Chapitre 2

Les grands écarts du développement au Kenya

Bernard Calas

1La précédente édition du Kenya contemporain date de 1998 (Grignon & Prunier 1998) ; il ne s’agit pas ici de la reprendre point par point. D’abord, certaines caractéristiques du pays n’ont pas fondamentalement changé et ne demandent pas qu’on y revienne. Ensuite, cette contribution tente plutôt de faire justice aux évolutions géographiques majeures qui ont eu lieu au Kenya (« le vieillissement » des lieux) à partir du double vieillissement dont parle Pérec dans Des Lieux : celui de mon écriture et celui de ma propre subjectivité. Aussi ces lignes sont-elles empreintes de ces trois vieillissements mais ne s’intéresseront qu’aux dynamiques des espaces kényans, dont il s’agira moins de « rendre compte de l’extrême diversité » que de présenter les évolutions majeures sur vingt-cinq ans, avec pour objectif de distinguer les espaces attractifs et intégrés des espaces répulsifs et marginalisés.

2Avant tout, il convient de présenter deux faits majeurs qui déterminent l’ensemble des problématiques kényanes et, au-delà, africaines.

  • 1 Écrivant pour un public francophone, ce sont l’anachronisme et l’ethnocentrisme les moins absurdes

3Tout d’abord, en trente ans, la population kényane a plus que doublé, passant de 23 millions d’habitants à près de 53 millions (Pison 2019) ! Il faut prendre la mesure de ces chiffres : imaginez la France1 passer de ses actuels 64 millions à 120 millions d’habitants en 2040… et, à l’heure de « la crise » des migrants, imaginez les débats, les tensions et les ajustements engendrés par un tel accroissement. C’est le changement le plus important, à conserver en permanence en mémoire. Le Kenya n’est évidemment pas le seul pays à avoir connu une telle croissance, et celle-ci n’est pas la plus forte, ni en valeur absolue ni en valeur relative. Ni unique, ni extrême, la croissance de la population kényane témoigne de manière exemplaire de la vigueur de la transition démographique africaine et, sans tomber dans un malthusianisme de mauvais aloi, quel que soit l’angle sous lequel on envisage ce pays et au-delà ce continent, il faut faire sienne cette formidable dynamique vitale qui fait que la moitié de la population a moins de 18 ans. Elle impose de placer les hommes et la politique du nombre au centre du propos et cette perspective informe l’analyse des inégalités de développement du Kenya. Aussi, plutôt que d’ouvrir sur une présentation du support physique, faut-il introduire les hommes et leurs caractéristiques vitales.

  • 2 Il était de 0,548 en 2014, le plaçant au 145e rang mondial, et de 0,43 en 1990, correspondant au 1 (...)

4Ensuite, il faut intégrer l’idée que le Kenya reste, et sans doute pour quelques décennies encore, surdéterminé par les problématiques du développement. Certes, il s’est développé au point de n’être plus un des pays les moins avancés (PMA). Une croissance économique d’en moyenne 5 à 6 % par an sur trente ans, malgré des reculs et des ralentissements dus aux aléas politiques, climatiques ou conjoncturels, a permis au pays d’augmenter significativement son PIB (67 milliards USD, 68e rang mondial) et son PIB par habitant (1 380 USD/habitant/an). Néanmoins, il n’est pas encore émergent au sens des banques d’affaires et des agences de notation ; et même s’il n’émarge plus aux mêmes guichets que les PMA, que les analystes patentés l’envisagent comme un des « lions africains » (Mac Kinsey 2013), que ses élites le voient en pays émergent à l’horizon 2030 (Vision 2030) et affichent l’ambition de rejoindre les « tigres » et autres « dragons » asiatiques, le pays reste fondamentalement dominé par des problématiques du développement. La moindre sécheresse fait planer la menace d’une crise de cherté voire de disette dont les effets se répercutent à l’ensemble de l’économie et de la société. Le moindre épisode d’el niño paralyse l’économie. Même au-dessus de la moyenne africaine, son IDH reste relativement faible2 ; son développement très inégalement réparti, socialement et spatialement : 45 % de la population vit encore avec moins de 2 USD par jour et son indice de Gini (0,51), loin de reculer, augmente et le place parmi les plus inégalitaires du continent. Au total, le revenu moyen de 115 USD par mois et par habitant le place au 140e rang mondial.

5Ces deux idées liminaires soulignent l’importance des évolutions dans la façon dont le pays a affronté trois des défis majeurs du développement : celui de la transition démographique, celui de la diversification économique et de la transformation structurelle pour sortir de la dépendance, de l’aide et du sous-développement, et celui de la soutenabilité environnementale du forçage induit par l’augmentation des besoins, et cela dans un contexte de mondialisation accrue. Ces défis suscitent des évolutions, spectaculaires pour certaines, silencieuses pour d’autres, qu’il faut situer.

1. Premier défi : la transition démographique

6En 2009, à la date du dernier recensement (avant celui, tout récent, d’août 2019), la population kényane croissait au rythme de 2,8 % par an, doublant ainsi tous les vingt-cinq ans. Depuis, la croissance a diminué à 2,3 % par an (Pison 2019). La population kényane est donc en pleine transition démographique. La croissance décélère (3,3 % en 1990), sous l’influence de la baisse de la natalité, elle-même corrélée à la baisse de l’indice synthétique de fécondité (ISF de 6,6 en 1990, 4,7 en 2009, 3,4 en 2019). En effet, les Kényanes font moins d’enfants que leurs voisines ougandaises et tanzaniennes et que leurs mères. D’après le dernier Demographic and Health Survey (2014), après avoir stagné pendant une dizaine d’années et être même remonté de 4,6 à 4,9 enfants par femme à la fin des années 1990, l’ISF national est passé nettement sous la barre des quatre enfants par femme. Cela résulte d’une diffusion des pratiques contraceptives : désormais 60 % des femmes de plus de 15 ans utilisent la contraception contre un tiers en 2000. Cette diffusion est en partie due à l’introduction de la scolarité primaire gratuite en 2003. Si la diffusion des pratiques contraceptives se poursuivait à ce rythme, elle permettrait d’envisager la possibilité pour le pays de bénéficier du fameux dividende démographique qui ferait, à l’image de ce qui s’est déroulé en Asie du Sud-Est voici une cinquantaine d’années, baisser le taux de dépendance des actifs avant qu’il ne ré-augmente sous l’effet du vieillissement de la population déjà entamé et, probablement, augmenter rapidement le PIB par habitant, variable centrale du développement.

7La progression de la contraception se combine au léger recul de l’âge au mariage (20 ans), au recul de l’âge de la première maternité et de la proportion des maternités adolescentes (de 12,7 % en 1990 à 9 % aujourd’hui), liés à un réel empowerment féminin. La mortalité infantile a aussi baissé (de 98 ‰ en 1990 à 79 ‰ en 2009 à 35 ‰ en 2019 [Pison 2019]), augmentant les chances de survie des enfants et, classiquement, accompagnant l’amélioration de l’éducation féminine, le recul du désir d’enfants et l’allongement des intervalles inter-génésiques.

8Cependant, la géographie de la transition démographique, du recul de la natalité et de la fécondité montre une opposition très nette entre les hautes terres centrales et le reste du pays. Dans les comtés de Meru et Kirinyaga, plus de 70 % des femmes ont recours à la contraception quand, dans les basses terres du nord-nord-est (comtés de Wajir, Mandera et Garissa) moins de 7 % des femmes l’utilisent ; les hautes terres de l’ouest, la vallée du Rift et la côte se situent en position intermédiaire.

Figure 1. Utilisation des méthodes modernes de contraception

Figure 1. Utilisation des méthodes modernes de contraception

Conception : Bernard Calas, réalisation : Valérie Alfaurt, 2019.

9Après avoir baissé à 51 ans en 2000 à cause des effets de la pandémie sida, l’espérance de vie est remontée à 67 ans, signifiant ainsi l’entrée dans l’ère post-sida. Mais pas pour tout le monde : encore 1,6 million de personnes sont infectées. De grandes inégalités géographiques par rapport à cette étape importante de la lutte contre la mort apparaissent puisque les rives du lac Victoria, singulièrement le pays luo, présentent toujours de fortes prévalences.

La croissance modifie-t-elle la répartition spatiale de la population kényane ?

10En 2009, la densité moyenne du Kenya était de 66 habitants par km2, ce qui ne signifie rien tant les contrastes sont énormes entre les densités rurales du comté de Vihiga qui atteignent des valeurs asiatiques de 973 hab./km2 en 2009 et les 4 hab./km2 de Marsabit, quasi sahariennes. Au-delà de cette banalité, les densités fortes restent centrées sur les hautes terres, singulièrement occidentales (Kisii : 877 ; Nyamira : 659 ; Bungoma : 452 ; Kakamega : 546 ; Trans Nzoia : 324) mais aussi les versants orientaux des hautes terres centrales (Nyeri : 204 ; Kirinyaga : 352 ; Muranga : 366 ; Meru : 193 ; Embu : 180 ; Machakos : 175 ; voire Makueni : 109). Ces plus fortes densités y correspondent aux pays luya, kisii, kikuyu et kamba ; les piedmonts et franges de ces hautes terres (Baringo : 50 ; West Pokot : 56 ; Laikipia : 46 ; Narok : 47) et le littoral se situent en position intermédiaire (Kwale : 78 ; Kilifi : 87). Les densités faibles (souvent moins de 10 habitants au km2) dominent la moitié nord-est du pays.

Figure 2. Carte des densités de population

Figure 2. Carte des densités de population

Conception : Bernard Calas, réalisation : Valérie Alfaurt, 2019.

11Fondamentalement, les dynamiques identifiées il y a vingt-cinq ans se vérifient : densification des espaces déjà peuplés, fronts pionniers de desserrement spontané aux marges, migrations vers les lotissements agraires des anciennes hautes terres blanches, urbanisation par augmentation du nombre de villes, par augmentation de la taille des villes existantes et par étalement des banlieues et périphéries des plus grandes villes. Le mouvement brownien s’est accentué, les existences poly-topiques se sont multipliées, facilitées par la téléphonie mobile (89 % des Kényans avaient un numéro de téléphone mobile en 2017) et l’amélioration de l’accessibilité automobile de bien des espaces. Cependant, le téléphone mobile voire internet, le boda boda et le matatu n’ont pas bouleversé radicalement la carte des densités. Les terroirs pleins des hautes terres sont de plus en plus pleins, les vides des basses terres arides du nord et du nord-est restent relativement vides, mêmes si leurs densités augmentent. Les deux tiers de la population kényane vivaient au-dessus de 1 500 m ; désormais la limite est descendue à 1 200 m mais le fameux « papillon des hautes terres » reste le lieu de vie de la majorité de la population. À cela, il faut ajouter le liseré côtier.

12Cela ne signifie pas que les Kényans ne bougent pas, au contraire. En 2009, 20 % des Kényans ne résidaient pas dans leur comté de naissance. À l’échelle des comtés, les chiffres de la mobilité dessinent une cartographie de la répulsivité et de l’attractivité différentielles des espaces. Sans surprise, les zones les moins attractives se situent dans les espaces arides et parfois peu sûrs du nord-est (Mandera, Wajir), du nord (Turkana, Marsabit) et les zones de petites paysanneries des milieux semi-arides de l’est (Kitui, dans une moindre mesure Makueni ou Tharaka sur le piedmont est du mont Kenya). Seules exceptions dans cet environnement peu attractif, les camps de Dadaab, peuplés de réfugiés somaliens (Meyerfeld 2016 ; Chkam 2016, 79-97), les chefs-lieux de comtés et les postes frontières. À l’inverse, l’attractivité de la région de Lamu-Garsen exprime les espérances liées aux grands projets agricoles et portuaires. Celles des comtés de Uasin Gishu, Elgoyo Marakwet, Trans Nzoia, Nyandarua et Laikipia démontrent l’implantation de paysannats, parfois sur d’anciennes terres blanches (White Highlands) ou aux dépens des forêts et des aires protégées déclassées au tournant des années 2000, le durcissement de quelques camps de déplacés de la crise de 2007-2008. Les bilans migratoires très positifs des villes de Nairobi, Mombasa, Kisumu, Eldoret et Nakuru mais aussi des zones mitoyennes de la capitale (comtés périurbains de Kiambu et Kajiado) soulignent combien la ville est l’horizon de bien des Kényans. Cette attractivité urbaine se retrouve à toutes les échelles, puisque, par exemple, au milieu des piedmonts arides nord du mont Kenya (région de Samburu, Shaba), globalement assez peu attractifs, plus de la moitié des habitants de la ville d’Isiolo sont nés dans un autre comté. De même, sur les cartes de migration de l’Atlas socio-économique du Kenya (Wiesmann, Kiteme & Mwango 2014, 38-39) se lit très bien l’attractivité de Namanga, Oliotoktok, Kasigau, Maralal, Marsabit ou encore Lodwar, et de toute une série de petites et moyennes villes (Calas 2007, 3-22).

Figure 3. Carte des comtés attractifs / répulsifs

Figure 3. Carte des comtés attractifs / répulsifs

Conception : Bernard Calas, réalisation : Valérie Alfaurt, 2019.

13En effet, mouvement de fond capital même s’il est banal à l’échelle africaine, le pays s’urbanise. L’urbanisation est celle des hommes (et des femmes) comme des espaces. La population s’urbanise (au rythme de 4 % par an), d’abord parce que le nombre des gens qui vivent dans les villes déjà existantes augmente chaque jour, sous l’effet combiné de la croissance naturelle autant que d’un exode rural, même modéré. L’urbanisation est aussi celle des espaces où le semis des petites villes se densifie : là où il n’y avait auparavant que carrefours, marchés hebdomadaires et postes de police s’agglomèrent désormais toute une série d’activités porteuses d’urbanité voire de citadinité. La population s’urbanise aussi parce que les mobilités s’intensifient et que les liens « rurbanisent » les campagnes (Racaud, Nakileza, Bart, Charlery de la Masselière 2016) en les intégrant de plus en plus au monde urbain. Le résultat est que la macrocéphalie qui prévalait sur le réseau urbain s’atténue.

2. Deuxième défi : la diversification structurelle

14L’analyse de l’activité économique est celle de la réduction de la dépendance aux facteurs et aux cours des matières premières par la diversification économique et la montée en gamme des chaînes de valeur, c’est-à-dire la fameuse « transformation structurelle ».

Tableau 1. Contribution sectorielle au PNB et à l’emploi et par des importations/exportations/investissement dans le PNB

Agriculture Industries Services
% PNB % M. O. % du PNB % M. O. % PNB % M. O. Export
 % PNB
Import
 % PNB
Investissements 
KENYA 1990 30 66 19 7 51 26 26 31 24
KENYA 2016 36 61 19 9 45 30 15 23 17

Source : World Development Indicators Data Base, 3 janvier 2018.

15L’augmentation relative de la part de l’agriculture dans le PIB entre 1990 et 2016 surprend tant elle semble contredire les théories du développement par transformations structurelles aux dépens de l’agriculture et au profit de l’industrie ou des services et les représentations du développement fondé sur l’industrialisation, la tertiairisation et la dés-agrarianisation (Bryceson & Van Der Laan 1994).

16Loin de reculer dans la production de richesse, l’agriculture progresse au contraire, alors même que le PIB total augmente de 5 % en moyenne par an. La diminution relative concomitante de l’agriculture dans l’emploi confirme l’amélioration de la productivité agricole. Elle ne doit cependant pas faire oublier qu’en valeur absolue le nombre des agriculteurs a formidablement augmenté, alors même que la superficie agraire ne s’est pas étendue en proportion, impliquant une augmentation réelle des rendements. Cette augmentation conjointe de la productivité et des rendements souligne combien la transformation agricole est au cœur de la dynamique de croissance et de développement kényane.

17Certains paysans se transforment en agriculteurs voire en agrobusiness-men. Cette transformation emprunte d’abord le chemin de l’intensification : de meilleures variétés (mais pas encore d’OGM), une utilisation plus grande et soigneuse d’intrants, des rotations culturales plus courtes et le recours plus fréquent à la petite hydraulique sont parmi les ressorts de cette dynamique. Celle-ci est rendue possible par l’intégration des terroirs à un certain nombre de chaînes de valeur nationales, régionales, globales et à la valorisation au Kenya, sanctionnée par l’obtention de certifications, d’un certain nombre de produits. L’essor du vivrier marchand à destination des villes, la révolution des supermarchés, l’émergence d’un commerce agro-alimentaire est-africain (céréales et légumineuses principalement), la multiplication des contrats de livraison de légumes ou de fruits destinées à être exportés frais ou conditionnés, surgelés ou en boîte, ou encore les investissements horticoles contribuent tous à valoriser le travail, la terre, l’eau et la production agricole. Les haricots verts, les mange-tout, les oignons, le basilic, les roses, les chardons, les mangues, les ananas, le blé ou le maïs, les poulets, etc., en trouvant des marchés dans les grandes métropoles kényanes, est-africaines ou européennes, russes, japonaises ou arabes, permettent aux agriculteurs de quitter leur condition paysanne. Cette intégration passe par l’ouverture des terroirs à la circulation, à la contractualisation, au crédit, au compte bancaire, à l’équipement en petit matériel d’irrigation, en salles de stockage fraîches, au meilleur accès aux intrants. Elle s’appuie sur la stratégie proactive du gouvernement kényan qui densifie le maillage de ses techniciens agricoles chargés de faire respecter, sans état d’âme, les prescriptions normatives des importateurs occidentaux en matière de limites maximales de résidus tolérées3, de qualité afin d’ouvrir de nouveaux marchés à l’exportation. Ces recompositions productives et commerciales complexifient les trajectoires techniques des exploitations sur lesquelles la pluriactivité se généralise. Elles accentuent les contrastes socio-économiques ruraux tout en favorisant la structuration des campagnes en bassins de production qui estompent la géographie agricole du Kenya en ceintures, sans pourtant l’effacer totalement à cause de la résilience de certains terroirs caféiers et de la belle tenue du thé.

18Passé le temps où l’économie postcoloniale du Kenya était dominée par le café et de thé : en effet, ces deux cultures ne représentent plus que 30 % des recettes d’exportation et cette baisse manifeste l’ampleur de la diversification et des transformations structurelles. Cependant, elles jouent encore un rôle important dans l’accès au monétaire de bien des exploitants. Malgré les prédictions pessimistes, le café n’a pas disparu, même s’il se rétracte autour des coffee factories les plus performantes qui jouent la carte des labels (Barjolle, Quinones-Ruiz, Bagal & Comoé 2017, 105-119), de la qualité et parfois de l’appellation d’origine. Au-dessus de 1 800 m, la culture du thé progresse en profitant des cours élevés et des performances de l’origine kényane.

Tableau 2. Évolution des performances des plantes commerciales coloniales

2006 2011 2016
Café Prix (KES) pour un sac de 100 kg à la ferme 20 000 33 000 41 000
Superficie (Hectares) Coopératives 128 888 85 000 88 000
Plantations 42 000 25 000 26 000
Production (Tonnes) Coopératives 27 000 27 000 30 000
Plantations 21 000 22 000 15 000
Rendements (kg/ha) Coopératives 316 350
Plantations 900 600
Thé Prix (KES) pour un sac de 100 kg à la ferme 14 000 27 000 24 000
Superficie (Hectares) Coopératives 95 000 125 000 140 000
Plantations 51 000 65 000 80 000
Production (Tonnes) Coopératives 191 000 218 000 265 000
Plantations 120 000 151 000 207 000
Rendements (kg/ha) Coopératives 2 225 2 037 2 084
Plantations 2 700 2 953 2 908

Source : KNBS Economic Survey 2011 et 2016.

Tableau 3. Évolution des indices des principales productions agricoles en quantité et en valeur (indice 100 en 2001)

2005 2009 2013 2016
Quantité Valeur Quantité Valeur Quantité Valeur Quantité Valeur
Céréales 105 109 66 171 98 227 95 213
Sucre 123 95 139 132 146 167 172 169
Horticulture 179 93 197 106 223 165 277 151
Thé/Café 105 100 101 162 119 218 146 217
Viande/lait 150 128 179 147 260 261 328 321

Source : KNBS Economic Survey 2011 et 2016.

Tableau 4. Exportation (poids et valeur) de fleurs coupées, de fruits et de légumes

2005 2012 2016
Fleurs 81 000 t. 108 000 133 000
23 milliards 65 milliards 71 milliards
Fruits 18 000 t. 31 000 t. 50 000 t.
2 milliards 5 milliards 7 milliards
Légumes 64 000 t. 66 000 t. 80 000 t.
14 milliards 20 milliards 23 milliards

Source : KNBS Economic Survey 2011 et 2016.

19Aussi, loin d’être homogène, l’agriculture kényane est, elle, à plusieurs vitesses : de grandes exploitations de plus de 20 hectares (27 % de la valeur de la production agricole commercialisée) parfois héritières des grands domaines coloniaux (thé, café) ou résultats d’investissements fonciers récents (canne à sucre, maraîchage, biofuel) côtoient voire concurrencent des agriculteurs commerciaux relevant souvent du secteur coopératif ou de l’agriculture contractuelle, tandis qu’une multitude de petits exploitants qui articulent tant bien que mal orientation vivrière et orientation commerciale dans une proportion variable, souvent pluriactifs, tentent d’échapper au sort difficile des paysans ou éleveurs pauvres le plus souvent installés sur les marges arides ou semi-arides ou les arrière-pays enclavés de la côte et dénués des ressources de l’intégration commerciale comme de la pluriactivité. L’agriculture est à l’image de la société kényane, fragmentée, profondément inégale, à la fois secteur le plus important de l’économie en contribuant à 60 % des recettes d’exportation, et le plus important de la société en faisant vivre (souvent mal et de manière précaire) une majorité. En conséquence, c’est sur elle que repose le futur proche du pays, économiquement et socialement. À ce titre, il devrait faire l’objet de l’attention des décideurs et autres courtiers du développement. Aussi la terre et l’eau, premiers facteurs de production agricole, sont-ils au cœur des problématiques du développement kényan.

20En moyenne, les termes de l’échange sont de plus en plus défavorables aux produits agricoles puisqu’à partir d’un indice 100 en 2001, ils atteignent 49 en 2016 ! Seule l’exaspération des contrastes et des inégalités, à l’intérieur même du secteur agricole, peut à la fois expliquer l’accroissement de la contribution du secteur agricole au PIB et la détérioration globale des termes de l’échange.

Les paysages4

  • 4 Cette partie s’appuie sur le travail de Said, Okwi, Ndeng’e, Agatsiva et Kilele (2007).

21Devant la poussée des hommes et de la mise en valeur agricole, les paysages naturels ont quasiment disparu et ne subsistent réellement que dans les aires protégées (15 % du territoire national) ou, sur le recul, rongés par les écobuages des charbonniers dans les régions sèches des faibles densités pastorales, par exemple le Nyaki desert entre Mombasa et Voi, où le charbon de bois permet un accès rapide, quoique prédateur, au numéraire. Cependant, les espaces cultivés ne couvrent que 20 % du territoire.

22Les pays kikuyu, meru et embu demeurent le cœur agricole du pays. L’orientation commerciale de l’agriculture s’y affirme, l’intensification y est à son comble. À la suite de la déprise caféière, la diversification poly-culturale des exploitations, leur ouverture aux filières commerciales, l’implication des ménages exploitants dans des activités extra-agricoles, la pluriactivité souvent poly-topique, très poussées, renforcent une multitude de petits centres urbains commerciaux liés par de véritables desakota linéaires le long des routes. À une échelle plus petite, ces dynamiques structurent une véritable région agro-urbaine centrée sur Nairobi (Calas 2004) : les stratégies de chevauchements sectoriels ou spatiaux appuyées sur des mobilités browniennes intégrant les terroirs dans un vaste espace arrimé à la capitale nationale. Cette homogénéisation n’empêche ni l’inégalisation entre les exploitants d’un même village, ni l’émergence d’une catégorie de paysans sans-terre, ni la relative spécialisation productive de certains bassins en fonction des aménités physiques et des solidarités techniques.

23Dans l’ouest (pays luya, luo, teso, kisii), les associations culturales sont très complexes, orientées vers une intensification vivrière adaptée aux très fortes densités, à la faible taille des exploitations, à la relative pauvreté de beaucoup des exploitants et à une intégration moins forte que dans la province centrale aux réseaux commerciaux. Là, il s’agit d’abord de minimiser les risques vivriers, de faire vivre la multitude sur des superficies toujours plus petites en tablant sur des savoir-faire agraires anciens et des adaptations de détail. Par exemple, l’association maïs-sorgho, assez commune, permet d’éviter la progression ravageuse des foreurs du maïs.

24L’agroforesterie et son bocage dominent les paysages des hautes terres. Contrairement à l’idée généralement admise, l’arbre y progresse, il est vrai surtout des variétés rapides (grevillea principalement, même si de nombreux projets tentent de redynamiser les ligneux autochtones).

25Les basses terres opposent de vastes aires de parcours desséchées, broussailleuses, attaquées par la hache des charbonniers et la pelle des terrassiers, aux rubans verts des terres irriguées. Entre ces deux extrêmes, dans les régions semi-arides de l’Ukambani ou du pays Tugen par exemple, permis par des forages et des puits, des vergers d’agrumes ou de manguiers alternent avec la céréaliculture pluviale traditionnelle, parfois banquetée (Tiffen, Mortimore & Gichuki 1994).

Figure 4. Occupation du sol au Kenya

Figure 4. Occupation du sol au Kenya

Conception : Bernard Calas, réalisation : Valérie Alfaurt, 2019.

26Cependant, cette performance de l’agriculture ne contredit pas la croissance de l’industrie ou des services dont la diversification a bien lieu même si elle est en partie masquée à l’échelle macroéconomique.

27Moteur pour l’emploi (Twining-Ward, Li, Bhammar & Wright 2018), secteur précoce de la diversification économique, le tourisme est lui aussi soumis une diversification de l’offre. Au tourisme de masse des années 1970-1980 viennent maintenant se greffer des tourismes plus distinctifs appuyés sur une diversification des activités proposées, notamment en direction des « activités physiques de pleine nature » (Calas 2015, 204-225). Cependant, très sensible aux aléas politiques et sécuritaires, l’image internationale du Kenya a souffert des attentats du centre commercial de Westgate à Nairobi (2013), de l’université de Garissa et des attaques d’Al-Shaabab dans la région de Lamu (2014). Face à cette situation, les opérateurs touristiques ont réorienté leur offre vers la clientèle nationale ou africaine qui, si elle ne se substitue pas totalement aux flux traditionnels – les taux d’occupation des hôtels (6 millions de nuitées pour une capacité d’environ 20 millions) restent notoirement faibles – permet néanmoins de maintenir l’activité minimum nécessaire à la pérennité et à l’entretien des infrastructures. Cependant, depuis 2016, la situation internationale s’améliore légèrement.

28Si en termes de nuitées, de manière classique pour une destination tropicale, le tourisme est d’abord orienté vers la côte et ses plages de sable blanc, ses cocotiers, ses eaux turquoise et ses lagons transparents, voire ses boîtes de nuit interlopes, de manière plus inattendue la capitale constitue la seconde destination des touristes. La fonction de hub aéroportuaire national mais aussi l’importance de l’activité de congrès et de conférences expliquent cette place de la capitale dans la géographie touristique. Les parcs nationaux et réserves animalières ne constituent que la troisième destination. Nonobstant, la faune et la nature constituent l’emblème de la destination Kenya sur le marché international et structurent l’archipel touristique et à travers lui le pays.

Figure 5. Les forêts classées et les aires protégées animalières

Figure 5. Les forêts classées et les aires protégées animalières

Conception : Bernard Calas, réalisation : Valérie Alfaurt, 2019.

29En ville, la multiplication des malls et surpermarchés, la montée en gamme de l’industrie, la financiarisation de l’économie, l’ouverture relative aux industries de haute technologie, aux industries artistiques et Business process outsourcing incarnent cette diversification sectorielle du secondaire et du tertiaire. Cependant, ils ne doivent pas – à leur tour – masquer le secteur informel, le petit commerce de rue, l’artisanat de débrouille, la domesticité (Lanne 2018), le recyclage, voire la rapine, ressources d’une majorité d’urbains. Si les « codeurs », le plateau de télétravail « iHub », la future « Silicon Savannah » (Johari 2015), les investisseurs, français ou chinois entre autres, attirés par l’attitude pro-business des autorités et les prouesses de « la Start-up nation », font les délices des tribunes économiques et leurs employés les clients des bars branchés de la ville, l’immense majorité des urbains restent concernés par les petits emplois, « la galère » et la précarité journalières du « jua kali ». Certes, les usines ont poussé et la route entre l’aéroport international Jomo Kenyatta et le centre-ville de Nairobi n’est plus qu’une succession d’entrepôts, d’usines, de show-rooms, de centres de congrès, d’hôtels d’affaires, qui salarient une part non négligeable de la population, mais les journaliers et les sous-traitants corvéables à merci sont toujours légion à arpenter les bas-côtés des rues des villes dès avant l’aube et encore tard le soir, espérant économiser par la marche le prix du transport en commun. Certes, Nairobi apparaît dans le classement des villes compétitives mondiales (115e place sur 120, 5e ville africaine derrière Johannesburg, Le Cap, Durban et Le Caire selon la Economic Intelligence Unit en 2012), mais ses femmes sont encore nombreuses à disposer le long de ses itinéraires prolétaires leurs petits tas de tomates et d’oignons, leurs fripes de seconde main ou leurs chinoiseries en plastique. Et dans les interstices de ses zones industrielles s’incrustent des slums comme celui de Mukuru, moins emblématiques que Mathare ou Kibera mais plus sordide encore. Malgré leur spectaculaire intrusion dans les paysages urbains, les marqueurs – notamment architecturaux – de la réussite économique ne modifient pas les rapports de force sectoriels qui font de l’informel et de l’emploi précaire les recours de plus de 80 % des entrants sur le marché du travail urbain. La rhétorique sur l’émergence d’une classe moyenne kényane est trop euphorique et constitue un mythe (Darbon & Toulabor 2014). En effet, si 10 % de la population gagnent plus de 5 000 USD par an, cela signifie que 90 % gagnent moins ! Une population flottante importante – aux revenus tout juste supérieurs à 2 USD par jour – émerge certes de la pauvreté, sans pour autant accéder au statut de classe moyenne. Est-ce à dire qu’on a affaire à un développement en trompe-l’œil ? Comment cela fait-il société ?

30Au-delà du cosmopolitisme de Nairobi et des grandes villes, les paysages urbains expriment à l’envie ces nuances d’une stratification sociale de plus en plus complexe : slums de tôle, tenements cities de béton et de blocs de basalte grisâtre (Hurzschmeyer2007), lotissements de maisonnettes mitoyennes, ensemble d’immeubles cossus, tours et gated communities de splendides villas se côtoient, séparées par des murs et des grilles, par des avenues de plus en plus larges et fréquentées, des autoroutes urbaines, des contournements, qui n’empêchent nullement les embouteillages mais en atténuent la durée.

31Les dynamiques classiques d’une métropole libérale président l’extension urbaine. Le nettoyage du CBD (Morange 2015, 247-269), l’émergence de centralités alternatives (Westlands ou Upper Hill), l’urban sprawl ségrégué et la bunkerisation généralisée suggèrent une métropolisation à la brésilienne, d’autant que ne manquent pas les mégaprojets urbains (Saraswati 2014) comme la nouvelle ville de Tatu City construite à l’initiative d’un fonds d’investissement sur d’anciennes caféières ou le méga-centre commercial de Two Rivers qui accueille un hypermarché Carrefour. L’implication de la Chine à travers un projet immobilier géant de 800 millions USD confirme cette métropolisation libérale. Ces méga-projets urbains incarnent à l’extrême la déconnection croissante entre les visions, ponctuellement réalisées sous forme d’enclaves localisées, le plus souvent fermées, et le territoire support comme le quotidien concret de la majorité des habitants de Nairobi (Watson 2013, 215-231 ; Jaglin, Didier & Dubresson 2018).

32Cette diversification économique s’accompagne d’une réorientation des clientèles et des fournisseurs, puisque l’Europe devient moins prépondérante, que les pays de la sous-région et de la COMESA deviennent des partenaires commerciaux importants, et que l’Asie représente désormais la moitié des importations (produits pétroliers en provenance du Golfe et produits manufacturés en provenance de Chine et d’Inde).

Tableau 5. Déficit commercial et structure de la balance commerciale en 2016

Exportations : 500 milliards KES Importations : 1 400 milliards KES
Thé 120 Pétrole 183 (300 en 2014)
Fleurs 110 Graisses animales 53
Textiles 30 Plastiques 60
Café 21 Machines 253
Titane 11 Véhicules 85
Tabac 14
Médicaments 13 Produits pharmaceutiques 60
Acier 13 Acier 75

Source : KNBS Economic Survey 2011 et 2016.

Tableau 6. Orientation du commerce kényan

Exportations Importations
Afrique 40 % 10 %
Europe 25 % 20 %
Asie 25 % 66 % (Chine : 25 % du total des importations)
Autre 10 %

Source : KNBS Economic Survey 2011 et 2016.

3. Troisième défi : la soutenabilité environnementale du forçage

33Combinés à la croissance de la population, ces changements géoéconomiques nécessitent une intensification et une extensification de l’exploitation, voire du forçage du milieu support. Celles-ci concernent non seulement la surface mais aussi le substrat, c’est-à-dire le sous-sol et l’atmosphère proche. Le forçage s’accompagne de forages, de captages, de surfaçages, d’érection de pylônes, d’antennes, de tirage de de fils et de tubes, de constructions de barrages, de réseaux, d’abduction et d’évacuation des eaux, autant de marques de l’anthropisation croissante des milieux. Cependant, depuis une trentaine d’années, le paradigme de la soutenabilité a été imposé à l’agenda mondial du développement, aussi idéalement le forçage devrait-il être « écolonomique ». La question n’est donc plus tant de décrire les milieux que les relations homme-milieu et les tensions que soulèvent ces relations, à différentes échelles, ainsi que les régulations dont elles sont l’objet.

Figure 6. Le support physique

Figure 6. Le support physique

Conception : Bernard Calas, réalisation : Valérie Alfaurt, 2019.

  • 5 Rapport Brundtland 1987 : Notre avenir à tous, Rapport de la Commission mondiale sur l’environneme (...)

34Les décideurs, les lobbys environnementalistes et la société civile s’inquiètent de la déforestation et de ses effets, de la réduction de la faune sauvage, de l’érosion de la biodiversité, de l’augmentation des risques d’inondations et d’érosion notamment, bref de l’accentuation des externalités négatives du développement. Aussi, dans le sillage du rapport Bruntland de 19875, les prescriptions environnementales se sont-elles imposées dans les projets et programmes de développement, au Kenya comme ailleurs. Aux Suds, les fameuses Études d’impact socio-environnemental se sont généralisées, le ménagement environnemental ou tout au moins sa monstration ont été rendus obligatoires au point que la préoccupation environnementale ne se limite plus à la seule sphère conservationniste mais irrigue l’ensemble de l’économie.

Figure 7. Les zones agro-écologiques

Figure 7. Les zones agro-écologiques

Conception : Bernard Calas, réalisation : Valérie Alfaurt, 2019.

35Certes, la typologie classique produite par l’idéologie « tropicalo-développementaliste » des années 1950-1960, qui distinguait neuf zones agro-écologiques en articulant diagnostics physiques et finalités agricoles, reste pertinente pour appréhender le pays. Mais il faut la prolonger par l’observation de potentialités physiques que l’intensification des besoins, sous la pression combinée de la croissance démographique et de la croissance économique transforme en aménités, puis en ressources. Aux premiers rangs de ces aménités transformées en ressources : l’eau, les sources d’énergie fossiles ou renouvelables, la biodiversité, les matières minérales qui s’imposent plus encore – ou peut-être plus explicitement – qu’il y a trente ans comme des enjeux centraux du développement kényan, de ses contradictions et de ses tensions. Le résultat est qu’un certain nombre de lieux où se trouvent ces potentialités sont promus au rang de hot spots « écolonomiques » et concentrent certains des enjeux géopolitiques les plus emblématiques du Kenya.

  • 6 Voir aussi dans ce volume Gaële Rouillé-Kielo : « La gestion des ressources naturelles (eau et for (...)

36Dans son ensemble, le Kenya souffre de pénurie hydrique puisque la ressource en eau renouvelable y est inférieure à 1000 m3/hab./an (GIEC 2008, 93-94) ; de ce fait, les potentialités hydriques sont devenues des enjeux hydrauliques et des hots spots hydropolitiques. Au premier rang de ces hots spots, les châteaux d’eau du pays, c’est-à-dire les principaux massifs montagneux : le mont Kenya (5 199 m), le mont Elgon (4 321 m), la Mau Forest et les Aberdares (4 000 m), les Cherangani Hills6. Ces massifs où il pleut davantage et plus régulièrement qu’ailleurs (2 300 mm à 2 000 mètres d’altitude sur la façade sud-est du mont Kenya) possèdent des tourbières et des forêts qui, comme des éponges, relâchent lentement leur eau, soutiennent les débits des sources et rivières qui en divergent. La déforestation et les défrichements impactent donc le bilan hydrique de ces montagnes en diminuant l’efficacité de la rétention, alors même que les totaux pluviométriques pourraient augmenter. De ce fait, les rivières issues de ces montagnes, leurs régimes de crues et d’étiage, les lacs font l’objet d’une grande attention et de controverses, de débats et de polémiques passionnés. Or, la mode est revenue aux grands barrages à la fois producteurs d’hydroélectricité et réservoirs d’irrigation pour des périmètres agricoles en aval (barrage de Tharaka) et les grands espaces plans qui les bordent font l’objet de convoitises des grands investisseurs fonciers (Leauthaud et al. 2013, 252-263).

  • 7 Depuis 2015, les projets hydroélectriques et hydrauliques dans la vallée de l’Omo éthiopienne ont (...)
  • 8 Il faut quatre à cinq barils d’eau pour produire un baril de pétrole.

37Du Sahara aux États-Unis, la mode est aussi à l’exploitation des aquifères profonds, fossiles. Comment le Kenya y échapperait-il ? Ainsi la découverte de celui de Lotikipi au Nord Turkana est-elle présentée comme une aubaine pour les populations d’une région régulièrement menacée par les sécheresses mais aussi – la chose est moins médiatisée – par les effets désastreux de la mise en eau des barrages hydroélectriques éthiopiens dans la vallée de l’Omo7. Plus discrètement encore, il s’agit surtout d’une aubaine pour les pétroliers qui vont avoir besoin de beaucoup d’eau pour extraire le pétrole des profondeurs turkana8 (voir plus bas). Aussi l’hydropolitique kényane est-elle très animée et les conflits autour de la ressource en eau se multiplient, constituant une entrée très pertinente de l’analyse des rapports de pouvoir (Rouillé, Blanchon, Calas & Temple-Boyer 2015). Les conflits entre usages de l’eau du lac Naivasha, du lac Baringo, les conflits entre les habitants de l’amont et ceux de l’aval sur l’Ewaso Ngiro ou la Tana ne sont que les cas d’école d’une myriade de conflits hydropolitiques.

Vers un Kenya vert ? La question énergétique et le mix électrique

38L’accroissement des besoins énergétiques requiert un forçage accru des ressources énergétiques, qui ponctue la géographie du pays des sites d’extraction et d’exploitation. En effet, la pression croissante des besoins combinée à la diversification des possibilités techniques transforme certaines des caractéristiques du milieu, naguère sans intérêt, en ressources. À l’instar de la plupart des pays d’Afrique, le chantier énergétique est au premier rang des préoccupations des décideurs comme des investisseurs. Le secteur électrique du Kenya est ainsi pointé du doigt par les experts en investissement comme un secteur porteur, en quatrième position à l’échelle continentale (Havas Horizon 2016). L’objectif serait d’augmenter la production électrique à 15 000 mégawatts (MW) en 2030. Les cours d’eau descendant des montagnes arrosées, les vapeurs brûlantes sorties des entrailles du Rift, la constance et la régularité des alizés et de l’ensoleillement permettent au Kenya de disposer d’une électricité propre, relativement originale à l’échelle mondiale. En effet, 80 % de l’électricité y est produite grâce à des énergies renouvelables, au premier rang desquelles l’hydroélectricité, principalement sur la haute et moyenne Tana, qui pourvoie à plus de 40 % des 2 200 MW produits, suivie de la géothermie (30 % du mix électrique kényan) (Berggren & Österberg 2017).

39Innovateur sur le site de Hell’s Gate depuis plus de trente ans, le Kenya est désormais un des leaders mondiaux de la géothermie, derrière l’Islande. À l’exemple du projet en cours dans l’Akira Valley près de Naivasha, ce sont quatorze sites égrainés le long de la vallée du Rift qui doivent pousser la production géothermique à 10 000 MW.

40Autre piste explorée, l’éolien. En effet, le pays dispose d’un site majeur pour cette énergie : les rives orientales du lac Turkana. Là, les alizées s’engouffrent dans le seuil topographique entre les hautes terres kényanes et éthiopiennes puis accélèrent encore à cause de l’effet adiabatique du vaste plan d’eau surchauffé du lac Turkana. Des vents réguliers et puissants y soufflent à longueur d’années, constituant un potentiel de 3 000 MW en cours de valorisation à Loiyangalani.

41Dernière piste pour augmenter la production électrique renouvelable : le solaire. De toutes les énergies, celle-ci est la plus souple puisqu’elle permet d’associer deux logiques, autour de deux dispositifs techniques très complémentaires : les méga-centrales et les micro-centrales, voire les panneaux solaires individuels. La combinaison de ces deux techniques permettrait de lisser les investissements en termes de réseaux, en répondant à la fois à la demande industrielle et urbaine et en raccordant les territoires voire les ménages excentrés. L’État a pris la mesure de l’importance de cette énergie en imposant que, depuis 2012, tous les bâtiments qui utilisent plus de 100 litres d’eau chaude par jour s’équipent de chauffe-eaux solaires ; les particuliers en ont pris la mesure également, eux qui, jusqu’au fond de la brousse, peuvent suivre en direct les matches de la Premier League grâce à d’ingénieux petits dispositifs de panneaux solaires et de batteries.

42Cependant, électrique n’est pas synonyme d’énergétique et il ne faudrait pas déduire de ce mix électrique, plutôt vertueux, que le Kenya est en passe de devenir une économie verte. S’il a banni les exportations de charbon de bois dès 1975, c’est parce que 70 % des ménages cuisinent encore au feu de bois, utilisant en moyenne entre 1,4 et 2,4 mètres cubes de charbon de bois par an, accélérant ainsi l’écobuage voire la déforestation ; par ailleurs, ils s’éclairent encore massivement à la paraffine, augmentant encore les émissions de gaz à effet de serre. Cette nuance révèle à l’extrême la césure violente entre, d’une part, une économie et une société intégrée et connectée à la modernité voire à la mondialisation mais minoritaire et, d’autre part, une économie et une société « margeoritaire ». Outre l’absence d’équité, le modèle énergétique actuel présente donc de terribles faiblesses, d’autant que la croissance industrielle et l’augmentation du nombre de véhicules ont alourdi les importations pétrolières de 6 % entre 2004 et 2014. Ensuite, les aléas pluviométriques se répercutent sur le niveau des barrages qui fragilisent l’approvisionnement électrique des villes et des industries. Aussi les coupures de courant récurrentes constituent-elles un frein aux investissements et en tout cas un facteur de surcoût pour les entrepreneurs.

43À l’heure de « l’anthropocène » et de la « sixième extinction », et alors que le tourisme rapporte plus de 20 % des devises étrangères du pays et contribue pour près de 12 % à son PIB, la protection de la biodiversité est devenue une antienne, une prescription et un enjeu majeurs. Aussi ne compte-t-on plus les associations, lobbys et groupes d’intérêts qui œuvrent à la protection, qui d’un animal emblématique, qui d’un lieu exceptionnel ou d’un habitat au nom de cet impératif. À ce jour, le dispositif spatial le plus apprécié pour atteindre cet objectif reste l’aire protégée, qu’elle soit publique (50 % des terres protégées kényanes), privée (25 %) ou communautaire (25 %).

44L’archipel animalier s’est construit en trois phases : une première phase coloniale (1945-1963) puis une seconde phase postcoloniale (années 1970) ont constitué le patrimoine public (90 % du public touristique animalier et 75 % des recettes) ; ensuite, dans une troisième phase, à partir des années 1980 et surtout des années 2000, de grands propriétaires et des communautés pastorales ont transformé leur domaine en conservancies. Cette dynamique récente est importante en termes de biodiversité comme en termes d’organisation territoriale car elle a permis d’étendre la conservation, alors que 35 % seulement de la faune est protégée dans les limites des aires publiques (National Parks ou National Reserves).

45Par ailleurs, la plupart des nouvelles aires protégées sont situées dans la zone aride et semi-aride où résident 20 % de la population (et incidemment 80 % du cheptel), souvent démunie. La conservation, si elle est bien menée et gérée, peut y constituer une alternative économique pour ces populations. Aussi, une évolution paradoxale est que l’on constate tout à la fois une obsidionalisation croissante des aires protégées, mais aussi leur extension. Emblématiques de cette évolution : le plateau du Laikipia, les alentours des parcs de Samburu-Shaba, Amboseli, de la réserve Masai Mara, des montagnes du nord entre Maralal et Marsabit. De vastes espaces y combinent ainsi activités pastorales et tourisme animalier, la monotonie de la brousse estompant les nuances de propriété.

46En effet, la viabilité de la faune des aires protégées repose sur trois conditions : le renouvellement de son patrimoine génétique, l’intéressement à la conservation des populations mitoyennes, et l’instauration d’une gouvernance collective qui subsume la fragmentation foncière domaniale et institutionnelle. En définitive, c’est, ici encore, la question de l’intégration des isolats animaliers dans un système territorial archipélagique qui est posée. L’émergence d’un marché de la faune sauvage pour transporter des animaux d’une aire protégée à l’autre, les tentatives pour sanctuariser les corridors migratoires des grands mammifères, les mises en réseau scientifiques et politiques des conservancies ont pour but de tenter de résoudre la contradiction entre d’une part la nécessité d’un brassage qui assure le renouvellement du patrimoine génétique de ces espaces et d’autre part leur enclavement toujours plus étroit qui réduit la taille de la biodiversité localisée. Elles ont aussi pour but de constituer un lobby capable de peser autant sur les collectifs locaux ad hoc que sur les collectivités territoriales et sur l’État central, dont le développementalisme entre parfois en contradiction avec la nécessité de préservation de la nature.

Un futur rentier ?

47Depuis le méga-cycle des matières premières des années 2000, partout dans le monde, les multinationales pétrolières et minières – souvent avec la bénédiction des gouvernements – ont multiplié explorations et investissements extractifs, provoquant la mise en exploitation de gisements plus nombreux. Pour l’instant, le secteur des matières premières reste marginal au Kenya. Même si au sel de Magadi extrait depuis longtemps (principalement pour l’industrie de l’optique japonaise) ont été ajoutés le titane de Kwale et l’or des petits gisements du Transmara, le Kenya n’a rien d’un État rentier. Pourtant, les choses pourraient changer du fait de la découverte en 1992 de gisements de pétrole à Lokichar, au Sud Turkana (Augé, Nkayi & Médard 2013). Les réserves de pétrole recouvrables y sont évaluées à 750 millions de barils et leur exploitation considérée comme viable avec un baril à 55 USD. Depuis janvier 2018, après quelques années de tergiversations diplomatiques, la mise en exploitation des gisements du Turkana a été relancée. Les crises géopolitiques au Venezuela et en Iran ont fait remonter le baril au-dessus des 50 USD. En avril 2018 Total s’est joint au projet. Cette opération a accéléré la phase de pré-exploitation du champ pétrolier du Turkana. Par ailleurs, « Total a confirmé son engagement pour que l’oléoduc Lokichar-Lamu soit la seule voie d’acheminement du pétrole brut du Kenya depuis les champs de Lokichar » (Le Point 2018). Les gisements du Turkana devraient donc produire début 2022, après l’achèvement de l’oléoduc de 700 kilomètres reliant les unités de production au littoral. Le Kenya pourrait alors à son tour devenir, pour le meilleur et pour le pire, un État rentier !

48L’ensemble de ces mises en production produit un semis d’enclaves, de tailles variables mais territorialisées qui, ensemble, accentuent l’une des caractéristiques géographiques majeures du pays : sa fragmentation. Or, celle-ci se combine avec une autre dynamique contradictoire : une dynamique intégratrice portée par la nécessité de mettre en réseaux ces enclaves extractrices, imposée par la mondialisation.

4. Quatrième défi : intégrations multiscalaires, construction de l’État et solidarité nationale

49Il ne suffit pas de produire, exploiter, extraire, encore faut-il distribuer, répartir et commercialiser, ce qui nécessite des réseaux technico-commerciaux. Or, classiquement concernant un pays en développement, ceux-ci constituent un des goulots d’étranglement du Kenya.

50Ainsi par exemple, malgré des progrès appréciés quant à l’environnement économique, la récurrence des coupures et des délestages reste-t-elle une des faiblesses pointées du doigt par les investisseurs (Banque mondiale 2019). Les progrès productifs ne suffisent pas encore. Ainsi le parc éolien déjà installé à Lonyangalani ne sert-il pour le moment à rien, puisque les câbles qui doivent acheminer le courant aux consommateurs n’ont pas été installés ! La logique de l’éléphant blanc, une fois de plus.

51Pour autant, au-delà de ces déconvenues, l’intégration logistique progresse. Le réseau routier s’étend, se renforce, grâce aux financements de la Communauté d’Afrique de l’Est, des bailleurs multilatéraux et bilatéraux, chinois entre autres. Le bitumage des routes, les contournements autoroutiers et périphériques, la construction de fly-overs et autres méga-ronds-points ne se comptent plus et aident à la circulation, réduisent les engorgements et favorisent l’intégration nationale.

52Plus encore, les nouvelles technologies dont les Kényans ont été prompts à s’emparer (67 % utilisent régulièrement internet et 89 % disposent d’un abonnement au téléphone mobile) intensifient les liens entre les espaces, favorisent la polytopie et contribuent à l’intégration. À l’échelle planétaire, le pays a innové en expérimentant, dès 2007, à travers le système M-Pesa, les transactions électroniques, au point qu’aujourd’hui ce serait la moitié du PIB qui emprunterait ce canal et que deux tiers de la population utiliseraient les money kiosks pour stocker ou virer de l’argent. Cependant, alors même que près de 60 % de la population possède un compte, dans le même temps 80 % n’ont toujours pas accès au crédit immobilier.

53Depuis les années 1990, l’accélération de la mondialisation renforce les dynamiques intégratrices et les interdépendances complexes entre les États du monde. À l’échelle de l’Afrique de l’Est, elles renforcent l’arrimage du Kenya à sa sous-région. Certes, il y a trente ans déjà la puissance économique et politique du pays passait par les activités de transit et par le rôle structurant du corridor Mombasa-Nairobi-Busia/Malaba sur la géographie sous-régionale (220 millions d’habitants). Ce dernier s’est renforcé : la voie de chemin de fer a été refaite, le pipeline Mombasa-Kisumu est en cours de modernisation, la ligne à très haute tension Mombasa-Nairobi est tirée. Les liaisons entre la façade maritime et l’hinterland continental sont considérablement facilitées. Si bien qu’aujourd’hui, ce corridor constitue toujours l’armature du pays et qu’en 2012, 91 % PIB aurait été produit dans un rayon de cent kilomètres autour. Le volume des marchandises qui transitent par Mombasa frise les 30 millions de tonnes (10 millions de tonnes en 2003), ce qui en fait le second port d’Afrique subsaharienne et ce sont plus de 1 000 camions qui, chaque jour, traversent la frontière ougandaise à Malaba.

54La mondialisation a également contribué à resserrer les liens du Kenya avec ses voisins ougandais et tanzanien. Depuis vingt ans, la construction institutionnelle de la Communauté d’Afrique de l’Est a posé les bases d’une New East Africa ou « nouvelle Afrique de l’Est » (Fouéré & Maupeu 2015), qui se manifeste concrètement par la construction de postes-frontières uniques à Namanga-Taveta, la connexion plus grande avec le réseau routier tanzanien et ougandais. À l’échelle régionale, la circulation des biens et des personnes a été renforcée, certaines barrières tarifaires et douanières sont tombées. Depuis 2005, les accords de paix de Machakos ont permis l’extension vers Juba et le Soudan du Sud des réseaux marchands et bancaires kényans (Calas, Racaud & Torretti 2016). De même, plus au nord, les interconnections des réseaux électrique et routier bituminé arriment le Kenya à l’autre économie triomphante de la sous-région : l’Éthiopie. Enfin, depuis 1990, la crise somalienne et ses soubresauts ont intensifié les investissements somaliens à Nairobi, ville qui devient ainsi le « Global Somali Hub ». Le boom d’Eastleigh – le Little Mogadishu de Nairobi – s’explique par la convergence de trois facteurs d’échelles différentes : la force des réseaux somalis transnationaux, la force du dynamisme immobilier et économique kényan et l’émergence de l’Asie comme l’atelier du monde (Carrier 2016). Par ailleurs, la crise somalienne a permis à l’économie kényane de continuer à profiter de la rente humanitaire.

  • 9 Voir également dans ce volume Hervé Maupeu : « État, économie et développement au Kenya ».

55L’intégration accrue à un espace est-africain très dynamique et peuplé, l’ouverture des périphéries méridionales des pays de la Corne et le gonflement du trafic ont imposé la modernisation de nouvelles infrastructures sur la côte9. À Mombasa, la capacité du port a été augmentée grâce à la construction d’un nouveau terminal conteneur de 450 000 équivalents vingt pieds (EVP). Plus au nord, le creusement d’un port en eau profonde lance la réalisation d’un nouveau corridor de développement, de Lamu jusqu’aux confins nord-ouest du pays et au-delà le Soudan du Sud et l’Éthiopie : le fameux LAPSSET (Coloma 2013 ; Fouéré & Maupeu 2015). Dans ce cadre, Isiolo, 400 kilomètres plus à l’ouest, est pensé comme un carrefour entre ce corridor et la route Nairobi-Addis (Pan African Highway). 6 500 acres réservées pour une ville nouvelle balnéaire, un nouveau barrage sur l’Ewaso Ngiro, un abattoir d’une capacité de 400 têtes de bétail par jour, un aéroport international y sont projetés.

56Ces infrastructures et ces projets prouvent l’importance des grands travaux et singulièrement les grands corridors dans le désenclavement, l’accroissement du forçage « écolonomique », mais aussi dans la rhétorique du développement, la légitimation et le financement des élites. En 2017, le Président Uhuru Kenyatta et son Vice-Président William Ruto ont fait campagne autour de la finalisation de grands projets d’infrastructures, comme la ligne de train Nairobi-Mombasa ; la coopération avec la Chine a été présentée comme une réussite majeure de l’entreprise présidentielle, soulignant ainsi le lien entre politique d’aménagement, territorialisation de l’État et politique électoraliste.

  • 10 Contrairement aux émigrés d’autres pays africains comme le Maroc, les émigrés kényans ne représent (...)

57L’intégration dans la mondialisation se marque enfin dans la balance des paiements, de manière ambivalente. Les transferts des émigrés représentent la seconde source de devises, passant de 139 millions USD en 1990 à 1 700 millions USD en 2018, soit 3 % du PIB10. Les IDE, désormais à 400 millions USD contre 57 millions USD en 1990, soulignent l’attractivité croissante du pays pour les investisseurs mondialisés. Néanmoins, l’aide reste encore à un niveau élevé à 2 200 millions USD (contre 1 181 millions en 1990), et prouve combien le pays est encore dépendant de l’aide. De même, si le service de la dette a diminué, passant de 36 % à 10 % des exportations, la dette publique elle-même explose représentant désormais plus de la moitié du PIB et les prêteurs chinois les trois quarts des créditeurs.

58Au-delà de cette intégration économique, financière, logistique, technique, territoriale multiscalaire, c’est la question du partage des bénéfices de la croissance qui se pose. En effet, c’est à travers les dispositifs redistributifs, notamment la fiscalité, l’aménagement du territoire ou le partage des compétences entre les différents échelons du feuilleté administratif, complexifié par la décentralisation de 2013, que se dessinent les contours de la solidarité nationale ainsi que l’efficacité de la construction de la nation grâce aux mannes de la croissance économique. Évidemment, cette question est prétexte à des débats et des marchandages intenses, à différentes échelles, entre différents acteurs.

59L’un de ces débats tourne autour du taux d’imposition des sociétés étrangères. Le taux envisagé par le gouvernement, situé entre 30 et 37,5 % des transactions en capital, est évidemment jugé bien trop élevé et rédhibitoire par les pétroliers et les sociétés privées de tous les secteurs. Ainsi, les tentatives pour imposer les horticulteurs ont-elles provoqué un certain nombre de déménagements vers l’Éthiopie, pays moins-disant fiscalement. Un autre point débattu est la nature de l’imposition. S’agit-il d’une taxation sur les transactions de capital ou sur les transactions opérées sur le marché financier ? Le projet gouvernemental étant plus favorable à ces dernières (5 % au lieu de 30-37 %), les sociétés auraient intérêt à s’introduire en bourse, ce qui aurait comme effet collatéral de dynamiser la place boursière de Nairobi.

60Par ailleurs, dans le cadre de la stabilisation des règles entourant la Constitution de 2010 et la décentralisation de 2013, un second niveau de discussion oppose le gouvernement central, les gouvernements des comtés (counties) et les localités productives sources de profits. Il semble que pour le moment le partage fiscal soit assez favorable au niveau intermédiaire des comtés. Cela signifie-t-il pour autant favorable aux citoyens ? N’est-ce pas plutôt favorable aux notables et potentats locaux ?

61Peu ou prou, ces débats sur le partage des bénéfices de la croissance se retrouvent aussi dans la sphère conservationniste. Comment intéresser les populations à la conservation de la faune et rétribuer leurs efforts consentis pour la protection ? Autour de Masaï Mara, les conservancies sont gérées sur la base de contrats entre propriétaires fonciers coutumiers et investisseurs touristiques ; ces derniers reversent aux premiers entre 37 et 50 USD par hectare et par an sur dix à quinze ans. Même s’il solidifie l’accaparement foncier réalisé par les élites maasaï au moment de la subdivision des terres communautaires, ce système améliore la perception par les populations locales de la faune et, sans doute, la durabilité de sa protection et de sa mise en tourisme, mais la question se pose de nouveau de l’identité des représentants de ces fameuses local communities, et des contours de ces communities elles-mêmes.

62Ces tensions sur le partage des bénéfices de la croissance et sur la question de la représentation politique forment le contexte dans lequel émerge une société civile localisée qui, de ces questions, fait autant d’occasions de débats porteurs d’une intégration nationale voire internationale. Les élites locales et les corps intermédiaires s’emparent de leurs capacités à mobiliser leurs zélateurs ou des soutiens extérieurs pour faire pression sur les entreprises et sur le gouvernement central afin d’accéder eux aussi aux bénéfices de la prédation. Ainsi, en 2013, des notables turkana ont incité des jeunes à piller les sites d’explorations pétrolifères de Tullow. Toujours en 2013, c’est dans la forêt d’Arabuko-Sokoke du comté de Kilifi que les autorités locales ont réussi à limiter les explorations pétrolières en invoquant son statut de réserve de la biosphère de l’Unesco. L’année suivante, en 2014, les notables de la vallée de Kerio ont organisé des manifestations pour exiger du gouvernement les titres de propriété communautaire sur des terres explorées, comme préalable à l’exploration sismique. Processus rien que de très classiques, localisés, par lesquels la société civile, autour de ses notables ou d’ONG, revendique un partage moins inégalitaire des fruits de l’exploitation.

Conclusion

  • 11 Avec une valeur de 500 millions USD en 2016, le Kenya représente le deuxième marché du luxe en en (...)
  • 12 Voir dans ce volume Christian Thibon : « Des élites en émergence, l’oligarchie et les classes moye (...)

63De Malthus ou de Boserup, à qui le Kenya donne-t-il raison ? Ce chapitre n’apporte que peu de certitudes, tant la réalité nourrit autant de raisons d’espérer que de craindre le futur. Comment réconcilier Nairobi et l’aridité du Nord-Est, comment penser Mukuru côtoyant Muthaiga, comment insérer dans le puzzle kényan des pièces aussi disparates que les terroirs hyper-peuplés de Vihiga et les ranchs du Laikipia ? Comment rendre compte de la décentralisation aux 47 comtés et du renforcement concomitant du présidentialisme ? Le Kenya semble pris entre grands investissements et petits projets, entre dévolution et recentralisation, entre le mythe de la classe moyenne voire celui des nouveaux millionnaires11 et, malgré une diminution lente, la lancinante persistance de l’extrême pauvreté12. Comment dénoncer une territorialisation croissante mais faire justice à une aspiration toujours plus grande à une spatialisation plus efficace (Jaglin 2007, 21-34) ? Car, si l’intégration nationale progresse, les inégalités territoriales ne disparaissent pas, au contraire semble-t-il.

  • 13 Voir dans ce volume Justin Willis et Hassan Mwakimako : « La côte kényane : religion, race, ethnic (...)

64La côte apparaît comme l’archétype de la région tendue. La pauvreté y est supérieure de 13 % à celui du pays et 38 % de ses habitants seulement ont un titre de propriété contre 62 % pour le reste de la population kényane. L’agitation politico-religieuse, les frustrations économiques, les trafics et investissements mafieux y constituent le terreau fertile d’une tension constante prête à s’enflammer au moindre incident13. Le nord de la côte et son hinterland (districts de Garissa, Tana et Lamu) sont particulièrement touchés par les incursions d’Al-Shaabab (Mpeketoni, 60 morts près de Lamu, entre les 15 et 17 juin 2014 ; l’insécurité interethnique est maintenue sous couvre-feu). La côte n’a pas le monopole des tensions et les violences interethniques sont promptes à se rallumer ailleurs, notamment à l’occasion des compétitions électorales quand les leaders instrumentalisent les identités à des fins politiques : ainsi dans les comtés d’Isiolo et Marsabit à l’occasion de la campagne électorale de 2017 ou encore sur le Laikipia, en Uasin Guishu et en Elgoyo Marakwet, quand les appétits fonciers concurrents se rencontrent ou que pasteurs et agriculteurs s’opposent. Ces violences touchent surtout les périphéries arides et semi-arides, longtemps marginalisées, peu sûres, soumises aux shifta et autres raids de bétail. La dévolution, les grands travaux, les prospections minières ou pétrolières, les investissements étrangers, les lotissements fonciers largement accaparés par les gens des hautes terres ou les élites urbaines, les vexations identitaires attisent le ressentiment et pourraient menacer la stabilité de ces régions voire du pays.

65A contrario, en 2007, le Forum économique mondial avait classé le Kenya au 10e rang de 29 pays africains sur le critère de compétitivité globale en montrant que le Kenya présente les caractéristiques d’une économie en transition entre une économie de facteurs (dépendante des prix des produits de base et des cycles conjoncturels mondiaux) et une économie axée sur l’innovation grâce à une main-d’œuvre qualifiée, un secteur financier innovateur, un mix énergétique vert. Le Kenya serait en train de récolter les fruits de ses investissements anciens dans l’enseignement supérieur.

66Il y a vingt ans, je concluais sur le modèle de développement kényan fatigué. Il a depuis montré une longévité certaine, qui témoigne de sa résilience. Faut-il aujourd’hui conclure à un modèle de développement en trompe-l’œil ou à un modèle de développement émergent ?

Bibliographie

Augé, Benjamin, Rose Nakayi, Claire Médard. 2013. « Eastern Africa: A New Oil and Gas Frontier ». Nairobi : FRS & IFRA - Observatoire des Grands Lacs en Afrique. URL : http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers14-03/010061098.pdf.

Banque mondiale. 2018. « Doing Business 2019: Training for Reform », 31 octobre. URL : http://hdl.handle.net/10986/30438.

Barjolle, Dominique, Xiomara Quiñones-Ruiz, Monique Bagal, et Hermann Comoé. 2017. « The Role of the State for Geographical Indications of Coffee : Case Studies from Colombia and Kenya ». World Development 98 : 105-119. https://doi.org/10.1016/j.worlddev.2016.12.006.

Berggren, Anna, et Sara Österberg. 2017. Kenya Meeting the Electricity Demand of 2030: An Assessment of How Kenya Vision 2030 and Climate Change Impact the Optimal Electricity Generation Mix. Mémoire de licence : KTH School of Industrial Engineering and Management Energy Technology Stockholm.

Bryceson, Deborah Fahy, et Corina Van Der Laan. 1994. « De-agrarianization in Africa ». In Proceedings of the De-agrarianization and Rural Employement, Leiden : Afrika-Studie Centrum. https://doi.org/10.1016/0305-750X(95)00119-W.

Calas, Bernard, Sylvain Racaud, et Charlotte Torretti. 2016. « Les relations commerciales Ouganda-Soudan du Sud à l’épreuve de l’implosion du Sud-Soudan ». Observatoire pluriannuel des enjeux politiques et sécuritaires dans la Corne de l’Afrique, note n° 18. Pessac : Sciences Po Bordeaux–Les Afriques dans le monde. URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02386835

Calas, Bernard. 2015. « Activating the Interactive Landscape: Diversification in Kenya’s Wildlife Tourism Industry ». Dynamiques environnementales 35 : 204-225. https://doi.org/10.4000/dynenviron.1211.

Calas, Bernard. 2007. « Dynamiques métropolitaines d’Afrique orientale ». Cahiers d’Outre-Mer, n° 237 : 3-22. https://doi.org/10.4000/com.624.

Carrier, Neil. 2016. Little Mogadishu: Eastleigh, Nairobi’s Global Somali Hub. Londres : Hurst Publishers.

Chkam, Hakim. 2016. « Aid and the Perpetuation of Refugee camps. The Case of Dadaab in Kenya 1991-2011 ». Refugee Survey Quarterly 35, n° 2 : 79-97. https://doi.org/10.1093/rsq/hdw005.

Coloma, Tristan. 2013. « En attendant le port qui doit sauver le Kenya… » Le Monde diplomatique n° 709 : 13. https://www.cairn.info/magazine-le-monde-diplomatique-2013-4-page-13.htm

Darbon, Dominique, et Comi Toulabor (dir.). 2014. L’Invention des classes moyennes africaines. Enjeux politiques d’une catégorie incertaine. Collection « Hommes et sociétés ». Paris : Karthala.

Evans, Lauren A. & Adams William M., 2016. « Fencing Elephants: The Hidden Politics of Wildlife Fencing in Laikipia, Kenya ». Land Use Policy 51 : 215-228. https://doi.org/10.1016/j.landusepol.2015.11.008.

Fouéré, Marie-Aude, et Hervé Maupeu. 2015. « Une nouvelle Afrique de l’Est ? Introduction thématique ». Afrique contemporaine n° 253 : 13-35. https://doi.org/10.3917/afco.253.0013.

GIEC. 2008. Rapport du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat : 93-94.

Grignon, François, et Gérard Prunier (dir.). 1998. Le Kenya contemporain. Paris : Karthala.

Havas Horizon. 2016. Financer la croissance africaine à l’horizon 2020 : perception des investisseurs internationaux. URL : https://knowledge.uclga.org/Financer-la-croissance-Africaine-a-l-horizon-2020-Perception-des-investisseurs.html [archive].

Hurzschmeyer, Marie. « Tenement City: The Emergence of Multi‐storey Districts Through Large‐scale Private Landlordism in Nairobi ». International Journal of Urban and Regional Research 31 : 714-732. https://doi.org/10.1111/j.1468-2427.2007.00751.x.

Jaglin, Sylvy, Sophie Didier, et Alain Dubresson. 2018. « Métropolisations en Afrique subsaharienne : au menu ou à la carte ? » Métropoles (Hors-série). https://doi.org/10.4000/metropoles.6065.

Jaglin, Sylvy. 2007. « Décentralisation et gouvernance de la diversité : les services urbains en Afrique anglophone ». In Gouverner les villes d’Afrique : État, gouvernement local et acteurs privés, dirigé par Laurent Fourchard, 21-34. Paris : Karthala–CEAN.

Johari, Amina. 2015. Kenya’s Konza Techno City : Utopian Vision Meets Social Reality. Independent Study Project (ISP) Collection. URL : https://digitalcollections.sit.edu/cgi/viewcontent.cgi?referer=https://scholar.google.fr/&httpsredir=1&article=3047&context=isp_collection.

Lanne, Jean-Baptiste. 2018. « Des vies en veille. Géographies abandonnées des acteurs quotidiens de la sécurité à Nairobi. » Thèse de doctorat, géographie. Pessac : Université Bordeaux Montaigne. URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02117104.

Leauthaud, Crystele, Stéphanie Duvail, Olivier Hamerlynck, Jean-Luc Paul, Hubert Cochet, Judith Nyunja, Jean Albergel, Olivier Grünberger. 2013. « Floods and Livelihoods: The Impact of Changing Water Resources on Wetland Agro-Ecological Production Systems in the Tana River Delta, Kenya ». Global Environmental Change 23 : 252-263. https://doi.org/10.1016/j.gloenvcha.2012.09.003. Archive : https://www.documentation.ird.fr/hor/PAR00010351.

Meyerfeld, Bruno. 2016. « Au Kenya, les réfugiés piégés de Dadaab ». Le Monde, 16 décembre.

Morange, Marianne. 2015. « Street Trade, Neoliberalisation and the Control of Space: Nairobi’s Central Business District in the Era of Entrepreneurial Urbanism ». Journal of Eastern African Studies 9, n° 2 : 247-269. https://doi.org/10.1080/17531055.2015.1018407.

Porhel, Ronan, et Alain Léon. 2013. « L’influence des corridors dans le développement régional : le cas de l’EAC ». Nairobi : FRS & IFRA - Observatoire des Grands Lacs en Afrique.

Pison, Gilles. 2019. « Tous les pays du monde ». Population & Sociétés, n° 569 : 1-8. https://doi.org/10.3917/popsoc.569.0001.

Racaud, Sylvain, Bob Nakileza, François Bart, Bernard Charlery de la Masselière. 2016. Rural-Urban Dynamics in the East African Mountains. Dar es Salaam & Nairobi : Mkuki na Nyota & IFRA.

Rouillé, Gaële, David Blanchon, Bernard Calas, et Élise Temple-Boyer. 2015. « Environnement, écologisation du politique et territorialisations : les nouvelles politiques de l’eau (GIRE et PSE) au Kenya ». L’Espace géographique, Tome 44 : 131-146. https://doi.org/10.3917/eg.442.0131.

Said, M. Y., Okwi P., Ndeng’e G., Agatsiva J., et Kilele X. 2007. Nature Benefits in Kenya: An Atlas of Ecosystem and Human Well-Being. Nairobi : World Resource Institute, Department of Resource Surveys and Remote Sensing, Ministry of Environment and Natural Resource, Kenya Central Bureau of Statistics, Ministry of Planning and National Development, Kenya & International Livestock Research Institute. URL : https://hdl.handle.net/10568/1053.

Saraswati, Jyoti. 2014. « Konza City and the Kenyan Software Services Strategy: The Great Leap Backward? » Review of African Political Economy 41, Supplément n° 1 :128-137. https://doi.org/10.1080/03056244.2014.976189.

Tiffen, Mary, Michael Mortimore, et Francis Gichuki. 1994. More People, Less Erosion. Environmental Recovery in Kenya. Chichester : John Wiley & Sons.

Twining-Ward, Louise, Wendy Li, Elisson M. Wright, et Hasita Mukeshkumar Bhammar. 2018. Supporting Sustainable Livelihoods Through Wildlife Tourism. Tourism for Development Knowledge Series. Washington (DC) : World Bank Group. URL : http://documents.worldbank.org/curated/en/494211519848647950/Supporting-sustainable-livelihoods-through-wildlife-tourism [archive].

Watson, Vanessa. 2013 « African Urban Fantasies: Dreams or Nightmares? » Environment & Urbanization 26, n° 1 : 215-231. https://doi.org/10.1177/0956247813513705.

Wiesmann, Urs, Boniface Kiteme, et Zachary Mwango. 2014. Socio-Economic Atlas of Kenya: Depicting the National Population Census by County and Sub-Location, 38-39. Nairobi : Kenya National Bureau of Statistics (KNBS) ; Nanyuki : Centre for Training and Integrated Research in ASAL Development (CETRAD) ; Berne : Centre for Development and Environment (CDE).

Notes

1 Écrivant pour un public francophone, ce sont l’anachronisme et l’ethnocentrisme les moins absurdes.

2 Il était de 0,548 en 2014, le plaçant au 145e rang mondial, et de 0,43 en 1990, correspondant au 156e rang mondial.

3 Voir European Commission, « Maximum Residue Levels » : https://ec.europa.eu/food/plant/pesticides/max_residue_levels_en [archive].

4 Cette partie s’appuie sur le travail de Said, Okwi, Ndeng’e, Agatsiva et Kilele (2007).

5 Rapport Brundtland 1987 : Notre avenir à tous, Rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’ONU, présidée par madame Harlem Brundtland.

6 Voir aussi dans ce volume Gaële Rouillé-Kielo : « La gestion des ressources naturelles (eau et forêt) au Kenya. Des politiques centralisées, entre exclusion et participation des populations locales ».

7 Depuis 2015, les projets hydroélectriques et hydrauliques dans la vallée de l’Omo éthiopienne ont provoqué une baisse du niveau de base du Lac Turkana de plus de 1,5 mètre et il est probable que cette baisse se prononce encore, réduisant la superficie du lac dans ses zones les plus poissonneuses. Le risque serait de voir le Lac Turkana se transformer en mer d’Aral africaine à l’heure où se mettent en place les gigantesques plans agricoles de Gibe IV (le plus grand barrage d’Afrique) et de Gibe V.

8 Il faut quatre à cinq barils d’eau pour produire un baril de pétrole.

9 Voir également dans ce volume Hervé Maupeu : « État, économie et développement au Kenya ».

10 Contrairement aux émigrés d’autres pays africains comme le Maroc, les émigrés kényans ne représentent pas une part importante de la population (500 000 personnes soit moins de 2 % de la population) mais leurs transferts pèsent dans les comptes de la nation.

11 Avec une valeur de 500 millions USD en 2016, le Kenya représente le deuxième marché du luxe en en Afrique, derrière l’Afrique du Sud (2,3 milliards USD) (The Wealth Report 2017, Knight Frank Research Johannesburg) et se situe au quatrième rang africain pour le nombre de millionnaires derrière l’Afrique du Sud, l’Égypte et le Nigeria et il devrait atteindre le troisième rang en 2026 avec près de 17 000 millionnaires.

12 Voir dans ce volume Christian Thibon : « Des élites en émergence, l’oligarchie et les classes moyennes kényanes ».

13 Voir dans ce volume Justin Willis et Hassan Mwakimako : « La côte kényane : religion, race, ethnicité et la notion fuyante de communauté politique ».

Auteur

Bernard Calas