Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la couleur des lois

 | 
Constance Backhouse

Remerciements

Constance Backhouse

Texte intégral

1Depuis fort longtemps, je souhaitais publier une version française de cet ouvrage, qui parut pour la première fois en 1999, en anglais. Mes collègues de l’Université d’Ottawa, tant les francophones que ceux qui sont bilingues, m’ont expliqué l’importance capitale de rendre ces recherches accessibles aussi bien en français qu’en anglais. Il va sans dire que les documents juridiques qui forment la matière brute de ce livre ont une résonance dans les deux cultures linguistiques et que l’histoire juridique de la discrimination raciale est aussi présente au Québec que dans le reste du Canada. Celles et ceux qui cherchent à comprendre les fondements historiques du racisme au sein de cette entité géographique qu’est devenu le Canada ne sauraient limiter leurs recherches aux seules publications de langue anglaise. Parmi toutes les causes analysées par cette présente étude, seule l’affaire Re Eskimo (discutée au chapitre 2) s’est déroulée au Québec. Le racisme décrit dans les chapitres suivants n’était cependant pas confiné aux communautés anglophones à l’extérieur du Québec. Quelles que soient nos distinctions, nos dualités et nos antipathies, les Canadiennes et Canadiens d’expression française et anglaise ainsi que le peuple québécois ont en commun cette histoire du racisme.

  • 1 Constance Backhouse, Petticoats and Prejudice : Women and Law in Nineteenth-Century Canada (Toront (...)

2Cet ouvrage est l’aboutissement d’un travail que j’ai réalisé dans l’esprit de donner une suite à mon précédent livre d’histoire juridique, Petticoats and Prejudice: Women and Law in Nineteenth-Century Canada, publié en 19911. À l’origine, je voulais analyser les relations entre le sexe et la loi pendant la première moitié du XXe siècle. En entamant le présent ouvrage, je me suis engagée à améliorer la méthodologie de recherche dont je m’étais servie dans Petticoats. Je considérais que ce dernier présentait des lacunes, en ce sens que je n’y avais pas suffisamment questionné la manière dont le sexe et la race s’imbriquent l’un dans l’autre selon une perspective historique. Afin d’éviter de frapper de nouveau cet écueil, j’ai commencé mes recherches en colligeant et en analysant toutes les affaires judiciaires et les lois à connotation raciale en vigueur au Canada entre 1900 et 1950.

3D’emblée, il m’apparut manifeste que la « race » était un concept historique aussi complexe que fluctuant. On note, par exemple, que la situation des peuples autochtones n’est pas uniforme parmi les diverses nations en présence. En outre, la situation des Canadiens d’origine asiatique diffère de celle des Premières Nations. Les communautés noires ont elles aussi des rapports différents avec la loi. Le concept d’une race « blanche », bien que nettement plus atténué dans les archives, imprègne et complique également le phénomène des divisions raciales. Les documents que j’ai pu réunir au soutien de cette étude étaient si fouillés et volumineux que je me rendis vite à l’évidence que cette question exigerait plus d’un ouvrage. Après avoir étudié à fond ce sujet pendant sept ans, et bien que j’eusse réalisé que je ne faisais qu’en effleurer la surface, je décidai de publier le fruit de mes recherches.

4Rédiger un livre sur l’histoire juridique des races est un exercice fertile en pièges pour une auteure qui bénéficie des privilèges réservés aux « Blancs ». C’est pourquoi je suis infiniment reconnaissante aux étudiantes et étudiants de couleur à qui j’ai enseigné dans mes cours d’histoire, d’études des femmes et de droit à l’University of Western Ontario, au Native Law Centre à Saskatoon, au Nunavut Arctic College à l’Île de Baffin et à la faculté de droit de l’Université d’Ottawa. Leur insistance à souligner l’importance capitale de la race dans l’histoire juridique du Canada m’a amenée à reconnaître le caractère impératif de cette étude. Quelques-uns de ces étudiants s’apprêtent à entamer des études supérieures et une carrière universitaire, et je sais déjà qu’elles et ils publieront des ouvrages qui surpasseront de loin le travail de pionnière que je présente ici.

  • 2 Pour des renvois aux écrits de Vijay Agnew, Himani Bannerji, Derrick Bell, Dionne Brand, Peggy Bri (...)
  • 3 Pour des renvois aux écrits de Dionne Brand, Beth Brant, Maria Campbell, Ann du Cille, Lenore Kees (...)

5Je tiens également à exprimer ma profonde reconnaissance à tous les érudits de couleur qui ont été les premiers à publier des essais sur la théorie critique des races, car leurs réflexions ont éclairé ma propre compréhension des questions de race et de racisme2. La reconnaissance que le racisme se perpétue par le biais de pratiques systémiques et institutionnalisées, plutôt qu’au moyen de comportements idiosyncratiques émanant d’individus isolés, est fondamentale si l’on veut procéder à une analyse exacte de l’histoire raciale du Canada. L’ensemble de nos connaissances et de nos institutions d’enseignement ne pourra véritablement s’enrichir que lorsqu’il présentera une diversité raciale tant parmi le corps professoral qu’au sein de la population estudiantine, et lorsque les organismes chargés d’accorder des bourses de recherche répondront de manière aussi généreuse aux demandes émanant des diverses populations racialisées qu’à celles de la communauté blanche. Je suis en outre parfaitement consciente du fait que les essais écrits par des érudits autochtones, asiatiques et afro-canadiens au sujet de l’histoire juridique du Canada différeront sans doute grandement de celui-ci3.

6J’exprime également ma gratitude à toutes les personnes qui m’ont aidée à retrouver et à interpréter les documents juridiques qui figurent dans le présent livre. Betty Brewster, Susan Enuaraq, Sandra Inutiq, Leetia Janes, Eric Joamie, Bernadette Makpah, Julia Olayuk, Sarah Papatsie, Pauline Pemik, Louisa Pootoolik, Paul Quassa et Helen Tologanak, tous étudiants du Jump-Start Inuit Legal Studies Program à Iqaluit en 1997, m’ont prêté main-forte pour analyser les documents relatifs à l’affaire Re Eskimo. Wendy Whitecloud, de l’Université du Manitoba, et Albert Angus, de Turtleford (Saskatchewan), ont travaillé d’arrache-pied pour retrouver des renseignements sur le Sioux Valley Dakota Territory et le Thunderchild Territory pour le chapitre traitant des danses autochtones. Tracey Lindberg, antérieurement maître assistante à l’Université Athabasca et à présent professeure à l’Université d’Ottawa, m’a fourni des conseils précieux pour la rédaction de ce chapitre. Audrey Chisholm, Ike Hill, Shirley Maracle, Ron Green, Earl Hill, Laura Green, Evelyn Ross, Lyle Leween, Phyllis Green, Gloria Smith et Shirley Benett, du Tyendinaga Mohawk Territory, m’ont aidée à retrouver des documents pour le chapitre consacré à l’affaire d’Eliza Sero. Erica Tao, Lisa Mar, Imogene Lim et Henry Yu m’ont donné un coup de main pour interpréter l’affaire Yee Clun. Pearleen Oliver, Jack Desmond, Wanda Robson, Mme S.A. Clyke, David Woods, Tanya Hudson, Gwen Jenkins, Diba Majzub, Barrington Walker et Sherry Edmunds-Flett m’ont, quant à eux, fourni des renseignements et leur précieux concours concernant le chapitre consacré à Viola Desmond.

7Je suis en outre profondément reconnaissante envers Brenda Mowbray et Gayle Jessop, de la Nunavut Arctic College Library, Nunatta Campus ; Sylvie Cote, de l’Avataq Cultural Institute ; Sheila Staats, du Woodland Cultural Centre ; Ruth Thompson, du Native Law Centre de l’Université de Saskatchewan ; Karen Lewis, de la Ka:nhiote Library à Tyendingaga ; David Maracle, du Centre for Iroquoian Studies, Université de Western Ontario ; Delmor Jacobs, du Six Nations Land Research Office ; Phil Monture, de Six Nations Grand River ; Darlene Johnston, du Chippewas du Saugeen First Nation Land Claims office ; Michael Sherry, Legal Advisor Fishing Rights, Chefs de l’Ontario ; Sally Houston, de la Ontario Black History Society ; Debra Moore, des Archives de la Compagnie de la Baie d’Hudson ; Tina Sangris, des Archives publiques des Territoires du Nord-Ouest ; Patricia Kennedy, Trish Maracle et Helen De Roia, des Archives publiques du Canada ; Barry Cahill et Allen B. Robertson, des Archives publiques de la Nouvelle-Écosse ; Indiana Matters, des Archives de la Colombie-Britannique ; Elizabeth Kalmakoff et Tim Novak, du Saskatchewan Archives Board ; Lynne Champagne et Jocelyn McKillop, des Archives provinciales du Manitoba ; John Choles, Mary Ledwell, Sharon Fleming et Joseph Solovitch, des Archives de l’Ontario ; Sheila Redel, de la Société du Barreau du Manitoba ; Ann-Marie Langlois et Susan Lewthwaite, des Archives du Barreau du Haut-Canada ; Margaret Northam, du Musée de Rapid City (Manitoba) ; Anne-Marie White, du Halifax Herald ; Dean Jobb, du Halifax Mail-Star ; Glen Curnoe, de la London Room, bibliothèque publique de London ; Lisa Russell, des Anglican Diocese of Ontario Archives ; Harry Buxton, de la Oakville Historical Society ; John Kromkamp, greffier de la Cour d’appel de l’Ontario auprès des Archives de la Cour d’appel de l’Ontario ; le Musée et les Archives de Halton et le Service de police régional de Halton ; la municipalité d’Oakville ; et les collections particulières de la Toronto Reference Library.

8Un grand nombre d’universitaires ont bien voulu partager leurs sources et consacrer une partie de leur temps de recherche pour répondre à mes questions ; il s’agit de Vijay Agnew, James Benincasa, Joan Brockman, Ian Bushnell, Agnes Calliste, Dorothy Chunn, Richard Diubaldo, Alan Grove, De Lloyd Guth, Sidney Harring, Elizabeth Higginbotham, Doug Leighton, Ken Leyton-Brown, Peter S. Li, Tina Loo, Sheila McIntyre, John McLaren, Robert Menzies, Elizabeth Mitchell, Patricia Monture-Angus, Mary Jane Mossman, David Philips, Jim Phillips, Joy Parr, Bruce Ryder, Carolyn Strange, Georgina Taylor, James Walker et John R. Wunder. Et je dois une profonde gratitude à Bruce Feldthusen et à Diana Majury qui, tous deux, m’ont apporté un soutien et des encouragements extraordinaires.

9J’ai en outre bénéficié de l’expertise et de l’appui du personnel de la bibliothèque de droit de l’Université de Western Ontario ; je tiens à remercier personnellement Linda Aitkins, John Eaton, Barb Fetchison, Debbie Grey, Leslee Ingram, John Sadler et Marianne Welch. Je suis également reconnaissante à Jean Fisher, Janette Henry et Véronique Larose pour leurs excellents services de secrétariat. J’ai eu la chance considérable de pouvoir compter sur les ressources d’un groupe d’adjoints de recherche particulièrement qualifiés : Shelly Avram, Michael Boudreau, Linda Charlton, Kristen Clark, Susan Dawson, Anne Eichenberg, Anna Feltracco, Jennifer Hall, Alexandra Hartmann, John Hill, Paul Holmes, Bev Jacobs, Michelle McLean, Kevin Misak, Debbie Rollier et Signa Daum Shanks. C’est grâce aussi aux subventions accordées par la Fondation du droit de l’Ontario et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) que j’ai pu achever cette étude. Marilyn MacFarlane et Peter Oliver, de l’Osgoode Society, ainsi que Gerry Hallowell et Bill Harnum, de l’University of Toronto Press, ont également contribué à la publication de la version anglaise de ce livre en 1999. Je suis en outre flattée que l’Ontario Historical Association ait eu, en 2002, la générosité de reconnaître publiquement mon livre en lui accordant le prix Joseph Brant, le qualifiant de « meilleur ouvrage publié en matière d’histoire multiculturelle depuis les trois dernières années ».

10Valérie Leclercq a également fourni de précieux services en tant que traductrice pour la version française, une tâche ardue et de longue haleine, qu’elle a mené à bien grâce à son expertise technique, une assiduité remarquable et un professionnalisme hors pair. Je tiens aussi à exprimer ma gratitude au CSHR, à la Killam Foundation et à l’Université d’Ottawa pour les subventions qu’ils ont octroyées afin de faire traduire cet ouvrage. Les Presses de l’Université d’Ottawa m’ont fourni toute l’aide nécessaire à la publication de la version française de ce livre.

11J’ai dédié la version anglaise de ce livre à mes enfants, Diana et Mark, qui, à l’époque, étaient adolescents et vivaient à London. Je me souviens d’avoir alors exprimé l’espoir que tous deux pouvaient représenter, dans une modeste mesure, le monde futur, un monde où les Canadiennes et Canadiens pourraient enfin affronter les questions de race et la discrimination raciale, forts de leur connaissance approfondie de notre histoire et d’une volonté renouvelée pour faire œuvre de changement. Dix ans plus tard, Diana et Mark sont tous deux étudiants en droit et, tandis qu’ils suivent chacun leur parcours professionnel, leurs brillantes réalisations m’inspirent un profond sentiment de fierté.

12J’aimerais dédier la version française de ce livre à mes collègues de l’Université d’Ottawa, qui m’ont fait découvrir la richesse ainsi que les beautés de la langue française et de la culture francophone au sein notre pays, et qui ont fait preuve d’une généreuse patience envers ces anglophones qui s’efforcent de devenir bilingues.

13Novembre 2008

Notes de fin

1 Constance Backhouse, Petticoats and Prejudice : Women and Law in Nineteenth-Century Canada (Toronto : The Osgoode Society and Women’s Press, 1991).

2 Pour des renvois aux écrits de Vijay Agnew, Himani Bannerji, Derrick Bell, Dionne Brand, Peggy Bristow, Carol Camper, Linda Carty, Patricia Hill Collins, Afua P. Cooper, Angela Davis, Kari Dehli, Richard Delgado, Sylvia Hamilton, Susan Heald, Bell Hooks, Gloria I. Joseph, Jill Lewis, Audre Lorde, Mari Matsuda, Kate McKenna, Patricia Monture-Angus, Toni Morrison, Roxanna Ng, M. Nourbese Philip, Sherene H. Razack, Adrienne Shadd, Makeda Silvera, Cornel West et Patricia Williams, voir [www.constancebackhouse.ca].

3 Pour des renvois aux écrits de Dionne Brand, Beth Brant, Maria Campbell, Ann du Cille, Lenore Keeshig-Tobias, J. Larbalestier, Ann McGrath, Winona Stevenson et May Yee au sujet de l’importance de l’identité et de l’expérience vécue lorsqu’il s’agit d’interpréter les données de nature historique et autres renseignements, voir [www.constancebackhouse.ca].

Auteur

Ottawa (Ontario)

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable