Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Metamorfosi dei Lumi 7

 | 
Clara Leri

Corpo e società

Éclipses au clair de lune: l’obscur travail de la censure sur un épisode des Mémoires de Casanova

Denis Reynaud

Texte intégral

  • 1 Casanova, Mémoires, 1744-1756, Paris, Garnier-Flammarion, 1977.
  • 2 G. Casanova, Mémoires, Leipzig, Paris, Bruxelles, Brockhaus, 1826-1838, 12 volumes (1826-1827 pour (...)
  • 3 Né à Marciac (Gers), en 1782, Jean Laforgue était professeur à l’Académie militaire de Dresde quand (...)

1Dans son excellente introduction aux Mémoires de Casanova1, René Démoris soutient que le texte d’abord publié par Brockhaus entre 1826 et 1838 n’est pas significativement différent de la version originale enfin livrée au public par la maison d’édition allemande en 19602. Selon lui, le texte de Casanova tant attendu se révèle lourd, diffus, embrouillé de latinismes. C’est tout juste s’il comporte «quelques mots propres de plus», que Jean Laforgue3 avait traduits en élégantes périphrases, et «quelques scènes plus précisément détaillées». «Beaucoup de bruit pour rien», conclut-il. Non seulement l’arrangement discret dû aux soins du professeur de français de Dresde a permis à Casanova d’entrer en littérature en échappant à l’enfer de la «littérature spéciale», mais sa discrète intervention a suscité la construction du mythe d’un troisième texte, aussi effrayant qu’inaccessible, «impubliable, aux limites de l’obscénité imaginable» (selon les termes du bibliographe Quérard), qui a grandement contribué au prestige de Casanova pendant 140 ans. L’argument serait plus convaincant si René Démoris ne faisait en l’occurrence de nécessité vertu, puisque ce qu’il préface, pour Garnier-Flammarion, est la vieille édition Laforgue. L’authentique Histoire de ma vie, fondée sur le manuscrit, était en effet réservée à d’autres éditeurs français (Plon, puis Robert Laffont en 1993).

  • 4 Paris, Denoël, 1985, pp. 296-316.

2Ce point de vue n’est pas partagé par Chantal Thomas dans le brillant chapitre de son Casanova. Un voyage libertin4 intitulé «Pudeurs de Laforgue». «Prisonnier des préjugés de décence et de distinction que les rêveries de la bonne société du xixe siècle prêtent à l’aristocratie de l’Ancien Régime», le Pr Laforgue propose une image aseptisée du Vénitien. Alors que Casanova «ne cesse de jaillir, de s’écouler, de salir», de manifester «la continuité d’un être au monde irrémédiablement giclant», son adaptateur «nous dessine en pointillé, un corps retiré des humeurs». Sa «correction déodorante», ses euphémismes et ses suppressions pures et simples agissent «en contresens du fonctionnement de la pensée de Casanova» et constituent «une violence castratrice».

3Sans nier a priori les mérites de l’entreprise de Laforgue, nous voudrions montrer ici, à partir de l’analyse de deux versions d’un même épisode, en quoi consiste exactement le travail de ce qu’il faut bien appeler censure, et dont le moindre intérêt n’est pas de faire apparaître, par comparaison, quelques caractéristiques de l’écriture casanovienne.

4Nous sommes en 1741 ou 1745 (la chronologie des Mémoires comporte des incertitudes), lors du premier ou du second voyage de Giacomo au Levant. Âgé de 17 ou 21 ans, il a renoncé aux carrières ecclésiastique et militaire. Il est à peine arrivé à Constantinople qu’on lui propose un magnifique parti. Mais la fortune et les charmes de la belle Zelmi valent-ils qu’il change de religion, et surtout qu’il renonce au plaisir de briller par la parole et à l’espoir d’une gloire littéraire? Tandis qu’il hésite, il répond à l’invitation d’un haut personnage nommé Ismaïl.

  • 5 Telle qu’on la trouve, par exemple, dans l’édition Laffont: Casanova, Histoire de ma vie, texte int (...)
  • 6 Livre i, chapitre 14. Voir entre autres l’édition préfacée par R. Démoris, Mémoires cit., pp. 37-38

5Voici deux versions de cette scène. Dans la colonne de gauche: la transcription fidèle du manuscrit de Casanova5; dans celle de droite l’adaptation par Laforgue6:

Image 100000000000076200000CF3C1A284A0.jpg

Le texte de Laforgue présente d’emblée deux traits significatifs. Le passé simple («je fus exact au rendez-vous») remplace le passé composé de Casanova («je me suis trouvé à l’heure indiquée»), de même qu’un peu plus loin il remplace le présent de narration («nous entrâmes, nous vîmes» au lieu de «il ouvre […] nous nous trouvons […] nous voyons»). Ce qui tend à disparaître ici, c’est l’immédiateté de la parole autobiographique, au profit d’une écriture romanesque qui la met à distance, la dépouille de son caractère intime. Le déplacement du pronom je vers le centre de la phrase grâce à l’antéposition d’un complément circonstanciel («À l’heure indiquée, je», «en montant dans le bateau, je […]») participe du même effacement. En adoptant les codes stylistiques du roman, Laforgue atténue l’étrangeté, la singularité du récit casanovien, et le rend plus conforme aux habitudes du lecteur du xixe siècle.

6La suite du premier paragraphe est marquée moins par les coupes dont Laforgue est coutumier que par ces ajouts compensatoires que Chantal Thomas nomme «colmatages». C’est ainsi que l’exotisme du clair de lune oriental est souligné par une curieuse expression: le cadre de la scène n’est plus «une nuit délicieuse» mais «une de ces nuits délicieuses […]». Mais le même mouvement qui associe le lecteur à un savoir littéraire partagé, l’exclut: «[…] dont on ne se fait point une idée quand on ne les a point vues». Cet appel à l’imagination prépare assez subtilement celui qui clôt le dernier paragraphe: «Lecteur, […] vous devez deviner».

  • 7 Voir F. Marceau, Une insolente liberté. Les aventures de Casanova, Paris, Gallimard, 1983, p. 85. I (...)
  • 8 C. Thomas, Casanova cit., p. 302.

7En précisant que les «goûts» d’Ismaïl sont «antinaturels», Laforgue introduit un autre élément de son cru: un jugement de valeur étranger à l’attitude de Casanova, qui considère l’homosexualité comme une «fantaisie», un «égarement» à la rigueur, mais pour lequel il n’a ni objection de principe, ni répulsion7. Notons cependant que Laforgue puise l’adjectif «naturel» dans la phrase suivante de Casanova («une pareille partie de tête à tête m’était suspecte; car elle ne me semblait pas naturelle»). Chantal Thomas voit dans cette façon de trahir une forme perverse de fidélité au texte original, qui rappelle la technique du mensonge d’Odette dans Un amour de Swann, «toujours soulagée quand elle peut inclure dans son invention du moment un fragment de vérité indéniable»8.

8Même procédé un peu plus loin: les «trois filles toutes nues» de Casanova se métamorphosent en «trois nymphes» bien plus présentables; mais Laforgue a récupéré ce mot de nymphe, butte témoin d’un massif érodé, dans le paragraphe suivant, qu’il a par ailleurs entièrement éliminé, comme nous le verrons. Ces filles, qui «se faisaient voir, pour s’essuyer, dans toutes les postures», s’offrent désormais aux yeux «sous tous les points imaginables et dans toutes les attitudes de la grâce et de la volupté». Une fois encore, Laforgue substitue l’imagination au regard. En outre, en supprimant le geste trivial de s’essuyer, il idéalise le corps et rapatrie la scène dans le cadre de la nudité distinguée de la statuaire antique. Les attitudes remplacent les postures. C’est que ce dernier terme sent le sexe: Didot publie en 1798 L’Arétin d’Augustin Carrache, ou recueil de postures érotiques; le Dictionnaire de l’Académie de 1762 donnait quant à lui les exemples suivants: «Cette posture est un peu trop libre. Vous êtes là dans une posture indécente». Quant au terme de volupté, Laforgue, par la même opération de déplacement, l’a prélevé dans le paragraphe absent («vue voluptueuse», «jeux voluptueux»).

9On voit donc que l’adaptateur procède jusqu’ici par touches discrètes, par petits coups de gomme, animé à la fois par un souci de bienséance et par un scrupule de littéralité. Son purisme linguistique trouve peu l’occasion de s’exercer. Le français du Vénitien, jadis poli par les cours particuliers de Crébillon père, n’offre guère de prise à la censure. C’est tout juste si un voilà est corrigé en voici, ou si «elles ne peuvent pas se figurer d’être vues» est amendé en «elles ne sauraient se figurer être vues».

10Mais le cœur de l’intervention de Laforgue réside dans un geste beaucoup plus radical: la suppression du long paragraphe qui détaille un spectacle unique et ravissant dont il laisse entièrement le contenu à notre imagination: «vous devez deviner». Voici ce passage:

  • 9 Mémoires cit., édition Brockhaus-Laffont, 1993, vol. II, pp. 301-302.

Ce charmant spectacle ne put pas manquer de m’enflammer sur-le-champ, et Ismail, se pâmant de joie, me convainquit que je ne devais pas me gêner, m’encourageant au contraire à m’abandonner aux effets que cette vue voluptueuse devait réveiller dans mon âme, m’en donna lui-même l’exemple. Je me suis trouvé, comme lui, réduit à me complaire dans l’objet que j’avais à mon côté pour éteindre le feu qu’allumaient les trois sirènes que nous contemplions tantôt dans l’eau et tantôt dehors, qui sans regarder la fenêtre paraissaient cependant n’exercer leurs jeux voluptueux que pour brûler les spectateurs qui s’y tenaient attentifs à les regarder. J’ai voulu croire que la chose était ainsi, et je n’ai eu que plus de plaisir, et Ismail triompha se trouvant condamné à remplacer là où il était l’objet distant que je ne pouvais pas atteindre. J’ai aussi dû souffrir qu’il me fasse raison. J’aurais eu mauvaise grâce à m’y opposer, et d’ailleurs, je l’aurais payé d’ingratitude, ce dont je n’étais pas capable par caractère. Je ne me suis jamais de ma vie trouvé ni si fou, ni si transporté. Ne sachant pas laquelle des trois nymphes était ma Vénitienne chacune dut me la représenter à son tour aux dépens d’Ismail, qui me paraissait devenu calme. Ce brave homme me donna le plus agréable de tous les démentis, et goûta la plus douce de toutes les vengeances, mais s’il voulut être payé il dut payer. Je laisse au lecteur l’embarras de calculer lequel de nous deux y a mieux trouvé son compte, car il me semble qu’Ismail ayant fait tous les frais, la balance doit pencher de son côté. Pour ce qui me regarde, je n’y suis plus retourné, et je n’ai conté l’aventure à personne. La retraite des trois sirènes mit fin à l’orgie, et pour nous, ne sachant que nous dire, nous ne fîmes qu’en rire9.

  • 10 Mémoires du Vénitien J. Casanova de Seingalt cit., tome II, pp. 271- 272. François Jean Philibert A (...)

Dans le contexte éditorial de la France de la Restauration, il était sans doute inévitable que cette scène fût supprimée. En laissant subsister l’allusion aux effets physiques («ravage») produits par le spectacle, Laforgue fait même preuve d’une certaine audace. L’occultation avait en effet été plus complète deux ans auparavant dans l’édition Tournachon-Molin, sous la plume d’Aubert de Vitry10:

  • 11 Mémoires du Vénitien J. Casanova de Seingalt cit. tome II, pp. 271- 272. Dans Le Casanova de Fellin (...)

Je me trouvai chez le Turc à l’heure qu’il m’avait indiquée. Il me reçut avec l’amitié la plus franche; mais je m’étonnai de monter seul avec lui dans le bateau. Nous avions deux rameurs et un pilote. Nous mangeâmes dans un kiosque, par un clair de lune qui rendait la nuit aussi belle que le jour, quelques poissons frits dans de l’huile. J’avais déjà eu lieu de soupçonner à Ismaël des désirs, qui m’inquiétaient parce que j’étais seul avec lui. Parle bas, me dit-il, j’entends un murmure qui nous promet un ravissant coup d’œil. Il renvoie alors ses gens et me prend par la main; nous allons nous placer dans ce cabinet dont, par bonheur, j’ai la clef sur moi: mais il ne faut pas faire le moindre bruit. Il y a dans ce cabinet une fenêtre qui donne sur le bassin, où quelques-unes de mes femmes se baignent dans ce moment. Nous les verrons, car elles ne soupçonnent point qu’on les observe. Vous savez que le lieu est impénétrable à tout autre qu’à moi. Il ouvrit alors le cabinet et m’y introduisit en me tenant par la main. La lune, qui se dérobait à nos regards, nous empêcha de découvrir le bassin dans toute son étendue, au point que je ne pus reconnaître, dans l’éloignement, ma Vénitienne que j’espérais voir parmi ses belles femmes.
Je cessai depuis de fréquenter Ismaël […]11.

On comprend donc que cette scène, où Casanova, cédant à des avances qu’il n’avait d’abord pas trouvées de son goût, éteint, dans l’objet à ses côtés, le feu allumé par la vue de trois femmes nues, que cette scène, donc, n’ait pas eu sa place dans les premières éditions des Mémoires. Non seulement elle eût sans doute attiré les foudres de la censure, mais elle eût nui à l’image du libertin que la publication des Mémoires visait à promouvoir. Le Casanova du xixe siècle est un séducteur sans complication, amateur de corps de femmes, inaccessible aux tourments psychologiques. C’est pourquoi le héros de Laforgue ne parle pas des effets qu’un spectacle voluptueux «réveille dans [s]on âme» mais de ceux qu’elle fait «sur [s]on pauvre corps».

11Pour Casanova au contraire, pas de désir sexuel sans sentiment; c’est ce qui le distingue, comme le souligne René Démoris, du picaro. L’amour d’une belle esclave masquée avec qui il a dansé la forlane quelques jours auparavant sert ici de justification à tous les débordements et toutes les promiscuités: «Ne sachant pas laquelle des trois nymphes était ma Vénitienne chacune dut me la représenter à son tour aux dépens d’Ismail». La sexualité casanovienne est à la fois sentimentalisée (émotion de l’âme, elle ne saurait être un pur appétit physique) et confondue avec les plaisirs physiques innocents:

  • 12 Édition Brockhaus-Laffont cit., 1993, vol. II, p. 302.

Après nous être délicatés par des excellentes confitures, et avoir pris quelques tasses de café nous nous séparâmes. C’est le seul plaisir de ce genre que j’eus à Constantinople, où l’imagination eut plus de part que la réalité12.

  • 13 L’édition Tournachon-Molin est ici plus proche de l’original: «Je cessai depuis de fréquenter Ismaë (...)

Non seulement Laforgue refuse l’emploi un peu étrange d’un verbe qui commençait à vieillir («délicater: traiter avec mollesse», dit l’Académie en 1762; «Il ne faut pas tant se délicater»), mais il refuse même l’idée d’une restauration post-coïtale, préférant conclure l’épisode par une formule qui n’est pas sans beauté mais dont la fonction principale est d’effacer encore ce qui n’avait pourtant pas été dit: «Quelques jours après cette fameuse partie de clair de lune, de pêche et de baigneuses […]». Qualifier cette partie de «fameuse», c’est la nier une seconde fois, puisque c’est la soustraire au domaine de l’indicible où on l’avait d’abord rangée, sans pour autant livrer son contenu. Casanova avait au contraire écrit: «Je n’ai conté l’aventure à personne»13.

12On aurait cependant tort de croire que la censure de Laforgue s’exerce sur un texte parfaitement explicite. Elle s’ajoute à une sorte de double censure préalable.

13La première est assez évidente; elle tient à la nature même de l’écriture casanovienne et à ce qu’elle doit parfois au style libertin, conçu comme art de la suggestion, du non-dit, de l’évitement du mot propre. Le lecteur est invité à un jeu de déchiffrement qui peut donner lieu à des formulations passablement énigmatiques. S’abandonner aux effets d’une vue voluptueuse; donner soi-même l’exemple: on n’a d’abord pas trop de mal à comprendre de quoi il retourne; mais le texte devient de plus en plus obscur: donner le plus agréable de tous les démentis; goûter la plus douce de toutes les vengeances; devoir payer pour vouloir être payé. Comme Laforgue, mais un peu plus tard, Casanova termine par une prétérition: «Je laisse au lecteur l’embarras de calculer lequel de nous deux y a mieux trouvé son compte». L’écriture libertine est donc tout le contraire d’une écriture libre: elle s’impose des contraintes imaginaires; elle joue avec une censure dont elle invente elle-même les règles.

14La seconde forme de censure est liée à l’histoire du manuscrit. Celui-ci, après avoir dormi pendant deux siècles dans les coffres de Brockhaus (échappant miraculeusement aux bombardements qui détruisirent Leipzig en 1943) a été acquis en 2010 par la Bibliothèque nationale de France. Intégralement numérisé, il peut être aujourd’hui librement consulté sur le site Gallica14. Or les pages qui nous intéressent présentent une curieuse particularité.

15Il s’agit, dans le livre 2, des feuilles 22 et 23 (pages 22r, 22v, 23r et 23v) où, d’une écriture régulière et sans rature, Casanova a consigné l’épisode de la partie au clair de lune. Au bas de 22v, on remarque quatre cachets de cire rouge dont on retrouve symétriquement la trace au bas de 23r, sous la forme de quatre taches brunes. Les pages 22v et 23r ont donc été partiellement collées l’une à l’autre. Par ailleurs la page 23v est blanche. En haut de cette page, deux cachets de cire auxquels adhère encore un peu de papier; mais 24r n’est pas déchirée, juste légèrement tachée; une autre feuille a donc été collée à cet endroit sur la cire.

16Le collage est l’œuvre de l’auteur lui-même: en effet, il y a continuité entre la dernière ligne de 23r et la première de 24r («mais je m’étonne que par / cette démarche […]»): la page blanche a donc été prévue dès le moment de l’écriture. Mais en tant qu’autocensure, le geste est dérisoire, puisque, loin d’empêcher de lire le texte (sans décoller les pages, on pouvait aisément les écarter par le haut), les quatre points de cire attirent l’attention sur lui. Si Casanova avait instantanément regretté d’avoir écrit ce qu’il avait écrit là, il aurait simplement arraché ou noirci la page. On dirait plutôt qu’il propose simultanément deux versions: l’une qu’il ne peut se résoudre à éliminer et qu’il met pour ainsi dire entre parenthèses, et l’autre, qu’il destine à un éditeur à venir ou à lui-même (il est en effet possible que le bibliothécaire du château de Dux ait lu, au fur et à mesure de la rédaction, des extraits de ses mémoires à divers visiteurs), sous forme d’un résumé ad hoc décent, rédigé sur un feuillet collé au verso.

  • 15 Histoire de ma vie, éd. G. Lahouati - M.-F. Luna, Paris, Gallimard, 2013, vol. I.

17Ledit feuillet ayant été décollé et probablement perdu, l’hypothèse est invérifiable. Mais, quoi qu’il en soit, ce bricolage est le signe d’une hésitation. Casanova est un conteur prêt à modifier son texte en fonction de son public, à s’épancher ou s’empêcher selon les circonstances. Le texte «intégral» de l’Histoire de ma vie publié en 1960 et dont paraît aujourd’hui une nouvelle édition plus fidèle encore au manuscrit15, n’est donc, d’une certaine façon, qu’une des versions d’un récit en mouvement que même la mort de son auteur n’a pas figé.

  • 16 Casanova, Correspondance avec J.F. Opiz, Kurt Wolff, 1913; lettre de 1788 citée par R. Démoris, Mém (...)
  • 17 Casanova, dédicace de l’Icosaméron au comte de Waldstein, 1788. Ce que l’auteur dit de son roman ne (...)

18«Je ne peux pas, en homme d’honneur, donner à mes Mémoires le titre de Confessions, car je ne me repens de rien»16. Outre la contrition, une confession suppose également un engagement à ne pas déguiser la vérité. Or non seulement Casanova ne signe pas ce pacte («personne au monde n’est en état de décider si cet ouvrage est une histoire ou un roman»), mais il considère l’idée même de vérité comme problématique: «il n’est pas impossible qu’une plume judicieuse écrive un fait vrai dans le temps qu’elle croit l’inventer, tout comme elle peut en écrire un faux, étant persuadée de ne dire que la vérité»17.

19L’écriture ne vise donc pas à rendre compte d’un référent stable et certain; elle correspond à une parole changeante, hautement dépendante de la présence et des réactions d’autrui. De ce point de vue, elle est assez proche d’un corps à corps. Voyez comment Casanova décrit sa première nuit avec le faux castrat Bellino-Thérèse à Ancône:

  • 18 Histoire de ma vie, éd. Robert Laffont, 1993, tome i, chapitre v, pp. 90-91. Cette dimension métapo (...)

Mais ne brusquant rien, et n’avançant l’entreprise qu’aux pas les plus petits elle se trouva convaincue que le meilleur parti qu’elle pût prendre était celui de faire semblant de dormir et de me laisser faire. Peu à peu je l’ai développée, peu à peu elle se déploya, et peu à peu par des mouvements suivis et très lents, mais merveilleusement bien d’après nature, elle se mit dans une position dont elle n’aurait pu m’en offrir une autre plus agréable que se trahissant. J’ai entamé l’ouvrage, mais pour le rendre parfait j’avais besoin qu’elle s’y prêtât de façon à ne plus pouvoir le désavouer, et la nature enfin l’obligea à s’y déterminer18.

Non seulement les sinuosités du style miment ici le mouvement des corps, mais «l’ouvrage» que Casanova entame et perfectionne est autant le texte que la relation sexuelle; ce qui se déploie lentement et merveilleusement après qu’on l’a développé, c’est autant la phrase que la femme.

Notes

1 Casanova, Mémoires, 1744-1756, Paris, Garnier-Flammarion, 1977.

2 G. Casanova, Mémoires, Leipzig, Paris, Bruxelles, Brockhaus, 1826-1838, 12 volumes (1826-1827 pour i-iv, 1832 pour v-viii, 1838 pour ix-xii); Casanova, Histoire de ma vie, Wiesbaden - Paris, F.A. Brockhaus - Plon, 1960-1962, 12 tomes en 6 volumes.

3 Né à Marciac (Gers), en 1782, Jean Laforgue était professeur à l’Académie militaire de Dresde quand il se vit confier en 1825 le manuscrit original des Mémoires de Casanova par l’éditeur Friedrich Arnold Brockhaus, afin de préparer une édition française officielle (car cette même année 1825, le libraire parisien Tournachon-Molin, avait entrepris la publication d’une édition pirate, traduction d’une traduction: Mémoires du Vénitien J. Casanova de Seingalt, extraits de ses manuscrits originaux, publiés en Allemagne par G. de Schutz, et traduits par M. Aubert de Vitry, Paris, Tournachon-Molin, 1825; consultable à l’adresse http://books.google.fr/books?id=obIaMeRs42gC). Quand, six ans plus tard, Laforgue rendit le manuscrit, quatre chapitres avaient disparu (c’est pourquoi même les éditions modernes de l’Histoire de ma vie contiennent encore le texte de Laforgue pour ces chapitres, 1-4, du volume 8 de l’édition Brockhaus-Plon de 1960).

4 Paris, Denoël, 1985, pp. 296-316.

5 Telle qu’on la trouve, par exemple, dans l’édition Laffont: Casanova, Histoire de ma vie, texte intégral du manuscrit original, édition présentée et établie par Francis Lacassin, Paris, Robert Laffont ((Bouquins), 3 voll., 1993, vol. II, ch. iv, p. 301.

6 Livre i, chapitre 14. Voir entre autres l’édition préfacée par R. Démoris, Mémoires cit., pp. 37-38.

7 Voir F. Marceau, Une insolente liberté. Les aventures de Casanova, Paris, Gallimard, 1983, p. 85. Il ne me semble pas d’ailleurs que l’expression «goût antinaturel» appartienne au vocabulaire du xviiie siècle; on préférait parler de goût «antiphysique», ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

8 C. Thomas, Casanova cit., p. 302.

9 Mémoires cit., édition Brockhaus-Laffont, 1993, vol. II, pp. 301-302.

10 Mémoires du Vénitien J. Casanova de Seingalt cit., tome II, pp. 271- 272. François Jean Philibert Aubert de Vitry (1765-1849) n’était pas n’importe qui. Il dirigea notamment dans les années 1830 une traduction des œuvres de Goethe. Dans le cas qui nous intéresse ici, nous n’avons pas vérifié ce que l’édition Tournachon-Molin doit respectivement à la version allemande de Wilhelm von Schütz (1822) et à son traducteur.

11 Mémoires du Vénitien J. Casanova de Seingalt cit. tome II, pp. 271- 272. Dans Le Casanova de Fellini (1976), même occultation, mais sans doute pour d’autres raisons, de cet épisode qui avait pourtant été tourné.

12 Édition Brockhaus-Laffont cit., 1993, vol. II, p. 302.

13 L’édition Tournachon-Molin est ici plus proche de l’original: «Je cessai depuis de fréquenter Ismaël, et me gardai de raconter cette aventure. Les sirènes s’éloignèrent et je me séparai de mon musulman, après avoir pris encore des confitures exquises et plusieurs tasses de café».

14 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60008117/f45.

15 Histoire de ma vie, éd. G. Lahouati - M.-F. Luna, Paris, Gallimard, 2013, vol. I.

16 Casanova, Correspondance avec J.F. Opiz, Kurt Wolff, 1913; lettre de 1788 citée par R. Démoris, Mémoires cit., p. xxxii.

17 Casanova, dédicace de l’Icosaméron au comte de Waldstein, 1788. Ce que l’auteur dit de son roman ne perd pas toute sa pertinence s’agissant des mémoires qu’il commence alors à rédiger.

18 Histoire de ma vie, éd. Robert Laffont, 1993, tome i, chapitre v, pp. 90-91. Cette dimension métapoétique est gommée dans la version de Laforgue: «Ne brusquant rien et ménageant sa pudeur, je la mis par degrés dans le cas de s’avouer vaincue et persuadée que le meilleur parti qu’elle eût à prendre était de continuer à faire semblant de dormir et de me laisser faire. Bientôt, la nature en elle agissant de concert avec moi, j’atteignis au but, et mes efforts couronnés d’un plein succès ne me laissèrent aucun doute sur l’obtention des prémices auxquelles le préjugé peut-être nous fait ajouter tant de prix» (tome i, chapitre v, p. 114 dans Mémoires de Jacques Casanova écrits par lui-même, Paris, Ernest Flammarion, 1899).

Auteur

Université Lyon2 / L.I.R.E (CNRS)

Acheter