Version classiqueVersion mobile

50 ans d’archéologie française au Soudan

 | 
Marc Maillot

Gereif Est et le Méroïtique méridional

Romain David, Elsa Jadot, Manon Routhiau et Joanna Then-Obłuska

Texte intégral

  • 1 Pour la première campagne, l’équipe se composait de Patrice Lenoble, Rida el-Din Mukhtar, (...)
  • 2 Une recension est réalisée dans Sakamoto 2016, p. 82. Nous citons ici les articles le plus (...)
  • 3 Nous tenons à remercier chaleureusement Didier Devauchelle et Sylvie Vérité pour leur accu (...)

1La nécropole méroïtique et postméroïtique de Gereif Est fait partie des nombreux sites soudanais que la Section française de la direction des Antiquités du Soudan (Sfdas), en cinquante années d’existence, a eu l’opportunité de fouiller pour le compte de la National Corporation for Antiquities and Museum. Découvert lors d’une mission d’inspection en 1981 sur la rive droite du Nil Bleu, à 11 km de la confluence avec le Nil Blanc, le site a fait l’objet de deux campagnes de fouilles conduites par Patrice Lenoble entre décembre 1981 et mai 1983 pour en évaluer le potentiel archéologique et œuvrer à sa protection1. Quelques contributions2 sont venues témoigner du caractère exceptionnel de la découverte, de son intérêt scientifique majeur, et de la menace qui pesait sur la zone du fait de son exploitation comme carrière. Les fouilleurs n’ont jamais eu l’occasion de poursuivre leurs investigations, ni de finaliser l’étude du mobilier. L’essentiel du matériel découvert a été entreposé dans les magasins de la Sfdas, et les archives de la mission ont été déposées à l’université Lille 3 après le décès de Patrice Lenoble en 20073.

1. Vue générale de la zone explorée

(d’après Geus, Lenoble 1983a ; Geus, Lenoble 1983b, Carnets 1982 et Carnets 1983).

2Il nous a semblé opportun, afin de rendre hommage aux fouilleurs de Gereif et aux archéologues qui ont fait de la Sfdas ce qu’elle est aujourd’hui, de se saisir de ce dossier pour en livrer toute la matière et poursuivre l’étude entreprise il y a près de quarante ans. Mais, il nous manquera ici l’œil de Patrice Lenoble qui nous a transmis ses observations par des notes, des schémas de la disposition des tombes entre elles, ainsi que des relevés minutieux de la plupart des inhumations. Le temps passé sur le terrain ne se remplace pas lorsqu’il s’agit d’apporter son expérience à l’examen scientifique du mobilier qui seul, pour nous, permet de restituer la fouille de Gereif. Nous avons fait le choix de livrer de manière ordonnée le plus de documentation exploitable possible : tous les relevés produits par les fouilleurs ont été repris et disposés selon les croquis tirés des carnets de notes de Patrice Lenoble. Aucun plan général indiquant la position des tombes n’a été retrouvé mais les comptes rendus de l’archéologue sont le plus souvent suffisants pour au moins reproduire une vue d’ensemble schématique. Ses commentaires sont les seuls auxquels nous nous référons lorsqu’il s’agit d’observations anthropologiques ou le parallèle fait entre deux tombes. Le mobilier encore conservé dans les locaux de la Sfdas a fait l’objet d’une attention particulière. La céramique en premier chef, parce qu’elle situe chronologiquement l’inhumation et illustre par-dessus tout un faciès rare, faisant le lien entre la région de Méroé et les périphéries les plus méridionales où son influence est constatée. Les nombreuses parures apportent également des informations essentielles, comme le bronze et les autres petits objets, qui contribuent à replacer les productions découvertes à Gereif Est dans un contexte régional.

La nécropole de Gereif Est

  • 4 Geus, Lenoble 1983b ; Geus 1984b.

3Au terme de deux campagnes de fouille, quatre zones ont été explorées sur des segments plus ou moins importants4. Les indications figurant dans les rapports et les publications ainsi que les croquis des carnets de fouilles de Patrice Lenoble ont permis de restituer pour, la plupart des inhumations, la zone dans laquelle elles ont été découvertes ainsi que la disposition des tombes entre elles (fig. 1-2 et 4).

  • 5 Notons que pour la seconde campagne, les fouilleurs ont adopté une nomenclature distinguan (...)
  • 6 Geus, Lenoble 1983b.
  • 7 Sakamoto 2016, p. 88.

4La zone 1 rassemble 11 tombes de formes diverses isolées sur une bande de 17 m de long. Une dernière (Grf 17) n’est pas localisée mais se situe sans doute à proximité. Elle signalerait la réutilisation de cet espace au cours de la période médiévale. Chacune des fosses de la zone 1 abrite l’inhumation unique d’un adulte, sans cas de réutilisation manifeste de la sépulture (fig.2). Il s’agit dans la plupart des cas de fosses simples, de forme ellipsoïdale. Un exemple de fosse rectangulaire est noté (fosse l, Grf235) de même qu’une tombe marquée par un pourtour de petites pierres à sa surface (fosse f, Grf 38). Cette particularité, notée par les fouilleurs6, n’appartient pas comme il a pu être suggéré, aux vestiges d’une superstructure tumulaire dont le cœur est formé d’un amas de pierre7. Il s’agirait plutôt d’une délimitation de la fosse, d’une enceinte suivant rigoureusement le contour de la tombe et l’isolant des autres (fig.3). En revanche, d’autres concentrations de pierres éparses notées en fosse d (Grf 19-20), fosse x (Grf 47 et 49), ainsi qu’en fosse z (Grf 50) pourraient effectivement appartenir à un tumulus (cf. Annexe 1).

2. Plan schématique des tombes de la zone 1

(d’après les relevés au 1/5e de Patrice Lenoble et Carnets 1983).

3. Vues d’ensemble et de détail de la nécropole de Gereif Est.

4. Plan schématique des tombes de la zone 2

(d’après les relevés au 1/5e de Patrice Lenoble et Carnets 1983).

  • 8 Geus 1984.

5L’orientation des substructures suit la plupart du temps un axe est-ouest mais la fosse n (Grf 35) contrevient quelque peu à ce schéma avec un axe nord-est-sud-ouest. Les inhumations Grf 10 et Grf 11, en marge de cet ensemble, sont coupées par la carrière. Nous n’avons qu’une vue partielle des fosses les accueillant mais leur orientation pourrait aussi différer. Le décubitus latéral, en position contractée, tête à l’ouest regardant le nord est une position récurrente dans le secteur. Toutefois, là encore, l’individu Grf 38 fait exception avec une position étendue en décubitus dorsal, tête à l’ouest. Les inhumés Grf 10 et Grf 11 sont en position contractée mais l’orientation du squelette est cette fois-ci nord-sud, tête au nord en Grf 11 et tête au sud en Grf 10. Toutefois, la tête de Grf 10 est, comme Grf 7 (infra), tournée vers l’est si l’on en croit la position des jambes. Enfin, parmi les squelettes trouvés en surface, celui de Grf 66 ne respecterait pas l’orientation commune8. Le mobilier, rare dans ces tombes parfois perturbées par de sévères pillages, consiste principalement en des restes de parures en perles, quelques céramiques et un lot exceptionnel de vaisselle de bronze (infra).

6L’exploration de la zone 2, sur une bande de 65 m dont une trentaine seulement a été effectivement fouillée au nord-est de la zone 1, a livré 22 tombes pour 39 individus (fig. 4). Seule la fosse a contenant les individus Grf 18 et Grf 69 se situe au nord de la bande et ne peut donc figurer sur le plan (cf. fig. 3). Les fouilleurs signalent que les squelettes dont l’âge a pu être défini appartenaient tous, sans exception, à des immatures, des enfants ou des adolescents. Les multiples pillages ont rendu la lecture des fosses parfois difficiles, mais la plupart sont dotées d’une descenderie ouverte à l’est débouchant sur une cavité transversale de forme ellipsoïdale. Contrairement à ce qui a été observé dans la zone 1, quelques cas de niches juxtaposées — par exemple : fosse c, Grf 21, 22, 25 et 28 (fig. 3 et 4) — et des réinhumations avec réduction du précédent occupant (notamment fosse d, Grf 19, 20 et fosse a, Grf 18, 69, cf. fig. 3) ont été notés. Mis à part un individu (fosse aa, Grf 52), tous les sujets dont la position a pu être identifiée sont en décubitus latéral, en position contractée sur le côté gauche et suivent une orientation nord-sud, tête au sud regardant l’ouest. Le mobilier y est plus fréquent avec de nombreuses associations de céramiques aidant à la proposition de datation.

  • 9 Cahiers 1982, 12/12/1981.

7Les fouilles conduites durant la première campagne se situent en partie à l’ouest de la bande délimitant la zone 2 (fig. 1). Si la documentation à laquelle nous avons eu accès ne permet pas de les situer précisément sur un plan, nous disposons des relevés de chaque tombe (fig. 5). Deux fosses juxtaposées abritant les individus Grf 2, 3 et 4 illustrent un cas d’inhumation multiple où tous les individus ont été déposés conformément à la position privilégiée dans la zone 2, contractés et tête au sud. Il s’agirait de deux adolescents au moins (Grf 2 et 3), le dernier (Grf 4) étant tour à tour identifié comme un adolescent9 puis comme un adulte. Le mobilier associé à chacun semble avoir été préservé des remaniements. Une fosse simple prise dans la coupe de la sablière accueille deux individus : le premier, un enfant (Grf 5), est en réduction contre la paroi nord et le second (Grf 7) est en position contractée, tête au sud mais regardant l’est à la différence des autres individus de la zone 2. Deux autres tombes (Grf 14 et 15) signalées un peu plus au sud de cette même coupe possèdent un profil comparable à celles du secteur 2, les inhumés étant en position contractée et tête au sud. Enfin, une découverte fortuite « dans la carrière » ajoute une autre fosse et un individu (Grf 29, fig. 3) possédant les mêmes caractéristiques générales que les inhumés de la zone 2.

8Dans la zone 3, trois tombes ont pu être fouillées sur une tranchée longue de 10 m, large de 1 m et profonde de 2 m taillée dans une formation naturelle nommée le « grand kôm » par les fouilleurs. Située au sud-est de la carrière, cette zone abriterait une multitude de fosses. En dehors de l’attribution des fosses et des individus (Grf 71, 72, 73), nous ne possédons aucune information de contexte, ni relevé, ni matériel mis à part un lot de perles associé à Grf 72 (infra Annexe 1).

9La zone 4, quant à elle, se situe à l’ouest de la carrière. Très peu explorée, elle a livré une tombe la première saison (Grf 1), et une autre (Grf 75) au cours de la seconde campagne. Toutes sont datables, par leur mobilier, de la période Postméroïtique. Nous ne possédons pas de relevé pour la tombe de Grf 1 dont le squelette n’est pas paru à la fouille. Seuls les objets associés à Grf 75 figurent sur le plan, le squelette étant matérialisé par d’infimes fragments non dessinés (fig. 5). Le riche mobilier de ces tombes contraste avec les dépôts plus modestes dans les zones 1 et 2.

  • 10 Geus, Lenoble 1983a, fig. 1.

10Des sondages pratiqués au sud de Grf 1 ont permis la découverte de fosses vides avec, toutefois, des fragments résiduels d’ossements humains et un mobilier très fragmenté. Elles sont donc enregistrées comme des tombes (Grf 8, 12 et 13) sans être pour autant clairement définies. Une interprétation comme silo (fig. 5), dont les rares témoins funéraires proviendraient de la nécropole adjacente, est privilégiée par les fouilleurs sur le plan général livré au terme de la première campagne10.

  • 11 Geus, Lenoble 1983a, p. 10.
  • 12 Francigny 2016, p. 150.
  • 13 Francigny 2016, p. 73 ; Usai et al. 2014.

11La présence de tombes postméroïtiques à l’ouest de la carrière pourrait suggérer un développement d’est en ouest de la nécropole qui s’étendrait sur une surface de 60 m par 100 m11. Les deux zones les mieux connues illustreraient une dynamique de répartition des individus en fonction de leur classe d’âge. Si l’on se fie aux observations des fouilleurs, les adultes seraient inhumés dans la zone 1 et les plus jeunes dans la zone 2. Ce phénomène est régulièrement observé dans le royaume de Méroé12. La spécificité de Gereif Est réside dans le fait que cette distinction est également traduite dans la forme de la structure funéraire — fosses d’un côté, et tombes à descenderie puis cavité transversale de l’autre — ainsi que dans l’orientation préférentielle des défunts, tête à l’ouest pour les adultes et tête au sud pour les enfants et les adolescents. La coexistence de formes de structures et d’orientations variées au sein d’une même nécropole n’a rien de surprenant pour la période qui nous intéresse13. C’est plutôt son association presque systématique à une classe d’âge et à une répartition spatiale qui illustre, sans doute pour la première fois aussi clairement, un usage suivi de manière plus aléatoire dans le royaume méroïtique. On ne peut que regretter que les fouilleurs n’aient pu poursuivre leurs investigations sur l’espace de transition entre les zones 1 et 2.

5. Relevés des tombes fouillées lors de la première campagne.

6. Céramique classée en W1.

7. Céramiques classées en W3.

Le mobilier céramique

  • 14 David et al., à paraître.

12Le mobilier céramique est présent de manière irrégulière dans les zones fouillées. Rare dans la zone 1, il est plus fréquent dans la zone 2 et courant dans les deux tombes postméroïtiques de la zone 4. Les pillages, la chronologie, mais aussi le statut des défunts peuvent expliquer de telles disparités. Le choix a été fait de présenter le matériel suivant la classification en cours de définition sur plusieurs sites de la région de Méroé14. Elle s’adapte assez bien au faciès de Gereif et tend même à combler des lacunes documentaires pour des catégories sous-représentées dans les assemblages traités jusqu’à présent sur les sites d’habitat de Mouweis, el-Hassa et Damboya.

  • 15 Geus 1983, p. 26.
  • 16 Par exemple Török 1997, fig. 103, no 900-13 ; Vila 1978, p. 53, fig. 15 ; Garcia Guinea, T(...)

13La classification établie débute avec la céramique fine tournée réalisée à base d’argile de type kaolinitique (W1). La fine ware, dans son appellation courante, n’est que très peu représentée. Les fouilleurs en mentionnent à l’état de tesson sur le site15, mais une seule coupe associée à l’individu Grf 48 (fig. 6) illustre cette catégorie. De forme hémisphérique à lèvre amincie et possédant un décor de losanges estampés sur sa face externe, elle rappelle des productions diffusées jusqu’en Nubie dans la seconde moitié du ier et au iie siècle de notre ère16.

  • 17 Edwards 1999, fig. 6 ; Bashir, David 2011, p. 122.
  • 18 Voir notamment Török 2011, p. 252-269.

14Les céramiques fines tournées en pâte alluviale (W3, fig. 7) sont plus fréquentes et consistent surtout en des coupes à lèvre étirée et base plate (Grf 6/3) ou annulaire (Grf 3/1, Grf 48/5). L’évolution morphologique de ces types a déjà été discutée17 : si ces formes perdurent dans les tombes méroïtiques entre le ier et le iiie siècle de notre ère, les coupes à base annulaire apparaîtraient les premières pour être ensuite déclinées dans des types de facture plus simple et moins soignée allant dans le sens d’une productivité accrue. Deux gobelets à profil très légèrement rentrant et fond bombé (Grf 29/2, Grf 6/2) permettent de faire le lien entre deux tombes, dont une n’est malheureusement pas localisée (Grf 6). L’aplat de bandes de peinture dans les tons rouge-violacé sur la face externe intègre une mode répandue dès le Méroïtique Ancien sous l’influence des productions hellénistiques et qui perdure jusqu’au iie siècle de notre ère18. Le dernier représentant de cette catégorie est une petite jarre à col court, à panse à profil globulaire et à fond plat (Grf 48/4). Le type n’est pas commun mais sa facture, à engobe rouge soigneusement bruni, intègre les faciès du Méroïtique Classique et Récent (ier-iiie s.).

  • 19 Edwards 1998, fig. 2.9, 2.11 ; Dunham 1963, fig. F43 pour des modules inférieurs.
  • 20 Fernández 1984, fig. 7, 165-2 (Génération 7).
  • 21 Fernández 1984, fig. 6, 118-1 (Génération 11) ; Edwards 1998, fig. 6.3. Voir aussi Törok 1 (...)
  • 22 Dunham 1957, fig. 55, no 22-1-123, fig. 84, no 21-12-65b. Pour une datation des tombes de (...)
  • 23 Geus, Lenoble 1983a, p. 12.
  • 24 Dunham 1963, fig. K05 et L08.

15Les céramiques communes tournées en pâte alluviale (W4), façonnées à l’aide de colombins montés au tour, sont illustrées par quelques jarres revêtues d’un engobe rouge à la typologie assez commune (fig. 8). Une jarre à bord en bourrelet, col moyen et panse globulaire (Grf 31/4) rejoint les modèles développés au cours des ier et iie siècles de notre ère19. Une jarre (Grf 38/1) inspirée du répertoire des céramiques non tournées est issue d’une tradition plus ancienne apparaissant vraisemblablement au cours du iie siècle avant notre ère20. Son décor peint d’une bande ondulée est apparenté à une iconographie dont on suit l’évolution depuis les jarres d’Emir Abdallah du ier siècle avant notre ère et jusqu’à celles de Gabati de la première moitié du ier siècle de notre ère21. Les quatre jarres à col moyen de hauteur variable et profil ovoïde (Grf 25/1, Grf 28/1, Grf 61/1, Grf 4/21) sont assez répandues au cours des ier siècle avant et ier siècle de notre ère et semblent être remplacées par des modèles au col plus court par la suite comme l’indiquent les attestations des nécropoles de Méroé22. Les contextes de Gereif sont insuffisants pour aborder l’évolution morphologique de ces types mais on notera la rupture de plus en plus marquée entre le col et l’épaule des exemplaires présentés qui va de pair avec une augmentation de la hauteur du col. Le motif gravé sur la jarre Grf 4/21 a déjà été discuté par les fouilleurs, il s’agirait d’un symbole interprété comme une pyramide par Charles Bonnet, qui retranscrit visuellement la nouvelle fonction funéraire de l’objet23. La dernière jarre (Grf 6/1), à col court et profil cylindrique s’insère plutôt dans un faciès du Méroïtique Récent et Final (iie-ive siècles de notre ère). Son faible module est atypique au regard des nombreuses jarres de forme comparable mises au jour dans la région de Méroé24.

8. Céramiques classées en W4.

9. Céramiques classées en W6.

  • 25 Voir David, Evina 2016 ; David et al., à paraître.
  • 26 David 2019, p. 881-882 ; Lenoble 1995.
  • 27 Rose 1996, fig. 4.1 ; Dixon 1963, pl. L.a.
  • 28 Williams 1985, fig. 4a-b ; Fernández 1984, fig. 2, no 135.2 ; Randall-Maciver, Woolley 191 (...)

16Différentes catégories de céramiques non tournées isolent des variations de techniques de façonnage (colombin, martelage, modelage) et de finition (présence d’engobe ou non, brunissage ou lissage, atmosphère de cuisson, etc.)25. Les céramiques non tournées noires (W6) sont montées aux colombins, brunies, et cuites en atmosphère réductrice ce qui confère à leur surface un aspect noir et lustré. Plusieurs formes de la nécropole de Gereif intègrent cette catégorie (fig. 9). Un gobelet à fond caréné (Grf 29/1) reprend le répertoire de la fine ware et pourrait donc correspondre à une mode développée au plus tôt dans les premières décennies du ier siècle de notre ère. Les coupes de formes variées (Grf 4/24, Grf 50/2, Grf 67/1, Grf 48/2) possèdent de nombreux parallèles disséminés le long de la vallée du Nil, sans que l’on puisse à ce jour identifier une évolution morphologique aidant à leur sériation chronologique. Les nécropoles du Soudan central et de Nubie font état d’une réduction progressive de la part des productions non tournées jusqu’à leur limitation à de rares formes bien ancrées culturellement à partir du Méroïtique Récent26. La documentation des cimetières méridionaux est cependant trop lacunaire pour vérifier si un tel phénomène est aussi perceptible à ces latitudes. On peut toutefois observer des différences de traitement des décors : des bandes simples sur un ou plusieurs registres (Grf 4/24, Grf 67/1), une bande en réserve (Grf 50/2) ou un motif isolé (Grf 48/2). Ces éléments pourraient correspondre à des modes associées à des groupes de potiers distincts et/ou à des phases chronologiques différentes qui restent à circonscrire. Les deux jarres à ouverture large, petit col légèrement concave et panse globulaire (Grf 50/1, Grf 45/1) sont, quant à elles, bien mieux connues. La similarité de leur décor, en plus de l’argument typologique, indiquerait la contemporanéité des deux inhumations. Le type est répandu dans l’ensemble de la vallée du Nil, de Qasr Ibrim jusqu’à Sennar27 avec, en Nubie, une présence marquée dans des contextes datés des iie et ier siècles avant notre ère28.

17Les céramiques communes non tournées classées en W11 sont façonnées aux colombins mais leur surface est laissée irrégulière, sans traitement si ce n’est un lissage partiel. Cette catégorie est plutôt liée aux céramiques culinaires dans les secteurs d’habitat comme à Mouweis. Les jarres de forme assez commune trouvées dans deux tombes de Gereif (Grf 7/1, Grf 41/1) permettent d’étendre l’éventail des productions répertoriées (fig. 10). La connaissance de ces types est trop limitée pour en établir la chronologie.

  • 29 David, Evina 2016, p. 109-110. Pour une actualisation voir David et al., à paraître.
  • 30 Edwards 2014 ; David 2018, p. 485-486.

18Les céramiques classées en W13 se distinguent par le recours à une argile dans laquelle les inclusions minérales sont majoritaires, ce qui est rare à l’époque méroïtique où les argiles alluviales à dégraissant végétal dominent largement. Les formes seraient partiellement ou totalement montées aux colombins, l’hypothèse d’un moulage de la partie basse ayant aussi été suggérée29. Sa pâte, si particulière, a été repérée sur des sites allant du Gébel Moya, au sud, jusqu’à Qasr Ibrim, au nord, et a servi à mettre en lumière l’importance des ateliers produisant ces céramiques et leur rôle dans les échanges économiques régionaux au tournant de notre ère30. Une jarre (Grf 35/1, fig. 11) et un biberon (Grf 43/1, infra, fig. 15) permettent d’illustrer cette production à Gereif.

  • 31 David et al., à paraître. Voir également pour la Basse-Nubie : Adams 1986, p. 418, Ware H9
  • 32 Dunham 1963, fig. 23 ; David, Evina 2015, fig. 4.
  • 33 Crawford, Addison 1951, pl. xxxvi.B.
  • 34 Fernández 1986, fig. 2, no 195-2.

19Les céramiques non tournées à engobe rouge bruni (W14) sont le pendant des pots classés en W6 avec qui elles partagent une bonne partie du répertoire typologique, notamment les formes ouvertes. Dans la région de Méroé, cette catégorie intervient dans les assemblages plutôt tardifs au point que leur rôle de marqueur chronologique des ensembles postérieurs au iie siècle est en cours de définition31. Toutefois, les exemplaires de Gereif s’éloignent quelque peu des faciès reconnus plus au nord (fig. 12). Les trois coupes hémisphériques (Grf 21/1, Grf 60/1, Grf 49/1) se distinguent surtout par le traitement décoratif des deux premiers exemplaires (fig.13). L’excision de matière pour réaliser le motif de bandes ondulées de la coupe Grf 21/1 n’est pas commune. Si elle ne possède de parallèles que parmi la céramique fine dans la région de Méroé32, elle est en revanche bien développée parmi les productions non tournées de sites plus méridionaux comme à Abu Geili33. Il en est de même du décor de Grf 60/1 alternant incisions et poinçonnage. La coupe à pied Grf 4/25 imite sans doute une forme tournée mais porte un décor incisé rappelant un motif observé à Sedeinga et à Émir Abdallah34. Les fouilleurs observent une coupe exactement semblable associée à l’inhumation de Grf 31 mais que nous n’avons pu étudier. La dernière coupe (Grf 2/2), avec son fond légèrement concave, est d’un type peu commun même si son décor au peigne réalisé sur la lèvre est tout à fait courant.

10. Céramiques classées en W11.

11. Céramique classée en W13.

12. Céramiques classées en W14.

13. Détail des décors des céramiques classées en W14.

14. Céramiques classées en W16.

15. Céramiques classées en W18.

16. Céramiques postméroïtiques. Les formes ouvertes.

  • 35 Par exemple Geus 1982b, p. 186, fig. 9 ; Caneva 1988, p. 199, fig. 29- 31 ; Edwards 1998, (...)
  • 36 Edwards, Eisa 2016, p. 89.
  • 37 Voir des listes non exhaustives dans Sakamoto 2016, p. 84 ; Fernández 1983, p. 389, motif (...)
  • 38 Les impressions très peu profondes ont ainsi été interprétées de manière erronée dans Saka (...)
  • 39 Voir aussi Lenoble 2018, p. 184-185, fig. 93 ; Addison 1949, pl. cii, A.4.
  • 40 Voir par exemple Edwards 1998, fig. 6.19 à 6.25.
  • 41 Crawford, Addison 1951, pl. xxviii-xxix ; Addison 1949, pl. c. B.

20Les céramiques non tournées à surface lissée, sans doute façonnées par percussion sur forme concave en ce qui concerne la partie basse — le col étant réalisé par superposition de colombins d’argile (W16) — forment un groupe remarquablement homogène. Des jarres à panse globulaire ou ovoïde — épaule plus ou moins marquée et col court à moyen, rentrant à surface décorée d’impressions au peigne — renvoient à un corpus largement diffusé au Soudan central au tournant de notre ère (fig. 14)35. L’iconographie qui s’y développe est assez homogène et contient des motifs imprimés au peigne bien répertoriés. En premier lieu, un symbole (Grf 26/1, 48/1, 56/1) récemment interprété comme un épi de sorgho36 possède des déclinaisons dispersées du sud au nord du Soudan, toujours sur des jarres et en position centrale ou bien visible sur le col37. Parmi les jarres de Gereif, ce motif est associé à une frise de trois ou quatre volatiles vus comme des autruches, ou un motif en forme de hutte. Une autre jarre (Grf 31/1) possède deux animaux imprimés au traitement différent : le plus visible possède un corps rempli de triangles et un long cou permettant de l’interpréter comme une girafe38 ; le second, suivant la girafe, a la tête marquée de deux traits se poursuivant pour dessiner ce qui pourrait être des cornes. Y voir une antilope ne nous paraît pas dénué de sens dans une iconographie où le recours à l’imagerie d’une faune de savane prévaut39. Outre la récurrence de ces motifs40 appartenant à une iconographie bien établie, même si son sens nous échappe, la fréquence des attestations au Soudan central en fait un potentiel marqueur culturel méridional. Une jarre globulaire à col court (Grf 52/1), par son style mêlant bandes finement imprimées et espaces en réserve, illustre un autre type de traitement iconographique que l’on rapproche des productions observées à Abu Geili ou au Gébel Moya41.

  • 42 Addison 1949, pl. xciii ; voir Geus 1984a, p. 75 pour un bref commentaire.
  • 43 Par exemple Edwards 1998, fig. 6.25. Pour une discussion sur les biberons, voir David, Evi (...)

21La dernière catégorie comprend les formes obtenues par modelage (W18). Il s’agit pour la plupart de coupelles et de biberons (fig. 15). Tous ces éléments ont été découverts dans des tombes accueillant une inhumation d’enfant. Le premier spécimen (Grf 43/1) est atypique à plusieurs titres : sa pâte le classerait parmi les productions en W13 et sa forme le renvoie à des exemplaires de biberons à bec verseur plutôt connus dans les sites méridionaux42. Un pot miniature de forme cylindrique à décor imprimé (Grf 43/2) ne possède pas de parallèles à notre connaissance. À l’inverse, la coupelle (Grf 54/1) et le biberon (Grf 54/2) sont largement répandus dans le royaume méroïtique43.

  • 44 Voir notamment Edwards 1998, p. 178-193 ;
    Garstang 1911, p. 29-47 ; Geus, Lenoble  (...)
  • 45 Lenoble 1992 ; Lenoble 2018 p. 268-275.
  • 46 Edwards 1991, p. 52-53.

22Les deux tombes de l’ouest de la carrière ont livré chacune plusieurs céramiques à la typologie comparable signifiant la probable contemporanéité des inhumations. Les formes ouvertes (fig. 16), dont seuls deux exemplaires ont pu être étudiés, intégreraient sans doute le groupe W6 dans la classification mise en place pour la période méroïtique. Les jarres, quant à elles, correspondraient au groupe W11 (fig. 17). Tous ces éléments illustrent un faciès bien décrit des contextes postméroïtiques au Soudan central et au sud de Khartoum44. Toutefois, Gereif Est se situe en dehors de la zone où les jarres dites « de transition », à surface montrant des impressions de nattes, sont généralement découvertes45. La région de Khartoum se distinguant sur ce point de celle de Méroé pour ce qui est des marqueurs chronologiques du Postméroïtique, nous manquons d’éléments issus de contextes méridionaux bien circonscrits pour préciser la datation des tombes de Gereif. La proximité de son mobilier avec des ensembles mis au jour le long du Nil Bleu nous orienterait cependant vers les ve et vie siècles de notre ère46.

17. Céramiques postméroïtiques. Les formes fermées.

Les perles et les pendentifs

  • 47 Grf 2, 4, 5, 10, 11, 12, 19, 24, 25, 26, 35, 43, 48, 50-51, 52, 57, 60, 66, 67 et 72.
  • 48 Beck 1928. Le rapport de longueur indique la relation entre la longueur et le diamètre de (...)

23Environ 670 perles (objets à perforation centrale) et pendentifs (objets à perforation décentrée), ainsi que leurs fragments, ont été enregistrés dans de nombreuses inhumations47, et aussi dans une fosse (h) de la nécropole de Gereif Est. La majorité des perles a été trouvée dans les tombes méroïtiques, datées entre le ier siècle avant et le iiie siècle de notre ère (infra). Les tombes 35 et 52 ont été datées du tournant de notre ère. Quelques perles associées à Grf 10 forment un ensemble datable de la fin de la période méroïtique voire du Postméroïtique. Dans un seul cas (Grf 52), toutes les perles trouvées ont pu être associées à des parties données du corps, ce qui a permis de reconstituer les différentes parures : un bracelet au bras droit (fig. 21.5), un bracelet au bras gauche (fig. 21.2), et un collier (fig. 21.4). Les perles et les pendentifs sont en matériaux organiques (coquille d’œuf d’autruche, coquille de mollusque) et inorganiques (pierre, faïence, verre). Ils sont décrits et présentés dans cet ordre dans les figures 18 à 22. Les perles sont souvent mal préservées. Les perles en faïence, qui représentent environ 61 % de la collection, ont pour la plupart perdu leur revêtement, et les perles en verre et celles en verre incrusté de métal, qui représentent environ 20 % de la collection, sont si altérées que cela a limité l’identification de leur type (fig. 18.10). La description de la longueur et de la forme des perles (par exemple sphériques, aplaties, en forme de tonneau, cylindriques, biconiques) suit la classification d’Horace Beck48.

  • 49 Par exemple, Then-Obłuska 2015.

24Deux perles en coquille de mollusque sont très érodées et leur perforation pourrait avoir été accidentelle (fig. 18.2). Bien que l’utilisation de coquilles de mollusques dans la production des perles méroïtiques ne soit pas une tendance répandue, quelques exemples de coquilles fluviales et marines ont été enregistrés49.

  • 50 Voir Then-Obłuska 2016.
  • 51 Notamment Then-Obłuska 2014.

25La présence de nombreuses perles en coquille d’œuf d’autruche en forme de disque et de cylindre court dans la nécropole de Gereif serait une caractéristique régionale (fig. 18.4 ; 20.1 ; 21.1 ; 22.1-3, 7). Les perles en coquille d’œuf d’autruche sont presque absentes des tombes méroïtiques de Basse-Nubie et de Begrawiya. Toutefois, certaines d’entre elles sont enregistrées dans les tombes méroïtiques de Haute-Nubie50 et dans les tombes méroïtiques tardives de la région de la quatrième cataracte51.

  • 52 Then-Obłuska 2015 ; Then-Obłuska 2016.

26De minuscules perles de cornaline, d’environ 5 mm ou moins de diamètre, sont de forme globulaire, aplatie ou en tonneau (fig. 18.5, 12 ; 19.5, 10-11). Ces perles alternaient généralement avec d’autres types de perles méroïtiques52. Une grosse perle en forme de tonneau court, d’environ 12 mm de diamètre, a une perforation en forme de sablier (fig. 19.2) et ressemble donc plus vraisemblablement à un ensemble néolithique ou Kerma plutôt qu’à des perles méroïtiques ou plus tardives.

  • 53 Then-Obłuska 2015 ; Then-Obłuska 2016 ; Then-Obłuska 2018.

27Le quartzite blanc et la cornaline ont été utilisés pour façonner des pendentifs en forme de goutte à base globulaire (fig. 20.5-6) ou des pendentifs en forme de goutte aplatie à base arrondie (fig. 22.4, 10). La cornaline et le cristal de roche étaient aussi utilisés dans la production de pendentifs lenticulaires avec un sommet et une base en pointe (fig. 19.4 ; 22.5, 8-9, 18). Les pendentifs en minéral en forme de goutte sont bien connus dans les répertoires méroïtiques de toute la Nubie53.

28La présence de minuscules perles de faïence mesurant environ 2 mm de diamètre est exceptionnelle (fig. 19.13 ; 20.4). Leur glaçure est presque entièrement effacée, révélant le noyau blanc des perles. D’autres perles sont de forme cylindrique et globulaire (fig. 18.3 ; 21.7). Des perles de plus grande taille en forme de petit cylindre discoïde ou en cylindre court (fig. 18.1, 13 ; 19.12-13 ; 20.1, 9, 15 ; 21.2-3, 5-6 ; 22.14, 17) portent des traces de glaçure bleue ou bleu-vert que l’on trouve fréquemment dans les tombes méroïtiques de toute la Nubie.

  • 54 Then-Obłuska 2014 ; Bashir 2007.

29Des perles beaucoup plus grandes, comme les longues perles tubulaires (fig. 18.19 ; 20.8), sont plus souvent trouvées dans des contextes tardifs et postméroïtiques54. Les pendentifs plats sont très probablement des noyaux de faïence érodés (fig. 20.7).

30Certaines perles sont faites de verre enroulé ou plié. Elles sont généralement décorées d’« yeux », c’est-à-dire de sections de cannes en mosaïque avec un motif concentrique qui donne un effet d’œil (fig. 18.7-8 ; 19.8). Alors que le corps des perles est érodé et recouvert d’une patine noirâtre, les yeux appliqués sont conservés en blanc et très probablement en bleu foncé. Des perles standards et longues de verre plié, probablement noires, sont décorées d’une bande centrale blanche (fig. 18.6, 17 ; 19.7). Les perles biconiques facettées, exceptionnellement grandes, mesurent environ 17 mm de long et sont fortement altérées (fig. 21.8).

  • 55 Then-Obłuska, Wagner 2019.

31De nombreuses perles trouvées à Gereif ont un aspect noirâtre du fait des conditions de conservation. Elles sont faites de verre étiré et segmenté (fig. 18.14, 18 ; 22.16) et de verre incrusté ou couvert de métal (fig. 18.10-11 ; 19.1, 9 ; 20.12-13 ; 22.13, 15). Les premières étaient fabriquées en étirant un tube de verre qui était ensuite segmenté sur un moule rainuré et brisé, ou coupé en segments simples ou multiples. D’autres pouvaient être fabriquées en pinçant un morceau du tube. D’autres tubes sont constitués de deux couches de verre entre lesquelles se trouve une couche de métal (argent ou or), et pouvaient être segmentés en perles. Le verre étiré et segmenté et les perles de verre incrusté de métal sont bien connus en Nubie méroïtique. De longs chapelets de petites perles de verre de couleur uniforme (fig. 18.18) font partie des objets de parure courants au Méroïtique Final et au Postméroïtique55.

32Quatre petits anneaux, d’environ 2 mm de diamètre, étaient très probablement en or (fig. 19.6).

  • 56 Then-Obłuska 2015 ; Then-Obłuska 2016 ; Then-Obłuska 2018.
  • 57 Then-Obłuska 2015 ; Then-Obłuska 2016.
  • 58 Then-Obłuska 2018.

33À quelques exceptions près, les assemblages de perles et de pendentifs de la nécropole méroïtique de Gereif sont conformes aux autres répertoires de perles contemporains d’autres régions de Nubie. Comme d’autres collections méroïtiques56, les assemblages de Gereif sont dominés par des perles en faïence, ensuite par des perles en verre et en verre incrusté de métal, puis par des perles en minéraux, principalement en cornaline, et des perles organiques. La présence de perles en coquille d’œuf d’autruche rend la collection de Gereif différente de la plupart de celles de Haute et de Basse-Nubie du Méroïtique Classique. Alors que les perles en faïence ont été enregistrées en de nombreuses couleurs en Basse et Haute-Nubie57, les perles de Berber (entre la cinquième et la sixième cataracte du Nil) et de Gereif ne conservent que des traces de glaçure bleue ou bleu-vert58. Des exemplaires de plus gros module en faïence, généralement connus dans les cimetières tardifs et postméroïtiques de Nubie, ont été trouvés à Gereif dans une tombe postméroïtique. La présence de perles décorées d’« yeux » et de perles en verre doré fait de Gereif le cimetière méroïtique connu le plus au sud où ces types ont été enregistrés jusqu’à présent au Soudan.

18. Perles associées aux inhumations de Grf 2, Grf 4, Grf 5 et Grf 10.

19. Perles associées aux inhumations de Grf 11, Grf 12, Grf 19, Grf 24, Grf 25 et Grf 26.

20. Perles associées aux inhumations de Grf 35, Grf 43, Grf 48 et Grf 50-[51, voir annexe].

21. Perles associées à l’inhumation de Grf 52.

22. Perles associées aux inhumations de Grf 57, Grf 60, Grf 66, Grf 67, Grf 72 et de la fosse h.

Le mobilier métallique

  • 59 Voir par exemple Dunham 1957, fig. N ; Bates, Dunham 1927, pl. lxv ; Caneva 1988, p. 199, (...)
  • 60 Geus, Lenoble 1983b, p. 26. Voir Dixon 1963, p. 231, pl. xlix, A21637.
  • 61 Bates, Dunham 1927, pl. xxxi, pl. lxvi, fig. 2.
  • 62 Cette tombe a livré deux inscriptions méroïtiques (Rem 1013 et 1014) dont la paléographie (...)

34Parmi les quelques tombes ayant livré de la vaisselle métallique en alliage cuivreux possiblement importée, seuls quelques éléments ont pu être documentés. Le mobilier était en effet le plus souvent dans un état très dégradé et fragmenté (cf. Annexe 1 pour un inventaire complet). Deux tombes livrent des formes relativement communes (fig. 23). Deux coupes (Grf 24/1 et Grf 38/2), la première aux parois évasées et la seconde parfaitement hémisphérique, intègrent le répertoire étendu des formes ouvertes enregistrées dans la plupart des nécropoles méroïtiques59. Le pichet (Grf 38/3) possède quelques parallèles dont certains aident à la proposition d’une datation. Les fouilleurs, dès la découverte de l’objet, ont remarqué la similarité de l’exemplaire avec un bronze mis au jour à Sennar60. David M. Dixon lui-même, avait noté la proximité du pichet de Sennar avec celui de la tombe 115 de Gemai61. Cette tombe, dont la chronologie reste à affiner, serait à dater des environs du ier siècle avant notre ère62.

  • 63 Francigny 2016, p. 124-125.

35Plusieurs défunts possédaient à leurs doigts des anneaux simples ou des bagues-cachets (fig. 24). C’est un type de bijou répandu mais encore très peu étudié, sauf pour l’iconographie qu’il véhicule63. Les exemplaires de Gereif sont malheureusement trop peu préservés pour en tirer une quelconque information dans l’état actuel de nos connaissances.

  • 64 Nous remercions Faïza Drici pour son éclairage sur ce type de mobilier.
  • 65 Voir Lenoble 1997 ; Lenoble 1999 ; Lenoble 2006.

36La tombe de Grf 8 contenait trois pointes de flèche dont une asymétrique et triangulaire à barbelure unique (fig. 24)64. Si ce type spécifique est connu à la période méroïtique, il est prépondérant au Postméroïtique65. Cette dernière datation correspondrait à la position de Grf 8 à l’ouest de la carrière.

Le petit mobilier

  • 66 Dunham 1957, p. 69, fig. 42, pl. lxv ; Dunham 1963, p. 265, fig. 170.4 ; Welsby 2004, p. 1 (...)
  • 67 Dunham 1957, p. 35, fig. 23. O ; Addison 1949, pl. lii, liv.B.
  • 68 Francigny 2016, p. 123.
  • 69 En dernier lieu Yvanez 2018.

37Outre le mobilier en métal, quelques autres objets figurent dans l’inventaire des découvertes de Gereif. Une pointe de flèche taillée (fig. 24), que nous supposons en cornaline ou en calcédoine, est associée à une sépulture de surface (Grf 64). Sa datation méroïtique est sujette à caution mais elle n’est pas exempte de parallèles parmi les sites du Soudan central et en Nubie66. Des boucles d’oreilles (fig.24) en minéral blanc poli (quartz ?) ont par deux fois été découvertes au niveau de la tête du défunt (Grf 26 et Grf 56). L’objet est d’une forme assez peu commune et apparaît en contexte napatéen et méroïtique à Méroé et au Gébel Moya67. Aussi, deux scarabées en faïence rappellent l’influence d’une coutume d’origine égyptienne très largement diffusée jusqu’aux confins méridionaux du royaume méroïtique68. Enfin, les fouilleurs observent à plusieurs reprises (Grf 4, Grf 10, Grf 19, Grf 20) des « traces rouges » qu’ils interprètent comme les vestiges d’habits en cuir, éléments tout à fait répandus dans le royaume méroïtique69.

Discussion

38L’examen du mobilier archéologique autorise en premier lieu un commentaire sur la chronologie de la nécropole. La zone 1 a fourni très peu de mobilier dont la datation est assurée. Aussi, parmi les quelques tombes dont le matériel nous est parvenu, Grf 38 est sans doute l’une des plus anciennes : la jarre (Grf 38/1) et les bronzes découverts à l’intérieur pourraient placer l’inhumation entre la seconde moitié du iie et la fin de ier siècle avant notre ère. Une datation plus large des ier siècle avant et ier siècle de notre ère pourrait être proposée pour le mobilier associé aux individus Grf 24 et Grf 35. Parmi les tombes fouillées lors de la première campagne dans un secteur adjacent à la zone 1, les perles mises au jour dans la fosse abritant Grf 10 seraient, en toute vraisemblance de datation tardive, du Méroïtique Final voire du Postméroïtique. Comme nous l’avions signalé en introduction, la zone 2 est plus riche d’enseignement. Les deux jarres semblables associées aux individus Grf 45 et Grf 50 (fig. 9) dateraient les inhumations les plus anciennes du secteur dans une chronologie comprise entre le iie et le ier siècle avant notre ère. Dans une fourchette un peu plus récente correspondant au Méroïtique Classique figurerait le groupe formé par les individus Grf 21, 22, 25 et 28 trouvés dans des niches juxtaposées, ainsi que Grf 26, Grf 52, Grf 56, Grf 57 et Grf 60 sur la base de la datation supposée des jarres en W16 (supra). S’y ajouterait également le mobilier des inhumations de Grf 43, Grf 49 et Grf 67 sans que l’on puisse pour autant l’assurer tant notre connaissance de l’évolution des productions non tournées fait défaut. La séquence formée par les inhumations de Grf 2, Grf 3 et Grf 4 — cette dernière possédant un parallèle exact en Grf 31 (infra, Annexe 1) — serait à placer au cours du ier siècle de notre ère. Grf 48 présente un assemblage que nous situerions dans une phase réduite à la seconde moitié du ier et au iie siècle de notre ère. Le mobilier de Grf 6 et celui de Grf 29, dont la proximité entre les coupes peintes a été notée (supra, fig. 7), intégreraient un faciès des iie et iiie siècles de notre ère. Enfin, à l’ouest de la carrière, les inhumations de Grf 1 et Grf 75 interviendraient dans une phase avancée du Postméroïtique, voire à la transition avec la période chrétienne. Ces données signalent que les zones fouillées de la nécropole méroïtique ont atteint des secteurs relativement anciens, majoritairement datables du Méroïtique Classique, alors que les tombes tardives sont peu présentes. Notre perception reste insuffisante pour saisir un développement ordonné de la nécropole, si ce n’est cette répartition est-ouest entre les tombes méroïtiques et postméroïtiques.

23. Vaisselle métallique en alliage cuivreux.

24. Autre petit mobilier.

  • 70 Geus, Lenoble 1983b.
  • 71 Addison 1949, p. 210 : « If one kind of pottery more than another can be called distinctiv (...)

39L’imprécision des datations, avec ces fourchettes chronologiques larges, reflète l’état de notre connaissance de l’évolution des productions céramiques comme du reste du mobilier. On peut néanmoins caractériser de manière générale le faciès de Gereif. Ses inventeurs notaient déjà l’intérêt de sa position intermédiaire entre la région de Méroé et la zone du Nil Bleu des confins méridionaux70. Le corpus des céramiques de Gereif répond parfaitement à ces attentes tant on perçoit d’un côté l’intégration du site dans les circuits économiques méroïtiques — dont les formes tournées (classées en W1, W3 et W4) se font le principal écho — et, de l’autre, l’apport de productions dont les références sont à chercher parmi les rares sites plus méridionaux connus comme Gébel Moya ou Abu Geili. Nous avons déjà discuté des styles de décorations des céramiques non tournées rouges (W14, supra) mais il semblerait que la production elle-même, au moins au Méroïtique Classique, soit associée à des pratiques des régions du Nil Bleu plutôt qu’à la région de Méroé. Seuls les niveaux postérieurs au iie siècle de notre ère en attestent à Mouweis comme à el-Hassa, alors qu’elle apparaît fréquemment au Gébel Moya au point d’être qualifiée de « locale »71. Il en est de même concernant quelques céramiques non tournées noires (W6) dont le style décoratif (e.g. Grf 50/2, Grf 52/1) possède plus de parallèles avec les sites du Nil Bleu qu’avec le reste du royaume méroïtique.

  • 72 Lenoble 1995.
  • 73 Lenoble 2018, p. 261-276.

40Les céramiques classées en W16 sont en revanche bien diffusées au Soudan central et comptent quelques exemplaires en Nubie. La concentration de ces productions à Gereif peut trouver une explication d’ordre chronologique — les datations proposées du tournant de notre ère sont en effet peu fréquentes dans les nécropoles méroïtiques étudiées jusqu’à présent — comme indiquer la proximité d’un centre de production. Le recours à une iconographie singulière, tout à fait identifiée, tels que ces motifs vus comme la schématisation d’un épi de sorgho (Grf 26/1, Grf 48/1, Grf 56/1), et la récurrence des attestations dans la partie centrale et méridionale du royaume méroïtique sont autant d’éléments permettant de circonscrire une production majeure du Méroïtique Classique témoignant des échanges entre la région de Méroé et sa périphérie méridionale. Elle peut être amenée à devenir, comme d’autres l’ont été avant elle72, un instrument pertinent d’illustration de pratiques potières bien ancrées régionalement. Aussi pouvons-nous signaler une distribution comparable des céramiques issues des tombes postméroïtiques que ce soient les formes ouvertes ou les jarres (infra) qui contribuent, à leur tour, à circonscrire une zone d’influence de ce qui deviendra, à l’époque chrétienne, le royaume d’Alodia73.

  • 74 Francigny 2016 ; Edwards 2004, p. 175.
  • 75 Brass 2015.
  • 76 En dernier lieu Brass et al. 2019.
  • 77 Pour une synthèse, voir Wolf et al. 2019, p. 747-751.

41D’un point de vue plus général, les données funéraires recueillies à Gereif Est intègrent, comme les fouilleurs l’avaient dès le début suggéré, des pratiques reliées à ce que nous connaissons du Méroïtique méridional. La forme des tombes, la position du défunt et le mobilier qui lui est associé favorisent une approche régionale que Gereif contribue à illustrer74. Depuis la découverte de cette nécropole, plusieurs prospections et de rares fouilles ont permis une meilleure compréhension de la place particulière que tiennent les sites de la Gezira dans l’approvisionnement de la capitale75. Les liens économiques — et peut-être politiques — unissant Méroé et sa périphérie méridionale ne sauraient masquer une influence autre, culturellement dissociée du Soudan central, que la reprise des investigations au Gébel Moya76 et la poursuite des prospections le long des rives du Nil Blanc et du Nil Bleu ne cessent de mettre en lumière77.

  • 78 Geus, Lenoble 1983a, p. 13.

42C’est là l’un des débouchés de l’étude prometteuse souhaitée par Francis Geus et Patrice Lenoble, dont la conclusion à l’article publié dans les Meroitic Newsletter demeure plus que jamais d’actualité : « Cette fouille est cependant l’occasion propice de reprendre l’ensemble des données éparses, souvent impubliées, déjà acquises dans la région de Khartoum et de les ordonner à l’aide d’une investigation ponctuelle et systématique, en sériant les points faibles de notre connaissance et en dirigeant la problématique vers les questions de la densité d’occupation, de l’identification anthropologique, des échanges économiques et de la chronologie céramique. L’urgence de ce travail n’est pas moins grande car la ville moderne se développe à un rythme impressionnant dans la région du confluent. Plusieurs campagnes de fouille, une attention soutenue de la Direction des Antiquités et une coopération avec les autres missions archéologiques présentes aux alentours de Khartoum devraient permettre d’y pourvoir. »78.

Bibliographie

Bibliographie

Addison Fr. 1949 — Jebel Moya, Londres.

Adams W.Y. 1986 — Ceramic Industries of Medieval Nubia, Lexington.

Bashir M.S. 2007 — « Rescue Excavation of a Late-Meroitic Tomb at Botri, south of Khartoum. Preliminary Report », Sudan & Nubia 11, p. 94-98.

Bashir M.S., David R. 2011 — « Meroitic Pottery from Excavations of the Cemetery at Berber », Der Antike Sudan, MittSag 22, p. 121-128.
2015 — « The Meroitic Cemetery at Berber. Recent Fieldwork and Discussion on Internal Chronology », Sudan & Nubia 19, p. 97-105.

Bates O., Dunham D. 1927 — « Excavation at Gammai », Has VIII, Cambridge, p. 1-121.

Beck H. 1928 — « Classification and Nomenclature of Beads and Pendants », Archaeologia 77, p. 1-76.

Brass M. 2015 — « Interactions and Pastoralism along the Southern and Southeastern Frontiers of the Meroitic State, Sudan », Journal of World Prehistory 28, p. 255-288.

Brass M., Fuller D.Q., MacDonald K., Stevens C., Adam A., Kozieradzka-Ogunmakin I., Abdallah R., Alawad O., Abdalla A., Vella Gregory I., Wellings J., Hassan F., Abdelrahman A. 2019 — « New findings on the significance of Jebel Moya in the eastern Sahel », Azania 54 : 4, p. 425-444.

Caneva I. 1988 — El Geili. The History of Middle Nile Environment, 7000 B.P-A.D.1500, Bar-Is 424, Oxford.

Crawford O.G.S., Addison Fr. 1951 — Abu Geili and Sagadi & Dar el Mek, The Wellcome Excavations in the Sudan III, Londres.

David R. 2018 — « Funerary ceramics and Meroitic economy : a first insight », dans M. Honneger (éd.), Nubian Archaeology in the XXIst Century. Proceedings of the Thirteenth International Conference for Nubian Studies, Neuchâtel, 1-6 September 2014, Ola 273, p. 481-488.
2019 — « Ceramic Industries of Meroitic Sudan », dans D. Raue (éd.), Handbook of Ancient Nubia, Berlin-Boston, p. 877-897.

David R., Evina M. 2015 — « La fine ware méroïtique, marqueur d’une civilisation », Égypte, Afrique et Orient 78, p. 49-56.
2016 — « Introduction à l’évolution des chaînes opératoires des céramiques méroïtiques », Dotawo 3, p. 83-126.

David R., Benoist A., Buechner S., Jadot E., « Discussing the Classification of the Meroitic Ceramics in the Meroe Region », à paraître.

Dixon D.M. 1963 — « A Meroitic Cemetery at Sennar (Makwar) », Kush XI, p. 227-234.

Dunham D. 1957 — « Royal tombs at Barkal and Meroe », Rck IV, Boston. 1963 — « The West and South Cemeteries at Meroe », Rck V, Boston.

Edwards D.N. 1991 — « Three cemetery sites on the Blue Nile », Anm 5, p. 41-64.
1998 — Gabati. A Meroitic, Post-meroitic and Medieval Cemetery in Central Sudan, Oxford.
1999 — « Meroitic ceramic Chronology : Exploring the Meroe West Cemeteries », Azania 34, p. 25-43.
2004 — The Nubian Past. An Archaeology of the Sudan, Londres.
2014 — « Early Meroitic Pottery and the Creation of an Early Imperial Culture ? », dans A. Lohwasser, P. Wolf (éd.), Ein Forscherleben zwischen den Welten. Zum 80. geburtstag von Steffen Wenig, MittSag Sonderhaft. Berlin, p. 51-63.

Edwards D.N., Eisa K.A. 2016 — « Appendix : Jar found at Kawa — Hillat Said — Bir Ajab », Sudan & Nubia 20, p. 89.

El Tayeb M. 1999 — « Rescue Excavation at El Sabeil (Soba West) », dans S. Wenig (éd.), Studien zum antiken Sudan. Akten Der 7. Internationalen Tagung Fur Meroitische Forschungen Vom 14. Bis 19. September 1992, Meroitica 15, p. 604-614.

Fernández V.M. 1983 — La Cultura Alto-Meroitica del Norte de Nubia, Madrid (en ligne : http://eprints.ucm.es/13283/1/T12423.pdf).

Fernández V.M. 1984 — « Early Meroitic in Northern Sudan : the Assessment of a Nubian Archaeological Culture », Aula Orientalis 2, p. 43-84.
1986 — « Early Meroitic in Northern Nubia », dans M. Krause (éd.), Nubische Studien, Mayence, p. 59-65.

Francigny V. 2016 — Les coutumes funéraires dans le royaume de Méroé. Les enterrements privés, Orient & Méditerranée Archéologie n° 22, Paris.

Garcia Guinea M.A., Texidor J. 1965 — La necrópolis Meroitica de Nelluah (Argin Sur), Comite español de la Unesco para Nubia, Memorias de la mision arqueologica VI, Madrid.

Garstang J. 1911 — Meroë, the City of the Ethiopians, Oxford.

Geus Fr., 1982a, « Franco-Sudanese Excavations in the Sudan (1981-1982) », Nyame Akuma 21, p. 33-34.
1982b — « La nécropole méroïtique d’El Kadada », Meroitica 6, p. 178-187.
1983 — Rapport annuel d’activité 1980-1982, Khartoum.
1984a — Rescuing Sudan Ancient Cultures, Khartoum.
1984b — Rapport annuel d’activité 1983, Khartoum.

Geus Fr., Lenoble P. 1983a — « Fouilles à Gereif Est près de Khartoum (ND-36-B/11-Q-4) », Meroitic Newsletter 22, p. 9-20.
1983b — « Excavations at Gereif East. Second Campaign », Nyame Akuma 23, p. 26.
1985 — « Evolution du cimetière méroïtique d’El Kadada : la transition vers le postméroïtique en milieu rural méridional », dans Fr. Geus, F. Thill (éd.), Mélanges offerts à Jean Vercoutter, Paris, p. 67-92.

Gibbs K. 2018 — « The Pottery from J. Desmond Clark’s 1973 Excavations at Jebel Moya », Sudan & Nubia 22, p. 29-37.

Hofmann I. 1978 — Beiträge zur meroitischen chronologie, Studia Instituti Anthropos 31, St Augustin.

Lenoble P. 1992 — « Documentation tumulaire et céramique entre les 5e et 6e cataractes. Un exemple de « prospection orientée » visant à renseigner la « Fin de Méroé » dans la région de Méroé », dans Ch. Bonnet (éd.), Études nubiennes I, Genève, p. 79-97.

1995 — « La petite bouteille noire, un récipient méroéen de la libation funéraire », Anm 7, p. 143-162.

1997 — « Enterrer les flèches, enterrer l’Empire : I. Carquois et flèches des tombes impériales à el-Hobagi », Cripel 17/2, p. 137-152.

1999 — « Enterrer les flèches, enterrer l’Empire, II : Les archers d’El-Kadada et l’administration de l’imperium méroïtique », Cripel 20, p. 125-144.

2006 — « Aux armes souverains ! L’arsenal funéraire des empereurs méroïtiques », dans V. Rondot, N. Dextreit (dir.), Kerma et Méroé. Cinq conférences d’archéologie soudanaise, Khartoum, p. 17-26.

2018 — El-Hobagi. Une nécropole de rang impérial au Soudan Central. Deux tumulus sur sept, Fifao 79, Le Caire.

Marshall K., Adam A.-R, 1951., « Excavation of a Mound Grave at Ushara », Kush 1, p. 40-46.

Randall-MacIver D., Woolley C.L. 1911 — Buhen, VII & VIII, Philadelphie.

Rilly Cl. 2007 — La langue du royaume de Méroé, Paris.

2017 — « Histoire du Soudan. Des origines à la chute du sultanat Fung », dans O. Cabon et al., Histoire et civilisations du Soudan, Paris, p. 26-439.

Rose P. 1996 — Qasr Ibrim. The Hinterland Survey, Londres.

Sakamoto T. 2016 — « The Meroitic Cemetery of Gereif East. A Glance into the Regional Characteristics of Khartoum Province », Sudan & Nubia 20, p. 82-89.

Then-Obłuska J. 2014 — « The code of the hidden beads — from the Kerma to the Islamic period according to the 4th Cataract material from the Gdańsk Archaeological Museum collection », dans Anderson J.R., D. Welsby (éd.) The Fourth Cataract and Beyond. Proceedings of the 12th International Conference for Nubian Studies, Bmpes 1, Leuven-Paris-Walpole, p. 1069-1090.
2015 — « Beads and pendants from Sedeinga, Nubia », Beads : Journal of the Society of Bead Researches 27, 29-45.
2016 — « Meroitic Beadwork : an Overview Based on Finds from Saï in Ancient Nubia », Pam 25, p. 691-724.
2018 — « Beyond the Nubian Gold : Meroitic Beads between the Fifth and the Sixth Nile Cataracts », Beads : Journal of the Society of Bead Researchers 30, p. 31-43.

Then-Obłuska J., Wagner B. 2019 — Glass Bead Trade in Northeast Africa. The Evidence from Meroitic and post-Meroitic Nubia, Pam Monograph Series 10, Varsovie.

Török L. 1987 — « The Historical Background : Meroe, North and South », dans T. Hägg (éd.), Nubian Culture Past and Present, Uppsala, p. 139-229.
1989 — « Kush and the External World », dans S. Donadoni, St. Wenig, Studia Meroitica 1984, Meroitica 10, p. 147-148.
1997 — Meroe City, an Ancient African Capital. John Garstang’s Excavations in the Sudan, Londres.
2011 — Hellenizing Art in Ancient Nubia 300 BC-AD 250 and its Egyptian Models, Leyde-Boston.

Usai D. 2014 — Salvatori S., Jakob T., David R., « The Al Khiday Cemetery in Central Sudan and its “Classic/Late Meroitic” Period Graves », Journal of African Archeology 12/2, p. 183-204.

Vila A. 1978 — L’île d’Arnyatta. Le district d’Abri (Est et Ouest). Le district de Tabaj (Est et Ouest), Pavn 9, Paris.

Welsby D. 2004 — « Kawa », dans D.A. Welsby, J.R. Anderson (éd.), Sudan. Ancient Treasures. An Exhibition of Recent Discoveries from the Sudan National Museum, Londres, p. 148-157.

Williams Br.B. 1985 — « A Chronology of Meroitic Occupation below the Fourth Cataract », Jarce XXII, p. 149-195.

Wolf P., Nowotnick U., Edwards D.N. 2019 — « Settlement in the Meroitic Kingdom », dans D. Raue (éd.), Handbook of Ancient Nubia, Berlin-Boston, p. 713-782.

Yvanez E. 2018 — « Clothing the elite ? Patterns of textile production and consumption in ancient Sudan and Nubia », dans A. Ulanowska, M. Siennicka, and M. Grupa (éd.), Dynamics and Organisation of Textile Production in Past Societies in Europe and the Mediterranean, Fasciculi Archaeologiae Historicae 31, p. 81-92.

Notes

1 Pour la première campagne, l’équipe se composait de Patrice Lenoble, Rida el-Din Mukhtar, Abd el-Hadi Mohammed Fadul, Abdallah Mohamed Abdallah el-Nazir et quelques ouvriers dont Awadallah Ali el-Basha. Pour la seconde campagne, seuls P. Lenoble et D. Piponnier sont mentionnés dans Geus 1984a, p. 6. Toutefois, F. Geus, J. Reinold, Y. Lecointe, J. Bialais, R.-P. Disseaux sont venus sur le site et ont parfois participé à la fouille comme à la documentation des vestiges.

2 Une recension est réalisée dans Sakamoto 2016, p. 82. Nous citons ici les articles le plus pertinents selon nous : Geus 1982a ; Geus, Lenoble 1983a ; Geus, Lenoble 1983b ; Geus 1984a. Voir aussi les rapports de la Sfdas : Geus 1983 ; Geus 1984b.

3 Nous tenons à remercier chaleureusement Didier Devauchelle et Sylvie Vérité pour leur accueil et les facilités qu’ils ont pu nous accorder pour accéder à ces archives conservées dans les locaux de l’Umr 8164 Halma (Cnrs-université de Lille 6 mcc). Les archives contenaient en outre les carnets de fouilles de Patrice Lenoble (cités en référence comme Carnets 1982 ou Carnets 1983), les originaux des relevés de la plupart des tombes fouillées réalisés lors de la seconde campagne par Patrice Lenoble, un lot de diapositives dont l’auteur n’est pas précisé, et les dessins réalisés et encrés par Jean Bialais, René-Pierre Disseaux et P. Vandeplanque de quelques-unes des céramiques découvertes : R.-P. Disseaux, correspondance du 19 avril 2020. Nous avons conservé certains de leurs traits lors de la vectorisation informatique des céramiques issues des inhumations suivantes : Grf 1, Grf 2, Grf 3, Grf 6, Grf 48, Grf 54 et Grf 75.
Le reste du mobilier a été dessiné, photographié et vectorisé par Elsa Jadot et Romain David. Joanna Then-Obłuska s’est chargée du traitement informatique et de la mise en page des planches consacrées aux perles et aux pendentifs.

4 Geus, Lenoble 1983b ; Geus 1984b.

5 Notons que pour la seconde campagne, les fouilleurs ont adopté une nomenclature distinguant les individus (Grf + chiffre), des structures (fosse + lettres) dans lesquelles ils ont été mis au jour.

6 Geus, Lenoble 1983b.

7 Sakamoto 2016, p. 88.

8 Geus 1984.

9 Cahiers 1982, 12/12/1981.

10 Geus, Lenoble 1983a, fig. 1.

11 Geus, Lenoble 1983a, p. 10.

12 Francigny 2016, p. 150.

13 Francigny 2016, p. 73 ; Usai et al. 2014.

14 David et al., à paraître.

15 Geus 1983, p. 26.

16 Par exemple Török 1997, fig. 103, no 900-13 ; Vila 1978, p. 53, fig. 15 ; Garcia Guinea, Texidor 1965, fig. 3.2 ; plus généralement David, Evina 2015.

17 Edwards 1999, fig. 6 ; Bashir, David 2011, p. 122.

18 Voir notamment Török 2011, p. 252-269.

19 Edwards 1998, fig. 2.9, 2.11 ; Dunham 1963, fig. F43 pour des modules inférieurs.

20 Fernández 1984, fig. 7, 165-2 (Génération 7).

21 Fernández 1984, fig. 6, 118-1 (Génération 11) ; Edwards 1998, fig. 6.3. Voir aussi Törok 1987, p. 80. L’auteur recense quelques exemples supplémentaires mais propose une datation plus haute que nous avons des difficultés à suivre compte tenu des données apportées par la nécropole de Gabati.

22 Dunham 1957, fig. 55, no 22-1-123, fig. 84, no 21-12-65b. Pour une datation des tombes de Téritéqas et du prince Arikankharor, voir Rilly 2017, p. 121-122 ; Dunham 1963, fig. D07 et I13.
Voir également Edwards 1999, fig. 6.8 pour une jarre comparable de la tombe 37 datée de la première moitié du ier siècle de notre ère par analyse au radiocarbone.

23 Geus, Lenoble 1983a, p. 12.

24 Dunham 1963, fig. K05 et L08.

25 Voir David, Evina 2016 ; David et al., à paraître.

26 David 2019, p. 881-882 ; Lenoble 1995.

27 Rose 1996, fig. 4.1 ; Dixon 1963, pl. L.a.

28 Williams 1985, fig. 4a-b ; Fernández 1984, fig. 2, no 135.2 ; Randall-Maciver, Woolley 1911, pl. 69, no 10472.

29 David, Evina 2016, p. 109-110. Pour une actualisation voir David et al., à paraître.

30 Edwards 2014 ; David 2018, p. 485-486.

31 David et al., à paraître. Voir également pour la Basse-Nubie : Adams 1986, p. 418, Ware H9.

32 Dunham 1963, fig. 23 ; David, Evina 2015, fig. 4.

33 Crawford, Addison 1951, pl. xxxvi.B.

34 Fernández 1986, fig. 2, no 195-2.

35 Par exemple Geus 1982b, p. 186, fig. 9 ; Caneva 1988, p. 199, fig. 29- 31 ; Edwards 1998, p. 165, fabric G5, fig. 6.19-6.24 ; Bashir, David 2011, p. 123, fabric B7 ; voir aussi Bashir, David 2015, p. 101, fig. 2. On observe aussi l’application de peinture rouge après l’impression dans le cas de Grf 56/1.

36 Edwards, Eisa 2016, p. 89.

37 Voir des listes non exhaustives dans Sakamoto 2016, p. 84 ; Fernández 1983, p. 389, motif P. 49. Enfin, voir Rose 1996, fig. 4.1 et 4.11 pour un proche parallèle au nord.

38 Les impressions très peu profondes ont ainsi été interprétées de manière erronée dans Sakamoto 2016, fig. 2, no 3.

39 Voir aussi Lenoble 2018, p. 184-185, fig. 93 ; Addison 1949, pl. cii, A.4.

40 Voir par exemple Edwards 1998, fig. 6.19 à 6.25.

41 Crawford, Addison 1951, pl. xxviii-xxix ; Addison 1949, pl. c. B.

42 Addison 1949, pl. xciii ; voir Geus 1984a, p. 75 pour un bref commentaire.

43 Par exemple Edwards 1998, fig. 6.25. Pour une discussion sur les biberons, voir David, Evina 2016, p. 113-114.

44 Voir notamment Edwards 1998, p. 178-193 ;
Garstang 1911, p. 29-47 ; Geus, Lenoble 1985 ; Edwards 1991 ;
Marshall, Adam 1954 ; El-Tayeb 1999 ; Bashir 2007. Voir enfin
Lenoble 2018 et particulièrement p. 265-268.

45 Lenoble 1992 ; Lenoble 2018 p. 268-275.

46 Edwards 1991, p. 52-53.

47 Grf 2, 4, 5, 10, 11, 12, 19, 24, 25, 26, 35, 43, 48, 50-51, 52, 57, 60, 66, 67 et 72.

48 Beck 1928. Le rapport de longueur indique la relation entre la longueur et le diamètre de la perle. La longueur d’une perle est définie comme suit : discoïde (moins d’un tiers du diamètre), courte (plus d’un tiers et moins de neuf dixièmes du diamètre), standard (égale ou presque égale au diamètre), longue (plus d’un et un dixième du diamètre et moins de deux fois le diamètre) et très longue (plus de deux fois le diamètre). Ainsi, par exemple, un « cylindre discoïde » est un cylindre dont la longueur est inférieure à un tiers du diamètre.

49 Par exemple, Then-Obłuska 2015.

50 Voir Then-Obłuska 2016.

51 Notamment Then-Obłuska 2014.

52 Then-Obłuska 2015 ; Then-Obłuska 2016.

53 Then-Obłuska 2015 ; Then-Obłuska 2016 ; Then-Obłuska 2018.

54 Then-Obłuska 2014 ; Bashir 2007.

55 Then-Obłuska, Wagner 2019.

56 Then-Obłuska 2015 ; Then-Obłuska 2016 ; Then-Obłuska 2018.

57 Then-Obłuska 2015 ; Then-Obłuska 2016.

58 Then-Obłuska 2018.

59 Voir par exemple Dunham 1957, fig. N ; Bates, Dunham 1927, pl. lxv ; Caneva 1988, p. 199, fig. 24b-c. Pour une brève synthèse, voir Francigny 2016, p. 132-133.

60 Geus, Lenoble 1983b, p. 26. Voir Dixon 1963, p. 231, pl. xlix, A21637.

61 Bates, Dunham 1927, pl. xxxi, pl. lxvi, fig. 2.

62 Cette tombe a livré deux inscriptions méroïtiques (Rem 1013 et 1014) dont la paléographie indiquerait une datation comprise entre la seconde moitié du iie s. et le ier s. avant notre ère : Cl. Rilly, correspondance du 12 avril 2020. Cela conviendrait à la chronologie supposée des bronzes répertoriés selon Török 1989, p. 127, no 53 mais s’éloignerait des données recueillies dans Hofmann 1978, p. 214, 220 qui les date plus tardivement. La jarre inscrite (Rem 1013) est d’une forme et d’un style iconographique comparable à des jarres de Gabati datées aux environs du milieu du ier siècle de notre ère : Edwards 1998, fig. 6.3, nos 2901 et 2902 et p. 247 pour la datation au radiocarbone de la tombe 29.

63 Francigny 2016, p. 124-125.

64 Nous remercions Faïza Drici pour son éclairage sur ce type de mobilier.

65 Voir Lenoble 1997 ; Lenoble 1999 ; Lenoble 2006.

66 Dunham 1957, p. 69, fig. 42, pl. lxv ; Dunham 1963, p. 265, fig. 170.4 ; Welsby 2004, p. 153.

67 Dunham 1957, p. 35, fig. 23. O ; Addison 1949, pl. lii, liv.B.

68 Francigny 2016, p. 123.

69 En dernier lieu Yvanez 2018.

70 Geus, Lenoble 1983b.

71 Addison 1949, p. 210 : « If one kind of pottery more than another can be called distinctively “Jebel Moya pottery” it is this ware with scratched pattern, and particularly the red-polished ware ». Gibbs 2018, fig. 9, c-d pour quelques exemples,

72 Lenoble 1995.

73 Lenoble 2018, p. 261-276.

74 Francigny 2016 ; Edwards 2004, p. 175.

75 Brass 2015.

76 En dernier lieu Brass et al. 2019.

77 Pour une synthèse, voir Wolf et al. 2019, p. 747-751.

78 Geus, Lenoble 1983a, p. 13.

79 Nous nous référons aux notes des carnets de fouilles pour compléter nos observations. Les citations in extenso des carnets sont signalées en italique. Les datations sont précisées quand le matériel nous y autorise. On en trouvera la justification supra.

Table des illustrations

Légende 1. Vue générale de la zone explorée
Crédits (d’après Geus, Lenoble 1983a ; Geus, Lenoble 1983b, Carnets 1982 et Carnets 1983).
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende 2. Plan schématique des tombes de la zone 1
Crédits (d’après les relevés au 1/5e de Patrice Lenoble et Carnets 1983).
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende 3. Vues d’ensemble et de détail de la nécropole de Gereif Est.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende 4. Plan schématique des tombes de la zone 2
Crédits (d’après les relevés au 1/5e de Patrice Lenoble et Carnets 1983).
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende 5. Relevés des tombes fouillées lors de la première campagne.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende 6. Céramique classée en W1.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9k
Légende 7. Céramiques classées en W3.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende 8. Céramiques classées en W4.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende 9. Céramiques classées en W6.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende 10. Céramiques classées en W11.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende 11. Céramique classée en W13.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5k
Légende 12. Céramiques classées en W14.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende 13. Détail des décors des céramiques classées en W14.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende 14. Céramiques classées en W16.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 15. Céramiques classées en W18.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende 16. Céramiques postméroïtiques. Les formes ouvertes.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende 17. Céramiques postméroïtiques. Les formes fermées.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende 18. Perles associées aux inhumations de Grf 2, Grf 4, Grf 5 et Grf 10.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende 19. Perles associées aux inhumations de Grf 11, Grf 12, Grf 19, Grf 24, Grf 25 et Grf 26.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende 20. Perles associées aux inhumations de Grf 35, Grf 43, Grf 48 et Grf 50-[51, voir annexe].
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende 21. Perles associées à l’inhumation de Grf 52.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende 22. Perles associées aux inhumations de Grf 57, Grf 60, Grf 66, Grf 67, Grf 72 et de la fosse h.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende 23. Vaisselle métallique en alliage cuivreux.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende 24. Autre petit mobilier.
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/africae/docannexe/image/3162/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search