Chapitre 1

État, économie et développement au Kenya

Hervé Maupeu

1Le Kenya est considéré depuis les années 1960 comme un bastion du capitalisme. Les élites kényanes ont été relativement constantes dans leur vision du développement, en particulier sur le rôle que l’État devait jouer car, comme dans les autres pays africains, le secteur public a toujours été un vecteur essentiel de développement. Par État, nous entendons une réalité d’abord institutionnelle sinon juridique, qui rassemble sous une même entité (reconnue internationalement) les structures des trois grands pouvoirs (l’exécutif, le législatif et le judiciaire), l’administration ainsi que les ministères. Ce type de définition permet de se détacher des approches wébériennes dominantes qui mettent l’accent sur le monopole de l’usage légitime de la force sur un territoire et sur les caractéristiques exclusivement bureaucratiques de l’administration. L’État kényan n’a jamais parfaitement contrôlé l’ensemble de son espace national et les pratiques bureaucratiques des services administratifs coexistent avec des dynamiques néopatrimoniales. Tim Kelsall détaille ainsi le caractère paradoxal de ce mode gouvernance :

  • 1 « The system is held together by the personal distribution of material resources and perks (many o (...)

Le système tient grâce à la distribution personnalisée de ressources matérielles et de bénéfices (ce que l’on appelle dans la terminologie économique moderne, des « rentes ») distribués et consumés comme si c’était la propriété privée du dirigeant et/ou de son équipe. Le concept de « néopatrimonialisme » renvoie à une économie politique où le système d’autorité de base se combine et existe avec des éléments de gouvernance formels et impersonnels tels qu’un système juridique qui différencie le domaine privé du domaine public ou un code administratif qui énonce des règles précises sur le fonctionnement des carrières des fonctionnaires1. (Kelsall 2013, 12. Notre traduction.)

2Le fonctionnement de l’État, notamment dans sa relation aux différents secteurs économiques, est également affecté sinon déterminé par les formes de démocratisation qui travaillent le pays. Ainsi, depuis quelques années, la démocratie d’élection est complétée par des institutions et des pratiques caractéristiques des démocraties de contrôle ou de surveillance, selon les termes de Pierre Rosanvallon : la multiplication des autorités indépendantes chargées de lutter contre la corruption, l’organisation de contre-pouvoirs entre les différentes institutions politiques et l’amélioration de l’indépendance de la justice donnent davantage de lisibilité à l’action de l’État sans éliminer, comme nous le verrons, les pratiques clientélistes.

  • 2 Classification conçue par la Banque mondiale en fonction du revenu national brut (RNB) par habitan (...)
  • 3 Selon les critères de la Banque africaine de développement.
  • 4 « … a developmental state has sufficient state capacity to be effective in its targeted areas and (...)

3Sous la houlette de l’État le plus étoffé de l’Afrique de l’Est, et certainement le plus efficace de la région, l’économie kényane a beaucoup changé depuis l’indépendance du pays. Elle a connu tout au long des années 2000 un taux de croissance fort et constant (en général supérieur à 5 % par an) et, depuis 2015, le Kenya est passé dans la tranche inférieure des pays à revenus intermédiaires (revenus annuels compris entre 1 046 USD à 4 125 USD2). Mais la richesse produite est très inégalement répartie. Seulement 20 % de la population relève de la classe moyenne3. Le taux de pauvreté (selon les critères du BIT) dépasse les 40 % de la population. Surtout, au regard de l’indice de développement humain, le Kenya était en 2017 au 155e rang sur 188 pays. Dans ce chapitre, il s’agira d’expliquer comment le Kenya est arrivé à ce type d’économie en retraçant l’évolution de ses politiques économiques et en repérant les principaux moments de mutation. L’État kényan a toujours été un État développemental au sens que la doctrine contemporaine donne à ce concept. Laura Routley (2012, 8) estime ainsi qu’« un État dévelopemental détient une capacité étatique suffisante pour être effectif dans les domaines où il intervient ; il a également une conception de son rôle qui l’amène à orienter son action vers le développement économique »4. Nous présenterons les différentes formes de l’interventionnisme de cet État qui n’a jamais versé ni dans l’économie de marché dirigée, ni dans un libéralisme marqué, ce qui le différencie des pays voisins.

1. Le « capitalisme clientéliste » des premières décennies du Kenya indépendant (1963-1992)

4Dans les années 1960, tous les pays africains accédant à l’indépendance choisissent leur camp dans le clivage imposé par la guerre froide. Ceux qui se positionnent derrière les États-Unis et qui manifestent la volonté de poursuivre une politique de coopération avec l’ancienne puissance coloniale optent en général pour un système politico-économique de type capitaliste. Ceux qui préfèrent le parrainage soviétique, chinois ou qui participent du mouvement des non-alignés s’orientent plutôt vers une forme de socialisme. Mais de quel type de capitalisme et de socialisme s’agit-il ? Paul Nugent (2004) parle avec raison de « socialisme africain » et de « capitalisme autochtone » (home-grown capitalism). Ces formes africaines de socialisme et de capitalisme diffèrent fortement des modèles occidentaux. Certains analystes pensent même qu’en Afrique, les régimes socialistes et capitalistes fonctionnaient de manière relativement similaire (système à parti unique, étatisme marqué, personnalisation du pouvoir…). Nous verrons que, dans les années 1980, les systèmes politico-économiques du Kenya (en principe, capitaliste) et de la Tanzanie voisine (socialisme dit Ujamaa) présentaient des modalités de fonctionnement très comparables. Au-delà de la rhétorique des équipes dirigeantes, on peut distinguer ces régimes en se donnant une série de critères précis. On retiendra la grille de lecture de Paul Nugent qui nous aidera surtout à caractériser le capitalisme kényan de cette période. Il met l’accent sur quatre critères : l’importance accordée à l’autosuffisance ; le degré auquel l’État est perçu comme le vecteur principal de la croissance économique ; l’importance accordée à l’égalité sociale ; le degré et les formes de participation des masses dans les processus politiques (Nugent 2004, 142-143). À partir de ces éléments de différenciation, nous définirons les particularités du système kényan qui, selon Joël Barkan, constitue un « capitalisme clientéliste » (patron-client capitalism) (Barkan 1984 ; 1994).

Capitalisme versus socialisme dans la conjoncture critique des années 1960

  • 5 Il est révélateur que le manifeste du régime de l’époque s’intitule, African Socialism and Its App (...)
  • 6 Dès les années 1960, les politistes mettent l’accent sur la forte personnalisation du pouvoir en A (...)

5Les tenants du néo-institutionnalisme, qu’ils soient économistes ou politistes, mettent l’accent sur l’idée de conjoncture critique. Il y aurait dans l’histoire des moments d’intense changement institutionnel (modification du référentiel et des règles de base) qui déterminent le mode de fonctionnement des structures économiques, politiques et sociales pour la période (souvent longue) qui suit. Certains appellent cela la « dépendance du sentier » (Collier & Collier 1991). En Afrique, les indépendances représentent l’une de ces conjonctures critiques. À cette époque, les dirigeants du Kenya ont opté pour le capitalisme mais sans que cela apparaisse comme une évidence ou le seul choix disponible. Jomo Kenyatta a longtemps usé d’une rhétorique socialiste pour justifier sa préférence pour l’économie de marché5. Deux types d’arguments sont utilisés pour expliquer comment les pays africains ont choisi entre la voie capitaliste et l’option socialiste. Pour les uns, les préférences idéologiques ainsi que la personnalité des chefs de l’État permettraient de saisir ces différences6. Pour les autres, les caractéristiques du champ politique national au moment des indépendances conditionnent les choix disponibles. Dans le cas du Kenya des années 1960, Joël Barkan met l’accent sur trois variables structurelles : le caractère central de l’ethnicité dans ce système politique ; un héritage colonial particulier lié au fait que le Kenya était une colonie de peuplement ; la place de l’économie kényane dans l’Afrique de l’Est (Barkan 1994, 14-16). Ainsi, les clivages politiques comme le système partisan s’organisent autour des identifications ethniques. Jomo Kenyatta doit constamment négocier avec des leaders régionaux qui jouissent d’une forte légitimité. Il doit également tenir compte des intérêts d’une puissante communauté blanche, d’autant qu’il ne peut se passer de l’aide militaire britannique du fait des tentatives de sécession des Somali (guerre des Shifta) de la région Nord-Est et des incertitudes de son armée (esquisse de coup d’État en 1964). De plus, l’économie du pays est la plus développée et la plus diversifiée de la région. Le corridor nord qui part de Mombasa approvisionne toute l’Afrique des Grands Lacs et, depuis l’époque coloniale, Nairobi est un pôle important dans la finance, les assurances et les services. Ainsi, le Kenya a un avantage compétitif à prolonger l’expérience capitaliste.

  • 7 Cela n’est pas toujours le cas. Ainsi, Arriola s’intéresse particulièrement au cas du Cameroun.
  • 8 Il s’agit du premier élément de sa théorie de la formation des coalitions d’opposition dans l’Afri (...)

6À côté de ces explications classiques, certains spécialistes s’essaient à des théories plus générales. C’est le cas de Leonardo Arriola (2013) qui cherche à saisir pourquoi les pays africains ont développé au moment des indépendances des systèmes financiers très différents. Certains ont mis en place un accès aux crédits monopolisé par des banques étatisées. Ils ont souvent opté pour un régime socialiste7. D’autres ont préféré des systèmes bancaires plus libéraux, avec une multiplicité de banques privées. Ils ont ainsi marqué leur prédilection pour le capitalisme. Arriola estime que lorsque le père-fondateur de la nation était issu d’une circonscription où l’économie reposait sur l’exportation, il favorisait la multiplication des banques privées alors que ceux qui venaient d’une circonscription non exportatrice insistaient sur la nécessité pour l’État de contrôler étroitement l’accès au crédit8.

État et capitalisme durant l’ère Kenyatta (1963-1978)

  • 9 Sur le sujet et sur la façon dont l’opposition au régime Moi a utilisé cette mémoire de l’ère « de (...)

7Ce choix initial du Kenya pour le capitalisme n’indique pas sa forme particulière car, on le sait bien, le capitalisme n’est pas le même d’un lieu à l’autre (Fulcher 2004, chapitre 4 ; Thelen 2012). Si l’on retient la définition très générale de Ian Bremmer (2010, 25), qui considère que le capitalisme est « l’utilisation de la richesse pour créer davantage de richesse… et qu’en général, dans le système économique capitaliste, la plupart des moyens de production (travail, terre et capital) sont possédés par des acteurs privés et donnent lieu à commerce », on peut imaginer combien ses modalités d’organisation peuvent être variées. Ce qui nous intéresse particulièrement, c’est la façon dont l’État kényan s’insère dans les relations économiques et les organise (ou ne les organise pas). Afin de caractériser ces interactions, il faut au préalable expliquer certaines particularités du système administratif de ce pays des années 1960 au début des années 1980. L’exécutif a considéré qu’une administration aux caractères wébériens marqués (système hiérarchisé, bureaucratique, valorisant le mérite et la compétence, peu corrompu…) constituait un atout politique majeur dans la mesure où elle garantissait son indépendance à l’égard des leaders régionaux. Dès son arrivée au pouvoir, Jomo Kenyatta a aboli un système constitutionnel de type fédéral ; il a imposé une recentralisation reposant sur une organisation de type préfectoral. Parallèlement, il a organisé la redistribution clientéliste en mettant en concurrence les notables qui devaient se faire élire à l’occasion d’élections relativement libres. À cet égard, il a mis en place les modalités d’une démocratie représentative au niveau des circonscriptions et un État de droit plutôt satisfaisant était garanti par une administration particulièrement efficace. Dans les sciences sociales, la promotion de cet « État Kenyatta » bureaucratique, autonome et souverain a été assurée par l’ouvrage de David Leonard (1991) qui présente la biographie de quatre hauts fonctionnaires ayant assuré avec brio la direction de ministères ou d’entreprises publiques. La plupart d’entre eux avaient commencé leur carrière à l’époque coloniale et avaient diffusé, dans leur administration, l’esprit du service public de type britannique. De fait, l’africanisation de l’administration kényane s’est faite très progressivement et avec beaucoup de pragmatisme (en comparaison avec la Tanzanie). Tout au long des années 1990 et 2000, de nombreux hauts fonctionnaires de l’époque ont publié leurs mémoires. Les autobiographies sont devenues un genre littéraire particulièrement pratiqué au Kenya. Il s’agissait de promouvoir cette ère de prospérité (et de domination kikuyu) que représentait a posteriori la période Kenyatta, tout particulièrement pendant la récession économique du régime Moi9 (1978-2002).

  • 10 Notamment Thelen (2014, chapitre 1).
  • 11 Munguti, Richard. 2018. « Authority Orders Posta to Pay Ex-workers Billions in Pension ». Daily Na (...)
  • 12 Seuls les syndicats d’enseignants ont continuellement gardé une grande influence.

8Il faut donc expliquer comment cet État très particulier se situe par rapport aux acteurs économiques. Pour ce faire, quelques typologies classiques produites par le vaste champ d’étude des formes de capitalisme (Varieties of Capitalism scholarship, souvent connu sous le terme de VofC scholarship10) nous sont utiles. Elles permettent de clarifier ce que Barkan entend par « capitalisme clientéliste ». Dans les grands types de capitalisme, on distingue souvent le modèle social de capitalisme, que l’on trouve essentiellement en Europe et au Japon, et le modèle libéral, caractéristique des pays anglo-saxons. Il est difficile de comparer les économies de marché régulées d’Europe occidentale avec les systèmes de l’Afrique postcoloniale. Au Kenya, la tentative de développer un État-providence a produit des effets limités. Une assurance-maladie de base a rapidement permis de couvrir avec plus ou moins d’efficacité la plupart des salariés. Le système public de retraite s’est avéré peu performant, y compris pour les fonctionnaires11. Pour autant, le passage à un système libéral de protection sociale n’a été assumé qu’à partir des années 1990, après une série de scandales sur les détournements des fonds de la Sécurité sociale. Si l’on reprend les analyses de Thelen (2014), les systèmes européens se distinguent par des particularités à trois niveaux cruciaux : les négociations (centralisées) sur les conditions de travail, les politiques concernant le marché du travail, les formations (spécialisées) et leurs liens avec le monde économique. Concernant le premier point, on avait, dans le Kenya des années 1940 aux années 1960, des syndicats dotés de fédérations nationales puissantes qui avaient montré de grandes capacités à organiser des grèves longues sur les lieux de travail (grèves de Mombasa) et à mobiliser sur des agendas politiques, notamment au début de la crise Mau Mau (Cooper 1996 ; Durrani 2018). Les dirigeants du Kenya indépendant se sont employés à rapidement démanteler le pouvoir des syndicats qu’ils ont affilié au parti unique12. Depuis et pour l’essentiel, les conditions de travail sont négociées au niveau de chaque entreprise avec des structures représentatives locales. Concernant les politiques publiques relatives au marché du travail, l’État kényan a promu le salariat, ce qui explique pourquoi, jusqu’aux années 1980, le Kenya détenait, avec l’Afrique du Sud, l’un des plus forts taux de salariat d’Afrique. Pour ce qui est des politiques éducatives, le Kenya s’est différencié de ses voisins en promouvant l’éducation primaire mais surtout l’enseignement secondaire. Il a également valorisé les formations techniques censées correspondre aux demandes des acteurs économiques (Cooksey, Court & Makau 1994).

9On voit donc que, dès les débuts du Kenya indépendant, les timides velléités de développement d’un capitalisme social ont avorté. Pour autant, il est difficile de parler de « capitalisme libéral ». Certes, le droit du travail relève plutôt de ce type d’économie, mais les gouvernants kényans sont trop préoccupés à contrôler les forces économiques pour qu’un système libéral se mette en place. S’agit-il alors d’un « capitalisme d’État » au sens d’« un système dans lequel l’État joue un rôle d’acteur économique leader et utilise les marchés avant tout pour des gains politiques » (Bremmer 2010, 33) ? De nos jours, on associe ce concept à des pays comme la Chine ou la Russie, mais Bremmer détecte des formes de capitalisme d’État dans des pays africains tels que l’Afrique du Sud et le Nigeria. À un degré moindre, on trouve dans le système kényan des années 1960-1970 quelques éléments caractéristiques de ce type de capitalisme, surtout si l’on rajoute à la définition de Bremmer l’idée que l’État utilise les marchés à des fins politiques en usant de moyens clientélistes. On rejoint alors l’idée de « capitalisme clientéliste ». À cette époque, l’État intervient fortement dans l’économie, en particulier à partir de trois types de politiques : l’africanisation de certains secteurs, la redistribution de terres et le développement des entreprises publiques.

  • 13 Leo (1984) estime que les Kikuyu ont capté 40 % de ces terres alors qu’ils représentaient près de (...)
  • 14 Quasiment jusqu’à sa mort en 2004, il a été le patron kikuyu de la vallée du Rift qui servait d’in (...)
  • 15 C’est à cette époque que l’idée d’une identité kalenjin fédérant plusieurs groupes de la vallée du (...)

10L’africanisation de l’économie visait à réserver certains domaines aux citoyens kényans, en fait « africains », et à exclure les acteurs économiques issus de certaines communautés, en particulier les Indiens, conduits à revendre certains de leurs commerces. Ces mesures profitent à des clientèles bien précises. Ainsi, de nombreux magasins de la très commerçante River Road de Nairobi auraient été cédés à des notables de Murang’a, le fief politique du Dr. Julius Kiano, le ministre en charge de ce dossier. La Kenya National Trading Corporation s’emploie également à réserver certaines formes d’importation de biens à des agents africains. Là encore, les hommes d’affaires de certaines communautés (en l’occurrence, Kikuyu et Swahili) auraient particulièrement profité de ces privilèges (Ochieng 1995). La politique foncière de l’ère Kenyatta représente un héritage majeur de ce régime dont les ondes de choc portent jusqu’à aujourd’hui (Onoma 2010 ; Joireman 2011 ; Boone 2014). Le Million-Acre Scheme reste l’un des symboles de cette politique de redistribution des terres des « Hautes terres blanches » (White Highlands). Durant la période britannique, certaines régions de la vallée du Rift étaient réservées aux fermiers blancs et gérées directement par l’État, alors qu’un régime d’administration indirecte sévissait dans les autres parties du pays. Lors des négociations de décolonisation, il a été prévu que ces colons pourraient, s’ils le souhaitaient, vendre leurs terres à un cours favorable. Quinze ans plus tard, 95 % de ces fermes avaient changé de propriétaire. Près de la moitié de ces terres ont été subdivisées et revendues à des familles de petits paysans dans le cadre de programmes d’installation (settlement schemes). Plus d’un tiers de ces opérations ont bénéficié aux Kikuyu13. Cela a permis de calmer temporairement les tensions au sein de cette communauté, qui sortait d’une véritable guerre civile opposant différents groupes de cette ethnie, car la crise Mau Mau n’a pas été uniquement une guerre anticoloniale. Tout au long de l’ère Kenyatta, les différentes organisations gérant la distribution des terres ont gardé une clientèle captive, du fait notamment qu’aucun titre de propriété n’était distribué, en principe jusqu’à ce que chaque famille ait fini de rembourser ses prêts. Les leaders de ces groupements sont ainsi devenus des entrepreneurs politiques particulièrement puissants. Le plus connu d’entre eux était Dixon Kihika Kimani, seul politicien kényan à avoir été élu dans trois circonscriptions différentes (toutes situées dans la vallée du Rift14 : Nakuru North [1974-1979], Laikipia West [1992-1997] et Molo [1997-2002]). Les Kikuyu n’ont pas été les seuls à bénéficier de la subdivision des fermes des colons. Il y a eu des settlement schemes luo, luhya et kisii, sans parler des ethnies qui occupaient ces terres lors de l’arrivée des Britanniques. Sans surprise, ces dernières (ou du moins certains de leurs notables) ont estimé que l’ensemble de ces terres devaient leur revenir. Jean-Marie Seroney (membre du Parlement de Tinderet) en particulier a mobilisé des foules, notamment lors de l’affirmation de la Nandi Declaration (1969), qui proclamait le droit exclusif des Nandi sur ces territoires15. Cela lui a valu d’être emprisonné, achevant sa carrière politique. Il n’a pas été suivi par les principaux leaders kalenjin que le régime Kenyatta a eu l’habileté d’associer à l’équipe dirigeante du pays. Daniel arap Moi a été nommé Vice-Président et beaucoup de politiciens de la région ont pu facilement acquérir de vastes propriétés grâce à des prêts accordés par des banques publiques – prêts qui n’ont pas toujours été remboursés. La moitié des fermes des colons ont été revendues sans être subdivisées, le plus souvent à des proches du régime.

11Des pratiques clientélistes ont également marqué le fonctionnement des nombreuses entreprises publiques développées durant cette période. La formule des entreprises publiques devait permettre un accès plus égalitaire à un certain nombre de biens publics comme l’eau ou l’électricité. Ces structures devaient également valoriser certaines filières, en particulier dans le domaine agricole. Mais, très vite, les postes de direction de ces organisations sont devenus des prébendes à distribuer en fonction des intérêts politiques de l’équipe dirigeante. Les patrons de ces entreprises ont souvent utilisé leur poste pour développer de véritables machines clientélistes où ils engageaient leurs dépendants ou ceux pouvant leur être utiles. Nous verrons plus loin que ce mode de gestion a eu des effets économiques et politiques sur le pays, surtout à partir des années 1980.

  • 16 L’influence majeure de Michael Cowen (1996) provient avant tout des nombreux articles de littératu (...)
  • 17 Le débat kényan continue d’irriguer la réflexion contemporaine. Dominique Connan (2014), dans une (...)

12L’analyse du capitalisme de l’ère Kenyatta donne lieu à de nombreuses discussions, notamment ce que l’on a appelé le « débat kényan », l’une des grandes controverses de l’âge d’or du marxisme universitaire. Il est difficile de résumer sans caricaturer ces dizaines d’ouvrages et les nombreux articles parus sur ce sujet. À cette époque où le paradigme de la dépendance était dominant (dans les cercles marxistes), ces chercheurs voulaient savoir si le développement économique était financé par des capitaux nationaux ou d’origine étrangère. Michael Cowen et Gavin Kitching ont montré comment certains entrepreneurs africains ont pu dégager des surplus dans de nombreuses filières agricoles qu’ils ont réinvestis dans différents secteurs. À partir de recherches dans les archives nationales et régionales, ils ont décrit l’apparition de ce qu’ils ont appelé une « petite bourgeoisie africaine » (Kitching 1982 ; Cowen 199616). D’autres auteurs se sont davantage concentrés sur l’économie postcoloniale. Ils décrivent un développement fortement inégalitaire qui exclut en particulier la paysannerie du pays alors même que la croissance repose fortement sur le secteur agricole. Pour l’essentiel, ils estiment que les entrepreneurs kényans sont plutôt autonomes par rapport au capital international. Ces derniers utiliseraient les multinationales plus qu’ils ne dépendraient d’elles, souvent en usant des capacités normatives de l’État et des possibilités de négociation des élites politiques (Leys 1975 ; Langdon 1987 ; Swainson 198717).

13À ce stade, et tout particulièrement pour décrire le capitalisme de l’ère post-Kenyatta (après 1978), il importe de faire allusion aux débats sur la mesure de la croissance économique et sur ses causes. Au début des années 1980, de jeunes économistes talentueux prennent le Kenya comme terrain pour défendre leur approche néo-institutionnaliste. Ce faisant, ils s’opposent aux néo-classiques, très dominants sur les campus américains, auxquels ils reprochent de ne pas prendre en compte correctement les institutions et de ne pas considérer le rôle de la politique dans le fonctionnement des économies. Robert Bates (1981) explique la prospérité kényane par le fait que ses leaders ont refusé de céder au « biais urbain », contrairement à la plupart des autres présidents du continent. Selon Lipton (1977), les régimes africains ont peu de légitimité et leur État jouit de peu de capacité d’action. Pour préserver leur pouvoir, ils s’emploient à satisfaire les besoins immédiats des citoyens qu’ils jugent les plus dangereux et en particulier les urbains. Ainsi, ils cherchent à abaisser artificiellement le prix de l’alimentation en contrôlant les filières de commercialisation des biens agricoles, achetant la paix sociale au prix de l’appauvrissement des campagnes. Robert Bates estime que les pays où les élites investissent massivement dans l’agriculture refusent de sacrifier le monde rural au profit des villes. Ils optent généralement pour un système capitaliste. Morten Jerven (2016) préconise davantage de nuance dans ces conclusions. Il montre que les taux de croissance économique ont été jusqu’à présent relativement mal évalués (absence de données fiables dans de nombreux secteurs ; difficulté de comparer entre pays, notamment entre le Kenya et la Tanzanie du fait de méthodologies différentes dans les statistiques publiques…). Surtout, il estime qu’il est difficile de mesurer l’influence économique des régimes politiques. Il faudrait différencier institution par institution et secteur par secteur. En fait, les néo-institutionnalistes qui ont étudié la crise économique des années 1980 en Afrique de l’Est partagent largement ces préoccupations. Bates (1989) décrit la façon dont l’ancien président Moi a habilement profité des famines de cette période pour prendre le contrôle de la filière des céréales. Cette branche de l’agriculture s’en est difficilement remise après plusieurs décennies de gabegie et de clientélisme. À la même époque, le secteur du café, dominé par les Kikuyu, devient la cible du chef de l’État qui y voit une concurrence politique qu’il s’agit de contrer (Chege 1987 ; Bart, Charlery de la Masselière & Calas 1998). C’est la période où la situation économique (et dans une certaine mesure, politique) du Kenya capitaliste et celle de la Tanzanie socialiste se rejoignent dangereusement. Dans les deux pays, les déficits publics explosent de même que l’inflation. Ces deux États ont des effectifs pléthoriques mais la qualité des services publics se détériore brutalement, notamment du fait de la corruption et du manque d’investissement. Le diagnostic de Joel Barkan s’avère judicieux :

  • 18 « In both countries politics took precedence over economics, though for different reasons. In both (...)

Dans les deux pays, le politique a été prééminent par rapport à l’économique, même si c’était pour des raisons différentes d’un pays à l’autre. Dans les deux lieux, l’État a poursuivi des politiques redistributrices et il a interféré dans les marchés avec des effets parfois dramatiques sur la croissance économique. Dans les deux pays, l’élite dirigeante cherchait à monopoliser le pouvoir politique et à entraver la société civile18. (Barkan 1994, 21. Notre traduction.)

14Une poussée des autoritarismes démantèle de nombreux acquis démocratiques, et l’aide internationale, si importante dans les budgets publics des deux pays, commence à se tarir. Sous la pression des bailleurs de fonds, les deux voisins acceptent (avec de fortes réticences et peu de sincérité) des plans d’ajustement structurels et des réformes visant à démocratiser leur régime.

2. Démocratisation aléatoire et kleptocratie durant la seconde phase de l’ère Moi (1992-2002)

15À partir de 1992, les gouvernants font des concessions et adoptent des réformes caractéristiques des démocratisations de cette période : légalisation du multipartisme, reconnaissance d’une certaine liberté de parole, notamment dans les médias, possibilité de s’organiser en regroupements typiques de la société civile… Durant cette phase de transition où le régime évolue entre une forme d’autoritarisme qui ne dit pas son nom et une démocratie loin d’être consolidée, le coût économique du contrôle politique de la population connaît une forte inflation. Afin de rester au pouvoir, l’élite gouvernante a besoin de davantage de ressources matérielles, cela à un moment où l’État s’est appauvri et où l’économie nationale est en forte récession. Cette équipe dirigeante met en place un mode de gouvernance que de nombreux analystes ont nommé « kleptocratie ». Ce concept s’avère heuristique dès lors qu’on en précise les composantes : la haute corruption atteint des niveaux inégalés et se diversifie ; le contrôle politique de l’économie s’accentue en usant de méthodes largement illégales ; des milices souvent soutenues par les forces de l’ordre interviennent violemment et terrorisent certaines populations ; des plans d’ajustement structurels et des réformes de l’État sont négociés mais mal appliqués, et assurent l’illusion que l’État continue de fonctionner selon les modalités en vigueur au niveau international. Et ces quatre dynamiques font système.

16La corruption des sommets de l’État qui vise à financer la vie politique tout en enrichissant massivement ces élites – bref, le néopatrimonialisme – n’est pas chose nouvelle, comme nous l’avons déjà précisé. La démocratisation ouvre une période de fortes incertitudes qui incite les gouvernants à une gloutonnerie sans précédent. L’affaire Goldenberg apparaît comme le symbole de cette pratique et de cette époque (Encadré 1).

Encadré 1. L’affaire Goldenberg (1990-1992)

En 1990, Kamlesh Pattni, jeune héritier (il a 25 ans) d’une entreprise de négoce d’or et de pierres précieuses, rencontre James Kanyotu, le patron des renseignements (Special Branch) et un très proche du président Daniel arap Moi. Il lui explique que le Kenya pourrait exporter beaucoup plus d’or et avoir ainsi accès à davantage de devises dès lors que l’État adopterait des politiques incitatives. À la suite de discussions avec le chef de l’État, il est décidé que les exportations d’or bénéficieraient de compensations publiques à l’exportation d’un montant de 35 %. Une nouvelle compagnie, Goldenberg International Limited, détenue à part égale par Kanyotu et Pattni, se voit concéder le monopole des exportations d’or et de diamant (Hornsby 2012, 506-508). Dans un pays qui ne détient aucun gisement de diamant et qui n’exploite guère ses réserves d’or, cette entreprise n’était pas a priori promise à un grand avenir. Sauf que les gouvernants y ont vu la possibilité de détourner discrètement des fonds publics afin de financer l’élection générale de 1992. Cette première compétition multi-partisane depuis des décennies devait s’avérer très disputée et donc très coûteuse.
Au début, Goldenberg importait de l’or qu’elle réexportait en surévaluant les volumes négociés mais très vite, elle a effectué des demandes de compensation qui ne correspondaient à aucune marchandise. Les transactions se faisaient à travers des banques dites « politiques », car s’occupant exclusivement des affaires de la haute élite gouvernante du pays : Trade Bank, Delphis Banka et surtout l’Exchange Bank, créée et détenue par Kanyotu et Pattni. Selon les déclarations de ce dernier lors de l’enquête officielle de 2004, Goldenberg aurait reçu de l’État près de 170 millions USDb. Une partie de ces sommes a été confiée à Youth for KANU’92, le groupe de pression chargé de redistribuer l’argent tout au long de la campagne électorale (Maupeu 2000, 395-421). Toute la classe politique a été arrosée, y compris l’opposition. Ainsi, Oginga Odinga a reçu près de 20 millions KES qui auraient servi à financer l’élection partielle de Migori et de Ndhiwa (Oloo 2007, 116).
Les effets macro-économiques de ce scandale financier ont été énormes. Daniel Branch résume parfaitement la situation : « En 1993, John Githongo écrivait que le scandale Goldenberg “a secoué les fondations mêmes de l’économie du Kenya”. Le shilling a perdu la moitié de sa valeur par rapport à la livre sterling et l’augmentation de la monnaie en circulation a provoqué une inflation de plus de 40 % au mois d’août 1993c. » (Branch 2011, 220. Notre traduction.)
Dès 1993, l’opposition ainsi que les médias dévoilaient les mécanismes de cette gigantesque affaire de corruptiond Le FMI et la Banque mondiale ont demandé une enquête publique sur le sujet. Le gouvernement a rejeté cette demande mais l’Exchange Bank a été dissoute et le patron de la Banque centrale du Kenya a été remplacé. En dépit d’une alternance politique en 2002 et d’une enquête officielle en 2004, la plupart des protagonistes sont restés impunis.
Est-ce que Goldenberg est unique dans l’histoire du Kenya ? Peut-on comparer cette affaire de corruption aux scandales apparus dans les régimes suivants ? C’est l’une des questions qui taraude Michela Wrong quand elle étudie l’affaire de l’Anglo-Leasing Company provoquée par les proches du président Kibaki au début des années 2000. Si l’on compare ces deux cas de haute corruption, on doit d’abord souligner que les montants détournés ne sont pas les mêmes. Il est difficile d’atteindre les sommets de Goldenberg. Pour autant, Michela Wrong (2009, 166) estime le coût des surfacturations effectuées par l’Anglo-Leasing Company à près de 5 % du PNB et 16 % des dépenses de l’État pour 2003-2004, cela dans un contexte de croissance économique solide, alors que Goldenberg se déroulait dans une phase de crise économique intense. Dans le cas du scandale des années 1990, les mécanismes de détournement de l’argent public étaient complexes. À partir des années 2000, les techniques de la haute corruption s’avèrent bien plus élémentaires (surfacturation, appels d’offre de marché public truqués…). Les médias divulguent ces affaires avec beaucoup d’efficacité. Des enquêtes parlementaires et judiciaires sont généralement menées sans que cela conduise à des condamnations. Depuis 2018, la lutte contre la haute corruption semble davantage engagée mais il est encore trop tôt pour diagnostiquer un changement de politique.

a. La Delphis Bank appartenait à Ketan Somaia, qui possédait de nombreux intérêts économiques communs avec la famille Moi, Nicholas Biwott et le vice-président Saitoti.
b. Cela n’est que la face émergée de l’iceberg car Kanyotu et Pattni ont développé de multiples spéculations dans le cadre de Goldenberg : l’Exchange Bank aurait spéculé sur les monnaies ; ils auraient joué sur de multiples fonds de compensation… Voir Wrong (2009, 62–63).
c. « Writing in July 1993, John Githongo remarked that Goldenberg “is shaking the very foundations of Kenya’s economy.” The shilling plummeted, losing about half its value against sterling in the eighteen months leading up to the public revelations about Goldenberg in mid-1993. The increase in money in circulation drove inflation to an annual rate of over 40 percent in August 1993. »
d. L’essentiel des informations venaient de David Munyakei, un employé de la Central Bank of Kenya. Sur l’histoire d’un des plus importants sonneurs d’alarme du Kenya contemporain, voir Kahora (2008).

  • 19 Voir Francesca Di Matteo dans ce volume : « La politisation du processus de réforme foncière au Ke (...)
  • 20 Outre la Ndungu Commission, d’autres commissions parlementaires ont livré des indications précises (...)

17En outre, la classe politique s’est accaparée de nombreuses terres et bâtiments publics. Selon Jacqueline M. Klopp (2000), ces accaparements ont été un moyen de trouver des ressources dans des domaines échappant à la surveillance des instances internationales. Pour autant, elle montre bien que ces pratiques ne sont pas passées inaperçues et de nombreuses ONG et autres organisations de la société civile en ont informé l’opinion publique. Plusieurs commissions parlementaires ont décrit la diversité et le caractère massif de ces vols. La commission Ndungu (2003), en particulier, a mis en évidence que ces attributions illégales de terres publiques se sont faites essentiellement dans les années 1990 et durant les périodes électorales19. Elle a montré que l’ensemble du système administratif censé réguler le foncier était impliqué. Le niveau de corruption dans ce domaine est tel que tout le droit de la propriété se trouve fragilisé. De nombreux Kényans ont la juste impression que leur titre de propriété peut être à tout moment contesté. De plus, les banques savent que de nombreux prêts reposent sur des bases fragiles quand leurs clients ont donné en garantie des terres dont les commissions parlementaires20 ont montré qu’elles étaient acquises illégalement.

  • 21 Ces tueries ont occasionné près d’un millier de morts et plusieurs centaines de milliers de « dépl (...)

18Cette privatisation des terres publiques dans une logique clientéliste a partie liée avec une autre caractéristique de la kleptocratie kényane : l’usage de milices extrêmement violentes, en particulier durant les périodes électorales. Durant les années 1990, de nombreuses parcelles de forêts publiques, notamment dans la Mau Forest ou sur les pentes du mont Elgon, ont été ouvertes au peuplement en faveur de populations proches du parti au pouvoir. Au moment des élections, les communautés réputées favorables à l’opposition étaient massacrées ou forcées d’évacuer ces circonscriptions21 (Klopp 2001). Leurs terres étaient souvent récupérées par des familles qui votaient « correctement ». Cela dans un contexte où de nombreux politiciens usaient abondamment de la rhétorique de l’autochtonie (contre les supposés allochtones).

19Durant cette première décennie de la démocratisation, la très haute élite politique s’impose comme des acteurs économiques essentiels. Ainsi, Moi, Biwott et quelques autres politiciens kalenjin rachètent les succursales des nombreuses multinationales qui se désengagent du pays. Ils investissent également dans les médias, les transports et le secteur de la distribution des produits pétroliers (Thomas 1997 ; 1998). On les soupçonne d’être directement liés à des trafics plus ou moins illégaux (spéculation sur l’importation du sucre, en particulier lors des périodes de risques de famines ; culture et commerce de drogues…).

  • 22 Thomas (1997) adapte à la situation kényane le concept théorisé par Bayart, Ellis & Hibou (1998).
  • 23 Branch et Cheeseman (2010) utilisent à plusieurs reprises ce concept mais sans en préciser le cont (...)
  • 24 Sur les différentes tactiques de l’État kényan lors des négociations avec le FMI et la Banque mond (...)
  • 25 D’après la Banque mondiale (2001), cet échec est dû aux habituelles augmentations de salaires que (...)

20Jusque-là, ces différentes caractéristiques de la kleptocratie à la kényane relèvent de ce que certains ont dénommé la « criminalisation de l’État » (Thomas 199722). D’autres préfèrent parler d’« informalisation de la vie politique » (Branch & Cheeseman 201023). Mais ces dimensions sont complétées par des réformes institutionnelles de l’État afin de garder le soutien financier des puissances occidentales. Depuis le début des années 1980, le Kenya a négocié de nombreux plans d’ajustement structurels (PAS). Il a accepté les prêts mais sans se plier à la majorité des conditionnalités que les OIG cherchaient à imposer. On sait que le FMI, tout comme la Banque mondiale, expliquait la situation de « crise permanente » (Van de Walle 2001) des économies africaines par des problèmes de gouvernance. La centralisation du pouvoir, l’idée de présidence impériale, l’échec supposé de la politique de développement par l’État sont remis en cause au profit de politiques de libéralisation de l’économie (privatisation des entreprises publiques, forte diminution des effectifs de la fonction publique, autonomie des banques centrales, politique monétaire plus orthodoxe…) et de rationalisation du travail administratif. Le Kenya a régulièrement déjoué certaines contraintes des PAS et les bailleurs de fonds ont continué de lui prêter car les gouvernants du pays ont su se rendre indispensables auprès du système des Nations unies, par exemple en 1991-1992 quand plus de 400 000 réfugiés ont traversé la frontière avec la Somalie. À d’autres moments, le Kenya a joué du manque de coordination entre le FMI et la Banque mondiale24. Ainsi, les privatisations d’entreprises publiques ont été peu nombreuses (et ont souvent profité à l’élite kalenjin) et les structures publiques contrôlant la plupart des filières agricoles n’ont pas été libéralisées, notamment dans le sensible secteur des céréales. Pour autant, l’administration étatique a subi des réformes sévères. Le Civil Service Reform Program (CSRP) I de 1993 devait améliorer la productivité de l’État en injectant de nombreuses techniques du nouveau management public dans cette lourde machine. Il s’agissait surtout de dégraisser massivement les effectifs par un programme de départs à la retraite volontaires, et par la suppression de plus de 26 000 postes. Le système d’identification des fonctionnaires a été amélioré afin de lutter contre le fléau des « salariés fantômes ». Mais le CSRP I n’a pas eu les résultats escomptés et l’État n’a pas gagné en efficacité25.

  • 26 Kempe Ronald Hope (2013) rappelle notamment que la croissance était négative (-1 %) en 1992 et de (...)
  • 27 « It is not obvious that Kenya performed badly during the Moi era and it is even less obvious that (...)

21Les PAS comme les réformes administratives sont couramment présentés comme des échecs. Néanmoins, peut-on parler de « décennie perdue », du fait d’un taux de croissance économique particulièrement bas26 ? Morten Jerven se montre plus réservé : « Cela n’est pas évident que l’économie kényane ait été peu performante durant l’ère Moi et c’est encore moins évident que cela soit à cause de la politique économique. Durant l’ère Moi, les résultats de l’économie kényane ont été bien meilleurs que ceux de la moyenne africaine27 » (Jerven 2014, 120. Notre traduction).

3. En quête d’un État développemental

  • 28 « … a roadmap for accelerating the transformation of our country into a rapidly industrializing mi (...)
  • 29 Nous ne parlons ici que du volet économique de ce plan. La croissance ainsi créée est censée se me (...)

22Avec l’alternance politique de 2002, la situation économique s’améliore rapidement. Les investisseurs ont davantage confiance dans le gouvernement d’union nationale qui se met en place. Des politiques macro-économiques plus orthodoxes permettent également un retour de la croissance qui passe de 1 % en 2002 à 7 % en 2007. L’ambitieux programme de Kenya Vision 2030 (lancé en juin 2008) fixe des objectifs à moyen terme. Pour reprendre les termes du président Mwai Kibaki, il faut y voir « une feuille de route pour accélérer la transformation de notre pays vers une nation de classe moyenne s’industrialisant rapidement à l’horizon de 2030 »28. Les acteurs politiques, administratifs et, dans une moindre mesure, le milieu des entreprises, l’ont perçu comme un changement de référentiel. Ils ont cherché leur nouveau mode de développement du côté de l’Asie. Elsje Fourie (2015), qui a interrogé les concepteurs de Vision 2030, souligne leur fascination pour Singapour et la Malaisie tout autant que pour la Chine. Dans une conception proche de la théorie de la modernisation des années 1950-1960, ils estiment qu’il faut suivre un certain nombre d’étapes et de recettes pour rattraper les Tigres asiatiques. Là où le FMI et la Banque mondiale recommandaient de dégraisser l’État, de démocratiser les régimes politiques et de s’appuyer avant tout sur les acteurs privés pour développer une économie ouverte à la mondialisation, le modèle asiatique souligne l’importance cruciale de l’État pour orienter une économie qui est mise au service d’un projet national, pas nécessairement démocratique. Sans s’illusionner sur ce changement de cap doctrinal, il faut situer cet épisode dans « l’histoire d’extraversion » (Leguil-Bayart 1999) de l’État en Afrique. Les dirigeants kényans comme ceux des pays voisins cherchent à se donner des marges de manœuvre par rapport aux puissances occidentales et au système des Nations unies. Ils veulent moins dépendre de l’aide internationale dès lors qu’ils peuvent emprunter largement auprès des banques chinoises qui n’imposent pas de conditionnalités politiques et dont les procédures plus ou moins transparentes favorisent le financement de certains réseaux clientélistes. Cette nouvelle stratégie prend la forme d’investissements massifs dans des grands travaux (Fouéré & Maupeu 2015) : modernisation du corridor Nord (Mombasa-Afrique des Grands Lacs) en développant des autoroutes, en reprenant à neuf le système transport ferroviaire, en développant du câblage Internet, etc. ; création d’un nouveau corridor de transport, le LAPSSET (Lamu Port – South Sudan – Ethiopia Transport) ; augmentation de la production d’électricité et généralisation de sa distribution dans l’ensemble du pays… Cela passe également par un fort recours aux partenariats public-privé29 (PPP).

  • 30 Mathaura, Francis. 2018. « Vision 2030 Holds the Key to a Better and More Inclusive Kenya ». Satur (...)
  • 31 Mbataru, Patrick. 2015. « Mega Projects Have Little Impact on the Poor ». Sunday Nation, 9 août. U (...)
  • 32 Ndii, David. 2016. « Mega Projects and Hollow Men: What $50 bn Can Do for a Nation ». Saturday Nat (...)
  • 33 Kariuki, James. 2015. « Big Projects Recipe for Kenya’s Growth: Study ». Daily Nation, 13 août.
  • 34 Ndii, David. 2017. « Forget About Mega Projects and Address Everyday Woes ». Saturday Nation, 29 j (...)

23Vision 2030 a longtemps fait l’unanimité au sein des élites kényanes. Francis Muthaura, le patron de la fonction publique (Head of Civil Service), lors du lancement de ce plan, explique cette popularité par deux facteurs. D’abord, ce programme a été conçu lors de la première présidence Kibaki, quand le gouvernement comprenait les principales sensibilités du spectre politique. De nombreux leaders de l’opposition actuelle ont participé de sa genèse. D’autre part, ce projet de développement national a étroitement associé tous les groupes représentatifs du secteur privé30. Pour autant, la focale de ce plan sur les mega projects a donné lieu à des critiques de plus en plus vives à partir de 2015. Le débat a été mené par les experts de l’opposition. Patrick Mbataru reconnaît que le développement des infrastructures favorise une croissance à long terme, mais il regrette que ces chantiers monopolisés par de grandes entreprises chinoises n’intègrent guère les entreprises locales31. L’influent analyste David Ndii met en garde contre le surendettement et préconise de mettre l’accent sur des infrastructures qui permettent d’améliorer la vie et la productivité des petits producteurs32. Cela amène les grands cabinets internationaux d’analyse financière, tel Frost & Sullivan, à diffuser des rapports qui défendent la pertinence de la stratégie de l’État kényan33. Mais, lors de la campagne électorale de 2017, l’opposition se rallie à la position hostile aux grands projets d’infrastructure34 qui empêcheraient un investissement réel de l’État dans le social.

24Avec dix ans de recul, on appréhende peu à peu les effets du programme de Vision 2030. En 2018, l’anniversaire de ce plan n’a pas donné lieu à de vastes célébrations. Indéniablement, l’économie kényane a changé mais les tensions restent intenses. Peter Kagwanja, qui a participé à la genèse de cette stratégie de développement, souligne les multiples indicateurs de croissance économique :

  • 35 « Kenya’s economy has expanded from GDP of Sh 1.3 trillion in 2002 to Sh 7.8 trillion in 2017, wit (...)

Le PIB du Kenya est passé de 1 300 milliards KES en 2002 à 7 800 milliards en 2017 ; le PIB par habitant s’est accru de 27 000 KES à 166 000. Le réseau de routes goudronnées a progressé de 8 938 km à 11 796… La production nationale d’électricité est passée de 1 142 MW à 2 264 MW, ce qui a augmenté les possibilités d’industrialisation et a permis de connecter au réseau national d’électricité 5,9 millions de foyers contre 0,48 million en 200235. (Notre traduction.)

25Il faut ajouter que certaines grandes infrastructures ont été menées à terme : le train à grande vitesse entre Mombasa et Nairobi ; la modernisation du port de Mombasa dont la capacité de traitement de marchandise a été triplée en dix ans ; un nouveau port en eau profonde en voie de construction à Lamu ; l’expansion des aéroports, permettant d’accueillir deux fois plus de voyageurs qu’en 2002. Le budget de l’État a considérablement augmenté ainsi que sa capacité de prélèvement fiscal, qui passe de 202 milliards KES en 2002 à 1 365 milliards KES en 2017. Ce développement rapide de l’économie s’accompagne d’anxiétés et parfois de conflits. De nouvelles modalités d’inégalités apparaissent. On le perçoit nettement dans les régions affectées par les politiques de grands travaux, et donc en premier lieu dans le vaste nord et nord-est du pays, des zones agro-pastorales restées jusque-là en marge sinon à l’écart et que le projet du LAPSSET (Lapsset Corridor Development Authority) se propose d’intégrer dans la nation et de relier aux pays voisins par un réseau d’infrastructures.

Le LAPSSET comme politique majeure d’intégration nationale du Nord-Est

26Le programme du LAPSSET, inauguré en 2012, témoigne d’une grande ambition qui se heurte aujourd’hui à des contraintes extérieures comme nationales qui n’avaient pas été anticipées. Adrian Browne résume ainsi la situation :

  • 36 « In its original and most ambitious imagined form, the LAPSSET corridor project would be transfor (...)

Dans sa forme originale et la plus ambitieuse, le LAPSSET se présentait comme un projet extrêmement coûteux et très invasif devant permettre de relier le Soudan du Sud et l’Éthiopie à la côte kényane grâce au développement d’un nouveau port et la mise en place d’un pipeline, d’un réseau de chemin de fer et d’autoroutes. En l’état actuel des choses, il est peu probable que le pipeline atteigne le Soudan du Sud et qu’une ligne de chemin de fer soit construite durant la décennie à venir36. (Browne 2015, 5. Notre traduction.)

27Le LAPSSET a été conçu avant tout pour développer une économie du pétrole en exploitant au mieux les réserves du Soudan du Sud ainsi que les nouveaux gisements découverts dans le nord-est du Kenya et en Ouganda. L’Éthiopie y voyait un moyen d’exporter l’électricité produite par les barrages sur le Nil. Depuis 2014, la chute des cours internationaux du pétrole remet en cause la viabilité du projet. Surtout, la géopolitique de la région fragilise tout le programme. Le Soudan du Sud s’enferre dans une guerre civile qui s’éternise et n’a nul besoin à court terme d’un nouvel oléoduc. En 2017, l’Ouganda et l’entreprise Total ont décidé de la construction d’un oléoduc passant par la Tanzanie et aboutissant au port de Tanga. Ce plan est moins coûteux que la solution du LAPSSET, plus viable du point de vue de la sécurité des zones traversées, et il contribue au développement d’un corridor central entre Dar es Salaam et l’Afrique des Grands Lacs qui serait très souhaitable pour mieux intégrer régionalement le Burundi et le Rwanda en particulier. Le dernier clou dans le cercueil du LAPSSET vient de la Corne de l’Afrique. La réconciliation entre l’Éthiopie et l’Érythrée ainsi que les accords avec le Somaliland pour développer un corridor de transport entre leur port en eaux profondes et l’Éthiopie rend le port de Lamu moins attractif. Finalement, l’Éthiopie n’a jamais été aussi peu enclavée. Elle a habilement négocié de multiples accès à la mer, sans dépendre d’un seul pays.

28Ainsi, on peut comprendre que le LAPSSET n’a jusqu’à présent donné lieu qu’à peu de réalisations. Mais paradoxalement, les problèmes viennent moins des chantiers en cours ou finis que des projets plus lointains et nébuleux.

  • 37 « Technologies that lead from capital cities to the regions, they are seen to have the power to br (...)

29Hassan H. Kochore (2016) a étudié les effets sociaux de la construction de la route Isiolo-Moyale qui venait d’être finie au moment de sa recherche. Il souhaitait tester la validité de la thèse communément admise dans les milieux universitaires selon laquelle « les technologies qui vont de la capitale aux régions sont perçues comme ayant le pouvoir d'amener développement, progrès, inclusion nationale et sécurité37 » (Kochore 2016, 394. Notre traduction). D’une part, il confirme cette vision enchantée des conséquences des infrastructures routières. Le long de cette voie, la distribution et la qualité des services publics ont été améliorées, notamment au niveau de la sécurité, un problème particulièrement sensible dans cette partie du Kenya. Une forte croissance économique a été rapidement ressentie (meilleure rentabilité de l’élevage ; développement du commerce…). Moyale et surtout Marsabit ont connu une urbanisation exponentielle. Toutes les populations de ces zones se sont senties davantage rattachées au Kenya, mais sont-elles pour autant devenues kényanes ? Kochore apporte à cette question une réponse nuancée. À l’instar d’Adeline Masquelier, il estime que les routes représentent « un espace iconique qui condense les histoires passées » (Masquelier 2002, 830). Il montre que cette pénétration étatique produit également des anxiétés liées au passé conflictuel que ces populations ont entretenu avec la puissance étatique depuis l’époque coloniale.

30En fait, tout le long du tracé du LAPSSET, ce projet et les premiers chantiers qu’il amène deviennent des enjeux qui peuvent aisément provoquer des tensions. À Lamu, le développement d’un nouveau port a provoqué une intensification de la spéculation foncière et des antagonismes concernant l’arrivée de main-d’œuvre de l’extérieur. Depuis les élections locales de 2013, les élites politiques usent dangereusement de l’idéologie de l’autochtonie et ravivent les tensions avec les communautés de l’intérieur du pays qui ont exploité des terres agricoles depuis les années 1960. Les cellules locales du mouvement somalien d’Al-Shabaab utilisent avec talent les frustrations de la région et ont multiplié les attentats à Mpeketoni, visant exclusivement ces familles chrétiennes de cultivateurs originaires des hauts plateaux du Kenya. Sur l’île même de Lamu, le projet de construction d’une centrale de production d’électricité à partir de charbon rencontre de nombreuses résistances et donne lieu à divers types de manifestations.

  • 38 Jebet, Vivian. 2018. « Isiolo Leaders Allege Diversion of Lapsset Route, Want Details of Map ». Da (...)

31Dans le projet du LAPSSET, le corridor est censé se diviser au niveau d’Isiolo entre une voie partant vers l’Éthiopie et une autre partant vers l’Ouest pour atteindre le Soudan du Sud. La construction de l’aéroport de la ville dans une zone contestée par deux comtés provoque depuis des années de vives tensions armées entre bandes de jeunes boran, meru et somali. Dans la cité elle-même, chaque communauté tente de verrouiller le foncier (en obtenant des titres fonciers) et d’homogénéiser ethniquement les quartiers où elles sont dominantes. Les relations entre les autorités locales et l’administration du LAPSSET s’avèrent souvent tendues, car le tracé exact des routes du corridor tend à évoluer sous la pression de différents groupes de pression38. Au-delà de la complexité géopolitique du LAPSSET, les économistes se rassurent sur la portée de la politique kényane de grands travaux en saluant les progrès du chantier du SGR.

Le Mombasa-Nairobi-Naivasha-Kisumu Standard Gauge Railway (SGR), fer de lance de la politique de grands travaux

  • 39 Marete, Gitonga. 2018. « Questions on Viability of SGR Refuse to Go away after China Cuts Funding  (...)

32En Afrique de l’Est, les principales infrastructures s’intègrent généralement dans un système de corridor de transport (Fouéré & Maupeu 2015). La construction d’un nouveau chemin de fer entre Mombasa et Malaba, à la frontière ougandaise, qui doit se poursuivre vers le Rwanda, le Congo et le Sud-Soudan, vise à redynamiser le corridor Nord qui reste la principale voie d’accès aux Grands Lacs. Mais il est concurrencé par le corridor partant de Dar es Salaam, sur lequel des investissements majeurs sont en train d’être menés et qui semble privilégié par l’Ouganda. Ce dernier pays a prévu de faire passer son chemin de fer comme son oléoduc par la Tanzanie, ce qui permet un accès à l’océan Indien plus court et plus facile. Cela remet en cause la viabilité du SGR au-delà de Nakuru. C’est ce que semble penser la Chine, qui rechigne à financer la portion entre Naivasha et Kisumu39.

  • 40 Le système kényan permet de transporter les voyageurs à près de 120 km/h et les marchandises à 80  (...)
  • 41 Notamment, Juma, Victor. 2014. « Making of a Mega Scandal? Why Railway Figures Do not Add up ». Su (...)
  • 42 Le patron de cette Commission en 2014-2015, Maina Kamanda, est devenu le ministre des Transports.

33Pour autant, le Makadara Express qui circule depuis juin 2017 entre Mombasa et Nairobi est présenté comme un succès économique qui amènerait au pays plus d’un point de croissance annuel. La construction de cette voie est le plus gros investissement étatique depuis l’indépendance et le président Uhuru Kenyatta y voit le symbole de la réussite de son premier mandat. De fait, ce programme révèle certaines caractéristiques du style de gouvernance de cette équipe gouvernementale. Dès 2009, le Kenya a rejeté l’option peu coûteuse, préconisée par la Banque mondiale, de rénover le chemin de fer existant. Un nouveau tracé a été choisi et l’alimentation se fait au diesel alors que les pays voisins (Tanzanie et Éthiopie) ont préféré des systèmes électriques qui permettent de circuler plus rapidement40. Peu après le début du chantier, des controverses sont apparues sur la légalité de l’appel d’offres visant à choisir les entreprises impliquées dans la construction. Au sein du Parlement, deux commissions ont enquêté. Le Public Investments Committee a émis des doutes sur la façon dont le marché de travaux public a été organisé. Ses auditions ont surtout permis de divulguer de nombreuses informations. Il n’y a pas eu d’appel d’offres compétitif du fait que l’État chinois finançait l’essentiel du projet à travers un prêt de 3,23 milliards USD. La China Road and Bridge Corporation qui a été choisie est apparemment « blacklistée » par la Banque mondiale. Elle a été retenue pour la maîtrise d’œuvre comme pour la construction alors que les pratiques recommandées incitent à dissocier les deux. Le coût du chantier s’avère beaucoup plus élevé que son équivalent éthiopien. Le taux des prêts bancaires signés serait peu compétitif41. De nombreux élus du Public Investments Committee y voient des indices de haute corruption. À l’inverse, la Commission parlementaire du transport, travaux publics et logement estime que les procédures ont été respectées et que rien ne permet de suspecter des détournements de fonds42. Certains politistes ont fait une lecture des divergences entre les deux commissions en termes de factions au sein de l’élite politique. Le Public Investments Committee est dominé par le camp du Vice-Président William Ruto, qui a lui-même émis des réserves sur l’appel d’offres du SGR. Lors des auditions, ses proches se sont livrés aux attaques les plus virulentes. La Commission du transport tout comme le très juteux ministère du Transport sont dirigés et contrôlés par des personnes de la Province Centrale liées aux réseaux de Kibaki et de Kenyatta. De là à penser que les leaders proches de Ruto ont trop peu bénéficié de la redistribution clientéliste liée au SGR et le font savoir…

  • 43 Njagi, John, et John Ngirachu. 2014. « Graft Team Opens Probe on Rail Deal ». Daily Nation, 8 janv (...)

34Deux autres agences anti-corruption (la Ethics and Anti-Corruption Commission et le Public Accounts Committee) ont enquêté sur les contrats de construction du SGR43. Depuis la constitution de 2010, plusieurs autorités administratives indépendantes sont spécialisées dans la lutte contre la corruption. La nouvelle charte garantit également une meilleure indépendance de la justice. Mais en dépit de ces progrès au niveau des institutions, les très gros contrats de travaux publics restent opaques et ni les acteurs administratifs, ni les commissions parlementaires ne peuvent efficacement contrôler ces procédures.

  • 44 Kairu, Pauline. 2014. « Land Owners Along Rail Route Want Fresh Valuation ». Sunday Nation, 28 déc (...)
  • 45 Maundu, Pius. 2015. « Workers at New Railway on Strike ». Daily Nation, 9 avril. URL : https://nat (...)
  • 46 Karambu, Immaculate. 2015. « Uhuru Faults SGR Contractor on 40pc Procurement Quota ». Daily Nation(...)
  • 47 Wafula, Paul. 2018. « Exclusive: Behind the SGR Walls ». The Standard, 8 juillet. URL : https://ww (...)
  • 48 En 2018, la société qui gère le transport ferroviaire de marchandise a baissé à deux reprises ses (...)

35Pour autant, la ligne Mombasa-Nairobi a été construite dans les temps impartis, en dépit de tensions lors de l’achat des terres nécessaires pour ce tracé44, de grèves dans la main-d’œuvre locale45, du mécontentement de politiciens qui regrettent que l’obligation de recourir à des entreprises locales (pour 40 % de l’approvisionnement) n’ait pas été respectée46. La gestion du transport des voyageurs a été confiée à une entreprise chinoise qui est accusée de ne pas former efficacement ses employés kényans et d’avoir des pratiques racistes47. Le transport de marchandises a commencé début 2018. Il est prévu qu’au moins un tiers du fret et en particulier les containers les plus lourds passent par le train afin d’éviter de surcharger les routes qui se détériorent rapidement. La réussite de cette politique dépend étroitement de la compétitivité des prix du transport ferroviaire48.

Eaux et grands travaux

  • 49 Dans le programme électoral de Jubilee (le parti du président) en 2017, Uhuru Kenyatta promet de c (...)
  • 50 Apollo, Silas. 2017. « Ministry Rolls out Dam Projects to Boost Food Production ». Daily Nation, 2 (...)
  • 51 Voir le Report of the Auditor-General on the Financial Statements of National Irrigation Board de (...)
  • 52 Lwanga, Charles. 2018. « Kilifi MCAs Move to Push State out of Galana-Kulalu Project ». Business D (...)

36Fidèle à la politique de Vision 2030, l’État kényan a mis l’accent sur la valorisation de la ressource en eau. Cela passe par la multiplication de vastes barrages sur les principales rivières du pays. Toutes les régions doivent bénéficier de ces infrastructures qui visent généralement à produire de l’électricité et à développer l’agriculture irriguée49. Ainsi, le barrage de Thiba (comté de Kirinyaga) doit permettre de multiplier par deux la production de riz dans la région. Le High Grand Falls Dam (comtés de Kitui et Tharaka Nithi) sur la rivière Tana pourrait amener l’irrigation de près de 250 000 hectares dans les comtés de Kitui, Garissa et Tana River. Au niveau local, ces projets sont présentés comme des vecteurs de développement systémiques car touchant tous les domaines. Le Thwake Multi-Purpose Dam (comtés de Makueni et Kutui) doit intensifier les échanges économiques et sociaux entre les deux comtés concernés. Il est prévu de construire des routes et de favoriser des structures économiques (en particulier des coopératives) touchant les deux zones. Au niveau national, les barrages visent à produire davantage d’électricité mais également à consolider la sécurité alimentaire du pays50 qui, on le verra ultérieurement, est l’un des principaux objectifs du second mandat présidentiel de Uhuru Kenyatta. Mais la gestion de vastes zones irriguées s’avère compliquée. Depuis des décennies, la région rizicole de Mwea rencontre de multiples déconvenues que le barrage de Thiba ne va pas nécessairement résoudre. Le Galana-Kulalu Irrigation Project, officiellement inauguré début 2014, doit développer l’irrigation sur plus d’un million d’acres dans les comtés de Tana River et Kilifi, mais ce programme apparaît de plus en plus comme un éléphant blanc. Un rapport de l’Auditor-General constate des détournements de fonds massifs51. De nombreuses ONG dénoncent l’impact négatif de ce projet sur l’environnement et surtout les communautés locales rejettent cette structure qui leur est imposée52.

  • 53 Komu, Nicholas. 2018. « How Greed for Water and Impunity Pushing a Community to the Brink ». Daily (...)
  • 54 Gachane, Ndung’u. 2018. « Now Wa Iria Slaps Nairobians with Water Levy as Revenue Row Escalates ». (...)
  • 55 Komu, Nicholas. 2018. « Water Row: Leaders Break Ranks with Jubilee ». Daily Nation, 5 octobre.

37Les nombreux conflits liés à l’exploitation de l’eau illustrent la difficulté du Kenya à gérer ses ressources comme des biens communs car de multiples communautés prétendent incarner l’intérêt général. Dans toutes les montagnes, l’eau est captée en trop grande quantité par les populations locales et ces tours d’eau s’assèchent, menaçant la survie de toutes les rivières du pays53. Afin d’alimenter en eau potable la capitale, un vaste système d’acheminement depuis les pentes du mont Kenya est en train d’être construit mais le gouverneur du comté de Murang’a promet de stopper le chantier si 25 % de la vente de cette eau ne sont pas reversés à sa collectivité territoriale, au motif que le barrage de Ndakai-ini (la principale réserve d’eau destinée à Nairobi) est situé sur son territoire54. Dans un contexte où la décentralisation s’avère particulièrement populaire, les élus locaux sont sommés de défendre au mieux les intérêts de leurs communautés, en particulier à l’égard de l’État central55. Les demandes des leaders kikuyu n’ont rien d’exceptionnelles. Ainsi, des élus kipsigi font campagne pour que les multinationales du thé installées dans leur région reversent 25 % de leurs bénéfices à leur comté. La classe politique a tiré les leçons de l’expérience des Turkana. Nous allons voir qu’ils ont obtenu que 25 % des revenus du pétrole produit chez eux reviennent à leur population.

Le Kenya et l’économie du pétrole

  • 56 Keprop, Victor. 2018. « Ethiopia Begins Production Tests at Ogaden Oilfield ». The East African, 3 (...)
  • 57 Ce sont les estimations retenues par la Banque mondiale dans ses récents rapports.
  • 58 IEA (Institute of Economics Affairs). 2018. « How much Oil? Why East Africa’s Bounty Is neither Si (...)

38Dans les années 2000, les principaux pays de l’Afrique de l’Est s’apprêtent à devenir des producteurs de gaz ou d’hydrocarbures. La Tanzanie détient de gigantesques réserves de gaz, particulièrement dans le sud-est du pays. L’Éthiopie a signé des contrats pour construire un gazoduc amenant ses produits au port de Djibouti. En 2018, elle a lancé les premiers tests de production du pétrole de l’Ogaden56. L’Ouganda détient les plus grosses réserves de pétrole de la région. Elles sont estimées à 6,5 milliards de barils, alors que le Soudan du Sud en aurait près de 3,5 milliards et le Kenya n’aurait qu’un maigre potentiel de 754 millions de barils57. Comme le rappelle l’Institute of Economic Affairs, le pétrole de toute l’Afrique de l’Est ne représente que 0,63 % des réserves mondiales58. Mis à part l’Ouganda, aucun pays de la région ne peut espérer devenir autosuffisant en carburant. Pour autant, ce secteur déclenche un très vif intérêt dans de nombreux milieux. Les élites politiques y voient de grandes opportunités de financement de la vie politique et d’enrichissement personnel. Les médias, de multiples ONG, associations et autres expressions de la société civile, sans parler des groupes de pression, alimentent de nombreux débats qui intéressent et forment l’opinion publique. Certains pays de la région reculent continuellement l’exploitation de leurs ressources. C’est le cas de la Tanzanie et de l’Ouganda. D’autres, au contraire, commencent la production à petite échelle. On pense à l’Éthiopie et surtout au Kenya, pays qui s’efforce depuis 2018 d’acheminer par camions ses premiers barils, sur plus de 1 000 km, jusqu’au port de Mombasa. Dans ce domaine, les calculs politiques comptent autant que la logique économique.

  • 59 Otuki, Neville. 2018. « Oil Billions Not Our Major Aim for Now, Says PS of Export Plan ». Daily Na (...)

39D’un pays à l’autre, les débats et les tensions relatifs à ce secteur diffèrent. En Ouganda et en Tanzanie, ce sont les chefs d’État eux-mêmes qui s’engagent dans un dialogue souvent musclé avec les multinationales. Ils négocient des concessions sur les revenus de cette exploitation, sur les taux et le calcul de l’imposition, sur le financement des infrastructures et sur le développement de raffineries. Au Kenya, le pétrole ne relève pas du domaine réservé du président, d’autant que les principales discussions portent sur le partage de la rente entre l’État central, les collectivités territoriales et les communautés locales des territoires de production. En 2014, les travaux préparatoires sur la législation devant régir le secteur prévoyaient que près de 40 % iraient aux comtés et aux populations de la zone de production. Une part importante des revenus devait également intégrer un fonds de placement permettant des investissements à moyen et long terme. Il s’agissait de s’inspirer des pratiques norvégiennes adoptées par certains producteurs africains, à l’instar du Ghana, afin d’éviter la fameuse « malédiction des ressources ». Après un premier projet de loi voté par le Parlement que le président a refusé de valider, les pouvoirs publics se sont entendus en 2018 pour un partage accordant 75 % à l’État, 20 % au comté et 5 % aux communautés locales. Mais quand l’État a souhaité amorcer le transport vers la côte des premiers barils de pétrole, ils ont été empêchés pendant plusieurs semaines, les élites locales étant mécontentes des modalités du partage de la rente. Elles exigeaient également une amélioration de la situation sécuritaire ainsi que des infrastructures. Début juillet, un accord a été signé et l’acheminement du premier pétrole a été rendu possible. Le pouvoir a justifié cette stratégie d’exploitation précoce par la volonté de tester l’approvisionnement en logistique et de déterminer le prix de ce brut sur le marché mondial59. Ce serait également un moyen d’intéresser des investisseurs privés à la construction du pipeline entre le Turkana et Lamu.

40Depuis quelques années, la politique publique de production du pétrole se structure autour de multiples acteurs qui ont des visions différentes du sujet. L’État tente de s’imposer comme le leader incontesté mais, jusqu’à présent, ces tensions mettent surtout en évidence le manque de transparence de ce secteur. Il est un autre secteur de l’économie du pétrole où les suspicions de corruption sont grandes : le transport. Transporter les produits pétroliers importés (essence…) plus vite, moins cher et en plus grande quantité devient un enjeu économique vital. Depuis dix ans, la demande intérieure de pétrole raffiné explose. Dans les pays voisins enclavés, la croissance économique alimente de forts besoins en énergie. Le Kenya a intérêt à satisfaire ces marchés. Jusqu’à présent, l’essence représente le troisième produit d’exportation après le thé et les fleurs coupées (13 % des revenus à l’export). Mais là encore, la concurrence du corridor central passant par la Tanzanie est vive.

41Le développement de ce secteur dépend de l’efficacité d’une entreprise publique (détenue à 100 % par l’État), la Kenya Pipeline Company (KPC). Longtemps présentée comme une belle endormie, elle fait preuve depuis quelques années d’un réel dynamisme. Le pipeline reliant Mombasa à Nairobi, vieux d’une quarantaine d’années, a été refait pour un coût de 484 millions USD. Il permet de transporter plus d’un tiers de pétrole supplémentaire par rapport à l’ancienne structure. Un nouveau pipeline entre Sinendet (Comté de Nakuru) et Kisumu a été inauguré en 2018. Il complète un dispositif plus ancien et permet le triplement du volume transporté. Cela aura des effets positifs sur le développement de tout l’ouest du Kenya qui s’urbanise rapidement et où la demande de produits pétroliers est importante. De plus, cela facilitera l’exportation vers l’Ouganda.

42La KPC promeut également une stratégie de décentralisation des pipelines. À court terme, plusieurs structures devraient atteindre sept comtés de la périphérie et surtout, il est prévu de développer dans les principales villes du pays de gros dépôts de carburant d’un volume de 20 millions de litres. Dans un pays où le prix du pétrole est différent d’une région à l’autre, ces investissements de KPC devraient abaisser significativement le prix du transport et limiter les opérations saisonnières de spéculation.

  • 60 Olingo, Allan. 2018. « No Pledges for Region’s Pipeline, Open Sky Deals ». The East African. 30 ju (...)

43Néanmoins, la politique de la KPC se heurte à des résistances. D’abord, ses chantiers sont régulièrement retardés du fait des multiples procédures de lutte contre la corruption. Dans un secteur qui brasse beaucoup d’argent, les soupçons de détournements sont permanents. De plus, les groupes de pression hostiles à ces grands travaux utilisent les commissions de contrôle afin de freiner le développement de ces infrastructures. Il est de notoriété publique que le transport routier du carburant est contrôlé par de grandes familles de l’élite politique (notamment le clan Moi pour le transport vers l’Ouganda à partir d’Eldoret) qui n’apprécient pas la multiplication des pipelines. Enfin, au niveau régional, il faudrait que la ligne Mombasa-Busia se prolonge au-delà de la frontière du côté ougandais et rwandais. Ce projet, vivement soutenu par la Banque mondiale et le Kenya, se heurte à l’indifférence des pays voisins60.

44La politique de grands travaux promue par les présidents Kibaki et Kenyatta a porté ses fruits. Du moins, des infrastructures vitales ont été construites. Mais il n’est pas sûr que cette politique d’investissements publics de grande ampleur soit appelée à durer.

4. Uhuru Kenyatta et le Big Four Agenda (2017-…)

  • 61 Sur le sujet, voir les analyses de l’un des plus fins commentateurs de la vie politique kényane : (...)

45Dès sa réélection fin 2017, le président Uhuru Kenyatta a annoncé sa volonté de placer son second mandat sous la houlette d’un nouveau programme de développement national, le Big Four Agenda. Il souhaite concentrer les dépenses publiques sur certains domaines jugés cruciaux : de logement des familles modestes, une assurance-maladie universelle, la sécurité alimentaire garantie pour tous les Kényans et l’augmentation de la capacité de production des industries nationales. Ce nouveau programme est présenté comme une initiative personnelle du chef de l’État qui souhaite imprimer sa marque. Tout au long de 2018, les médias ont resitué la promotion du Big Four Agenda dans le cadre du clivage de plus en plus criant entre le Président et le Vice-Président. Une campagne anti-corruption a été déclenchée et elle touche particulièrement le camp de William Ruto61. L’équipe Kenyatta souhaiterait présenter ce dernier comme le représentant par excellence des péchés de l’époque précédente et donc de la grande corruption rampante. Dans ce contexte, le programme de Big Four Agenda est censé redonner une virginité au chef de l’État… et lui donner des marges de manœuvre dans la succession à venir. À bien des égards, la campagne électorale de 2022 a déjà commencé. Il est encore trop tôt pour donner des avis éclairés sur ce nouveau référentiel des politiques publiques kényanes. On peut seulement proposer un certain nombre de questionnements : est-ce que ce programme remet en cause la politique de grands travaux qui a caractérisé le premier mandat de Uhuru Kenyatta ? Est-ce que le Big Four Agenda est compatible avec la grande réforme de décentralisation mise en place depuis 2013 ? Doit-on croire dans ce projet de développement ou est-ce uniquement un exercice de communication politique ?

Fin de la politique de grands travaux ?

  • 62 Olingo, Allan, et Victor Kiprop. 2018. « Ethiopia Reaches Out to Djibouti and Kenya to Partner on (...)
  • 63 Pour autant, le fort niveau d’endettement public de tous les pays d’Afrique de l’Est amène un risq (...)
  • 64 Marete, Gitonga. 2018. « Questions on Viability of SGR Refuse to Go Away After China Cuts Funding  (...)
  • 65 En 2014, le Kenya a levé 2,8 milliards USD en Eurobonds. Début 2018, il a repris 2 milliards USD, (...)

46Le chef de l’État a fait savoir qu’il n’y aurait pas nouveaux grands chantiers durant son dernier mandat. La priorité est donnée à l’achèvement des travaux déjà engagés. Il est vrai que les routes, les barrages et les bâtiments publics commencés des années auparavant et laissés à l’abandon sont monnaie courante. Pour autant, les promesses du président n’engagent que lui car les mégaprojets ont une forte dimension internationale. Dans ce domaine, les décisions du Kenya sont conditionnées par un contexte régional dont il ne peut pas se départir. Ainsi, il doit prendre en considération la ferme volonté de l’Éthiopie de développer des programmes intéressant les deux pays (Moyale Joint City and Economic Zone Project ; les routes Lamu-Garissa-Isiolo-Moyale et Moyale-Hawassa-Addis Abeba62…). De plus, le Kenya bénéficie fortement de sa position géographique sur le corridor Nord (Mombasa-Afrique des Grands Lacs) mais la modernisation de cet axe majeur suppose des investissements lourds impliquant plusieurs pays63. Le développement du corridor du LAPSSET implique que le Kenya se mette à l’écoute des besoins de ses voisins ainsi que de leurs calendriers. Néanmoins, le Kenya a des marges de manœuvre limitées. Il peut difficilement envisager à moyen terme de nouveaux projets de grande ampleur. Les prêts chinois semblent se tarir. En septembre 2018, la Chine a refusé de participer au financement de la construction du chemin de fer entre Nairobi et la frontière ougandaise, alors que les entreprises de ce pays avaient développé la partie entre Mombasa et la capitale64. De fait, le Kenya est le plus endetté des pays de la région. Il cherche à diminuer sa dépendance à l’égard des prêts asiatiques. C’était l’objectif du recours aux Eurobonds mais cela s’est fait à un coût politique élevé65.

47Pendant des années, l’équipe dirigeante a soutenu que la politique de grands travaux constituait un ferment de croissance économique. L’opposition estimait que si tant est qu’elle produisait de la croissance, c’était une croissance inégalitaire. Surtout, ces investissements massifs empêchaient le développement de politiques sociales, en particulier dans le domaine de la protection sociale. Apparemment, les gouvernants entendent aujourd’hui ces critiques. Ce faisant, ils rejoignent une certaine orthodoxie économique qui estime que :

Véritables biens publics, les infrastructures de transport génèrent des externalités tant positives que négatives (bruit, accident, pollution, destruction des paysages, usages partagés, etc.) et n’offrent a priori aucune rentabilité économique à court terme pour les autorités commanditaires. Cette absence de bénéfices économiques immédiats – mis à part ceux liés à la construction elle-même pour les entreprises d’État éventuellement concernées – est néanmoins contrebalancée par un bénéfice politique. (Carcanague & Hache 2017, 56-57.)

  • 66 Warutere, Peter. 2018. « Harmonise Relevant Laws for Equitable Growth ». Daily Nation, 31 mai. URL (...)
  • 67 Muraya, Beth. 2018. « Will the Big Four Agenda Usher in Transformative Economic Growth? » Sunday N (...)
  • 68 Namlola, Juma. 2018. « Saccos Told to Cash In on Uhuru’s Big Four Agenda ». Daily Nation, 19 févri (...)
  • 69 Warutere, Peter. 2018. « Diaspora Remittances Can Fund ‘Big 4’ Affordable Housing Plan », Daily Na (...)
  • 70 Les industries du digital savent qu’elles vont profiter de la nouvelle programmation de l’État. Et (...)

48Or ce bénéfice politique s’est aujourd’hui beaucoup atténué. Les sondages montrent que ces grands travaux n’amènent pas de gains de popularité importants. Les bénéfices matériels pour l’élite politique tendent également à s’épuiser : les bakchichs assurant le financement de la vie politique se récoltent dans la phase préparatoire des grands travaux. Dans ce contexte, les dirigeants du pays semblent davantage ouverts à l’idée de favoriser une « croissance économique équitable »66. À cet égard, le Big Four Agenda reste fidèle aux objectifs de Kenya Vision 2030 : il vise à faire du Kenya un pays à revenus intermédiaires67. Il permet surtout une redistribution qui n’était plus la priorité des politiques de développement. Plusieurs segments de la société civile ont exprimé leur soutien à ce changement des priorités de l’État. Les coopératives et particulièrement les SACCOS (Saving and Credit Cooperatives Societies) ont fait savoir qu’elles souhaitaient participer activement aux politiques publiques issues de ce nouveau cadre. De fait, il paraît difficile de développer des programmes de logements sociaux sans associer les SACCOS, jusqu’à présent les principaux pourvoyeurs de ce type d’habitations68. Les Kényans de la diaspora pourraient également financer cette politique publique. Leurs groupes représentatifs le font savoir et demandent des politiques fiscales adaptées69. Le Big Four Agenda constitue également la perspective de nouveaux revenus pour de nombreux agents économiques70.

49Au bout d’une longue carrière dans la vie politique, Uhuru Kenyatta révèle enfin sa fibre sociale. Certains analystes se montrent sceptiques et cherchent à discerner un agenda caché.

Le Big Four Agenda comme modalité de recentralisation ?

  • 71 Vidija, Patrick. 2018. « 84 % of Kenyans Support Devolution. Ipsos ». The Star, 6 avril.
  • 72 « Kiambu County to Give Free NHIF Cover to 24,000 Families ». 2017. Daily Nation, 24 octobre ; « K (...)
  • 73 Sur le Lake Region Economic Bloc qui rassemble huit comtés de l’Ouest du pays : Luvega, Derick, et (...)
  • 74 Même si la majorité des comtés sont gérés par des élus de Jubilee, le parti du président, le Somme (...)
  • 75 C’est le cas de Kitui. Mutua, Kitavi. 2018. « How Kitui Mineral Wealth Can Drive Uhuru’s Big Four  (...)

50La nouvelle constitution de 2010 tente de rapprocher la décision publique des citoyens notamment à travers une réforme de la décentralisation mise en place en 2013. En dépit des scandales de corruption et des frustrations occasionnées par les nouvelles collectivités territoriales, la très grande majorité des Kényans plébiscite toujours ce niveau de gouvernance71. La plupart des politiques de proximité, qui affectent de manière fondamentale la vie quotidienne des citoyens, relèvent de leur compétence. Les quatre domaines du Big Four Agenda recoupent des secteurs confiés aux comtés. Ils ont hérité de la gestion de la santé et certains comtés ont commencé à mettre en place une assurance-maladie pour tous ceux vivant sur leur territoire72. La sécurité alimentaire, qui relève de leur champ d’action, tend à devenir une compétence partagée avec le gouvernement national. En 2016-2017, à savoir durant une période de campagne électorale, une sécheresse durable a affecté le pays, mettant en danger de nombreuses populations. La réponse de l’exécutif national a été tardive et les comtés des zones semi-désertiques se sont révélés peu efficaces, obligeant l’État central à prendre le relais et à apparaître comme le chef de file dans cette politique publique. L’aide économique est une compétence partagée mais tous les gouverneurs valorisent particulièrement leur rôle dans ce domaine. De plus, certains comtés se sont rassemblés afin de constituer des blocs économiques qui fédèrent des moyens afin d’avoir une politique économique plus incisive73. Dans ce contexte, la réussite du Big Four Agenda dépend de l’établissement de fortes collaborations entre le niveau national et les collectivités territoriales. En juin 2018, le Sommet des gouverneurs a déclaré sa volonté de travailler avec l’exécutif national sur ces sujets74. Certains comtés négocient directement avec le gouvernement kényan afin d’être associés à certaines politiques du nouveau programme75.

51Pour l’instant, la doctrine de l’équipe dirigeante concernant la place des collectivités territoriales dans la mise en œuvre du Big Four n’est pas connue. Pendant des années, Kenyatta comme Ruto ont fait connaître leur hostilité à l’égard de la décentralisation. Depuis qu’ils sont au pouvoir, ils ont modéré leur discours mais on les soupçonne toujours de nourrir de noirs desseins contre cette réforme. De là à craindre que le Big Four ne soit leur cheval de Troie pour dévitaliser la décentralisation… Mais d’autres observateurs pensent que le chef de l’État aurait intérêt à travailler avec les comtés. Il établirait ainsi des réseaux clientélistes qui lui permettraient de gérer sa propre succession en position de force, notamment contre son Vice-Président, même si lui-même ne peut pas constitutionnellement se représenter.

Faut-il croire dans la portée du Big Four Agenda ?

  • 76 Githae, Wanjohi, et Patrick Lang’at. 2018. « Uhuru Swaps Departments as Focus Shifts to Big Four A (...)
  • 77 Pour une présentation détaillée de ces faux-semblants du budget 2018-2019, Kisero, Jaindi. 2018. « (...)

52Certains indices laissent pourtant à penser que le président souhaite réellement la réussite de son nouveau programme de développement. Ainsi, de nombreux départements ministériels, de même que plusieurs établissements publics impliqués dans le Big Four ont été changés de ministères et de nouveaux cadres dirigeants ont été nommés. Ces réarrangements sont généralement interprétés comme la volonté de l’exécutif de verrouiller ces services administratifs cruciaux en les mettant sous la tutelle de membres de l’équipe dirigeante76. Pour autant, le budget national présenté à la mi-2018 ne priorisait pas clairement les quatre domaines à développer. Certains parlementaires ont parlé d’un « budget d’illusionniste » dans la mesure où certaines entrées habituelles (notamment dans le domaine de l’éducation) ont été intitulées des « facilitateurs du Big Four Agenda » pour faire croire que le nouveau budget accorde une place significative au nouvel agenda77. Cela nous rappelle les contraintes techniques de tous les budgets des États modernes qui sont soumis à de nombreuses dépenses et les marges de manœuvre pour faire évoluer les enveloppes affectées sont relativement limitées. Les changements se font sur du moyen terme mais, en démocratie, il faut convaincre les citoyens de la capacité de l’État à changer la vie quotidienne des habitants du pays. La communication politique doit donc persuader l’opinion publique de la sincérité des gouvernants dans leur projet de changement. Il est encore trop tôt pour savoir si le message passe et si l’action publique va dans le sens de ce qui est annoncé.

Conclusion

53Depuis l’indépendance, le Kenya a continuellement connu ce que l’on a appelé un État développemental. Y compris en période de récession, le pays a enregistré des taux de croissance économique supérieurs à la moyenne du continent. Les caractéristiques de son système économique ont beaucoup changé : la majorité des richesses est aujourd’hui produite par le secteur des services, l’agriculture se modernise et reste largement entre les mains de petits producteurs… Cela s’est fait sous la houlette de l’État mais ses modalités d’interventions dans l’économie et dans la société ont évolué en fonction des contraintes extérieures, des capacités d’engagement réel de l’administration et des formes de gouvernance des régimes qui se sont succédé.

54Jusqu’au milieu des années 1970, Jomo Kenyatta a consolidé l’État fort hérité de l’ère coloniale auquel il a ajouté une importante dimension néopatrimoniale. Les élites politiques et administratives se sont vivement impliquées dans tous les secteurs de l’économie et notamment l’agriculture. Du fait d’un véritable pluralisme politique, en particulier au niveau local, la classe politique devait tenir compte des demandes citoyennes qui s’exprimaient notamment lors d’élections relativement libres.

55Durant les deux décennies du régime de Daniel arap Moi (1978-2002), les gouvernants bénéficient d’une base sociale plus étroite que leurs prédécesseurs et en viennent à diriger le pays avec des méthodes de plus en plus autoritaires. Ils capturent à leur profit l’État développemental et installent progressivement un véritable divorce avec les forces économiques et la société civile.

  • 78 Voir dans ce volume le chapitre de Chloé Josse-Durand : « Entre espoirs et désillusions : réformes (...)

56Les présidences de Mwai Kibaki (2002-2013) et de Uhuru Kenyatta se déroulent sous le sceau d’une démocratisation plus sincère, en dépit de périodes chaotiques (en particulier, les élections générales de 2007 et la courte guerre civile de trois mois qui a suivi ce scrutin). Un nouveau contrat social s’instaure entre l’État et les forces économiques ; il s’exprime en particulier dans le programme Kenya Vision 2030. Pendant cette quinzaine d’années, la superstructure étatique se développe au même rythme que l’économie. Son efficacité s’améliore considérablement sous l’effet des techniques du nouveau management public auxquelles les élites nationales se sont largement converties. Dans un même temps, de fortes dynamiques néopatrimoniales persistent de l’échelon national jusqu’au niveau local grâce notamment aux réformes de décentralisation mises en place à partir de 201378.

57Sous la tutelle et souvent l’activisme de l’État développemental dans ses différentes incarnations, l’économie s’est modernisée et le Kenya a accédé en 2015 au rang de pays à revenu intermédiaire. Cet indéniable succès a mis en évidence le niveau des inégalités qui perdurent et qui, selon certains, menacent l’ordre ainsi créé. Ces inégalités prennent des formes diverses mais deux d’entre elles donnent lieu à des controverses et à des politiques publiques. En effet, le débat se focalise, d’une part, sur les inégalités territoriales qui sont appréhendées à travers la question ethnique et, d’autre part, sur les inégalités entre catégories sociales.

58Dès les années 1950, le système politique se structure autour de l’idée d’injustices territoriales auxquelles il faut apporter des réponses. Les petites ethnies qui craignent d’être laissées pour compte se coalisent au sein d’une structure partisane qui négocie auprès de grosses ethnies jugées dominantes. La démocratisation des années 1990 a exacerbé ces tensions et a fortement ethnicisé la vie politique. À la suite de la crise de 2007, des réponses institutionnelles ont été adoptées : une réforme de la décentralisation a donné aux régions des moyens matériels importants ainsi qu’un véritable pouvoir de décision ; un fonds particulier a été créé pour que les comtés les plus pauvres disposent de davantage d’argent ; les recrutements dans la fonction publique doivent respecter un certain équilibre ethnique, etc. De fortes inégalités territoriales subsistent mais les élites politiques ont pris la mesure des frustrations des périphéries et ont mis en place des politiques qui sont appréciées.

59Les inégalités entre catégories sociales ont été relativement occultées du débat politique. Bien sûr, l’opposition et certains de ses leaders, comme Raila Odinga, se présentent comme les hérauts des pauvres. Mais la vie politique se lit davantage en termes d’ethnicités qu’au regard de la question sociale. Les politiques de lutte contre la pauvreté sont un échec. Le développement d’une protection sociale universaliste est encore embryonnaire et dans ce domaine, le Kenya, et l’Afrique de l’Est en général, sont très en retard par rapport aux pays de l’Afrique australe. Nous avons vu que le Big Four Agenda, qui doit servir de référentiel au dernier mandat d’Uhuru Kenyatta, tente d’apporter des solutions. Pour l’instant, les catégories les plus pauvres de la population n’apparaissent guère dans l’espace public, sinon à travers les violences multiformes des jeunes. Les nécessiteux restent dans ce que Kristin D. Phillips (2018) dénomme une « citoyenneté de la subsistance ». Ils tentent de survivre aux crises alimentaires (sinon aux famines) en s’intégrant dans des réseaux clientélistes qui sont, pour eux, une forme fragile de sécurité sociale.

  • 79 La part de la dette dans le produit intérieur brut est de 58 %. Sur le sujet : Douet, Marion. 2018 (...)

60Depuis ses origines, l’État développemental kényan sait créer de la croissance économique, mais cette prospérité est très inégalement répartie ; elle n’amène pas de justice sociale, par conséquent sa légitimité reste toujours fragile. Là encore, de grands espoirs sont placés dans la décentralisation qui doit amener l’État et ses services publics au plus près des citoyens. Mais est-ce que ce pays aura les moyens de cette ambition ? Depuis 2018, plusieurs rapports de la Banque mondiale et du FMI alertent sur la forte augmentation de la dette publique dans toute l’Afrique de l’Est. Au Kenya, cette dette est passée de 15,4 milliards EUR à 42,7 milliards EUR pendant le premier mandat d’Uhuru Kenyatta79, du fait en particulier de la politique de grands travaux. Ainsi, l’État a perdu une bonne partie de ses marges de manœuvre.

61L’État développemental kényan présente de nombreuses similitudes avec les États des pays voisins, même si certains sont plus dirigistes (Éthiopie, Rwanda), plus focalisés sur la justice sociale (Tanzanie) ou plus néopatrimonialistes (Ouganda). Il est vraisemblable qu’une meilleure intégration régionale serait très profitable, du moins au niveau économique et en particulier au niveau du développement des vastes corridors de transport. Depuis de nombreuses années, la concurrence et la suspicion priment sur la coopération, en particulier à l’égard du Kenya qui profiterait davantage des dynamiques d’intégration.

Bibliographie

Arriola, Leonardo R. 2013. Multi-Ethnic Coalitions in Africa: Business Financing of Opposition Election Campaigns. Cambridge Studies in Comparative Politics. New York : Cambridge University Press. https://doi.org/10.1017/CBO9781139108553.

Barkan, Joel D. (dir.). 1984. Politics and Public Policy in Kenya and Tanzania. New York, Eastbourne : Praeger.

Barkan, Joel D. 1994. (dir.). Beyond Capitalism vs. Socialism in Kenya and Tanzania. Boulder (CO) & Londres : Lynne Rienner.

Bart, François, Bernard Charlery de la Masselière, et Bernard Calas (dir.). 1998. Caféicultures d’Afrique orientale. Collection « Hommes et sociétés ». Paris : Karthala–IFRA.

Bayart, Jean-François, Stephen Ellis, et Béatrice Hibou. 1998. La criminalisation de l’État en Afrique. Bruxelles : Éditions Complexe.

Bjerk, Paul. 2015. Building a Peaceful Nation: Julius Nyerere and the Establishment of Sovereignty in Tanzania, 1960-1964. Rochester (NY) : University of Rochester Press.

Boone, Catherine. 2014. Property and Political Order in Africa: Land Rights and the Structure of Politics. Cambridge Studies in Comparative Politics. New York : Cambridge University Press. https://doi.org/10.1017/CBO9781139629256.

Branch, Daniel, et Nic Cheeseman. 2010. « Introduction: Our Turn to Eat ». In Our Turn to Eat: Politics in Kenya Since 1950, dirigé par Daniel Branch, Nic Cheeseman & Leigh Gardner, 1-22. Afrikanische Studien. Berlin : LIT.

Branch, Daniel. 2011. Kenya. Between Hope and Despair, 1963-2011. New Haven & Londres : Yale University Press.

Bremmer, Ian. 2010. The End of the Free Market: Who Wins the War between States and Corporations? New York (NY) : Portfolio.

Browne, Adrian J. 2015. LAPSSET: The History and Politics of an Eastern African Megaproject. Nairobi : Rift Valley Institute – Rift Valley Forum. http://riftvalley.net/publication/lapsset#.XbwFldVCc2w [archive].

Carcanague, Samuel, et Emmanuel Hache. 2017. « Les infrastructures de transport, reflet d’un monde en transition ». Revue internationale et stratégique 107, n° 3 : 53-60. https://doi.org/10.3917/ris.107.0053.

Connan, Dominique. 2014. La décolonisation des clubs kényans : sociabilité exclusive et constitution morale des élites africaines dans le Kenya contemporain. Thèse de doctorat, science politique. Paris : Université Paris 1.

Cooksey, Brian, David Court, et Ben Makau. 1994. « Education for Self-Reliance and Harambee ». In Beyond Capitalism vs Socialism in Kenya and Tanzania, dirigé par Joel Barkan. Boulder (CO) & Londres : Lynne Rienner.

Cooper, Frederick, David Anderson, Carolyn Brown, Christopher Clapham, et Michael Gomez. 1996. Decolonization and African Society: The Labor Question in French and British Africa. Cambridge : Cambridge University Press. https://doi.org/10.1017/CBO9780511584091.

Durrani, Shiraz. 2018. Trade Unions in Kenya’s War of Independence. Nairobi : Vita Books. https://doi.org/10.2307/j.ctvh8r4j2.

Fouéré, Marie-Aude, et Hervé Maupeu. 2015. « Une nouvelle Afrique de l’Est ? Introduction thématique ». Afrique contemporaine n° 253 : 13-35. https://doi.org/10.3917/afco.253.0013.

Fourie, Elsje. 2015. « L’Éthiopie et le Kenya face au « modèle chinois » de développement ». Afrique contemporaine n° 253 : 87-106. https://doi.org/10.3917/afco.253.0087.

Fulcher, James. 2004. Capitalism: A Very Short Introduction. New York : Oxford University Press. https://doi.org/10.1093/actrade/9780192802187.001.0001.

Green, Maia. 2014. The Development State: Aid, Culture and Civil Society in Tanzania. Woodbridge : James Currey.

Hope, Kempe Ronald. 2011. The Political Economy of Development in Kenya. New York : Continuum.

Hornsby, Charles. 2012. Kenya: A History since Independence. Londres & New York : I.B. Tauris.

Hyden, Goran.1980. Beyond Ujamaa in Tanzania: Underdevelopment and an Uncaptured Peasantry. Londres : Heinemann.

Jerven, Morten. 2014. Economic Growth and Measurement Reconsidered in Botswana, Kenya, Tanzania, and Zambia, 1965-1995. Oxford : Oxford University Press. http://doi.org/10.1093/acprof:oso/9780199689910.001.0001.

Joireman, Sandra. 2011. Where There is no Government. Enforcing Property Rights in Common Law Africa. Oxford : Oxford University Press. http://doi.org/10.1093/acprof:oso/9780199782482.001.0001.

Kahora, Billy. 2008. The True Story of David Munyakei: Goldenberg Whistle-Blower. Nairobi : Kwani Trust

Kelsall. Tim. 2013. Business, Politics, and the State in Africa. Londres & New York : Zed Books.

Klopp, Jacqueline M. 2000. « Pilfering the Public: The Problem of Land Grabbing in Contemporary Kenya ». Africa Today 47, n° 1 : 7-26. URL : http://www.jstor.org/stable/4187305.

Klopp, Jacqueline M. 2001. « “Ethnic Clashes” and Winning Elections: The Case of Kenya’s Electoral Despotism ». Canadian Journal of African Studies / Revue Canadienne des Études Africaines 35, n° 3 : 473-517. https://doi.org/10.1080/00083968.2001.10751230.

Kochore, Hassan H. 2016. « The Road to Kenya? Vision, Expectations and Anxieties around New Infrastructures Development in Northern Kenya ». Journal of Eastern African Studies 10, n° 3 : 494-510. https://doi.org/10.1080/17531055.2016.1266198.

Langdon, Steven. 1987. « Industry and Capitalism in Kenya: Contributions to a Debate ». In The African Bourgeoisie: Capitalist Development in Nigeria, Kenya, and the Ivory Coast, dirigé par Paul M. Lubeck. Boulder (CO) : Lynne Rienner.

Leo, Christopher. 1984. Land and Class in Kenya. Toronto, Buffalo (NY) & Londres : Toronto University Press.

Leonard, David K. 1991. African Successes: Four Public Managers of Kenyan Rural Development. Berkeley : University of California Press.

Leys, Colin. 1975. Underdevelopment in Kenya: The Political Economy of Neo-colonialism. Londres : Heinemann.

Lynch, Gabrielle. 2011. I Say to You: Ethnic Politics and the Kalenjin in Kenya. Chicago & Londres : University of Chicago Press.

Maguire, G. Andrew. 1969. Towards ‘Uhuru’ in Tanzania: The Politics of Participation. Cambridge : Cambridge University Press.

Martz, John. 1992. « Shaping the Political Arena: Critical Junctures, the Labor Movement, and Regime Dynamics in Latin America ». Studies in Comparative International Development 27, n° 1 : 76-80. https://doi.org/10.1007/BF02687106.

Masquelier, A. 2002. « Road Mythographies: Space, Mobility, and the Historical Imagination in Postcolonial Niger ». American Ethnologist 29, n° 4 : 829-856. https://doi.org/10.1525/ae.2002.29.4.829.

Maupeu, Hervé. 2008. « Les autobiographies au Kenya. La production d’un genre littéraire ». In Le statut de l’écrit. Afrique, Europe, Amérique latine, dirigé par Christine Albert, Abel Kouvouama & Gisèle Prignitz, 171-189. Pau : Presses Universitaires de Pau.

Maupeu, Hervé. 2000. « Vie et mort d’un groupe de pression électoral : l’exemple de Youth for Kanu’92 ». In Annuaire de l’Afrique orientale 2000, dirigé par François Grignon & Hervé Maupeu, 395-421. Paris : L’Harmattan.

Mueller, Lisa. 2018. Political Protest in Contemporary Africa. New York & Cambridge : Cambridge University Press. https://doi.org/10.1017/9781108529143.

Murunga, Godwin R. 2007. « Governance and the Politics of Structural Adjustment in Kenya ». In Kenya. The Struggle for Democracy, dirigé par Godwin R. Murunga & Shadrack W. Nasong’o, 263-300. Dakar : Codesria Books ; Londres & New York : Zed Books.

Nugent, Paul. 2004. Africa since Independence: A Comparative History. Basingstoke & New York : Palgrave Macmillan.

Ochieng, William R. 1995. « Structural and Political Changes ». In Decolonization and Independence in Kenya, 1940–93, dirigé par Bethwell A. Ogot et William R. Ochieng. Londres, Nairobi & Athens (OH) : James Currey.

Oloo, Adams G.R. 2007. « The Contemporary Opposition in Kenya: Between Internal Traits and State Manipulation ». In Kenya. The Struggle for Democracy, dirigé par Godwin R. Murunga & Shadrack W. Nasong’o, 90-125. Dakar : Codesria Books ; Londres & New York : Zed Books.

Onoma, Ato Kwamena. 2009. The Politics of Property Rights Institutions in Africa. Cambridge : Cambridge University Press. https://doi.org/10.1017/CBO9780511691942.

Otieno, R. Owino, et Njuguna S. Ndung’u. 2010. « Unlocking the Future Potential of Kenya – Vision 2030 ». In Kenya. Policies for Prosperity, dirigé par Christopher Adam, Paul Collier & Njuguna S. Ndung’u, 39-53. Oxford : Oxford University Press.

Phillips, Kristin D. 2018. An Ethnography of Hunger: Politics, Subsistence, and the Unpredictable Grace of the Sun. Bloomington : Indiana University Press. https://doi.org/10.2307/j.ctv4rfqsv.

Pratt, Cranford. 1976. The Critical Phase in Tanzania 1945-1968: Nyerere and the Emergence of a Socialist Strategy. New York : Cambridge University Press.

Provini, Olivier, et Sina Schlimmer. 2018. Étude monographique : Kenya. FAPPA Livrable n° 3.

Republic of Kenya. 2016. Report of the Auditor-General on the Financial Statements of National Irrigation Board. Nairobi : Republic of Kenya.

Routley, Laura. 2012. « Developmental States: A Review of the Literature ». Working Paper no. 3. Manchester : ESID. https://dx.doi.org/10.2139/ssrn.2141837.

Saul, John S. 1979. The State and Revolution in Eastern Africa. Londres : Heinemann.

Shivji, Issa G. 1976. Class Struggles in Tanzania. Londres : Heinemann.

Swainson, Nicola. 1987. « Indigenous Capitalism in Postcolonial Kenya ». In The African Bourgeoisie: Capitalist Development in Nigeria, Kenya, and the Ivory Coast, dirigé par Paul M. Lubeck. Boulder (CO) : Lynne Rienner.

Thelen, K. 2012. « Varieties of Capitalism: Trajectories of Liberalization and the New Politics of Social Solidarity ». Annual Review of Political Science 15, n° 1 : 137-59. https://doi.org/10.1146/annurev-polisci-070110-122959.

Thelen, K. 2014. Varieties of Liberalization and the New Politics of Social Solidarity. Cambridge & New York : Cambridge University Press.

Thomas, Chris. 1997. « Le Kenya d’une élection à l’autre. Criminalisation de l’État et succession politique (1995-1997) ». Les Cahiers du CERI, n° 35.

Thomas, Chris. 1998. « L’économie politique d’une succession annoncée ». Politique africaine, n° 70 : 40-53. URL : http://www.politique-africaine.com/numeros/pdf/070040.pdf [archive].

Van de Walle, Nicolas. 2001. African Economies and the Politics of Permanent Crisis, 1979-1999. Cambridge & New York : Cambridge University Press.

Wrong, Michela. 2009. It’s Our Turn to Eat. The Story of a Kenyan Whistle-Blower. Londres : Fourth Estate.Médias

Médias

Apollo, Silas. 2017. « Ministry Rolls out Dam Projects to Boost Food Production ». Daily Nation, 26 décembre. URL : https://nation.africa/news/Govt-rolls-out-57-dam-project-to-boost-food-production/1056-4242428-format-xhtml-bvfav0/index.html [archive].

Gachane, Ndung’u. 2018. « Now Wa Iria Slaps Nairobians with Water Levy as Revenue Row Escalates ». Daily Nation, 14 septembre. URL : https://nation.africa/kenya/news/wa-iria-slaps-nairobians-with-water-levy-as-revenue-row-escalates-86672 [archive].

Githae, Wanjohi, et Patrick Lang’at. 2018. « Uhuru Swaps Departments as Focus Shifts to Big Four Agenda ». Sunday Nation, 18 février. https://nation.africa/kenya/news/politics/uhuru-swaps-departments-as-focus-turn-to-big-four-agenda-14174 [archive].

IEA (Institute of Economics Affairs). 2018. « How much Oil? Why East Africa’s Bounty Is neither Significant nor Exceptional ». The East African, 9-15 juin. URL : https://www.theeastafrican.co.ke/tea/business/how-much-oil-why-east-africa-s-bounty-is-neither-significant-nor-exceptional--1395812 [archive].

Jebet, Vivian. 2018. « Isiolo Leaders Allege Diversion of Lapsset Route, Want Details of Map ». Daily Nation, 19 septembre.

Juma, Victor. 2014. « Making of a Mega Scandal? Why Railway Figures Do not Add up ». Sunday Nation, 26 janvier. URL : https://nation.africa/kenya/news/making-of-a-mega-scandal-why-railway-figures-do-not-add-up-942286 [archive].

Kagwanja, Peter. 2018. « Kenya’s Vision 2030 Caught Between the Rock and a Hard Place ». Daily Nation, 17 septembre. URL : https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/vision-2030-caught-between-the-rock-and-a-hard-place-87604 [archive].

Kairu, Pauline. 2014. « Land Owners Along Rail Route Want Fresh Valuation ». Sunday Nation, 28 décembre.

Kariuki, James. 2015. « Big Projects Recipe for Kenya’s Growth: Study ». Daily Nation, 13 août.

Karambu, Immaculate. 2015. « Uhuru Faults SGR Contractor on 40pc Procurement Quota ». Daily Nation, 5 décembre.

Keprop, Victor. 2018. « Ethiopia Begins Production Tests at Ogaden Oilfield ». The East African, 30 juin–6 juillet. URL : https://www.theeastafrican.co.ke/tea/business/ethiopia-begins-production-tests-at-ogaden-oilfield-1397200 [archive].

« Kiambu County to Give Free NHIF Cover to 24,000 Families ». 2017. Daily Nation, 24 octobre.

Kisero, Jaindi. 2018. « Mistake: Rotich Budget Lumped ‘Big Four’ with Usual Spendings ». Daily Nation, 20 juin. https://nation.africa/blogs/Henry-Rotich-Budget-lumped--Big-Four--with-usual-spending/1949942-4620960-13t2pwb/index.html [archive].

« Kisumu County Ready to Pilot Universal Healthcare ». 2018. Daily Nation, 27 mars.

Komu, Nicholas. 2018. « How Greed for Water and Impunity Pushing a Community to the Brink ». Daily Nation, 25 août. URL : https://nation.africa/kenya/news/how-greed-for-water-and-impunity-pushing-a-community-to-the-brink-80648 [archive].

Komu, Nicholas. 2018. « Tharaka Nithi Launches TN-Care ». Daily Nation, 14 septembre. URL : https://nation.africa/kenya/brand-book/tharaka-nithi-launches-tn-care-medical-cover--111570 [archive].

Komu, Nicholas. 2018. « Water Row: Leaders Break Ranks with Jubilee ». Daily Nation, 5 octobre.

Lang’at, Patrick. 2018. « Technology to Drive My Big Four Promises, Says Uhuru ». Daily Nation, 28 février.

Luvega, Derick, et Gaitano Pessa. 2018. « Eight Governors from Lake Region to Drum Up Support for Economic Bloc ». Saturday Nation, 9 juin. https://nation.africa/counties/Governors-to-drum-up-support-for-economic-bloc/1107872-4602644-format-xhtml-byxs3c/index.html [archive].

Lwanga, Charles. 2018. « Kilifi MCAs Move to Push State out of Galana-Kulalu Project ». Business Daily, 1er mars. URL : https://www.businessdailyafrica.com/news/counties/Kilifi-MCAs-stop-Galana-Kulalu-project/4003142-4324908-148c21lz/index.html [archive].

Maina, Nelson. 2018. « Farm Clinics at Heart of Big Four Agenda ». Daily Nation, 7 juillet. URL: https://nation.africa/kenya/business/seeds-of-gold/farm-clinics-at-heart-of-big-four-agenda-63688 [archive]

Marete, Gitonga. 2018. « Questions on Viability of SGR Refuse to Go away after China Cuts Funding ». Daily Nation, 17 septembre. https://www.businessdailyafrica.com/news/Questions-on-viability-of-SGR-refuse-to-go-away/539546-4761886-5fq1awz/index.html [archive].

Mathaura, Francis. 2018. « Vision 2030 Holds the Key to a Better and More Inclusive Kenya ». Saturday Nation, 9 juin. URL : https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/vision-2030-holds-the-key-to-a-better-and-more-inclusive-kenya-52474 [archive].

Maundu, Pius. 2015. « Workers at New Railway on Strike ». Daily Nation, 9 avril. URL : https://nation.africa/kenya/news/workers-at-new-railway-on-strike-1083358 [archive].

Mbataru, Patrick. 2015. « Mega Projects Have Little Impact on the Poor ». Sunday Nation, 9 août. URL : https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/mega-projects-have-little-impact-on-the-poor-1118308 [archive].

Munguti, Richard. 2018. « Authority Orders Posta to Pay Ex-workers Billions in Pension ». Daily Nation, 26 avril. URL : https://nation.africa/kenya/business/posta-to-pay-4-000-ex-staff-more-benefits-36724 [archive].

Muraya, Beth. 2018. « Will the Big Four Agenda Usher in Transformative Economic Growth? » Sunday Nation, 10 juin.

Mutua, Kitavi. 2018. « How Kitui Mineral Wealth Can Drive Uhuru’s Big Four ». Daily Nation, 19 juin. URL : https://nation.africa/counties/kitui/How-Kitui-mineral-wealth-can-drive-Uhuru-s-Big-Four/3444936-4619212-mxlyqp/index.html [archive].

Mwaniki, Charles. 2018. « Kenya Raises $2bn in Fresh Eurobonds Issue ». Business Daily, 22 février URL : https://www.businessdailyafrica.com/markets/capital/Kenya-says-fresh--2bn-Eurobond-oversubscribed-seven-times/4259442-4315350-14pr01l/index.html [archive].

Mwololo, Millicent. 2018. « Sacco Turns Home Ownership Dream into Reality ». Daily Nation, 19 juillet. URL : https://nation.africa/kenya/life-and-style/dn2/sacco-turns-home-ownership-dream-into-a-reality-68454 [archive].

Mwololo, Millicent. 2018. « Cooperatives to Deliver 500,000 Social Housing Units ». Daily Nation, 19 juillet. URL : https://nation.africa/lifestyle/dn2/Cooperatives-to-deliver-social-housing-units/957860-4670584-format-xhtml-1o51vjz/index.html [archive].

Namlola, Juma. 2018. « Saccos Told to Cash In on Uhuru’s Big Four Agenda ». Daily Nation, 19 février.

Namlola, Juma. 2018. « Co-operatives Key to Government’s Big Four Agenda ». Saturday Nation, 7 juillet.

Ndii, David. 2015. « If It Looks, Quacks and Walks Like a Duck, It Is the Lies About Eurobond ». Saturday Nation, 19 décembre. URL : https://www.nation.co.ke/kenya/blogs-opinion/opinion/if-it-looks-quacks-and-walks-like-a-duck-it-is-the-lies-about-eurobond-1155142 [archive].

Ndii, David. 2016. « Mega Projects and Hollow Men: What $50 bn Can Do for a Nation ». Saturday Nation, 30 janvier. URL : https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/mega-projects-and-hollow-men-what-50-bn-can-do-to-a-nation-1165482 [archive].

Ndii, David. 2017. « Forget About Mega Projects and Address Everyday Woes ». Saturday Nation, 29 juillet. URL : https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/forget-about-mega-projects-and-address-everyday-woes-430904 [archive].

Ngugi, Brian, et Neville Otuki. 2018. « Faceless Cartels Lie in Wait for the Big Four Projects ». Daily Nation, 30 avril.

Njagi, John, et John Ngirachu. 2014. « Graft Team Opens Probe on Rail Deal ». Daily Nation, 8 janvier.

Olingo, Allan. 2018. « Kenya Halts Plans for Electric Trains ». The East African, 27 janvier–2 février.

Olingo, Allan. 2018. « No Pledges for Region’s Pipeline, Open Sky Deals ». The East African, 30 juin-6 juillet. URL : https://www.theeastafrican.co.ke/tea/business/no-pledges-for-region-s-pipeline-open-sky-deals-1397178 [archive].

Olingo, Allan, et Victor Kiprop. 2018. « Ethiopia Reaches Out to Djibouti and Kenya to Partner on Mega Projects ». The East African, 12 mai. URL : https://www.theeastafrican.co.ke/tea/business/ethiopia-reaches-out-to-djibouti-and-kenya-to-partner-on-mega-projects--1393546 [archive].

Opanga, Kwenda. 2018. « Big Four Agenda and 2022: Reasons Uhuru Is Unhappy with His Deputy ». Sunday Nation, 10 juin. URL: https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/big-four-agenda-and-2022-reasons-uhuru-is-unhappy-with-his-deputy-52754 [archive].

Openda, Joseph. 2018. « Retired Teachers Resume 18-year Pension Battle ». Daily Nation, 27 juillet.

Oruko, Ibrahim. 2018. « State Told to Work with Counties for Big Four Success ». Daily Nation, 5 juin. https://nation.africa/kenya/news/politics/governors-tell-state-to-work-with-counties-for-success-of-big-four-agenda-51230 [archive].

Otuki, Neville. 2018. « Oil Billions Not Our Major Aim for Now, Says PS of Export Plan ». Daily Nation, 31 mai. URL : https://www.businessdailyafrica.com/economy/Govt--Early-oil-export-not-a-profit-venture/3946234-4587156-12xfs2b/index.html [archive].

Vidija, Patrick. 2018. « 84% of Kenyans Support Devolution. Ipsos ». The Star, 6 avril.

Wafula, Paul. 2018. « Exclusive: Behind the SGR Walls ». The Standard, 8 juillet. URL : https://www.standardmedia.co.ke/kenya/article/2001287119/exclusive-behind-the-sgr-walls [archive].

Wanzala, Ouma. 2018. « Cash Crunch Hits EAC Integration Projects ». Daily Nation, 26 juin. URL : https://nation.africa/kenya/news/cash-crunch-hits-eac-integration-projects-59296 [archive].

Warutere, Peter. 2018. « Diaspora Remittances Can Fund ‘Big 4’ Affordable Housing Plan ». Daily Nation, 10 mai. URL : https://nation.africa/oped/opinion/Diaspora-remittances-can-fund--Big-4---housing-plan-/440808-4553158-format-xhtml-jctg13z/index.html [archive].

Warutere, Peter. 2018. « Harmonise Relevant Laws for Equitable Growth ». Daily Nation, 31 mai. URL : https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/harmonise-relevant-laws-for-equitable-economic-growth--49308 [archive].

Notes

1 « The system is held together by the personal distribution of material resources and perks (many of which are ‘rents’ in modern economic terminology) distributed and consumed as though they were the private property of the ruler and/or his staff. ‘Neo-patrimonialism’ refers to a political economy in which the basic authority system is combined with, or exists behind, some formal, impersonal elements of governance, such as a legal system that demarcates the public and private domain, or an administrative code with formal criteria for staff hiring and promotion. »

2 Classification conçue par la Banque mondiale en fonction du revenu national brut (RNB) par habitant de chaque pays. En 2017, le RNB du Kenya était de 3 250 USD PPA. Il existe d’autres typologies qui prennent en compte le PIB par habitant. Toujours pour 2017, le PIB du Kenya était de 1 678 USD (selon le FMI) et de 1 507 USD selon la Banque mondiale. Le PIB par habitant de la Tanzanie était de 936 USD et celui de l’Ouganda était de 604 USD.

3 Selon les critères de la Banque africaine de développement.

4 « … a developmental state has sufficient state capacity to be effective in its targeted areas and has a developmental vision such that it chooses to use this capacity to work towards economic development. » Routley complète sa définition en précisant quatre attributs caractéristiques : « 1. Une bureaucratie autonome, performante et intégrée dans le pays ; 2. un leadership politique orienté vers le développement ; 3. des relations fortes, mutuellement bénéfiques entre des agences d’État et d’importants chefs d’industrie ; 4. des politiques qui savent promouvoir la croissance »(« 1- A capable autonomous (but embedded bureaucracy); 2- A political leadership oriented towards development; 3- A close, often mutually beneficial symbiotic relationship between some state agencies and key industrial capitalists; 4- Successful policy interventions which promote growth »). Maia Green (2014, 16) pense qu’il faut distinguer l’État développemental de ce qu’elle dénomme le « development state ». Ce dernier enregistre de beaucoup moins bons résultats dans les domaines économiques et sociaux que le premier ; il se constitue en étroite interaction avec les agences internationales de développement. Selon les critères de Green, l’État kényan présente des caractéristiques des deux types d’État. Ainsi, il reste le 6e récipiendaire de l’aide internationale en Afrique (4 % du PIB en 2016).

5 Il est révélateur que le manifeste du régime de l’époque s’intitule, African Socialism and Its Application to Planning in Kenya (1965). Au sein même du parti dominant, la KANU (Kenya African National Union), une forte minorité dirigée par Oginga Odinga plaidait pour un système économique plus égalitaire et cherchait des soutiens du côté des pays d’Europe de l’Est.

6 Dès les années 1960, les politistes mettent l’accent sur la forte personnalisation du pouvoir en Afrique. Néanmoins, d’un pays à l’autre, les pères-fondateurs des nations ont joué des rôles plus ou moins importants. Toutes les études sur le socialisme Ujamaa soulignent que Julius Nyerere a été décisif pour amener le système politique tanzanien dans cette voie et pour en définir le contenu si particulier (Maguire 1969 ; Pratt 1976 ; Bjerk 2016). Dans le pays voisin, Jomo Kenyatta n’avait pas les mêmes marges de manœuvre et l’analyse biographique du chef de l’État s’avère moins intéressante que dans le cas tanzanien.

7 Cela n’est pas toujours le cas. Ainsi, Arriola s’intéresse particulièrement au cas du Cameroun.

8 Il s’agit du premier élément de sa théorie de la formation des coalitions d’opposition dans l’Afrique contemporaine. Il pense que l’alternance politique, condition d’une démocratie consolidée passe par la constitution de coalitions multiethniques de forces d’opposition. Dans des cultures politiques où le patronage reste important, ces coalitions ne peuvent survenir qu’avec le soutien financier d’hommes d’affaire qui ne s’engagent politiquement que dès lors que leurs intérêts matériels ne seront pas directement menacés par les gouvernants. Selon Arriola (2013), cela n’est possible que dans les pays où l’accès au crédit n’est pas verrouillé politiquement par l’État. On ne trouverait ces coalitions que dans les contrées où de nombreuses banques privées prospèrent.

9 Sur le sujet et sur la façon dont l’opposition au régime Moi a utilisé cette mémoire de l’ère « de lait et de miel », voir Maupeu (2008).

10 Notamment Thelen (2014, chapitre 1).

11 Munguti, Richard. 2018. « Authority Orders Posta to Pay Ex-workers Billions in Pension ». Daily Nation, 26 avril. URL : https://nation.africa/kenya/business/posta-to-pay-4-000-ex-staff-more-benefits-36724 [archive] ; Openda, Joseph. 2018. « Retired Teachers Resume 18-year Pension Battle ». Daily Nation, 27 juillet.

12 Seuls les syndicats d’enseignants ont continuellement gardé une grande influence.

13 Leo (1984) estime que les Kikuyu ont capté 40 % de ces terres alors qu’ils représentaient près de 20 % de la population du pays.

14 Quasiment jusqu’à sa mort en 2004, il a été le patron kikuyu de la vallée du Rift qui servait d’intermédiaire entre les Kikuyu de cette région et les big men de la Province Centrale, le berceau de la communauté kikuyu.

15 C’est à cette époque que l’idée d’une identité kalenjin fédérant plusieurs groupes de la vallée du Rift (en particulier, les Nandi, les Kipsigi, les Pokot, les Sebei, les Sabaot, les Keyo, les Marakwet et les Tugen) s’impose et sert de vecteur à la défense de leurs intérêts communs, notamment dans le domaine du foncier. Sur le sujet, voir Lynch 2011.

16 L’influence majeure de Michael Cowen (1996) provient avant tout des nombreux articles de littérature grise qu’il a publiés dans les Working Papers de l’Institute of Development Studies de l’Université de Nairobi. Il y livre de nombreuses données quantitatives sur les différentes filières agricoles durant l’époque coloniale.
Le débat kényan se développe en complément et en dialogue avec le tout aussi riche débat tanzanien (Shivji 1976 ; Saul 1979 ; Hyden 1980, parmi beaucoup d’autres publications).

17 Le débat kényan continue d’irriguer la réflexion contemporaine. Dominique Connan (2014), dans une perspective historique non-marxiste étudie le degré d’autonomie des entrepreneurs actuels par rapport à l’État. Lisa Mueller (2018) estime qu’une nouvelle classe moyenne moins dépendante de l’État que la bourgeoisie de la génération précédente représente le vecteur essentiel des protestations dans l’Afrique actuelle.

18 « In both countries politics took precedence over economics, though for different reasons. In both countries the state pursued redistributive policies and interfered with the operation of markets, resulting in a dramatic showdown of economic growth. In both countries, the ruling elite sought to monopolize political power and shackle civil society. »

19 Voir Francesca Di Matteo dans ce volume : « La politisation du processus de réforme foncière au Kenya ».

20 Outre la Ndungu Commission, d’autres commissions parlementaires ont livré des indications précises de détournement de terres publiques. On peut penser notamment à la Njonjo Land Commission (1999) ou à la Akiwumi Commission of Inquiry into Tribal Clashes (1999). Voir Di Matteo dans ce volume (ibid.)

21 Ces tueries ont occasionné près d’un millier de morts et plusieurs centaines de milliers de « déplacés intérieurs » en 1992-1993. Ces nettoyages ethniques se sont essentiellement déroulés dans la région de la vallée du Rift, considérée comme le fief de l’élite dirigeante autour du président Moi. En 1997-1998, plusieurs centaines de morts ont été enregistrés, plutôt sur la côte et en périphérie de la vallée du Rift. Les seconds couteaux du régime ont compris que la technique testée précédemment par leurs patrons permettait de facilement gagner des élections parlementaires.

22 Thomas (1997) adapte à la situation kényane le concept théorisé par Bayart, Ellis & Hibou (1998).

23 Branch et Cheeseman (2010) utilisent à plusieurs reprises ce concept mais sans en préciser le contenu exact.

24 Sur les différentes tactiques de l’État kényan lors des négociations avec le FMI et la Banque mondiale, voir Murunga (2007).

25 D’après la Banque mondiale (2001), cet échec est dû aux habituelles augmentations de salaires que les syndicats d’enseignants obtiennent avant chaque élection générale. De plus, peu avant le scrutin de 2007, une forte vague de recrutement de nouveaux fonctionnaires aurait remis en cause les effets de la réforme.

26 Kempe Ronald Hope (2013) rappelle notamment que la croissance était négative (-1 %) en 1992 et de 0 % en 1993 et 1997. Il use des données de la Banque mondiale qui sont aujourd’hui remises en cause par de nombreux économistes.

27 « It is not obvious that Kenya performed badly during the Moi era and it is even less obvious that it did so because of economic policy. During the Moi era, Kenya performed considerably better than the African average. »

28 « … a roadmap for accelerating the transformation of our country into a rapidly industrializing middle-income nation by the year 2030 » (notre traduction). Cité par Adam et al. (2010, 1).

29 Nous ne parlons ici que du volet économique de ce plan. La croissance ainsi créée est censée se mettre au service d’objectifs sociaux particulièrement ambitieux : atteindre les Objectifs de Développement du Millenium (dans le domaine de l’éducation, de la santé, de l’accès à l’eau courante, installations sanitaires) ; développer des logements pour les publics populaires ; lutter pour une véritable égalité entre genres… (Otieno & Nd’ung’u 2010).

30 Mathaura, Francis. 2018. « Vision 2030 Holds the Key to a Better and More Inclusive Kenya ». Saturday Nation, 9 juin. URL : https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/vision-2030-holds-the-key-to-a-better-and-more-inclusive-kenya-52474 [archive]

31 Mbataru, Patrick. 2015. « Mega Projects Have Little Impact on the Poor ». Sunday Nation, 9 août. URL : https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/mega-projects-have-little-impact-on-the-poor-1118308 [archive].

32 Ndii, David. 2016. « Mega Projects and Hollow Men: What $50 bn Can Do for a Nation ». Saturday Nation, 30 janvier. URL : https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/mega-projects-and-hollow-men-what-50-bn-can-do-to-a-nation-1165482 [archive].

33 Kariuki, James. 2015. « Big Projects Recipe for Kenya’s Growth: Study ». Daily Nation, 13 août.

34 Ndii, David. 2017. « Forget About Mega Projects and Address Everyday Woes ». Saturday Nation, 29 juillet. URL : https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/forget-about-mega-projects-and-address-everyday-woes-430904 [archive].

35 « Kenya’s economy has expanded from GDP of Sh 1.3 trillion in 2002 to Sh 7.8 trillion in 2017, with its GDP per capita expanding from Sh 27,000 to Sh 166,000. Its paved road network has expanded from 8,938 kilometres to 11,796. […] The country’s electric power has grown from 1,142 MW to 2,264 MW, increasing its capacity to power industrialisation and enabling to connect 5.9 million households to the national electricity grid, up from 0.48 million in 2002. » Kagwanja, Peter. 2018. « Kenya’s Vision 2030 Caught Between the Rock and a Hard Place ». Daily Nation, 17 septembre. URL : https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/vision-2030-caught-between-the-rock-and-a-hard-place-87604 [archive].

36 « In its original and most ambitious imagined form, the LAPSSET corridor project would be transformative, enormously expensive, and very invasive, linking a major new port development on Kenya’s Indian Ocean coast to South Sudan and Ethiopia with an oil pipeline, railway and highway. Current circumstances make it unlikely that the pipeline will reach South Sudan or that the railway will be completed within this decade. »

37 « Technologies that lead from capital cities to the regions, they are seen to have the power to bring development, progress, national inclusion and security. »

38 Jebet, Vivian. 2018. « Isiolo Leaders Allege Diversion of Lapsset Route, Want Details of Map ». Daily Nation, 19 septembre.

39 Marete, Gitonga. 2018. « Questions on Viability of SGR Refuse to Go away after China Cuts Funding ». Daily Nation, 17 septembre. https://www.businessdailyafrica.com/news/Questions-on-viability-of-SGR-refuse-to-go-away/539546-4761886-5fq1awz/index.html [archive].

40 Le système kényan permet de transporter les voyageurs à près de 120 km/h et les marchandises à 80 km/h. Cela amène des gains de temps substantiels par rapport à l’ancienne organisation. Apparemment, un système d’électrification des lignes était prévu mais il a été remis en cause. Olingo, Allan. 2018. « Kenya Halts Plans for Electric Trains ». The East African, 27 janvier–2 février.

41 Notamment, Juma, Victor. 2014. « Making of a Mega Scandal? Why Railway Figures Do not Add up ». Sunday Nation, 26 janvier. URL : https://nation.africa/kenya/news/making-of-a-mega-scandal-why-railway-figures-do-not-add-up-942286 [archive].

42 Le patron de cette Commission en 2014-2015, Maina Kamanda, est devenu le ministre des Transports.

43 Njagi, John, et John Ngirachu. 2014. « Graft Team Opens Probe on Rail Deal ». Daily Nation, 8 janvier.

44 Kairu, Pauline. 2014. « Land Owners Along Rail Route Want Fresh Valuation ». Sunday Nation, 28 décembre.

45 Maundu, Pius. 2015. « Workers at New Railway on Strike ». Daily Nation, 9 avril. URL : https://nation.africa/kenya/news/workers-at-new-railway-on-strike-1083358 [archive].

46 Karambu, Immaculate. 2015. « Uhuru Faults SGR Contractor on 40pc Procurement Quota ». Daily Nation, 5 décembre.

47 Wafula, Paul. 2018. « Exclusive: Behind the SGR Walls ». The Standard, 8 juillet. URL : https://www.standardmedia.co.ke/kenya/article/2001287119/exclusive-behind-the-sgr-walls [archive].

48 En 2018, la société qui gère le transport ferroviaire de marchandise a baissé à deux reprises ses prix afin de concurrencer efficacement le transport routier. L’État incite les importateurs à utiliser le train en organisant le dédouanement des marchandises à Embakasi, à proximité de Nairobi.

49 Dans le programme électoral de Jubilee (le parti du président) en 2017, Uhuru Kenyatta promet de construire 57 barrages durant son mandat. Au moins quatre d’entre eux sont de grands barrages (mega dams).

50 Apollo, Silas. 2017. « Ministry Rolls out Dam Projects to Boost Food Production ». Daily Nation, 26 décembre. URL : https://nation.africa/news/Govt-rolls-out-57-dam-project-to-boost-food-production/1056-4242428-format-xhtml-bvfav0/index.html [archive].

51 Voir le Report of the Auditor-General on the Financial Statements of National Irrigation Board de 2016.

52 Lwanga, Charles. 2018. « Kilifi MCAs Move to Push State out of Galana-Kulalu Project ». Business Daily, 1er mars. URL : https://www.businessdailyafrica.com/news/counties/Kilifi-MCAs-stop-Galana-Kulalu-project/4003142-4324908-148c21lz/index.html [archive].

53 Komu, Nicholas. 2018. « How Greed for Water and Impunity Pushing a Community to the Brink ». Daily Nation, 25 août. URL : https://nation.africa/kenya/news/how-greed-for-water-and-impunity-pushing-a-community-to-the-brink-80648 [archive]. La suppression des forêts dans ces tours d’eau contribue également à tarir les cours d’eau.

54 Gachane, Ndung’u. 2018. « Now Wa Iria Slaps Nairobians with Water Levy as Revenue Row Escalates ». Daily Nation, 14 septembre. URL : https://nation.africa/kenya/news/wa-iria-slaps-nairobians-with-water-levy-as-revenue-row-escalates-86672 [archive].

55 Komu, Nicholas. 2018. « Water Row: Leaders Break Ranks with Jubilee ». Daily Nation, 5 octobre.

56 Keprop, Victor. 2018. « Ethiopia Begins Production Tests at Ogaden Oilfield ». The East African, 30 juin–6 juillet. URL : https://www.theeastafrican.co.ke/tea/business/ethiopia-begins-production-tests-at-ogaden-oilfield-1397200 [archive].

57 Ce sont les estimations retenues par la Banque mondiale dans ses récents rapports.

58 IEA (Institute of Economics Affairs). 2018. « How much Oil? Why East Africa’s Bounty Is neither Significant nor Exceptional ». The East African, 9-15 juin. URL : https://www.theeastafrican.co.ke/tea/business/how-much-oil-why-east-africa-s-bounty-is-neither-significant-nor-exceptional--1395812 [archive].

59 Otuki, Neville. 2018. « Oil Billions Not Our Major Aim for Now, Says PS of Export Plan ». Daily Nation, 31 mai. URL : https://www.businessdailyafrica.com/economy/Govt--Early-oil-export-not-a-profit-venture/3946234-4587156-12xfs2b/index.html [archive].

60 Olingo, Allan. 2018. « No Pledges for Region’s Pipeline, Open Sky Deals ». The East African. 30 juin–6 juillet. URL : https://www.theeastafrican.co.ke/tea/business/no-pledges-for-region-s-pipeline-open-sky-deals-1397178 [archive].

61 Sur le sujet, voir les analyses de l’un des plus fins commentateurs de la vie politique kényane : Opanga, Kwenda. 2018. « Big Four Agenda and 2022: Reasons Uhuru Is Unhappy with His Deputy ». Sunday Nation, 10 juin. URL: https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/big-four-agenda-and-2022-reasons-uhuru-is-unhappy-with-his-deputy-52754 [archive].

62 Olingo, Allan, et Victor Kiprop. 2018. « Ethiopia Reaches Out to Djibouti and Kenya to Partner on Mega Projects ». The East African, 12 mai. URL : https://www.theeastafrican.co.ke/tea/business/ethiopia-reaches-out-to-djibouti-and-kenya-to-partner-on-mega-projects--1393546 [archive].

63 Pour autant, le fort niveau d’endettement public de tous les pays d’Afrique de l’Est amène un risque de crise de la dette qui conduit ces contrées à limiter leurs ambitions de dépenses. Wanzala, Ouma. 2018. « Cash Crunch Hits EAC Integration Projects ». Daily Nation, 26 juin. URL : https://nation.africa/kenya/news/cash-crunch-hits-eac-integration-projects-59296 [archive].

64 Marete, Gitonga. 2018. « Questions on Viability of SGR Refuse to Go Away After China Cuts Funding ». Daily Nation, 17 septembre. URL : https://www.businessdailyafrica.com/news/Questions-on-viability-of-SGR-refuse-to-go-away/539546-4761886-5fq1awz/index.html [archive]. Depuis quelques années de nombreux pays africains rencontrent de grandes difficultés pour rembourser leurs prêts.

65 En 2014, le Kenya a levé 2,8 milliards USD en Eurobonds. Début 2018, il a repris 2 milliards USD, officiellement afin de se donner un peu d’oxygène dans le remboursement de la dette publique. L’opposition estime que certains fonds auraient disparu et auraient servi à renflouer le coût exorbitant de la campagne électorale de Jubilee (le parti du président). Mwaniki, Charles. 2018. « Kenya Raises $2bn in Fresh Eurobonds Issue ». Business Daily, 22 février URL : https://www.businessdailyafrica.com/markets/capital/Kenya-says-fresh--2bn-Eurobond-oversubscribed-seven-times/4259442-4315350-14pr01l/index.html [archive]. Sur les doutes de l’opposition, voir les analyses toujours brillantes et éclairées de David Ndii. Ndii, David. 2015. « If It Looks, Quacks and Walks Like a Duck, It Is the Lies About Eurobond ». Saturday Nation, 19 décembre. URL : https://www.nation.co.ke/kenya/blogs-opinion/opinion/if-it-looks-quacks-and-walks-like-a-duck-it-is-the-lies-about-eurobond-1155142 [archive].

Depuis peu, la Chine semble moins volontaire pour investir au Kenya, dès lors ce dernier se rapproche à nouveau des États-Unis (accords pour refaire l’infrastructure routière entre Mombasa et Nairobi…) et de la Grande-Bretagne.

66 Warutere, Peter. 2018. « Harmonise Relevant Laws for Equitable Growth ». Daily Nation, 31 mai. URL : https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/harmonise-relevant-laws-for-equitable-economic-growth--49308 [archive].

67 Muraya, Beth. 2018. « Will the Big Four Agenda Usher in Transformative Economic Growth? » Sunday Nation, 10 juin.

68 Namlola, Juma. 2018. « Saccos Told to Cash In on Uhuru’s Big Four Agenda ». Daily Nation, 19 février ; Ibid. 2018. « Co-operatives Key to Government’s Big Four Agenda ». Saturday Nation, 7 juillet ; Mwololo, Millicent. 2018. « Sacco Turns Home Ownership Dream into Reality ». Daily Nation, 19 juillet. URL : https://nation.africa/kenya/life-and-style/dn2/sacco-turns-home-ownership-dream-into-a-reality-68454 [archive] ; Mwololo, Millicent. 2018. « Cooperatives to Deliver 500,000 Social Housing Units ». Daily Nation, 19 juillet. URL : https://nation.africa/lifestyle/dn2/Cooperatives-to-deliver-social-housing-units/957860-4670584-format-xhtml-1o51vjz/index.html [archive].

69 Warutere, Peter. 2018. « Diaspora Remittances Can Fund ‘Big 4’ Affordable Housing Plan », Daily Nation, 10 mai. URL : https://nation.africa/oped/opinion/Diaspora-remittances-can-fund--Big-4---housing-plan-/440808-4553158-format-xhtml-jctg13z/index.html [archive]. Les Kényans de la diaspora ont transféré dans leur pays d’origine près de 2,5 milliards USD en 2018.

70 Les industries du digital savent qu’elles vont profiter de la nouvelle programmation de l’État. Et le président leur demande même de s’investir dans ces secteurs (Lang’at, Patrick. 2018. « Technology to Drive My Big Four Promises, Says Uhuru ». Daily Nation, 28 février). Les industries chimiques spécialisées dans l’agriculture sponsorisent dans plusieurs universités de province des Farm clinics (où les agriculteurs expliquent leurs problèmes agronomiques et où on leur propose des solutions) et les placent aujourd’hui sous le parrainage du Big Four agenda (Maina, Nelson. 2018. « Farm Clinics at Heart of Big Four Agenda ». Daily Nation, 7 juillet. URL: https://nation.africa/kenya/business/seeds-of-gold/farm-clinics-at-heart-of-big-four-agenda-63688 [archive]). Personne n’est dupe, de nombreux acteurs économiques se positionnent pour profiter des futures dépenses de l’État (Ngugi, Brian, et Neville Otuki. 2018. « Faceless Cartels Lie in Wait for the Big Four Projects ». Daily Nation, 30 avril).

71 Vidija, Patrick. 2018. « 84 % of Kenyans Support Devolution. Ipsos ». The Star, 6 avril.

72 « Kiambu County to Give Free NHIF Cover to 24,000 Families ». 2017. Daily Nation, 24 octobre ; « Kisumu County Ready to Pilot Universal Healthcare ». 2018. Daily Nation, 27 mars ; Komu, Nicholas. 2018. « Tharaka Nithi Launches TN-Care ». Daily Nation, 14 septembre. URL : https://nation.africa/kenya/brand-book/tharaka-nithi-launches-tn-care-medical-cover--111570 [archive].

73 Sur le Lake Region Economic Bloc qui rassemble huit comtés de l’Ouest du pays : Luvega, Derick, et Gaitano Pessa. 2018. « Eight Governors from Lake Region to Drum Up Support for Economic Bloc ». Saturday Nation, 9 juin. https://nation.africa/counties/Governors-to-drum-up-support-for-economic-bloc/1107872-4602644-format-xhtml-byxs3c/index.html [archive].

74 Même si la majorité des comtés sont gérés par des élus de Jubilee, le parti du président, le Sommet des gouverneurs est dirigé par un opposant au régime et cet organisme se montre particulièrement revendicatif sinon suspicieux à l’égard d’un exécutif national toujours soupçonné de ne pas jouer sincèrement le jeu de la constitution de 2010. Oruko, Ibrahim. 2018. « State Told to Work with Counties for Big Four Success ». Daily Nation, 5 juin. https://nation.africa/kenya/news/politics/governors-tell-state-to-work-with-counties-for-success-of-big-four-agenda-51230 [archive].

75 C’est le cas de Kitui. Mutua, Kitavi. 2018. « How Kitui Mineral Wealth Can Drive Uhuru’s Big Four ». Daily Nation, 19 juin. URL : https://nation.africa/counties/kitui/How-Kitui-mineral-wealth-can-drive-Uhuru-s-Big-Four/3444936-4619212-mxlyqp/index.html [archive].

76 Githae, Wanjohi, et Patrick Lang’at. 2018. « Uhuru Swaps Departments as Focus Shifts to Big Four Agenda ». Sunday Nation, 18 février. https://nation.africa/kenya/news/politics/uhuru-swaps-departments-as-focus-turn-to-big-four-agenda-14174 [archive].

77 Pour une présentation détaillée de ces faux-semblants du budget 2018-2019, Kisero, Jaindi. 2018. « Mistake: Rotich Budget Lumped ‘Big Four’ with Usual Spendings ». Daily Nation, 20 juin. https://nation.africa/blogs/Henry-Rotich-Budget-lumped--Big-Four--with-usual-spending/1949942-4620960-13t2pwb/index.html [archive].

78 Voir dans ce volume le chapitre de Chloé Josse-Durand : « Entre espoirs et désillusions : réformes constitutionnelles et décentralisation au Kenya, 2000-2020 ».

79 La part de la dette dans le produit intérieur brut est de 58 %. Sur le sujet : Douet, Marion. 2018. « Au Kenya, la forte augmentation de la dette publique inquiète la population ». Le Monde, 13 octobre.

Auteur

Hervé Maupeu