Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la couleur des lois

 | 
Constance Backhouse

I. Introduction

Texte intégral

1Nous sommes en 1901, à la veille du premier recensement réalisé pour le Canada au XXe siècle. Le gouvernement fédéral vient de distribuer à ses fonctionnaires chargés de sonder la nation un ensemble bien ordonné et succinct d’instructions dont voici un extrait : [traduction] « Les différentes races humaines doivent être désignées au moyen des lettres suivantes : “b” pour Blanc, “r” pour Rouge, “n” pour Noir et “j” pour Jaune. » Il manquait la couleur brune, qui était parfois associée à la race, mais qui aurait pu semer la confusion entre les différentes catégories puisqu’il y avait déjà une race désignée par un « b ». Ce qui ressort clairement de ces instructions, c’est que la couleur et la race, deux conceptions jumelles, étaient indissociablement liées.

2Advenant que les recenseurs fussent incapables d’établir immédiatement les distinctions de couleur lors de leurs démarches de porte à porte, ils devaient suivre les instructions que voici :

  • 1 Instructions aux agents chargés du recensement du Dominion, Introduction au rapport sur le recense (...)

[traduction] Les Blancs sont, bien entendu, les gens de la race caucasienne, tandis que les Rouges désignent les Amérindiens, les Noirs désignent les Africains ou les Nègres et les Jaunes sont les Mongols (Japonais et Chinois). Cependant, seuls les Blancs de race pure seront classés dans la catégorie des Blancs ; les enfants issus d’un mariage entre un Blanc et toute personne d’une autre race seront classés comme des Rouges, des Noirs ou des Jaunes, selon le cas, et ce, peu importe l’intensité de la couleur de leur teint de peau1.

3Blanc, Rouge, Noir et Jaune. Bien entendu. La locution prépositive est curieusement placée juste après les trois premiers mots d’ouverture. Faut-il donc en déduire que la race est universellement identifiée par la couleur ? Hormis pour ceux qui ont franchi la barrière des couleurs et seront appelés à recevoir une identification raciale déterminée « selon le cas » ? Que la couleur est un état irrévocable, sauf lorsqu’il est question de « pureté » et d’« intensité » ? Qu’une touche de couleur autre que le blanc immaculé « teinte » le classement par la couleur au-delà de toute discussion ? La préséance accordée à la race blanche se manifeste de multiples manières à l’époque et ressort clairement de l’ordre de ces listes où la race blanche occupe la première place. On reconnaît en outre cette prédominance à l’emploi de l’adjectif « pure », dans la mesure où il est uniquement réservé à la race blanche. Les couleurs « rouge », « noire » et « jaune » désignent non seulement leurs pigmentations intrinsèques, mais englobent également toutes les variantes découlant de ces tons de peau.

4Le barème de couleurs primaires choisi par les représentants du gouvernement, avec ses coups de pinceau de rouge et de jaune francs, était un choix curieux. La palette visée pour le recensement s’étend au-delà de ces teintes vives jusqu’aux limites de la gamme des couleurs. Elle déborde littéralement du spectre jusqu’aux tons de noir, lesquels représentent l’absorption de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, tandis que les tons de blanc n’absorbent aucune couleur. Comme la plupart des observateurs l’auraient sans doute admis si on les y avait exhortés, ces catégories sont des plus inexactes dans la mesure où aucun être humain ne naît affublé de couleurs aussi nettes et primaires.

  • 2 Pour des détails et des références sur la terminologie axée sur la couleur figurant dans les roman (...)

5Et pourtant, la désignation raciale au moyen de la couleur était omniprésente en ce début du XXe siècle au Canada. Qu’il s’agisse des romanciers, des poètes, des politiciens, des commentateurs ou des historiens, tous décrivaient couramment les peuples racialisés en termes de teintes selon la palette de couleurs déterminée par les responsables du recensement. Malgré le caractère artificiel inhérent à une classification des gens à l’aide de couleurs n’ayant qu’une très vague ressemblance avec leur véritable teinte de peau, le recensement suivit son cours sans faire de vagues. En 1901, les registres officiels créés à partir du recensement dépeignent donc la composition raciale du Canada selon une gamme de couleurs de teintes vives, quoique inégale. Les Blancs constituent la vaste majorité de la population officielle avec un pourcentage de 96,2. Les Rouges représentent 2,4, les Jaunes 0,41 et les Noirs 0,32 pour cent. Les quelques personnes que les recenseurs sont incapables de cataloguer avec certitude sont désignées comme des gens « d’origines diverses » et de race « indéterminée », représentant un total de 0,66 pour cent2.

6Un demi-siècle plus tard, les questions de race et de couleur seront décrites de manière beaucoup plus nuancée ; on cessera de se référer à la palette de couleurs franches que sont le blanc, le rouge, le noir et le jaune. Les recenseurs avaient pour instruction de poser aux gens des questions sur leur « origine ». Dans le rapport du recensement de 1951, on concède que les résultats d’un sondage de cette nature révèlent des renseignements qui tiennent « en partie de la culture, de la biologie et de la géographie ». Dans le rapport, on reconnaît que les méthodes de classification ont changé au fil du temps en ajoutant, pour rassurer la population canadienne, que les objectifs généraux du recensement, eux, sont demeurés les mêmes :

  • 3 « General Review », Ninth Census of Canada, 1951 (Ottawa : Edmond Cloutier, 1953) vol. 10, pages 1 (...)

[traduction] Au cours du passé, le terme « origine » a été, dans la terminologie propre aux recensements, différemment qualifié par des attributs tels que « raciale » et « ethnique », mais le but de cette enquête est demeuré essentiellement le même. Il s’agit, en bref, de s’efforcer de distinguer les groupes qui, au sein de la population, ont des caractéristiques culturelles semblables, fondées sur un héritage commun3.

  • 4 Pour des détails au sujet du recensement, voir [www.constancebackhouse.ca].

7Et les données du recensement demeurèrent en majeure partie identiques. Les personnes « d’origine européenne », qu’on nommait anciennement les « Blancs », représentent 96,95 pour cent de la population canadienne. Ceux et celles qui décrivent leurs origines comme étant « Autochtones et Esquimaux » totalisent 1,18 pour cent. Les personnes d’origine asiatique, désormais décrites comme des « Chinois », des « Japonais » et « autres Asiatiques », représentent 0,52 pour cent. Les « Noirs » constituent 0,13 pour cent. Le seul groupe de non-Blancs dont le nombre s’est accru pendant la première moitié du siècle, décrit de manière indéfinie comme « autre origine et pas de réponse », totalise 1,22 pour cent. Dans leur tentative pour expliquer cette augmentation, on peut lire dans le rapport du recensement que ce groupe comprend [traduction] « les personnes ayant déclaré qu’en raison de leur ascendance mixte ou pour d’autres motifs, elles ignoraient à quel groupe d’origine elles appartenaient ». Le rapport poursuit en annonçant qu’il [traduction] « faudra s’attendre à ce que ce problème gagne en importance4... ».

LA NOUVELLE DÉFINITION DU CONCEPT DE « RACE » ET LA CONSTANCE HISTORIQUE DU « RACISME »

8La signification du mot « race » a profondément changé au cours des derniers siècles. Ce concept, dont l’origine remonte aussi loin que le siècle des lumières, avait au début pour objectif de marquer les différences de classes au sein de la société européenne. Au cours des XVIIIe et XIXe siècles, lorsque des empires furent créés aux quatre coins du globe, les Européens commencèrent à exploiter l’idée de « race » comme justification commode au droit qu’ils s’étaient arrogé de dominer les peuples « primitifs », bâtissant ainsi les assises des hiérarchies coloniales qu’ils étaient en train d’instaurer. Avec l’essor de la « science » surgie dans la foulée de la Révolution industrielle, les nouvelles disciplines telles que l’ethnologie, l’anthropologie, l’eugénisme, la psychologie et la sociologie servirent d’adjuvants « professionnels » pour favoriser la réalisation de cet objectif.

  • 5 Pour quelques sources parmi la volumineuse documentation traitant de l’analyse historique de la «  (...)

9Bon nombre de scientifiques, de diverses disciplines, tous blancs, entreprirent la tâche complexe consistant à définir des catégories « raciales » et à extrapoler, à partir des données sur les « races », les multiples distinctions entre les êtres humains. La pigmentation de la peau n’était qu’un facteur parmi d’autres dans la longue liste des variables humaines énumérées ; on retrouvait également la stature, la forme de la tête, la capacité crânienne, la couleur et la texture des cheveux, la forme des yeux, l’indice nasal et diverses autres caractéristiques faciales. Et pourtant, aucun de ces aspects du physique humain n’est en soi intrinsèquement si manifeste qu’il justifie qu’on en fasse une catégorie à part. On peut même s’étonner qu’ils ne soient pas allés jusqu’à diviser les êtres humains en races caractérisées par des grandes oreilles et celles qui en ont des petites. Cependant, malgré la multitude des caractéristiques physiques servant à fixer les classifications raciales, certains cas demeuraient inclassables. Certains individus qui avaient « l’air » d’être de race blanche disaient appartenir à des groupes victimes d’oppression raciale ou étaient classés comme tels par d’autres personnes. Afin de remédier à ces incohérences, on avait ajouté à la liste des éléments d’identification « raciale », les caractéristiques telles que la langue, la religion, la résidence géographique, la manière de se vêtir, les habitudes alimentaires, l’intelligence, la réputation et le nom5.

  • 6 Pour des références à propos de l’idéologie raciale qui a imprégné les cultures ayant pratiqué l’e (...)

10La classification raciale fonctionnait comme un prétexte facile, à portée de main, pour nombre de groupes disparates qui cherchaient à justifier le fait qu’ils détiennent davantage de ressources, de pouvoir et un statut supérieur par rapport aux autres. On sait à quel point l’adoption de la notion de « race » a permis de justifier l’esclavage des Noirs. Il est tout aussi manifeste que l’idéologie « raciale » a servi de prétexte pour s’emparer des terres des Premières Nations. Le concept de « race » a servi d’explication définitive pour infliger un traitement punitif aux immigrants d’origine asiatique à la fin du XIXe siècle. La terminologie « raciale » a également été employée afin de rationaliser le phénomène de l’exploitation entre Blancs eux-mêmes. Des distinctions « raciales » ont historiquement été établies entre les communautés saxonne, celte, normande, irlandaise, écossaise et anglaise. En Amérique du Nord, on réfutait facilement les revendications d’appartenance à la race blanche présentées par les immigrants en provenance d’Europe du Sud et de l’Est, de Syrie, d’Arménie, d’Arabie, d’Inde et des Philippines. Le traitement discriminatoire réservé aux Franco-Canadiens, aux personnes affiliées à des religions autres que le protestantisme ainsi qu’aux groupes d’immigrants en provenance de l’Europe du Sud et de l’Est a également été idéologiquement rattaché aux notions de « race »6.

11Les historiens spécialisés dans l’étude des théories intellectuelles entourant le concept de « race » ont soutenu que les revirements majeurs dans la façon de penser sont survenus durant la première moitié du XXe siècle. Selon leurs recherches, la communauté scientifique blanche aurait atteint, au cours de ces deux premières décennies, une sorte d’apogée dans l’évaluation, la quantification et la description des distinctions physiques existant entre les « races ». Dans les années 1930, une nouvelle génération d’anthropologues entreprit de déconstruire la pyramide de connaissances précédemment édifiée en vue de parvenir à un ensemble de données et de conclusions uniformes.

  • 7 Au sujet du statut « à part » des scientifiques juifs qui ont offert une analyse critique des conc (...)

12Ces scientifiques de la nouvelle mouture avancèrent l’idée que les distinctions raciales manquaient d’une structure définie. Bien qu’ils ne reniassent pas complètement l’existence des races, ils introduisirent le concept d’« ethnicité » en soutenant qu’il était plus aisé d’expliquer les différences humaines à l’aide de facteurs sociaux, politiques, économiques et géographiques que par la biologie uniquement. On peut observer un revirement dans le mode de pensée à la lecture du recensement canadien de 1951, où les références à la « culture » et à la « géographie » sont combinées à celles de la « biologie » à titre de caractéristiques définissant l’organisation humaine. Comme le rapport du recensement de 1951 le souligne, cependant, le changement est davantage de nature sémantique que substantive. La croyance voulant que l’humanité soit répartie en groupes distincts et qu’il est possible de différencier ces groupes au moyen de caractéristiques précises demeure, on le constate, inébranlable7.

  • 8 Pour des renvois aux documents des Nations unies faisant autorité et du renversement des valeurs à (...)

13À la fin des années 1930 et au début des années 1940, on admet en général que la théorie des races atteint son apogée avec la philosophie « arienne » de la race supérieure sur laquelle se fonde le nazisme prôné par Hitler. Avec un retard notable, les forces alliées ont fini par reconnaître certaines des conséquences atroces de la discrimination raciale. Sous l’égide des Nations unies, organisation créée à la fin des années 1940, les gouvernements des pays occidentaux adoptèrent un ensemble de politiques affirmant leur intention d’éliminer la discrimination fondée sur la race. Mais encore une fois, cette réforme fut de nature plus théorique que pratique. La plupart des actes de discrimination raciale demeurèrent impunis, la seule différence étant qu’il n’était plus de bon ton de passer pour un raciste8.

14Est-il possible de parler d’histoire « raciale » compte tenu de la nature fugace de la « race » ?

15L’étude du concept de la « race » à travers le temps illustre, au-delà de la controverse, que la notion même a été édifiée sur des sables mouvants. La nature éphémère et changeante de la « race » ne nous paraît jamais aussi manifeste que lorsqu’on l’examine avec le passé pour toile de fond. S’ensuit-il pour autant que toute enquête menée sur l’histoire « raciale » est vouée à l’échec dès le début ? Étant donné le caractère artificiel des désignations raciales, peut-on quand même se permettre d’étudier les répercussions historiques de la notion de « race » ? D’aucuns soutiennent qu’il est quasiment impossible, pour ces raisons, de procéder à des évaluations crédibles au sujet de l’ampleur du racisme à travers l’histoire et qu’il faudrait rejeter tout débat concernant les catégories raciales. Cette attitude radicale serait, à mon avis, la plus grave des erreurs. La « race » est une conception mythique, ce qui n’est pas le cas du « racisme ».

16L’histoire canadienne se fonde sur les distinctions, hypothèses, lois et mesures de nature raciale, aussi fictif le concept de « race » puisse-t-il être. En omettant de scruter avec rigueur les registres de notre passé pour en extraire les principes profondément enracinés de l’idéologie et de la pratique racistes, on en viendrait à abonder dans les sens de la méprise répandue au Canada selon laquelle notre pays ne saurait vraiment être accusé d’avoir exercé une exploitation raciale systémique, alors que rien ne saurait être plus manifestement erroné.

17Des termes tels que « Blanc », « Esquimau », « Indien », « Chinois », etc., posent bien entendu problème dans l’optique de la construction sociale et précaire, sur le plan historique, du concept de « race ». Malgré la nature artificielle de cette terminologie, cependant, de telles désignations raciales étaient communément employées au Canada au cours de la première moitié du XXe siècle. Qui plus est, les concepts de race avaient des retombées importantes sur les plans économique, social et politique pour les personnes qui établissaient ces distinctions. Explorer les significations rattachées à ces désignations raciales fait donc partie intégrante de la tâche dévolue à l’historien des races.

  • 9 Sur l’utilisation de la couleur pour décrire les classifications raciales et la persistance à affi (...)

18Tout au long de cette période, ce qui ressort avec la plus grande constance, c’est l’hypothèse prédominante selon laquelle, quelle que fût la manière dont on la décrivait, la définissait ou l’utilisait, la race constituait un attribut distinct qui permettait de différencier les êtres humains. Face aux classifications arbitraires et aux théories intellectuelles susceptibles de fluctuer de façon radicale, la vaste majorité des observateurs provenant des milieux universitaire, gouvernemental, juridique, de la presse et du grand public demeuraient inébranlables. Ils refusaient de revenir sur leur sentiment que les distinctions raciales constituaient un fait avéré. Les textes de doctrine influents continuaient de dépeindre les races en termes de couleurs « noire », « rouge » et « jaune » jusqu’au milieu des années 1960 et au début des années 1970. Lorsqu’on poussait les gens à définir la manière dont ils concevaient la race, il leur arrivait de rester embourbé dans des paroxysmes de confusion. Mais tout un chacun était convaincu de savoir reconnaître, « instinctivement », une race aussitôt qu’il en rencontrait une9.

19Les Canadiens étaient fermement persuadés que la race était, quelle que fussent les différentes raisons qui les poussaient à le croire, une classification valable et fondée. Il arrivait que certains groupes se déplacent d’une communauté raciale à une autre, en fonction de différents facteurs tels que la classe sociale, le lieu géographique, la langue, le comportement, la culture ou les caractéristiques physiques. Les groupements raciaux pouvaient évoluer et changer au fil du temps. À la fin de cette période, certains commencèrent à parler des « origines » plutôt que de « race » ou de « couleur ». Ce qui demeurait cependant constant, c’est l’emploi de la notion de « race » à titre de caractéristique pour différencier les peuples. Et le « racisme » – soit l’utilisation de catégories raciales en vue de créer, d’expliquer et de perpétuer les inégalités – demeurait de façon récurrente statique. L’omniprésence du racisme justifie en soit que l’on mène des recherches sur les questions raciales, aussi terriblement vides de sens ces catégories raciales fussent-elles.

DÉFINITION DES TERMES « RACE » ET « RACISME »

  • 10 Erica Chung-Yue Tao, dans « Re-defining Race Relations – Beyond the Threat of “Loving Blackness” » (...)

20Les termes que j’ai choisis pour décrire les différents groupes racialisés cités dans ces causes sont « Autochtones », « Premières Nations », « Noirs », « Chinois » et « Blancs ». Dans la version anglaise originale de cet ouvrage, j’ai choisi de mettre en majuscules la première lettre de chacune des désignations raciales, sauf celle de « white », suivant ainsi la pratique de maints théoriciens critiques des races10. Dans la présente traduction française, il a fallu suivre les traditions grammaticales propres à la langue française, c’est pourquoi les couleurs servant à désigner des groupes raciaux portent une majuscule lorsqu’elles désignent des personnes, et sont précédées d’un article défini ou indéfini (par exemple, un Blanc) tandis qu’elles sont écrites en lettres minuscules lorsque la couleur est employée comme adjectif (par exemple, un homme blanc).

21Bien entendu, étant donné les fictions précaires et fluctuantes propres aux désignations raciales, en employant ces étiquettes, je n’ai nulle intention de laisser entendre que ces groupements sont définitifs ou établis. À certaines périodes, cependant, ces classifications englobaient certains individus et communautés, entraînant dans leur sillage des conséquences sur les plans juridique, politique, économique et social. Il est donc crucial d’examiner la manière dont ces désignations raciales, qu’elles aient été acceptées ou contestées dans les circonstances, ont fonctionné dans le contexte historique.

22Les Canadiens se sont accoutumés à décrire la plupart des individus sans faire référence à leur race. Il arrive que l’on accole, de façon sporadique, des étiquettes aux membres des groupes raciaux opprimés, mais en règle générale, c’est seulement lorsque le conférencier ou l’auteur tient à souligner un élément particulier concernant les questions de race. Je crois cependant que cette pratique pose problème, dans la mesure où le racisme imprégnait tellement la société canadienne au cours de la première moitié du XXe siècle qu’il importe de mener une enquête approfondie sur les désignations raciales chez tous les acteurs de l’histoire. Je crois utile de s’écarter de la convention établie et d’attribuer un statut racialisé à tous les individus.

23Maints lecteurs trouveront peut-être déconcertante la mention « blanc » qui revient dans les causes citées dans ce livre. D’aucuns diront que les personnes que j’ai désignées comme « blanches » ne se voyaient sans doute pas elles-mêmes comme telles et auraient préféré que l’on parle plutôt de leur pays d’origine. Si on les avait incitées à se définir, ces personnes auraient probablement affirmé qu’elles étaient d’« ascendance anglaise » ou « écossaise », par exemple. De leur point de vue, la « blancheur » de leur peau ne serait entrée en jeu que si on les avait juxtaposées avec des individus et groupes catalogués comme non blancs. Il est vrai que l’identité raciale du groupe blanc dominant se scindait en de multiples parties (tout comme l’identité raciale d’autres groupes), et que les nombreux et divers sous-groupes formaient à leur tour des catégories distinctes (qui elles-mêmes évolueraient au fil du temps). À certains moments dans les chapitres qui suivent, j’ai expliqué ce phénomène en détail. J’ai toutefois choisi d’employer l’étiquette de « blanc » dans le dessein de souligner le gouffre racial séparant ces groupes des peuples autochtones, des « Chinois » et des « Noirs ».

  • 11 Ian F. Haney Lopez, dans White by Law : The Legal Construction of Race (New York : New York Univer (...)

24Certains lecteurs trouveront peut-être étonnant que l’on évoque la « blancheur » de personnalités historiques bien connues. En effet, la blancheur de personnes telles que le premier ministre Sir John A. Macdonald ou l’archevêque Adelard Langevin, par exemple, est d’une évidence telle qu’il devient, a priori, absurde d’en parler avec cette insistance. Comme nous sommes peu habitués à désigner les personnes de race blanche par leur couleur, il est normal que la répétition de l’adjectif « blanc » nous perturbe. Un grand nombre de personnes chargées de réviser ce manuscrit avant sa publication ont même laissé entendre que certains lecteurs pourraient considérer cette pratique comme « tendancieuse » et « polémique ». Il existe cependant des publications de plus en plus nombreuses qui critiquent la tendance des Blancs à refuser de se percevoir eux-mêmes en termes raciaux. La transparence de la « blancheur » est trompeuse et contribue à occulter les privilèges rattachés à l’appartenance à la race dominante11. J’estime important de désigner la race des juges, des législateurs, des avocats, des parties en litige, des témoins, des représentants de la communauté, des réformateurs moraux et autres observateurs qui apparaissent tout au long de ces pages afin de souligner à quel point la configuration raciale de la société se trouve au cœur même de ces litiges.

25Bien que les historiens divergent d’opinion sur maintes questions, on reconnaît presque universellement au sein de leur discipline comme un anachronisme le fait d’employer nos acceptions actuelles de la notion et de la pratique du racisme pour évaluer le passé. L’étiquette péjorative de « présentiste » est censée signifier que l’auteur/le conférencier a contaminé son analyse historique en superposant aux archives historiques des hypothèses, des connaissances et une idéologie tirées de la vie contemporaine. Qu’il s’agisse des chercheurs et théoriciens les plus aguerris et érudits ou des étudiants diplômés les plus audacieux, il est courant de les voir affirmer que leurs notions actuelles du racisme sont distinctes de celles des décennies et siècles précédents. Bon nombre d’historiens soutiendront également qu’il est injuste d’affubler de qualificatifs les acteurs de l’histoire, comme celui de « racistes », propres à notre époque.

26Des déclarations comme les suivantes dressent le portrait de l’analyse historique canadienne :

[traduction] En fait, le racisme qui imprègne les [écrits de X] était si courant à cette époque que ses contemporains le remarquaient à peine.
[Y] semble avoir tout simplement accepté le [point de vue racial] propre à son époque et à sa culture sans aucun esprit critique. Mais qui le blâmerait d’être une personne typique du XIXe siècle ?

27Les principaux penseurs de la société de la seconde moitié du XIXe siècle n’ont formulé aucune critique au sujet des théories raciales ; et même pour les égalitaristes affirmés, l’infériorité de certaines races ne faisait pas davantage l’objet de contestation que la loi de la gravité n’aurait été considérée comme immorale.

28À la fin du XIXe siècle, le sujet de l’infériorité des races n’était même pas susceptible d’être remis en question.

29Jusque dans les années 1930 environ, la plupart des Occidentaux, y compris la plupart des scientifiques et sociologues-historiens, tenaient pour acquise l’infériorité héréditaire des peuples non blancs.

30Les multiples victimes du racisme avaient intégré l’essentiel de cette idéologie oppressive... Elles partageaient bon nombre des théories racistes répandues dans le monde, notamment la pensée et le langage conceptuel. Avec le recul, il est difficile de recenser des points de vue non racistes, étant donné que la race était considérée comme un fait scientifique tant du point de vue philosophique que dans l’opinion publique.

  • 12 Étant donné le caractère répétitif des commentaires de cet ordre dans les publications historiques (...)

31De façon générale, l’époque à laquelle [ces comptes rendus] ont été écrits a rendu inévitable la propagation des préjugés et le maintien de l’ignorance12.

32L’histoire intellectuelle, culturelle, économique, politique, sociale et juridique des races au Canada en est encore à ses balbutiements. Il est certes téméraire d’émettre ce type de généralités sans avoir mené au préalable une enquête et une analyse plus fouillées. Les sociétés sont des organisations beaucoup plus complexes et pluridimensionnelles que ces observations monolithiques ne le laissent entendre.

  • 13 Evelyn Brooks Higginbotham, « African-American Women’s History and the Metalanguage of Race », Sig (...)

33Certains des auteurs à l’origine de ces affirmations qui « normalisent » le racisme répandu dans le passé ont, semble-t-il, largement adhéré aux croyances du groupe racial dominant. L’omission des historiens à étayer les conceptions et activités des communautés racialisées dominées contribue à cette vision unidimensionnelle du monde. Toutefois, dans certains commentaires, on constatait également que le même créneau d’observation était appliqué à ceux et celles qui avaient directement souffert de discrimination raciale. Le racisme a sans contredit contaminé les communautés victimes de sa complaisance envers le déséquilibre du pouvoir et l’inégalité. Cependant, bon nombre de Premières Nations, d’Inuit, de communautés noires et chinoises au Canada n’ont jamais accepté la prémisse selon laquelle ils étaient « inférieurs ». Comme Evelyn Brooks Higginbotham l’a noté, [traduction] « les conceptions raciales n’ont jamais imprégné les sociétés noire et blanche de la même manière13 ». Les peuples dominés en raison de leur race en déduisaient qu’ils occupaient une place défavorisée dans la société et qu’ils étaient traités de façon subalterne du fait de la discrimination raciale, sans que cela équivaille forcément à une forme d’« infériorité ». Bon nombre d’entre eux contestaient l’idéologie raciste et luttaient contre les politiques raciales. En manifestant ainsi leur opposition, ils fournissaient à leurs communautés l’énergie et la subsistance nécessaires pour les aider à résister et à survivre aux pénibles conditions de leur infortune. Certains Blancs, notamment des juges et des avocats, se dissociaient également des idées et méthodes racistes. Il serait erroné de suggérer qu’à l’époque le racisme était aussi naturel que l’air que l’on respirait et qu’il n’y avait pas de place pour des opinions différentes, voire divergentes.

34Il ne faudrait pas non plus rejeter complètement la possibilité d’accoler aux acteurs et aux événements du passé l’étiquette de « raciste ». Le concept de race est sans nul doute une cible mouvante dans le temps et l’espace, mais il n’en demeure pas moins que les XIXe et XXe siècles ont été les témoins de dénouements dictés par les distinctions raciales d’une constance et d’une ténacité étonnantes. Les groupes étaient définis et catalogués et, par le fait même, certains de ces groupes pouvaient miser sur leur « race » pour « revendiquer leurs droits » en matière de biens fonciers, d’éducation, d’emploi, de religion, de position sociale, d’accès aux services, etc. Par ricochet, il était impossible aux autres groupes raciaux de revendiquer des « droits » identiques. Il en résulta des inégalités qui évoluèrent au fil du temps et selon les régions. À certaines périodes, par exemple, les questions liées à l’éducation occupaient l’avant de la scène, tandis qu’à d’autres, ce sont les questions liées à l’emploi qui dominaient. À certaines périodes également, des groupes racialisés se voyaient interdire l’immigration, tandis qu’à d’autres moments, on les empêchait d’embaucher des femmes de race blanche. D’après les archives historiques que j’ai consultées, je note cependant que le recours à la hiérarchie raciale dans le but de renforcer certains privilèges et de maintenir une domination sur d’autres groupes est remarquablement constant tout au long des décennies précédentes.

35Eliza Sero, qui avait présenté une revendication à la souveraineté mohawk devant des autorités judiciaires canadiennes plutôt sceptiques en 1921 (voir le chapitre 4) aurait immédiatement compris les revendications de Wanduta, un Heyoka de la nation dakota, visant à faire reconnaître son droit de célébrer la traditionnelle danse des herbes sacrées en 1903 (voir le chapitre 2). Ira Johnson, qui a eu à subir le courroux du Ku Klux Klan en raison de son désir de contracter un mariage mixte en 1930 (voir le chapitre 6), aurait eu beaucoup à dire à Yee Clun, un restaurateur canadien d’origine chinoise à qui l’on avait refusé le droit d’employer des femmes de race blanche en 1924 (voir le chapitre 5). Les activistes antiracistes, qui se disaient traqués, dans les années 1990, par des commis des ventes soupçonnant les membres de communautés racialisées de commettre des vols à l’étalage, auraient sans peine reconnu le traitement réservé à Viola Desmond, qui avait été empêchée par le personnel d’un cinéma de s’asseoir dans la section « réservée aux Blancs » en 1946 (voir le chapitre 7).

  • 14 Kenan Malik, dans The Meaning of Race : Race, History and Culture in Western Society (Basingstoke  (...)

36Selon certains historiens, le terme « racisme » n’est pas apparu avant les années 193014. Serait-il alors inapproprié d’associer ce terme à des événements qui ont eu lieu avant sa formulation ? Quant au mot « féminisme », il a vu le jour bien après l’émergence des idéaux et des comportements qui portent son empreinte analytique. Pourquoi constate-t-on si peu d’objection aux recherches historiques qui cherchent à placer l’existence du féminisme et de ses instigatrices à des siècles de nous et tant de résistance lorsque l’on attribue le « racisme » à des générations passées ? Cette résistance reflète-t-elle en partie la réticence propre au XXe siècle à accoler quelque étiquette que ce soit ? Est-elle la preuve du manque de subtilité dont les historiens font en général preuve au sujet des questions de race ? Est-ce emblématique de la position naissante de l’histoire des races au Canada, laquelle est encore considérée comme une sous-discipline ? Quelle qu’en soit la justification sous-jacente, elle est, selon moi, erronée. Des particuliers aussi bien que des groupes vivant jadis au Canada agissaient de manière indéniablement « raciste », causant par le fait même des préjudices concrets et graves à ceux et celles qu’ils percevaient comme étant des êtres dominés en raison de leur race. Ces actes ont permis de renforcer une vaste structure sociale imprégnée de racisme.

UNE HISTOIRE CANADIENNE DES RACES DISTINCTE ?

  • 15 En 1944, la Halifax Colored Citizens Improvement League « soutint que l’État devrait promouvoir l’ (...)
  • 16 Howard Adams, un métis de la Saskatchewan, émet de sévères critiques à la lecture de l’histoire de (...)

37Existe-t-il une histoire des « races » et du « racisme » au Canada ? Les historiens ont mis du temps à reconnaître l’importance de la notion de race dans le passé du Canada, malgré les efforts déployés par maintes communautés racialisées pour attirer notre attention sur cette réalité15. La plupart des individus et des groupes décrits dans les publications canadiennes à vocation historique ne sont pas identifiés selon leur race ou leur origine ethnique. On conçoit en général la race comme une caractéristique qui s’appose d’elle-même aux groupes marginalisés, lesquels n’ont pas été spécifiquement mentionnés dans les textes historiques canadiens. La vaste majorité des comptes rendus historiques ont dépeint la vie des politiciens, des fonctionnaires, des intellectuels, des diplomates et des militaires sans la moindre mention de leur désignation dans la hiérarchie raciale. En fait, dans la plupart des textes historiques, la notion de blancheur échappe totalement à la capacité d’observation de leurs auteurs. Les efforts déployés dès le début par les sociologues-historiens, les historiens des relations de travail et les historiens de la condition féminine, en vue d’élargir la portée de la recherche historique, ont été tout aussi muets sur la question de la race. Les rares fois où l’on mentionne les communautés racialisées, c’est souvent de manière expéditive et stéréotypée16.

  • 17 Robin W. Winks, The Blacks in Canada : A History (New Haven : Yale University Press, 1971).
  • 18 Pour de plus amples détails, voir la bibliographie qui suit.
  • 19 Voir, par exemple, B. Singh Bolaria et Peter S. Li, Racial Oppression in Canada (Toronto : Garamon (...)

38La première manifestation publique de l’intérêt des historiens pour la race correspond à la publication en 1971 de l’ouvrage de Robin Winks, intitulé The Blacks in Canada : A History17. Depuis lors, une multitude d’auteurs ont eux aussi commencé à publier des textes sur l’histoire des communautés noire, asiatique et des Premières Nations au Canada18. Bien qu’il n’existe toujours pas de livre axé sur une analyse complète de la question de la « blancheur » dans l’histoire canadienne, certaines publications ont commencé à explorer l’histoire de la suprématie blanche et du racisme blanc19.

39Il est encore trop tôt dans le processus pour invoquer ces rares cas et être en mesure d’analyser en profondeur ou avec certitude la question de savoir si le Canada a bien un passé racial distinct, mais l’on peut toutefois émettre quelques observations préliminaires. Ce que l’on observe d’emblée comme une caractéristique manifeste est l’hypothèse profondément erronée que notre pays est, essentiellement, « sans race ». Ce sentiment « d’absence de race » largement répandu dans l’opinion publique canadienne découle, en partie, de notre position unique par rapport aux États-Unis et à la Grande-Bretagne. Compte tenu de l’importance des divisions raciales entre Noirs et Blancs aux États-Unis, que ce soit dans le passé ou à l’heure actuelle, les historiens et les analystes contemporains qualifient rarement la nation américaine de nation « sans race ». Avant 1950, la Grande-Bretagne avait des bases solides pour prétendre à l’homogénéité raciale au sein de la population sur son territoire ; la mission impérialiste de l’Empire britannique a cependant fini par mettre les questions de race à l’avant-scène de la conscience nationale. Contrairement à ces deux pays, qui partagent l’essentiel de notre culture et de nos traditions juridiques, le Canada a perpétué la conviction profonde de « l’absence de race » en son sein. En dépit des preuves indéniables à l’effet contraire, malgré une législation où l’on n’avait pas hésité à établir expressément des distinctions et des barrières raciales, malgré le fait que les juges et les avocats ont eu recours à des notions raciales afin d’évaluer des droits et des responsabilités juridiques, le système judiciaire canadien s’est fortement inspiré de cette mythologie et a contribué à nourrir l’idéologie du Canada en tant que nation « sans race ».

40La « race » ne semble pas être une catégorie juridique reconnaissable entre 1900 et 1950. D’ailleurs, les poursuites judiciaires analysées dans le présent ouvrage n’ont pas été indexées selon la référence à la race. Les lois qui pourtant prévoyaient toutes sortes de distinctions arboraient pour la plupart des titres sans aucune mention à la race. Dans les traités comme dans les périodiques, les commentaires juridiques y font rarement allusion. Par conséquent, si l’on veut procéder à une recherche approfondie de l’histoire juridique des races au Canada, il faut partir de zéro. Laborieusement, l’on doit se frayer un chemin, une page après l’autre, dans la profusion de textes juridiques et examiner à la loupe chaque paragraphe pour y lire des mentions aux « Indiens », « Métis », « Nègres », « Asiatiques », « Chinois », « Japonais » et « Hindous », de même que les mentions encore plus subtiles à la race « caucasienne » ou « blanche », soit les termes racialisés dans les documents juridiques de l’époque. On ne trouve pas toujours ces termes dans les textes mêmes ; en fait ils surgissent parfois dans les commentaires de journalistes de la presse écrite ou sous la plume de théoriciens du droit qui analysaient a posteriori les poursuites judiciaires et les lois. Certaines de ces causes sont tout simplement impossibles à retrouver dans les archives judiciaires canadiennes en raison de l’absence de référence à la race.

  • 20 Voir, par exemple, la discussion dans le chapitre 3 au sujet de l’omission des autorités judiciair (...)
  • 21 Au sujet de l’élimination des dossiers juridiques relatifs aux groupes racialisés, voir, par exemp (...)

41Même lorsque des causes sont considérées comme des précédents déterminants pour la question de la race, il est impossible de retrouver la trace des sources principales qui, pourtant, auraient dû être conservées dans les collections d’archives. Les arguments mis de l’avant pour expliquer ces manques illustrent davantage encore à quel point notre société semblait déterminée à faire fi des questions de race. Selon les archivistes, les autorités judiciaires omettaient souvent de consigner par écrit leurs comptes rendus relatifs à ces affaires20. Et lors des épisodes périodiques où l’on décidait de supprimer des documents, menaçant ainsi la conservation des dossiers d’archives, on se débarrassait en premier lieu de ceux qui concernaient les communautés racialisées au motif que [traduction] « cela ne valait pas la peine de les conserver21 ».

  • 22 Dionne Brand, Bread Out of Stone (Toronto : Coach House Press, 1994), page 178. Voir en outre Geor (...)

42L’idéologie de l’absence de race, une caractéristique propre à la tradition historique canadienne, s’inscrit tout à fait dans notre mythologie nationale voulant que le Canada ne soit pas un pays raciste ou, à tout le moins, qu’il l’est beaucoup moins que son voisin du sud, les États-Unis. Dionne Brand, une historienne afro-canadienne, poète et écrivaine, raconte qu’on lui demande toujours, lors d’entrevues [traduction] « si le racisme existe dans ce pays », question à laquelle elle donne la réponse suivante : « Contrairement aux États-Unis, où l’on reconnaît au moins que le racisme existe et qu’il a une histoire, ici, dans ce pays, on est confronté à une stupéfiante innocence22. » Une « mythologie de la négation des races » et cette « stupéfiante innocence », voilà les deux piliers jumeaux qui forment l’histoire des races au Canada.

STRUCTURE DE LA PRÉSENTE ÉTUDE ET CHOIX DES CAUSES

43Dans cet ouvrage, nous cherchons à examiner les leçons que l’on peut tirer des phénomènes que sont la race et le racisme à partir de l’étude de l’histoire des causes judiciaires au Canada pendant la première moitié du XXe siècle. Pour réaliser ce livre, j’ai tout d’abord entamé une analyse approfondie de chaque décision judiciaire publiée dans les recueils de jurisprudence canadiens entre 1900 et 1950, et examiné un éventail de décisions non publiées en provenance des archives de la Colombie-Britannique, de la Saskatchewan, de l’Ontario et de la Nouvelle-Écosse. La deuxième étape des recherches a consisté à consulter et à analyser chacune des lois fédérales et provinciales adoptées au Canada entre 1900 et 1950. En dépit des difficultés liées à la localisation des dossiers relatifs au passé racial du Canada dans le cadre d’un système judiciaire qui occulte la notion de race, le processus laborieux de dissection des multiples documents et textes a permis de mettre au jour des centaines de lois et des milliers de décisions judiciaires recourant à des schémas raciaux comme points de référence fondamentaux.

44Dans l’ensemble, ces documents de nature juridique illustrent le rôle déterminant joué par le système de justice dans l’histoire du racisme au Canada. Les sources législatives aussi bien que judiciaires prouvent de manière irréfutable la responsabilité du système de justice canadien dans la mise en place et le maintien de l’inégalité raciale. Les législateurs et les juges ont œuvré de concert afin de façonner et d’intercaler des classifications artificielles à l’intérieur des définitions rigides et immuables de la race en vertu du droit canadien. Ils ont ainsi mis en place des hiérarchies de groupements raciaux et tracé des frontières ségrégationnistes fondées sur la race. Entre leurs mains, le droit fonctionnait comme un instrument systémique d’oppression dirigée contre les communautés racialisées. Lorsque les individus et les groupes les plus touchés par le racisme cherchaient à renverser les rôles et à se tourner vers le système de justice pour faire rectifier la situation, on rejetait leur requête. Ce ne sont qu’à de rarissimes occasions que certains législateurs, avocats et juges tentèrent de juguler le racisme systémique qui imprégnait le droit canadien, en en rejetant les excès.

45Il est impératif de reconnaître que le racisme existe dans les cadres structurels du système juridique du Canada dans le passé. La plupart du temps, le racisme ne se manifeste pas sous forme d’actes isolés, idiosyncratiques commis par des acteurs individuels qui, de temps à autre, décideraient d’affirmer leur supériorité raciale sur autrui. La racialisation a des racines bien plus profondément ancrées que ne le seraient de simples actions individuelles volontaires et sporadiques. Le racisme se répand par le truchement des institutions, des théories intellectuelles, de la culture populaire et du droit. Les lois sur l’immigration, par exemple, ont circonscrit les limites précises de la société canadienne de manière à amplifier l’importance du pouvoir blanc. On refusait aux communautés racialisées le droit d’affirmer leur propre identité et d’exercer leur culture et leurs croyances spirituelles. Leurs droits à l’éducation, à l’emploi, au logement et à entretenir librement des relations sociales étaient sérieusement circonscrits, sauf pour ceux qui revendiquaient et obtenaient la désignation raciale de « Blanc ».

46En scrutant les causes particulières qui illustrent la manière dont la loi a renforcé le traitement inique réservé aux groupes racialisés, on note à quel point ressortent les aspects systémiques du racisme historique au Canada. La méthode par « étude de cas » convient selon moi tout à fait lorsqu’il s’agit d’expliquer notre histoire juridique, laquelle est aussi complexe que fascinante. Le fait de pouvoir extraire une poursuite judiciaire particulière d’un cadre général permet de procéder à une analyse fouillée et pluridimensionnelle du rôle de la loi dans ce domaine. Cette méthode a en outre le mérite de mettre en lumière les retombées concrètes des règles juridiques sur les gens à des époques déterminées. Une description approfondie d’un événement microscopique permet de réaliser une dissection exhaustive des rapports entre la loi et le contexte social, politique, économique et culturel élargi. Elle permet en outre de proposer une réflexion plus exacte sur certains aspects de l’histoire juridique que si l’on se contentait d’énumérer les textes souvent abstraits d’une interminable série de lois et de causes judiciaires couvrant plusieurs années, voire des décennies.

47Dans le but de rendre cet ouvrage aussi accessible au lecteur que possible, j’ai opté pour la forme narrative car elle permet d’extraire du scénario de la cause tous les détails complexes et subtils qui révèlent les cadres juridiques sous-jacents. Il importe toutefois de reconnaître que ces études de cas se découpent sur une toile de fond plus vaste, riche de maints autres procès, appels, mesures législatives et commentaires. Afin que les détails de ces lois et de ces causes ne sombrent pas dans les oubliettes réservées aux questions raciales, j’ai inséré dans les notes de fin de chapitre un grand nombre de documents qui renvoient au cadre juridique élargi en vigueur dans le contexte. Le choix de ce format assez peu conventionnel a abouti à un manuscrit dont les notes de fin de chapitre sont plus longues que le corps du texte lui-même. Il m’a alors paru préférable de couper ces interminables notes de recherche dans le livre lui-même et de les afficher plutôt sur le site Web [www.constancebackhouse.ca]. En informatisant la majeure partie de ces notes, j’ai voulu ainsi faciliter le travail des chercheurs en histoire qui pourront accéder, par voie électronique, aux parties des renvois qui les intéressent. J’espère donc, de cette manière, satisfaire les besoins particuliers à chaque groupe de lecteurs et lectrices sans nuire aux intérêts de qui que ce soit.

48Parmi les milliers de poursuites judiciaires reliées aux questions raciales entre 1900 et 1950 que j’ai examinées, j’en ai choisi six qui, à mon avis, illustrent bien la manière dont le droit canadien traitait les questions de race à cette époque. Bien que le fait de donner la priorité à certaines causes plutôt qu’à d’autres soit toujours un exercice non dépourvu de risque, j’ai décidé de mettre ces causes en lumière parce que, selon moi, elles montrent bien la complexité des questions raciales dans le cadre du droit canadien. Ces affaires englobent des questions constitutionnelles et de liberté de religion, des enjeux de portée internationale, des conflits de lois, elles concernent en outre le droit municipal, le droit pénal et la réponse de la loi aux manifestations de discrimination sociale et économique. J’ai également veillé à ce que l’exposé de ces causes atteigne un certain degré d’équilibre entre les sexes. La loi entraîne parfois des répercussions différentes sur les hommes et les femmes racialisés, quoique les deux sexes aient largement contribué à la discrimination raciale et que les deux aient également déployé des efforts pour lutter contre l’inégalité raciale. J’ai choisi aussi ces causes dans la mesure où elles reflètent en partie la diversité géographique du Canada et montrent bien que la discrimination raciale était largement répandue à l’échelle de notre nation. Ces décisions judiciaires portent sur le statut racial des Inuits dans le Nord du Québec, l’oppression raciale des peuples autochtones dans les régions rurales du Manitoba, et la résistance des Canadiens d’origine chinoise au racisme économique à Regina, en Saskatchewan. Elles touchent les revendications des Autochtones à la souveraineté dans l’Est ontarien, la persécution menée par le Ku Klux Klan à Oakville, en Ontario, et la ségrégation raciale des Noirs en Nouvelle-Écosse.

49La cause Re Eskimos (qui figure en première place, contrairement aux autres causes qui sont citées selon un ordre chronologique) apparaît en premier dans la mesure où elle présente le cadre des principes fondateurs permettant de disséquer les classifications raciales. Avant de pouvoir évaluer les textes législatifs et les opinions judiciaires dans le Canada du début du XXe siècle, il faut tenter de saisir la signification de la notion de « race » à cette époque précise. Selon ce point de vue, l’affaire Re Eskimos est particulièrement éclairante du fait que la documentation juridique colligée pendant toute la durée du procès est, ce qui est rare, extrêmement riche et exhaustive. D’autres affaires, comme celles de Wanduta et Sero c. Gault, sont beaucoup moins documentées dans les archives qui ont survécu. Je les ai cependant choisies parce qu’elles représentent des moments réformateurs et marquants dans l’histoire juridique des peuples autochtones, qui ont lutté pour perpétuer leurs traditions culturelles et politiques. La cause de Yee Clun permet quant à elle d’analyser la portée des efforts déployés par les Canadiens d’origine asiatique en vue contester le racisme dont ils étaient victimes devant les tribunaux judiciaires. La cause Phillips permet de mesurer la propagation des organisations racistes comme le Ku Klux Klan dans la culture et le droit canadiens. La cause impliquant Viola Desmond a été choisie en raison de l’intérêt qu’elle a suscité au sein de la communauté noire en Nouvelle-Écosse, aussi bien d’un point de vue historique que contemporain.

50Je n’ai pu hélas rendre justice aux multiples manifestations qui ont marqué l’histoire juridique du Canada. L’immensité de la tâche m’a forcée à restreindre mon étude aux sources relatives aux Inuits, aux Premières Nations, aux Noirs, aux Canadiens d’origine chinoise et aux Blancs. Dans les écrits traitant du sujet de la race, les questions autochtones sont souvent examinées à part des autres minorités visibles ; je crois cependant que le fait de les avoir intégrées à la présente discussion donne lieu à une analyse plus complète des diverses manières dont la « race » a façonné l’histoire du droit canadien. En raison des contraintes que le temps et l’espace m’ont imposées, il m’a été impossible d’aborder la question du racisme du point de vue des communautés japonaise, sud-asiatique et d’Europe de l’Est, ni les lois applicables aux Juifs et aux Canadiens français, des groupes qui firent régulièrement l’objet de mesures de discrimination raciale tout au long de cette période. Il est certain que ces groupes méritent tous une analyse beaucoup plus approfondie.

51Les recherches menées au soutien de ces récits prouvent sans contredit le rôle de premier plan, fondamental, que le système juridique canadien a joué dans l’établissement et le maintien de la discrimination raciale. Le racisme constitue donc une caractéristique profondément ancrée et déterminante de l’histoire du Canada et, à ce titre, il a largement contribué à façonner la société canadienne telle que nous la connaissons de nos jours.

Notes de fin

1 Instructions aux agents chargés du recensement du Dominion, Introduction au rapport sur le recensement du Canada pour l’année 1901, Fourth Census of Canada 1901 (Ottawa : S.E. Dawson, 1902) vol. 1, sections 47-54, pages xviii-xix, tels que citées dans Re Coal Mines Regulation Act and Amendment Act, 1903 (1904) 10 B.C.R. 408, (B.C.S.C.), 427. Le recensement date du 31 mars 1901, à minuit. Ces instructions comportent également une cinquième catégorie : [traduction] « Les personnes de sangs mêlés, soit blanc et rouge, communément qualifiés de “métis”, seront décrites en leur accolant les initiales suivantes : les lettres “m.f.” pour les métis français, “m.a.” pour les métis anglais, “m.é.” pour les métis écossais et “m.i.” pour les métis irlandais… Les autres métissages avec des Indiens, hormis les quatre catégories susmentionnées, sont rares et peuvent être décrites au moyen des lettres “a.m.” pour autres métis. » Au sujet de l’histoire du terme « caucasien » et de la classification des races au moyen des couleurs que sont le blanc, le jaune, le noir, le rouge et le brun, voir [www.constancebackhouse.ca].

2 Pour des détails et des références sur la terminologie axée sur la couleur figurant dans les romans, la poésie et les documents historiques au Canada, voir [www.constancebackhouse.ca].

3 « General Review », Ninth Census of Canada, 1951 (Ottawa : Edmond Cloutier, 1953) vol. 10, pages 131-132.

4 Pour des détails au sujet du recensement, voir [www.constancebackhouse.ca].

5 Pour quelques sources parmi la volumineuse documentation traitant de l’analyse historique de la « race », voir [www.constancebackhouse.ca].

6 Pour des références à propos de l’idéologie raciale qui a imprégné les cultures ayant pratiqué l’esclavage, de la racialisation des communautés saxonne, celte, normande, irlandaise, galloise, écossaise et anglaise, de la contestation de la « blancheur » des peuples venant de Syrie, d’Arménie, d’Arabie, d’Inde et des Philippines dans la doctrine juridique en Amérique du Nord, de la description de l’intolérance religieuse fondée sur la notion de race à l’encontre des Juifs, des Mennonites et des Doukhobors au Canada, et de la classification des races « juive » et « ukrainienne » dans le recensement de 1941, voir [www.constancebackhouse.ca].

7 Au sujet du statut « à part » des scientifiques juifs qui ont offert une analyse critique des conceptions raciales dites « scientifiques » et de la nature sémantique du passage de la catégorie de « race » à celle de « culture », voir [www.constancebackhouse.ca].

8 Pour des renvois aux documents des Nations unies faisant autorité et du renversement des valeurs à partir de l’après-guerre dans la théorie, sinon dans la pratique, voir [www.constancebackhouse.ca].

9 Sur l’utilisation de la couleur pour décrire les classifications raciales et la persistance à affirmer que la plupart des gens [traduction] « savent reconnaître une race aussitôt qu’ils en rencontraient une », voir [www.constancebackhouse.ca].

10 Erica Chung-Yue Tao, dans « Re-defining Race Relations – Beyond the Threat of “Loving Blackness” », Canadian Journal of Women and the Law, 6 :2 (1993) 455, note ceci à la page 457 : [traduction] « On retrouve une terminologie et des conventions en matière d’écrits identiques dans les pays colonisés. Le fait d’attribuer une lettre majuscule au mot Noir crée une brisure dans la lecture, parce qu’ainsi on rompt avec la manière usuelle de communiquer par écrit. Ce faisant, la majuscule au mot Noir représente un usage inversé de la terminologie habituelle du colonisateur et constitue, par le fait même, une contestation visuelle et linguistique de la suprématie blanche. En même temps, le fait de donner une majuscule à Noir affirme la fierté et la puissance de leur identité en tant que groupe. Nous écrivons, par exemple, Canadiens et non pas canadiens. Enfin, le terme « blanc » ne recevra pas de majuscule au motif que blanc et race blanche sont des références au moyen desquelles tous les autres groupes de couleur ou de race différentes ont été définis, nommés, décrits et compris. Mettre une majuscule à blanc équivaudrait en fait à affirmer une évidence et approuver cette norme. » Pour des références supplémentaires, voir [www.constancebackhouse.ca].

11 Ian F. Haney Lopez, dans White by Law : The Legal Construction of Race (New York : New York University Press, 1996) note à la page 158, en citant Barbara Flagg dans « “Was Blind, But Now I See” : White Race Consciousness and the Requirement of Discriminatory Intent », Michigan Law review, vol. 91 (1993) 953, à la page 969, et Trina Grillo et Stephanie Wildman dans « Obscuring the Importance of Race : The Implications of Making Comparisons Between Racism and Sexism (or Other-Isms) », Duke Law Journal (1991) 397, à la page 405 que : [traduction] « La transparence peut être une caractéristique spécifique de la race blanche : être blanc, c’est n’avoir même pas à y penser… La suprématie blanche fait de la race blanche le modèle normatif. Représenter la norme permet aux blancs d’ignorer la race, sauf lorsqu’il leur arrive de la percevoir (en général celle d’autrui) comme un élément qui vient perturber leur existence […] Enfin, pour bon nombre de Blancs, l’identité raciale n’a préséance dans leur esprit que lorsqu’ils se retrouvent entourés d’un grand nombre de non Blancs et, dans ce cas, la race prend la forme d’une vulnérabilité implicite exposée à la violence des non-Blancs, laquelle confère à la blancheur non plus le statut d’une race privilégiée mais celui de victime. » Pour des références aux publications relatives à la « race blanche », voir [www.constancebackhouse.ca].

12 Étant donné le caractère répétitif des commentaires de cet ordre dans les publications historiques, il serait selon moi fastidieux de citer celles dans lesquelles ces déclarations figurent ou de nommer tous les auteurs impliqués. Certaines de ces affirmations proviennent d’historiens canadiens, d’autres d’historiens américains et britanniques. Tous semblent partager le même point de vue sur cette question.

13 Evelyn Brooks Higginbotham, « African-American Women’s History and the Metalanguage of Race », Signs, 17 :2 (hiver 1992) 251, page 267.

14 Kenan Malik, dans The Meaning of Race : Race, History and Culture in Western Society (Basingstoke : MacMillan, 1996) note à la page 1 que : [traduction] « Le terme “racisme” est entré dans le langage populaire pour la première fois pendant la période de l’entre-deux-guerres. » Elazar Barkan, dans The Retreat of Scientific Racism (Cambridge : Cambridge University Press, 1992) note aux pages 2 et 3 que l’emploi du mot « racisme » en tant que néologisme à connotation péjorative a été enregistré pour la première fois en anglais dans les années 1930. Le mot « racialisme » à titre de précurseur de « racisme », dénotant un préjugé fondé sur la différence raciale, a été « introduit dans la langue au tournant du siècle ».

15 En 1944, la Halifax Colored Citizens Improvement League « soutint que l’État devrait promouvoir l’amélioration des relations entre les races en intégrant au programme d’études scolaire des textes relatant l’histoire véridique des Africains, et notamment leurs contributions à la société » : « Agnes Calliste “Blacks” Struggle for Education Equity in Nova Scotia », dans Vincent d’Oyley (dir.), Innovations in Black Education in Canada (Toronto : Umbrella, 1994), page 25. Carrie M. Best, dans That Lonesome Road : The Autobiography of Carrie M. Best (New Glasgow : Clarion, 1977), dénonce l’absence de recherches historiques sur la communauté noire au Canada, et expose l’importance de remédier à cette omission. En 1976, le National Congress of Black Women dénonça le manque d’intérêt manifeste pour l’histoire des Noirs au Canada, et exigea [traduction] « d’intégrer l’histoire des Noirs au programme d’études dans toutes les écoles ». Voir Lawrence Hill, Women of Vision : The Story of the Canadian Negro Women’s Association 1951-1976 (Toronto : Umbrella Press, 1996), pages 64-65. Le Women’s Book Committee of the Chinese Canadian National Council note que, bien que la communauté chinoise possède un long et riche passé dans ce pays, [traduction] « seule une partie minime de notre histoire » a été consignée dans les textes historiques canadiens, lesquels « ne se préoccupent nullement des peuples autochtones » ni « des peuples d’autres origines raciales et culturelles ». Voir The Women’s Book Committee, Jin Guo : Voices of Chinese Canadian Women (Toronto : Women’s Press, 1992), page 11. Les collectivités autochtones ajoutent que lorsqu’elles ont finalement été incluses dans les textes historiques traditionnels, elles en ont éprouvé davantage de souffrance que de soulagement.

16 Howard Adams, un métis de la Saskatchewan, émet de sévères critiques à la lecture de l’histoire des peuples autochtones écrite par des Blancs : [traduction] « Les sociologues scientifiques de race blanche ont abondamment écrit à propos des peuples autochtones, mais ils ne l’ont fait que sous l’angle de l’ethnocentrisme et de la suprématie blanche. Ce type d’écrits à connotation idéologique n’a qu’une piètre valeur si l’on considère la vie quotidienne des Indiens et des métis au sein de leurs collectivités colonisées. […] Un peuple autochtone circonscrit au sein d’une colonie n’a pas accès à sa propre histoire, parce qu’un peuple conquis n’est pas à même de l’écrire. Les peuples colonisés doivent accepter une histoire, racontée par autrui, qui leur fait honte, qui détruit leur confiance et les incite à rejeter leur patrimoine. Ceux qui détiennent le pouvoir dirigent le présent et façonnent l’avenir en contrôlant le passé, en particulier celui des Autochtones. Une des caractéristiques de l’impérialisme est qu’il nie systématiquement aux peuples autochtones le droit à une histoire empreinte de dignité. » Voir Howard Adams, Prison of Grass : Canada from a Native Point of View (Saskatoon : Fifth House, 1989, publié à l’origine en 1975), pages 6, 43. George Erasmus et Joe Sanders, « Canadian History : An Aboriginal Perspective », dans Diane Engelstad et John Bird (dir.), Nation to Nation : Aboriginal Sovereignty and the Future of Canada (Concord, Ont. : House of Anansi Press, 1992) 3 note ceci à la page 6 : [traduction] « Les peuples non autochtones ont […] déformé l’histoire. Il est presque impossible de trouver un ouvrage historique dans quelque province de ce pays qui relate avec exactitude l’histoire des véritables origines de nos peuples. En fait, les livres que l’on peut consulter nous dépeignent encore comme des païens et des sauvages, et ne reflètent aucun des engagements solennels qui ont été pris, et en vertu desquels les peuples autochtones étaient autorisés à se gouverner eux-mêmes. » James W.St.G. Walker, dans « The Indian in Canadian Historical Writing », Canadian Historical Association Historical Papers (Ottawa, 1971) 21, relate qu’après avoir consulté une panoplie d’ouvrages publiés sur l’histoire du Canada entre 1829 et 1970, il a noté que l’on y décrivait les Indiens comme des « sauvages », des êtres « cruels », « fourbes », « démoniaques », « sanguinaires », « superstitieux » et « grotesques ». Voir également Georges E. Sioui, For an Amerindian Autohistory : An Essay on the Foundations of a Social Ethic (Montréal : McGill-Queen’s University Press, 1992) et Bruce G. Trigger, Natives and Newcomers : Canada’s ’Heroic Age’ Reconsidered (Montréal : McGill-Queen’s University Press, 1985).

17 Robin W. Winks, The Blacks in Canada : A History (New Haven : Yale University Press, 1971).

18 Pour de plus amples détails, voir la bibliographie qui suit.

19 Voir, par exemple, B. Singh Bolaria et Peter S. Li, Racial Oppression in Canada (Toronto : Garamond, 1988); Angus McLaren, Our Own Master Race : Eugenics in Canada, 1885-1945 (Toronto : McClelland and Stewart, 1990) ; Ormond McKague, Racism in Canada (Saskatoon : Fifth House, 1991) ; Julian Sher, White Hoods : Canada’s Ku Klux Klan (Vancouver, New Star, 1983) ; Martin Robin, Shades of Right : Nativist and Fascist Politics in Canada 1920-1940 (Toronto : University of Toronto Press, 1992) ; James W.St.G. Walker, « Race, » Rights and the Law in the Supreme Court of Canada (Waterloo : The Osgoode Society and Wilfrid Laurier University Press, 1997).

20 Voir, par exemple, la discussion dans le chapitre 3 au sujet de l’omission des autorités judiciaires locales à consigner les éléments de preuve et à enregistrer les documents de référence relatifs aux poursuites intentées en vertu de la criminalisation des danses autochtones.

21 Au sujet de l’élimination des dossiers juridiques relatifs aux groupes racialisés, voir, par exemple, la destruction des dossiers concernant la cause Sero c. Gault mentionnée au chapitre 4.

22 Dionne Brand, Bread Out of Stone (Toronto : Coach House Press, 1994), page 178. Voir en outre George J. Sefa Dei, « The Politics of Educational Change : Taking Anti-Racism Education Seriously », dans Vic Satzewich (dir.), Racism and Social Inequality in Canada : Concepts, Controversies and Strategies of Resistance (Toronto : Thompson Educational Publishing, 1998) 299-314.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable