Version classiqueVersion mobile

Rural-Urban Dynamics in the East African Mountains

 | 
Sylvain Racaud
, 
Bob R. Nakileza
, 
François Bart
, 
et al.

Hommage à Jean-Claude BRUNEAU professeur émérite de géographie, Université Bordeaux Montaigne

Guy Mainet

Texte intégral

1Jean-Claude Bruneau était un vrai tropicaliste et un Africaniste connu de tous. Il n’est plus là alors qu’il était rempli de tant de projets.

2Issu de l’école bordelaise de géographie tropicale, ses premières armes de chercheur lui firent découvrir la ville de Ziguinchor en Basse-Casamance (sous la direction du Professeur Guy Lasserre). Il a ensuite eu une longue carrière universitaire dans des pays fort variés: le Niger, le Cameroun et bien sûr le Congo-Zaïre, avec des fonctions diverses, mais toujours au service de la promotion de la géographie tropicale. Il a conduit des recherches approfondies, sans arrêt et il fut un animateur hors pair auprès des étudiants et des collègues africains. Plus que tout il était passionné par les cartes et la cartographie. Sa thèse de Doctorat d’Etat n’est-elle pas un atlas de la ville de Lubumbashi? Et c’est dans le genre un modèle inégalé. Je me souviens que le Professeur Paul Pélissier, grand ruraliste, avait été impressionné par ce travail plus qu’original, au point d’avoir voulu rencontrer Jean-Claude en personne.

3Il aimait l’Afrique entièrement. Et les Africains ont adoré Jean-Claude. Il a pratiqué les langues des pays où il a vécu. Il a suscité des amitiés indéfectibles. En pays bamiléké, il était reçu comme un personnage presque sacré, puisqu’il était le père de jumeaux.

4Depuis qu’il était revenu en France, il avait été contraint, pour des raisons administratives et de carrière de se tenir éloigné (du fait de ses affectations à Metz et Montpellier), à distance de son Bordeaux natal. Et je sais qu’il en a souffert.

5Dans les derniers temps, enfin intégré aux équipes de recherche africanistes bordelaises, il avait animé bien des colloques et des missions sur le terrain en Afrique orientale et centrale. Il était fasciné, entre autres, par l’importance de l’usage du kiswahili. Il avait prévu d’écrire, avec d’autres, un traité de géographie des cuisines africaines, puisque tout intéressait cet universitaire de terrain.

6Il m’appelait « Grand Frère », car nous avions été des géographes de terrain dans les mêmes pays – Niger, Cameroun, Sénégal... avec un décalage de plus d’une décennie.

7La disparition de notre ami a créé un grand vide parmi les tropicalistes réunis par le même amour de la terre africaine et de tous ses habitants. Avec lui la géographie tropicale était jubilatoire et tellement vivante...

© Africae, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search