Version classiqueVersion mobile

Le Kenya en marche, 2000-2020

 | 
Marie-Aude Fouéré
, 
Marie-Emmanuelle Pommerolle
, 
Christian Thibon

Focus n° 1

Le monde des banques et de la finance au Kenya

Adeline Pelletier

Texte intégral

1Le Kenya est le centre bancaire dominant en Afrique de l’Est avec 43 banques commerciales (chiffre de 2014). Ce secteur a évolué considérablement au cours de la dernière décennie, avec l’expansion régionale des banques africaines, auxquelles s’ajoutent des innovations financières et des changements de réglementation bancaire. En conséquence, le paysage bancaire est particulièrement dynamique et se caractérise par la coexistence de plusieurs types de banques : les banques locales kényanes (31 banques) et les filiales des banques étrangères, parmi lesquelles les banques globales des pays développés (4 banques), les banques émergentes, provenant principalement des pays asiatiques (4 banques), et les banques régionales africaines (4 banques).

  • 1 En 2012, les actifs totaux de Standard Chartered au Kenya représentaient 195 milliards KES, contre (...)
  • 2 Entités non bancaires qui fournissent, au nom d’une institution financière, des services de transa (...)

2Entre 2010 et 2015, certaines banques locales, telles que Kenya Commercial Bank ou Equity Bank, ont connu une forte croissance de leurs actifs, au point de dépasser les filiales des banques multinationales telles que Barclays ou Standard Chartered1. Ces grandes banques domestiques ont des stratégies d’expansion en Afrique de l’Est et plus généralement en Afrique subsaharienne, ouvrant des filiales en Ouganda et en Tanzanie, émulant ainsi l’expansion des banques nigérianes telles que United Bank of Africa, ou des grandes banques sud-africaines telles que Standard Bank. Avec des nouveaux modèles basés sur des plateformes technologiques et intégrant paiement mobile et agences bancaires2 (agency banking), ces banques se développent rapidement et génèrent des profits importants. Un travail de terrain mené fin 2013 à Nairobi, incluant des entretiens auprès de dirigeants des départements de crédit et de risque, ainsi que de directeurs de filiales de 26 banques, a permis d’obtenir un éclairage sur les pratiques de crédit de ces banques.

1. À qui les banques kényanes prêtent-elles ?

3La grande majorité des banques enquêtées prêtent principalement au secteur manufacturier, au commerce et au secteur de la construction et de l’immobilier. Plusieurs personnes interrogées ont souligné le fait qu’il y a actuellement au Kenya un boom du secteur de la construction et de l’immobilier. Cependant, le financement de ce secteur est surtout le fait des banques domestiques, les banques étrangères « globales » étant plus réticentes à le financer, en raison d’un appétit pour le risque différent. Le secteur de l’agriculture est le grand oublié du financement des banques, bien qu’il constitue l’un des secteurs les plus importants de l’économie kényane.

4Concernant la composition du portefeuille de prêts, les prêts aux grandes entreprises en constituent généralement la plus grande part (42 % au total pour les banques enquêtées) suivi des prêts aux petites et moyennes entreprises (PME) (35 %) et aux particuliers (18 %). Les 5 % restant concernent les prêts aux coopératives (coopérative d’épargne et de crédit) ou la microfinance. Cependant, les banques domestiques tendent à offrir plus de prêts aux particuliers que les autres types de banques, tandis que les banques étrangères sont plus exposées aux grandes entreprises (plus de 50 % des prêts pour les filiales des banques régionales africaines, 61 % pour celles des banques globales, contre 36 % pour les banques domestiques). Concernant les PME, on remarque que les filiales des banques régionales africaines ont un niveau d’exposition similaire aux banques domestiques, ce secteur représentant en moyenne pour ces deux groupes de banques environ un tiers de leur portefeuille de prêts, tandis qu’elles ne représentent que 20 % environ du portefeuille de prêts des filiales étrangères des banques globales. Il faut mentionner cependant que la définition par les banques de la catégorie de client « PME » peut varier considérablement. La classification repose souvent sur le chiffre d’affaires ou le montant des prêts, mais, par exemple, en fonction des banques, ce montant varie entre 3 000 et 1 million USD. Enfin, il faut noter que le business model de certaines banques domestiques est très focalisé sur les PME, comme c’est le cas pour Equity Bank, tandis que certaines grandes banques étrangères telles que Citi ne participent pas à ce segment, se concentrant sur les grandes compagnies ou les clients institutionnels.

2. Perception favorable du secteur PME par les banques, mais des contraintes importantes

  • 3 La limite du montant des prêts étant établie à 25 % des fonds propres de la banque par emprunteur.

5Les banques ont généralement une impression favorable du segment PME, 92 % des déclarants considérant qu’il offre de bonnes opportunités de financement. Cependant, les banques font face à des contraintes importantes dans leurs opérations de prêts aux PME, ce qui, selon certaines, limite la croissance de leur portefeuille de prêts à ce segment. Parmi les problèmes les plus souvent rencontrés par les banques figurent l’insuffisance ou le manque de collatéral (24 % des réponses), le manque d’information (24 %) et l’insuffisance managériale de certaines PME (29 %). Malgré ces obstacles, certains déclarants ont indiqué que leur banque avait amorcé une réallocation de leur portefeuille de prêts au bénéfice des PME et au détriment des grandes entreprises. Ce mouvement s’explique par la forte intensité de la concurrence pour les prêts aux grandes entreprises, et le pouvoir de négociation de celles-ci, qui réduisent les taux d’intérêt de prêts, tandis que le secteur des PME offre, du point de vue des banques, des retours plus élevés. Par ailleurs, étant donné les restrictions bancaires sur la concentration des prêts3, les petites banques domestiques n’ont pas la capacité de prêter des montants élevés, contrairement aux grandes banques domestiques telles que Kenya Commercial Bank et aux filiales des banques étrangères.

3. Innovations bancaires et évolution vers l’automatisation des pratiques de prêts

  • 4 Credit Reference Bureau Africa Limited (2010) et Metropol Credit Reference Bureau Limited (2011).

6La grande majorité des banques interrogées opèrent une organisation centralisée des fonctions de crédit, et pour 89 % d’entre elles, toute décision concernant les prêts s’effectue uniquement au siège. Certains cadres bancaires ont expliqué que cette pratique permettait d’éviter les abus qui ont pu avoir lieu dans le passé et permet également d’améliorer l’efficacité opérationnelle de leur banque. L’implantation des agences d’évaluation du crédit4 a facilité la tâche des banques.

7Pour évaluer les demandes de prêts la plupart des banques se concentrent sur le « caractère » des candidats à l’emprunt (au travers d’une analyse de la gestion des comptes bancaires), critère qui peut être subjectif ; mais de nombreuses banques ont également établi, ou sont en train d’établir, des systèmes de score de crédits. Ces scores sont plus souvent mis en place pour les prêts aux particuliers (61 % des banques) que pour les prêts aux PME (35 %) et aux grandes entreprises (38 %).

8De manière générale, le financement des PME requiert des systèmes de surveillance et d’information développés et performants, ce qui peut être coûteux à mettre en place pour les petites banques. Equity Bank constitue un modèle intéressant à ce sujet. À l’origine une société de crédit foncier, elle s’est transformée en institution de microfinance pour finalement devenir une banque commerciale. Une des particularités d’Equity Bank est son Universal Banking Software, qui automatise la plupart des décisions et aide les chargés de clientèle dans leur travail de prêt. Couplé à un système de rémunération basé sur la performance, ce système permet une évaluation et une surveillance efficace de la clientèle de particuliers et des PME.

9Une dernière innovation bancaire qui connaît un très fort succès est le paiement mobile. La moitié des banques enquêtées offrent ce service (100 % pour les filiales des banques africaines), même si cela a pu obliger les banques à repenser leur business model en les incitant à établir des partenariats avec les compagnies de télécommunication.

4. Un environnement compétitif marqué par une lenteur judiciaire mais un régulateur bienveillant

10L’intensité de la concurrence et la difficulté d’accès aux dépôts de la clientèle sont les deux défis les plus souvent cités par les banques enquêtées. 80 % des cadres de banques interrogés considèrent que la concurrence pour les dépôts est forte ou intense. La concurrence entre les banques pour les prêts aux PME est également élevée, 66 % des banques considérant qu’elle est forte ou intense, mais ce chiffre est encore plus important dans le domaine des prêts aux grandes entreprises, s’élevant à 75 % des banques interrogées. Le régulateur est généralement considéré comme étant bienveillant, la grande majorité des banques (70 %) considérant que les réglementations bancaires ne constituent pas, ou ne constituent qu’un obstacle mineur à leur activité. Cependant, le secteur judiciaire et la lenteur des tribunaux sont souvent mentionnés par les banques comme représentant un frein à leur activité (62 % des personnes interrogées considèrent que cela représente un obstacle important ou extrême). Les procédures judiciaires sont souvent longues, et cette voie n’est utilisée qu’en dernier ressort tant il est difficile pour les banques de recouvrir les collatéraux par ce biais.

Notes

1 En 2012, les actifs totaux de Standard Chartered au Kenya représentaient 195 milliards KES, contre 91 milliards KES en 2007. Pour Barclays, ces chiffres étaient de 185 milliards KES en 2012, contre 158 milliards KES en 2007. Les actifs totaux de Kenya Commercial Bank s’élevaient à 304 milliards KES en 2012, contre 120 milliards KES en 2007, tandis que pour Equity Bank, ces chiffres étaient de 216 milliards KES en 2012, contre 53 milliards KES en 2007 (source : Oloo, Ochieng. 2013. Banking Survey 2013. Nairobi : Think Business Ltd).

2 Entités non bancaires qui fournissent, au nom d’une institution financière, des services de transaction et de paiement. Petits commerces, pharmacies, agences postales, etc. peuvent jouer ce rôle.

3 La limite du montant des prêts étant établie à 25 % des fonds propres de la banque par emprunteur.

4 Credit Reference Bureau Africa Limited (2010) et Metropol Credit Reference Bureau Limited (2011).

© Africae, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search