Version classiqueVersion mobile

Avenir de la recherche et Maisons des sciences de l’Homme

 | 
Jacques Commaille

3

Les principes fondateurs du Réseau national des Maisons des sciences de l’Homme

Pierre Guibentif

Texte intégral

1L’objectif du présent chapitre est de proposer une synthèse de l’état actuel de la réflexion du Réseau national des Maisons des sciences de l’Homme sur les principes orientant ses activités. Il prend appui sur deux types de documents. D’une part, un ensemble de textes – aussi bien des textes normatifs que des travaux d’analyse – dont la production a jalonné le processus de constitution du Réseau. D’autre part, un ensemble de rapports d’activités des Maisons des sciences de l’Homme. Il s’agit à la fois de rappeler, de manière dûment documentée, quelles ont été les visées du Réseau, dans l’esprit de ceux qui ont participé à sa fondation et à sa promotion ultérieure, et d’examiner comment ces visées ont été concrètement perçues et opérationnalisées au niveau des MSH constituant le Réseau.

2Cet objectif s’inscrit dans le cadre de la mission du conseil d’orientation scientifique du Réseau, telle que définie dans la convention de partenariat qui est à la base du Réseau, selon laquelle le COS « formule un avis sur les orientations générales et les priorités du Réseau ». La méthode retenue ici a consisté à valoriser, dans la préparation de cet avis, l’expérience historique du Réseau et les pratiques actuelles des MSH.

  • 38 Voir ci-après le chapitre « Enjeux de l’évaluation des Maisons des sciences de l’Homme ».

3Il existe des rapports étroits entre le présent travail et celui, animé dans le cadre du Réseau par Linda Hantrais, sur le thème de l’évaluation. Une formulation précise des « orientations générales et priorités » est en effet nécessaire à la définition des « critères d’évaluation »38. Dans le processus de réflexion engagé par le COS, les deux thèmes ont cependant, à juste titre, été considérés comme méritant d’être approfondis dans un premier temps de manière autonome. Ceci permet, dans la réflexion sur les orientations, de bien prendre en compte les particularités de la dynamique actuelle des sciences de l’homme et de la société, et de considérer non seulement les réalisations actuelles, mais également les aspirations et préoccupations. Et, dans la réflexion sur l’évaluation, il est possible de tirer pleinement parti des avancées des méthodes et techniques d’évaluation dans des domaines divers, et de reformuler les principes applicables spécifiquement au Réseau en fonction des nécessités méthodologiques de l’évaluation des activités en cours, sans que cela risque d’entraîner une limitation dans la discussion des développements à venir.

Les principes fondateurs dans les textes

La doctrine des trois « i »

  • 39 Ce document (devenu charte du Réseau des MSH) est accessible sur le « portail du Réseau » (http : (...)
  • 40 Garden Maurice, (2003), « De la Maison des sciences de l’Homme de Fernand Braudel au Réseau nation (...)
  • 41 Le projet d’une charte et d’un réseau des MSH est déjà à l’ordre du jour d’une rencontre de septem (...)

4Le document à considérer ici en première ligne est la Charte des Maisons des sciences de l’Homme, à laquelle adhèrent les institutions membres du Réseau39. Ce document a été élaboré en 1999 en concertation entre les directeurs des douze MSH fondatrices du Réseau et les groupes de réflexion animés par la Direction de la recherche du ministère de la Recherche, et adopté le 5 juin 200040,41. Il figure en annexe de la Convention de partenariat qui fonde le Réseau, signée le 9 août 2001 entre les ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le CNRS, et les MSH existant à ce moment-là, représentées soit par leurs établissements de rattachement, soit par les organismes les constituant.

  • 42 Pollet Gilles (2003), « Le Réseau des Maisons des sciences de l’Homme : un dispositif au service d (...)

5La traduction de la charte, dans la pratique du suivi des MSH existantes et de l’évaluation des propositions de nouvelles maisons, a conduit à la formulation de ce que l’on a pu appeler la « doctrine des trois i »42. Selon celle-ci, trois « ambitions » caractériseraient le réseau : l’interdisciplinarité, une dynamique interinstitutionnelle et l’orientation vers l’international.

6Ces trois principes s’expriment en effet en divers endroits de la charte :

  • interdisciplinarité :
    art. 1 : « les MSH […] regroupent […] des chercheurs (et) des équipes […] de différentes disciplines » ;
    art. 2 : « Elles développent […] des programmes de recherche communs à plusieurs disciplines […] » ;
    art. 3 : « Le réseau favorise la création […] de “laboratoires” sans murs. » ;
  • dynamique interinstitutionnelle :
    art. 1 : « Les MSH […] regroupent […] des unités de recherche dépendant de différentes institutions » ;
    art. 2 : « Elles développent […] des programmes de recherche communs à plusieurs […] unités de recherche » ;
    art. 3 : « Elles sont reliées entre elles et forment un réseau de communication […] » ;
    art. 4 : « Elles disposent d’instruments de travail communs aux différentes unités […] » ;
  • orientation vers l’international : 
    art. 5 : « Elles favorisent l’insertion des chercheurs dans la communauté internationale […] » ;
    art. 6 : «  (elles) veillent à la meilleure diffusion possible de leurs recherches […] à l’échelle locale, nationale et internationale. »
  • 43 Conseil national du développement des sciences humaines et sociales (sous la présidence d’Alain Su (...)
  • 44 Ibid., p. 202
  • 45 Ibid., p. 226 s.

7L’utilité d’une charte des Maisons des sciences de l’Homme avait déjà été soulignée, quelque temps avant l’adoption de ce texte, par le rapport Pour une politique des sciences de l’homme et de la société43. Ce texte énonçait un ensemble de principes qu’une telle charte devrait inclure44, en commençant par l’interdisciplinarité, suivie de la « mise en œuvre du partenariat CNRS/Université » – un des fondements de la vocation interinstitutionnelle des MSH – et de l’« orientation internationale ». Les conclusions de ce même rapport insistaient encore sur la nécessité du « dialogue entre les disciplines » et sur le fait que le réseau des MSH devait être « ouvert sur l’international »45.

  • 46 Dans la terminologie de la convention, les « établissements » sont les établissements de rattachem (...)

8Les trois « i » sont également consacrés par la convention signée quelque temps après l’adoption de la charte. Le préambule de ce document les réunit en une formule synthétique, selon laquelle le Réseau doit contribuer à « augmenter les échanges interdisciplinaires et internationaux tout en permettant de meilleures synergies entre les établissements et organismes »46. L’article 3, concernant les « Objectifs et missions du réseau », consacre un alinéa à chacun des trois « i », en énonçant les trois missions suivantes :

  • « Contribuer à renforcer les relations […] entre les SHS et les autres secteurs scientifiques, qui s’inscrivent dans l’objectif général d’interdisciplinarité, d’internationalisation et de décloisonnement des disciplines. » (Accent mis sur l’aspect interdisciplinaire) ;
  • « Faciliter et favoriser les échanges scientifiques de toute nature entre les signataires » (aspect interinstitutionnel) ;
  • « Œuvrer en faveur de l’ouverture et de la visibilité internationales des recherches en SHS […] » (aspect international).

Des trois « i » aux cinq « i »

9L’importance des trois « i » dans l’orientation des activités du Réseau est donc clairement établie. Une réflexion plus approfondie sur le fonctionnement du réseau conduit cependant à reconnaître une importance égale à deux autres principes. Ceci pourrait conduire à énoncer une doctrine des cinq « i ».

  • 47 Rouillard Pierre, (2004), « Le réseau national des Maisons des sciences de l’Homme », in : (coll.) (...)
  • 48 Pour une politique des sciences de l’homme et de la société, (2001), op. cit., p. 142.

10Un « quatrième i » est celui du principe d’« implantation régionale »47, ou encore, pour reprendre un concept proposé dans le cadre plus général des vocations des sciences humaines et sociales : « i » pour « inscription politique et sociale »48.

11Ce principe s’exprime clairement à l’article 6 de la Charte : « Les MSH veillent à la meilleure diffusion possible de leurs recherches, auprès des institutions publiques ou privées, à l’échelle locale, nationale ou internationale. »

  • 49 Garden Maurice, (2003), op. cit., p. 15.
  • 50 Godelier Maurice, (2001), L’état des sciences de la société en France et leur rôle dans la constru (...)
  • 51 Pour une politique des sciences de l’homme et de la société, (2001), op. cit., p. 202.
  • 52 Département des sciences de l’homme et de la société, (2000), « Les orientations stratégiques du d (...)
  • 53 « Les structures fédératives : un essai de présentation », Sciences de l’homme et de la société. L (...)
  • 54 Cette notion doit être rapprochée du « principe d’unité du site » (« Les structures fédératives... (...)
  • 55 Rouillard Pierre, (2004), op. cit., p. 4.

12Il est également lié à deux notions plus abstraites, qui ne se réduisent sans doute pas à des éléments constitutifs de cette « inscription/implantation » mais qui la favorisent puissamment, étant permis d’admettre que c’est bien pour ce motif qu’on y insiste tant. L’une est celle de « lieu identifiable » (article 1 de la charte), qui correspond à l’idée de « lisibilité et visibilité » que les MSH conféreraient à la recherche en sciences sociales49. Très explicite sur ce point, Godelier50 constate qu’un « avantage » des MSH est « la production d’une visibilité qui permet le rapprochement de la recherche en SHS et des collectivités locales et des institutions publiques ou privées ». L’autre est celle d’« ancrage » que l’on trouve déjà dans le rapport Pour une politique des sciences de l’homme et de la société51. Selon celui-ci, l’un des objectifs des MSH serait « une orientation internationale, avec ancrage dans la région d’accueil ». Cette notion ressurgit dans l’énoncé des « politiques de site » du département des sciences de l’homme et de la société52 : par les MSH, le travail en SHS se trouverait « ancré en des lieux précis, dûment matérialisés »53,54, et se retrouve dans la présentation du Réseau, qui définit les Maisons comme « lieu forum »55. Dans le même sens, le texte de présentation du Réseau placé sur le site web de la MSH Paris rappelle que les Maisons sont « nées dans des contextes locaux différents et ancrées dans un tissu régional particulier ».

  • 56 Cette notion se perd dans la traduction de l’expression « Maison des sciences de l’Homme » adoptée (...)

13Plus encore que les trois précédents, ce principe peut être directement rattaché à la dénomination « Maison des sciences de l’Homme » elle-même. En effet, le terme « Maison » met l’accent sur la matérialité du lieu qui accueille les activités, lieu singulier et visible ; un point sémantique d’ailleurs relevé dans le préambule de la charte, où il est question de « regroupement en un lieu donné (une maison) de chercheurs, équipes ou unités de recherche »56.

  • 57 Godelier Maurice, (2001), op. cit., p. 47.
  • 58 Rouillard Pierre, (2004), op. cit., p. 5

14À propos plus particulièrement de la vocation du réseau, il est question de l’objectif que devrait se donner toute MSH « d’affirmer et de développer une identité scientifique propre »57, « de dessiner dans le Réseau un profil scientifique qui en fasse un pôle nationalement et internationalement »58. Cette visée s’exprime dans le préambule de la charte, selon lequel une caractéristique des MSH serait « la définition d’une identité scientifique – avec une ou plusieurs dominantes – qui (lui) donne sa cohérence […] », ainsi que dans son article 2, selon lequel les MSH « développent chacunes des activités de recherche propres qui contribuent à définir leur identité scientifique. » Nous sommes ainsi conduits à un « cinquième i », pour « identité scientifique ».

Principes complémentaires

15Au-delà des cinq « i » ainsi identifiés, d’autres références d’orientation sont mentionnées, encore que plus brièvement, dans les documents analysés.

  • 59 « Les structures fédératives : un essai de présentation », (2003),op. cit., p. 11.

16La plus générale, énoncée en bonne place dans la convention (article 3, premier alinéa), est la mission de « dynamiser la recherche en sciences humaines et sociales », en visant une « meilleure qualité des résultats obtenus »59. Cet objectif, implicite dans tous les autres, et qui se traduit lui aussi dans la désignation des institutions en cause, va, si l’on peut dire, de soi. Il invite cependant à un constant effort de réexplicitation et de réappréciation des principes plus spécifiques dégagés par la pratique, travail auquel la présente note entend d’ailleurs contribuer.

  • 60 « ibid », p. 4.

17Une vocation des MSH est l’« articulation entre enseignement doctoral et recherche »60, vocation que la charte énonce en ces termes : « (les MSH) soutiennent la formation des jeunes chercheurs, notamment au travers des Écoles doctorales » (article 2).

  • 61 « ibid », p. 5, 7-8.
  • 62 Sur la mutation du travail en SHS que les MSH entendent ainsi favoriser, voir aussi Pour une polit (...)

18Une autre vocation est la promotion, dans les SHS, d’une culture scientifique basée sur le travail collectif. Les MSH seraient au service d’une « recherche […] davantage collective » 61,62. Dans ce sens, la charte fait plus fréquemment référence aux « équipes et unités » (cinq mentions) qu’aux « chercheurs » (deux mentions).

19Une exigence à laquelle doit correspondre le fonctionnement des MSH est le « renouvellement » des chercheurs et des programmes (charte, article 2, deuxième section ; « Les structures fédératives… », 2003, op. cit., p. 4).

  • 63 « Les structures fédératives:  un essai de présentation », (2003), op. cit., p. 9.
  • 64 Rouillard Pierre, (2004), op. cit., p. 5.

20Pour clore cette énumération, rappelons l’objectif de mutualisation des outils, lié à la priorité économique de meilleure planification des investissements en matière d’instrumentation scientifique63 et l’objectif de maillage du territoire qui orientent l’activité du Réseau 64.

21Dans les lignes qui suivent, nous nous limiterons aux cinq « i », c’est-à-dire aux principes qui concernent le plus directement le Réseau en tant que tel. Ils le concernent doublement. D’une part, comme pour les autres principes abordés, le Réseau peut utilement contribuer à une réflexion sur leur mise en œuvre et, moyennant le développement d’outils appropriés, à l’évaluation de celle-ci. Mais, bien plus que dans le cas des autres principes, le Réseau est un acteur privilégié de cette mise en œuvre.

22Cela est particulièrement évident pour ce qui concerne la dynamique interinstitutionnelle, dont le Réseau est l’un des instruments, ainsi que pour l’identité scientifique des différentes MSH, qui gagne à se définir dans un processus de progressive prise de conscience des contributions – d’ailleurs susceptibles d’évoluer dans le temps – des différentes institutions membres du Réseau.

23Les efforts d’internationalisation ont, quant à eux, plus de chance de succès s’ils sont relayés et amplifiés par une structure d’envergure nationale.

24Enfin, les exigences d’interdisciplinarité et d’inscription dans la cité concernent sans doute en première ligne les MSH prises individuellement. Mais elles posent des problèmes tels que leur traitement a tout à gagner d’un partage des expériences des différentes Maisons, acquises dans des contextes institutionnels, disciplinaires et socio-politiques variés. Par ailleurs, ce qui est plus important encore, le Réseau ouvre un espace de coopération interdisciplinaire par définition plus vaste que celui que constituent les institutions membres. Et l’inscription dans la cité gagne à ne pas être un simple rapport local entre une Maison et son lieu, mais plus largement, entre un type d’institution et la société, à l’échelle nationale.

Les principes fondateurs en action

  • 65 « Les structures fédératives : un essai de présentation », (2003), op. cit.
  • 66 (COLL.) Le réseau national des MSH (plaquette réalisée par la Maison des sciences de l’Homme d’Aqu (...)

25La présente section est basée principalement sur les rapports qui ont été remis par les MSH au COS, dans le cadre de la préparation des réunions des 23 et 24 mai 2005. Cette documentation a été complétée par la consultation des présentations individuelles des MSH, contenues dans des publications concernant les MSH en général65, 66, ainsi que des sites web des Maisons. En l’état, il ne s’agit pas d’une comparaison systématique, où seraient inventoriées, pour chaque point abordé, toutes les prises de positions ou mesures des différentes Maisons. On s’est limité à mettre en évidence les différences les plus significatives, et de les illustrer par quelques exemples, sans prétendre à l’exhaustivité.

Interdisciplinarité

26C’est là probablement le principe le plus souvent évoqué dans les rapports étudiés, ce qui confirme l’importance que lui accorde la doctrine du Réseau en l’énonçant en premier lieu. Les informations et réflexions qui le concernent peuvent être discutées en quatre points. Par définition, la première condition de l’interdisciplinarité est la coexistence de plusieurs disciplines, c’est-à-dire la pluridisciplinarité. Quant à cet aspect, il convient de commenter brièvement l’éventail des disciplines représentées dans les différentes Maisons, ainsi que dans le Réseau dans son ensemble. À la pluridisciplinarité s’ajoute ensuite une exigence d’échange et de coopération, voire de fusion entre les disciplines – visée que traduit plus spécifiquement le terme transdisciplinarité. Il s’agira donc de rendre compte des modalités concrètes de mise en rapport entre disciplines. Au terme de cette esquisse d’inventaire, une question méritera d’être reprise : celle du statut, dans le travail interdisciplinaire, des différentes disciplines impliquées. Enfin, il faudra revenir à la question essentielle des finalités de l’interdisciplinarité.

Eventail des disciplines

27On trouve dans les MSH toutes les principales disciplines des SHS, ainsi que nombre de disciplines plus pointues. À noter aussi la présence de disciplines qui débordent le domaine des SHS : sciences de la vie, de la terre, de l’environnement, etc. Ceci révèle l’ouverture disciplinaire du Réseau, selon l’acception la plus forte du principe d’interdisciplinarité : ouverture non seulement entre SHS, mais de celles-ci à l’égard des autres domaines scientifiques (convention, article 3 : « relations […] entre les SHS et les autres secteurs scientifiques »). Cette ouverture s’opère d’ailleurs non seulement par l’inclusion d’équipes spécialisées dans ces disciplines, mais aussi par des collaborations plus ponctuelles, dans le cadre de certains projets. Pensons par exemple aux collaborations avec des ingénieurs, comme à Grenoble, ou avec des médecins (Nantes) ou les neurosciences (Lyon).

28Deux questions stratégiques que l’on pourrait poser ici - mais que nous laisserons ouvertes - sont celles-ci : quel est le poids souhaitable de l’ensemble des disciplines non SHS dans le Réseau ? Quelles sont, plus précisément, les disciplines qu’il serait particulièrement souhaitable de mieux impliquer ?

29Les orientations actuelles des MSH font émerger deux secteurs de fort intérêt : les sciences et techniques d’information et communication, la création artistique (par exemple, l’axe « industries de la culture et des arts » à Saint-Denis, ou le travail sur le « mouvement dansé », à Poitiers).

  • 67 Pour une appréciation de l’éventail des disciplines représentées dans le Réseau, voir not. Garden, (...)

30Il faut reconnaître que certaines disciplines sont plus fréquemment représentées dans les MSH : l’histoire (16 mentions parmi les MSH françaises), la sociologie (14 mentions), la géographie et le droit (12 mentions), l’archéologie et les sciences du langage (11 mentions), la Littérature, les sciences économiques et la psychologie (10 mentions), la philosophie et l’anthropologie (9 mentions). Une position intermédiaire est occupée par les sciences et techniques de l’information et de la communication (7 mentions). Il n’est pas aisé d’évaluer quelles disciplines devraient être renforcées en priorité67.

  • 68 La différenciation fonctionnelle à laquelle il est ici fait allusion a été discutée de manière par (...)

31Un critère sociologique consisterait à se baser sur la liste des grands domaines différenciés d’activité sociale que, par ailleurs, la sociologie tend au long de ces dernières décennies à abandonner à des disciplines spécialisées : l’économie, la politique, le droit, l’art, la religion, l’éducation, etc.68 Sur la base de ce critère, on pourrait souhaiter une représentation un peu plus forte des sciences économiques et de la gestion d’entreprise. Le même critère conduit à constater la faible proportion de Maisons où sont abordés la science politique, mais aussi les domaines de l’art, de l’éducation, et de la religion. Enfin, par rapport à sa place dans l’université contemporaine, l’architecture peut être considérée comme nettement sous-représentée.

32Quant aux éventails de disciplines des différentes Maisons, lesquelles comprennent entre une demi-douzaine et une quinzaine de disciplines, ils répondent tous à l’exigence d’interdisciplinarité posée par la charte. Par ailleurs, les développements annoncés vont dans le sens d’un élargissement de ces éventails.

  • 69 Voir Maison René-Ginouvès, p. 91, où il est question de l’« axe PLM ».

33Plus difficile est la caractérisation qualitative des configurations de disciplines. Trois Maisons présentent un profil similaire : la MOM, la Maison René-Ginouvès, et Nice, avec les constellations anthropologie-ethnologie-histoire-archéologie69.

  • 70 Ces profils devront également être discutés infra, en rapport avec le principe d’identification.

34D’autres configurations caractéristiques, en ceci que des groupes déterminés de disciplines y sont plus particulièrement représentés, sont, avec un groupe « focalisant », Strasbourg (histoire-archéologie) et Tours (géographie-urbanisme), ou, avec deux groupes, Aix (histoire-archéologie et géographie urbanisme), Caen (histoire-archéologie et sciences du langage-philologie-littérature) et Poitiers (sciences du langage-philologie-littérature-philosophie et gestion-sciences économiques). Les autres Maisons apparaissent comme plus « généralistes »70 .

  • 71 Voir Re-inventing the Social Sciences, OCDE, (2004), p. 26 ss.

35Enfin, un travail qui reste à faire est une carte des constellations disciplinaires effectivement mises en œuvre dans la recherche. Une appréciation qu’il faudrait pouvoir fonder sur un inventaire plus méthodique est celle-ci : il semble bien que des réseaux de collaboration, par ailleurs denses et diversifiés, laissent pourtant subsister une certaine distance entre des travaux ayant intensivement recours à la coopération avec les sciences cognitives et les sciences et techniques de l’information et de la communication, d’une part, et d’autres, basés sur les méthodes plus traditionnelles de recueil et d’interprétation des données. Ce qui confirmerait le diagnostic de Jean-Pierre Dupuy quant à la réalité actuelle de l’écart entre les « deux cultures » en sciences sociales 71.

Transdisciplinarité

36Les rapports analysés présentent diverses modalités d’interdisciplinarité :

  • projets associant des chercheurs de différentes disciplines ;
  • équipes ou centres réunissant des chercheurs de différentes disciplines ;
  • filières de formation interdisciplinaires ;
  • encadrement pluridisciplinaire de thèses de doctorat 72 ;
  • rencontres, séminaires, colloques, etc., destinés spécialement aux échanges de vue entre spécialistes de différentes disciplines sur des thèmes de recherche ;
  • échanges entre chercheurs favorisés par l’utilisation commune de certains équipements ou instruments ;
  • échanges entre chercheurs favorisés par le partage des mêmes locaux ;
  • représentation de différentes disciplines dans des organes de gestion, de consultation ou d’évaluation de la recherche.

37Une dimension supplémentaire mérite encore d’être prise en compte : dans certaines initiatives, toutes les disciplines associées peuvent avoir un poids similaire ; dans d’autres, au contraire, une discipline est clairement présentée comme « prépondérante » ou « de base ».

38Ces diverses modalités correspondent évidemment à des degrés différents d’intensité des échanges. La question de savoir quelles modalités ou combinaisons de modalités méritent particulièrement d’être encouragées ne sera pas discutée dans le présent chapitre. Elle ne saurait, d’ailleurs, être traitée sans que soient d’abord explicitées les finalités de l’interdisciplinarité.

39On se limitera ici à quelques mots concernant les différents moyens employés pour favoriser ces diverses modalités. La définition de projets interdisciplinaires, en particulier, peut être encouragée par des procédures spécifiques de consultation inter-équipes dans la perspective de la formulation des axes de recherche de la MSH (Toulouse). Une autre formule consiste à privilégier le critère de l’interdisciplinarité dans les appels d’offres internes (Caen, Réponse à la navette Ministérielle p. 5).

Statut des différentes disciplines

40Entre les diverses manières que les MSH ont de rendre compte du travail interdisciplinaire, une différence mérite d’être relevée : certaines présentations font état précisément des disciplines engagées ; d’autres justifient l’interdisciplinarité de la recherche en soulignant le caractère fédérateur d’un thème ou d’un outil de travail (un exemple parmi beaucoup d’autres, à la MSH d’Aix : la promotion d’une « approche intégrée des cultures et des territoires »), sans mentionner les disciplines engagées. Par ailleurs, les listes des différentes personnes impliquées dans les projets (coordonnateurs, chercheurs, chercheurs invités, doctorants, etc.) peuvent, ou non, mentionner les disciplines d’appartenance.

41Les laboratoires associés à un axe de recherche ou à un projet peuvent avoir un caractère disciplinaire ou être eux-mêmes déjà interdisciplinaires. La présentation d’un axe de recherche peut inclure, ou non, une mention explicite des disciplines associées, assortie éventuellement d’une justification des contributions des unes et des autres. Enfin, plus méthodiquement, ces présentations peuvent inclure un état de la recherche spécifique pour chaque discipline impliquée.

42Au-delà de ces mentions des disciplines dans la documentation institutionnelle, la question qui mériterait d’être approfondie est celle du statut effectif des disciplines dans les différentes MSH. Telles qu’elles peuvent être reconstruites à partir des rapports analysés, leurs politiques sur ce point pourraient se distribuer entre deux pôles : d’un côté, une option « fusionnelle » (effacement des disciplines au profit de l’affirmation de thèmes intégrateurs), d’un autre une option « fédérative » (interdisciplinarité conçue comme l’intensification des rapports entre différentes disciplines, chacune clairement identifiée).

43La documentation étudiée porte à adopter une attitude très ouverte face à cette alternative. Certes, l’affirmation d’une option fusionnelle peut correspondre à un degré élevé d’intensité et d’effectivité du travail interdisciplinaire. Mais un programme fédérateur peut, lui aussi, conduire à une production authentiquement interdisciplinaire, et garantir à celle-ci de bonnes conditions lorsque des unités à fort caractère disciplinaire jouent un rôle important dans la création et la vie d’une Maison. Il peut même favoriser l’identification et surtout le renouvellement des thèmes « fédérateurs », lesquels peuvent être plus facilement mis en débat, dès lors que l’identité de la Maison et son caractère inter- disciplinaire découlent non seulement de ceux-ci mais aussi de l’engagement interdisciplinaire d’entités ou de chercheurs par ailleurs clairement situés en termes disciplinaires.

Finalités et évaluation de l'interdisciplinarité

  • 73 Pour une politique des sciences de l’homme et de la société, (2001), op. cit., p. 195 ; Godelier M (...)

44D’autres l’ont déjà relevé : dans la réalisation du principe d’interdisciplinarité, il faut toujours être attentif au risque d’une « interdisciplinarité purement formelle »73. La fréquence même avec laquelle apparaissent les termes « interdisciplinarité », « multidisciplinarité », « pluridisciplinarité », « transdisciplinarité », montre que ce principe a été perçu comme correspondant à une attente forte des instances fédératrices et de tutelle. Une telle perception peut évidemment, sans préjudice de la réalité des efforts, favoriser un usage symbolique de ces termes.

45Il s’agit donc de bien évaluer l’effectivité de l’interdisciplinarité pratiquée. Une telle évaluation exige cependant que soient explicitées les finalités, et appelle une réflexion sur le degré optimal d’interdisciplinarité.

46Les rapports étudiés soulignent plus particulièrement deux finalités. D’abord, l’interdisciplinarité favorise l’émergence de nouveaux thèmes, ou le renouvellement conceptuel. Cette idée est dans certains cas illustrée de manière particulièrement concrète et suggestive, comme c’est le cas pour les thèmes « alimentations en Méditerranée » à Aix, ou encore « Concurrence », à Toulouse. On a cependant aussi pu relever que le voisinage entre les disciplines ne mène pas nécessairement à l’identification de thèmes effectivement intégrateurs, et mettre en garde face aux « programmes parapluies artificiels », comme ce fut le cas à Nanterre.

47Une deuxième finalité est la stimulation du travail individuel des chercheurs, relevée dans plusieurs rapports.

48Une troisième finalité pourrait être la stimulation des disciplines impliquées dans les entreprises interdisciplinaires, en particulier au plan méthodologique. Il est naturel que cette finalité ne soit guère prise en compte par les rapports étudiés, élaborés dans le cadre d’institutions à vocation interdisciplinaire, et ne se destinant donc pas à considérer le développement scientifique dans la perspective des disciplines. Cependant, dans une évaluation globale de l’impact des MSH sur le développement des SHS, il vaudrait évidemment la peine de chercher à savoir comment des entités identifiées disciplinairement (départements universitaires, associations spécialisées, etc.) évaluent les bénéfices qu’elles retirent de l’existence de l’outil spécifique que représentent les MSH. Cette évaluation dépendra probablement non seulement de l’apport substantiel de celles-ci, mais aussi, dans une certaine mesure, des rapports institutionnels qui auront été établis entre les MSH et ces entités.

49On a beaucoup, et justement, insisté, au long des trente dernières années, sur l’importance du travail interdisciplinaire, sur les problèmes graves que posent les cloisonnements entre disciplines, et sur la nécessité absolue, face à la plupart des thèmes correspondant à des préoccupations sociales ou à des priorités politiques, de composer les approches de plusieurs disciplines. À l’heure actuelle, il serait utile de faire aussi le bilan de ce que les disciplines universitaires ont apporté, en particulier en termes de formation des chercheurs, et de formulation de thèmes qui ont enrichi le débat social et politique justement parce qu’ils étaient apparus dans un autre contexte. Au risque de préjuger des conclusions d’une telle évaluation, disons que la science, de même que ceux qui lui adressent leurs demandes de connaissance, ont probablement beaucoup à gagner d’un équilibre et d’une bonne articulation entre démarches disciplinaire et interdisciplinaire, lesquelles méritent l’une et l’autre des moyens appropriés. Dans cet esprit, il reviendrait aux MSH et à leur Réseau à la fois de pratiquer l’interdisciplinarité de manière lisible et imaginative, et de s’assurer des ressources qui lui sont nécessaires, mais aussi de formuler une conception claire de leurs relations aux disciplines existantes. À considérer les rapports d’activité étudiés, tels que résumés ci-dessus, la pratique actuelle des MSH prend en compte ces deux aspects, le deuxième méritant pourtant d’être mieux explicité, dans le sens même d’un concept précis et équilibré d’interdisciplinarité.

Dynamique interinstitutionnelle

50Des « trois i », c’est celui qui est le moins abondamment traité dans les rapports étudiés.

51Il est vrai, que les principes d’interdisciplinarité et d’internationalisation ont été incorporés il y a déjà longtemps dans la réflexion sur l’activité scientifique. L’aspect institutionnel, en revanche, a surgi plus récemment, après une longue période de développement pour ainsi dire linéaire du monde universitaire, durant laquelle les données institutionnelles pouvaient être considérées comme des constantes acquises.

52Les rapports étudiés mettent en lumière la pluralité, caractéristique aujourd’hui de beaucoup d’organisations, des relations institutionnelles dans lesquelles s’insèrent les MSH. On passera d’abord en revue l’éventail de ces relations, pour conclure par quelques réflexions sur la finalité de ces rapports.

53Les entités avec lesquelles les MSH entretiennent des rapports institutionnels peuvent être réparties en au moins huit plans, les deux premiers devant être qualifiés de constitutifs :

  • les entités de rattachement (une ou plusieurs universités ; le CNRS) ;
  • les unités fédérées, équipes ou centres de recherche ;
  • le Réseau national des MSH et les autres MSH ;
  • les autorités régionales, départementales et municipales ;
  • des universités ou entités de recherche autres que les entités de rattachement, en particulier établies à l’étranger ;
  • des associations et réseaux actifs dans les domaines de recherche de la MSH ;
  • des organisations internationales ;
  • des partenaires régionaux.

54Quant à la dynamique des rapports avec les entités de rattachement, on note des différences assez marquées entre les Maisons rattachées à une seule université et celles créées sur la base d’un partenariat entre plusieurs universités. La nécessité d’organiser ce partenariat semblerait favoriser de manière générale l’aptitude de la Maison à gérer les rapports interinstitutionnels. Au-delà de l’aspect administratif, l’option interinstitutionnelle peut se traduire dans l’organisation des différents axes de recherche de la MSH, comme par exemple à Saint-Denis, où chaque thème de recherche est placé sous la responsabilité de deux chercheurs, un de chacune des deux universités de rattachement.

  • 74 Aurenche Olivier, (2003), « Maisons des sciences de l’Homme ou auberges espagnoles ? À propos de l (...)

55Quant à la gestion des rapports entre unités fédérées, il serait intéressant de disposer de données plus détaillées sur la pratique dans le fonctionnement des Maisons (parmi les formules évoquées : le conseil des directeurs, dans la MSH de Paris, ou les réunions interéquipes, par exemple à Poitiers). Une question importante est celle de l’équilibre à trouver entre la place conférée aux unités fédérées dans l’organisation de la Maison et celle accordée aux instances d’orientation des axes de recherche propres des Maisons 74 (exemple d’une organisation plaçant les axes et thèmes de la Maison au premier plan : Saint-Denis).

56Les rapports étudiés mettent généralement en valeur les liens de coopération établis avec les autres Maisons. Le Réseau y figure également comme une composante importante de l’environnement institutionnel des MSH. Pour les Maisons créées il y a plus longtemps, la participation à la fondation du Réseau est mentionnée comme un moment important dans leur développement.

57Les Maisons établies récemment rappellent son intervention dans le processus de leur création. Sont fréquentes aussi les mentions des contrats d’objectifs soutenus par l’ACI « Réseau des MSH » comme source de financement de projets de recherche. Enfin, les rapports étudiés montrent comment certaines Maisons perçoivent un rôle spécial dans le cadre du Réseau, auquel elles apportent une contribution particulière (exemples : Grenoble : page web du Réseau ; Lyon ISH  : réponse du Réseau à l’ACI numérisation).

58Les autorités régionales, départementales et municipales sont mentionnées à propos des organes de gestion des Maisons. Leur rôle est particulièrement important dans la phase de création et dans la mise à disposition ou la construction des locaux. Il serait intéressant d’approfondir l’analyse de leur rôle dans le fonctionnement ultérieur des Maisons.

59Les rapports avec les institutions étrangères s’établissent généralement à l’occasion de coopérations de recherche et de visites de chercheurs. Ils concernent donc en première ligne des unités ou des responsables de recherche en particulier. Dans ces conditions, il revient à la MSH en tant que telle d’assurer un suivi des coopérations engagées et de proposer une vue d’ensemble sur le tissu de liens institutionnels qui se construit de la sorte (voir à ce propos la formule du « Cycle d’accompagnement de la recherche » mis sur pieds à Aix). Par ailleurs, si l’engagement personnel de certains chercheurs est la condition sine qua non de toute coopération académique interinstitutionnelle, il est certain que celui-ci sera stimulé par une reconnaissance appropriée au sein de leur institution d’appartenance. Cette reconnaissance institutionnelle est par ailleurs très utile, voire nécessaire, dans le traitement de problèmes administratifs qui se posent notamment dans les projets internationaux.

60Les associations et réseaux scientifiques (autres que les réseaux européens) sont relativement rares. Une modalité importante de structuration de tels rapports est l’action de certaines MSH dans le domaine de l’édition de revues. Étant donné l’importance des associations dans le développement des SHS, les rapports entre elles et les MSH mériteraient d’être développés. Il est vrai que beaucoup d’associations et de réseaux ont une définition disciplinaire. On retrouve ici la question de l’équilibre nécessaire entre la promotion exigeante de l’interdisciplinarité et la reconnaissance appropriée des disciplines constituées. Une autre modalité d’établissement de rapports institutionnels avec des réseaux et associations est l’hébergement de sites web (exemples : site web de Lyon ISH, page « présentation » ; site web de la MSH Paris).

61Les partenaires régionaux seront abordés infra. On notera ici que l’établissement d’un réseau diversifié de partenaires institutionnels d’implantation locale peut être une garantie, à la fois d’une meilleure sensibilité aux intérêts et préoccupations locales, et d’une plus grande autonomie dans les rapports avec chacun de ces partenaires pris individuellement.

62Pour conclure ce point, reconnaissons que le travail d’entretien d’un réseau complexe de relations interinstitutionnelles représente une charge de travail considérable. Et les moyens disponibles dans les Maisons pour cette activité seront toujours nécessairement limités. Il est donc probable que, dans la pratique, certaines Maisons devront se focaliser sur certaines de ces relations, en se limitant pour le reste à une action plus modeste. Dans ces stratégies globales de gestion des rapports interinstitutionnels, il conviendrait d’accorder une attention particulière à l’équilibre entre le régional (entités de rattachement ; autorités locales, départementales ou régionales ; autres partenaires locaux) et l’international (institutions académiques, réseaux, associations, etc.).

63L’importance de l’aspect interinstitutionnel dans l’action des MSH est étroitement liée à leur rôle dans l’articulation entre le CNRS et les universités dans la recherche en SHS. Dans la pratique, l’insertion des équipes accueillies et le renouvellement des thèmes de recherche conduit à formuler une finalité plus générale. On pourrait en effet soutenir le raisonnement suivant : diverses fonctions nécessaires à la recherche – en particulier la formation de base des chercheurs et l’aménagement de carrières professionnelles offrant une sécurité suffisante aux intéressés et une valorisation soutenue des compétences – exigent des organisations très solidement structurées et donc d’une malléabilité limitée (typiquement : les universités). Les caractéristiques de telles institutions peuvent entrer en conflit avec d’autres exigences de la recherche, en particulier celle de pouvoir réagir rapidement à de nouveaux problèmes ou demandes.

64Une solution, face à ce dilemme des organisations « lourdes », est le développement, en articulation avec celles-ci, d’organisations plus légères, déchargées des fonctions très absorbantes mais nécessaires de « reproduction », et investies d’une responsabilité particulière de flexibilité thématique et donc organisationnelle. La complémentarité entre les deux types d’organisation exige cependant une concertation très poussée, et donc des relations stables et clairement définies. C’est à des relations de ce type que le principe d’« interinstitutionnalité » engage les MSH.

Orientation internationale

65Tout comme l’interdisciplinarité, l’orientation internationale est un principe très fréquemment invoqué dans les rapports étudiés. Ici encore, il s’agit d’abord de rappeler selon quelles différentes modalités il est mis en œuvre. Les rapports fournissent ensuite matière à une brève réflexion sur les finalités de l’internationalisation. Enfin, au-delà des finalités principales, on rappellera quelques effets possibles, qui ne constitueraient pas à eux seuls des justifications, mais peuvent fournir des motifs supplémentaires de développer cette dimension.

Modalités de l'internationalisation

66On recence les modalités suivantes :

  • La conception et mise en œuvre de projets de recherche associant des laboratoires et chercheurs de différents pays. Dans cette modalité, les projets européens acquièrent une importance grandissante. Sur ce point, on peut encore distinguer les collaborations entre équipes et la participation, au sein de mêmes équipes, de chercheurs de différents pays75.
  • Les collaborations internationales à long terme dans le cadre de revues (exemples : Caen : Revue internationale « Histoire et sociétés rurales » ; Poitiers : Revue européenne des migrations internationales) ou de réseaux visant le développement d’autres outils de travail (coopération entre bibliothèques, connexion entre bases de données, coopération dans la conception et interconnexion de sites web, etc. ; exemple : Nanterre).
  • Les événements visant à mettre en contact des chercheurs de différents pays (colloques, séminaires, etc.). Ceux-ci peuvent être organisés par une MSH ; ou encore des chercheurs appartenant à des équipes associées à une MSH peuvent participer à des rencontres organisées à l’étranger (les mentions de tels événements abondent dans les rapports).
  • La participation de collègues étrangers dans les instances de consultation scientifique ou d’évaluation, soit des Maisons, soit éventuellement de projets plus particuliers menés dans leur cadre (revues, collections de publication)76 .
  • Les filières de formation associant des chercheurs ou des institutions de différents pays (exemple : Clermont-Ferrand).
  • Enfin, une modalité fréquemment mentionnée, et considérée comme caractéristique des MSH – en rapport avec leur nature de « Maison », lieu où l’on peut vivre – est l’accueil de chercheurs de l’étranger pour des séjours d’une certaine durée et pour participer aux activités de la Maison (ainsi à Nantes où est également mentionnée l’existence d’une association « chercheurs étrangers »).

67Pour une appréciation plus détaillée des dynamiques d’internationalisation, il convient de tenir compte du poids respectif des initiatives des MSH et de celles des équipes ou centres qu’elles fédèrent. Les Maisons peuvent encourager les initiatives internationales par leurs appels d’offres internes ou dans le cadre des procédures de définition des axes de recherche. Elles peuvent les valoriser à travers des événements ou publications maison, ou les faciliter par l’accueil temporaire de chercheurs étrangers partenaires. La matière des échanges internationaux, en revanche, se construit beaucoup dans l’activité de recherche menée dans les centres et équipes. La valorisation parallèle de ces deux contributions est probablement un facteur de succès des politiques d’internationalisation : dans la documentation élaborée et divulguée par les Maisons, les mentions de participation à des initiatives internationales sont fréquentes. Une évaluation plus poussée pourrait examiner les modalités de promotion des MSH et du Réseau, dans le cadre de rencontres ou de publications à l’étranger, par les chercheurs qui y participent.

  • 77 À rapprocher de cette formule, l’Institut d’études avancées actuellement en cours d’installation à (...)

68Une initiative qui articule d’une manière particulièrement intéressante plusieurs modalités d’internationalisation, en les combinant avec un travail d’intensification des relations interinstitutionnelles, est le cycle d’accompagnement à la recherche organisé à Aix-Marseille. Des personnalités étrangères sont associées à un programme de formation conçu pour fonctionner sur une durée de quatre ans, et dans le cadre duquel elles viennent passer un mois par année à la MSH pour accompagner sur place des recherches en cours. Ces séjours prolongés et périodiques garantissent l’établissement de relations fortes non seulement entre la personnalité invitée et les communautés des chercheurs travaillant à la MSH d’Aix-Marseille, mais également entre celle-ci et les institutions d’origine des invités. Et, dans ces conditions, les invités acquièrent en quelque sorte un statut de correspondants extérieurs de la MSH 77.

Finalités de l'internalisation

69Si l’importance de l’internationalisation n’est aujourd’hui plus mise en doute, il vaut pourtant la peine de rappeler quels bénéfices on peut espérer en retirer. Sur ce point, les rapports étudiés sont instructifs, par les trois situations assez différentes qu’ils mettent en lumière.

70Certains thèmes exigent en eux-mêmes un travail international, en raison de leur propre caractère international. Un exemple classique, qui concerne plusieurs MSH, est celui des migrations. On pourrait également citer ici l’étude de moments historiques intéressant plusieurs pays : la Seconde Guerre mondiale (comme à Caen et à Strasbourg), ou encore certains aspects de la construction européenne (voir notamment les projets s’inscrivant dans des actions COST ou dans les programmes cadre de l’Union européenne, par exemple à Grenoble). Un exemple tiré d’un domaine très différent : la traduction.

71Le cas de figure peut-être le plus courant est celui de projets engagés à une échelle internationale avec l’objectif de permettre une meilleure prise de recul par rapport aux réalités locales (comme à Caen, pour la recherche dans le domaine des études rurales). De tels projets pourront consister essentiellement en la comparaison des résultats de recherche. Ils peuvent aussi, ce qui suppose un effort plus considérable, impliquer la participation à la recherche, ici, de collègues étrangers, en même temps que, dans les recherches menées dans d’autres pays, la participation de chercheurs d’ici.

72Enfin, un objet extérieur peut être traité en coopération avec des partenaires étrangers, sans pourtant avoir un caractère nécessairement comparatif impliquant une certaine réciprocité des opérations. Deux cas de ce type se présentent dans les rapports étudiés. L’un est l’étude d’objets présentant un intérêt universel, pour laquelle des compétences particulières existent en France. Pensons à des activités de fouilles archéologiques en différents points du globe (exemples : Lyon MOM, Nanterre). L’autre, assez différent, est celui d’opérations ayant un caractère plus marqué de coopération ou de solidarité internationale. Pensons au travail mené à Caen avec des collègues russes sur la mémoire de la catastrophe de Tchernobyl.

73Ces trois situations présentent sans doute des similitudes et pourront, dans certains cas, se recouper. Il n’en vaut pas moins la peine d’en faire une analyse distincte. En effet, de l’une à l’autre, les conditions de collaboration entre chercheurs impliqués, de négociation des moyens nécessaires, etc., peuvent varier significativement.

  • 78 Sur les rapports entre l’internationalisation et l’inscription régionale, voir Commaille, Rouillar (...)

74Les trois motifs qui viennent d’être exposés concernent l’internationalisation des SHS en général. S’agissant plus spécifiquement de l’activité des MSH et de leur Réseau, un motif de poids vient ajouter aux précédents. Les MSH peuvent, à l’échelle régionale, jouer un rôle non négligeable d’ouverture sur le monde global. Leur vocation internationale ne tient ainsi pas seulement à un engagement pris envers la communauté scientifique, mais également à un engagement envers leur lieu d’implantation78. Si les trois premiers motifs concernent avant tout l’orientation stratégique des laboratoires, centres et équipes, ce dernier concerne les instances de direction des Maisons, auxquelles il appartient de tirer parti de l’implication internationale des équipes au moment de produire, à l’adresse des collectivités locales et régionales, une offre bien conçue de visions sur l’international. Cet aspect renvoie cependant au thème de l’inscription locale et régionale, qui sera abordé ci-dessous.

Motifs supplémentaires de développement à l'international

75Au-delà des raisons de fond qui justifient l’engagement d’une MSH ou des équipes qui la constituent dans des projets internationaux, on reconnaît à l’internationalisation d’autres effets bénéfiques.

76Il est aujourd’hui acquis qu’un haut degré d’internationalisation est un facteur de prestige, qui jouera en faveur de l’institution dans les procédures d’évaluation. Plusieurs des rapports analysés soulignent tout particulièrement, parmi les effets bénéfiques du Réseau, le fait qu’il soit propre à favoriser l’internationalisation des Maisons membres. Ce qui est sans doute lié à la perception de cette plus-value que donne l’internationalisation.

77La présence et la participation de chercheurs étrangers sont aussi perçues comme agissant de manière positive sur les relations entre les chercheurs locaux, par exemple : à Aix.

78Enfin, une solide implication dans des réseaux internationaux est sans doute un bon antidote au « localisme ».

79Si l’international est un bon antidote au « localisme », comme tout antidote, il peut devenir nocif à hautes doses. La disponibilité de tout chercheur étant limitée, le temps consacré à la correspondance et aux voyages requis pour la réalisation de projets internationaux est forcément à déduire du temps qu’il peut consacrer aux échanges avec ses collègues locaux. Les rapports de proximité, sans être jamais suffisants, sont pourtant utiles, voire nécessaires (maintien d’une certaine culture d’interaction, de débat en face-à-face ; possibilité de faire une analyse ou une évaluation partagée de l’institution pour laquelle on mène son travail de chercheur, des nécessaires articulations entre réseaux et entre sphères d’appartenance, etc.). Il paraît ainsi souhaitable d’éviter tout processus d’érosion des rapports entre les chercheurs plus fortement impliqués dans l’international et ceux plus actifs sur place. De ce point de vue, le caractère de « maison » des MSH, avec une forte valorisation des espaces et des temps de rencontre, autant académiques que conviviaux, peut jouer un rôle très favorable.

80Les principes d’orientation internationale et d’inscription locale et régionale doivent être donc être pensés de manière articulée.

Inscription politique et sociale/implantation locale et régionale

81Si ce principe n’est guère explicitement cité dans les rapports, de nombreuses mentions révèlent qu’il correspond bien à une préoccupation des responsables des MSH. Ces mentions sont, cependant, de natures très variées, ce qui tient, d’abord, à la diversité des composantes du contexte local et régional. Dans les rapports avec ce contexte, diverses actions des MSH sont envisageables. Ici encore, l’analyse des discours et pratiques doit être l’occasion d’une réflexion sur les finalités propres à fonder le principe en cause. Enfin, il conviendra de rappeler quelques limites à prendre en compte dans sa mise en œuvre.

Diversité des composantes du contexte local et régional

82L’éventail des entités constituant l’environnement local et régional des MSH, inclut les composantes suivantes :

  • en première ligne, les entités de rattachement, avec lesquelles, cependant, se tissent principalement des rapports spéciaux de gestion et de coopération académique, déjà abordés supra au titre de rapports interinstitutionnels. Mais il peut aussi être question de rapports plus quotidiens au niveau de la vie de campus, lesquels méritent d’être considérés ici ;
  • les autorités municipales, départementales et régionales ;
  • des associations et entités analogues ;
  • des entreprises ;
  • la presse locale ;
  • certains rapports signalent des entités plus spécialisées avec lesquelles les MSH développent une coopération renforcée (pôle scientifique et technologique régional à Caen, pôle d’initiative régionale à Tours).

83En regroupant ces diverses entités dans la catégorie de contexte local et régional, il s’agit de les considérer, non seulement en tant qu’institutions, mais en tant que possibles médiateurs d’intérêts, aspirations ou éventuellement préoccupations de la population. Au-delà de ces possibles « représentants », c’est du tissu social environnant qu’il s’agit.

Les pratiques

84On rencontre, au sein des MSH, des modalités très diverses de développement des rapports avec l’environnement local et régional. Une première distinction mérite d’être faite entre la prise en compte des intérêts locaux dans la définition des thèmes de recherche, d’un côté, et, d’un autre, l’adoption de mesures destinées à favoriser en général l’interaction avec le monde environnant, indépendamment de la définition des thèmes.

85Quant aux thèmes à pertinence locale, deux grandes catégories se dessinent. D’une part, certains axes de recherche répondent clairement, et de manière assez similaire d’une MSH à l’autre, à une demande que l’on pourrait qualifier d’identification.

86Il s’agit de mieux connaître, de mieux penser, et de contribuer à la préservation de ce qui caractérise la région. Pensons aux travaux sur le « paysage » (Besançon, En direct), l’image des volcans (Clermont-Ferrand), les peintures rupestres (Toulouse), les archives d’entreprise (Dijon), etc.

87D’autre part, certains thèmes correspondent à des problèmes de société présentant une certaine urgence ou nouveauté : les jeunes et la ville (Nantes), la santé (Saint Denis), les usages d’internet par le grand public (Poitiers), l’emploi, la violence domestique (Toulouse).

88La distinction entre ces deux catégories de thèmes se justifie pour diverses raisons. En particulier, leurs conditions d’émergence diffèrent. Les premiers auront souvent une certaine tradition ; la MSH pourra ainsi parfois prolonger un travail déjà engagé par des musées, des sociétés savantes ou des personnalités locales. Les seconds auront surgi plus récemment et de manière plus diffuse. Par ailleurs, les premiers sont parfois très marqués par des données locales et, de ce fait, assez étroitement spécifiés, ce qui peut rendre difficiles des comparaisons au-delà de la région et suggérer qu’une telle comparaison n’est pas prioritaire. On note cependant de remarquables efforts dans le sens de l’internationalisation de ces thèmes de pertinence locale. Les seconds pourront correspondre à des problèmes intéressant des espaces plus vastes, mais c’est alors leur relative nouveauté qui peut faire que les partenaires extérieurs potentiels seront rares.

89À propos de l’articulation entre les intérêts locaux et la recherche des MSH, on signalera en particulier les entités qui en sont spécialement chargées, comme l’« office universitaire d’études normandes », le « GIS risques collectifs et situations de crise » ou encore le « service partenariat », à Nanterre. Pour la France en général, on signalera également l’Association nationale pour la valorisation de la recherche en SHS auprès des entreprises (ANVIE), qu’accueille la MSH Paris.

90Quant aux modalités d’intensification des interactions avec l’environnement, relevons les suivantes :

  • des partenaires extérieurs (associations, entreprises) peuvent être, de diverses manières, associés à la réalisation de projets de recherche ou à la discussion de leurs résultats (exemples : Bordeaux, Poitiers) ;
  • des recherches peuvent impliquer d’importantes phases de questionnement des populations et acteurs locaux (Nantes : usagers du système bancaire ; juges) ;
  • les MSH peuvent accepter de mener des recherches, ou d’élaborer des rapports d’expertise, pour le compte de partenaires extérieurs, au titre de service comme à Aix ou à Saint Denis ;
  • elles peuvent mettre des locaux à disposition d’entités locales ;
  • certaines initiatives des MSH peuvent être ouvertes au grand public : conférences, expositions, journées de la science ou Fête des SHS (exemple : Besançon, page web), journées « portes ouvertes » , petits déjeuners d’information ;
  • des publications peuvent être conçues en vue d’une divulgation grand public (Grenoble : Lettre d’information sur la recherche en LSHS) ;
  • les bibliothèques semblent être, dans certaines Maisons, accessibles au grand public ;
  • les MSH peuvent s’engager dans certaines manifestations extra muros ;
  • des relations régulières peuvent être cultivées avec les médias locaux, en vue d’une meilleure couverture des activités de la Maison ;
  • les rapports avec l’environnement peuvent être pris en compte dans la composition des instances d’accompagnement ;
  • un dispositif qui, en première ligne, a une fonction institutionnelle, mais qui mérite d’être rappelé ici, est la représentation des autorités régionales, départementales ou locales dans les instances de gestion des Maisons. Il serait intéressant de mieux connaître l’apport de celle-ci dans la pratique, notamment dans l’effort de mise en rapport de l’activité scientifique avec la vie de la cité ;
  • bien entendu, un dispositif important sont les documents de promotion institutionnelle et, surtout, les sites web (explicite dans ce sens, le site web de la MSH Claude Nicolas Ledoux à Besançon). Il est vrai que cette information se destine à un public autre – la communauté scientifique internationale – que l’environnement de l’institution. Mais elle peut être conçue aussi pour aller au-devant des intérêts du public local, notamment par des éléments concernant la localisation concrète, et par la mise en valeur des missions d’intérêt général et des manifestations grand public.

91L’image de la MSH au niveau local et régional, susceptible de favoriser l’effet des dispositifs qui viennent d’être mentionnés, dépend naturellement aussi de sa localisation et de son architecture, ainsi que, dans une mesure marginale, de tous les dispositifs de signalisation favorisant son repérage (fléchage, mention sur les plans officiels de la ville, etc.). La localisation et l’architecture sont abordées dans plusieurs rapports ; la signalisation mériterait d’être aussi prise en compte dans des travaux d’évaluation à venir, même s’il s’agit d’un point secondaire.

92Quant aux structures organisationnelles destinées à favoriser les interactions avec l’environnement, on note des différences assez marquées entre les Maisons. Dans certaines, les missions de communication avec l’environnement sont confiées à une unité particulière (comme à Grenoble, et Lyon MOM). Dans d’autres, elles se distribuent entre différents secteurs. Une participation active de plusieurs secteurs paraît une condition nécessaire à l’établissement de rapports effectifs avec l’environnement. Pourtant, l’existence d’une unité spécialisée, pour laquelle cet aspect constitue une priorité, est susceptible de favoriser la cohérence de l’image externe de l’institution dans son ensemble, et semble jouer en faveur d’une bonne inscription dans le contexte social et politique.

Finalités

93La bonne acceptation d’une institution auprès de la population et des autorités de son lieu d’implantation est un facteur important de son bon fonctionnement et développement. D’un point de vue plus général, point de vue qu’il revient en particulier aux instances du Réseau de bien prendre en compte, l’inscription des MSH dans leur contexte local doit aussi être pensée dans le cadre de la question plus générale des rapports entre SHS et société.

  • 79 Particulièrement clair sur ce point : Hans van Ginkel, in : Re-inventing the Social Sciences, (200 (...)

94Après les débats qui ont opposé naguère certaines sensibilités technocratiques et d’autres sensibilités plus critiques, on peut aujourd’hui admettre un consensus quant à la nécessité de favoriser des formes de participation sociale dans la construction des thèmes traités par la recherche en SHS et dans le débat sur les possibles usages de ses résultats79. Ce qui paraissait indispensable en raison de la nature même de l’objet des SHS est d’ailleurs, entre-temps, devenu aussi une priorité pour l’activité scientifique en général (voir l’importance croissante que prend actuellement, dans les sciences « dures », le thème « science et société »). Certes, cette participation s’effectue aussi par le biais de politiques publiques d’incitation et d’accompagnement de la recherche. Mais, face à la distance qui peut s’établir entre la sphère politique et les autres sphères sociales, et aux contraintes diverses que peut signifier l’agenda politique, il importe de favoriser d’autres modalités, moins formalisées et peut-être plus directes, d’échanges entre la collectivité et la recherche. L’échelle locale et régionale se prête particulièrement bien à des mesures de cet ordre. Les MSH, en raison de leur caractère de « maison », donc de leur forte visibilité locale, et d’une vocation de recherche en matière sociétale plus immédiatement perceptible de l’extérieur que dans le cas des universités, peuvent, dans ce domaine, jouer un rôle déterminant.

  • 80 Considération basée sur un dossier de presse constitué aux fins d’appui à la recherche et à l’ense (...)

95L’étude de l’information générale80 fournie par les médias au grand public en matière scientifique montre l’importance considérable qu’ont prise ces dernières années les sciences « dures », au premier rang desquelles la biologie, dans la réflexion sur les phénomènes humains. Plus probablement que naguère, le problème des SHS, avant toute question de participation, est d’abord celui de leur visibilité publique. Celle-ci a beaucoup à gagner d’une politique de présence locale et régionale des MSH. Et cette politique sera plus efficace si elle s’inscrit dans un effort concerté du Réseau.

Limites

96La bonne mise en œuvre du principe d’implantation locale et régionale exige que soient bien prises en compte certaines limites. La première est rappelée avec insistance dans les travaux de réflexion sur le Réseau discutés ci-dessus :  il s’agit du risque de « localisme ». Le risque de « localisme » diminue considérablement dans la mesure où une Maison mène aussi de nombreuses activités dans des réseaux et sur des thèmes internationaux. À côté de l’équilibre entre l’aspect local et régional et l’aspect international des activités d’une Maison, il faut évidemment aussi être attentif aux modalités d’articulation effective entre eux. Cette articulation pourra être grandement favorisée par une politique clairement énoncée au niveau des directions des Maisons.

  • 81 Dans certains domaines en tout cas, les contrats d’expertise passés dans le cadre de projets menés (...)

97Un autre problème est celui du maintien de la nécessaire indépendance de la recherche. Très justement, le rapport de la MSH d’Aix insiste, à propos de la politique d’acceptation de mandats d’expertise, sur la nécessité de garantir, autant que possible, un accès public aux résultats obtenus dans le cadre de tels mandats. Il est naturel que ce problème soit perçu avec une particulière acuité au niveau local. Il faut cependant relever qu’il se pose aussi à l’échelle européenne81. En cette matière, une instance comme le Réseau serait bien placée pour agir dans le sens, en particulier, d’une meilleure garantie de la publicité des résultats de travaux d’expertise, de manière d’autant mieux fondée qu’il peut s’appuyer sur les expériences concrètes des Maisons en la matière. Un outil précieux dans l’approche de ces problèmes est l’observatoire de l’expertise créé à Lyon.

98Au niveau régional, l’indépendance de la recherche pourra également être favorisée par une diversification des partenaires (associations, entreprises, établissements publics) visant une représentation de nombreux secteurs de ce que l’on pourrait appeler la société civile régionale.

  • 82 Un parallèle mériterait d’être osé : face à la demande insistante d’une plus grande responsabilité (...)

99Sur la question de l’indépendance de la recherche, il conviendrait de resituer les MSH dans le contexte plus vaste des dispositifs de production scientifique en SHS. Dans son ensemble, ce dispositif devrait avoir une grande autonomie, condition de la qualité du travail scientifique et de la plus-value que celui-ci doit apporter aux connaissances élaborées dans la pratique82. Cette autonomie n’est défendable que s’il existe des dispositifs efficaces d’articulation avec l’environnement social. Les MSH figurent parmi ces dispositifs. Dans l’orientation de leurs activités, l’insertion dans le tissu social, et donc aussi l’activité de service apportée aux entreprises, doit donc être une priorité. Les effets éventuellement contraignants d’une telle insertion devraient être compensés par les liens que les MSH doivent cultiver avec les autres organisations impliquées dans la production scientifique. Ceci renvoie au thème de l’insertion des MSH dans les réseaux scientifiques internationaux, dans les réseaux disciplinaires et dans un tissu de rapports institutionnels avec d’autres institutions à mission scientifique.

Identité scientifique83

  • 83 L’analyse, dans la première partie de cette note, de la doctrine du Réseau, qui privilégie les « t (...)

100La charte prévoit que les MSH développent « des activités de recherche propres qui contribuent à définir leur identité scientifique » (article 2). Qu’en est-il, à l’heure actuelle, de cette « identité scientifique » ?

101Les MSH se constituent entre un plan d’entités de rattachement et un plan d’unités fédérées. Une première question est donc celle de l’identité propre de la MSH au sein de ce complexe institutionnel. Cette identité devra prendre appui, en première ligne, sur une activité de recherche et de formation doctorale qui marque clairement son rôle face aux entités de rattachement, et sur des axes de recherche assez clairement formulés par la MSH elle-même pour la distinguer des recherches menées par les unités fédérées. Mais il faut reconnaître que des facteurs institutionnels peuvent favoriser ou au contraire inhiber l’affirmation de cette identité. Celle-ci doit donc être une dimension à prendre en compte aussi dans la politique des rapports interinstitutionnels.

Modalité d'affirmation

  • 84 Aurenche Olivier, (2003), op. cit., p. 19.

102La manière la plus simple d’affirmer son identité scientifique consiste à l’énoncer dans le propre nom de l’institution. Cette modalité est adoptée par quatre Maisons : la Maison de l’Orient et de la Méditerranée « Jean Pouillon » à Lyon, la Maison « René-Ginouvès » archéologie et ethnologie à Nanterre, la Maison des sciences de l’Homme « Villes et territoires » à Tours et, plus récemment, la Maison des sciences de l’Homme de Dijon - « Patrimoine, espace, mutations ». Ce qui a pu faire dire (avant Dijon) que « trois (MSH) seulement répondent au critère de la charte en affichant “la définition d’une identité scientifique […] ” » 84.

  • 85 Le réseau national des MSH, (2004), op. cit.

103L’affirmation de l’identité scientifique par le nom de l’institution n’est cependant pas la seule formule. Les textes de présentation des Maisons peuvent également être un véhicule approprié, pour autant que, dans ceux-ci, l’énoncé de la vocation de la Maison soit consistant et bien placé. Parmi ces textes, on peut penser notamment à la plaquette de présentation du Réseau85, la page d’accueil du site web de l’institution, ainsi que tout autre document de promotion institutionnelle (feuillet, prospectus, brochure). Cinq Maisons ont adopté cette modalité : Aix (« Monde méditerranéen », l’adjectif « méditerranéen » figurant déjà, il est vrai, dans le nom), Dijon (« Patrimoines, espaces, mutations »), Nantes (« le lien social »), Nice (« Frontières, marges, discontinuités »), Strasbourg (« Études européennes/sciences de l’Antiquité »).

  • 86 Comparer, dans les documents de présentation des plans quadriennaux, les rapports sur la période e (...)
  • 87 Aurenche Olivier, (2003), op. cit., p. 20

104Les termes mêmes de la Charte – « activités de recherche propres qui contribuent à définir leur identité scientifique » – suggèrent une troisième modalité : l’identité peut surgir de la composition des domaines de recherche annoncés. Les éventails d’« axes de recherche » actuellement annoncés par les Maisons soulèvent de ce point de vue quatre problèmes. Premièrement, lorsque les axes sont nombreux (on en compte jusqu’à sept chez les Maisons qui n’indiquent pas de thème fédérateur), l’hétérogénéité des thèmes peut compromettre l’émergence d’une identité suffisamment focalisée. Deuxièmement, certains thèmes sont traités dans de nombreuses Maisons. Ceux-ci se prêtent donc mal à l’identification d’une Maison parmi les autres qui constituent le Réseau. Troisièmement, les « axes de recherche » sont souvent redéfinis86, ceci conformément à l’exigence de renouvellement posée elle aussi par la charte. On peut se demander si une identité institutionnelle peut prendre appui directement sur des données aussi changeantes. Quatrièmement, enfin, – un point plus formel – la définition des axes de recherche contribue d’autant plus efficacement à l’identification de la Maison que ces axes sont eux-mêmes bien mis en valeur. À ce propos, l’observation d’Aurenche87 reste valable : les axes n’apparaissent pas toujours au premier plan de la présentation.

105Des problèmes qui viennent d’être évoqués, le plus délicat est celui que pose le renouvellement des thématiques. En effet, si les MSH doivent renouveler avec une certaine fréquence leurs recherches propres, tandis que, par ailleurs, elles doivent aussi se doter d’une « identité », c’est-à-dire un profil aisément identifiable et permettant une reconnaissance dans la durée, cela exige de leur part un effort permanent de reformulation de l’argumentaire justifiant ce profil, voire la capacité de redéfinir ce profil lui-même, si la nature des recherches mises en œuvre révèle une évolution plus marquée. Les rapports périodiques d’activités produits par les Maisons offrent un bon cadre pour une réflexion de cet ordre. Dans ce sens, il serait souhaitable qu’ils incluent plus systématiquement un point consacré explicitement aux rapports entre les activités réalisées ou planifiées et l’identité globale de la Maison.

106L’identité scientifique de la Maison, telle qu’elle résulte de son engagement dans un domaine ou dans des domaines spécifiques pourra être mise en évidence par la Maison à travers des manifestations servant sa visibilité, en particulier des publications (voir par exemple les Cahiers de la MRSH Caen, ou encore la récente publication de Tisser le lien social, par la MSH de Nantes), ou des « événements maison » (colloques annuels).

107Notons ici que la question de l’identité scientifique est discutée de manière détaillée dans le cadre des procédures de création de nouvelles Maisons, ce qui révèle une bonne perception de ce principe.

108Le Réseau lui-même pourrait éventuellement contribuer de manière plus ciblée à la divulgation du profil des différentes Maisons, bien entendu toujours sur la base des formulations fournies par celles-ci. Ainsi, la plaquette de présentation du Réseau pourrait, parmi les points d’information générale (date de création, statut, direction), inclure un point « dominantes ». Par ailleurs, la page de présentation de l’ensemble des MSH88, sur le portail web du Réseau, pourrait inclure elle aussi, outre les noms et adresses des Maisons, un bref énoncé de leur vocation principale.

Les thèmes

109Quant au contenu de l’identité énoncée, relevons d’abord que, en accord avec la Charte, qui parle d’« une ou plusieurs dominantes », certaines Maisons ont opté clairement pour une identité basée sur deux ou trois thèmes différents. Ce peut être une excellente formule pour bien rendre compte de la diversité de l’offre et/ou de la demande régionale de recherche (explicites dans ce sens : Lyon, ISH, Grenoble, in : Les structures fédératives…, 2003, p. 33). Cependant, il pourrait être utile, pour une mise en œuvre cohérente du principe d’identité scientifique des Maisons, que le Réseau donne quelques orientations propres à éviter que la multiplication des thèmes conduise à une dilution du profil. Le cas de la Fondation MSH de Paris, dont la vocation, dans le cadre même du Réseau, est généraliste, fait sur ce point évidemment exception.

  • 89 Voir sur cette question l’essai de typologie des Maisons selon les disciplines représentées, supra(...)

110Les Maisons s’identifient généralement par référence à un ou plusieurs thèmes de recherche. Mais on trouve aussi la référence à des disciplines (Nanterre : archéologie/ethnologie)89. Dans les présentations faites de certaines autres Maisons, l’accent est placé parfois aussi sur les outils (ISH Lyon : le pôle image animée ; voir aussi Aix : pôle de compétence image/son ; Besançon : plate-forme technologique), sur des « objets fédérateurs » (Besançon : saline royale d’Arc et Senans ; la forêt) ou encore sur un objet emblématique (Caen : le plan de Rome). Tout en reconnaissant le potentiel mobilisateur de tels objets identifiants, il faut cependant aussi reconnaître qu’ils peuvent favoriser une focalisation « localiste ».

  • 90 L’inventaire qui suit ne tient pas compte de la globalité des projets menés dans les différentes M (...)

111Les thèmes énoncés, soit explicitement au titre de thème fédérateur, soit parmi les thèmes d’axes de recherche90, peuvent être distribués entre deux pôles : mentions uniques ou rares, d’un côté ; mentions fréquentes d’un autre.

  • 91 Au niveau des recherches, le risque est également traité à Aix, Caen et Lyon.

112Parmi les mentions uniques ou rares, et donc propres à conférer à une Maison une identité nettement marquée, on notera en particulier ceux qui se laissent aisément rattacher à une caractéristique de la ville ou région d’implantation : la mémoire à Caen, le risque à Grenoble91, les frontières à Nice, l’Europe à Strasbourg, l’entreprise à Toulouse. D’autres attirent l’attention par leur originalité. Par exemple l’innovation ou les espaces funéraires à Bordeaux, ou l’expertise à l’ISH (Lyon).

  • 92 La MSH de Rennes, en cours de création, envisage un axe de recherche « monde atlantique ».

113Dans cette même catégorie générale des mentions uniques ou rares, on peut placer également les thèmes à définition géographique : le monde méditerranéen (Aix, MOM Lyon, Montpellier), l’Afrique (Bordeaux), les Alpes (Grenoble, Nice), les mondes germaniques (Strasbourg). Proche de cette catégorie : les espaces francophones (Bordeaux). On peut ici se demander s’il ne serait pas envisageable que le Réseau, à long terme, stimule l’émergence et la valorisation de thèmes qui compléteraient cette prise en compte des « mondes voisins » : monde ibérique, monde anglo-saxon92, Benelux et Europe du Nord.

114Parmi les mentions fréquentes, certaines peuvent être considérées comme révélant l’importance croissante de certaines problématiques, ou approches, bien au-delà des contextes d’implantation des Maisons. Problématiques : la santé (Lille, Nantes, Saint-Denis) ou migrations et multiculturalisme (Besançon, Nice, Poitiers). Approche : les sciences cognitives (Caen, Clermont-Ferrand, Lille, Poitiers, Toulouse).

115Enfin, on note la fréquence de mentions très directement liées à une demande régionale d’étude et de réflexion sur les données locales : les deux thèmes les plus fréquents sont le territoire et le patrimoine.

116Le fait que plusieurs Maisons traitent un thème analogue contribue à marquer le profil du Réseau dans son ensemble. Dans ce sens, les deux types de mentions qui viennent d’être signalées suggèrent l’idée d’un réseau à la fois bien ancré régionalement et ouvert aux problématiques émergentes. Ce sont là des caractéristiques certainement positives, et qui correspondent aux principes à la fois d’inscription dans la cité et de renouvellement. Si le Réseau bénéficie ainsi de telles convergences pour son image d’ensemble, celles-ci entraînent cependant aussi une responsabilité. Dans ces domaines « de convergence », il est particulièrement important que le Réseau favorise les échanges et les initiatives communes (à l’instar de ce qui se fait en matière d’archéologie, à Nanterre). À la fois pour mieux tirer parti du potentiel de recherche et contribuer à une limitation des éventuels dédoublements, et pour mieux valoriser ces initiatives, au bénéfice autant des Maisons que du Réseau.

117Une conclusion possible de l’inventaire qui précède est que, du moins dans bien des cas, une définition optimale de l’identité scientifique d’une Maison pourrait inclure à la fois un volet répondant plus directement à la demande régionale de meilleure connaissance de soi, et un volet lié à un thème plus original et pointu, peut-être émergeant à l’échelle internationale. Un cas de figure idéal est peut-être celui d’une problématique à la fois étroitement liée au lieu et mais dont l’intérêt transcende le lieu (on peut citer les exemples de la mémoire à Caen et des frontières à Nice). Mais une telle problématique ne pourra pas se trouver en tout lieu, et il ne serait pas souhaitable qu’elle s’impose trop massivement et définitivement à toutes les activités d’une institution.

Remarques finales

118Au terme de la discussion séparée des cinq « i », à la lumière à la fois de la doctrine du réseau et de la pratique actuelle des MSH, relevons d’abord brièvement le fait que les cinq principes ainsi mis en évidence, comme on a pu le signaler à diverses reprises, « font système ». Il existe en effet une remarquable complémentarité entre eux.

119Certains se renforcent mutuellement. Ainsi, l’interdisciplinarité a tout à gagner d’une organisation bien pensée des rapports interinstitutionnels. Ou encore : l’inscription sociale et politique engage les MSH à donner de la substance aux rapports qu’elles cultivent avec leur environnement, tandis que le principe d’«inter-institutionnalité » met l’accent sur la lisibilité, la continuité et la nécessaire dimension organisationnelle de ces rapports.

120D’autres s’équilibrent. L’orientation internationale peut préserver les MSH du risque de « localisme », alors qu’inversement l’inscription locale peut éviter l’érosion des interactions pratiques entre chercheurs, et entre les chercheurs et leur contexte d’action immédiat. L’orientation internationale et le développement des rapports interinstitutionnels peuvent contribuer à mieux définir la position des disciplines dans les MSH, en même temps que l’impératif d’interdisciplinarité interdit le rétablissement des cloisonnements existant ailleurs.

121D’autres, enfin, se « précisent » mutuellement. La réflexion sur les modalités d’implantation régionale et de culture des rapports interinstitutionnels conduit à un concept d’« identité institutionnelle », par rapport auquel le concept d’« identité scientifique » doit être investi d’un sens spécifique, lié plus étroitement au travail de production intellectuelle.

  • 93 Dont l’importance est soulignée par Fontanille Jacques, (2005), Contributions (document élaboré en (...)

122Notons ensuite que le système de ces cinq principes, s’il définit assez précisément l’orientation générale des activités des MSH, garantissant ainsi la cohérence d’ensemble de ces activités, laisse entièrement ouverts les choix thématiques, méthodologiques et organisationnels. En ces matières, en bonne politique scientifique, il convenait de laisser la plus grande autonomie possible aux MSH. Cette autonomie a cependant pour contrepartie une exigence à laquelle renvoie de manière très suggestive la notion de « gouvernance scientifique »93. Notion propre à nous ramener, au terme d’une réflexion systématique sur les principes, à la question de l’évaluation, approfondie dans le chapitre qui suit.

Notes

38 Voir ci-après le chapitre « Enjeux de l’évaluation des Maisons des sciences de l’Homme ».

39 Ce document (devenu charte du Réseau des MSH) est accessible sur le « portail du Réseau » (http : //www.msh-reseau.prd.fr/).

40 Garden Maurice, (2003), « De la Maison des sciences de l’Homme de Fernand Braudel au Réseau national des Maisons des sciences de l’Homme », p. 13 s. et Rouillard Pierre, (2003), « Les Maisons émergentes », p. 22, Sciences de l’homme et de la société. Lettre du département, no 68, numéro spécial : Les structures fédératives (Paris, CNRS), août 2003.

41 Le projet d’une charte et d’un réseau des MSH est déjà à l’ordre du jour d’une rencontre de septembre 1992 entre les MSH alors existantes ou en cours de création. Un premier texte est proposé en 1994 (Bowen John R. et Bentaboulet Martine, (2002), « On the institutionalisation of the Human and social sciences in France », Anthropological Quarterly, 75, p. 537-556).

42 Pollet Gilles (2003), « Le Réseau des Maisons des sciences de l’Homme : un dispositif au service de l’aménagement du territoire de la recherche en SHS », Sciences de l’homme et de la société. Lettre du département no 68 - numéro spécial : Les structures fédératives (Paris, CNRS), août 2003, p. 17-18 ; Commaille Jacques, Rouillard Pierre (2004), Les maisons des sciences de l’homme dans les sciences humaines et sociales, p. 6, Paris, 16 juin, note communiquée à Édouard Brézin, 15 p. ; Rouillard Pierre, (2004), « Le réseau national des Maisons des sciences de l’Homme », in : (coll.), Le réseau national des MSH, p. 5.

43 Conseil national du développement des sciences humaines et sociales (sous la présidence d’Alain Supiot) (2001), Pour une politique des sciences de l’homme et de la société, p. 201 s., Paris, PUF (Quadrige 354).

44 Ibid., p. 202

45 Ibid., p. 226 s.

46 Dans la terminologie de la convention, les « établissements » sont les établissements de rattachement de MSH non dotées d’une personnalité juridique propre, et les « organismes », les organismes constituant eux-mêmes une MSH.

47 Rouillard Pierre, (2004), « Le réseau national des Maisons des sciences de l’Homme », in : (coll.), Le réseau national des MSH, p. 4-6.

48 Pour une politique des sciences de l’homme et de la société, (2001), op. cit., p. 142.

49 Garden Maurice, (2003), op. cit., p. 15.

50 Godelier Maurice, (2001), L’état des sciences de la société en France et leur rôle dans la construction de l’espace européen de la recherche, p. 48, Paris, rapport au Premier ministre (publication postérieure à La Documentation française).

51 Pour une politique des sciences de l’homme et de la société, (2001), op. cit., p. 202.

52 Département des sciences de l’homme et de la société, (2000), « Les orientations stratégiques du département des sciences de l’homme et de la société », Lettre du département (Paris, CNRS), juillet 2000.

53 « Les structures fédératives : un essai de présentation », Sciences de l’homme et de la société. Lettre du département no 68, numéro spécial : Les structures fédératives (Paris, CNRS), août 2003, p. 8.

54 Cette notion doit être rapprochée du « principe d’unité du site » (« Les structures fédératives... », 2003, p. 8 et 10). Celui-ci vise cependant surtout le rapprochement entre les chercheurs et entre les équipes, au bénéfice en particulier de l’interdisciplinarité, et de la rationalisation de l’usage des équipements.

55 Rouillard Pierre, (2004), op. cit., p. 4.

56 Cette notion se perd dans la traduction de l’expression « Maison des sciences de l’Homme » adoptée dans la version anglaise de la plaquette de présentation du réseau (Le réseau / National Network..., 2004) : « Social Sciences and Humanities Research Institute ». Significativement, Bowen J. et Bentaboulet M., (2002), dans leur article « On the Institutionalization of the Human and Social Sciences » maintiennent le terme français de « maison » (Anthropological Quarterly, 75, p. 537-556).

57 Godelier Maurice, (2001), op. cit., p. 47.

58 Rouillard Pierre, (2004), op. cit., p. 5

59 « Les structures fédératives : un essai de présentation », (2003),op. cit., p. 11.

60 « ibid », p. 4.

61 « ibid », p. 5, 7-8.

62 Sur la mutation du travail en SHS que les MSH entendent ainsi favoriser, voir aussi Pour une politique..., 2001, p. 30 : « L’inscription progressive des individus dans des équipes de recherche a mis à mal le culte de “solitude fertile” propre à l’homme de lettres. Il n’est plus rare désormais que le progrès des connaissances soit l’œuvre de collectifs plutôt que celle de “grands auteurs”. »

63 « Les structures fédératives:  un essai de présentation », (2003), op. cit., p. 9.

64 Rouillard Pierre, (2004), op. cit., p. 5.

65 « Les structures fédératives : un essai de présentation », (2003), op. cit.

66 (COLL.) Le réseau national des MSH (plaquette réalisée par la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, en collaboration avec les autres Maisons membres du Réseau), 2004 (disponible sur http://www.msh-reseau.prd.fr/ ;existe également en version anglaise : National Network of social Sciences and Humanities Research Institutes).

67 Pour une appréciation de l’éventail des disciplines représentées dans le Réseau, voir not. Garden, 2003, p. 15.

68 La différenciation fonctionnelle à laquelle il est ici fait allusion a été discutée de manière particulièrement approfondie par Niklas Luhmann, qui s’est inspiré en particulier des travaux de Talcott Parsons.

69 Voir Maison René-Ginouvès, p. 91, où il est question de l’« axe PLM ».

70 Ces profils devront également être discutés infra, en rapport avec le principe d’identification.

71 Voir Re-inventing the Social Sciences, OCDE, (2004), p. 26 ss.

72 Une modalité sur laquelle insiste le rapport Ouvrir les sciences sociales, Rapport de la Commission Gulbenkian pour la restructuration des sciences sociales (présidée par Immanuel Wallerstein), Paris, Descartes et Cie, 1996 (édition originale : Open the Social Sciences, Stanford University Press, 1996).

73 Pour une politique des sciences de l’homme et de la société, (2001), op. cit., p. 195 ; Godelier Maurice, (2001), op. cit., p. 48.

74 Aurenche Olivier, (2003), « Maisons des sciences de l’Homme ou auberges espagnoles ? À propos de l’organisation interne des MSH », Sciences de l’homme et de la société. Lettre du département, no 68, numéro spécial : Les structures fédératives (Paris, CNRS), août 2003, p. 19-21.

75 Rouillard Pierre, (2003), op. cit., p. 22.

76 Garden Maurice, (2003), op. cit., p. 15.

77 À rapprocher de cette formule, l’Institut d’études avancées actuellement en cours d’installation à Nantes, conçu pour fonctionner en lien avec la MSH.

78 Sur les rapports entre l’internationalisation et l’inscription régionale, voir Commaille, Rouillard, (2004), op. cit., p. 8.

79 Particulièrement clair sur ce point : Hans van Ginkel, in : Re-inventing the Social Sciences, (2004), p. 8, avec ce titre programmatique : « Social Sciences in society : a new partnership » ; et Luk van Langenhove, ibidem, p. 65.

80 Considération basée sur un dossier de presse constitué aux fins d’appui à la recherche et à l’enseignement, réunissant depuis plusieurs années des documents tirés de journaux français, allemands, anglais, espagnols, portugais et suisses. Il serait évidemment utile sur ce point de disposer de données réunies et analysées de manière plus systématique.

81 Dans certains domaines en tout cas, les contrats d’expertise passés dans le cadre de projets menés sous l’égide de la Commission européenne incluent des clauses très strictes attribuant la propriété des résultats du travail à la Commission et imposant la confidentialité à l’expert.

82 Un parallèle mériterait d’être osé : face à la demande insistante d’une plus grande responsabilité sociale des entreprises, l’Economist (The good company. A survey of corporate social responsibility, 22 janvier 2005) défendait récemment avec brio la thèse provocatrice selon laquelle les entreprises servent le mieux la société en se limitant à assumer leur responsabilité économique de rentabilité. Pourquoi ne pas récuser la « responsabilité sociale » de la science avec l’argument selon lequel la société a surtout besoin d’une science qui produise une connaissance solide plutôt que d’une science inquiète de la demande sociale ? Le parallèle a cependant des limites (qui n’ôtent rien à l’intérêt qu’il y aurait à l’approfondir) : des entreprises rentables gagnent, par définition, de l’argent, première et évidente condition de la poursuite de leur activité ; la valeur des connaissances que produit la science, nécessaires pourtant autant à la poursuite de l’activité scientifique elle-même qu’aux autres secteurs sociaux, est moins aisée à mesurer.

83 L’analyse, dans la première partie de cette note, de la doctrine du Réseau, qui privilégie les « trois i », conduit à traiter ce point en dernier lieu. Cette construction peut étonner, dans la mesure où la question de l’identité d’une institution pourrait être considérée comme préalable à toute autre. Le plan auquel nous avons été conduits est pourtant plus approprié : l’identité d’une institution ne se discute pas dans l’abstrait mais sur la base de travaux déjà engagés, auxquels elle confère de meilleures conditions de réalisation et de lisibilité.

84 Aurenche Olivier, (2003), op. cit., p. 19.

85 Le réseau national des MSH, (2004), op. cit.

86 Comparer, dans les documents de présentation des plans quadriennaux, les rapports sur la période en voie de conclusion et les perspectives pour la nouvelle période quadriennale.

87 Aurenche Olivier, (2003), op. cit., p. 20

88 http://www.msh-reseau.prd.fr/LesMSH/

89 Voir sur cette question l’essai de typologie des Maisons selon les disciplines représentées, supra.

90 L’inventaire qui suit ne tient pas compte de la globalité des projets menés dans les différentes Maisons. Il s’agit uniquement de proposer une lecture du panorama que proposent les Maisons dans leur ensemble, par l’affirmation d’un grand thème ou la mise en évidence de leurs axes de recherche.

91 Au niveau des recherches, le risque est également traité à Aix, Caen et Lyon.

92 La MSH de Rennes, en cours de création, envisage un axe de recherche « monde atlantique ».

93 Dont l’importance est soulignée par Fontanille Jacques, (2005), Contributions (document élaboré en vue des rencontres du COS et du conseil des directeurs des MSH des 23 et 24 mai 2005, tenues à la MSHA, Bordeaux).

Auteur

professeur à l’Instituto Superior de Ciências do Trabalho e da Empresa (ISCTE) et à l’Université nouvelle de Lisbonne, Portugal, membre du conseil d’orientation du Réseau national des MSH

© Alliance Athena, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search