Version classiqueVersion mobile

Les Études aréales

 | 
François-Joseph Ruggiu

Préconisations

Texte intégral

1Les livres blancs produits par les GIS consacrés aux études aréales ont mis en évidence le dynamisme des communautés scientifiques qui en relèvent. Il est servi par une meilleure structuration de la recherche au sein de laboratoires moins nombreux, mieux organisés, et bien soutenus par les pouvoirs publics.

  • 1 Voir, à ce sujet, le rapport de l’Alliance Athéna, Recherches sur les radicalisations, les formes (...)

2Ils ont également relevé un changement récent du regard porté par les décideurs et par le public sur les chercheur.e.s en études aréales et en SHS en général. Les processus de mondialisation, les bouleversements globaux et interconnectés du monde, à l’image des transformations climatiques et de leurs conséquences sur les sociétés humaines ou de la grande crise économique de 2008, aussi bien que les évènements tragiques survenus depuis le début des années 2010 en France1, ont révélé le grand besoin de connaissances précises et nouvelles sur l’Afrique, l’Asie, les Amériques ou encore le Pacifique.

  • 2 Voir Les SHS, un investissement pour l’avenir. 10 premières mesures en faveur des sciences humaine (...)

3S’ils nous livrent une cartographie précise des forces de la France dans ces domaines, ils relèvent également des lacunes et des points de fragilité que les autorités de l’enseignement supérieur et de la recherche doivent aborder ensemble à un niveau général aussi bien que local. Les préconisations faites ci-dessous s’inscrivent dans la dynamique du plan SHS présenté au cours de l’année 2017, en particulier les mesures 1 : accompagner l’évolution de la production des savoirs et leur diffusion ; 3 : faciliter l’accès aux financements par appels d’offres des SHS ; 7 : développer l’internationalisation des SHS et 10 : mettre les SHS au cœur de la société2.

1. Un développement plus intégré des formations

4La clé de l’avenir des études aréales est l’éveil des vocations chez les jeunes étudiant.e.s. Il convient donc de :

  • Mettre l’accent dès la licence sur l’apprentissage des langues dans le cadre de cursus intégrés avec une formation disciplinaire (histoire, anthropologie, littérature comparée, etc.).
  • Encourager et mieux doter la création de doubles masters alliant compétences disciplinaires, compétences aréales et langues.
  • Poursuivre cette formation auprès des doctorant.e.s et des chercheur.e.s en poste par des stages, ateliers ou summer schools, en apportant une attention particulière aux langues orientales.
  • Créer davantage de contrats doctoraux et postdoctoraux, y compris pour des étudiant.e.s étranger.ère.s. Ces postdoctorats devraient être de longue durée (trois ans) et d’un haut niveau de rémunération. Les groupements d’intérêt scientifique consacrés aux études aréales devraient avoir la possibilité d’accorder des contrats doctoraux et postdoctoraux dans une perspective de coordination de la recherche sur le territoire national.
  • Repenser l’insertion des chercheur.e.s des organismes dans les dispositifs d’enseignement. Les spécialistes d’aires ou de thématiques rares dans les organismes doivent être encouragé.e.s à enseigner, non seulement en donnant des séminaires, comme c’est le cas le cas à l’EHESS ou dans les Instituts d’études politiques (IEP), mais aussi en donnant des cours, y compris de niveau licence.

2. Un soutien ciblé à la recherche

5Un certain nombre d’opérations peuvent être prises en charge par les communautés elles-mêmes, en coordination avec les GIS en études aréales, comme, par exemple :

  • Favoriser la mise en avant de la recherche par l’affichage plus systématique de prix de thèse ; par une incitation en direction des doctorant.e.s et docteur.e.s travaillant sur les aires à se porter candidats aux bourses générales (bourses du musée du Quai Branly, Fernand Braudel…) et aux bourses européennes (Marie Curie).
  • Valoriser dans toutes les instances d’évaluation (Conseil national des universités (CNU), Comité national de la recherche scientifique (CoNRS) toutes les actions de transfert des communautés scientifiques mondiales vers la France. L’édition et la traduction de textes venus de langues autres qu’européennes doivent également être valorisées comme des tâches scientifiques nécessaires à la recherche.
  • Utiliser tous les dispositifs d’accueil de chercheur.e.s étranger.ère.s, dont les durées sont variables : les onze chaires de l’Institut des Amériques (IDA) sur les Amériques, notamment à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL), mais aussi dans diverses universités parisiennes, à Toulouse et à Rennes ; les accueils d’un an des Instituts d’études avancées français (IEA de Lyon, Nantes, Marseille, Paris) ; les accueils d’un mois réalisés par l’EHESS ou les universités ; les chaires du Collège d’études mondiales de la FMSH.
  • Encourager la participation plus systématique des chercheur.e.s français.es à tous les congrès internationaux et intensifier leur organisation en France.
  • Encourager la présence des chercheur.e.s français.es dans les revues internationales, et favoriser la publication de recherches élaborées en France dans ces revues.

6D’autres actions doivent être menées avec le soutien du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de l’alliance Athéna, en particulier :

  • Évaluer les apports des laboratoires d’excellence (Labex) en matière d’études aréales et penser la poursuite de certains d’entre eux.
  • Soutenir les bibliothèques spécialisées dans les études aréales à la fois en personnels et en moyens, pour assurer le meilleur accès possible aux ressources documentaires, avec une attention particulière pour les ressources numériques.
  • Assurer un suivi systématique de la situation de l’emploi dans les études aréales ainsi que des profils des recrutements effectués par les organismes, les grandes écoles et les universités.
  • Construire les structures de concertation qui permettront d’assurer le maintien de l’emploi et la diversité de sa répartition sur le territoire national.

3. Une stratégie nationale de recrutement pour les études aréales

7L’enjeu que représentent les postes de chercheur.e.s et d’enseignant.e.s-chercheur.e.s est crucial dans un contexte qui, globalement, se rapproche de celui des disciplines rares. Les différentes branches des études aréales sont généralement portées par un petit nombre de personnes, ce qui rend les équilibres très fragiles.

8Les viviers de recrutement pour le CNRS, les grandes écoles et les universités doivent être au minimum européens, voire internationaux et, dans tous les cas, ne pas se limiter à la France.

9La politique des congés pour recherches et conversions thématiques (CRCT) attribués par les établissements comme les délégations attribuées par les organismes (CNRS, mais aussi INED ou IRD) doit être orientée de manière à favoriser les départs sur le terrain d’universitaires, en lien, lorsque cela est possible, avec les UMIFRE du CNRS et du ministère des Affaires étrangères. L’Institut universitaire de France (IUF), dont l’impact à long terme sur le développement de recherches de haut niveau est considérable, ne peut rester à l’écart de la mise en place de politiques scientifiques convergentes à l’échelle nationale en matière d’études aréales.

10Pour les recrutements disciplinaires dans l’enseignement supérieur, il convient aussi de désacraliser l’agrégation et le CAPES, des concours dont l’intérêt et la qualité ne sont évidemment pas en cause, pour mettre en évidence les savoirs linguistiques, la connaissance du terrain, les qualités proprement scientifiques, l’innovation ou encore un réel rayonnement international. La réussite à ces concours ne devrait pas être un critère décisif de recrutement des maîtres de conférences (MCF) dans les disciplines concernées.

11Dans ces domaines hautement spécialisés, la question des recrutements se pose aussi pour les personnels des bibliothèques, ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé (BIATSS). Il faut, en particulier, développer les postes de bibliothécaires et documentalistes spécialisé.e.s dans les études aréales, connaissant les langues orientales et capables d’être des interfaces entre les mondes étudiés, leur marché de l’édition scientifique, leurs bibliothèques, leurs ressources numériques, et les chercheur.e.s basé.e.s en France. Mais tous les postes sont concernés, à l’image des ingénieurs de la branche d’activité professionnelle (BAP) D ou des gestionnaires des unités.

4. Le rôle des nouvelles institutions : vers une convergence des efforts ?

12Il convient de réfléchir au rôle que pourraient jouer les Comue dans le développement des études aréales.

13Certaines d’entre elles, comme Aix-Marseille Université, Paris Sciences-et-Lettres, Université Sorbonne-Paris-Cité ou Hautes Écoles Sorbonne Arts et Métiers (HESAM) concentrent, en effet, une bonne partie du potentiel français dans ce domaine. Les trois dernières citées seront présentes sur le Campus Condorcet prévu à Aubervilliers en 2019.

14Les études aréales doivent être un des axes privilégiés, en termes de formation et de recherche, de l’action des Comue et permettre des partenariats, des cohabilitations, des envois croisés de boursiers ou doctorant.e.s dans les pays étudiés.

15Le rôle des GIS et de toutes les structures de coopération entre les chercheur.e.s (séminaires, associations de chercheur.e.s, etc.) doit être encouragé etleurs moyens doivent être renforcés. Le modèle du GIS Études asiatiques, qui peut s’appuyer sur l’unité propre de services (UPS) du CNRS « Réseau Asie » et dispose d’une importante capacité de gestion, de montage de projets et de soutien à l’édition, doit être développé.

16Les interfaces entre les communautés scientifiques et la société doivent être multipliées. Le modèle de cette action peut être l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM) – unité mixte de services (UMS) 2000 CNRS/EHESS – fondé, en 1999, au sein de l’EHESS.

17À l’international, il convient de favoriser à la fois la communication et la concertation entre les UMIFRE, peut-être grâce à un conseil scientifique commun, en encourageant des efforts convergents autour de projets partagés sans que l’ancrage local soit perdu. Les sites et les établissements de recherche et d’enseignement supérieur en France doivent être beaucoup plus solidement impliqués dans les projets des UMIFRE, notamment par des affectations ou des missions de longue durée d’enseignant.e.s-chercheur.e.s, et par la participation de ces sites à la définition des grands programmes scientifiques des UMIFRE. Dans ce cadre, cela peut induire que les sites fassent des choix parmi les aires géographiques et les UMIFRE, en termes d’investissement, pour éviter un éparpillement de leurs efforts.

Notes

1 Voir, à ce sujet, le rapport de l’Alliance Athéna, Recherches sur les radicalisations, les formes de violence qui en résultent et la manière dont les sociétés les préviennent et s’en protègent. État des lieux, propositions, actions, remis à M. le secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, mars 2016.

2 Voir Les SHS, un investissement pour l’avenir. 10 premières mesures en faveur des sciences humaines et sociales (SHS), communiqué de presse de M. le secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 4 juillet 2016, http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Actus/33/2/plan_ SHS_04-07-2016_604332.pdf

© Alliance Athena, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search