Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Rénovation de l’héritage démocratique

 | 
Anne Trépanier

Première partie : Réflexions sur la refondation appliquées à l’histoire canadienne-française devenue québécoise

Récits de fondation et téléologie. Réflexions autour de l’historiographie du réformisme canadien-français

Éric Bédard

Texte intégral

  • 1 Peter Novick, That Noble Dream. The « Objectivity Question » and the American Historial Profession(...)

1Toute recherche en sciences humaines qui se respecte, surtout s’il s’agit d’une recherche en vue d’obtenir un diplôme de doctorat, doit débuter par ce qu’on appelle communément une « revue de la littérature ». Dans le cas des politologues, des sociologues ou des littéraires, cette « revue de la littérature » prend la forme d’une lecture critique des différentes théories auxquelles ont recouru jusqu’à maintenant les chercheurs pour éclairer une question. Cette lecture critique permet généralement de dresser la liste de failles empiriques, des carences méthodologiques ou des biais idéologiques des différentes recherches et conduit l’auteur à présenter son propre cadre d’analyse, son « paradigme », qui lui permettra de mieux éclairer le sujet qui a retenu son attention. L’apprenti historien n’échappe pas à ce passage obligé qui, dans son cas, prend la forme d’une « revue de l’historiographie ». La tradition positiviste, captive de sa méthode empiriste, a longtemps rendu cette étape de la recherche un peu laborieuse. L’historien présentait la liste des ouvrages qui, de près ou de loin, avaient traité de son sujet et il prenait bien soin de montrer que les archives exploitées étaient incomplètes ou mal comprises. Cette façon de commenter les travaux antérieurs a longtemps été liée à une certaine manière de concevoir la recherche historique. Influencés par les méthodes des sciences naturelles ou « exactes », les historiens concevaient leur discipline comme une science cumulative ; chaque recherche ajoutait une pierre à l’édifice du savoir ; chaque archive fichée permettait d’avoir une idée plus juste du passé. Comme le montre bien Peter Novick dans le cas des États-Unis, ce « noble rêve » d’une histoire « objective » a été partagé tant par les historiens du national et du politique que de l’économique et du social, par les historiens de « droite » comme par ceux de « gauche1 ». Si divers que fussent les sensibilités idéologiques ou les intérêts de recherche, le résultat restait cependant le même. Ces revues traditionnelles de l’historiographie ne tenaient pas beaucoup compte du contexte, de l’historicité des textes d’histoire, ce qui est pour le moins étonnant de la part d’historiens.

2Lorsque j’ai entrepris mes recherches doctorales sur la pensée de l’élite « réformiste » canadienne-française du milieu du XIXe siècle, m’obligeant à une certaine prudence, je ne comptais pas m’éloigner de ce passage obligé. Probablement inspiré, sans trop m’en rendre compte, par cette attitude empiriste typiquement historienne, je commençai à lire les nombreux historiens autodidactes ou professionnels, qui, de Joseph Royal à Brian Young, avaient écrit sur des personnages comme Louis-Hippolyte LaFontaine, Augustin-Norbert Morin, Étienne Parent, Pierre-Joseph-Olivier Chauveau et George-Étienne Cartier. Ces personnages, on le sait, ont accepté l’union du Haut et du Bas-Canada, travaillé à l’instauration du gouvernement responsable, combattu les « rouges » et leur projet d’annexion aux États-Unis et tissé des bonnes relations avec l’Église catholique. Chaque fois, la manière de procéder était la même : je tentais de traquer les « erreurs » de fait, impardonnable pour un historien sérieux ; je passais au peigne fin les archives pour y déceler les oublis ; j’examinais minutieusement la bibliographie, espérant presque y trouver un ouvrage « incontournable » qui n’aurait pas été cité; je lisais même avec soin les remerciements, non, évidemment, pour m’émouvoir du cheminement d’un chercheur, mais bien pour détecter les signes d’une grille idéologique. À force de lire, parfois même de relire, j’en suis venu à rédiger des centaines de pages de notes qui, au fond, ne faisaient que la somme des « fautes » commises par tous mes valeureux prédécesseurs.

3Au moment où je m’apprêtais à résumer cette « somme » dans ma revue de l’historiographie, un doute m’envahit. Je me mis à me demander pourquoi tous ces braves historiens s’étaient penchés sur l’époque du Canada-Uni. Il s’agissait dès lors moins de traquer les « erreurs » des uns et des autres, ce que je commençais à trouver futile, que de voir s’il existait, chez eux, une sorte de commune préoccupation, un fil conducteur qui permettrait de rendre intelligible cette masse d’écrits. Or, en relisant mes notes, ce que je voyais poindre à l’horizon, ce qui semblait se dégager des nombreuses recherches publiées depuis 150 ans sur le « moment » réformiste, prenait la forme d’une quête de refondation, ou de fondation, c’est selon. Les « réformistes » avaient été présentés par des générations d’historiens de sensibilité idéologique complètement différente, cela va sans dire, comme des « fondateurs » soit d’un renouveau national, soit d’une nouvelle constitution, soit d’un nouvel ordre économique et social. Ce qu’avaient voulu dégager les historiens en étudiant les « réformistes », c’était le sens ultime d’une destinée nationale, la grammaire idéologique d’une constitution ou les causes d’une adhésion aux valeurs bourgeoises d’une société nouvellement convertie au capitalisme. Les questions que ces historiens posaient à ces réformistes canadiens-français indiquaient, le plus souvent, une fascination pour la genèse d’une condition présente. Les uns semblaient avoir cherché des héros à installer pour l’éternité dans le panthéon des grands hommes de la nation canadienne-française ou du dominion ; d’autres avaient voulu trouver les penseurs subtils d’un texte constitutionnel qui balise, encore aujourd’hui, la cohabitation difficile de communautés complices ou d’individus libres. Plusieurs, enfin, s’étaient penchés sur ces bourgeois triomphants qui, consciemment ou non, avaient établi les normes d’une nouvelle forme d’asservissement. Sans contredit, il y avait, dans cette quête des origines, un caractère téléologique. L’étude du Canada-Uni et des réformistes devait aider les hommes du présent à affronter de lourds défis nationaux, constitutionnels ou sociaux.

4Comme j’appréciais ainsi la contribution de mes devanciers, ma revue de l’historiographie prenait une toute autre allure, moins classique dans sa forme, mais plus riche. Plutôt que de traquer les erreurs des uns et des autres, j’en suis venu à me demander quel but poursuivaient tous ces historiens. Dans le cadre de cet ouvrage qui offre de multiples réflexions sur la valeur heuristique du concept de « fondation » en sciences humaines, ce texte se présente donc comme une modeste étude de cas. Il s’agira, dans la première partie, de voir comment, pour les historiens d’hier et d’aujourd’hui, l’époque du Canada-Uni a pu représenter un moment de fondation important. Dans la seconde partie, je m’interrogerai sur le caractère téléologique des récits de fondation et je me demanderai s’il est souhaitable et possible d’y échapper.

Trois récits de fondation sur le moment réformiste

5Les nationalistes canadiens-français et canadiens-anglais vont considérer l’époque du Canada-Uni comme un moment déterminant et lumineux. Leur interprétation de l’œuvre des réformistes variera énormément, mais leur manière d’envisager le rôle joué par les « grands hommes » dans la renaissance ou l’affirmation d’une nation reste la même. Pour les premiers, le concept de « refondation » convient cependant mieux que celui de « fondation » puisqu’ils considèrent que les réformistes donnent un nouvel élan à la nationalité après une période de grand danger.

  • 2 Laurent-Olivier David, L’union des deux Canadas 1841-1867, Montréal, Eusèbe Senécal et Cie, 1898, (...)
  • 3 Louis-Philippe Turcotte, Le Canada sous l’Union 1841-1867, Québec, Presses mécaniques du Canadien, (...)
  • 4 Henri-Raymond Casgrain, « Préface », dans Antoine Gérin-Lajoie, Dix ans au Canada de 1840-1850. Hi (...)
  • 5 Joseph Royal, Histoire du Canada, 1841 à 1867, Montréal, Beauchemin, 1909, p. 218.
  • 6 Lionel Groulx, « La démission de LaFontaine », dans Notre maître le passé, t. 3, Montréal, 10/10, (...)
  • 7 Lionel Groulx, « Discours » dans Clarence Hogue (dir.), Hommages à LaFontaine. Recueil des discour (...)
  • 8 L.-O. David, L’Union des deux Canadas, op. cit., p. 169. Une vue que ne partage pas Charles-Édouar (...)
  • 9 Lionel Groulx, « Les idées religieuses de Cartier », dans Notre maître le passé, t. 1, Montréal, 1 (...)

6Des auteurs nationalistes canadiens-français comme Laurent-Olivier David, Henri-Raymond Casgrain ou Lionel Groulx vont célébrer le triomphe des réformistes qui, en dépit du désespoir suscité par les troubles de 1837-1838, sauvent la nationalité du gouffre. Le récit canadien-français des fondations qui se rapporte aux réformistes insiste sur la capacité qu’ont eue ces derniers d’unir leur communauté nationale alors que l’avenir était sombre. Après la Conquête anglaise, après l’échec des Rébellions, après l’Acte d’Union, voilà que des chefs nationaux viennent unir une nation endeuillée par la défaite et menacée de disparaître. Comme l’explique Laurent-Olivier David à la fin du XIXe siècle, avec l’Acte d’Union, « les ennemis triomphaient2 ». Il fallait donc sonner l’alarme et former un bloc compact. « Pour conjurer l’orage menaçant, explique pour sa part Louis-Philippe Turcotte dans le premier ouvrage historique portant sur la période réformiste, « [les Canadiens français] suivent l’exemple donné par leurs ancêtres dans les moments critiques, et resserreront entre eux les liens de l’union la plus parfaite3 ». Dans la préface d’un ouvrage d’Antoine Gérin-Lajoie consacré à cette même période, l’abbé Henri-Raymond Casgrain insiste sur la cohésion de la nation ; les Canadiens français, selon lui, étaient alors « unis comme un seul homme », marchant en « phalange serrée4 ». Lorsque vint le temps de choisir entre LaFontaine et Papineau, explique Joseph Royal dans une synthèse sur l’histoire du Canada-Uni, les Canadiens français, sans hésiter, préférèrent l’homme « d’entente et d’unité » qui sut affronter la tempête plutôt que de s’enfuir5. Malgré le temps qui le sépare parfois des auteurs précédents, Groulx partage leur admiration pour la capacité des réformistes à unir leur nation. Cette unité tiendrait même du « miracle6 » selon Groulx. Elle serait due à la dextérité de LaFontaine, qui sut apporter « une formule de direction nette, claire, précise ». Pendant les premières années de l’Union, la nation s’est tenue « dans une parfaite cohésion, dans une parfaite unité de pensée et d’action sur le plan politique7 ». De même qu’on célèbre l’unité, ainsi on déplore, bien sûr, sa lente mais inexorable destruction. Sans qu’on lui en fasse endosser formellement la responsabilité, George-Étienne Cartier est parfois montré du doigt. Louis-Olivier David déplore la montée progressive de l’« esprit de parti8 » qui correspond, selon lui, au moment où Cartier occupe l’avant-scène9.

  • 10 Laurent-Olivier David, Biographies et portraits, Montréal, Beauchemin et Valois, 1876, p. 58.
  • 11 Ibid., p. 60.
  • 12 Lionel Groulx, « Un geste d’action française en 1842 », dans Notre maître le passé, t. 1, Montréal (...)
  • 13 Ibid., p. 187.
  • 14 Lionel Groulx, « Un chef de trente-trois ans », dans Notre maître le passé, t. 2, Montréal, 10 / 1 (...)

7L’époque qui suit l’adoption de l’Acte d’Union constitue un moment de grâce pour la nation canadienne-française et il importe d’en tirer un enseignement moral. Pour transformer cette terrible défaite en refondation, il fallait des hommes hors du commun. Louis-Olivier David cite des hommes comme Augustin-Norbert Morin, un esprit « désintéressé » comme il s’en fait peu, comme Joseph-Édouard Cauchon, la « forte tête d’une génération puissante10 », ou comme Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, le « poète vivant d’idéal et de sentiment11 ». Dans ce groupe d’hommes célèbres, Lionel Groulx admire particulièrement LaFontaine dont le discours en français, prononcé en 1842 à Kingston dans le Parlement du Canada-Uni, constitue un remarquable « geste d’action française ». Ce « fils de notre race, écrit Groulx, malgré le découragement universel, et malgré l’esprit de 1841, osa parler français12 ». Par ce geste courageux, « LaFontaine fut l’homme providentiel », il « a mérité qu’on le ressuscite au plus tôt dans le bronze, et le socle de sa statue devra l’élever assez haut pour qu’il y prenne la figure d’un sauveur de l’âme française13 ». Ce jeune chef « politique et national » a su saisir « l’état d’âme des hommes de son temps : le tragique pessimisme des aînés, mais aussi les espoirs inquiets, l’attente fiévreuse de la jeunesse14 ». Face au péril, face à la menace de la disparition, l’unité était le seul salut de la nation canadienne-française. La refondation réformiste ne fut possible que dans l’unité. L’histoire offre ici des « leçons » aux contemporains, car elle leur rappelle que les divisions fratricides ne mènent la nation canadienne-française nulle part.

8D’autres historiens, nationalistes canadiens ceux-là, ont également célébré la mémoire des réformistes. La nation représentée n’est évidemment pas la même. Les réformistes sont moins les refondateurs de la nation canadienne-française que les inspirateurs et les architectes du Canada de la bonne entente. Ils ne sauvent pas les meubles alors que tout semble perdu, ils jettent les bases du grand dominion canadien au sein de l’Empire britannique. Pour bon nombre d’auteurs, les LaFontaine, Morin et Cartier incarnent la dualité fondatrice, la main tendue, la capacité des institutions britanniques à respecter les distinctions nationales. Les réformistes ont des admirateurs tant chez certains impérialistes canadiens-anglais que chez des auteurs canadiens-français conservateurs attachés aux traditions britanniques.

  • 15 Carl Berger, The Sense of Power. Studies in the Ideas of Canadian Imperialism 1867-1914, Toronto, (...)
  • 16 Stephen Leacock, The Makers of Canada. vol. 14. Baldwin, LaFontaine, Hincks. Responsible Governmen (...)
  • 17 John Boyd, Sir George Etienne Cartier Bart. His Life and Time. A Political History of Canada from (...)
  • 18 Ibid., p. 360.

9Certains auteurs impérialistes canadiens-anglais du début du XXe siècle se montrent en effet très sympathiques à l’égard de LaFontaine ou de Cartier. Ceux-ci souhaitent alors que le Canada puisse jouer un rôle actif au sein de l’Empire, notamment en constituant un modèle de cohabitation entre « races15 ». Pour Stephen Leacock et John Boyd, par exemple, LaFontaine et Cartier représentent bien cette cohabitation possible de « races » distinctes au sein du jeune dominion. Selon eux, l’histoire démontrait que le dominion canadien avait su respecter les communautés historiques qui le composent et n’avait jamais prôné, contrairement aux États-Unis, la fusion des « races » dans un melting pot. Cette expérience historique du dominion canadien devait servir d’exemple à l’Empire. Dans un ouvrage détaillé qui relate les faits menant à l’instauration du gouvernement responsable, Leacock perçoit la bonne entente entre LaFontaine et Baldwin comme une collaboration avant-gardiste qui annonce une cohabitation confiante au sein d’un ensemble beaucoup plus vaste16. Pour être plus forte, pour rayonner davantage, l’Angleterre ne devait pas demander à ses dominions de renoncer à leur personnalité nationale. L’Empire serait puissant dans la mesure seulement où chacune de ses composantes conserverait ses manières de vivre, ses traditions et son histoire. C’est la thèse que défend John Boyd dans sa volumineuse biographie de Cartier publiée une première fois en 1914, rééditée en 1917 alors que le Canada combat l’Allemagne aux côtés de la Grande-Bretagne. Architecte de la Confédération canadienne, Cartier n’a jamais été un tenant de la « fusion des races », explique Boyd. Cette idée même de fusion est « utopique », selon Boyd, car « la diversité des caractères est dans l’ordre physique, moral et politique du monde17 ». S’il faut admettre cette diversité, l’encourager même, l’isolement n’est pas non plus une solution. C’est bien ce qu’avait compris Cartier, selon Boyd : « Les idéaux qu’il chérissait pour ses compatriotes ont peu à peu coïncidé avec ceux du Dominion ; et les intérêts du Dominion et ceux de l’Empire sont de même nature18 ». Les hommes politiques se devaient d’être fidèles à l’héritage des ancêtres, à la tradition particulière à laquelle ils appartenaient. Cet héritage ne pouvait cependant fructifier qu’au sein de vastes ensembles. LaFontaine et Cartier ont rendu le rêve impérial possible, croient Leacock et Boyd, en respectant ces deux principes fondamentaux.

  • 19 Cité dans J. L. Laflamme (dir.), Le Centenaire Cartier 1814-1914, Montréal, 1927, p. 243.
  • 20 Alfred D. DeCelles, LaFontaine et son temps, Montréal, Beauchemin, 1925, p. 178.
  • 21 Alfred D. DeCelles, Cartier et son temps, Montréal, Beauchemin, 1913, p. 170.
  • 22 Jacques Monet, « LaFontaine et les problèmes de notre temps », Relations, n° 288, décembre 1964, p (...)
  • 23 Ibid.
  • 24 Jacques Monet, La première révolution tranquille. Le nationalisme canadien-français (1837-1850), M (...)
  • 25 Jacques Monet, « French Canada and the Annexation Crisis », Canadian Historical Review, vol. XLVII (...)
  • 26 J. Monet, La première révolution tranquille, op. cit., p. 478.
  • 27 Jacques Monet, « French Canadian Nationalism and the Challenge of Ultramontanism », Canadian Histo (...)

10On retrouve une opinion similaire chez des admirateurs canadiens-français des « libertés britanniques » qui, à la manière de Thomas Chapais, d’Alfred DeCelles ou de Jacques Monet, ont soutenu que l’Empire avait permis aux Canadiens français de préserver leur mode de vie traditionnel et leurs institutions principales. Selon ces historiens, la force des LaFontaine et des Cartier aurait été de pressentir que les « libertés britanniques », annoncées dans l’Acte d’Union, confirmées par l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, garantissaient aux Canadiens français la pérennité de leurs droits historiques tout en leur permettant de prendre part à l’édification d’un nouveau dominion. C’est ce point de vue que défend Thomas Chapais, cet historien conservateur par excellence du début du siècle, dans un panégyrique de Cartier lu en 191419. Cette perspective est également celle d’Alfred DeCelles, longtemps fonctionnaire au gouvernement fédéral, qui a consacré une biographie à LaFontaine et une autre à Cartier. L’importante réalisation de ces deux grands hommes aurait été de permettre à la nationalité canadienne-française d’accéder aux libertés britanniques et de tourner ainsi définitivement le dos, moins de 100 ans après la Conquête anglaise, à ce sombre régime français, à cette triste Nouvelle-France, époque où notre nationalité « végétait en dehors de l’existence politique20 ». Continuateur de LaFontaine, Cartier a ainsi voulu « établir une espèce de paix perpétuelle entre des hommes d’idées divergentes21 », ce qui a été rendu possible grâce aux libertés britanniques, ainsi que l’explique DeCelles dans ses deux biographies publiées au début du XXe siècle. Plusieurs décennies plus tard, alors que le Québec voit émerger des groupes qui réclament ouvertement la sécession, l’historien Jacques Monet, dans une démarche qui diffère de celle de ses prédécesseurs, reconduit tout de même pour l’essentiel cette lecture historique. En 1964, Monet présente LaFontaine et Parent comme les « parrains de cette communauté internationale qu’est l’actuel Commonwealth des nations22 ». Cette « communauté internationale » n’aurait jamais existé sans la prescience de ces deux hommes qui proposent, pour le plus grand profit des Canadiens français, « l’application intégrale de la constitution britannique23 ». Monet considère LaFontaine comme un « idéaliste » plein de « désintéressement » et de « générosité », un homme instinctif pour qui la Constitution britannique permettrait de « sauvegarder à la fois l’héritage de son peuple et l’Empire de la Grande-Bretagne24 ». Pour y arriver cependant, deux conditions étaient requises : l’acceptation de l’union des deux provinces et le rejet de l’annexion aux États-Unis. Ces deux conditions seront acceptées par une majorité de Canadiens français qui préfèrent le nationalisme flexible de Parent et de LaFontaine à celui, plus rigide, de Papineau25. Cette victoire n’a rien de très spectaculaire, admet Monet. Elle n’a pas l’éclat des victorieuses batailles menées au cours des guerres d’indépendance. Vers les années 1850, c’est la raison, c’est-à-dire « l’intérêt bien compris26 », qui sort victorieuse de cette lutte entre bleus et rouges, ainsi que l’habile stratégie que déploie LaFontaine tout au long des années 184027.

11Ces récits nationalistes de fondation sont traditionnels et généralement inspirés sur le plan stylistique. Sauf pour Monet qui s’adresse à d’autres chercheurs, ils rivalisent d’éloquence. Ils n’en ont que pour les grands hommes et leurs inspirantes réalisations. C’est un panthéon à la nation qu’on cherche à ériger, car les hautes figures devront éventuellement inspirer les hommes politiques du moment ou ceux de l’avenir. Pour ces nationalistes, la grandeur de ces personnages résident moins dans leurs idées que dans leur capacité à prédire l’avenir de la nation.

...........

  • 28 Voir « Introduction » dans Janet Ajzenstat, Paul Romney, Ian Gentles, William D. Gairdner (dir.), (...)

12Alors que ces récits qui n’en ont que pour la prescience d’hommes illustres, un autre courant de l’historiographie, plus récent, s’est surtout intéressé à la fondation d’un régime politique. Ce sont moins les pères de la nation qui retiennent l’attention de ces chercheurs que les idées qui vont inspirer et définir le texte fondateur, l’esprit de 1867. Ce n’est pas tant les qualités héroïques des réformistes qui excitent l’intérêt de ces chercheurs que leur capacité à concevoir des institutions, une constitution, des textes. Plusieurs déplorent d’ailleurs que leur pensée n’ait pas fait l’objet d’une attention particulière ou d’une exégèse d’envergure. Contrairement aux Américains, déplorent certains d’entre eux, les Canadiens ne disposaient pas alors d’une édition accessible des débats sur la fondation de la Confédération28.

13Cet intérêt pour les idées fondatrices des pères de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (AANB) a pris une ampleur considérable au cours des deux dernières décennies. Le rapatriement de la Constitution canadienne, l’enchâssement d’une charte des droits et libertés et le refus des dirigeants québécois d’adhérer à la Loi constitutionnelle de 1982 ont provoqué de vifs débats sur les principes politiques constitutifs du texte fondateur canadien et, par voie de conséquence, sur les intentions des hommes qui avaient travaillé à l’élaboration de l’AANB. Ces bouleversements de l’ordre constitutionnel en ont amené plus d’un à analyser les idées de LaFontaine, Parent, Morin ou Cartier en vue de dégager les principes fondateurs du régime politique canadien. Les interprétations qui en résultent débouchent généralement sur trois types de débats : les fondateurs étaient-ils des tories – c’est-à-dire des conservateurs – ou des libéraux? Étaient-ils en faveur d’une centralisation ou d’une décentralisation du Canada ? Étaient-ils les vertueux héritiers d’un certain républicanisme civique ou les parvenus d’un régime colonial? Des trois questions, la dernière semble être celle qui a le plus intéressé les historiens québécois. Elle a donné lieu à une réinterprétation fort stimulante du moment réformiste.

  • 29 J. G. A. Pocock, The Machiavellian Moment, Princeton, Princeton University Press, 1975 ; Virtue, C (...)
  • 30 Peter J. Smith, « The Ideological Origins of Canadian Confederation », dans Janet Ajzenstat et Pet (...)
  • 31 Peter J. Smith, « Civic Humanism vs. Liberalism – Fitting the Loyalists In », JCS – REC, vol. XXVI (...)

14L’étude des fondations idéologiques du régime politique canadien s’est récemment renouvelée à la suite de l’emprunt de nouveaux concepts à l’historiographie anglo-américaine. Parmi ceux-ci, il y a celui d’« humanisme civique », qui permettrait de décrire les contours d’une tradition de pensée méconnue29. Selon le politologue canadien-anglais Peter J. Smith, cette tradition de pensée aurait joué un rôle fondamental au Canada, ce que n’auraient pas su voir la plupart des chercheurs. C’est que pendant très longtemps, la culture politique anglo-canadienne n’aurait été vue qu’à travers le prisme du libéralisme lockéen, centré sur la possession individuelle de biens et soucieux de voir l’État garantir avant tout le « droit de propriété30 ». Selon Smith, une telle perspective est réductrice, car la culture politique du début du XIXe siècle, en Angleterre comme au Canada, avait réellement le souci du bien commun, lequel ne se limitait pas à assurer l’« harmonie des intérêts » qui est au cœur du libéralisme économique. Pour pouvoir présider aux destinées du pays, une conduite morale exemplaire était essentielle dans le régime politique, qu’il soit constitutionnel ou républicain. Pour ceux qui partageaient cette sensibilité humaniste, la propriété était moins une fin qu’un moyen, moins un facteur de richesse qu’un gage de liberté, car elle procurait au citoyen une certaine indépendance en le mettant à l’abri de la corruption. Le propriétaire était le mieux placé pour prendre des décisions qui soient en accord avec le développement de la cité. Les loyalistes qui fuient la république américaine au début du XIXe siècle et qui choisissent de s’installer dans les colonies britanniques de l’Amérique du Nord après la guerre d’indépendance seraient, toujours selon Peter J. Smith, les dignes héritiers de cette tradition politique31.

  • 32 Louis-Georges Harvey, « Le mouvement patriote comme projet de rupture (1805-1837) », dans Yvan Lam (...)
  • 33 Ibid., p. 95.
  • 34 Louis-Georges Harvey, « The First Distinct Society. French Canada, America and the Constitution of (...)
  • 35 Louis-Georges Harvey, « Le mouvement patriote comme projet de rupture (1805-1837) », dans Yvan Lam (...)

15Louis-Georges Harvey et Stéphane Kelly, inspirés par ce révisionnisme de l’historiographie anglo-américaine, auront également recours à cette grille de l’humanisme civique pour évaluer la place occupée par les notions de vertu et de corruption dans l’imaginaire politique canadien-français. Spécialiste du discours patriote, Louis-Georges Harvey montre que les notions de vertu et de corruption structurent l’imaginaire des rebelles de 1837. Si les Canadiens craignent tant le gouverneur et sa clique, s’ils défendent âprement la Chambre basse, c’est d’abord et avant tout parce qu’ils veulent éviter à tout prix la corruption, un « fléau, explique Harvey, qui risque de miner les mœurs politiques de la société toute entière32 ». Peu à peu, les chefs politiques canadiens associent la culture politique européenne à la corruption, ils « s’acheminent vers un rejet des formes aristocratiques et de leurs manifestations institutionnelles33 ». Égalitaire par nature, l’Amérique en vient à incarner la vertu face à une Europe hiérarchique où l’Ancien Régime corrupteur continue de faire des ravages. C’est cette adhésion à l’Amérique – lente et progressive – qui, selon Harvey, amène les patriotes à radicaliser leurs revendications au cours des années 1830, voire, dans certains cas, à militer en faveur d’une république à l’américaine34. Après les défaites de 1837-1838, les leaders canadiens-français vont se rabattre sur le gouvernement responsable. Harvey n’a pas étudié cette période, mais il laisse clairement entendre que LaFontaine, Parent et Cartier se seraient détournés des principes de l’humanisme civique américain pour tremper dans la corruption autrefois dénoncée. « Fait ironique, de noter Harvey, le patronage, jadis instrument de la corruption, permettra aux réformistes bas-canadiens de se maintenir au pouvoir35 ». L’avènement du gouvernement responsable, laisse entendre Harvey, amène l’abandon du principe de vertu dans l’élite politique canadienne-française qui décide de jouir des fruits de la « petite loterie coloniale ».

  • 36 Stéphane Kelly, La petite loterie. Comment la Couronne a obtenu la collaboration du Canada françai (...)
  • 37 Stéphane Kelly, Les fins du Canada, Montréal, Boréal, 2002.

16Stéphane Kelly appliquera la même grille d’analyse aux réformistes. Selon Kelly, l’imaginaire de la nation canadienne est tout à fait conforme à l’idéal jeffersonien de la « république agraire ». La volonté de rupture avec la France, la défense des prérogatives de la Chambre et d’une véritable démocratie locale, l’apologie d’une vie agricole frugale seraient à la base de cet imaginaire canadien que Kelly associe implicitement à la vertu humaniste, au bien commun. Dès lors, se demande-t-il, comment expliquer l’adhésion des principaux chefs politiques de la nation canadienne à l’Union, au gouvernement responsable et à la Confédération ? Comment comprendre cette collaboration à une Amérique du Nord britannique, façonnée par un monarchisme commercial centralisateur et corrupteur ? Pour répondre à ces questions, Stéphane Kelly a recours à la théorie qu’a conçue Hannah Arendt pour expliquer l’histoire des Juifs d’Europe. Tout comme les Juifs européens du XIXe siècle, les Canadiens français seraient un peuple de parias au sein d’un vaste empire. Ils ont le désavantage d’appartenir à une nation colonisée et minoritaire et sont condamnés à la marginalité. Dès lors, les chefs politiques canadiens-français font face à un dilemme : ou devenir des « parias conscients », c’est-à-dire des rebelles, ou devenir des « parvenus ». LaFontaine, mais aussi Parent et Cartier, selon Kelly, choisiront la seconde voie, moins contraignante sur le plan existentiel, et beaucoup plus confortable sur le plan matériel. Ce choix sera facilité par le machiavélisme de Durham qui recommande au gouvernement britannique d’offrir des « places » au sein de l’administration coloniale aux principaux chefs politiques canadiens-français. C’est cette condition de « parvenus » qui expliquerait, selon Kelly, la collaboration des élites canadiennes-françaises à un empire foncièrement étranger, sinon hostile, à l’imaginaire de leur peuple36. Cette caution de l’élite canadienne-française aurait conduit à l’instauration d’un régime centralisateur, qui s’inspire des conceptions de l’Américain Alexander Hamilton37.

17Modelé par un humanisme civique opposé à toute forme de corruption, le Canada, au dire de Harvey et de Kelly, fut d’abord une idée. Leur postulat est le même : le volontarisme des « grands hommes » ne peut, à lui seul, expliquer les institutions d’un pays ni rendre compte des principales caractéristiques d’une culture politique. Seules les idées politiques, les principes philosophiques, situés dans leur contexte, peuvent fournir les pistes d’une histoire commune. Ceux qui les défendaient, qui voulaient convaincre leurs contemporains de choisir une institution plutôt qu’une autre, étaient moins les héros d’une époque que les défenseurs d’un régime. On étudie ces grands hommes moins pour les louer que pour rendre compte d’un climat de pensée.

...........

  • 38 Je reprends ici le titre autant que l’idée centrale d’un article : Ian McKay, « The Liberal Order (...)
  • 39 John A. Dickinson et Brian Young, « Une économie et une société en transition, 1816-1885 », Brève (...)

18Enfin, en ce qui concerne les réformistes canadiens-français du Canada-Uni, le dernier des grands récits qui traversent l’historiographie a pour centre d’intérêt la fondation d’un « ordre libéral38 ». Pour ceux, nombreux, qui partagent cette conception, les nations et leurs soi-disant grands hommes, les régimes politiques et leurs idées souvent désincarnées ne sauraient rendre compte de la vraie nature des grandes transformations survenues au milieu du XIXe siècle. Quels que soient les inspirations et les cadres théoriques, ces historiens estiment que le véritable moteur de l’histoire – surtout au XIXe siècle – est le capitalisme industriel. Celui-ci déferle alors sur l’ensemble de l’Occident et broie tout sur son passage. Tout, c’est-à-dire l’espace aussi bien que les hommes, la matière comme l’esprit. Si les forces du capitalisme se développent plus tôt en Angleterre et sur la côte est américaine, le Québec et le Canada ne seront pas longtemps épargnés. Selon les historiens Brian Young et John Dickinson, le territoire québécois vit une longue période de transition vers le capitalisme qui, grosso modo, s’échelonne de 1815 à 188039.

  • 40 Jean-Marie Fecteau, Un nouvel ordre des choses : la pauvreté, le crime, l’État au Québec, de la fi (...)

19Le milieu du XIXe siècle fascine de nombreux historiens qui étudient la mise en place d’une infrastructure capitaliste, l’émergence d’un nouveau « mode de régulation sociale », l’avènement d’une culture bourgeoise. Autant de phénomènes qui, au dire de ces historiens, vont peu à peu modifier les rapports de force entre les classes sociales, perturber les croyances héritées des sociétés traditionnelles et transformer considérablement le mode de vie des habitants. Au cœur de ce déploiement, de cette transition, il y a l’État, le « garant suprême d’un mode donné de régulation40 », selon Jean-Marie Fecteau. L’État qui participe activement au développement économique, édicte de nouvelles normes sociales, applique les lois définies par la classe bourgeoise dirigeante, dispose des marginaux encombrants avec l’aide des Églises ou des philanthropes. À l’époque de l’Union, l’État prend une certaine expansion, engage plus de fonctionnaires, raffine ses moyens de contrôle sur les populations. En somme, pour les historiens qui croient que les effets du capitalisme déterminent l’ensemble des transformations économiques, sociales, politiques et culturelles, l’époque de l’Union est riche, car elle offre un terrain d’exploration de tout premier plan. L’époque de l’Union est tout aussi intéressante pour ce qui regarde le Canada français. C’est durant cette période que le gouvernement met fin, pour de bon, au régime seigneurial, adopte une série de mesures qui rendent les capitaux plus accessibles, contracte de lourdes dettes pour financer les chemins de fer, consolide le réseau scolaire et construit de nouvelles prisons. Pour rendre compte des importantes transformations matérielles ou culturelles, et ainsi mieux les insérer dans une perspective macro-historique, les historiens de cette troisième sensibilité abordent la fondation de l’ordre libéral selon divers points de vue.

  • 41 Brian J. Young, Promoters and Politicians. The North-Shore Railways in the History of Quebec, 1854 (...)
  • 42 Brian Young, « Positive Law, Positive State : Class Realignment and the Transformation of Lower Ca (...)
  • 43 Selon John I. Little, le mouvement de colonisation des townships a fait l’objet d’un rapport de fo (...)
  • 44 Brian Young, In Its Corporate Capacity. The Seminary of Montreal as a Business Institution, 1816-1 (...)
  • 45 John I. Little, State and Society in Transition. The Politics of Institutional Reform in the Easte (...)
  • 46 Brian Young, The Politics of Codification. The Lower Canadian Civil Code of 1866, Montréal et King (...)

20Certains, comme Brian Young et John Little, se réclament explicitement de l’héritage marxiste. L’État est l’instrument d’une bourgeoisie d’affaires qui cherche à mobiliser des capitaux au meilleur coût possible, l’outil des « promoteurs41 » qui veulent participer aux grands travaux ou mettre la main sur les ressources naturelles du territoire, le gendarme qui protège les biens des possédants42 contre les appétits voraces des masses laborieuses. Ce sont les « agents43 » du capitalisme en expansion qui sont les véritables personnages de leurs récits. Ces agents sont une compagnie, un groupe d’hommes d’affaires, une congrégation religieuse44. Si certaines communautés locales peuvent parfois leur résister45, ce sont ces agents du grand capital qui tirent les ficelles, élaborent les programmes politiques, décident, en dernière instance, de ce qui aura force de loi46.

  • 47 Jean-Marie Fecteau, La liberté du pauvre. Crime et pauvreté au XIXe siècle québécois, Montréal, VL (...)
  • 48 Ibid., p. 154.
  • 49 André Cellard, Histoire de la folie au Québec de 1600 à 1850, Montréal, Boréal, 1991, p. 140.
  • 50 Ibid., p. 196.
  • 51 André Cellard et Dominique Nadon, « Ordre et désordre : le Montreal Lunatic Asylum et la naissance (...)
  • 52 Allan Greer and Ian Radforth, Colonial Leviathan. State Formation in Mid-Nineteenth-Century Canada(...)
  • 53 Bruce Curtis, Building the Educational State : Canada West, 1836-1871, Londres, Althouse Press, 19 (...)
  • 54 Bruce Curtis, The Politics of Population. State Formation, Statistics, and the Census of Canada, 1 (...)
  • 55 Rainer Baehre, « The State in Canadian History », Acadiensis, vol. 24, n° 1, 1994, p. 119-133.

21D’autres historiens, comme Jean-Marie Fecteau et André Cellard, plus foucaldiens que marxistes, vont décrire, à travers la gestion du crime, de la pauvreté et de la folie, la fondation d’un ordre libéral qui ne tolère aucune déviation de la norme bourgeoise. Selon Fecteau, le mode de gestion du crime et de la pauvreté, qui était féodal à la fin du XVIIIe siècle, devient capitaliste vers 1840. Le développement progressif d’un nouveau type de socialisation – l’avènement d’un salariat discipliné – et la nécessité de protéger les profits et la propriété des possédants amènent les classes dirigeantes à repenser la « gestion » de la pauvreté et du crime. Car dans ce nouvel ordre social, dominé par la bourgeoisie d’affaires, le pauvre et le délinquant représentent une menace, ce qui explique pourquoi, dès les années 1820, selon Fecteau, on les enferme systématiquement. Le pénitencier et l’asile symbolisent donc le « nouvel ordre des choses » qu’instaure le capitalisme libéral. Selon Fecteau, la période qui s’étend de 1840 jusqu’aux années 1870 est en quelque sorte l’âge d’or du libéralisme. Dans ce monde du laisser-faire où triomphe le libéralisme bourgeois, l’Église ultramontaine tire très bien son épingle du jeu, car elle « a su user de la liberté religieuse pour construire un ensemble remarquable d’institutions fondées à la fois sur la sociabilité paroissiale et sur la dynamique d’ordre religieux en pleine expansion47 ». En ce qui concerne les criminels, le nouvel ordre libéral, insiste Fecteau, n’a que faire de l’espoir de rééducation des philanthropes : « C’est au contraire par un accent nouveau et vengeur sur la punition que se démarquera le discours libéral sur le crime et la peine48 ». Cette affirmation rejoint tout à fait celle d’un autre spécialiste de l’histoire de la folie au Québec, André Cellard, qui croit, à l’instar de Fecteau, au caractère répressif et punitif de ce nouvel ordre libéral. « À partir du XIXe siècle, explique Cellard, l’État bourgeois cherche véritablement à s’immiscer partout ; il contrôle, surveille, enferme, réforme et soigne, aux frais de la collectivité, une kyrielle de types sociaux dont les fous49 ». Entre 1810 et 1830, le pourcentage d’arrestations pour vagabondage au Bas-Canada passe de 6 % à 36 %50, preuve par A + B du caractère répressif de l’État bourgeois selon Cellard. Tenue à l’écart du monde du capitalisme par les marchands anglais, l’élite canadienne-française n’aurait cependant eu d’autre choix que d’accepter cette répression. Le Montreal Lunatic Asylum et l’asile de Beauport, inaugurés respectivement en 1839 et en 1845, font suite aux « bouleversements engendrés par la crise économique et par les pressions démographiques qui menèrent aux Rébellions de 1837-183851 ». Bien que leurs centres d’intérêt ne soient pas absolument les mêmes, bon nombre d’historiens s’entendent pour voir, dans cet État bourgeois du milieu du XIXe siècle, une sorte de Léviathan52. Au service du capitalisme, cet État-Léviathan n’incarne pas seulement le pouvoir d’une élite, encore moins une banale superposition d’institutions civiles. Comme l’a montré Bruce Curtis pour le système d’éducation53 et la politique de recensement54, l’État-Léviathan du milieu du XIXe siècle est surtout un champ de bataille entre des discours sociaux opposés55. L’imposition des normes libérales n’a été ni soudaine, ni brutale, ni mécanique. Celles-ci en viennent à prévaloir après avoir été intériorisées par les individus.

22Dans ce dernier récit de fondation, qu’en est-il des réformistes ? Quelle place accordent ces historiens aux LaFontaine, Parent, Garneau, Morin, Cauchon et Cartier ? Que représentent ces hommes dans le nouvel ordre des choses ? Jusqu’à quel point leur pensée, leur façon de voir le monde comptent-elles ?

23Avant tout désireux d’établir un ordre libéral, les réformistes sont d’abord les représentants de la bourgeoisie triomphante du XIXe siècle. Ils voudraient certes qu’on les perçoive autrement; ils aimeraient qu’on dise d’eux qu’ils sont les fondateurs d’une nation ou d’un régime politique, mais la réalité est tout autre, ainsi que le suggèrent ces historiens. Les réformistes sont avant tout des hommes d’affaires souvent cupides qui siègent d’ailleurs à plusieurs conseils d’administration de compagnies financées par les deniers publics. Ce sont aussi des bourgeois pleins de préjugés à l’égard des pauvres. Ils sont les législateurs complices du grand capital, les porte-parole de la classe dominante, les intendants sans envergure de cet ordre libéral qui se met graduellement en place. Mus avant tout par leurs propres intérêts, la plupart du temps dénués de convictions sincères, les réformistes sont les rouages d’une entreprise complexe qu’ils se gardent bien de critiquer. Leur vœu le plus cher est même d’y prendre part, d’en tirer des bénéfices personnels.

  • 56 Brian Young, George-Étienne Cartier, bourgeois montréalais, Montréal, Boréal, 1982.
  • 57 Ibid., p. 188.
  • 58 Ibid., p. 94.
  • 59 Ibid., p. 142.
  • 60 Ibid., p. 131.
  • 61 Ibid., p. 143.
  • 62 Ibid., p. 146.

24Une belle illustration de cette sensibilité nous est fournie par Brian Young56. Sa biographie de Cartier est représentative de cette façon de voir les réformistes. Young s’intéresse à Cartier parce qu’il le considère comme un « bourgeois montréalais typique du XIXe siècle57 ». Avocat des Sulpiciens chez qui il a fait ses études – un agent essentiel du développement du capitalisme, selon Young58 – et, plus tard, du Grand Tronc, membre de plusieurs autres conseils d’administration – minutieusement répertoriés par Young –, Cartier entre en politique pour prendre part à la fondation d’un « État moderne centralisé59 » au service du capitalisme. Tout un chapitre de cette biographie est d’ailleurs consacré à la « réforme des institutions » qui vont désormais se fonder sur des « valeurs urbaines et bourgeoises60 ». L’œuvre législative de Cartier se résume à la centralisation du système scolaire, à l’abolition de la Coutume de Paris, « incompatible, selon Young, avec le capitalisme du XIXe siècle61 », et à la victoire définitive du mode de propriété libéral, qui sonne le glas de la « classe des seigneurs62 ». Cartier est également un « bourgeois typique » par la vie qu’il mène, ajoute Young. Ce dernier le décrit comme un homme qui s’achète des habits coûteux, aime les mondanités londoniennes, entretient une maîtresse à grands frais, s’achète des centaines de livres qui lui permettent de briller dans les salons chics des grandes capitales européennes. Young peint les contradictions probablement typiques du bourgeois qui jure fidélité à l’Église en même temps qu’il trompe sa femme, plaide en faveur de la tempérance pendant qu’il festoie avec les grands, se présente comme le défenseur des Canadiens français alors qu’il passe ses vacances à Londres. Ce sont ces bourgeois qui ont préparé l’avènement de l’État libéral moderne, laisse entendre Brian Young. Selon l’historien d’obédience marxiste, nous aurions pu étudier LaFontaine, Cauchon, Morin ou d’autres membres de cette bourgeoisie triomphante, nous serions arrivés aux mêmes conclusions, nous aurions découvert le même esprit « réformiste », le même écart entre le discours et la réalité.

...........

25Ces trois grands récits de fondation décrivent tous plus ou moins la genèse d’un avènement : celui d’une nation, d’un régime constitutionnel ou d’un ordre libéral. Les historiens nationalistes cherchent à ériger des panthéons aux grands hommes ; leurs récits enchantés présentent des modèles de patriotisme. Pour d’autres historiens, la question du régime est la préoccupation centrale. Chez ceux-là, on sent poindre des regrets provoqués par un détournement de sens. La nation canadienne était vertueuse, pétrie par un humanisme civique qui se présentait comme une autre voie d’accès à la modernité, expliquent Harvey et Kelly, mais ses chefs politiques l’auraient obligé à se compromettre avec un régime étranger à sa nature. Chez les historiens de l’ordre libéral, enfin, on voit également affleurer une critique acerbe d’un ordre bourgeois qui aurait sournoisement anesthésié, puis asservi les masses, en imposant des normes libérales injustes. Pour peu qu’on les prenne au sérieux, qu’on accepte leurs prémisses, ces récits, tous très cohérents, sont assez convaincants. On ne peut toutefois s’empêcher de ressentir un certain malaise en les lisant. Leur caractère téléologique ne laisse personne indifférent.

Peut-on échapper à la téléologie moderniste ?

26Fort heureusement, très peu d’historiens conçoivent aujourd’hui leur discipline comme une science positive en mesure de restituer la totalité du passé dans toute sa transparence. Il est désormais convenu que les historiens sont dans l’histoire et que toute histoire est, jusqu’à un certain point, contemporaine. L’histoire est aussi une mise en forme du passé. Si l’objectivité est un horizon indépassable, si l’historien dispose d’une méthode rigoureuse, s’il partage avec ses confrères des procédés qui permettent une falsification de la « preuve », il reste que les conclusions qu’il livrera après plusieurs années de recherches seront exprimées dans un style qui sera le sien. Cette mise en forme n’est pas seulement le produit d’un langage particulier, elle n’est pas seulement un récit original, elle révèle aussi une intention, participe d’une représentation du monde, défend une certaine idée de la science et du « vrai ». L’historien n’est pas un témoin passif du passé, il ne fait pas que retranscrire ce qu’il a vu, entendu et lu à l’intention des contemporains que nous sommes, il est un médiateur actif qui cherche à répondre aux questions soulevées par les femmes et les hommes de son temps.

  • 63 Roger Chartier, « L’histoire entre récit et connaissance », Au bord de la falaise. L’histoire entr (...)

27Non sans raison, cependant, certains craignent que cette évidence nous entraîne sur des chemins dangereux. Dans le débat qui l’oppose à l’épistémologue Hayden White, Roger Chartier dit craindre que ce linguistic turn nous pousse sur la pente combien glissante d’un relativisme malintentionné où les « faits » seraient mobilisés uniquement pour servir les thèses d’historiens-idéologues. Si l’histoire n’est plus que mise en récit, craint Chartier, dès lors que faire de faits structurants comme la Deuxième Guerre mondiale ou la Shoah ? De tels faits ne limitent-ils pas l’éventail des narrations possibles63 ? L’histoire est, certes, un récit, mais elle n’est pas que cela. Sans être des traités définitifs sur un sujet donné, les ouvrages des historiens ne sont pas, non plus, des œuvres d’imagination bien documentées. Entre ces deux positions extrêmes, tenues par bien peu d’historiens faut-il le rappeler, il reste une immense marge d’indétermination, un très grand espace pour interpréter ce que d’aucuns pourraient considérer comme des faits structurants. Cet espace rend possible la réécriture de l’histoire.

28En plus du langage, du style, le contexte et les valeurs de l’historien comptent énormément. Admettre qu’il y a toujours une part de « présentisme » dans les récits que les historiens proposent à leurs contemporains ne signifie donc pas que l’on renonce au principe de vérité. Comme pour mes prédécesseurs, mon intérêt pour les réformistes canadiens-français du XIXe siècle s’inscrit dans un contexte bien particulier. Je trouve que les défis des réformistes sont, à bien des égards, ceux de la génération à laquelle j’appartiens. Les patriotes se sont accrochés à leurs espoirs et cru au combat politique. Mais leur lutte s’est heurtée à un mur et la génération réformiste a dû réparer les pots cassés. Le destin de la génération réformiste est semblable à celui de la génération X. Les deux doivent assumer le destin incertain d’un peuple qui doit relever de lourds défis ; les deux évoluent dans un monde désenchanté et sans utopie ; les deux assistent à la disparition d’un certain mode de vie fondé sur des assises un peu plus stables et traditionnelles. J’ai étudié les réformistes pour voir comment, dans des moments de grandes difficultés, on peut se ressaisir et rebondir, pour le meilleur ou pour le pire. Une fois ces choses reconnues, je comptais, avec le plus de justesse et de transparence possible, rendre compte de ce que j’avais vu, rapporter le plus fidèlement possible les débats dont j’avais été le témoin. Cette honnêteté dont j’ai tenté de faire preuve ne pourra cependant jamais masquer complètement ces curiosités bien personnelles qui m’ont poussé à aller à la rencontre des réformistes du milieu du XIXe siècle.

  • 64 C’est du moins ce que je constate dans une anthologie récente. Voir Éric Bédard et Julien Goyette, (...)

29Le malaise que j’ai ressenti en me penchant sur les récits de fondation que j’ai évoqués plus haut ne tient pas tant à leur « présentisme », probablement fatal, comme je viens de le montrer, qu’à leur « téléologisme ». Il importe en effet de distinguer l’influence normale que peut avoir le présent sur l’historien d’avec sa volonté de comprendre à tout prix un avènement. De la part d’historiens amateurs du début du XXe siècle, cela pourrait ne pas surprendre outre mesure. Si la vérité importait à ces autodidactes autant qu’aux historiens professionnels d’aujourd’hui64, la finalité ultime de leurs portraits élogieux était de nourrir la fibre patriotique de leurs contemporains. Gardiens de la mémoire, ils décrivaient l’avènement de la Nation, celle du courage et de la bravoure, cette nation du cœur que l’on chérit comme sa propre famille. Il n’est guère surprenant, donc, que ces historiens aient pu verser dans le lyrisme de la téléologie. Mais, chez des historiens plus contemporains, qui ont l’habitude de se moquer des vieux historiens plein de préjugés, une telle inclination « téléologiste » avait de quoi surprendre.

30En dépit de leurs concepts de plus en plus complexes, de leur admirable érudition, de leurs techniques d’enquête éprouvées, ces historiens continuaient de proposer des récits téléologiques. La conception moderniste qui domine les études historiques récentes ne semble pas échapper à cette règle. Qu’elle traite du mouvement ouvrier, de l’émancipation des femmes, du développement des villes, du libéralisme, des vagues d’immigration, l’histoire des modernistes se présente le plus souvent comme une vaste enquête sur le changement, comme une étude approfondie des transformations, des mutations et des ruptures qui ont marqué la société québécoise à travers le temps. Il s’agit, presque toujours, d’analyser les tournants, de mettre à jour des genèses, d’analyser les « brèches » d’une modernité à venir qui permettraient de comprendre le Québec dans lequel nous vivons aujourd’hui. Les historiens modernistes n’ont donc pas seulement exploré de nouveaux champs de recherche, ils n’ont pas seulement raffiné considérablement leurs analyses, tourné leurs regards vers les « oubliés de l’histoire », fait reculer, en somme, les frontières de la connaissance, ils ont aussi proposé une interprétation forte du parcours québécois. Une interprétation au cœur de laquelle on retrouve le paradigme de la « modernisation » politique, économique et sociale. Lorsqu’on présente les réformistes comme des bourgeois triomphants, cette posture saute aux yeux.

  • 65 Pierre Trépanier, « L’historien et la tradition », dans Damien-Claude Bélanger, Sophie Coupal et M (...)

31Le danger du téléologisme moderniste est de ne pas saisir toutes les virtualités que recèle le passé. Comme le souligne fort judicieusement Pierre Trépanier, ce n’est pas parce que des « possibilités » ont été écartées qu’elles sont « nécessairement moins importantes, moins efficaces, moins bonnes ou moins vraies ». Bien qu’elles soient difficiles à comprendre pour les contemporains que nous sommes, ces possibilités « sont nécessaires à “l’intelligence de l’histoire”65 ». Le danger de la téléologie est de ne pas toujours rendre compte de la contingence dans laquelle les acteurs du passé ont pu baigner, de ne pas suffisamment examiner les différentes options qui s’offraient à eux. Est-ce grave ? Non, si l’histoire est perçue comme une discipline « utile » censée éclairer (lire : servir) le présent ; oui, si l’histoire est d’abord conçue comme l’une de ses vieilles formations humanistes qui fournit du recul par rapport aux événements, qui montre les permanences d’une condition humaine qui, par-delà les changements, est faite de la même pâte.

32Est-il possible d’échapper à la téléologie, de ne pas seulement étudier l’histoire comme un avènement ? Peut-être est-ce là un défi impossible. Mais je propose tout de même d’essayer. Pour y arriver, je vois trois pistes : 1) découper l’histoire en moments plutôt que faire la genèse d’avènements; 2) comparer ces moments entre eux afin de faire ressortir des constantes ; 3) renouveler l’histoire du politique.

33On pourrait donner deux sens distincts mais complémentaires au concept de « moment ». Par « moment », on pourrait voir un temps pris isolément, arraché à une continuité. Un temps donné que l’on observe en tentant d’oublier ce que serait devenue la société aujourd’hui. Un « moment » qui aurait été, pour les contemporains, un présent fait de tous les possibles, traversé par toutes les virtualités d’un futur inconnu. Par « moment », on pourrait aussi entendre « étape ». L’« étape » d’une histoire qui renvoie à des caractéristiques propres. Non pas l’étape comme phase d’un cheminement connu mais comme une unité de temps et de sens qui possèderait sa propre texture. Dans le cas de l’histoire du Québec, ces moments devraient tourner autour d’événements structurants comme, par exemple, l’instauration de la colonie royale au XVIIe siècle, la Conquête britannique du XVIIIe siècle, les Rébellions de 1837-1838, l’Union des deux Canadas, la réforme éducative de 1875, l’infériorité économique des Canadiens français et la Révolution industrielle, la Révolution tranquille, etc. L’étude de ces moments couvrirait des périodes relativement courtes, quelques décennies tout au plus, fournirait des indications sur l’état social qui prévalait alors, permettrait de découvrir les grands débats de chaque époque, les possibilités qui s’offraient aux individus influents ou aux forces sociales concurrentes ; elle tenterait, surtout, de dégager les préoccupations récurrentes. L’étude d’un moment plutôt que d’un avènement marque un rapport particulier au temps. L’historien se présente devant la scène du passé comme s’il pouvait, le temps d’une étude minutieuse, figer le décor, immobiliser les personnages. À la manière des historiens de l’art, il s’agit, pour l’historien du pays, de fixer son regard sur un tableau datant d’une époque précise. Non pour décrire la beauté du travail, mais pour dégager le sens des grands débats sociaux, saisir les concepts clefs d’une délibération nationale.

34S’il faut découper l’histoire en moments, c’est moins pour voir les changements surgir que pour analyser les récurrences. Maintenant que nous savons que la modernité économique, sociale, idéologique et culturelle s’est développée au Québec à peu près au même rythme que celui des autres sociétés occidentales, alors que nous savons que notre retard était relatif, que nous avons fait ressortir les multiples transformations qui ont eu cours dans l’histoire du Québec, peut-être y aurait-il lieu de se pencher davantage sur ce qui a fait problème et sens durant toutes ces années, sur ce qui a pu durer, par-delà les transformations observées. Non pas pour en dégager une essence, mais bien davantage pour s’inscrire, comme individu, dans une histoire longue. En ce qui me concerne, cet intérêt pour les constantes découle de deux préoccupations. La première a trait à notre époque de changements perpétuels et de transformations cruciales. Pour y survivre, il faudrait savoir s’adapter et accepter de changer nos habitudes. Dans un tel contexte, les repères personnels et collectifs deviennent parfois flous. L’établissement de constantes nous permettrait peut-être de retrouver un sens de la durée, et ainsi d’envisager notre époque sous un autre éclairage. L’autre préoccupation est plus philosophique. La modernité a fait de l’être humain un « individu » libre qui, à l’égard des générations précédentes, n’aurait aucune dette, les morts n’ayant aucun droit sur les vivants, selon les mots célèbres de Thomas Paine. En dépit des avancées indéniables qu’aura permise la modernité, je continue de croire, à l’instar d’Edmund Burke, que l’être humain est aussi un héritier. Pour comprendre qui nous sommes et dans quelle société nous vivons, il ne faut pas tant accepter telle quelle la société qui nous est léguée que tenter de saisir les grands débats qui l’ont faite à travers le temps. Par-delà les changements qui ont préparé la modernité occidentale, qu’elle soit politique ou économique, il existe une « question du Québec » qui se pose pour nous à chaque génération.

35Cette « question du Québec » ne peut être ressaisie que par l’étude du politique. Seule la lunette du politique permet d’envisager tous les grands débats qui marquent un moment précis de l’histoire. Non pas le politique comme simple chronique d’événements, comme récit épique d’une conquête et d’une conservation du pouvoir, comme chasse gardée des politiciens, mais plutôt comme espace de délibération commun, de médiation entre le privé et le public, comme lieu d’affrontements entre forces sociales et idéologiques opposées. En somme, le politique comme lieu de conflits, de remises en question, comme lieu privilégié grâce auquel une simple population devient une communauté, grâce auquel un simple territoire devient une cité. Dans cette étude renouvelée du politique, il s’agirait moins d’analyser les changements qui se préparent que de reconnaître les questions décisives, de déceler les différentes possibilités qui ont été explorées ou exclues dans le passé. Au cours des dernières décennies, nous avons assisté à une expansion sans précédent de la recherche dans une multitude de domaines. L’étude de moments, par la lunette du politique, permettrait peut-être de proposer de nouvelles synthèses éclairantes et ainsi de faire apparaître le passé québécois dans toute sa scintillante totalité.

Notes de fin

1 Peter Novick, That Noble Dream. The « Objectivity Question » and the American Historial Profession, Cambridge, Cambridge University Press, 1988.

2 Laurent-Olivier David, L’union des deux Canadas 1841-1867, Montréal, Eusèbe Senécal et Cie, 1898, p. 11.

3 Louis-Philippe Turcotte, Le Canada sous l’Union 1841-1867, Québec, Presses mécaniques du Canadien, 1871, p. 39.

4 Henri-Raymond Casgrain, « Préface », dans Antoine Gérin-Lajoie, Dix ans au Canada de 1840-1850. Histoire de l’établissement du gouvernement responsable, Québec, L.-J. Demers, 1888, p. 7.

5 Joseph Royal, Histoire du Canada, 1841 à 1867, Montréal, Beauchemin, 1909, p. 218.

6 Lionel Groulx, « La démission de LaFontaine », dans Notre maître le passé, t. 3, Montréal, 10/10, 1977, p. 296.

7 Lionel Groulx, « Discours » dans Clarence Hogue (dir.), Hommages à LaFontaine. Recueil des discours prononcés au dévoilement du monument de sir Louis-Hippolyte LaFontaine, Montréal, Comité du monument LaFontaine, 1931, p. 102-103.

8 L.-O. David, L’Union des deux Canadas, op. cit., p. 169. Une vue que ne partage pas Charles-Édouard Lavergne, qui voit dans le personnage de Cartier « le guide intrépide de notre race ». Voir Charles-Édouard Lavergne, Georges-Cartier. Homme d’État canadien 1814-1873, Montréal, Langevin et L’Archevêque, 1919, p. 22. Lavergne est le seul auteur connu à classer Cartier dans la catégorie des grands leaders nationaux canadiens-français.

9 Lionel Groulx, « Les idées religieuses de Cartier », dans Notre maître le passé, t. 1, Montréal, 10/10, 1977, p. 225.

10 Laurent-Olivier David, Biographies et portraits, Montréal, Beauchemin et Valois, 1876, p. 58.

11 Ibid., p. 60.

12 Lionel Groulx, « Un geste d’action française en 1842 », dans Notre maître le passé, t. 1, Montréal, 10/10, 1977, p. 173. Voir aussi du même auteur, « Faillite d’une politique », RHAF, vol. II, 1948-1949, p. 81-96.

13 Ibid., p. 187.

14 Lionel Groulx, « Un chef de trente-trois ans », dans Notre maître le passé, t. 2, Montréal, 10 / 10, 1977, p. 143.

15 Carl Berger, The Sense of Power. Studies in the Ideas of Canadian Imperialism 1867-1914, Toronto, University of Toronto Press, 1970, p. 138, 144, 259.

16 Stephen Leacock, The Makers of Canada. vol. 14. Baldwin, LaFontaine, Hincks. Responsible Government, Toronto, Morang & Co, 1907, p. 359-360.

17 John Boyd, Sir George Etienne Cartier Bart. His Life and Time. A Political History of Canada from 1814 until 1873, Toronto, Macmillan, 1917, p. 355.

18 Ibid., p. 360.

19 Cité dans J. L. Laflamme (dir.), Le Centenaire Cartier 1814-1914, Montréal, 1927, p. 243.

20 Alfred D. DeCelles, LaFontaine et son temps, Montréal, Beauchemin, 1925, p. 178.

21 Alfred D. DeCelles, Cartier et son temps, Montréal, Beauchemin, 1913, p. 170.

22 Jacques Monet, « LaFontaine et les problèmes de notre temps », Relations, n° 288, décembre 1964, p. 360.

23 Ibid.

24 Jacques Monet, La première révolution tranquille. Le nationalisme canadien-français (1837-1850), Montréal, Fides, 1981, p. 62-63.

25 Jacques Monet, « French Canada and the Annexation Crisis », Canadian Historical Review, vol. XLVII, n° 3, septembre 1966, p. 258; « Les idées politiques de Baldwin et LaFontaine », dans Marcel Hamelin (dir.), Les idées politiques des premiers ministres du Canada, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1969, p. 19.

26 J. Monet, La première révolution tranquille, op. cit., p. 478.

27 Jacques Monet, « French Canadian Nationalism and the Challenge of Ultramontanism », Canadian Historical Papers, juin 1966, p. 42.

28 Voir « Introduction » dans Janet Ajzenstat, Paul Romney, Ian Gentles, William D. Gairdner (dir.), Canada’s Founding Debates, Toronto, Stoddart, 1999, p. 1-4. Cet ouvrage a été traduit et publié en 2004 aux Presses de l’Université Laval. La préface de la version française a été rédigée par Stéphane Kelly et Guy Laforest. Voir aussi Marc Chevrier, « La genèse de l’idée fédérale chez les pères fondateurs américains et canadiens », dans Alain-G. Gagnon (dir.), Le fédéralisme canadien contemporain. Fondements, traditions, institutions, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2006, p. 20.

29 J. G. A. Pocock, The Machiavellian Moment, Princeton, Princeton University Press, 1975 ; Virtue, Commerce and History. Essays on Political Thought and History, Chiefly in the Eighteenth Century, Londres, Cambridge University Press, 1985.

30 Peter J. Smith, « The Ideological Origins of Canadian Confederation », dans Janet Ajzenstat et Peter J. Smith (dir.), Canada’s Origins, Ottawa, Carleton University Press, 1995, p. 47-78.

31 Peter J. Smith, « Civic Humanism vs. Liberalism – Fitting the Loyalists In », JCS – REC, vol. XXVI, n° 2, été 1991, p. 25-43.

32 Louis-Georges Harvey, « Le mouvement patriote comme projet de rupture (1805-1837) », dans Yvan Lamonde et Gérard Bouchard (dir.), Québécois et Américains. La culture québécoise aux XIXe et XXe siècles, Montréal, Fides, 1995, p. 90.

33 Ibid., p. 95.

34 Louis-Georges Harvey, « The First Distinct Society. French Canada, America and the Constitution of 1791 », dans Janet Ajzenstat et Peter J. Smith (dir.), Canada’s Origins, op. cit., p. 79-107.

35 Louis-Georges Harvey, « Le mouvement patriote comme projet de rupture (1805-1837) », dans Yvan Lamonde et Gérard Bouchard (dir.), Québécois et Américains, op. cit., p. 107. Voir aussi Louis-Gorges Harvey, Le printemps de l’Amérique française. Américanité, anticolonialisme et républicanisme dans le discours politique québécois, 1805-1837, Montréal, Boréal, 2005.

36 Stéphane Kelly, La petite loterie. Comment la Couronne a obtenu la collaboration du Canada français après 1837, Montréal, Boréal, 1997.

37 Stéphane Kelly, Les fins du Canada, Montréal, Boréal, 2002.

38 Je reprends ici le titre autant que l’idée centrale d’un article : Ian McKay, « The Liberal Order Framework », Canadian Historical Review, vol. 81, n° 4, décembre 2000, p. 617-645.

39 John A. Dickinson et Brian Young, « Une économie et une société en transition, 1816-1885 », Brève histoire socio-économique du Québec, Québec, Septentrion, 1992, p. 123-176. Le concept de « transition » pour cette période et les bornes chronologiques proposées par Young et Dickenson sont partagés par d’autres spécialistes du XIXe siècle. Voir Serge Courville, Jean-Claude Robert et Normand Séguin, Le pays laurentien au XIXe siècle, Québec, Presses de l’Université Laval, 1995, p. 127.

40 Jean-Marie Fecteau, Un nouvel ordre des choses : la pauvreté, le crime, l’État au Québec, de la fin du XVIIIe siècle à 1840, Montréal, VLB éditeur, 1989, p. 11. Voir aussi « L’État, les rapports entre sphères publique et privée et la régulation sociale au XIXe siècle au Québec. Questions de méthode et hypothèses », dans Cahiers d’histoire, vol. XVIII, nos 1-2, printemps-automne 1997, p. 21-33; « Prolégomènes à une étude historique des rapports entre l’État et le droit dans la société québécoise, de la fin du XVIIIe siècle à la crise de 1929 », Sociologie et sociétés, vol. 18, n° 1, avril 1986, p. 129-138.

41 Brian J. Young, Promoters and Politicians. The North-Shore Railways in the History of Quebec, 1854-85, Toronto, University of Toronto Press, 1978.

42 Brian Young, « Positive Law, Positive State : Class Realignment and the Transformation of Lower Canada, 1815-1866 », dans Allan Greer et Ian Radforth (dir.), Colonial Leviathan. State Formation in Mid-Nineteenth-Century Canada, Toronto, University of Toronto Press, 1992, p. 50-63.

43 Selon John I. Little, le mouvement de colonisation des townships a fait l’objet d’un rapport de force entre « agents » concurrents du capitalisme émergent. Voir John I. Little, Nationalism, Capitalism, and Colonization in Nineteenth-Century Quebec, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1989.

44 Brian Young, In Its Corporate Capacity. The Seminary of Montreal as a Business Institution, 1816-1876, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1986, p. 50-63.

45 John I. Little, State and Society in Transition. The Politics of Institutional Reform in the Eastern Townships 1838-1852, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1997.

46 Brian Young, The Politics of Codification. The Lower Canadian Civil Code of 1866, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1994.

47 Jean-Marie Fecteau, La liberté du pauvre. Crime et pauvreté au XIXe siècle québécois, Montréal, VLB éditeur, 2004, p. 327.

48 Ibid., p. 154.

49 André Cellard, Histoire de la folie au Québec de 1600 à 1850, Montréal, Boréal, 1991, p. 140.

50 Ibid., p. 196.

51 André Cellard et Dominique Nadon, « Ordre et désordre : le Montreal Lunatic Asylum et la naissance de l’Asile au Québec », RHAF, vol. 39, n° 3, hiver 1986, p. 347.

52 Allan Greer and Ian Radforth, Colonial Leviathan. State Formation in Mid-Nineteenth-Century Canada, Toronto, University of Toronto Press, 1992.

53 Bruce Curtis, Building the Educational State : Canada West, 1836-1871, Londres, Althouse Press, 1988 ; « Preconditions of the Canadian State : Educational Reform and the Constitution of a Public in Upper Canada, 1837-1846 », dans J. K. Johnson et Bruce G. Wilson (dir.), Historical Essays on Upper Canada. New Perspectives, Ottawa, Carleton University Press, 1989, p. 341-368.

54 Bruce Curtis, The Politics of Population. State Formation, Statistics, and the Census of Canada, 1840-1875, Toronto, University of Toronto Press, 2001.

55 Rainer Baehre, « The State in Canadian History », Acadiensis, vol. 24, n° 1, 1994, p. 119-133.

56 Brian Young, George-Étienne Cartier, bourgeois montréalais, Montréal, Boréal, 1982.

57 Ibid., p. 188.

58 Ibid., p. 94.

59 Ibid., p. 142.

60 Ibid., p. 131.

61 Ibid., p. 143.

62 Ibid., p. 146.

63 Roger Chartier, « L’histoire entre récit et connaissance », Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétudes, Paris, Albin Michel, 1998, p. 87-107.

64 C’est du moins ce que je constate dans une anthologie récente. Voir Éric Bédard et Julien Goyette, Parole d’historiens. Anthologie des réflexions sur l’histoire, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2006, p. 15.

65 Pierre Trépanier, « L’historien et la tradition », dans Damien-Claude Bélanger, Sophie Coupal et Michel Ducharme (dir.), Les idées en mouvement : perspectives en histoire intellectuelle et culturelle du Canada, Québec, Presses de l’Université Laval, 2003, p. 89.

Auteur

Docteur en histoire de l’Université McGill, Éric Bédard est professeur à la Télé-université de l’Université du Québec à Montréal. Il s’intéresse à l’histoire politique des idées, à l’historiographie québécoise et aux rapports que notre époque d’hypermodernité entretient avec le passé. Avec Julien Goyette, il a fait paraître Parole d’historiens. Anthologie des réflexions sur l’histoire au Québec (Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2006) ; il est également l’auteur de Chronique d’une insurrection appréhendée. La crise d’Octobre et le milieu universitaire (Sillery, Septentrion, 1998)

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540