Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Conférence de sept Parfums

 | 
Pierre Guicheney

Irrésistiblement, à mon corps consentant

Texte intégral

1Si je prie, c’est debout, en mouvement, en bougeant. Prier ? Plutôt saluer, peut-être, comme le shangonon de Sakété a salué le dieu Shango avec les prosternations scandées par les bruissements rythmés de son hochet. Plutôt répondre sans mots aux présences de la mida des Gnawa, ce réceptacle des génies, vers l’Orient, vers le Sud, tendre dans la même direction sans dévisager ce qui ne peut se regarder en face… avec une danse de salutation, à mon corps consentant.

2J’ai appris ce peu-là en me laissant contaminer – absorption cutanée, capillarité – par les grands anciens des traditions et par l’imprégnation des lieux – puis par dépôt, sédimentation, décantation. C’est, avec l’imitation, l’une des voies royales préconisées par Grotowski pour tirer quelque profit de l’exemple et de l’enseignement non volontaire de ceux qui pratiquent un chemin, mais ne peuvent le transmettre par le biais de la parole, car tant relève de l’indicible. C’est cela-même qu’a pratiqué Susanne Wenger avec ses guides yoroubas lorsqu’elle restait de longues heures auprès d’eux en silence. Ce qu’elle appelait apprendre « par la peau ».

3Ce principe a fonctionné au-delà de tout ce que j’avais espéré. C’est devenu pour moi un réflexe conditionné que danser silencieusement là où d’autres prononceraient sans doute des oraisons. Et quand je m’essaie à l’oraison, je reviens vite à la danse silencieuse… ou au chant, mais c’est une toute autre affaire.

4J’ai découvert aussi en m’intéressant aux traditions et légendes de mon pays natal, la Mayenne, puis en plongeant dans la réalité magique toujours bien vivante du bocage, combien une part de ce que j’étais allé chercher en Afrique et au Maroc était présente et agissante ici. Combien donc, tout cela m’appartenait, nous appartenait, nous constitue. Combien aussi cela est un patrimoine universel, une richesse que chacun d’entre nous doit bien prendre garde à ne pas se la laisser échapper des mains, du cœur, du corps conscient, à ne pas se la laisser confisquer par les pensées mécanistes ou manichéennes. Il est important, rassurant, exaltant que le monde soit un mystère dont nous ne viendrons jamais à bout.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site