Version classiqueVersion mobile

Africae

À propos

Africae publie des ouvrages académiques sur l’Afrique en sciences humaines et sociales (y compris l’archéologie) qui éclairent les dynamiques politiques, économiques et sociales du passé et du présent. Africae promeut la diffusion des savoirs en accès ouvert pour le plus grand nombre, contribuant ainsi à l’universalisation de la recherche, mais rend aussi possible la diffusion de livres imprimés.

Les ouvrages reflètent l’activité académique et de recherche des institutions partenaires (voir-ci-dessous) et leur mission de soutien aux réseaux scientifiques en Afrique. Les ouvrages collectifs peuvent être issus de programmes de recherche, de colloques scientifiques, etc. Les ouvrages d’auteur·e·s sont ceux de doctorant·e·s, de chercheur·e·s débutant·e·s ou confirmé·e·s, basés en Afrique, en France et à l’international, qui ont participé ou participent activement au réseau d’au moins une des institutions partenaires, ou ont bénéficié de leur soutien.

Africae encourage la publication dans des langues africaines et d’Afrique parlées dans les territoires concernés par les recherches. Africae veut nourrir le partage, sans barrière commerciale, des productions de la recherche avec les lectorats des aires concernées et entre régions d’Afrique.

Africae favorise les accords de coédition avec des éditeurs européens et africains pour la diffusion des versions imprimées, en vue notamment de rendre disponible le livre à des prix accessibles pour les publics africains. Les conventions de diffusion des versions imprimées tiennent compte de la primauté accordée à l’accès ouvert aux publications.

Africae s’inscrit dans le modèle de l’accès ouvert diamant, ce qui signifie qu’il n’y a jamais de frais de publication en accès ouvert demandés aux auteur·e·s.

Collections

Africae Studies

Les ouvrages collectifs Africae (collection « Africae Studies ») résultent, dans la majorité des cas, d’un programme de recherche ou d’une conférence. Ils sont pris en charge par un, deux ou plusieurs directeurs scientifiques du réseau des UMIFRE, qui sont des enseignant·e·s-chercheur·e·s ou chercheur·e·s français·e·s, africain·e·s ou internationaux·ales. Les chapitres que les auteur·e·s proposent sont soumis à une double évaluation : une évaluation par les directions scientifiques et une évaluation par un·e évaluateur·rice externe choisi·e par les directeur·rice·s scientifiques ou les membres du conseil scientifique. Après réception du rapport d’évaluation, les auteur·e·s retravaillent leur texte en tenant compte des remarques qui leur ont été faites. Les directeur·rice·s scientifiques sont responsables de la sélection finale des textes, de l’introduction générale de l’ouvrage (relus et révisés si nécessaire par le comité éditorial) et de la cohérence d’ensemble de l’ouvrage.

Africae Monographs

Les monographies (collection « Africae Monographs ») ont pour auteur·e·s des enseignant·e·s-chercheur·e·s ou des chercheur·e·s français·e·s, africain·e·s ou internationaux·ales, juniors ou seniors. L’évaluation de ces ouvrages s’opère en deux temps. Le premier temps de sélection et d’évaluation est pris en charge par le comité éditorial qui jugent de plusieurs éléments : la pertinence du thème, le lectorat potentiel visé, des recommandations par des chercheurs travaillant sur des thèmes proches, la qualité de l’écriture et de la structuration du texte, la longueur du manuscrit, et l’usage adéquat de références scientifiques telles qu’elles sont requises dans les publications universitaires. Si ces critères ne sont pas correctement remplis, l’ouvrage peut être refusé, ou il peut être demandé à l’auteur·e de retravailler son manuscrit. Si l’ensemble des critères sont remplis, l’ouvrage est soumis à une évaluation externe par un expert du réseau des UMIFRE voire un expert externe, sur la base de ses compétences à juger de l’adéquation de l’ouvrage aux critères de scientificité requis – empiriques et théoriques. Le rapport d’évaluation de l’expert est utilisé par la direction d’Africae pour décider de la publication, ou non, de l’ouvrage.

Africae Gems

Projet de collection en développement. Direction de la collection : Maëline Le Lay (THALIM, CNRS).

« Africae Gems » propose de (re)découvrir des textes écrits ou publiés dans différentes langues – en particulier des langues africaines –, jusqu’alors difficilement accessibles voire introuvables. Il peut s’agir de textes parus en Afrique dont la diffusion est restée confidentielle ou qui sont aujourd’hui épuisés. Il peut aussi s’agir d’inédits conservés dans des archives ou gardés par-devers soi, à l’image des tin-trucks texts (textes entreposés dans des cantines) dont traite Karin Barber dans Africa’s Hidden Histories. Everyday Literacy and Making the Self (Bloomington : Indiana University Press, 2006). La littérature y occupe une place de choix : fiction en feuilletons (théâtre, récit) publiée dans des périodiques, textes radiophoniques, textes performés (théâtre, poésie, slam, contes…), choisis parce qu’ils sont des textes majeurs mais méconnus des littératures africaines. Sont aussi privilégiés d’autres types de textes tels que récits de vie ou de voyage, échanges épistolaires, monographies, traités d’histoire locale, notes et carnets de travail par des scripteurs africains ou étrangers. Autant de textes qui, par leur contexte de création et leur forme singulière, présentent un intérêt historique, sociologique et politique particulier, au même titre que des textes au statut de documents ou de sources de première main. Ce sont des textes rencontrés au gré des recherches et des lectures, qui peuvent être considérés comme des « pépites », des gems.

Institutions partenaires

Africae regroupe les publication en accès ouvert de l’Institut français d’Afrique du Sud – département recherche à Johannesbourg en Afrique du Sud (IFAS-Recherche), l’Institut français de recherche en Afrique de Nairobi au Kenya (IFRA-Nairobi), l’Institut français de recherche en Afrique à Ibadan au Nigeria (IFRA-Nigeria), la Section française de la direction des antiquités du Soudan à Khartoum au Soudan (SFDAS), et le centre de recherche Les Afriques dans le monde à Pessac, France (LAM).

L’IFRA-Nairobi, l’IFRA-Nigeria, l’IFAS-Recherche et la SFDAS sont des Unités mixtes des instituts français de recherche à l’étranger (UMIFRE), placés sous la double tutelle du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Les quatre instituts composent l’UAR 3336 Afrique au sud du Sahara, dont la direction est également la direction de l’IFRA-Nairobi.

IFRA-Nairobi

Nairobi, Kenya

L’IFRA-Nairobi mène des recherches pluridisciplinaires en sciences humaines et sociales sur les sociétés contemporaines d’Afrique de l’Est, avec un mandat pour les pays suivants : Kenya, Tanzanie, Ouganda, Rwanda, Burundi, ainsi que l’Est de la République démocratique du Congo. L’institut a pour mission de promouvoir la recherche en sciences sociales, de former des étudiants français, est-africains et européens à la recherche, et de renforcer les relations institutionnelles entre les universités et centres de recherche français et est-africains.

Voir : https://ifranairobi.hypotheses.org/

IFRA-Nigeria

Ibadan, Nigeria

L’IFRA-Nigeria a pour objectif de promouvoir la recherche en sciences sociales et humaines, ainsi que de favoriser la collaboration entre les chercheurs en France et en Afrique de l’Ouest. L’IFRA-Nigeria favorise une recherche en sciences humaines et sociales made in Nigeria de haut niveau, pertinente et originale. L’IFRA-Nigeria encourage tout particulièrement la recherche de terrain et la participation des chercheurs nigérians à des projets de recherche internationaux.

Les ouvrages édités ou coédités par l’institut de 1992 à 2020 sont disponibles sur le site : https://books.openedition.org/ifra

À partir de 2022, l’IFRA-Nigeria est associé à Africae pour la publication de ses livres en accès ouvert.

Voir : https://www.ifra-nigeria.org/

IFAS-Recherche

Johannesburg, Afrique du Sud

L’IFAS-Recherche a un mandat régional de recherche sur l’Afrique australe. Il soutient chaque année environ 80 chercheurs issus des plus prestigieux centres français et européens sur l’Afrique australe. Sa mission est de promouvoir la création d’équipes de recherche mixtes par le biais d’appels à propositions dans le cadre de programmes annuels. Depuis sa création, l’Institut a mis l’accent sur la reconstruction de l’espace et des identités dans l’Afrique du Sud post-apartheid, et sur l’observation des indicateurs de changement social et politique en privilégiant une approche interdisciplinaire. Récemment, de nouveaux programmes ont été lancés dans les domaines de l’archéologie et de l’histoire de l’Afrique australe.

Voir : http://www.ifas.org.za/research/

SFDAS

Khartoum, Soudan

La SFDAS est l’UMIFRE basée au Soudan. Elle est chargée de coopérer avec la Direction des Antiquités soudanaises dans ses activités de terrain (fouilles et prospections). Ses thématiques centrales sont les études nubiennes, l’archéologie méroïtique, la muséologie, l’archéologie préventive et de sauvetage, les prospections archéologiques.

Voir : http://sfdas.com/

Les Afriques dans le monde (LAM)

Pessac, France

L’unité mixte de recherche Les Afrique dans le monde a pour objectif de constituer un centre multidisciplinaire et comparatiste d’analyse du politique dans les Afriques et les espaces transocéaniques dessinés par les sociétés issues de la traite. Les travaux des chercheurs et chercheuses de LAM s’inscrivent dans les grands débats scientifiques et testent des hypothèses et des concepts généraux et généralisables, par le biais du comparatisme, à partir des Afriques.

Avec son ancrage disciplinaire, comparatif et pluridisciplinaire, LAM œuvre à la création d’une plateforme commune d’interprétation comparée des mutations des Afriques et des Suds sur le pôle aquitain, en partenariat avec les universités, collectivités territoriales et acteurs scientifiques privés et publics européens et africains.

Les tutelles de LAM sont le CNRS, Sciences Po Bordeaux, l’Université Bordeaux Montaigne et l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

Voir : https://www.lam.sciencespobordeaux.fr/

Sélection et révision des projets

Africae est piloté par un comité éditorial et un conseil scientifique. Le comité éditorial rassemble de droit les directeur·rices des unités partenaires et des représentants de leurs équipes scientifiques invités à participer par la direction de leurs unités, ainsi que le coordinateur éditorial. Il a un rôle moteur pour initier des projets de publications, un rôle décisionnaire et un rôle de communication avec les auteur·e·s des projets. Il est aidé dans ses prises de décisions par un conseil scientifique composé d’enseignant·e·s-chercheur·e·s spécialistes des zones géographiques. Les membres du conseil scientifique sont proposés par les directions des unités partenaires et acceptés par le comité éditorial.

Édition et politique de coédition

L’édition finale des ouvrages numériques d’Africae, après acceptation (correction, mise aux normes bibliographiques et ortho-typographiques), et leurs fabrications seront intégrées au sein des unités partenaires d’Africae.

Les ouvrages sont publiés sous des licences Creative Commons permettant la meilleure dissémination des publications de recherche.

Africae favorise les accords de coédition avec des éditeurs européens et africains pour la diffusion des versions imprimées, en vue notamment de rendre disponible le livre à des prix accessibles pour les publics africains. Les conventions de diffusion des versions imprimées tiennent compte de la primauté accordée à l’accès ouvert aux publications.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search