Version classiqueVersion mobile

Le Kenya en marche, 2000-2020

 | 
Marie-Aude Fouéré
, 
Marie-Emmanuelle Pommerolle
, 
Christian Thibon

Introduction

À l’épreuve des violences sociales et politiques : du Kenya des « millionnaires et des millions de mendiants » aux trois Kenya du xxie siècle

Christian Thibon

Texte intégral

1« Les yeux d’un enfant affamé » ; « le Kenya est devenu une nation de dix millionnaires et de dix millions de mendiants ». Voilà les expressions les plus connues des discours de Josiah Mwangi Karuiki (Dauch 1982) et une première accroche anecdotique de ce sujet. Ces dénonciations concernent deux périodes : d’abord en 1962, sur le bilan social de la période coloniale puis, au début des années 1970, sur la décennie de l’indépendance et de ses « laissés-pour-compte », autant le mendiant que le dépendant social. Provocateur et critique, sensible et politique, un tel discours est en adéquation avec la vie et le parcours politique de Karuiki, leader nationaliste, progressiste et populiste – par ailleurs millionnaire –, assassiné le 2 mars 1975. Son propos sera brillamment relayé par une génération d’intellectuels, en particulier à travers les romans de la nouvelle école kényane, les postcolonial Kenyan novels, comme ceux de Meja Mwangi, de Ngugi wa Thiong’o, de Charles Mangua ou de Grace Ogot. Ces œuvres littéraires, empreintes de réalisme social critique vis-à-vis des élites au pouvoir, vont au-delà des désillusions post-indépendances. Elles relatent des dissonances plus profondes, urbaines comme rurales, sur fond de choc de cultures, de tensions entre tradition et modernité, et de blocage politique (Kabayi 1998 ; Kurtz 1998). En cela, elles sont autant lucides sur les deux premières décennies de l’indépendance que, privilège des artistes, prémonitoires des changements postérieurs que la société kényane est en train de vivre aujourd’hui.

2Un tel constat est-il toujours pertinent près d’un demi-siècle plus tard, en 2020 ? Dans quelles mesures les mutations sociales des trente dernières années ont-elles confirmé ou modifié cette polarisation sociale ? Pèsent-elles sur les crises et les dilemmes identitaires vécus par les Kényans, et sur le pacte politique national ?

  • 1 Ces travaux photographiques, qui ont fait l’objet d’expositions et de publications, se sont multip (...)
  • 2 Voir les sondages d’opinion d’Ipsos-Synovate, accessibles sur le site internet : https://www.ipsos (...)

3À première vue, ces images et ces discours sont toujours d’actualité. Les premières impressions, quelque peu floutées par le marketing touristique naturaliste et ses ethnotypes consensuels – dont l’emblématique « guerrier maasaï » apaisé – et par des relevés photographiques plus froids et plus réfléchis1, semblent le confirmer. Elles s’incarnent en autant d’alertes médiatiques, comme « Kibera, le plus grand bidonville d’Afrique » (Desgroppes & Taupin 2011) ou « Dadaab, le plus grand camp de réfugiés du monde », en autant de flashs sur des quotidiens et des souffrances, croisés si on y prête attention – comme les chokoras, les enfants des rues, « ceux qui fouillent les ordures » ou, au bord des routes, « les casseurs de cailloux » –, et enfin, en autant de peurs suggérées par la violence des gangs et des milices des ghettos urbains ou celle des voleurs de bétail des périphéries pastorales. En contrepoint, d’autres images renvoient à des visions optimistes, à des espérances d’une réussite, si ce n’est présente, du moins à venir. Elles mettent en avant la multiplication des malls, la révolution numérique, la bulle immobilière et la croissance urbaine, doublées d’une communication politique valorisant les succès nationaux… ainsi que des faits divers, comme l’importation de concasseurs mécaniques qui devraient mettre fin à la condition servile des casseurs de cailloux ! Mais cette modernité émergente s’accompagne aussi de situations insolentes, comme le train de vie ostentatoire et médiatisé de certains millionnaires, et s’appuie sur les légendes urbaines ou rurales de leur promotion. Depuis peu, les sondages2 dévoilent dans l’opinion publique cet entre-deux, entre espoir et confiance, entre méfiance et désespoir devant les inconnues, entre la fête de la Saint-Valentin – réussite d’un secteur économique, celui des roses –, qui incarne un nouveau style de vie individuel, et les craintes récurrentes suscitées par le coût de la vie, la corruption et les violences, ou encore le risque de famine dans le Nord pastoral du pays.

  • 3 Entre autres, les planches du dessinateur Gado dans le journal Daily Nation.
  • 4 Les chansons et musiques comme le benga ou le reggae, le théâtre, et la langue parlée des ghettos, (...)
  • 5 C’est le cas dans les décennies 1990-2000 de la multiplication des milices urbaines et rurales mai (...)

4La question sociale et la dénonciation des injustices restent aussi prégnantes dans les discours des politiques, les prêches de certains clercs, les chroniques des intellectuels, les reportages des journalistes et dans la satire acerbe des caricaturistes3. Même si ces messages ont perdu la radicalité idéologique nationaliste ou marxisante originelle et leurs porte-parole politiques, ses capacités de mobilisation – celle des jeunes en particulier, au travers de nouvelles cultures de masse4 – restent intactes. Toutefois, les argumentaires ont changé. On y découvre bien plus la dénonciation moralisatrice des déviances de la part des télévangélistes ou des elders, des récriminations ethniques qui se cristallisent sur l’accès à la terre et ses spoliations, c’est-à-dire sur la « question foncière » – ceci aussi bien chez les ruraux que chez les citadins –, des revendications catégorielles et sectorielles défendant des corps de métier, et enfin des révoltes millénaristes empruntant des voies détournées5. Dans une société profondément marquée par les débats politiques et devenue de plus en plus une société-spectacle en raison de l’importance prise par les médias et les réseaux sociaux, ces images et ces discours, et au-delà les consciences voire l’inconscient qu’elles alimentent, ont indéniablement leur importance : ils soulignent une division qui se cristalliserait et fracturerait la société kényane et le monde urbain en particulier, selon un mode potentiellement explosif. Car, à la différence des années de l’indépendance pendant lesquelles le monde moderne-urbain et le monde traditionnel-rural étaient cloisonnés, le demi-monde actuel de la mitoyenneté de la richesse et de la pauvreté accroît les frustrations relatives de ceux qui n’ont pas accès à un enrichissement de visu mais interdit, autant dans les villes que dans les campagnes.

  • 6 Les données utilisées dans le corps du texte proviennent des agences nationales et internationales (...)

5Quelles que soient les remarques faites à leur sujet, ces imaginaires parfois sursignifiés se ressourcent dans des vécus : ils renvoient à des réalités objectives. Pour les approcher, une reconstruction à partir des données statistiques, cartographiques et sociologiques des suivis et des observations est devenue possible. À compter des années 1990, des sources multiples offrent une connaissance d’abord globale, nationale, puis sectorielle, enfin régionale, voire locale6. Ces séries, cartographiées – et ce faisant quelque peu théâtralisées – soulèvent des questions sur les permanences, mais aussi sur les dynamiques et les ressorts des changements observés.

1. Le triangle pauvreté-croissance-inégalités

6Une première réponse macro-économique et sociale, complétée par une observation quelque peu paysagère, confirme le constat tout en le nuançant.

  • 7 Voir Verdier (2013), Kenya Private Sector Alliance (2013), « Kenya, les cercles d’affaires des déc (...)

7D’une part, le Kenya reste la nation des millionnaires, certains devenus milliardaires, et le terrain d’un Monopoly politico-économique dont certains acteurs entament leur troisième génération. Nous en avons pour preuve la consolidation de dynasties politico-économiques mises en place successivement à chaque nouvelle équipe gouvernementale, la saga des entrepreneurs politiques, mais aussi les trajectoires familiales d’entrepreneurs industriels ou agroindustriels, ou les trajectoires individuelles, celles des tycoons, magnats besogneux ou chanceux. Plus récemment, la réussite des fortunes urbaines dans les secteurs de l’immobilier, des services et de la finance est aussi fulgurante que les mythes urbains et parfois les scandales financiers qui les accompagnent. Au demeurant plus nombreux que les deux cents familles du who’s who politico-économique mondain – une liste que les médias et les réseaux sociaux mettent régulièrement à jour7 –, ils seraient 9 400 en 2016, soit 95 % de plus entre 2006 et 2016, selon African Wealth Report, tirant la consommation et les investissements vers le haut… ceci selon un mode consumériste qui attirerait sur la côte de l’océan Indien des touristes « haut de gamme », des étrangers résidents fortunés et que retranscrivent les pages people et cosmopolites des quotidiens nationaux.

  • 8 Ce plan de quinze ans a été présenté en février 1999 sous la présidence de Daniel arap Moi. Il fai (...)
  • 9 Les données foncières sont un cas à part dans la connaissance statistique du Kenya, toujours appro (...)

8D’autre part, « les mendiants » sont toujours là, peut-être moins visibles que dans le passé. Mais la pauvreté et les vulnérabilités structurelles sont toujours prégnantes, si bien que les dernières grandes famines d’un passé récent, comme celles des années 1984-1985, résonnent toujours dans la décennie 2010, dans le renchérissement du prix de la farine d’ugali – la pâte de maïs – et les alertes de disettes. Par ailleurs, le changement climatique et ses variations régionales accentuent des contraintes structurelles bien présentes dans le nord aride ou semi-aride du pays qui affectent toujours des populations à forte croissance démographique. Ces populations misérables sont de mieux en mieux connues et catégorisées. Dès 1999, le Plan national d’éradication de la pauvreté8 les avait ciblées. Il s’agit des paysans sans-terre, des handicapés, des femmes chefs de ménage, des sociétés pastorales des régions semi-arides, des orphelins du sida, des enfants des rues et des mendiants. En 2015, on dénombre 3,6 millions d’OVC (Orphans and Vulnerable Children, c’est-à-dire « orphelins et enfants vulnérables »), 0,41 million d’IDP (Internally Displaced Persons, « populations déplacées internes pour des raisons politiques ou naturelles »), 0,48 million de réfugiés enregistrés et 4,6 % ou 3,6 % de la population nationale avec un handicap (sondage 2008 et recensement national 2009). On estime également à 9,6 millions la population sous-alimentée du Kenya pour une population totale de 46 millions, alors que le nombre des « paysans-exploitants sans-terre » – plus difficile à cerner car il ne prend pas en compte les jeunes sans emploi souvent mobiles, sinon migrants – correspondait à 10 % des exploitants en 20049. Enfin, un tiers des chefs de ménages sont des femmes, mais cette mesure renvoie à des situations diverses, de dépendance ou de vulnérabilité mais aussi d’autonomie, en particulier dans les villes. Il ne s’agit donc pas exclusivement de chefs de ménages pauvres.

  • 10 Sur les OVC, les populations handicapées, les populations des zones arides et semi-arides, plus ré (...)

9D’une façon régulière, au fur et à mesure que les grandes enquêtes nationales se succèdent, plus encore dès que les plans nationaux sectoriels d’éradication de la pauvreté ont été lancés10, les données quantitatives enregistrent et suivent les niveaux. Elles nous permettent de reconstituer les tendances historiques, de sérier le caractère chronique de la pauvreté, des populations en deçà du seuil de pauvreté, d’évaluer la persistance de la pauvreté extrême ainsi que les niveaux de prévalence à la sous-alimentation. À partir de ces séries de données, les tendances s’affichent. À compter des années 1990, mais commencée plus tôt, dans les années 1980, on note une dégradation générale des principaux indicateurs (les niveaux de pauvreté, de sous-alimentation, les indicateurs démographiques…) avec des configurations régionales et conjoncturelles suggérant l’impact des sécheresses, des prix, comme des conflits socio-politiques. La conjonction d’une dépression économique, des programmes d’ajustements structurels, de la crise épidémique du sida puis des crises politiques de la transition réduit le nombre des emplois publics et double alors le nombre de pauvres, passé de 25 % à 56,8 % (44 % pour les villes), et des personnes vivant sous le seuil de pauvreté entre 1972 et 2000. L’espérance de vie passe quant à elle de 59 ans à 54 ans et le revenu moyen par habitant recule de 360 USD à 306 USD entre 1989 et 2000.

10Fait majeur, ces courbes s’inversent dès 2002-2004. Les tendances s’infléchissent lentement mais durablement alors qu’aux mêmes dates, les indicateurs macro-économiques (taux de croissance et PIB) renouent avec la croissance. Une telle amélioration générale concerne des indicateurs vitaux, dont l’espérance de vie, la prévalence de la sous-alimentation, qui passe de 30 % de la population en moyenne dans les années 1990 à 21 % en 2015. Il en est de même du nombre de pauvres qui s’est quelque peu tassé, passant d’un optimum de 56,8 % atteint en 2000 à 46 % en 2006, puis 45 % en 2009, et 32 % en 2015-2016. Mais il reste toujours aussi élevé en volume : près de 16 à 17 millions de personnes dont 1,5 à 2 millions sur 3,5 millions d’habitants dans la capitale. C’est aussi le cas de la pauvreté extrême qui passe de 19,5 % à 8,5 % de 2005 à 2015-2016.

  • 11 Données et synthèses dans KIPPRA (2013), IEA (2010) et BAD-GoK (2013).

11Ce nouveau cours est à mettre en relation avec le retour de la croissance économique et avec une augmentation soutenue, malgré la croissance démographique élevée, du revenu moyen par habitant, qui est estimé à moins de 500 USD courant en 2000, à 743 USD en 2006, à 1 000 USD en 2010 et à 1 432 USD en 2015 (données Banque mondiale). Toutefois, l’amélioration est plus modérée si on calcule et compare l’augmentation en KES courant et constant, prenant en compte l’inflation : c’est le cas entre 2004 et 2011, de 37 000 à 76 500 KES courants par an, de 35 000 à 39 000 KES constants par an11 (données KIPPRA 2015). De plus, l’inflation et le coût de la vie urbaine rognent la progression des revenus urbains. Le pouvoir d’achat est affecté par les crises naturelles – qui provoquent, par exemple, le renchérissement du prix du maïs – comme politiques : pendant les mois suivant la crise post-électorale de 2007-2008, la capitale a connu une inflation semestrielle de plus de 25-30 %. Cette situation se renouvelle à chaque période électorale.

  • 12 Pour les pays émergents, le Kenya, comme la Tanzanie, fait partie de la moyenne ; l’indice le plus (...)

12Par ailleurs, les décennies 2000, durant lesquelles se dessine une économie émergente, du moins l’accession du Kenya au rang de pays à revenu intermédiaire, semblent forcer le trait d’un fossé entre bénéficiaires et exclus des retombées de la croissance. Ce différentiel, sinon cette inégalité sociale – que les enquêtes budgétaires et celles dites de démographie et de santé (Demographic and Health Surveys, DHS) décrivent au travers des caractères socio-économiques, des biens, des usages, des équipements domestiques et du patrimoine de chaque ménage –, est approché par la mesure statistique de l’écart des revenus calculé par l’indice de Gini et estimé à 41,6 % en 2018. Cet indicateur, bien qu’inférieur aux autres pays de l’Afrique australe et centrale12, a tendance à baisser dans le pays mais reste élevé en ville, là où se concentre la richesse. En 2016, le premier quintile de la population (20 % les plus riches) a accès à 56 % des revenus alors que le dernier quintile (20 % les plus pauvres) n’a accès qu’à 4 % ; dans les villes, les deux premiers quintiles ont accès à 90 % (Données KBS extraites du Basic Report on Well-Being in Kenya).

13Une autre mesure de cette inégalité nous est donnée par l’examen de l’emploi salarié ou non, formel et informel, et de la donne salariale, qui sont tous deux révélateurs de contraintes structurelles et d’une évolution positive, voire de distorsions. En raison de la croissance démographique et de l’inertie de ces tendances, le nombre d’employés (qui constitue une mesure plus fine que le calcul de la population active) double tous les six ou sept ans : il passe de 1,5 million en 1986 à 3 millions en 1993, puis 6 millions en 2000, et atteint 10 millions en 2008. Le ratio entre employés et populations actives (hommes 78 %, femmes 67 % et jeunes 69 %) varie légèrement, tout comme la répartition par secteurs d’activité.

14Outre la pesanteur de la croissance démographique, les séries calculées d’après les données officielles (celles des Economics Surveys conduites par la République du Kenya) marquent un retournement spectaculaire. À compter des années 1990, le secteur formel devient minoritaire, passant de 79 % en 1986 à 19,5 % en 2008 puis 17 % en 2017, et le secteur informel absorbe alors la croissance et conjoncturellement les effets des politiques publiques (plans d’ajustement structurel des années 1993 et 1997).

  • 13 55 % selon la synthèse de Awiti & Scott (2016).

15En moins de dix ans, le Kenya est donc passé d’une situation de pays d’employés-salariés, assurés d’une certaine sécurité, à celle d’un pays de travailleurs indépendants ou informels, d’une économie mixte régulée à une économie libérale. Certaines classes populaires urbaines – le monde des salariés du public et du privé, des fonctionnaires débauchés, des ouvriers – sont alors fragilisées, sans défense, alors que leurs organisations syndicales, affaiblies ou contrôlées par le pouvoir, se replient sur la défense de leur corps de métier (Leitner 1973 ; Sandbrook 1975 ; Smonini 2009). Le secteur informel connaît alors une forte augmentation : il passe de 0,5 million en 1990 à 4,2 millions en 2000, de 6,1 millions en 2006 à 9,2 millions en 2011, puis 13,3 millions en 2017. Mais cet état, qui participe pour 83 % à l’activité économique et à 70 % du PIB, recoupe des situations différentes. Il peut s’agir d’activités en passe de devenir des services ou des activités formelles dans certains domaines, mais aussi de situations de survie et de précarité structurelle. Enfin, le chômage des jeunes, estimé selon les mesures entre 17 % et 58 % de la classe d’âge « jeunes », est un des plus élevés de la région13. Toutefois, le secteur formel salarié, autant privé que public, a connu une progression toute relative : entre 2004 et 2015 il passe de 1,7 à 2,1 millions alors que, pour la même période, la part des emplois dans le secteur tertiaire est passée de 48 à 52 % et celle du secteur secondaire reste constante (BAD-GoK 2013).

16L’analyse de la redistribution des revenus par le travail n’est possible que pour le seul secteur formel, plutôt privilégié à première vue, par rapport au secteur informel. La redistribution est à l’image des inégalités générales. On note un fort différentiel entre hauts salaires et salaires médians, aussi bien dans le public que dans le privé, qui reconnaît mieux les compétences et les diplômes, avec des catégories sous-payées dans le public (dont le corps enseignant et médical). Ceci explique que le double emploi est devenu fréquent – même si les emplois publics sont recherchés pour leur sécurité. Dans les villes, le secteur formel reste l’horizon recherché, comme le soulignait une étude rétrospective sur les biographies urbaines (Bocquier 2003). Mais certains domaines de l’informel sont des leviers de la croissance, tels certains services, certaines activités industrielles et les start-ups urbaines.

  • 14 Le nombre d’étudiants est passé de 118 000 en 2007 à plus de 400 000 en 2013. Le gouvernement tabl (...)

17Ces données statistiques et qualitatives dévoilent des tendances nouvelles fortes, confirmées par l’évolution des patrimoines (biens, services) et des niveaux de consommation des revenus intermédiaires. Elles donnent même à voir l’apparition de nouvelles strates sociales, dont les niveaux de vie correspondent aux deux quintiles supérieurs « les plus riches » dans les enquêtes sur les budgets de la DHS. Par ailleurs, les indicateurs statistiques évaluant depuis 2002 la distribution sociale du capital culturel, l’accès à l’éducation et les niveaux de scolarisation et l’accès aux médias, confirment les potentiels de mobilité sociale méritocratique – bien qu’ils soient inégalement répartis sur le territoire national. Cette évolution, conjuguée avec la croissance démographique, est une opportunité tant économique que sociale. Un phénomène des plus spectaculaires est la progression rapide des effectifs universitaires (Provini 2015) alors même que cette demande sociale est difficilement gérable par l’économie kényane14. Aussi, ce dividende démographique alimente une migration internationale et depuis peu régionale des diplômés kényans, participant à une diaspora importante, estimée à 3 millions de personnes et en forte augmentation cette dernière décennie (9 % de la population résidente en 2014). Il s’agit d’une contribution importante à l’économie et à la société en raison des transferts financiers induits. C’est en effet le quatrième fournisseur de devises après le thé, l’horticulture et le tourisme, et un appui majeur pour les familles en raison des soutiens apportés aux dépenses scolaires, de santé et immobilières.

18Cette approche macro-socio-démographique dévoile donc une ligne de partition qui ne distingue pas tant les villes et le secteur moderne marchand d’un côté et les campagnes et le secteur traditionnel de subsistance d’un autre, comme c’était le cas dans la décade de l’indépendance, mais sépare plutôt deux espaces sociaux, deux mondes : celui des riches et celui des pauvres. Cette réalité doit toutefois être abordée de façon moins caricaturée que celle dépeinte par l’image des « millionnaires et des millions de mendiants ».

2. Les « deux Kenya » : deux mondes, deux espaces sociaux

19Cette ligne de partition, qui traverse aussi bien le monde urbain que le monde rural, est tout à la fois rapport de domination (les uns bénéficient de la main-d’œuvre abondante, précaire et sous-payée que constituent les autres) et relation de mitoyenneté (les riches sont d’anciens pauvres, parfois apparentés). Elle est confirmée par les observations panoramiques mais aussi très détaillées que nous offrent les récents travaux de socio-démographie, de géographie sociale ou d’anthropologie sociale exploitant les ressorts de méthodes nouvelles, comme le Système d’information géographique. Une telle approche associée aux macro-données dessine des paysages sociaux, des structures sociales et des relations sociales. Elle spatialise la polarisation sociale tout en dévoilant des nuances sociales, des dynamiques nouvelles au sujet desquelles toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont sollicitées dans le but de saisir les changements et les permanences à partir d’outils conceptuels divers. Ces derniers peuvent être « l’espace social » de la sociologie bourdieusienne aussi bien que « l’espace-temps-mémoire » des historiens, ou encore « l’espace territoire-identité » de la géographie sociale.

  • 15 Soit 200 000 enfants de la rue. Selon une estimation nationale conduite à Nairobi ils seraient 100 (...)
  • 16 Les pauvres, sous la ligne de pauvreté, renvoient à deux groupes les « pauvres chroniques » et les (...)

20Ces dernières années, la ville a été un terrain particulièrement étudié car elle cristallise toutes les inégalités comme tous les espoirs mis dans les énergies, les libertés, la mixité et le rééquilibrage social qu’elle autoriserait. Au premier abord, le constat n’est pas optimiste. La capitale et les grandes villes témoignent d’une fragmentation sociale et géographique (Charton-Bigot & Rodriguez-Torres 2006), d’une injustice spatiale dans l’accès aux services vitaux (Ledant 2013), sinon d’une ségrégation entre les upper classes dans leurs quartiers résidentiels et les populations des bidonvilles, des slums, tout en masquant, à la différence du passé, la masse des enfants des rues ou de la rue, voire des ménages de la rue15, ou tout en cloisonnant la présence de gangs, à l’image des métropoles sud-américaines. Par ailleurs, de nouvelles différenciations et stratifications, cette fois-ci optimistes, sont en œuvre, y compris dans les quartiers déshérités et dans les espaces lotis aux limites de ceux-ci, au sein d’anciens bidonvilles devenus des quartiers des classes moyennes. Elles dévoilent une ligne interne entre les résidents qui peuvent, ou peuvent depuis peu, et ceux qui ne peuvent pas accéder à la consommation de masse, aux malls (ces centres commerciaux qui se sont multipliés dans les quartiers aisés puis au carrefour de ces divers mondes), entre ceux qui peuvent et ceux qui ne peuvent pas construire et sécuriser leur bien immobilier, avoir accès à l’eau ou encore bénéficier de programmes d’aménagement et de développement. Ainsi, les nouveaux espaces urbanisés, y compris certains bidonvilles, regroupent toujours des logements informels mais aussi formels, le plus souvent et en majorité des locations, mais aussi une minorité de « non-pauvres » propriétaires qui vivent au-dessus du seuil de pauvreté : à Nairobi, ce serait 27 % de la population des bidonvilles. Une enquête sur la pauvreté urbaine réalisée en 2009 par Oxfam Grande-Bretagne a précisé la situation des ménages, en distinguant les « wealthy », dont le revenu annuel varie entre 200 000 et 300 000 KES par an et qui représentent 10 % de la population – ce qui les situent dans la tranche de la middle class –, et les « middle poor », qui gagnent autour de 100 000 à 200 000 KES par an et représentent, selon les années, 20 à 40 % de la population. Ce groupe des « middle poor » est un groupe médian flottant de part et d’autre de la ligne de pauvreté16.

  • 17 Voir le numéro spécial « Slum Upgrading Programmes in Nairobi : Challenges in Implementation » dan (...)

21L’anthropologie sociale et la démographie sociale, d’un côté, et l’expertise souvent sollicitée par les programmes de réduction de la pauvreté, de l’autre, décrivent bien ces deux mondes, ces bipolarisations spatiales et ces différenciations en œuvre. C’est le cas, à Nairobi, entre et au sein des districts urbains, avec par exemple des quartiers voisins, à l’image de Muthaiga, le quartier résidentiel le plus côté de la capitale, proche du ghetto de Mathare et de Pangani, ancien bidonville. Plus généralement, de petites différences apparaissent dans les différentes strates de peuplement des slums17 entre squatteurs, locataires et propriétaires, entre migrants anciens et primo-arrivants, mais aussi entre ménages. Dans ces slums devenus de plus en plus des ghettos mono-ethniques depuis la crise de 2007-2008, les monographies dévoilent autant des précarités démographiques et économiques que le quotidien des instabilités et des drames familiaux ou encore les vulnérabilités naturelles et écologiques, l’insécurité ambiante et l’emprise des gangs des milices. Elles révèlent également les ressorts que constituent les sociabilités, l’économie affective d’une cohésion socio-culturelle, l’énergie créatrice des « little big men » et les accumulations innovantes ou frauduleuses, selon l’expression de Deyssi Rodriguez-Torres (2012). La résilience des habitants des slums, qui croient et espèrent dans l’avenir scolaire de leurs enfants, est confirmée par les niveaux de scolarisation pré-primaire et primaire, publique et privée, élevés. Si bien que, dans certains bidonvilles, l’horizon d’attente de certains habitants est optimiste, comme le signalent les sondages d’opinion.

  • 18 Voir le chapitre de Bernard Calas dans ce volume : « Les grands écarts du développement au Kenya »
  • 19 Voir dans ce volume Francesca Di Matteo : « La politisation du processus de réforme foncière au Ke (...)
  • 20 Voir également les rapports sur les biens fonciers et leur enregistrement (notamment le rapport Nd (...)
  • 21 On retrouve quarante ans plus tard les mêmes différentiels que ceux des années 1950, tels qu’obser (...)

22Pareil constat est valable dans les campagnes, bien que celles-ci connaissent des situations sociales non seulement complexes mais aussi clivées, de sorte qu’il convient de dégager deux scénarios concernant les espaces périurbains et centraux agricoles18. Ceux-ci dessinent d’une part un Kenya agricole s’étendant de Mombasa à Kisumu, d’autre part des espaces périphériques et pastoraux nordiques, de la frontière somalienne à la frontière ougandaise. Dans le premier cas, en relation avec le marché urbain et international, avec les villes via des migrations pendulaires, les paysanneries, les ménages ruraux et les exploitations font le double apprentissage d’une modernisation problématique, en rupture ou en filiation avec leur modèle traditionnel de reproduction, mais également d’une confrontation sociale. En particulier sur la question foncière (Argwings-Kodhek 2006) : à son sujet, la mesure précise des inégalités foncières reste toujours en suspens tant elle soulève des tensions au sujet de la privatisation des terres collectives et des redistributions-spoliations, ainsi que des inconnues concernant l’enregistrement et la nature juridique des sols19. Mais pour les régions agricoles (hors des zones pastorales dans lesquelles les terres collectives, usagères, jouent un rôle essentiel, et hors des zones des domaines publics avec des terres souvent patrimonialisées), les données tirées des sources officielles sur les terrains cadastrés, ou bien les enquêtes nationales, signalent une inégalité et des écarts élevés dans le contrôle du foncier (en 1969, 7 % des exploitants possédaient 34 % de l’espace agricole, ce que depuis lors confirment les monographies) et dans la distribution sociale (en 2004 les paysans sans-terre, les micro-propriétaires, les petits propriétaires et les grands propriétaires au-delà de dix hectares composaient respectivement 26 %, 50 %, 25 % et 5 % des exploitants). Les « réformes agraires », c’est-à-dire les redistributions de terre octroyées en plusieurs vagues depuis l’indépendance, le soutien aux coopératives et les aménagements hydro-agricoles, n’ont en fin de compte avantagé qu’une minorité de paysans à l’intérieur de certaines ethnies (Oucho 200220), ainsi que les grands propriétaires établis qui ont pu racheter les terres mises en circulation. Elles n’ont donc pas changé les différentiels déjà présents sous la colonisation21. Elles ont plutôt africanisé la grande propriété, et, dans certaines régions des hautes terres, ont fait apparaître une petite moyenne propriété paysanne, tout en cantonnant les grandes propriétés ex-coloniales qui ont investi dans leurs exploitations. Aussi, le tableau social dans les campagnes est contrasté : des jeunes paysans sans-terre et des micro-propriétaires majoritaires, résultant en partie d’une privation foncière de longue durée, déjà coloniale mais non corrigée par les réformes agraires de l’indépendance, côtoient de petites voire moyennes propriétés, parfois dynamiques, qui ont profité de la privatisation des terres commencée dès 1950 et de certains boums, de certaines niches économiques (caféier, théier, céréalier, horticole), du soutien de certaines politiques économiques et des opportunités des marchés locaux, campagne-ville, des relations urbaines et de leur apport intergénérationnel. Tous deux voisinent les grandes propriétés latifundiaires ou des compagnies, le plus souvent modernes. Celles-ci forment un pouvoir agrarien, en tant que lobby politico-économique et sociabilité corporative technique, qui s’est renforcé en investissant dans des domaines plus porteurs (production théicole, céréalière, horticole, laitière) que les plantations privées néocoloniales de café ou publiques comme le sucre. Cette présence se prolonge et se renforce en s’associant ou en s’intégrant aux filières industrielles agro-alimentaires aux mains des Asians ou des anciennes coopératives ou entreprises publiques privatisées.

23Cette évolution tranche avec les périphéries pastorales qui sont toujours confrontées aux fatalités ordinaires : se nourrir et survivre. Mais la pauvreté conjoncturelle, souvent associée à la déchéance statutaire (pour un pasteur perdre son troupeau équivaut à déchoir, en devenant agriculteur) – qui historiquement, à l’occasion de crises, famines-sécheresses, n’atteignait qu’à la marge une partie de ces sociétés (Anderson & Broch Due 1999) – tend à devenir structurelle sous les effets croisés et multiplicateurs de la vulnérabilité climatique, de la restriction des ressources naturelles, de la croissance démographique forte et de nouveaux contextes économiques et politiques : la tragedy of the commons est bien enclenchée. Aussi, les capacités de résilience, sans assistance, deviennent inopérantes et les nouveaux modes d’adaptation fragilisent le tissu social. En effet, la mise en marché des ressources pastorales (du cattle raiding au cattle rustling), la redistribution-cloisonnement des terres (entre ranchs, réserves et parcs) et l’instabilité politique et géopolitique ont fragilisé les modes de survivance traditionnels dans des populations en forte croissance démographique et en tension interne et inter-régionale sous l’effet des migrations pastorales. Ce faisant, des groupes de nouveaux riches, parfois des migrants, en ont profité pour accaparer des terres au détriment des communautés locales, jouant sur les rivalités ethniques ou régionales (Grenier, Bollig & McCabe 2011). Mais ces espaces-temps, si différents du centre, longtemps ou encore enclavés, longtemps restés des no man’s land, sont de plus en plus connectés avec celui-ci : les « jeunes guerriers » maasaï, samburu ou turkana comprennent et parlent le swahili, sinon le sheng. Toutefois ce bilan doit être nuancé selon les régions. Certaines sociétés pastorales de la partie méridionale, dont les Maasaï, du moins une partie d’entre eux, bénéficient de l’extension de nouvelles cultures, en particulier des céréales, du marché de la viande, ou des relations avec les grandes villes, comme de l’ouverture et de la mobilité économique touristique régionale. Cette occidentalisation, en partie acculturée et maîtrisée, cette privatisation des terres et ces aménagements en ranchs, exploitations agricoles et parcs ou réserves se font si ce n’est aux dépens de certaines populations locales, tout du moins aux dépens des leurs cultures, et se traduit par une mobilité et des migrations pendulaires de plus en plus éloignées (Péron 1993 ; Spear & Waller 1993).

3. Deux, trois Kenya à l’épreuve des réformes, la prise en compte du bien-être, les défis des politiques publiques

  • 22 Voir également dans ce volume Hervé Maupeu : « État, économie et développement au Kenya », et Chlo (...)

24Certes, ce que le marché et la nouvelle croissance économique, bénéficiant d’une main-d’œuvre abondante à bas prix, ne peuvent apporter à toute la population, les politiques publiques de développement, de protection sociale et d’investissements de service public, plus généralement les réformes de réduction de la pauvreté, et, dans le prolongement de la Constitution, la décentralisation et la modernisation envisagée dans la Vision 2030, pourront, ou pourraient, l’offrir en corrigeant les différentiels sociaux et spatiaux. Mais les effets de ces politiques socioculturelles (l’éducation) ou de protection sociale (dont le soutien aux orphelins et enfants vulnérables, aux personnes âgées, etc.), ainsi que les effets multiplicateurs des grands chantiers de la « Vision Kenya » prennent du temps, alors que les inventaires et les mesures d’accompagnement de ces réformes et la montée en puissance des comtés ont bien dévoilé toutes les dimensions des discriminations territoriales et accentué la prise de conscience de celles-ci (Sivi 201322).

  • 23 Voir les cartes sur les sites internet de la SID et du KPHC.

25Or, la prise en compte de ces inégalités socio-territoriales modifie le regard porté par la société et ses diverses composantes sur elle(s)-même(s). La pauvreté n’est plus uniquement définie et perçue en termes monétaires (les revenus) et patrimoniaux (les biens des ménages). Elle prend en compte l’accès à des services, des biens, des savoirs et des opportunités de promotion et de mobilité sociale, en insistant sur le « bien-être » : un tel indicateur est avancé à l’aune du calcul de l’indice de développement humain ou des modes de péréquations retenues pour le calcul équitable des budgets des comtés, un peu dans l’esprit d’un « nouvel Harambee ». De plus, une nouvelle mesure, l’intensité de la pauvreté (« poverty gap »), permet d’apprécier à quel point le niveau de vie de la population pauvre à l’échelle des comtés est éloigné du seuil de pauvreté national. On perçoit ainsi toute l’étendue et l’acuité de la question sociale, qui s’exprime en termes de retard de développement de certains comtés. Ces dimensions du « bien-être » et de l’écart de pauvreté, une fois cartographiées23, dessinent des espaces et des paysages sociaux moins binaires et plus complexes que la dialectique des deux Kenya ; elles nous incitent, en croisant les données économiques, patrimoniales et l’accès à l’offre de services, à distinguer plutôt trois Kenya.

26Primo, on observe un Kenya souvent qualifié « d’utile », sur un axe Mombasa-Kisumu. Assurément gagnant, on y retrouve une surreprésentation du quintile supérieur national – les « plus riches » des récentes enquêtes DHS – à Nairobi (67 % de la population), dans les villes (49 %), dans la région centrale (32 %) et dans les villes de la côte (24 %). La ligne et l’intensité-écart de pauvreté y sont les plus basses, alors que les indicateurs régionaux du développement humain mesurant le « bien-être » y sont les plus élevés. De plus, l’accès aux services et au marché urbain autorise pour les plus pauvres l’espoir d’une promotion méritocratique par l’école ou d’une ascension sociale, sinon l’enrichissement par le secteur informel. C’est le bassin d’emploi et de consommation du Kenya. Mais ces indices régressent au fur et à mesure que l’on s’éloigne des villes et de ses retombées : la pauvreté rurale est aux portes suburbaines des métropoles, dans les zones caféières ou horticoles d’emplois salariés (Kinyanjui 2007).

27Secundo, et à l’opposé, se dessine un Kenya des périphéries et des disparités territoriales : les comtés des périphéries nord-pastorales, espaces semi-arides qui forment un arc de cercle avec les comtés de West Pokot, Turkana, Samburu, Isiolo, Mandera, Wajir, Tana River, Garissa, mais également Kwale. Ils additionnent les plus bas indicateurs socio-économiques (ligne et intensité de pauvreté et des revenus, écart élevé de l’indice de Gini, faiblesse des emplois salariés) et un retard socio-culturel (accès à l’éducation, à l’eau, à l’électricité, à l’éducation…). Ils regroupent le plus de « plus pauvres », soit 73 % de leurs populations, et l’intensité de pauvreté y est la plus élevée (par exemple, 46 % pour le comté de la Tana River contre 4 % pour le comté de Nairobi), alors que les populations sont les plus touchées par le changement climatique. De surcroît, cet espace concentre le plus de marginalisations envers ses « peuples autochtones » : des sociétés pastorales d’agriculteurs chasseurs-cueilleurs, souvent enclavées, comme les Ogiek ou les Yaaku, et envers certaines ethnies comme les Somali-kényans, ce qu’ont mis en évidence les rapports des diverses commissions nationales des droits de l’homme ou de vérité-réconciliation. Ces sociétés sont un peu le « tiers-monde » du Kenya : elles sont subalternes, autant pour des situations objectives qu’en raison des perceptions générales sur leur statut. En outre, le fait que cet espace qui accueille des camps de réfugiés, notamment Kakuma et Dadaab, connaisse une instabilité géopolitique frontalière historique et une dissidence récurrente participe à cette dévalorisation et, plus encore, inquiète, compte tenu de la croissance démographique plus forte de ces populations régionales que la moyenne nationale.

  • 24 D’après le classement des résultats de l’examen d’accès par districts scolaires (nb : 288) au nive (...)

28Enfin, un troisième Kenya, un peu comme un entre-deux mais le plus imposant sur le plan démographique, s’intercale entre ces deux Kenya, celui utile « gagnant » et celui périphérique « perdant » : il s’agit des hinterlands du Kenya utile, de la côte de l’océan Indien, de la région centrale, du rift central, comme des régions de l’ouest. Ces espaces ont pour point commun d’être surpeuplés. Ils correspondent aux vieux foyers démographiques historiques saturés autour du mont Kenya, dans le Nyanza et les provinces de l’ouest (par exemple en pays kisii), sur la côte swahilie ou sur des espaces vulnérables aux variations climatiques, proches des territoires arides et fréquemment touchés par la sécheresse. Les pourcentages des « plus pauvres » et l’intensité de pauvreté y sont élevés alors que les indicateurs du développement humains sont médians. On note en particulier que les données scolaires sont supérieures à la moyenne. On y retrouve les districts scolaires les mieux côtés : en 2016, sur les 20 districts scolaires premiers à l’examen d’entrée dans le supérieur, 13 viennent de cette zone (correspondant aux pays kamba, kikuyu, meru, luhya, nandi, kalenjin), à côté de 7 districts urbains et périurbains à forte tradition scolaire (dont Nairobi, Mumia et Kakamega, Kisumu, Nyeri24). Cet écart entre la situation économique et le développement des indicateurs culturels explique des attitudes, sinon une stratégie collective de promotion, y compris des élites urbaines qui scolarisent leurs adolescents dans ces écoles réputées. Cette divergence est également à l’origine de tensions internes entre les jeunes, les femmes et les nouvelles générations souvent scolarisées et les « anciens » (seniors) établis, dont l’autorité est de plus en plus contestée. Aussi ces espaces connaissent-ils un haut niveau de violences domestiques ou de voisinage, voire de violences politiques qui témoignent de ces tensions internes. Les populations ne survivent qu’au travers de migrations de la campagne vers la ville, des migrations définitives, mais aussi des relations pendulaires avec le centre, ses villes, de transferts intergénérationnels. Mais ces voies de sorties ou de maintenance de la société rurale via des transferts de revenus, qui sont anciens – ils remontent à la période coloniale –, atteignent aujourd’hui leurs limites dans certains de ces espaces, comme en pays kisii et luhya.

29Le Kenya d’aujourd’hui serait donc devenu un cas d’école, l’illustration du triangle interactif pauvreté-croissance-inégalités hérité de la colonisation, que la crise de la décennie 1990, avec ses programmes d’ajustements et de libéralisation, a mis en évidence et qu’entretiendraient la croissance de la décennie 2000 et son mal-développement. Une bipolarisation – marquée par l’existence des « deux Kenya » et l’opposition entre les élites et la masse des pauvres – est certes reproduite et maintenue, mais « trois Kenya » se dessinent de manière de plus en plus marquée, c’est-à-dire trois espaces sociaux caractérisés par des dynamiques diverses dans l’accès à la modernisation, avec des horizons d’attentes sociales différents (la promotion, l’émigration, l’exode rural ou non) et des identités territoriales, des mémoires et des trajectoires centrifuges ou centripètes. Par ailleurs, ce triangle pauvreté-croissance-inégalités présage d’une histoire à venir : le décollage de catégories intermédiaires, d’une classe moyenne, qui repose sur une redistribution par le marché et, du moins, par l’État. Cette émergence-promotion sociale autoriserait une stabilisation sociale comme classe pivot à moyen terme. Le vieux rêve développementaliste d’une stabilisation sociale, le statu quo de la croissance, serait-il en train d’émerger ?

  • 25 Voir dans ce volume Hervé Maupeu : « État, économie et développement au Kenya ».

30Dans l’immédiat, toutefois, de tels scénarios bi ou tripolaires font craindre des tensions, sinon des conflits sociaux, et des crispations sociales exacerbées, compte tenu des impasses nationales, politiques voire culturelles. Étonnamment, et sans qu’on puisse établir une filiation, sinon une séduction des élites kényanes par les élites coloniales et quelques points communs dans les systèmes éducatifs et les pratiques religieuses, la société kényane serait quelque peu « victorienne » dans son triptyque sur fond de capitalisme sauvage : en premier, une oligarchie triomphante, occidentalisée, avec ses gentlemen, capitalistes mais compatissants et ouverts aux œuvres caritatives ; à l’opposé, une masse de pauvres qui se distingue par un dégradé social et ethnique autant dans les quartiers urbains que dans les campagnes, et constitue, quand il s’agit des jeunes migrants, un lumpenprolétariat devenant potentiellement « classes dangereuses » ; enfin, une classe intermédiaire en augmentation, urbaine mais également présente dans certains espaces ruraux, et que l’on peut appeler classe moyenne ou petite-bourgeoise – mais sans aristocratie ouvrière –, qui a la particularité d’être un peu anxiogène, frustrée dans sa recherche et son apprentissage d’un sweet home prophylactique dans des compounds sécurisés et aussi frustrée dans ses attentes de promotions insatisfaites25.

  • 26 Voir sur ce sujet la plus récente des publications : Mwangi, Opongo et Wahome (2019).

31Aujourd’hui plus encore qu’hier, la perspective des clivages sociaux et la peur qu’elle génère, qui sont les revers de cette maldonne sociale, posent question. Comment, d’une part, résoudre le blocage d’une nouvelle génération formée que le gouvernement et les organismes internationaux mesurent au travers des indices-alertes – l’indice de Gini supérieur à 45 % ou le niveau élevé du chômage des jeunes ? D’autre part, et plus encore, comment contrebalancer la nature explosive de cette mobilité ? Seule la politique, en tant que coagulant social, peut surmonter ces dissonances sociales, mais elle fait défaut, selon un diagnostic que l’historien Bethwell Ogot (2012) fait au sujet du projet nationaliste et de l’identité kényane. L’étude des changements sociaux ne peut donc faire l’économie d’une analyse politique et culturelle car le pays est sans ou à la recherche d’un pacte social et national… et cela, depuis son indépendance26.

4. Le Kenya sans pacte social et national, en proie à une violence symbolique

  • 27 Depuis peu, les biographies scientifiques sur les grandes familles politiques ou les leaders natio (...)

32Dès les premières décennies, de l’indépendance à la transition de 1990, les clivages sociaux sont présents. Mais cet état social est accepté : il est vécu sous la forme d’une acceptation sourde qu’avait pourtant condamnée Josiah Mwangi Karuiki. Les lignes de fracture sont alors encore raciales, néocoloniales, voire régionales et sociales. Aussi l’enrichissement des leaders nationalistes puis de leur famille, à l’origine pauvres dans leur grande majorité, relève-t-il de la bonne fortune des vainqueurs : une revanche individuelle plus qu’un fait social. Ces derniers n’appartiennent ni à une élite africaine traditionnelle aristocratique, qui n’existait pas, ni à une élite africaine économique, alors déjà établie et en gestation, à l’exception de quelques cas27. C’est ainsi que cette inégalité s’est africanisée, sans la connotation raciale de la période coloniale, en se ressourçant dans les valeurs communautaires conformistes, sinon inégalitaires, des sociétés dites traditionnelles. Cette architecture sociale va être entretenue par les systèmes politiques autoritaires et la nature néopatrimoniale de l’État qui bénéficient à des dynasties politico-économiques et une petite bourgeoisie directoriale « aux affaires ». Une élite qui s’élargit, se diversifie et se renouvelle par le haut en cooptant au travers de nouveaux promus, les « big men », et en dessous d’eux, des intermédiaires et fonctionnaires – souvent les « courtiers-clients » d’un tel système pyramidal (Kidombo 2007). Cette domination et cette paix sociale conviennent aux partenaires occidentaux, soucieux de stabilité géopolitique en temps de Guerre froide. À cette époque, ce statu quo concourt à la paix civile : les inégalités sont alors gérées, ritualisées, sinon digérées par un imaginaire, une rhétorique et des usages politiques qui, depuis l’indépendance, reposent sur des valeurs nationales, morales et idéologiques de partage, de solidarité, de redistribution et de mise en commun. L’Harambee, « tous ensemble », est la devise nationale au temps du président Jomo Kenyatta. De plus, cette culture politique nationaliste, confirmée et poursuivie par le régime Nyayo (« la trace ») du président Daniel arap Moi, trouve un écho dans des ethos communautaires et ethniques d’accomplissement familial et communautaire, de réussite, de promotion et de séniorité, et de conformité sociale. Il en est de même dans les discours religieux où leurs références sont très présentes et contribuent à la fabrique des identités kényanes.

33Au nom de ce pacte national, les inégalités sont alors symboliquement et matériellement corrigées par la mobilisation de tous. Cela s’opère d’abord sous la forme de travaux communautaires – modèle que partagent alors les nationalismes en Afrique de l’Est – puis par des échanges, des rétributions-distributions qui concrétisent, au-delà du pacte politique, tacitement, un contrat social. Les pouvoirs de Kenyatta puis de Moi vont instrumentaliser ce pacte-contrat social en clientélisme politique et l’institutionnaliser, le ritualiser au travers de discours et slogans, de pratiques et d’usages symboliques. Ceux-ci se traduisent d’une façon cérémonielle par une forme bien réelle de dons divers : dons de terre en premier, mais aussi de bénéfices et de participations commerciales, d’aménagements publics et de réalisations sociales communautaires, de promotions individuelles, d’équipements, etc., et enfin de produits de consommation courante, avec la distribution de maïs en temps de disette ou de lait aux écoliers. Les communautés locales, territoriales, souvent de genre, bénéficient alors d’une partie de ces échanges, dons et contre-dons que patronnent et médiatisent tous les acteurs de l’appareil politico-administratif mis à contribution. De facto, le patronage et le clientélisme prennent rapidement le pas sur l’auto-mobilisation originelle, transformant le citoyen kényan en « mendiant politique ». Sous l’ère Moi et du parti unique, un tel système atteint son optimum, intégrant la périphérie via le relais de patrons locaux, les « big men ».

34Or cette redistribution, bien qu’inégalement faite aux profits des ethnies, des alliés, des partisans, cet évergétisme politico-social a joué pour un temps un rôle de ciment social, entretenant les liens entre communautés du bas et une communauté imaginée de la nation. Avec en prime l’opportunité pour le pouvoir de réguler par ce biais ses assises en renouvelant ses élites locales mises en compétition. Toutefois, un tel pacte-contrat, que l’on retrouve également décliné dans le soutien apporté aux coopératives (780 000 membres recensés en 1975 sur une population de 13,5 millions : voir Kanogo 1990) et dans le renforcement de la puissance publique et administrative, de la bureaucratie publique et des entreprises publiques, n’était possible que dans la mesure où le pouvoir avait des marges financières et économiques reposant sur une économie parastatale prospère. Ce fut le cas pour des raisons multiples jusqu’au milieu des années 1970. Mais dans les années 1980 puis 1990, le contexte économique dépressif accordant moins de ressources à l’État, la dérive autoritaire, la mauvaise gouvernance puis la transition politique mirent en défaut un tel pacte-contrat social (Grignon & Maupeu 1998). C’est alors que les conflits politico-ethniques de la transition prirent le dessus et firent le lit d’une « ethnicité morale », soit d’un autre pacte.

35Depuis lors, ce pacte social et national, déjà en sommeil sur le plan politique, tant les lignes politiques des principaux partis convergent dans une optique libérale – confiante dans la redistribution par l’économie –, est en panne. Une telle correction est pourtant toujours souhaitée comme un second Harambee (Equal Rights Trust & Kenya Human Rights Commission 2012).

36Ainsi, la violence, sous-jacente et froide, aussi bien dans les régimes de pauvreté que dans l’inégalité sociale, à laquelle le pays semble s’être accoutumé, n’est donc pas uniquement sociale. Elle est devenue une violence symbolique, sinon morale, au fur et à mesure que le modèle nationaliste plutôt régulateur qu’intégrateur, plutôt culturel que politique, est devenu défaillant. In fine, le recours en compensation à l’ethnie puis au religieux signerait cette carence.

  • 28 Voir les données dans les différentes enquêtes DHS sur la réalité et la perception de ces violence (...)

37Dès les années 1990, on en mesure les risques, soit au travers d’une conflagration explosive sociale de masse en raison des frustrations accumulées, soit au travers d’une conflictualité ethnique silencieuse : les deux se réveillent et se conjuguent à chaque opportunité, lors des conflits sociaux, au travers de mouvements de contestation politico-sociaux comme les milices et durant les fièvres politiques électorales qui relayent les aspirations des jeunes, des nouvelles générations et de certaines classes d’âge. La mobilisation de la jeunesse dans les milices, puis la dramatisation sociale de la crise post-électorale de 2007-2008 en sont une illustration et un point d’apogée. On en voit aussi le quotidien, à l’échelle des communautés et de la rue, des familles et des ménages sous la forme de violences de basse intensité subies par les populations. Les violences domestiques sont également en forte augmentation28 car les modèles traditionnels, familiaux et communautaires de régulation des tensions internes n’arrivent plus à les gérer autant que par le passé et n’ont plus, comme c’était le cas, l’autorité morale.

38Plus encore, on redoute dans l’avenir que les enchaînements des inégalités sociales, entre ville et campagne, entre populations territoriales et à l’intérieur de celles-ci, entre aînés et cadets ou jeunes, entre hommes et femmes, entre étrangers, marginaux – de facto installés durablement dans l’urgence humanitaire – et nationaux, fassent de nouveau le jeu des tensions socio-politiques, sinon l’objet de réponses et de repliements de nature identitaire, ethnique, religieuse déjà en œuvre, qui, pour certains, peuvent renforcer le messianisme, l’escapisme et l’anomie. À terme, ils favorisent l’errance d’individus ou de groupes captés ou instrumentalisés par des stratégies terroristes, aussi bien dans les villes que dans les campagnes.

39Au travers de cette fragilité du lien social et des relations sociales, c’est toujours la question ethnique – ou la question « tribale », si on retient les termes officiels usités (« ethnic affiliations tribes and nationalities ») – qui domine la scène sociale. Tout du moins, c’est la question de la cristallisation des identités de ce type, exclusives et violentes en temps de crises ouvertes, sourdes, associatives et protectrices – du moins l’espère-t-on – mais mémorisées entre les crises, qui mérite d’être abordée. L’histoire sociale ne peut dès lors faire l’économie d’une approche culturelle et identitaire.

5. L’ethnicisation des relations sociales : l’ethnie a-t-elle remplacé la classe ?

  • 29 Il doit s’agir, entre autres, d’Asians naturalisés qui ne se déclarent pas « Kenyan Asians ». Depu (...)
  • 30 Voir le nombre de déclarants ethniques qui ne font pas état de leur clan ou subtribe.

40La société kényane apparaît de plus en plus divisée en ethnies, tant et si bien que l’ethnie semble remplacer la classe et s’imposer dans les relations sociales et humaines. Alors que moins de 2 % des Kényans seulement se déclarent « Kényans »29, les affiliations ethniques déclarées – mais est-ce un sentiment exclusif d’appartenance ? – s’imposent, bien qu’en leur sein les différences sociales s’accroissent, quelle que soit l’ethnie. La lutte des ethnies aurait-elle remplacé la lutte des classes, comme celle des races ? Et ce faisant, aliénation aidant, l’égalité communautaire imaginée et la fraternité attendue, de rang et de statut30, permettraient-elles d’accepter ou de gommer les différences sociales ? Les identités ethniques soufflent et éteignent les braises sociales, les tensions inévitablement aiguisées par le développement. Pour appréhender un tel sujet, on privilégie une mise en perspective historique et une sociologie historique puisque les ethnies sont le produit d’une construction historique.

41Aujourd’hui, cette prégnance du fait ethnique est importante. Elle est tacitement et officiellement reconnue sur le plan socio-culturel depuis l’indépendance au travers de ses quarante-trois ou quarante-quatre « ethnies et nationalités ». Autant d’ethnies d’où l’on peut distinguer celles qui sont « centrales », compte tenu de leurs populations régionales et de la dispersion nationale de leurs peuplements (données recensement 2009). On y trouve les Kikuyu (17 %), les Luhya (13,7 %), les Kalenjin (12,7 %), les Luo (10,8 %), les Kamba (10 %), puis les Somali (6 %), les Kisii (5 %), les Mijikenda (5 %), les Meru (4,1 %). Il y a aussi des ethnies « périphériques », à savoir les minorités régionales voire territoriales, auxquelles s’ajoutent des nationalités comme les Asian Kenyans, les White Kenyans, les Arabes kényans, et des « peuples autochtones ». Cette division ethnique connaît des changements internes en raison d’une croissance démographique différenciée avec des niveaux différents de fécondité, car certaines populations régionales sont rentrées dans la transition démographique alors que les populations pastorales connaissent toujours une croissance forte.

  • 31 Voir également dans ce volume Anne-Marie Peatrick : « Par-delà un passé oblitéré, l’originalité de (...)
  • 32 Toutes les grandes thèses d’histoire régionale, celles de Bethwell Allan Ogot, William Ochieng, Go (...)

42Cette présence multiculturelle et cette diversité ethnique s’inscrivent dans l’histoire et le patrimoine kényan31. La longue durée historique, celle des peuplements, de la diffusion des langues (nilotiques, bantu, couchitiques, swahili…), des techniques et des cultures matérielles, des pratiques culturelles et des échanges, dévoile des constructions différenciées. Elles ont évolué en raison de mécaniques singulières, démographiques, agropastorales ou pastoralistes (peuplement, expansion territoriale et croissance), de dynamiques économico-sociales, écologiques, socioculturelles et de contextes géopolitiques. Ces interactions, plus ou moins favorables, sont à l’origine et ont construit une diversité mais aussi une inégalité des sociétés – dites traditionnelles sur le plan démographique, économique et géopolitique. Ainsi s’explique le différentiel historique entre les peuplements-ethnies centrales et les peuplements-ethnies périphériques. Toutefois, l’ethnogenèse, la construction de territoires et des identités ethniques, semble plus récente. Elle se renforce au xixe siècle quand les populations rentrent en contact sous l’effet de leur croissance démographique, quand les sociétés sont alors en tension interne voire en conflit externe – bien que les frontières interethniques soient alors encore fluides et que les échanges interethniques restent fréquents32. Singulièrement, cette construction ne dégage pas pour autant des formes étatiques, des monarchies et des aristocraties, absentes au Kenya sinon sous des formes embryonnaires (cités-États de la côte swahili, État wanga), occasionnellement des leaders, des « big men », des chefs de guerre et des prophètes précoloniaux.

  • 33 Dont le plan Swynnerton de privatisation et de redistribution des terres dès 1952, d’autorisation (...)

43Dans un deuxième temps, la colonisation fige administrativement les catégories raciales et les identités ethniques ; elle les territorialise et elle exploite cette dispersion-inégalité ethnique et raciale, sans pour autant, et à la différence d’autres espaces coloniaux voisins, valoriser et dévaloriser, privilégier certaines ethnies au détriment d’autres. Dans le régime colonial kényan, la nomination des chiefs reste du ressort de l’administration coloniale et n’est jamais médiatisée par une autorité ethnique coutumière reconnue, à l’image des monarchies ou des chefferies ailleurs en Afrique. Pour son administration locale et son armée, le pouvoir colonial exploite les ressources locales. Pour la main-d’œuvre ou les auxiliaires administratifs, il puise dans les ethnies centrales géographiquement associées à l’exploitation coloniale. Pour sa force militaire, il recrute dans les ethnies périphériques, plutôt perçues comme guerrières et plus aptes au métier des armes – quitte à en inventer, avec par exemple la création des Nubians. C’est ainsi que les ethnies centrales, dont les Kikuyu, qui ont été les plus avantagées par la proximité du pouvoir colonial ou par les nouvelles tendances économiques, voire par les réformes de la décennie 195033, furent aussi les plus pénalisées par celui-ci. Ce mode de gestion coloniale et cette proximité, cette rencontre entre le monde colonial et certaines ethnies, se traduisent aussi par l’émergence d’élites indigènes, des petits fonctionnaires et des membres du clergé. Celles-ci élaborent des discours, des écrits identitaires et nationalistes mitigeant les traditions et les emprunts à certaines modernités politiques religieuses (Peterson 2012). Autant de « traditions inventées » (Ranger 1983), de patriotismes ethniques de la « petite patrie » qui compense alors la faiblesse des legs politiques ethniques. Ces élites indigènes participent à la revendication nationaliste puis au combat de l’indépendance qui les pré-positionnent à un destin national. Au moment de l’indépendance, et bien que les dissensions régionales, alimentées en partie par la question raciale concernant la place des minorités raciales – et en particulier celle des Asians – soient perceptibles entre ethnies centrales (les Kikuyu et les Luo) et ethnies périphériques ou centrales divisées (comme les Luhya, les Kalenjin, les Mijikenda), le sentiment national domine les sentiments d’appartenance ethnique et supporte un projet national associatif à qui manque alors une « haute culture nationale » – principalement une langue nationale, que ne sont alors ni l’anglais ni le swahili.

  • 34 Voir dans ce volume Hervé Maupeu : « État, économie et développement au Kenya ».
  • 35 Selon l’expression du politiste Mutahi Ngunyi à l’occasion des élections de 2013 (voir également T (...)

44Ainsi, au Kenya comme ailleurs – mais plus qu’ailleurs – la nation proclamée, qui n’est pas un fait acquis et encore moins naturel, est une invention historique contemporaine, une construction politique, institutionnelle, géo-économique sans filiation de longue durée, si ce n’est le cadre territorial, administratif, géopolitique colonial hérité. Bien plus, elle n’est qu’un projet, « le nationalisme », une histoire du temps présent comme le destin collectif d’une modernisation politique, sociale, culturelle qui ne fait alors que commencer. À l’indépendance néanmoins, le consensus national domine avec un projet de « socialisme à l’africaine et à la kényane » mixant démocratie politique, bien-être social, économie mixte et autosuffisance, africanisation progressive du patrimoine et des emplois, dans lequel les ethnies n’ont pas droit de citoyenneté politique mais un droit culturel de cité34. Pourtant, ces dernières structurent le quotidien politique et impactent la vie nationale – d’une façon inégale, car l’histoire les a différenciées sur de nombreux plans, accordant à certaines d’entre elles des primautés démographique, géopolitique, économique et intellectuelle. Or les acteurs politiques, les partis dans leurs stratégies de conquête et de maintien au pouvoir vont de plus en plus jouer de cette réalité, de la carte et du non-dit ethnique, sous couvert de discours nationalistes et au travers de pratiques autoritaires. C’est le cas dès l’indépendance, dans la construction de partis, d’alliances régionales puis ethniques (dont la division KANU-KADU), puis de l’ethnocentrisme comme exercice du pouvoir, usant de la préférence ethnique dans la gestion du pouvoir, l’accès à l’État, à ses services et ses redistributions, enfin du tribalisme pour conquérir et se maintenir au pouvoir. Et cette dernière propension se renforce bien plus encore quand la vie politique devient démocratique, du moins concurrentielle. On l’observe dès la transition dans la décennie 1990, quand la politique instrumentalise et est piégée par le fait ethnique et son pouvoir de mobilisation démographique mis à contribution à chaque élection, par « la tyrannie du nombre »35, tout en dévoyant et instrumentalisant l’« ethnicité morale » (Berman & Lonsdale 1992) propre à chaque société. Enfin, les ruptures politiques et plus encore les crises politiques, souvent consécutives à cette manipulation identitaire, s’enracinent en raison du cortège de drames humains et collectifs et de leurs violences collectives ascendantes, qui prennent place dans des mémoires et des identités devenues douloureuses.

45Les décennies de l’indépendance, et plus encore celles de la transition et de la période démocratique ainsi que le tribalisme, dans ses variantes et ses instrumentalisations autoritaires, autocratiques et démocratiques, vont permettre la consolidation exclusive des identités ethniques, que ni l’histoire précoloniale, ni la période coloniale n’avaient pu faire, sinon qu’en partie. Pour ces raisons, l’ethnicisation de la société apparaît descendante et semble découler de stratégies, émanant de la responsabilité des élites politiques qui l’ont manipulée pour leur profit immédiat – qu’il soit politico-économique ou bien social, via leur clientélisme politique. Ainsi, la différenciation sociale, la fabrique des millionnaires, comme l’émergence d’une classe moyenne publique directoriale – parfois perçue comme rassemblant des courtiers de l’élite politico-économique – mais aussi les discriminations territoriales régionales en sont le produit direct ou indirect.

46Cependant, il ne faudrait pas négliger un mouvement du bas, autant des comportements raisonnés de promotion, de survie, des résiliences du « mendiant-client ethnique » que des attitudes révélatrices d’une crispation identitaire en réaction à une modernisation socio-culturelle souvent déstructurante, et en compensation au malaise des systèmes et modèles familiaux et communautaires. Ce mouvement est d’autant plus fort quand le relais de l’écrit, de la langue et plus encore des médias de masse modernes est présent. Ce repliement ethnique, cette ethnicité de la part de sociétés populaires, rurales comme urbaines, fragilisées par la modernisation, se raccrochent à une tradition ou une autorité perdue. Ceci est illustré par le millénarisme des milices, la crispation sur les coutumes, la crise de la masculinité et le repliement autoritaire autour des autorités traditionnelles (les classes d’âge et les elders). On oublie trop souvent que ceux qui ont tout perdu ne sombrent pas collectivement dans l’anomie sociale mais se cramponnent à « ce qui reste quand on a tout perdu » : la culture, fusse-t-elle réinventée. Un tel processus se vérifie aussi pour les classes moyennes, autant anciennes – la petite bourgeoisie directoriale promue dont les stratégies d’ascension sociale méritocratique sont redevables de médiations ethniques – que les classes moyennes récentes, plus autonomes des pressions identitaires. Toutes deux recourent à une ethnicité morale et s’approprient un patriotisme ethniqueà des fins sécuritaires ou de distinction sociale – qui se précipite en temps de crise dans le tribalisme.

47C’est ainsi que l’ethnicisation par le haut a trouvé un écho réactif dans la société, d’autant que les souffrances endurées lors des crises socio-politiques – guerre civile occasionnelle vécue et crainte par les Kényans – lui ont donné une dimension sensible mémorielle supplémentaire. Nous ne serions pas alors devant deux ou trois Kenya mais bien plus face aux quarante-deux Kenya, avec le risque de voir certains leaders ou classes politiques locales, à l’échelle des comtés, tenter de jouer cette carte ethnique décentralisée, sur le plan culturel et politique.

Conclusion

48Cet arrêt sur propos et cette mise en perspective nous dévoilent une société kényane du xxie siècle qui, tout en héritant et reproduisant les clivages binaires issus de la colonisation et des décennies de l’indépendance – les « deux Kenya » – se présente donc sous une forme plus complexe, laissant entrevoir « trois Kenya » et leurs espaces sociaux, sinon plusieurs Kenya ethniques. Cette complexité se vérifie plus encore si, au-delà des revenus des biens et du bien-être et des comportements politico-ethniques, on prend en compte les changements culturels. Certains d’entre eux sont visibles mais silencieux dans le quotidien : les comportements et les usages collectifs, sous l’effet de l’essor croisé de l’éducation et du numérique, de l’accès aux médias, de la transition démographique des ménages, plus généralement de la modernisation et au travers d’un processus d’acculturation dont la pratique des langues. D’autres sont moins visibles, sinon en temps de crise ouverte, voire invisibles. Ils relèvent de perceptions et pratiques religieuses, de sensibilités collectives, de rapports de genre et d’identités divergentes, parfois clivantes. Cette différenciation socio-culturelle en œuvre, plus complexe qu’on le pense au premier abord, dévoile des changements silencieux, peut-être plus optimistes que la fatalité des tendances sociales examinées. Ceci nous incite à déplacer le curseur, de la présente approche, panoramique et longitudinale, à l’analyse des trajectoires sociales bien plus dans la pratique d’un sondage transversal et d’une observation monographique.

Bibliographie

Anderson, David M., et Vigdis Broch-Due (dir.). 1999. The Poor Are not Us: Poverty & Pastoralism in Eastern Africa. Oxford : James Currey ; Nairobi : East African Educational Publishing ; Athens (OH) : Ohio University Press.

Argwings-Kodhek, Gem. 2006. « An Inequality and Welfare Analysis of Kenya’s Agricultural Sector ». In Reading on Inequality in Kenya: Sectoral Dynamics and Perspectives, 253-287. Nairobi : SID (Society for International Development).

Awiti, Alex, et Bruce Scott. 2016. « The Kenya Youth Survey Report ». East African Institute. Karachi : The Aga Khan University. URL : https://ecommons.aku.edu/eastafrica_eai/17.

BAD-GoK. 2013. The State of Kenya’s Private Sector. Tunis : African Development Bank Group ; Nairobi : Government of Kenya. URL : http://kenyachamber.co.ke/wp-content/uploads/2017/02/The_State_of_Kenya_s_Private_Sector.pdf [archive].

Berman, Bruce, et John Lonsdale. 1992. Unhappy Valley: Violence and Ethnicity. Londres : James Currey.

Bocquier, Philippe. 2003. « Les impacts sociaux de la crise économique à Nairobi. L’ère Moi a-t-elle eu un impact significatif ? » Politique africaine n° 90 : 78-93. https://doi.org/10.3917/polaf.090.0078.

Charton-Bigot, Hélène, et Deyssi Rodriguez-Torres (dir.). 2006. Nairobi contemporain. Les paradoxes d’une ville fragmentée. Collection « Hommes et sociétés ». Paris : IFRA-Karthala.

Dauch, Gene. 1982. « J.M. Kariuki et l’éthique nationale du capitalisme ». Politique africaine n° 8 : 21-43 [archive].

Desgroppes, Amélie, et Sophie Taupin. 2011. « Kibera: The Biggest Slum in Africa? » Les Cahiers de l’Afrique de l’Est n° 44 : 23-34. URL : https://journals.openedition.org/eastafrica/521.

Equal Rights Trust, et Kenya Human Rights Commission. 2012. In the Spirit of Harambee, Addressing Discrimination and Inequality in Kenya. ERT Country Report Series 1. Londres : The Equal Rights Trust.

Flores Fernandez, Rosa Amelia (dir.). 2011. « Slum Upgrading Programmes in Nairobi: Challenges in Implementation ». Cahiers d’Afrique de l’Est, n° 44. URL : https://journals.openedition.org/eastafrica/509.

Goodfellow, Tim, et Wendy Taylor. 2009. Urban Poverty and Vulnerability in Kenya. Kenya : Oxfam GB. URL : https:/urbanhealthupdates.files.wordpress.com/2009/09/urban_poverty_and_vulnerability_in_kenya1.pdf [archive].

Greiner, Clemens, Michael Bollig, et J. Terrence McCabe. 2011. « Notes on Land-based Conflicts in Kenya’s Arid Areas ». Africa Spectrum 46, n° 3 : 77-81. https://doi.org/10.1177/000203971104600305.

Grignon, François, et Hervé Maupeu (dir.). 1998. « Introduction au thème : les aléas du contrat social kényan », numéro spécial « Le contrat social à l’abandon », Politique africaine 70: 3-22 [archive].

IEA. 2010. « The Dynamics and Trends of Employment in Kenya ». IEA Research Paper, 1, Institute of Economic Affairs. https://media.africaportal.org/documents/The-Dynamics-and-Trends-of-Employment-in-Kenya1.pdf [archive].

Kabayi, Egera. 1998. « Introduction au roman kényan ». In Le Kenya contemporain, dirigé par François Grignon et Gérard Prunier. Paris : IFRA-Karthala.

Kanogo, Tabutha. « Cooperatives ». 1990. In Themes in Kenyan History, dirigé par William Ochieng, 175-186. Nairobi : Heinemann ; Londres : James Currey ; Athens (OH) : Ohio University Press.

« Kenya, les cercles d’affaires des décideurs ». 2012. La Lettre de l’océan Indien – Insiders, 16 novembre.

Kenya Private Sector Alliance (KEPSA). 2013. « List Members », Nairobi.

Kidombo, Pius K. 2007. The Architecture of Corruption in Kenya. Nairobi : Sino Printers and Publishers.

Kinyanjui, Felistus. 2007. « Causes of Persistent Rural Poverty in Thika District of Kenya 1953–2000 ». Thèse de doctorat. Grahamstow : Rhodes University. URL : https://core.ac.uk/download/pdf/145055618.pdf.

KIPPRA. 2013. « A Comparative Study on Public-Private Sector Wage Differentials in Kenya. » KIPPRA Policy Paper 5. Nairobi : Kenya Institute for Public Policy Research and Analysis.

Kitching, Gavin. 1980. Class and Economic Change in Kenya: The Making of an African Petite-Bourgeoisie. New Haven : Yale University Press.

KNBS-SID. 2013. Exploring Kenya’s Inequality, Pulling Apart or Pooling Together? URL : http://inequalities.sidint.net/kenya/wp-content/uploads/sites/3/2013/10/SID%20Abridged%20Small%20Version%20Final%20Download%20Report.pdf [archive].

Kurtz, Roger J. 1998. Urban Obsessions, Urban Fears: The Postcolonial Kenyan Novel. Trenton (NJ) : James Currey, Africa World Press.

Lafargue, Jérôme. 2010. « Résistances au long cours. Narration et maniement de la mémoire insurrectionnelle à partir d’exemples des Mau Mau (Kenya) ». Cahiers d’études africaines n° 197 : 25-50. https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.15769.

Ledant, Martin. 2013. « Water in Nairobi: Unveiling Inequalities and Its Causes ». Les Cahiers d’Outre-Mer n° 263 : 335-348. https://doi.org/10.4000/com.6951.

Leitner, Kerstin. 1973. Workers, Trade Unions and Peripherical Capitalism in Kenya after Independence. Francfort-sur-le-Main, Berne & Las Vegas : Peter Lang.

Maupeu, Hervé. 2002. « Mungiki et les élections. Les mutations politiques d’un prophétisme kikuyu (Kenya) ». Politique africaine n° 87 : 56-77. https://doi.org/10.3917/polaf.087.0117.

Médard, J.-F. 2012. « Charles Njonjo: A Portrait of a ‘Big Man’ in Kenya ». In Neopatrimonialism in Africa and beyond, dirigé par Daniel C. Bach et Mamoudou Gazibo. Londres : Routledge.

Muriuki, Godfrey. 1974. A History of the Kikuyu 1500–1900. Nairobi : Oxford University Press. https://hdl.handle.net/2027/heb.02646.

Mwangi, Susan Waiyego. 2011. « The Genesis, Growth, History and Vibrancy of a Politico-Religious Movement: The Case of Mungiki in Kenya c. 1987-2007 ». Thèse de doctorat. Pau : Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Mwangi, Susan Waiyego, Elias Omondi Opongo et Ephraim Wachira Wahome (dir.). 2019. The State and Nation-Building in Kenya Since Independence. Remembering the Marginalised and Forgotten Issues and Actors. Bamenda : Langaa RPCIG.

Ogot, Bethwell. 2012. Kenyans, Who Are We? Nairobi : Anyange Press.

Oucho, John Oyaro. 2002. Undercurrents of Ethnic Conflict in Kenya. Leyde : Brill Academic Publishers.

Péron, Xavier. 1993. L’occidentalisation des Maasai du Kenya. Paris : L’Harmattan.

Peterson, Derek R. 2012. Ethnic Patriotism and the East African Revival: A History of Dissent, c.1935–1972. African Studies Series. Cambridge : Cambridge University Press. https://doi.org/10.1017/CBO9781139108614.

Provini, Olivier. 2015. « La circulation des réformes universitaires en Afrique de l’est, les politiques de l’enseignement supérieur au regard de la sociologie de l’action publique et de l’État. » Thèse de doctorat. Pau : Université de Pau et des Pays de l’Adour. URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01536422.

Ranger, Terence. 1983. « The Invention of Tradition in Colonial Africa ». In The Invention of Tradition, dirigé par Eric Hobsbwam & Terence Ranger, 211-262. Cambridge : Cambridge University Press. https://doi.org/10.1017/CBO9781107295636.006 [archive].

Rodriguez-Torres, Deyssi. 2012. Au cœur du bidonville de Mathare Valley. La politique du ventre vide à Nairobi. Paris : IFRA-Karthala.

Sandbrook, Richard. 1975. Proletarians and African Capitalism: The Kenya Case, 1960-1972. New York : Cambridge University Press.

Sivi, Katindi. 2013. Exploring Kenya’s Inequality: Pulling Apart or Pooling Together? Nairobi : Kenya National Bureau of Statistics & Society for International Development.

Smonini, Ambra. 2009. Les classes moyennes au Kenya. Les enseignants du primaire et secondaire entre syndicalisme et grève. Mémoire de master 2, IEP de Bordeaux.

Spear, Thomas, et Richard Waller (dir.). 1993. Being Maasai: Ethnicity & Identity in East Africa. Londres : James Currey ; Dar es Salaam : Mkuki na Nyota ; Athens (OH) : Ohio University Press.

Thibon, Christian, Marie-Aude Fouéré, Mildred Ndeda, et Susan Mwangi (dir.). 2014. Kenya’s Past as Prologue. Voters, Violence and the 2013 General Election. Nairobi : Twaweza Communications, IFRA & Heinrich Böll.

Verdier, Isabelle. 2013. Kenya: The Top 100 People. Paris : Indigo Publications.

Notes

1 Ces travaux photographiques, qui ont fait l’objet d’expositions et de publications, se sont multipliés ces dernières années. Ils visent notamment à cerner la question sociale, les classes moyennes, entre esthétique du quotidien et dénonciation des souffrances.

2 Voir les sondages d’opinion d’Ipsos-Synovate, accessibles sur le site internet : https://www.ipsos.com/fr-fr/toutes-les-publications.

3 Entre autres, les planches du dessinateur Gado dans le journal Daily Nation.

4 Les chansons et musiques comme le benga ou le reggae, le théâtre, et la langue parlée des ghettos, le sheng.

5 C’est le cas dans les décennies 1990-2000 de la multiplication des milices urbaines et rurales mais aussi des gangs urbains dont certains véhiculaient des revendications et des attentes millénaristes, en particulier les Mungiki (voir notamment Maupeu 2002, Lafargue 2010, Mwangi 2011).

6 Les données utilisées dans le corps du texte proviennent des agences nationales et internationales, publiées ou accessibles sur internet : les recensements, les données du Kenya National Bureau of Statistics (KNBS) (statistiques annuelles et Basic Report on Well Being in Kenya), du Kenya Integrated Household Budget Survey (KIHBS) et du Kenya Population and Housing Census (KPHC), des enquêtes budgétaires, de démographie et de santé Demographic and Health Surveys (DHS), sectorielles, les données économiques dont les Economic Surveys et les rapports de la Banque mondiale, de l’OMS, de l’UNICEF ; enfin celles de la Society for International Development (SID), et de certaines ONG dont Oxfam ; voir enfin la synthèse de 2013 de la KNBS-SID.

7 Voir Verdier (2013), Kenya Private Sector Alliance (2013), « Kenya, les cercles d’affaires des décideurs ». 2012. La Lettre de l’océan Indien – Insiders, 16 novembre, et les données annuelles actualisées sur les revenus déclarés par la Kenya Revenue Authority.

8 Ce plan de quinze ans a été présenté en février 1999 sous la présidence de Daniel arap Moi. Il faisait suite au Congrès mondial de Copenhague de 1995 au lendemain des Plans d’ajustement structurel (1993), annonçant les politiques de réduction de la pauvreté.

9 Les données foncières sont un cas à part dans la connaissance statistique du Kenya, toujours approximatives.

10 Sur les OVC, les populations handicapées, les populations des zones arides et semi-arides, plus récemment les populations âgées dépendantes.

11 Données et synthèses dans KIPPRA (2013), IEA (2010) et BAD-GoK (2013).

12 Pour les pays émergents, le Kenya, comme la Tanzanie, fait partie de la moyenne ; l’indice le plus élevé est en Afrique du Sud.

13 55 % selon la synthèse de Awiti & Scott (2016).

14 Le nombre d’étudiants est passé de 118 000 en 2007 à plus de 400 000 en 2013. Le gouvernement table alors sur un effectif de 600 000 (soit 10 % des effectifs sortants du secondaire) dès la fin de la décennie 2010, dépassé en 2016 (près de 700 000).

15 Soit 200 000 enfants de la rue. Selon une estimation nationale conduite à Nairobi ils seraient 100 000 en 2000, 130 000 en 2009 chassés du centre-ville vers certains slums.

16 Les pauvres, sous la ligne de pauvreté, renvoient à deux groupes les « pauvres chroniques » et les « très pauvres », 40 % et 10 % respectivement. Voir Goodfellow & Taylor (2009).

17 Voir le numéro spécial « Slum Upgrading Programmes in Nairobi : Challenges in Implementation » dans les Cahiers d’Afrique de l’Est en 2011 (n° 44) : https://journals.openedition.org/eastafrica/509.

18 Voir le chapitre de Bernard Calas dans ce volume : « Les grands écarts du développement au Kenya ».

19 Voir dans ce volume Francesca Di Matteo : « La politisation du processus de réforme foncière au Kenya ».

20 Voir également les rapports sur les biens fonciers et leur enregistrement (notamment le rapport Ndungu).

21 On retrouve quarante ans plus tard les mêmes différentiels que ceux des années 1950, tels qu’observés par Kitching (1980) en 1980.

22 Voir également dans ce volume Hervé Maupeu : « État, économie et développement au Kenya », et Chloé Josse-Durand : « Entre espoirs et désillusions : réformes constitutionnelles et décentralisation au Kenya, 2000-2020 ».

23 Voir les cartes sur les sites internet de la SID et du KPHC.

24 D’après le classement des résultats de l’examen d’accès par districts scolaires (nb : 288) au niveau supérieur, KCPE 2013.

25 Voir dans ce volume Hervé Maupeu : « État, économie et développement au Kenya ».

26 Voir sur ce sujet la plus récente des publications : Mwangi, Opongo et Wahome (2019).

27 Depuis peu, les biographies scientifiques sur les grandes familles politiques ou les leaders nationalistes (Paul Ngei) se multiplient (les Kenyatta, les Moi, les Odinga). Mais aussi celles sur les « big men », tel Charles Njonjo (Médard 2012).

28 Voir les données dans les différentes enquêtes DHS sur la réalité et la perception de ces violences domestiques de genre.

29 Il doit s’agir, entre autres, d’Asians naturalisés qui ne se déclarent pas « Kenyan Asians ». Depuis juillet 2017, une quarante-quatrième tribe « Asian » est politiquement reconnue.

30 Voir le nombre de déclarants ethniques qui ne font pas état de leur clan ou subtribe.

31 Voir également dans ce volume Anne-Marie Peatrick : « Par-delà un passé oblitéré, l’originalité des peuples du Kenya précolonial ».

32 Toutes les grandes thèses d’histoire régionale, celles de Bethwell Allan Ogot, William Ochieng, Godfrey Muriuki, Henry Mwanzi… notent le caractère poreux des frontières entre tribus au xixe siècle avant la colonisation.

33 Dont le plan Swynnerton de privatisation et de redistribution des terres dès 1952, d’autorisation des plantations paysannes, d’un commerce indigène dans certaines zones, de recrutement de personnel avec un début d’industrialisation au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

34 Voir dans ce volume Hervé Maupeu : « État, économie et développement au Kenya ».

35 Selon l’expression du politiste Mutahi Ngunyi à l’occasion des élections de 2013 (voir également Thibon, Fouéré, Ndeda & Mwangi 2014).

© Africae, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search