Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pots et potiers en Rhône-Alpes

 | 
Élise Faure-Boucharlat
, 
Tommy Vicard
, 
Bruna Maccari-Poisson
, 
et al.

Première partie. Aux origines de quelques poteries : trois groupes d'ateliers Rhône-Alpins

Chapitre 2. Dans la moyenne vallée du Rhône : le secteur d'Érôme et de Larnage, un exemple parmi d'autres

Élise Faure-Boucharlat, Bruna Maccari-Poisson, Sophie Savay-Guerraz et Anne Schmitt

Texte intégral

1La recherche de l'origine des céramiques issues des principales fouilles de Lyon et de Vienne nous amena, dès les premières années de l'enquête, à travailler sur la vallée du Rhône, en aval de Lyon, où la présence de matériaux argileux d'accès aisé, tout comme les facilités de transport offertes par la voie d'eau, constituaient des critères d'implantation d'ateliers rarement réunis dans la région.

Objectif des recherches

2La profonde transformation du couloir rhodanien depuis l'ère industrielle a gêné les investigations de terrain et les informations recueillies restent lacunaires. Des indices toponymiques très forts dans le secteur de Vienne (Isère), quartier des Tupinières, des indices géologiques et bibliographiques dans les environs de Givors (Rhône), à Loire-sur-Rhône et à Bans guidèrent les premières recherches au fil du fleuve, dans la vallée proprement dite comme sur les reliefs qui la bordent, en rive droite (fig. 1 introduction). Mais l'absence de sources écrites antérieures à la Révolution, à mettre en relation avec les quelques témoins archéologiques repérés, limita les résultats de l'enquête à la simple localisation d'ateliers de poteries traditionnelles, probablement pas antérieurs au milieu du XVIe s. Quel crédit apporter en effet aux affirmations des érudits et folkloristes locaux d'après lesquels la fabrication de terres cuites architecturales à Loire-sur-Rhône remonterait à la plus haute antiquité ; l'extraction des argiles à poterie serait mentionnée dès le XVIe s., et enfin toujours à Loire-sur-Rhône une première famille de potiers apparaîtrait à Bans au milieu du XVIe s. ?

3En tout cas, les prospections et ramassages de surface réalisés sur ces communes offrent une première approche des fabrications locales. Il s'agit de types de produits largement connus par les fouilles de Lyon et de Vienne par exemple. Les deux catégories les mieux représentées sont les récipients à glaçure monochrome (vert, brun sombre et brillant, noir mat) et les quasi « universelles » vaisselles dites décorées aux engobes, avec leurs deux variantes : à fond clair et à fond sombre. Les formes pour la table (bols, écuelles à oreilles, jattes, assiettes, plats) sont les plus nombreuses. Les formes fermées sont avant tout des vases à liquide. Les décors sont la plupart du temps constitués d'un réseau de lignes parallèles ou entrecroisées. Des motifs curvilignes évoquent des motifs végétaux. La pâte est rouge, grossière et friable. Des détails, comme la forme lourde des tenons et des anses, l'exécution sommaire des décors, la médiocre qualité de la glaçure dénotent une production des plus communes. Encore au début du XIXe s., les poteries de Loire-sur-Rhône n'ont pas très bonne réputation : on les dit « de facture grossière et barbouillées de la façon la plus barbare... » (Cochard 1814-16, pp. Κ à Lv).

4Bien que limitées, les informations recueillies à Vienne et à Loire-sur-Rhône sont évoquées ici, en raison de la similitude des conditions d'implantation et de production de ces ateliers avec ceux rencontrés en aval (Rapport d'activité du Projet collectif de recherche 1986 et 1987).

5En effet, une enquête plus approfondie a été conduite dans la partie de la vallée du Rhône comprise entre Saint-Vallier et Crozes-Hermitage, sur la rive gauche du fleuve, dans le département de la Drôme, en amont du confluent avec l'Isère. Les recherches furent motivées par la découverte et la fouille, en 1986, d'un petit atelier de potier (datable des Xe-XIe s.) situé sur la commune de Bren (Drôme), canton de Saint-Donat-sur-l'Herbasse, à une dizaine de kilomètre à l'est du Rhône. Cet atelier, éphémère et isolé, semble-t-il, bénéficiait néanmoins de conditions naturelles favorables à l'artisanat de la terre cuite, propres à ce secteur du Bas-Dauphiné (Rapport d'activité du Projet collectif de recherche 1986 et Faure-Boucharlat 1990). La diversité et l'abondance des affleurements argileux miocènes et pliocènes, ainsi que la richesse des témoignages toponymiques, incitèrent à élargir le champ des recherches de terrain et d'archives. Si l'atelier de Bren reste le seul vestige médiéval actuellement reconnu dans la zone des reliefs molassiques, en revanche des concentrations d'ateliers post-médiévaux et modernes furent rapidement localisées plus près du fleuve (fig. 56).

56 - Carte de situation du secteur étudié

56 - Carte de situation du secteur étudié

6Les investigations ont porté sur les communes de Ponsas, Serves-sur-Rhône, Érôme, Gervans et Larnage. Plusieurs séries d'indices complémentaires invitaient à se pencher sur cette région en particulier. Il s'agissait de données d'ordre géologique, on le verra, mais aussi de données bibliographiques et enfin de mentions prodiguées par les statistiques industrielles contemporaines (XIXe s.) ou les enquêtes de l'Ancien Régime (XVIIIe s. surtout). En outre la spécificité des argiles kaoliniques de Larnage, terres blanches largement réputées, devait permettre de repérer assez facilement les productions et d'en rechercher la diffusion commerciale avec quelque chance de succès. Les communes drômoises paraissaient donc propices à une étude de type monographique, situation relativement exceptionnelle pour la région Rhône-Alpes où les concentrations d'ateliers sont rares. Dans ces conditions et parallèlement aux prospections de terrain, il a paru pertinent d'effectuer une enquête d'archives afin de mieux cerner l'ampleur de l'activité céramique d'Érôme et de sa région.

7Si la plus ancienne mention d'artisanat potier à Larnage se place en 1552 (cf. tableau 2 Larnage), les indices de terrain réunis à ce jour sur cette commune ne sont pas antérieurs au milieu du XVIIe s. En revanche, sur les autres communes, une partie du mobilier recueilli, notamment la vaisselle aux décors d'engobes, pourrait illustrer la production dès le milieu du XVIe s.

  • 1 AD Drôme - 43 M 5 à 7, 48 M 11 à 13, 48 M 16 et 17, M 2100 à 2111 (par ordre alphabétique des commu (...)

8Les nombreuses enquêtes statistiques établies au cours du XIXe s. révèlent l'importance de la production céramique dans ce secteur de la moyenne vallée du Rhône. Bien que parfois divergentes, les sources mentionnent plusieurs sites de fabrication : Érôme, Larnage et Ponsas bien sûr, mais aussi Tain-l'Hermitage, Saint-Vallier et Saint-Uze1. Les produits sont diversifiés par rapport aux périodes précédentes, puisque pipes, mais surtout poteries de grès se développent ou apparaissent à partir des années 1820, au moins. Le caractère artisanal des fabriques semble s'effacer peu à peu au cours de cette période ; en effet les recensements d'ouvriers occupés par dizaines dans les poteries ou briqueteries d'Érôme ou Larnage sont courants, même si l'activité paraît toujours soumise à de fortes variations saisonnières.

9Une petite usine d'objets utilitaires et décoratifs en grès à Ponsas, une fabrique d'éléments industriels et un magasin de vente à Érôme, perpétuent le souvenir des activités artisanales du passé. Des nombreuses poteries que comportaient ces agglomérations, il ne subsiste plus que des bâtiments ruinés ou tellement transformés qu'il est difficile de les identifier avec certitude.

10E. F.-B. et S. S-G.

Environnement naturel et ressources en argiles

11La zone étudiée recouvre approximativement le « défilé » du Rhône, correspondant au passage du fleuve dans la fracture qui, en limite orientale du Massif Central, détache l'îlot granitique de Saint-Vallier du plateau vivarois. Le Rhône dans son cours actuel marque la limite entre le Massif Central, cristallin, et le Bas-Dauphiné, essentiellement sédimentaire.

12Sur cette rive gauche du fleuve, les agglomérations prennent place au débouché des ruisseaux qui, depuis les hauteurs (Puy-de-Serves, les Planards, les Méjans) ont entaillé le versant ouest du massif granitique. A l'exception d'Érôme, qui s'étale plus largement dans la basse terrasse du Rhône s'élargissant quelque peu à cet endroit, les autres villages s'étirent au pied des reliefs, le long du fleuve et des cours d'eau affluents. A l'heure actuelle quelques exploitations agricoles subsistent dans les agglomérations, mais la fonction résidentielle tend à l'emporter progressivement, comme en témoigne le développement des lotissements sur les zones de relief. La voie ferrée et la route nationale 7 accentuent les contraintes de la topographie sur la disposition de l'habitat ; du moins pérennisent-elles le rôle de voie de communication majeure tenu par le défilé du Rhône.

13Ces données géographiques ne sont probablement pas sans influence sur le processus de répartition de l'artisanat de la terre cuite dans le secteur. Bien évidemment ce paramètre se combine avec les possibilités du sous-sol qui offre des conditions favorables au développement de ce type d'activité. Le cas étudié ici présente sur bien des points les mêmes caractéristiques que celles réunies, plus en amont de la vallée du Rhône, autour de Vienne et de Loire-sur-Rhône où l'on retrouve les mêmes types de matériaux argileux (fig. 57).

57 – Les formations argileuses entre Ponsas et Larnage

57 – Les formations argileuses entre Ponsas et Larnage

D’après la carte géologique au 1/50 000 sz Tournon

BRGM

14La géologie de la moyenne vallée du Rhône est essentiellement marquée par les transgressions marines importantes du Miocène (dépôts miocènes du Bas-Dauphiné) et la phase de surrection post-miocène qui a provoqué le surcreusement du lit du Rhône. Dans la ria étroite ainsi créée, la mer remontait jusqu'aux environs de Givors. Les dépôts marins de cette époque sont argileux (argiles pliocènes). Durant tout le Pliocène on assiste à un comblement progressif du bassin. Les formations d'argiles rougeâtres à galets de quartzite, que l'on retrouve sur les plateaux, correspondent à la fin du cycle de remblaiement (Villafranchien). Au quaternaire les glaciers du Rhône et de la Bièvre-Isère envahissent le domaine rhodanien apportant une grande masse d'alluvions. En périphérie des glaciers se développent des loess.

15Les ateliers de potiers installés au bord du Rhône ont donc à leur disposition divers types de matériaux argileux plus ou moins accessibles et adaptés aux usages souhaités.

16Les alluvions du Rhône (Fx, Fy et Fz) : il s'agit d'un matériau argilo-sableux hétérogène, assez impropre au tournage, mais utilisable pour la fabrication de tuiles et briques.

17Les colluvions : en surface des roches cristallines du Massif Central (dont les massifs isolés de Vienne et de Saint-Vallier constituent le prolongement) on peut observer diverses formations d'altérations. Il s'agit d'arènes plus ou moins grossières ou argileuses selon leur degré d'évolution. Ces gisements ont en général une extension très limitée et sont rarement représentés sur la carte géologique.

18Le loess calcaire (OE) : il s'agit de dépôts d'origine éolienne limoneux et argileux qui se sont mis en place au quaternaire en périphérie des glaciers. Ce matériau est hétérogène, très sableux par endroits, argileux en d'autres. De plus, le taux de chaux est très variable, car en surface intervient souvent un phénomène de décalcification. Des affleurements de loess existent un peu partout dans la région et notamment à Vienne, Loire-sur-Rhône, Érôme.

19Les formations glaciaires (p2b) : ces formations déposées par les glaciers sont constituées de galets roulés d'origine alpine inclus dans une matrice argileuse. C'est un matériau hétérogène, mais qui localement peut fournir un gisement d'argile exploitable. Cette formation est bien développée sur le plateau de Bonnevaux au Sud de Vienne et sur le plateau de Roussillon.

20Les argiles marines pliocènes (p1m) : du fait de la topographie encaissée de la ria pliocène, ces argiles existent dans le fond de toutes les vallées. Le point le plus au nord où l'on rencontre ces argiles se situe aux environs de Givors. Ces argiles sont compactes, bleutées grises ou brunes selon les niveaux. Les taux de chaux mesurés sont en moyenne de 18 %. On observe par endroit des nodules calcaires et elles peuvent présenter des passées plus sableuses.

21A Loire-sur-Rhône, la tuilerie Blache exploitait encore récemment une carrière ouverte dans les argiles pliocènes. A Roussillon, le potier établi au lieu-dit « Les Chals » utilise les niveaux superficiels de la formation ; il considère que les niveaux bleus sont trop plastiques et difficiles à travailler. Dans le défilé du Rhône, les argiles pliocènes affleurent à Ponsas et à Erôme (entre autres). A Bren, on observe le passage entre le faciès marin et le faciès continental.

22Les formations miocènes (m2) : elles sont présentes sur une grande étendue à l'est du Rhône dans la plaine du Bas-Dauphiné. Il s'agit de façon générale d'une molasse sablo-gréseuse, mais elle peut présenter par endroits des intercalations argileuses. Des niveaux de ce type sont signalés aux environs de Bren.

23Les sables kaoliniques (e) : A l'est du massif cristallin de Saint-Vallier, on trouve des sables kaoliniques datés de l'Éocène dits « sables de Douévas ». Il s'agit d'une alternance de bancs sableux blancs ou jaunâtres composés de quartz, feldspaths et galets de roches cristallophylliennes dans une matrice kaolinique. Des affleurements de cette formation sont visibles à Douévas, les Planards et Larnage.

24Le tableau suivant (tableau 1) présente une synthèse des types d'argiles disponibles aux alentours de chacun des ateliers étudiés. Y sont intégrées également, à titre comparatif, les observations faites lors de prospections géologiques autour des ateliers de Bren, Vienne et Loire-sur-Rhône.

Tableau 1. Les différentes argiles utilisées par les artisans au Moyen Age et à l'époque moderne

Tableau 1. Les différentes argiles utilisées par les artisans au Moyen Age et à l'époque moderne

25A Larnage, ce sont les argiles kaoliniques qui ont été utilisées pour la fabrication des céramiques à pâte blanche et glaçure jaune.

26A Bren, l'atelier est installé directement sur un banc d'argiles pliocènes. Celles-ci n'ont pourtant été utilisées que pour la fabrication des fours. Les céramiques ont été réalisées avec des argiles non calcaires. Aucun prélèvement de ce type d'argile n'a pu être effectué aux alentours de Bren. Il faut vraisemblablement les rechercher dans les formations miocènes ou dans les colluvions.

27Trop peu d'analyses de composition des pâtes concernant les produits de la vallée du Rhône ont été réalisées pour indiquer sans risque quels types d'argile ont utilisés les potiers. L'aspect des pâtes évoque des argiles non calcaires (Vienne, Loire-sur-Rhône, Érôme). Cependant un des tessons analysés révèle une composition à forte teneur en calcaire. La tradition rapporte que les potiers de Loire-sur-Rhône utilisaient, au début du XIXe s., un mélange d'argiles loessiques non calcaires et d'argiles pliocènes calcaires (Cochard 1814-1816, pp. Κ à Lv).

28En tout cas, la présence sur les mêmes sites de ces matières premières de nature variée a favorisé la diversité des productions au cours des âges et l'adaptation des artisans à la demande de la clientèle, jusqu'à la généralisation de la faïence qui concerna particulièrement les officines proches des gisements de matériaux calcaires.

29A.S. et E. F.-B.

Une enquête historique fructueuse

30Dès 1899, dans son article consacré à la céramique du Dauphiné, Pilot de Thorey cite de nombreux noms d'artisans, recensés par les registres paroissiaux du XVIIIe s. à Ponsas, à Érôme et à Larnage (Pilot de Thorey 1899). Il signale, en outre, des inventaires après décès qui décrivent des poteries en terre d'Érôme parmi les biens meubles, tant de particuliers que de marchands faïenciers grenoblois (XVIIIe s.). Enfin, il ne manque pas de souligner l'emploi de terre kaolinique à Larnage, pour la confection de creusets destinés à l'Hôtel de la Monnaie de Lyon.

Les sources utilisées

Les enquêtes et statistiques des XVIIIe et XIXe siècle

  • 2 A.D. Isère.- IIC 929, élection de Romans, fol. 178 vo et 192 vo.

31Les procès-verbaux de Réformation des Eaux et Forêts du Dauphiné du XVIIIe s. n'évoquent que très marginalement l'artisanat de la terre cuite, dont l'incidence sur le couvert forestier paraît négligeable aux enquêteurs. Une exception cependant, lors de la visite de la communauté de Serves en 1701, l'officier des eaux et forêts déplore les dégradations commises par les potiers d'Érôme et de Ponsas sur les bois environnants2.

  • 3 Le territoire de l'élection de Romans comportait des communautés situées aujourd'hui dans les dépar (...)
  • 4 A.D. Isère.- IIC 929, élection de Romans, fol. 297.

32Sur les cent quinze communautés recensées dans l'élection de Romans lors de cette Réformation, les mentions relatives à Érôme et Ponsas sont uniques3 Neuf autres communautés seulement comptent des ateliers, des tuileries exclusivement, dont la consommation en bois est sans conséquence sur le couvert forestier. Ainsi à Viriville (Isère) où les tuilleries quoyqu'au nombre de quatre (...) ne doivent faire aucune peine par rapport à la consommation du bois ; leur activité est en effet discontinue et le bois utilisé est si peu de chose dans un territoire si remply d'arbres4.

  • 5 A.D. Isère.- IIC 927, 930-931.

33Le dépouillement des procès-verbaux de Réformation des élections de Vienne et Grenoble, n'indique guère que quelques tuileries, mais aucun autre atelier de poteries, et surtout il n'est question que d'établissements isolés, jamais d'activité communautaire, comme à Ponsas et à Érôme5.

34Citons ensuite plusieurs enquêtes sur l'industrie de l'Ancien Régime. Celle de l'intendant Fontanieu date de 1730. Elle enregistre deux cent trente-cinq ouvriers travaillant à la poterie de terre sur l'ensemble de la province, en spécifiant qu'à Larnage, on fabriquait des creusets de poterie blanche ; à Thein (Tain-l'Hermitage) des pipes grossières ; à Chantemerle de la tenaille rouge ; à Mercurol, de la tenaille blanche ; à Serves des pots grossiers et de la ferraille fine couleur café de même qu'à Ponsas où, en outre, on commercialisait de la faïence blanche (Dubois 1932).

35Ces communes sont les seules à être citées dans les élections de Romans et de Valence. Le centre de Dieulefit dépend de l'élection de Montélimar ; les élections de Grenoble et de Vienne ne comportent aucune mention d'atelier de poterie.

36L'enquête industrielle de 1772 mentionne deux cent cinquante-huit ouvriers occupés à la fabrication de la poterie dans la province du Dauphiné. Outre Dieulefit (vingt-huit fabricants), les communautés citées dans le département de la Drôme sont Érôme (avec vingt-cinq fabricants) et Ponsas, où seul un fabricant de faïence fine est recensé (Pilot de Thorey 1899).

37Le nombre de fabricants comptabilisés à Érôme et Dieulefit est à peu près équivalent ; néanmoins, le centre de Dieulefit emploie en outre deux cent vingt-quatre ouvriers potiers, celui d'Érôme aucun. Alors que chaque fabrique de Dieulefit réalise vingt fournées annuelles, celles d'Érôme n'en cuisent que cinq à huit. D'emblée, on peut remarquer qu'à la fin de l'Ancien Régime, les structures de production de ces deux centres ne sont guère comparables : à Dieulefit, les ateliers sont organisés selon un schéma semi-industriel, tandis qu'à Érôme fonctionnent des cellules artisanales, de type familial.

38Il apparaissait, malgré ces différences, qu'Érôme et sa région offraient cependant des caractères propres à un centre important de fabrication de céramiques :

  • une tradition de l'artisanat de la terre cuite qui s'est exercée durant deux siècles au moins (XVIIe-XIXe s.) ;

  • une concentration d'individus spécialisés à divers titres : spécialisations économique, technique (poterie réfractaire, faïence...) ;

  • une commercialisation à moyenne distance des productions ; même si sur ce dernier point les indices étaient plutôt ténus, les potiers d'Érôme fournissaient au moins Grenoble.

39Dans ces conditions, et parallèlement aux prospections de terrain, il a paru pertinent d'effectuer des études d'archives, afin de mieux estimer l'ampleur de l'activité céramique d'Érôme et de sa région.

Les principaux fonds d'archives

40L'essentiel des dépouillements a porté sur l'imposante collection d'archives notariales conservée aux Archives Départementales de la Drôme, à Valence. La création, au cours du XVIIIe s., des bureaux d'enregistrement des actes notariés de Saint-Vallier et Tain-l'Hermitage, facilite les recherches relatives à cette période. Les registres du Contrôle des Actes sont souvent imprécis (sans nom de métiers, ni nature des biens) et ce sont surtout les tables des mutations d'immeubles ou de contrats de baux à ferme qui ont retenu notre attention.

41Malgré l'abondance des actes notariés étudiés (testaments, contrats de mariage, quittances ou obligations, contrats de ventes, baux à ferme...) et celle des actes de procédure (mises sous séquestre de biens, tutelles, partages successoraux...), les données concernant la pratique du métier de potier (ou tuilier), les droits et contraintes seigneuriaux relatifs à son exercice ou à la transmission du patrimoine professionnel demeurent exceptionnelles. En outre, sur les centaines d'actes notariaux dépouillés, plusieurs dizaines sont rédigées au profit de potiers et de tuiliers, mais aucun n'enregistre la vente de céramique.

42Les transactions immobilières et pécuniaires représentent en effet la majorité des affaires conclues devant notaires. Ces données sont sans doute très intéressantes au regard de l'histoire des fortunes et de l'économie rurale, mais il nous a semblé prématuré d'aborder de telles questions ; par ailleurs, les relations interpersonnelles (familiales, mais aussi financières) sont omniprésentes, mais là encore il nous paraît préférable de réserver l'étude sociologique et de nous consacrer d'abord à celle de l'organisation professionnelle.

43Des séries à caractère plus proprement économique, comme la série C (administration régionale de l'Ancien Régime), ne possèdent malheureusement pas d'inventaires assez détaillés qui permettraient d'aborder de front la question de l'artisanat céramique dans le département de la Drôme.

44La série Ε (sous-section Communes) répertorie essentiellement les registres paroissiaux et d'État Civil pour les communes de Larnage, Ponsas et Érôme. La commune de Larnage possède un fonds d'archives plus abondant, où figurent, entre autres, des parcellaires du XVIIe s. La sous-section Famille (dépôts des papiers de familles) de la série Ε a fourni un point de départ à l'étude ; parmi les actes concernant deux familles de potiers d'Érôme, des noms de notaires étaient mentionnés à plusieurs reprises. Ces études ont donc été examinées particulièrement. Des sondages ont néanmoins été pratiqués dans les registres d'autres fonds de notaires. Ont été ainsi sélectionnés les notaires résidant à Tain-l'Hermitage, Saint-Vallier, Marsas et Chantemerle-les-Blés. Bien que ce choix soit aléatoire, il reste la seule méthode possible eu égard au volume des registres notariaux. Ainsi, le fonds Jean Baptiste Baborier, notaire à Saint-Vallier de 1726 à 1762, est constitué de vingt-quatre registres de deux cent cinquante feuillets chacun (en moyenne).

45Dans la série Β (archives judiciaires), le dépouillement exhaustif des actes des judicatures d'Érôme, Gervans, Ponsas, Serves et Larnage a été entrepris. Seuls les XVIIe et XVIIIe s. sont représentés. L'intérêt majeur de ces dossiers, certains concernant des artisans céramistes, est de fournir, à l'occasion de procédures civiles ou criminelles (règlements de successions litigieuses, comptes-rendus d'audiences...), des inventaires de biens meubles et immeubles.

46Le XIXe s. a été volontairement négligé (la bibliographie indique pourtant avec certitude que l'artisanat céramique y était florissant). La plupart des découvertes archéologiques faites à Lyon concernent des lots de céramiques datées des XVIe, XVIIe et XVIIIe s. ; étant donné notre volonté de travailler en liaison avec les données de terrain, la période contemporaine n'a pas été étudiée en détail.

47En dépit de ce choix, la consultation des documents cadastraux du XIXe s. reste indispensable, à moins d'ignorer une question essentielle : celle des localisations d'ateliers ou de carrières. Les rares précisions géographiques antérieures au cadastre napoléonien ne dépassent guère l'échelon du lieu-dit et les parcellaires de l'Ancien Régime (quand ils existent) ne sont pas toujours interprétables. On a considéré que la localisation des ateliers du début du XIXe s. pouvait guider la recherche des établissements plus anciens. Ces précisions topographiques sont essentielles pour orienter les prospections de terrain ; elles livrent aussi des renseignements relatifs à l'implantation des ateliers, comme leur intégration éventuelle à l'habitat, leur constitution en quartier spécialisé, et la proximité des lieux d'extraction de l'argile...

Réalité d'un artisanat

  • 6 A.D. Drôme.- 2E 2456, étude Tozel, 1467-1478 - 2E 2455, étude Des Rosiers 1449-1450 - 2E 2457 - 245 (...)

48On ignore actuellement si l'artisanat céramique s'exerçait déjà dans cette région à la période médiévale. Au cours des sondages dans les archives notariales, les registres de trois notaires établis à Saint-Vallier au XVe s., ont été dépouillés, mais sans résultat6 L'essentiel de la documentation présentée ici concerne les XVIe, XVIIe et XVIIIe s.

Les matières premières

L'argile

49L'aspect technique ou géologique n'est bien entendu jamais évoqué directement, les mentions concernant plutôt les propriétés des terrains argileux ou la manière de les exploiter.

50On dispose de cinq textes qui enregistrent la cession de terres propres à la fabrication de la céramique.

  • 7 A.D. Drôme.- 2E 9460.

51- Le premier, daté de 1623, est sans doute le plus riche7. Il conclut un accord entre deux beaux-frères, tous deux potiers à Gervans, pour l'exploitation des biens dotaux de leurs épouses respectives. L'accord stipule quil pourron prendre heux et leurs hoirs, héritiers, successeurs, a l'advenir quelconque de [la] terre d'argile pour servir a leur mestier pour faire la potterie de terre, sur le fonds l'un de l'autre au lieu-dit Le Blanc, sur le territoire de la commune de Gervans.

52- En 1717, Félix Delosme cède à son fils Jacques, potier de terre à Larnage, à l'occasion de son mariage,

  • 8 A.D. Drôme.- Β 1635 (judicature de Larnage), succession F. Delosme.

la propriété d'une terre (...) située audit Larnage, au terroir des Grenouillères (...) dans lequel fond est un terrier de mine blanche pour jouir duditfond du jour de nopces8.

53La mention terrier de mine blanche indique avec certitude qu'au début du XVIIIe s. au moins, on exploitait le kaolin de Larnage. Jusqu'alors, les seules mentions de son emploi concernaient la fabrication des briques réfractaires au XIXe s. et des creusets au XVIIIe s.

54- Le troisième document enregistre le mariage, en 1701, de Claude Nicolas, potier de terre à Ponsas ; il reçoit de sa mère Jeanne Sonier

  • 9 A.D. Drôme.- Β 2262 (judicature de Serves), papiers de la famille Nicolas.

une maison et ezance, terre et jardin avec l'usage du four à cuire vesselle et sa chape, quelle a scituée audit Ponsas ; [elle] luy constitue le droit quelle a de se servir et prendre de terre propre à faire veysselle dans le fond dudit feu Sonier9.

55Ce dernier, père de Jeanne Sonier, lui avait remis en dot l'ensemble des biens et droits énumérés.

56Outre l'affirmation du droit de prendre la terre et sa transmission directe ou par alliance, il apparaît au fil de ce contrat que la carrière d'argile et le four à poteries pouvaient être voisins, à condition que le fond mentionné ne fasse qu'un avec la maison, terre et jardin.

57- Par une vente conclue le 24 avril 1782, Henri Sonier, potier de terre à Ponsas, cède à Fabien Robin, lui-même marchand potier à Ponsas

  • 10 A.D. Drôme.- 2E 9591.

le droit et faculté exclusive de tirer de la terre de tuilerie et poterie dans une pièce de terre que jouit et possède ledit Henri Sonier au lieu de Ponsas. Ce droit est cédé à perpétuité, c'est-à-dire pour tout le tems ou il y aura dans le susdit fond de le terre propre à la tuillerie ou poterie10.

58Les modalités d'exploitation du terrain sont ensuite détaillées. Fabien Robin est autorisé

à rouvrir quelques carrières qui auraient été abandonnées depuis plus de quatre ans [mais il est tenu de] payer les dommages qu'occasionneraient cette nouvelle recherche relativement aux arbres qui y avaient été plantés après ledit temps.

59Enfin il est censé rendre le terrain dans l'état dans lequel il l'a trouvé

les trous de carrières devant après l'entière fouille [être] recomblés autant que faire ce pourra et le plus uniment possible.

60Par ailleurs, le propriétaire, H. Sonier, se réserve la sixième partie des terres de tuilerie et poterie pour son usage personnel, s'engageant à dédommager F. Robin pour les frais d'extraction. Enfin une dernière restriction intime à Robin de déblayer l'argile extraite dans un délai de deux ans faute de quoi il serait loisible audit Saunier de sen prévaloir.

61L'argile extraite à Ponsas paraît avoir servi indistinctement à la fabrication des tuiles ou des poteries (à moins qu'il ne s'agisse d'envisager légalement les deux cas afin d'éviter toute controverse).

62- Le bail consenti en 1629 par Jehan Rebatet potier de terre à Erôme (en tant que tuteur de Guillaume, fils de feu Jacques Rebatet potier de terre à Érôme) à un dénommé Sébastien, précise entre autres que Jacques Rebatet avait acquis

  • 11 A.D. Drôme.- 2E 9460.

avec les autres pothiers de terre dudit lieu tous les droictz et pouvoir et faculté [d'extraire de l'argile] dans les terres out terroir que son propre a prendre de terre pour le service de leurdit mestier11.

63La contrepartie de ce droit consiste en une rente dont le montant n'est pas précisé. Le droit dont disposait Jacques Rebatet, ou plutôt sa part, est loué à Sébastien pour une durée de neuf ans et pour le loyer de deux livres deux sous.

64L'ensemble des textes cités permet de supposer que l'extraction d'argile se faisait dans chaque communauté (Ponsas, Érôme) dans plusieurs carrières plus ou moins temporaires, dans des terroirs connus pour leur sous-sol argileux, mais malheureusement non localisés. L'extraction était pratiquée directement par le potier, même s'il arrivait qu'il puisse acheter sa terre à un confrère. Des inventaires de biens d'artisans potiers énumèrent d'ailleurs quelques outils d'extraction. Louis Nicolas, potier de terre à Érôme, décédé vers 1758, laissait

  • 12 A.D. Drôme.- Β 1514 (judicature d'Érôme), succession Nicolas.

65un tour de bois pour tirer de la terre [et] deux cordes assez grosses servant pour sortir la terre des mines12.

  • 13 A.D. Drôme.- Β 1520 (judicature d'Érôme), succession Carrier.

66Jean Carrier marchand faïencier à Ponsas mourut en 1768, laissant quatre bennes servant à voiturer de la terre13.

  • 14 Drôme.- 2E 7825.

67On conclura en abordant un arrentement passé, le 21 août 1769, par Claude François de Mure, seigneur de Larnage, à Jean Sauvajon, potier à Érôme et Claude Chabrerat, travailleur de Larnage14 Le seigneur de Larnage baille à ferme, pour une durée de quatre ans

les mines de terres blanches situées dans l'étendue de la terre et seigneurie de Larnage, c'est à dire les droits seigneuriaux que ledit seigneur a sur lesdites mines pour en jouir par lesdits fermiers ainsi qu'en ont jouits ou dus jouir les précédents fermiers suivant les titres et la possession dudit seigneur. [Il est] au surplus convenu que lesdits fermiers ne pourront faire de magazins de la terre blanche dudit lieu de Larnage (...) qui puissent causer des dommages interest audit seigneur ny à ses fermiers postérieurs, et dans le cas quils se trouveraient entre les mains au dela de ce quils pourroient débiter la dernière année de leur ferme, ils seront tenus de la laisser audit seigneur de Larnage ou aux fermiers qui leur succéderont, étant préalablement remboursés de la valleur, comme aussi lesdits fermiers s'obligent de veiller exactement à l'exploitation desdites mines, à la conservation des droits dudit seigneur sur icelles et de procurer le débit de la terre en provenant le plus qu'il leur sera possible, tant en terre qu'en creuzets. Ledit seigneur demeurant chargé d'inhiber et faire inhiber à tous les habitants du lieu de Larnage et ailleurs de prendre, vendre et débiter aucune partie de leur terre blanche sus-affermée sous quelque prétexte que ce soit, donnant pouvoir a cesdits fermiers de se pourvoir en son nom contre les contrevenants (...) bien entendu qu'il est prohibé à tout particulier de ladite terre et ailleurs, sauf lesdits fermiers de faire des creuzets suivants les titres dudit seigneur.

68La teneur de cet acte est radicalement différente de celle des textes cités précédemment. La gestion des gisements de kaolin s'effectue dans le cadre seigneurial et leur propriété demeure l'exclusivité, semble-t-il, du seigneur de Larnage. Le montant de la ferme s'élève à cinq cent cinquante livres payables annuellement et il faut supposer que le produit de la vente des creusets et du kaolin couvre au moins ce loyer, auquel il faut ajouter les frais d'exploitation. Peut-on pour autant en déduire le coût de la matière première ? L'interdiction de stocker l'argile, l'exclusivité de son extraction et de sa vente indiquent néanmoins qu'il s'agit d'une denrée rentable, sinon rare. La qualité des fermiers est difficile à interpréter ; l'un d'entre eux est potier, mais il n'en ressort pas pour autant qu'il utilise le kaolin pour son propre travail.

69On a déjà vu que le kaolin de Larnage servait à la fabrication de creusets destinés à l'Hôtel de la Monnaie de Lyon. Or, en 1728, la ferme des mines de terre blanche était directement concédée aux maîtres affineurs de l'Hôtel de la Monnaie de Lyon. On peut se demander si les creusets mentionnés par l'acte de 1769 sont réservés au même usage, ou s'ils sont destinés à d'autres activités métallurgiques ; les débouchés et la commercialisation s'en trouveraient alors modifiés...

Le combustible

70Aux actes notariaux d'intérêt local, s'ajoutent les documents issus de l'administration forestière de la province, évoqués en introduction, et dont le point de vue plus général mérite d'être rappelé.

71Le procès-verbal de réformation de 1701 mentionne l'exploitation, au lieu-dit Les Planards, de bois

composés en pueil de chênes, hêtres, noisettiers, chataigniers et mort bois qu'on coupe à deux ou trois ans au plus sans ordre reiglé ny mesure ny aucune réserve de balivaux, pour en faire des bourrées qu'on vend ensuite aux potiers et tuiliers qui sont establis aux environs dudit bois ; [ce qui provoque] une grande dégradation au moyen des fourneaux.

  • 15 A.D. Isère.- IIC 929, élection de Romans, fol. 178 vo.

72Les fourneaux incriminés sont ceux des potiers d'Érôme15.

73Plus brièvement évoqué, le cas de Ponsas et des alentours de Saint-Barthélemy-de-Vals n'en amène pas moins le réformateur à critiquer les

abus que causent les faiseurs de briques et de thuiles. Quelques thuileries et quelques fours de pottiers de terre

  • 16 Idem, fol. 192 vo.

74sont en activité dans la communauté de Ponsas, mais le bois est acheté en dehors de son territoire propre, entre autres sur celui de Saint-Barthélémy-de-Vals (bois taillis de chêne, hêtre et meschans pin)16.

75La visite de réformation de 1727, précise, quant à elle, que l'on coupe

  • 17 A.D. Isère.- IIC 961-962, élection de Romans, fol. 504.

journellement 200 seterées de taillis pour la cuison (sic) de la vaisselle de terre que l'on fabrique dans le pays17.

76Il semblerait donc que les ateliers d'Érôme et de sa région provoquaient des dégradations préjudiciables aux forêts locales. Avant d'en déduire sûrement que l'artisanat céramique était gros consommateur de bois et, par voie de conséquence, que cette activité était intense, sinon florissante, il paraît indispensable de rappeler deux faits. D'une part, le couvert forestier des communautés d'Érôme et de Ponsas étaient peut-être plus fragile que ceux d'autres communautés de l'élection. D'autre part, il ne faut pas oublier que l'un des objectifs prioritaires des officiers commis à la réformation de 1701 était de déterminer les parcelles dont les bois convenaient à la construction navale. La proximité d'un cours d'eau était essentielle pour assurer le flottage des grumes. Or la communauté d'Érôme correspond parfaitement à ce schéma, puisqu'elle borde la rive gauche du Rhône. La sévérité du réformateur à l'égard des déprédations provoquées par les artisans potiers ou tuiliers s'en trouvait sans doute renforcée.

77Un acte notarié, de la même époque, contredit par ailleurs l'accusation portée par les officiers de Eaux et Forêts contre les potiers et les tuiliers d'exploiter les bois sans souci de gestion du couvert forestier. Il s'agit d'un contrat conclu par cinq potiers d'Érôme pour l'exploitation d'une coupe de bois. Située dans le territoire du mandement de Chantemerle, cette coupe est relativement éloignée des ateliers. Elle comprend l'exploitation de deux tènements de bois pour une durée de trois années consécutives ; le propriétaire de la coupe se réserve les chênes et les hêtres, abandonnant aux potiers les pins et les charmes sur pied, ainsi que le mort bois de chêne. La coupe est donc réglée, la conservation des essences est prévue par la réserve les grosses souches de chênes et de hêtres. Enfin, seules les essences de moindre qualité sont accessibles aux potiers, celles propres à faire du bois d'œuvre leur étant interdites. Bien entendu, cet acte unique ne suffit pas pour infirmer les dires des réformateurs des Eaux et Forêts, tout au plus peut-il les nuancer.

L'atelier

78Aucun texte traitant de l'atelier du potier ou du tuilier n'est antérieur au XVIIIe s. Le fonds Habrard (notaire à Saint-Vallier) comprend pour les années 1621-1633 une centaine d'actes, pour la rédaction desquels ont comparu des artisans de la terre cuite. Aucun ne concerne l'atelier et ses dépendances, mais les raisons d'un tel laconisme sont peut-être fortuites.

79A partir du XVIIIe s., trois catégories de renseignements apparaissent ; elles concernent l'atelier en tant que tel (localisation, structures bâties), son outillage et les modalités de son fonctionnement.

Les bâtiments

80La composition des bâtiments est diversement décrite. En 1701, le contrat de mariage de Claude Nicolas, potier à Ponsas, fait état

  • 18 A.D. Drôme.- Β 2262.

d'une maison avec l'usage du four à cuire veysselle et sa chape et, en outre d'une boutique de poterie [avec] ses meubles18.

81L'héritage de Jacques Delome, potier à Larnage, comporte

des bâtiments composés de plusieurs pièces d'écurie, cellier, cave, le tout joint ensemble avec une pièce servant pour la poterie, d'un petit magazin, d'un four à cuire le pain et un autre pour la vaisselle, d'un engare, plassage, cour et aisance ;

  • 19 A.D. Drôme.- Β 1635.

82un jardin, une aire de battage pour le blé et un parc à bestiaux complètent l'ensemble19.

83Dans ces deux exemples, l'atelier n'est pas distinct des bâtiments de l'exploitation agricole (cas Delome) ou de la maison d'habitation (cas Nicolas) ; tout au plus, une ou plusieurs pièces sont-elles réservées à la fabrication de la céramique : atelier proprement dit, magazin et/ou boutique. A l'inverse, le four est soigneusement distingué : chacun des ateliers le possède en propre et il se trouve sans doute à proximité du corps de bâtiment principal.

  • 20 A.D. Drôme.- Β 1520.

84A l'occasion du décès en 1768 de J. Carrier, marchand faïencier de Ponsas, l'huissier chargé de dresser l'inventaire de ses biens visite successivement la cuisine, la chambre, un cabinet, la lingerie, le magasin et la fabrique. Dans ce cas encore, la maison abrite l'atelier-ou l'inverse ! - et s'il n'est pas fait mention d'un four, c'est sans doute parce qu'il s'agit d'un inventaire des effets mobiliers20

85L'inventaire des biens de L. Nicolas, potier décédé en 1758, n'est pas aussi disert ; il signifie seulement que la maison du défunt est située dans le village d'Érôme, voisine

  • 21 A.D. Drôme.- Β 1514.

d'un plassage dans lequel il y a un four à cuire la veyselle de terre, presque détruit21.

86Deux contrats de louage, à Ponsas pour une tuilerie et à Érôme pour une fabrique de faïence, diffèrent sensiblement des actes précités.

  • 22 A.D. Drôme.- 2E 4905.

87En 1748, Catherine Paradis baille en location une tuillière avec ses aisances à Sébastien Carrier, marchand faïencier de Ponsas. L'établissement est situé à Ponsas, voisin - mitoyen ? - à l'est du four d'Henri Carrier, au nord de la tuilerie de Guillaume Graillat. L'ensemble, avec le four attenant, semble constituer une unité distincte. Sans pour autant évoquer un quartier spécialisé, il est remarquable de constater qu'au même endroit, s'élèvent - au minimum - trois établissements de fabrication de la terre cuite22.

88Le 14 juillet 1786, Claire Sauvageon loue aux frères Marion, fabricants de faïence

un corps de bâtiments servant de boutique, magasin pour la fabrique de la fayance, avec un four à cuire la vessele (...) aisance ou sol à battre le bled.

  • 23 A.D. Drôme.- 2E 7846.

89Là encore, il semble que les bâtiments évoqués soient exclusivement consacrés au travail de la céramique23.

90Il est difficile, on le voit, de décrire un atelier type de la région d'Érôme ; les actes consultés témoignent plutôt en faveur d'une certaine disparité. Néanmoins, la faiblesse de l'échantillonnage et la diversité des activités (tuile, poterie, faïence) en sont peut-être la cause.

L'outillage et le mobilier

91Seuls les inventaires après décès et les contrats de location ont fourni quelques données sur ce sujet. Les testaments ne mentionnent jamais l'outil de travail et les contrats de mariage ne détaillent pas la composition des meubles de l'atelier. Trois actes traitent de la fabrication de la faïence, un seul de celle de la poterie.

92Outre les outils (fig. 58) liés à la seule extraction de la terre (cf. supra), les outils de fabrication sont les suivants :

  • 24 A.D. Drôme.- Β 1514, succession Sauvajon (faïence), ibid, succession Nicolas (poterie), 2E 1846, Sa (...)
  • 25 A.D. Drôme.- Β 1520 Carrier J. (faïence).

93- des roues à faire vaisselle ou tours à fabriquer, la plupart du temps au nombre de deux24 ou trois25 en bois de sapin, ou de chêne et noyer ;

94- des planches en bois de sapin (de douze à vingtquatre), pour entreposer la ferraille ;

95- un banc à battre la terre (parfois en bois de mûrier) avec ses petites barres de fer avec le même usage ou pals ;

96- un ou deux moulins pour le vernis (alquifoux ou sulfure de plomb, pas de mention d'étain). Absent de l'inventaire du faïencier M. Sauvajon, un moulin est en revanche présent dans celui du potier L. Nicolas. On trouve en outre

un mortier en bois à piler le vernis et un marteau de fer avec son manche bois pour piquer la pierre du moulin

  • 26 A.D. Drôme.- 2E 7847.
  • 27 A.D. Drôme.- Β 1520.

97dans l'énoncé du contrat de location entre C. Sauvajon et J. Adam, faïencier26. L'inventaire de L. Nicolas, faïencier, signale 45 livres de verny moulu dans une urne, celui du faïencier J. Carrier 14 terrasses de terre pour l'entrepôt du verni lorsqu'il est moulu27 ;

  • 28 A.D. Drôme.- Β 1514 Nicolas (poterie).

98- des tonneaux servan à tenir l'eau et la brouette pour les porter28.

58 - Atelier de potiers de terre

58 - Atelier de potiers de terre

Extrait de l'Encyclopédie ; Diderot et d'Alembert, Arts de la céramique, (Inter-Livres, Pl. I)

99Seul J. Carrier, faïencier à Ponsas, fabriquait des céramiques moulées. Il possédait en effet un assez grand nombre de moules de plâtre pour les plats, les assiettes, les terrines, les saladiers, les plats à barbe, les salières, les cafetières...

  • 29 A.D. Drôme.- Β 1514, Sauvajon (faïence) et Nicolas (poterie).
  • 30 A.D. Drôme.- 2E 7847.

100Enfin, trois actes mentionnent des éléments de fours ou de mobilier de cuisson. Deux d'entre eux recensent une douzaine de planches ou soliveaux pour la couverture du four à cuire la vaisselle29 le troisième précise que parmi les biens loués avec la fabrique de faïence, J. Adam dispose des plaques et pilliers nécessaires pour les fournées de la fayence30.

Les modalités d'exploitation : propriété et location

  • 31 A.D. Drôme.- 2E 4905, Paradis/Carrier.

101La plupart des artisans possèdent leur atelier, parfois les terrains d'où ils extraient l'argile. Par ailleurs, leurs testaments indiquent qu'ils sont souvent propriétaires de parcelles de bois ou de broussailles. Les biens immobiliers échouant en déshérence ou en usufruit (à la veuve dans la plupart des cas) peuvent être loués ou vendus à des artisans sans atelier ou qui désirent effectuer un placement ; ainsi un faïencier de Ponsas devient, en 1748, locataire d'une tuilerie située dans la même commune31.

102Enfin, quelques textes témoignent que les fours peuvent être utilisés, sinon collectivement, du moins par les membres d'une même famille. Jeanne Sonier, par exemple, a droict de jouir par moytié avec les héritiers de feu Claude Sonnier, son père, du four à poterie sis à Ponsas dont elle dote en 1701 son fils Claude Nicolas.

103C. Sauvajon, quant à elle, stipule dans le contrat de location de sa fabrique de faïence d'Érôme aux frères Marion, qu'elle se réserve de

  • 32 A.D. Drôme.- 2E 7846.

faire cuire dans le four sus-affermé toute la vesselle qui pourra être fabriquée par sa famille, à la charge qu'elle remplacera à chaque fournées les plaques et les piliers qui se casseront32.

Les artisans

Des « lignées » d'artisans potiers

104Sans prétendre recenser exhaustivement l'ensemble des artisans de la terre cuite qui ont travaillé à Érôme et dans sa région, il était intéressant d'en présenter la population (tableaux 2 à 6). Les listes de potiers, tuiliers... qui suivent n'ont pas à proprement parler de valeur statistique. Tout au plus reflètent-elles bien la densité élevée de cette population qui laisse supposer un artisanat actif. La quarantaine de potiers recensés à Érôme/Gervans sur une période d'une douzaine d'années seulement (16211634) révèle bien cette vitalité.

105La progression du nombre des artisans que l'on observe entre la fin du XVIe s. et le XVIIIe s. est plus délicate à interpréter. Il est indéniable, en effet, que même s'il est probable que l'artisanat ait connu une expansion réelle entre ces deux périodes, cette croissance est fortement accentuée par l'inflation de la documentation disponible. Les moyens de pondérer de manière sûre cette augmentation restent encore à trouver ; par ailleurs, il faut rappeler que les dépouillements des archives notariales ne sont pas exhaustifs, ce qui renforce le caractère aléatoire des données chiffrées.

Tableau 2. Les artisans « oulliers de terre » au XVIe s. à Larnage et à Érôme

Tableau 2. Les artisans « oulliers de terre » au XVIe s. à Larnage et à Érôme

Source : registres de Geoffroy Charron, notaire à Tain-l'Hermitage
Source : Estienne Deloche, notaire à Tain-l'Hermitage ; A.D. Drôme 2E 5727 (1578-1581)

A.D. Drôme 2E 5720 (1552-1553)

Tableau 3. Les artisans céramistes au XVIIe siècle

Tableau 3. Les artisans céramistes au XVIIe siècle

Source : Pierre 1er Habrard, notaire à Saint-Vallier 

A.D. Drôme 2E 9460-9460 bis (1621-1633)

106De même, on a opté pour une présentation par étude notariale de ces listes, afin de bien mettre en évidence les possibles variations de qualité qui pouvaient exister entre les différents registres. Par exemple, les registres des notaires Deloche (XVIe s.) et Habrard (début XVIIe s.) ne recensent aucun artisan exerçant à Ponsas (tableaux 2 et 3). Doit-on pour autant en conclure que des potiers étaient installés à Érôme plus précocement qu'à Ponsas ? Rien n'est moins sûr, car il est fort possible que le notaire des artisans de Ponsas n'ait pas été retrouvé. La question mérite pourtant de rester posée.

107A l'inverse, l'absence de tuiliers à Érôme paraît plus significative. Elle est d'ailleurs confirmée par les registres paroissiaux de cette commune et par les actes de procédure. Difficile d'envisager que cette absence ait affecté toutes les sources consultées sans qu'elle corresponde à une réalité historique. A une époque ou la diversification des activités de la terre cuite est plutôt la tendance, la relative résistance d'Érôme à ce courant est remarquable. En revanche, l'apparition des faïenciers au cours de la deuxième moitié du XVIIIe s. coïncide avec la généralisation de la faïence à cette période (tableaux 4 à 6). La permanence de certains patronymes (les Delome à Larnage) ou leur fréquence (les Faure à Ponsas) révèle la spécialisation de plusieurs familles dans l'artisanat de la terre cuite. Il existe également de nombreux exemples d'alliances passées entres ces diverses familles, sans doute à la faveur d'intérêts professionnels communs.

Tableau 4. Les artisans céramistes à la fin du XVIIe siècle

Tableau 4. Les artisans céramistes à la fin du XVIIe siècle

Source : Pierre Richard, notaire à Chantemerle-les-Blés

A.D. Drôme 2E 7717-7718, (1697-1698, 1699-1700)

Tableau 5. Les artisans céramistes au XVIIIe siècle

Tableau 5. Les artisans céramistes au XVIIIe siècle

Source : Jean-Baptiste Baborier, notaire à Saint-Vallier 

A.D. Drôme 2E 9510-9511 (1726-1732)

Tableau 6. Les artisans céramistes au XVIIIe siècle

Tableau 6. Les artisans céramistes au XVIIIe siècle

Source : Bureaux de l'enregistrement des actes notariés : Saint-Vallier

A.D. Drôme 2C 221,223-Tain-l'Hermitage
A.D. Drôme 2C 233,3Q (1799)

L'apprentissage

108Le degré de qualification des divers artisans n'est guère évoqué ; l'appellation maître potier figure dans plusieurs actes notariés, mais on ignore si elle était employée au sens strict de la hiérarchie artisanale, faute d'autres indices relatifs à la maîtrise.

  • 33 A.D. Drôme.- 2E 9460.

109Il arrive toutefois qu'un maître potier forme un apprenti. Une quittance du 9 juin 1624 révèle que Claude Rondet, maître potier à Gervans (commune d'Érôme), reçoit en apprentissage Pierre Sylvestre (fils de laboureur) originaire du mandement de Vals (dont fait partie la commune de Ponsas) ; cet apprenti qui déclare se contante[r] fort bien de l'estât de potier de terre33.

  • 34 Idem.
  • 35 Orthographié Bedox ou Bedost.

110Deux ans plus tôt, Jehan Champion confiait à Bastien Bergeron, maître potier à Érôme, son fils Méraud, pour apprendre le métier et l'art de potier de terre34. B. Bergeron s'engage pour un an, assurant l'entretien et la nourriture de son apprenti, en contrepartie de quoi, il recevra trentesix livres, son épouse une paiyre de manches de drap et Jehan Bedox35 son serviteur une payre de bas. Il serait intéressant de savoir si ce J. Bedost est le même que celui mentionné en 1633 comme potier à Gervans, ou encore celui mentionné comme potier à Érôme dès 1629. Ce qui permettrait en effet de donner au terme de serviteur une acception professionnelle, synonyme d'ouvrier.

  • 36 A.D. Drôme.- 2E 9460.

111L'enseignement fut, semble-t-il, profitable à Méraud Champion que l'on retrouve établi potier à Érôme en 1631, lorsqu'il prend en apprentissage Imbert Despinnasses de Gervans. Le contrat est conclu pour une durée de deux ans, M. Champion assurant l'entretien et la nourriture en échange de quoi, I. Despinnasses est tenu de luy donner le service desdites deux années36.

  • 37 Idem.

112Le contrat passé en 1632 entre Pierre Vinel et Jehan Bedox est plus exceptionnel. Il stipule que J. Bedox d'Érôme se louera à P. Vinel de Crussol (Vivarais) pour le servir de son art de potterie de terre ledit tempt [un an] pour le prix et somme de soyxante livres et une chemize de toylle37. S'agit-il d'un contrat entre ouvrier et patron, car il n'est pas question d'association entre les deux parties ? Quant à Jehan Bedox, s'il était fait la preuve de son identité avec les homonymes déjà évoqués, il serait alors possible de lui reconstituer les étapes d'une carrière caractérisée par la mobilité.

Activités complémentaires

113Qu'il se qualifie de potier (ou tuilier) n'empêche guère l'artisan de se livrer à d'autres activités, agricoles pour l'essentiel. Les actes de ventes ou d'échanges de tènements ou terres, vignes, prés, bois... passés entre des particuliers et des potiers (ou entre potiers) sont nombreux ; les aires à battre le blé signalées par plusieurs textes, les pressoirs, tonneaux... mentionnés par d'autres en sont autant de confirmations.

  • 38 A.D. Drôme.- Β 1635.

114A ce titre, on ne citera que deux documents. Le premier répertorie les biens de la succession J. Delome (potier à Larnage, décédé en 1737) ; outre une vingtaine de parcelles (terres arables, vignes, bois...) l'héritage comprend des meubles vinaires, attraits aratoires et cheptiaux de bestiaux38.

  • 39 A.D. Drôme.- Β 2262.

115Le deuxième est constitué par un livre de comptes tenu par Sébastien Nicolas, potier à Ponsas en 1742, qui fait état, au chapitre des recettes, de la vente qu'il fit de pommes, poires, amandes et vendanges39. Il est incontestable qu'à Érôme et dans sa région, l'artisanat de la poterie s'exerçait dans le cadre de l'économie rurale.

Des textes peu précis sur les productions

116Les productions des potiers d'Érôme ou de Larnage ne sont pas traitées dans la majorité des actes notariaux ou judiciaires étudiés. Les inventaires après décès de faïenciers ne mentionnent guère qu'un catalogue de formes, tellement courantes qu'il est de peu d'utilité pour notre propos.

  • 40 A.D. Isère.- 3E 5213, 10 septembre 1760, document communiqué par R. Bony.
  • 41 A.D. Rhône.- BP 1882, BP 2131, BP 2242. A.D. Isère.-13B 635 10 juin et 9 décembre 1782.
  • 42 A.D. Rhône.- BP 1187.

117C'est en fait sur les lieux de consommation que l'on trouve le plus (et c'est encore peu) de renseignements sur les productions du secteur d'Érôme. La céramique fabriquée à Lamage a pu être identifiée parmi les tessons mis au jour sur les chantiers de fouilles de la région Rhône-Alpes grâce aux analyses physico-chimiques de leur pâte. En revanche, il est impossible actuellement de reconnaître les productions d'Érôme ou de Ponsas. Quelques textes d'archives attestent cependant que des productions d'Érôme ont été commercialisées à Lyon, Grenoble et Vienne. Il s'agit dans tous les cas d'inventaires après décès de particuliers (Vienne40 mais surtout de revendeurs (Lyon, Grenoble41 ). Les mentions les plus courantes énumèrent des assiettes, des écuelles, des cafetières ou des plats parfois de couleur grise ou brune. La plus ancienne allusion à ces « terres d'Érôme » figure dans un inventaire lyonnais daté de 161042 (fig. 59).

59 - Extrait d'un inventaire après décès de marchand chandelier lyonnais, daté de 1610

59 - Extrait d'un inventaire après décès de marchand chandelier lyonnais, daté de 1610

Transcription : « demy carteron veycelle terre d'Erosme »

A.D.Rhône. - BP 1887 II

118Si ces données assurent que les poteries d'Érôme atteignaient au moins les villes de Grenoble, de Lyon et de Vienne, la question de leur reconnaissance reste posée. Sur quel(s) critère(s) se basaient les experts chargés de les inventorier ? Quelle signification peut-on attribuer à l'expression « terre d'Érôme » ? Les échantillons collectés lors des prospections, sur le lieu même de la fabrication, offrent sur ce point plusieurs possibilités, puisque plusieurs catégories de produits ont été déterminées (cf. infra).

119S. S.-G.

Les données archéologiques

Localisation des ateliers

120Les prospections ont pris en compte les lieux de production présumés et les lieux d'approvisionnement en matières premières. Des prélèvements ont été effectués dans les différents matériaux argileux mentionnés ci-dessus, afin d'en comparer la composition avec celle des poteries fabriquées dans le secteur. Les flancs des plateaux où s'étagent les talus limoneux et loessiques, les anfractuosités des ravins où affleurent les argiles pliocènes ont été explorés. Une carrière ancienne a été repérée sur la commune d'Érôme où, semble-t-il, ces deux catégories de matériaux ont été exploitées, la première en front de taille, la deuxième en puits (fig. 60). Il est bien sûr impossible de dater l'ouvrage, abandonné, semble-t-il, assez récemment et qui a pu alimenter les derniers ateliers d'artisanat d'art encore en activité dans le secteur. Du moins peut-on y voir l'ultime répondant archéologique aux informations fournies par les textes des XVIIe et XVIIIe s. : à Érôme, Ponsas et Gervans l'argile était extraite par les carriers eux-mêmes, en puits ou en fosses à ciel ouvert, dispersés sur les affleurements argileux à proximité des ateliers (cf. supra). En revanche l'exploitation des terres blanches ou kaolins de Lamage et de ses environs a considérablement marqué le paysage (fig. 61). De vastes carrières en front de taille sont encore en activité pour la fabrication de produits industriels. Les traces des exploitations anciennes ont disparu en raison de la mécanisation du travail. Les textes mentionnent toutefois l'utilisation du kaolin pour la fabrication de vaisselle de terre dès le début du XVIIIe s. (cf. supra).

60 - Dernières traces d'exploitation d'argile sur la commune d'Érôme : extraction en puits et en carrière

60 - Dernières traces d'exploitation d'argile sur la commune d'Érôme : extraction en puits et en carrière

61 - Ancienne carrière de kaolin de Douévas, au nord de Larnage

61 - Ancienne carrière de kaolin de Douévas, au nord de Larnage

121Guidées par l'enquête historique et, en ce qui concerne la localisation des ateliers, plus particulièrement par les cadastres anciens, les prospections se sont déroulées dans les villages euxmêmes et à proximité. La vigne occupe encore une grande partie des parcelles cultivées au pied des reliefs. Vergers et potagers, attenants aux bâtiments d'exploitation, s'insèrent jusque dans les agglomérations, facilitant ainsi la prospection. Les modifications récentes apportées au cours du Rhône et l'industrialisation de ses rives laissent, en revanche, peu de chance de découvertes sur les franges ouest des communes.

122Dans les parcelles accessibles, essentiellement des vignes sur les communes d'Érôme, Ponsas et Gervans et des terres labourées à Larnage, les ramassages de surface ont été réalisés par progression régulière et parallèle des prospecteurs (fig. 62). Compte tenu des surfaces en cause et du caractère aléatoire de l'accessibilité des parcelles dans ces zones densément habitées, on ne pouvait prétendre effectuer des ramassages aussi exhaustifs et systématiques qu'en Bresse ou en Beaujolais. Seules les zones de concentration évidente de tessons ont été reportées sur les plans parcellaires. Les zones livrant des épandages de tessons plus diffus n'ont pas été retenues comme critères de localisation de rejets d'atelier. Néanmoins, les tessons recueillis ont été étudiés avec les autres communes illustrant a priori la production des ateliers locaux. Compte tenu de ces conditions de prospection, l'analyse de la répartition des zones de ramassage est indissociable de l'étude des plans cadastraux et des mentions textuelles, car les résultats assez lacunaires de l'enquête de terrain se trouvent heureusement compensés par les données d'archives. L'addition des informations autorisait une cartographie cumulative relativement fiable des officines.

62- Paysage viticole des terrasses du Rhône

62- Paysage viticole des terrasses du Rhône

Secteur prospecté à Ponsas

123Les indications topographiques mentionnées dans les actes de l'Ancien Régime sont trop peu précises pour être reportées sur un plan. A quelques rares exceptions près concernant les communes de Larnage et d'Érôme, « l'adresse » des ateliers s'identifie au nom de l'une ou l'autre des communautés étudiées. L'intérêt des premiers plans cadastraux se trouve de ce fait encore accru. Outre la localisation précise des ateliers qui existaient dans la première moitié du XIXe s., ces plans offrent en effet une image de l'artisanat en partie héritée des époques antérieures. Plutôt que des reproductions des plans de 1830, on a choisi de replacer les ateliers recensés par les états des sections du XIXe s. sur les fonds cadastraux actuels, pour assurer une meilleure confrontation entre les données d'archives et celles des prospections de terrain. Signalons que l'organisation topographique des communes étudiées n'a guère évolué entre les deux cadastrations, excepté les destructions provoquées par le chemin de fer à Érôme et la construction de pavillons isolés ; la répartition des hameaux et le centre de chacun des villages ont peu varié entre l'établissement des deux cadastres.

124A l'heure actuelle, quatorze zones de concentrations ont été repérées sur les communes d'Érôme, Ponsas, Gervans et Larnage, considérées comme des aires de rejets, et, par conséquent, susceptibles de signaler la proximité d'un atelier (tableau 7 et fig. 63 à 66). La commune de Serves, incomplètement prospectée il est vrai, n'a livré aucun indice de surface.

Tableau 7. Localisation des zones des ramassages de surface

Tableau 7. Localisation des zones des ramassages de surface

125Comme dans toutes les tentatives de localisation d'ateliers, la confusion entre rejets artisanaux et rejets domestiques ne peut être totalement écartée, en particulier, et c'est ici le cas, lorsque les prospections se déroulent près des zones d'habitats. Aussi les témoignages incontestables du travail des potiers ont-ils été relevés avec soin : agglomérats d'argile cuits ou surcuits, tessons de ratés de cuisson (à Érôme en T2, T3, T4, T5, et T9 et à Gervans en T6) ainsi que des pernettes et des cales en forme de boudins de terre (à Ponsas en T1 et T10).

126Si les informations relatives aux tuileries fournies par les plans anciens sont reportées sur les cartes, notre enquête de terrain ne s'y est pas attardée. En effet, il paraît probable que les deux types d'activité, poteries et tuileries, étaient dissociés ; et la fabrication des terres cuites architecturales sortait de nos centres d'intérêt.

63 - Carte de réparatition des ateliers, toutes sources confondues, sur la commune d'Érôme

63 - Carte de réparatition des ateliers, toutes sources confondues, sur la commune d'Érôme

127Les points de ramassage se concentrent donc dans les agglomérations, mais il n'y a pas toujours de relation nette entre ceux-ci et la localisation des ateliers à partir du cadastre napoléonien. Seuls T8, T9 à Érôme et Τ11 à Ponsas sont proches de poteries signalées dans le cadastre. Il n'est pas toujours aisé d'expliquer la répartition des points de ramassage. D'une part, les prospections ne sont pas exhaustives, d'autre part, le paysage a été considérablement modifié par les travaux de régulation du Rhône et la construction de la voie ferrée. Cependant, il est clair, et l'enquête historique le confirme, que les ateliers étaient installés dans les villages, dispersés parmi les exploitations agricoles. L'image de Ponsas est caractéristique de ce schéma, plusieurs ateliers de poterie constituant même l'embryon d'un quartier spécialisé. Le cas de Larnage est plus nuancé, puisque trois tuileries sont établies au nord-ouest du hameau des Bonassons, à l'écart des ateliers du « centre » villageois.

128La relation topographique exacte entre les ateliers portés au cadastre ou mentionnés par les textes et les bâtiments anciens encore en élévation dans les villages n'a pu être établie. Elle réclamerait une enquête particulière, tout comme la recherche de vestiges d'installations (tours, fours, aires de chauffage et de stockage...) à l'intérieur de ce bâti fortement remanié. Quelques traces de l'artisanat céramique subsistent en remploi dans des constructions récentes : tubulures, éléments de parois de fours, cales d'enfournement... (fig. 67). L'image de l'artisanat restituée plus haut (bâtiments, outillage, fonctionnement) se fonde exclusivement sur les archives notariales à partir du XVIIIe s. (cf. supra).

64 - Carte de répartition des ateliers, toutes sources confondues, sur la commune de Ponsas

64 - Carte de répartition des ateliers, toutes sources confondues, sur la commune de Ponsas

129Les indices de terrain élargissent donc la répartition des ateliers telle qu'elle serait suggérée seulement par les données cadastrales. Il est vrai que les prospections ont rarement été fructueuses (si l'on excepte Larnage) dans les zones d'habitat dense. Mais T6 sur Gervans, T7 sur Érôme et Τ10 sur Ponsas pourraient signaler des ateliers relativement éloignés des bourgs. Il est à noter que T6 et T7 sont situés près de ravins propres à procurer des matériaux argileux.

130Les cartes de répartition des ateliers (fïg. 63 à 66) appellent quelques réserves : elles représentent vraisemblablement un état partiel d'une réalité plus foisonnante. Ces résultats doivent être mis en regard des listes d'artisans établies à partir des fonds notariés du XVIe au XVIIIe s. (cf. supra, tableaux 2 à 6) ; plusieurs dizaines d'artisans sont en effet recensés au cours des XVIIe et XVIIIe s. Ces listes suggèrent la place prépondérante d'Érôme dès le XVIe s., et tout au cours du XVIIe s. Au XVIIIe s., les mentions concernant Ponsas sont les plus nombreuses. Les communes de Gervans et de Serves semblent en revanche beaucoup moins propices à l'installation des ateliers, comme cela ressort également de l'enquête de terrain. Si la mention la plus ancienne concerne Larnage (milieu XVIe s.), ce n'est qu'à la fin du XVIIe s. que l'artisanat y semble bien implanté (cf. supra).

65 - Carte de répartition des ateliers, toutes sources confondues, sur la commune de Larnage, vue générale

65 - Carte de répartition des ateliers, toutes sources confondues, sur la commune de Larnage, vue générale

66 - Carte de répartition des ateliers, toutes sources confondues, sur la commune de Larnage, détail du bourg

66 - Carte de répartition des ateliers, toutes sources confondues, sur la commune de Larnage, détail du bourg

67 - Eléments de fours et d'enfournement en remploi dans une maçonnerie à Érôme

67 - Eléments de fours et d'enfournement en remploi dans une maçonnerie à Érôme

131Peut-on en conclure que la localisation des ateliers a connu une évolution au fil des années dans l'ensemble du secteur étudié ? On ne saurait l'affirmer. En effet, cela ne se traduit pas dans les vestiges de leur production collectés lors des prospections. Si l'on excepte les poteries particulières fabriquées à Larnage en pâte blanche, les ensembles provenant d'Érôme, Ponsas et Gervans montrent une belle uniformité d'un site à l'autre.

132E. F.-B.

Production des ateliers

133La production des ateliers répartis sur les communes d'Érôme, Ponsas, Gervans et Larnage nous est connue par 1 898 échantillons dont 1 165 pour la seule commune d'Érôme, la plus prospectée. Les ramassages de surface ont été moins productifs qu'on ne l'escomptait au départ. Aux raisons exposées plus haut (topographie des ateliers par rapport aux habitats), pourrait s'ajouter la durée d'activité des ateliers sans doute relativement courte. Par conséquent, les traces archéologiques, à savoir essentiellement les zones de rejet s'en trouveraient réduites. C'est du moins l'impression retirée si l'on compare les prospections réalisées dans la vallée du Rhône aux expériences conduites parallèlement en Bresse ou en Beaujolais où les ramassages ont pu être plus étendus et où la chronologie des ateliers est plus large.

134La présentation des différentes catégories de vaisselles issues des ramassages de surface se référe à la classification technologique présentée dans la seconde partie de cet ouvrage. On indiquera donc ci-dessous les renvois à la nomenclature adoptée dans la seconde partie de l'ouvrage.

135Les observations faites un peu plus haut à propos des produits originaires de Loire-sur-Rhône et de Vienne peuvent être transposées ici et précisées grâce à un matériel plus abondant. La particularité de la production reste bien la vaisselle de table aux décors d'engobes (familles E2 et E5) appliqués sous glaçure transparente : décors tracés en clair sur fond d'engobe sombre (brun-rouge) ou, à l'inverse, tracés en sombre sur fond clair (crème, jaune paille). Dans cette catégorie, les petites formes ouvertes, écuelles, coupes, assiettes sont les plus nombreuses. Des plats à marli et des vases à liquides comportent également ce type de décor. Tous les exemplaires sont en pâte rouge.

136La plupart des sites ont également livré des tessons aux décors polychromes (brun, beige, marron) rapidement exécutés : décors « jaspés » (famille E3), « mouchetés » ou tout simplement « tachés ». Le répertoire des formes pour la table y est aussi bien représenté, mais on y remarque des éléments de grands récipients de forme fermée, pots ou cruches.

137Parmi l'ensemble des tessons à glaçure monochrome s'individualisent trois séries relativement peu nombreuses, mais bien caractéristiques :

  • les glaçures noires mates sur pâte rouge, (famille E8)

  • les glaçures vert cru sur pâte rouge appliquées sur engobe, (famille El)

  • les glaçures jaune paille sur pâte blanche (famille B2).

138Cette dernière catégorie est fabriquée avec les argiles kaoliniques de Larnage. Les poteries en pâte blanche sont précisément de loin les plus nombreuses sur les parcelles prospectées à Larnage. Ces produits bien caractéristiques, dits « service jaune » par commodité, ont fait l'objet d'une étude complémentaire en laboratoire qui a montré, d'une part, la relation entre la matière première locale et les céramiques collectées en prospection à Larnage même et, d'autre part, la diffusion commerciale des ateliers à l'échelle régionale (cf. infra).

139La fragmentation des pièces recueillies sur les sites d'atelier, leur mauvais état de conservation ne permettent pas de dresser une typologie fiable des formes et des décors. Fort heureusement l'étude peut être complétée en prenant en compte le mobilier issu de plusieurs fouilles urbaines récentes menées dans la région. En effet, les ressemblances mises en lumière entre ces différents ensembles nous conduisent à formuler l'hypothèse de la commercialisation des produits de la vallée du Rhône jusqu'à Lyon.

Le groupe d'érôme et ponsas : prédominance de la vaisselle aux décors d'engobe

140Un premier ensemble de céramiques provient des prospections effectuées dans les secteurs d'Érôme, Gervans et Ponsas. Une dizaine de lieux de ramassage ont restitué 1 440 tessons qui ont été divisés en quatre groupes principaux (tableau 8).

Tableau 8. Représentation des groupes de produits d'après les ramassages de surface

Tableau 8. Représentation des groupes de produits d'après les ramassages de surface

Cumul pour les communes d'Érôme, de Gervans et Ponsas

141Groupe 1 : il réunit toutes les céramiques ornées de motifs clairs sur un fond d'engobe sombre (rouge ou brun). Le décor est en général effectué à la barbotine blanche et utilise des motifs linéaires ou géométriques : cercles, quadrillages, festons et, dans un cas, un motif floral (fig. 68). Les fragments identifiables restent rares, parce que les tessons sont très altérés. Plus rarement, le décor est obtenu par l'utilisation d'un engobe brun plus sombre. Dans ce cas, on utilise plutôt de larges taches irrégulières qui donnent à la surface ornée un aspect marbré ou tacheté. Ce groupe représente en moyenne plus de 25 % de l'ensemble de tessons ramassés.

68 – Fragments de vaisselle décorée aux engobes (écuelles et plats à marli), collectés en prospection : décor clair sur fond sombre (groupe 1)

68 – Fragments de vaisselle décorée aux engobes (écuelles et plats à marli), collectés en prospection : décor clair sur fond sombre (groupe 1)

142Groupe 2 : on a réuni dans ce groupe tous les tessons qui sont ou semblent avoir été ornés de motifs sombres sur un fond d'engobe clair. Le décor a souvent disparu et apparaît en négatif. La couleur utilisée est surtout le brun, mais parfois il est accompagné de taches vertes (fig. 69). Dans quatre exemplaires on a pu observer, de plus, des incisions qui soulignent le motif décoratif. Dans l'ensemble des lieux de ramassage, ce groupe est moins bien représenté que le groupe précédent ; il atteint un maximum de 18,6 % en T2, par exemple, mais seulement 12,6 % en moyenne générale.

69 - Fragments de vaisselle décorée aux engobes (écuelles), collectés en prospection : décor sombre sur fond clair (groupe 2)

69 - Fragments de vaisselle décorée aux engobes (écuelles), collectés en prospection : décor sombre sur fond clair (groupe 2)

143Groupe 3 : il réunit les céramiques recouvertes de glaçure monochrome : vert, jaune, brun, marron, marron très foncé presque noir, avec ou sans engobe préalable. Dans ce groupe sont réunis également les rarissimes tessons à glaçure jaune sur pâte blanche qui sont au contraire très représentés sur le secteur de Larnage. Ici, dans les zones d'Érôme et Ponsas, ils constituent une exception (8 tessons en tout !). Les autres glaçures monochromes sont largement représentées partout avec un pourcentage global de 44,2 % (61,7 % sur T6).

144Groupe 4 : ce dernier groupe inclut diverses productions : en majorité des céramiques sans revêtement ou non identifiables, ainsi que les rares exemplaires de grès ou de faïences. Le cas de T10 à Ponsas est à souligner.

145Les différents lieux de ramassage ont restitué un nombre de tessons très variable : important en T1, T2, T4/T5 et T10, en revanche plus limité en T7 et T11. Cependant, les quatre groupes de céramiques sont présents en proportion presque constante d'une aire de ramassage à l'autre. Le groupe le mieux représenté est celui des céramiques à glaçures monochromes (groupe 3) qui atteint une moyenne de 44,2 %. En raison de son hétérogénéité, les chiffres du groupe 4 n'ont pas grande signification ; les pourcentages restent en général au-dessous de 20 %, sauf le cas unique de Τ10. A cet endroit, en effet, on a retrouvé beaucoup de faïences et de tessons identifiables comme des biscuits de dégourdi. Il s'agit d'une trouvaille exceptionnelle et que les textes permettent d'expliquer.

146On soulignera surtout la présence des groupes 1 et 2 dont la production, à coup sûr locale, est tout à fait caractéristique de ce groupe des ateliers de la vallée du Rhône. Le groupe 1 est toujours bien représenté (25,1 % en moyenne). On ne saurait oublier, cependant, que ce comptage n'a pu tenir compte que des tessons où le décor est présent. Les formes, fermées ou ouvertes, ne sont jamais entièrement décorées ; il se peut donc que quelques tessons attribués au groupe 3 (avec glaçure monochrome sur fond d'engobe sombre) appartiennent à ce groupe.

147Le groupe 2 (céramiques décorées en sombre sur fond clair) est représenté sur tous les points de ramassage, mais toujours en plus faible quantité (12,6 % en moyenne). Il pourrait s'agir d'une production relativement marginale, pour nos ateliers. Un décalage chronologique entre la production du groupe 1 et celle du groupe 2 n'est pas à exclure. En effet, d'après les fouilles régionales, les céramiques à fond clair semblent apparaître quelques décennies avant les céramiques à fond sombre et connaître une vogue de moins longue durée (pas au-delà du XVIIIe s.).

148Il est difficile de restituer le catalogue des ateliers du secteur d'Érôme à partir de tessons collectés, en raison de leur faible taille et de leur mauvais état de conservation. Les éléments les plus caractéristiques appartiennent aux poteries aux décors d'engobes (groupes 1 et 2). On note une nette majorité de formes pour la table : assiettes et plats à marli, écuelles à oreilles. Le répertoire décoratif de ces "faïences du pauvre" est simple et répétitif, faisant majoritairement appel à des jeux de lignes parallèles ou entrecroisées (fig. 68 et 69).

149Complétant ces informations, le portrait de ces catégories de récipients, (familles E2 et E5), présenté dans la seconde partie de l'ouvrage peut s'appliquer dans une certaine mesure aux produits des ateliers du secteur d'Érôme. Mais ceux-ci se laissent difficilement individualiser par rapport aux céramiques d'autres origines, en raison du caractère quasi "universel" de la vaisselle aux motifs apposés sur engobes, durant les XVIIe et XVIIIe s.

150Globalement, les tessons collectés à Érôme, Ponsas, Gervans, indiquent que le travail des artisans potiers s'inscrivait dans un mouvement très général de fabrication de vaisselles populaires, sans souci d'originalité. Il faudrait sans doute, et encore sans garantie de résultat, une analyse comparative détaillée des céramiques ornées de la région pour détecter des séries de motifs ou de savoir-faire propres à tel ou tel groupe d'ateliers. Au moins peut-on espérer distinguer prochainement sur le marché lyonnais, par exemple, les arrivages du nord, depuis le Val de Saône (Poteries tradionnelles du Val de Saône 1984, pp. 26-29), de ceux du sud, depuis la Vallée du Rhône.

Le secteur de Larnage consacré au service jaune

151Les céramiques décorées aux engobes (groupes 1 et 2) sont, en revanche, pratiquement absentes dans tous les points de ramassage à Larnage (0,1 % en moyenne). Mais le site était surtout connu pour avoir produit une céramique à pâte blanche, recouverte directement de glaçure jaune épaisse.

152Pour présenter le matériel recueilli (tableau 9), on a divisé le groupe 3 (glaçures monochromes) en deux sous-groupes (3a et 3b), afin de mieux mettre en évidence la présence massive de cette production locale. En T12 le service jaune est largement majoritaire (90 %). Il est moins abondant, mais toujours bien représenté en moyenne générale (87,5 %).

Tableau 9. Représentation des groupes de produits d'après les ramassages de surface

Tableau 9. Représentation des groupes de produits d'après les ramassages de surface

Cumul pour la commune de Larnage

153Les poteries du type service jaune sont très fragiles et s'émiettent facilement en se cassant. La petitesse des fragments recueillis sur place rend très difficile l'identification des formes. La présence de formes ouvertes pour la table, munies d'un large marli, ainsi que celle de formes culinaires dotées d'un manche creux est cependant assurée. Les informations complémentaires recueillies sur les sites d'utilisation, notamment Lyon et Condrieu dans le Rhône et Vienne dans l'Isère, confirment l'image d'un catalogue de formes limité et d'une production stéréotypée (fig. 70).

70 - Pièces du service jaune de Larnage (glaçure monochrome jaune sur terre blanche), provenant de diverses fouilles lyonnaises

70 - Pièces du service jaune de Larnage (glaçure monochrome jaune sur terre blanche), provenant de diverses fouilles lyonnaises

154Les assiettes (type 3311), de loin la forme la plus répandue, ont un diamètre d'ouverture qui se situe entre 26 et 28 cm (fig. 71). Les formes plus grandes, qui atteignent un diamètre d'ouverture de 36 cm, sont rares (fig. 71 n° 4). Les profils très bas, toujours avec un large marli, sont également moins courants (fig. 71 n° 5 à 7) (types 3611 et 3612). Enfin, la forme d'écuelle à larges oreilles festonnées est presque unique (fig. 71 n° 8).

71 - Pièces du service jaune de Larnage, provenant des fouilles de Condrieu (Rhône)

71 - Pièces du service jaune de Larnage, provenant des fouilles de Condrieu (Rhône)

155Parmi les formes hautes dominent les pots tripodes munis ou non de deux anses et toujours d'un manche creux (fig. 72 n° 1 à 3) (type 1341).

156Les poêlons (type 3831) sont nombreux (formes basses avec un manche creux), les couvercles également ; ils appartiennent tous au même type : plats avec un bouton de préhension en leur milieu (fig. 72 n° 4).

72 - Pièces du service jaune de Larnage, provenant des fouilles de Condrieu (Rhône)

72 - Pièces du service jaune de Larnage, provenant des fouilles de Condrieu (Rhône)

157E. F.-B. et Β. M.-P.

Période d'activité des ateliers d'après le matériel recueilli

158Les informations recueillies dans les textes et sur le terrain ne sauraient à elles seules dater les productions des ateliers. Aussi a-t-on eu recours aux critères chronologiques fournis par les sites d'utilisation. A cet égard on se reportera bien évidemment à la synthèse typo-chronologique en fin d'ouvrage.

159Rappelons que d'après les ramassages de surface, les ateliers du secteur d'Érôme Érôme même, Gervans, Ponsas) ont produit essentiellement des céramiques en pâte rouge aux décors d'engobe et leurs différentes variantes (décors jaspés, sgraffito), soit les familles E2 à E5 et E7 des classifications présentées en seconde partie de cet ouvrage. En outre, les récipients aux glaçures monochromes s'apparentent aux familles El (verte sur engobe) et E8 (pour les couvertes sombres, marron à noir). Les ateliers du secteur de Larnage, quant à eux, se sont spécialisés dans la production de la vaisselle dite service jaune, soit la famille B2. La faïence enfin n'apparaît sur le terrain que marginalement à Ponsas.

160La chronologie traditionnellement admise pour les céramiques dites « de l'époque moderne » a été récemment remise en question à la faveur des fouilles urbaines (cf. infra). D'après les critères chronologiques réunis sur les sites de consommation régionaux, c'est vers le milieu du XVIe s. qu'apparaîtrait la plupart des vaisselles de table en pâte rouge collectées en prospection. Parmi elles, la plus précoce pourrait être la céramique glaçurée en vert uni sur fond d'engobe (famille E1), présente dès le début XVIe s. sur certains sites d'utilisation à Lyon. Dès le milieu du XVIe s., la mode pour les céramiques aux décors polychromes, végétaux ou géométriques, par le jeu de barbotines et engobes contrastés, s'avère bien implantée. La catégorie à fond d'engobe clair surligné de motifs à la barbotine sombre, avec ou sans rehauts d'oxydes verts (familles E4 et E5), connaît son apogée autour du milieu du XVIe s., et son déclin à la fin du siècle suivant. La catégorie « concurrente »te » à fond d'engobe sombre et motifs clairs connaît un succès encore plus grand, et surtout plus long, auprès des consommateurs, puisqu'elle occupe une part importante du vaisselier jusqu'à la fin du XVIIIe s. au moins. Les témoins des ultimes productions du XIXe s., pourtant connues par les sources manuscrites ou imprimées (vaisselle et objets en grès, pipes en terre), n'ont pas été clairement identifiés dans les ramassages. Il est probable que certaines catégories de vaisselles aux glaçures monochromes sur engobe appartiennent à cette période.

161En matière de chronologie, les informations fournies par les textes, et au premier chef les archives notariales, peuvent se résumer ainsi : la mention la plus ancienne, du milieu du XVIe s., concerne Larnage ; dans les deux dernières décennies de ce même siècle, l'artisanat semble bien implanté, au moins à Érôme ; les XVIIe et XVIIIe s. pourraient correspondre à la phase la plus florissante du travail de la terre cuite pour l'ensemble des communes étudiées (cf. supra) (tableaux 2 à 6).

162Les faits archéologiques, en conformité avec les données textuelles, permettent de placer l'activité du groupe des ateliers érômois entre le milieu du XVIe s. et la fin du XVIIIe s. Il serait vraisemblablement possible d'établir une chronologie plus précise des ateliers les uns par rapport aux autres, par une étude plus poussée des formes et des décors ; mais le matériel recueilli sur place est trop dégradé pour apporter des arguments fiables et encore trop peu nombreux pour offrir des statistiques significatives reposant par exemple sur la proportion relative des récipients de table ou de stockage, ou sur le vocabulaire ornemental des décors aux engobes.

163La faible quantité de faïence recueillie en prospection n'offre guère d'informations chronologiques. La faïence n'est guère populaire, dans la région, avant le milieu du XVIIIe s., avec le développement de fabrications locales de vaisselle blanche. Les archives, en l'occurrence, compensent les informations du terrain : les potiers traditionnels voient leur communauté s'élargir aux faïenciers dans le courant du XVIIIe s. (cf. supra) (tableau 6). Le mouvement est irréversible à la fin de ce siècle.

164Le cas des ateliers du groupe de Larnage est plus simple à traiter en raison de l'homogénéité et de la spécificité de leurs produits. Le service jaune est fort bien répertorié et daté désormais dans la région : il apparaît dans le dernier quart du XVIIe s. et connaît un succès grandissant durant le siècle suivant. Sa disparition assez brutale des dépotoirs urbains laisse envisager l'arrêt de la production de ce type de vaisselle à la fin du XVIIIe s.

165E. F.-B.

La diffusion du service jaune de Larnage

166Les recherches effectuées en laboratoire concernent l'origine des céramiques à pâte blanche et glaçure monochrome jaune que l'on trouve sur différents sites archéologiques de la Drôme, de l'Isère, du Rhône, de la Saône-et-Loire et du Doubs. Des données archéologiques et historiques convergentes signalent la région de Larnage dans la Drôme comme un lieu de production possible pour de telles céramiques.

167Les analyses chimiques du matériel recueilli ont permis de constituer un groupe de référence représentatif des productions de cet atelier. Les céramiques à pâte blanche et glaçure monochrome jaune trouvées sur les sites d'habitat ont été comparées à ce groupe et une étude sur la diffusion de l'atelier de Larnage a pu être entreprise.

Échantillonnage

168Un échantillonnage de 57 céramiques a été constitué de la façon suivante :

    • 43 Pour la signification des termes Τ 12 et Τ 14, voir l'exposé sur les prospections ainsi que les car (...)

    25 exemplaires ont été recueillis lors des ramassages de surface sur le territoire de Larnage ; MRL185 à MRL199 (T14) et MRL200 à MRL209 (T12)43

  • 32 exemplaires proviennent de différents sites d'habitat (tableau 10).

Tableau 10. Exemplaires de sites de consommation

Tableau 10. Exemplaires de sites de consommation

La composition et les propriétés des pâtes de larnage

169La composition chimique des échantillons de Larnage montre que les céramiques sont fabriquées avec une argile blanche caractérisée par de très faibles pourcentages de fer et par des pourcentages élevés d'alumine. On note également des pourcentages d'oxyde de potassium de l'ordre de 4 %.

  • 44 BRGM, carte géologique au 1/50 000 de Tournon.

170Il existe à Larnage des gisements de kaolin qui pourraient correspondre à ces compositions. Il s'agit de gisements de feldspaths kaolinisés très résistants d'âge Éocène, appelés localement « sables de Larnage », identiques à ceux que l'on trouve à Douévas, une commune au nord de Larnage où les carrières sont exploitées actuellement pour leurs feldspaths44. Ces kaolins possèdent des propriétés réfractaires ; ils ont servi notamment à la fabrication de creusets pour l'hôtel de la Monnaie à Lyon au XVIIIe s. et de briques au XIXe s. L'utilisation de ces argiles kaolinitiques pour la fabrication de la poterie donne des céramiques à faible coefficient de dilatation, ce qui permet de les utiliser comme céramiques culinaires. Le pourcentage de fer peu élevé donne des pâtes claires homogènes sur lesquelles l'application d'une glaçure transparente donnera des tons uniformes.

Classification préliminaire

171Une classification de l'ensemble du matériel analysé a été faite par analyse de grappes. Cette méthode de classification consiste à calculer le degré de ressemblance des céramiques entre elles et à les regrouper par affinité de composition. Les résultats de ce calcul sont exprimés sous forme de dendrogramme permettant de bien visualiser les regroupements (fig. 73).

73 - Dendrogramme de classification des céramiques analysées

73 - Dendrogramme de classification des céramiques analysées

Mise en évidence de deux groupes

172Sur le diagramme, on peut voir un ensemble homogène (groupe A) où se rassemblent des exemplaires ayant des compositions chimiques similaires ; à la droite de ce groupe, se classent des exemplaires ayant des compositions très hétérogènes que l'on désignera sous le terme d'ensemble B.

Étude du groupe A

173L'étude du groupe A montre que 23 céramiques d'habitat se classent assez bien avec 24 des 25 références de Larnage (repérées par un point noir). On peut donc dire que les exemplaires des sites d'habitat entrant dans ce groupe ont une forte probabilité d'être des productions de l'atelier de Larnage. Les moyennes (m), écarts-types (s) et écarts-types réduits (s %) des constituants chimiques de ce groupe sont présentés dans le tableau suivant (tableau 11). On remarquera toutefois que l'exemplaire MRL311 (découvert à Brussieu) fusionne à une hauteur élevée. Il conviendra de vérifier sa position dans le groupe et éventuellement celle de quelques autres exemplaires marginaux par une autre méthode (cf. infra).

Tableau 11. Composition chimique moyenne du groupe de référence de Larnage (groupe A)

Tableau 11. Composition chimique moyenne du groupe de référence de Larnage (groupe A)

Étude de l'ensemble Β

174L'ensemble Β est composé de dix exemplaires ayant des compositions chimiques très hétérogènes. On constate que MRL199, bien que recueilli sur le site de Lamage, présente des compositions très différentes des autres références de Larnage, notamment pour le strontium et le chrome. Il est possible que cet exemplaire soit étranger à l'atelier.

175Les exemplaires MRL257, MRL306. MRL307 et MRL313 ont également des compositions différentes de celles de Larnage et sont différentes entre elles. On peut noter cependant que les deux exemplaires MRL306 et MRL307 qui proviennent de Grenoble ont en commun des pourcentages élevés d'oxyde de manganèse qui pourraient être l'indice d'une production différente, peut-être régionale.

176Plus intéressant est le groupe constitué des cinq céramiques MRL179, MRL18L MRL178, MRL174 et MRL180 dont quatre proviennent de Valence et une de Lyon (MRL174). Ces exemplaires se caractérisent par des pourcentages de potassium de l'ordre de 1 % au lieu de 4 % dans le groupe A. Ceci suffit pour affirmer que ces céramiques ne sont pas des productions de Larnage.

177Pour les exemplaires de l'ensemble Β non attribuables à Larnage, d'autres origines ont été envisagées. On a donc effectué des comparaisons avec d'autres céramiques à pâte kaolinitique de la région de l'Uzège (Gard), Bollène (Vaucluse) et Dieulefit (Drôme). Dans un souci de concision, les différents diagrammes de classification ne sont pas présentés ici. Aucun exemplaire ne présente d'affinité de compositions chimiques avec l'Uzège et Bollène. Seuls les échantillons de Valence ont des similitudes avec les références de l'atelier de Dieulefit, très grand centre céramique situé à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Valence. L'hypothèse de Dieulefit semble fort probable en raison de l'importance de cet atelier. Il faudrait cependant un échantillonnage plus grand de références de Dieulefit pour effectuer des comparaisons plus précises. Il serait également nécessaire, à titre de précaution supplémentaire, d'étudier les différentes argiles blanches qui peuvent exister dans la région valentinoise.

178On notera que l'exemplaire MRL174, trouvé place Antonin Poncet à Lyon, présente un taux anormalement élevé de phosphore. Il s'agit d'une altération au cours de l'enfouissement, mais, avec ce type d'argile, ces altérations ont peu de répercussions sur les autres constituants.

Calcul des distances

179Pour mieux mettre en évidence les différences de composition qui existent entre les exemplaires du groupe A, on a utilisé le calcul des distances de Mahalanobis (Picon 1984a) qui permet de connaître la distance de chacun des exemplaires par rapport au centre du groupe. Puis ce même calcul a été utilisé pour connaître la distance entre chaque exemplaire de l'ensemble Β et le groupe A.

180Un groupe de référence a donc été constitué avec tous les exemplaires du groupe A tel qu'il est défini sur le dendrogramme (fig. 73). A cause du faible nombre d'exemplaires de ce groupe A (n = 47) seuls ont été utilisés les dix constituants chimiques suivants : K2O, Rb, MgO, CaO, MnO, A12O3, Cr, Fe2O3, SiO2, TiO2.

181Les exemplaires de l'ensemble Β ont été comparés à ce groupe pour vérifier leur non appartenance à Larnage. Le diagramme (fig. 74) présente l'histogramme des distances du groupe A avec, pour comparaison, l'histogramme des distances des exemplaires de l'ensemble Β par rapport au groupe A. Plus la distance est grande, moins la céramique ressemble au groupe et donc moins elle a de chance d'appartenir au groupe.

74 - Comparaison des histogrammes des distances du groupe A et de l'ensemble Β

74 - Comparaison des histogrammes des distances du groupe A et de l'ensemble Β
  • 45 R = 100n/N où n est le nombre de céramiques du groupe qui ont une distance de Mahalanobis supérieur (...)

182On remarquera sur l'histogramme du groupe A une légère dispersion vers les valeurs élevées : trois céramiques provenant des sites d'habitat ont des distances supérieures à 0,4. Si la probabilité d'appartenance à Larnage est très grande pour la plupart des exemplaires, on peut émettre un doute pour ces céramiques marginales. Pour exprimer la position de chacune de ces céramiques au sein du groupe, on a utilisé le coefficient R45 : celui-ci prend la valeur 100 lorsque la distance de la céramique au groupe est égale à la limite inférieure des distances du groupe (partie gauche de l'histogramme) et la valeur 0 lorsque cette distance est égale à la limite supérieure du groupe (partie droite de l'histogramme). Ainsi, plus R est faible, plus l'exemplaire se trouve dans la partie droite de l'histogramme, plus sa probabilité d'appartenance au groupe est faible.

183Quant aux céramiques de l'ensemble B, on voit qu'elles ont toutes des distances supérieures à la plus élevée du groupe. L'hypothèse, déjà formulée plus haut, d'une origine différente de Larnage se trouve ainsi confirmée.

Attributions d'origine

184Les résultats des attributions d'origine ont été rassemblés dans le tableau précèdent (tableau 12). Pour chaque site, ont été reportés les numéros d'analyse et les attributions lorsqu'elles étaient possibles, ainsi que la valeur du coefficient R dans le cas de l'attribution à Larnage. On rappelle que plus le coefficient R est faible, plus grand est le risque de non appartenance au groupe (Picon 1984b). L'attribution au groupe de Larnage des exemplaires dont le coefficient R est faible devra donc être utilisée avec la plus extrême prudence. Néanmoins la cartographie de l'aire de diffusion commerciale des ateliers de Larnage peut être tentée (fig. 75).

Tableau 12. Exemplaires provenant de sites de consommation, attributions d'origine

Tableau 12. Exemplaires provenant de sites de consommation, attributions d'origine

75 - Lieux de commercialisation du service jaune de Larnage

75 - Lieux de commercialisation du service jaune de Larnage

185En conclusion, on peut dire que les analyses physico-chimiques ont permis de caractériser les productions de l'atelier de Larnage et de les identifier sur les sites de consommation de Lyon, de Grenoble et de Vienne qui sont les plus proches de la zone productrice.

  • 46 Collection du musée Denon. Exemplaire signalé par L. Bonnamour que nous remercions vivement.

186La diffusion de cet atelier au nord de Lyon ne semble pas évidente. On constate en effet que les échantillons de Brussieu, Besançon et Chalon-sur-Saône sont ceux qui ont les plus faibles valeurs du coefficient R, donc la plus faible probabilité d'appartenance aux productions de l'atelier de Larnage. Cependant quelques arguments plaident en faveur de l'appartenance des exemplaires de Besançon et de Chalon-sur-Saône aux ateliers de Larnage. Il s'agit de vases typologiquement complets, en l'occurrence quelques assiettes et surtout des pots à cuire tripodes, en tout point comparables aux récipients lyonnais assurément attribués à Larnage (20 000 m3 d'histoire 1992 p. 302 et Les Saintes Maries 1993 pp. 99, 105, 125, 164). Ces trouvailles excentrées et encore isolées ne traduisent certes pas un courant de commercialisation développé. Mais le transport par la voie d'eau (Rhône, Saône, Doubs) paraît logique. Précisons qu'un des vases de Chalon-sur-Saône provient des dragages de la Saône46. Les autres proviennent de dépotoirs urbains et sont associés à des récipients du service vert de Meillonnas.

187A. S.

Conclusion

188Les ateliers de la moyenne vallée du Rhône offrent, pour la période post-médiévale, une image assez complète de la diversité des productions populaires régionales et du constant souci d'adaptation des artisans aux goûts des consommateurs ; la qualité des matières premières utilisables étant la seule limite à ces contingences commerciales. Dans ce secteur de la vallée du Rhône, on a la chance de pouvoir observer les destinées parallèles de productions différentes et complémentaires : à partir des terres propres à la fabrication de la vaisselle commune, des terres kaoliniques propres à celle des récipients culinaires et autres objets réfractaires ou bien des terres calcaires propres à la fabrication des faïences.

189Certes les résultats des ramassages de surface n'offrent pas la possibilité de retracer l'évolution de la topographie artisanale à l'intérieur des territoires villageois entre le XVIe et le XVIIIe s., comme cela a pu ressortir des prospections réalisées sur les ateliers bressans. En revanche, les sources écrites et les plans anciens compensent largement l'état fragmentaire des données archéologiques. La localisation des ateliers, la nature de leur production et leur période d'activité se trouvent précisées. Mais surtout les archives restituent l'histoire d'une communauté d'artisans spécialisés et l'image d'une forte concentration d'ateliers dans un secteur favorisé par les richesses du sol en argiles de diverses qualités.

  • 47 A.D. Isère.- Β 2895.
  • 48 A.D. Drôme.- Β 1505.

190La commercialisation des produits par le Rhône, si elle n'a pu être prouvée, constituait fort probablement un atout supplémentaire justifiant une telle concentration. Le compte péager de Serves, à quelques kilomètres en amont d'Érôme, mentionne bien en 1592 et 1593 deux embarcations chargées de vaisselle de terre, mais hélas ! ni la provenance, ni la destination des marchandises ne sont précisées47. Plus marginal, mais cependant assuré, est le transport par colportage, ainsi que le dénote un texte de 1748 (le jeune colporteur approvisionnait le marché de Romans dans la Drôme)48 (fig. 76).

76 - Extrait du procès-verbal d'interpellation d'un jeune colporteur qui avait acheté de la « terraille » à Érôme, pour la vendre à Romans en 1748

76 - Extrait du procès-verbal d'interpellation d'un jeune colporteur qui avait acheté de la « terraille » à Érôme, pour la vendre à Romans en 1748

A.D.Drôme. - Β 1505

191L'aire de diffusion des ateliers de Larnage se dessine en partie grâce à ce service jaune si caractéristique. La question est désormais posée de la limite méridionale de leur aire d'influence par rapport aux produits concurrents des ateliers de Dieulefit, de l'Uzège et du Bas-Rhône implantés beaucoup plus anciennement près d'affleurements kaoliniques de première qualité. Rappelons que les analyses de pâte effectuées sur quelques tessons provenant de Valence ont permis de les attribuer aux ateliers de Dieulefit (cf. supra). La vitalité économique de ceux-ci, à l'époque moderne en tout cas, où ils approvisionnent tout le sud de la France, exerça une forte concurrence que les artisans de Larnage n'étaient probablement pas en mesure de contrer (Potiers et poteries du pays de Dieulefit 1986, p. 25).

192Il reste beaucoup à faire pour retracer la destination des vaisselles en pâte rouge depuis leurs officines de la moyenne vallée du Rhône. On l'a vu plus haut, quelques points de repères apparaissent au fil des textes : Lyon, Grenoble et Vienne (cf. supra et notes 40 à 42). Mais reconnaître les produits en question dans les rejets d'ateliers et les dépotoirs urbains n'est pas chose faite. Du moins, certaines interprétations hâtives peuvent être remises en cause : elles concernent en particulier les très populaires poteries aux décors d'engobe. Traditionnellement attribuées, dans notre région, au seul Val de Saône, il convient désormais de compter avec l'apport des ateliers de la vallée du Rhône, comme l'illustre, tardivement il est vrai, mais sans ambiguïté, un vase à vinaigre fabriqué à Loire-sur-Rhône (fig. 77). Les recherches ultérieures s'attacheront à départir ce qui revient à l'une ou à l'autre de ces régions productrices.

77 - Pot à « piquette » portant mention de son fabricant (Jean Fleury à Loire-sur-Rhône en 1855)

77 - Pot à « piquette » portant mention de son fabricant (Jean Fleury à Loire-sur-Rhône en 1855)

Collection musée Gadagne - Lyon

193En 1730, l'inventaire établi par l'intendant Fontanieu retient la fabrication à Serves/Érome de « pots grossiers et ferrailles fines couleur café, ainsi que faïences blanches ». Quelle réalité recouvrent, par ailleurs, les formules utilisées dans certains inventaires, en particulier ces fameuses, mais énigmatiques « terre d'Erôme », signalées dès 1610 (cf. note 42). Logiquement, celles-ci devraient désigner une vaisselle caractéristique, susceptible d'être distinguée parmi les lots disponibles chez les revendeurs. A l'évidence, il faut alors exclure les récipients aux décors d'engobe (groupe 1 et 2, cf. supra) dont la fabrication était largement répandue dans de nombreux autres centres potiers.

194Il ne peut davantage s'agir du service jaune, non pas parce qu'il est originaire de Larnage - les poteries de Larnage pouvaient être commercialisées à partir d'Érôme et l'appellation recouvrirait un sens global - mais parce que la mention en question est du tout début du XVIIe s. : or, toutes les données recueillies sur les sites d'utilisation de la région concourent à indiquer que la fabrication de vaisselle avec les kaolins de Larnage ne débute pas avant le milieu de ce siècle.

195Par élimination, on pourrait déduire que la réputation des ateliers du secteur d'Érôme a peut-être tenu à une autre catégorie de vaisselle à glaçure monochrome rencontrée dans les ramassages (groupe 3, cf. supra). La vaisselle à glaçure verte unie sur pâte rouge engobée s'avère très répandue dans la région (Lyon, Vienne, Grenoble) dès le milieu du XVIe s. où elle représente parfois 16 % des ensembles archéologiques répertoriés. Ces taux sont comparables à ceux établis pour le service vert de Meillonnas, à la même période, ou le service jaune de Larnage à la fin du XVIIe s. (cf. seconde partie). Cependant, cette céramique verte est fort mal représentée dans les ramassages effectués.

196Autre possibilité : les « terres d'Erôme » évoqueraient les produits à glaçure couvrante sombre (marron à noir) qui s'individualisent bien parmi les lots ramassés ; pourtant cette catégorie est relativement marginale d'après les indices de surface. Elle l'est aussi dans les dépotoirs urbains étudiés, à Lyon notamment. Les premières apparitions sont datées du milieu du XVIe s. (cf. seconde partie). Faut-il voir dans les « terrailles fines couleurs café » signalées par l'Intendant Fontanieu en 1730 (qui paradoxalement ignore les productions de Larnage !) la poursuite d'une production locale déjà commercialisée en 1610 ? Il est certain, par ailleurs, que le grand plat décoratif (fig. 78) fait en 1727 pour le Sieur de Saint-Vallier n'est pas représentatif des produits de grande consommation distribués dans cette partie de la vallée du Rhône.

78 - Grand plat décoratif fabriqué par Guigonnet à Ponsas en 1727 aux armes de Monsieur de Saint-Vallier

78 - Grand plat décoratif fabriqué par Guigonnet à Ponsas en 1727 aux armes de Monsieur de Saint-Vallier

Diam. 43 cm.

Collection musée Dauphinois, cliché musée Dauphinois - Grenoble

197L'ensemble de ces considérations montre combien la définition de l'aire de diffusion des ateliers céramiques est chose délicate. Les indications d'ordre typologique ou stylistique restent sujettes à caution. C'est l'utilisation par les potiers d'une matière première remarquable qui est souvent le seul critère fiable de distinction. Ainsi en est-il du service jaune de Larnage dont les pâtes réfractaires bien caractéristiques ont permis de suivre la diffusion dans toute la région. En revanche la commercialisation des récipients plus courants, fabriqués à partir d'argiles banales par les ateliers de Ponsas, Serves, Gervans et surtout Erôme est encore fort mal connue.

198La chronologie proposée pour les ateliers drômois garde une marge d'incertitude. Les mentions textuelles ne peuvent prétendre à l'exhaustivité et on a vu plus haut les limites des informations livrées par les terrains prospectés. La phase d'activité la plus dense se place sans conteste aux XVIIe et XVIIIe s. Mais une grande partie des rejets examinés s'apparente à des catégories de vaisselles connues, par ailleurs, sur les sites d'utilisation dès le milieu du XVIe s. Compte tenu de l'ampleur du phénomène artisanal dans le secteur, l'hypothèse d'ateliers actifs dès cette époque est à retenir. En revanche, il faut reconnaître l'absence de témoignages d'une tradition plus ancienne, en l'état actuel de la recherche.

199Si l'étude présentée ici ne s'étend pas au-delà du XVIIIe s., l'histoire des ateliers regroupés autour d'Érôme et de Larnage ne s'arrête pas pour autant. Ceux-ci rentrent dans « l'ère industrielle » et connaissent alors des fortunes diverses. Tandis que l'exploitation des kaolins de Larnage permet l'évolution des officines vers la fabrication industrielle de produits réfractaires, creusets, briques, sanitaires, les potiers d'Érôme, de Ponsas et de Serves subissent, à la fin du XIXe s., comme tous les ateliers traditionnels, la baisse progressive des débouchés commerciaux (importations de produits étrangers, concurrence des autres matériaux...). La reconversion de certains artisans dans la production de grès à Ponsas, ou de pipes à Érôme constitue probablement un sursis (fig. 79). Pourtant, le savoir-faire des artisans céramistes, même au-delà de la première guerre mondiale, reste profondément ancré dans cette région de la moyenne vallée du Rhône. Dans cette lignée rentrent alors les ateliers proches de Saint-Uze (fig. 80), de Saint-Barthélemy-de-Vals et de Saint-Vallier constituant un vaste ensemble, qui, en écho aux centres de la région de Dieulefit, font du département de la Drôme un terrain propice à la tradition potière.

79 - Plan joint au dossier de remplacement d'une fabrique de faïence par un four à cuire la poterie en grès, à Pensas en 1824

79 - Plan joint au dossier de remplacement d'une fabrique de faïence par un four à cuire la poterie en grès, à Pensas en 1824

A.D.Drôme. - M 2106

80 - Bouteilles en grès provenant de la fabrique Revol à Saint-Uze, XIXe siècle

80 - Bouteilles en grès provenant de la fabrique Revol à Saint-Uze, XIXe siècle

Fouilles quartier Saint-Jean à Lyon

Collection M C G R – Lyon

200E. F.-B.

Notes

1 AD Drôme - 43 M 5 à 7, 48 M 11 à 13, 48 M 16 et 17, M 2100 à 2111 (par ordre alphabétique des communes)

2 A.D. Isère.- IIC 929, élection de Romans, fol. 178 vo et 192 vo.

3 Le territoire de l'élection de Romans comportait des communautés situées aujourd'hui dans les départements de la Drôme et de l'Isère. La communauté de Serves désigne l'actuelle commune d'Érôme.

4 A.D. Isère.- IIC 929, élection de Romans, fol. 297.

5 A.D. Isère.- IIC 927, 930-931.

6 A.D. Drôme.- 2E 2456, étude Tozel, 1467-1478 - 2E 2455, étude Des Rosiers 1449-1450 - 2E 2457 - 2459, étude Chabannes, 1503, 1520-1525.

7 A.D. Drôme.- 2E 9460.

8 A.D. Drôme.- Β 1635 (judicature de Larnage), succession F. Delosme.

9 A.D. Drôme.- Β 2262 (judicature de Serves), papiers de la famille Nicolas.

10 A.D. Drôme.- 2E 9591.

11 A.D. Drôme.- 2E 9460.

12 A.D. Drôme.- Β 1514 (judicature d'Érôme), succession Nicolas.

13 A.D. Drôme.- Β 1520 (judicature d'Érôme), succession Carrier.

14 Drôme.- 2E 7825.

15 A.D. Isère.- IIC 929, élection de Romans, fol. 178 vo.

16 Idem, fol. 192 vo.

17 A.D. Isère.- IIC 961-962, élection de Romans, fol. 504.

18 A.D. Drôme.- Β 2262.

19 A.D. Drôme.- Β 1635.

20 A.D. Drôme.- Β 1520.

21 A.D. Drôme.- Β 1514.

22 A.D. Drôme.- 2E 4905.

23 A.D. Drôme.- 2E 7846.

24 A.D. Drôme.- Β 1514, succession Sauvajon (faïence), ibid, succession Nicolas (poterie), 2E 1846, Sauvajon/Marion (faïence).

25 A.D. Drôme.- Β 1520 Carrier J. (faïence).

26 A.D. Drôme.- 2E 7847.

27 A.D. Drôme.- Β 1520.

28 A.D. Drôme.- Β 1514 Nicolas (poterie).

29 A.D. Drôme.- Β 1514, Sauvajon (faïence) et Nicolas (poterie).

30 A.D. Drôme.- 2E 7847.

31 A.D. Drôme.- 2E 4905, Paradis/Carrier.

32 A.D. Drôme.- 2E 7846.

33 A.D. Drôme.- 2E 9460.

34 Idem.

35 Orthographié Bedox ou Bedost.

36 A.D. Drôme.- 2E 9460.

37 Idem.

38 A.D. Drôme.- Β 1635.

39 A.D. Drôme.- Β 2262.

40 A.D. Isère.- 3E 5213, 10 septembre 1760, document communiqué par R. Bony.

41 A.D. Rhône.- BP 1882, BP 2131, BP 2242. A.D. Isère.-13B 635 10 juin et 9 décembre 1782.

42 A.D. Rhône.- BP 1187.

43 Pour la signification des termes Τ 12 et Τ 14, voir l'exposé sur les prospections ainsi que les cartes de localisation des prélèvements.

44 BRGM, carte géologique au 1/50 000 de Tournon.

45 R = 100n/N où n est le nombre de céramiques du groupe qui ont une distance de Mahalanobis supérieure à celle de la céramique étudiée, Ν est le nombre total de céramiques du groupe.

46 Collection du musée Denon. Exemplaire signalé par L. Bonnamour que nous remercions vivement.

47 A.D. Isère.- Β 2895.

48 A.D. Drôme.- Β 1505.

Table des illustrations

Titre 56 - Carte de situation du secteur étudié
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 57 – Les formations argileuses entre Ponsas et Larnage
Légende D’après la carte géologique au 1/50 000 sz Tournon
Crédits BRGM
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Tableau 1. Les différentes argiles utilisées par les artisans au Moyen Age et à l'époque moderne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 58 - Atelier de potiers de terre
Légende Extrait de l'Encyclopédie ; Diderot et d'Alembert, Arts de la céramique, (Inter-Livres, Pl. I)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Tableau 2. Les artisans « oulliers de terre » au XVIe s. à Larnage et à Érôme
Légende Source : registres de Geoffroy Charron, notaire à Tain-l'HermitageSource : Estienne Deloche, notaire à Tain-l'Hermitage ; A.D. Drôme 2E 5727 (1578-1581)
Crédits A.D. Drôme 2E 5720 (1552-1553)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 3. Les artisans céramistes au XVIIe siècle
Légende Source : Pierre 1er Habrard, notaire à Saint-Vallier 
Crédits A.D. Drôme 2E 9460-9460 bis (1621-1633)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau 4. Les artisans céramistes à la fin du XVIIe siècle
Légende Source : Pierre Richard, notaire à Chantemerle-les-Blés
Crédits A.D. Drôme 2E 7717-7718, (1697-1698, 1699-1700)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 5. Les artisans céramistes au XVIIIe siècle
Légende Source : Jean-Baptiste Baborier, notaire à Saint-Vallier 
Crédits A.D. Drôme 2E 9510-9511 (1726-1732)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Tableau 6. Les artisans céramistes au XVIIIe siècle
Légende Source : Bureaux de l'enregistrement des actes notariés : Saint-Vallier
Crédits A.D. Drôme 2C 221,223-Tain-l'HermitageA.D. Drôme 2C 233,3Q (1799)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre 59 - Extrait d'un inventaire après décès de marchand chandelier lyonnais, daté de 1610
Légende Transcription : « demy carteron veycelle terre d'Erosme »
Crédits A.D.Rhône. - BP 1887 II
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre 60 - Dernières traces d'exploitation d'argile sur la commune d'Érôme : extraction en puits et en carrière
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 61 - Ancienne carrière de kaolin de Douévas, au nord de Larnage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 62- Paysage viticole des terrasses du Rhône
Légende Secteur prospecté à Ponsas
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Tableau 7. Localisation des zones des ramassages de surface
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 63 - Carte de réparatition des ateliers, toutes sources confondues, sur la commune d'Érôme
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 64 - Carte de répartition des ateliers, toutes sources confondues, sur la commune de Ponsas
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 65 - Carte de répartition des ateliers, toutes sources confondues, sur la commune de Larnage, vue générale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 66 - Carte de répartition des ateliers, toutes sources confondues, sur la commune de Larnage, détail du bourg
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 67 - Eléments de fours et d'enfournement en remploi dans une maçonnerie à Érôme
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Tableau 8. Représentation des groupes de produits d'après les ramassages de surface
Légende Cumul pour les communes d'Érôme, de Gervans et Ponsas
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 68 – Fragments de vaisselle décorée aux engobes (écuelles et plats à marli), collectés en prospection : décor clair sur fond sombre (groupe 1)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 69 - Fragments de vaisselle décorée aux engobes (écuelles), collectés en prospection : décor sombre sur fond clair (groupe 2)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau 9. Représentation des groupes de produits d'après les ramassages de surface
Légende Cumul pour la commune de Larnage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 70 - Pièces du service jaune de Larnage (glaçure monochrome jaune sur terre blanche), provenant de diverses fouilles lyonnaises
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 71 - Pièces du service jaune de Larnage, provenant des fouilles de Condrieu (Rhône)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 72 - Pièces du service jaune de Larnage, provenant des fouilles de Condrieu (Rhône)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 10. Exemplaires de sites de consommation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 73 - Dendrogramme de classification des céramiques analysées
Légende Mise en évidence de deux groupes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 11. Composition chimique moyenne du groupe de référence de Larnage (groupe A)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 74 - Comparaison des histogrammes des distances du groupe A et de l'ensemble Β
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 12. Exemplaires provenant de sites de consommation, attributions d'origine
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 75 - Lieux de commercialisation du service jaune de Larnage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre 76 - Extrait du procès-verbal d'interpellation d'un jeune colporteur qui avait acheté de la « terraille » à Érôme, pour la vendre à Romans en 1748
Crédits A.D.Drôme. - Β 1505
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 77 - Pot à « piquette » portant mention de son fabricant (Jean Fleury à Loire-sur-Rhône en 1855)
Légende Collection musée Gadagne - Lyon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 78 - Grand plat décoratif fabriqué par Guigonnet à Ponsas en 1727 aux armes de Monsieur de Saint-Vallier
Légende Diam. 43 cm.
Crédits Collection musée Dauphinois, cliché musée Dauphinois - Grenoble
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 79 - Plan joint au dossier de remplacement d'une fabrique de faïence par un four à cuire la poterie en grès, à Pensas en 1824
Crédits A.D.Drôme. - M 2106
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 80 - Bouteilles en grès provenant de la fabrique Revol à Saint-Uze, XIXe siècle
Légende Fouilles quartier Saint-Jean à Lyon
Crédits Collection M C G R – Lyon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1045/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access