Version classiqueVersion mobile

Les Études aréales

 | 
François-Joseph Ruggiu

4. Les recrutements

Texte intégral

1La France est un des rares pays européens qui conserve un dispositif efficace de recrutement de chercheur.e.s et d’enseignant.e.s-chercheur.e.s sur un statut de fonctionnaire. Il s’agit d’un atout considérable. Les évolutions récentes du système académique français ont confié aux établisse mes la maîtrise de leur recrutement, ce qui rend les postes académiques particulièrement sensibles aux décisions prises dans chacun d’entre eux dans le contexte qui leur est propre. Cette situation peut engendrer des risques pour les études aréales comme pour les disciplines rares telles qu’elles ont été définies dans le rapport remis le 16 décembre 2014 au secrétariat d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche.

1. Une stratégie nationale de recrutement pour les études aréales

2Une première réponse passe par la préservation du potentiel d’enseignement et de recherche sur les différentes aires et disciplines concernées. Elle ne peut passer que par une augmentation du nombre de postes tournés vers les études aréales, y compris par le biais de créations, comme cela a pu être fait en 2016 sur les questions liées à l’islam, et par la mise en place de dispositifs visant à harmoniser, à l’échelle nationale, les décisions prises au cas par cas pour le renouvellement des postes existants.

3Eu égard à l’enjeu national de la recherche aréale, l’effort ne peut être concentré sur une poignée d’organismes (CNRS, IRD…) ou d’établissements (en particulier EHESS, EPHE, Inalco, Paris 1, Paris 7 ou AMU…), dont l’engagement doit être salué. Il doit, au contraire, être réparti sur l’ensemble du territoire national dans le cadre d’une stratégie concertée. Il est également essentiel que ne se creuse pas un écart entre, d’un côté, les dispositifs des organismes, comme le CNRS, ou les grandes écoles, et de l’autre, les universités.

4La réflexion doit porter non seulement sur le maintien ou la création de postes de jeunes chercheur.e.s (chargé.e.s de recherche et maîtres de conférences), mais aussi sur les postes de directeur. rice.s de recherche, directeur.rice.s d’études et professeur.e.s, afin que la capacité d’encadrement, dont nous avons montré la nature fragile dans certains secteurs, soit préservée.

5Le rôle des personnels ingénieurs, techniciens et administratifs (ITA) et BIATSS est particulièrement important dans les unités d’études aréales. Les ingénieur.e.s de recherche, les documentalistes, qui traitent un matériel dans des langues non européennes, les gestionnaires, en charge du suivi de missions lointaines ou accueillant des collègues étrangers, les cartographes ou encore les secrétaires de rédaction de revues qui jonglent avec des articles écrits en des langues différentes et venant de communautés scientifiques très diverses, apportent leurs compétences propres ainsi qu’une expérience souvent irremplaçable de contacts internationaux. Les efforts de recrutement et d’affectation d’ITA, mais aussi de BIATSS, doivent donc être poursuivis et intensifiés.

6Nous devons donc faire avancer, d’une manière globale, l’idée que des postes nouveaux puissent être orientés vers ces secteurs, où les chaires universitaires, les postes de chercheur.e.s et les projets de recherche ont beaucoup à apporter aux étudiant.e.s et à la société, surtout dans le double contexte de globalisation accélérée depuis les années 2000, et de montée actuelle des interrogations sur la sécurité humaine.

2. La lisibilité des recrutements

7Une seconde réponse passe par une meilleure préparation en amont du vivier des candidat.e.s potentiel.lle.s. Elle se décline à plusieurs niveaux.

8Le dispositif de financement des doctorant.e.s et des chercheur.e.s en études aréales doit être ainsi rendu plus lisible par une centralisation de l’information et de sa diffusion. L’impulsion donnée par les dispositifs nés du programme d’investissements d’avenir (PIA), en particulier les Labex, pour implanter dans les SHS françaises le contrat postdoctoral a été essentielle, mais elle s’est accompagnée d’une dispersion des propositions, voire d’une relative opacité de leur distribution, qui contraste avec les normes internationales.

9De même, la place des contrats postdoctoraux dans la carrière des chercheur.e.s et des enseignant.e.s-chercheur.e.s doit être repensée, dans une démarche qui dépasse d’ailleurs les études aréales. Le contrat postdoctoral est actuellement conçu comme une solution d’attente plus que comme une étape en soi de la carrière académique permettant une recherche originale sur le terrain. Le développement de postdoctorats de longue durée (trois ans) et à un haut niveau de rémunération permettrait une évolution de cette situation. L’ouverture aux chercheur.e.s étranger.ère.s des postdoctorats accordés par les établissements français devrait être une priorité, surtout pour ceux qui ont un meilleur niveau en langue ou dans la discipline initiale.

10La question de la visibilité des études aréales est cruciale et un système de prix, médailles et récompenses doit être pensé dans ce cadre précis. Nous proposons de créer pour chacune des aires, ou au sein de tous les GIS d’études aréales évoqués ici, une hiérarchie de prix multidisciplinaires distinguant les chercheur.e.s à différents stades de leur parcours académique. Les prix mis en place par l’IISMM et le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans, ou encore le prix de thèse du GIS Institut es Amériques, qui permet de publier la thèse récompensée dans une des collections de l’IDA, sont de bons modèles de ce qui pourrait être systématisé.

11Enfin, une réflexion spécifique doit être engagée sur les disciplines « à agrégation », en particulier là où l’agrégation, concours de recrutement de professeurs du secondaire, sert de facto de critère de recrutement des contrats doctoraux par les écoles doctorales, voire de facteur discriminant dans le recrutement des maîtres de conférences.

3. Les encouragements à la mobilité entrante et sortante

12La qualité des recrutements faits par les organismes, les écoles et les universités en France sera d’autant plus élevée que les candidats, à tous les niveaux de recrutement, y compris au niveau directeur.rice de recherche (DR), directeur.rice d’étude (DE) ou PU, seront choisis dans un vivier international.

13Les recrutements de collègues étranger.ère.s seront facilités par l’intensification de la mobilité entrante de chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s, y compris originaires des pays du Sud. La politique de visas menée par la France en direction des universitaires étranger.ère.s doit donc être menée dans l’objectif de faciliter la venue de ces collègues ainsi que des étudiant.e.s. La mise en place d’une réflexion commune avec le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères est indispensable sur ce point.

14Pour fluidifier ces échanges, la France doit développer l’accueil des grands congrès internationaux d’études aréales sur le modèle ouvert par le GIS Études africaines en France qui a organisé en 2015 le congrès de l’association européenne African-European Group for Interdisciplinary Studies, en 2015. Le centre de colloques du Campus Condorcet pourra être une plateforme particulièrement utile en ce sens. L’Institut des Amériques prévoit d’y organiser en 2019 un grand congrès des américanistes.

© Alliance Athena, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search