Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Rénovation de l’héritage démocratique

 | 
Anne Trépanier

Présentation des auteurs

Texte intégral

ÉRIC BÉDARD

1Docteur en histoire de l’Université McGill, Éric Bédard est professeur à la Télé-université de l’Université du Québec à Montréal. Il s’intéresse à l’histoire politique des idées, à l’historiographie québécoise et aux rapports que notre époque d’hypermodernité entretient avec le passé. Avec Julien Goyette, il a fait paraître Parole d’historiens. Anthologie des réflexions sur l’histoire au Québec (Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2006) ; il est également l’auteur de Chronique d’une insurrection appréhendée. La crise d’Octobre et le milieu universitaire (Sillery, Septentrion, 1998).

PHILIPPE CORCUFF

2Maître de conférences de science politique à l’Institut d’Études Politiques de Lyon, Philippe Corcuff est rattaché au Centre de Recherche sur les Liens Sociaux (Université Paris Descartes/ CNRS) et est réputé pour son action citoyenne au sein de l’association altermondialiste ATTAC France. Il est l’auteur de plusieurs livres et de nombreux articles. Parmi les plus récents, mentionnons, en tant qu’auteur, Les nouvelles sociologies – Entre le collectif et l’individuel (Paris, Armand Colin, 2007), Les grands penseurs de la politique – Trajets critiques en philosophie politique (Paris, Armand Colin, 2005), Bourdieu autrement – Fragilités d’un sociologue de combat (Paris, Textuel, 2003), La question individualiste – Stirner, Marx, Durkheim, Proudhon (Latresne, Le Bord de l’Eau, 2003), La société de verre – Pour une éthique de la fragilité (Paris, Armand Colin, 2002) ; en codirection avec Alain Maillard, Les socialismes français à l’épreuve du pouvoir (1830-1947) – Pour une critique mélancolique de la gauche (Paris, Textuel, 2006) ; en collaboration avec Jacques Ion et François de Singly, Politiques de l’individualisme – Entre sociologie et philosophie (Paris, Textuel, 2005); sous son conseil scientifique l’ouvrage collectif, Pierre Bourdieu : les champs de la critique (Paris, Bibliothèque Publique d’Information/Centre Pompidou, 2004).

ANNE GILBERT

3Anne Gilbert occupe un poste de professeur titulaire au Département de géographie de l’Université d’Ottawa, tout en assumant la direction de la recherche du volet francophonies minoritaires au Centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités. Spécialiste reconnue de l’espace francophone au Canada, elle siège au bureau de direction de la Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d’expression française de l’Université Laval et de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques. Elle est membre de l’équipe de coordination du Comité consultatif de la recherche de l’Association des universités de la francophonie canadienne, ainsi que de différents comités aviseurs sur les questions de la francophonie au gouvernement fédéral. On lui doit l’ouvrage Espaces franco-ontariens, paru aux Éditions du Nordir en 1999, plusieurs articles et chapitres de livres sur le fait français au Canada ainsi que sur divers autres aspects de la géographie sociale du pays. Tout en poursuivant ses travaux sur la vitalité communautaire des minorités francophones au pays, elle dirige une équipe de recherche engagée dans l’étude de l’espace de la vie quotidienne dans la région d’Ottawa–Gatineau. Elle a coordonné récemment, en collaboration avec Joseph Yvon Thériault et Linda Cardinal, la production d’un ouvrage sur les nouveaux enjeux du développement de la francophonie canadienne.

GILLES LABELLE

4Professeur à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa, Gilles Labelle s’intéresse de près à la pensée philosophique française contemporaine et prépare d’ailleurs un ouvrage sur cette question. Il est l’auteur de plusieurs articles et chapitres de livres dont : « Critique du théologico-politique et critique de la politique chez Marx et dans l’utopie religieuse selon Miguel Abensour », dans Anne Kupiec et Étienne Tassin (éd.), Critique de la politique (Paris, Sens et Tonka, 2006), « Sens et destin de la colère antithéologique au Québec après la Révolution tranquille », dans Alain G.-Gagnon, Jacques Pallard et Bernard Gagnon (éd.), Diversités et identités au Québec et dans les régions d’Europe (Bruxelles/Québec, Presses interuniversitaires européennes-Peter Lang/Presses de l’Université Laval, 2006), « Can the Problem of the Theologico-Political be Resolved ? Leo Strauss and Claude Lefort ? », Thesis Eleven, 87, (novembre 2006) et Gilles Labelle et François Houle (dir.), Mélanges André Vachet X (novembre 2006). Il a co-dirigé (avec François Houle) la publication de Pensée, idéologie et politique. Mélanges André Vachet (Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2004).

MICHEL LAVOIE

5Michel Lavoie est professeur associé au département d’histoire de l’Université de Sherbrooke. Il est affilié au Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions (CELAT), ainsi qu’au Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (CIÉRA) de l’Université Laval. Ses recherches portent sur les rapports politiques entre les Indiens du Canada et le gouvernement fédéral, plus particulièrement sur les représentations sociales qui façonnent ces rapports et les politiques qui en découlent. S’il montre une préférence pour l’histoire du XXe siècle, il a aussi un penchant très marqué pour l’étude de l’administration coloniale britannique du XIXe siècle en matière indienne. Il a récemment dirigé le numéro spécial de la revue Recherches amérindiennes au Québec portant sur le dixième anniversaire du dépôt du rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones. Il y a publié « Politique sur commande : les effets des commissions d’enquête sur la philosophie publique et la politique indienne au Canada, 1828-1996 » (vol. XXXVII, n° 1, 2007). Sa plus récente communication, « Les Amérindiens de la vallée du Saint-Laurent et le système seigneurial, 1650-1760 », a été présentée à la prestigieuse Omohundro Institute of Early American History and Culture.

SÉBASTIEN SOCQUÉ

6Les recherches doctorales de Sébastien Socqué portent sur des questions de métaphysique et de philosophie pratique au sein de courants néopragmatistes contemporains. Parallèlement, il s’intéresse aux questions d’histoire et de théorie politiques canadienne et québécoise. Ses publications récentes dans ce domaine comptent : « Assomption et apologie de l’ambiguïté québécoise chez Jocelyn Létourneau : libération ou aporie », Recherches sociographiques (vol. XLVI, n° 3, 2005), « L’Acadie de Jacques Ferron et de André Laurendeau : Révolution Tranquille et Éveil Acadien » (Études canadiennes/Canadian Studies, vol. 58, 2006), « Position et statut de Montréal chez André Laurendeau (Laurendeau contre le ruralisme) », dans Bill Marshall (éd.), Montréal-Glasgow (Glasgow, University of Glasgow French and German Publications, 2005). Le titre de sa thèse en préparation est : Destins contemporains du transcendantal : position du transcendantal chez Rorty et Appel (Paris IV Sorbonne).

ANNE TRÉPANIER

7Anne Trépanier a complété un stage post-doctoral au CIRCEM (Université d’Ottawa) avec deux manuscrits. Elle est docteure en histoire de l’Université Laval (2005). Ses recherches actuelles, pour la paix sociale, portent sur la pertinence de la refondation pour penser le rapport du groupe à l’histoire de son identité politique. Ses intérêts pour la rhétorique, les mythes et la littérature font d’elle une historienne peu classique. Elle détient un diplôme de maîtrise en littérature de l’Université McGill et une maîtrise en philosophie politique de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS, Paris). Elle est déjà l’auteure d’Un discours à plusieurs voix, la grammaire du oui en 1995 (2001). Elle a présenté plus d’une vingtaine de communications historiennes sur les thèmes croisés de la nation, du nationalisme, de l’imaginaire politique et des identités en contexte minoritaire en Allemagne, en Russie, aux États-Unis, au Canada mais surtout au Québec. Elle a commis quelques articles, entre autres dans la Revue canadienne de science politique, dans la revue Mens et dans la revue Argument.

STÉPHANE VIBERT

8Stéphane Vibert est professeur adjoint au département de sociologie et d’anthropologie de l’Université d’Ottawa, chercheur associé au Centre interdisciplinaire de recherches sur la citoyenneté et les minorités (CIRCEM). Ses intérêts de recherches sont la notion de « communauté » dans les sciences sociales et les questions concernant le nationalisme, le pluralisme culturel ainsi que les problématiques théoriques du rapport holisme/individualisme et de l’institution symbolique du social. Il a publié l’ouvrage Louis Dumont – Holisme et modernité (Michalon, 2004) et paraîtront prochainement La communauté au miroir de l’État (Québec, Presses de l’Université Laval, 2007) et le collectif Pluralisme et démocratie (Montréal, Québec Amérique, 2007, direction). Parmi ses articles les plus récents signalons : « La démocratie dans un espace postnational ? Holisme, individualisme et modernité politique » (Anthropologie & Sociétés, vol. 26, n° 1, 2002), « La communauté est-elle l’espace du don – De la relation, de la forme et de l’institution sociales » (Revue du M.A.U.S.S., n° 24, 2004 et n° 25, 2005), de même que « Le pluralisme culturel comme réponse politique au fait de la diversité culturelle? » (Mouvements, n° 37, 2005).

JEAN-PHILIPPE WARREN

9Titulaire d’une chaire d’études sur le Québec, Jean-Philippe Warren est professeur au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Concordia. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire intellectuelle et culturelle du Québec dont, récemment, Une douce anarchie. Les années 68 au Québec (Montréal, Boréal, 2008), Ils voulaient changer le monde. Le militantisme marxiste-léniniste au Québec (Montréal, VLB, 2007) et Hourra pour Santa Claus. La commercialisation de la saison des fêtes au Québec (Montréal, Boréal, 2006). Auteur de plus d’une centaine d’articles dans des revues savantes ou intellectuelles, il prépare actuellement un essai historique, avec Denys Delâge, sur la rencontre de l’éthique européenne et de l’éthique amérindienne au moment de la Conquête du Nouveau monde.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable