Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la couleur des lois

 | 
Constance Backhouse

6. « Que cela serve de leçon » : R. c. Phillips et le Ku Klux Klan à Oakville (Ontario) en 1930

Texte intégral

  • 1 La croix en flammes fut installée au coin de la rue principale (Colborne) et de la troisième rue : (...)

1Ce spectacle était propre à inspirer une véritable terreur aux yeux de n’importe quel peuple « racialisé » au Canada : le Ku Klux Klan venait en effet d’arriver en mission commandée. En cette nuit du 28 février 1930, une « petite armée » composée de 75 individus, revêtus de longues robes blanches et de cagoules, défilait dans la municipalité d’Oakville. Leurs déplacements bruyants réveillèrent en sursaut les centaines de résidents qui, brusquement tirés de leur sommeil, se précipitèrent à leurs fenêtres pour voir ce que toute cette agitation signifiait. Ils virent des individus marchant en procession vers le cœur de la ville où, en plein milieu de la route, ils plantèrent une énorme croix en bois. À l’aide d’une torche, ils mirent ensuite le feu à des chiffons imbibés d’huile qui étaient attachés à la croix. Cette dernière s’enflamma instantanément, faisant jaillir de grandes flammes et voler des étincelles dans la nuit. Le groupe d’individus à capuches se tenait près du feu, observant les flammes dans un silence inquiétant, jusqu’à ce que les dernières braises incandescentes se fussent éteintes1.

  • 2 « Klan Separates Oakville Negro and White Girl », Spectator de Hamilton, 1er mars 1930, page 7. À (...)
  • 3 « Klan Separates Oakville Negro and White Girl », Spectator de Hamilton, 1er mars 1930, page 7 ; « (...)

2Peu après, les hommes du Klan se mirent à la recherche de David Kerr, le chef de police d’Oakville, « afin de l’informer de l’objet de leur visite ». Leur bref arrêt au poste de police se fit en pure perte puisque le chef de police n’y était pas à cette heure tardive2. Les marcheurs encapuchonnés se dirigèrent alors à quelques pâtés de maison de là, sur la rue Head, au domicile d’Ira Junius Johnson. Les hommes du Klan avaient en effet appris que Johnson, « un Nègre », vivait avec une « fille blanche » du nom d’Isabel Jones. Ils venaient donc dans l’intention de punir ce progressiste racial que représentait Ira Johnson, et de mettre fin à cette relation interraciale. Lorsqu’ils apprirent que le couple était parti rendre visite à la tante d’Ira Johnson, ils se rendirent à la résidence de la tante située sur la rue Kerr. Selon le Spectator de Hamilton, les membres du KKK [traduction] « tambourinèrent à la porte et demandèrent au Nègre qui leur avait ouvert de leur amener [la] fille blanche ». Isabel Jones, âgée de 20 ans, apparut et fut extirpée par la force de la maison de sa mère, une veuve de race blanche. Après avoir brièvement consulté Mme Jones, Isabel fut emmenée en voiture et remise aux soins du capitaine W. Broome, un administrateur blanc de l’Armée du salut3.

  • 4 « Klansmen of Hamilton Defend Their Conduct in “Raid” at Oakville », Globe de Toronto, 3 mars 1930 (...)

3Les hommes du Klan retrouvèrent Ira Johnson et forcèrent l’homme terrifié à monter dans une autre auto avec « deux acolytes » servant de gardiens de l’autre côté. Le groupe se rendit chez l’oncle et la tante d’Ira Johnson, tous deux âgés, et les obligea à quitter leur domicile de la rue Head. Les maraudeurs déguisés cernèrent la maison et firent placer Ira Johnson et sa famille sur le jardin de devant. Ils clouèrent ensuite sur la porte d’entrée une grosse croix à laquelle ils mirent le feu, puis menacèrent Ira Johnson en lui tenant ces propos : [traduction] « Si jamais on te revoit en compagnie d’une fille blanche, tu auras affaire au Klan4. »

  • 5 Pendant la durée de ces incidents, Ollie Johnson, l’un des résidents noirs les plus influents d’Oa (...)
  • 6 « Local Klansman is Fined at Oakville », Spectator de Hamilton, 11 mars 1930, page 15 ; « Klan Sep (...)

4Entre-temps, un des citoyens noirs d’Oakville avait réussi à trouver le chef de police et l’avait mis au courant de la situation5. Le chef Kerr se mit en devoir de mener enquête et finit par tomber sur le convoi de quinze autos sur la rue Navy, toutes occupées par des hommes revêtus de robes blanches. Lorsque le chef se rapprocha des dirigeants de la procession, plusieurs d’entre eux sortirent et ôtèrent leurs cagoules. Ainsi, le chef Kerr put reconnaître des résidents blancs de la ville voisine de Hamilton, des hommes « qu’il connaissait fort bien ». Ils se serrèrent la main. Le chef de police s’assura personnellement [traduction] « qu’aucun dommage susceptible de justifier son intervention n’avait été causé à un bien ou à une personne ». De ce fait, Kerr ne procéda à aucune arrestation, ni ne formula d’avertissement ou ne déposa de plainte, et les hommes du Klan poursuivirent leur chemin6.

LES RÉACTIONS DE LA COMMUNAUTÉ

  • 7 « Ku Klux Klan Cohorts Parade Into Oakville and Burn Fiery Cross », Globe de Toronto, 1er mars 193 (...)

5« Ku Klux Klan Cohorts Parade into Oakville and Burn Fiery Cross » (« La procession du Ku Klux Klan défile dans Oakville et met le feu à une croix »), ainsi titrait le Globe de Toronto dans son édition du lendemain matin. Quant au Spectator de Hamilton, voici ce qu’on y lisait en manchette : « Klan Separates Oakville Negro and White Girl » (« Le Klan met fin à une relation entre un Nègre et une Blanche à Oakville »). Le Free Press de London, pour sa part, soutenait que les hommes du Klan étaient venus « de Toronto et de Hamilton en mission commandée ». Le Spectator de Hamilton insistait sur le fait que les membres du Ku Klux Klan présents cette nuit-là venaient tous de Hamilton7.

  • 8 « Ku Klux Klan Here on Business », Star and Independent d’Oakville, 7 mars 1930, page 8 ; « Klan T (...)

6On peut lire entre les lignes de ces comptes rendus factuels que les journaux de l’époque font preuve d’une grande complaisance, voire d’une certaine fierté, vis-à-vis de ce troublant épisode. Quant au Star and Independent d’Oakville, il se disait [traduction] « fortement impressionné par la manière cohérente et organisée dont le Klan avait mené sa tâche », en soulignant que « la mise à feu de la croix avait ajouté une note tout à fait réaliste ». Le Free Press de London notait pour sa part ceci : [traduction] « À aucun moment durant la soirée, il ne fut fait montre de violence et vu cela, la conduite des “visiteurs” fut, selon le chef de police d’Oakville, David Kerr, on ne peut plus convenable, ajoutant que lorsque les hommes retirèrent leurs cagoules, il reconnut, pour la plupart d’entre eux, des notables et éminents hommes d’affaires de Hamilton. » Selon le Canadian Champion de Milton : [traduction] « Si le Ku Klux Klan menait toutes ses réunions de manière aussi ordonnée qu’à Oakville, comme cette fois où ils séparèrent un Nègre et sa supposée fiancée blanche, il n’y aurait jamais aucune plainte. » Quant au Banner de Brampton, il s’amusa à spéculer de la sorte : [traduction] « Si le Ku Klux Klan venait à Brampton, à qui rendrait-il visite ? » Le Toronto Star souligna le fait que les hommes du Klan avaient « escorté » Miss Jones « de manière courtoise et en douceur », en qualifiant cet incident de « spectacle sur le thème de la justice blanche ». Le Star cita en outre les propos du maire, blanc, d’Oakville, J.B. Moat : [traduction] « Il existait au sein de la communauté une forte opposition aux projets de mariage qu’avaient manigancés la jeune fille et le Nègre. Pour ma part, j’estime que le Ku Klux Klan a agi de manière tout à fait correcte dans cette affaire. Que cela serve de leçon. » « Il n’y a même pas eu l’ombre d’un problème », conclut le Globe de Toronto, et le Spectator de Hamilton ajouta pour sa part ce qui suit : « Les citoyens d’Oakville ont dans l’ensemble approuvé les conséquences de cette visite8. »

  • 9 Au tournant du siècle, bon nombre de résidents d’Oakville utilisaient la ville comme lieu d’échang (...)

7Considérée comme le « Saratoga de l’Ontario », la municipalité d’Oakville avait la réputation largement répandue d’être une sorte de « Newport canadien », fondée à la fin du XIXe siècle pour devenir une superbe et pittoresque villégiature d’été destinée aux bien-nantis du sud-est ontarien. Située entre Toronto et Hamilton sur les rives du lac Ontario, Oakville était à l’époque devenue une attraction de choix pour les riches citadins, bien avant que les estivaux soient attirés par le nord de l’Ontario. Cependant, même des villes prospères comme Oakville furent affectées par la Grande Dépression qui sévit en 1929, entraînant un fort taux de chômage qui ne fit que grossir les files d’attente devant les soupes populaires9.

  • 10 « Klan Took Oakville Girl From Negro Home », Toronto Star, 1er mars 1930, pages 1 et 2. La populat (...)

8En 1930, la population d’Oakville comptait à peine 4 000 habitants. Près de 93 % de ses résidents étaient d’origine anglaise, irlandaise, écossaise ou « d’une autre race britannique ». Le groupe non européen le plus nombreux recensé dans les statistiques de l’époque était composé de Canadiens d’origine asiatique, ce qui représentait une vingtaine de personnes. Les données du recensement officiel ne renfermaient aucune liste distincte pour les Noirs, bien que le maire d’Oakville, J.B. Moat, eût affirmé au Star que « la population de gens de couleur » avait diminué ces derniers temps, représentant « à peine une quarantaine de femmes et d’enfants ». Ira Johnson, qui avait « grandi à Oakville », était l’un d’entre eux10.

  • 11 Pour de plus amples renseignements au sujet de l’immigration des Noirs, voir [www.constancebackhou (...)

9L’histoire de l’immigration noire au Canada est aussi tronquée que complexe. Bien que, d’après les registres, l’arrivée du premier Noir remontât à 1606, l’immigration ne se fit en grand nombre qu’à l’issue de la Révolution américaine en 1782. À l’époque, plusieurs milliers de loyalistes noirs affranchis acquirent des terres appartenant à la Couronne. Un grand nombre de loyalistes blancs amenèrent également leurs esclaves noirs avec eux. Pendant la guerre de 1812, plusieurs milliers de Noirs vinrent y chercher refuge avec les Britanniques, et finirent par s’installer en Nouvelle-Écosse entre 1813 et 1815. Dans les années 1840 et 1850, l’Ouest canadien accueillit environ 4 000 Noirs américains, qui fuyaient l’application de la Fugitive Slave Act en empruntant le chemin de fer clandestin. Des groupes de Noirs, en nombre plus restreint, migrèrent vers l’extrême Ouest, pour s’installer sur l’Île de Vancouver en 1859, ainsi qu’en Saskatchewan et en Alberta dans les années 1890, et entre 1910 et 1914. À partir des années 1920, ils continuèrent d’arriver au Canada en provenance des États-Unis et des Antilles11.

  • 12 Pour un renvoi à la législation de la Nouvelle-Écosse à l’effet d’interdire l’entrée des esclaves (...)
  • 13 Pour des références, voir [www.constancebackhouse.ca].
  • 14 Pour des détails au sujet de la législation de 1910 et des textes de lois postérieurs, en 1919 et (...)
  • 15 Pour de plus amples détails, voir [www.constancebackhouse.ca].
  • 16 Pour des détails, voir [www.constancebackhouse.ca].

10Les racistes blancs organisèrent des campagnes, avec la collaboration de différentes provinces, en vue de restreindre l’entrée des immigrants de race noire12. Déjà, en 1864, des médecins avaient prédit que la rudesse de l’hiver canadien « décimerait » la population noire, credo qui fut allègrement adopté par les hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur au tournant du siècle13. Le gouvernement fédéral réagit à ce phénomène en adoptant en 1910 une Loi concernant l’immigration, laquelle conférait au Cabinet le pouvoir d’exclure « des immigrants appartenant à une race réputée impropre au climat ou aux exigences du Canada14 ». En 1911, un décret fut rédigé à l’effet d’interdire l’établissement au Canada de « tout immigrant appartenant à la race nègre », mais il n’entra jamais en vigueur. Les autorités, préoccupées par les éventuels problèmes de nature diplomatique que cette politique ouvertement discriminatoire pourrait occasionner entre le Canada et les États-Unis, décidèrent de recourir à des règles non écrites et informelles pour parvenir à leurs fins de manière indirecte15. Une législation analogue fut adoptée à Terre-Neuve en 192616.

  • 17 Selon le recensement de 1861, 37 Noirs vivaient à Oakville : Michael Wayne, « The Black Population (...)

11La communauté noire d’Oakville, composée principalement de descendants d’esclaves d’origine américaine, remontait au XIXe siècle17. On peut affirmer sans risque que les commentaires de la presse à propos de l’incident impliquant le KKK voulant que la réaction de la communauté était « en général favorable » ne reflétait pas l’opinion de tous les citoyens d’Oakville. Les Noirs, les Canadiens d’origine asiatique ainsi que les petites communautés juive et catholique romaine qui, tous, subissaient la haine du Klan, ont dû être passablement ébranlés par cet incident. Bien que la presse n’eût cité personne d’Oakville en particulier, une délégation d’éminents Torontois de race noire exprima son opposition à ce qui était censé être l’opinion prédominante.

  • 18 « Klan Took Oakville Girl from Negro Home », Toronto Star, 1er mars 1930, page 2 ; « To Investigat (...)

12E. Lionel Cross, un des rares avocats noirs de Toronto, fut le plus éloquent à cet égard. D’origine britannique, Cross fut admis au Barreau de la Nouvelle-Écosse en 1923, puis à celui de l’Ontario en 1924. Cross s’exprima ainsi au Free Press de London : [traduction] « Ce qui s’est passé à Oakville la nuit dernière constitue selon moi un outrage. En ma qualité de citoyen britannique, j’ai toujours cru que la primauté de la règle de droit avait préséance. [Un homme] est libre de choisir les compagnons avec lesquels il se tient. Lorsqu’une personne, sous le prétexte du patriotisme ou de n’importe quelle théorie en “-isme”, nie ce droit à quiconque, il incombe à tous les citoyens respectueux de la loi de dénoncer un tel acte, quel que soit le statut ou la race de la personne qui l’a commis18. »

  • 19 Au sujet de l’histoire de l’Église First Baptist, voir [www.constancebackhouse.ca].
  • 20 Bertrand Joseph Spencer Pitt est né le 8 septembre 1892, sixième de 12 enfants d’un « prospère pla (...)

13Cross convoqua une « vaste assemblée » de Noirs à l’Église First Baptist, avenue University, à Toronto, le 4 mars. L’église First Baptist, fondée en 1826, était la plus ancienne église baptiste noire de l’Ontario, et son pasteur, le révérend H. Lawrence McNeil, joignit ses efforts à ceux de Cross pour exhorter les membres de la communauté noire à y assister19. Aux voix de Cross et de McNeil s’ajouta celle d’un autre dirigeant influent de la communauté noire, l’avocat torontois B.J. Spencer Pitt. Né à la Grenade dans une prospère famille de commerçants, Pitt était venu s’installer en Nouvelle-Écosse en 1926 afin d’étudier le droit à la faculté de droit de Dalhousie et avait poursuivi sa formation juridique à Middle Temple, à Londres. Pitt fit son stage en droit au cabinet de Lionel Cross et fut admis au Barreau de l’Ontario en 192820.

  • 21 « Negroes of Toronto Ask Prosecution », Free Press de London, 5 mars 1930, page 3 ; « Hears Delega (...)

14Cross, McNeil et Pitt réussirent à persuader l’assemblée d’endosser une résolution exhortant le gouvernement à prendre des mesures. Le lendemain, les trois dirigeants noirs présentèrent ainsi leurs requêtes à l’autorité principale en matière juridique de la province, le procureur général de l’Ontario, W.H. Price. Selon l’Advertiser de London, la rencontre avec le procureur général blanc fut « une entrevue tout à fait cordiale » et aboutit à la promesse que cet incident ferait l’objet « d’une enquête exhaustive » de la part des autorités d’Oakville. Le procureur Price donna par conséquent au procureur de la Couronne, de race blanche, de Milton (Ontario), William Inglis Dick, et au chef de police, David Kerr, l’ordre de « mener les recherches les plus approfondies ». Il ordonna en outre à Dick et à Kerr de « préparer un rapport complet sur toute cette affaire », lequel serait ensuite soumis à son examen21.

  • 22 « Has No Negro Blood, Klan Victim Declares », Toronto Star, 5 mars 1930, page 1 ; « Johnson Claims (...)

15Ce fut alors que le Toronto Star lâcha sa bombe, dans son édition du 5 mars, avec la manchette « Has No Negro Blood, Klan Victim Declares » (« Une victime du Klan soutient qu’elle n’a pas de sang nègre »), des propos recueillis à l’issue d’une recherche visant à retracer l’ascendance d’Ira Johnson. Johnson, qui revendiquait une filiation métisse en affirmant qu’il était le fruit de relations entre Blancs et « Indiens », originaires de l’Indiana et du Maryland, informa la presse que [traduction] « pas une goutte de sang nègre ne coulait dans ses veines ». Ainsi, l’éternelle énigme entourant la définition des races remontait à la surface du bourbier que l’on évitait en général de remuer, préférant la laisser irrésolue22.

  • 23 « Has No Negro Blood, Klan Victim Declares », Toronto Star, 5 mars 1930, page 1 ; « Johnson Claims (...)

16Selon le Star, la mère de Johnson, décrite par le journaliste comme « une femme raffinée et intelligente », était la fille du révérend Junius Roberts, un « Blanc » qui « prêchait depuis plus de quarante ans dans des congrégations noires à Guelph, Hamilton et Oakville ». Johnson expliqua que [traduction] « la raison pour laquelle son grand-père prêchait dans des églises de Nègres était que Mme Roberts avait la peau si foncée que des membres des congrégations blanches s’étaient opposés à sa présence ». Soit l’origine « indienne Cherokee » revendiquée par la grand-mère maternelle de Johnson n’avait pas convaincu lesdits paroissiens, soit qu’une ascendance « indienne » était de leur point de vue aussi peu désirable qu’une origine noire. Le Star précisait que le père du révérend Roberts avait des origines anglaise et écossaise, tandis que sa mère était « une métisse Cherokee native de l’Indiana ». Du côté paternel, l’arrière-grand-père d’Ira Johnson était également « un métis Cherokee », tandis que son arrière-grand-mère était Irlandaise. Pour celles et ceux qui cherchaient une désignation raciale aussi immédiate que définitive, le cas de Johnson impliquant de multiples origines ne pouvait que semer la confusion23.

  • 24 « Klan Took Oakville Girl from Negro Home », Daily Star de Toronto, 1er mars 1930, pages 1-3 ; « J (...)
  • 25 Il est possible que des individus portant le nom de « Johnson » et associés à des membres de la co (...)

17Ceux qui désiraient approfondir la question eurent tôt fait de découvrir que l’identification par le physique était un terrain tout aussi glissant. Le Star décrivait en effet Johnson comme un « bel homme, presque blanc de peau ». À l’issue d’un examen plus approfondi, le journaliste du Star émit l’opinion que les traits de Johnson « démontraient » ses origines indiennes. L’indice le plus probant à cet égard est que, d’après le journaliste, les cheveux de la victime du Klan étaient « raides et noirs ». Johnson faisait preuve d’un « comportement calme et réservé », il mesurait plus de « six pieds huit » et était un « personnage important en ville ». Selon les sources du Globe de Toronto, Johnson s’était vu « refuser de l’alcool du fait qu’il était Indien », mais selon d’autres « sources fiables » au sein de la communauté noire, « du sang de couleur coulait dans ses veines »24. Il est également possible que le nom de famille d’Ira Johnson ait joué un certain rôle dans son attribution raciale, puisque « Johnson » était le nom de plusieurs éminentes familles noires dans la région25.

  • 26 « Has No Negro Blood, Klan Victim Declares », Toronto Star, 5 mars 1930, page 1 ; « Klan Took Oakv (...)

18Il semble que les journaux fussent désireux de réhabiliter la réputation et la conduite d’Ira Johnson, après l’avoir à tort traité de « Nègre ». Le Star consacra plusieurs chroniques à décrire les longs états de service de Johnson pendant la guerre au sein du 166e bataillon, avec le régiment du Sussex en Angleterre et sur la crête de Vimy en France. Le Spectator de Hamilton ajouta que Johnson, âgé de 30 ans, avait été blessé « à deux reprises » alors qu’il combattait avec bravoure pendant la Grande Guerre. Il avait dû, en raison de ses blessures, être hospitalisé à Burlington et, depuis son retour, il travaillait depuis cinq ans comme mécanicien automobile pour Hillmer Bros. Le Star avait en outre publié une histoire détaillée des Cherokee, en discutant longuement, sans relation de logique apparente, des Six-Nations à Brantford. On peut imaginer que le journaliste, dans son désir d’éduquer les lecteurs du Star à propos des Six-Nations, de leurs revendications à « l’autonomie » et de leurs efforts pour obtenir la reconnaissance de leur statut « d’alliés » plutôt que celui de « sujets » de la Couronne britannique, croyait que toutes les Premières Nations étaient reliées entre elles d’une manière ou d’une autre26.

  • 27 « Believe Klan… », Toronto Star, 8 mars 1930, page 1.

19Entre-temps, les membres du Ku Klux Klan continuaient à harceler leurs ennemis. Selon le Toronto Star, « un grande berline de couleur brune » continuait de filer mademoiselle Jones. Apparemment peu soucieux de se faire repérer, nuit après nuit, les quatre occupants de la berline se stationnaient, en laissant les « veilleuses allumées », bloquant ainsi la circulation devant l’immeuble de l’Armée du salut où le véhicule de mademoiselle Jones était stationné. La presse laissait entendre que les hommes du Klan pouvaient fort bien « exercer une surveillance sur Ira Johnson » également27.

20Les rédacteurs du Globe de Toronto faisaient partie des rares organes des médias à exprimer certaines réticences face à la nature menaçante des activités du Klan à Oakville. Cependant, c’étaient les méthodes du Klan, et non sa philosophie, que le Globe dénonça le 3 mars :

  • 28 « No Country for a Ku Klux », Globe de Toronto, 3 mars 1930, page 4 ; voir également « The Oakvill (...)

[traduction] Quel qu’ait pu être le bien-fondé des motifs ayant poussé le Ku Klux Klan à parader à Oakville, on ne saurait tolérer une politique qui incite un groupe de citoyens à faire appliquer la loi de leur propre chef. [...] [Ses] membres peuvent croire au bien-fondé de leurs objectifs, mais si tel est le cas, ils devraient se montrer ouverts à la discussion en plein jour et éviter d’organiser des visites nocturnes sous le couvert de déguisements. [...]
Il est regrettable que des hommes considérés comme intelligents, ce que sont sans doute la plupart des membres du Klan, s’associent à un tel système destiné à redresser ce qu’ils estiment être des torts. S’ils consacraient leurs efforts à l’élaboration de politiques et de mécanismes d’application des lois de manière ouverte et officielle, alors ils rendraient un véritable service à leur pays. [...] La mission des visiteurs nocturnes à Oakville en vue de séparer une fille blanche d’un homme de couleur peut être justifiée en soi et constituer une bonne chose ; cependant, il est certain que les méthodes employées pour ce faire sont répréhensibles28.

21Désireux de relever le défi, le Klan adressa une ferme dénégation au bureau du Globe sous forme de déclaration écrite, détaillée, signée le « Scribe ». [traduction] « Qu’il soit bien entendu, commence la missive, que nous nous opposons fermement à tout mariage entre des Blancs et des gens de couleur, quelle que soit leur nationalité, au motif de la pureté des races. » Ils alléguèrent n’avoir agi que sur l’ordre de la mère d’Isabel Jones :

  • 29 « Clansmen of Hamilton », Globe de Toronto, 3 mars 1930, page 3.

[traduction] Nous, chevaliers du Ku Klux Klan du Canada, avons reçu une lettre de Mme Jones d’Oakville, demandant notre aide pour secourir sa fille qui était séquestrée par un nègre [...]. Elle a déclaré avoir fait appel à la police et au magistrat de la ville ainsi qu’à l’Armée du salut, afin qu’ils l’aident à libérer sa fille. Les portes de l’endroit où le nègre tenait la jeune fille blanche captive étant verrouillées, l’Armée du salut avait tenté à plusieurs reprises de pénétrer dans la maison, en vain cependant ; les forces de police avaient déclaré que les 18 ans de la jeune fille les empêchaient d’intervenir [...]. Au moment où le Klan a décidé d’agir, la jeune fille blanche avait déjà passé cinq nuits en compagnie de l’homme de couleur et personne n’avait été admis à entrer dans la maison. La loi n’étant d’aucun recours, la mère de la fille était éplorée et complètement affolée29.

  • 30 « Klansmen of Hamilton Defend Their Conduct in “Raid” at Oakville », Globe de Toronto, 3 mars 1930 (...)

22Qui plus est, la jeune fille blanche avait changé d’avis, confièrent les hommes du Klan. [traduction] « Nous avons ramené la fille à sa mère et c’est alors qu’elle a fait la promesse, en notre présence, qu’elle n’aurait plus jamais de relation avec un homme de couleur. » Les porte-parole de l’Armée du salut les accueillirent « à bras ouverts » et les hommes du Klan eurent un entretien avec le chef de police, « afin de lui fournir tous les détails de l’affaire ». Même les parents d’Ira Johnson, M. et Mme Munday Johnson, furent décrits comme étant favorables à l’intervention du Klan. [traduction] « Ses parents sont réputés pour leur excellente moralité et sont très bien vus au sein de la communauté », mentionnait le Scribe. « Le Ku Klux Klan souhaite de tout cœur qu’ils réussissent à corriger les manières de leur fils en espérant que cette démonstration lui serve de leçon. » Fait plus extraordinaire encore, le Scribe laissa entendre que des relations solides s’étaient nouées entre le Klan et les parents d’Ira Johnson. Après que la croix eut cessé de brûler, on rapporte que les parents se seraient approchés des maraudeurs encapuchonnés « pour s’adresser à eux en ces termes : “Que Dieu vous bénisse tous.” À aucun moment de l’événement, les membres du Klan ne posèrent la main sur la jeune fille ou sur l’homme, pouvait-on lire dans la lettre, ni ne cherchèrent à pénétrer dans la maison des intéressés. » « En somme, soulignait le Scribe, ces gens ont agi de leur propre gré30 »

23Que le Globe ait laissé entendre que le Ku Klux Klan n’avait pas [traduction] « accompli de réels progrès dans le Dominion » irritait les membres du Klan au plus haut point. « C’est une déclaration ridicule faite par un étranger qui n’hésite pas à parler à tort et à travers », se plaignit le Scribe. [traduction] « [L]a croix en flammes brille au dessus de nombreuses têtes de notre Sénat et du Parlement aujourd’hui, et notre prospérité de même que nos mesures disciplinaires nous permettent de diriger des milliers de membres du Klan dans toutes les régions du Dominion. » La lettre insistait sur le fait que la puissance du Klan était connue de tous et que leur présence n’avait jamais était aussi impérative au Canada :

  • 31 « No Country for a Ku Klux », Globe de Toronto, 3 mars 1930, page 4 ; « Senators, Members are in K (...)

[traduction] Le Canada étant un Dominion britannique et protestant où, de toute évidence, on entrave sérieusement l’immigration des Britanniques en faveur de l’immigration d’étrangers, et où l’on constate encore que c’est la minorité qui contrôle la majorité, il est donc impératif que notre organisation protège les intérêts du peuple protestant anglo-saxon contre la menace croissante que représentent le communisme, le bolchévisme, les Rouges et les Orientaux, et le péril de l’impureté raciale, conjugués à la corruption et au vice internationaux. Ce sont tous ces facteurs qui, combinés, ont incité les chevaliers du Ku Klux Klan, gardiens des valeurs du passé, à avancer sous la bannière du Christ afin de combattre la domination étrangère, les politiciens véreux, les criminels, les contrebandiers, la traite des blanches, les débauchés, les vandales, et tous ces gens susceptibles de s’opposer aux enseignements de nos institutions protestantes31.

L’HISTOIRE DU KU KLUX KLAN

  • 32 Wyn Craig Wade, The Fiery Cross : The Ku Klux Klan in America (Londres : Simon and Schuster, 1987) (...)

24Le Ku Klux Klan a vu le jour à Pulaski, Tennessee, en 1865. Six officiers blancs de l’armée confédérée, de retour chez eux à l’issue de campagnes infructueuses pendant la guerre civile américaine, décidèrent de fonder une association qu’ils baptisèrent le « Ku Klux Klan ». Le « Ku Klux » était leur version personnelle du mot grec désignant le cercle, « Kuklos ». Le suffixe « Klan » fut ajouté pour montrer leur déférence envers l’ascendance irlando-écossaise que les membres du groupe avaient en commun. Les fondateurs de l’organisation cherchaient avant tout à constituer un club social ; ils ont donc élaboré un code secret et édicté des conditions d’admission comportant des épreuves et des rituels dans la lignée de la longue tradition des sociétés d’entraide masculines. Ils se donnaient mutuellement des titres particuliers tels que « Grand Sorcier », « Grand Dragon », « Hydre », « Furie » et « Cyclope ». Les membres avaient adopté des costumes que l’on peut décrire comme de longues robes blanches et amples, ornées de symboles occultes en flanelle rouge, telles que l’étoile et la demi-lune. Des chapeaux de forme conique, d’une hauteur de deux pieds, faits de carton rigide, recouverts de tissu blanc et troués au niveau des yeux masquaient complètement leurs visages32.

  • 33 Wade, The Fiery Cross, pages 35-62.

25Au début, les missions du Ku Klux Klan consistaient en des actes de nuisance sporadiques. Dans le climat de tension d’après-guerre dans le sud des États-Unis, ce mouvement a évolué en une série d’attaques ciblées à l’endroit de citoyens noirs récemment affranchis. En 1867, des bandes de rôdeurs revêtus de robes blanches commencèrent à perturber des assemblées de prière et des rencontres entre Noirs, pour intimider les participants et confisquer leurs armes à feu. Entre 1867 et 1871, le règne de la terreur prit de l’ampleur. Les membres du Klan tenaient des « procès » de vigiles pour ensuite exécuter leurs sentences à l’encontre de victimes choisies, profitant de la noirceur de la nuit pour infliger des dégâts aux biens, ainsi que commettre des voies de fait, des agressions sexuelles et des meurtres à l’égard des Noirs et des Blancs qui résistaient à leurs diatribes racistes. Le Klan recrutait de plus en plus de membres, il enrôlait des Américains blancs dans toutes les classes de la société, qu’il s’agisse de petits fermiers, d’ouvriers, de médecins, d’avocats, de législateurs et de juges33.

  • 34 Wade, The Fiery Cross, page 62 ; Blee, Women of the Klan, pages 13 et 14.

26Selon les dirigeants du Klan, la raison d’être de leur organisation consistait à infliger des châtiments aux [traduction] « Nègres et aux Blancs impudents qui défendent des Nègres ». Les contemporains du Klan définissaient ainsi son objectif : [traduction] « Au moyen de la force et de la terreur, empêcher toute décision politique contraire à la doctrine de ses membres, priver les gens de couleur de leur droit de porter une arme et de leur droit de vote, supprimer les écoles réservées aux enfants de couleur et réduire les gens de couleur à un statut proche de l’esclavage. » La campagne d’intimidation menée par le KKK était fortement teintée de sexualité, sur le plan idéologique comme dans la pratique. Dans la propagande du Klan, on insistait sur le fait que la « plus grande ambition » des Noirs était d’épouser une « femme blanche ». Selon ce point de vue, ils accusaient les Noirs d’utiliser des moyens de coercition physique sur leurs victimes blanches afin de leur extorquer des promesses de mariage et des relations sexuelles. Selon les membres du Klan, l’abolition de l’esclavage équivalait à un accès à la liberté sexuelle habituellement réservée aux hommes blancs. Ils regrettaient la perte de leur droit d’exploitation sexuelle des esclaves noires et craignaient de perdre leur accès sexuel exclusif à leurs propres compagnes blanches. En guise de représailles, les membres du Klan violaient et infligeaient des tortures à caractère sexuel à des femmes, certaines blanches, mais noires pour la plupart, et infligeaient des castrations et des mutilations sexuelles aux hommes de race noire34.

  • 35 Le Ku-Klux Act habilitait tout citoyen des États-Unis à poursuivre devant un tribunal de compétenc (...)

27La première vague d’activité du Ku Klux Klan commença à décliner en 1871, lorsqu’une enquête ordonnée par le Congrès à propos des campagnes d’une violence sans précédent aboutit à l’adoption de la Ku-Klux Act. Selon ce texte de loi, le fait que deux personnes ou plus [traduction] « circulent revêtues d’un déguisement dans un endroit public ou au domicile d’autrui », dans l’intention de priver quiconque de ses droits constitutionnels, constitue un acte criminel. Il rend en outre les citoyens [traduction] « au courant des actes de violence que le Klan projette de commettre » responsables envers les victimes du Klan de tout préjudice qu’ils auraient ainsi pu éviter. Bien que cette législation n’eût pas été appliquée à grande échelle, ni de manière continue, elle eut suffisamment d’influence pour forcer l’organisation à éviter toute visibilité publique pendant plusieurs décennies35.

  • 36 Susanna Moodie, Roughing it in the Bush (Ottawa : 1988, publié à Londres à l’origine en 1852), pag (...)

28On sait peu de choses sur l’ampleur des activités entreprises par le Ku Klux Klan au Canada au cours de sa première phase d’activité, soit entre 1865 et les années 1870. Il est certain que le terrain était relativement propice à son développement au nord de la frontière, puisque le racisme antinoir avait déjà gagné certaines régions du Canada bien avant la création du Ku Klux Klan. Susanna Moodie, qui avait quitté la Grande-Bretagne pour venir s’établir dans la région centrale du Canada, décrivit en 1852, dans ses mémoires intitulés Roughing it in the Bush, un acte barbare commis en guise de représailles à un mariage mixte survenu dans une communauté des environs. Elle relate qu’un groupe d’hommes blancs avait extirpé de sa maison un Noir, récemment marié à une femme blanche avec qui il vivait, pour ensuite le « traîner sur des rails » jusqu’à ce qu’il en meure36.

  • 37 Ce passage entend être une description de la phase originelle de l’histoire du Klan qui se situe e (...)

29Il semble en outre que certains Canadiens tenaient le Ku Klux Klan américain en grande estime. Au moins un périodique canadien, publié quelques années plus tard, louangeait benoîtement les activités du Klan commises lors de sa première phase, justifiant la nécessité de ce type d’organisation d’une manière qui peut être le signe soit d’une naïveté hors du commun, soit d’une bigoterie franchement raciste. [traduction] « [P]our le Ku Klux Klan, né à une époque où les Nègres dominaient après la guerre civile, cette situation constituait une excuse, voire une justification. Les gens de couleur venaient tout juste de sortir de l’esclavage, ils n’avaient aucune connaissance de la manière de se gouverner eux-mêmes, ils étaient contrôlés par des politiciens du nord véreux, ils commettaient toutes sortes de stupidités et d’infractions, et imposaient de ce fait aux Blancs un intolérable fardeau et des humiliations inacceptables », soutenait le Canadian Journal. « C’est seulement grâce aux mesures secrètes prises par le Ku Klux Klan que nous avons pu enfin connaître un redressement de la situation et un sentiment de sécurité37. »

  • 38 Winks, dans Blacks in Canada, note à la page 320 qu’il est possible que le Klan [traduction] « ait (...)
  • 39 Orlo Miller, This Was London : The First Two Centuries (Westport, Ontario : Butternut Press, 1988) (...)

30Au cours des années 1870, quelques Canadiens s’enrôlèrent dans le Klan dans l’Est ontarien38. Il y a eu également certaines preuves à l’effet que des membres du Klan américain, fuyant les responsabilités découlant de leurs activités illégales, avaient traversé la frontière pour chercher refuge au Canada. Dans un de ces cas, qui a finalement dégénéré en incident international, un chirurgien blanc de Caroline du Sud avait été soupçonné du meurtre d’un homme noir au cours d’un raid du Ku Klux Klan dans son État de résidence. Le Dr James Rufus Bratton, un ex-chirurgien de l’armée confédérée, a alors traversé la frontière pour venir s’établir à London dans une maison de chambres, en 1872. Des détectives américains ont poursuivi leur suspect jusque-là, où ils l’ont endormi au chloroforme, emmené en train jusqu’à Windsor et inculpé de meurtre dès qu’ils eurent franchi la frontière. Indignés à l’annonce que le chirurgien avait « été capturé au moyen de la force et soustrait à la protection du drapeau britannique », les autorités canadiennes et les journaux réclamèrent la libération immédiate du Dr Bratton et son rapatriement au Canada. Dans la crainte de susciter un incident diplomatique susceptible d’avoir un retentissement international, les maréchaux américains renvoyèrent le Dr Bratton en Ontario, où il fut chaleureusement accueilli. Il continua d’exercer la médecine à London sans encourir quelque blâme que ce soit, et ce, pendant plusieurs années. Le débat public entourant l’affaire du Dr Bratton se concentrait sur la procédure permettant d’extrader des criminels présumés et sur la souveraineté concurrente des deux nations en cause. Au Canada, les observateurs semblent avoir perdu de vue les actes violents dont le Dr Bratton était accusé et se montrèrent indifférents aux relations qu’il entretenait avec le KKK39.

  • 40 Pour des détails au sujet de la réaction du premier ministre Macdonald et du Globe de Toronto (Geo (...)

31À peine une décennie plus tard, une bande de voyous connue sous le nom de « Klux Clan » incendia une résidence de London appartenant à une famille de Noirs nommée Harrison. Par chance, la famille Harrison avait déménagé à Windsor deux jours avant la destruction de leur maison. Ainsi, personne ne fut blessé dans l’incendie puisque la maison de la rue Wellington, sise sur les rives de la Thames River, était vide. La première mention publique de l’incident survint quelque cinquante ans plus tard, lorsque Richard Harrison, âgé de 17 ans au moment des événements, retourna à London en 1934. Entre-temps, Harrison était devenu un célèbre « acteur nègre », encensé par le public dans l’ensemble des États-Unis et très prisé des dignitaires de London. « Il y a 54 ans, on nous a réservé une véritable célébration lorsque nous avons quitté la ville, déclara-t-il à l’Advertiser de London. Notre maison a été complètement détruite dans un incendie criminel. » On peut aisément présumer qu’étant donné l’ampleur des déplacements frontaliers et des communications entre les deux pays, d’autres manifestations du Ku Klux Klan ont dû également gagner le territoire canadien au cours de cette période d’initiation40.

32Le rétablissement du Klan américain date de 1915, lorsque les activités du KKK amorcèrent leur « seconde phase ». On devait ce regain à la publication d’un roman intitulé The Clansman, écrit par un auteur blanc du Sud, Thomas Dixon, qui devint par la suite un film, lequel constitua l’une des premières superproductions hollywoodiennes. Présenté comme un récit à connotation raciste relatant les efforts considérables que le sud des États-Unis déployait pour « racheter son honneur » et se reconstruire après la guerre civile, le roman de Dixon visait à « réveiller » les lecteurs quant à l’importance de « l’évangile de la suprématie chrétienne et blanche » et au besoin urgent d’empêcher « la propagation des Nègres ». L’intrigue improbable décrite dans The Clansman tourne autour de Noirs libidineux lancés à la poursuite de femmes blanches terrifiées, qui seront finalement secourues par des cavaliers masqués du Klan juste avant la perte de leur virginité. Pour échapper à son poursuivant noir, une des femmes blanches de Caroline du Sud va même jusqu’à sauter d’une falaise, où elle trouve la mort. Les membres du Klan capturent le coupable et le traduisent en justice afin qu’il subisse « un procès équitable », lequel aboutit à sa castration et à son lynchage auprès d’une croix de bois en flammes.

  • 41 Wade note que la mise à feu des croix, qui ne se produisait pas pendant la première phase des acti (...)

33Le réalisateur du film, de race blanche, D.W. Griffith, tenta de transformer l’intrigue outrancière et raciste de Dixon en une version cinématographique sans précédent intitulée La Naissance d’une nation (The Birth of a Nation). Les hommes noirs y sont dépeints comme des « sauvages » qui courent « au ras du sol, avec des épaules penchées vers l’avant comme des singes ». Le film comporte en outre des retours sur le passé où l’on voit des photos de femmes blanches innocentes, pâles et nobles dans leurs cercueils. Le film était conçu pour être accompagné par un orchestre de trente instruments, avec une trame musicale comprenant de la musique hootchy-kootchy sur un rythme de tam-tam lorsque les hommes noirs apparaissent à l’écran, alternant avec l’air triomphant de la Walkyrie lorsque c’était au tour des hommes du Klan d’apparaître à l’écran, revêtus de leurs robes blanches. Les spectateurs étaient littéralement en plein délire durant les représentations de La naissance d’une nation. Ils « pleuraient, criaient, protestaient ou poussaient des cris d’encouragement ». Il est même déjà arrivé qu’un spectateur se mette « à tirer sur l’écran » avec de vraies balles dans le but de sauver les demoiselles en détresse. Malgré les vigoureuses objections émises par la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), qui avait été fondée six ans auparavant, plus de 25 000 000 de personnes ont vu le film aux États-Unis41.

  • 42 Wade, The Fiery Cross, pages 140-169, 252 ; MacLean, Behind the Mask of Chivalr, pages 13-19 ; Cha (...)

34William Joseph Simmons, un prédicateur blanc de l’Alabama à qui on attribuait la renaissance de la seconde phase du KKK, coordonnait les campagnes de recrutement avec la distribution du film. Il avait entamé ses campagnes en organisant un gigantesque rassemblement à Atlanta (Géorgie) en 1915, au cours duquel il mit le feu à une croix sur la Stone Mountain la nuit où La naissance d’une nation fut diffusée en première. Simmons s’arrangeait pour publier des annonces vantant le Klan dans les journaux, juste à côté des annonces pour le film La naissance d’une nation, chaque fois que le film était à l’affiche. Simmons se proclamait lui-même comme le « Magicien impérial » ou « Grand sorcier » et avait mis sur pied une hiérarchie d’organisateurs avec un « chef du recrutement » (King Kleagle) pour chaque État, lequel se chargeait de superviser un groupe de « recruteurs locaux » qui vendaient des adhésions et des costumes. Dans le but de bénéficier d’un auditoire plus vaste, le Klan décida d’élargir ses activités de propagande haineuse de façon à inclure les Juifs, les Catholiques romains, les immigrants non anglo-saxons et les socialistes. En 1921, le Klan avait étendu son influence au Texas, à la Louisiane, à l’Oklahoma, à l’Arkansas, à l’Oregon, au Midwest, au Nord-Est et au littoral atlantique, au point de compter 100 000 membres. Il s’ensuivit une vague de meurtres et de troubles qui commença en 1915 par le lynchage d’un homme d’affaires juif de New York, qui avait été condamné (à tort, apprendrait-on par la suite) pour le viol et le meurtre d’une jeune employée de 14 ans, native de Géorgie. En 1921, le New York World publia un compte rendu des 152 méfaits commis par le Klan, lesquels comprenaient des incendies criminels, des agressions avec goudronnage et couverture de plumes, des mutilations, des séances de fouettage et des meurtres. Le Congrès des États-Unis avait convoqué des auditions relativement aux activités du Klan. Cependant, la visibilité accrue offerte à ces occasions ne fit que renforcer le succès de l’organisation, lui permettant ainsi de recruter davantage de membres, dont le nombre atteignit 4 000 000 en 192442.

  • 43 Au sujet de la composition du Klan, du WKKK et des Junior Klans pour les jeunes filles et garçons, (...)

35En général, on retrouvait les membres les plus disposés à adhérer au Klan parmi les dirigeants de petites entreprises, les ouvriers et artisans qualifiés, de race blanche et d’âge moyen, mariés et pères de famille, qui représentaient le type même du « citoyen respectable de la classe moyenne ». Selon ce point de vue de la célébration de la masculinité, le Klan tenait à être une organisation exclusivement réservée aux hommes. En 1923, cependant, une organisation appelée The Women of the Ku Klux Klan (WKKK) fut constituée en Arkansas. Les femmes du Klan adhéraient aux mêmes théories que le Klan originel, soit l’idéologie raciste, anticatholique et antisémite, tout en revendiquant « l’égalité pour les femmes protestantes blanches ». Rarement impliquées dans les activités comme les incendies criminels, les lynchages et les mutilations sexuelles commises par les hommes du Klan, les femmes se contentaient de jouer un rôle de soutien en servant des rafraîchissements, en organisant des pique-niques et des excursions en groupe, et en assurant le transport pour les rassemblements. Elles prenaient en outre part à des « escouades chargées de répandre des rumeurs et des calomnies » et organisaient des campagnes de boycottage auprès des consommateurs afin de pousser à la ruine les Juifs, les catholiques et les Noirs, et les chasser de leurs communautés43.

  • 44 Chalmers, Hooded Americanism, page 279. La chronique de Willison, intitulée « Month to Month », es (...)

36Les membres du Klan américain rêvaient d’étendre leur influence au point d’englober « toutes les régions anglo-saxonnes, germaniques et scandinaves du globe ». Ils s’efforçaient de fonder des chapitres à Hawaï, en Nouvelle-Zélande, à Shanghai, en Lituanie, en Tchécoslovaquie, en Angleterre, à Cuba et au Mexique. Il n’y a cependant qu’au Canada que le Klan réussit à établir de véritables chapitres et non de simples et précaires jalons. D’après la plupart des rapports sur la question, on retrace des activités concertées du KKK au Canada à partir des années 1920, soit au moment où le film La naissance d’une nation s’attirait des critiques positives et était à l’affiche dans les cinémas canadiens. Sir John Willison, dans un article publié dans le Canadian Magazine en 1923, décrivait le film comme [traduction] « une glorification cinématographique du rôle d’agent du maintien de l’ordre et de la sécurité joué par le Klan44 ».

  • 45 À propos des groupes scindés du Klan, voir Wade, The Fiery Cross, page 191 ; Sims, The Klan, page (...)

37Le véritable prosélytisme du KKK débuta au Canada avec des groupes dissidents, qui se dissocièrent de l’organisation mère américaine pour créer différentes sections canadiennes. Le Ku Klux Klan of Kanada, les Kanadian Knights of the Ku Klux Klan et le Ku Klux Klan of the British Empire furent les trois sections les plus importantes. Toutes les sections du Klan exigeaient de leurs futurs membres canadiens « qu’ils soient de gentils protestants de race blanche », âgés d’au moins 18 ans, « sains d’esprit et de bonne réputation » et désireux de défendre « le maintien de la suprématie blanche ». Les adhérents provenaient pour la plupart de la classe moyenne et se recrutaient parmi les petits entrepreneurs, les commis, les vendeurs, les travailleurs manuels, les chauffeurs de camion, les cheminots, les menuisiers, les plombiers, les ouvriers et les fermiers. On trouvait également des membres du Klan dans les hautes sphères de la société, soit chez les médecins, les avocats, les professeurs, les hommes d’église et les juges de paix. Les femmes aussi étaient attirées par le KKK, pour participer « à la confection de pâtisseries, aux parties de whist, aux déjeuners et aux représentations théâtrales et musicales » organisés par le groupe. Le Klan, quant à lui, s’occupait d’un vaste éventail de cibles : les Asiatiques de la côte ouest, les Européens de l’Est dans les Prairies, les catholiques français en Saskatchewan, et aussi les Juifs, les catholiques et les Noirs répartis dans tout le pays. Les objectifs déclarés consistaient à [traduction] « déclencher la guerre contre le catholicisme romain, le judaïsme, les Nègres, l’emploi de la langue française au Canada, les écoles séparées et l’immigration des étrangers45 ».

  • 46 Blee, Women of the Klan, page 86 ; MacLean, Behind the Mask of Chivalry, pages 143 et 144 ; « Knig (...)

38L’un des points majeurs du programme du KKK était la suppression du mariage mixte. Les fréquentations et les mariages entre différentes races impliquaient un « nivellement » qui, dans l’esprit des membres du Klan, équivalait à autoriser une forme d’exploitation des femmes blanches et d’usurpation des privilèges réservés aux hommes blancs. Le Klan réclamait une législation à l’effet d’interdire les mariages mixtes, tel qu’il en existait dans de nombreux États américains. Le Klan prenait également de multiples moyens indirects pour tenter de détruire ce type de relations. Dans le sud, le KKK avait menacé, fouetté, battu, kidnappé et lynché quantité de Noirs, de non-protestants et d’immigrants qui avaient osé fréquenter des Blanches protestantes. Les membres du Klan infligeaient des tortures physiques et sexuelles aux femmes qui sortaient avec des hommes non blancs. Au Canada, la Constitution et les lois de l’Empire invisible avait décrété que [traduction] « quiconque était responsable de polluer le sang caucasien par le biais du métissage ou par la commission d’un acte indigne d’un homme du Klan commettait de ce fait une infraction grave46 ».

  • 47 Daily Star de Montréal, 1er octobre 1921, cité dans Robin, Shades of Right, page 11 ; Henson, « Ku (...)
  • 48 Henson, « Ku Klux Klan », pages 1 et 2, citant le Journal d’Edmonton, 20 octobre 1929, et The Brit (...)
  • 49 Robin, Shades of Right, page 11 ; Arthur T. Doyle, Front Benches and Back Rooms : A Story of Corru (...)
  • 50 Robin, Shades of Right, page 11. Dans « Ku Klux Klan Diminishes in U.S. », Saturday Night, 16 octo (...)
  • 51 Michael Boudreau, dans « Crime and Society in a City of Order : Halifax, 1918-1935 », thèse de doc (...)

39La première mention publique d’une activité du Klan au Canada parut dans le Daily Star de Montréal, avec l’annonce de la création d’une section du « célèbre Ku Klux Klan » à Montréal en 1921, ajoutant qu’une « bande d’hommes masqués, encapuchonnés et silencieux » s’était rassemblée dans le quartier nord-ouest de la ville derrière la montagne47. En 1921, le Klan installa ses bureaux dans le quartier ouest de Vancouver, et les journaux de Colombie-Britannique commencèrent à publier des sollicitations pour recruter des membres au sein du Klan48. On vit des croix du KKK flamber dans tout le Nouveau-Brunswick : Fredericton, Saint-Jean, Marysville, York, Carleton, Sunbury, Kings, Woodstock et Albert49. James S. Lord, le député de l’assemblée législative du Nouveau-Brunswick pour le comté de Charlotte, devint un membre ouvertement déclaré du Klan50. Par la suite, le Klan réussissant à infiltrer la Nouvelle-Écosse, on verrait des croix flamber sur la pelouse du couvent du Mount Saint Vincent et devant l’école catholique romaine de St. John the Baptist, à Melville Cove, près de la promenade North West Arm de Halifax51.

  • 52 Allan Bartley, « A Public Nuisance : The Ku Klux Klan in Ontario 1923-27 », Journal of Canadian St (...)
  • 53 Bartley, « Public Nuisance », page 161, citant des sources confidentielles et anonymes.
  • 54 Bartley, « Public Nuisance », page 162 ; « Ku Klux Rears Head in City of Hamilton with 32 Initiati (...)
  • 55 « Three Must Appear in Oakville Court Because of “Raid” », Globe de Toronto, 8 mars 1930, pages 1 (...)

40On fit également état de rapports sur les activités du Klan en Ontario, lorsque l’organisateur blanc d’origine américaine W.L. Higgitt entama une tournée à Toronto en 192352. Au cours de l’été 1924, une gigantesque réunion du Klan se tint dans un vaste boisé près de Dorchester. Des croix en feu, destinées à intimider les quelques résidents noirs du village, furent transportées cérémonieusement en grande pompe53. À Hamilton, en 1924, la police arrêta un Américain du nom d’Almond Charles Monteith pour avoir organisé des rites initiatiques destinés à recruter deux femmes au sein du Klan. Par la suite, Monteith fut accusé de porter sur lui un revolver chargé. En plus du revolver, le policier confisqua une liste de 32 membres (« dont quelques-uns étaient des citoyens influents »), de la correspondance relative à 36 robes blanches et cagoules et une facture de 200 $ pour l’achat de « deux croix ». Monteith nia toute implication dans les récents incidents liés à des croix en flammes sur la montagne Hamilton et fut condamné en rapport avec l’accusation relative au port d’arme. Le lendemain, l’agent chargé de l’arrestation recevait une lettre de menace portant le texte suivant : [traduction] « Attention. Vos jours sont comptés. KKK54. » La condamnation de Monteith ne changea absolument rien à la poursuite de la campagne de recrutement du Klan. Environ 400 à 500 membres paradèrent dans les rues de Hamilton dans le cadre d’une démonstration du KKK au cours de l’automne 192955.

  • 56 Richards, « How the Ku Klux Klan Came to Canada », page 1 ; Service canadien du renseignement de s (...)
  • 57 Bartley, « Public Nuisance », page 164 ; « Klansmen Balked by Minister », Evening Advertiser de Lo (...)
  • 58 C’est B.C. Eckhardt, prédicateur laïque de Nilestown, qui prononça le sermon à l’Église unie de l’ (...)

41En juin 1925, on estimait à 8 000 le nombre de membres du Klan à Toronto, dont le quartier général était situé dans l’immeuble Excelsior Life de Toronto56. Au cours de l’été 1925, on vit des centaines de croix en flammes à Chatham, Dresden, Wallaceburg, Woodstock, St. Thomas, Ingersoll, London et Dorchester57. Un groupe d’hommes du Klan portant des cagoules tentèrent d’entrer dans la chapelle d’une église de London afin de montrer à quel point ils goûtaient l’allocution anticatholique adressée à la congrégation58. Lors d’un rassemblement de plus de 200 personnes tenu au Federal Square à London, J.H. Hawkins, arborant le titre de Imperial Klailiff » du Klan, déclara ce qui suit :

Quatre membres du Klan à côté d’une croix incendiée, 31 juillet 1927.

  • 59 « Klan Spokesman Outlines Aims », Free Press de London, 3 août 1925, pages 1 et 2. Dans « The Ku K (...)
  • 60 « Klan Meeting Breaks Up When Hawkins Declines to Answer Questions », Free Press de London, 2 sept (...)

42[traduction] « Nous sommes une organisation d’hommes blancs, et à ce titre, nous n’acceptons ni les Juifs, ni les gens de couleur dans nos rangs. Dieu n’avait nulle intention de créer une nouvelle race par le mélange des sangs blanc et noir, c’est pourquoi nous n’acceptons pas les races de couleur59. » Plus d’un millier de personnes assistèrent à un rassemblement semblable à Woodstock60.

  • 61 « Ku Klux Klan Holds First Open Air Ceremony in Canada », Free Press de London, 15 octobre 1925, p (...)
  • 62 « First Canadian Ku Klux Burial », Free Press de London, 21 janvier 1926, page 1.
  • 63 Robin, Shades of Right, page 13.

43Annoncée comme la « première cérémonie en plein air du Klan » au Canada, se tint l’initiation de 200 nouveaux membres dans le parc de Dorchester en octobre 1925, devant plus d’un millier de participants enthousiastes61. Le « tout premier cimetière du Ku Klux canadien » fut inauguré à London l’année suivante, avec une assemblée d’hommes du Klan, revêtus de leurs robes et de leurs cagoules, portant des épées à leur côté et des croix en flammes à la main, accomplissant un de leurs rituels auprès de la tombe d’un membre du Klan Drumbo62. Les chapitres de l’Ontario s’étaient installés dans les villes de Niagara Falls, Barrie, Sault Ste. Marie, Belleville, Kingston et Ottawa63.

  • 64 Robin, Shades of Right, pages 19-21 ; Henson, « Ku Klux Klan », page 4.
  • 65 La faction de la Saskatchewan était dirigée par trois membres du Klan américain, soit Hugh F. « Pa (...)
  • 66 Henson, « Ku Klux Klan », pages 4 et 5 ; Raymond J.A. Huel, « J.J. Maloney : How the West was Save (...)

44Le nouveau quartier général fut établi dans un manoir de Vancouver en 1925, et des chapitres locaux appelés « Klavernes » virent le jour à New Westminster, Victoria, Nanaimo, Ladysmith et Duncan. Le Klan alluma des bûchers à Kitsilano Point. En 1928, le Klan de Vancouver sollicitait des signatures pour une pétition réclamant le bannissement d’employés Canadiens d’origine asiatique sur les paquebots du gouvernement64. Un « Grand Konklave » eut lieu en juin 1927 à Moose Jaw (Saskatchewan), attirant environ 10 000 hommes arborant la robe et la cagoule du Klan. Les organisateurs mirent le feu à une croix de 60 pieds de haut et exposèrent à l’assistance les dangers des mariages mixtes. Réclamant une interdiction formelle et immédiate des mariages entre des femmes blanches et « des Nègres, des Chinois ou des Japonais », le Klan proclama son credo : [traduction] « Un seul drapeau, une seule langue, une seule race, une seule religion, la pureté et de la race et la rectitude morale. » Le groupe de la Saskatchewan finit par se désolidariser de la section de l’Est canadien afin de créer une branche de l’Ouest totalement distincte, qui obtint son accréditation avec l’adhésion de 25 000 membres65. En Alberta, des « Klavernes » virent le jour à Hanna, Stettler, Camrose, Forestburg, Jarrow, Erskine, Milo, Vulcan, Wetaskiwin, Red Deer, Ponoka, Irma et Rosebud. Le nombre maximal de membres en Alberta se situait entre 5 000 et 7 000 personnes, bien que le journal du Klan, The Liberator, édité à Edmonton, visât un tirage de 250 000 copies66.

  • 67 Robin, dans Shades of Right, note à la page 11 que des [traduction] « allégations selon lesquelles (...)
  • 68 Robin, Shades of Right, page 16 ; Henson, « Ku Klux Klan », page 2.
  • 69 Robin, Shades of Right, pages 23-25 ; Henson, « Ku Klux Klan », page 2.

45Les activités du Klan ne se limitaient pas aux rassemblements et à la mise à feu de croix. En 1922, le Klan fut associé à une série d’incendies criminels qui causèrent des dégâts de plus de 100 000 $ à trois institutions catholiques romaines : la cathédrale de Québec, le gîte de l’Ordre sulpicien à Oka (Québec) et le petit séminaire des Pères du Saint-Sacrement à Terrebonne67. En 1922, des lettres de menace signées par le Klan furent envoyées au Collège Saint-Boniface à Winnipeg. Moins d’un an plus tard, le Collège disparaissait dans un incendie, causant la mort de dix élèves68. En 1923, d’autres lettres de même nature, signées par le Klan, furent envoyées à la police locale et aux autorités catholiques romaines à Calgary69.

Le Free Press de London titre en manchettes : « Les premières obsèques [d’un membre du] Ku Klux Klan canadien », Alex Milliken, de Drumbo, au cimetière Woodland de London, le 21 janvier 1926, avec un article et une photographie d’hommes du Klan revêtus de leur robe à côté d’une croix en flammes

  • 70 l’incident de Thorold s’est produit en décembre 1922. « The Ku Klux Klan », The Canadian Annual Re (...)
  • 71 « The Ku Klux Klan », The Canadian Annual Review (1923), pages 82 et 83 ; Bartley, « Public Nuisan (...)
  • 72 Service canadien du renseignement de sécurité, Right Wing Extremist Groups, page 20 ; Robin, Shade (...)

46À Thorold (Ontario), en 1922, le KKK est intervenu dans le cadre d’une enquête locale à propos d’un meurtre à l’issue de laquelle on ordonna au maire de la ville d’arrêter, avant une date déterminée, un Italien soupçonné d’avoir commis le crime sinon le Klan intenterait des représailles. La lettre se poursuivait ainsi : [traduction] « Les hommes du Klan de la Fiery Cross [Croix en flammes] vont s’occuper de la section italienne de Thorold. Huit cents hommes armés de la Division Scarlet sont en train de ratisser ce secteur, de façon secrète, et n’attendent qu’un mot pour exterminer ces rats70. » En 1922, la Mère supérieure d’un orphelinat catholique romain à Fort William reçut une lettre signée « KKK » dans laquelle on menaçait de « brûler l’orphelinat71. » Le maire d’Ottawa reçut également pour sa part une lettre au ton virulent lui ordonnant de faire davantage attention « aux contribuables protestants », sinon le Klan se verrait obligé de prendre « des mesures concertées ». Deux hommes du Klan volèrent et détruisirent des objets religieux, dont le tabernacle de l’église catholique romaine St. James à Sarnia. Le Klan d’Ancaster tenta en outre d’empêcher par intimidation l’African Brotherhood of America de construire une maison pour les « enfants de couleur et leurs parents72 ».

  • 73 Robin, Shades of Right, pages 14 et 15 ; « Clan Bigotry Crops Up in Belleville », Saturday Night, (...)
  • 74 Bartley, « Public Nuisance », page 161, citant des sources confidentielles et anonymes.
  • 75 Karen Dubinsky, Improper Advances : Rape and Heterosexual Conflict in Ontario 1880-1929 (Chicago : (...)

47Le Klan de Belleville se rendit dans les bureaux du Belleville Intelligencer pour exiger du directeur qu’il congédie un imprimeur catholique employé par le journal. Le Klan de Sault Ste. Marie lança une campagne concertée visant à forcer les grandes usines sidérurgiques à congédier leurs ouvriers italiens. Une fusillade eut lieu à George Devlin au cours d’un mariage à Sault Ste. Marie, et une croix en flammes fut laissée sur les lieux afin de revendiquer la paternité de l’acte73. En 1924, des hommes du Klan de la région cernèrent une maison de Dorchester appartenant à un homme blanc qui, paraît-il, était marié à une Noire. Ils menacèrent en outre de mettre le feu à une croix devant la maison d’un résident blanc de Bryanstown soupçonné d’entretenir des relations avec une Noire74. En 1927, ils incendièrent plusieurs croix plantées dans le pré d’une famille de Blancs qu’on soupçonnait de diriger une maison close à Sault Ste. Marie. La famille fut forcée de fuir sa maison75.

  • 76 Henson, « Ku Klux Klan », page 6. Les efforts déployés par le KKK pour obtenir le congédiement de (...)
  • 77 Palmer, Patterns of Prejudice, page 102.
  • 78 Palmer, Patterns of Prejudice, page 106, citant une entrevue téléphonique avec Archie Keyes, le jo (...)
  • 79 Robin, Shades of Right, pages 23-27, citant Allan Seager, « A History of the Mine Workers’ Union o (...)

48Le Klan était également à l’origine du congédiement d’un receveur des postes catholique romain et francophone à Lafleche (Alberta)76. Le Klan de l’Alberta incitait fortement au boycott des commerces tenus par des catholiques77. Le KKK de Drumheller, qui se vantait d’avoir parmi ses membres 40 des hommes d’affaires les plus influents et propriétaires des mines de la ville, fit brûler une croix sur la propriété du chroniqueur d’un journal local parce qu’il avait rédigé un commentaire satirique au sujet du Klan78. Les hommes du Klan de l’Alberta tirèrent des balles et mirent le feu à des croix dans le but d’intimider les membres de Mine Workers Union of Canada au cours d’un conflit de travail particulièrement âpre au Crow’s Nest Pass. Les hommes du Klan de Lacombe écrivirent au rédacteur en chef du Western Globe de l’Alberta, qui s’était opposé au Klan, en le menaçant de lui infliger [traduction] « un châtiment exemplaire, en incendiant sa maison et l’immeuble de son journal ». C’est ce même groupe qui a kidnappé, puis couvert de goudron et de plumes, un forgeron de la région79.

  • 80 Dans « Klan Spokesman Outlines Aims », Free Press de London, 3 août 1925, on relate que [traductio (...)
  • 81 Voir, par exemple, le déni de responsabilité émis par les porte-parole du Klan à partir de leur qu (...)

49Chaque fois que ces incidents survenaient, des policiers et des directeurs des incendies, de race blanche, se rendaient sur les lieux des réunions incendiaires et des mises à feu des croix, sans pour autant intervenir, rassurés de constater que ces activités ne présentaient « aucun danger80 ». Malgré la quantité de preuves accumulées au soutien du caractère anarchique et illégal de leurs activités, les dirigeants du Klan clamaient publiquement leur innocence chaque fois qu’on les rendait responsables de dommages causés à des biens ou de blessures infligées à des personnes. Niant toute forme de responsabilité à cet égard, ils clamaient que leur organisation n’avait rien à voir avec ces événements. Curieusement, les autorités respectaient ces protestations d’innocence, soutenant qu’en l’absence d’éléments de preuve concluants en mesure d’établir un lien entre les dirigeants du Klan et les lettres de menace ou les actes violents, il était impossible de leur imputer une responsabilité avec certitude81. Hormis l’arrestation et la condamnation d’Almond Charles Monteith pour possession d’une arme non autorisée, la seule activité du Klan ayant attiré l’attention des autorités fut le dynamitage de l’église catholique romaine de St. Mary’s à Barrie (Ontario) en 1926.

50Dans la soirée du 10 juin 1926, un bâton de dynamite fut lancé contre l’église catholique romaine de St. Mary’s à Barrie, faisant exploser ses vitraux et creusant un trou de quatre pieds de profondeur dans un de ses murs de brique. Soufflés par l’explosion, des dépliants du Ku Klux Klan se répandirent partout dans la rue, disséminés parmi les débris de brique, de verre et de bois. Barrie était un bastion important pour l’organisation des activités du Ku Klux Klan. D’ailleurs, quelques semaines plus tôt, les organisateurs avaient attiré une foule de 2 000 personnes pour observer les hommes du Klan, le visage couvert de leurs cagoules, en train d’accomplir leur rituel de mise à feu d’une croix sur une colline à l’extérieur de Barrie. Lors de cette cérémonie, William Skelly, âgé de 30 ans, un cordonnier qui avait immigré d’Irlande un an auparavant, prêta allégeance à la doctrine du Klan, promettant de soutenir le christianisme protestant et la suprématie blanche. Il subit une initiation pour devenir membre en règle du Klan. Plusieurs jours après le dynamitage, les policiers vinrent arrêter Skelly.

  • 82 Chalmers, Hooded Americanism, page 280 ; Robin, Shades of Right, page 15 ; Bartley, « Public Nuisa (...)

51Skelly confessa librement aux policiers qu’il était un membre du Klan et que, la nuit précédant l’explosion, des membres du Klan s’étaient réunis pour discuter « des préparatifs d’un projet ». Il y avait eu un tirage au sort et lorsque Skelly avait tiré la « Croix en feu » (Fiery Cross), il avait compris qu’il était l’homme choisi pour exécuter la mission. Skelly allégua avoir été forcé par ses compagnons du Klan, qui « l’avaient soûlé avec du vin de pissenlit et de l’alcool » et lui avaient ensuite ordonné d’exécuter les actes sous la menace de préjudices corporels. En fait, dit-il à la police, il s’était joint au Klan pour la principale raison « qu’il avait eu énormément de difficulté à se trouver un emploi stable » et on lui avait promis que s’il en devenait membre, le Klan « s’occuperait de lui » en lui dénichant du travail. Skelly avait en outre impliqué dans l’affaire deux autres dirigeants du Klan de Barrie, le « Kleagle » du Klan, William Butler, et le secrétaire du Klan, Clare Lee. On déposa contre les trois hommes blancs du Klan des accusations criminelles pour avoir causé une dangereuse explosion, tenté de détruire les biens d’autrui au moyen d’explosifs et possédé des explosifs82.

  • 83 Lorsque l’on a demandé aux dirigeants du Klan américain d’exprimer leur point de vue sur le procès (...)

52Cette fois-ci, le cabinet du Procureur général de l’Ontario émit la déclaration officielle suivante : [traduction] « Aucun groupe, quel qu’il soit, n’est habilité à se charger de l’administration de la loi. » Le procureur général adjoint, de race blanche, Edward J. Bayly intervint personnellement en retenant les services d’un avocat plaideur de renom, de Toronto, Peter White, c.r., qu’il chargea de poursuivre le trio au nom de la Couronne. Skelly, Butler et Lee furent tous les trois reconnus coupables à l’issue d’un procès avec jury tenu en octobre, et respectivement condamnés à des peines d’emprisonnement de cinq, quatre et trois ans. Des dirigeants du quartier général du Ku Klux Klan à Toronto nièrent toute responsabilité, affirmant que Skelly « avait agi de son propre chef », malgré la production d’éléments de preuve à l’effet contraire83.

DES ACCUSATIONS CRIMINELLES SONT DÉPOSÉES À OAKVILLE

  • 84 « Three Must Appear in Oakville Court Because of “Raid” », Globe de Toronto, 8 mars 1930, pages 1 (...)

53La communauté noire concerta ses efforts en vue d’exhorter les autorités à prendre des mesures au sujet du raid effectué à Oakville, ce qui aboutit à un autre exemple, rare faut-il le rappeler, d’intervention juridique officielle. Le 7 mars, deux « personnages influents » amenèrent dans les bureaux de la police d’Oakville plusieurs suspects. Grâce au numéro de la boîte postale figurant sur la lettre que le Klan avait adressée au Globe, ils réussirent à retracer les plaques d’immatriculation des automobiles utilisées par les hommes masqués. Finalement, le procureur de la Couronne, William Dick, délivra des assignations à comparaître à l’attention des quatre hommes blancs. Le Dr William A. Phillips, un chiropraticien de Hamilton, était le premier de la liste. Marié et père de cinq enfants, Phillips, âgé de 37 ans, était né en Angleterre. Il exerçait la chiropractie, une nouvelle discipline de soins médicaux en plein essor, au 127 ½, rue King Est. Ernest Taylor, domicilié au 154, avenue Gibson, à Hamilton, était la deuxième personne assignée à comparaître. Taylor, également marié, employé comme pasteur à l’église presbytérienne de Hamilton et chargé d’administrer sa mission italienne, assumait les fonctions d’interprète pour le tribunal municipal de police. Harold C. Orme, domicilié au 2, West Avenue North, employé comme assistant en chiropractie, et William Mahony, sans adresse précise, étaient également inscrits sur la liste84.

54Tous les quatre furent accusés d’avoir violé l’alinéa 464(c) du Code criminel, dont voici le libellé :

  • 85 Code criminel, S.R.C. 1927, ch. 36, alinéa 464(c).

Est coupable d’un acte criminel et passible de cinq ans d’emprisonnement, celui qui est trouvé [...] la figure couverte d’un masque ou noircie, ou autrement déguisé, de nuit, sans excuse légitime dont la preuve lui incombe85 [...]

  • 86 Pour des détails au sujet de la loi anglaise d’origine datant de 1861, du texte de loi renfermant (...)

55Cette disposition faisait partie d’une infraction plus générale en vertu de laquelle il était possible d’inculper quiconque était pris en possession d’instruments de cambriolage dans des circonstances suspectes. Cette disposition avait été incluse dans le premier Code criminel du Canada en 1892, et avait été inspirée d’un article de la Larceny Act anglaise de 1861. Cette infraction différait quelque peu de la version qui avait servi à poursuivre le Klan aux États-Unis, où, selon la législation fédérale, constituait un acte criminel le fait que deux personnes ou plus [traduction] « revêtues d’un déguisement, se déplacent dans des lieux publics ou sur la propriété d’autrui » dans l’intention de priver une personne de ses droits. La version canadienne n’avait pas été précisément rédigée, comme son équivalent américain, pour circonscrire les activités du Klan. L’infraction d’origine canadienne consistant à « être déguisé, de nuit » provenait en fait d’une ancienne loi anglaise destinée à dissuader les cambrioleurs de résidences86.

  • 87 « Klansmen’s Names Demanded of Price by Negro Barrister », Globe de Toronto, 17 mars 1930, pages 1 (...)
  • 88 Pour les détails entourant ces accusations qui, toutes, auraient pu servir dans ces circonstances, (...)
  • 89 « Acted on Mother’s Request Klan Statement Now Claims » ; coupure de presse non datée conservée pa (...)

56L’avocat noir, E. Lionel Cross, fut déçu par les accusations ainsi portées, car selon lui, en effet, l’expression « être déguisé, de nuit » correspondait à une infraction mineure, comparée aux autres infractions criminelles qui auraient pu être invoquées en l’espèce. D’après l’avocat, on aurait pu inculper [traduction] « ces hommes de sept ou huit accusations, notamment celles d’enlèvement, de violation de propriété et de violence87 ». Cross aurait pu ajouter plusieurs autres infractions criminelles possibles à cette liste : intimidation, voies de fait, conduite désordonnée, nuisance publique, réunion illégale, vagabondage nocturne et kidnapping88. Étant donné que les hommes du Klan avaient admis dans leur lettre au Globe « avoir exercé une surveillance constante » sur la résidence d’Ira Johnson pendant les jours précédant leur raid, on aurait également pu les accuser de l’infraction « d’avoir cerné et surveillé sa résidence »89.

  • 90 « Tear Off the Mask from Kowardly Klans », Evening Mercury and Advertiser de Guelph, 5 octobre 192 (...)

57Au cours des années précédentes, les types de sanctions criminelles susceptibles d’être imposées aux membres du Klan avaient fait l’objet de discussions au sein de l’opinion publique. L’un des plus ardents opposants aux stratégies de droit criminel innovatrices était William Templeton, le rédacteur en chef blanc du Mercury, près de Guelph (Ontario). Faisant figure de remarquable exception par rapport à la majorité des journalistes canadiens, Templeton s’était servi de son journal pour publier une attaque soutenue contre le KKK. Le 4 octobre 1926, deux autos abritant des hommes du Klan se rendirent au domicile de Templeton dans le but de l’effrayer afin qu’il cesse d’exprimer publiquement son opposition. Le lendemain, dans son éditorial intitulé « Tear Off the Mask from Kowardly Klans » (« Arrachez les masques de ces Kouards du Klan »), Templeton vilipendait les résidents de Guelph pour avoir permis au KKK d’opérer dans leur ville. Il leur reprochait d’avoir loué l’hôtel de ville au Klan pour la tenue de leurs réunions. Il accusait les membres de l’organisation d’avoir annihilé les pouvoirs de la police et du gouvernement local. Il dénonçait le fait que le Klan était à l’origine de la mise à feu d’une croix au domicile d’une résidente de Guelph quelques semaines auparavant. Sachant que les groupes ciblés par la haine du Klan encouraient de graves dangers s’ils osaient s’exprimer publiquement, Templeton exhortait les autorités à [traduction] « mener une enquête à propos des personnes responsables de ces actes sans obliger les victimes à le faire pour eux ». Templeton insista dans sa requête sur l’importance de la notion d’égalité raciale et religieuse, rejetant ainsi les actes du Klan, qui cherchait à tout prix [traduction] « à nier les droits de respectables citoyens en raison de leur couleur, de leur croyance et de leur race90 ».

58Templeton lança une vaste bataille juridique contre le Klan, et se servit de son journal pour proposer à l’intention du cabinet du procureur général de l’Ontario les différentes options susceptibles d’être retenues :

[traduction] Le procureur général devrait en premier lieu interdire aux membres de toute organisation le droit de tenir des réunions masquées, quel que soit le visage d’escroc ou de personnage répréhensible que puisse recouvrir ce masque. [...] Ils sont coupables de conduite désordonnée lorsqu’ils allument des incendies, dans la mesure où ceux-ci pourraient causer la destruction de biens et perturber l’ordre public. Le Klan, ses dirigeants comme ses membres, devraient être reconnus coupables à titre individuel et en cas de dommages, de quelque nature, causés aux biens d’autrui, on devrait saisir leurs biens personnels. [...] Il existe un règlement contre la commission de nuisances. Allumer des feux qui troublent l’ordre public constitue en soi une nuisance. Le chef de police serait tout à fait dans ses droits s’il arrêtait les chefs du Klan dans notre région et exigeait de chaque membre de cette organisation un engagement à ne pas troubler l’ordre public.

  • 91 « Tear Off the Mask from Kowardly Klans », Evening Mercury and Advertiser de Guelph, 5 octobre 192 (...)

59Quelques jours plus tard, Templeton poussa l’affaire plus loin en réclamant que l’on cesse d’accorder aux activités du Klan le bénéfice de la protection garantie par la liberté d’expression. « La loi garantit à tous la liberté d’expression, rappelle le Mercury, mais cette liberté est circonscrite dans le cadre de limites raisonnables. » Accusant le Klan de « calomnie », le journal poursuivait ainsi : « La liberté d’agir de quiconque doit toujours prendre en compte les droits des autres, notamment le droit d’être protégés contre des discours haineux ou des actes d’hostilité. » Si Templeton avait connu la « Ku-Klux Act » promulguée quelques années plus tôt, au XIXe siècle, par les États-Unis, et sa vaste portée, laquelle imputait aux citoyens [traduction] « au courant des actes de violence que le Klan projette de commettre » une responsabilité envers les victimes du Klan pour tout préjudice qu’ils auraient ainsi pu éviter, il aurait pu allonger la liste de ses revendications91.

  • 92 Pour des détails des accusations proactives au sujet des ordonnances de ne pas troubler la paix et (...)

60La liste des recommandations juridiques de Templeton est aussi provocatrice et étendue qu’innovatrice. Il semblerait que les organismes chargés du contrôle de la loi au Canada n’aient pas retenu la solution consistant à poursuivre le Klan pour violation de règlements municipaux en matière de nuisance. Il est encore plus surprenant que l’on ait eu recours à une forme de dissuasion proactive en rendant une « ordonnance de ne pas troubler l’ordre public » pour empêcher le Klan de tenter de causer du mal à l’avenir92. Il est tout aussi fascinant, compte tenu que la suggestion provient d’un rédacteur de journal, que Templeton ait proposé d’élargir la loi de façon à comprendre des attaques sous forme de « calomnies » ou de « discours haineux » dirigées contre des minorités raciales et religieuses. Bien que Templeton n’en eût pas fait mention, la seule option juridique possible en l’occurrence aurait été de déposer une accusation de « libelle diffamatoire », une infraction passible d’une peine d’emprisonnement de deux ans maximum, en vertu du Code criminel.

61On trouve la définition de « libelle diffamatoire » à l’article 317 : « Un libelle est une chose publiée sans justification ni excuse légitime, et de nature à nuire à la réputation de quelqu’un en l’exposant à la haine, au mépris ou au ridicule, ou destinée à outrager la personne contre laquelle elle est publiée. »

62La « publication » était définie comme le fait « d’exhiber le libelle en public », « en le faisant lire ou voir », ou « en le faisant montrer ou délivrer, dans le but de le faire lire ou de le faire voir par la personne diffamée ou par toute autre ».

  • 93 Pour la disposition légale relative au « libelle diffamatoire », voir [www.constancebackhouse.ca].

63Cette infraction visait à englober tout document écrit, de même que des objets « ayant le même sens mais exprimé autrement qu’avec des mots ». Les lettres, prospectus ou tout autre texte de propagande associés au raid effectué à Oakville, et dans lesquels figure le nom d’Ira Johnson accompagné d’insultes, ou rédigés sur le ton du mépris en raison de sa race, auraient pu être visés par cette disposition. La croix en flammes devant la maison d’Ira Johnson aurait peut-être également suffi à déclencher l’application de cette disposition93.

  • 94 Pour des détails de nature législative au sujet des moyens de défense, voir [www.constancebackhous (...)

64La loi prévoyait des moyens de défense à l’encontre d’une accusation criminelle de « libelle diffamatoire ». Voici le texte de l’article 324 : « Nul ne commet une infraction en publiant une chose diffamatoire qu’il croit, pour les motifs plausibles, être vraie, et qui se rattache à quelque question d’intérêt public, dont la discussion publique est faite dans l’intérêt public. » L’article 331 stipule également ce qui suit : « L’on peut opposer comme moyen de défense contre une accusation ou dénonciation de libelle que la publication de cette chose diffamatoire, de la manière qu’elle a été faite, était dans l’intérêt public à l’époque où elle a été faite, et que la chose elle-même était vraie94. »

  • 95 Pour le renvoi au Saturday Night, voir « Girls Be Careful Whom You Marry », 15 août 1925, tel que (...)

65Ces passages au style alambiqué auraient pu fournir des motifs permettant au Klan d’obtenir un verdict d’acquittement. Leurs efforts pour diffuser publiquement l’annonce du mariage d’Ira Johnson avec Isabel Jones se sont inscrits dans le cadre d’un contexte social reconnu pour son intolérance envers les mariages mixtes. De nombreuses voix représentatives de l’élite sociale demandèrent que les relations interraciales fassent l’objet d’une surveillance accrue. Les principaux journaux et magazines tels que le Globe, le Star et le Saturday Night de Toronto abondaient dans le sens du Klan, qui souhaitait voir diminuer le nombre d’unions mixtes. Le Klan pouvait donc soutenir que sa propagande n’était que la simple expression de « faits réels » au sujet d’un projet de mariage mixte et que le débat public qu’il cherchait à susciter sur les risques inhérents à ce type de relations était guidé par « l’intérêt public » et pour « le bien public »95.

  • 96 Pour des détails législatifs sur le droit relatif à la diffamation de groupes de la société, voir (...)
  • 97 Pour de plus amples détails au sujet du Parti nationaliste du Canada, de la campagne pour l’adopti (...)

66Une loi qui aurait expressément interdit toute forme de discours raciste aurait pu davantage répondre aux besoins de William Templeton. La première loi visant à restreindre la propagande raciste et antisémite sera finalement adoptée dans la province voisine, le Manitoba, à peine quatre ans après les incidents survenus à Oakville. En 1934, l’assemblée législative du Manitoba autorisait les tribunaux judiciaires à émettre des injonctions contre [traduction] « la publication de libelles à l’égard d’une race ou d’une croyance en particulier » dont les écrits sont « susceptibles d’exposer » des personnes à la « haine, au mépris ou au ridicule », ou « tendent à troubler la paix ou à semer la discorde parmi la population ». La définition de « publication » comprenait la diffusion ou l’affichage de tels écrits en public, mais limitait la portée de la loi aux communications écrites, plutôt qu’aux discours haineux sous forme orale96. En tant que première initiative législative du Canada dans le but de proclamer le caractère illégal de la « diffamation collective », le texte de loi manitobain était en fait la réaction à des bulletins à caractère antisémite particulièrement choquants diffusés par un groupe fasciste, le Parti nationaliste du Canada, qui avait été fondé à Winnipeg en 1933. Cette loi aurait pu servir à interdire les publications et les manifestes imprimés et distribués par le Klan97.

  • 98 Pour des détails de la législation de 1944 et de la campagne de lobbying à l’origine de cette nouv (...)

67Une interdiction plus générale serait adoptée par la suite en Ontario en 1944, à la suite de pressions exercées sur le gouvernement par des groupes de Noirs et de Juifs réclamant l’abolition d’enseignes sur lesquelles on lisait « Interdit aux chiens, aux Juifs et aux Noirs ». La loi de 1944 interdisait la publication ou l’affichage de tout [traduction] « avis, signe, symbole, emblème ou toute autre forme de représentation » renfermant une « discrimination ou l’intention d’exercer une discrimination » au motif de la « race ou de la croyance ». Bien que cette liste ne contienne pas la mention de l’expression verbale, les termes « symboles » et « emblèmes » qu’elle contient confèrent à la loi une portée qui va au-delà des simples mots. En revanche, cela aurait-il suffi à prononcer l’illégalité des mises à feu de croix lors des rassemblements du Klan ? La question reste ouverte. La disposition édictée par l’Ontario comprenait également une clause expresse d’exonération selon laquelle cette disposition n’était pas censée « entraver la libre expression d’opinions, oralement ou par écrit, sur quelque sujet que ce soit98 ».

  • 99 Cet ouvrage ne vise pas à énumérer les divers règlements municipaux qui ont contribué à répandre l (...)
  • 100 Pour des détails législatifs entourant les dispositions de 1931, 1932, 1933 et 1945, voir [www.con (...)
  • 101 Pour des détails législatifs entourant la disposition de 1950, voir [www.constancebackhouse.ca].
  • 102 Pour des détails législatifs entourant les dispositions adoptées en Ontario et au Manitoba en 1950 (...)

68À l’époque du raid du KKK à Oakville, il n’existait au Canada aucune loi en vigueur interdisant précisément l’exercice d’une discrimination. L’assemblée législative de l’Ontario n’adopta sa première loi du genre qu’en 1932, lorsqu’elle décida d’interdire aux compagnies d’assurances et à leurs représentants de faire preuve de discrimination injuste au motif de la race ou de la religion dans le cadre de leurs services d’offre de produits d’assurance99. Entre 1931 et 1945, la Colombie-Britannique adopta une série de mesures visant à rendre illégale la discrimination dans l’allocation d’assistance-chômage ou d’assistance sociale en raison de la [traduction] « race, de l’affiliation politique ou de croyance religieuse100 ». En 1950, l’Ontario tentait d’interdire les conventions collectives négociées par des employeurs et des syndicats qui exerçaient une discrimination au motif de la race ou de la croyance religieuse101. La même année, l’Ontario et le Manitoba adoptaient une législation à l’effet de prohiber l’enregistrement de clauses restrictives de nature raciale relativement à des biens fonciers102.

  • 103 Pour des détails législatifs, voir [www.constancebackhouse.ca].

69La première véritable loi sur les droits de la personne, la Saskatchewan Bill of Rights Act, qui interdisait la discrimination raciale et religieuse en matière d’emploi, d’entreprises commerciales, d’accès à des édifices publics, de logement et d’éducation, ne fut pas adoptée avant 1947. Elle aurait pu offrir une certaine protection contre la campagne d’intimidation menée par le Klan en vue de chasser les travailleurs non anglo-saxons de leur emploi et de pousser au boycott économique des commerces tenus par des Noirs, des Juifs et des catholiques romains. Cette loi renferme une disposition analogue à celle de l’Ontario, laquelle interdisait la publication ou l’exposition de tout [traduction] « avis, signe, symbole, emblème ou toute autre forme de représentation » susceptible de « priver, de restreindre ou de limiter » les droits d’une personne au motif de sa « race, croyance, religion, couleur, origine nationale ou ethnique ». La disposition de la Saskatchewan comprenait également une exemption expresse à l’effet que cette disposition ne devait pas être [traduction] « interprétée comme une restriction du droit à la liberté d’expression »103.

70En l’absence d’une législation précisément destinée à empêcher la manifestation d’une discrimination à caractère raciste ou religieux, William Templeton, le rédacteur du Mercury de Guelph, recommandait l’interdiction absolue du [traduction] « droit de toute organisation de tenir des réunions masquées ». Il n’a pas poussé ses recommandations jusqu’à réclamer une interdiction légale de l’organisation du KKK en tant que telle.

  • 104 Pour des détails législatifs entourant la disposition de 1919, qui fut abrogée en 1936, voir [www. (...)
  • 105 Pour des détails au sujet de la campagne de lobbying, voir [www.constancebackhouse.ca].

71Aurait-il été possible d’adopter une législation interdisant les « réunions masquées » ou proclamant expressément l’illégalité du Klan en tant qu’organisation ? La réaction législative à la formation du Parti communiste du Canada constitue à cet égard un point de comparaison intéressant. Les politiciens canadiens estimaient que cette organisation constituait une menace telle qu’ils adoptèrent « l’infâme article 98 » du Code Criminel dans la foulée de la grève générale de Winnipeg en 1919. Selon l’article 98, en effet, on entendait par « association illégale » « toute association, organisation, société ou corporation, dont l’un des objets ou le but avoué est de produire un changement ministériel, industriel ou économique au Canada, en préconisant le recours à la force, à la violence et aux blessures corporelles contre la personne ou dégâts matériels ». Une fois qu’un tribunal déclarait qu’une organisation était une « association illégale », la police était habilitée à saisir et à confisquer ses biens. Les dirigeants, les représentants et les membres de l’organisation étaient ainsi passibles d’une peine d’emprisonnement maximale de 20 ans. L’acte de publier, d’importer ou de distribuer des livres, des journaux ou d’autres publications faisant la promotion de tels objectifs faisait également courir aux contrevenants le risque de purger une peine de 20 ans d’emprisonnement104. Au moment du raid du KKK à Oakville, on assistait à de vastes campagnes de lobbying « d’un océan à l’autre » afin d’étendre la portée de l’article 98 de façon à interdire expressément le Parti105.

  • 106 Il est possible que les individus concernés par la discrimination et les iniquités dans la société (...)

72Le plaidoyer du KKK en faveur de la suprématie blanche et protestante ne visait pas, quant à lui, à « produire un changement ministériel, industriel ou économique au Canada », et par conséquent, il n’était pas visé par l’article 98 du Code tel que libellé. Il était tellement représentatif des attitudes de l’époque au sujet de l’égalité raciale et religieuse au Canada que personne n’eût songé à proposer l’élargissement de la portée de l’article 98 de façon à comprendre la revendication de méthodes violentes ou terroristes afin de promouvoir une bigoterie raciale et religieuse. Nul ne fit non plus campagne « d’un océan à l’autre » en vue de bannir expressément le Ku Klux Klan106.

  • 107 Pour des détails relatifs à ces poursuites, voir [www.constancebackhouse.ca].
  • 108 Pour des détails législatifs entourant les dispositions sur les émeutes, voir [www.constancebackho (...)

73Ce n’est pas seulement dans la lettre de la loi qu’on établissait des distinctions entre les activités des communistes et celles du KKK ; il existait en outre des disparités sur le plan de l’application même de la loi. En septembre 1931, à Toronto, à l’occasion d’une démonstration inusitée d’autorité en matière de justice pénale, Tim Buck et huit autres dirigeants et activistes du Parti communiste furent déclarés coupables d’être « des membres d’une association illégale » en contravention de l’article 98. En 1932, la Cour d’appel de l’Ontario maintint les verdicts de culpabilité. Entre 1928 et 1932, des poursuites furent régulièrement intentées à l’encontre de membres du Parti communiste pour libelle séditieux, conduite désordonnée, obstruction au travail de la police et tenue de réunions illégales à Sudbury, Port Arthur, Fort William et Toronto. L’infraction de « conduite désordonnée » servait également à inculper des orateurs communistes s’exprimant dans le cadre de tribunes improvisées. Ils étaient en général reconnus coupables en vertu de lois sur le vagabondage « d’avoir perturbé la paix publique » dans une rue, près d’une rue ou d’un lieu public [traduction] « en gênant ou en incommodant de paisibles citoyens »107. Pour réprimer les rassemblements communistes, la police et les administrateurs municipaux menaçaient de leur « lire la Loi contre les émeutes ». L’article du Code criminel relatif à la tenue de « rassemblements et émeutes à caractère illégal » permettait à la police d’invoquer « la Loi sur les émeutes » chaque fois que douze personnes ou plus étaient réunies dans le cadre d’un rassemblement susceptible de [traduction] « perturber la paix publique avec tumulte ». Cette infraction faisait encourir à son auteur le risque d’être condamné à la prison à perpétuité et autorisait la police à faire feu sur les participants108.

  • 109 Pour consulter certaines des craintes exprimées à ce propos, publiées dans des périodiques de l’ép (...)

74L’empressement des autorités à recourir à la toute-puissance du droit pénal pour mater les communistes contraste de façon radicale avec leur réticence à intervenir pour contrer les activités du Klan109. Lorsqu’il s’agit de ces derniers, la seule accusation finalement portée contre les quatre hommes du Klan de Hamilton fut celle de circuler en étant « déguisés, de nuit ».

LE PREMIER PROCÈS DU « KLAN » AU CANADA

  • 110 Les dossiers de la Cour suprême de l’Ontario relatifs à cette cause ont presque été « entièrement (...)

75Le « premier procès d’hommes du Klan connus entendu par un tribunal canadien », ainsi que l’annonçait la presse, s’ouvrit le 10 mars à Oakville au tribunal municipal de police, une petite salle construite au-dessus du poste de police110. Bien avant le début des procédures, des foules de curieux, résidents d’Oakville mais aussi de villes voisines comme Hamilton et Toronto, se massaient sur le trottoir devant le poste de police. « Un inconnu » se fraya un chemin parmi la foule pour distribuer des tracts du KKK. Dans ces dépliants, on vantait le Klan comme [traduction] « une vaste organisation canado-britannique, fraternelle et patriote – représentant l’ordre secret le plus puissant de l’Empire britannique ». L’attroupement de curieux se sépara pour laisser Isabel Jones et sa mère entrer dans la salle d’audience.

  • 111 « Local Klansman is Fined at Oakville », Spectator de Hamilton, 11 mars 1930, page 15 ; « Klansman (...)

76À l’intérieur, la partie réservée au public était remplie à craquer d’une audience largement composée de Blancs, des fermiers de la région, pour la plupart. On notait en outre la présence de « groupes de Nègres », parmi eux le révérend W. Constantine Perry, pasteur de l’Église méthodiste africaine d’Oakville, à qui Ira Johnson et Isabel Jones avaient demandé de célébrer leur mariage. John Wallace, « le résident nègre le plus ancien » de la ville, était également présent. Ira Johnson s’était assis « discrètement » au fond de la salle. Seuls trois des hommes accusés étaient présents. Le Dr Phillips, Ernest Taylor et Harold Orme s’étaient conformés à l’assignation qui leur avait été signifiée, tandis que William Mahony avait réussi à se soustraire à la signification et demeurait introuvable111.

  • 112 « Klansmen of Hamilton Defend Their Conduct in “Raid” at Oakville », Globe de Toronto, 3 mars 1930 (...)

77Le magistrat de police, W.E. McIlveen, déclara la séance ouverte. À l’instar de la plupart des magistrats de police, McIlveen n’était pas juriste de formation. C’était un homme d’affaires de race blanche, propriétaire d’un grand magasin de marchandises sèches dans la rue principale d’Oakville, où le KKK avait mit feu à une croix. Ce n’était pas la première fois que le magistrat McIlveen entendait parler de cette affaire. Il avait d’ailleurs confié au Globe que la mère d’Isabel Jones était venue le voir quelque temps auparavant. [traduction] « Elle m’a demandé de l’aider à éloigner sa fille de Johnson, après avoir découvert qu’elle vivait avec lui », avait-il déclaré au journal. En tant que conseiller, rôle compris dans ses fonctions de magistrat de police, McIlveen avait expliqué à Mme Jones qu’il n’avait [traduction] « aucun pouvoir d’intervenir » puisque Isabel Jones était majeure. Le magistrat McIlveen affirmait n’avoir été témoin [traduction] « d’aucune ingérence de la part du Klan » le 28 février, n’ayant eu vent de l’incident que dans le journal le lendemain matin. Dix jours plus tard, fait sans précédent, sa salle d’audience était sous les feux des projecteurs. Des journalistes représentant pas moins de cinq différents journaux assistaient au procès, ce qui a sans doute mis le magistrat McIlveen assez mal à l’aise112.

  • 113 « W.I. Dick, Crown Attorney for 45 Years », Globe de Toronto, 24 avril 1962, page 4.

78C’est William Inglis Dick qui représentait la Couronne dans cette affaire. Né à Brampton, Dick était diplômé de la faculté de droit de Osgoode Hall ; il avait exercé quelque temps dans sa ville natale pour ensuite déménager à Milton en 1894. En 1904, il fut nommé procureur de la Couronne pour le comté de Halton, fonctions qu’il occupa pendant 45 ans jusqu’à sa retraite en 1949. Membre actif du conseil scolaire de Milton et de l’église presbytérienne de Knox, Dick était expert en matière de poursuites criminelles et en savait long sur l’opinion de la communauté locale113.

  • 114 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe (...)

79L’audience commença. Le Dr Phillips, Ernest Taylor et Harold Orme enregistrèrent officiellement leur plaidoyer de « non-culpabilité » et choisirent de procéder par instruction sommaire. Le procureur de la Couronne Dick demanda au chef de police David Kerr de comparaître en qualité de premier témoin pour la Couronne. Bien qu’il eût été le chef de police officiellement responsable de l’enquête, le fait de convoquer le chef Kerr peut avoir été une sorte de pari, compte tenu de la manière cordiale dont il avait accueilli les hommes du Klan la nuit de leur descente au domicile d’Ira Johnson. D’aucuns ont dû se demander si le chef de police était un simple sympathisant, voire un membre en règle du Klan. Sa familiarité évidente avec les chefs du raid, des hommes qu’il avait admis connaître tous « très bien », a dû susciter quelques soupçons chez certains. Certes, il n’était pas inhabituel pour un policier ontarien d’être impliqué dans les activités des chapitres locaux du Klan. Quatre ans auparavant, William Templeton avait révélé au Mercury de Guelph que, « selon les rumeurs les plus répandues », quatre officiers de la police de Guelph étaient des « membres du Klan »114.

  • 115 « Local Klansman is Fined at Oakville », Spectator de Hamilton, 11 mars 1930, page 15.

80Le chef Kerr témoigna qu’on l’avait averti qu’une croix avait été incendiée et que lui-même et son adjoint, le constable de nuit J.W. Barnes, étaient allés enquêter sur le convoi automobile transportant les hommes du Klan. [traduction] « Lorsque je suis arrivé devant la première automobile, le Dr Phillips m’a appris qu’ils s’étaient rendus au domicile d’Ira Johnson et avaient ramené la fille Jones chez sa mère. » Le procureur de la Couronne Dick demanda alors à Kerr : [traduction] « Comment était-il habillé ? » « Il portait une robe blanche, répondit Kerr, il a ôté son masque et nous nous sommes serré la main. Je connaissais très bien cet homme. » Le chef Kerr témoigna qu’Ernest Taylor et William Mahony avaient ensuite traversé la route pour venir lui serrer la main. Ils n’étaient pas masqués. Le procureur de la Couronne posa alors à son témoin une dernière question, capitale : [traduction] « Taylor était-il masqué avant de traverser la rue ? » « Je pense que oui, ils portaient tous un masque », répondit le chef Kerr. Le chef de police présenta ensuite une « longue robe blanche » qu’il avait, dit-il, trouvée sur la route à la lisière de la ville. Dans le Globe, on décrivit le vêtement [traduction] « comme une chemise de nuit arborant cependant des symboles étranges brodés à même le tissu ». Dick enregistra le vêtement comme étant la seule pièce à conviction de la Couronne115.

Photographies du procès de Phillips, publiées dans le Toronto Daily Star, le 11 mars 1930, identifiées comme ceci : 2) le chef de police d’Oakville, David Kerr, avec William A. Phillips, l’accusé ; 3) Mme Jones, mère d’Isabella Jones ; 4) Harold Orme, accusé ; 5) le procureur de la Couronne, William Inglis Dick ; 6) un costume du Klan saisi par le chef de police Kerr ; 7) Ernest Taylor, accusé ; 8) Mme Stuart, tante d’Ira Johnson

  • 116 Charles William Reid Bowlby est né en 1892 à Tapleytown (Ontario) ; ses parents sont Charles Bowlb (...)

81C.W. Reid Bowlby comparut en qualité d’avocat de la défense pour le Dr Phillips et Ernest Taylor. Avocat de race blanche, âgé de 38 ans, résidant à Hamilton, Bowlby se leva pour entamer le contre-interrogatoire du chef Kerr116. La première question de Bowlby porta sur la réputation d’Ira Johnson. Il enjoignit le chef de police à admettre qu’Ira Johnson avait « toujours été connu comme un homme de couleur » dans Oakville et les environs. Le chef Kerr admit volontiers le fait. La question suivante fusa : « Est-ce un homme de couleur ? » De toute évidence, Bowlby cherchait à trancher de manière définitive la question de l’identification raciale de Johnson. « Je dirais que oui », répondit le chef de police, tout disposé à affirmer sous serment qu’Ira Johnson était bien un homme de couleur. « A-t-il une bonne réputation ? », demanda Bowlby. « Je dirais que non », reprit Kerr sur le ton de la raillerie, quoiqu’il ajoutât, comme une pensée venue après coup, que Johnson n’avait [traduction] « jamais comparu devant un tribunal de police » auparavant. L’échange se poursuivait ainsi :

Q. Mme Jones est-elle venue vous voir à quelques reprises pour vous dire que sa fille était retenue prisonnière par Johnson ?
R. Non, pas prisonnière. Elle disait simplement qu’Isabel était chez lui.
Q. Bien. Elle était sous son influence, c’est cela ?
R. Oui.
Q. Êtes-vous au courant que ces hommes s’étaient rendus au domicile de Johnson ?
R. Oui.
Q. Et qu’ils n’ont pas eu recours à la violence ?
R. Oui.
Q. Ensuite, la jeune femme a-t-elle été emmenée de chez Johnson et ramenée chez sa mère, puis plus tard emmenée auprès de l’administrateur de l’Armée du salut ?
R. C’est ce que j’ai entendu dire.
Q. Ne pensez-vous pas que ce qui a été fait cette nuit-là était illégal ?
R. Je ne tiens pas à répondre à cette question.

82Le procureur de la Couronne Dick fit objection à cette série de questions et le procureur de la défense Bowlby répliqua avec ironie, pour le plus grand plaisir des observateurs en salle d’audience : [traduction] « Selon moi, pourtant, nul n’est mieux placé qu’un chef de police pour déterminer ce qui est légal ou illégal. » L’interrogatoire reprit :

Q. Bien, chef, croyez-vous que c’était la chose à faire, du point de vue de l’humanité et de la décence ?
R. Je ne crois pas que je doive répondre à cela.

  • 117 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe (...)

83À cette dernière réponse, Reid Bowlby éclata de rire en rétorquant : [traduction] « Vous me paraissez particulièrement dur à cuire, aujourd’hui. » L’auditoire était tout à fait enchanté par le spectacle ; selon le Toronto Star, on pouvait « entendre les rires résonner dans la petite salle ». Les dernières questions posées par Bowlby portaient sur la réputation de ses clients. Le chef de police David Kerr se porta garant de leur conduite irréprochable, insistant sur le fait qu’il s’agissait [traduction] « d’hommes tout à fait respectables117 ».

84Le procureur de la Couronne Dick voyait bien que sa cause était mal partie. Il essaya de regagner du terrain avec le témoin suivant, Isabel Jones. Elle témoigna qu’Ira Johnson et elle-même s’étaient fiancés, qu’ils avaient obtenu leur licence de mariage à Port Credit, et avaient prévu se marier à l’Église méthodiste africaine à Oakville, le 2 mars. Le procureur de la Couronne Dick lui demanda alors de décrire ce qui était arrivé au cours de la nuit du 28 février :

R. Ils vinrent cogner à la porte vers 22h15 et demandèrent à parler à M. Ira Johnson, qui les suivit jusqu’à leur auto, puis ils revinrent me chercher. Ils me firent entrer dans une auto en me disant qu’ils retournaient voir Ira. Il leur demanda alors s’ils étaient des hommes de loi et ils lui répondirent que je serais en sécurité.
Q. Pourquoi avez-vous accepté de monter dans leur auto ?
R. Je m’y sentais obligée, ils étaient si nombreux. Je pensais que je devais monter dans cette auto. Je ne voulais pas les contrarier, alors je les ai suivis.
Q. Pouvez-vous décrire leur accoutrement ?
R. Ils portaient de longues robes et de grandes capuches sur la tête.

85Ce fut ensuite le tour du contre-interrogatoire, mené par le procureur de la défense Bowlby. Ce dernier fit dire à Isabel Jones qu’elle avait vécu seule avec Ira Johnson, dans sa maison, « pendant à peu près une semaine ». « Contrairement à la morale ? », insista Bowlby. « Oui, je suppose », laissa tomber Isabel Jones sur un ton hésitant. Bowlby fit ensuite admettre à la jeune femme qu’elle savait que sa mère voulait « qu’elle revienne à la maison », que les hommes en robes « n’avaient pas fait usage de la force », qu’ils ne l’avaient pas ennuyée après qu’elle les eut accompagnés à l’Armée du salut et qu’ils « s’étaient comportés de manière galante ». Qualifier de « galante » la conduite des hommes du Klan semble quelque peu excessif, compte tenu des circonstances. Il est probable que le procureur de la défense fût convaincu que les hommes du Klan n’avaient soumis Isabel Jones à aucun mauvais traitement, attouchement sexuel ou allusion sexuelle. On a cependant peine à comprendre que l’on puisse qualifier de « galante » une intimidation comme celle qui a eu lieu. Bowlby a peut-être voulu référer aux concepts de « chevalerie », dans l’espoir de persuader le tribunal que les hommes du Klan étaient en train de « sauver » Isabel Jones d’une déchéance certaine. Quel que fût son objectif, Bowlby avait réussi à inciter Isabel Jones à convenir que l’intimidation raciste dont elle avait été l’objet de la part des hommes du Klan n’avait pas empêché ces derniers de se conduite de manière « galante ».

86Les questions les plus exploratoires traitaient de l’identification des hommes masqués :

Q. Avez-vous reconnu l’un ou l’autre des hommes du Klan ?
R. Ils avaient tous le visage couvert.
Q. Croyez-vous pouvoir en reconnaître un, à présent ?
R. Je crois que je pourrais reconnaître le conducteur.

  • 118 « Klansmen of Hamilton Defend Their Conduct in “Raid” at Oakville », Globe de Toronto, 3 mars 1930 (...)

87À ce moment précis, le Globe rapporta que mademoiselle Jones jeta un coup d’œil aux hommes accusés et à leurs avocats : « Ses yeux étaient presque cachés par des mèches de cheveux bruns. » Après une longue pause, elle répondit : [traduction] « Il m’est impossible de reconnaître qui que ce soit », et on entendit toute la salle d’audience éclater de rire. Le Globe prit la liberté de qualifier cette réponse de « naturelle ». Le procureur de la Couronne parut satisfait, cependant, et annonça qu’il n’avait plus d’autre témoin à appeler. Qu’il ait décidé de ne pas appeler à la barre Ira Johnson ou son oncle et sa tante demeure un mystère118.

  • 119 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe (...)

88Ensuite, ce fut au tour de Reid Bowlby d’appeler son client William Phillips à la barre des témoins. Décrit comme un « homme de haute taille aux cheveux roux arborant une petite moustache rousse », le chiropraticien tenait à la main, selon le Globe, « un foulard de soie de couleur claire, avec une sorte d’élégance ostentatoire, près de la table qui servait de box des témoins ». On n’a jamais su s’il s’agissait d’une touche purement décorative ajoutée à son accoutrement ou d’une sorte de talisman. Lorsque le Dr Phillips se mit à parler, ce fut à propos de la cagoule portée par les hommes du Klan. Tenant dans les mains la robe et la cagoule qui avaient été inscrites comme pièces à conviction, le Dr Phillips témoigna que ces vêtements faisaient [traduction] « partie du costume traditionnel de l’ordre auquel il appartenait », bien qu’il ne pût certifier en quoi consistait « l’insigne » étant donné qu’il était « un membre relativement récent ». Le Dr Phillips s’offusqua du fait que l’on désignât ces vêtements comme un déguisement. Ce costume était la marque d’une [traduction] « véritable tradition » et, à ce titre, insistait-il, il ne « saurait être question de déguisement ». Au cours du contre-interrogatoire mené par le procureur de la Couronne, le Dr Phillips admit qu’il était venu à Oakville avec d’autres membres du Klan et qu’il se trouvait dans [traduction] « le véhicule automobile qui s’était arrêté devant la maison de Johnson cette nuit-là »119.

89Ce fut ensuite le moment de présenter la preuve contre Harold Orme. Dans son témoignage, le constable Barnes relata qu’ils avaient retrouvé M. Orme grâce à la plaque d’immatriculation de son automobile. « Pourquoi la police avait-elle limité ses recherches à cette auto en particulier ? », demanda l’avocat de la défense de Harold Orme, un autre avocat blanc de Hamilton dénommé Thomas R. Sloan. Barnes répondit, déclenchant l’hilarité dans la salle d’audience, que c’était [traduction] « parce que la plaque était la plus propre ». Barnes témoigna ensuite que la voiture du Dr Orme contenait quatre ou cinq passagers, tous revêtus de robes et de cagoules. Prié de décrire en quoi consistait l’accoutrement de M. Orme, Barnes répondit qu’il portait « un costume, mais que son visage n’était pas masqué ». L’avocat de la défense Sloan saisit aussitôt la perche :

Q. Avez-vous vu M. Orme déguisé ?
R. Eh bien...
Q. L’avez-vous vu, oui ou non, déguisé ? Répondez-moi par oui ou par non.
R. Non.

90Désireux de tirer parti de cet aveu avantageux pour sa cause, l’avocat de la défense Sloan s’empressa d’appeler son client à la barre. Harold Orme se montra un témoin beaucoup plus éloquent que le Dr Phillips :

Q. Pouvez-vous décrire la manière dont vous étiez habillé ?
R. Je portais une robe, mais je ne portais pas la cagoule tout le temps. En tout cas, pas quand j’étais dans l’auto en direction de chez Johnson. Je suis resté à la lisière de la ville. J’ai conduit l’auto jusqu’à Oakville, mais à ce moment-là, je ne portais pas de masque étant donné que c’est malcommode pour conduire – et cela m’était égal qu’on voie mon visage.

  • 120 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe (...)

91Lorsque le procureur de la Couronne Dick demanda à Harold Orme, au cours du contre-interrogatoire, s’il était un membre du Ku Klux Klan, selon le Globe, il répondit un vigoureux : [traduction] « Oui, monsieur, j’en suis membre120. »

  • 121 Le Toronto Star soulèvera quelques questions au sujet de ce verdict dans un éditorial intitulé « T (...)

92Aucun autre élément de preuve ne fut présenté au sujet du troisième accusé, Ernest Taylor, et ce fut alors le moment pour les procureurs de livrer leurs plaidoiries. Bowlby et Sloan soutinrent que les éléments de preuve étaient insuffisants pour prouver qu’Harold Orme ou Ernest Taylor étaient « masqués », comme l’exigeait l’article applicable aux chefs d’inculpation en l’espèce. Le procureur de la Couronne Dick acquiesça en partie à l’argument, particulièrement en ce qui concernait Taylor, dont l’acquittement était difficile à contester. Le magistrat McIlveen déclara donc Orme et Taylor « non coupables » et ils furent relâchés sur-le-champ121.

93La décision d’accuser ces deux hommes du Klan sous l’infraction consistant à être « déguisés, de nuit » avait été à l’évidence peu judicieuse. Pour s’assurer d’un verdict de culpabilité, il aurait fallu trancher la question centrale du procès dont tout le reste dépendait, à savoir : ces hommes étaient-ils « masqués » ? Le témoignage du chef de police David Kerr au sujet des « masques » de Orme et de Taylor avait été hésitant et peu convaincant. Isabel Jones avait été incapable d’identifier l’un ou l’autre des hommes. Le constable Barnes avait formellement nié avoir vu Orme masqué. Quant à Orme, il avait lui-même témoigné que son visage n’était pas couvert tout le temps. En conclusion, pratiquement aucune preuve n’avait été produite concernant le déguisement de Taylor. Que s’était-il passé ? Le procureur de la Couronne ne s’était-il pas rendu compte de l’insuffisance de sa preuve lorsqu’il avait déposé les accusations ? Ou les témoins avaient-ils modifié leur témoignage en faveur des accusés au moment de comparaître à la barre ? Étant donné qu’il n’existe plus trace des dossiers et des archives judiciaires relatifs à ce procès, il est impossible de connaître le déroulement exact des procédures. Ce qui est certain, c’est que le choix des accusations, soit d’être « déguisé, de nuit », s’était finalement révélé une mauvaise décision concernant Orme et Taylor.

94La situation du Dr William Phillips, à propos de qui l’on avait une preuve non contredite qu’il portait un masque cette nuit-là, était quelque peu différente. Reid Bowlby commença sa plaidoirie en s’en prenant directement à l’article 464 du Code criminel. Bowlby était en effet d’avis que le crime consistant à se promener déguisé la nuit était une aberration. Dans ce cas, demandait-il, que faisait-on des [traduction] « gens participant à un bal masqué » ou encore « des garçons et des filles qui déambulaient masqués dans les rues le soir de l’Halloween ? La police devrait-elle alors aussi arrêter ces garçons et filles puisqu’ils portaient des masques ? » Cette disposition n’avait, selon Bowlby, qu’un seul objectif, celui d’attraper les cambrioleurs et malfaiteurs potentiels et son client n’avait rien à voir avec ce type de personne.

  • 122 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe (...)

95Selon l’avocat de la défense Bowlby, il était déconcertant que l’on cherche à criminaliser une conduite ayant des conséquences aussi bénignes. Ses efforts pour brandir le spectre des candides gnomes de l’Halloween et des joyeux participants à un bal masqué visaient à susciter ce même étonnement auprès de la Couronne et du tribunal. « Imaginez, disait-il, imposer à des fêtards le fardeau de présenter une “excuse légitime” pour leur déguisement. En fait, poursuivait-il, imaginez finalement d’avoir à imposer cette obligation à un respectable citoyen comme mon client. » Bowlby, en insistant avec conviction sur le fait que l’objectif visé par son client n’avait rien de répréhensible, affirmait que les [traduction] « hommes du Klan étaient justifiés d’agir comme ils l’avaient fait ». À ces mots, une bonne partie de l’audience se mit à taper du pied, à claquer des mains et à crier des encouragements, et Bowlby ajouta : [traduction] « Je suis persuadé que des centaines de parents dans tout le Dominion du Canada seraient éternellement reconnaissants si on leur rendait un tel service. » À ce moment-là, Ira Johnson a dû en avoir assez. On rapporte qu’après s’être tranquillement levé, il est sorti de la salle d’audience122.

96De son côté, le discours de Bowlby s’intensifiait. Il déployait tous ses efforts pour démontrer la bonne réputation de son client. S’appuyant sur le témoignage du chef de police Kerr, il poursuivait ainsi :

  • 123 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe (...)

[traduction] La Couronne allègue qu’ils ont agi sans « excuse légitime ». Mais le chef [de police] ne pouvait pas intervenir – il avait les mains liées. S’ils étaient venus pour détruire le mobilier et agresser des gens, alors là, une infraction aurait été commise. Mais en retirant cette jeune fille de l’influence de cet homme, c’est un acte de pure décence et d’humanité qu’ils ont commis là. [...] Il ne fait aucun doute, en effet, que mon client portait une cagoule, mais avec une excuse légitime. Pour lui, il n’était pas plus répréhensible de la porter que pour un membre d’un ordre de porter son costume. Votre Seigneurie [...] je demande le prononcé d’un non-lieu et je suis persuadé que des milliers de parents, dans un esprit de justice, vous donneront raison123.

97Le procureur de la Couronne Dick avait pour sa part un point de vue différent. Professant son ignorance au sujet du Klan en général, Dick prit soin de ne pas attaquer l’organisation directement, et de s’en prendre plutôt à leurs méthodes d’intimidation qui faisaient l’objet de la cause en l’espèce :

[traduction] Je ne connais pas le Ku Klux Klan – je ne sais rien à leur sujet. [...] Mon but ici n’est pas de m’attaquer au Klan, mais d’insister sur le fait que nous possédons des preuves selon lesquelles des hommes ont pénétré dans une maison pour chercher la jeune fille dans des circonstances qui s’apparentent à un enlèvement. [...] Elle était dans la maison avec Johnson et sa tante. Nul n’était en droit d’entrer dans cette maison et de la forcer à la quitter.

98Dans une tentative de laisser une certaine distance entre lui et Isabel Jones, Dick poursuivit :

  • 124 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe (...)

[traduction] J’ai demandé à cette jeune fille de comparaître, bien que tout ce que j’eusse à faire fût de prouver que ces hommes étaient masqués. [...] Ils étaient masqués dans le but de la retirer de cette maison et non pour accomplir un travail commandé par leur ordre. Ils portaient une cagoule et étaient donc méconnaissables. Et ils portaient cette cagoule justement pour commettre un acte illégal. [...] Aucun groupe de citoyens ne peut s’arroger le droit d’agir comme des administrateurs de la justice britannique124.

99À ce moment-là, le magistrat McIlveen annonça qu’il était prêt à livrer ses conclusions. Il statua que la preuve avait démontré hors de tout doute que le Dr Phillips portait une cagoule la nuit où la rafle avait eu lieu à Oakville. Sans avoir cependant procédé à une analyse exhaustive, le magistrat statua ainsi : [traduction] « Je ne vois en l’occurrence la preuve d’aucune excuse légitime », et il déclara l’accusé coupable.

  • 125 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe (...)

100Le magistrat McIlveen enjoignit ensuite le procureur à exprimer ses recommandations relatives à la peine à imposer. Le procureur de la Couronne Dick fit observer que l’infraction était assortie d’une peine maximum de cinq ans d’emprisonnement. Selon le droit relatif à la détermination de la peine, la durée maximale d’emprisonnement n’est en général réservée qu’au pire cas commis pour l’acte criminel en question et à la pire espèce de contrevenant assigné à comparaître. Étant donné la position sociale du Dr Phillips et sa respectabilité, il était peu probable qu’on lui impose une peine d’emprisonnement de cinq ans. Le mémoire présenté par le procureur de la Couronne au sujet de la peine recommandée fut étonnamment conciliant. Il recommandait en effet au tribunal de n’imposer aucune peine d’emprisonnement. [traduction] « Une amende, déclara Dick, conviendrait en l’espèce puisqu’il s’agit là d’une sanction sans importance. En effet, tout ce que la Couronne cherche ici à démontrer, c’est qu’il existe au Canada un appareil judiciaire en parfait état de marche et d’en convaincre les personnes susceptibles d’avoir à ce sujet une opinion différente. » Le magistrat McIlveen imposa donc au Dr Phillips une amende de 50 $, plus les frais de justice. Reid Bowlby annonça pour sa part qu’il comptait porter la décision en appel125.

  • 126 « K.K.K. Prosecutions Ended With One Conviction Won », Toronto Star, 11 mars 1930, page 2.

101Le Dr Phillips fut moins que ravi de sa condamnation. En sortant de la salle d’audience, il se dirigea vers Isabel Jones et sa mère et leur dit d’un ton menaçant : [traduction] « Vous avez intérêt à retourner chez votre mère, sinon vous aurez encore affaire à moi. » Selon le Toronto Star, dont le reporter avait rapporté la conversation, Isabel Jones lui aurait répondu : « Entendu. » Se tournant alors vers Mme Jones, le Dr Phillips la rassura par ces mots : [traduction] « Tout ira bien, à présent. Si vous avez encore des ennuis, n’hésitez pas à faire appel à moi, je viendrai aussitôt126. »

  • 127 « K.K.K. Prosecutions Ended With One Conviction Won », Toronto Star, 11 mars 1930, page 2.

102Le procureur de la Couronne Dick était, semble-t-il, satisfait du travail accompli ce jour-là. Sollicité par la presse pour savoir s’il comptait déposer des accusations supplémentaires contre d’autres hommes du Klan, il répondit par la négative. [traduction] « Nous ignorons l’identité des autres participants à l’événement, répondit-il, il nous est donc impossible d’intenter d’autres poursuites. De notre point de vue, l’affaire est close. Nous n’estimons pas devoir prendre d’autres mesures. » Dick paraissait indifférent aux pertes qu’il avait essuyées ce matin-là au tribunal. Un verdict de culpabilité était suffisant. Et, étant donné que, dans sa requête, il avait expressément renoncé à réclamer une peine d’emprisonnement, on peut en déduire que le procureur de la Couronne se souciait peu qu’une amende symbolique ait été imposée127.

RÉACTIONS AUX VERDICTS

  • 128 « Oakville and the K.K.K. », Dawn of Tomorrow, 24 mars 1930, page 2. Le Dawn of Tomorrow fut édité (...)

103La réaction de la communauté noire à ces verdicts mitigés était prévisible. Le Dawn of Tomorrow, un journal écrit par la communauté noire publié à London, se réjouissait de la condamnation du Dr Phillips, tout en exprimant le vif regret que les autres aient été relâchés. [traduction] « [Il] nous semble qu’une application plus rigoureuse de la loi aurait rendu un meilleur service à notre pays, pouvait-on lire dans le journal ; trois hommes du Klan ont été jugés pour s’être réunis dans un but illégal avec le visage couvert d’un masque. Bien qu’il eût été finalement prouvé qu’un seul d’entre eux portât un masque, les deux autres ont ouvertement admis leur participation à cet événement. Nous exhortons par conséquent le magistrat d’Oakville à formuler la raison pour laquelle il n’a pas puni les trois hommes. » Le Dawn of Tomorrow déplorait les efforts déployés par le Klan pour anéantir ce qui avait été fait jusqu’alors en faveur de la tolérance raciale [traduction] « au moyen d’efforts honnêtes, patients et sincères ». Le journal condamnait l’objectif visé par le KKK, notamment [traduction] « inciter les religions à rivaliser entre elles, inoculer dans l’esprit des membres d’une race le poison de la haine contre une autre race, stimuler ce sentiment d’animosité et semer la zizanie »128.

  • 129 Le KKK envoya à Cross et au révérend Maurice Eisendrath (pour de plus amples renseignements, voir (...)

104Cinq jours plus tard, l’Advertiser de London rapportait que plus de 3 200 membres du Klan s’étaient rendus à Hamilton pour se réunir et discuter de la décision du magistrat McIlveen. Ils appuyaient en bloc la décision de Reid Bowlby d’interjeter appel de la condamnation du Dr Phillips. Ils discutèrent également de la possibilité d’intenter des poursuites judiciaires à l’encontre de Lionel Cross pour « calomnie129 ».

  • 130 « House Raided by K.K.K. is Burned », Free Press de London, 18 mars 1930, page 1.

105Certains membres du Klan étaient prêts à prendre d’autres mesures que celles prévues par la loi. Une semaine après le prononcé du verdict, la maison d’Ira Johnson à Oakville fut complètement détruite par le feu. Par chance, la maison était vide à ce moment-là, mais les dégâts causés à la propriété étaient considérables : la maison et son contenu avaient été entièrement détruits. De l’Ontario jusqu’en Saskatchewan, les journaux avaient couverts l’attaque fomentée par le KKK. Un seul d’entre eux relata la destruction du domicile de Johnson. Sur un ton d’un calme stupéfiant, le Free Press de London précisait que [traduction] « personne n’a laissé entendre que l’incendie fût d’origine criminelle ». Cependant, pour s’en assurer, la police « allait mener une enquête ». On ne fournit jamais d’autres détails aux lecteurs désireux d’en savoir davantage et de lire des conclusions sur cette affaire. Quant à l’incendie de la maison d’Ira Johnson, il ne déclencha aucune poursuite130.

  • 131 Dans la lettre qu’il adresse au procureur général, Cross affirme ceci : [traduction] « Je considèr (...)

106Des personnages influents de race noire de Toronto furent également ciblés. Le révérend H. Lawrence McNeil reçut pour sa part une avalanche d’appels téléphoniques injurieux et menaçants. Selon le Star, la police « faisait enquête ». Bien que le révérend McNeil eût réagi avec courage en affirmant qu’il n’était « nullement intimidé », des craintes pour la sécurité de l’épouse du révérend et de leurs trois jeunes enfants finirent par inciter la police à envoyer plusieurs de ses représentants pour constituer une patrouille de surveillance de nuit autour du domicile des McNeil. E. Lionel Cross reçut également des lettres racistes et des appels téléphoniques chargés de menaces. Des missives signées « membre du Ku Klux Klan » menaçaient de [traduction] « mettre fin à ses activités », de « le griller » et de le « mettre hors circuit » s’il n’arrêtait pas de porter plainte contre le KKK, organisation bien connue, dans l’ensemble des États-Unis pour recourir à des tactiques de violence collective pour imposer sa discipline aux avocats noirs qui osaient défendre l’égalité raciale. Lorsque Cross apprit que le KKK de Hamilton l’avait « placé sous observation », il fut gagné par l’inquiétude au point de porter plainte auprès du procureur général Price. Faisant preuve d’un courage admirable, Cross avisa le procureur général qu’il « n’était pas intimidé » par les menaces proférées par le Klan à son endroit, mais qu’il exigeait cependant que le gouvernement prenne des mesures afin de faire [traduction] « ravaler au Klan son arrogance »131.

  • 132 « Klansmen’s Names Demanded of Price by Negro Barrister », Globe de Toronto, 17 mars 1930, pages 1 (...)
  • 133 « Klansmen’s Names Demanded of Price by Negro Barrister », Globe de Toronto, 17 mars 1930, pages 1 (...)

107Lionel Cross était l’une des rares voix à s’élever pour défendre le droit de se marier d’Ira Johnson et d’Isabel Jones et prôner les mariages mixtes en général comme une chose positive. [traduction] « Les Blancs parlent de pureté raciale, disait-il sur le ton de l’ironie, et pourtant il est un fait avéré que 65 % des gens de couleur vivant dans le Sud ont du sang blanc dans les veines132. » Ce n’était pas tant le fait du métissage qui semait la réprobation parmi la population blanche, mais plutôt le fait de légitimer des relations sexuelles mixtes. Des milliers de femmes noires avaient été forcées de subir des relations sexuelles avec des Blancs pendant et après la période d’esclavage qui dura plusieurs décennies en Amérique du Nord. Le Klan ne contesta aucunement l’existence de ces relations sexuelles non consenties. En réalité, seules les unions librement consenties entre deux races, fondées sur le principe de l’égalité, provoquaient leur colère. Affirmant qu’il n’existait « aucune raison biologique contre les mariages mixtes », Cross s’opposait à la campagne de terreur menée par le Klan à ce sujet. Le raid d’Oakville n’était pas simplement [traduction] « une question de mariage mixte, soutenait Cross, mais également une question de droit constitutionnel »133.

  • 134 « Klan Took Oakville Girl from Negro Home », Toronto Star, 1er mars 1930, page 2.
  • 135 « Has No Negro Blood, Klan Victim Declares », Toronto Star, 5 mars 1930, page 2 ; « Declares Negro (...)

108Le révérend McNeil était beaucoup moins pointilleux sur ce point. McNeil confia au Toronto Star qu’il [traduction] « ne plaidait pas vraiment en faveur des relations intimes entre personnes de races différentes », mais que sa plainte concernait uniquement « la substitution des instances chargées de faire appliquer la loi par une organisation aussi intolérante que le Ku Klux Klan »134. B.J. Spencer Pitt, l’autre avocat noir qui avait insisté auprès du procureur général pour entamer des poursuites contre le Klan, abondait dans le même sens. [traduction] « Personnellement, je ne crois pas que le mariage mixte soit une chose souhaitable, déclara-t-il ; en fait, mon expérience de la vie en général et l’observation de ce type de mariages m’inciteraient plutôt à croire qu’ils finissent souvent par semer la discorde. » Pitt était même désireux de faire adopter une disposition législative afin d’interdire les mariages mixtes : [traduction] « Si le gouvernement canadien jugeait adéquat d’interdire les mariages entre Nègres et Blancs, je suis persuadé que nous, gens de couleur, respecterions la loi135. »

  • 136 Sur l’histoire du nationalisme noir au Canada, voir [www.constancebackhouse.ca]. Pour une analyse (...)

109McNeil et Pitt adhéraient tous deux à des philosophies qui prônaient l’égalité et faisaient preuve d’activisme soutenu contre le racisme depuis le raid d’Oakville. Il est peu probable qu’ils eussent voulu dire que les mariages mixtes causaient des problèmes en raison de la hiérarchisation des groupes raciaux au sein de la société. Leur position traduisait plutôt la fierté qu’ils ressentaient envers leur identité noire en tant que source de sens communautaire, de culture et de solidarité. Dans l’intérêt même du maintien et du renforcement du caractère distinct de la communauté noire, l’existence de familles composées uniquement de Noirs était fondamentale. Même si McNeil et Pitt avaient accepté que l’intégration maritale puisse être une question de libre choix, le racisme omniprésent et inhérent à la société canadienne de l’époque en matière d’emploi, de logement, de système scolaire et d’accès aux établissements publics et aux structures sociales les incitait à croire que les mariages mixtes causeraient de tels problèmes que cela n’en valait pas vraiment la peine136.

110Lionel Cross, quant à lui, avait un point de vue fort différent au sujet de la stratégie la plus efficace à adopter sur cette question. S’exprimant également selon une perspective d’engagement vis-à-vis de la prise de conscience de la race noire, il soutenait que la communauté blanche avait besoin d’une transfusion de l’énergie noire. Touchant de plein fouet le cœur de l’arrogance raciste des Blancs, Cross confia au Star :

  • 137 « Declares Negro Blood Improves White Race », Toronto Star, 1er avril 1930, page 2. Ces remarques (...)

111[traduction] Nous prétendons qu’une sorte de léthargie afflige la race blanche et qu’un peu de levain permettrait d’y remédier. Les scientifiques soucieux que l’univers tire le meilleur parti de leurs connaissances affirment que les Nègres constituent la meilleure source possible d’extraction de ce levain. [...] Les peuples latins, qui sont moins rigoristes en ces matières, ont déjà conclu dans ce sens. Peu de temps après la Guerre mondiale, la France commençait à défendre sérieusement l’idée d’injecter du sang noir venu d’Afrique137.

« Un pasteur nègre reçoit un avertissement du Klan », Toronto Daily Star, le 7 mars 1930

112Lionel Cross transmit ce message empreint de fierté raciale sur le legs de l’héritage noir au « Forum syndical », où il s’exprima devant un vaste auditoire au temple du travail à Toronto, le 16 mars. Faisant cause commune avec ceux que le Ku Klux Klan qualifiait de « communistes, de bolchéviques et de rouges », il livra une allocution enflammée devant une foule enthousiaste, dénigrant avec ironie les tactiques d’intimidation du Klan. [traduction] « Soixante-quinze hommes, d’une bravoure exceptionnelle, se sont mis en chasse après un seul homme », déclara-t-il. Il exhortait donc le procureur général Price à forcer le Klan à rendre publics les noms de ses membres. Il se moqua des brigands du Klan, trop honteux pour révéler leur identité ou leur visage, et qui [traduction] « s’enorgueillissaient de la supériorité de leurs traditions britanniques ».

  • 138 « Klansmen’s Names Demanded of Price by Negro Barrister », Globe de Toronto, 17 mars 1930, pages 1 (...)

113Cross mettait au défi ceux qui croyaient que les Noirs étaient intellectuellement inférieurs de [traduction] « regarder plus loin que le bout de [leur] nez » pour parvenir à contempler la richesse de l’histoire et de la civilisation africaines. « La différence raciale, clamait-il, est une ruse dont se sont toujours servi les hommes calculateurs pour asservir autrui [...] et cela, depuis la nuit des temps. » Cross vilipendait les Canadiens pour le niveau de discrimination raciale qu’ils continuaient de tolérer : [traduction] « Les Noirs ne peuvent exercer librement leurs droits de citoyens dans ce pays, quoi que vous puissiez en dire. Ils ne sont pas admis dans certains hôtels et théâtres. On m’a déjà dit, parce que j’étais un Nègre, que les gens hésiteraient à me confier des affaires dans la crainte que je sois incapable d’obtenir gain de cause devant un tribunal. » Les syndicats ont réagi au discours de Cross en adressant des résolutions au procureur général à l’effet de demander le dépôt d’accusations sous des chefs d’inculpation plus graves138.

« La police assure la protection du domicile de la rue Edward », Toronto Daily Star, le 8 mars 1930

  • 139 « Rabbi Calls K.K.K. Lawless Body », Spectator de Hamilton, 24 mars 1930, page 19 ; « K.K.K. Drops (...)

114D’autres groupes visés par le Klan joignirent les rangs de ceux qui réclamaient des mesures antiracistes. Des dirigeants juifs unirent leurs forces à celles des activistes noirs, combinant ainsi leurs intérêts au nom d’une persécution partagée. Le rabbin Maurice Nathan Eisendrath, de la synagogue Holy Blossom, à Toronto, dénonçait le Ku Klux Klan comme un « groupe d’anarchiste et de hors-la-loi » pétris de « bigoterie et de fanatisme ». Parfaitement au courant des racines sudistes du Klan, la première affectation du rabbin Eisendrath, en tant que religieux, avait été le Virginia Street Temple à Charleston, en Virginie, d’où il avait été muté un an avant les incidents survenus à Oakville. Rabbin réformiste, formé au Hebrew Union College de Cincinnati, Eisendrath deviendra un activiste pour la paix reconnu à Toronto au cours des années 1930. Exprimant sa stupéfaction à l’idée qu’une organisation prétendument chrétienne puisse professer la suprématie raciale des peuples du Nord, il rappelait à cet effet que [traduction] « le Christ, malheureusement pour la croyance dans la mythologie nordique, était sans nul doute un homme de type oriental, aux yeux et cheveux foncés et à la peau sombre ». Le rabbin Eisendrath supposait que la plupart des hommes du Klan considéraient les Grecs uniquement comme des [traduction] « propriétaires de restaurants ou des vendeurs de popcorn venus de l’étranger », totalement ignorants de « la culture inégalée de la civilisation grecque ». Il exhortait les citoyens canadiens à se réveiller de leur « complaisance apathique » vis-à-vis des méthodes du KKK. [traduction] « Je crains que le laxisme de la loi qui consiste à imposer une simple amende à un seul individu et à relâcher l’organisation au complet sans même une réprimande ne fasse qu’encourager le Klan à poursuivre ses funestes projets », soutenait-il139.

  • 140 « Earlscourt Labor Protests Activities of Ku Klux Klan », Globe de Toronto, 21 mars 1930, page 14.

115Toute cette agitation ne fit que stimuler le Klan, lequel entama une campagne de sollicitation auprès de la communauté d’Oakville. Des délégations y furent envoyées et chargées de distribuer des dépliants du Klan aux enfants dans les écoles, des Blanches, appartenant au Klan, faisaient du porte-à-porte pour distribuer des textes de l’organisation. Les dépliants invitaient tous les « hommes authentiques et dignes de ce nom » à « continuer dans la veine de ce qui a été conçu et créé avec une telle splendeur ». Le chef de police David Kerr, mis au courant des actes du Klan, se contenta de hausser les épaules en déclarant au Globe : « Aucun crime n’a été commis140. »

Photographies du procès de Phillips, publiées dans le Toronto Daily Star, le 24 mars 1930, identifiées comme ceci : 1) Ira Johnson ; 2) le révérend W.C. Perry, pasteur de l’African Methodist Church, qui à l’origine devait célébrer le mariage de Johnson et de Jones ; 3) Isabel Jones ; 4) le rabbin Maurice Nathan Eisendrath ; 5) E. Lionel Cross

  • 141 « No Country for a Ku Klux », Globe de Toronto, 3 mars 1930, page 4. Dans « The Oakville Case », T (...)
  • 142 A.D. Monk, dans « Knights of the Knightshirt », The Canadian Magazine, vol. 66 (octobre 1926) 31, (...)

116Les journaux qui couvraient ces événements étaient pour la plupart réellement intrigués par le Klan. Le Globe et le Star de Toronto louaient les motivations des hommes du Klan, tout en exprimant certaines réserves quant aux moyens parfois employés par les messagers aux visages couverts de cagoules pour parvenir à leurs fins141. Un petit nombre de journalistes faisaient appel à la fibre nationaliste des Canadiens et critiquaient le Klan en tant qu’importation américaine étrangère à la culture et à l’histoire britannique et canadienne. Ils tournaient en dérision les efforts du Klan en vue de « donner un ton canadien » à son message, ainsi que les dépliants de recrutement qui prônaient dans le maintien de la suprématie protestante blanche pour « sauvegarder le Canada et l’Empire britannique ». Raillant les dix principaux dirigeants canadiens du Klan pour leurs origines américaines, une reporter écrivit ceci : [traduction] « Comment se fait-il qu’un Virginien et un New-Yorkais puissent s’arroger le droit d’enseigner la loyauté aux Canadiens et pour quelle raison devraient-ils se sentir si préoccupés de préserver l’unité de l’Empire britannique, voilà des questions qu’il serait utile de se poser142. »

  • 143 Hormis deux exceptions notables, voir la discussion relative à William Templeton, le rédacteur en (...)
  • 144 Au sujet du tarif de la commission de 4 $, voir Wade, The Fiery Cross, page 154. Selon la charte d (...)

117Les reporters disposés à s’opposer au Klan tendaient à recourir à l’ironie et au sarcasme, plutôt que d’invoquer une philosophie fondée sur l’égalité raciale ou religieuse143. On a également beaucoup parlé des arnaques financières fomentées par les organisateurs du Klan qui avaient personnellement empoché 4 $ sur chacune des adhésions vendues 10 $ chacune. Les représentants du Klan étaient tout simplement [traduction] « des maîtres de l’esbroufe à l’américaine », des imposteurs désireux de « faire beaucoup d’argent facilement et rapidement », qui « savaient comment saisir la chance ». En ce qui concerne les individus qui y ont adhéré [traduction] « il y en a un qui naît chaque minute », a parié un reporter. Le Tribune Telegraph de Welland décrivait l’organisation au complet comme « un plan pour vendre des chemises de nuit en coton à des nigauds144 ». A.D. Monk, chroniqueur pour The Canadian Magazine, était le plus explicitement satirique :

  • 145 Monk, « Knights of the Knightshirt », page 31. Richards, dans « How the Ku Klux Klan Came to Canad (...)

[traduction] Quelle joie pour les villageois, arborant des robes de coton, que de rouler dans leurs carrioles, par monts et par vaux, pour aller danser autour de croix en flammes et autres distractions du genre. Après tout, quand la radio ne fonctionne pas et que le cinéma ne remplit pas ses promesses, il faut bien que ces pauvres villageois puissent se distraire, faire de l’exercice et prendre l’air. D’ailleurs, les médecins prônent les bienfaits de cette vie au grand air ; il est donc fort probable que lorsque les membres du Klan partent ainsi en excursion chaque nuit, ils retournent chez eux épuisés, de cette bonne fatigue physique qui aide à trouver le sommeil. Ces exercices sont donc sans nul doute excellents pour leur santé145.

118Il est possible que cette attitude consistant à se moquer du Klan, à tourner leurs costumes en dérision et à caricaturer ses adhérents ait été un stratagème délibéré pour miner la position publique de l’organisation. Cela a même pu être un moyen efficace pour dissuader certains Canadiens de côtoyer ces « bouffons ». Cette parodie fondée sur la dérision eut cependant quelques fâcheuses conséquences. Les journalistes dépeignaient les hommes du Klan comme de stupides butors s’attaquant à de pauvres êtres vulnérables. Ce faisant, ils traitaient toutefois à la légère les incendies criminels, la coercition économique, le bouleversement social et la campagne d’intimidation et de violence généralisée que le Klan semait sur son passage partout où il s’était établi. Ils faisaient fi de l’histoire de l’organisation et de son héritage de terreur raciste, des voies de faits et des meurtres qu’il perpétrait. La manière dont les journalistes dénigraient en permanence les activités du Klan nuisait aux efforts des activistes anti-Klan, qui souhaitaient obtenir l’appui nécessaire pour faire cesser le régime de terreur que le Klan instaurait à la grandeur du Canada.

  • 146 « Klan Spokesman Outlines Aims », Free Press de London, 3 août 1925, pages 1 et 2 ; « At Altar of (...)

119Il semble également y avoir eu des efforts concertés pour établir une distinction entre le Klan canadien et son équivalent américain. Les hommes du Klan au Canada voulaient se dissocier de la réputation de brutalité et de grabuge rattachée au KKK des États-Unis. Lors d’une allocation prononcée en 1925 à London, l’organisateur J.H. Hawkins nia que le Klan canadien fût un « organisme anarchiste », comme il était souvent affirmé à son propos. [traduction] « Nous nous sommes engagés à respecter les lois écrites dans les recueils de lois, clamait Hawkins, mais en même temps, si vous nous imposez des lois qui ne correspondent pas aux besoins de notre pays, alors il faut voter pour réclamer leur modification et vous verrez bien si les hommes pour qui vous avez voté réaliseront les promesses faites avant les élections. » Plus tard au cours de cet automne-là, l’Advertiser de London publia une photographie d’un groupe de membres du Klan entièrement costumés, et nota à ce sujet que les robes du Klan canadien étaient « différentes » puisqu’on pouvait voir des « feuilles d’érable » sur les croix, pas seulement pour « ajouter une touche de pittoresque » à la réunion, mais aussi et surtout pour distinguer le groupe de son pendant américain. Le Klan canadien [traduction] « ne devrait pas être jugé à l’aune de la réputation du Klan américain », tel était le slogan constamment répété. Un député blanc du Parlement de la Saskatchewan, John Evans de Rosetown, défendit le Klan canadien devant la Chambre des communes en 1930 : [traduction] « En ce qui concerne le Ku Klux Klan, ces gens ne sont aucunement ce qu’on pourrait appeler des têtes brûlées, ils ne commettent aucun acte de violence et il n’y a rien qui aille à l’encontre de notre constitution dans leur manière de faire146. »

  • 147 Pour quelques exemples, voir Wade, The Fiery Cross, pages 63-84.

120Certes, on ne retrouvait pas au Canada le niveau spectaculaire de criminalité violente perpétrée par le KKK aux États-Unis. Les historiens du Klan américain ont documenté une liste effrayante de méfaits et d’atrocités commises par le Klan. Aux États-Unis, les membres du KKK battaient à répétition les gens à coups de cravache. Ils infligeaient des mutilations corporelles en versant du goudron bouillant sur leurs victimes avant de les recouvrir de plumes. Ils leur coupaient les oreilles. Ils assassinaient leurs ennemis par noyade, pendaison et lynchage. Ils castraient les Noirs. Ils violaient les Noires et mettaient le feu à leurs poils pubiens. Ils torturaient leurs victimes, notamment en versant du goudron dans le vagin des femmes blanches qui protégeaient des Noirs contre les activités du Klan147.

121Alors, vu ce qui précède, si on les comparait à ce palmarès d’infamies et de perversion, les actes commis par le Klan canadien paraissaient relativement anodins. Cependant, la comparaison continuelle entre le Klan canadien et son équivalent américain, nettement plus haineux et violent, avait tendance à minimiser les dégâts considérables causés par le Klan canadien. Ce ton désinvolte et ironique employé par maints commentateurs avait pour effet d’occulter ce qui se passait dans la réalité. Il effaçait ainsi la mort tragique des dix étudiants survenue dans l’incendie destructeur du Collège St. Boniface. Il faisait fi des balles tirées, du dynamitage et de la destruction, ainsi que des ravages causés à des biens au cours d’incendies criminels. Il taisait la perte de tous les emplois et commerces du simple fait que les candidats et les entrepreneurs n’étaient pas de la bonne race, ethnie ou religion. Il masquait la perte ressentie par la destruction de relations personnelles parce que le Klan ne pouvait tolérer que soit « entachée » la communauté protestante et blanche. Et, plus important encore, ce type d’analyse faisait fi du bouleversement émotionnel insidieux éprouvé par tous ceux et celles qui avaient subi des menaces proférées par le Klan, qu’elles leur soient directement et personnellement adressées ou simplement en raison de leur appartenance à une communauté raciale, ethnique ou religieuse particulière.

122Devant l’incroyable complaisance dont la plupart des journaux, politiciens et commentateurs publics faisaient preuve au Canada vis-à-vis du Klan, les activistes antiracistes devaient vraiment déployer des efforts acharnés et continus pour accomplir des progrès significatifs. Lorsque des milliers de membres du Klan unirent leurs forces pour interjeter appel de la condamnation du Dr Phillips, les leaders noirs étaient prêts. Grâce à l’appui que leur accordèrent la communauté juive et les syndicats, ils intervinrent en force pour demander aux autorités de tenir bon. Ils soutenaient qu’il fallait non seulement maintenir le verdict de culpabilité, mais également imposer une peine plus sévère. Lorsque Reid Bowlby déposa l’avis d’appel de la condamnation du Dr Phillips, les hauts fonctionnaires du ministère du Procureur général de l’Ontario à Toronto réagirent à la pression ainsi exercée en déposant un contre-appel pour faire annuler la sentence rendue par le magistrat McIlveen.

APPEL DE LA CONDAMNATION ET DE LA PEINE PRONONCÉES CONTRE LE DR PHILLIPS

123C’est la Cour d’appel de l’Ontario qui fut saisie de la cause, dont l’audience eut lieu le 16 avril 1930. Cinq juges d’appel, de race blanche, dont le juge en chef Sir William Mulock, ainsi que James Magee, Frank Egerton Hodgins, William Edward Middleton et David Inglis Grant, siégeaient lors de ce procès. Ils étaient assis bien droit, leur chevelure grisonnante ajoutant à la noblesse de leur maintien, dans la splendide salle d’audience de Osgoode Hall, remarquable par ses halls en marbre, ses imposants portiques et ses balustrades de cuivre poli. Les juges, revêtus de leurs toges noires, préparaient leurs cahiers d’audience, et s’apprêtaient à prendre des notes au sujet des arguments d’appel relatifs à ces hommes du Klan, vêtus de robes et accusés de se promener « déguisés, de nuit ».

124Dans son entrée en matière, Reid Bowlby s’efforça de persuader le tribunal que son client avait été condamné à tort. Il réitéra l’argument selon lequel l’infraction reprochée était inadéquate en l’espèce, que le crime consistant à « se promener déguisé, de nuit » n’était censé s’appliquer qu’aux cambrioleurs et aux voleurs. Ensuite, il s’attaqua à la question de « l’excuse légitime », en reprenant l’argument qu’il avait présenté lors du procès de première instance, à savoir que son client avait retiré Isabel Jones du domicile d’Ira Johnson sans avoir eu « recours à la force ». Sur ce point en particulier, le juge Grant lui fit subir un interrogatoire quelque peu serré :

  • 148 « Klansman Argues Sentence Appeal », Advertiser de London, 16 avril 1930, page 17 ; « Klansman and (...)

Q. Il y avait là la plus grande force qui soit, la force du nombre. On sait que la force morale est le type de force le plus puissant.
R. Ils l’ont emmenée à l’Armée du salut.
Q. De quel droit un groupe d’hommes est-il autorisé à emmener une femme en un lieu où ils jugent qu’elle devrait se trouver ? Nous ne saurions tolérer qu’un groupe d’hommes décide de faire appliquer sa propre loi148.

  • 149 « Grant, Hon. David Inglis », Who’s Who in Canada, 1930-31 (Toronto : International Press, 1932), (...)
  • 150 « Klansman Argues Sentence Appeal », Advertiser de London, 16 avril 1930, page 17 ; « Klansman and (...)

125Tenant pour acquis que le juge Grant, en tant que membre de longue date des Sons of Scotland et de la St. Andrew’s Society, était proche des associations qui célébraient l’héritage anglo-saxon, Reid Bowlby décida de prendre le risque149. Il poursuivit donc en avançant qu’il n’y avait pas de preuve de dessein illégal, que les hommes du Klan se contentaient de « porter le costume de leur ordre », que leurs actes [traduction] « étaient aussi peu répréhensibles que peut l’être un bal masqué ». Il réitéra les arguments présentés en première instance, soit que le Klan [traduction] « avait agi avec une parfaite courtoisie », et il alla même plus loin en affirmant qu’ils s’étaient conduits « comme de bons chrétiens poussés à faire le bien ». À ce moment-là, le juge Grant, apparemment plus convaincu par la force d’intimidation du Klan que par la nature chrétienne de leurs objectifs, s’écria spontanément : [traduction] « Oh, mais attendez, ils n’avaient pas le droit d’agir ainsi ! » Ce fut ensuite au tour du juge Middleton d’interrompre l’échange en demandant de manière rhétorique pourquoi ils avaient [traduction] « besoin de porter un masque si l’objet de la mission était légal ». Répondant lui-même à sa propre question, Middleton poursuivit : [traduction] « Je dirais que le masque servait à éviter d’être identifié et à esquiver les conséquences de leurs actes150. »

  • 151 Bartley, « Public Nuisance », pages 162, 167-170. Bartley ajoute cependant que Bayly était « rétic (...)
  • 152 Au sujet de la cause Sero c. Gault, voir le chapitre 4. Edward J. Bayly est né à London en 1865, f (...)

126Ce fut ensuite au tour du sous-procureur général, Edward J. Bayly, c.r., de comparaître au nom de la Couronne. Bayly était un fonctionnaire très haut placé qui avait pris grand intérêt aux procès criminels tenus dans la foulée de l’explosion à la dynamite survenue à Barrie. Selon certains commentateurs, sa « patience avait ses limites » avec le Klan, qu’il commençait à considérer comme un groupe de « fauteurs de trouble dans la vie publique de la province »151. Le sous-procureur général avait la réputation largement répandue d’être un des avocats les plus brillants et les plus puissants de la province. Ami proche du procureur général Price, le savoir encyclopédique de Bayly en matière de droit criminel et constitutionnel lui avait valu la réputation d’être « un véritable livre de droit ambulant », « un juriste hors pair » qui était parvenu « au faîte de sa profession ». Petit-fils du juge de l’Ontario John Wilson, Bayly avait 17 ans de pratique privée derrière lui quand il accepta sa nomination de procureur à temps plein au sein du ministère du Procureur général en 1907. En 1919, il fut promu aux fonctions de sous-procureur général, ce qui lui permit de représenter la province à l’occasion des plus importants dossiers juridiques de cette période, et ce, jusqu’à sa mort en 1934. Il avait d’ailleurs comparu devant le juge William Renwick Riddell afin de s’opposer à la demande présentée par Eliza Sero pour faire reconnaître la souveraineté mohawk en 1921. Assez corpulent, avec la particularité d’avoir le « menton fendu d’une fossette », Bayly avait la réputation d’être un « bourreau de travail » et un « orateur né ». Tout à fait conscient de sa position au sein de la profession, Bayly conservait dans son bureau les pièces à conviction de ses procès pour meurtre préférés, qu’il exhibait comme des « trophées », afin de pouvoir « régaler ses jeunes subalternes du Ministère » d’anecdotes savoureuses sur ses triomphes de prétoire152.

  • 153 « Klansman Argues Sentence Appeal », Advertiser de London, 16 avril, page 17 ; « Klansman and U.S. (...)

127Edward Bayly a dû se sentir ragaillardi par le déroulement de la procédure d’appel. Ayant réclamé l’imposition d’une peine de prison à l’endroit du Dr Phillips, le sous-procureur général insista sur le caractère sacré de la « règle de droit » et accusa le chiropraticien de « façonner la loi à sa manière ». En réponse à l’argument de Bowlby selon lequel il n’y avait pas eu recours à la force durant l’incident, Bayly reprit les commentaires du juge Grant et rétorqua qu’il y avait eu [traduction] « démonstration évidente de l’usage potentiel de la force ». Il importe de noter qu’Edward Bayly n’a pas tenté de réfuter de manière raisonnée l’argument de Bowlby à l’effet que les hommes du Klan avaient une « excuse légitime » à leurs actes. Bayly se contenta d’affirmer qu’il n’y avait en l’occurrence aucune excuse légitime. Il n’a pas remis en question la description qu’avait faite Bowlby de la mission du Klan, consistant à empêcher un mariage mixte de manière « courtoise » ou « chrétienne ». Il s’en est plutôt pris aux techniques et stratégies du Klan, et non à sa philosophie ou à son bien-fondé153.

  • 154 La nécrologie de Bayly souligne le fait qu’il était « particulièrement fier de son ascendance gall (...)

128Edward Bayly, diplômé de la prestigieuse école de garçons privée de Toronto, l’Upper Canada College, était un habitué de nombreuses associations et organisations sociales qui choisissaient leurs membres en fonction de leur ethnie et de leur race. Membre influent de la St. David’s Society of Canada, il ne faisait pas mystère de la grande fierté qu’il tirait de son ascendance galloise. Il s’enorgueillissait de son appartenance à la fraternité Zeta Psi, au Royal Canadian Yacht Club, à l’Albany Club, au Victoria Club, au Toronto Hunt Club et à la Ionic Lodge. Le Klan défendait souvent ses critères d’adhésion fondés sur la race en invoquant le fait que maintes autres sociétés d’entraide exerçaient également une discrimination fondée sur la race. Seul un nombre infime, sinon aucune, des relations professionnelles et sociales d’Edward Bayly entretenait ou défendait des relations avec des personnes d’autres races. Cependant, les clubs sociaux sélects que Bayly fréquentait se distinguaient sans doute nettement, tout au moins dans son esprit, d’une organisation comme le KKK. On peut expliquer ce point de vue par le fait que leurs critères de sélection portaient davantage sur les bonnes manières et la richesse de leurs membres. Ils n’avaient pas recours à des tactiques d’intimidation collective pour atteindre leur objectif d’exclusivité. Ils ne se promenaient pas en public revêtus de costumes à la faveur de la nuit154.

129Les juges levèrent la séance pour l’heure du déjeuner à la suite de la présentation des arguments juridiques et, à leur retour, à l’ouverture de la séance de l’après-midi, les juges rendirent leur décision. Le juge en chef, Sir William Mulock, prononça l’opinion unanime de la cour, soit qu’il fallait maintenir la condamnation. Suivant l’exemple de Bayly, Mulock évita de répliquer directement aux efforts de Bowlby pour démontrer que la mission du Klan visant à sauver Isabel Jones d’une relation mixte constituait une « excuse légitime » en vertu de la jurisprudence canadienne. Le juge en chef fit plutôt observer que [traduction] « la motivation de l’accusé et de ses compagnons était sans importance ». De cette façon, Mulock redéfinissait indirectement l’argument sous la catégorie légale de « motif », un concept habituellement relégué à la marge des doctrines relatives au droit criminel. En cataloguant cette question sous la rubrique des « motifs » plutôt qu’en tant que défense « d’excuse légitime », Mulock évitait ainsi de se prononcer de manière officielle sur la philosophie raciste du Ku Klux Klan.

130Au lieu d’attaquer leur idéologie raciste, le juge en chef concentrait sa réprobation sur les tactiques adoptées par les hommes en cagoule. Il déclara que les efforts déployés par le Dr Phillips en vue d’intimider Isabel Jones pour la faire quitter sa maison constituaient une atteinte à « ses droits », et qu’il avait ainsi commis ainsi « une infraction contraire à la loi ». Cependant, ce n’était pas tant la commission « d’une infraction contraire à la loi » non précisée à l’encontre d’Isabel Jones qui avait suscité le courroux du tribunal, c’était bien davantage le fait que la loi ait été bafouée. Voici ce que la Cour leur reprochait :

  • 155 Rex c. Phillips (1930), 55 C.C.C. 49 (C.A. Ont.), pages 50 et 51. Pour des observations analogues (...)

[traduction] [I]ls ont non seulement commis une infraction à la loi en ce qui concerne [Isabel Jones], mais ils ont en outre perpétré un acte criminel contre la primauté du droit. Toute personne vivant au Canada a droit à la protection de la loi en plus d’y être assujettie. La loi est l’autorité suprême qui contrôle la conduite de tout un chacun et nul, quelle que soit la puissance de sa position dans la société, ne peut impunément agir, comme l’a fait cette engeance sans foi, ni loi. L’atteinte commise par l’accusé et ses compagnons aux droits de cette jeune fille constituait une tentative de renverser la loi de ce pays, et de la remplacer par la loi de la jungle et du lynchage, et de substituer l’anarchie à l’application et au contrôle de la loi tels que les pays civilisés les pratiquent155.

  • 156 Rex c. Phillips, page 51. Pour des commentaires parus dans la presse, voir « Klansman and U.S. Gan (...)

131Cette opinion exprimée avec force et conviction incita le juge en chef Mulock à formuler une métaphore saisissante. [traduction] « La loi de l’anarchie, comme ce qui a été démontré dans cette cause », s’apparente à « un serpent venimeux », s’exclama-t-il. Et chaque fois que [traduction] « son hideuse tête se montre, il faut l’abattre aussitôt et non pas se contenter de l’empêcher d’agir ». Le juge en chef Mulock confirma ainsi la condamnation du Dr Phillips. Il déclara ensuite que l’amende de 50 $ imposée par le magistrat McIlveen constituait un [traduction] « simulacre de justice ». Le juge en chef annula l’amende pour lui substituer une peine d’emprisonnement de trois mois. Pour faire bonne mesure, le juge Mulock conclut ses remarques en lançant la mise en garde suivante : [traduction] « C’est la première fois que cette cour est saisie d’une cause de cette nature ; nous avons jugé cette infraction avec une grande clémence et la sanction que nous avons imposée doit être considérée comme un précédent advenant qu’une telle infraction soit commise à nouveau156. »

L’IMPORTANCE DU JUGEMENT RENDU EN APPEL

132Ce sont les efforts d’E. Lionel Cross, de B.J. Spencer Pitt, du révérend H. Lawrence McNeil, du rabbin Maurice Eisendrath et de tous ceux qui ont répondu à leur appel qui ont incité le procureur général Price à entamer des poursuites criminelles contre le Klan. C’est ensuite le sous-procureur général Bayly qui a fait retentir l’appel au respect de la « primauté du droit » devant la Cour d’appel de l’Ontario. Les arguments de droit qu’il a défendus ont fait vibrer une corde sensible parmi les juges blancs de la haute société qui présidaient le plus haut tribunal de la province. La position défendue à l’origine par le chef de police d’Oakville, selon laquelle [traduction] « aucun dommage n’avait été causé à un bien ou à une personne justifiant son intervention », était par conséquent rejetée de façon immuable. Les tentatives répétées de l’avocat de la défense Bowlby pour assimiler les « motivations supérieures » des hommes du Klan à une « excuse légitime » furent également vaines.

  • 157 « Mulock, The Rt. Hon. Sir William, P.C., K.C.M.G. », Who’s Who in Canada, 1936-37, pages 483 et 4 (...)

133Que savons-nous de ce juge en chef qui a rendu cette décision judiciaire ayant pour effet de confirmer la condamnation et d’imposer une sanction plus sévère ? Membre bien nanti de l’élite anglo-saxonne et anticommuniste déclaré, Sir William Mulock ne prétendait pas être un adepte des doctrines sociales progressistes. Le juge en chef Mulock était un éminent juriste de 86 ans très estimé dans la profession. Natif de Bondhead (Ontario) en 1844, il reçut la médaille d’or de l’Université de Toronto pendant ses études de droit. Admis au barreau en 1868, il mit les relations de sa famille, son ambition personnelle et son talent exceptionnel au service d’un remarquable parcours professionnel tant à titre de juriste que de politicien fédéral pour le Parti libéral. Mulock a représenté North York à la Chambre des communes entre 1882 et 1905, et fut la première personne à occuper la fonction de ministre du Travail du Canada. Nommé à la magistrature en 1905, Mulock occupa la fonction de juge en chef de l’Ontario de 1923 à 1936. Il était comme un « grand homme » à Toronto, avec sa haute silhouette de six pieds et sa façon de se tenir droit, même à 80 ans passés ; les avocats qui comparaissaient devant lui décrivaient Mulock comme « une sorte de bon dieu avec sa longue barbe flottante » et « son haut front ». Il prisait tout particulièrement les cérémonies. Au cours des dix dernières années de son existence, les fêtes d’anniversaire de Mulock représentaient pour les membres de l’élite de la profession et les industriels influents de Toronto une occasion fastueuse de lui rendre hommage157.

134Il est peu probable qu’une animosité réelle envers les croyances du Klan ait guidé l’analyse de Mulock. Le juge le plus influent et le plus âgé de l’Ontario s’est toutefois senti, semble-t-il, révolté par la violence déguisée et sous-jacente des actes commis par le Klan à Oakville. Le grand nombre d’hommes masqués de cagoules qui composaient cette « engeance » avait créé une force inattaquable qu’il était devenu impossible de braver. C’est le « caractère illégal » des actes du Klan qui avait incité Mulock à formuler son opposition. Il fallait donc désormais recourir à l’appareil judiciaire pour désamorcer ce chaos qui, sinon, finirait par anéantir le bon ordre de la société. Des mesures policières rapides, des poursuites judiciaires accélérées et des peines fermes imposées sans délai constituaient ainsi la seule solution pour étouffer cette anarchie dans l’œuf.

  • 158 Rex c. Phillips, page 50 : [traduction] « Ces faits démontrent l’atteinte portée à sa liberté. La (...)

135La décision de Mulock, malgré sa dénonciation des méthodes de terreur exercées en groupe et le rappel du principe impératif de la primauté du droit, présentait cependant des lacunes sur certains points importants. Conformément à la coutume qui prévaut traditionnellement dans la jurisprudence canadienne, cette décision ne renferme aucune référence directe à la question de la race. Elle ne fait même pas mention du Ku Klux Klan. Ce dernier est ainsi transformé en une « engeance composée de membres » sans race précise et non identifiés, portant des « cagoules qui les couvraient de la tête aux genoux ». Isabel Jones était devenue, quant à elle, « une jeune fille » elle aussi sans race, ayant subi une atteinte à des « droits » non identifiés et imprécis. Le nom d’Ira Johnson n’est, pour sa part, même pas cité. Ainsi donc, en statuant que « le motif de l’accusé et de ses compagnons est sans importance », le juge en chef sème la confusion dans l’esprit des lecteurs de son jugement. Peut-être est-ce pour le mieux. Le contexte dans lequel s’inscrit cette observation laisse en effet place à l’interprétation suivante, à savoir que le juge en chef estimait que les citoyens bien-pensants appuyaient peut-être les objectifs visés par l’expédition du KKK cette nuit-là. En conclusion, l’affaire pouvait se résumer à la dénonciation véhémente des serpents venimeux et sans race158.

  • 159 « Appeal is Talked by Klan », Advertiser de London, 17 avril 1930, page 1. Pour consulter les règl (...)

136Lorsque l’annonce du jugement de la Cour d’appel de l’Ontario parvint à Hamilton, les membres du Klan en furent « stupéfaits », selon le reporter du journal chargé de couvrir le rassemblement de la nuit du 17 avril. Les hommes du Klan étaient grandement désireux de trouver un moyen d’interjeter appel de la décision, bien que l’unanimité du jugement de la Cour d’appel interdît toute possibilité de faire appel devant la Cour suprême du Canada. Certains membres du groupe, en clamant leur détermination à porter la cause devant « le plus haut tribunal du pays », étaient résolus à envisager d’intenter leur poursuite devant le Conseil privé d’Angleterre159.

  • 160 « Appeal is Talked by Klan », Advertiser de London, 17 avril 1930, page 1. Le malaise éprouvé par (...)

137Quels qu’aient pu être les espoirs exprimés en ce sens, ils furent rapidement déçus. Le reporter de l’Advertiser de London, qui avait cherché à obtenir l’opinion d’un juriste sur les chances de réussite d’une telle initiative, était revenu de son enquête avec un optimisme réduit à sa plus simple expression. [traduction] « Un haut fonctionnaire du ministère du Procureur général » avait évalué cette possibilité avec le dédain le plus total, faisant observer qu’il était « rarissime que le Conseil privé octroie l’autorisation d’en appeler d’un jugement criminel, surtout lorsque la peine infligée est si minime. » Selon cette source, [traduction] « le Dr Phillips aurait pu tout aussi bien faire appel au Royaume des cieux. S’ils sont aussi persuadés du bien-fondé de leur appel, c’est qu’ils doivent être totalement imbus de leur propre éloquence et de leur pouvoir de persuasion. » Même Reid Bowlby était prêt à renoncer à pousser les choses plus loin. Il avait d’ailleurs confié à la presse que même si, au début, en recevant l’annonce du maintien de la condamnation de Phillips par la Cour d’appel de l’Ontario, il avait [traduction] « jugé que la loi avait été interprétée de manière erronée, il n’avait cependant rien à ajouter, ni d’autre mesure à prendre dans cette affaire160 ».

138Résolu à tirer le meilleur parti d’une situation fâcheuse pour eux, les hommes du Klan à Hamilton émirent cette déclaration officielle : [traduction] « M. Phillips est vraiment ravi de purger une peine de prison pour une cause comme celle-là. » Leur courageux camarade avait bien profité d’un « délai de cinq jours » avant son incarcération et, lorsqu’il s’est rendu en prison, [traduction] « on lui a promis qu’une escorte composée de ses frères costumés viendrait l’appuyer à sa sortie de prison ». Fier défenseur des concepts de chevalerie, le Klan promit qu’il prendrait [traduction] « soin de Mme Phillips et de [leurs] cinq enfants pendant l’incarcération de leur camarade ». Dans le même ordre d’idées, le révérend George Marshall, le « Grand sorcier du Klan au Canada », fit cette déclaration à partir de Belleville (Ontario) :

  • 161 « Appeal is Talked by Klan », Advertiser de London, 17 avril 1930, pages 1 et 2 ; « No Further App (...)

[traduction] Je ne sais trop quoi penser. Des choses vraiment formidables arrivent ces jours-ci, mais cette affaire me désole profondément. Cette décision présente un caractère foncièrement vindicatif. Pendant quelque temps, j’ai envisagé de recommander que l’on cesse le port du masque, mais à la lumière des événements récents qui démontrent un tel ressentiment, je crois préférable de conserver le masque pour la propre protection des hommes du Klan161.

  • 162 « Hamilton Klansman Begins Term in Jail », Globe de Toronto, 24 avril 1930, page 2.

139Le 23 avril, le chef de police d’Oakville David Kerr vint chercher le Dr Phillips en voiture à son cabinet de chiropractie à Hamilton pour l’emmener en prison. Selon le Globe de Toronto, « il attendait l’officier de police et il n’y a eu aucun problème ». Les deux hommes se rendirent donc sans incident à la prison de Milton. D’aucuns s’étaient sans doute attendus à ce que cet événement soit entouré d’une plus grande agitation, mais aucun incident ne survint162.

  • 163 « Still on Strike », Canadian Champion de Milton, 8 mai 1930, page 3 ; « Klansman Tries Hunger Str (...)

140En prison, cependant, les événements prirent une autre tournure. En effet, peu après son incarcération, le Dr Phillips entama une grève de la faim. Bien que les gardiens de prison lui apportassent trois repas par jour, il refusait de consommer ne serait-ce « qu’une once de la nourriture de la prison ». Selon le Canadian Champion de Milton, [traduction] « Phillips ne se nourrissait que d’eau, de jus d’orange, de lait, de beurre et de barres de chocolat Jersey Milk » ; il refusait toutes les rations fournies par la prison, mais on le « soupçonnait de prendre des en-cas occasionnels en cachette ». Le Free Press d’Acton rapporta que le Dr Phillips tint bon pendant treize jours, à l’issue desquels il devint toutefois si faible qu’il dut renoncer à son jeûne. Les directeurs de la prison en furent soulagés. Bien qu’ils eussent avisé la presse que le [traduction] « chef du Klan était traité avec les mêmes égards que n’importe quel autre détenu et ne ferait l’objet d’aucun favoritisme », ils se réjouissaient que le Dr Phillips ait retrouvé l’appétit. Le gouverneur McGibbon, le responsable, blanc, de la prison, espérait de tout cœur que le Dr Phillips [traduction] « se déciderait à savourer un bon repas ». Ses camarades du Klan faisaient la file pour lui apporter des oranges fraîches. On cessa, dans les articles de presse, de parler du déroulement de la détention du Dr Phillips, et, au bout de 91 jours, soit le 22 juillet 1930, il fut relâché au sein de la communauté163.

  • 164 Robin, dans Shades of Right, note à la page 15 que [traduction] « les tentatives sporadiques d’int (...)
  • 165 Sher, dans White Hoods, note à la page 60 qu’à l’interne, le Klan [traduction] « était affaibli pa (...)
  • 166 Sher, dans White Hoods, note à la page 60 que le Klan avait commencé à décliner au Canada à la fin (...)

141Le raid du KKK, les poursuites judiciaires, le verdict de culpabilité du Dr Phillips et la sévérité accrue de sa peine eurent des répercussions importantes. D’aucuns ont même prétendu que le procès d’Oakville avait sonné le glas du KKK au Canada. Ainsi, la publicité faite autour de l’affaire, l’ingérence officielle dans les affaires du KKK et la condamnation retentissante des méthodes du Klan par de hauts fonctionnaires et des membres de la magistrature, tous ces éléments se combinaient pour saper la montée de ce mouvement de propagande haineuse164. Selon d’autres observateurs, toutefois, l’indéniable affaiblissement du Klan canadien était davantage dû à des problèmes de structure et d’organisation internes165. Quelles qu’en fussent les véritables raisons, on observa une baisse très nette des activités du Klan dans les années 1930, qui ne reprendront que dans les années 1960166.

  • 167 « This and That », Free Press d’Acton, 15 mai 1930, page 6.
  • 168 Dans Vernon, City of Hamilton Directories (Hamilton : Annuaires de Vernon, 1930, 1931 et 1932), on (...)
  • 169 La date de sa radiation est le 21 janvier 1937. Les motifs de cette radiation sont énumérés dans l (...)
  • 170 Talbot, dans « History of Blacks in the Law Society », relate une intervention policière survenue (...)
  • 171 Campbell, dans Hamilton, rapporte à la page 155 la nomination de Reid Bowlby à la magistrature. Bo (...)
  • 172 « Edward Bayly, K.C. Suddenly Stricken », Toronto Star, 30 janvier 1934, page 3.
  • 173 « Mulock, The Rt. Hon., Sir William, P.C., K.C.M.G. », Who’s Who in Canada, 1936-37, page 483.

142De leur côté, le chef David Kerr et le constable J.W. Barnes d’Oakville réclamèrent en 1930 une augmentation de leurs salaires « en reconnaissance de leurs services », ce qui leur fut accordé167. Le Dr Phillips retourna auprès de son épouse et de ses enfants et reprit son cabinet de chiropractie à Hamilton168. E. Lionel Cross fut reconnu [traduction] « coupable de manquement professionnel et d’une conduite inappropriée pour l’exercice de la profession d’avocat » ; il fut par la suite radié de l’Ordre des avocats en 1937169. B.J. Spencer Pitt consacra, quant à lui ses remarquables talents à faire croître l’Universal Negro Improvement Association, une organisation nationaliste noire qui revendiquait l’indépendance économique, politique et culturelle des Noirs par rapport aux Blancs. En 1942, en voulant interviewer un de ses clients en prison, Pitt fut accosté par un officier de police blanc qui le prit à la gorge et le jeta dehors. Sollicité par le Standard de Montréal de commenter l’incident, Pitt s’exclama : [traduction] « Si j’ai pu subir une telle infamie alors que j’étais libre, imaginez ce que cela serait en prison170. » Reid Bowlby fut nommé conseiller du roi en 1933, élu en qualité de conseiller général du Barreau de 1941 à 1949, pour être ensuite nommé juge de la Cour d’appel de l’Ontario en mai 1949171. Edward Bayly mourut d’une crise cardiaque le 29 janvier 1934172. Le juge en chef Mulock continua à siéger comme juge principal en Ontario jusqu’à sa glorieuse retraite en 1936 à l’âge vénérable de 92 ans173.

  • 174 Dan La Forme, décrit comme un « Indien Chippewa d’Oakville », fut l’ami personnel d’Ira Johnson pe (...)

143Le couple au cœur de la controverse se maria le 22 mars 1930, soit quelques semaines après la condamnation du Dr Phillips et avant l’audition de l’appel. C’est le révérend Frank Burgess, pasteur des Premières nations de l’Église unie du territoire des Six-Nations, à New Credit, qui célébra le mariage. Bien qu’il fût parfaitement conscient du risque qu’il courait à le faire, le révérend Burgess refusa de se laisser intimider et dit au couple : [traduction] « Vous savez, j’étais là bien avant le Klan. » Par un revirement ironique, le Free Press de London rapporta que le mariage avait reçu le « consentement des parents », et que « M. et Mme Ira Johnson » annoncèrent leur nouveau statut matrimonial durant le service à l’Armée du salut à Toronto, le 23 mars. « Le couple compte s’installer à Oakville, pouvait-on lire en conclusion, et vivra séparément jusqu’à ce qu’il se trouve une maison. » Le titre de l’article, « Indian Marries Oakville Girl » (« Un Indien épouse une jeune fille d’Oakville »), laisse penser que le journal avait résolu la question de l’ambiguïté raciale d’Ira Johnson en faveur d’une désignation liée aux Premières Nations. On ignore si cet état de chose incita Mme Jones à changer d’avis et à opter finalement pour l’Armée du salut174.

Notes de fin

1 La croix en flammes fut installée au coin de la rue principale (Colborne) et de la troisième rue : voir « Ku Klux Klan Cohorts Parade Into Oakville and Burn Fiery Cross », Globe de Toronto, 1er mars 1930, page 1 ; « To Investigate K.K.K. Burnings », Free Press de London, 1er mars 1930, page 1 ; « Klan Took Oakville Girl From Negro Home », Toronto Star, 1er mars 1930, page 1.

2 « Klan Separates Oakville Negro and White Girl », Spectator de Hamilton, 1er mars 1930, page 7. À propos de la police d’Oakville, voir Frances Robin Ahern, Oakville : A Small Town 1900-1930 (Erin [Ontario] : Boston Mills Press, 1981), page 130.

3 « Klan Separates Oakville Negro and White Girl », Spectator de Hamilton, 1er mars 1930, page 7 ; « Ku Klux Klan Cohorts Parade Into Oakville and Burn Fiery Cross », Globe de Toronto, 1er mars 1930, page 1 ; « To Investigate K.K.K. Burnings », Free Press de London, 1er mars 1930, page 1 ; « Klan Took Oakville Girl from Negro Home », Toronto Star, 1er mars 1930, page 1 ; « Klansmen of Hamilton Defend Their Conduct in “Raid” at Oakville », le Globe de Toronto, 3 mars 1930, pages 1, 3 ; « One Klansman Fined and Two are Freed », Toronto Star, 10 mars 1930 ; « Hamilton Klan Member Fined », Globe de Toronto, 11 mars 1930, page 9 ; « Ku Klux Klan Here on Business », Star and Independent d’Oakville, 7 mars 1930, page 8. Tout au long de son reportage, le Star utilise le nom de « Ira Johnston » et écrit « Alice » plutôt que « Isabel » Jones. On donne à Isabel Jones entre 20 et 24 ans, et le nom du capitaine Broome est écrit soit « Captain Broom », soit « Captain Brown », dans différents articles. Mme Jones, une domestique « employée à domicile », ne pouvait pas loger sa fille, raison pour laquelle elle avait demandé l’aide de l’Armée du salut, l’institution dont elle était membre par sa religion. Les journalistes relataient qu’Ira Johnson et Isabel Jones s’étaient rencontrés par l’entremise de leurs mères, qui toutes deux appartenaient à l’Armée du salut et étaient amies. On prétendait qu’Isabel « souffrait d’une dépression nerveuse » et que, de ce fait, sa mère l’avait emmenée habiter chez la mère d’Ira Johnson. Selon certains articles de presse, Mme Jones avait, au début, donné son consentement au mariage, mais elle se serait rétractée par la suite. On peut déduire que cette attitude était due au fait qu’Ira Johnson n’avait pas d’emploi régulier. La désapprobation de la communauté à l’égard des mariages mixtes et les pressions que le Klan exerçait ont peut-être également contribué à cette décision ; voir « Klan Took Oakville Girl from Negro Home », Toronto Star, 1er mars 1930, pages 1 et 3. d’après ce que l’on sait, le capitaine Broome aurait été opposé au principe du mariage mixte, ayant déjà fait des tentatives pour éviter cette union. À un reporter qui lui demandait si Mme Jones avait sollicité son aide pour « faire cesser cette relation », Broome avait répondu : [traduction] « Oui, en effet. Je suis allé rendre visite à la jeune fille dans la maison et je lui ai parlé. Je lui ai dit qu’elle devait penser à ses futurs enfants et à la situation qu’elle devrait supporter en cas de mariage avec une personne de race et de couleur différentes. » Par la suite, Broome confierait à la presse qu’il espérait que le raid effectué à Oakville [traduction] « inciterait à l’adoption d’une loi interdisant le mariage entre personnes de races différentes ». « Believe Klan… », Toronto Star, 8 mars 1930, pages 1 et 2. Pour de plus amples détails sur la composition de l’Armée du salut en termes de classe sociales et de race, qui ne comptait que 26 membres à Oakville, voir [www.constancebackhouse.ca].

4 « Klansmen of Hamilton Defend Their Conduct in “Raid” at Oakville », Globe de Toronto, 3 mars 1930, pages 1, 3 ; « Klan Took Oakville Girl from Negro Home », Toronto Star, 1er mars 1930, page 2 ; « The KKK Visits Oakville », Journal d’Oakville ; la coupure de presse, conservée par la Oakville Historical Society, identifie l’oncle d’Ira Johnson comme étant M. Salt. Le Toronto Star, « K.K.K. Oakville Raid has Sequel at Altar », 24 mars 1930, page 1, identifie sa tante comme étant Mme Violet Salt. Dans d’autres coupures, on a écrit « Sault » et « Stuart ». Le Spectator de Hamilton a, de toute évidence, fait une erreur en identifiant le couple âgé comme étant les parents d’Ira Johnson : « Klan Separates Oakville Negro and White Girl », Spectator de Hamilton, 1er mars 1930, page 7. Le Dawn of Tomorrow, en date du 24 mars 1930, un journal édité par des personnes de race noire publié par J.F. Jenkins à London, relate dans un éditorial intitulé « Oakville and the K.K.K. » que Johnson « avait reçu l’ordre de quitter la ville sur-le-champ, un ordre auquel il a obtempéré… ». Si Johnson a effectivement quitté Oakville, il y est retourné peu de temps après, comme les événements ultérieurs le révèleront.

5 Pendant la durée de ces incidents, Ollie Johnson, l’un des résidents noirs les plus influents d’Oakville, s’était mis à la recherche du chef de police Kerr. Pendant la journée, Ollie Johnson exploitait une boutique de nettoyage à sec et de repassage. Durant ses heures de loisir, ses talents d’athlète en course et au baseball en avaient fait un personnage populaire à Oakville. Les prouesses d’Ollie Johnson pour les arrêts dans l’équipe de baseball d’Oakville étaient légendaires, et sa réputation au sein de la communauté blanche faisait de lui un excellent émissaire pour aller chercher de l’aide. Au sujet du métier et de la réputation de Johnson, voir Ahern, Oakville, pages 126, 172.

6 « Local Klansman is Fined at Oakville », Spectator de Hamilton, 11 mars 1930, page 15 ; « Klan Separates Oakville Negro and White Girl », 1er mars 1930, page 7 ; « Ku Klux Report Held from Council at Crown’s Request », Globe de Toronto, 4 mars 1930, page 1.

7 « Ku Klux Klan Cohorts Parade Into Oakville and Burn Fiery Cross », Globe de Toronto, 1er mars 1930, page 1 ; « Klan Separates Oakville Negro and White Girl », Spectator de Hamilton, 1er mars 1930, page 1 ; « To Investigate K.K.K. Burnings », Free Press de London, 1er mars 1930, page 1.

8 « Ku Klux Klan Here on Business », Star and Independent d’Oakville, 7 mars 1930, page 8 ; « Klan Took Oakville Girl from Negro Home », Toronto Star, 1er mars 1930, pages 2 et 3 ; « Klan Separates Oakville Negro and White Girl », Spectator de Hamilton, 1er mars 1930, page 1 ; « To Investigate K.K.K. Burnings », Free Press de London, 1er mars 1930, page 1 ; « If the Ku Klux Klan », Canadian Champion deMilton, 6 mars 1930, page 3 ; « If the Ku Klux Klan », Canadian Champion de Milton, 13 mars 1930, page 3, citant le Banner de Brampton ; « The KKK Visits Oakville », coupure du Journal d’Oakville conservée par la Oakville Historical Society, citant une coupure non identifiée du Toronto Star ; « Klan Took Oakville Girl From Negro Home », Toronto Star, 1er mars 1930, page 1 ; « Ku Klux Klan Cohorts Parade Into Oakville and Burn Fiery Cross », Globe de Toronto, 1er mars 1930, page 1.

9 Au tournant du siècle, bon nombre de résidents d’Oakville utilisaient la ville comme lieu d’échange pour se rendre chaque jour au travail à Toronto et Hamilton. Lorsque l’autoroute de Toronto finit par rejoindre Oakville en 1915, cette tendance ne fit que s’accélérer. l’activité industrielle, modeste, d’Oakville comprenait une fabrique de paniers, une usine de pneus, un éditeur de partitions musicales, un constructeur de yachts, un garage de vente et de services automobile et une ferme de culture fruitière. Voir Hazel C. Mathews, Oakville and the Sixteen : The History of an Ontario Port (Toronto : University of Toronto Press, 1953), pages 4 et 5 ; 376-377, 446 ; Ahern, Oakville, pages 21, 33-40, 52-53. Sur l’incidence de la Dépression dans le sud-ouest de l’Ontario, voir Marjorie Freeman Campbell, A Mountain and a City : The Story of Hamilton (Toronto : McClelland and Stewart, 1966), page 223.

10 « Klan Took Oakville Girl From Negro Home », Toronto Star, 1er mars 1930, pages 1 et 2. La population d’Oakville était de 3 298 en 1921, et de 3 857 en 1931 : Seventh Census of Canada, 1931 (Ottawa : J.O. Patenaude, 1933), page 68. La répartition selon la race et l’origine (aux pages 406-407) relève 3 582 Britanniques, 46 Allemands, 32 Hollandais, 28 Français, 23 Scandinaves, 20 Chinois et Japonais, 15 Hébreux, 8 Indiens et Esquimaux, 7 Autrichiens, 5 Italiens, 4 Finlandais, 3 Russes, 2 Tchèques et Slovaques, 1 Belge et 79 « autres ». La répartition selon la religion enregistrée dans le recensement de 1931 (aux pages 614 et 615) indique 1 680 anglicans, 969 de l’Église unie, 687 presbytériens, 336 catholiques romains, 58 baptistes, 26 chrétiens scientistes, 21 luthériens, 15 juifs, 4 adventistes, 2 pentecôtistes et 32 « autres ».

11 Pour de plus amples renseignements au sujet de l’immigration des Noirs, voir [www.constancebackhouse.ca]. À propos de l’histoire de l’esclavage au Canada, voir la discussion entourant l’affaire Viola Desmond, chapitre 7.

12 Pour un renvoi à la législation de la Nouvelle-Écosse à l’effet d’interdire l’entrée des esclaves affranchis en provenance des Antilles en 1834, et des sources décrivant la résistance des Blancs à l’immigration des Noirs au milieu du XIXe siècle en Ontario et au début du XXe siècle dans l’Ouest canadien, voir [www.constancebackhouse.ca].

13 Pour des références, voir [www.constancebackhouse.ca].

14 Pour des détails au sujet de la législation de 1910 et des textes de lois postérieurs, en 1919 et en 1921, voir [www.constancebackhouse.ca].

15 Pour de plus amples détails, voir [www.constancebackhouse.ca].

16 Pour des détails, voir [www.constancebackhouse.ca].

17 Selon le recensement de 1861, 37 Noirs vivaient à Oakville : Michael Wayne, « The Black Population of Canada West on the Eve of the American Civil War : A Reassessment Based on the Manuscript Census of 1861 », dans Franca Iacovetta et al. (dir.), A Nation of Immigrants : Women, Workers, and Communities in Canadian History, 1840s-1960s (Toronto : University of Toronto Press, 1998) 58 à la page 72. Un des premiers résidents noirs d’Oakville, James Wesley Hill, était un ancien esclave qui s’établit comme fermier sur la 9e ligne ; il devint ensuite un agent pour le chemin de fer clandestin, et faisait régulièrement le trajet aller-retour du Canada vers les États du Sud pour aider des centaines de Noirs à s’enfuir. Robert Wilson, un résident blanc d’Oakville et capitaine d’un modeste navire céréalier, avait pris l’habitude de cacher dans son bateau les esclaves en fuite. Pour lui exprimer leur reconnaissance, des Noirs en provenance de tous les coins du sud-ouest de l’Ontario se réunissaient chaque année dans la maison du capitaine Wilson, sise sur Dundas Street North, afin de célébrer le Jour de l’Émancipation. Il semblerait que Joe Wordsworth, qui tenait une boutique de coiffeur pour hommes et un commerce de nettoyage de vêtements, fût le premier Noir à monter une affaire commerciale à Oakville. Mathews note que Wordsworth faisait l’objet de « harcèlement de la part des marins qui s’amusaient à jeter tous ces instruments de coiffeur » à l’eau dans la Sixteen Mile Creek. Parmi les autres premières familles noires à s’être établies, il y eut celle de James Wesley Hill, les Johnson, les Wallace, les Strother, William Holland, Benedict Duncan, Lloyd Brown, Samuel Adams et Christopher Columbus Lee. l’église épiscopale méthodiste britannique d’Oakville, fondée en 1875, fut rebaptisée en 1891 du nom de Turner African Methodist Episcopal Church. Mathews, Oakville, aux pages 247-248, 419-420 ; Ahern, Oakville, aux pages 117 et 118 ; Robin W. Winks, The Blacks in Canada : A History, 2e éd. (Montréal : McGill-Queen’s University Press, 1997), page 245. Pour des références au sujet du chemin de fer clandestin et du rôle des femmes noires dans le sud-ouest de l’Ontario, voir [www.constancebackhouse.ca].

18 « Klan Took Oakville Girl from Negro Home », Toronto Star, 1er mars 1930, page 2 ; « To Investigate K.K.K. Burnings », Free Press de London, 1er mars 1930, page 1. La presse décrit Ethelbert Lionel Cross comme un « avocat nègre d’origine britannique ». « Klansmen’s Names Demanded of Price by Negro Barrister », Globe de Toronto, 17 mars 1930, pages 13 et 14. À l’origine, il avait été admis au Barreau de la Nouvelle-Écosse le 12 décembre 1923, puis avait déménagé à Toronto, où il avait suivi un stage en droit chez E.F. Singer. Admis au Barreau de l’Ontario le 20 mars 1924, il semblerait que Cross eût été le seul Noir à avoir été admis au Barreau entre 1900 et 1923. Trois Noirs l’avaient précédé. Le premier avocat noir en Ontario, Robert Sutherland, un Jamaïcain d’origine africaine, avait été admis au barreau en 1855. Sutherland aurait été métis, semble-t-il, son père étant un Écossais de la Jamaïque, mais il était considéré comme un homme de « couleur » lorsqu’il suivait ses cours à la Queen’s University à Kingston de 1849 à 1852, où il obtint son diplôme avec mention en lettres classiques et en mathématiques. Il étudia le droit à Osgoode Hall en 1852, puis établit son cabinet de pratique privée à Walkerton, au sud-ouest d’Owen Sound, après avoir été admis au barreau. Delos Rogest Davis, que l’on considère souvent à tort comme le premier avocat noir au Canada, avait été admis au Barreau de l’Ontario comme conseiller juridique en 1885, puis comme avocat-plaideur en 1886. Né dans la commune de Colchester, près d’Amherstburg (Ontario), en 1846, Davis fut enseignant pendant quatre ans avant d’être nommé commissaire aux affidavits en 1871. Deux ans plus tard, il devint notaire public. Après avoir étudié le droit pendant 11 ans, Davis ne put trouver un seul avocat blanc désireux d’engager un stagiaire en droit de race noire. Il posa alors sa candidature auprès de l’assemblée législative de l’Ontario en 1884 afin d’être admis comme conseiller juridique en vertu d’une loi spéciale. En 1886, encore une fois aux termes d’une loi spéciale et en dépit des protestations exprimées par le Barreau du Haut-Canada, Davis réussit à devenir avocat-plaideur. Davis fut le premier avocat de race noire à être nommé conseiller du Roi en 1910. Le fils de Davis, Frederick Homer Alphonso Davis, obtint son diplôme en droit de Osgoode Hall en 1900, et le père et le fils établirent leur cabinet juridique, Davis and Davis, à Amherstburg. d’après Lance C. Talbot, E. Lionel Cross fut le deuxième Noir à pouvoir exercer le droit, après un hiatus de 23 ans. Talbot attribue à B.J. Spencer Pitt la place suivante, faisant observer que « pendant les années 1940 et 1950, le nombre d’avocats de race noire en Ontario, exerçant pour la plupart à Toronto, ne dépassait pas cinq ». La première femme de race noire admise à exercer le droit en Ontario, Myrtle Blackwood Smith, une Montréalaise ayant obtenu son baccalauréat ès arts de la Sir George Williams University, ne fut admise en droit qu’en 1960. Voir Lance C. Talbot, « History of Blacks in the Law Society of Upper Canada », Law Society of Upper Canada Gazette, 24 :1 (mars 1990), pages 65-70 ; Ian Malcolm, « Robert Sutherland : The First Black Lawyer in Canada ? », Law Society of Upper Canada Gazette 26 :2 (mai 1992), pages 183-186 ; Winks, Blacks in Canada, page 328 ; « An Act to Authorize the Supreme Court of Judicature for Ontario to Admit Delos Rogest Davis to Practice as a Solicitor », S.O. 1884, c. 94 ; « An Act to Authorize the Law Society of Upper Canada to Admit Delos Rogest Davis as a Barrister-at-Law », S.O. 1886, c. 94 ; Daniel G. Hill, The Freedom-Seekers : Blacks in Early Canada (Agincourt (Ontario) : Book Society of Canada, 1981) page 215 ; Barry Cahill, « The “Colored Barrister” : The Short Life and Tragic Death of James Robinson Johnston, 1876-1915 », Dalhousie Law Journal, vol. 15 (1992) 326, page 345 ; Constance Backhouse, Petticoats and Prejudice : Women and Law in Nineteenth-Century Canada (Toronto : The Osgoode Society and Women’s Press, 1991), pages 326 et 439. Je suis infiniment reconnaissante à Susan Lothaire des Archives du Barreau du Haut-Canada pour les renseignements qu’elle m’a fournis au sujet de Cross. Pour des sources américaines comparées à propos des avocats de race noire, voir [www.constancebackhouse.ca].

19 Au sujet de l’histoire de l’Église First Baptist, voir [www.constancebackhouse.ca].

20 Bertrand Joseph Spencer Pitt est né le 8 septembre 1892, sixième de 12 enfants d’un « prospère planteur et commerçant de la Grenade » nommé Louis Pitt, et d’Elizabeth Thomas. Pitt choisit d’étudier à Dalhousie, ayant cru à tort qu’une fois son diplôme obtenu, il serait autorisé à exercer le droit n’importe où dans l’Empire britannique. Lorsqu’il apprit que son diplôme de Dalhousie ne lui permettait d’exercer qu’en Nouvelle-Écosse, Pitt décida de changer d’orientation et s’inscrit à Middle Temple, à London, pour y étudier le droit international et l’histoire constitutionnelle : «Was Bill Newell Guilty ? », Standard de Montréal, 28 février 1942. Talbot, dans « History of Blacks in the Law Society », note à la page 68 qu’il est difficile pour les Noirs de se trouver des stages dans des cabinets juridiques puisqu’en général seuls les avocats noirs et juifs offraient des possibilités de stage aux étudiants noirs dans leurs cabinets. Il semblerait que Pitt eût été le cinquième Noir à exercer la profession d’avocat en Ontario. Le Standard décrit Pitt comme un « brillant avocat nègre » dont la pratique est [traduction] « inhabituellement variée, en ce qu’elle implique toutes sortes de disciplines, qu’il s’agisse d’affaires criminelles ou de litiges en droit commercial ». Talbot note également à la page 67 que le [traduction] « gros de sa clientèle se composait de Canadiens d’origine polonaise ». Son épouse s’appelait Mary Lee Pitt. Talbot précise à la page 68 que Pitt [traduction] « agissait comme mentor auprès de jeunes Noirs et fournissait gratuitement des services juridiques à de nombreux membres de la communauté noire ». Parmi les Noirs qui avaient complété leur stage en droit chez Pitt, on note James Watson, c. r., qui devint le conseiller juridique pour la ville de Windsor, Myrtle Smith (née Blackwood), qui semble avoir été la première avocate de race noire en Ontario, et George Carter, qui devint le second juge de race noire à siéger en Ontario, à la Cour provinciale de l’Ontario (Maurice Alexander Charles, nommé en 1969 à la Cour provinciale [Division criminelle], fut le premier). Pitt a également fourni « une aide personnelle et professionnelle » à Julius Alexander Isaac qui, par la suite, fut nommé juge en chef de la Cour fédérale du Canada. La santé chancelante de Pitt l’obligea à prendre sa retraite en 1957. Il mourut à Corona (New York) en 1961. Voir Lance Carey Talbot, « The Formation of the Black Law Students’ Association (Canada) », Law Society of Upper Canada Gazette 26 :2 (juin 1992) 187, page 192 ; Cecil Foster, A Place Called Heaven : The Meaning of Being Black in Canada (Toronto : Harper Collins, 1996), page 78. Je suis encore une fois infiniment reconnaissante à Susan Lewthwaite des Archives du Barreau du Haut-Canada pour les renseignements qu’elle a réussi à trouver au sujet de B.J. Spencer Pitt.

21 « Negroes of Toronto Ask Prosecution », Free Press de London, 5 mars 1930, page 3 ; « Hears Delegation Against the Klan », Advertiser de London, 6 mars 1930, page 4 ; « Klansmen of Hamilton Defend Their Conduct in “Raid” at Oakville », Globe de Toronto, 3 mars 1930, pages 1, 3 ; « Province Probes Klan Activities », Advertiser de London, 1er mars 1930, page 1. Dans l’article intitulé « Klan Took Oakville Girl from Negro Home », Toronto Star, 1er mars 1930, page 2, on relate que le Dr D.A. Wyke, « un Nègre diplômé de l’Université de Toronto », s’était également exprimé durant cette réunion. Dans « All Negro Population to Protest Klan Act », Toronto Star, 3 mars 1930, on mentionne parmi les autres conférenciers présents le révérend T.H. Henderson, de l’église Grant A.M.E., le révérend T.H. Jackson, de l’église B.M.E à St. James, et le révérend W. Constantine Perry.

22 « Has No Negro Blood, Klan Victim Declares », Toronto Star, 5 mars 1930, page 1 ; « Johnson Claims Indian Descent ; No Negro Blood in Him, Klan Victim States », Spectator de Hamilton, 6 mars 1930, page 22.

23 « Has No Negro Blood, Klan Victim Declares », Toronto Star, 5 mars 1930, page 1 ; « Johnson Claims Indian Descent ; No Negro Blood in Him, Klan Victim States », Spectator de Hamilton, 6 mars 1930, page 22. Dans une tentative de débroussailler la complexité de la preuve, le Spectator rapporte que la grand-mère paternelle d’Ira Johnson était une « métisse indienne Cherokee » et que son grand-père paternel était « de la même race, ayant épousé une Irlandaise ». Que l’origine « irlandaise » ait constitué l’autre partie de la désignation de « métis » ou que l’épouse irlandaise ait précédé le grand-père ou lui ait succédé, on ne le précise pas.

24 « Klan Took Oakville Girl from Negro Home », Daily Star de Toronto, 1er mars 1930, pages 1-3 ; « Johnson Claims Indian Descent ; No Negro Blood in Him, Klan Victim States », Spectator de Hamilton, 6 mars 1930, page 22 ; « Klansmen’s Names Demanded of Price by Negro Barrister », Globe de Toronto, 17 mars 1930, page 13. Sur l’histoire combinée de la nation cherokee et de la communauté noire aux États-Unis, et sur la complexité des désignations relatives aux communautés noire et autochtone, voir [www.constancebackhouse.ca].

25 Il est possible que des individus portant le nom de « Johnson » et associés à des membres de la communauté noire à Oakville aient eu un lien de filiation avec Ollie Johnson, le célèbre athlète noir d’Oakville. Plusieurs familles noires parmi les premières à s’établir à Hamilton portaient également le nom de famille Johnson ; voir Hill, Freedom-Seekers, pages 58 et 59, citant Henry Johnson, Lewis Miles Johnson et Edward Johnson.

26 « Has No Negro Blood, Klan Victim Declares », Toronto Star, 5 mars 1930, page 1 ; « Klan Took Oakville Girl from Negro Home », Daily Star de Toronto, 1er mars 1930, pages 1-3 ; « Johnson Claims Indian Descent ; No Negro Blood in Him, Klan Victim States », Spectator de Hamilton, 6 mars 1930, page 22 ; « Klansmen’s Names Demanded of Price by Negro Barrister », Globe de Toronto, 17 mars 1930, page 13. Le Star ne fait nulle mention que les Six-Nations avaient vendu des esclaves noirs à des colons de la région de Niagara, ou que Joseph Brant, le chef Mohawk qui avait à l’origine établi le territoire des Six-Nations à Brantford, avait conservé entre 30 et 40 esclaves noirs ; voir Hill, Freedom-Seekers, page 52 ; Ken Alexander et Avis Glaze, Towards Freedom : The African-Canadian Experience (Toronto : Umbrella Press, 1996), page 47. Ahern, dans Oakville, décrit à la page 40 l’entreprise qui avait engagé Ira Johnson comme mécanicien. A. & G. Hillmer’s Livery Service devint entièrement motorisé en 1914-1915, et agrandit ses services en devenant concessionnaire automobile pour la voiture McLaughlin et par la suite pour la Ford modèle T. Leur salle des ventes et leur service des pièces occupaient leur immeuble situé sur la rue Colborne (au 145, Lakeshore) ; ils exploitaient en outre un garage dans le nouvel immeuble construit sur Church Street (n° 147). Il est probable qu’Hillmer Bros. ait congédié Johnson peu de temps après le raid du KKK ; la presse a rapporté que Johnson avait récemment quitté Hillmer Brothers et travaillait avec « des entrepreneurs en construction » dans les environs.

27 « Believe Klan… », Toronto Star, 8 mars 1930, page 1.

28 « No Country for a Ku Klux », Globe de Toronto, 3 mars 1930, page 4 ; voir également « The Oakville Case », Toronto Star, 12 mars 1930, pages 1 et 2.

29 « Clansmen of Hamilton », Globe de Toronto, 3 mars 1930, page 3.

30 « Klansmen of Hamilton Defend Their Conduct in “Raid” at Oakville », Globe de Toronto, 3 mars 1930, pages 1 et 3. Le nom des parents d’Ira Johnson a été cité dans « Klan Took Oakville Girl from Negro Home », Toronto Star, 1er mars 1930, page 2.

31 « No Country for a Ku Klux », Globe de Toronto, 3 mars 1930, page 4 ; « Senators, Members are in Ku Klux Klan, Claims Klan Letter », Globe de Toronto, 6 mars 1930, pages 1 et 2 ; « Three Must Appear in Oakville Court Because of “Raid” », Globe de Toronto, 8 mars 1930, pages 1 et 2. Tom M. Henson, dans « Ku Klux Klan in Western Canada », Alberta History 25 :4 (automne 1977) 1, note à la page 6 que certains membres du Parlement furent accusés d’appartenir au Klan à la fin des années 1920, notamment F.W. Turnbull (Regina), Samuel Gobeil (Compton), W.D. Cowan (Long Lake), John Evans (Rosetown), M.C.H. Cahan (St. Lawrence-St. George) et A.U.G. Bury (East Edmonton).

32 Wyn Craig Wade, The Fiery Cross : The Ku Klux Klan in America (Londres : Simon and Schuster, 1987), pages 33-35 ; Lenwood G. Davis et Janet L. Sims-Wood, The Ku Klux Klan : A Bibliography (Westport, Conn. : Greenwood Press, 1984), page xiii ; Patsy Sims, The Klan (New York : Stein and Day, 1982) pages 3 et 4 ; Kathleen M. Blee, Women of the Klan : Racism and Gender in the 1920s (Berkeley : University of California Press, 1991), page 13.

33 Wade, The Fiery Cross, pages 35-62.

34 Wade, The Fiery Cross, page 62 ; Blee, Women of the Klan, pages 13 et 14.

35 Le Ku-Klux Act habilitait tout citoyen des États-Unis à poursuivre devant un tribunal de compétence fédérale quiconque l’aurait « privé de [ses] droits, privilèges et immunités » garantis par la Constitution des États- Unis. Il faisait du « complot visant à priver un individu de ses droits civils » une nouvelle infraction criminelle. l’infraction consistant à « se promener déguisé, de nuit », exigeait que l’on démontre l’intention sous-jacente de priver une personne « de son droit de voter ou de témoigner en cour », ou de nier à quiconque l’un ou l’autre des vingt droits garantis par la Constitution des États-Unis. Cette loi autorisait en outre le président à faire appel aux forces armées pour maîtriser des troubles civils ayant pour effet de priver des citoyens de leurs droits constitutionnels. En vertu de cette loi, les jurés étaient tenus de déclarer sous serment qu’ils n’entretenaient aucun lien avec le Klan. Voir Wade, The Fiery Cross, page 88.

36 Susanna Moodie, Roughing it in the Bush (Ottawa : 1988, publié à Londres à l’origine en 1852), pages 224-225. Pour des détails sur la vie de S. Moodie, voir Alison Prentice et al., Canadian Women : A History (Toronto : Harcourt, Brace, Jovanovich, 1988), pages 69 et 70.Wayne, dans « The Black Population of Canada West », note à la page 69 que les mariages mixtes ne sont pas tout à fait inhabituels : [traduction] « On constate que 385 hommes de race noire recensés avaient des épouses de race blanche, la plupart des immigrantes venues d’Europe ou des Îles britanniques. Ce qui représentait environ un Noir marié sur sept… »

37 Ce passage entend être une description de la phase originelle de l’histoire du Klan qui se situe entre 1865 et le début des années 1870. La chronique intitulée « Month to Month », rédigée par Sir John Willison, est parue pour la première fois dans The Canadian Magazine (février 1923), pages 312-316, et fut reproduite dans « The Ku Klux Klan », The Canadian Annual Review (1923), page 82. Le journaliste se concentre sur les activités du Klan durant sa dernière phase, en laissant entendre que l’organisation [traduction] « avait failli aux idéaux de ses fondateurs ».

38 Winks, dans Blacks in Canada, note à la page 320 qu’il est possible que le Klan [traduction] « ait à l’origine eu quelques partisans parmi les comtés unis de Leeds et de Grenville, en Ontario, mais si tel était le cas, ces adeptes n’étaient pas actifs ». Gerald Stevens, dans The United Counties of Leeds and Grenville (Brockville : s.l., 1961), mentionne à la page 22 ce qui suit : [traduction] « La région avait eu au XIXe siècle son lot de sorcières et de voleurs, ses sectes religieuses, et le KKK ; et les progrès durables accomplis par les descendants de sang loyaliste. »

39 Orlo Miller, This Was London : The First Two Centuries (Westport, Ontario : Butternut Press, 1988) pages 130-133. On impute la décision du gouvernement des États-Unis de faire marche arrière à un traité récemment signé entre les États-Unis et la Grande-Bretagne, et au fait que les élections en vue de choisir le président des États-Unis avaient lieu cette année-là. En raison de la libération du Dr Bratton, on n’instruisit jamais les accusations de meurtre en suspens en Caroline du Sud et on lui versa des dommages et intérêts pour arrestation et emprisonnement illégaux. Après son « retour triomphal au Canada », le Dr Bratton continua à exercer la médecine à London pendant quelque temps, pour ensuite retourner en Caroline du Sud, où il mourut en 1897. Miller fait observer que le greffier de la paix adjoint de London, Isaac Bell Cornwall, avait été reconnu coupable à London le 17 juillet 1872 d’avoir kidnappé le Dr Bratton au seul motif qu’il avait aidé les détectives américains dans leurs recherches.

40 Pour des détails au sujet de la réaction du premier ministre Macdonald et du Globe de Toronto (George Brown) à l’affaire Bratton, voir [www.constancebackhouse.ca].

41 Wade note que la mise à feu des croix, qui ne se produisait pas pendant la première phase des activités du KKK, mais qui devient durant la seconde phase sa carte de visite universelle, était attribuable à « l’imagination particulière de Thomas Dixon, selon qui les hommes du Klan devaient s’enorgueillir de leur ascendance écossaise, ce qui leur permettait de faire revivre la tradition des croix en feu qui servaient de signaux entre les divers clans ». The Birth of a Nation a été décrit comme [traduction] « la toute première superproduction cinématographique – générant des revenus bruts de plus de 60 millions de dollars, qui a permis au cinéma de devenir une industrie florissante aux États-Unis et a consacré Hollywood, ce coin de campagne austère et aride où le film avait été tourné, comme la Capitale mondiale du cinéma » : Wade, The Fiery Cross, pages 119-146 ; David M. Chalmers, Hooded Americanism : The History of the Ku Klux Klan (New York : Franklin Watts, 1965), page 26 ; Nancy MacLean, Behind the Mask of Chivalry : The Making of the Second Ku Klux Klan (New York : Oxford University Press, 1994), page 12.

42 Wade, The Fiery Cross, pages 140-169, 252 ; MacLean, Behind the Mask of Chivalr, pages 13-19 ; Chalmers, Hooded Americanism, page 297.

43 Au sujet de la composition du Klan, du WKKK et des Junior Klans pour les jeunes filles et garçons, voir [www.constancebackhouse.ca].

44 Chalmers, Hooded Americanism, page 279. La chronique de Willison, intitulée « Month to Month », est parue pour la première fois dans The Canadian Magazine (février 1923), pages 312-316 et fut reproduite dans « The Ku Klux Klan », The Canadian Annual Review (1923), page 82.

45 À propos des groupes scindés du Klan, voir Wade, The Fiery Cross, page 191 ; Sims, The Klan, page 7. Au sujet des trois groupes canadiens et de leurs objectifs, voir P.M. Richards, « How the Ku Klux Klan Came to Canada », Saturday Night, 26 juin 1926, pages 1 et 2 ; Julian Sher, White Hoods : Canada’s Ku Klux Klan (Vancouver, New Star, 1983), pages 19-61 ; Martin Robin, Shades of Right : Nativist and Fascist Politics in Canada, 1920-40 (Toronto : University of Toronto Press, 1992), pages 2-59. Sur les qualifications pour devenir membre, voir « Knights of the Ku Klux Klan of Kanada », Provisional Constitution and Laws of the Invisible Empire (s.l., 1925) ; Kloran : Knights of the Ku Klux Klan of Kanada (Toronto : s.l., 1925). Sur le profil des membres, voir Robin, pages 45 et 46 ; William Calderwood, « The Rise and Fall of the Ku Klux Klan in Saskatchewan », thèse de maîtrise (University of Saskatchewan : 1968), pages 144 et 145 ; Morning Leader de Regina, 11 mai 1928.

46 Blee, Women of the Klan, page 86 ; MacLean, Behind the Mask of Chivalry, pages 143 et 144 ; « Knights of the KKK of Kanada », Provisional Constitution, page 19 ; Kloran : Knights of the Ku Klux Klan of Kanada. En common law, il n’existe pas d’interdiction concernant les mariages mixtes ; il fallait donc adopter une législation pour ce faire. Peggy Pascoe, dans « Miscegenation Law, Court Cases, and Ideologies of “Race” in Twentieth-Century America », Journal of American History vol. 83 (juin 1996), 44, note à la page 49 que 41 colonies et États américains avaient adopté des textes de lois de ce type. Seize de ces lois étaient encore en vigueur en 1967 lorsque dans l’affaire Loving c. Virginia, 388 U.S. 1 (1967), la Cour suprême des États-Unis a statué que de telles lois étaient inconstitutionnelles au motif qu’elles portaient atteinte aux lois assurant une protection égale en raison du fait qu’elles cherchaient à maintenir la suprématie blanche. À propos de l’histoire du droit relatif au métissage aux États-Unis, voir [www.constancebackhouse.ca].

47 Daily Star de Montréal, 1er octobre 1921, cité dans Robin, Shades of Right, page 11 ; Henson, « Ku Klux Klan », page 2.

48 Henson, « Ku Klux Klan », pages 1 et 2, citant le Journal d’Edmonton, 20 octobre 1929, et The British Columbia Federationist, 24 novembre 1922, page 2.

49 Robin, Shades of Right, page 11 ; Arthur T. Doyle, Front Benches and Back Rooms : A Story of Corruption, Muckraking, Raw Partisanship and Intrigue in New Brunswick (Toronto : Green Tree Publishing, 1976), pages 217 et 218, 252, 257 et 258.

50 Robin, Shades of Right, page 11. Dans « Ku Klux Klan Diminishes in U.S. », Saturday Night, 16 octobre 1926, pages 1 et 2, on rapporte que Lord [traduction] « a abandonné les devoirs de sa charge au Nouveau-Brunswick sans se soucier d’en avertir ses membres […] dans le but d’accepter le poste de “Imperial Klaliff” du Ku Klux Klan of Kanada ». Voir également P.M. Richards, « Claims of the Ku Klux Klan », Saturday Night, 17 juillet 1926, page 1.

51 Michael Boudreau, dans « Crime and Society in a City of Order : Halifax, 1918-1935 », thèse de doctorat (Queen’s University : 1996), note aux pages 415 et 416 que ces incidents se sont produits au cours de deux nuits consécutives en octobre 1932. [traduction] « Les officiers de police déclarèrent qu’ils connaissaient l’identité des dirigeants du Klan et qu’ils surveilleraient leurs agissements. » Aucune autre mesure de suivi ne fut prise.

52 Allan Bartley, « A Public Nuisance : The Ku Klux Klan in Ontario 1923-27 », Journal of Canadian Studies 30 :3 (automne 1995) 156, page 159.

53 Bartley, « Public Nuisance », page 161, citant des sources confidentielles et anonymes.

54 Bartley, « Public Nuisance », page 162 ; « Ku Klux Rears Head in City of Hamilton with 32 Initiations », Globe de Toronto, 19 novembre 1924, pages 1 et 2 ; « Ku Klux Organizer Found Guilty of Carrying Revolver », Globe de Toronto, 20 novembre 1924 ; « Detective Warned in Note Signed K.K.K. », Globe de Toronto, 22 novembre 1924 ; Service canadien du renseignement de sécurité, Right Wing Extremist Groups in Canada and the United States, 14 novembre 1988 (numéro de dossier du solliciteur général VF2115, solliciteur général du Canada, Photothèque et centre d’ouvrages de référence, Ottawa), page 19.

55 « Three Must Appear in Oakville Court Because of “Raid” », Globe de Toronto, 8 mars 1930, pages 1 et 2.

56 Richards, « How the Ku Klux Klan Came to Canada », page 1 ; Service canadien du renseignement de sécurité, Right Wing Extremist Groups, pages 19 et 20.

57 Bartley, « Public Nuisance », page 164 ; « Klansmen Balked by Minister », Evening Advertiser de London, 29 juin 1925 ; « Klan Fiery Cross Burned at Dresden », Free Press de London, 1er août 1925 ; « Fiery Cross of K.K.K. Burned at Wallaceburg », Free Press de London, 20 août 1925 ; « Klan Meeting Breaks Up », Free Press de London, 2 septembre 1925.

58 C’est B.C. Eckhardt, prédicateur laïque de Nilestown, qui prononça le sermon à l’Église unie de l’avenue Hyatt. Le révérend R.J. McCormick refusa d’admettre la présence de membres du Klan revêtus de robes ; ils étaient autorisés à s’asseoir à condition que leurs robes et cagoules soient repliées sous leurs bras. Eckhardt déclara par la suite que son sermon avait été un « discours du Klan ». Voir « Klansmen Balked by Minister », Evening Advertiser de London, 29 juin 1925.

59 « Klan Spokesman Outlines Aims », Free Press de London, 3 août 1925, pages 1 et 2. Dans « The Ku Klux Klan », The Canadian Annual Review (1923), on rapporte aux pages 82 et 83 que le maire de London avait proféré des propos hostiles à l’égard du Klan : [traduction] « London n’a pas besoin du Ku Klux Klan ou de toute autre organisation cherchant à atteindre des objectifs injustes en usant de moyens lâches comme ces parades masquées et secrètes […] En ma qualité de maire de London, je me servirai de tous les pouvoirs inhérents à ma fonction pour débarrasser la ville de ces missionnaires pernicieux qui répandent la terreur parmi les citoyens, considérés comme différents de ces prétendus chevaliers du Ku Klux Klan en raison de leur race, de leur couleur, de leur religion ou de leur capacité de réussite. »

60 « Klan Meeting Breaks Up When Hawkins Declines to Answer Questions », Free Press de London, 2 septembre 1925.

61 « Ku Klux Klan Holds First Open Air Ceremony in Canada », Free Press de London, 15 octobre 1925, page 2.

62 « First Canadian Ku Klux Burial », Free Press de London, 21 janvier 1926, page 1.

63 Robin, Shades of Right, page 13.

64 Robin, Shades of Right, pages 19-21 ; Henson, « Ku Klux Klan », page 4.

65 La faction de la Saskatchewan était dirigée par trois membres du Klan américain, soit Hugh F. « Pat » Emmons, Lewis A. Scott et Harold Scott. Howard Palmer, dans Patterns of Prejudice : A History of Nativism in Alberta (Toronto : McClelland and Stewart, 1982), estime, à la page 101, que le nombre de membres du Klan en Saskatchewan atteignait 20 000 au cours de l’été 1928, soit un nombre [traduction] « quatre fois plus élevé que celui des membres du Klan dans les États du Nord situés près de la frontière ayant des populations comparables ». Robert Moon, dans This is Saskatchewan (Toronto : Ryerson, 1953), estime, aux pages 45 à 47, qu’à son apogée, le KKK comptait 40 000 membres en Saskatchewan. Voir également Robin, Shades of Right, pages 28-35, 41-46 ; William Calderwood, « Religious Reactions to the Ku Klux Klan in Saskatchewan », Saskatchewan History 26 :3 (1973) 103 ; William Calderwood, « The Decline of the Progressive Party in Saskatchewan, 1925-1930 », Saskatchewan History 21 :3 (automne 1968) 81 ; James W.St.G. Walker, « Race, » Rights and the Law in the Supreme Court of Canada (Toronto : The Osgoode Society, 1997) ; James Gray, Roar of the Twenties (Toronto : Macmillan, 1975), pages 267-273 ; Patrick Kyba, « Ballots and Burning Crosses – The Election of 1929 », dans Norman Ward et Duff Spafford (dir.), Politics in Saskatchewan (Toronto : Longmans, 1968) 105-23 ; Henson, « Ku Klux Klan », pages 1-8. À propos des attitudes canadiennes envers les mariages mixtes entre Blancs et Chinois, voir la discussion à propos de l’affaire Yee Clun au chapitre 5 ainsi que la discussion à propos de l’affaire Viola Desmond au chapitre 7.

66 Henson, « Ku Klux Klan », pages 4 et 5 ; Raymond J.A. Huel, « J.J. Maloney : How the West was Saved from Rome, Quebec and the Liberals », dans John E. Foster (dir.), The Developing West (Edmonton : University of Alberta Press, 1983) 221-41. Palmer, dans Patterns of Prejudice, aux pages 101 à 110, 198 à 199, identifie le principal instigateur du KKK en Alberta comme étant un natif de Hamilton, J.J. Maloney, et précise qu’il y avait des activités du Klan à Arrowwood, Bashaw, Blackie, Bow Island, Cadomin, Calgary, Camrose, Carmangay, Carstairs, Chauvin, Clandonald, Claresholm, Coleman, Didsbury, Edmonton, Edson, Erskine, Forestburg, Fort Saskatchewan, Gibbons, Innisfail, Irma, Jarrow, Killam, Lacombe, Lomond, Marwayne, Medicine Hat, Milo, Nanton, Newbrook, Olds, Pincher Creek, Ponoka, Red Deer, Retlaw, Sterco, Stettler, Stoney Plain, Taber, Tofield, Turner Valley, Vermilion, Vulcan, Wainwright et Wetaskiwin. Palmer estime que cela totalise environ un huitième des 400 villes, municipalités et villages dans la province de taille assez importante pour que des sociétés d’entraide puissent y vivre.

67 Robin, dans Shades of Right, note à la page 11 que des [traduction] « allégations selon lesquelles des hommes du Klan avaient allumé des incendies » n’avaient pas été officiellement démenties par les autorités d’Atlanta. Henson, dans « Ku Klux Klan », note à la page 2 que ces incendies étaient [traduction] « précédés de messages d’avertissement signés par le KKK ».

68 Robin, Shades of Right, page 16 ; Henson, « Ku Klux Klan », page 2.

69 Robin, Shades of Right, pages 23-25 ; Henson, « Ku Klux Klan », page 2.

70 l’incident de Thorold s’est produit en décembre 1922. « The Ku Klux Klan », The Canadian Annual Review (1923), pages 82 et 83 ; Bartley, « Public Nuisance », page 160.

71 « The Ku Klux Klan », The Canadian Annual Review (1923), pages 82 et 83 ; Bartley, « Public Nuisance », page 160.

72 Service canadien du renseignement de sécurité, Right Wing Extremist Groups, page 20 ; Robin, Shades of Right, pages 14 et 15.

73 Robin, Shades of Right, pages 14 et 15 ; « Clan Bigotry Crops Up in Belleville », Saturday Night, 30 octobre 1926, page 2 ; Richards, « Claims of the Ku Klux Klan », page 1.

74 Bartley, « Public Nuisance », page 161, citant des sources confidentielles et anonymes.

75 Karen Dubinsky, Improper Advances : Rape and Heterosexual Conflict in Ontario 1880-1929 (Chicago : University of Chicago Press, 1993), page 124, citant la division criminelle de la cour de District, Algoma District, 1927. La mention de la croix en flammes figure dans les documents des tribunaux relatifs à la « famille de dépravés » qui avait été accusée de diriger une maison close et de pousser leurs propres filles à la prostitution. Au sujet des efforts du Klan pour corriger la « mauvaise conduite » sexuelle de certains Blancs, voir Blee, Women of the Klan, page 82.

76 Henson, « Ku Klux Klan », page 6. Les efforts déployés par le KKK pour obtenir le congédiement de M. Bilodeau, un receveur des postes catholique francophone à Lafleche, sont également décrits dans les Débats parlementaires, Chambre des communes, Hansard, vol. 3 (9 juin 1928), pages 4077 et 4078.

77 Palmer, Patterns of Prejudice, page 102.

78 Palmer, Patterns of Prejudice, page 106, citant une entrevue téléphonique avec Archie Keyes, le journaliste concerné, à Calgary, en mai 1978.

79 Robin, Shades of Right, pages 23-27, citant Allan Seager, « A History of the Mine Workers’ Union of Canada, 1925-1936 », thèse de maîtrise (Université McGill : 1977), pages 151-154. Fred Doberstein, le serrurier de Lacombe qui était, semble-t-il, « enclin aux escapades amoureuses » avait également reçu des menaces de mort. À propos des mesures prises par le Klan pour corriger les maris volages, voir Blee, Women of the Klan, page 82.

80 Dans « Klan Spokesman Outlines Aims », Free Press de London, 3 août 1925, on relate que [traduction] « la réunion s’est déroulée sans heurt et les constables de la police se sont contentés d’exercer une surveillance légère […] ». « Fiery Cross of K.K.K. Burned at Wallaceburg », Free Press de London, 20 août 1925 ; on y rapporte que [traduction] « le directeur des incendies Best fut appelé sur les lieux et, après une enquête, il conclut qu’il n’y avait aucun risque d’incendie ». La scène en question consistait en une croix en flammes, d’environ 12 pieds par 6 pieds, qui « brûlait avec vigueur » entre minuit et trois heures du matin.

81 Voir, par exemple, le déni de responsabilité émis par les porte-parole du Klan à partir de leur quartier général à Atlanta lorsque la Cathédrale de Québec et le refuge des Sulpiciens furent incendiés en 1922. Parmi les autres exemples, il y a eu aussi le démenti que le Grand Sorcier opposa, d’Atlanta, à l’allégation que le KKK puisse être responsable de l’incendie du Collège St. Boniface, et les dénis en provenance des Klans américain et canadien à l’effet qu’ils fussent à l’origine de l’explosion de l’église catholique romaine de St. Mary’s, à Barrie : Robin, Shades of Right, pages 11, 16, 165 et 166. On retrouve la même tendance à proclamer que les liens du KKK avec ces incidents étaient seulement « présumés », et ce, en dépit de l’existence de lettres signées « KKK » et des croix en feu installées sur les lieux, dans les récits de certains historiens du Klan. Voir, par exemple, Bartley, « Public Nuisance », page 160 ; Winks, Blacks in Canada, page 322 ; Henson, « Ku Klux Klan », page 6.

82 Chalmers, Hooded Americanism, page 280 ; Robin, Shades of Right, page 15 ; Bartley, « Public Nuisance », pages 165-166 ; « Ku Klux Klan Accused of Dynamite Outrage in the Town of Barrie », Globe de Toronto, 22 juin 1926, page 1-2 ; « Two More Klansmen Arrested at Barrie Following Outrage », Globe de Toronto, 23 juin 1926, page 1 ; Archives of Ontario [ci-après nommées AO] RG4-32, ministère du Procureur général de l’Ontario, dossier 1526/1926, Rex c. Skelly, Lee and Butler.

83 Lorsque l’on a demandé aux dirigeants du Klan américain d’exprimer leur point de vue sur le procès, ils tentèrent de se dissocier complètement de l’organisation canadienne. Pour sa part, Skelly allégua que le lendemain de l’explosion, il était allé rencontrer un avocat employé par le Klan, qui [traduction] « l’avait incité à signer une déclaration exonérant le Ku Klux Klan de toute responsabilité à l’égard de cet acte. […] [I]l a déclaré avoir craint qu’ils se débarrasseraient de lui s’il refusait de la signer. » Voir «Two More Klansmen Arrested At Barrie Following Outrage », Globe de Toronto, 23 juin 1926, page 3 ; Bartley, « Public Nuisance », pages 165 et 166, citant l’Examiner de Barrie, 17 juin 1926 ; 24 juin 1926, 21 octobre 1926 et AO, RG4-32, ministère du Procureur général de l’Ontario, dossier 1526/1926, Rex c. Skelly, Lee and Butler ; Winks, Blacks in Canada, page 322.

84 « Three Must Appear in Oakville Court Because of “Raid” », Globe de Toronto, 8 mars 1930, pages 1 et 2 ; « Summonses Served on Alleged Klan Raiders », Free Press de London, 8 mars 1930, page 5 ; « Klansmen Fined $50 and Costs, Two Others Found Not guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe de Toronto, 11 mars 1930, pages 1 et 3. La presse donne au Dr Phillips divers noms : « William H. », « William A. », «William E. », «William J. » et « H.A. ». «William H. » est le nom qui figure dans les Archives de l’Ontario, transcription des données inscrites au registre de la prison de Milton, RG20, série F-23, vol. 7, n° 162, où les autres détails biographiques ont été obtenus. J’ai opté pour «William A. », parce que c’est l’inscription qui figure de manière constante dans les Annuaires de la ville de Hamilton Vernon entre 1929 et 1932. Harold Orme y figure comme adjoint au chiropracticien, le Dr S.J. Albin, jusqu’en 1932, où il est inscrit comme « ouvrier ». Orme avait épousé une femme prénommée Viola ; le couple logeait au 64, Bay St. South. Certains articles de presse désignaient Harold Orme sous l’appellation de « Dr Orme ». Ernest Taylor avait épousé une femme prénommée Eva ; il était propriétaire d’une maison sise au 154, Gibson Avenue. Dans tous les dossiers relatifs à cette affaire, on désigne Phillips sous l’appellation de « Dr Phillips », que son métier de chiropracticien peut expliquer. Lorsque la Cour d’appel de l’Ontario a été saisie de la cause, le juge Mulock a remis en question le titre de « Dr » pour désigner un chiropracticien en posant la question suivante : « Qui lui donne le titre de docteur, dans ce cas ? » l’avocat de la défense de Phillips, Reid Bowlby, a alors convenu « qu’il n’existait aucune justification à l’attribution de ce titre ». « “Had No Lawful Excuse” Judge Says of K.K. Klan », Star de Toronto, 1er avril 1930, pages 1 et 2. À propos de l’histoire de la chiropractie, voir [www.constancebackhouse.ca].

85 Code criminel, S.R.C. 1927, ch. 36, alinéa 464(c).

86 Pour des détails au sujet de la loi anglaise d’origine datant de 1861, du texte de loi renfermant une disposition analogue au Canada en 1869 et de l’ajout de cette infraction dans le Code criminel en 1892, voir [www.constancebackhouse.ca].

87 « Klansmen’s Names Demanded of Price by Negro Barrister », Globe de Toronto, 17 mars 1930, pages 13 et 14 ; « K.K.K. Drops All Interest in Oakville Couple’s Affairs », Star de Toronto, 24 mars 1930, pages 1 et 2 ; « Earlscourt Labor Protests Activities of Ku Klux Klan », Globe de Toronto, 21 mars 1930, page 14. Pour une analyse plus approfondie des raisons pour lesquelles il est peu probable que ces suggestions aient pu être utiles, voir [www.constancebackhouse.ca].

88 Pour les détails entourant ces accusations qui, toutes, auraient pu servir dans ces circonstances, voir [www.constancebackhouse.ca].

89 « Acted on Mother’s Request Klan Statement Now Claims » ; coupure de presse non datée conservée par la Oakville Historical Society. Pour des détails de l’infraction consistant à « cerner et surveiller », voir [www.constancebackhouse.ca].

90 « Tear Off the Mask from Kowardly Klans », Evening Mercury and Advertiser de Guelph, 5 octobre 1926.

91 « Tear Off the Mask from Kowardly Klans », Evening Mercury and Advertiser de Guelph, 5 octobre 1926.Templeton a également envoyé un télégramme au procureur général de l’Ontario en y joignant des copies de ses articles tirés du Mercury, demandant quelles procédures judiciaires pourraient être prises contre le Klan. Pour des détails de la réponse du sous-procureur général, Edward J. Bayly, voir [www.constancebackhouse.ca].

92 Pour des détails des accusations proactives au sujet des ordonnances de ne pas troubler la paix et de « vagabondage la nuit », voir [www.constancebackhouse.ca].

93 Pour la disposition légale relative au « libelle diffamatoire », voir [www.constancebackhouse.ca].

94 Pour des détails de nature législative au sujet des moyens de défense, voir [www.constancebackhouse.ca].

95 Pour le renvoi au Saturday Night, voir « Girls Be Careful Whom You Marry », 15 août 1925, tel que cité dans James W.St.G. Walker, « Race, » Rights and the Law in the Supreme Court of Canada, pages 82 et 83. Il existe bon nombre d’exemples d’éminents personnages qui, au Canada, ont endossé l’hostilité du Klan envers les mariages mixtes. Voir, par exemple, les commentaires de l’avocat blanc de Toronto, A.R. Hassard, qui, bien que désapprouvant les méthodes employées par le Klan durant le raid à Oakville, appuyait avec enthousiasme leur objectif : [traduction] « d’après ce que j’ai pu lire, mes sympathies vont tout droit à la jeune fille et à sa mère ; hélas cependant, la loi s’inscrit dans le sens inverse. Si la pratique du mariage entre Blancs et Nègres devait se poursuivre de façon intensive, une certaine société devrait faire adopter une loi uniforme dans l’ensemble du Canada sur cette question. Si les hommes du Klan y tiennent vraiment, ils sont les personnes les mieux placées pour le faire. Il n’existe aucune loi contre le mariage entre les Blancs et les Noirs, mais je crois qu’il faudrait cependant qu’il y en ait une. Selon moi, aucun responsable de la délivrance des certificats de mariage ni aucun prêtre digne de ce nom ne devrait, sauf dans les circonstances les plus exceptionnelles, participer au mariage entre des Blancs et des Noirs. On pourrait en dire autant du mariage entre une Blanche et un Chinois. Je me souviens, il y a un certain nombre d’années, un grand Nègre, habitant près de Dufferin St., s’était marié à une femme blanche avec qui il avait des enfants, cinq ou six. Ces enfants étaient de toutes les couleurs, des couleurs qui allaient du blanc au noir, en passant par le gris. Selon moi, ces enfants seront victimes de toutes sortes de tourments lorsqu’ils fréquenteront les écoles publiques. Au contraire d’un enfant nègre de parents noirs qui, en général, ne fait pas l’objet de traitements indignes. » « Has No Negro Blood, Klan Victim Declares », Star de Toronto, 5 mars 1930, page 2. Ruth I. McKenzie, « Race Prejudice and the Negro », Dalhousie Review, vol. 20 (1940), note à la page 201 que « les mariages entre [Noirs] et […] Blancs ne sont pas acceptés ».

96 Pour des détails législatifs sur le droit relatif à la diffamation de groupes de la société, voir [www.constancebackhouse.ca].

97 Pour de plus amples détails au sujet du Parti nationaliste du Canada, de la campagne pour l’adoption de la loi organisée par Marcus Hyman, un immigrant juif originaire de la Grande-Bretagne qui fut juriste et chargé de cours en droit à la faculté de droit du Manitoba, et sur l’historique législatif et jurisprudentiel de cette nouvelle loi, voir [www.constancebackhouse.ca].

98 Pour des détails de la législation de 1944 et de la campagne de lobbying à l’origine de cette nouvelle loi, voir [www.constancebackhouse.ca].

99 Cet ouvrage ne vise pas à énumérer les divers règlements municipaux qui ont contribué à répandre les pratiques racistes, ni ceux qui, à partir des années 1940, cherchaient à diminuer les comportements racistes. La discussion qui suit se limite aux textes de lois fédéraux et provinciaux. Pour des détails au sujet de la disposition adoptée en Ontario en 1932 et de sa genèse, voir [www.constancebackhouse.ca].

100 Pour des détails législatifs entourant les dispositions de 1931, 1932, 1933 et 1945, voir [www.constancebackhouse.ca].

101 Pour des détails législatifs entourant la disposition de 1950, voir [www.constancebackhouse.ca].

102 Pour des détails législatifs entourant les dispositions adoptées en Ontario et au Manitoba en 1950, voir [www.constancebackhouse.ca].

103 Pour des détails législatifs, voir [www.constancebackhouse.ca].

104 Pour des détails législatifs entourant la disposition de 1919, qui fut abrogée en 1936, voir [www.constancebackhouse.ca].

105 Pour des détails au sujet de la campagne de lobbying, voir [www.constancebackhouse.ca].

106 Il est possible que les individus concernés par la discrimination et les iniquités dans la société canadienne eussent été réticents à adopter le type de mesures auparavant prises pour attaquer des organisations de droite, tel que le Parti communiste. Un député du CCF, J.S. Woodsworth, s’est prononcé contre le KKK à la Chambre des communes en 1926, mais a explicitement refusé d’endosser de telles tactiques : [traduction] « Il y a quelque temps, j’ai eu en mains une des circulaires du [KKK] qu’un de mes amis avait reçue pour l’inviter à assister à une réunion convoquée par cette organisation. […] Je n’entends pas décrire en détail cette documentation, et je ne vais pas non plus exhorter le ministère de la Justice à déporter sommairement ces gens. Je leur rappellerai que nous disposons d’un appareil judiciaire efficace, qui a d’ailleurs servi dans le cas de personnes beaucoup plus dignes qu’eux. Je ne suis pas très féru, cependant, de mesures répressives ; j’espère que le nombre de mesures répressives actuellement en vigueur dans ce pays iront en diminuant. J’estime que nous devrions faire tout ce qui est en notre pouvoir pour atténuer l’influence d’une organisation de cette nature, parce que si nous autorisons des groupes comme celui du Ku Klux Klan, la toute dernière importation américaine à engendrer un esprit d’intolérance au Canada, nous nous apprêtons à vivre une époque très dure. » Voir les Débats de la Chambre des communes, vol. 1 (29 janvier 1926), page 573.

107 Pour des détails relatifs à ces poursuites, voir [www.constancebackhouse.ca].

108 Pour des détails législatifs entourant les dispositions sur les émeutes, voir [www.constancebackhouse.ca].

109 Pour consulter certaines des craintes exprimées à ce propos, publiées dans des périodiques de l’époque, voir [www.constancebackhouse.ca].

110 Les dossiers de la Cour suprême de l’Ontario relatifs à cette cause ont presque été « entièrement détruits » (correspondance de Joseph Solovitch, Archives de l’Ontario, 30 mars 1995), comme le furent les dossiers du procureur général et ceux de la police provinciale : Milton : W.I. Dick au sujet de la démonstration du Ku Klux Klan, n° 1946 (détruit) ; Phillips, W.A. General, n° 2489 (détruit) ; Peines imposées, Dr W.A. Phillips, « Being Masked at Night (Ku Klux Klan) », n° 638 (détruit) ; correspondance de Joseph Solovitch, Archives de l’Ontario, 14 mars 1995. Je me suis donc fiée sur la décision rapportée, Rex c. Phillips (1930), 55 C.C.C. 49 (C.A. Ont.), les cahiers d’audiences de Sir William Mulock, Cahier n° 14, 14 janvier 1929 au 3 juin 1930, Archives de la Cour d’appel de l’Ontario, boîte 412, étagère 23, aire 4, allée 14, page 309, ainsi que sur les articles entourant cette affaire dans les journaux. La désignation du procès d’Oakville comme étant le « premier » du genre est quelque peu problématique dans la mesure où, en 1926, trois hommes du Klan de Barrie avaient été reconnus coupables.

111 « Local Klansman is Fined at Oakville », Spectator de Hamilton, 11 mars 1930, page 15 ; « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe de Toronto, 11 mars 1930, pages 1, 3 ; « Three Klansmen on Trial Today », Advertiser de London, 10 mars 1930, page 1 ; « One Klansman Fined and Two Are Freed », Toronto Star, 10 mars 1930 ; « Klansmen on Trial Here », Star and Independent d’Oakville, 14 mars 1930, page 1. Mathews, dans Oakville, mentionne à la page 248 que les Wallace étaient les premières familles noires à s’être établies à Oakville.

112 « Klansmen of Hamilton Defend Their Conduct in “Raid” at Oakville », Globe de Toronto, 3 mars 1930, pages 1 et 3. Ahern, dans Oakville, note à la page 131 que le magasin de McIlveen était le dernier commerce sur la rue Principale, n° 126.

113 « W.I. Dick, Crown Attorney for 45 Years », Globe de Toronto, 24 avril 1962, page 4.

114 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe de Toronto, 11 mars 1930, pages 1 et 3 ; « Klansman Fined $50 and Costs, Plans to Appeal », Advertiser de London, 11 mars 1930, page 3 ; « Tear off the Mask from Kowardly Klans », Evening Mercury and Advertiser de Guelph, 5 octobre 1926 ; «That Freedom », 8 octobre 1926. Le journal de Guelph laisse également entendre qu’un certain nombre de conseillers municipaux étaient des membres actifs du Klan.

115 « Local Klansman is Fined at Oakville », Spectator de Hamilton, 11 mars 1930, page 15.

116 Charles William Reid Bowlby est né en 1892 à Tapleytown (Ontario) ; ses parents sont Charles Bowlby et Anna Cross. Il a servi pendant la Première Guerre mondiale dans le 26e Bataillon de 1915 à 1917. Après avoir subi des blessures pendant la guerre, il revint en Ontario afin d’effectuer son stage en droit pour un cabinet juridique de Hamilton, chez Nesbit, Gauld, Langs. Il fut admis au Barreau de l’Ontario en 1919. Il a exercé le droit chez Washington, Martin, Bowlby & Griffin, au 7, Hughson South, et résidait au 525, Dundurn South. Il avait épousé Mary Elsie Dixon et était membre de l’Église unie. Je suis infiniment reconnaissante à Susan Lewthwaite des Archives du Barreau du Haut-Canada de m’avoir fourni ces renseignements.

117 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe de Toronto, 11 mars 1930, pages 1 et 3 ; « Local Klansman is Fined at Oakville », Spectator de Hamilton, 11 mars 1930, page 15 ; « One Klansman Fined and Two are Freed », Toronto Star, 10 mars 1930.

118 « Klansmen of Hamilton Defend Their Conduct in “Raid” at Oakville », Globe de Toronto, 3 mars 1930, pages 1, 3 ; « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe de Toronto, 11 mars 1930, pages 1, 3 ; « Local Klansman is Fined at Oakville », Spectator de Hamilton, 11 mars 1930, page 15 ; « One Klansman Fined and Two are Freed », Toronto Star, 10 mars 1930.

119 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe de Toronto, 11 mars 1930, pages 1 et 3 ; « Local Klansman is Fined at Oakville », Spectator de Hamilton, 11 mars 1930, page 15 ; « One Klansman Fined and Two are Freed », Toronto Star, 10 mars 1930.

120 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe de Toronto, 11 mars 1930, pages 1 et 3 ; « Local Klansman is Fined at Oakville », Spectator de Hamilton, 11 mars 1930, page 15 ; « One Klansman Fined and Two are Freed », Toronto Star, 10 mars 1930.

121 Le Toronto Star soulèvera quelques questions au sujet de ce verdict dans un éditorial intitulé « The Oakville Case », 12 mars 1930, pages 1 et 2. Reconnaissant que les deux hommes libérés par McIlveen n’avaient pas recouvert leurs visages en les grimant ou en les masquant, le Star demandait si ce facteur suffisait à justifier un acquittement. Taylor et Orme n’étaient-ils toutefois pas « déguisés », étant donné qu’ils portaient des « robes blanches et des cagoules propres à cette société secrète » ? l’infraction exigeait que la personne accusée ait « la figure couverte d’un masque ou noircie, ou qu’elle soit autrement déguisée, de nuit, sans excuse légitime ». l’emploi de la conjonction disjonctive « ou » laisse entendre que même avec leur visage découvert, on aurait pu soutenir que Taylor et Orme étaient bel et bien « déguisés ». Le Star a exhorté la Couronne à « porter ces deux causes devant un tribunal d’instance supérieure ». Aucun appel ne fut interjeté.

122 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe de Toronto, 11 mars 1930, pages 1 et 3 ; « Local Klansman is Fined at Oakville », Spectator de Hamilton, 11 mars 1930, page 15 ; « One Klansman Fined and Two are Freed », Toronto Star, 10 mars 1930.

123 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe de Toronto, 11 mars 1930, pages 1 et 3 ; « Local Klansman is Fined at Oakville », Spectator de Hamilton, 11 mars 1930, page 15 ; « One Klansman Fined and Two are Freed », Toronto Star, 10 mars 1930.

124 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe de Toronto, 11 mars 1930, pages 1 et 3 ; « Local Klansman is Fined at Oakville », Spectator de Hamilton, 11 mars 1930, page 15 ; « One Klansman Fined and Two are Freed », Toronto Star, 10 mars 1930.

125 « Klansman Fined $50 and Costs, Two Others Found Not Guilty ; Did Not Wear Masks in Raid », Globe de Toronto, 11 mars 1930, pages 1 et 3 ; « Local Klansman is Fined at Oakville », Spectator de Hamilton, 11 mars 1930, page 15. Dans « Hamilton Klan Member Fined », Free Press de London, 11 mars 1930, page 9, on rapporte que les dépens s’élevaient à 33 $, et qu’à défaut de payer cette somme, l’accusé aurait eu à purger une peine de prison de 30 jours.

126 « K.K.K. Prosecutions Ended With One Conviction Won », Toronto Star, 11 mars 1930, page 2.

127 « K.K.K. Prosecutions Ended With One Conviction Won », Toronto Star, 11 mars 1930, page 2.

128 « Oakville and the K.K.K. », Dawn of Tomorrow, 24 mars 1930, page 2. Le Dawn of Tomorrow fut édité et publié par James Jenkins à London de 1923 à 1931, l’année de son décès. Sa veuve, Christine Jenkins, continua de s’en occuper. Pour des détails, voir Rella Braithwaite et Tessa Benn-Ireland, Some Black Women : Profiles of Black Women in Canada (Toronto : Sister Vision, 1993), page 65. « The Oakville Case », dans le Toronto Star, 12 mars 1930, pages 1 et 2, soulève également des questions au sujet des acquittements de Taylor et de Orme.

129 Le KKK envoya à Cross et au révérend Maurice Eisendrath (pour de plus amples renseignements, voir la discussion approfondie dans le présent chapitre) plusieurs lettres divulguées par la presse, demandant qu’ils « rétractent » leurs déclarations « contre le Klan », et les menaçant de prendre des « mesures immédiates » en représailles de ces calomnies. Dans la lettre adressée à Cross, on peut lire : [traduction] « Hélas, vous semblez avoir mal compris l’avis qui a incité le Klan à intervenir à Oakville ; soit que vous fussiez déterminé à discréditer le fait que nous avons agi de manière légitime, soit que vous ayez voulu saisir cette occasion pour vous faire de la publicité gratuitement. [Bien que vous ayez peut-être le privilège, en vertu de la loi,] d’épouser une Chinoise, une Juive, une Blanche ou une femme de toute autre nationalité, comme [vous] l’auriez affirmé, le Klan estime que la situation serait déplorable si les mariages mixtes et l’impureté raciale se propageaient. » « Klan May March Again in Answer to Appeals », Toronto Star, 26 mars 1930, pages 1-3 ; « Ku Klux Klan Will Appeal Court Decision », Advertiser de London, 15 mars 1930, page 1.

130 « House Raided by K.K.K. is Burned », Free Press de London, 18 mars 1930, page 1.

131 Dans la lettre qu’il adresse au procureur général, Cross affirme ceci : [traduction] « Je considère ces propos comme une menace voilée et une intimidation déguisée dirigées contre moi par le porte-parole de cette organisation de hors-la-loi. Je me permets de vous suggérer qu’une organisation qui se vante haut et fort de “vouloir accomplir ce que la loi est incapable de faire” et ce, malgré la condamnation récente d’un de ses membres, et qui, avec une arrogance éhontée, persiste à affirmer qu’elle continuera d’empiéter sur les droits et libertés du citoyen opposé à sa doctrine, devrait de toute évidence faire l’objet de votre attention la plus soutenue afin de lui faire ravaler son arrogance. » « K.K.K. Drops All Interest in Oakville Couple’s Affairs », Toronto Star, 24 mars 1930, pages 1 et 2 ; « Complaint is Made of Ku Klux Claims », Globe de Toronto, 24 mars 1930, page 1 ; « Four Face Charges », Toronto Star, 7 mars 1930, page 1 ; « Believe Klan… », Toronto Star, 8 mars 1930, page 1 ; « Indian Marries Oakville Girl », Free Press de London, 24 mars 1930, page 15. Au sujet des tactiques d’intimidation du KKK contre des avocats noirs au sud de la frontière, voir [www.constancebackhouse.ca].

132 « Klansmen’s Names Demanded of Price by Negro Barrister », Globe de Toronto, 17 mars 1930, pages 13 et 14. Plus près de chez nous, le mélange racial entre Blancs et Noirs paraît également endémique. Michael Power et Nancy Butler, dans Slavery and Freedom in Niagara (Niagara-on-the-Lake : Niagara Historical Society, 1993), notent à la page 71 qu’en 1871, la plupart des Noirs de la région de Niagara étaient « métissés. Il y avait de moins en moins d’Africains de race pure à Niagara – aussi bien dans les faits que dans les esprits. » Power et Butler font également observer à la page 61 qu’il y eut de nombreux mariages mixtes entre Noirs et Blancs au XIXe siècle à Niagara.

133 « Klansmen’s Names Demanded of Price by Negro Barrister », Globe de Toronto, 17 mars 1930, pages 13 et 14 ; « K.K.K. Drops All Interest in Oakville Couple’s Affairs », Toronto Star, 24 mars 1930, pages 1 et 2 ; « Earlscourt Labor Protests Activities of Ku Klux Klan », Globe de Toronto, 21 mars 1930, page 14. Au sujet des relations sexuelles forcées et abusives entre des hommes blancs et des femmes noires, voir Angela Y. Davis, Women, Race and Class (New York : Random, 1983).

134 « Klan Took Oakville Girl from Negro Home », Toronto Star, 1er mars 1930, page 2.

135 « Has No Negro Blood, Klan Victim Declares », Toronto Star, 5 mars 1930, page 2 ; « Declares Negro Blood Improves White Race », Toronto Star, 1er avril 1930, page 2. Pitt a ainsi déclaré : [traduction] « Certes, j’ignore quelles seraient les conséquences d’un mariage mixte sur le plan biologique […] je suis cependant enclin à penser que cela entraînerait une situation faite de contraintes. Théoriser sur ce sujet revient à faire de la pure spéculation. Je préfère éviter de discuter cette question plus avant, car je ne vois pas quel bienfait cela apporterait à ma propre race d’entamer une controverse sur la question de la couleur. Chaque fois que, dans le passé, on a discuté du caractère “néfaste” des mariages mixtes, la censure a toujours été retenue contre la personne de couleur et non contre la partie de race blanche. » Pitt exprime ces observations en réponse à une allocution livrée au Canadian Club par le Dr Edwin Grant Conklin, professeur de biologie à Princeton University, le 31 mars 1930. À cette occasion, Conklin déclarait que la seule solution au problème de la couleur aux États-Unis était de [traduction] « faire disparaître le caractère distinct de la race nègre en le mélangeant à d’autres éléments raciaux au fil du temps ». Reconnaissant le caractère inévitable du mélange racial, Conklin soutenait ceci : [traduction] « Il n’est jamais arrivé que deux races, aussi distinctes fussent-elles, aient cohabité sur le même territoire pendant un millier d’années sans finir par perdre et mêler entre elles leurs traits distincts. » Conklin n’était cependant pas un adepte de l’égalitarisme racial. En tant que l’un des membres fondateurs de la Galton Society, de tendance raciste, à New York, il prônait la diminution du taux de naissances [traduction] « parmi les races inférieures » et la hausse de ce taux « parmi les peuples supérieurs ». « Savant Would Blend Negroes with Whites », Daily Star de Toronto, 1er avril 1930, page 9 ; Hamilton Cravens, The Triumph of Evolution (Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 1978), pages 115-117.

136 Sur l’histoire du nationalisme noir au Canada, voir [www.constancebackhouse.ca]. Pour une analyse plus détaillée de la discrimination raciale dans l’emploi, le logement et l’accès aux services publics, voir la discussion entourant l’affaire Viola Desmond au chapitre 7.

137 « Declares Negro Blood Improves White Race », Toronto Star, 1er avril 1930, page 2. Ces remarques ont été formulées dans le cadre d’une réponse à la conférence du professeur Conklin, ce qui incita Cross à déclarer : [traduction] « Les observations du Dr Conklin au sujet du mélange des races est en accord avec l’évolution de la science sur cette question. » Cross continua défendre le principe de la contribution génétique de la race noire en ajoutant : [traduction] « La virilité [de l’homme noir] combinée à l’acuité mentale de l’homme blanc produirait une race meilleure. »

138 « Klansmen’s Names Demanded of Price by Negro Barrister », Globe de Toronto, 17 mars 1930, pages 13 et 14 ; « K.K.K. Drops All Interest in Oakville Couple’s Affairs », Toronto Star, 24 mars 1930, pages 1 et 2 ; « Earlscourt Labor Protests Activities of Ku Klux Klan », Globe de Toronto, 21 mars 1930, page 14. Un autre groupe en faveur de la position de Cross était l’International League for Peace and Freedom, représentée par Mme Alice Lowe : voir « Has No Negro Blood, Klan Victim Declares », Toronto Star, 5 mars 1930, pages 1-3. Pour de plus amples détails sur la ségrégation raciale au Canada, voir la discussion entourant l’affaire Viola Desmond au chapitre 7.

139 « Rabbi Calls K.K.K. Lawless Body », Spectator de Hamilton, 24 mars 1930, page 19 ; « K.K.K. Drops All Interest in Oakville Couple’s Affairs », Toronto Star, 24 mars 1930, pages 1 et 2. Au sujet des liens d’amitié et des relations politiques que les communautés noire et juive ont établis, voir Alexander et Glaze, Towards Freedom, pages 191 et 192. Pour de plus amples détails concernant Rabbi Eisendrath, voir [www.constancebackhouse.ca].

140 « Earlscourt Labor Protests Activities of Ku Klux Klan », Globe de Toronto, 21 mars 1930, page 14.

141 « No Country for a Ku Klux », Globe de Toronto, 3 mars 1930, page 4. Dans « The Oakville Case », Toronto Star, 12 mars 1930, pages 1 et 2, on peut lire ce qui suit : [traduction] « Le type d’homme qui a tendance à céder à ses inclinations et à ses préférences plutôt que de se laisser guider par la raison serait peut-être enclin à excuser ce qui a été fait à Oakville. Mais quand bien même cette personne trouverait une justification à ces actes, elle devrait savoir que la manière dont cela fut fait ne saurait être tolérée en Ontario, au Canada ou dans n’importe quel autre pays britannique. […] l’expédition de nuit, l’uniforme, l’entrée dans une résidence privée, le fait d’enlever une personne pour la conduire ailleurs – tous ces actes sont contraires à la loi et constituent un outrage à la Couronne et à toutes nos institutions légitimes. […] Il est déjà suffisant qu’une organisation de cette sorte puisse invoquer ses justes intentions, mais il n’est pas admissible qu’un tribunal secret, constitué de personnes qui se sont élues elles-mêmes, soit autorisé à défier, dans cette province, nos institutions légitimes. » Certains journaux se montrèrent plus sévères. Le Mercury de William Templeton, à Guelph, fut l’un des plus fervents opposants : voir la discussion précédente dans ce chapitre. Dans « A Menace to Law and Order », Morning Leader de Regina, 29 novembre 1922, page 4, on peut également lire : [traduction] « Dès qu’un […] membre dirigeant du Ku Klux Klan franchit la frontière, on devrait le renvoyer sur-le-champ. Le Canada a déjà assez de problèmes actuellement sans qu’en plus il lui faille enrayer l’anarchie que “l’empire invisible” revendique. […] Il cherche à établir “la solidarité de la race des gentils protestants blancs non seulement aux États-Unis, mais dans le monde entier”. Cette organisation s’affirme comme anticatholique et antisémite et s’oppose à toute race hormis la race caucasienne – un programme qui semble paradoxal à cette étape de l’histoire humaine, où justement la coopération entre toutes les races et les religions commence à montrer ses bienfaits en ce qu’elle est beaucoup plus avantageuse pour le sort de l’humanité que la division, la dissension et le conflit. […] [L]es autorités canadiennes devraient prendre, sans tarder, des mesures pour enrayer cette menace dès qu’elle montre son vilain masque dans notre pays. Nous avons, ici comme aux États-Unis, des catholiques, des protestants, des gentils et des juifs, des Blancs, des Noirs, des Bruns, des Rouges et des Jaunes qui, tous, vivent ensemble dans une harmonie croissante. Monter les gens les uns contre les autres serait au contraire fatal à l’idéal de l’unité canadienne vers laquelle tous les secteurs de ce pays œuvrent à l’heure actuelle […] » Quelques périodiques étaient tout aussi antagonistes. «The Ku Klux Klan », The Canadian Annual Review (1923), pages 82 et 83, rappelle les menaces de violence associées aux activités du Klan et soutient que le Canada « ne semble pas être un terrain propice aux opérations du Klan ». « The Ku Klux Klan », The Canadian Forum, vol. 9 (avril 1930), page 233, affirme : [traduction] « l’esprit du Klan s’enracine dans l’intolérance et, à ce titre, il ne peut que porter les fruits du mal. […] Il n’a donc pas sa place au Canada. »

142 A.D. Monk, dans « Knights of the Knightshirt », The Canadian Magazine, vol. 66 (octobre 1926) 31, ajoute ceci : [traduction] « [O]n se demande comment un programme si parfaitement contraire à la mentalité canadienne et britannique pourrait s’implanter dans notre sol. »

143 Hormis deux exceptions notables, voir la discussion relative à William Templeton, le rédacteur en chef, de race blanche, du Mercury de Guelph, et « A Menace to Law and Order », Morning Leader de Regina, 29 novembre 1922, page 4.

144 Au sujet du tarif de la commission de 4 $, voir Wade, The Fiery Cross, page 154. Selon la charte du Klan canadien, les trois fondateurs originaux devraient être les « officiers impériaux », habilités à « partager équitablement les revenus » et à « fixer les salaires » à payer. Richards, « Claims of the Ku Klux Klan » ; « Ku Klux Klan Diminishes in U.S. », Saturday Night, 16 octobre 1926, pages 1 et 2 ; Monk, « Knights of the Knightshirt », page 31. La référence au Tribune Telegraph de Welland provient d’un article du Canadian Magazine ; aucune date ou page ne sont fournis. On note une préoccupation analogue au sujet des finances du Klan dans les débats de la Chambre des communes : voir, par exemple, Débats, Chambre des communes, vol. 1 (24 mars 1931) 252 et 253.

145 Monk, « Knights of the Knightshirt », page 31. Richards, dans « How the Ku Klux Klan Came to Canada », pages 1 et 2, utilise l’expression « événements suspects » pour décrire les croix en feu, le dynamitage d’immeubles catholique romains, le tir de balles et les campagnes visant à empêcher l’embauche de personnes au motif de leur héritage « racial ». Cette formulation fait en sorte d’atténuer considérablement le caractère violent des activités du Klan ainsi que la nature haineuse de leur propagande. Même le Morning Leader de Regina, dans « A Menace to Law and Order », 29 novembre 1922, page 4, dans un éditorial dénonçant le Klan en se fondant sur des principes antiracistes et égalitaristes, révèle les liens existant entre le Klan et les actes violents : [traduction] « Le soupçon que le Ku Klux Klan serait responsable de l’incendie qui a détruit le Collège St. Boniface samedi dernier est probablement non fondé et assez ridicule […] ». Voir également « The Ku Klux Klan », The Canadian Forum, vol. 9 (avril 1930), page 233, qui fait mention de cette « farce insultante qu’est le Ku Klux Klan au Canada ». Le Journal d’Edmonton, 25 septembre 1933, cite les commentaires particulièrement étranges émis par un juge de l’Alberta, selon qui certaines activités du Klan lui rappellent [traduction] « ces garçons qui jouent dans les bois aux cow-boys et aux Indiens ». Ces déclarations ont été faites lors du procès à l’issue duquel J.J. Maloney, un des dirigeants du Klan, a été reconnu coupable de vol et de complot dans le but de dérober des documents juridiques dans le cabinet d’un avocat d’Edmonton.

146 « Klan Spokesman Outlines Aims », Free Press de London, 3 août 1925, pages 1 et 2 ; « At Altar of the Klan », Advertiser de London, 25 octobre 1925 ; Richards, « Claims of the Ku Klux Klan » ; Débats de la Chambre des communes, vol. 2 (29 avril 1930), page 1557. Henson, dans « Ku Klux Klan », rapporte à la page 6 qu’Evans était l’un des députés accusé d’avoir été un membre du Klan dans les années 1920. Voir aussi Robin, Shades of Right, qui note à la page 14 que les hommes du Klan en Ontario [traduction] « demeuraient pour la plupart des membres d’une fraternité, plutôt mondains et soucieux de se dissocier de la réputation de violence et d’anarchie, de ces récits de goudron et de plumes qui caractérisaient leurs homologues américains ».

147 Pour quelques exemples, voir Wade, The Fiery Cross, pages 63-84.

148 « Klansman Argues Sentence Appeal », Advertiser de London, 16 avril 1930, page 17 ; « Klansman and U.S. Gangsters Feel Teeth of Canadian Law », Globe de Toronto, 17 avril 1930, pages 13 et 14 ; « Klansman Appealed Only to be Jailed », Toronto Star, 17 mars 1930 ; « Klansman Loses Appeal Against Oakville Fine and Must Go to Jail », Advertiser de London, 17 avril 1930, page 3 ; « “Had No Lawful Excuse” Judge Says of K.K. Klan », Toronto Star, 1er avril 1930, pages 1 et 2. Il n’existe plus aucune transcription ni dossier judiciaire de l’affaire, mais le cahier d’audience n° 14 du juge en chef Sir William Mulock, Archives de la Cour d’appel de l’Ontario, page 309, renferme des notes du juge au sujet de l’argument de l’avocat. Le juge David Inglis Grant est né en 1872 à Ingersoll (Ontario) ; il est le fils du révérend Robert Neil Grant, d’Orillia et de Mary Mc Mullen Grant, de Woodstock. Il a été admis au barreau « avec mention et la médaille d’argent » en 1895, a été nommé conseiller du roi en 1921, et a exercé le droit à Orillia jusqu’en 1911, puis à Toronto jusqu’à sa nomination à la Haute Cour en 1925. Le juge « savant » fut nommé à la Cour d’appel en 1927 : voir « Grant, Hon. David Inglis », Who’s Who in Canada, 1930-31 (Toronto : International Press, 1932), page 838.

149 « Grant, Hon. David Inglis », Who’s Who in Canada, 1930-31 (Toronto : International Press, 1932), page 838. Grant est également inscrit comme membre de l’Ancient Free and Accepted Masons.

150 « Klansman Argues Sentence Appeal », Advertiser de London, 16 avril 1930, page 17 ; « Klansman and U.S. Gangsters Feel Teeth of Canadian Law », Globe de Toronto, 17 avril 1930, pages 13 et 14 ; « Klansman Appealed Only to be Jailed », Toronto Star, 17 mars 1930 ; « Klansman Loses Appeal Against Oakville Fine and Must Go to Jail », Advertiser de London, 17 avril 1930, page 3 ; « “Had No Lawful Excuse” Judge Says of K.K. Klan », Toronto Star, 1er avril 1930, pages 1 et 2 ; cahier d’audience n° 14 du juge en chef, Sir William Mulock, Archives de la Cour d’appel de l’Ontario, 309. On note dans ce cahier que Bowlby, fait pour le moins étonnant, avait soutenu que « les hommes n’étaient pas masqués ». Bien que cette conclusion ait été rendue au cours du procès au sujet de Taylor et Orme, Bowlby avait expressément admis en première instance que le Dr Phillips portait un masque. Il est difficile de comprendre ce que cherche à faire Bowlby avec cet argument. Si son intention était de laisser entendre que le Dr Phillips n’était pas masqué, il ne possédait que peu d’éléments pour y parvenir. S’il comptait démontrer que d’autres personnes appartenant au groupe du Dr Phillips n’étaient pas masquées, cela aurait eu pour effet de placer son client dans une position désavantageuse par rapport aux autres marcheurs. Dans le cahier d’audience du juge en chef Mulock, on lit que Bowlby avait également présenté un argument de rechange, soit que si son client était effectivement masqué, il avait au moins une « excuse légitime ». Selon les notes du juge, les avocats des deux parties avaient présenté des arguments fondés sur l’interprétation de dispositions législatives : Bowlby soutenait qu’il fallait lire l’alinéa 455(c) comme partie intégrante de l’infraction plus générale de cambriolage, tandis que Bayly soutenait au nom de la Couronne « qu’il ne fallait pas restreindre la portée du libellé de la loi en y intercalant des mots limitatifs, lorsqu’on peut l’éviter ». Bayly demanda en outre quelle « excuse légitime » pouvait être invoquée pour le « vol par effraction ou le cambriolage ». Le juge William Edward Middleton est né à Toronto ; il était le fils de William et Mary A. (Norerre) Middleton. Il fut admis au barreau en 1885, et nommé à la magistrature en 1910. Promu à la Cour d’appel en 1928, le juge Middleton avait la réputation d’être « brillant », « une autorité reconnue en matière de questions procédurales », un homme qui « scrutait la loi à la loupe » et qui accomplissait ses fonctions de juge « dans les limites d’un cadre de référence étroit ». Au sujet de Middleton, voir « Middleton, Hon. Mr. Justice William Edward », Who’s Who in Canada, 1930-31, page 548 ; Lita-Rose Betcherman, The Little Band : The Clashes Between the Communists and the Canadian Establishment 1928-1932 (Ottawa : Deneau, 1983), page 82, citant son entretien avec W.B. Common, c.r., 9 juin 1980.

151 Bartley, « Public Nuisance », pages 162, 167-170. Bartley ajoute cependant que Bayly était « réticent à contester le Klan sur des bases juridiques plus étroites. S’il avait agi ainsi, cela aurait contribué aux efforts de publicité du Klan et miné la crédibilité du système légal. »

152 Au sujet de la cause Sero c. Gault, voir le chapitre 4. Edward J. Bayly est né à London en 1865, fils d’un marchand-fabricant, William Bayly, et de son épouse, Susan Wilson Bayly. Diplômé de la Trinity College School et de l’Université de Toronto, Bayly a été admis au barreau en 1890, pour ensuite occuper la fonction d’examinateur du Barreau du Haut-Canada de 1896 à 1899. Il a gagné la Coupe du Canada en épreuve de voile pour l’équipage du Aemilius Jarvis’s Royal Canadian Yacht Club, à Tolède, en 1896 ; il fut en outre la « vedette » de l’équipe de football de l’Université de Toronto, le demi-arrière « vedette » de Osgoode Hall, et président du Canadian Rugby Union et de l’Ontario Rugby Football Union. Bayly amorça sa pratique privée du droit avec James Haverson, c.r., Edmond Bristol, c.r., Seymour Corley, c.r., et le juge Eric Armour, jusqu’à sa nomination à titre de solliciteur à temps plein pour le ministère du Procureur général à Toronto en 1907. Son amitié avec le procureur général Price remontait à la période de stage que Price avait passée en tant qu’étudiant en droit dans le cabinet juridique de Bayly. Décrit comme « conservateur déclaré » en mesure de « discourir en profondeur sur un vaste éventail de sujets avec autorité », Bayly avait la réputation d’être « probablement le haut fonctionnaire le mieux connu ». Il a en outre été président de l’Ontario Civil Service Association. Ses jeunes collègues au cabinet du Procureur général se souviennent de lui assis, ayant l’air de « trôner derrière son précieux bureau en noyer » et relatant avec éloquence les exploits de son passé de footballeur et de pilote de son impressionnant Pierce Arrow. Dans sa nécrologie, on décrivit Bayly comme un homme « bien bâti, arborant en général la redingote ». Betcherman fournit des détails sur la physionomie de Bayly et ajoute que, dans les dernières années de son existence, la [traduction] « démarche glissante et silencieuse » typique de l’ex-athlète « était devenue quelque peu hésitante ». « Il avait l’habitude de s’écrire des pense-bêtes, ajoute-t-elle, qu’il glissait dans le ruban de son chapeau, et dans sa précipitation pour filer à Queen’s Park, chaque fois qu’il retirait son chapeau pour saluer une connaissance, on voyait des bouts de papier voltiger dans son sillage. » Henry James Morgan (dir.), The Canadian Men and Women of the Time, 2e éd. (Toronto : William Briggs, 1912), page 70 ; « Edward Bayly, K.C., Stricken Suddenly in Sixty-Ninth Year », Globe de Toronto, 30 janvier 1934, pages 4 et 5 ; « Edward Bayly, K.C. Suddenly Stricken », Toronto Star, 30 janvier 1934, page 3 ; Betcherman, Little Band, pages 51, 163, 221, citant les entretiens de l’auteure avec Harvey McCullogh, c.r., 18 novembre 1978, et W.B. Common, c.r., 9 juin 1980.

153 « Klansman Argues Sentence Appeal », Advertiser de London, 16 avril, page 17 ; « Klansman and U.S. Gangsters Feel Teeth of Canadian Law », Globe de Toronto, 17 avril 1930, page 13.

154 La nécrologie de Bayly souligne le fait qu’il était « particulièrement fier de son ascendance galloise ». « Edward Bayly, K.C., Stricken Suddenly in Sixty-Ninth Year », Globe de Toronto, 30 janvier 1934, pages 4 et 5. À propos de l’allégation du Klan selon laquelle il n’était pas différent des autres associations fraternelles pour ce qui est de l’exclusivité raciale, voir Blee, Women of the Klan, page 18.

155 Rex c. Phillips (1930), 55 C.C.C. 49 (C.A. Ont.), pages 50 et 51. Pour des observations analogues de la part de juges de la Cour suprême de l’Ontario en 1926 au sujet de la condamnation d’un homme de race noire accusé de viol, voir [www.constancebackhouse.ca].

156 Rex c. Phillips, page 51. Pour des commentaires parus dans la presse, voir « Klansman and U.S. Gangsters Feel Teeth of Canadian Law », Globe de Toronto, 17 avril 1930, pages 13 et 14 ; « Impose Jail Sentence on Klan Masker », Star-Phoenix de Saskatoon, 17 avril 1930, page 1.

157 « Mulock, The Rt. Hon. Sir William, P.C., K.C.M.G. », Who’s Who in Canada, 1936-37, pages 483 et 484. Mulock était le fils de Mary Cawthra et du Dr Thomas Homan Mulock. La richesse de Mulock venait du côté de sa mère, puisque Mary Cawthra descendait en effet de la première famille de millionnaires de Toronto. Le décès prématuré de son père Thomas Homan Mulock imposa à son fils des contraintes financières pendant ses études mais, par la suite, Mulock fit fortune en spéculant dans les domaines de l’immobilier et de la bourse. Admis au barreau en 1868, il fut nommé conseiller du roi en 1890. Outre ses remarquables talents en matière de négociation et d’organisation, il fut à l’origine de la fusion de neuf collèges et écoles professionnelles distincts qui, ensemble, devinrent l’Université de Toronto. Il contribua également à la mise sur pied d’un réseau de télécommunications par câble assurant la liaison entre le Canada, la Grande-Bretagne, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Il était rattaché à l’Église anglicane. Selon des sources, l’âge n’a pas eu l’air d’ôter à Mulock le goût pour le whisky, ni pour ses cigares de La Havane. À propos de l’apparence physique, des finances et de la réputation de Mulock, voir Betcherman, Little Band, pages 207 et 208, citant Herbert Bruce dans Varied Operations (Toronto, 1958), pages 274- 280 ; R.T.L. [Charles Vinning], Bigwigs, Canadian and Otherwise (Toronto, 1935), page 120 ; Ross Harkness, J.E. Atkinson of The Star (Toronto, 1963), pages 84 et 85 ; Toronto Star, 6 septembre 1929. Betcherman rapporte également aux pages 207 et 208 l’antipathie de Mulock envers le Parti communiste et ses dirigeants. Il avait d’ailleurs prononcé la culpabilité de l’un d’eux pour avoir enfreint l’article 98 du Code criminel en 1932 : [traduction] « Parmi les personnalités publiques, nul […] ne fut un anticommuniste aussi ouvertement déclaré que Sir William Mulock, juge en chef de l’Ontario. Selon lui, le communisme cherchait à anéantir tout ce qu’il avait réussi à réaliser tout au long de sa vie, et Dieu sait qu’il avait vécu jusqu’à un âge plus que vénérable. » Dans ce qui constitue sûrement une annotation à son héritage historique, Mulock engagea Clara Brett Martin, la première avocate au Canada, pour travailler dans son cabinet juridique à titre de stagiaire dans les années 1890, en dépit de la controverse considérable que son entrée dans la profession avait soulevée. On attribue en général l’appui qu’il a offert à Clara Brett Martin à l’amitié qui liait sa fille et la jeune avocate, et non pas à un endossement général des droits des femmes fondé sur des principes. Au sujet de ses relations avec Clara Brett Martin, voir Backhouse, Petticoats and Prejudice, page 309. Sur la carrière de Clara Brett Martin en général, voir [www.constancebackhouse.ca].

158 Rex c. Phillips, page 50 : [traduction] « Ces faits démontrent l’atteinte portée à sa liberté. La motivation de l’accusé et de ses compagnons est sans importance. Leurs actions étaient illégales et il incombe à la Couronne de prononcer la sanction appropriée. » Le sténographe des Canadian Criminal Cases a ajouté un paragraphe introductif pour aider les lecteurs à comprendre cette décision : [traduction] « Cette cause traite des méthodes adoptées par les membres d’une organisation secrète qui, sans recourir à la force physique, a incité une jeune fille blanche à quitter le domicile de la tante d’un homme, qui n’était pas d’ascendance blanche, et avec qui elle entretenait des relations. » C’est dans cette note que figure la seule référence à la race, soit la mention de la « blancheur » d’Isabel Jones. Le débat entourant les origines noires et indiennes attribuées à Ira Johnson est subtilement éludé par une désignation négative, soit le fait qu’il n’est « pas d’ascendance blanche ». Le KKK n’est toujours pas mentionné et n’est cité que comme une « organisation secrète » et mystérieuse. On peut attribuer, en partie, l’omission de citer le KKK à la discussion qui eut lieu pendant l’audience, lorsque le juge Hodgins a demandé si les hommes de Hamilton « formaient une organisation de quelque nature que ce soit ». Étant donné la quasi-impossibilité que les juges aient manqué la vaste couverture que la presse fit de cette cause, et de la reconnaissance répandue que le KKK avait participé à cette affaire, il a dû être difficile de dénicher un avocat décidé à mettre officiellement le KKK en cause. l’avocat de la défense, Bowlby, répliqua que l’on avait [traduction] « prétendu que ces hommes appartenaient au Ku Klux Klan, mais que selon la preuve, il n’y avait aucun fondement à cette assertion ». « “Had No Lawful Excuse” Judge Says of K.K. Klan », Toronto Star, 1er avril 1930, pages 1 et 2. Il est manifeste que la relique de Bowlby est fausse, puisque Harold Orme avait reconnu son appartenance au Klan lors du procès. Le Dr Phillips témoigna à l’effet que la robe et la cagoule qu’il portait appartenaient à « l’ordre » dont il était membre. Puisque Orme et lui portaient le même accoutrement, il était pour le moins tortueux de prétendre qu’aucune preuve présentée lors du procès n’avait permis de conclure à l’implication du Klan. Au sujet de la propension des tribunaux canadiens à éviter toute désignation raciale dans le cadre d’un litige « racialisé », voir aussi la discussion entourant l’affaire Viola Desmond au chapitre 7.

159 « Appeal is Talked by Klan », Advertiser de London, 17 avril 1930, page 1. Pour consulter les règles régissant les appels au criminel devant la Cour suprême du Canada, voir [www.constancebackhouse.ca].

160 « Appeal is Talked by Klan », Advertiser de London, 17 avril 1930, page 1. Le malaise éprouvé par Bowlby vis-à-vis des activités de son client est devenu plus évident lorsqu’il a comparu devant la Cour d’appel de l’Ontario à titre d’avocat du Dr Phillips. Bien que Reid Bowlby eût défendu la cause de son client avec énergie, il admit publiquement [traduction] « ne pas prendre le parti du Klan ». Voir « Klansman Appealed Only to be Jailed », Toronto Star, 17 mars 1930.

161 « Appeal is Talked by Klan », Advertiser de London, 17 avril 1930, pages 1 et 2 ; « No Further Appeal in Phillips Case », Advertiser de London, 18 avril 1930, page 1.

162 « Hamilton Klansman Begins Term in Jail », Globe de Toronto, 24 avril 1930, page 2.

163 « Still on Strike », Canadian Champion de Milton, 8 mai 1930, page 3 ; « Klansman Tries Hunger Strike », Free Press d’Acton, 8 mai 1930, page 8 ; transcription de l’entrée au registre de la prison de Milton, AO RG20, série F-23, vol. 7, entrée n° 162.

164 Robin, dans Shades of Right, note à la page 15 que [traduction] « les tentatives sporadiques d’intimidation du Klan et ses escarmouches avec la loi, dûment rapportées par une presse avide de faire ressortir le caractère sensationnel de ses relations avec ses cousins américains, ont sérieusement entravé la campagne d’organisation en Ontario ». Winks, dans Blacks in Canada, note aux pages 324 et 325 que [traduction] « la publicité faite autour de l’affaire, la promptitude des mesures prises par la province et la rumeur persistante que le Klan était un complot d’origine américaine pour monter les Canadiens les uns contre les autres a mis fin aux activités du Klan en Ontario ».

165 Sher, dans White Hoods, note à la page 60 qu’à l’interne, le Klan [traduction] « était affaibli par des querelles incessantes entre ses dirigeants et par les scandales liés aux procès qu’avaient subis certains d’entre eux en raison d’accusations de fraude, de vol et d’autres infractions criminelles ». Il note en outre que l’incapacité du Klan canadien de mettre en place une véritable structure nationale contraignait les chapitres provinciaux à demeurer un mouvement scindé et moins efficace. Sher cite également comme facteurs ayant contribué au déclin du pouvoir du KKK les mouvements « d’opposition externes » provenant des syndicats ouvriers, des catholiques français et de quelques rédacteurs en chef de journaux.

166 Sher, dans White Hoods, note à la page 60 que le Klan avait commencé à décliner au Canada à la fin des années 1920, pour pratiquement disparaître pendant près d’un demi-siècle. Voir également Winks, Blacks in Canada, pages 324 et 325.

167 « This and That », Free Press d’Acton, 15 mai 1930, page 6.

168 Dans Vernon, City of Hamilton Directories (Hamilton : Annuaires de Vernon, 1930, 1931 et 1932), on note que William A. Phillips a poursuivi les activités de son cabinet de chiropractie à partir du 127½ King E., et continué d’habiter avec son épouse, Laura, sur Burlington West.

169 La date de sa radiation est le 21 janvier 1937. Les motifs de cette radiation sont énumérés dans les « procédures de convocation » du Barreau du Haut-Canada, vol. 8, et dans le communiqué de presse conservé dans les Archives du Barreau du Haut-Canada, dossier du membre Ethelbert Lionel Cross, n° 675-3300, lequel précise l’existence d’un « détournement de fonds ». Il est également indiqué que Cross ne s’est pas présenté à son audience disciplinaire et a comparu sans être représenté. Talbot, dans « History of Blacks in the Law Society », relate à la page 66 ceci : [traduction] « La carrière de [Cross] était sur le déclin lorsque, en 1937, après avoir éprouvé des difficultés d’ordre professionnel, il abandonna la pratique du droit. On en ignore les véritables raisons ; cependant, il ne fait pas de doute que la Grande Dépression y ait largement contribué. » Il semblerait que la radiation ait été une sanction appliquée de façon disproportionnée aux avocats noirs ; il faudrait cependant mener des recherches plus approfondies pour évaluer les différentes manières dont la discrimination raciale a pu influencer ces résultats. Talbot note à la page 68 que, sur cinq avocats noirs exerçant en Ontario dans les années 1940 et 1950, [traduction] « deux d’entre eux furent radiés du Barreau, un en 1948 et l’autre en 1953 ». Au sujet de la vigilance disciplinaire dont le Barreau fit preuve envers les avocats noirs accusés de « racolage » et de « conduite indigne », voir Oral History Transcript of Mr. Charles Roach, The Osgoode Society, entrevue réalisée par Christine J.N. Kates, novembre-décembre 1989.

170 Talbot, dans « History of Blacks in the Law Society », relate une intervention policière survenue en février 1942, pages 67 et 68, à propos de laquelle il précise « qu’elle illustre certains des risques auxquels sont exposés les avocats noirs ». Talbot mentionne également que l’affaire la plus célèbre de Pitt fut la défense de Bill Newell, reconnu coupable du meurtre de sa femme, Anne Newell, en octobre 1940, à Centre Island. l’Universal Negro Improvement Association, d’envergure internationale, a été fondée en 1914 par Marcus Mosiah Garvey, un Noir d’origine jamaïcaine qui cherchait à « rassembler les 400 millions de Nègres de par le monde en une vaste organisation afin de planter la bannière de la liberté sur le grand continent africain ». Garvey revendiquait la fierté d’être Noir, le nationalisme noir, l’autonomie financière et l’indépendance politique et culturelle vis-à-vis des Blancs. La première unité canadienne vit le jour à Montréal en 1919. Les chapitres de Montréal, de Halifax et de Toronto furent les plus actifs. On attribue à Pitt le mérite d’avoir soutenu le chapitre de Toronto pendant les années 1940. Pendant ces années-là, lorsque des clients et des musiciens noirs étaient bannis de bon nombre de boîtes de nuit, ils se réunissaient dans l’immeuble de l’UNIA à Toronto, sur College Street, pour des soirées de jazz, et cet endroit est devenu au fil du temps un repaire de talents musicaux exceptionnels. l’UNIA servait également de centre pour l’élaboration de stratégies en matière politique et culturelle noire. Voir Winks, Blacks in Canada, pages 414-416 ; Alexander et Glaze, Towards Freedom, pages 128-133. Alexander et Glaze notent, page 133, que [traduction] « les déclarations de Garvey au sujet de la pureté raciale et ses attaques envers les Noirs de peau claire ont dissuadé beaucoup d’entre eux à faire partie de cette association, du fait que les mariages mixtes en Noirs et Blancs et entre Noirs et Indiens étaient relativement courants à l’époque ». Étant donné la position publique de Pitt contre les mariages mixtes, il est possible qu’il ait rencontré moins de difficulté à cet égard que d’autres membres de l’UNIA.

171 Campbell, dans Hamilton, rapporte à la page 155 la nomination de Reid Bowlby à la magistrature. Bowlby est mort le 8 avril 1952 à Hamilton. Je suis infiniment reconnaissante à Susan Lewthwaite des Archives du Barreau du Haut-Canada pour les renseignements qu’elle m’a fournis à propos de Bowlby.

172 « Edward Bayly, K.C. Suddenly Stricken », Toronto Star, 30 janvier 1934, page 3.

173 « Mulock, The Rt. Hon., Sir William, P.C., K.C.M.G. », Who’s Who in Canada, 1936-37, page 483.

174 Dan La Forme, décrit comme un « Indien Chippewa d’Oakville », fut l’ami personnel d’Ira Johnson pendant plus de vingt ans, il s’était occupé des préparatifs du mariage et avait agi comme témoin pendant la cérémonie. Bien qu’il eût obtenu de la mère d’Isabel Jones une lettre de consentement, Ira Johnson avait éprouvé quelques difficultés à trouver un pasteur qui accepte de célébrer le mariage, et au moins un a carrément refusé de présider la cérémonie. Le capitaine Broome a continué d’exprimer publiquement son opposition aux mariages mixtes, tout en précisant qu’il n’avait aucune réticence en ce qui concernait Ira Johnson personnellement et qu’il lui souhaitait bonne chance. Sollicité par le Star de donner son opinion à ce sujet, Harold Orme, en sa qualité de porte-parole du Ku Klux Klan de Hamilton, admit qu’il s’agissait là d’un échec. En déclarant que l’affaire était désormais classée, Orme ajouta : [traduction] « Nous ne séparerons pas ce que Dieu a uni. » Ira Johnson pria la presse de cesser de scruter sa vie privée : [traduction] « Nous sommes des êtres humains comme les autres, expliqua-t-il au Star, et j’aimerais que les gens nous laissent tranquilles, à présent ». « Indian Marries Oakville Girl », Free Press de London, 24 mars 1930, page 15 ; « K.K.K. Drops All Interest in Oakville Couple’s Affairs », Toronto Star, 24 mars 1930, pages 1 et 2 ; « K.K.K. Oakville Raid Has Sequel at Altar », Toronto Star, 24 mars 1930, pages 1 et 2.

Table des illustrations

Légende Quatre membres du Klan à côté d’une croix incendiée, 31 juillet 1927.
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Le Free Press de London titre en manchettes : « Les premières obsèques [d’un membre du] Ku Klux Klan canadien », Alex Milliken, de Drumbo, au cimetière Woodland de London, le 21 janvier 1926, avec un article et une photographie d’hommes du Klan revêtus de leur robe à côté d’une croix en flammes
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/473/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Photographies du procès de Phillips, publiées dans le Toronto Daily Star, le 11 mars 1930, identifiées comme ceci : 2) le chef de police d’Oakville, David Kerr, avec William A. Phillips, l’accusé ; 3) Mme Jones, mère d’Isabella Jones ; 4) Harold Orme, accusé ; 5) le procureur de la Couronne, William Inglis Dick ; 6) un costume du Klan saisi par le chef de police Kerr ; 7) Ernest Taylor, accusé ; 8) Mme Stuart, tante d’Ira Johnson
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/473/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Légende « Un pasteur nègre reçoit un avertissement du Klan », Toronto Daily Star, le 7 mars 1930
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/473/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende « La police assure la protection du domicile de la rue Edward », Toronto Daily Star, le 8 mars 1930
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/473/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Photographies du procès de Phillips, publiées dans le Toronto Daily Star, le 24 mars 1930, identifiées comme ceci : 1) Ira Johnson ; 2) le révérend W.C. Perry, pasteur de l’African Methodist Church, qui à l’origine devait célébrer le mariage de Johnson et de Jones ; 3) Isabel Jones ; 4) le rabbin Maurice Nathan Eisendrath ; 5) E. Lionel Cross
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/473/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 419k

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable