Chapitre 5

Commerce bon marché de la ville à la campagne au Kenya

Sylvain Racaud
  • 1 « Everybody knows now, everybody is a trader now and that’s the problem now. »
  • 2 Pourtant, la croissance kényane est projetée à 5,7 % pour l’année 2018, 5,8 % pour l’année 2019 et (...)
  • 3 Voir Banque mondiale (2016). La précision de ce chiffre sur une activité qui par définition échapp (...)

1« Tout le monde est au courant désormais, tout le monde est un commerçant maintenant, et c’est le problème actuellement »1, déclarait George en avril 2015, depuis son étalage rudimentaire dans une rue commerçante de Nyeri, où il vend quasi quotidiennement des ballerines made in China. Il résume la réponse majeure que les populations urbaines et rurales donnent aux blocages de l’économie kényane2. En effet, le secteur de l’économie formelle ne parvient pas, de manière structurelle, à absorber une part croissante d’actifs. Par conséquent, le secteur dit informel est la principale alternative, offrant une activité à plus de neuf entrepreneurs et commerçants sur dix (Banque mondiale 2016). Le Bureau national des statistiques estime que le secteur informel représente 82,7 % de l’emploi hors agriculture en 20143. Le secteur informel est considéré comme un amortisseur et un régulateur de crise (Charmes 1992 ; Hugon 2003), mais George en souligne des limites, puisque selon lui le marché est saturé de vendeurs et de marchandises principalement importées.

2Tout le monde est témoin de l’arrivée en masse d’articles bon marché, notamment les ballerines, les sandales en plastique, les accessoires de mode, les vêtements, etc., qui ont inondé espaces commerçants urbains et marchés ruraux. La Chine est la première source d’importation du Kenya : sa part est passée de 12 % du total des importations à 23 % entre 2012 et 2014 (Sanghi & Johnson 2016) et s’est maintenue à 23 % en 20174. Les prix des marchandises importées de Chine ont baissé de 10 % entre 2012 et 2014 (Sanghi & Johnson 2016). Parmi ces produits, la pacotille5 figure en bonne place. Elle est disponible, accessible et adaptée aux pouvoirs d’achat et aux capitaux limités ; partant, les échanges et les circulations de ces articles augmentent des grands comptoirs commerciaux jusqu’aux confins ruraux. À l’échelle est-africaine, cette route marchande se combine avec celle de la fripe, autre catégorie de marchandises peu onéreuses. La filière fripe est plus ancienne et est un moteur habituel de la vente informelle6.

3Dans ce contexte de combinaisons inédites, comment des circulations sans précédent de vendeurs et de marchandises bon marché structurent-elles une route marchande entre ville et campagne, entre formel et informel, entre agriculture et commerce ? Comment se développent des dynamiques territoriales spécifiques ? La route marchande est l’ensemble des acteurs et des lieux reliés de manière durable par des relations commerciales. Quels sont les acteurs engagés dans les échanges, quelles sont leurs relations ? Quels sont les lieux qui participent à ces circulations et comment sont-ils organisés ? Ce travail porte sur un segment spécifique de la route transnationale des pacotilles chinoises et sur ses articulations locales avec la route de la fripe. La plupart des travaux s’intéressent aux vitrines visibles de la route commerciale du made in China, c’est-à-dire les métropoles avec leurs rues globales marchandes (Bertoncello & Bredeloup 2007 ; 2009) ou s’arrêtent aux villes sans suivre les ramifications rurales (Pliez 2009). Qu’en est-il de la face cachée rurale ou de l’envers du décor urbain ? On examinera les formes géographiques de la route entre Kisumu et son arrière-pays dans l’Ouest kényan, et entre Nyeri et l’ouest du mont Kenya, en intégrant leurs relations avec des comptoirs commerciaux est-africains.

4Notre hypothèse est que le développement de la route marchande des pacotilles organise un espace ressource (Pliez 2007) d’entre-deux, entre ville et campagne, entre formel et informel. Il s’agit d’un espace plus ou moins vecteur d’opportunités et plus ou moins approprié par les acteurs suivant leurs positions dans l’entre-deux. L’entre-deux est un objet interstitiel paradoxal : il s’immisce non seulement entre deux objets, mais il est aussi présent à l’intérieur de ces objets, par exemple l’urbain que l’on retrouve à la campagne ou le rural que l’on retrouve en ville (Brient 2007 ; Racaud 2006). Plus qu’une combinatoire complexe entre ville et campagne (Bonerandi et al. 2003), l’entre-deux est aussi cet espace ressource entre le formel et l’informel, cet envers du décor aux frontières poreuses et labiles. À la fois entre et dans les objets, l’entre-deux remet ainsi en cause leurs attributs, par exemple le formel qui vit de l’informel et vice versa. Par conséquent, ce chapitre s’intéressera aux formes les plus flexibles, aux statuts marqués par l’incertitude et la précarité, au quotidien d’une population majoritaire, en prenant l’exemple de petits auto-entrepreneurs, ceux qui suivent les circuits des marchés périodiques et ceux qui vendent dans la rue.

5Le matériau empirique provient de plusieurs missions de terrain réalisées au Kenya en 2015 et 2016. Les données ont été collectées à partir d’entretiens (35) menés principalement avec des vendeurs sédentaires ou itinérants. Trois entretiens de groupes et trois récits de vie ont été effectués. Recueillir la parole sur les lieux de vente de travailleurs précaires, autrement dit d’acteurs à l’assise économique faible et au statut souvent non reconnu, peut entraîner des facteurs de blocage (Steck 2006). On a tenté de les dépasser par une démarche compréhensive, c’est-à-dire en tentant de saisir dans un contexte spécifique les représentations et les pratiques des acteurs. Pour examiner les dynamiques territoriales de la route et l’espace ressource d’entre-deux, le propos est organisé en trois parties. La première porte sur l’organisation des espaces marchands, la seconde traite de l’accès au réseau marchand ancré à la ville et à la campagne et la troisième s’intéresse aux mobilités et aux liens marchands.

1. Espaces marchands

Nyeri et Kisumu : deux villes à arrière-pays densément peuplé et agricole

  • 7 D’après les données du recensement de 2009 et de celui de 2019.
  • 8 On utilise les données de l’ancienne Nyanza Province pour intégrer la population de l’arrière-pays (...)

6Nyeri, au pied du mont Kenya, est située à 150 km de Nairobi. Kisumu, au bord du lac Victoria, se trouve à 340 km de la capitale kényane. La ville de Nyeri et celle de Kisumu, avec respectivement 140 200 et 560 394 habitants en 2019 (KNBS 2019), sont des pôles administratifs, de services, d’interactions sociales et économiques, qui jouent des fonctions relais entre ville et campagne, notamment pour les échanges agricoles (Rondinelli 1988). Nyeri Municipality et Kisumu City s’inscrivent dans une urbanisation est-africaine marquée par la densification du semis urbain (Calas 2007). Ces villes ont des taux de croissance très inégaux : 1,6 % par an pour Nyeri et 3,8 % par an pour Kisumu sur la décennie 2009-20197. Elles sont des centres pour leur arrière-pays agricole qui connaît des densités rurales importantes. Elles dépassent les 300 hab./km² sur le versant du mont Kenya (moyenne de 280 hab/km² pour Nyeri County, GROK 2013) et sont en moyenne de 440 hab./km² pour l’ancienne Nyanza Province8. Il y a donc une tension croissante entre la finitude de la terre et la démographie.

7L’essentiel de la population rurale est engagée dans une petite agriculture fortement dépendante du climat ; elle associe cultures vivrières (principalement maïs et haricot) et cultures commerciales. À l’ouest du mont Kenya, sur le versant puis sur le piémont, en fonction de l’étagement, les producteurs plantent thé et café alors que la canne à sucre est la culture commerciale principale dans l’Ouest. Les productions agricoles commerciales du Centre sont mieux connectées au marché. « La ville de Nyeri est une ville dont l’activité économique est liée principalement à l’agriculture » (Mitullah et al. 2006, 76) et la zone produit beaucoup de cultures alimentaires commerciales (pomme de terre, maraîchage) pour les villes, principalement Nairobi. À l’Ouest, les débouchés commerciaux pour l’agriculture posent problème et la fonction de relais agricole pour Kisumu est plus réduite, notamment du fait des infrastructures de communication rurales défaillantes et de la situation périphérique.

8Avec la néo-libéralisation des économies (ouverture des marchés, augmentation du poids des acteurs privés, etc.), les fonctions d’intermédiation sont renouvelées (Mainet & Édouard 2013) et les villes petites et moyennes est-africaines sont des acteurs à part entière de la structuration de routes commerciales transnationales (Mainet & Racaud 2015). La transformation du tissu économique urbain ne suit pas le rythme de la croissance de la population : par exemple, ces villes ne sont pas des pôles industriels. Le paysage économique urbain nourrit et se nourrit d’un entre-deux spatial et économique. Il existe une forte « interdépendance durable entre la ville et l’hinterland » (Mitullah et al. 2006, 76), souvent chevillée aux activités informelles. En moyenne, au Kenya, le secteur informel emploie 53 % de l’emploi urbain, le taux le plus important étant à Kisumu (61 %) (KNBS 2015). Les espaces marchands urbains et les marchés ruraux sont des lieux privilégiés du commerce bon marché, des relations ville-campagne et formel-informel.

Organisation des espaces marchands

  • 9 Un county est à peu près l’équivalent d’un département.

9Les quartiers commerçants et les marchés urbains et ruraux sont des lieux d’interfaces multiples. Ils remplissent des fonctions économiques en permettant les échanges client-commerçant, ville-campagne, formel-informel, que ce soit à la ville ou à la campagne. Ils sont aussi des lieux de relations sociales. On y échange plus que des marchandises : les informations et les rumeurs circulent, les amitiés se lient et se délient, etc. À l’image de la plupart des marchés ruraux, les marchés périodiques du Nyeri County sont des miroirs de leur arrière-pays car on y retrouve les productions agricoles locales. La santé de ces marchés dépend de celle de l’économie locale, essentiellement agricole. Le thé, principale exportation du Kenya, est la culture la plus importante du versant sud-ouest du mont Kenya. La filière thé, comme celle du café, est structurée autour de coopératives qui court-circuitent les marchés ruraux. Ces derniers ne jouent donc pas des fonctions de collecte et de redistribution des productions locales. Les marchés de Monyu, Kiamariga ou encore Kiaruhiu ne dégagent pas l’image de marchés périodiques dynamiques, que l’on retrouve par exemple sur le versant ouest du mont Elgon, sur les pentes des Uporoto dans le Sud-Ouest tanzanien, ou encore dans l’Ouest camerounais. En dépit d’infrastructures financées par le county9 (comté), les jours de marché sont mornes : on n’y retrouve pas la ferveur d’un grand moment de la vie rurale qu’est censé être un jour de marché rural (Chaléard 1996). Par conséquent, ils jouent peu la fonction de diffusion des produits importés, le nombre de commerçants y étant limité. Personne ne vient de la ville pour y écouler sa marchandise, puisque l’économie rurale basée sur le thé n’est pas assez dynamique. En revanche, à Endarasha, en dépit de l’absence d’infrastructures, l’agriculture basée sur les cultures alimentaires à destination du marché urbain est dynamique et attire des commerçants de Nairobi, voire de Mombasa. L’économie rurale, sans être riche, permet néanmoins des échanges marchands nombreux. Le marché accueille la clientèle locale et des vendeurs itinérants venus de Nyeri ou de Mweiga pour écouler la marchandise bon marché. Le développement de la route commerciale des pacotilles s’appuie donc, aussi, sur ce qui pousse dans les champs.

  • 10 Kisumu compte trois shopping malls, c’est-à-dire des centres commerciaux modernes où les nombreuse (...)

10L’équipement commercial de Kisumu et de Nyeri est composé de quelques petits supermarchés10, de nombreuses boutiques dans les rues principales de leur Central Business District (CBD), de marchés quotidiens et d’innombrables dispositifs sommaires de vente. Ces derniers occupent les rues où les flux de passants sont les plus importants, c’est-à-dire les axes empruntés par les employés du CBD qui rallient les gares routières. Ces voies sont aussi parcourues par les vendeurs ambulants, catégorie la plus précaire des vendeurs de rue. À Kisumu, quatre rues autour du Jomo Kenyatta Ground (vaste parc entre le CBD et les gares routières) sont couvertes de part et d’autre d’innombrables étalages de fripes diverses ou de pacotille chinoise. Les bords d’Otieno Oyo Street, à quelques dizaines de mètres, sont aussi occupés par une multitude de marchands et leurs produits. Dans la rue principale Oginga Odinga, les vendeurs de rue, postés aux entrées et aux abords des boutiques, cohabitent avec ces dernières, alors que dans les rues Ang’awa, Jomo Kenyatta Highway et Ojino Okew, la vente est quasi-exclusivement assurée par plusieurs centaines de vendeurs de rue. Les dispositifs de vente ont des formes variées, de l’étalage sur un sac découpé disposé à même le sol, à la table couverte permanente appelée kibanda. Le commerce de rue est ainsi varié, et l’observateur a du mal à différencier les paysages commerciaux d’un marché longiligne. Que ce soit pour la vente de rue ou la vente dans un marché, le sous-équipement est la norme. Les photos suivantes montrent le contraste de la vente de rue, entre un stock et un équipement réduits à pas grand-chose et plusieurs sacs de fripe entreposés dans un hangar couvert et ouvert.

Photo 1. Diversité des dispositifs de vente, JK Highway et Ojino Okew Street

Photo 1. Diversité des dispositifs de vente, JK Highway et Ojino Okew Street

Photo : Sylvain Racaud, 2016.

  • 11 Selon le chef du département d’urbanisme du Kisumu City County, en effet, ces activités « sont inf (...)
  • 12 « The informal sector must be supported in ways that will raise productivity and distribution and (...)
  • 13 « ‘Enterprise’ means an undertaking or a business concern whether formal or informal engaged in pr (...)

11En dépit de cette hétérogénéité, ces deux commerces opèrent dans des espaces non planifiés pour cette activité ; par conséquent, d’après le cadre législatif, ils sont informels et n’ont pas de licence annuelle. Néanmoins, les mêmes autorités qui ne leur reconnaissent pas de statut formel leur octroient, moyennant 30 KES par jour, une licence temporaire valable une journée. Le critère « vendre dans un espace non prévu à cet effet » est un critère majeur de définition du commerce informel pour les autorités locales11. Il est à noter que le dernier plan urbain à Kisumu remonte à 1975. Pourtant, au plus haut niveau de la rhétorique politique, le plan Kenya Vision 2030 formule que « le secteur informel doit être soutenu de manière à développer l’économie et à augmenter le nombre d’emplois » ; il prévoit « de fournir au secteur informel des équipements permanents, des services, de la formation et l’accès au crédit et au marché »12 (GROK 2007, 10 et 14). Le cadre institutionnel présente des contradictions entre les différents niveaux puisque la non-reconnaissance des vendeurs informels par Kisumu City County, par Nyeri County ou par Nairobi City County n’est pas conforme à deux lois : le Urban Areas and Cities Act de 2011 et le Micro and Small Enterprise Act de 2012. Ce dernier énonce qu’« “entreprise” se rapporte à une entreprise formelle ou informelle, engagée dans la production de biens ou la prestation de services »13 (NCLR 2012, 7).

12La gestion quotidienne de l’économie informelle se situe entre un cadre politique et législatif national et des politiques locales. Cet entre-deux maintient le secteur dans la précarité et est la porte ouverte aux dérives telles que la corruption, quasi quotidienne, des officiers en charge du respect des arrêtés, ou encore la récupération politique au plus haut niveau. Par exemple, l’Economic Strategy Action Plan de l’alliance politique de la National Rainbow Coalition, qui gagna les élections présidentielles en 2002, reconnaissait que 88 % des emplois promis viendraient des small, informal business enterprises (Kamunyori 1999, 13). Cette légitimité temporaire, quoique renouvelée quotidiennement avec la licence, participe du flou de la notion d’informel. Cette dernière, comprise dans un sens commun, se réfère aux activités économiques qui s’opèrent hors régulation étatique et dont les frontières avec le secteur formel sont confuses (Lindel 2010).

  • 14 Le recours à la tontine Mary go around est très fréquent, tout comme le table banking, une sorte d (...)
  • 15 KITES : Kisumu Informal Traders Economic Support ; KISTA : Kisumu Informa Traders Association, KAS (...)
  • 16 En 2015-2016, 1 EUR équivalait à 110 KES, 1 000 KES équivalent à 9 EUR.
  • 17 « We are the one who negotiate with the County government on their behalf [vendors]. »

13La régulation du commerce bon marché, marqué par une forte composante informelle, est une oscillation permanente dans l’arène locale de pouvoirs. Cette dernière est un assemblage flottant d’acteurs multiples et de secteurs variés (public/privé, économique/politique, autorités/société civile, formel/informel) dont les frontières sont perméables (Blundo 2002). En dépit d’un statut officiel d’« informel », le monde des vendeurs de rue est organisé. Cette régulation par le bas se réalise dans un entre-deux institutionnel puisqu’une activité considérée comme informelle est régulée en partie par de nombreux groupes enregistrés auprès du Ministry of Gender, Children and Social Development. Ce cadre donne des exigences (réunion quotidienne, élections régulières, tenues de registres, etc.) et offre des services comme l’épargne, le crédit et l’entraide sociale14. Ces groupes, appelés self-help groups, comptent entre une dizaine et une cinquantaine de membres. À Kisumu, il y en aurait une quarantaine et pas moins de huit dans Oginga Odinga Street. Les vendeurs les plus précaires, c’est-à-dire ceux qui ont très peu de capital, sont moins souvent membres d’une organisation collective, faute de confiance ou de capital à convertir en cotisations. Le prix de la confiance et le risque de perdre le peu qui a été accumulé freinent l’engagement collectif. Pour autant, les groupes sont un atout dans les rapports de force avec les autorités locales, leurs leaders sont les interlocuteurs privilégiés, parfois courtisés voire achetés. Il n’est pas rare que des kiosques soient attribués à des leaders dans des projets de création d’espaces marchands (Bus Park à Kisumu en 2003). Ces groupes peuvent être en compétition entre eux (par exemple KITES15 et KISTA à Kisumu) et les problèmes de leadership sont fréquents (par exemple KASVIT à Kisumu), quand il ne s’agit pas de collusion politico-mafieuse. La ruelle Apindi Back Lane à Kisumu est une ruelle commerciale de plusieurs dizaines de petites boutiques. Ce projet a été financé en 2004 par un Constituency Development Fund généreusement octroyé par le député local de l’époque. L’espace est géré par un comité qui compte à sa tête deux individus qu’on a rencontrés dans un beau véhicule aux vitres fumées, alors qu’ils négociaient la vente d’une boutique à un commerçant somali pour la modique somme de 350 000 KES16. Ils sont notoirement connus pour avoir accumulé, avec la complicité de politiciens et d’administrateurs locaux, des dizaines de boutiques : « Nous sommes ceux qui négocient avec le gouvernement du county au nom des commerçants »17, en particulier l’attribution et le transfert de propriété des boutiques. Le commerce bon marché est une ressource économique pour des acteurs visibles et d’autres moins, c’est aussi une ressource électorale. Par exemple, l’homme d’affaires Eddy Anayo, élu membre de l’Assemblée du county (Member of County Assembly) en 2013, à Kisumu, a récupéré en quelque sorte l’investissement réalisé en cofinançant des dizaines de kiosques sur une section de la JK Highway. Pour le monde politique, les vendeurs de rue représentent une force électorale ou d’affreux accapareurs d’espaces publics, la relation s’adaptant aux calendriers et aux luttes politiques.

2. Accès au réseau marchand ancré à la ville et à la campagne

Marchands, constitution du capital et accès au commerce

14Le commerce bon marché se développe car les prétendants aux affaires sont nombreux et en nombre croissant. Les vendeurs exercent pour les plus anciens depuis une quinzaine d’années mais une grande part depuis moins de dix ans. Cet afflux de marchands est à l’image de celui des marchandises, les importations kényanes en provenance de la Chine (en valeur) auraient augmenté de 1 500 % sur la décennie 2000 (Patroba, 2012) et de 60 % entre 2010 et 201718. Le négoce de produits importés est le débouché principal pour la majorité des jeunes. Joyce, vendeuse de rue à Kisumu, montrant son étal sommaire, confesse que « c’est ici où l’on vient pointer quand on a terminé l’école »19. Il n’y a pas de profil type et les typologies semblent aventureuses et inappropriées tant ces acteurs sont flexibles et susceptibles de passer d’une catégorie à une autre du jour au lendemain. Hommes, femmes, jeunes ayant terminé leurs études ou en train de les achever, retraités de la fonction publique, ex-employés séduits par l’aventure de l’entreprenariat, pauvres, moins pauvres, bref, une large gamme d’individus anime ce monde du commerce à vil prix. On peut distinguer ceux qui ont choisi cette activité, insatisfaits voire désenchantés par le salariat qu’il soit formel ou informel, agricole, dans l’industrie ou les services, et ceux, plus nombreux, qui n’avaient pas d’autre horizon que celui du commerce bon marché.

15Les parcours à étapes sont caractéristiques des trajectoires des vendeurs, dont bon nombre ont connu au préalable l’expérience diverse du salariat. Dans l’expérience marchande, débuter par la fripe est un classique ; accéder au commerce de produits neufs est déjà plus ambitieux et les vendeurs sont flexibles : ils adaptent non seulement leur gamme selon les saisons mais également au gré des opportunités ou en fonction des déconvenues. D’autre part, la vente ambulante hawking et la vente de rue sont des étapes préliminaires à la vente sédentaire dans un marché quotidien ou dans un magasin, ou à la vente dans des marchés périodiques. La durée des étapes varie selon le succès de l’aventure commerciale. Les situations des personnes qui achètent et revendent des marchandises sont plus ou moins évolutives, certaines parviennent à accumuler du capital, d’autres ne décollent pas de la situation initiale, bien souvent enracinée dans la misère. La faiblesse du capital financier, associée à la faiblesse du capital éducatif et du capital social, limite les chances de succès et les commerçants qui réussissent le mieux sont ceux qui parviennent à de nombreuses combinaisons de réseaux sociaux, professionnels et politiques (Walther 2015).

16Le capital de départ est constitué via plusieurs canaux : don (rare), prêt (assez commun), accumulation issue d’une activité précédente (mode le plus fréquent) ; les combinaisons sont possibles. Un capital peut être constitué par une épargne issue d’un ou plusieurs emplois à laquelle peut s’ajouter un prêt ou un don, bien souvent obtenu d’un aîné ou du conjoint. Malgré de fortes disparités, le capital de départ est habituellement inférieur à 15 000 KES, et il n’est pas rare que certains aient commencé avec moins de 5 000 KES, parfois même avec moins de 1 000 KES. Ceux qui ont pu démarrer leur commerce avec plus de 20 000, voire jusqu’à 50 000 KES, ont par exemple réussi à obtenir un prêt bancaire ou un prêt d’un groupe d’entraide solide. Des retraités de la fonction publique peuvent entreprendre avec un capital de plusieurs dizaines de milliers de KES.

17L’accès principal à la route marchande se fait par l’introduction via un commerçant ou par une certaine forme d’apprentissage. Dans ces deux cas, l’accès repose sur une personne avec qui l’impétrant avait des relations sociales, bien souvent sur fond d’interconnaissance familiale, villageoise ou communautaire. Les prétendants au commerce sont guidés lors de leurs premiers pas de marchand, et même très souvent accompagnés dans le quartier commerçant, pour être recommandés aux fournisseurs et pour être familiarisés avec le lieu urbain, d’autant plus quand ce dernier est un quartier marchand d’une grande métropole comme Nairobi. Les vendeurs se souviennent de cette expérience même après de nombreuses années, comme Job qui, dix ans après, a encore en mémoire la date du 2 février 2005 quand il s’approvisionna pour la première fois à Nyeri, en compagnie de son ami commerçant, installé comme lui à Endarasha (3 000 habitants en 2009). L’assistance peut défier des règles de concurrence du marché. Sur le marché bihebdomadaire de Kiamariga, petite bourgade située à 1 800 mètres sur le versant ouest du mont Kenya, Florence, vendeuse de vêtements, layettes, sandales en plastique et petits accessoires ménagers, a été accompagnée à Nyeri pour son premier approvisionnement par son concurrent direct, dont l’étalage similaire est attenant. Lui-même avait d’ailleurs été accompagné à Nyeri par un commerçant de ce marché. La photo suivante montre la proximité des deux étals : l’étal de Florence est situé juste derrière celui au premier plan. Il y a des formes de solidarité qui dépassent de simples règles de concurrence où un commerçant chercherait plutôt à se garder plus de parts du marché. D’autres commerçants ont été guidés vers les vitrines et dans les arcanes de Kamukunji, le grand comptoir nairobien pour la pacotille chinoise.

Photo 2. Étal, marché de Kiamariga

Photo 2. Étal, marché de Kiamariga

Photo : Sylvain Racaud, 2015.

  • 20 « I was idle for so long when I started form 4, so I started […] I brought the idea from him, he’s (...)

18D’autre part, il n’est pas rare que les marchands aient été au préalable vendeurs assistants pour le compte d’un membre de la famille, de la communauté voire d’un ami. Ce mode renvoie aux pratiques de placement d’enfants apprentis et aux solidarités de groupes que l’on retrouve dans de nombreuses communautés en Afrique. Cette étape permet au débutant d’acquérir l’expérience, des contacts et parfois du capital. Par exemple, malgré son jeune âge, George, vendeur de rue à Nyeri, ayant validé sa licence de Business IT (Information and Technology) en 2015, pratique le commerce depuis plus de cinq ans. Il a commencé à vendre à la sortie des cours, pendant ses études secondaires en form 4 (équivalent à la classe de terminale). George vendait un peu au-dessus du prix de vente indiqué par son ami afin de réaliser du bénéfice : « J’étais sans source de revenus depuis très longtemps quand j’ai commencé la terminale, alors je me suis lancé, je me suis inspiré de mon ami, c’est un vrai ami20. » Il n’est pas rare que des lycéens, ayant bénéficié de marchandises à crédit ou d’un petit capital avancé par un proche, deviennent vendeurs pendant les vacances scolaires. Construction d’une expérience et constitution d’un capital sont le fruit de relations de proximité, de travail et de solidarités. La ville élargit les combinaisons possibles entre liens généalogiques et relations extra-familiales (Agier 1981). La pénétration de la route marchande dans les campagnes, via les marchés, offre aussi de nouvelles possibilités d’assemblages de relations pour constituer des réseaux sociaux.

Système d’activités basé sur des complémentarités ville-campagne

  • 21 Les gommes sont les sandales en plastique les plus sommaires, les moins chères, non assujetties à (...)
  • 22 Une acre représente une surface de 63 m sur 63 m, soit 4 000 m² ou 0,4 hectare.

19Les vendeurs qui vivent à la campagne mais aussi de nombreux vendeurs de villes moyennes intègrent la ville et la campagne dans leur système d’activités. Les complémentarités qui en découlent entraînent des mobilités et des circulations de ressources (capital, biens en nature). Le système d’activités est compris comme l’« ensemble dynamique et structuré d’activités en interaction mises en œuvre par une entité sociale donnée en mobilisant des ressources disponibles dans un environnement écologique et social donné » (Gasselin, Vaillant & Bathfield 2014, 106). La vente permanente ou périodique est ainsi souvent associée à l’activité agricole au sein d’un ménage ou d’un emploi du temps d’un individu. Cela conduit à des agencements flexibles en fonction des calendriers agricoles et des calendriers des marchés. Alfred, la petite soixantaine, suit l’itinéraire de marchés périodiques dynamiques une partie de la semaine (Endarasha le vendredi, Nairutia le samedi, Mweiga le jeudi) pour écouler les ballerines, sandales en plastiques et gommes21, et cultive son champ l’autre partie de la semaine. Les vendeuses du marché quotidien d’Othaya, petite ville de 5 200 habitants (KNBS 2015) à une quinzaine de kilomètres au sud de Nyeri, n’arrivent pas avant 10 heures du matin car elles sont occupées dans les champs depuis l’aube. Les superficies cultivées sont de tailles modestes, souvent une acre22 dans le Nyeri County, où sont mis en culture maïs, haricot, etc., c’est-à-dire du vivrier marchand complété par du thé ou du café, et de l’élevage, réduit le plus fréquemment à une vache en stabulation. Dans l’Ouest, les superficies sont peut-être plus vastes, deux acres, mais l’articulation au marché est moindre. Que ce soit à l’Ouest ou dans le Nyeri County, les commerçants-cultivateurs considèrent que l’agriculture ne procure pas assez de revenus et le commerce bon marché est une activité complémentaire à bon compte. Ce commerce est fortement imbriqué aux saisons car la clientèle tire ses revenus en partie ou en totalité de l’agriculture. La période des récoltes est donc la période faste pour les marchands puisque l’argent est plus abondant et circule davantage.

20Si l’engagement dans le commerce des articles importés peu chers représente une alternative à des blocages ruraux et agricoles, il peut aussi être un moyen d’acquérir de la terre et d’investir dans l’agriculture. Des commerçants quotidiens ont investi dans des cultures alimentaires commerciales à destination du marché urbain, comme la pomme de terre et le chou vers Nyeri, ou le melon vers Kisumu. Rosemary, grossiste de fripe, circulant entre Nairobi et Kisumu, ne réside plus sur l’exploitation et emploie des ouvriers agricoles sur ses terres dans le county de Siaya. L’absence relative du commerçant-cultivateur sur sa parcelle et les investissements peuvent modifier les systèmes de production. Ils deviennent plus intensifs en matière d’intrants et de main-d’œuvre, et les cultures orientées vers le marché régional se développent. Que ce soit à Nyeri ou à Kisumu, des vendeurs ont pu acquérir de la terre au village grâce aux revenus tirés du commerce. Paul a pu acheter une parcelle au village au bout de cinq ans ; Henri, après avoir fui la vallée du Rift, a pu construire sa maison à Nyeri ; Frederic a pu augmenter son capital foncier hérité à Homa Bay. D’autre part, on n’envisage pas sa retraite hors du village d’origine, sauf peut-être pour les jeunes qui n’y pensent pas encore et pour ceux qui ont investi en ville. L’activité en ville doit pouvoir permettre de construire la maison sur la parcelle héritée, voire achetée. L’objectif est d’assurer des ressources futures. L’investissement au village dépend de la réussite économique en ville. Les chocs rencontrés dans la cité, en particulier pour les vendeurs de rue dont l’activité n’est pas reconnue par les autorités, ont un impact direct sur la vie du village. Cela est le cas par exemple lors de la perte de tout ou partie du stock, voire la destruction planifiée par les autorités, comme lors de l’évacuation par le feu du marché Oile en septembre 2014 à Kisumu. D’un autre côté, pour ceux d’extraction rurale qui résident en ville, tirer des ressources en numéraire ou en nature (nourriture) du village est une condition nécessaire du maintien en ville, en particulier pour les vendeurs de rue au capital commercial très limité, comme les nombreux street vendors spécialisés en pacotilles chinoises de la rue Oginga Odinga à Kisumu.

Photo 3. Street vendors, rue Oginga Odinga, Kisumu

Photo 3. Street vendors, rue Oginga Odinga, Kisumu

Photo : Sylvain Racaud, 2016.

  • 23 Pour reprendre l’expression bien connue « Un pied dedans, un pied dehors » de Chaléard & Dubresson (...)

21Les vendeurs sont des vecteurs de diffusion locale de produits globalisés, des maillons du bas de la route transnationale. La plupart des vendeurs rencontrés dans les villes moyennes, petites, ou dans les marchés ruraux ont une origine rurale. Qu’ils soient sédentaires, itinérants, permanents ou périodiques, ils ont souvent un pied au champ, un pied à l’espace marchand23. Ils intègrent l’agriculture et le commerce urbain dans leur système d’activités, conduisant à des mobilités et à des circulations de capitaux et d’objets spécifiques.

3. Mobilités et logiques de réseaux

Entre ville, campagne et comptoir est-africain

22L’extension de la route marchande, vecteur d’opportunités économiques, conduit à des mobilités inédites entre campagnes, villes secondaires et métropoles. Les circulations des hommes et des objets liées au commerce sont fonctionnelles et se réalisent à plusieurs échelles en fonction du capital disponible : il s’agit de s’approvisionner ou d’écouler sa marchandise. Les vendeurs itinérants qui suivent le circuit des marchés périodiques peuvent commercer jusqu’à sept jours par semaine, comme Job, un marchand très mobile. Il s’approvisionne le lundi à Nyeri (ou à Nairobi si son capital le lui permet), il vend à Mweiga le mardi, ailleurs le mercredi, à Mweiga le jeudi, à Endarasha le vendredi, à Nairutia le samedi et à Kiawara le dimanche. Ce calendrier s’ajuste en fonction des saisons agricoles puisque les récoltes diffèrent en temps et en nature selon les zones agroécologiques. Son aire de mobilité est locale, réduite au Nyeri County, même s’il peut parfois s’approvisionner à Nairobi. Les vendeurs rencontrés sur les marchés périodiques ruraux ont souvent un capital modeste qui les contraint à un rayonnement local. À Endarasha, le marché périodique s’anime à partir de 11 heures, une fois que la plupart des commerçants sont installés. Un grand nombre vient de Nyeri, dans une moindre mesure de Mweiga (3 500 habitants, KNBS 2015), quand ils ne vivent pas à Endarasha. Sur près d’une centaine de commerçants, les deux tiers vendent de la fripe, une dizaine vend des pacotilles importées, trois seulement vendent des vêtements neufs. La gamme des articles est un indicateur du pouvoir d’achat local.

Photo 4. Marché périodique d’Endarasha

Photo 4. Marché périodique d’Endarasha

Photo : Sylvain Racaud, mai 2015.

23Les circulations d’objets et d’hommes des villes vers les campagnes s’articulent avec des mouvements des campagnes vers les villes, ou des villes secondaires vers les métropoles pour l’approvisionnement en marchandises. Les capitaux limités entraînent des mouvements fréquents car le stock réduit doit être souvent alimenté. Dans le Nyeri County, les fréquences les plus basses sont d’un voyage par mois (cela concerne surtout ceux qui vendent entre un et trois jours par semaine), les plus élevées sont de deux voyages par semaine vers la source d’approvisionnement. Cette dernière dépend du lieu d’activité et du volume d’approvisionnement. Pour les marchés peu dynamiques du versant sud-ouest du mont Kenya, où l’économie repose sur le thé, Karatina (8 500 habitants, KNBS 2009) et Nyeri sont les comptoirs commerciaux principaux. Les marchés situés sur l’axe Nairobi-nord du Kenya vers l’Éthiopie et les marchés situés au nord-ouest de Nyeri, où le commerce des cultures alimentaires commerciales entraîne des connexions avec Nairobi, ont des échanges facilités avec la capitale. Gikomba pour la fripe et Kamukunji pour la pacotille chinoise sont les comptoirs commerciaux nationaux majeurs. Ces places marchandes incontournables sont aussi les centres d’approvisionnement des vendeurs de Nyeri. Les vendeurs itinérants ou sédentaires, ruraux ou urbains, reconnaissent qu’avant de pratiquer le commerce bon marché, ils ne se rendaient que rarement à Nyeri et encore moins souvent à Nairobi. Ces échanges commerciaux récents engendrent des flux inédits, des aires de mobilité sans précédent à géométrie variable, des « territoires marchands » (Grégoire 2002) labiles selon les interrelations avec l’agriculture et selon toute opportunité économique.

24Au bord du lac Victoria, le développement de la route du commerce bon marché organise des connexions et des centralités marchandes à plusieurs échelles. À Kisumu, Kibuye est un marché quotidien qui connaît un pic d’activité le dimanche puisque des grossistes en provenance de Nairobi, Nakuru et Mombasa viennent écouler leurs balles de fripe. Bus Park, la gare routière principale de Kisumu, est le comptoir régional pour les pacotilles. Y cohabitent grossistes, détaillants et vendeurs de rue. Ces lieux attirent et fournissent les marchands qui opèrent dans les villes et les villages de la région. Par ailleurs, une part significative de l’approvisionnement de Kisumu en articles made in China est assurée par de nombreux grossistes et détaillants qui se fournissent directement à Kampala à des fréquences similaires à ceux qui se ravitaillent à Nairobi, c’est-à-dire deux à quatre fois par mois. Malgré sa situation enclavée, Kampala est un hub est-africain d’articles importés. La capitale ougandaise offre des conditions attractives pour des commerçants d’Afrique de l’Est. Il en est ainsi de quelques marchands du Sud-Ouest tanzanien, à plus de 1 300 km, qui s’y approvisionnent, délaissant Dar es Salaam. Les marchandises que l’on retrouve à Owino Market et dans le « triangle d’or » (Calas 1998, 177), principalement à William Street, Kikuubo Street et Nakivubo Street, ont pourtant été débarquées à Mombasa et ont transité par Nairobi. Cependant, les taux de change avantageux, les taxes peu élevées et les négociations opaques à la frontière Ouganda-Kenya font que le prix unitaire d’une sandale made in China est plus intéressant à Kampala qu’à Nairobi. Le développement de cette route marchande Kisumu-Kampala se fait conjointement à celui de groupes de commerçants, par exemple Kampala Friends, constitué en mars 2016, comptant trente-trois membres. Un des membres qui s’approvisionna à Kampala pendant quinze ans lui préfère désormais Mwanza, métropole du Nord-Ouest tanzanien. Les routes sont ainsi labiles et la concurrence est-africaine vive.

25Le commerce bon marché, avec ses objets, ses acteurs, ses modes d’accès aisés et ses lieux, organise des routes marchandes flexibles dont l’essor se traduit par des connexions inédites entre ville et campagne, entre ville secondaire et métropole, et cela même au-delà des frontières. La circulation des objets, des capitaux, l’agencement des activités entre commerce et agriculture, ainsi que des mobilités inédites, sont le produit d’opportunités économiques, espace ressource d’entre-deux qui illustre des dynamiques territoriales spécifiques intégrant des marges, l’Ouest kényan, des villages, des acteurs du bas, à des réseaux commerciaux globaux. Ces dynamiques territoriales expriment la manière dont des « espaces discrets de la mondialisation » (Pliez & Choplin 2015) sont parties prenantes de logiques de réseaux globaux.

Liens marchands intégrés dans des logiques de réseau

26Outre les flux matériels, la structuration de la route commerciale bon marché s’effectue aussi avec des relations marchandes intangibles. Les mobilités d’échange marchand sont inédites pour les vendeurs rencontrés sur les marchés ruraux ou dans les espaces marchands de petites villes (par exemple Othaya). Ces commerçants, en se ravitaillant au comptoir, deviennent coutumiers des vitrines de la globalisation où ils tissent des relations plus ou moins continues avec leurs fournisseurs. Se structurent ainsi des réseaux professionnels marchands. Le crédit partiel ou l’avance sur marchandise n’est pas rare. Il permet de capter la clientèle et il est aussi une condition d’échanges fluides. Entretenir des relations durables permet d’établir la confiance, cette dernière pouvant servir de levier en cas de coup dur (Berrou & Gondard-Delcroix 2011). Un fournisseur peut « aider » son client avec une avance en produits exceptionnelle. Les relations de proximité facilitent également la négociation. Pour autant, les vendeurs ne sont pas pieds et poings liés à leurs fournisseurs et c’est « la marchandise qui guide ». Par conséquent, il est fréquent que les fournisseurs téléphonent à leurs clients pour faire la promotion de nouveaux articles, voire même pour prendre des nouvelles d’éventuels clients indélicats qui auraient changé de fournisseur. De plus, les connexions intangibles sont facilitées par la diffusion du smart phone équipé de l’application WhatsApp et par l’usage du paiement par téléphone avec le système Mpesa, largement entré dans les mœurs depuis son lancement en 2007 au Kenya.

27Accoutumés à la ville, les itinérants ruraux et les jeunes urbains de petites villes qui s’approvisionnent au comptoir sont ceux qui rapportent les nouveautés : ils sont des vecteurs de la mode, qu’ils portent d’ailleurs sur eux. Les « objets constituent un aspect essentiel des cadres de socialisation » (Kaufmann 1997, 111), la pacotille contribue à la constitution d’une classe de petits entrepreneurs d’extraction paysanne, acteurs de la mise en relation de lieux et de sociétés au monde. Ce rapport à l’ailleurs, dans des sociétés rurales ouvertes et qui s’ouvrent de plus en plus, façonne une demande d’objets globalisés, expression des interrelations entre facteurs socioculturels et système économique globalisé. Si le rapport à l’espace change, le rapport au temps est aussi renouvelé. Accès amplifié à des biens non durables voire éphémères, immédiateté des revenus, mobilités inédites, contribuent à façonner des identités d’entre-deux – social shifter (Durham 2000) dans cet espace ville-campagne connecté au global. Ces identités, construites en partie par des mobilités circulatoires et des trajectoires de plus en plus individuelles, remettent en cause le statut du territoire, espace approprié collectivement, construit dans la durée, support d’identité (Charlery de la Masselière 2013). Ce commerce itinérant participe ainsi à des rapports sans précédent à un espace-temps inédit, articulant ville et campagne et leurs attributs complémentaires dans un espace ressource intégré dans des logiques de réseaux à plusieurs échelles.

  • 24 « I’m a farmer and I’m a business man. »

28Les liens marchands tissés sur la route bon marché s’assemblent avec des sociabilités quotidiennes locales et se nouent autour d’une identité imprégnée d’entreprenariat. Le secteur des produits peu chers n’est pas sélectif, les articles sont disponibles et accessibles, leur commerce permet de fonder des solidarités de groupes qui combinent logiques sociales et logiques économiques. Dans les espaces marchands ruraux et urbains, pour certains commerçants, ce qui a du sens, c’est davantage la relation sociale que la fonction marchande de cet « être ensemble ». Le groupe de vendeuses à Othaya avoue que les bénéfices sont maigres mais que ce commerce leur permet de sortir du champ, du foyer, du village et d’être en ville, ensemble, à partager une vie à cheval entre la parcelle agricole et la table en bord de rue. Ou du moins, il permet de sortir sinon de la condition, tout du moins de l’image du paysan, ainsi l’explique le vieux Wilson, debout devant son tas de vieille fripe déballée sur un morceau de bâche au marché d’Endarasha : « Je suis un paysan et je suis un businessman »24, clame-t-il fièrement. L’ancien ne vend pourtant que deux fois par semaine, et, vu l’état du stock, on peut douter de la capacité de son affaire à l’enrichir. Les exemples de self-made-man, comme Victor Maina ou Davis Mukuha, fondateurs de leurs chaînes de supermarchés respectives, héritières d’une petite boutique initiale, alimentent les imaginaires dans un pays vitrine est-africaine d’une économie néolibérale où l’entreprenariat est fortement valorisé. L’esprit entrepreneurial promu dans les programmes nationaux (par exemple Kenya Vision 2030), ancré comme une valeur positive dans la société kényane, se retrouve chez ces petits auto-entrepreneurs et également dans la logique néolibérale à l’échelle de la ville dans les pratiques de planification urbaine (Morange 2013). Du champ à la ville, de l’individu à l’État, le développement de la route marchande au Kenya permet de lire quelques effets géographiques de la globalisation.

Conclusion : entre les lieux et les « espaces mobiles »25 du commerce bon marché

  • 25 Rétaillé (2005).

29En partant d’une lecture géographique, ce chapitre a interrogé comment des circulations de vendeurs et de marchandises organisent un espace ressource produit par des interrelations ville/campagne, formel/informel, agriculture/commerce. L’espace de la route analysé s’étend des campagnes aux villes. Il est intégré dans des logiques de réseaux poreux, associant liens sociaux, professionnels et politiques. De la campagne à la ville secondaire, la route du commerce bon marché est marquée par des équipements sommaires pour la majorité des acteurs, dont une bonne partie combine dans ses systèmes d’activités et de revenus l’agriculture et la vente au détail de menus articles. L’accès à ce commerce est possible grâce à de faibles capitaux et grâce à de l’interconnaissance. L’expérience professionnelle est jalonnée d’étapes. Les acteurs privés, à travers leurs mobilités et les liens marchands intangibles, sont les maillons du bas de la construction de la route qui connecte de manière amplifiée des lieux plus nombreux. Le commerce de rue ambulant ou sédentaire, aux formes nombreuses et flexibles, aux frontières perméables, est une expression privilégiée d’un entre-deux entre activités formelles et informelles.

30L’espace ressource d’entre-deux illustre une tension géographique entre d’une part le lieu, point de l’espace localisé, nommé, représenté et pratiqué, et d’autre part l’espace mobile, réalité spatiale relative et mouvante. Les rues marchandes sont des portions de l’espace reconnues (toponymie), matérialisées (dispositifs de vente) et appropriées collectivement souvent à l’issue de conflits entre vendeurs et autorités (mais aussi entre vendeurs). Les conflits d’usage et la compétition pour l’espace expriment la conflictualité de l’espace qui « suscite toujours la contestation et devient l’enjeu principal des luttes et des actions visant un objectif » (Lefebvre 1974, 471). Le commerce bon marché associe fixité (relative) de dispositifs et fluidité des vendeurs qui suivent les vagues de clients principalement à la sortie du travail. À Kisumu, Nyeri, Nairobi, etc., chaque jour en fin d’après-midi, un flux ininterrompu de clients potentiels émerge entre le CBD est les gares routières (photos suivantes).

Photo 5. Rues JK Highway à Kisumu (en haut) et Gakere Road à Nyeri (en bas)

Photo 5. Rues JK Highway à Kisumu (en haut) et Gakere Road à Nyeri (en bas)

Photo : Sylvain Racaud, 2015 et 2016.

31Cette forme de l’espace ressource renvoie à l’« ambulantage », forme opportuniste et furtive de vente qui dessine une géographie floue et fluide de la ville (Monnet 2006). Cette marée humaine est synonyme d’opportunités économiques pour les vendeurs qui ont délaissé les lieux de vente de la journée pour les trottoirs piétinés et appropriés. L’espace change donc temporairement de nature tout comme l’employé du CBD qui devient client. Le mouvement est le moteur de ce changement : d’espace de circulation, des secteurs urbains deviennent des espaces marchands, la forme de l’espace change et la nature de l’objet en mouvement également (Retaillé 2005). Au final, la géographie de la route marchande du commerce à bon compte, à travers ses mobilités sans précédent, à travers ses espaces marchands instables, à travers ses acteurs privés du bas au statut précaire, à travers ses oscillations incertaines entre formel et informel, peut être interprétée comme le produit d’un contexte de précarité d’une grande partie des sociétés rurales et urbaines kényanes, ou, encore, comme le produit local de connexions à la globalisation.

Bibliographie

Agier, Michel. 1981. « Étrangers, logeurs et patrons : l’improvisation sociale chez les commerçants soudanais de Lomé ». Cahiers d’Études africaines 21, n° 81-83 : 251-265. https://doi.org/10.3406/cea.1981.2314.

Banque mondiale. 2016. Informal Enterprises in Kenya. Washington : Banque mondiale.

Berrou, Jean-Philippe, et Claire Gondard-Delcroix. 2011. « Dynamique des réseaux sociaux et résilience socio-économique des micro-entrepreneurs informels en milieu urbain africain ». Mondes en développement, n° 156 : 73-88. https://doi.org/10.3917/med.156.0073.

Bertoncello, Brigitte, et Sylvie Bredeloup. 2007. « De Hong Kong à Guangzhou, de nouveaux “comptoirs” africains s’organisent ». Perspectives chinoises 1 : 98-110. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/2053.

Bertoncello, Brigitte, et Sylvie Bredeloup. 2009. « Des rues globales marchandes ? Les allées du Centenaire à Dakar, Huanshi middle road à Guangzhou (Canton) ». Géographie et cultures, n° 71. https://doi.org/10.4000/gc.2001.

Blundo, Giorgio. 2002. « Éditorial. La gouvernance, entre technique de gouvernement et outil d’exploitation empirique ». Bulletin de l’APAD, n° 23-24. URL : https://apad.revues.org/129.

Bonerandi, Emmanuelle, Pierre-Antoine Landel, et Emmanuel Roux. 2003. « Les espaces intermédiaires, forme hybride : ville en campagne, campagne en ville ? » Revue de géographie alpine 91, n° 4 : 65-77. https://doi.org/10.3406/rga.2003.2263.

Brient, Gaëlle. 2007. « Géographie “ouverte” des territoires du piémont sud du Kilimandjaro (Nord – Tanzanie) ». Thèse de doctorat. Pessac : Université de Bordeaux III Michel Montaigne.

Calas, Bernard. 1998. Kampala, la ville et la violence. Paris : Karthala.

Calas, Bernard. 2007. « Dynamiques métropolitaines d’Afrique orientale ». Les Cahiers d’Outre-Mer, n° 237 : 3-22. https://doi.org/10.4000/com.624.

Chaléard, Jean-Louis, et Alain Dubresson. 1989. « Un pied dedans, un pied dehors, à propos du rural et de l’urbain en Côte d’Ivoire ». In Tropiques, lieux et liens : florilège offert à Paul Pélissier et Gilles Sautter, dirigé par Françoise Pinton, 277-290. Paris : ORSTOM-CNRS-EHESS.

Chaléard, Jean-Louis. 1996. Temps des villes, temps des vivres, l’essor du vivrier marchand en Côte d’Ivoire. Paris : Karthala.

Charlery de la Masselière, Bernard. 2013. « Systèmes spatiaux, systèmes de ressources et identités : redéfinir les contextes des dynamiques territoriales ». In Dynamiques rurales dans les pays du Sud, l’enjeu territorial, dirigé par Bernard Charlery de la Masselière, Bénédicte Thibaud, et Virginie Duvat, 9-20. Toulouse : PUM.

Charmes, Jacques. 1992. « Le secteur informel, nouvel enjeu des politiques de développement ? » L’Homme et la société, n° 105-106 : 63-77. https://doi.org/10.3406/homso.1992.2664.

Durham, Deborah. 2000. « Youth and the Social Imagination in Africa: Introduction to Parts 1 & 2 ». Anthropological Quarterly 73, n° 3 : 113-120. URL : https://www.jstor.org/stable/3317936.

Gasselin, Pierre, Michel Vaillant, et Benjamin Bathfield. 2014. « Le système d’activité. Retour sur un concept pour étudier l’agriculture en famille ». In L’agriculture en famille : travailler, réinventer, transmettre, dirigé par Pierre Gasselin, Jean-Philippe Choisis, Sandrine Petit, François Purseigle, Sylvie Zasser, 101-124. Paris : INRA & EDP Sciences.

Gazel, Hervé, Dominique Harre, et François Moriconi-Ebrard. 2010. Africapolis II, L’urbanisation en Afrique centrale et orientale. Paris : Agence française de développement (AFD)–e-Geopolis [archive].

Government of Republic of Kenya. 2007. Kenya Vision 2030, the Popular Version. Nairobi : GROK.

Government of Republic of Kenya. 2013. Nyeri County Intergrated Development Plan 2013–2017. Nairobi : GROK–Department of Finance and Economic Planning.

Grégoire, Emmanuel. 2002. « Territoires marchands en Afrique subsaharienne ». Historiens & Géographes, n° 379 : 133-140. URL : http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:010029301.

Hugon, Philippe. 2003. L’économie de l’Afrique. Paris : La Découverte.

Kamunyori Wanjiru, Sheila. 2007. « A Growing Space for Dialogue: The Case of Street Vending in Nairobi’s CBD ». Mémoire de master. Cambridge (MA) : Massachusetts Institute of Technology.

Kaufmann, Jean-Claude. « Le monde social des objets ». Sociétés contemporaines, n° 27 : 111-125. https://doi.org/10.3406/socco.1997.1466.

Kenya National Bureau of Statistics (KNBS). 2019. 2019 Kenya and Housing Population Census, Vol. 1: Population by County and Sub-county. Nairobi : KNBS.

Labrianidis, Lois. 2008. The Moving Frontier: The Changing Geography of Production in Labour. Aldershot : Ashgate.

Lefebvre, Henri. 1974. La production de l’espace. Paris : Anthropos.

Lindell, Ilda (dir.). 2010. African Informal Workers. Collective Agency and Transnational Organizing in Urban Africa. Londres, New York : Zed Books ; Uppsala : Nordic Africa Institute.

Mainet, Hélène, et Jean-Charles Édouard. 2011. « Territorialités rurales et villes intermédiaires dans les montagnes d’Afrique de l’Est : vers un renouvellement des fonctions ? » In Dynamiques rurales dans les pays du Sud, l’enjeu territorial, dirigé par Bernard Charlery de la Masselière, Bénédicte Thibaud, Virginie Duvat, 157-170. Toulouse : PUM.

Mainet, Hélène, et Sylvain Racaud. 2016. « Secondary Towns in Globalization: Challenged Position or Inconspicuous Key Role in Trade Flows? » Articulo, Journal of Urban Research, n° 12. https://doi.org/10.4000/articulo.2880.

Mitullah, Winnie, Kiura Munene, Frida Muthoni, Francis Ang’awa, Peter Ogara, et George Wagah. 2006. « Trois villes moyennes au Kenya ». Les Cahiers d’Afrique de l’Est, édition supplémentaire « Les villes moyennes au Kenya : les enjeux de la gestion urbaine et les objectifs du millénaire pour le développement » dirigé par Samuel O. Owuor : 73-86.

Monnet, Jérôme. 2006. « Le commerce de rue, ambulant ou informel et ses rapports avec la métropolisation : une ébauche de modélisation ». Autrepart, n° 39 : 93-109. https://doi.org/10.3917/autr.039.0093.

Morange, Marianne. 2013. « Street Trade, Neoliberalisation and the Control of Space: Nairobi’s Central Business District in the Era of Entrepreneurial Urbanism ». Journal of Eastern African Studies 9, n° 2 : 247-269. https://doi.org/10.1080/17531055.2015.1018407.

National Council for Law Reporting. 2012. Micro and Small Enterprise Act. Nairobi : NCLR.

Patroba, Hilary. 2012. « China in Kenya: Addressing Counterfeit Goods and Construction Sector Imbalances ». South African Institute of International Affairs (SAIIA) Occasional paper 110. Johannesburg : SAIIA. URL : https://saiia.org.za/research/china-in-kenya-addressing-counterfeit-goods-and-construction-sector-imbalances/ [archive].

Pliez, Olivier. 2007. « Des jeans chinois dans les rues du Caire, ou les espaces discrets de la mondialisation ». Mappemonde 88, n° 4. URL : http://mappemonde.mgm.fr/num16/articles/art07404.html [archive].

Pliez, Olivier. 2009. « Salloum (Égypte), une bourgade bédouine sur les routes de la mondialisation ». L’Espace géographique, n° 38 : 31-42. https://doi.org/10.3917/eg.381.0031.

Pliez, Olivier, et Armelle Choplin. 2015. « The Inconspicuous Spaces of Globalization ». Articulo, Journal of Urban Research 12. URL : https://articulo.revues.org/2905.

Racaud, Sylvain. 2006. « L’agriculture urbaine à Bafoussam, Ouest Cameroun : Aux fondements de la rurbanité ». Mémoire de master. Toulouse : Université Toulouse 2.

Retaillé, Denis. 2005. « L’espace mobile ». In Le territoire est mort, vive les territoires !, dirigé par Benoit Antheaume, Frédéric Giraut, 175-202. Paris : IRD Éditions. https://doi.org/10.4000/books.irdeditions.3397.

Rondinelli, Dennis. « The Market Towns and Agriculture in Africa: The Role of Small Urban Centres in Economic Development ». African Urban Quarterly 3, n° 1-2 : 3-10.

Sanghi, Apurva, et Dylan Johnson. 2016. « Deal or No Deal, Strictly Business for China in Kenya? » Policy Research Working Paper 7614. Washington : World Bank. URL : https://documents.worldbank.org/en/publication/documents-reports/documentdetail/801581468195561492/deal-or-no-deal-strictly-business-for-china-in-kenya.

Steck, Jean-Fabien. « La rue africaine, territoire de l’informel ? » Flux, n° 66-67 : 73-86. https://doi.org/10.3917/flux.066.0073.

Walther, Olivier. 2015. « Business, Brokers and Borders: The Structure of West African Trade Networks ». Journal of Development Studies 51, n° 2 : 603-620. https://doi.org/10.1080/00220388.2015.1010152.

Notes

1 « Everybody knows now, everybody is a trader now and that’s the problem now. »

2 Pourtant, la croissance kényane est projetée à 5,7 % pour l’année 2018, 5,8 % pour l’année 2019 et 6 % pour 2020 (Voir « The World Bank In Kenya », http://www.worldbank.org/en/country/kenya/overview [archive] ; Banque mondiale 2019). Une croissance portée notamment par les investissements en infrastructures, par la reprise agricole et par la baisse des incertitudes politiques. L’écart entre cet indicateur au taux enviable et la situation quotidienne de la majorité des ménages questionne la pertinence de nombre d’indicateurs économiques ou de développement.

3 Voir Banque mondiale (2016). La précision de ce chiffre sur une activité qui par définition échappe à la comptabilité formelle est emblématique de la fiction de certains chiffres.

4 UN COMTRADE, « Kenya. » URL : https://atlas.media.mit.edu/en/profile/country/ken [archive].

5 On entend par « pacotille » la marchandise de qualité inférieure et de peu de valeur. On s’intéresse ici principalement aux ballerines clinquantes, aux sandales en plastique à fiabilité incertaine (d’ailleurs appelées « sans-confiances » au Cameroun), aux bijoux fantaisie et autres accessoires de mode aussi brillants qu’éphémères, aux vêtements de qualité douteuse, aux petits appareils électroniques et ustensiles ménagers à vil prix.

6 La fripe s’est développée dans les années 1990 dans un mouvement de libéralisation économique. En 1991, l’annulation de la loi de 1984 interdisant les importations de fripe a ouvert le marché kényan pour ces marchandises dont les prix étaient très inférieurs à ceux des vêtements produits au Kenya (Labrianidis 2008).

7 D’après les données du recensement de 2009 et de celui de 2019.

8 On utilise les données de l’ancienne Nyanza Province pour intégrer la population de l’arrière-pays de Kisumu car l’actuel Kisumu County se rapporte pour l’essentiel à la zone urbaine de la ville de Kisumu.

9 Un county est à peu près l’équivalent d’un département.

10 Kisumu compte trois shopping malls, c’est-à-dire des centres commerciaux modernes où les nombreuses boutiques sont interconnectées par des allées marchandes. Mega Plaza Mall, dans le CBD, a ouvert en 1996, Mega City Mall, en périphérie, a ouvert en 2005 et West End Shopping Mall, dans le CBD, a ouvert en 2015.

11 Selon le chef du département d’urbanisme du Kisumu City County, en effet, ces activités « sont informelles puisqu’elles sont réalisées dans des espaces non prévus à cet effet : « They are informal in the sense that they operate in a non-designated point. »

12 « The informal sector must be supported in ways that will raise productivity and distribution and increase jobs »… « to provide them [informal sector] with permanent and serviced facilities, training and access to credit and markets. »

13 « ‘Enterprise’ means an undertaking or a business concern whether formal or informal engaged in production of goods or provision of services. »

14 Le recours à la tontine Mary go around est très fréquent, tout comme le table banking, une sorte de dérivé de la tontine.

15 KITES : Kisumu Informal Traders Economic Support ; KISTA : Kisumu Informa Traders Association, KASVIT : Kisumu Alliance of Street Vendors and Informa Traders.

16 En 2015-2016, 1 EUR équivalait à 110 KES, 1 000 KES équivalent à 9 EUR.

17 « We are the one who negotiate with the County government on their behalf [vendors]. »

18 « What Does China Export to Kenya? » 2017. UN COMTRADE. URL : https://atlas.media.mit.edu/en/visualize/tree_map/hs92/export/chn/ken/show/2017/ [archive].

19 « This is where we report immediately after school. »

20 « I was idle for so long when I started form 4, so I started […] I brought the idea from him, he’s a very good friend. »

21 Les gommes sont les sandales en plastique les plus sommaires, les moins chères, non assujetties à la mode, constituées en un seul morceau moulé.

22 Une acre représente une surface de 63 m sur 63 m, soit 4 000 m² ou 0,4 hectare.

23 Pour reprendre l’expression bien connue « Un pied dedans, un pied dehors » de Chaléard & Dubresson (1989).

24 « I’m a farmer and I’m a business man. »

25 Rétaillé (2005).

Auteur

Sylvain Racaud