Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sciences dans la Science

 | 
Jacques Commaille
, 
Françoise Thibault

Des sciences avec les sciences. L’évidence d’une porosité

Sciences with the Science. The obvious porosity

Texte intégral

1L’implication potentielle des SHS dans la production de connaissances relève d’une telle ampleur qu’elles se situent non pas à côté des autres sciences mais en lien étroit avec elles.

2Les communautés SHS, grâce à leur capacité de prise en compte de l’incertitude et de la complexité, ont à prendre place dans une politique scientifique plus large que leurs domaines propres parce que les objets sont frontières et hydrides. La prudence (au sens aristotélicien) est nécessaire à la politique de l’innovation. En effet, les SHS ne sont pas un domaine périphérique, elles n’interviennent pas après coup pour donner un « supplément d’âme » aux autres sciences ou être assignées à la fonction de simple outil d’acceptabilité de ce que le progrès scientifique ou technologique impose. A partir de leur spécificité, elles peuvent participer des avancées des autres sciences. Beaucoup des grands programmes ne sont réalisables qu’avec les SHS (notamment dans le domaine de la santé, de l’énergie, du climat...).

3Les sciences dont les SHS, dans le long mouvement d’idées du dernier siècle, ont successivement développé des spécialisations permettant un développement de connaissances approfondies puis des approches où la complexité, l’interaction, la non linéarité et la prise en compte simultanée du temps et de l’espace ont nourri la pensée et la construction de connaissance.

4Les SHS disposent d’outils formels pour penser des complexités. Elles apparaissent ainsi comme les mieux placées pour fournir des échelles de comparaison fondées sur des méthodes rigoureuses et distinctes en fonction des objets et des disciplines. Elles portent en elles, de plus en plus, la capacité de signaler et de distinguer les possibilités d’interprétations divergentes des résultats obtenus que les théorisations ont tendance à négliger.

5Les sciences sont interpellées le plus souvent suivant des dimensions qui sont de la compétence des SHS. Pourtant, on constate que les approches technologiques, ou relevant des sciences expérimentales, l’emportent régulièrement, bien que les principaux problèmes d’ordre naturel, physique, technologique auxquels sont confrontées nos sociétés, ces « défis de société », comportent toujours des dimensions sociales, économiques ou politiques dont la non prise en compte peut conduire à l’échec ou à l’impuissance.

6Pour ne prendre que trois exemples, les questions d’environnement sont abordées majoritairement sous l’angle des problèmes physiques ou biologiques. Or, leurs principaux déterminants relèvent de l’activité humaine et les enjeux que ces questions comportent ne peuvent être dissociés des questions de gouvernance (y compris les conditions d’acceptabilité des politiques d’action publique), et doivent tenir compte des diverses échelles, du global au local.

7De même, l’exploitation des terres et des ressources naturelles en vue de l’alimentation ou pour produire de la biomasse nécessite des arbitrages. Ces questions sont politiques et demandent des choix qui seuls peuvent garantir au minimum que toutes les options restent ouvertes.

8Cette mobilisation multiple des SHS sur les différents enjeux est d’autant plus nécessaire qu’elle doit se confronter à la complexité et à l’interdépendance de ces enjeux. Par exemple, les questions qui ont trait à la gestion des ressources dans une perspective de développement durable ne peuvent être abordées et traitées qu’en prenant en compte les interactions et les « boucles de rétroaction » qui se nouent au sein de systèmes complexes (écosystèmes et systèmes socio-économiques) et entre ces systèmes. Outre une approche interdisciplinaire, à l’interface avec les sciences de la vie et les sciences de la terre, ces questions exigent de promouvoir une authentique transversalité des problématiques.

9Le défi de la sécurité alimentaire fournit un autre bon exemple. Il ne peut être relevé sans intégrer la préoccupation d’une gestion durable des ressources, en terre et en eau, des espaces agricoles de la planète. Or, le développement rapide et incontrôlé d’une agriculture financiarisée (ou de firme), sous des formes diverses (land grabbing, spéculation sur les récoltes et les produits, intensification à outrance, etc.), est un vecteur de dégradation des ressources (terre, biodiversité, produits agro-alimentaires) ainsi que du bien-être et de la santé des populations. C’est toute la chaîne des interactions entre écosystèmes et systèmes économiques qui doit ainsi faire l’objet d’investigations.

10Le défi de la transition énergétique nécessite de développer un agenda SHS qui prenne acte de la dimension indissociablement sociotechnique des technologies afin de centrer l’analyse sur les différentes dimensions des processus de formation des potentiels technologiques. Il s’agit de porter un regard large sur les options technologiques, y compris celles qui ne sont pas retenues aujourd’hui comme prioritaires, leurs communautés et les débats qui les accompagnent pour réellement soutenir la transition.

11Les chercheurs de SHS comme des autres sciences sont de plus en plus conscients de cette interpénétration nécessaire de problèmes scientifiques relevant ainsi concomitamment des compétences des uns et des autres. Il est d’ailleurs significatif que cette nouvelle vision globale de la science à laquelle les SHS adhèrent soit de plus en plus relayée par des projets institutionnels ou par des programmes.

12Dans le cadre de cette vision globale, il serait inconcevable de prétendre traiter scientifiquement des enjeux auxquels la France et l’Europe sont confrontées sans les intégrer dans une perspective plus large, autour des aires culturelles non-européennes et non-atlantiques. Il s’agit d’une des forces majeures des SHS, notamment des humanités en France, et une des conditions de toute revendication d’universalisme. La connaissance de langues et civilisations, la compréhension du soi et de l’autre, des mentalités culturelles et des dynamiques religieuses sont des atouts considérables pour comprendre une mondialisation qui ne se limite pas aux flux financiers et aux échanges économiques et médiatiques, ni à une simple diffusion d’un unique modèle, mais suscite des stratégies de compétition entre ensembles dominants, qui jouent en particulier sur des déséquilibres financiers et les entretiennent.

13Cette inscription dans l’espace, consubstantielle aux SHS, est indissociable de sa vision du monde dans le temps. L’étude des textes de l’Antiquité classique ou de l’époque médiévale fournit, par exemple, des arguments pour reconsidérer le modèle familial dominant depuis deux siècles. L’utilité sociale et politique de la recherche est, en l’occurrence, de souligner et de comprendre la variabilité des modèles familiaux au cours de l’histoire. Les sciences historiques françaises, en aspirant à affronter la mondialisation des échanges savants et universitaires, s’attachent à renforcer leur capacité à porter sur les autres sociétés un regard spécifique.

14Les SHS portent de longue date une interrogation, souvent érudite, sur les assises de la civilisation occidentale, dont il faut désormais interroger les fondements implicites et les effets de domination. Elles sont aujourd’hui traversées par la question et l’exigence d’une désoccidentalisation des SHS.

15Les SHS permettent ainsi une approche différenciée du développement de la connaissance et des cultures, et une dédramatisation du relativisme culturel. Un des progrès les plus marquants dans les recherches philologiques contemporaines est en effet la reconnaissance et l’approfondissement rigoureux des différences entre pratiques littéraires et théoriques engendrées par des univers linguistiques particuliers. C’est dans cette perspective que sont étudiés aussi bien les phénomènes de la traduction que les transferts conceptuels, constats d’incommensurabilité et d’intraductibilité, ou convergences surprenantes, qui permettent de bousculer quelques certitudes. La découverte des littératures non occidentales et le domaine émergent des études postcoloniales changent la donne, et permettront une réévaluation de nos hiérarchies culturelles.

16Comme les autres sciences, les SHS sont sans frontières, qu’elles soient géographiques ou relevant des domaines de connaissance. Sur ce dernier aspect, c’est ce qu’illustre le développement de champs d’activité qui ont été reconnus au XXIe siècle comme faisant partie indissolublement de la culture et de la science : la performance et le spectacle vivant, la création artistique, l’architecture, le design, sont du domaine de la recherche, comme la musicologie et les arts plastiques, assurant la diversité et le décloisonnement des recherches en humanités. C’est d’ailleurs l’interdisciplinarité qui a permis une redynamisation de ces recherches, absentes par ailleurs de la plupart des universités : danse, voix, travail et reconstitution du son… Les nouvelles orientations technologiques et informatiques de la musicologie sont à la pointe du développement international de ces domaines. Les objets culturels en émergence, comme les performances practices et les performing arts en général, l’instrumentation appliquée, l’étude du geste musical et de l’improvisation, sont un haut lieu de la créativité des sciences, comme de l’innovation des humanités.

17La recherche aujourd’hui doit prendre en compte la variété des formes d’innovation contemporaine dont font partie les arts vivants et les performances – tout ce qui permet le déplacement des hiérarchies et des certitudes de l’intellectualité traditionnelle, ébranlement qui a toujours été la source des avancées dans les humanités.

Des SHS globales

18L’effet paradoxal de la mondialisation est que cette dernière pourrait donner à croire que sont devenus vains les efforts pour pénétrer les sociétés du monde à travers la connaissance de leurs langues et de leurs histoires longues.

19La globalisation invite à penser autrement, à sortir du nationalisme méthodologique, à imaginer ce que peuvent être des sciences humaines et sociales non seulement à l’ère de la globalisation, mais elles-mêmes prises dans des logiques de globalisation. Faut-il rappeler ici que les sciences historiques françaises abordent depuis longtemps ces questions de circulations et de globalisation à l’échelle régionale ou mondiale (par exemple pour le monde romain ou l’Asie orientale) ? Penser global, c’est s’intéresser à des logiques planétaires, et articuler ce niveau d’analyse à d’autres niveaux régionaux, nationaux, locaux. C’est s’intéresser aux évolutions du droit contemporain, à la naissance d’un « droit global » qui, à certains égards, se substitue au droit international et parfois le complète, à la formation de contestations sociales, politiques ou culturelles de niveau mondial tout comme aux mobilisations locales, nationales ou régionales, telles que les mouvements altermondialistes. C’est considérer les phénomènes migratoires à la lumière, précisément, de la globalisation, et pas seulement dans l’optique de l’intégration normative à telle ou telle société d’accueil. C’est chercher à comprendre comment se développent des institutions supranationales, en matière de justice ou d’économie par exemple, tout comme en matière de régulation de la production énergétique ou d’action sur le climat. C’est aussi mettre au cœur de l’analyse les réseaux, qu’ils soient ou non fondamentalement tributaires d’Internet et des nouvelles technologies de communication.

20Ce qu’on appelle changement global renvoie de fait à cette co-dépendance du monde humain et social ET du monde de la nature et de la terre. L’intégration des SHS permet l’analyse complexe et globale des conceptions et fondements normatifs sous-jacents à l’interprétation des risques liés aux changements globaux ; des modalités de la décision individuelle et collective en situation d’urgence sociétale : soutien aux politiques publiques, prise en compte des données, des « porteurs d’enjeux », de la société civile ; élaboration d’indicateurs nouveaux à portée sociale, sanitaire, environnementale. Elle permet l’élargissement des horizons de la recherche par la pratique renforcée de la comparaison dans l’espace et dans le temps, extrêmes compris, la prise en compte de l’innovation conceptuelle (de la perte de biodiversité à la justice spatiale, des situations de crise à la vulnérabilité, des capabilités individuelles et collectives aux inégalités de genre.)

21Cette co-dépendance, qui a pour corollaire que des phénomènes locaux ont de plus en plus fréquemment des conséquences globales, ne peut être appréhendée sans prendre en compte les phénomènes d’émergence et d’auto-organisation propres aux systèmes technico-socio-économico-environnementaux. Les concepts et méthodes issus de l’étude des systèmes complexes sont en cela fondamentaux pour donner à la société une emprise sur des phénomènes qui tendent à acquérir leur propre autonomie.

22L’aptitude des SHS, constitutive de leur vocation, à se situer à la fois dans le temps et dans l’espace, les prédisposent, à l’image de cet apport innovant des œuvres lointaines par le temps ou l’espace, à se confronter, en connaissance de cause, et en coordination avec les autres sciences, aux « défis » et enjeux des sociétés contemporaines et aux projections de leurs transformations dans l’avenir, qu’elles relèvent du physique, du naturel, du technologique ou du social, du politique et du culturel.

La mobilisation de la science et de la société

23Les défis sociétaux expriment des urgences et difficultés globales ; des questions auxquelles la recherche doit apporter aujourd’hui sinon des réponses, au moins des analyses ou des directions d’action : changement climatique, gestion des ressources naturelles, transition énergétique, protection des humains et de l’environnement, déferlante des big data et de leur traitement, risques sanitaires dans une économie mondialisée... sur lesquelles une mobilisation de l’ensemble des acteurs de la science est nécessaire.

24Par sociétal, on doit entendre, nous l’avons vu, non pas un champ disciplinaire (les SHS), mais une dimension humaine, sociale, de la science. Le projet n’est pas d’intégrer les SHS aux autres secteurs scientifiques comme un complément immanent à chacun des défis. Au-delà des actions et structures existantes, il faut opérer un saut qualitatif et quantitatif dans l’articulation et l’intégration des compétences et contributions de diverses origines (par exemple, pour le défi énergie : physiciens, énergéticiens, chimistes, mais aussi sociologues, économistes, politistes, spécialistes du paysage, de l’environnement et de l’architecture... ; chercheurs, enseignants-chercheurs, industriels, petites et moyennes entreprises, associations, collectivités) en dépassant les hiérarchies implicites de la normativité académique.

25Au XXe siècle, la biologie a été révolutionnée par le perfectionnement des microscopes ; au XXIe siècle la convergence du big data et du calcul haute performance offre à toutes les sciences des outils nouveaux. Du fait de la médiation de pans entiers de l’activité sociale par les TIC, de nouveaux types de données (ex. : réseaux sociaux, traces GPS, données d’usage des services web, crowdsourcing) et des données d’une richesse inédite sont à disposition des chercheurs et de la société. Couplée avec des innovations technologiques et le développement de nouveaux formalismes pour l’étude des systèmes complexes (intégrant plusieurs niveaux d’organisation et de multiples échelles de temps et d’espace), cette transformation qualitative et quantitative de notre rapport au social est probablement l’une des clés de notre compréhension des phénomènes sociaux globaux. Ce couplage exige une synergie importante entre la recherche SHS et les recherches sur les systèmes complexes, ainsi qu’une mutualisation des compétences et des infrastructures, à l’échelle de la communauté scientifique. Une réflexion approfondie sur les bouleversements sociétaux qu’apportent inévitablement ces macroscopes s’impose donc à la science.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/allianceathena/docannexe/image/198/img-1.png
Fichier image/png, 269k

© Alliance Athena, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access