Version classiqueVersion mobile

Le doctorat en SHS

 | 
Françoise Thibault

3. La question de la formation tout au long de la vie

Texte intégral

1Comme en témoignent les chiffres rassemblés par le MESRI, les doctorants de SHS commencent leur thèse à un âge plus avancé. L’âge moyen des docteurs en Lettres, langues et sciences humaines, est supérieur à la moyenne des autres secteurs disciplinaires et reflète la présence d’un nombre important d’étudiants déjà engagés dans une activité́ professionnelle hors recherche. Pour l’heure, les statistiques ne permettent pas de distinguer deux situations pourtant fort différentes : celle de l’étudiant qui, n’ayant pas de bourse de thèse ou d’emploi d’ATER, va vivre de « petits boulots » pour financer ses études et celle du professionnel, en reprise d’études, qui choisit de réaliser une thèse pour améliorer sa situation professionnelle ou se réorienter, situation qui correspond au cadre de la formation tout au long de la vie.

L’absence de prise en compte de la situation de formation tout au long de la vie

Répartition des docteurs par discipline et tranches d’âge, session 2016

Répartition des docteurs par discipline et tranches d’âge, session 2016

Source : MESRI-SIES (SISE).

  • 29 Source MESRI IPDOC 2017.

2« Toutes disciplines confondues, lors de leur obtention du doctorat, 7 % des docteurs diplômés ont moins de 26 ans, 61 % ont entre 26 et 30 ans. Cette répartition par tranche d’âge varie selon les disciplines. Ainsi, la part des moins de 26 ans la plus élevée est en Sciences et STAPS (11 %), la moins forte en Lettres, langues et sciences humaines, en Économie AES et en droit (1 à 2 %). Ces trois secteurs disciplinaires concentrent aussi le plus de docteurs âgés de 40 ans ou plus. »29

3Dans le cadre du « projet emploi 2016 », le cabinet ADOC Talent management a conduit des études et s’est concentré sur les conditions de formation des docteurs en SHS diplômés en 2013 et 2014. Plusieurs constats ont pu être établis :

  • 41 % d’entre eux ont réalisé leur doctorat en formation tout au long de la vie (c’est-à-dire en ayant eu une activité professionnelle autre, entre l’obtention de leur diplôme d’accès au doctorat - master ou équivalent - et le début de leur doctorat) ;
  • Plus de la moitié d’entre eux (57 %) ont conservé leur emploi au cours de leur doctorat et après le doctorat ;
  • Les docteurs en SHS ayant réalisé leur doctorat en FTLV étaient moins fréquemment financés de manière spécifique pour leur doctorat (33 % contre 54 % des docteurs en formation initiale) ;
  • Plus d’un tiers des docteurs ayant réalisé leur doctorat en FTLV et conservé leur emploi exercent des métiers d’enseignement primaire ou secondaire ou des missions de soin (psychologie, médecine).

4Les témoignages ne manquent pas qui montrent comment le cursus doctoral s’inscrit dans un parcours professionnel.

« Cette thèse est d'abord le résultat d’une ambition et d'une détermination personnelle. Elle n’a bénéficié d’aucun financement, d'aucune subvention. (…) Ce projet a été mené jusqu’au bout en dépit d’un ensemble de difficultés financières qui pouvaient, à tout instant, mettre en cause son aboutissement. En effet, l’absence de financement m’a obligé à conjuguer la recherche avec diverses charges d’enseignement, d’où sept ans pour mener ce travail à son terme. »
(GG, Dr en sociologie, aujourd’hui Professeur d’université)

  • 30 « Les conditions de travail des docteur.es et doctorant.es en histoire contemporaine », questionna (...)

5Ainsi, dans le cadre de l’enquête menée au printemps 2019 par l’AHCESR30 auprès de 235 docteurs et doctorants en histoire contemporaine, 16 % des doctorants interrogés étaient en poste, fonctionnaires dans le secondaire. Parmi ces derniers, seulement 18 % travaillaient à temps partiel. C’est donc bien un temps plein que la très grande majorité d’entre eux doit concilier avec ses recherches. C’est uniquement parmi les doctorants qui ont un emploi permanent hors enseignement et recherche qu’on trouve une moitié de travail à temps partiel. A cet égard il est significatif qu’à la question des principales contraintes qui compliquent leur activité de recherche, parmi les réponses les plus nombreuses, figurent le manque de temps (69 %), la reconnaissance des activités de recherche (36 %), les difficultés à obtenir des congés-formation ou un détachement (19 %) ou des autorisations d’absence (17 %). Les problèmes évoqués par les doctorants en poste dans le secondaire sont notamment : les autorisations d’absence pour colloque ou conférence qui peuvent être très difficiles à obtenir, toujours avec obligation de rattraper les cours.

6« Le problème des détachements (pour contrat doctoral ou postdoctoral) est également très présent. Les demandes de cumul peuvent être difficiles à obtenir ou à instruire. Les réponses à ces différentes sollicitations semblent tarder. Les problèmes de reclassement dans le secondaire à la suite du doctorat sont également nombreux. Quatorze réponses soulignent, à l’inverse, la bonne volonté et l’efficacité des établissements à accorder les différentes autorisations demandées. Cela montre bien qu’il n’existe pas de politique cohérente au niveau national sur ce point particulier, et que les situations dépendent des chefs d’établissement et des rectorats. »

7La formation continue a été inscrite dans les missions de l’université par la loi d’orientation sur l’enseignement supérieur d’Edgar Faure (novembre 1968), qui énonce dans son article 1 : « Les universités doivent concourir à l’éducation permanente à l’usage de toutes les catégories de populations et à toutes fins qu’elle peut comporter ».

8En 1986, la loi sur l’enseignement supérieur a réaffirmé que les universités ont des missions de formation initiale et continue, missions réévoquées dans la loi LRU du 10 août 2007 sur l’autonomie des universités.

Corriger l’approche sur la durée des thèses

9Actuellement, la méthode de collecte des informations concernant la durée des thèses n'autorise pas d'analyse fine, toutefois, l’examen de l’évolution des différents groupes de durée permet de tirer quelques enseignements :

Évolution de la part des thèses soutenues par intervalle de durée et domaine scientifique

Évolution de la part des thèses soutenues par intervalle de durée et domaine scientifique

Source : MESRI-SIES (enquête sur les écoles doctorales)

  • 31 Source MESRI IPDOC 2017.

10« Des disparités apparaissent selon les disciplines dans ces évolutions. Les diplômés de sciences humaines et sociales sont en effet les seuls à ne pas avoir vu baisser significativement leur durée de préparation à la thèse entre 2010 et 2016 : soutenir sa thèse 52 mois ou plus après son inscription est la norme depuis plus de 10 ans dans ce domaine scientifique. En sciences du vivant en revanche, la part des docteurs ayant préparé leur thèse en moins de 40 mois a fortement augmenté : elle passe de 38 % à 50 % en 6 ans. De même, en sciences exactes et applications, domaine où la durée est la plus courte, cette part a gagné 8 points en 6 ans. »31

11Ces histogrammes suscitent plusieurs questions : est-il pertinent de comparer un secteur où le nombre de doctorats financés ne cesse d’augmenter avec un secteur où cette augmentation est très faible ? Est-il pertinent de comparer un secteur où les situations de formation continue sont exceptionnelles avec un secteur où elles sont très courantes ?

12L’inscription du doctorat au RNCP constitue un nouvel argument pour que le monde universitaire se penche sérieusement sur la reconnaissance des situations de formation continue au niveau du doctorat, phénomène qui concerne tout particulièrement les SHS. Outre le fait qu’une telle reconnaissance pourrait permettre aux doctorants et aux établissements qui les accueillent d’obtenir des financements au titre de la formation continue, elle permettrait d’éviter de comparer des doctorants inscrits dans des parcours totalement différents. A cet égard, le critère de « temps partiel », actuellement utilisé dans les statistiques pour prendre en compte le fait qu’un étudiant a une activité professionnelle en dehors de sa thèse, ne dit pas grand-chose de la situation des doctorants. Faire des petits boulots à temps très partiel pour financer sa thèse ou poursuivre son activité professionnelle sont des situations clairement dissemblables. Trois situations devraient par conséquent être distinguées par les statistiques du cursus doctoral : formation initiale avec thèse financée, formation initiale à temps partiel et formation continue. Cette distinction permettrait des comparaisons beaucoup plus pertinentes entre les grands domaines scientifiques.

13En matière de durée de réalisation de la thèse, l’absence de prise en compte de la situation des étudiants en thèse est propice à la production d’interprétations erronées.

Notes

29 Source MESRI IPDOC 2017.

30 « Les conditions de travail des docteur.es et doctorant.es en histoire contemporaine », questionnaire réalisé par Claire Lemercier et Clément Thibaud, AHCESR 2019. https://ahcesr.hypotheses.org/1637.

31 Source MESRI IPDOC 2017.

Table des illustrations

Titre Répartition des docteurs par discipline et tranches d’âge, session 2016
Crédits Source : MESRI-SIES (SISE).
URL http://books.openedition.org/allianceathena/docannexe/image/327/img-1.png
Fichier image/png, 38k
Titre Évolution de la part des thèses soutenues par intervalle de durée et domaine scientifique
Crédits Source : MESRI-SIES (enquête sur les écoles doctorales)
URL http://books.openedition.org/allianceathena/docannexe/image/327/img-2.png
Fichier image/png, 123k

© Alliance Athena, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search