Version classiqueVersion mobile

Avenir de la recherche et Maisons des sciences de l’Homme

 | 
Jacques Commaille

2

Histoire d’une structuration de la recherche :
de la Maison au Réseau

Martine Bentaboulet

Texte intégral

  • 2 Le grand nombre de Maisons ne nous a pas permis de retracer l’histoire de chacune d’elles et les e (...)

1Retracer l’historique des Maisons des sciences de l’Homme depuis 1963, date de la création de la première d’entre elles, la Maison des sciences de l’Homme de Paris, permet de resituer dans leur contexte les créations qui se sont succédé depuis presque un demi-siècle. S’inscrivent ainsi sur une longue période toute une série de centres de recherche en sciences humaines et sociales qui se revendiquent comme Maisons des sciences de l’Homme dans un même souci d’interdisciplinarité, d’ouverture internationale et de coopération institutionnelle. Toutes partagent l’ambition d’afficher les sciences humaines et sociales comme sciences et fondent leur identité sur un projet scientifique. Il s’agit d’une aventure originale, menée souvent avec passion, toujours avec ténacité, par des personnalités scientifiques et des administrations publiques. Mettre en évidence les synergies entre les acteurs aide à comprendre comment cette politique publique de la recherche a été définie et mise en œuvre. L’analyse révèle que la dynamique de cette structuration est marquée par plusieurs paradoxes. Dans cette présentation, nous passerons en revue les plus marquants puis nous évoquerons quelques exemples de Maisons2 parmi les plus représentatifs, avant de décrire les événements qui ont façonné le Réseau, structure collective au moins aussi originale que les Maisons elles-mêmes et qui réunit les vingt Maisons existant à ce jour.

Les paradoxes de la dynamique des Maisons

2Tout d’abord la continuité du processus est assez remarquable, le mouvement de structuration ayant bénéficié d’un appui pratiquement sans faille au niveau national de la part du CNRS et des ministères successifs en charge de la recherche et ce, pendant une période longue de cinquante ans, malgré les nombreux changements politiques intervenus et les autres types de structuration privilégiés par ailleurs. Il a bénéficié aussi d’un appui très fort des nouveaux acteurs constitués par les collectivités locales à partir des années quatre-vingt-dix. Celles-ci, en effet, se sont intéressées à la construction de grands centres de recherche, dès que la recherche a été prise en compte et inscrite dans les objectifs des contrats de plan pluriannuels liant l’État et les régions (contrats de plan État-Régions ou CPER). Même si l’intérêt des collectivités s’est mobilisé dans la première vague de contrats essentiellement sur des projets de sciences « dures », les vagues successives de 1989-1993 et surtout 1994-1998 permettront d’y inscrire d’ambitieux projets de Maisons des sciences de l’Homme et de rassembler les financements nécessaires à leur construction. Enfin, l’intérêt des universités pour les Maisons confortera leur dynamique même si, du fait de leur autonomie organisationnelle, elles ont parfois été vues par les universités comme étant sources de difficultés (en compétition par rapport aux politiques de recherche et des programmes scientifiques des universités elles-mêmes) plus que d’avantages (appui aux écoles doctorales, ouverture sur le monde socio-économique et attractivité régionale).

3Un autre paradoxe réside dans le fait que, si les Maisons s’accordent aujourd’hui sur les grands principes fondateurs rappelés supra et analysés par Pierre Guibentif dans un autre chapitre (interdisciplinarité, ouverture internationale et ouverture institutionnelle, sans oublier identité scientifique et insertion régionale), il n’en reste pas moins que cette unité revendiquée s’oppose à une multiplicité de structures existantes, provenant chacune d’une histoire singulière. Si l’on regarde en effet ce qu’étaient les Maisons des sciences de l’Homme au début des années 2000, on est frappé par leur grande diversité. Certaines ont été conçues dès l’origine selon le modèle de Fernand Braudel qui inventa en 1960 le concept de Maison des sciences de l’Homme, mais beaucoup des Maisons, qui aujourd’hui revendiquent cette appellation, avaient à l’origine des objectifs très éloignés des principes « fondateurs » qui caractérisent les Maisons. Ceux-ci n’ont d’ailleurs été institutionnalisés qu’au début des années 2000, dans une charte dite « charte des Maisons des sciences de l’Homme » annexée à la convention du réseau qui lie entre elles les Maisons - ou leurs institutions de tutelle dans le cas des Maisons qui n’ont pas d’autonomie juridique. Ainsi, parmi les Maisons actuelles, certaines ont été qualifiées de « généralistes » parce que regroupant des équipes de différentes disciplines. D’autres sont à l’origine des centres de recherche thématiques (la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme à Aix, la Maison Orient Méditerranée à Lyon ou la Maison des sciences de la ville à Tours), d’autres à l’origine des centres de recherche disciplinaires (la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie à Nanterre). D’autres encore étaient conçues comme de simples lieux d’hébergement d’équipes de recherche et de services universitaires pour, dans un souci d’« hôtellerie », répondre aux carences de locaux particulièrement criantes dans certaines universités de sciences humaines (la Maison de la recherche de Toulouse le Mirail). Sur le plan administratif, les statuts des Maisons ne sont pas non plus uniformes et leur nature tient le plus souvent au contexte historique de la création de la Maison : fondation, association loi de 1901, groupement d’intérêt public, fédération de recherche, unité mixte de service le plus souvent, ou groupement d’intérêt scientifique.

  • 3 Les dates de création retenues sont celles des structures administratives correspondantes. Celles- (...)

4Un autre paradoxe du mouvement qui a vu se constituer cet ensemble de Maisons est qu’il n’est absolument pas uniforme dans le temps. En effet, sur une première période de trente ans, seules six Maisons vont être créées3 : à Paris en 1963, à Bordeaux et Strasbourg en 1978, à Lyon en 1975 (la Maison de l’Orient et de la Méditerranée ou MOM) et en 1989 (la Maison Rhône-Alpes des sciences de l’Homme ou MRASH), enfin à Nantes en 1993 (la Maison Ange-Guépin). Ce sont les Maisons que l’on pourrait appeler, de la « première génération ». Cette période laissera place à deux phases d’accélération très importante sous l’impulsion des tutelles de la recherche, le CNRS d’abord, le ministère de la Recherche ensuite. Elles vont se succéder et voir la création de quinze nouvelles Maisons en quinze ans.

  • 4 Il s’agit de conforter la recherche hors Ile-de-France à la fois pour développer l’efficacité de l (...)

5Dans la première phase de cette accélération, on retrouve un certain nombre d’universités qui souhaitent développer de nouvelles surfaces de recherche ou « Maisons de la recherche » pour rassembler des équipes dispersées et sans moyens de travail suffisants. Dans le même temps, le CNRS est désireux, lui, de mener une politique de développement scientifique en régions hors Ile-de-France4. Il va s’appuyer pour cela sur les projets des universités les plus volontaristes et sur le ministère en charge de la recherche. Cette première phase, de 1993 à 1998, concerne les projets de Caen, Poitiers, Aix et Toulouse. Pendant cette période, la MRASH se scinde en deux Maisons distinctes, l’une à Lyon, l’autre à Grenoble. La Maison archéologie ethnologie à Nanterre appartient aussi à cette période, bien qu’il s’agisse d’une Maison située en Ile-de-France. Elle représente en fait un choix politique majeur du département SHS du CNRS, qui voit là l’occasion de conclure la structuration d’une discipline particulière, l’archéologie, en grands centres de recherche déjà organisés comme tels en province. Durant cette période, une Maison des sciences de la ville voit aussi le jour à Tours.

6La seconde phase d’accélération se situe entre 1998 et 2005. Elle se distingue de la précédente, car c’est sous l’impulsion principale du ministère en charge de la recherche et non plus du CNRS que vont se structurer huit autres Maisons, à Strasbourg (en remplacement de la Maison initiale qui n’a pas réussi à s’imposer sur la scène de la recherche), Paris-Nord (Saint-Denis), Nice, Lille, Dijon, Montpellier, Besançon et Clermont-Ferrand, mouvement qui se poursuit aujourd’hui encore avec un projet de Maison à Rennes et un autre à Nancy. Fin 1998, le ministre de la Recherche, Claude Allègre, multiplie les preuves de son soutien aux Maisons des sciences de l’Homme en exhortant les grandes métropoles universitaires où il n’existe pas encore de MSH à concevoir des projets de ce type.

  • 5 Ces évaluations seront conduites dans un premier temps par le conseil scientifique de l’ACI Réseau (...)

7Pour la politique affichée par le ministère, le plan Université du troisième millénaire (U3000) et les contrats de plan État-Régions en cours de négociation constituent un cadre pluriannuel privilégié. Seront ainsi inscrits dans les CPER toute une série de projets de Maisons, leur réalisation effective étant conditionnée à une évaluation scientifique ultérieure5. En complément des moyens destinés aux constructions et aux équipements, le ministère crée le Fonds national de la science (FNS), destiné à financer une politique de programmes scientifiques prioritaires. Parmi ces programmes, appelés aussi Actions concertées incitatives (ACI), un programme est spécifiquement créé pour développer un réseau entre les Maisons des sciences de l’Homme, conçu par le ministre de l’époque comme une sorte de « laboratoire sans murs ». Le CNRS n’est pas au cœur de la politique de structuration des nouvelles Maisons comme il a pu l’être précédemment mais il l’accompagne et la soutient, lui conférant par là même une crédibilité scientifique et des moyens. La question, cruciale, de l’évaluation (voir le chapitre rédigé par Linda Hantrais et Birgit Arve-Parès et la note en bas de page) liée à l’autonomisation du Réseau explique que le CNRS souhaite conserver son libre choix en affichant seulement une politique de soutien.

Les Maisons des sciences de l’Homme, une histoire de générations

Les Maisons de la première génération

  • 6Lettre du département SHS, no 68, numéro spécial « Les structures fédératives », CNRS, 2003.

8À tout seigneur tout honneur, la première Maison est la Maison des sciences de l’Homme de Paris, créée sous forme d’une fondation reconnue d’intérêt public. Dans un article paru dans la lettre du département SHS en août 20036, Maurice Garden la décrit ainsi : « Dans la décennie 1960 l’historien Fernand Braudel qui venait de créer l’École des hautes études en sciences sociales, par transformation en grand établissement autonome de l’ancienne sixième section de l’École pratique des hautes études, invente le concept de Maison des sciences de l’homme, formule totalement neuve et originale en France d’une institution scientifique adossée à une fondation reconnue d’utilité publique ». La fondation voit le jour grâce à des capitaux privés… américains et la Maison des sciences de l’Homme s’installe rapidement dans un immeuble construit pour elle boulevard Raspail.

9Le concept de Fernand Braudel est remarquable parce que complètement novateur pour l’époque. D’une part, il conçoit une structure collective de travail au service des chercheurs (bibliothèque, lieux de rencontre, moyens financiers pour des échanges internationaux…), alors que dans beaucoup de disciplines des sciences de l’Homme, les chercheurs sont le plus souvent défenseurs d’un travail purement individuel. D’autre part, Fernand Braudel, qui est un farouche partisan du décloisonnement des disciplines, s’inscrit en opposant radical de la toute puissante Sorbonne.

10Il lui faudra compter avec les grandes institutions en SHS contemporaines de la Maison des sciences de l’Homme de Paris, qui sont d’une part l’École des hautes études en sciences sociales, créée comme grand établissement d’enseignement et de recherche, un statut qui lui accorde la personnalité morale, d’autre part l’Institut d’études politiques « Sciences Po », placé sous la tutelle de la Fondation nationale des sciences politiques. Ces trois grands établissements, logés dans un périmètre très proche, entre le boulevard Raspail et le boulevard Saint-Germain constituent, avec l’École normale supérieure « Ulm », un pôle d’attractivité exceptionnel pour la recherche en SHS, dont le poids sera très difficile à contrebalancer au fil des décennies ultérieures.

  • 7   Pour preuve de ces liens d’origine, la présence d’un représentant des Maisons de Bordeaux et de S (...)
  • 8   Nous faisons référence ici à la première expérience de Strasbourg. Celle-ci a depuis pris une for (...)

11Cependant, le ministère de la Recherche de l’époque, déjà soucieux de ne pas être accusé de privilégier uniquement la création de grands centres parisiens et peut-être aussi désireux précisément de rééquilibrer le potentiel au profit des régions, ne donne son accord au projet de Fernand Braudel qu’en échange d’un engagement de sa part à promouvoir l’implantation de centres similaires à celui de la Maison de Paris en province. Fernand Braudel convaincra sans trop de difficultés des collègues universitaires de Bordeaux et Strasbourg de tenter l’aventure et dès lors l’idée d’un réseau entre la Maison mère, celle de Paris, et les nouvelles Maisons est née7. Les Maisons de Bordeaux et Strasbourg ont été dotées du statut d’association loi de 1901. N’ayant pas les moyens légaux et financiers de recruter leur personnel administratif par elles-mêmes, elles s’appuieront pour cela sur la Maison de Paris. Si l’implication du CNRS dans les Maisons de Paris, Bordeaux et Strasbourg8 n’a pas eu la même ampleur que pour d’autres, le CNRS est néanmoins membre du conseil d’administration de la Maison de Paris et représenté dans celui de la Maison de Bordeaux. Pour ce qui concerne la MSH Paris, des relations existent également avec le CNRS dans le cadre d’opérations ponctuelles donnant lieu à des conventions, par exemple pour l’accueil de chercheurs étrangers (bourses Diderot) ou l’hébergement d’unités de recherche reconnues par le CNRS.

  • 9 La MOM participera par exemple à la réunion organisée à Paris en 1999 sous l’impulsion de la direc (...)

12La Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon a été créée en 1975 sous la forme d’une fédération de recherche (FR). Comme toutes les structures de ce type, elle réunit en un même lieu plusieurs unités de recherche qui conservent leurs liens avec le département du CNRS et leur université de rattachement. L’activité de recherche des unités composantes est évaluée séparément de celle de la structure fédérative. La Fédération de recherche est une structure mixte CNRS-université qui, comme les unités de recherche, ne possède pas la personnalité morale. La MOM a été conçue par Jean Pouilloux comme une Maison spécialisée et un pôle de compétences des sciences de l’Antiquité du bassin oriental de la Méditerranée, avec des équipes couvrant un champ à la fois géographique et chronologique large. Elle n’est pas à l’origine une Maison des sciences de l’Homme mais a souhaité être reconnue comme telle9.

13Deux Maisons des sciences de l’Homme seront créées plus tard, en 1980 et 1993, et seront dotées d’un statut leur accordant la personnalité morale, sous la forme d’un groupement d’intérêt public ou GIP. Ce sont la Maison Rhône-Alpes des sciences de l’Homme à Lyon, en 1989, et la Maison Ange-Guépin à Nantes, en 1993.

  • 10 Entretien avec Maurice Garden, octobre 2001.

14Plusieurs facteurs ont été déterminants dans le projet de la MRASH proposé à l’époque par Maurice Garden, professeur des universités, historien et vice-président de l’université de Lyon II. Les motivations de ce projet, qui est avant tout une initiative locale, sont d’abord les conditions de travail déplorables des chercheurs de l’université de Lyon en SHS : « On vivait dans des conditions de placard, soit dans des sous-sols soit dans les combles des bâtiments de façon absolument scandaleuse10 ». L’opportunité de récupérer pour la recherche des locaux de la ville, libérés dans le centre de Lyon par suite du déménagement des services qui les occupaient, est d’emblée saisie par Maurice Garden lorsqu’elle se présente.

  • 11 Maurice Garden, ibid.

15La création à Lyon, quelques années auparavant, d’une Maison thématique par Jean Pouilloux, la Maison Orient Méditerranée, incite M. Garden à proposer à la municipalité un projet « en jouant la carte de la recherche collective, avec une douzaine d’équipes CNRS en dehors de la Maison de l’Orient et en mettant en avant un besoin de locaux pour les économistes, les littéraires, les linguistes, les psychologues, les historiens, les géographes. Nous avons dit que nous étions d’accord pour qu’il n’y ait pas seulement Lyon II, mais Lyon II et Lyon III. On ne se parlait pas à l’époque mais on commençait à dire que c’était peut-être possible. Cela a été soumis aux instances des universités… Il y avait 3 000 m2. Il était prévu d’en faire une Maison des sciences de l’Homme. C’est le terme qui avait été choisi.11 ». Le projet est fortement soutenu par les universités et par Jean Pouilloux, alors directeur du département des sciences humaines au CNRS. Dans ces conditions, l’idée d’une Maison créée sous la forme d’un groupement d’intérêt public est accueillie favorablement par le ministère de la Recherche et le CNRS, statut que la nouvelle Maison MRASH a conservé pendant presque dix ans. Par la suite, plusieurs partenaires constitutifs du GIP, dont le CNRS, ayant souhaité se retirer au moment de l’éclatement de la MRASH, les deux entités distinctes qui se sont constituées à Lyon et à Grenoble ont alors perdu l’autonomie conférée par le GIP et sont devenues des instances du type « Unité mixte de service », rattachées directement au CNRS et aux universités concernées.

  • 12 Alain Supiot, Maison des sciences de l’Homme Ange Guépin, Nantes, Éditions MEMO, 1996, p. 7.
  • 13 Alain Supiot, ibid.

16Dans le cas de Nantes, le projet de Maison est porté là aussi par une personnalité du monde universitaire, Alain Supiot, professeur des universités. Le lien social est le thème fédérateur de la Maison dont l’existence est justifiée ainsi par son fondateur12  : « l’Homme et les sociétés qui l’instituent sont des réalités trop complexes pour se laisser saisir par une science unique… C’est pourquoi il nous fallait une maison qui réunisse sous un même toit des juristes, des économistes, des linguistes, des psychologues, des sociologues, des géographes, des historiens et d’autres à venir ». La Maison Ange-Guépin, du nom d’un « médecin des pauvres qui, pour comprendre la misère des hommes de son temps se fit successivement historien, sociologue, épidémiologue, et même homme politique13 », constitue un modèle original. Elle n’accueille pas d’unités de recherche mais uniquement des programmes scientifiques sélectionnés par un conseil scientifique propre à la Maison, pour une durée déterminée. Cette Maison a été d’emblée conçue par son initiateur sous la forme d’un GIP. Elle est représentée dans le conseil d’administration de la Maison des sciences de l’Homme de Paris et, réciproquement, l’administrateur de la FMSH est membre de droit du conseil scientifique de la Maison Ange-Guépin.

Les Maisons de la deuxième génération et le statut d’UMS

17Dans les années quatre-vingt-dix, le concept de « Maisons des sciences de l’Homme » séduit des scientifiques fortement investis localement, soucieux de rassembler équipes de recherche et moyens de travail dignes de ce nom et de faire reconnaître le potentiel de vraies masses critiques de recherche en sciences de l’homme et de la société en dehors de l’Ile-de-France. Cet intérêt rencontre celui, grandissant, des instances nationales (CNRS et ministère de la Recherche). Leur conjonction va impliquer pour les futures Maisons de nouveaux avantages et de nouveaux inconvénients.

18Avantages, car le CNRS et le ministère ont mené, sur la décennie 1990, une véritable politique de développement scientifique en régions particulièrement bénéfique aux SHS, alors concentrées en Ile-de-France à plus de 70% en ce qui concerne le CNRS. Soutenant les universités les plus volontaristes et avec l’appui des collectivités locales, très désireuses de promouvoir le développement de la recherche sur leur territoire, ils ont été des acteurs institutionnels déterminés pour une politique d’implantation de nouvelles Maisons. Grâce à la convergence d’intérêts entre acteurs nationaux et régionaux, remarquable en elle-même et plus encore dans la durée, les acteurs scientifiques de ces projets ont bénéficié d’importants soutiens financiers pour les mener à bien. Les contrats de plan État-Régions (CPER) ont généralement constitué le cadre de ces partenariats.

  • 14 Il peut y avoir plusieurs universités de rattachement de la Maison lorsqu’elle abrite des unités o (...)
  • 15 Ce document établit sur une base contractuelle les moyens dont souhaite disposer l’université pour (...)
  • 16 Certaines Maisons cumulent le statut d’UMS et de centre de recherche de l’université. C’est le cas (...)

19Les futures Maisons ont cependant payé ce soutien d’une moindre autonomie, les instances nationales et les instances universitaires étant les unes comme les autres soucieuses de ne pas multiplier les institutions dotées de la personnalité morale, pour des raisons à la fois financières et de fonctionnement institutionnel. Comme nous l’avons souligné à propos de la MRASH, le CNRS par exemple était devenu très hostile à la multiplication des GIP et, au niveau local, les universités étaient peu favorables à la création d’institutions autonomes susceptibles de se développer en concurrence avec elles-mêmes. Les Maisons ont dès lors été définies comme entités rattachées aux universités, à la différence des Maisons plus anciennes. Par ailleurs leur activité de recherche proprement dite n’a paradoxalement pas été explicitement reconnue comme telle, les MSH de cette génération étant constituées par le CNRS sous forme d’Unités mixtes de service ou UMS. II est possible que ce choix ait été dicté par un souci de plus grande souplesse de procédure et pour faciliter la mise en route des Maisons, une fois achevée la période de construction. La création d’une structure de recherche de type fédératif aurait en effet nécessité un examen par le Comité national de la recherche scientifique et possiblement par plusieurs sections pour tenir compte du caractère interdisciplinaire des projets. Plus simple à mettre en œuvre, le statut d’UMS constitue principalement un outil de gestion. Il implique un pilotage conjoint par le CNRS et l’université de rattachement de la Maison, donc l’octroi de moyens provenant du CNRS et du ministère de la Recherche. Mais il s’agit plus de moyens pour des services communs que pour des programmes scientifiques fédérateurs conduits par la Maison. Le rôle du directeur de l’UMS, qui est aussi le directeur de la Maison, ne s’en trouve pas facilité dans ses relations avec les unités de recherche qui lui sont rattachées, ni dans ses relations avec son (ses) université(s) de rattachement14. C’est particulièrement vrai au moment de la préparation du contrat quadriennal de recherche15 puisque la Maison n’est généralement pas reconnue comme structure de recherche16. Cette situation paradoxale oblige certaines Maisons à présenter leur demande de financement sous la forme de « programmes pluri-formations » (ppf), seules lignes de crédit ouvertes à des financements hors structures de recherche labellisées !

Sur le rôle du CNRS

  • 17 Voir aussi Bowen John R. et Bentaboulet Martine, (2002), « On the institutionalisation of the Huma (...)
  • 18 On comptabilise en 2005 17 000 enseignants-chercheurs pour environ 2 000 chercheurs CNRS en SHS.

20Avant de poursuivre l’historique des Maisons, il n’est pas inutile de revenir ici sur le rôle du CNRS dans la définition et le montage des projets de nouvelles Maisons entre 1992 et 199417. Le département scientifique SHS a en effet mené à cette période une politique particulière de structuration de la recherche et y a affecté des moyens financiers exceptionnels pour la construction, l’équipement, les postes et le fonctionnement de Maisons qui, en définitive, étaient destinées à être des outils de recherche dans un environnement majoritairement universitaire18.

  • 19 Une grande partie des postes d’ingénieurs, techniciens, administratifs (ITA) pour les Maisons ont (...)
  • 20 Le projet proposé devait être fondé sur une analyse des disciplines mobilisables localement et des (...)

21Outre le fait qu’il s’agissait donc d’une structuration au service de la recherche SHS dans son ensemble, cette politique a aussi été innovante. Elle a en effet été accompagnée par le développement d’une culture de projets peu en usage dans les administrations publiques à l’époque. Il s’agissait de mettre en place une programmation de moyens sur plusieurs années mettant en jeu différents partenaires, non seulement pour le volet immobilier mais aussi pour les équipements et le fonctionnement, sans oublier les postes19. Fondée sur un projet scientifique20, chaque opération, après expertise et avis favorable du département scientifique, était validée par la direction générale de l’organisme, validation solennelle qui offrait au chef de projet l’assurance que l’opération pourrait être conduite à son terme avec les moyens nécessaires. Plus que cela même, dans la mesure où les différents services administratifs (du siège et des délégations régionales) étaient requis pour faciliter sa réalisation. Chaque nouvelle Maison a, de cette façon, été dotée d’un dossier d’opération, véritable base contractuelle pluriannuelle et cadre de référence pour les chefs de projet et le département SHS du CNRS. L’exercice pour autant n’était pas facile, dans la mesure où le choix d’un projet et d’une identité scientifique, même concerté avec les universités locales, impliquait d’emblée que certaines équipes ou unités de recherche seraient rattachées à la Maison et que d’autres en seraient exclues. On le voit, la création des nouvelles Maisons n’a pas été sans susciter des difficultés dans les universités. Les projets scientifiques des Maisons de Caen, Poitiers, Aix et Toulouse sont ainsi à l’origine des profils des Maisons actuelles. Caen et Poitiers correspondent à des profils dits « généralistes » en ce sens qu’elles rassemblent des équipes de recherche de différentes disciplines, alors qu’Aix correspond plutôt au profil d’une Maison thématique.

  • 21 C’est cet axe qui constituait à l’origine le volet localisation du projet scientifique pour le CNR (...)

22La Maison de la recherche en sciences humaines ou MRSH de Caen, fondée en 1995, regroupe des géographes, des sociologues, des historiens, des littéraires, des psychologues et des bioinformaticiens. Elle affiche de nombreux axes de recherche, identités/mémoire, traitement des données sociales21, questions rurales, modélisation (en sciences cognitives et sciences sociales), sociétés civiles contemporaines, problématiques du risque et un plateau technique constitué par le plan de Rome.

  • 22 De même à Poitiers, l’axe cognition et l’axe migrations étaient associés à l’opération scientifiqu (...)

23Celle de Poitiers, la Maison des sciences de l’Homme et de la société ou MSHS de Poitiers créée en 1996 regroupe, elle aussi, des laboratoires de nombreuses disciplines mais elle a resserré le nombre de ses axes autour de trois priorités ; cognition, langages et communication ; mouvements de populations et mutations économiques et sociales22 ; histoire, civilisation et littérature.

24La Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme ou MMSH à Aix, « née » en 1997, a été conçue pour rassembler en un même lieu une dizaine de gros laboratoires et constituer ainsi une masse critique de recherche sur l’espace « Méditerranée ». Elle apparaît comme une Maison thématique organisée en deux pôles, « archéologie et préhistoire » et « sciences sociales et humaines ».

25Quant à la Maison de Toulouse, à l’origine Maison de la recherche de Toulouse le Mirail, elle a été conçue en 1994 comme un lieu d’hébergement d’équipes universitaires, d’unités mixtes de recherche et de services administratifs de l’université du Mirail. Par la suite et sur une base volontariste, elle a souhaité renforcer un petit nombre d’axes scientifiques prioritaires et s’ouvrir à une autre université présente à Toulouse, l’université de sciences sociales Toulouse 1, conformément aux principes de la charte des MSH adoptée en 2000. Parmi ses axes de recherche, on peut citer : territoires, villes, mobilités ; conditions de vie ; études sur le travail ; sciences humaines et sociales pour l’entreprise ; ou encore interactions, cognition, information.

Les Maisons de la troisième génération, le rôle du Fonds national de la science et du COS

26À partir de 1998 le ministère chargé de la recherche est à nouveau un grand ministère qui réunit l’Éducation nationale et la Recherche, sous la responsabilité d’un nouveau ministre, Claude Allègre. Désireux de soutenir fortement la recherche en SHS, celui-ci s’entoure d’un Conseil national de la science et d’un Conseil national pour le développement des sciences humaines et sociales qui l’encouragera fortement à soutenir une politique d’essor des Maisons des sciences de l’Homme et appuiera le projet de réseau entre Maisons.

27De nombreuses personnalités dans l’entourage du ministre sont acquises à la politique des Maisons des sciences de l’Homme. Alain Supiot, fondateur de la Maison des sciences de l’Homme de Nantes, est président du CNDSH. Robert Ilbert, professeur des universités, chargé de mission pour la recherche dans un précédent ministère, est conseiller pour la recherche SHS avec Antoine Lyon-Caen auprès du directeur de la recherche. Robert Ilbert a été chef de projet pour la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme à Aix et en est le directeur depuis sa création en 1997. Maurice Garden, fondateur de la MRASH à Lyon, a été responsable pour les sciences humaines à la Direction de la recherche et des études doctorales dans un ministère précédent.

  • 23 Il sera aussi le directeur de l’Action concertée incitative « réseau des MSH ».

28Il est membre du cabinet du ministre jusqu’en 1999, puis chef de la Mission scientifique universitaire chargée de la contractualisation de l’ensemble des universités françaises23. Éric Espéret, chef de projet puis directeur de la Maison de Poitiers, deviendra président de l’université de Poitiers et sera aussi chargé d’une mission pour une « Nouvelle définition des tâches des enseignants et des enseignants-chercheurs dans l’enseignement supérieur français » auprès du ministère en 2001.

  • 24 Le terme « ministère » recouvre en fait différents acteurs au sein du ministère, sans nécessaireme (...)
  • 25 Il fonctionnera trois ans, de 1999 à 2001.

29C’est ainsi qu’à la fin des années 1998-1999 et au début des années 2000, les conditions du développement de la recherche en sciences humaines et sociales au ministère vont connaître un essor important. D’une part, un plan de croissance des universités dit « Université du troisième millénaire U3M » est mis en chantier. Il ne concerne bien sûr pas que les SHS mais elles seront aussi bénéficiaires de ce nouvel élan. D’autre part, le ministère24, souhaitant piloter de manière volontariste une recherche sur programmes sans se limiter au soutien traditionnel des équipes et unités de recherche labellisées, crée le Fonds national de la science. Plusieurs programmes ou « Actions concertées incitatives ou ACI » seront ainsi soutenus en SHS, dont un programme spécifique pour le développement des Maisons des sciences de l’Homme, l’ACI réseau des MSH créé en 1999. Comme toutes les actions concertées incitatives du FNS, l’ACI réseau des MSH est dotée d’un directeur et d’un conseil scientifique. Dans cette ACI particulière, le directeur est assisté par un comité de pilotage25 afin de permettre une coordination entre les politiques du département SHS du CNRS, de la Direction de la recherche et de la Mission scientifique universitaire du ministère, ces trois instances siégeant dans le comité de pilotage.

  • 26 Un glissement sémantique le transformera en conseil d’orientation scientifique du réseau au fil du (...)

30La nécessité, pour la Direction de la recherche au ministère, de clarifier les principes fondateurs des Maisons des sciences de l’Homme et de définir leurs missions s’est imposée dès 1998. Après consultation du conseil scientifique de l’ACI et avis des directeurs des MSH, une charte des Maisons des sciences de l’Homme est adoptée. À la signature de la convention créant le Réseau des Maisons des sciences de l’Homme en 2000, le conseil scientifique de l’ACI est transformé en conseil d’orientation stratégique du réseau26. Cette convention crée un cadre institutionnel nouveau dans lequel vont s’inscrire non seulement l’expertise des projets scientifiques réalisés dans le cadre du réseau, mais aussi la validation des projets de nouvelles MSH par le conseil d’orientation du réseau, ainsi que le prévoit le texte de la convention.

  • 27 Le plan « Université du troisième millénaire ou U3M » est destiné à servir de cadre au développeme (...)

31Or de nombreux projets de nouvelles Maisons sont candidats à une validation pour accéder à l’entrée dans le Réseau des Maisons des sciences de l’Homme. Les projets de Maisons des sciences de l’Homme sont en effet encouragés par le ministre Claude Allègre, fortement désireux de voir se développer ce type de structuration de la recherche en SHS sur l’ensemble du territoire, en synergie avec les objectifs du plan U3M27.

  • 28 Et non par le CNRS, comme ils l’avaient été dans la deuxième génération des Maisons.

32Les projets de Strasbourg, Paris-Nord, Nice et Lille sont les premiers de cette troisième génération de Maisons des sciences de l’Homme à être présentés devant le conseil d’orientation du Réseau. Les chefs de projet, nommés par le ministère28, sont accompagnés des présidents des universités concernées, témoignant de la concertation autour du projet au sein des établissements universitaires.

33La Maison internationale des sciences de l’Homme d’Alsace ou MISHA à Strasbourg a dû, pour s’imposer, affronter une situation inédite compliquée en raison de l’existence de la précédente Maison des sciences de l’Homme, très peu active au plan de la recherche. Les scientifiques des universités strasbourgeoises comme les collectivités locales étaient donc peu enclins à soutenir un nouveau projet. Le chef de projet choisi par le ministère en concertation avec le CNRS, un professeur de l’université de Strasbourg 3, spécialiste d’histoire et de l’antiquité, a dû mener une consultation souvent ardue auprès de ses collègues professeurs, avant de proposer une ébauche de thèmes de recherche partagés, susceptibles d’être portés par la future Maison. Il est en effet très difficile, pour un scientifique, de convaincre des collègues d’autres disciplines de participer à une réflexion sur une approche pluridisciplinaire d’objets de recherche, dont le choix reste à préciser par les chercheurs eux-mêmes.

  • 29 La participation de représentants de la Direction de la recherche et du directeur de l’ACI réseau (...)

34L’exercice demande beaucoup de temps, de conviction29 et de diplomatie, surtout lorsque l’identité scientifique de la future Maison n’est pas prédéfinie. En l’occurrence pour Strasbourg, le noyau dur du projet sera progressivement organisé autour de quatre axes : Europe, cultures, épistémologie des savoirs et sciences de l’antiquité.

  • 30 On pourra utilement consulter le dossier de faisabilité de la Maison, établi en décembre 2000 par (...)

35Le cas de la Maison des sciences de l’Homme dite MSH Paris-Nord est pour sa part exemplaire en matière de construction d’un projet intellectuel par allers-retours successifs et concertations à tous les niveaux, qu’il s’agisse de celles menées par le chef de projet avec les responsables des équipes de recherche au sein des universités Paris 13 et Paris 8, les plus directement concernées par le projet, ou de celles menées auprès des collectivités locales pour les associer le plus en amont possible au projet, ou, enfin, de la concertation menée au niveau national avec la Direction de la recherche et le CNRS30.

36L’exercice visant à définir l’identité scientifique de la Maison autour de projets pluridisciplinaires était ici rendu plus facile dans la mesure où deux axes de recherche avaient été fixés dès l’origine par le ministère. Selon les termes de la lettre de mission du chef de projet, ils sont ainsi définis : « l’un associera les SHS, les industries culturelles et l’art (notamment les domaines de l’image et du son), l’autre les SHS et la santé ». Ces axes tenaient compte à la fois du potentiel de recherche mobilisable dans le Nord francilien et de l’existence de domaines de recherche peu structurés ou en cours de structuration au niveau national. L’ambition du ministère était surtout de doter cette partie du territoire d’Ile-de-France d’un grand centre de recherche en sciences de l’homme et de la société, d’accroître le rayonnement des universités présentes localement et, par effet induit, l’attractivité du territoire de Seine-Saint-Denis.

37D’une façon générale, s’agissant des projets de Maisons émergentes, on observe que les conditions mises à leur validation constituent un défi pour les équipes, localement : car ces projets représentent une opportunité à saisir pour bénéficier de conditions de travail et de moyens nouveaux, mais impliquent aussi de multiples contraintes pour définir des programmes de recherche qui mobilisent des chercheurs de plusieurs disciplines et d’universités différentes, le cas échéant. Il n’est pas rare que comme à Lille, Montpellier ou encore Rennes, les projets fassent l’objet de plusieurs ébauches et allers-retours avant d’obtenir une expertise favorable.

Sur le rôle des collectivités locales

38Les collectivités locales jouent un rôle déterminant dans la politique d’implantation des MSH car elles sont très désireuses de favoriser la visibilité de la recherche sur leur territoire et savent peser de leur influence pour faire aboutir les projets. Les régions – mais aussi les départements, les municipalités et les groupements de communes – sont fortement sollicités pour leur appui dans les différentes phases. Elles peuvent aussi représenter un moyen de recours (ou de pression) lorsque des projets sont en difficulté au niveau national ou local.

39Fortement sollicitées bien sûr pour le financement des opérations, elles disposent de moyens financiers qui, souvent décisifs, représentent une part importante du budget global, aussi bien pour l’immobilier – avec le cas échéant l’apport du terrain, comme pour la MSH Paris-Nord à Saint-Denis –, que pour les équipements. Mais l’appui des collectivités ne se fait pas sans contrepartie, car celles-ci sont de plus en plus désireuses d’être partie prenante des choix et des orientations en ce qui concerne les programmes scientifiques. Dans certaines régions comme en Rhône-Alpes et en Pays de la Loire, il existe un conseil de la recherche. Suite aux appels d’offres régionaux, les programmes scientifiques sont évalués par des experts scientifiques et les financements régionaux attribués aux projets sélectionnés. Dans d’autres régions, le conseil régional a pu être tenté, comme à Lille, d’imposer ses choix en tentant d’infléchir les orientations scientifiques de la future Maison.

40Le « localisme » ou le « régionalisme » sont de fait des dangers inhérents aux projets de Maison des sciences de l’Homme. Les conseils scientifiques propres à chaque Maison et le conseil scientifique du Réseau restent vigilants sur ces questions. On peut par ailleurs penser que le rôle des collectivités sera déterminant à l’avenir pour le rayonnement de la recherche en général et des Maisons en particulier, dans la mesure où elles peuvent mettre en place des « chaires régionales » pour des chercheurs invités et des bourses d’accompagnement pour des jeunes chercheurs ou étudiants chercheurs. De tels dispositifs faciliteraient une politique scientifique des Maisons en cohérence avec leur identité scientifique, identité qu’elles se doivent de construire à l’échelle nationale, européenne et internationale.

Sur l’historique du Réseau

  • 31 Réunion organisée par Maurice Aymard, administrateur de la Maison des sciences de l’Homme à Paris.

41L’idée d’un réseau entre les structures de type MSH est pratiquement aussi ancienne que les Maisons elles-mêmes. Fernand Braudel, en effet, en créant la Fondation de la Maison des sciences de l’homme boulevard Raspail, avait prévu et organisé des interactions institutionnelles entre la Maison de Paris et celles de Bordeaux et Strasbourg, créées dans le même mouvement historique. Les responsables des Maisons qui se sont développées ultérieurement à Nantes (Maison Ange-Guépin) et à Lyon (Maison Rhône-Alpes des sciences de l’Homme), puis à Caen et Aix, partageaient ce même souci de développer des liens privilégiés entre leurs institutions ou futures institutions, comme en atteste l’existence de réunions en ce sens dès 199231. L’idée est reprise en 1998 par les directeurs des Maisons officiellement créées, qui organisent une réunion à Poitiers pour un tour de table.

  • 32 Suzanne Srodogora a été secrétaire générale du département scientifique SHS du CNRS dans la périod (...)

42La dynamique des acteurs locaux alliée à la présence concertée au niveau national de responsables acquis à l’intérêt du Réseau est déterminante. La Direction de la recherche, en la personne de Robert Ilbert, et le Conseil national pour le développement des sciences de l’Homme, présidé par Alain Supiot, recommandent la mise en réseau des Maisons, en tant qu’outil stratégique pour développer leurs échanges scientifiques et promouvoir la mutualisation des moyens techniques dont elles disposent. Suzanne Srodogora32 et Maurice Garden, alors au cabinet du ministre, appuient cette proposition et en 1999 l’ACI « Réseau des MSH » est créée.

Les années 1999-2001 de l’ACI

43L’idée de Réseau, bien que présente depuis plusieurs années, n’est pas facile à traduire dans les faits. Elle fait appel à plusieurs concepts : maillage du territoire, coopérations scientifiques, partage et échange de ressources… Encore faut-il connaître les forces et faiblesses des Maisons appelées à constituer le Réseau. D’où l’état des lieux effectué par la Direction de la recherche en 1999 et les premières priorités de l’ACI.

  • 33 Dans cette estimation ne sont comptabilisés que les financements attribués aux MSH, UMS et autres (...)

44En concertation avec la Direction de la recherche, la MSU et le CNRS, les instances de l’ACI proposeront une série d’actions pour mettre à niveau les équipements des Maisons (fonds documentaires, catalogage, informatique…), améliorer l’accueil des doctorants et créer les conditions de travail pour des programmes de recherche conduits par la Maison. Ces moyens feront l’objet de négociations et d’arbitrages sur la base des contrats d’objectifs demandés aux directeurs des Maisons par les instances de l’ACI. Dès les premières années, ces actions structurantes sont mises en œuvre et mobilisent des financements importants au regard des subventions dont disposent annuellement les Maisons. Pendant les trois premières années de l’ACI, les financements au bénéfice des MSH33 ont ainsi été multipliés par 1,7 environ, grâce au Fonds national pour la science. Cette formidable « bouffée d’oxygène » a représenté un saut qualitatif dans les financements et a permis d’accélérer la mise à niveau et le renouvellement des équipements. Les autres actions entreprises ont surtout visé à aider les différentes Maisons à développer leur identité scientifique et à favoriser interdisciplinarité et ouverture internationale, deux objectifs retenus pour l’ensemble des Maisons et le Réseau (voir infra).

45Sur le plan des effectifs, les Maisons concernent environ 4 000 chercheurs et enseignants-chercheurs sur un total de 20 000 chercheurs et enseignants chercheurs SHS (17 000 universitaires, 2 000 chercheurs CNRS et 1 000 chercheurs d’autres organismes).

La charte et les statuts du Réseau

  • 34 Outre les directeurs ayant participé à la réunion de Poitiers en 1998, sont présents par exemple l (...)
  • 35 Cette charte deviendra la charte du Réseau des MSH.

46Afin de créer les bases du Réseau, il était nécessaire d’expliciter les objectifs partagés par les Maisons. Une « charte des MSH », rédigée à l’initiative de l’ACI sur les bases de textes antérieurs et de nouvelles propositions, est soumise à l’ensemble des directeurs34. Une réunion est organisée en 1999 au ministère de la Recherche pour en débattre et, dans l’année qui suit, un accord se fait sur le texte de la Charte35.

47Le Réseau doit par ailleurs être doté de statuts pour assurer son existence pérenne. Les discussions sur ce sujet sont difficiles, car si l’ensemble des directeurs de Maisons est favorable à un statut conférant l’autonomie morale et juridique au Réseau, les instances de tutelle sont sur ce point plus réservées. Par ailleurs, aucune des structures juridiques existantes n’est satisfaisante. La création d’une fondation est un processus lourd qui nécessite des capitaux importants et des partenaires privés aux côtés des acteurs publics. À l’issue d’un jeu délicat de tensions entre la Maison de Paris et les Maisons de province, l’idée d’utiliser la Fondation Maison des sciences de l’Homme pour structurer le réseau, par exemple en élargissant la fondation « parisienne » en une fondation « nationale » qui aurait constitué la base juridique du Réseau est éludée. Le statut d’association loi 1901 pose le problème de l’évaluation scientifique et le statut de groupement d’intérêt public, celui de la durée limitée du groupement.

  • 36 Les membres du COS ont été désignés par la Direction de la recherche en concertation avec les dire (...)

48Après deux ans d’efforts infructueux pour parvenir à une solution, un statut minimum est adopté sous la forme d’une convention qui officialise l’existence du Réseau et définit les instances qui en assurent le fonctionnement, conseil de direction et conseil d’orientation stratégique, COS36. La charte annexée à la convention fixe les principes fondateurs des MSH. Elle servira de texte de référence pour l’expertise et la validation des projets des nouvelles Maisons. La convention, signée en 2001 par le CNRS, le ministère de la Recherche, les Maisons dotées de la personnalité morale et les universités auxquelles sont rattachées les autres Maisons, ne confère pas au Réseau l’autonomie morale et juridique. Prévue pour une durée de quatre ans, elle sera remplacée par un nouveau dispositif à partir de 2006.

De nouvelles perspectives pour le Réseau

  • 37 Les nouvelles fondations à caractère scientifique, annoncées dans la loi d’orientation et de progr (...)

49Le nouveau dispositif dote le Réseau d’un statut de groupement d’intérêt scientifique, structure dénuée de la personnalité morale. Les principales modifications par rapport à la convention précédente portent sur le fait que le ministère de la Recherche n’est plus signataire et sur les instances du Réseau. Outre le nouveau mode de fonctionnement que le Réseau aura à expérimenter en raison de ces changements, le problème crucial, à partir de 2006, est celui du financement des actions à poursuivre et celui des actions nouvelles. La disparition du FNS et la création de l’ANR créent en effet un contexte très différent pour le Réseau encore fragile. Ce peut être aussi une chance. La réflexion sur les choix stratégiques du Réseau sera déterminante pour son avenir et pour son financement37.

Notes

2 Le grand nombre de Maisons ne nous a pas permis de retracer l’histoire de chacune d’elles et les exemples choisis permettent seulement d’illustrer les grandes lignes du processus de structuration de la recherche étudié. Pour plus d’informations sur les Maisons, on pourra consulter utilement le site du Réseau www.msh-reseau.prd.fr et les lettres du département SHS du CNRS no 45 janvier 1997 ; no 53 février 1999 et no 68 août 2003.

3 Les dates de création retenues sont celles des structures administratives correspondantes. Celles-ci interviennent bien sûr plusieurs années après que les projets de Maison aient vu le jour.

4 Il s’agit de conforter la recherche hors Ile-de-France à la fois pour développer l’efficacité de la recherche grâce à un plus grand nombre de pôles de recherche de visibilité internationale et pour accroître les partenariats avec les collectivités locales de plus en plus désireuses d’accueillir des centres de recherche de haut niveau. Le CNRS s’est ainsi engagé dans une politique de localisation en régions de chercheurs, d’équipes et de centres de recherche, associée à des transferts d’emplois dans le cadre de la politique de délocalisation imposée par le gouvernement d’Edith Cresson à tous les ministères. Pour le CNRS, les Maisons des sciences de l’Homme de cette génération représentent la contribution du département scientifique SHS, dirigé alors par A. d’Iribarne, à cette politique.

5 Ces évaluations seront conduites dans un premier temps par le conseil scientifique de l’ACI Réseau des MSH, puis à partir de 2001 par le conseil d’orientation du réseau (COS), instances mises en place par le ministère de la Recherche et conférant au Réseau une relative autonomie.

6Lettre du département SHS, no 68, numéro spécial « Les structures fédératives », CNRS, 2003.

7   Pour preuve de ces liens d’origine, la présence d’un représentant des Maisons de Bordeaux et de Strasbourg dans le conseil d’administration de la Fondation de Paris. Ultérieurement, les Maisons juridiquement autonomes que sont la Maison Ange-Guépin à Nantes et la MRASH à Lyon seront aussi représentées dans ce même conseil.

8   Nous faisons référence ici à la première expérience de Strasbourg. Celle-ci a depuis pris une forme différente dans le cadre de ce qui est devenu la Maison interuniversitaire des sciences de l’Homme d’Alsace.

9 La MOM participera par exemple à la réunion organisée à Paris en 1999 sous l’impulsion de la direction de la recherche au ministère de la Recherche, dans le but d’harmoniser les objectifs généraux des MSH et de préparer leur mise en réseau. Cette réunion faisait suite à une rencontre organisée par les directeurs eux-mêmes des « Maisons de la recherche en SHS » à Poitiers en 1998.

10 Entretien avec Maurice Garden, octobre 2001.

11 Maurice Garden, ibid.

12 Alain Supiot, Maison des sciences de l’Homme Ange Guépin, Nantes, Éditions MEMO, 1996, p. 7.

13 Alain Supiot, ibid.

14 Il peut y avoir plusieurs universités de rattachement de la Maison lorsqu’elle abrite des unités ou équipes de recherche de plusieurs universités.

15 Ce document établit sur une base contractuelle les moyens dont souhaite disposer l’université pour la recherche. Ces moyens sont attribués non pas globalement mais unité par unité, en fonction de leur évaluation, par le CNRS et le ministère de la Recherche s’il s’agit d’unités mixtes ou par le ministère seulement dans le cas contraire, d’où l’importance pour les Maisons d’être reconnues elles-mêmes comme des structures de recherche.

16 Certaines Maisons cumulent le statut d’UMS et de centre de recherche de l’université. C’est le cas à Aix, Poitiers et Caen par exemple.

17 Voir aussi Bowen John R. et Bentaboulet Martine, (2002), « On the institutionalisation of the Human and social sciences in France », Anthropological Quarterly, 75, p. 537-556.

18 On comptabilise en 2005 17 000 enseignants-chercheurs pour environ 2 000 chercheurs CNRS en SHS.

19 Une grande partie des postes d’ingénieurs, techniciens, administratifs (ITA) pour les Maisons ont été affectés par le CNRS (soit 689 postes ITA CNRS, dont un nombre important de postes de catégories A et B, comparés 357 postes IATOS non CNRS). Source : enquête réalisée par le conseil des directeurs, 22 avril 2005.

20 Le projet proposé devait être fondé sur une analyse des disciplines mobilisables localement et des perspectives de développement, eu égard au contexte national et international et conduire à terme à une visibilité nationale et internationale de la Maison.

21 C’est cet axe qui constituait à l’origine le volet localisation du projet scientifique pour le CNRS.

22 De même à Poitiers, l’axe cognition et l’axe migrations étaient associés à l’opération scientifique avec transfert d’emplois du CNRS.

23 Il sera aussi le directeur de l’Action concertée incitative « réseau des MSH ».

24 Le terme « ministère » recouvre en fait différents acteurs au sein du ministère, sans nécessairement de lien de subordination entre eux, ce qui conduit parfois à des prises de positions multiples, mal coordonnées voire contraires, et donc difficiles à comprendre pour un interlocuteur extérieur qui croit s’adresser à un acteur unique.

25 Il fonctionnera trois ans, de 1999 à 2001.

26 Un glissement sémantique le transformera en conseil d’orientation scientifique du réseau au fil du temps.

27 Le plan « Université du troisième millénaire ou U3M » est destiné à servir de cadre au développement des universités à partir de l’an 2000. La construction et l’augmentation des surfaces d’enseignement mais aussi de recherche sont prévues et inscrites dans les contrats de plan État-Régions 2000-2007. Pour ces opérations, le ministère a institué une procédure avec un dossier d’opération calqué sur celui mis en place par le CNRS pour les opérations de localisation inscrites dans les contrats de plan précédents.

28 Et non par le CNRS, comme ils l’avaient été dans la deuxième génération des Maisons.

29 La participation de représentants de la Direction de la recherche et du directeur de l’ACI réseau des MSH aux réunions organisées par le chef de projet a parfois été nécessaire pour mobiliser les universitaires autour du projet dans sa phase de définition.

30 On pourra utilement consulter le dossier de faisabilité de la Maison, établi en décembre 2000 par le chef de projet Pierre Moeglin, professeur des universités, à la demande du ministère et disponible en ligne sur le site de la MSH Paris-Nord.

31 Réunion organisée par Maurice Aymard, administrateur de la Maison des sciences de l’Homme à Paris.

32 Suzanne Srodogora a été secrétaire générale du département scientifique SHS du CNRS dans la période 1994-1998.

33 Dans cette estimation ne sont comptabilisés que les financements attribués aux MSH, UMS et autres structures (sauf la Fondation MSH), et non ceux des unités de recherche qui leur sont rattachées.

34 Outre les directeurs ayant participé à la réunion de Poitiers en 1998, sont présents par exemple les directeurs de la MOM à Lyon, de la Maison archéologie et ethnologie à Nanterre, de la Maison des sciences de la ville à Tours et de la MISHA, future Maison de Strasbourg.

35 Cette charte deviendra la charte du Réseau des MSH.

36 Les membres du COS ont été désignés par la Direction de la recherche en concertation avec les directeurs des Maisons, la Mission scientifique universitaire et le CNRS.

37 Les nouvelles fondations à caractère scientifique, annoncées dans la loi d’orientation et de programmation de la recherche et destinées en premier lieu à animer des campus à vocation scientifique, pourraient constituer une piste pour l’avenir du Réseau, sorte de campus scientifique à localisations multiples. Parallèlement, un rapprochement avec d’autres institutions SHS en France (instituts d’études avancées par exemple) et en Europe pourrait permettre d’élargir les échanges au sein du Réseau.

Auteur

directrice de recherche au CNRS, chargée de mission du conseil d’orientation du Réseau national des MSH

© Alliance Athena, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search