Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Rénovation de l’héritage démocratique

 | 
Anne Trépanier

Troisième partie : La refondation, une nouvelle catégorie pour penser l’histoire et l’identitaire politiques

La refondation comme argument : l’histoire au service de l’identité

Anne Trépanier

Texte intégral

1Parmi les différents usages de l’histoire, la refondation est un argument qui prend son élan dans la volonté de recommencement et déploie son énergie dans la compromission autour de la nécessité de réinvestir le sens de l’héritage démocratique. Elle est donc un argument de choix pour les définisseurs de l’identité dans les sociétés modernes aux prises avec un questionnement identitaire.

2Prenons les grandes et difficiles commissions Vérité et réconciliation qui sont devenues les solutions juridiques de rechange les plus estimées du monde démocratique contemporain. Née dans le monde blessé, trouble et honteux de l’après-Apartheid en Afrique du Sud, la première commission Vérité et réconciliation, dirigée par le prix Nobel de la paix Desmond Tutu, fut un succès. Une masse énorme de récits, une Histoire pleine d’histoires, des amnisties accordées parcimonieusement, un objectif avoué de réconciliation et d’unité nationale. D’autres tentatives semblables ne semblent pas avoir donné les fruits attendus. La pomme grenade pousse encore sur le tisonnier.

3Loin des discussions théoriques sur la réécriture de l’histoire et l’invention de traditions démocratiques se posait alors la problématique appliquée de la réconciliation en vue de la construction d’un identitaire sociopolitique d’une paix sociale durable. Même sans histoire traumatique, la paix sociale est une denrée périssable et hautement prisée dans les démocraties à la fois par les dirigeants, les commerçants, les mères de famille, que sais-je ? les groupes et individus qui tirent profit de la stabilité. Quand la paix sociale implique une écriture de l’histoire collective ou, encore davantage, une réécriture collective de l’histoire du groupe, on assiste aux délibérations d’un tribunal du passé. La paix sociale a besoin d’un argument. Celui de la refondation.

4Car la refondation est aussi un argument de réconciliation identitaire. L’idée de refondation marque une volonté d’équilibrage, le début d’une nouvelle mise en œuvre des aspirations du groupe, d’un remodelage, n’effaçant pas, comme le ferait l’idée de révolution, toute légitimité antérieure à son expression historique. La refondation est un argument oxymorique de recommencement et de filiation.

5Prenons le calendrier des fêtes nationales. Depuis 2001, au Québec, le lundi le plus près du 25 mai est chômé en l’honneur de la fête nationale des Patriotes. Ce jour déjà dévolu à la fête de la reine Victoria d’une part et à la mémoire de Dollard des Ormeaux d’autre part, donne maintenant un peu de lui à la mémoire des Patriotes de 1837-1838. Pourquoi donc tant d’émoi autour de la concrétisation de ce vieux combat des défenseurs de la mémoire des Patriotes ? Parce qu’il réveille les éléments moteurs de la refondation : le péril, l’appartenance, l’excentration et la rénovation de l’héritage.

6Porteur de l’idée de refondation, Gérard Bouchard, historien et sociologue, exprime dans ce passage la pérennité de l’esprit de compromis :

Les vieilles antinomies qui n’ont pas été tranchées par crainte de choix trop radicaux ont survécu sous la forme d’un héritage hétéroclite au sein duquel coexistent aujourd’hui des idéaux parallèles (le social et l’identitaire), des allégeances contradictoires (l’Europe et l’Amérique, la continuité et la rupture), les options mal emboîtées (Québec et Canada), des identités en vrac (Canadien-français, Francophone, Canadien, Américain...) [...]

7La refondation amène de même la question de l’identitaire et de l’imaginaire politiques et de leur renégociation dans la longue durée. La refondation agit d’abord sur les visions du monde : celles qui sont contemporaines aux événements et celles de l’historien. C’est pourquoi la refondation peut aussi être un argument historique.

8Le passé historique est de toute évidence devenu un argument de valeur pour consolider le groupe canadien, canadien-français et québécois et l’amener vers une nouvelle définition de soi et une présentation et compréhension du groupe mieux arrimée au monde contemporain, c’est-à-dire ouverte à la nouveauté politique, démographique et aux changements de mentalité. Le calendrier des fêtes nationales concurrentes en constitue un exemple révélateur.

Le cas de la réhabilitation des Patriotes

9Le mouvement des Patriotes de 1837-1838 apparaît comme un moment privilégié pour poser l’hypothèse de la refondation comme l’un des paradigmes de la mentalité historique canadienne, devenue canadienne-française puis québécoise. D’abord, le récit des rébellions des Patriotes est central dans toutes les anthologies d’histoire du Québec. Les uns y voient la source historique des conflits actuels entre le Québec et le reste du Canada, les autres emploient la mémoire des Patriotes comme un argument afin d’universaliser le combat de l’autonomie des provinces par rapport au gouvernement fédéral. Enfin, on cite les Rébellions afin d’asseoir un nouveau projet de société québécois en « désethnicisant » historiquement le débat sur l’appartenance, la citoyenneté et la démocratie.

10Entrons dans le vif des questions qui ont émergé à l’annonce du premier ministre d’alors de fêter les Patriotes et l’héritage démocratique en lieu et place de la fête de Dollard. Pourquoi ne pas avoir choisi l’une des dates qui se rapporte plus particulièrement aux Patriotes de 1837-1838 ? Le 15 février, date de pendaison de six patriotes ? Le 25 février, celle de la pendaison de Chevalier de Lorimier ? Le 28 février, pour souligner la déclaration d’indépendance du Bas-Canada? Ou encore mieux, le 23 octobre, pour marquer l’anniversaire de la fameuse Assemblée des six comtés ? Que représente l’instauration de ce congé pour l’imaginaire et l’identitaire historique et politique des Québécois ? Pourquoi remplacer le souvenir de Dollard des Ormeaux par la mémoire des Patriotes ? Où relègue-t-on l’histoire du Long-Sault ? Aux calendes grecques avec le Petit Catéchisme dans le grenier des ursulines ? N’est-ce pas là trop d’histoire pour une seule date ?

11L’événement rassembleur est un moment de refondation en soi parce qu’il sert à redéfinir l’identité politique du groupe québécois en renforçant son rapport à un événement de son histoire nationale et parce qu’il agit comme réconciliateur identitaire en offrant à tous les habitants du Québec une possibilité d’identification (on marque bien la diversité des origines et des moyens des Patriotes). De plus, il satisfait les nationalistes et les démocrates puisque les valeurs mises en avant sont justement la démocratie et la lutte contre le pouvoir impérial. Cependant, le fait de renommer cette journée, de la réinvestir d’un sens qui soit largement recevable et surtout, utilisable, fait de ce moment un événement de la refondation. Bien sûr, ce dernier trait a des détracteurs. Ceux-ci, de tout horizon, voient bien la difficulté que pose le remplacement d’une commémoration déjà double par une autre, plus englobante, désethnicisante et démocratisante. En saluant l’annonce officielle de Bernard Landry, le cinéaste Pierre Falardeau, réalisateur du film 15 février 1839, répond ainsi à un journaliste : « Je trouve ça correct qu’on veuille rappeler aux gens l’importance des Patriotes, mais c’est plate parce qu’on avait déjà la fête de Dollard des Ormeaux en opposition à la fête de la Reine. Si on avait choisi le 15 février, pour commémorer la pendaison du chevalier De Lorimier et de quatre autres Patriotes, ça aurait fait une journée en réaction à la fête du drapeau canadien, célébrée également le 15 février ». Le gouvernement Landry aurait perdu une occasion de marquer l’identité historique des Québécois en opposition à une figure emblématique du Canada. En jouant sur les conséquences historiques et symboliques de la rencontre de ces commémorations simultanées sur le calendrier des Canadiens et des Québécois, on pourrait arguer qu’en réorientant cette fête, les Patriotes peuvent enfin dire leur victoire sur l’Empire britannique puisque le Québec passera dorénavant sous silence la fête de la reine Victoria – dont le premier geste politique fut précisément d’adouber Lord Durham – au profit de la mémoire des Patriotes. C’est d’ailleurs une meilleure opposition symbolique que le martyr du Long-Sault pouvait offrir, et plus persuasive aussi que l’opposition des Patriotes au drapeau canadien... En effet, si on reprend l’argument de Falardeau, non seulement la référence mémorielle devrait agir comme commémoration historique identitaire, mais aussi elle devrait absolument s’imposer dans l’identitaire comme une histoire parallèle. La borne mémorielle devrait ainsi s’ancrer dans une démarcation claire entre « nous » et « eux ».

12La refondation est à mon sens rattachée à un paradigme différent, et c’est pourquoi elle est d’usage chez les rassembleurs, les agents de compromis et les universalistes. La fête de la Reine était pour les Anglais, la fête de Dollard pour les Canadiens français. Voilà dissous le concept des deux peuples fondateurs, des deux solitudes, et montée en statue équestre la fête des Patriotes pour permettre à tous les Québécois de se retrouver – tous – dans ces héros de la démocratie. L’Autre n’existe plus. En tout cas, plus au Québec.

13La redéfinition des groupes québécois et canadien dans le monde, à l’échelle des nationalités, témoigne de nouvelles perspectives politiques « nationales ». À partir du point focal des Rébellions, on peut voir l’appartenance et la rénovation de l’héritage s’interpeller sur le terrain géographique, historique et prospectif. Les idées de frontière et d’altérité, sur le plan territorial, politique et identitaire, résument le travail de balisage obligé par l’événement mentalitaire. Dans le même esprit de redéfinition des frontières, l’excentration et la rénovation de l’héritage favorisent un métissage multiple. Au plan de la conservation, on a l’acquis communautaire des Canadiens héritiers des anciens Canadiens. Toutefois, se sont joints au combat libertaire plusieurs « nouveaux » Canadiens dans l’objectif de rapatrier le pouvoir qui a été confié à Londres comme celui qui a été détenu par l’administration du Bas-Canada, en vue d’obtenir une garantie de vertu politique. Sur le plan de la distinction, la question ethnique n’est pas un vecteur de définition devant l’interpénétration nouvelle des valeurs libérales et nationales. Les idées d’appartenance et de rénovation de l’héritage sont développées sur le mode de la non-contradiction entre l’être et le devenir, soit un rapport historique au temps garant d’une cohésion du groupe et, surtout, d’une identité capable d’être perpétuée, dans le temps, par différents groupes à visées identitaires.

14Revenons donc au cas de la société québécoise actuelle : une société sans griots, nourrie de différentes formes de discours sur le groupe : sondages, études, reportages, dossiers spéciaux, téléromans, sans oublier la récente Commission sur les accommodements raisonnables. Par ailleurs, dans cette société scolarisée, où le débat pour un enseignement de l’histoire nationale enflamme une grande partie de la population, il y a une obsession : celle de se nommer, de s’inscrire dans une filiation.

La réconciliation identitaire

15Le 27 novembre 2001, le Premier ministre du Québec Bernard Landry déposait cette motion sans préavis à l’Assemblée nationale : « Que l’Assemblée nationale souligne l’importance de la lutte des Patriotes de 1837-1838 pour la reconnaissance de notre nation, pour sa liberté politique et pour l’établissement d’un gouvernement démocratique ».

Un argument qui « fait » du sens...

16Pour comprendre l’argument de refondation, il faut être attentif aux cas où la mémoire historique est explicitement dirigée en vue de la réconciliation identitaire. « Monsieur le Président, dit Bernard Landry, plus d’un siècle et demi s’est écoulé depuis la rébellion des Patriotes de 1837 et 1838. Et pourtant, ce chapitre de notre histoire nationale n’a rien perdu de son actualité. Il continue de hanter les mémoires et de ressurgir, avec toujours plus d’insistance, à chaque détour de notre parcours collectif ».

17L’historicité de cet événement n’est pas sa seule qualité politique. En effet, cet exemple gagne en valeur parce qu’il se qualifie, selon Landry, d’universel. Le Québec s’est doté d’une borne qui se qualifie au plan mondial par la noblesse des idéaux défendus par les protagonistes. En quoi cet événement a-t-il une portée à la fois définitionnelle pour le « nous » et une valeur rassembleuse pour les Autres qu’on aimerait bien voir s’agglutiner au noyau national principal ? En effet, la mixité, la démocratie et la modernité sont les traits sinon les valeurs principales de l’Occident. L’évocation de ces bornes référentielles amène les énonciateurs de l’identité à projeter la catégorie de refondation dans l’avenir du groupe et ils l’emploient au présent comme un argument. Modernité, changement, réingénierie, différence, révolution-à-épithète, tous ces termes renvoient au réseau de tensions qui constituent l’idée de refondation.

Un « nous » composite

18Est mise en avant l’exemplarité du groupe des Patriotes dans trois traits qui sont chers au gouvernement indépendantiste créateur d’une société québécoise sur les bases d’un nouveau projet de société, agissant au sein d’une communauté très mixte, dont le facteur d’unité, la langue française, venait traditionnellement avec une histoire et un parcours, celui des Canadiens devenus Canadiens français. Le « nouveau défi » était de faire de cette société composite une société ancrée dans un imaginaire respectueux des différentes mémoires historiques. Or, la refondation comme argument semble être ce mouvement positif et enthousiaste de rebrassage, de remix, qui permette à tout un chacun d’appartenir de nouveau à la société de son choix. Ces trois éléments sont : la mixité démographique, l’esprit démocratique et la modernité.

19La vertu politique de ce groupe historique prend sa valeur par le combat de ses héros pour l’instauration de la démocratie. Landry présente les acteurs en exposant leurs hauts faits : « Les Patriotes comptent parmi nos premiers véritables démocrates. Ils se sont battus avec courage pour des idéaux de droit, de justice et d’égalité pour leur peuple, y perdant leurs biens, leur liberté et, pour des dizaines d’entre eux, leur vie ». En effet, avec les 92 résolutions, les Patriotes réclamaient un corps législatif doté de réels pouvoirs, la responsabilité ministérielle, le contrôle des revenus de la taxation. En ce sens, poursuit Landry, « même si son terrain d’action a été local et national, la lutte des Patriotes a mis de l’avant des idéaux universels ». La portée universelle de la valeur de leur combat en fait des héros potentiels. Si la vaillance au combat est le fait de la majorité des Patriotes (quoique ici les chefs Nelson et Papineau en prennent pour leur rhume), la sagesse et les bons conseils sont réduits à la personnalité de Papineau et – post-mortem – à celle du Sacrifié, Chevalier de Lorimier, dont le testament épistolaire est porteur d’idéal. Rien à redire ici sur le choix des héros du demos dans la tradition grecque puisque aretê et sophia sont des vertus tout à fait présentes. Les Patriotes ont été de grandes figures du combat démocratique. Est-ce à dire qu’ils sont les ancêtres que les Québécois d’aujourd’hui se choisissent en priorité ? En nomment les nouveaux héros du Québec, Landry s’est inscrit dans la nouvelle éthique de la nation pluriethnique dont Gérard Bouchard est le penseur. En effet, Bouchard écrit sur la surprenante compatibilité de l’idée de la nation déployée dans le long terme et celle de la pluriethnicité :

Nous ne croyons pas que la mémoire longue de la nation ou d’un segment fondateur de la nation soit a priori disqualifiée du fait de la pluriethnicité. Ce qu’il importe en définitive de préserver dans le passé proche ou lointain de la nation, ce sont moins les traits qui font sa singularité que ce que l’on y peut trouver d’universel. Il s’agit donc de promouvoir cette expérience collective particulière en tant qu’elle met en forme des valeurs fondamentales, des évolutions, qui reproduisent de grands types idéaux et rejoignent d’autres expériences collectives.

20L’autre trait marquant de cette borne historique à vocation identitaire est la modernité de la cause des Patriotes, et avec elle, le souffle de l’américanité qui donne un élan à l’imaginaire historique du groupe québécois. Du même coup est mise de l’avant la modernité du Québec actuel en mettant en relief un passé relié au grand courant des Lumières mais aussi à l’histoire des grandes et petites nations qui ont fait la modernité, dont les racines puisent dans le bagage gagné par le combat des Patriotes.

21La refondation est donc un argument qui se déploie dans la logique contemporaine du vivre-ensemble. Le rapport au passé du groupe, bousculé dans le trop-plein de mémoires différentes et souvent distinctes, mute au mieux vers les expériences, les espoirs ou les souvenirs universels afin de dégager les thèmes postnationaux du vivre-ensemble : l’universalité, la démocratie, la mixité du groupe. Pour l’imaginaire et l’identitaire politiques du groupe, il s’agit de laisser s’opérer une transformation du rapport au passé qui soit positive pour le présent, tout en étant respectueuse de l’héritage historique dont la mémoire est préservée par les Québécois d’origine laurentienne.

22« Monsieur le Président, les Patriotes ont mérité une place de choix dans l’histoire de notre nation québécoise. Ils font eux aussi partie de la courte liste des libérateurs de peuple. Les Québécoises et les Québécois sont fiers de demeurer fidèles à leur mémoire ». Les moments de refondation envisagée, c’est-à-dire les événements subis ou provoqués qui amènent une redéfinition obligée du groupe, sont assez nombreux si l’on regarde l’histoire des sociétés modernes comme autant de combats identitaires. Lorsque la proclamation de l’identité devient un projet ou un programme historien ou politique, on a recours à cette fameuse « tradition d’ouverture » dont les héros nationaux font partie, lesquels sont même souvent présentés comme des fondateurs de cette tendance! Il n’est pas question de survivance si ce n’est que la pérennité d’un désir de changement... dans la continuité ! C’est que la catégorie de refondation est si émergente dans le parcours historique des sociétés démocratiques que les événements mentalitaires qui constituent la trame du discours national ou nationaliste en sont nécessairement porteurs.

...........

23Dans ce recueil qui contient des propositions herméneutiques et historiennes exigeantes, nous avons lu au moins trois choses. D’abord, que l’idée de refondation ne fait peur ni aux philosophes, ni aux géographes, ni aux sociologues et encore moins aux historiens. Nous avons réfléchi sur la nature de la démocratie et avons vu qu’elle est favorable au changement, dans une certaine limite, celle de la mise en œuvre des aspirations du groupe qui la nourrit. Nous nous sommes aussi ouverts à une idée nouvelle : la refondation pour penser l’histoire politique des sociétés démocratiques.

24Depuis Michelet jusqu’à Paul Ricœur, les historiens se sont trouvés les premiers concernés par la tâche de la transmission responsable, éclairée et sensible du passé. Ce grand travail d’appropriation de l’héritage, dans les sociétés occidentales, est fondu dans l’interprétation des textes. L’exercice combiné de la reformulation de la tradition et de l’adaptation aux réalités contextuelles nous semble indissociable de l’accueil fait au passé, que celui-ci soit généreusement ouvert ou qu’il soit réservé, irrité, tabouisé ou négligé. En effet, la conception du passé et conséquemment la place qu’il occupe dans l’imaginaire, sont responsables de l’ampleur du travail de refondation et de l’état dans lequel il s’opère : de façon diffuse ou bien de façon tout à fait consciente et dirigée, en lien avec une idéologie ou une pensée utopique. Ce phénomène éloquent et transhistorique de rénovation de l’héritage et de recommencement partiel – rendu incontournable par le travail de la mémoire et de l’oubli, de la lecture et de l’interprétation des textes et des événements – constitue en substance l’idée de refondation telle que nous l’avons exposée et explorée, c’est-à-dire à la fois en tant qu’hypothèse heuristique et en tant que catégorie interprétative.

Auteur

Ccomplété un stage post-doctoral au CIRCEM (Université d’Ottawa) avec deux manuscrits. Elle est docteure en histoire de l’Université Laval (2005). Ses recherches actuelles, pour la paix sociale, portent sur la pertinence de la refondation pour penser le rapport du groupe à l’histoire de son identité politique. Ses intérêts pour la rhétorique, les mythes et la littérature font d’elle une historienne peu classique. Elle détient un diplôme de maîtrise en littérature de l’Université McGill et une maîtrise en philosophie politique de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS, Paris). Elle est déjà l’auteure d’Un discours à plusieurs voix, la grammaire du oui en 1995 (2001). Elle a présenté plus d’une vingtaine de communications historiennes sur les thèmes croisés de la nation, du nationalisme, de l’imaginaire politique et des identités en contexte minoritaire en Allemagne, en Russie, aux États-Unis, au Canada mais surtout au Québec. Elle a commis quelques articles, entre autres dans la Revue canadienne de science politique, dans la revue Mens et dans la revue Argument

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540