcelles : AK 109 (prairie) surface : 30 m x 30 m, grille : 3 m x 3 m

88La carte présente sensiblement les mêmes caractéristiques que la précédente ; le même raisonnement peut lui être appliqué.

100 - Corcelles-en-Beaujolais, les Marquisats : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l’ensemble T2' (T2' a, T2' b), 1/1000e

100 - Corcelles-en-Beaujolais, les Marquisats : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l’ensemble T2' (T2' a, T2' b), 1/1000e

89On distingue deux anomalies, au centre et centre-ouest de la parcelle T2' a : très localisées, essentiellement composées de valeurs moyennes, elles ne correspondent pas à des zones de forte concentration de matériel. Ce qui paradoxalement (cf. supra) renforce leur crédibilité. Notons qu'elles s'inscrivent chacune dans une nappe de valeurs considérées ici comme faibles (gris clair et blanc), que la nappe centrale met en relation son noyau de susceptibilité magnétique avec l'anomalie de fortes valeurs située en bordure nord de la carte. Cette anomalie peut être associée à la tache cendreuse visible au sol (anomalie largement amplifiée, comme sur tout le bord nord de la carte, par la présence de la clôture). Si, pour les raisons déjà exposées plus haut, on reçoit l'idée que la susceptibilité magnétique est globalement atténuée, ces nappes de niveaux gris pourraient, sans incohérence, jouer le rôle des niveaux de susceptibilité moyenne observés en T6'. Elles sont bien circonscrites et leurs dimensions sont incompatibles avec celles d'épandages ; les deux anomalies qu'elles révèlent acquièrent, dans ce cas, une consistance plus conforme aux vestiges recherchés.

90La moitié nord-ouest de la bordure nord de la parcelle T2' a est occupée par des anomalies de forte et très forte susceptibilité magnétique. Ce phénomène n'étant pas constant jusqu'à l'est, on ne peut incriminer complètement l'effet de la clôture, bien que celui-ci ait une incidence certaine sur la hausse des valeurs. Il ne faut donc pas négliger ce secteur. Dans ce contexte perturbé, l'interprétation est impuissante ; seul un sondage pourra vérifier l'authenticité de l'information.

91La difficulté est la même pour la parcelle T2' b, puisque les rares anomalies de forte susceptibilité magnétique se trouvent en bordure de clôture. Il convient toutefois de noter que l'anomalie (rouge) située en limite sud-ouest de cette parcelle prolonge l'anomalie apparue de l'autre côté, à proximité de la tache cendreuse.

92Les résultats obtenus aux Marquisats sont donc intéressants et corroborent en partie ceux des prospections de surface. Ils concourent à désigner ce site comme un lieu de production.

93T13' : Chantemerle (fig. 87 et 101)
Parcelles : AD 237 (vigne)
surface : 45 m x 50 m, grille : 5 m x 5 m

101 - Corcelles-en-Beaujolais, Chantemerle : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T13', 1/1000e

101 - Corcelles-en-Beaujolais, Chantemerle : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T13', 1/1000e

94La susceptibilité magnétique est globalement faible et les valeurs en lecture ne progressent que de - 70 à - 60.

95Toutefois, le niveau - 67,1 (troisième gris) développe un système d'anomalies linéaires orientées à 45° par rapport aux bords de la carte (on ne peut donc les suspecter d'être affectées par l'effet parasite de profil). Si l'on fait provisoirement abstraction de la très faible susceptibilité magnétique, cette organisation (sorte de maillage nettement orthogonal) peut susciter l'intérêt. Le niveau - 62,9 dessine quelques anomalies (une notamment sur les profils 25/30) de taille déjà conséquente (3 à 4 mesures).

96T15' : Champ des Croix (fig. 88 et 102)
Parcelles : AB 230 à 232 (vigne)
surface : 40 m x 50 m, grille : 5 m x 5 m

97Ce site s'apparente au précédent : même faiblesse de la progression des valeurs. Le fait que cette vigne ne soit pas tendue de fils de fer ne semble pas avoir d'incidence. On peut noter l'existence de trois anomalies lisibles à partir du troisième niveau de gris (- 67,1 en lecture).

102 - Corcelles-en-Beaujolais, Champ des Croix : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T15', 1/1000e

102 - Corcelles-en-Beaujolais, Champ des Croix : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T15', 1/1000e

Blacé et Saint-Georges-de-Reneins

98T15- T17 : Marsangues (fig. 91 et 103)
Parcelles : Ν 336 à 339 (vigne et chemin)
surface : 55 m x 105 m, grille : 5 m x 5 m

99Dans ce cas, la dynamique est un peu plus grande que dans les deux exemples précédents ; de - 70 à - 50. Deux secteurs sont distingués.

100Au sud-est, un système d'anomalies en "écharpe" ponctuées de quelques points forts, dont un, formé d'au moins trois mesures (niveau noir > à - 50) doit retenir l'attention. On fera des réserves à propos des plus fortes valeurs situées en bordure de route (au sud) ou proches de la ferme (bord sud-est). Ces endroits sont en effet toujours plus "sales" ou affectés par des installations modernes.

101La moitié ouest de la carte se caractérise par une nappe de valeurs intermédiaires (troisième niveau de gris - 60,7) assez homogène dans la partie centrale, ayant tendance à se désagréger à l'ouest (T15'), mais surtout nettement délimitée à l'est par de plus faibles valeurs. Cette frontière pose problème dans la mesure où elle s'organise dans l'axe des profils et qu'elle semble correspondre à une limite entre deux vignes, celle de l'est (vieille vigne) n'étant plus tendue de fils de fer. L'espace intérieur est marqué par quelques anomalies de plus forte valeur (niveau - 54,3), malheureusement affectées par l'effet de profil. Nous n'accorderons que peu de crédit aux fortes valeurs constituant la bordure ouest de la carte (probable effet de bord).

103 - Saint-Georges-de-Reneins, Marsangues : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T15 - T17,1/1500e

103 - Saint-Georges-de-Reneins, Marsangues : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T15 - T17,1/1500e

102L'analyse de cet ensemble est assez typique des incertitudes qui paralysent l'interprétation. Quoi qu'il en soit, on ne peut négliger ces quelques relatifs points forts et l'éventualité qu'ils puissent signaler la présence de structures ou de zones liées à l'atelier de production de céramique est à retenir.

103T26 - T27 : Marsangues (fig. 91 et 104)
Parcelles : Ο 56 à 58
surface : 45 m x 67 m (T26) - 35 m x 45 m (T27)
grille : 5 m x 5 m

104 - Saint-Georges-de-Reneins, Marsangues : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T26 - T27, 1/1000e

104 - Saint-Georges-de-Reneins, Marsangues : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T26 - T27, 1/1000e

104En T27 les valeurs en lecture se situent entre - 70 et - 55. Dans leur grande majorité, les mesures sont inférieures à - 65,7. Le troisième niveau de gris (autour de - 62,5) dessine des anomalies linéaires, très étroites, "effilochées", dont les extrémités sont souvent marquées par une anomalie de plus forte susceptibilité magnétique, très localisée (une seule mesure). Hétérogénéité ou accidents de surface ? L'hypothèse, décrite ci-dessus, qui veut qu'en l'absence d'une réponse significative du sol les mesures n'extraient qu'un "squelette" du site tel qu'il est conservé, peut s'appliquer à cette image.

105La parcelle T26 ne se différencie de la précédente que par un aspect plus "empâté" des formes prises par le troisième niveau de gris.

106Le plus gênant dans le cas de ces deux cartes, c'est l'absence de limites. On a l'impression que ces anomalies peuvent se répéter à l'infini bien au-delà des frontières de la carte, alors que la zone d'épandage de matériel semble, au contraire, bien circonscrite.

107T19 : Marsangues (fig. 91 et 105)
Parcelles : Ν 326, 328
surface : 75 m x 80 m, grille : 5 m x 5 m

105 - Saint-Georges-de-Reneins, Marsangues : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T19 1/1000e

105 - Saint-Georges-de-Reneins, Marsangues : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T19 1/1000e

108De très fortes valeurs (valeurs positives) ont été rencontrées dans ces parcelles. Elles se concentrent en bordure sud-ouest de la zone prospectée. Notons l'existence d'une extension en "coude" soulignée par le troisième niveau de gris (- 57,1), et de trois petites anomalies isolées, au sud-est.

109On ne peut malheureusement accorder qu'un crédit limité à cette anomalie de très fortes valeurs : sa situation à l'angle de la vigne, en bordure à la fois de route, de chemin et d'habitation (avec présence d'un poteau) permet d'imaginer toutes sortes de perturbations possibles. Quelques sondages à la tarière seraient peut-être le moyen, simple et suffisant, de contrôler la réalité de cette anomalie.

110T23 - T24 : Marsangues (fig. 91 et 106)
Parcelles : Ο 81 à 84 (vigne et chemin)
surface : 30 m x 95 m (T23) - 30 m x 70 m (T24), grille : 5 m x 5 m

106 - Saint-Georges-de-Reneins, Marsangues : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T23 - T24, 1/1000e

106 - Saint-Georges-de-Reneins, Marsangues : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T23 - T24, 1/1000e

111C'est l'une des cartes les plus intéressantes. Dans ces parcelles, la mesure progresse de - 70 à - 40 (niveaux blancs : - 70 à - 68). En effet, la réponse du sol est en moyenne plus forte : les trois derniers niveaux de gris correspondent à des valeurs (- 48 à - 40) que les précédentes cartes ne connaissent pas. Elle permet la mise en valeur de nappes, assez homogènes, dont la susceptibilité magnétique décroît régulièrement du sud au nord ; la nature du sol ne semble pas différente de celle des autres parcelles. Si cela se confirmait, nous pourrions conclure à la présence dans le sol de masses particulièrement importantes de matériaux liés à l'activité de la cuisson.

112La zone sensible se situe au sud et semble se développer nord-est/sud-ouest avec une extension linéaire vers le nord-ouest. Le cinquième niveau de gris (environ - 50) qui la souligne, voit sa continuité rompue par la frontière (chemin) entre les deux cartes ; l'orientation des deux vignes, donc des profils, n'étant pas la même, l'interpolation des mesures, lors du traitement, s'avérait impossible.

113La parcelle T23 se caractérise par un étalement des fortes valeurs (épandage ?) alors que la parcelle T24 les concentre autour d'un point fort (structure ?).

114T29 : Blaceret (fig. 91 et 107)
Parcelles : Ν 356 (vigne)
surface : 55 m x 65 m, grille : 5 m x 5 m

107 - Blacé, Blaceret : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T29, 1/1000e

107 - Blacé, Blaceret : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T29, 1/1000e

115C'est certainement la carte qui présente le plus d'intérêt pour le secteur de Blaceret. Les valeurs s'échelonnent entre - 70 et - 40 (niveau blanc - 70). La susceptibilité magnétique augmente progressivement par nappes successives du nord au sud (exactement au sud-est). Les limites ne sont réellement atteintes ni à l'ouest ni à l'est (chemin). A l'intérieur de la nappe de susceptibilité magnétique décrite par le sixième niveau de gris (-48,6) il faut distinguer une large anomalie (noire) de plus fortes valeurs (- 40 et plus), véritable épicentre, et, se développant à partir de celui-ci, un niveau de forte susceptibilité (environ - 45. septième niveau de gris) sous forme d'anomalies découpées (extensions en "écharpe" vers le nord, le nord-ouest, le sud), puis en nappes homogènes (au sud-ouest). Notons enfin l'existence de deux anomalies de forte valeur (noir), très localisées (1 mesure chacune), mais qui, dans ce contexte, doivent retenir l'attention.

116T28 : Blaceret (fig. 91 et 108)
Parcelles : Ν 347-347 a (vigne et chemin)
surface : 75 m x 80 m, grille : 5 m x 5 m

108 - Blacé, Blaceret : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T28, 1/1000e

108 - Blacé, Blaceret : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T28, 1/1000e

117Cette parcelle est contiguë, au sud, à la précédente et semble indiquer la fin de la zone de fortes valeurs : on ne retrouve en effet rien de semblable à ce qui existe en T29.

118Le fond de la carte est constitué d'une nappe très hétérogène de valeurs moyennes (guère plus de - 55). Les fortes valeurs se concentrent sur la bordure (échancrée) au nord-est. Dans la logique de l'ensemble T29/T28, elles paraissent décrire l'extrémité sud de ce que nous pourrions interpréter comme étant, soit le site de production lui-même, soit un secteur particulier de ce dernier (une zone de dépotoir ou de concentration de structures), soit simplement la partie la mieux conservée de l'atelier. Ces fortes valeurs peuvent aussi n'être que l'image des perturbations de surface des abords de la ferme.

119Notons l'existence, plus au sud d'une anomalie linéaire (cinquième niveau de gris), en forme de « L » inversé, ponctuée de trois petites anomalies d'un peu plus forte susceptibilité, à l'est d'une zone de fortes valeurs, perpendiculaire aux profils : ce sont là les seuls points remarquables de la carte.

120Il y a de fortes probabilités pour que la nette différence existant entre ces deux zones traduise une réalité archéologique ; mais il peut, avant tout, s'agir d'une image de ce qui est conservé de l'atelier, plutôt que d'une description de son organisation véritable. En ce sens la parcelle T28, malgré l'aspect peu cohérent de sa carte de susceptibilité magnétique, ne doit pas être négligée.

121G. D.

Un riche patrimoine artisanal

122L'ensemble des investigations de terrain conduites en Beaujolais autorise une première approche de la répartition des lieux de production sur quelques communes. On possède désormais une cartographie raisonnée, aussi exhaustive que possible, base indispensable à une enquête de terrain plus poussée.

123Le tableau, page suivante, (tableau 4), concentre les informations recueillies sur les sites concernés par l'artisanat céramique : vestiges de surface et données géophysiques. Tous les sites qui n'ont livré d'autres indices que des épandages de tessons plus ou moins diffus n'ont pas été retenus à cette étape de la recherche.

Tableau 4. Confrontation des données archéologiques et géophysiques recueillies sur les principaux sites de production céramique

Tableau 4. Confrontation des données archéologiques et géophysiques recueillies sur les principaux sites de production céramique

Les chiffres entre parenthèses renvoient au taux de densité des tessons au sol : tableaux 2 et 3

124Dans plusieurs cas, le croisement des informations confirme les convictions acquises lors des prospections terrestres. Il s'agit des sites de T6' (les Serves) à Corcelles-en-Beaujolais, ainsi que de T19, T23 - T24, et T29 au hameau de Marsangues. Les parcelles correspondantes recèlent très probablement les vestiges des ateliers et plus précisément des fours eux-mêmes. Parfois le croisement des informations n'est pas possible, faute de prospections géophysiques, mais de forts indices de surface conduisent à établir le lien avec l'artisanat de la terre cuite. Il en est ainsi de T1 et T10 - T11 à Saint-Étienne-des-Oullières d'une part, et de Τ14, Τ16, Τ18 et T25 au hameau de Marsangues (Saint-Georges-de-Reneins), d'autre part.

125Enfin, plusieurs cas montrent une relative contradiction entre les résultats des deux types de prospection. On a vu plus haut que bien des causes, internes ou externes, pouvaient être évoquées et qu'aucun cas n'était véritablement rédhibitoire. Les sites T13' et Τ15' - 16' à Corcelles-en-Beaujolais, exemplaires à cet égard, sont cependant retenus à titre d'hypothèse parmi la liste des lieux de production. Seuls des sondages pourraient lever les incertitudes. Quant à T2' et T7', toujours à Corcelles-en-Beaujolais, l'accumulation des traces archéologiques et des données géophysiques, certes mitigées, plaident en faveur de zones de production.

126Le raisonnement est différent à propos de plusieurs parcelles sises à Marsangues que l'on a tout lieu de considérer comme un regroupement d'officines. Si l'ensemble du secteur présente des vestiges de surface particulièrement éloquents, les valeurs géophysiques sont plus irrégulières comme en Τ15, T17, T26 et T27. Mais peut-être fournissent-elles, par la négative, des informations sur la topographie des ateliers, départissant les aires de cuisson, par exemple, des autres zones de travail comportant des vestiges de moindre susceptibilité magnétique. La démonstration de cette hypothèse est quasi évidente dans les résultats obtenus en T28 et T29, zones aussi riches l'une que l'autre en vestiges de surface. Prise isolément, la parcelle T28 n'aurait pas retenu l'attention du géophysicien. Mais associée à T29, au contraire très marquante, probable épicentre de la zone de production, elle apparaît comme le prolongement logique de l'organisation du ou des ateliers.

127On pourrait envisager d'étendre les prospections géophysiques à toutes les parcelles concernées par des ramassages de surface fructueux, pour vérifier la validité du raisonnement. En attendant, on tient pour le secteur de Marsangues une série de résultats particulièrement positifs. Pour les autres secteurs, les informations sont plus circonscrites et témoignent d'ateliers plus dispersés ou de moindre envergure, mais non moins avérés. Des quarante-trois zones de ramassage prises en compte au début de cette enquête, vingt-et-une offrent des critères suffisants pour étayer l'hypothèse d'une concentration d'ateliers de poterie dans ce secteur du Val de Saône durant le Moyen Âge.

128E. F.-B.

Production et chronologie des ateliers

129L'appréhension générale de la localisation des ateliers beaujolais ne peut être tentée sans aborder la question délicate de leur datation à partir du mobilier collecté.

130Un atout : l'échantillon disponible est important (près de 52 000 tessons) et autorise des observations d'ordre statistique, encore qu'il faille bien relativiser les choses ; moins du quart est identifiable, c'est-à-dire qu'il peut être rapporté à une forme ou partie de forme de récipient.

  • 14 En effet, la chrono-typologie établie pour les ateliers de Sevrey repose en grande partie sur l'étu (...)

131Une difficulté : le manque de collections de référence, mieux conservées, auxquelles raccorder la typologie élaborée14. Celle-ci garde donc une grande part d'hypothèse jusqu'à découvertes complémentaires, plus lisibles. Toutefois, en l'absence de critères de datation absolue (textes, archéométrie, par exemple), les propositions chronologiques s'appuient sur les comparaisons établies dans deux directions : d'une part avec le mobilier des sites "utilisateurs" fouillés ces dernières années dans la région, d'autre part avec les séries des sites "producteurs" de la région chalonnaise, en particulier Sevrey (Saône-et-Loire).

132L'intégralité du produit des ramassages de surface a été comptabilisée et étudiée. Mais l'analyse typologique s'appesantit, bien évidemment, sur les lots provenant des sites les plus probants. L'objectif est double : déterminer la date et la durée de l'activité des ateliers localisés, mais aussi établir leur chronologie relative et retracer, autant que faire se peut, l'évolution géographique des installations à l'intérieur des terroirs concernés.

Portrait de produits ordinaires

133Mais avant d'explorer les voies de la typo-chronologie, quelques remarques d'ordre général s'imposent. Les céramiques beaujolaises offrent en effet des caractéristiques communes qui, même considérées sur la longue durée, en font une production assez homogène. Il s'agit très généralement de poteries à pâte grossière, voire très grossière, criblée d'inclusions jusqu'à la surface des parois particulièrement rugueuses. Quelques cas exceptionnels de pâte fine, sonore, concernent de petites formes fermées. Une telle proportion d'inclusions rend les pâtes friables, à quoi il faut ajouter des conditions de cuisson apparemment assez irrégulières. Les pâtes grises prédominent dans l'ensemble. Quant aux pâtes claires, elles présentent une gamme variée de beiges, de brans et de rouges. La distinction entre les modes de cuisson, en atmosphère oxydante ou réductrice, n'est pas toujours aisée, ce qui suggère une certaine part de hasard et une maîtrise toute relative du degré et de l'atmosphère de cuisson. En témoignent également les pâtes dites "sandwich" (rouges à cœur, sombres en surface ou vice-versa) et les nuances de couleurs sur un même récipient.

134Le répertoire des formes est limité : vaisselle commune de cuisine, en particulier pots à cuire et marmites. Certains sites offrent également des formes basses et ouvertes qui fournissent quelques repères chronologiques (mortiers, jattes ou bassins). La facture laisse peu de place aux finitions et à la fantaisie : les "décors" sont rares et sommaires (grosses bandes rapportées digitées, bourrelets pincés, grosses cannelures verticales obtenues par lissage aux doigts ou cannelures horizontales obtenues au tournage). Les revêtements glaçurés sont exceptionnels et semblent réservés, très parcimonieusement (taches, coulures) à la partie supérieure des récipients. A noter que la glaçure concerne principalement des pâtes claires.

135La vaisselle des ateliers beaujolais ne brille donc ni par son aspect, ni par sa facture. On retire l'impression d'un travail hâtif, à partir de matériaux tout-venant. Il faut bien le reconnaître, les productions en question sont des plus ordinaires ce qui semble toutefois n'avoir nui ni à l'expansion commerciale des ateliers, ni à leur longévité.

Tableau 5. Corcelles-en-Beaujolais, Les Marquisats. T2'

Tableau 5. Corcelles-en-Beaujolais, Les Marquisats. T2'

Tableau 6. Corcelles-en-Beaujolais, Les Serves. T6'

Tableau 6. Corcelles-en-Beaujolais, Les Serves. T6'

Tableau 7. Corcelles-en-Beaujolais, Chassagne nord. T7

Tableau 7. Corcelles-en-Beaujolais, Chassagne nord. T7

Tableau 8. Corcelles-en-Beaujolais, Chassagne nord. T8'

Tableau 8. Corcelles-en-Beaujolais, Chassagne nord. T8'

Tableau 9. Corcelles-en-Beaujolais, Chassagne. T5'

Tableau 9. Corcelles-en-Beaujolais, Chassagne. T5'

Tableau 10. Corcelles-en-Beaujolais, Chantemerle. Τ13'

Tableau 10. Corcelles-en-Beaujolais, Chantemerle. Τ13'

Tableau 11. Corcelles-en-Beaujolais, Champ des Croix. T15'.16'

Tableau 11. Corcelles-en-Beaujolais, Champ des Croix. T15'.16'

Tableau 12. Corcelles-en-Beaujolais, Les Ayets. T17'

Tableau 12. Corcelles-en-Beaujolais, Les Ayets. T17'

Tableau 13. St-Etienne-les-Oullières, Botheland. Τ10

Tableau 13. St-Etienne-les-Oullières, Botheland. Τ10

Tableau 14. St-Etienne-les-Oullières, Botheland. Τ11

Tableau 14. St-Etienne-les-Oullières, Botheland. Τ11

Tableau 15. St-Etienne-des-Oullières. T1

Tableau 15. St-Etienne-des-Oullières. T1

Tableau 16. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T7

Tableau 16. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T7

Tableau 17. Blacé, Blaceret. T13

Tableau 17. Blacé, Blaceret. T13

Tableau 18. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. Τ14

Tableau 18. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. Τ14

Tableau 19. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T15

Tableau 19. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T15

Tableau 20. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T16

Tableau 20. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T16

Tableau 21. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T17

Tableau 21. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T17

Tableau 22. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T18

Tableau 22. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T18

Tableau 23. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. Τ19

Tableau 23. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. Τ19

Tableau 24. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T21.22

Tableau 24. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T21.22

Tableau 25. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T23

Tableau 25. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T23

Tableau 26. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T24

Tableau 26. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T24

Tableau 27. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T25

Tableau 27. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T25

Tableau 28. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T26

Tableau 28. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T26

Tableau 29. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T27

Tableau 29. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T27

Tableau 30. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T28

Tableau 30. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T28

Tableau 31. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T29

Tableau 31. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T29

136Compte tenu du volume de matériel à traiter, on a retenu essentiellement les caractères susceptibles de fournir des indices de datation (tableaux 5 à 31) :

  • mode de cuisson (oxydante ou réductrice). Le décompte est fait sur l'ensemble des tessons d'un lot,

  • proportion relative des formes fermées et des formes ouvertes ; le décompte est fait sur l'ensemble des formes de rebords identifiables.

  • parmi les rebords de formes fermées, deux types majeurs sont retenus : lèvre à évasement externe (avec ou sans gorge interne), lèvre en bandeau (tous types confondus), lèvre à profil rectangulaire (extrémité horizontale).

  • parmi les rebords de formes ouvertes, deux types sont retenus : rebord en marli ou rebord vertical subdivisé en gros (diamètre > 25 cm) ou petit gabarit (diamètre < 25 cm).

  • proportion relative des fonds plats et des fonds bombés ; il faut préciser que cette rubrique ne comporte que des chiffres minima, car l'estimation de la forme du fond à partir d'un tesson est particulièrement difficile pour ces céramiques grossières.

137S'ils n'apparaissent pas dans les graphiques, d'autres traits typologiques ont été consignés qui concourent à la définition des productions beaujolaises : ils seront indiqués au fil du texte (formes de lèvre particulières, présence d'éléments verseurs, de préhension, etc.).

138Enfin, les graphiques sont réservés aux lots les plus significatifs : ceux qui proviennent quasi-assurément de tessonniers d'ateliers. On a également présenté, à titre indicatif, quelques ensembles qui, s'ils ne localisent pas des ateliers, pourraient provenir des sites producteurs voisins.

Les ateliers de Corcelles-en-Beaujolais

139Les céramiques recueillies sur le territoire de Corcelles-en-Beaujolais se répartissent en deux ensembles typologiques.

140Le premier, le plus important, réunit les lots provenant des sites suivants :

141T2', les Marquisats, T7', T8', T5', Chassagne, T6', les Serves.

142Le deuxième ensemble réunit les lots provenant des sites suivants :

143T13', Chantemerle, T15' - 16', Champ des Croix, T17', les Ayets.

144- Le premier ensemble (tableaux 5 à 9, fig. 109, 110) se caractérise par une très forte proportion de pâtes sombres (nombreuses nuances de gris) allant de 85 à 100 %, selon les lots. On relève une écrasante majorité de formes fermées (de 95,7 à 100 %)

145L'examen des rebords indique qu'il s'agit essentiellement de pots à cuire (ouïes) à lèvre en bandeau (fig. 109 n° 19 à 28). Ce type de lèvre est partout majoritaire, tandis que les lèvres à évasement externe (avec face interne plus ou moins concave) atteignent 20 % maximum sur deux des sites (T6' et T7') (fig. 110 n° 1 à 5) ; elles sont quasi absentes en T2'. Un troisième type de lèvre est répertorié et est caractéristique de ce premier groupe d'ateliers : il s'agit des lèvres en amande (largement évasées vers l'extérieur en courbe continue). Ce type est particulièrement bien représenté en T6' et T7', alors qu'il l'est à peine en T2' (fig. 109 n° 32 à 34). Pour les formes fermées, les diamètres d'ouverture connus se répartissent entre 13 et 16 cm, ce qui place les productions beaujolaises dans la bonne moyenne des gabarits des poteries culinaires. Les fonds bombés (lenticulaires) prédominent partout, entre 87 et 92 %, sauf en T5 où ils avoisinent 60 % seulement.

146La présence dans ces lots de fragments d'anses rubanées (fig. 109 n° 14 à 17, fig. 110 n° 21 à 27) et de becs signale la fabrication de cruches. Celles-ci viennent loin en nombre derrière les pots à cuire, à en croire la faiblesse de l'échantillon d'anses et de becs collectés : on dénombre 143 fragments d'anses, 2 fragments de becs pontés, et 6 de becs pincés sur la totalité de ce groupe d'ateliers.

109 – Sélection des productions de Corcelles-en-Beaujolais

109 – Sélection des productions de Corcelles-en-Beaujolais

Les Marquisats et Chassagne nord

147Au hasard des ramassages, on relève quelques formes rares : quelques exemplaires de couvercles et un petit contingent de larges récipients bas, sortes de bassins à rebord droit plus ou moins évasé, dont l'extrémité présente un épaississement interne ou externe (fig. 110 n° 7 à 11). Dans un seul cas, la lèvre est nettement évasée (fig. 110 n° 14 et 30). Lorsque le diamètre de l'ouverture est connu, il dépasse les 30 cm.

110 - Sélection des productions de Corcelles-en-Beaujolais

110 - Sélection des productions de Corcelles-en-Beaujolais

Chassagne nord

148Le décor le plus fréquent (peut-on parler de décor ?) consiste en cannelures horizontales sur la partie haute des pots ou cruches (270 cas répertoriés en tout) ; Les autres décors sont rarissimes (quelques exemples de bandes appliquées digitées et une dizaine de motifs imprimés à la molette). Rapportée au nombre total de tessons de panses identifiables provenant des lots examinés (3 950), la pratique du décor paraît fort peu répandue. On ne saurait passer sous silence l'unique tesson recouvert d'une glaçure au plomb, transparente, non couvrante et appliquée sur pâte grise.

149Le portrait ainsi dressé évoque les poteries en usage dans la région durant les siècles qui encadrent l'An Mil. Pour compléter et nuancer leur étude, des rapprochements peuvent être établis avec une série de trois ensembles de céramiques géographiquement proches, numériquement importants, bien datés, étudiés récemment selon des méthodes communes et qui jalonnent la période dont il est question : Décines-Charpieu (Rhône), Charavines et Chirens (Isère). On a pu déterminer, grâce à des critères de datation absolue (monnaies, dendrochronologie) et par des comparaisons minutieuses entre les lots, que ceux-ci se placent respectivement à la fin du Xe s., au début du XIe s. et à la deuxième moitié du XIe s. Toutes les caractéristiques des vaisseliers de ces trois sites se retrouvent dans les productions de Corcelles-en-Beaujolais : uniformité des pots à cuire et cruches globulaires à fond lenticulaire et lèvre en bandeau ou évasée, décor sommaire et rare, glaçure balbutiante, etc. (Collardelle et Verdel 1993, pp. 189-203 ; Bouvier et alii 1993, pp. 251-257).

  • 15 On ne peut que regretter que le secteur beaujolais se situe en dehors de l'aire de diffusion des fa (...)

150Toutes les caractéristiques certes, mais pas exclusivement celles-ci ; le tableau mérite d'être nuancé pour Corcelles-en-Beaujolais. Les poteries des Marquisats (T2'), qui rentrent tout à fait dans les normes rencontrées à Décines par exemple (formes fermées quasi exclusives, très nette prédominance des rebords en bandeau), pourraient indiquer que le ou les ateliers de ce secteur ont fonctionné dès la fin du Xe s. et au XIe s. Mais, l'installation des autres ateliers du premier groupe de Corcelles-en-Beaujolais, aux Serves (T6') et à Chassagne (T7', T8', T5'), pourrait être plus précoce. Certains "archaïsmes" plaident en faveur de cette hypothèse : persistance d'une proportion notable de fonds plats (fig. 110 n° 29), présence de lèvres en amande en nombre non négligeable, mais aussi de quelques formes ouvertes notamment en T7'. Il est difficile d'avancer une date précise, mais on retiendra que ces traits morphologiques évoquent des vaisselles du haut Moyen Âge. A titre de comparaison rappelons que des fonds plats équipent tous les pots ovoïdes (devenus "urnes funéraires") de la nécropole de Saint-Laurent-de-Choulans à Lyon datés des VIe - VIIIe s. (Faure-Boucharlat et Reynaud 1986), que les lèvres en amande sont considérées comme héritières des formes de l'Antiquité tardive sur plusieurs sites de la vallée du Rhône (Faure-Boucharlat et alii 1980, p. 436). A contrario, on considère que c'est la disparition des formes ouvertes en terre cuite qui caractérise le vaisselier en usage au cours du Xe s.15.

151C'est en observant les rejets des ateliers du deuxième groupe de Corcelles-en-Beaujolais (T13', T15' - 16' et T17') que des arguments de chronologie relative se dégagent et permettent éventuellement de caler la production des différentes zones les unes par rapport aux autres. Il faut cependant bien garder à l'esprit la différence quantitative des échantillons observés.

152- Le deuxième ensemble des poteries produites à Corcelles-en-Beaujolais se distingue en effet assez clairement du précédent (tableaux 10 à 12 et fig. 111), sauf en ce qui concerne les techniques de fabrication : on retrouve partout le même type de pâtes sableuses et friables, la même irrégularité des teintes après cuisson, sans que se dégagent franchement des groupes technologiques. Tout au plus observe-t-on que le taux des poteries, cuites assurément en atmosphère réductrice, est assez constant d'un site à l'autre et globalement inférieur aux cas examinés précédemment (entre 80,8 % et 86,7 %).

111 – Sélection des productions de Corcelles-en-Beaujolais

111 – Sélection des productions de Corcelles-en-Beaujolais

Chantemerle et Champ des Croix

153Mais les constats les plus marquants sont surtout une forte proportion de formes ouvertes (atteignant 34,8 % en T17', par exemple), l'absence totale de rebords en bandeau sur les trois sites et la très nette prédominance, pour ne pas dire l'exclusivité des fonds plats. Certains exemplaires montrent des traces nettes de décollement à la ficelle (fig. 111 n° 15 à 17).

154Le catalogue des formes peut être en partie reconstitué : pots à fond plat et lèvre évasée (fig. 111 n° 2 à 6) (diamètre d'ouverture variant entre 11 et 20 cm) ; bols ou jattes à bords rentrant, caréné ou évasé (fig. 111 n° 12,13,18,19) ; récipients à rebord en bourrelet épais, plus ou moins travaillé, évoquant des mortiers (fig. 111 n° 8 à 11) ; tous ces récipients de formes basses sont dotés d'un fond plat et sont de taille très variable (diamètre connu entre 19 et 30 cm).

155Un tel répertoire, associé à certaines factures caractéristiques (lèvres en amande, bourrelets surépaissis des probables mortiers, épaisseur des fonds), évoque les céramiques en usage au début du Moyen Âge. Si l'on fait abstraction de la qualité très ordinaire des récipients fabriqués à Corcelles-en-Beaujolais, ceux-ci peuvent être comparés à des ensembles mobiliers relativement bien datés, en milieu rural, comme en milieu urbain. Les références concernent aussi bien la Bourgogne et l'aire alpine que le sud-est de la France, avec des nuances régionales bien sûr (Bourgogne médiévale 1987, pp. 131-137, 220-223 ; CATHMA 1986, pp. 42-49 ; Cattedu 1992 ; Haldimann 1994).

156Malgré tout, la datation des premières productions beaujolaises est bien périlleuse en raison de l'état fragmentaire de l'échantillon et surtout des lacunes qui subsistent dans l'appréciation du vaisselier des premiers siècles du Moyen Âge.

157Il ne semble pas que l'on puisse tirer argument des techniques de cuisson utilisées par les potiers : les pâtes claires restent majoritaires dans les régions jurassienne et alpine tout au cours du VIIe s., tandis que la proportion semble inversée en Provence à même époque. En revanche, le rapport des formes ouvertes et des formes fermées, reflet approximatif de la répartition entre vaisselle de table et poteries de cuisine, est un critère plus fiable : les formes basses, jattes carénées ou tronconiques, mortiers, assurent la continuité avec le répertoire antique et poursuivent leur carrière du Ve au VIIe s. ; la concurrence probable du bois se fait sentir à partir du VIIIe s., expliquant le hiatus céramologique constaté aux VIIIe et IXe s.

158A cet égard, l'ensemble beaujolais pourrait prendre place avant le VIIIe s. en cohérence avec les données recueillies dans les régions limitrophes.

159Mais le rapprochement s'arrête là, car, paradoxalement, les potiers de Corcelles ne semblent pas avoir fabriqué le pot à cuire par excellence qui se répand à partir du VIe s. en Bourgogne, Lyonnais, Genevois, Jura et vallée du Rhône, héritier lui aussi des ollae de l'Antiquité. Dans les régions citées ces pots ovoïdes se caractérisent par leur lèvre en bourrelet anguleux (rebord en poulie), ancêtre du célèbre et omniprésent rebord en bandeau. A Corcelles, les pots à cuire sont équipés de simples lèvres évasées au profil arrondi. On serait tenté d'y voir un certain archaïsme ou une pratique tout à fait locale, sans écarter les effets du hasard des découvertes ; cette observation ne vient pas en contradiction avec la proposition de datation formulée plus haut. En tout cas, l'absence de tout rebord en bandeau confirmerait que les premiers ateliers de Corcelles n'ont pas travaillé au-delà de la fin du VIIe s., ou début du VIIIe s.

Les ateliers de Saint-Étienne-des-Oullières, Blacé et Saint-Georges-de-Reneins

160Avec les ateliers de la partie sud de la région étudiée, on découvre une production au répertoire plus varié. Les sites ont en effet livré des lots plus hétérogènes reflétant probablement la permanence des installations sur les mêmes lieux.

161- On a indiqué plus haut que les ateliers de Saint-Étienne-des-Oullières ne sont pas parmi les plus archéologiquement évidents. Cependant, le cas de T10 et T11, au Botheland, retient l'attention (fig. 112 et tableaux 13 et 14).

112 - Sélection des productions de Saint-Étienne-des-Oullières (le Botheland) et Saint-Georges-de-Reneins (les Bruyères)

112 - Sélection des productions de Saint-Étienne-des-Oullières (le Botheland) et Saint-Georges-de-Reneins (les Bruyères)

162Par la prépondérance des pâtes sombres, des formes fermées, du tandem lèvre évasée/rebord en bandeau, les ateliers du Botheland évoquent le plein Moyen Âge. Mais le pourcentage élevé de fonds plats, associé à l'apparition de formes encore inédites pour les ateliers beaujolais, à savoir la marmite à col haut et anses symétriques (fig. 112 n° 4) et le plat ou assiette à rebord en marli (fig. 112 n° 9), évoque la fin du Moyen Âge. A ces formes les plus caractéristiques il faut ajouter les gros récipients à rebord en bourrelet, à ouverture large, sortes de bassins ou cuveaux (fig. 112 n° 5, 6 et 9). Des décors de bandes rapportées digitées affectent souvent la partie supérieure de leurs parois.

163Les exemples sont légion de ces types de récipients dans le répertoire présenté dans la seconde partie de l'ouvrage et sont datés, en sites d'habitats, des XVe - XVIe s.

164Ces premières descriptions donnent le ton : les autres ateliers confirment que l'artisanat connaît, dans ce secteur, son plein épanouissement à la fin du Moyen Âge.

165Avant de rejoindre les ateliers regroupés aux hameaux de Blaceret et Marsangues, plus au sud, une rapide observation des tessons recueillis près du bourg de Saint-Étienne-des-Oullières apporte quelques informations complémentaires. Certes, il ne s'agit que d'épandages trop peu significatifs pour fournir des localisations d'ateliers. Néanmoins les relatives concentrations de T3 et T8 suggèrent des rejets d'ateliers voisins, non repérables actuellement.

166Pour les lots provenant de ces deux zones, deux faits sont à souligner : les pâtes cuites en atmosphère oxydante l'emportent (ce qui ne se produit nulle part ailleurs) et les fonds plats sont très fortement majoritaires. Ces ensembles, qui se distinguent ainsi des autres productions, sont à considérer avec prudence, car non exempts de "pollution" au contact des habitats. Toutefois l'hypothèse d'une phase chronologique distincte, peut-être postérieure à celle des ateliers du Botheland, n'est pas à exclure.

167- Le groupe des ateliers de Blaceret/Marsangues a livré à lui seul presque la moitié des tessons collectés en Beaujolais. C'est dire que l'échantillonnage recueilli offre toutes les garanties d'une réelle représentativité. Il est constitué par le fruit des ramassages opérés en T1, T7, T12 à T29 (fig. 113 à 116 et tableaux 15 à 31).

113 – Sélection des productions de Saint-Georges-de-Reneins (Marsangues)

113 – Sélection des productions de Saint-Georges-de-Reneins (Marsangues)

168Premier fait marquant : la très nette majorité des pâtes grises, partout supérieure à 92 %, si l'on excepte T1 où on n'en dénombre que 73,6 %. A noter aussi la prédominance générale des formes fermées, avec cependant des nuances d'un point à l'autre (84,3 % pour le taux le plus élevé en T23 et seulement 53,2 % en T29).

169L'observation des fonds offre des résultats plus hétérogènes : la proportion relative des deux types, plat et bombé, est très variable d'un point à l'autre et reste un sujet d'étonnement. Cependant, la représentativité des fragments de fonds comptabilisés est contestable. On remarque en effet que, pour le groupe des ateliers de Marsangues, ceux-ci sont étonnamment peu nombreux par rapport au nombre de fragments collectés (3 % du total des tessons). Ce taux est inférieur aux décomptes faits pour les sites de Corcelles-en-Beaujolais (par comparaison, les lèvres représentent 18 % du total des tessons). Il faut donc admettre une sous-représentation des fonds qui s'explique par une difficile, voire impossible identification. Par la négative, ceci est une information typologique : on sait par ailleurs que certaines marmites de la fin du Moyen Âge sont équipées de fonds complètement globulaires (aussi dits hémisphériques), dont les fragments ne sont pas discernables de ceux des panses. Or, les rebords et cols de marmites à lèvre rectangulaire sont bien représentés dans ces mêmes lots (jusqu'à 43,4 % des formes fermées en T29).

170Parmi les ouvertures des formes fermées, la lèvre évasée vient partout en tête (entre 70 et 50 %). Désormais, cette appellation recouvre une réalité assez variée qui comprend la lèvre "classique" avec gorge interne plus ou moins prononcée (fig. 113 n° 8, fig. 114 n° 3 et 10, fig. 115 n° 7 et 8), la lèvre rabattue vers le haut de la panse (fig. 114 n° 19, fig. 116 n° 8 et 24), la lèvre à double inflexion externe et quelques types hybrides. Ensuite, le rebord en bandeau (fig. 114 n° 1, fig. 115 n° 5, 6, 25 à 27) et la lèvre à profil rectangulaire associée à un col cylindrique (fig. 115 n° 9, 10, 16, 28, 29) se disputent la deuxième place avec des scores irréguliers selon les cas.

114 - Sélection des productions de Saint-Georges-de-Reneins (Marsangues)

114 - Sélection des productions de Saint-Georges-de-Reneins (Marsangues)

171Parmi les rebords de formes ouvertes, le marli est nettement le plus fréquent sur tous les sites (de 92,7 % en T14 à 74,2 % en T7) et les exemplaires collectés montrent une assez grande régularité de taille tandis que le profil est diversifié (inclinaison, traitement de la lèvre en bourrelet ou non...) (fig. 113 n° 15 et 16, fig. 114 n° 37 à 39, fig. 114 n° 37 à 39, fig. 116 n° 31, 32). En revanche, les récipients à rebord droit sont plus difficiles à cerner. Quant au gabarit, il semble que, globalement les "petites" tailles (diamètre inférieur ou égal à 25cm) prédominent : les lèvres sont simples, à extrémité biseautée (fig. 114 n° 5 et 6) ou arrondies dotées d'un bourrelet interne ou externe (fig. 113 n° 13 et 14, fig. 114 n° 34 et 36). Mais on observe des cas particuliers comme le rebord aplati horizontal (fig. 113 n° 11, 12, fig. 115 n° 11,12).

172Les rebords des « grands » récipients (diamètre supérieur à 30 cm) offrent des profils variés dont la typologie reste floue eu égard à la grossièreté de la facture. Verticaux ou obliques ils sont souvent soulignés par des applications ornées au doigt (bandes digitées classiques ou grosses cannelures verticales) (fig. 113 n° 9 et 10, fig. 115 n° 14, 15, 20, 36 et fig. 116 n° 41, 42).

173En complément de ces formes de base, les ramassages ont également livré des becs verseurs, essentiellement des becs pontés associés à des lèvres évasées ; 13 % des fragments de lèvres sont ainsi équipés de becs. Les éléments de préhension sont avant tout des anses plates classées en quatre catégories : les anses en simple ruban (fig. 113 n° 19), les anses larges à cannelures verticales (fig. 114 n° 26 à 29), les anses étroites et épaisses constituées de deux parties accolées, dites bifides. (fig. 116 n° 43, 44) et enfin les anses à section cylindrique et profil coudé. Les anses larges sont souvent ornées d'une bande médiane repoussée au doigt. Les fragments d'anses représentent 8 % de l'ensemble de l'échantillon, ce qui est considérable. A titre comparatif, à Corcelles-en-Beaujolais, les anses atteignent à peine 2 %.

174On dispose aussi, mais en faible nombre (quelques dizaines), de tenons horizontaux (fig. 115 n° 35) ou verticaux et d'oreilles. Des manches creux (quelques dizaines également) complètent la panoplie (fig. 115 n° 38 et fig. 116 n° 49). Encore plus rares sont les fragments d'anses à section ronde, dites "en panier" (fig. 115 n° 4 et fig. 116 n° 46 à 48).

175Malgré la marge d'incertitude qui résulte de la fragmentation des pièces, le répertoire des ateliers de Marsangues se laisse assez bien reconstituer pour peu que l'on ait recours aux récipients comparables provenant de sites d'utilisation, notamment de Lyon (on se référera donc fréquemment à la typologie présentée dans la seconde partie de l'ouvrage). Une évidence s'impose : les formes répertoriées ne sont pas toutes contemporaines.

115 - Sélection des productions de Saint-Georges-de-Reneins (Marsangues)

115 - Sélection des productions de Saint-Georges-de-Reneins (Marsangues)

176Les productions les plus anciennes sont constituées par :

  • les pots ou oules à rebord en bandeau (type 1371)

  • les pots ou oules à lèvres évasées

  • les cruches à bec ponté (type 11051)

  • les pots de transports, oules à lèvres en bandeau munie d'une anse de panier (type 10112).

177Ces vases d'usage polyvalent, très probablement munis de fonds bombés (lenticulaires), sont encore empreints d'une forte tradition médiévale. Mais des observations récentes sur plusieurs sites lyonnais ont montré que ces quatre formes sont encore présentes parmi les vaisselles communes de la fin du XIIe et de la première moitié du XIIIe s. D'ailleurs, elles coexistent toujours. Au milieu du XIIIe s., on note la disparition des cruches à bec ponté ; celle des rebords en bandeau semble définitive à la fin du XIIIe s. et les pots à cuire globulaires sont tout aussi définitivement supplantés par les marmites à la même période (cf. infra, 2ème partie, synthèse).

178Aussi, la fabrication de marmites, bien attestée à Marsangues, pourrait correspondre à l'activité des ateliers à la fin du XIIIe s. et au-delà, jusqu'au XVe s. En effet, les premières marmites apparaissent à Anse comme à Lyon dans la deuxième moitié du XIIIe s. On peut leur comparer quelques exemplaires de Marsangues (fig. 115 n° 30) : forme globulaire, ouverture évasée sans col distinct, anses symétriques plates rattachées sur la lèvre (Maccari-Poisson 1994, pp. 106-107). Dans les classifications présentées dans les tableaux, les lèvres de ces marmites sont réunies dans la même rubrique que celles des simples pots à cuire mentionnés ci-dessus. Ce qui expliquerait la sur-représentation des lèvres évasées. Mais les ateliers de Marsangues ont produit en très grande quantité, et de façon stéréotypée, des marmites d'un type bien différent, tenues dans la région pour appartenir à la fin du Moyen Âge (type 1441).

179Dans les ramassages, elles apparaissent sous la forme des lèvres dites rectangulaires. Mais ces récipients sont suffisamment connus pour qu'on puisse restituer leur profil : récipient globulaire, à col haut, plus ou moins évasé, muni de deux anses en ruban dont l'attache supérieure est placée sur le col (fig. 115 n° 29). On a noté plus haut la forte représentation des fragments d'anses rubanées. Elle trouve son explication ici. On sait que ces marmites sont très répandues dans la région au XVe, voire au XVIe s. Il est difficile de dire quand le type achevé se met en place. Des exemplaires lyonnais du XIVe s. s'en rapprochent beaucoup (Maccari-Poisson 1994, pp. 106-107).

180La fabrication de marmites à anses coudées, adaptation du type précédent, est aussi attestée à Marsangues par quelques fragments de ces anses très caractéristiques (type 1311). Certes, cette production paraît marginale par rapport aux marmites classiques, mais elle a l'avantage d'être bien datée. Dans les dépotoirs lyonnais, les marmites à anses coudées, à fond plat ou lenticulaire, constituent l'essentiel de la vaisselle culinaire à la fin du XVe et au XVIe s. C'est probablement au décor de leurs anses qu'était destiné le poinçon à rosace découvert en T19 (fig. 114 n° 32). On a relevé dans la région plusieurs exemples d'estampilles de cette sorte (Maccari-Poisson 1994, p. 116 et fig. 98).

181La grande quantité de formes ouvertes fabriquées à Marsangues renforce l'hypothèse d'une longue période d'activité. Trois catégories se distinguent, comprenant chacune de nombreuses variantes.

182- La production de plats ou assiettes creuses sans couverte semble une spécialité locale. On trouve peu d'éléments de comparaison en sites d'habitat où les assiettes sont généralement glaçurées. A Marsangues, elles ne sont qu'exceptionnellement en pâte rouge et un seul exemplaire glaçuré a été retrouvé. Les assiettes à marli (type 3311) n'apparaissent avant la fin du XVe s. sur les tables régionales et ne semblent vraiment populaires qu'au XVIe s.

183- Les jattes de Marsangues offrent des formes variées. Les plus classiques, comparables à celles trouvées en habitat, sont munies d'un rebord plat presque horizontal couronnant des parois peu évasées, droites ou concaves (type 3221). Elles peuvent recevoir des anses ou des tenons de préhension. Leur fond est plat. Les petites jattes à profil courbe et lèvre arrondie rentrante munies ou non de tenons (fig. 113 n° 13, 14) font penser à des écuelles. Des exemplaires de Marsangues (fig. 115 n° 11,12) se rapprochent des écuelles en pâte grise provenant d'un dépotoir lyonnais du XVe s., (Maccari-Poisson 1988, fig. 10) : profil tronconique, fond plat, rebord étiré en collerette.

184- Les bassins avec leurs parois épaisses, leurs rebords grossiers, renforcés de bandes de terre modelées évoquent des récipients à usage non culinaire (hygiène, lessive). C'est à ces gros récipients que semble convenir le fort contingent de grosses anses cannelées collecté dans le secteur de Marsangues. Les fouilles d'habitat n'ont pas, jusque-là, livré de tels exemplaires. On manque donc d'éléments de comparaison.

185D’une manière générale, ces jattes et bassins n'équipent régulièrement les cuisines régionales qu'à partir du XVe s., si l'on excepte quelques cas isolés au cours des siècles précédents.

186Les artisans potiers de Marsangues ont également eu le souci d'attirer l'intérêt des consommateurs par quelques formes rares ou par des effets techniques et décoratifs :

187- des chauffe-plats à tenons de calage verticaux, piédouche et manche creux. Ceux-ci se rapprochent du type 7111, mais qui, lui, est muni d'anses. Cet accessoire de la table en pâte grise est assez précisément daté de la fin du XVIe s. (Becker et alii 1989, fig. 29 n° 33).

188- des couvercles rainurés, probablement pour caler une ficelle de fixation (fig. 113 n° 21,22, fig. 115 n° 23,24).

189- des récipients à fond muni de petits pieds (marmites probablement) imitant, comme les anses coudées, les formes des chaudrons métalliques.

190- des passoires ou pots à châtaignes (fig. 116 n° 9).

191- quelques pièces agrémentées de taches de glaçure. Il se trouve que la plupart des lèvres concernées sont des lèvres évasées de petit gabarit. Un peu moins d'une centaine de tessons ont été dénombrés. Le revêtement plombifère est appliqué très irrégulièrement sur pâte grise, beige ou rouge (fig. 114 n° 17 et 20, fig. 116 n° 5 et 13).

192- quelques plats ou assiettes en pâte rouge à surface lissée, rares cas où les productions beaujolaises se départissent d'un genre strictement ordinaire.

116 – Sélection des productions de Saint-Georges-de-Reneins (Marsangues)

116 – Sélection des productions de Saint-Georges-de-Reneins (Marsangues)

193Nul doute que les potiers installés dans les hameaux de Marsangues, de Blaceret et de Botheland se livraient, à la fin du Moyen Âge, à une production de masse des vaisselles culinaires et de table les plus populaires. Le parallèle assez précis qui existe entre ces fabrications beaujolaise et celles de Meillonnas-Treffort (cf. supra) en est une confirmation. On retrouve de part et d'autre les mêmes formes caractéristiques en pâte grise (marmites à col haut, à anses rubanées ou coudées, assiettes et plats à marli, jattes, écuelles). A Meillonnas, il s'agit des dernières productions communes avant le lancement du service vert, fin XVe, début XVIe s.

194Grâce aux nombreuses comparaisons régionales, on dispose donc d'arguments relativement solides pour dater les ateliers du groupe de Saint-Etienne-des-Oullières et en particulier ceux du hameau de Marsangues. Ceux-ci pourraient avoir été le cœur de l'artisanat local, depuis la fin du XIIe s., au moins, jusqu'au milieu du XVIe s. On ne peut exclure totalement que leur mise en place ait été un peu plus précoce et que leur déclin soit intervenu au début du XVIIe s.

195La continuité de l'activité des ateliers durant toute cette période n'est pas totalement démontrée, mais reste probable. On manque en effet d'informations chronologiques pour le XIVe s. et le début du XVe s., car bizarrement la céramique de cette époque reste assez mal connue dans la région. En outre, sur ces sites de production de poteries communes, on est privé des points de repère que seraient les vaisselles de table plus luxueuses, plus élaborées et donc mieux datées.

196E. F.-B. et Β. M.-P.

Les phases d'activité des ateliers du Beaujolais

197À partir de l'inventaire précis des rejets d'ateliers se dégage une connaissance assez précise des terres cuites fabriquées en Beaujolais. On retire la certitude d'une longue tradition artisanale depuis les premiers siècles du Moyen Âge jusqu'à l'aube des temps modernes. Tout au long de ce millénaire, la localisation des ateliers varie ; on peut désormais tenter de dessiner les grands traits du paysage artisanal (fig. 117).

117 - Les phases d'activité des ateliers du Beaujolais

117 - Les phases d'activité des ateliers du Beaujolais

198Dater avec exactitude l'arrivée des premiers potiers est chose délicate. L'extrême lenteur de l'évolution des vaisselles en usage durant tout le haut Moyen Âge invite à la plus grande prudence et les propositions formulées ici gagneraient évidemment à être vérifiées à l'occasion d'une enquête archéologique plus poussée. En tout cas, les ateliers les plus précoces s'installent à Corcelles-en-Beaujolais, à Chantemerle (T13'), au Champ des Croix (T15' - T16') et aux Ayets (T17'). Ils pourraient avoir fonctionné dès les VIe - VIIe s. Il est encore plus difficile de déterminer leur durée d'activité à partir des échantillons collectés. L'absence de formes caractéristiques du vaisselier médiéval (fond bombé, lèvre en bandeau) invite à ne pas dépasser le VIIIe s.

199Les premiers ateliers sont distants les uns des autres et isolés des zones d'habitats traditionnels. Les vestiges de surface sont assez circonscrits et moins denses que partout ailleurs ; en outre, les indices géophysiques, relativement discrets, confortent l'image d'officines de petite taille, probablement précaires et actuellement très érodées.

200En revanche, les ateliers qui leur succèdent, en d'autres lieux, laissent une toute autre impression et semblent témoigner d'un deuxième souffle de l'artisanat céramique. Aux Marquisats (T2'), aux Serves (T6') et à Chassagne (T7', T8', T5'), on pourrait avoir affaire à des regroupements d'ateliers fort actifs. Les données archéologiques et géophysiques sont significatives, notamment aux Serves. Sans grand risque d'erreur, on peut placer aux Xe et XIe s. la phase la plus florissante de leur travail. Tous ces sites ne sont peut-être pas exactement contemporains. On a vu plus haut des nuances typologiques notables dans les rejets examinés. La grande homogénéité reconnue dans les productions de T2' pourrait indiquer que les ateliers des Marquisats ont eu un destin relativement bref (fin Xe - début XIe s.). A l'inverse le ou les ateliers situés au nord de Chassagne (T7') auraient fonctionné plus longtemps, en débutant plus tôt, peut-être fin IXe - début Xe s. Il en va de même pour T6' aux Serves. Par ailleurs, aucun argument typologique solide n'autorise à exclure que le secteur de Chassagne ait encore abrité des officines au début du XIIe s.

201Les ateliers de cette deuxième phase de l'histoire de l'artisanat se rapprochent de la Saône et, semble-t-il, des zones habitées. Les causes de ce déplacement ne sont actuellement pas connues. Plusieurs facteurs ont pu y contribuer : l'accès plus aisé aux matières premières tirées de la terrasse alluviale, ainsi qu'à la voie d'eau pour la commercialisation des produits. Dire s'il y a rupture ou continuité de la production entre les deux phases décrites ci-dessus serait bien imprudent dans l'état actuel des connaissances. Objectivement, le maillon manquant, à savoir la période carolingienne, est difficile à cerner dans les tessons collectés, mais aussi plus généralement à travers la céramique régionale.

202Sans aucun doute, après le déclin des ateliers de Corcelles-en-Beaujolais, la relève est assurée par les artisans installés à Saint-Étienne-des-Oullières, à Blacé et à Saint-Georges-de-Reneins, dans des conditions assez proches de celles de leurs aînés. L'implantation est durable, particulièrement aux hameaux de Blaceret et de Marsangues qui montrent les traces d'une forte concentration d'officines. Depuis le milieu du XIIe s. probablement, à coup sûr à la fin de ce siècle, les artisans poursuivent les fabrications traditionnelles de vaisselle commune en adaptant, avec les matériaux grossiers dont ils disposent, l'offre à la demande de plus en plus diversifiée des consommateurs. Cette troisième et ultime phase des ateliers beaujolais, actuellement connus, est encore florissante au XVe s. et sans doute au XVIe s. On dispose de quelques indices typologiques pour envisager qu'elle se prolonge au début du XVIIe s.

203E. F.-B.

Conclusion

204Avec ces trois temps forts, se dessine la réalité mouvante de l'artisanat potier dans la petite région étudiée ici.

205Les phénomènes observés en Beaujolais ne sont pas isolés et s'inscrivent dans une forte tradition propre au Val de Saône, dont les témoignages contemporains ou plus récents sont nombreux. On peut imaginer que le déclin des ateliers, dont l'histoire vient d'être retracée, est lié à la concurrence d'autres ateliers, mieux placés par rapport à la Saône, disposant aussi d'argiles de meilleure qualité et ainsi mieux armés pour s'adapter à l'évolution du marché, et en particulier, à la nécessité de produire des récipients à couverte glaçurée. A ce titre, les ateliers tout proches du Méconnais se sont fait, au cours du XVIIe s., au plus tard, une spécialité des belles vaisselles de table aux décors d'engobes. Sont-ce là, les concurrents que la communauté potière de Marsangues avait à redouter, enlisée qu'elle était dans des techniques de production d'un autre âge ?

206L'aspect le plus intéressant des découvertes faites en Beaujolais est d'offrir un pendant "méridional" aux célèbres ateliers de Sevrey en Chalonnais, reconnus et étudiés depuis longtemps ; ainsi se font jour d'autres possibilités quant à l'approvisionnement des marchés de la vallée de la Saône, y compris jusqu'à Lyon. En outre, les résultats présentés ici ne sont que provisoires, puisque d'autres secteurs "névralgiques" sont signalés aux abords de la zone étudiée.

207Quoi qu'il en soit, les productions de Sevrey et celles du Beaujolais présentent de grandes similitudes et les installations semblent avoir connu des destinées très proches (Renimel 1974), constatation qui renforce la notion d'une tradition régionale. Il est donc tout à fait indiqué de conclure le travail présenté ici par un parallèle appuyé entre ces deux concentrations d'ateliers distantes d'une cinquantaine de kilomètres.

208La chronologie des ateliers de Sevrey repose davantage sur l'examen des collections trouvées hors contexte artisanal (dragages de la Saône) que sur l'analyse systématique d'un important échantillonnage de rejets d'ateliers. Elle est donc à considérer dans ses grandes lignes ; mais elle offre l'avantage inestimable d'offrir un catalogue de formes complètes, auxquelles raccrocher les découvertes fragmentaires. Les connaissances reposent également sur une série de textes qui émaillent la vie d'une communauté artisanale particulièrement féconde. Ces atouts, dont on pourrait rêver pour le Beaujolais, peuvent être exploités pour compléter l'image encore trop partielle à laquelle on est parvenu.

209Les premières manifestations du travail de la poterie à Sevrey sont datées du IXe s. Les produits de cette époque (groupe I) ne trouvent pas de correspondants en Beaujolais. Ils présentent des particularités locales (carènes, décors de molette élaborés, gobelets), empreinte encore sensible de la tradition burgonde (Renimel 1984, fig. 13 à 16 et 18). Il est vrai que des indices nets pour l'époque carolingienne font encore défaut en zone beaujolaise. En revanche, les productions, datées à Sevrey des Xe et XIe s. (groupe II) peuvent être rapprochées de celles des ateliers beaujolais de la deuxième phase (Renimel 1974, fig. 21 à 26). Mais c'est avec les récipients des groupes III et IV de Sevrey (XIIIe - XVe s.) que les analogies sont les plus fortes (Renimel 1974, fig. 27 à 34). On retrouve de part et d'autre les formes caractéristiques de marmites à anses coudées, de gros bassins aux décors digités, de chauffe-plats ou réchauds à manche. Les poêlons signalés à Sevrey sont apparemment absents en secteur beaujolais où l'on n'a pas non plus la preuve de la fabrication de cruches de table à lèvre en bandeau pincé, très nombreuses dans le groupe IV de Sevrey. A l'inverse, les artisans de Sevrey semblent ignorer l'ouïe de transport à anse de panier comme la marmite à col haut et anses plates. Et surtout, les plats et assiettes à marli restent une spécialité beaujolaise.

210Autre nuance à signaler entre les deux régions, cette fois-ci en matière de méthode de fabrication : l'évolution technologique sensible à Sevrey entre le IXe et le XVe s. n'est absolument pas remarquée en Beaujolais. On a vu plus haut que l'on a bien du mal parfois à distinguer les modes de cuisson et que toutes les couleurs de pâtes sont présentes tout le temps. On ne relève pas non plus les signes d'une augmentation du souci de qualité de la part des potiers. Les argiles restent désespérément grossières, même lorsqu'il s'agit de fabriquer plats et assiettes.

211Les données textuelles font revivre les artisans de Sevrey. On peut imaginer que leurs confrères beaujolais connaissaient une situation comparable à la leur, et l'on se permettra d'extrapoler en attendant qu'une enquête d'archives, si elle est fructueuse, vienne fournir les informations qui font actuellement défaut. Des faits relatés par les auteurs (Armand-Caillat 1946 ; Renimel 1974), il faut retenir l'expansion économique des XIIIe et XIVe s. et le déclin amorcé au XVIe s. Des 40 à 50 ateliers recensés pour les XVe - XVIe s., il n'en reste que cinq à la fin du XVIIIe s.

212Amorcé plus tôt dans le Moyen Âge, mais achevé aussi plus tôt, semble-t-il, le phénomène artisanal révélé en Beaujolais n'en reste pas moins une réplique du cas chalonnais. Le rapprochement entre les deux secteurs ouvre des pistes de recherche intéressantes : confronter de plus près les répertoires et les chronologies établis, déterminer leur aire de diffusion respective, par exemple.

213Le travail présenté ici est une première étape d'une recherche à poursuivre. Il démontre combien des prospections systématiques peuvent apporter de renseignements en pareilles circonstances. L'exploitation tout aussi systématique des résultats des ramassages de surface contribue à dessiner le paysage artisanal avec une relative précision. Certes, les questions en suspens ne sauraient faire l'économie d'une enquête de terrain plus poussée : préciser, voire réviser, les localisations et les datations proposées, compléter le répertoire des fabrications, observer l'évolution des structures de cuisson sur une longue durée, retrouver l'organisation interne des ateliers, rechercher le point d'embarquement des produits sur la Saône... Parallèlement, l'enquête d'archives pourrait vérifier si une communauté de potiers aussi active n'a laissé aucun souvenir dans les sources écrites.

214E. F.-B.

Notes

1 Nous remercions ici Louis Bonnamour pour les informations qu'il nous a fournies et son accueil au musée Denon de Chalon-sur-Saône.

2 Quelques pièces médiévales complètes sont conservées à Saint-Georges-de-Reneins. Leur origine exacte n'est malheureusement pas mentionnée. Plusieurs pièces sont intentionnellement perforées sur la panse. Ces perforations pourraient correspondre à la sélection opérée au moment du chargement des poteries sur la Saône. Cette pratique a été relevée par L. Bonnamour lors des fouilles subaquatiques du Port-Guillot à Lux (Saône-et-Loire), point d'embarquement présumé des produits fabriqués à Sevrey (Bonnamour 1985-86, pp. 55-56).

3 Nous tenons à remercier très sincèrement Roland Convert et Nathalie Girard pour leurs précieuses informations et leur aide efficace et désintéressée lors du lancement du programme de travail en Beaujolais.

4 Contrairement à ce que nous pensions au départ, le toponyme "Oullières", associé à Saint-Étienne, ne serait pas révélateur d'une tradition artisanale, mais plutôt des techniques de mise en culture : forme de labours profonds.

5 Informations fournies par J.-O. Guilhot que nous remercions bien sincèrement.

6 Présentation succincte établie à partir des notices des cartes géologiques de la France au 1/50 000, BRGM, Paris : Beaujeu (649), Belleville (650), Amplepuis (673) et Villefranche-sur-Saône (674).

7 La cartographie utilise des trames de différente densité (trois valeurs de gris) qui restituent la proportion de l'échantillon collecté par rapport à la surface prospectée. Ici, par commodité les rapports ont été multipliés par 10. La plus faible tranche de valeur se situe entre 0 et 1 (épandages diffus) ; la tranche moyenne entre 1 et 3 (épandage dense) ; la tranche la plus forte, au-dessus de 3 (fortes concentrations de tessons).

8 Les mesures électromagnétiques ont été réalisées lors de deux campagnes de deux jours par G. Ducomet (section de prospections archéologiques, Centre de recherches géophysiques de Garchy, CNRS).

9 Toutes les personnes interrogées ont facilité et autorisé les prospections, même lorsque celles-ci se déroulaient dans les parcelles attenantes aux habitations. Que tous trouvent ici l'expression de notre reconnaissance.

10 Les découvertes faites à Pizay n'ont pas pu être exploitées en raison du trop grand remaniement du terrain à cet endroit. On a pu cependant noter le remploi en grand nombre, dans les murs d'une maison fortifiée, de grosses briques portant les traces d'un feu intense (surface calcinée ou vitrifiée).

11 Pour l'échelle de valeur des trames symbolisant les zonages, voir note 7.

12 Des mesures faites sur des échantillons de terre de surface prélevés sur certaines parcelles prospectées confirment la faible susceptibilité magnétique des sols. Les mêmes échantillons ont été exposés à la chaleur d'un foyer, ce qui a permis de constater que la susceptibilité n'augmentait que très faiblement. Cette dernière expérience n'a bien sûr aucune valeur scientifique ; elle appelle cependant une remarque d'ordre comparatif : après chauffage des échantillons, leur susceptibilité magnétique est encore inférieure à la susceptibilité magnétique naturelle d'une terre de surface prise dans un champ labouré à Garchy (Nièvre). Le rôle passif des couches superficielles amène à considérer que l'appareil ne répondra qu'à l'aplomb d'une structure, d'une poche de matériaux chauffés ou cuits. Les anomalies correspondantes seront nécessairement très localisées ; de l'importance, de l'état de conservation des vestiges, dépendra une susceptibilité magnétique plus ou moins forte.

13 Principe de lecture des cartes en densité de gris : ces cartes ne sont qu'une variante de représentation graphique. Les minima de susceptibilité magnétique apparaissent en blanc, les maxima en noir. Se reporter à l'échelle des gris qui accompagne chaque carte. Dans tous les cas, le zéro a été calé à - 70. La valeur - 70 (niveau blanc) qui apparaît sur l'échelle des gris correspond donc à une susceptibilité nulle. Les contraintes techniques du système d'impression font que l'échelle est approximative et diffère légèrement dans les deux sens du plan.

14 En effet, la chrono-typologie établie pour les ateliers de Sevrey repose en grande partie sur l'étude des collections issues des dragages de la Saône sur laquelle les produits étaient transportés : le matériel recueilli en prospection peut ainsi être sans difficulté rapporté à des formes complètes.

15 On ne peut que regretter que le secteur beaujolais se situe en dehors de l'aire de diffusion des fameux vases à fond marqué, précieux indices chronologiques pour le Lyonnais et le Dauphiné et qui font, hélas, défaut ici.

Table des illustrations

Titre 81 – Carte de situation du secteur étudié
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 82 - Les formations argileuses autour de Corcelles-en-Beaujolais et de Saint-Etienne-des-Oullières
Légende D'après les cartes géologiques de la France au 1/50 000, Paris, BRGM : Beaujeu (649), Belleville (650), Amplepuis (673), Villefranche-sur-Saône (674)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 83 – Localisation des zones ayant livré du mobilier lors des ramassages de surface
Légende Commune de Courcelles-en-Beaujolais
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 84 – Localisation des zones ayant livré du mobilier lors des ramassages de surface
Légende Communes de Saint-Étienne-des-Ouillières, Blacé et Saint-Georges-de-Reneins
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 1. Localisation des zones de ramassages de surface effectués sur les communes de Corcelles-en-Beaujolais, Saint-Etienne-des-Oullières, Blacé et Saint-Georges-de-Reneins
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre 85 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface aux lieux-dits les Marquisats (T2') et le Bys (T1' et T14')
Légende Les zones où ont été effectuées des prospections géo physiques sont encadrées en rouge (cf. légende fig. 86)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 2. Quantification des résultats des ramassages de surface
Légende Groupe des ateliers de Corcelles-en-Beaujolais
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 86 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface aux lieux-dits les Serves (T6'), Chassagne nord (T7', T8' et T10') et Chassagne sud (T5' et t11')
Légende Les zones où ont été effectuées des prospections géophysiques sont encadrées en rouge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 87 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface au lieu-dit Chantemerle (T13')
Légende Les zones où ont été effectuées des prospections géophysiques sont encadrées en rouge (cf. légende fig. 86)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 88 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface au lieu-dit Champ des Croix (T15', T16') et au Château (T18')
Légende Les zones où ont été effectuées des prospections géophysiques sont encadrées en rouge (cf. légende fig. 86)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 89 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages de surface au lieu-dit les Ayets (T17')
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 90 - Corcelles-en-Beaujolais : résultats des ramassages au lieu-dit le Vieux-Bourg (T3' et T4')
Légende cf. légende fig. 86
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 91 - Blacé et Saint-Georges-de-Reneins : résultats des ramassages de surface aux lieux-dits les Bruyères (T1) et Marsangues (T7 et T12 à T29)
Légende Les zones où ont été effectuées des prospections géophysiques sont encadrées en rouge (cf. légende fig. 86)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 3. Quantification des résultats des ramassages de surface
Légende Groupe des ateliers de Saint-Étienne-des-Oullières
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 92 - Concentration de tessons au sol dans une vigne de Saint-Georges-de-Reneins au lieu-dit Marsangues (T19)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 93 - Briques calcinées et fond de poterie en remploi dans le mur d'une construction à Blaceret (commune de Blacé), à proximité de T1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 94 - Saint-Étienne-des-Oullières : résultats des ramassages de surface aux lieux-dits Marpet (T3), le Trève (T5, T6 et T8) et les Grandes Bruyères (T30 et T31)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 95 - Saint-Étienne-des-Oullières : résultats des ramassages de surface au lieu-dit le Botheland (T10 - T11)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 96 - Saint-Étienne-des-Oullières : résultats des ramassages de surface au lieu-dit les Grollières (T2)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 97 - Prospections électromagnétiques à Corcelles-en-Beaujolais, lieu-dit les Marquisats (T2') : manipulation de l'appareil de mesures EM15
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 98 - Corcelles-en-Beaujolais, les Serves : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T6'
Légende (T6' a, T6' b, T6' t), 1/1500e
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 99 - Corcelles-en-Beaujolais, Chassagne nord : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T7', 1/1000e
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 100 - Corcelles-en-Beaujolais, les Marquisats : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l’ensemble T2' (T2' a, T2' b), 1/1000e
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 101 - Corcelles-en-Beaujolais, Chantemerle : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T13', 1/1000e
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 102 - Corcelles-en-Beaujolais, Champ des Croix : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T15', 1/1000e
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 103 - Saint-Georges-de-Reneins, Marsangues : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T15 - T17,1/1500e
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 104 - Saint-Georges-de-Reneins, Marsangues : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T26 - T27, 1/1000e
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 105 - Saint-Georges-de-Reneins, Marsangues : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T19 1/1000e
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 106 - Saint-Georges-de-Reneins, Marsangues : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de l'ensemble T23 - T24, 1/1000e
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 107 - Blacé, Blaceret : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T29, 1/1000e
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 108 - Blacé, Blaceret : carte en densité de gris de la susceptibilité magnétique de T28, 1/1000e
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 4. Confrontation des données archéologiques et géophysiques recueillies sur les principaux sites de production céramique
Légende Les chiffres entre parenthèses renvoient au taux de densité des tessons au sol : tableaux 2 et 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Tableau 5. Corcelles-en-Beaujolais, Les Marquisats. T2'
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 6. Corcelles-en-Beaujolais, Les Serves. T6'
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 7. Corcelles-en-Beaujolais, Chassagne nord. T7
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 8. Corcelles-en-Beaujolais, Chassagne nord. T8'
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 9. Corcelles-en-Beaujolais, Chassagne. T5'
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 10. Corcelles-en-Beaujolais, Chantemerle. Τ13'
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 11. Corcelles-en-Beaujolais, Champ des Croix. T15'.16'
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 12. Corcelles-en-Beaujolais, Les Ayets. T17'
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 13. St-Etienne-les-Oullières, Botheland. Τ10
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 14. St-Etienne-les-Oullières, Botheland. Τ11
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 15. St-Etienne-des-Oullières. T1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 16. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T7
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 17. Blacé, Blaceret. T13
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 18. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. Τ14
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 19. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T15
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 20. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T16
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 21. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T17
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 22. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T18
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 23. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. Τ19
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 24. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T21.22
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 25. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T23
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 26. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T24
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 27. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T25
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 28. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T26
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 29. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T27
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 30. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T28
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 31. St-Georges-de-Reneins, Marsangues. T29
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 109 – Sélection des productions de Corcelles-en-Beaujolais
Légende Les Marquisats et Chassagne nord
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 110 - Sélection des productions de Corcelles-en-Beaujolais
Légende Chassagne nord
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 111 – Sélection des productions de Corcelles-en-Beaujolais
Légende Chantemerle et Champ des Croix
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 112 - Sélection des productions de Saint-Étienne-des-Oullières (le Botheland) et Saint-Georges-de-Reneins (les Bruyères)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 113 – Sélection des productions de Saint-Georges-de-Reneins (Marsangues)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 114 - Sélection des productions de Saint-Georges-de-Reneins (Marsangues)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 115 - Sélection des productions de Saint-Georges-de-Reneins (Marsangues)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 116 – Sélection des productions de Saint-Georges-de-Reneins (Marsangues)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 117 - Les phases d'activité des ateliers du Beaujolais
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1046/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access