Version classiqueVersion mobile

Metamorfosi dei lumi 11

 | 
Marco Menin

Deuxième partie. La représentation de l’émotion: au-delà des mots

«La musique iatrique»: les émotions musicales comme moyen thérapeutique

Daniel Teysseire

Texte intégral

  • 1 Simple rappel chronologique des qualificatifs des Lumières: naissantes (1720-1730); éclatantes ou (...)

1Nous sommes en 1791; donc dans les Lumières. Et même si, de flamboyantes qu’elles viennent d’être, elles sont en train de devenir fulminantes1, ce sont toujours les Lumières. Avec leurs valeurs cardinales de rationalité analytique, d’eudémonisme personnel et collectif, et d’utilitarisme social et individuel. Les assumant toutes, la médecine et tout particulièrement sa partie thérapeutique cherchent à assurer le moyen le plus rationnel de soigner et même de guérir l’être humain, pour son bien-être personnel et l’utilité de la société.

2Cette médecine des Lumières, fondamentalement néohippocratique et donc clinique, veut et cherche intensément à se débarrasser le plus possible, et autant que faire se peut, de la thérapeutique traditionnelle et traditionaliste basée sur l’abondance et la multiplicité des médications; substances médicamenteuses et traitements évacuants comme la saignée et les purgations diverses et variées: diaphorétiques, vomitifs et autres lavements. L’être humain étant de plus en plus considéré comme une totalité ou, à tout le moins, un ensemble physique et moral, la thérapeutique doit et se doit de ne pas se focaliser seulement sur le corps à traiter, mais bien sur le moral en interaction avec ce corps.

1. Un cas clinique d’émotion de chagrin traitée par l’émotion musicale

  • 2 Encyclopédie méthodique, «Dictionnaire de musique. Tome premier», 1791, p. 491 col. G.

3C’est dans le cadre de cette configuration épistémologique de la médecine que, dans l’article «EFFETS de la musique chez les anciens»2, Ginguené, bon connaisseur de l’Italie, donne le cas clinique suivant.

4«La princesse Belmonte, morte à Naples il y a peu d’années, dans un âge très avancé, ayant perdu, jeune encore, le prince, son mari, qu’elle aimait passionnément, fut réduite par l’excès de sa douleur, à un état qui fit craindre pour sa vie. Ce qui rendait cet état plus dangereux, c’est qu’elle ne proférait pas une plainte et ne versait pas une larme. Déjà plus d’un mois s’était écoulé, sans qu’il y eut le moindre changement, le moindre adoucissement à cette position effrayante. Seulement vers la chute du jour, on portait la malade dans ses jardins; mais ni l’aspect du plus beau ciel, ni la réunion de tout ce que l’art ajoutait sous ses yeux aux charmes de la nature, ni même l’attendrissante obscurité du soir, rien ne pouvait amener en elle ces émotions [souligné par moi] douces qui donnant une issue à la douleur, lui ôtent ce qu’elle a de poignant et d’insupportable.

5«Le célèbre Raff, passant alors à Naples pour la première fois, voulut voir ces jardins célèbres par leur beauté: on le lui permit; mais en lui recommandant de ne pas approcher de tel bosquet où était alors la princesse. Une des femmes de sa suite sachant que Raff était dans le jardin, proposa à madame de Belmonte, non pas de l’entendre, mais de le voir et de venir lui permettre de saluer son altesse. Elle refusa d’abord, mais après de nouvelles instances, elle se laissa fléchir. Raff approcha: en l’allant chercher on lui avait fait sa leçon. Après quelques moments de silence, la même femme pria la princesse de permettre qu’un chanteur si fameux, qui n’avait jamais eu l’avantage de chanter devant elle, pût au moins lui faire entendre le son de sa voix, et seulement quelques strophes d’une chanson de Rolli ou de Métastase; le refus n’ayant pas été positif, Raff interpréta ce silence, et s’étant placé un peu à l’écart, il chanta le premier couplet d’une chanson très touchante, de Rolli, qui commence par ce vers:

  • 3 «Ode III» des «Ode d’Argomenti Amorevoli. Parte seconda» du livre second de: Rolli, De’ Poetici co (...)

6Solitario bosco ombroso3

«Sa voix qui était alors dans toute sa fraîcheur, et l’une des plus belles et des plus touchantes que l’on ait entendues, la mélodie simple, mais expressive de ce petit air, les paroles parfaitement adaptées au lieu, aux personnes, aux circonstances, tout cela ensemble eut un tel pouvoir sur des organes qui semblaient depuis longtemps fermés et endurcis par le désespoir, que les larmes coulèrent en abondance. Elles ne s’arrêtèrent point pendant plusieurs jours, mais ce fut ce qui sauva la malade, qui sans cette effusion [souligné par moi] salutaire, eût immanquablement perdu la vie.»

7On est bien dans l’émotionnel, selon toute une gamme. D’abord, l’amour conjugal allant jusqu’aux fortes émotions de la passion. Ensuite, la douleur excessive et la non moins forte émotion du chagrin produisant un état cataleptique. Qui empêche la princesse de Belmonte d’être sensible aux émotions douces que peuvent et doivent normalement susciter les beautés naturelles et artistiques. Enfin, résultant de la congruence entre l’état psychique et l’harmonie de la musique et de la voix, l’émotion musicale, thérapeutique. De quel mal? A la lecture du texte il est clair que cette catalepsie est d’origine psychologique; le mal est donc psycho-physiologique - psychosomatique dirions-nous de nos jours.

  • 4 Un autre Antonio Pignatelli a été le Pape Innocent XII entre 1691 et 1700.

8Ce qui est une dimension nouvelle introduite par Ginguené dans ce cas clinique servant d’exemple au pouvoir thérapeutique de la musique. Car ce cas exemplaire de la princesse de Belmonte guérie par la musique a servi déjà trois fois. En effet, à ma connaissance, la première mention trouvée en langue française du cas de la princesse se trouve dans le Journal encyclopédique du 15 août 1776; la deuxième, avec quasiment le même texte, figure dans le numéro 3 du Journal de musique de 1777, et la troisième est dans le Journal de Paris du 15 avril 1778. Ce sont ces dates qui permettent de penser qu’il puisse s’agir de Anna Francesca Pinelli, sixième princesse de Belmonte, duchesse de Acerenza, Marquise de Galatone, comtesse de Copertino qui a épousé le lundi 26 mai 1721, à peine dix-neuf ans (elle est née le lundi 14 août 1702), Antonio I Pignatelli de la grande famille de la classe dirigeante du royaume de Naples4, âgé, lui, de trente-six ans (il est né le samedi 4 août 1685). Il est décédé le samedi 26 janvier 1771 dans sa quatre-vingt-sixième année, son épouse étant, elle, dans sa soixante-neuvième année. Elle mourra le vendredi 8 janvier 1779, dans sa soixante-dix-septième année. Ce sont ces dates qui nous font être prudent sur l’identification de la princesse. Soixante-neuf ans à la mort de son époux, cela ne cadre pas très bien avec le «jeune encore» de Ginguené. Peut-être par rapport aux quatre-vingt-six de son mari?! Quoi qu’il en soit de cette prudence, ce qu’il convient de retenir de ces quatre textes, c’est la différence de contenu entre les trois journaux et le texte de Ginguené en ce qui concerne et la pathologie de la princesse et son remède musical.

  • 5 Entre crochets, ce qui n’est pas dans le Journal de musique.
  • 6 C’est cette date qui nous a mis sur la piste d’Anna Francesca Pinelli, épouse d’Antonio I Pignatel (...)

9Concernant la pathologie de la princesse. Pour ce dernier nommé, les choses sont claires; comme on vient de le voir ci-dessus, le grand chagrin c’est-à-dire le phénomène psychologique est la cause d’un blocage des «organes fermés et endurcis», c’est-à-dire du phénomène physiologique. Autrement dit, Ginguené ne s’en tient pas au seul constat de l’état pathologique de la princesse; il commence par nous en dire la cause. Au contraire des trois journaux qui, eux, ne s’en tiennent qu’au constat de cet état pathologique. Ainsi le Journal encyclopédique de 1776 repris par le Journal de musique de 1777 écrit: «La Princesse de Belmonté-Pignatelli de Naples, protectrice [éclairée]5 de tous les gens à talents, et particulièrement des Musiciens, étant malade et environnée de la faculté […] était dévorée» de fièvre. Quant au Journal de Paris de 1778, lui, note plus précisément: «En 1776[6], la princesse Belmont Pignatelli, de Naples, en proie à une fièvre brûlante, était entourée des plus célèbres médecins de cette ville.» Une forte fièvre comme symptôme ou signe du mal, le lecteur n’en sait et n’en saura pas plus. Les journaux s’en tiennent à ce simple constat purement physiologique. Parce que ce qui compte pour eux, c’est ce qui est le plus étonnant pour les lecteurs: l’effet salvateur de la musique; la guérison du cas pathologique par l’émotion musicale.

  • 7 Le Journal encyclopédique explicite en note: «On sait qu’à l’égard du bon goût et de l’expression, (...)
  • 8 «Mais ce qui lui a fait le plus d’honneur [à Scarlatti] est d’avoir eu pour élève deux des plus gr (...)

10Concernant le remède musical. Les quatre textes sont d’accord sur le chanteur qui a délivré la princesse des tensions organiques qui la paralysaient: le ténor allemand Anton Raaff (1714-1797) dont on sait qu’il a parcouru et séduit l’Europe à partir de 1740. Mais sur la cause de l’émotion musicale suscitée chez la princesse les choses sont moins claires. Le Journal encyclopédique (1776) et le Journal de musique (1777) qui le copie évoquent «une des ariettes dont son clavecin [celui de la princesse] était couvert […] qu’elle le pria de chanter». Le Journal de Paris (1778), lui, dit que «A la prière de la malade, il [«le fameux chevalier Raaff»] joue une ariette». Chante ou joue? Admettons que, pour un aussi grand et célèbre ténor, jouer vaut chanter, surtout quand il s’agit d’une ariette, air musical voué à avoir des paroles. S’il y en a, les trois journaux ne nous le disent absolument pas. De quel compositeur est cette ariette? «Du célèbre Hasse surnommé le saxon», disent en chœur les trois journaux cités ci-dessus7. Il s’agit de Hans Adolph Hasse, pour les Italiens «il Sassone» (1699-1783), également ténor (du moins jusqu’en 1755, année où il perdit cette voix), mais surtout compositeur prolifique, en particulier d’opéras. Venu d’Allemagne à Naples en 1724, il y fut l’élève de Scarlatti8. Donc, il y est très populaire. Avec ces trois journaux les circonstances de la guérison de la princesse de Belmonte sont claires et simples: elle souffre d’une forte fièvre – dont on ignore l’étiologie -; le ténor Raaff vient à passer; il chante une ariette de Hasse; la princesse est guérie. Presque un miracle! Avec Ginguené les circonstances sont plus détaillées – peut-être en partie d’une manière ressortissante aux Lumières préromantiques. En effet, comme nous l’avons vu, l’étiologie psychique du mal de la veuve éplorée est très explicitement posée; sa catalepsie est évaluée comme périlleuse, puisque même les «émotions douces» habituelles tirées du spectacle de la nature ne peuvent la faire cesser. Les circonstances de la mise en œuvre de ou des émotions musicales qui vont la sauver sont également détaillées: le ténor Raaff n’arrive pas au chevet de la princesse cataleptique comme cela, de manière impromptue; toute une mise en scène est faite par l’entourage de la princesse pour que le ténor chante «une chanson très touchante» du poète Rolli (référencée ci-dessus à la note 3). Soulignons que, à aucun moment, Hasse n’est mentionné par Ginguené. Ce que celui-ci nous souligne en revanche, c’est la pertinence absolue et des paroles touchantes de cet air de musique et de la voix également touchante qui le chante, avec l’environnement hic et nunc de la princesse; ce qui finit par justement la toucher et la débloquer. Non pas dans une guérison totale immédiate, comme le disent les trois journaux, mais dans des torrents de larmes, symptôme et signe de la guérison toute proche. Conclusion à tirer de ce récit circonstancié de Ginguené: l’émotion musicale est moyen de dénouement organique et partant psychologique. Et, bien évidemment, dénouement est à prendre ici en son sens propre de dé-nouement, de cessation du nouement, de fin du blocage organique et psychologique.

2. Le traitement par «la musique iatrique»

  • 9 Rappel: Ginguené sera un des premiers membres élus (fin 1795-début 1796) de la première section, « (...)
  • 10 Ce qu’une auteure contemporaine dénomme plaisamment le «corps-esprit» ou le «sentir-mental», à l’œ (...)
  • 11 Cette simple énumération des disciplines dont ressort cet article montre bien que son contenu relè (...)
  • 12 Né à Montélimar en 1733, il est, lui aussi, docteur de la Faculté de médecine de Montpellier, cell (...)
  • 13 Tome X, 1765, pp. 903G-909G. C’est une entrée de l’article «MUSIQUE». Texte intégral évidemment di (...)
  • 14 Ivi, p. 904G ll. 32-33: «nous [en] avons tiré beaucoup de lumières»; «Qu’il est gracieux de pouvoi (...)
  • 15 Dont on sait très peu de choses, sinon qu’il était né à Strasbourg et qu’il est mort en 1761, donc (...)
  • 16 Avignon, Jacob Garrigan, 1758, 117p. + 3p. d’index. Disponible sur <medic@>.
  • 17 Qui est le titre de la traduction française éditée en l’AN XI (1802/1803) par Etienne de Sainte-Ma (...)

11Comment en est-on arrivé là? Certes, depuis Hippocrate la médecine sait que la musique peut être un moyen thérapeutique ou, à tout le moins, un élément d’une thérapie. La nouveauté, avec la médecine des Lumières, et des Lumières tardives, c’est la configuration épistémologique énoncée plus haut: l’articulation entre l’antique hippocratisme clinique réassumé et le monisme idéologiste9 en construction de l’unité du physique et du moral10. Sur ce point un repère fondamental est l’article «MUSIQUE, EFFETS DE LA, (Méd. Diete, Gymnast. Thérapeut.)»11 de Ménuret de Chambaud12 dans l’Encyclopédie13. Sa source principale – reconnue et assumée14 – est une thèse de médecine, soutenue en latin bien sûr, à la Faculté de médecine de Montpellier en décembre 1758. Elle est de Joseph Louis Roger15 et a pour titre: «Tentamen de vi soni et musices in corpus humanus» 16, «Traité des effets de la musique sur le corps humain»17.

12Divisée en deux grandes parties non titrées, elle comprend sept chapitres, trois dans la première, des pages 5 à 54, et quatre dans la seconde, des pages 55 à 117, auxquelles s’ajoute un précieux «Index rerum» non paginé. L’analyse de l’ensemble du contenu de cette thèse permet de dégager trois grands thèmes.

  1. Une analyse physique et physiologique du son, de sa production et de sa diffusion. Menuret de Chambaud, dans l’article de l’Encyclopédiedéjà cité, y voit «un traité physique très bien raisonné sur le son et la Musique, qui a été particulièrement approuvé et admiré des connaisseurs»18. C’est principalement – mais pas seulement – l’objet des trois chapitres de la première partie: «de sono in corpore sonoro, in medio, quo propagatur, et in auditus, quo percipitur organo»19; «du son dans le corps sonore, dans le milieu qui le propage, et dans l’organe de l’ouïe»20.
  2. Un catalogue d’exemples du pouvoir thérapeutique de la musique depuis la plus haute antiquité jusqu’à l’époque de Roger. Une sorte d’anthologie mélangée de vrais cas plus ou moins médicaux et d’exemples plus ou moins légendaires venus également du fond des temps. C’est tout particulièrement l’objet de l’«Introduction» de la seconde partie, au titre explicite de «BREVIS HISTORIA MUSICES IATRICAE»21, «Histoire abrégée de la musique iatrique»22. D’où vient le titre de ce propos, ce syntagme – que nous n’avons trouvé nulle part ailleurs au cours de nos recherches – étant en quelque sorte la première dénomination de notre musicothérapie actuelle.
  3. L’exposition compréhensive, à partir de l’analyse physique et physiologique de la première partie et d’autres chapitres de la seconde sur l’harmonie et le rythme, du processus physio-psychologique rendant compte des effets thérapeutiques de la musique sur les êtres vivants et tout particulièrement l’être humain. C’est l’objet du chapitre III: «De praedispositione animae cum materia junctae seu corporis animati»23; «Influence de la musique sur l’ame unie à la matière, c’est-à-dire sur le corps animé»24. Mais surtout, bien sûr, l’objet du chapitre IV: «Quid, quibus et quot modis agat musices in hominen explicatur»25; «Où l’on recherche quels sont les effets de la musique sur l’homme, comment et de combien de manières elle agit sur lui»26. Développons ce cœur de notre propos.
  • 27 Ivi, pp. 183-253.

13En nous appuyant davantage sur la traduction française, car, comme il l’a été déjà dit, Sainte-Marie a particulièrement bien structuré le texte de Roger, surtout ce chapitre IV, le divisant – encore une fois en étant fidèle au texte latin – en trois «Articles» dont deux nous intéressent au premier chef: «Art. II. Action mécanique du son sur le corps humain, Art. III. Action de la musique sur l’âme»27.

  • 28 Georgii Baglivi, De Fibra motrice, et Morbosa; […] Epistola ad Alexandrum Pascoli, Perusiae, 1700.
  • 29 Haller (trad. Du Latin de M.), Elemens de Physiologie, ou Traité de la structure et des usages des(...)
  • 30 Dans Le rêve de D’Alembert (1769) et dans les Eléments de physiologie (1779 pour la copie Vandeul)
  • 31 Sainte-Marie, op. cit., p. 184.

14A la base, une donnée de physique, de physique organique, c’est-à-dire de physiologie. Et de la physiologie la plus récente, la physiologie fibrillaire initiée par Baglivi (1668-1707)28 et développée par Haller (1708-1777)29 que reprendra Diderot30. Celle qui considère que l’élément organique premier est la fibre et la fibrille. Et ces fibres et fibrilles, bien évidemment, subissent des oscillations et des variations de longueur sous l’effet du son, lui-même résultante de deux mouvements: la vibration et le tremblement. D’où l’importance de l’analyse de sa vitesse, de sa durée (rythme), de l’unisson et de l’harmonie, opérée dans la première partie de la thèse. Premier ensemble de fibres et fibrilles touché par les sons: les nerfs. «Mais, parmi tous ces nerfs, il n’y a que ceux du toucher et de l’ouïe qui ressentent l’impression des sons, et qui la transmettent à l’âme»31. Cependant les fibres et fibrilles constituant les muscles sont également touchées.

  • 32 Ivi, p. 187. Kaau-Boerhaave est le neveu de Boerhaave. Né à La Haye en 1715, il fut appelé à Saint (...)

Pour prouver ce tremblement sonore des fibres animales, il suffit de rapporter l’histoire de Kau-Boerhaave, qui, étant devenu tout à fait sourd, entendait par la surface du corps au moyen du toucher, et distinguait parfaitement bien, comme il le dit lui-même, par le seul tremblement des fibres un bruit faible d’avec un bruit fort. Il n’est personne sans doute qui, entendant une musique agréable, n’ait senti quelquefois ses cheveux se dresser sur sa tête, et n’ait éprouvé un léger frissonnement sur toute la peau32.

  • 33 Ivi, p. 189, où se trouve cette notation: «Les fibres de notre corps peuvent en général s’allonger (...)

15Même «les fibrilles du cerveau, qui ne sont pas aussi susceptibles d’allongement»33 que les autres, sont touchées; ce qui peut expliquer des pathologies cérébrales, voire des morts en cas de sons trop violents; à tout le moins une rupture du tympan. Avec celui-ci on touche au médiateur par excellence des sons. En effet,

  • 34 Ivi, pp. 192-193. Notons au passage comment, avec ces «méninges» entourant les fibrilles, se cherc (...)

Il y a entre le tympan et les nerfs de toutes les parties du corps, une sympathie fort étroite que l’anatomie explique très bien. Elle nous apprend en effet que tous les nerfs auxquels la nature a donné une certaine élasticité pour résonner, sont enveloppés par les méninges, qui recouvrent jusqu’aux plus petites fibrilles du faisceau nerveux; de sorte que toutes ces fibrilles, quoique réunies ensemble pour constituer le nerf, sont cependant distinguées les unes des autres par leur cours, leur usage et leur action particulière. Mais, par le moyen des membranes qui les enveloppent, et qui ont la même origine, elles peuvent produire de nombreuses sympathies. Telle était l’opinion de Baglivi 34.

16Du coup:

  • 35 Ivi, p. 194. Une note infrapaginale précise que ce cas de «musique iatrique» est tiré de l’«Histoi (...)

La membrane du tympan vivement affectée par un son, transmettant aussitôt par l’enveloppe commune des nerfs, l’impression spasmodique qu’elle a ressentie, peut changer en un instant très court les dispositions vicieuses du système nerveux. Tel fut sans doute le cas de cette jeune fille dont l’histoire est rapportée dans les mémoires de l’académie des sciences. A la suite d’un chagrin profond, elle était tombée dans des accès hystériques ou épileptiques. Tous les remèdes avaient été infructueux. On avait même perdu toute espérance, lorsqu’un jeune pharmacien ayant tiré un coup de fusil auprès du lit de la malade, le bruit opéra en elle une révolution si avantageuse qu’elle revint bientôt à la vie. Ses esprits furent d’abord troublés par le choc et la surprise, mais elle reprit ensuite parfaitement l’usage de tous ses sens. Je ne doute pas un moment qu’on ne doive attribuer cette guérison miraculeuse à l’impression du bruit sur la membrane du tambour, dont la sympathie avec les nerfs est surtout mise en jeu par l’action des sons35.

17Ainsi un grand chagrin d’amour peut avoir deux conséquences pathologiques contradictoires et même opposées: une catalepsie totale pour une femme mariée d’un certain âge et une hystérie totale pour une jeune demoiselle. Mais la musique, plus ou moins élaborée il est vrai, est toujours un moyen possible de guérison. Pour quelle raison physiologique? Réponse, également physiologique:

  • 36 Ivi, p. 203.

Le mouvement produit par le son a cela de particulier, qu’il frappe l’air par des coups redoublés et très vites. Il l’emporte, par cet avantage sur tous les autres mouvements. Ainsi, en agitant les nerfs, il détache les humeurs épaisses et hétérogènes qui sont collées contre eux. Les vaisseaux sanguins, par les vibrations multipliées qu’il leur communique, peuvent aussi atténuer et diviser les humeurs grossières qui les engouent, et les réduire à leurs plus petits éléments36.

  • 37 Pour ne pas prendre trop d’espace, je synthétise, pour ne pas dire je concentre outrageusement le (...)
  • 38 Rappel de sémantique historique: la première acception d’«émotion» est celui d’«émotion populaire» (...)

18Autrement dit, le dé-nouement corporel de la princesse de Belmont résulte du désengouement purificateur de son organisme par les vibrations sonores de la musique de Rolli qui, en douceur, ont remis en mouvement les nerfs et tous les autres vaisseaux, en chassant la gangue des mauvaises humeurs qui les entouraient et donc les paralysaient en partie. Du fait de la sympathie générale des organes du corps humain entre eux, cette libération des fibres et fibrilles de toutes espèces est également générale et touche donc le cerveau, le dé-nouement devenant ainsi psychophysiologique. Quant à la jeune fille hystérique, le brusque coup de fusil a pour effet de stupéfier les fibres et fibrilles pour, ensuite, les replacer dans leurs mouvements vibratoires équilibrés et normaux37. Ainsi l’émotion a, comme son étymologie l’indique, partie avec le mouvement38: mouvements plus ou moins prononcés du visage et d’autres parties du corps – cette mobilité corporelle renvoyant à la motilité organique fondamentale, celle de ces éléments premiers que sont les fibres et fibrilles. De celle-ci à celle-là, la vitesse du son.

 

  • 39 Ainsi trente ans, exactement trente-et-un ans après la thèse de médecine de Roger, le grand piémon (...)
  • 40 20 pages accessibles sur <medic@>. Autres précisions: 1/ le 20 Vendémiaire an XI correspond au mardi 12 oc</medic> (...)

19Avec cette conception fibrillaire de l’organisme et tout ce qui en découle (vibrations, variations de longueur des fibres), un avenir radieux est permis et promis à la musique iatrique, notre future musicothérapie39. La preuve en est donnée par un texte situé en plein milieu de la période qui nous occupe (1780-1820), intitulé: «Réflexions sur la musique, considérée comme moyen curatif. Lues à la séance publique de l’Institut national des sciences et arts, le 20 vendémiaire an XI, par le citoyen Desessartz, membre de la classe des sciences mathématiques et physiques»40. Dès la deuxième page, dans son troisième alinéa, il fait un inventaire – à la Prévert! – de toutes les affections psychiques, psychophysiologiques et même physiologiques que la musique peut traiter, voire guérir:

  • 41 Desessartz, Réflexions sur la musique, considérée comme un moyen curatif, Paris, an XI (1802/1803) (...)

On y voit [dans la thèse de Roger] cet art [= la musique] dissiper les suites fâcheuses de la sombre mélancolie, de l’hypocondriacisme, de l’histéricisme, de l’imbécillité, de la manie; arrêter les accès épileptiques et empêcher leur retour; suspendre les douleurs de la goutte et de la sciatique, en prévenir les rechutes, ranimer les forces vitales après de longs épuisements, faciliter et accélérer les convalescences difficiles: on le voit arrêter les désordres d’une imagination fougueuse, enchaîner les efforts violents qu’elle provoque dans le corps, et désarmer la main qui préparait un crime; on le voit écarter ces cruelles frayeurs que cause la morsure d’un animal suspecté de rage, et maintenir dans la paix de l’âme et la santé du corps des personnes que le préjugé condamne, trop souvent sans raison, à une maladie plus affreuse que la mort41.

  • 42 Détaillés et analysés dans notre article de la Revue française de musicothérapie: «L’AN XI (1802/1 (...)
  • 43 Pour situer cela par rapport à notre temps, disons que la musicothérapie a toujours le soin de se (...)

20Le reste du texte venant prouver tout cela par des cas médicaux, certains plus ou moins mythiques, d’autres historiques et récents avérés42. L’explication du succès thérapeutique de la musique résidant toujours dans les secousses organiques profondes opérées par les vibrations et tremblements sonores43.

  • 44 J.-P. Sartre, Esquisse d’une théorie des émotions, Paris, Hermann, 1965, p. 62.
  • 45 Ibid. Le syntagme vient explicitement de Heidegger.

21Conclusion ultime, en changeant un peu de registre. Si l’émotion musicale est, comme toute émotion, «le retour de la conscience à l’attitude magique»44 consubstantielle à l’existence humaine, alors elle constitue pour chaque individu le meilleur moyen pour se réapproprier pleinement son «Etre-dans-le monde»45, c’est-à-dire son unité de corps-esprit, sa pleine unité physico-psychologique d’être humain, à la fois intégré en même temps que face au monde. D’où son grand pouvoir de bienfaisance globale.

Solitario Bosco ombroso

A te viene afflitto Cor,

Per trovar qualche riposo

Fra i Silenzi in quest’orror

Forêt ombreuse et solitaire,

A toi s’en vient mon triste cœur

Pour trouver quelque réconfort

Dans le calme et la solitude.

[Parmi les silences, dans cette horreur]

Oggetto ch’altrui piace,

Per me lieto più non è :

Ho perduta la mia pace,

Son io stresso in odio a me

De tant d’objets charmants pour

d’autres yeux,

Il n’en est plus qui puisse encor me

plaire:

J’ai perdu tout mon repos,

Et ne hais rien tant que moi-même.

La mia Fille, il mio bel foco

Dite o Piante, è forse qui ?

Ahi ! la cerco in ogni loco ;

E pur so che’ ella parti

Ma Phyllis, ô mon beau feu,

Dîtes, forêts, peut-être est-elle ici?

Hélas! je la cherche en tous lieux,

Mais je sais bien qu’elle s’en est allée.

Quante volte, o Fronde grate

La vostr’ombra ne copri

Corso d’ore si beate

Quanto rapido fuggi !

Que de fois, feuillages aimés,

Votre ombre nous dissimula!

Moments heureux, heures charmantes,

Bien trop vite vous avez fui!

Dite almeno, amiche Fronde,

Se il mio Ben più rivedro,

Ah ! che l’eco mi responde

E mi par che dica No.

Dites au moins, forêts amies,

Si je la reverrai un jour.

Hélas! seul l’écho me répond

Et semble me dire: «Jamais!»

Sento un dolce mormorio,

Un sospir forse sarà,

Un sospir dell’Idol mio

Che me dice : tornerà.

J’entends un suave murmure,

Peut-être un soupir échappé,

Un soupir de celle que j’aime

Qui me dit: «Elle reviendra».

Ah ! ch’è il suon del Rio che frange

Tra quei sassi il fresco umor :

E non mormora, ma piange

Per pietà del mio dolor

Ce n’est, hélas ! que le bruit du ruisseau

Dont le flot clair caresse les cailloux ;

Il ne murmure point, il pleure,

Tant il a de mes maux pitié.

Ma se torna ; vano e tardo

Il retorno, oh Dei ! sarà,

Che pietoso il dolce sguardo

Sul mio cener piangera.

Mais son amour, mais sa pitié,

Si elle me revient n’auront que trop tardé,

Et ses beaux yeux enfin sensibles

Sur mes cendres en vain feront couler des pleurs.

22Paolo Rolli, Di Canzonette e di cantate libri due, 1727.

Notes

1 Simple rappel chronologique des qualificatifs des Lumières: naissantes (1720-1730); éclatantes ou rayonnantes (autour de 1750); flamboyantes (autour de 1775); fulminantes (au-delà de 1790).

2 Encyclopédie méthodique, «Dictionnaire de musique. Tome premier», 1791, p. 491 col. G.

3 «Ode III» des «Ode d’Argomenti Amorevoli. Parte seconda» du livre second de: Rolli, De’ Poetici componimenti 3 libri, Venise, Bartolommeo Occhi, 1761, pp. 162-163. La «canzonetta» est de 1727. Voir p. 96 le texte en italien et en français.

4 Un autre Antonio Pignatelli a été le Pape Innocent XII entre 1691 et 1700.

5 Entre crochets, ce qui n’est pas dans le Journal de musique.

6 C’est cette date qui nous a mis sur la piste d’Anna Francesca Pinelli, épouse d’Antonio I Pignatelli.

7 Le Journal encyclopédique explicite en note: «On sait qu’à l’égard du bon goût et de l’expression, ce compositeur est mis par les gens de l’art, à côté des Leo, des Pergolese des Terradè, des Galuppi, etc, etc.»

8 «Mais ce qui lui a fait le plus d’honneur [à Scarlatti] est d’avoir eu pour élève deux des plus grands compositeurs de l’Europe, le célèbre Hasse, surnommé Il Sassone et Leo.» [Saint-Non (Abbé de)], Voyage pittoresque ou Description des Royaumes de Naples et de Sicile», Paris, 1781, p. 169.

9 Rappel: Ginguené sera un des premiers membres élus (fin 1795-début 1796) de la première section, «Analyse des sensations et des idées» – celle des Idéologistes – de la deuxième classe des «Sciences morales et politiques» du premier Institut national.

10 Ce qu’une auteure contemporaine dénomme plaisamment le «corps-esprit» ou le «sentir-mental», à l’œuvre tout particulièrement dans le désir: Belinda Cannone, Petit éloge du désir, Paris, Gallimard, 2013, p. 31 (Coll. Folio 2€).

11 Cette simple énumération des disciplines dont ressort cet article montre bien que son contenu relève bien plus de la médecine et donc de la thérapeutique que de la musique proprement dite.

12 Né à Montélimar en 1733, il est, lui aussi, docteur de la Faculté de médecine de Montpellier, celle de la modernité vitaliste opposée à la tradition humoraliste de la Faculté de médecine de Paris. Auteur de nombreux articles de médecine de l’Encyclopédie, il meurt à Paris en 1815. Voir Roselyne Rey, «Un représentant de l’école de Montpellier au xviiie siècle, Menuret de Chambaud: le médecin, le malade et la maladie», Actes du Congrès national des sociétés savantes, Section d’histoire des sciences et des techniques, 1985, pp. 129-139.

13 Tome X, 1765, pp. 903G-909G. C’est une entrée de l’article «MUSIQUE». Texte intégral évidemment disponible sur le site de l’ENCCRE (Edition Numérique Collaborative et Critique de l’Encyclopédie).

14 Ivi, p. 904G ll. 32-33: «nous [en] avons tiré beaucoup de lumières»; «Qu’il est gracieux de pouvoir payer un faible, mais légitime tribut à l’amitié, en rendant un juste hommage à l’exacte vérité!»

15 Dont on sait très peu de choses, sinon qu’il était né à Strasbourg et qu’il est mort en 1761, donc très peu après sa soutenance de thèse.

16 Avignon, Jacob Garrigan, 1758, 117p. + 3p. d’index. Disponible sur <medic@>.

17 Qui est le titre de la traduction française éditée en l’AN XI (1802/1803) par Etienne de Sainte-Marie (1776-1829), également docteur (en décembre 1803) de l’Ecole de médecine de Montpellier. Traduction évidemment inconnue par Ginguené en 1791. Egalement disponible sur <medic@>.
N.B. Dorénavant, quand le texte latin de la thèse de Roger est suivi de sa traduction française, celle-ci provient de ladite traduction de Sainte-Marie, très fidèle au texte latin. La différence entre l’original et son traducteur réside dans le fait que celui-ci a voulu présenter le texte d’une manière plus structurée. Il y a ajouté aussi près de cent pages de notes et une préface de trente-cinq pages!

18 Encyclopédie, tome X cité ci-dessus note 13, p. 904G ll. 36-38.

19 Joseph Roger, Tentamen de vi soni et musices in corpus humanum, ouvr. réf. ci-dessus à la note 16, p. 5.

20 Etienne Sainte-Marie, Traité des effets de la musique sur le corps humain, Paris et Lyon, Brunot, Reymann et Comp.e, et Roger, an XI (1803), p. 1.

21 Roger, Tentamen… cit., p. 55.

22 Sainte-Marie, Traité… cit., p. 115.

23 Roger, Tentamen… cit., p. 75.

24 Sainte-Marie, Traité… cit., p. 160.

25 Roger, Tentamen… cit., p. 81.

26 Sainte-Marie, Traité… cit., p. 174.

27 Ivi, pp. 183-253.

28 Georgii Baglivi, De Fibra motrice, et Morbosa; […] Epistola ad Alexandrum Pascoli, Perusiae, 1700.

29 Haller (trad. Du Latin de M.), Elemens de Physiologie, ou Traité de la structure et des usages des différentes parties du corps humain, Paris, Prault Fils, 1752, pp. 1-3: «Chapitre Premier. De la Fibre».

30 Dans Le rêve de D’Alembert (1769) et dans les Eléments de physiologie (1779 pour la copie Vandeul).

31 Sainte-Marie, op. cit., p. 184.

32 Ivi, p. 187. Kaau-Boerhaave est le neveu de Boerhaave. Né à La Haye en 1715, il fut appelé à Saint-Pétersbourg en 1740 comme médecin de la cour, en devint le premier médecin en 1748. C’est à Moscou qu’il est décédé en 1753.

33 Ivi, p. 189, où se trouve cette notation: «Les fibres de notre corps peuvent en général s’allonger du 25e. sans se rompre.»

34 Ivi, pp. 192-193. Notons au passage comment, avec ces «méninges» entourant les fibrilles, se cherche la notion de tissu conjonctif.

35 Ivi, p. 194. Une note infrapaginale précise que ce cas de «musique iatrique» est tiré de l’«Histoire de l’Acad., 1752, p. 73, obs II.». Le «tambour» est notre «caisse du tympan» de l’oreille moyenne.

36 Ivi, p. 203.

37 Pour ne pas prendre trop d’espace, je synthétise, pour ne pas dire je concentre outrageusement le développement du texte, pp. 208-209, sur le processus physiologique par lequel la musique touche les organismes des hystériques.

38 Rappel de sémantique historique: la première acception d’«émotion» est celui d’«émotion populaire». L’«émotion», c’est le mouvement par lequel le peuple ou une partie du peuple sort de sa tranquillité (passivité?) coutumière.

39 Ainsi trente ans, exactement trente-et-un ans après la thèse de médecine de Roger, le grand piémontais Carlo Botta (1766-1837) soutient la sienne, également en latin, à Turin le 3 décembre 1789 à 9 heures du matin, avec une des dissertations (17 pages en «X» paragraphes) intitulée: «Ex Remediorum Fonte. De Musices Efficacia in quibusdam curandis morbis

40 20 pages accessibles sur <medic@>. Autres précisions: 1/ le 20 Vendémiaire an XI correspond au mardi 12 octobre 1802; 2/ Ce qui signifie que ce texte date d’avant la traduction française par Sainte-Marie (1803) de la thèse en latin de ROGER de décembre 1758, et donc que Desessartz ne connaît encore que cette dernière dans laquelle il dit avoir puisé; 3/ Jean-Charles Desessartz (1729-1811) est un vieux de la vieille Faculté de médecine de Paris, opposée à la moderne de Montpellier, et dont il a été doyen, devenu membre de la 9e. section (médecine et chirurgie) de la première classe de l’Institut national, première version, c’est-à-dire celui de la Convention, plus moderne que celui réformé réactionnairement par Bonaparte quelques mois plus tard, le 3 Pluviôse an XI / dimanche 23 janvier 1803; son grand œuvre est le «Traité de l’éducation corporelle des enfants en bas âge, ou Réflexions pratiques sur les moyens de procurer une meilleure constitution aux Citoyens.», Paris, Jean-Thomas Herissant, 1760, que Rousseau a consulté pour l’Emile; cet ouvrage lui valut l’appellation flatteuse de «médecin des enfants».

41 Desessartz, Réflexions sur la musique, considérée comme un moyen curatif, Paris, an XI (1802/1803), p. 2.
Explication du pouvoir curatif de la musique sur la rage: celle-ci est assimilée à un de ses symptômes, l’hydrophobie (Voir sur ce point les deux articles «HYDROPHOBIE» et «RAGE» de Jaucourt dans l’Encyclopédie); la musique, en rétablissant le mouvement plus ou moins harmonieux des fibres, détruit ou, à tout le moins, diminue la phobie.

42 Détaillés et analysés dans notre article de la Revue française de musicothérapie: «L’AN XI (1802/1803) Une grande année pour la musicothérapie en France», vol. XXXVIII, n° 1, Juillet 2019, p. 80.

43 Pour situer cela par rapport à notre temps, disons que la musicothérapie a toujours le soin de se fonder sur le biologique au sens large, en allant analyser ce qui se passe au centre par excellence du corps-esprit: le cerveau. Voir l’ouvrage fondamental en langue française: Bernard Lechevalier, Hervé Platel, Francis Eustache, Le cerveau musicien. Neuropsychologie et psychologie cognitive de la perception musicale, 2e. Ed., Bruxelles, De Boeck, 2010.

44 J.-P. Sartre, Esquisse d’une théorie des émotions, Paris, Hermann, 1965, p. 62.

45 Ibid. Le syntagme vient explicitement de Heidegger.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search