Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Rénovation de l’héritage démocratique

 | 
Anne Trépanier

Conclusion

Texte intégral

1Dans cet essai interdisciplinaire et collectif, il s’agissait d’abord de montrer comment l’idée de refondation appliquée à la rénovation de l’héritage démocratique pouvait guider la recherche en histoire et en historiographie du Canada et même inspirer, pour des recherches futures, une nouvelle problématisation de l’histoire politique du Québec. À partir d’une réflexion sur les sens et les directions que prend l’historiographie, il s’en est suivi une réflexion de philosophie politique traitant de la difficile question de l’aspect fondationnel de la démocratie et de la désirabilité de transcendances non-absolues pouvant être négociées à partir de l’idée même de refondation. Puis, nous avons présenté une démonstration de la refondation permettant de la constituer comme une catégorie d’analyse distincte de celle de nation et de celle de révolution, pour favoriser le développement d’une nouvelle lecture de moments définiteurs d’identité pour des communautés d’appartenance. En quoi l’idée de refondation était-elle nécessaire dans l’historiographie contemporaine ? Nous avons voulu penser cette problématique dans son angle politique, certes, mais aussi philosophique, historien et sociologique.

2Depuis les carnets de Michelet jusqu’aux derniers textes de Paul Ricoeur, les historiens se sont trouvés les premiers concernés par la tâche de la transmission responsable, éclairée et sensible du passé. Ce grand travail d’appropriation de l’héritage, dans les sociétés occidentales, est fondu dans l’interprétation des textes. L’exercice combiné de la reformulation de la tradition et de l’adaptation aux réalités contextuelles nous semble indissociable de l’accueil fait au passé, que celui-ci soit généreusement ouvert ou qu’il soit réservé, irrité, tabouisé ou négligé. En effet, la conception du passé et conséquemment la place qu’il occupe dans l’imaginaire, sont responsables de l’ampleur du travail de refondation et de l’état dans lequel il s’opère : de façon diffuse ou bien de façon tout à fait consciente et dirigée, en lien avec une idéologie ou une pensée utopique, notamment en regard de l’héritage démocratique. Ce phénomène éloquent et transhistorique de rénovation de l’héritage et de recommencement partiel – rendu incontournable par le travail de la mémoire et de l’oubli, de la lecture et de l’interprétation des textes et des événements –, constitue en substance l’idée de refondation telle que nous l’avons exposée et explorée, c’est-à-dire à la fois en tant qu’hypothèse heuristique, que lieu philosophique, qu’événement historiographique et qu’en tant que catégorie interprétative.

Réflexions sur la refondation appliquées à l’histoire canadienne-française devenue québécoise

3Lorsqu’il est question de définir l’identité des héritiers de la tradition démocratique dans le contexte culturel pancanadien, la mémoire historique, la tradition, le sentiment d’appartenance et l’idée de génération sont appelés à dialoguer. La rencontre entre les différents éléments mémoriels et historiques prend place de façon cyclique pour faire émerger ou renaître un référent identitaire. Ce référent ne saurait être fixe dans la longue durée en ce qui concerne sa couleur, autrement dit, sa qualité. Mais sur la ligne du temps, la fondation est le concept capital. Éric Bédard nous a amené à réfléchir sur l’importance d’interroger la contemporanéité des réponses et des questions historiennes. Sa réflexion autour de la question « Peut-on échapper à la tradition moderniste » ?, donne une longue vie à la catégorie de refondation. Comme il le propose dans son article, « s’il faut découper l’histoire en moments, c’est moins pour voir les changements surgir que pour analyser les récurrences ». Et pourquoi ? Parce que ces moments sont politiques, parce qu’ils sont « un espace de délibération commun, un lieu de conflits, de remises en question, un lieu privilégié grâce auquel une simple population devient une communauté, grâce auquel un simple territoire devient une cité ». En effet, portée par le renouvellement inhérent à l’espace démocratique et aussi par les changements démographiques et la mobilité des appartenances, l’identité du groupe est renégociée, et parfois dans une zone de grand inconfort.

Contre les apparences, écrit Marcel Gauchet, le conflit est un agent essentiel de la cohésion sociale [...] Dans la mesure où les individus s’affrontent sur les raisons d’être et les finalités de leur société, ils s’affirment comme les membres d’une même communauté. [...] Par le conflit social, les individus et les groupes se posent comme ennemis au sein d’un même monde. La lutte des hommes est productrice d’appartenance et restauratrice d’une dimension de communauté.

4La représentation de soi, imaginée, puis mise en pratique dans l’exercice de définition du groupe, est intrinsèquement liée à la mise en récit de l’histoire des Canadiens. Si les historiens arrivent à redonner vie au passé en cherchant des interprétations intégrées à partir d’une comparaison des récurrences entre des d’événements politiques, dépositaires des possibilités, comme le suggérait Éric Bédard, cela équivaut, pour Hubert Aquin, à envisager « la culture canadienne-française dans sa globalité ». Comme Sébastien Socqué l’a fait voir, Aquin déclare qu’une culture qui ne peut « se manifester globalement » ne peut se sortir de son ambiguïté. En termes socio-politiques, cela implique l’exercice de la liberté politique. Est-ce à dire que les discours profondément ambigus permettent mieux que les vindictes claires la genèse de la refondation ? « Il est difficile de discerner l’exhortation à la révolution de l’appel à la constitutionnalité, la fougue révolutionnaire de la volonté d’obéir » interroge Sébastien Socqué à la lecture des discours nationalistes. Éric Bédard le mentionne, Gilles Labelle et Jean-Philippe Warren de même, Sébastien Socqué l’écrit : « construire l’histoire nationale est à la fois une affaire historiographique et une histoire politique ».

  • 1 Claude Lefort, L’invention démocratique, Paris, Fayard, 1985, p. 173.

5La notion de liberté politique met au jour la difficulté du groupe à se nommer, en cela par l’effort démocratique même, ainsi que le pose Claude Lefort : « La démocratie inaugure l’expérience d’une société insaisissable, immaîtrisable, dans laquelle le peuple sera dit souverain, certes, mais où il cessera de faire question de son identité, où celle-ci demeurera latente1 ». « Prenons le cas de la tradition, écrit Jean-Philippe Warren, celle-ci n’est pas conçue par Fernand Dumont comme un héritage figé; au contraire, il en fait “l’objet d’une constante reviviscence”. Voilà la tradition élevée au statut d’une entreprise jamais achevée de recomposition du sens de l’histoire. D’ordinaire définie comme certitude, elle devient le lieu d’une interrogation primordiale ». Cette oscillation, cette quête d’équilibre entre le perçu et le voulu, entre le subi et le choisi, entre la conservation et le recommencement, c’est toute la tessiture de l’idée de refondation telle que les auteurs de ce collectif l’ont pensée et explorée dans la première partie de ce recueil.

6Au cours de leur histoire politique, les Canadiens de la vallée du Saint-Laurent, héritiers des anciens Canadiens, ont dû définir et expliciter leur rapport au monde et aux autres à différents moments. Ces « moments » de définition sont au cœur de la problématique de la refondation. Explosions d’identité, débordant de tensions, ces périodes, concentrées autour de la définition du groupe, sont en effet connues et véhiculées, dans les anthologies du genre historique de même que dans la culture et la mémoire populaires des Québécois, comme des moments-clés de la quête d’autonomie politique et de la conquête de Soi. Gilles Labelle a voulu voir, au cœur du politique, le moment où l’historien passe à plume à l’écrivain, à celui qui magnifie l’histoire pour célébrer la fondation d’un pays. Dans sa fine analyse du Préambule au Projet de loi sur la souveraineté, Gilles Labelle éclaire le passage de l’indétermination au fondement, passage d’autant plus déterminant qu’il marque la fin d’un rêve et l’entrée dans la « réalité ». Comment? En se souvenant les luttes et les batailles souvent perdues. Les poétiques échos groulxistes du « Préambule », ne font que rappeler la filiation du projet politique avec l’historiographie nationale du Québec et l’amène à se redéfinir comme un texte de refondation plutôt que de fondation, même s’il s’agit d’une Déclaration d’intention d’indépendance. Quoi d’autre qu’un palympseste ? À la pulvérisation de l’origine et du fondement, se substitue l’imaginaire arcadien du labour et de la moisson, celui du recommencement et de la filiation lié par le travail du temps, du sens et de la rénovation de l’héritage. Jean-Philiipe Warren a en effet souligné que Fernand Dumont considérait, en pensant au Québec, qu’il « est des peuples qui peuvent se reporter dans leur passé à quelque grande action fondatrice : une révolution, une déclaration d’indépendance, un virage éclatant qui entretient la certitude de leur grandeur » alors que dans l’histoire de la société québécoise, on ne trouve « rien de pareil » ; plus de périodes de « résistance » que de périodes de « révolution » et que c’est donc sur les premières plutôt que sur les secondes qu’on devrait se fonder pour mener une réflexion sur les « commencements » qui pourrait nous « être utile devant les défis actuels de la société québécoise ».

Fondation-refondation : quel héritage pour la liberté ?

7Développons dans l’histoire canadienne l’une des thèses exposées par Gilles Labelle en regard du groupe québécois à l’aube du référendum de 1995. La renégociation du lien social, passant du tacite à l’explicite, est une forme de remise en question de l’ordre établi, faisant ainsi passer le groupe canadien d’une identité subie (celle de sujets d’un roi) à un ordre voulu, celle de sujets politiques. Ce travail implique une action. Le groupe se pose comme autre par rapport à une société en transformation. La reconnaissance de l’altérité (historique, politique ou divine), fait que l’ordre (l’identité) régnant au sein de l’imaginaire politique des Canadiens garde néanmoins la forme de l’Un, c’est-à-dire qu’un rapport transcendant avec l’altérité est conservé. Que Stéphane Vibert distingue les refondations successives de la démocratie des régulières réappropriations collectives du lieu identitaire contribue à une définition encore plus complexe de ce qu’est la rénovation de l’héritage démocratique dans son rapport à une certaine transcendance. Il met en lumière la contingence de l’espace politique. Car, écrit Vibert, « l’exigence de rupture, effective en sa qualité de principe et de récit fondateur, ne signifie jamais son accomplissement : la modernité elle-même s’inscrit dans le monde comme histoire et devient tradition ». Aurait-on posé une question aporétique? Je ne le crois pas. Comme la refondation, la démocratie est à la fois une « question », un « projet » et un « idéal », selon les termes de Philippe Corcuff. La visée démocratique, ayant rencontré l’historicité et l’incertitude réalimenterait une logique de « refondation » continuelle de la démocratie, mais sans le recours à des « fondations » fixes. La « notion-problème » des « transcendances relatives » énoncée par Philippe Corcuff déplace habilement l’opposition entre la transcendance et la relativité. Elles sont des transcendances sans Majuscules, qui n’auraient pas un caractère absolu ou nécessaire, mais au contraire, qui intégreraient des fragilités. Elles véhiculeraient des valeurs qui seraient bien immanentes mais qui « fonctionneraient comme des repères, un peu au-dessus de nos têtes afin de nous aider à nous orienter », « faisant modestement briller les Lumières tamisées d’une raison ayant rompu avec les rêves d’omniscience, éclairant d’une autre façon un idéal démocratique travaillé perpétuellement par des contradictions ». Ce sont ces variables qui ont été appliquées à des études de cas canadiens et québécois pour tenter d’employer comme catégorie d’analyse cette refondation, qui au terme d’une longue exploration heuristique semble en effet pouvoir présenter l’histoire de l’équilibre des tensions identitaires sur un mode non-totalitaire quoique, comme toute tentative d’explication, elle soit structurante.

La refondation, une nouvelle catégorie pour penser l’histoire et l’identitaire politiques : études de cas

8Notre entreprise visait, dans un troisième temps, à employer la refondation comme catégorie d’analyse. Aussi nous a-t-il fallu accepter une nouvelle complexité : mettre en relation les quatre pôles que nous avions identifiés afin d’apprécier le propre de chaque événement mentalitaire, définiteur d’identité. Péril, excentration, appartenance et rénovation de l’héritage, entre conservation et recommencement. Si la refondation elle-même est, croyons-nous, une permanence dans l’identitaire et dans l’imaginaire canadiens, nous avons montré que la qualité de celle-ci change selon chaque événement. C’est pourquoi nous pouvons parler de la refondation comme d’une permanence mais non pas de l’identitaire et de l’imaginaire politiques canadiens comme des valeurs ayant des contenus fixes.

9Les événements que nous avons interrogés se révèlent discontinus mais l’idée de refondation les traverse. En effet, ni l’idée de révolution ni celle de réforme, ni même celle de « refolution », inventée par Rogers Brubaker, ne porte avec autant d’acuité la riche complexité des rapports de force qui jouent dans la peinture de l’imaginaire et de l’identitaire politiques du groupe canadien autour de l’Acte de Québec, de la question de l’école chez les Franco-ontariens contemporains et de l’identité de victime des Autochtones du Québec. Cette tension entre la nationality et la nationhood, nous l’avons circonscrite par l’idée d’appartenance. Ce qui équivaut au « double recours à l’espérance et à la mémoire, garantie de durée » correspond en effet à la quête du foyer – du Heimat –, le hic et nunc, dans le vécu présent et intemporel, soit autrement dit, dans l’imaginaire. Le pôle que nous avons identifié comme la rénovation de l’héritage exprime ce désir, explicité autrement, en d’autres temps, par Ernst Bloch. Elle se manifeste pour nous comme la résultante des multiples tensions entre l’idée de recommencement et celle de la conservation.

10Sans cesse appelé à concilier le legs identitaire et l’imaginaire du groupe dans l’avenir-altérité – dans le futur politique nécessairement autre – soumis au péril et à l’excentration, le groupe historique canadien a développé une façon propre de négocier les formes de son identité.

11Au sein d’une mentalité de la survivance ou de victime, telle qu’étudiée par Michel Lavoie, la question de la redéfinition du groupe se pose en terme d’appartenance, en réaction à une excentration multiple et à un péril identitaire constant, au plan politique comme au plan culturel. La consolidation comme sujet politique travaillant ainsi à se définir de l’intérieur. En effet, la difficile question de la rénovation de l’héritage ancestral et de la tradition européenne relève davantage de la refondation identitaire que du rapatriement d’une identité. « Les contemporains ont ainsi envers leurs ancêtres un devoir de mémoire, mais ils ont surtout le devoir de vivre le présent et de construire l’avenir. Pour l’avenir, les Indiens devront choisir entre les sirènes de l’identité collective de victime de l’histoire et le pardon, non pas l’oubli. Car pour pardonner, il est essentiel de se souvenir. Ils pourront passer ainsi “au difficile exercice de leur responsabilité envers le seul monde où ils se trouvent” » et se refonder dans celui-ci » écrit Michel Lavoie. Pour que les sujets deviennent le sujet de leur propre ambition politique, il aura fallu que la définition du groupe imprime son altérité multiple avec les Autres, avec le passé et le futur du groupe, avec un territoire politique dont les frontières changent, avec un pouvoir économique, social et politique dont la hiérarchie se transporte et s’approche du noyau géoidentitaire du groupe. C’est essentiellement à partir du moment où les membres de la communauté se reconnaissent comme faisant partie d’un groupe historique au parcours historique distinct ou marginal, c’est selon, que le mouvement pérenne de la refondation de l’imaginaire et de l’identitaire politiques s’initie. Le fait que l’école de l’Ontario, comme le souligne Anne Gilbert, « ne parle pas ou très peu du groupe que les parlants français forment, de ce qui distingue et particularise ce dernier et de ce qui leur sert de référence dans leur rapport aux autres et au monde », échoue à la reconnaissance d’une exo-définition franco-ontarienne. Mais le deuxième volet de l’endo-définition, montre que la définition de la communauté ontarienne comme communauté politique

[...] ne découle pas d’une banale modification des frontières de la communauté. Il s’agit bien au contraire d’un renversement de perspective, de la mémoire au territoire. Dans ce récit politique de la communauté, l’appartenance, liée dans le passé à la filiation, repose maintenant sur le fait de vouloir se constituer en communauté dans un espace donné [...] qui permet au groupe de se dire lui-même et aux autres ce qu’il est et veut devenir.

12Ce processus de redéfinition doit être perçu comme l’espoir du dépassement d’une ambivalence identitaire, du conflit ethnique et de la marginalisation.

13L’idée de survivance, comme l’idée de révolution d’ailleurs – et c’est là la triste manifestation de la pauvreté du lexique conceptuel de l’histoire de l’identité du groupe historique canadien du Québec –, sert à dire, à décrire ou à expliquer la pérennité de l’imaginaire et l’identitaire du groupe, constitué d’un héritage culturel propre et d’une volonté de recommencement. La complexité de la composition de l’identitaire et de l’imaginaire impose, par son parcours historique particulier, une nouvelle catégorie. L’identitaire politique du groupe se traduit en effet par une tension transmise de génération en génération.

14L’évocation de ces bornes référentielles amène les énonciateurs de l’identité à projeter la catégorie de refondation dans l’avenir du groupe et ils l’emploient au présent comme un argument. Modernité, changement, réingénierie, différence, révolution-à-épithète, tous ces termes renvoient à la refondation traditionnelle, celle qui est au cœur de l’épistémè québécoise.

15Dans ce recueil qui contient des propositions herméneutiques et historiennes exigeantes, nous avons lu au moins trois choses. D’abord, que l’idée de refondation ne fait peur ni aux philosophes, ni aux géographes, ni aux sociologues et ou aux historiens de la nouvelle sensibilité historique, comme l’écrivait Stéphane Kelly dans Les idées qui mènent le Québec. Nous avons réfléchi sur la nature de la démocratie et avons vu qu’elle est favorable au changement, dans une certaine limite, celle de la mise en œuvre des aspirations du groupe qui la nourrit. Nous nous sommes aussi ouverts à une idée nouvelle : la refondation pour penser l’histoire politique des sociétés démocratiques. Comment d’autres sociétés modernes aux prises avec une difficulté à se « renommer », emploient-elles la refondation comme argument ? La rébellion des Patriotes, comme la Révolution tranquille d’ailleurs, les émeutes de banlieues en France pré-sarkozienne ou la Commission sur les accommodements raisonnables ont été des moments clés en leur temps et ils le sont aussi dans le temps présent du politique. Parce que la communauté politique a besoin de changement et souhaite, en même temps, une certaine stabilité, le renforcement identitaire semble être de mise dans les démocraties alors que la démographie change et que la culture s’horizontalise. À la notion-problème des « transcendances relatives » nous ajoutons l’idée de refondation, sans majuscule.

Notes de fin

1 Claude Lefort, L’invention démocratique, Paris, Fayard, 1985, p. 173.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540