Focus n° 6

Chorégraphie d’une « rencontre globale » de l’art à Nairobi

Olivier Marcel

Une fête privée dans un appartement à Valley Arcade, mars 2011

Une fête privée dans un appartement à Valley Arcade, mars 2011

Photo : Olivier Marcel.

  • 1 Ce texte est tiré de ma recherche doctorale.
  • 2 Soit une « situation dans laquelle des individus d’extractions et de perspectives radicalement dif (...)

1Ce cliché montre une fête d’appartement, mode de sociabilité sélectif et sécurisé caractéristique des quartiers résidentiels aisés de Nairobi1. Organisée dans la colocation d’une artiste performeuse kényane en retour d’expatriation, cette festivité a regroupé plusieurs notables de l’art contemporain de la ville. Sur cette même photographie se trouvent réunis un cinéaste et activiste culturel italien, un photographe ivoirien en résidence, un plasticien anglo-kényan, un stagiaire allemand du Goethe-Institut ainsi que plusieurs membres des Maasai Mbili, collectif d’artistes kényans emblématique du bidonville kényan de Kibera. À travers ces trajectoires disparates qui se croisent et s’attirent mutuellement, cette scène montre une des chorégraphies de ce que l’anthropologue Bob White (2011, 6) a appelé une « rencontre globale »2 et dont la composition reflète la position de Nairobi dans la géographie de la création contemporaine mondiale.

2Malgré la morphologie excluante des lieux où se jouent ces rencontres, dont les clôtures verdoyantes et électrifiées sont la tranchante expression et la dure métonymie, l’accès à ces commutateurs de la sociabilité des artistes ne relève pas de la « cristallisation d’une hypothétique identité urbaine » ; il témoigne plutôt de « la fluidité des rapports sociaux, politiques, culturels et économiques, de la difficulté de distinguer clairement ruraux et citadins, les élites et le peuple, le formel et l’informel » (Fourchard & Goerg 2009, 40). Cette fluidité en fait un terrain privilégié de la coalisation d’intérêts entre les figures du « cosmopolitain » et du « local » (Hannerz 1990, 237-251). Dans un jeu où s’immiscent subtilement les hiérarchies et les tactiques spatiales, les premiers cherchent à s’attacher la légitimité des seconds. Ces « locaux », forts d’avoir pu franchir les fragmentations de la ville, déploient alors le répertoire de l’auto-exotisme pour obtenir les ressources de leur mobilité. De telles rencontres accompagnent les projets et les carrières d’artistes et en constituent la ressource sociale. C’est là, entre autres, dans ces à-côtés de la vie culturelle de la ville, que se forgent les collectifs, où se dessinent et s’affirment les lignes idéologiques, esthétiques et curatoriales des projets qui se font jour dans la métropole est-africaine. L’horizon d’accomplissement des artistes kényans se joue donc en partie dans les connexions qu’ils peuvent établir sur place, auprès d’une population en transit et majoritairement expatriée. Ainsi, à l’issue de cette fête dans le quartier de Valley Arcade, des collaborations nouvelles aboutissent sur une série de manifestations artistiques portant sur la mémoire, l’archive, l’« afrofuturisme » ou la « culture du ghetto », et qui sont notamment hébergées par le centre culturel allemand, à la fois entremetteur et metteur en scène de cette globalisation de l’art.

3Nairobi maximise les opportunités de telles rencontres globales du fait d’une position de hub à la fois touristique et humanitaire à l’échelle est-africaine qui fait de la ville une interface des rapports Nord-Sud. Aujourd’hui toutefois, l’unilatéralisme des échanges culturels est à nuancer à l’aune de la mise en réseau des centres d’art et des communautés artistiques à l’échelle des grandes villes en Afrique. Entre 2001 et 2012, Kuona Trust, un des centres les plus actifs de la région pour les arts visuels, a mis en avant les travaux de 256 artistes. L’identité nationale de ces artistes, telle qu’affichée dans les rapports que l’institution produit pour ses financiers occidentaux, montre que la moitié relève d’échanges internationaux : 27 % proviennent d’autres pays africains, 14 % d’Europe et d’Amérique du Nord, 8 % des « Suds » (Marcel 2013). C’est à travers ces circulations que s’observe l’expansion des pratiques de l’art contemporain aux « Suds » et, réciproquement, que peut être envisagée la participation du Kenya au monde de l’art contemporain globalisé.

Bibliographie

Fourchard, Laurent, et Odile Goerg. 2009. « Vivre la sociabilité dans les villes en Afrique ». In Lieux de sociabilité urbaine en Afrique, dirigé par Laurent Fourchard, Odile Goerg, et Muriel Gomez-Perez. Paris : L’Harmattan.

Hannerz, Ulf. 1990. « Cosmopolitans and Locals in World Culture ». Theory, Culture and Society 7, n° 2-3 : 237-251. https://doi.org/10.1177/026327690007002014.

Marcel, Olivier. 2014. Des horizons à la trace. Géographie des mobilités de l’art à Nairobi. Thèse de doctorat. Bordeaux : Université Bordeaux Montaigne.

Marcel, Olivier. 2013. « Filling the Blank Space of Global Art Peripheries: Measurements of Art Mobility and their Ambivalence in Nairobi, Kenya ». Artl@s 2, n° 2 : « Do Maps Lie? » URL : https://docs.lib.purdue.edu/artlas/vol2/iss2/.

White, Bob. 2011. Music and Globalization: Critical Encounters. Bloomington : Indiana University Press.

Notes

1 Ce texte est tiré de ma recherche doctorale.

2 Soit une « situation dans laquelle des individus d’extractions et de perspectives radicalement différentes se rencontrent et interagissent l’un avec l’autre sur la base de connaissances limitées des valeurs, des ressources et des intentions de l’autre » (ma traduction).

Auteur

Olivier Marcel