Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transfert

 | 
Pascal Gin
, 
Nicolas Goyer
, 
Walter Moser

Deuxième partie. Le transfert et les champs du savoir

Dans le jeu de l’adresse une parole hantée

Ellen Corin

Texte intégral

1Dans leur dictionnaire de la psychanalyse, Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis (1971) notent que la notion de transfert a pris en psychanalyse une acception très large et qu’elle véhicule, plus que toute autre, l’ensemble des conceptions que chaque analyste se fait de la cure, de son objet, de sa dynamique, de sa tactique, de ses visées. Ce n’est donc pas du « transfert en psychanalyse » qu’il peut être question ici mais de manières partielles, relatives, de l’approcher et d’en saisir la dynamique.

2Les réflexions qui suivent reflètent donc un point de vue particulier sur le transfert et sa signification dans le rapport à l’autre. D’une part, elles prennent appui sur la pensée d’auteurs qui se situent dans la mouvance de la psychanalyse française, pour autant qu’une telle chose existe par-delà les courants et les tensions qui la traversent. D’autre part, elles font écho à ma double pratique, en clinique psychanalytique et en anthropologie ; ou plus particulièrement, à la façon dont la psychanalyse et la pratique clinique m’ont déplacée et déstabilisée quant à ma manière d’approcher ce qu’il en est de la vie psychique et de la culture, de la parole et de sa mise en récit, quant à la façon d’en saisir le mouvement et le sens.

3Ce texte vise à dégager un certain nombre de fils qui s’entrecroisent dans la notion de transfert et à en faire ressortir les enjeux. La trame ainsi tissée servira d’horizon pour aborder la question plus large du rapport à l’étranger et celle de l’insu qui l’anime.

I. UNE NOTION EN ÉVOLUTION

A. La parole comme lieu de transfert

4Le sens de la notion de transfert a évolué dans la pensée de Freud. Un fil conducteur relie cependant ses différentes acceptions : l’idée d’un déplacement d’énergie qui témoigne de la force des processus inconscients et de la tendance de ce qui est refoulé à trouver sa voie vers la conscience. Le transfert s’inscrit ainsi dans ce que Laurence Kahn (2001) qualifie de « mouvement vers la forme » des processus inconscients, un mouvement qui s’inscrit dans un décalage ou une rupture essentielle entre les représentations, les images ou les mots et ce qui les habite.

5Dans L’interprétation des rêves (1987), Freud utilise le terme transfert pour indiquer un mode de déplacement selon lequel le désir s’exprime et se déguise en utilisant le matériel fourni par les « restes diurnes », c’est-à-dire des éléments de la vie des jours qui précèdent le rêve et qui peuvent paraître insignifiants ; le désir inconscient peut aussi se glisser dans un désir de la veille qui apparaît dans le rêve et auquel il donne une texture insoupçonnée. Les représentations inconscientes sont en effet, par elles-mêmes, incapables de pénétrer en tant que telles dans la vie consciente et ne peuvent y exercer leur effet qu’en se mettant sous le couvert de représentations qui appartiennent à la conscience. Freud parle à ce propos de fausse connexion (Laplanche et Pontalis 1971).

6Cette idée d’un déplacement des représentations le long de chaînes associatives trouve en fait son support technique dans le dispositif psychanalytique. La double règle des associations libres du côté du patient et de l’attention flottante du côté de l’analyste implique un réarrangement fondamental de la relation clinique qui permet de démarquer la scène psychanalytique d’une clinique sous l’égide du médical ou du psychologique. Il s’agit en effet, quant à la première, de consentir à un travail de déliaison et à une suspension du jugement logique (Green 1995). Dans ce contexte, l’attention se porte sur la parole en acte plutôt que sur des informations ou un récit qui se construirait durant la séance.

7Jean Imbeault (1997) note que c’est la parole elle-même qui se trouve alors prise comme objet, une parole soumise à un étalement précis qui permet de décaler parole et conscience. Du côté de l’analyste, l’attention s’éloigne d’un intérêt pour la cohérence d’un dit ou le contenu narratif du récit et s’oriente vers ce qui apparaît comme des ruptures, des discontinuités ou des lacunes ; l’écoute opère ainsi sur le mode de la fragmentation et de la déliaison.

8Imbeault met en garde contre la confusion que peut entraîner le terme même d’association libre :

C’est au contraire une pratique dissociationniste, où la contrainte du hasard, plutôt que des enchaînements, engendre des désenchaînements, des fragmentations, des réenchaînements en apparence aléatoires de ces fragments, étalant ainsi la parole sur le mode de l’hétéroclite (Imbeault 1997, p. 21).

9Laurence Kahn (2001) parle, de son côté, de cette « tenaille étrange » dans laquelle l’analyste se trouve à tenir les manifestations psychiques : entre, d’une part, la liberté de l’incongruité et, de l’autre, un regard logique qui s’empare des ruptures et des lacunes ; une posture d’écoute qui vise à permettre un décollement du fond à partir de la forme.

10Kahn rappelle aussi que ce qui fonde cette écoute bien particulière est l’application de la notion de « travail » à la vie psychique : un travail qui déforme les représentations inconscientes et qui implique qu’il existe une rupture radicale entre présentation et représentation. Elle introduit ici la notion de « force présentante ». Animée par la puissance de l’agir inconscient, la présentation est apte à porter, à mêler et à fusionner plusieurs références à la fois et elle se moque de la logique des références. Les rêves, comme les symptômes, sont ainsi produits par l’emboîtement et le croisement de plusieurs vecteurs. Dans ce mouvement vers la figuration, la voie directe est toujours barrée et ce qui se présente doit être méconnaissable. La psychanalyse met ainsi en déroute toute idée d’une régulation sémantique de l’univers des représentations, toute tentative d’interprétation qui se situerait sous le signe d’une herméneutique. Ces approches se trouvent en effet nécessairement mises en déroute ou débordées par des opérations de transport, de transbordement, de transfert, qui déterminent une dimension particulière de la signifiance.

11Déportés de leur référence première, les mots, les représentations et les images s’enchaînent selon les modes du déplacement et de la condensation par lesquels Freud définit les lois du processus primaire qui caractérisent l’inconscient. Dans le sillage de l’étalement de la parole surgit alors, de lui-même, le courant des souvenirs dont chaque analyse tire sa singularité (Imbeault 1997, p. 41). Ces enchaînements de souvenirs ouvrent ainsi sur une première forme de mémoire qui se déploie grâce aux effets de disjonction induits par l’étalement de la parole. Il s’agit d’une forme de mémoire qu’Imbeault qualifie d’égocentrée, en ce sens qu’elle qualifie « la manière dont le moi se fonde sur la mémoire, s’y enracine, s’y appuie pour reconnaître et méconnaître les choses » (id., p. 49). Il s’agit donc d’une mémoire qui concerne la façon dont le sujet s’oriente dans le monde et la manière dont il en a été affecté, plutôt que la matérialité des événements historiques. Sous cet angle, le parcours de l’analyse s’effectue à travers une combinatole de représentations mnésiques et de déplacements à même ces représentations ; « quelque chose comme le tissage d’un réseau dans la mémoire, réseau qui se déploie entre le refoulé et la conscience » (id., p. 52). Cette mémoire est cependant caractérisée par l’incapacité de se souvenir en raison du refoulement, par ce qu’Imbeault appelle un « hiatus dans la pensée ».

12Il faut cependant bien saisir que, lorsqu’on parle d’un étalement de la parole, les mots ne se résument pas à des signifiants verbaux ; ils se présentent dans leur texture et leur sensorialité. La mémoire qui se fait ainsi jour est lestée d’images dont la force d’évocation vient de leur articulation en réseau avec d’autres images. Elle est riche aussi en impressions sensorielles appartenant aux registres de la voix et des sons, du mouvement et des gestes, des rythmes et des couleurs, chargés chacun d’une force mémorielle propre. La matière de la présentation est ainsi verbale, visuelle, sonore ou gestuelle, une matière qui se prête à évocation et à déformation.

13Guy Rosolato (1999) insiste sur l’importance d’une analyse qui permette un mouvement bidirectionnel de « traduction » entre signifiants verbaux et non verbaux (qu’il appelle analogiques ou de démarcation) : dans un sens, pour donner aux mots l’épaisseur des souvenirs et de l’expérience, dans l’autre, afin de restituer aux représentations non verbales un sens que la parole peut élargir, varier, enrichir en différentes directions. Ainsi, l’analyste est contraint de s’engager « corps et âme » dans cette dimension de la signifiance.

B. Le transfert sur l’analyste

14Cette première définition, large, de la notion de transfert repose sur l’idée qu’une force présentante se déplace d’une représentation à l’autre. En parallèle, Freud utilise aussi le terme de transfert pour indiquer que le jeu de forces dont il est question dans l’analyse vient se prendre sur la personne de l’analyste. Kahn (2001) parle d’une vectorisation des manifestations hétéroclites des forces et des désirs inconscients, à travers l’adresse transférentielle. Cette seconde acception du transfert, plus restreinte, revêt une place de plus en plus centrale dans la démarche de Freud, et sa prise en compte en vient à définir l’originalité de l’approche psychanalytique des processus psychiques.

15Au début du parcours de Freud, ce transfert sur la personne de l’analyste est d’abord perçu comme un incident indésirable qui vient s’opposer au travail de la remémoration, lorsque les patients transfèrent sur la personne du médecin les représentations pénibles qui surgissent du contenu analysé. À côté d’un tel transfert dit négatif, Freud reconnaît aussi le rôle d’un transfert positif qui facilite le travail de l’analyse, mais ouvre toute grande la porte à la force de la suggestion qui peut émaner de la parole de l’analyste. Dans l’un et l’autre cas, il y a transfert d’un investissement affectif du patient, qui concernait originairement une personne significative, sur la personne de l’analyste.

16Au cours de l’évolution de sa démarche, Freud en vient à considérer qu’un tel transfert, dans ses valences positives et négatives, condense l’ensemble du conflit inconscient sur la personne de l’analyste et qu’il joue un rôle central dans la cure. On peut dire que l’analyste agit alors comme une sorte de reste diurne sur lequel viennent se fixer et se jouer les représentations inconscientes ; il se trouve inséré dans les chaînes associatives du patient et y joue un rôle révélateur central. Michel Neyraut (1974) parle d’un quiproquo de l’inconscient, d’un faux rapport qui opère un double déplacement : l’un dans le temps, lorsqu’un affect passé et refoulé resurgit dans la cure à contretemps, en pleine actualité ; et l’autre qui concerne un déplacement de personne puisque c’est à présent sur le thérapeute que s’oriente cet affect. Les manifestations hétéroclites des forces et des désirs inconscients se trouvent ainsi « vectorisées », selon un terme de Kahn, par l’adresse transférentielle.

17Toutefois, lorsque Freud parle d’une répétition, dans le transfert, des expériences du passé ou des attitudes envers les parents, la répétition dont il s’agit ne doit pas être conçue dans un sens « réaliste » qui renverrait à des relations et à des expériences effectivement vécues. Ce qui est transféré, notent Laplanche et Pontalis (1971), c’est essentiellement la réalité psychique qui concerne le désir inconscient et les fantasmes qui lui sont liés. Par ailleurs, un tel transfert sur la personne de l’analyste intervient au moment même où des conflits refoulés particulièrement importants risquent d’être dévoilés. Le transfert apparaît ainsi à la fois comme une résistance au dévoilement et comme une indication de la proximité du conflit inconscient.

18Le terme de « transfert » compris dans ce sens plus restreint désigne ainsi une dynamique complexe que l’on peut qualifier de bien des façons, qui ouvrent sur différents aspects du travail clinique. J’en retiens particulièrement trois. La première concerne l’insu qui habite toute adresse à l’autre et la hante d’une question relative au désir ; la seconde a trait à la temporalité et à la mémoire dans son double aspect de réseau de traces et d’impression ; la troisième reprend l’idée d’un mouvement vers la forme et pose la question de la participation de l’analyste et celle de sa mise en jeu propre dans le procès de figuration.

II. DÉPLOYER LE TRANSFERT

A. Le jeu de l’adresse, de la demande et du désir

19C’est sous l’angle de l’adresse que se manifeste avec le plus de force la dimension de quiproquo de l’inconscient dont parle Neyraut. Sa centralité dans la cure psychanalytique est liée à l’importance qu’y possède la parole et au fait que l’acte de parler ne se résume jamais à simplement dire quelque chose. Il s’agit toujours, en même temps, de demander, de provoquer, d’invoquer, de convoquer en fonction de cet élan secret qui porte à parler (Imbeault 1997). Serge Leclaire (1998a, p. 40) remarque que :

Le patient parle ; que veut-il nous signifier par son discours ; quelle réponse attend-il ; que veut-il nous cacher ou nous faire savoir, nous indiquer pour que nous cherchions, ou nous dissimuler pour nous leurrer ?

20C’est par la réactualisation dans le transfert des demandes successives du sujet que se présente quelque chose de son désir : un désir qui n’est jamais réductible aux demandes dans lesquelles il s’exprime, mais dont quelque chose se dévoile à travers le mouvement et les paradoxes de la demande. Un désir qui se révèle en même temps intimement lié à une question qui concerne ce qu’il en est du désir ou de la demande de l’autre à qui l’on parle : Que Vuoi ?, « Que veux-tu ? », selon l’expression popularisée par Lacan (Chemama et Vandermersch 1998).

21Ce désir profond qui impulse à l’adresse son énergie et son mouvement prend ses racines dans un désir originaire. Le terme d’originaire se réfère moins ici au fait que ce désir serait premier dans l’histoire qu’à son aspect fondateur quant au sujet. L’ouvrage que Gérard Pommier (1995) a publié sur la notion de transfert illustre bien la complexité de ce que met en jeu le transfert sur l’axe de l’adresse et de la demande. Se situant dans une mouvance lacanienne, l’auteur prend appui sur la parole de l’analysant et le savoir inconscient qu’elle recèle pour démonter les ressorts du dispositif psychanalytique.

22Pommier rappelle que le désir originaire que met en œuvre le transfert se situe sur l’horizon du refoulement d’un premier amour, celui de la mère, dont le caractère traumatique tient à l’immensité de la réponse qu’il aurait fallu lui apporter pour lui donner ce qui lui manque ; un amour auquel l’enfant a dû dire « non », d’une certaine manière, afin de résister à l’aliénation dont un tel désir est essentiellement porteur. Ce refus engendrerait une inextinguible demande de pardon et une culpabilité d’exister qui s’exprime de biais, à travers le caractère de faute que le sujet associe à certains détails de sa vie et que permet de « purger » la souffrance du symptôme. La puissance du père, convoquée par l’enfant pour se protéger de cette demande infinie de la mère, se révèlerait à son tour porteuse d’un potentiel de séduction et de violence, une séduction d’autant plus violente qu’un secours était attendu du père par rapport à ce que la demande maternelle comporte d’infini.

23Les transferts qui se déploient sur cette base sont multiples car ils concernent un chaînage des figures impliquées dans le complexe d’Œdipe, chacune se trouvant chargée d’ambivalence. Tout transfert est dès lors constitué par un couplage de forces contraires, l’amour et la haine étant toujours dans une relation d’implication mutuelle : l’insondable amour maternel et son exigence pouvant susciter dans le sujet un sentiment d’horreur dont l’objet lui demeure obscur, alors que l’amour du père est proportionnel à sa haine, généralement inconsciente (Pommier 1995). De manière parallèle, chaque terme du savoir conscient est affecté d’un savoir méconnu qu’il implique. À cette complexité s’ajoute le fait que les identifications que l’analysant prête à l’analyste se modifient en fonction de leur articulation aux événements et à l’histoire. Il s’agit pour l’analyste de pouvoir se laisser hanter, habiter par elles. Un tel transfert demeure tout d’abord opaque aux deux protagonistes et ce n’est qu’avec un temps de retard que l’analyste peut comprendre ce qui lui est demandé : à la lumière des associations de l’analysant et pour autant qu’il ait pu lui-même neutraliser ce qu’il y a de subjectif dans sa position.

24Ainsi, note Pommier, à l’affectation de l’analyste dans le transfert correspond un affect qui fait écho à ce que celui qui parle ignore dans ce qu’il dit. Il s’agit pour l’analyste de se laisser affecter sans encore savoir par quoi, afin que l’analysant puisse être interrogé par l’inconnu de son propre dire.

25Le transfert implique ainsi un jeu d’identifications multiples, qui se déploient à la fois dans le registre de l’imaginaire et celui du symbolique. Pommier qualifie une identification d’imaginaire chaque fois qu’elle vise inconsciemment à répondre au désir d’un Autre ; le Moi s’aliène alors à une demande supposée et à l’objet qui lui correspondrait. Sur le registre symbolique, l’identification se fait non à des personnes ou à certains traits de l’interlocuteur, mais en fonction de places qui restent toujours relatives ; le sujet s’y trouve symboliquement identifié comme sujet, c’est-à-dire comme irrémédiablement différent de toutes les places qu’il pourrait occuper. L’identification devient aliénante chaque fois que le sujet s’y fixe, craignant de perdre l’amour. Par contre, si les identifications demeurent mobiles, l’angoisse qu’elles peuvent générer disparaît au fur et à mesure de leur évolution.

26Dans le contexte de l’analyse, le patient suppose et prête par avance à l’analyste un savoir sur ce qu’il cherche en lui-même. Un des moteurs de la dynamique transférentielle est l’espoir de s’approprier en fin de parcours un tout-savoir transformable en un tout-pouvoir sur son désir et le désir de l’autre. À cette image du « sujet supposé savoir » que l’analysant projette sur l’analyste, selon la formule de Jacques Lacan, Piera Aulagnier (1984) oppose l’exigence d’un « sujet supposé ignorant », qu’elle présente comme la condition nécessaire à l’exercice de la fonction analytique : l’analyste se devrait de ne rien savoir s’il veut pouvoir entendre. Ce qui est en jeu ici est la manière dont se lient, dans l’exercice de l’analyse, le déjà-connu d’une théorie et le non-encore-connu auquel nous confronte le discours qu’on écoute ; la nécessité pour tout analyste de préserver cette alliance entre connu et inconnu.

B. Les trajets de la mémoire : traces et tracé

27Le transfert, envisagé comme « fausse connexion », met en jeu un certain rapport à la mémoire et au passé. En fait, ce rapport se joue sur deux registres différents (Imbeault 1997). Le premier rejoint cette mémoire en réseau dont j’ai parlé plus haut. Elle se déploie à travers une série de connexions qui permettent de remonter les fils de la mémoire, de déplier les chaînes associatives qui se forment, se déplacent et se déforment au cours du déroulement de la cure ; des associations qui mettent en œuvre des mots, des images et des sensations, une mémoire en rhizome que la scène analytique permet de déployer dans toutes ses dimensions. C’est une mémoire coextensive à l’ordre de la durée, bornée par une impossibilité de se remémorer. Cette mémoire est animée par les fantasmes qui agitent notre vie inconsciente et leurs racines infantiles. À la limite cependant, note Kahn (2001), si l’on se place sous l’angle de la dynamique qui régit le mouvement des représentations entre lesquelles circulent le fantasme et le désir inconscient, la notion de trace mnésique perd son caractère de représentation. La trace devient alors purement ce qui pousse à la « requalification » de ce qui cherche à faire surface et qui s’empare dès lors de tous les matériaux à sa disposition ; elle est ce qui impulse la formation des formes.

28Une autre forme de mémoire se manifeste aussi dans le transfert. Elle s’y manifeste comme un agir qui fait impression du dedans (Imbeault 1997) plutôt que de se déployer dans la durée et à travers des liens associatifs. C’est une mémoire qui se présente comme pure répétition de réactions qui remontent aux premiers âges de l’enfance et qui se prennent sur la figure de l’analyste, dans l’actuel de la séance. Alors que la mémoire que j’ai rapprochée de la figure du rhizome témoigne de l’action du refoulement à travers l’effet de déformation même des représentations, la mémoire-répétition manifeste plus directement cette poussée vers le haut à travers laquelle l’inconscient tente de se frayer un chemin vers la conscience. Par le mouvement du transfert, quelque chose de perdu dans la mémoire se manifeste ainsi, qui semble avoir défié le temps : c’est le domaine de l’infantile, dans le présent du transfert ; non pas un enfantin que l’on pourrait localiser dans l’histoire, mais un infantile qui nous habite et échappe à la mémoire.

29Dans un texte intitulé « L’immuable et le migratoire », Kahn (1993) remarque que l’analyste se trouve ainsi placé dans une double position : celle d’un observateur qui se penche sur les fragments et assemble l’objet à partir des vestiges que présentent les rêves, les fragments de discours et les images et une position où la matière vivante de l’objet s’empare de lui et le place au centre d’un mouvement dynamique dont il devient le pôle d’attraction. Ces deux scènes de l’observation et de l’agir sont fondamentalement hétérogènes et, lorsque l’une occupe le devant de la scène, la seconde paraît s’éloigner, s’absenter de l’horizon. De manière analogue, tout récit clinique est pris dans une tension entre deux modalités de développement radicalement différentes :

d’un côté, la narration d’un développement en ramifications innombrables, en déliaisons et reliaisons inattendues, abruptes, irruptives dans le ici et maintenant et, de l’autre, le récit du développement des processus psychiques, dématérialisé des faits du passé certes, mais se matérialisant sur l’axe temporel, ce que soutient la construction « historique » (Kahn 1993, p. 27).

30Un tel processus de déliaison à l’œuvre dans l’analyse peut prendre appui sur un archaïsme de la langue, c’est-à-dire sur une sorte de mémoire des mots : à la fois au sens où ils gardent la trace du premier lien entre profération sonore et désir, et au sens où les mots peuvent condenser des polysémies qui nous demeurent généralement insues dans l’usage ordinaire de la langue. Je pense, par exemple, au fait que le terme « juger » lie indissolublement la désignation de la faute et l’activité de penser (Beetschen 2002) ; ou aux connotations paradoxales de certitude et d’incertitude qui se croisent dans le mot « croire » (Pouillon 1993) ; ou encore, au fait que dérober quelque chose et se mouvoir dans les airs se rencontrent dans le terme « vol » : des polysémies qui se trouvent mises à profit par la « force présentante » et sont recrutées lors des déplacements et des croisements de représentations le long des chaînes associatives. Kahn (2001) évoque l’action de la « plastique » langagière propre à une langue particulière, selon un mouvement de « transbordement » dont les théories de la signification sont impuissantes à rendre compte.

C. La nécessaire mise en jeu de l’analyste dans la figuration

31Les phénomènes de transfert ne sont certainement pas propres à la cure psychanalytique et on peut penser qu’ils sont omniprésents dans les relations sociales, qu’elles soient hiérarchiques, professionnelles, amoureuses ou autres. La particularité de la scène psychanalytique à cet égard est que, dans la vie ordinaire, chacun des partenaires est en proie de son côté à son propre transfert dont il n’est généralement pas conscient et ne peut soutenir la position de neutralité nécessaire au déploiement des différentes figures transférentielles. À travers sa propre analyse, l’analyste a eu l’occasion de se familiariser longuement avec ce dont sont tissées les relations humaines et, ne faisant que se prêter aux rôles que l’analysant lui assigne sans se prendre à leur jeu, il peut prendre un rôle d’interprète. En ne s’installant pas à la place que lui assigne l’adresse transférentielle, il permet aussi une plus grande mobilité des transferts.

32Dans l’interprétation du transfert, et plus généralement dans la cure analytique, la question de la mise en récit occupe une position paradoxale (Kahn 1993). La reconstitution d’un récit peut prendre une valeur défensive par rapport au trouble associé au désir infantile que vient actualiser dans la cure l’agir transférentiel. Une telle mise à distance de l’infantile peut aussi se situer du côté de l’analyste lorsque ce dernier saisit ce que dit et agit le patient sur un mode essentiellement « historique », au sens courant du terme, lorsqu’il entend la parole du patient comme une « histoire ». Elle peut aussi intervenir du côté de l’analysant lorsque ce dernier se limite à présenter un récit historique et commémoratif d’un événement. Dans l’un et l’autre cas, cet accrochage à une cohérence bloque et enclot le mouvement du désir plutôt que de permettre son déploiement. Et pourtant, le travail de l’analyse consiste aussi pour une bonne part à reporter au passé ce qui se dit et se passe en séance ; il vise à redéployer l’événement actuel sur un axe temporel. Kahn note que ce déploiement de l’actuel sur l’axe de l’antériorité permet de commuter le récit, d’aller au-delà de la manifestation pour observer ce qui l’active en sous-main. Toutefois, la vérité historique dont il s’agit ici n’a rien à voir avec la vérité matérielle de la chronologie des faits ; elle fait référence à la chronologie latente de l’histoire.

33Du côté de l’analyste, la compréhension de ce qui se déploie dans le mouvement de la cure et de ce que le transfert réalise implique un travail qui est loin de se situer essentiellement sur le plan cognitif ; un travail qui met en jeu son rapport le plus intime avec lui-même. Kahn (2001) remarque que l’action du patient, c’est-à-dire non ce qu’il dit, mais ce qu’il fait en disant, opère à travers une mobilisation de la sensibilité inconsciente de l’analyste. L’analyste ne dispose en fait comme outil que de sa relation la plus intime avec lui-même. C’est essentiellement à partir de son propre fond pulsionnel et de ses propres mouvements qu’il cherche à construire en lui une représentation de la réalité psychique du patient : à « acheminer ce qui l’affecte vers la forme interprétable de ce qui l’a affecté » (Kahn 2001, p. 1064).

34Une telle mise en jeu par l’analyste de son pulsionnel propre est particulièrement importante lorsque se manifeste dans la cure ce qu’Aulagnier (1991b) appelle des « signes blancs » qui manifestent l’effroi que vit le Je confronté à l’apparition de quelque chose d’indicible :

l’immobilité soudaine du corps, dont pourtant on perçoit la tension, le silence dont on ressent l’épaisseur, le regard qui visiblement ne voit plus ni l’analyste ni l’espace qui l’entoure, regard qui paraît « retourné » vers l’intérieur où il fixe une scène qui le sidère (Aulagnier 1991b, p. 343).

35Il s’agit alors pour l’analyste de pouvoir donner place en son propre espace de pensée à des images de chose corporelles, à des figurations scéniques qui parlent « l’horreur du corps déchiqueté » ou « la fusion d’un corps se diluant dans autre chose ». Il s’agit de trouver les mots qui rendent « figurables » pour les deux partenaires les compositions picturales sur lesquelles se « peignaient », à l’origine, ces affects appelés « fusion », « rage », « envie », « haine » ; de « trouver-prononcer » des mots qui parlent d’une représentation de l’affect dont l’analyste constate les effets dans l’espace psychique. La figuration parlée qu’il propose alors doit se situer au plus près de ces premières représentations corporelles.

D. … et sa nécessaire mise hors-jeu

36L’analyste occupe donc une position centrale dans le transfert et dans la cure : non seulement en tant que support des mouvements transférentiels de l’analysant, mais aussi en tant qu’interprète de ces mouvements. Cette place de l’analyste leste d’emblée sa parole d’un pouvoir de suggestion important et que n’a cessé d’interroger Freud jusqu’à la fin de sa vie. C’est à nouveau Kahn (1996) qui propose une des réflexions les plus pénétrantes sur ce sujet. Elle s’intéresse au fait qu’une des manifestations de ce que Freud appelle l’amour de transfert réside dans le fait que, à travers les rêves et les associations qu’il produit, l’analysant cherche à répondre à ce qu’il suppose de la demande et du désir de l’Autre, de l’analyste. Il s’agit alors à la fois de reconnaître la part de vérité incluse dans cet amour de transfert et d’amener le patient à reconnaître qu’il s’agit là d’un transfert qui met en jeu le noyau le plus intime de sa vie ; de l’amener à une modification de son regard lui permettant de reconnaître la part de reproduction dans cette production. Elle s’interroge plus généralement sur les conditions qui font que l’analysant s’identifie à la construction proposée par l’analyste et s’y assimile et celles qui lui permettent au contraire d’utiliser les voies de la construction que propose l’analyste pour rouvrir les voies du souvenir barrées par le refoulement et s’approprier sa propre altérité.

37La non-réponse de l’analyste à la demande de l’analysant ne se réduit pas au principe technique d’une neutralité. Elle qualifie une présence en retrait qui permet la mise en place de ce site de l’étranger qui, pour Pierre Fédida (1995), est la condition même de la possibilité d’analyse. L’analyste doit permettre à la parole de l’analysant de prendre une distance par rapport au visage qui lui fait face, afin qu’elle puisse se faire réminiscente de ce qu’elle a vu et entendu. La non-réponse de l’analyste préserve l’essentielle ambiguïté de la personne (personne !) et permet à la parole de se ressouvenir. Ainsi, la place de l’analyste ne saurait-elle être occupée par la personne de l’analyste qui se ferait alors usurpateur (Fédida 1992). Le fait de ne pas répondre en direct à la parole de l’analysant permet « [d’]exiger du langage ce refus de la familiarité de la parole et [de] porter celle-ci au vide qui la fait à elle-même s’entendre » (Fédida 1995, p. 16). Lorsque l’analyste cesse d’être « transparent comme l’air » et de constituer ainsi le foyer optique de la parole transférentielle, il peut aussitôt se changer en « appareil à influencer ». Le risque est grand alors d’une confusion des mémoires entre analyste et analysant, ou d’une aliénation de l’histoire singulière dans le désir de l’autre.

38Depuis ce site de l’étranger, l’analyste effectue lui aussi un travail propre, en fonction de restes non résolus de ses propres identifications et qui se trouvent constamment réactualisés par le patient ; il s’agit pour lui de travailler avec sa propre vie psychique et, connaissant le pathologique, de savoir l’observer, de chercher à le comprendre à partir de sa propre connaissance de lui-même. À propos du contre-transfert, Fédida parle d’une « condition de réception pathique (plutôt qu’empathique) aux mouvements psychiques du patient et d’analyse de ceux-ci de même que des siens propres » (Fédida 1992, p. 198).

39Cette position d’étranger de l’analyste dans la cure ouvre la place au surgissement d’une angoisse face à l’autre étranger et en réponse au sentiment de « l’hostile » que génère l’étrangeté de l’étranger. L’angoisse dont il est question ici manifeste l’appréhension de l’existence de l’autre-étranger lorsqu’il n’est pas possible de lui associer une signification ; l’hostile est alors l’ébauche d’une perception de l’autre en tant qu’autre et virtuellement porteur d’une puissance de meurtre. Fédida (1995) souligne le rôle important qui revient à l’angoisse et à l’hostile dans l’analyse ; ils permettent le surgissement de cette « capacité d’étrangement » du patient dans laquelle Fédida voit une condition nécessaire pour qu’une analyse ait lieu. Ainsi, au potentiel de suggestion que comporte le trop de présence de l’analyste dans la cure, Fédida oppose la nécessité de son absentéisation pour que se libère le jeu du transfert.

III. LES FIGURES DE L’ÉTRANGER

40L’idée que la scène psychanalytique met en jeu des figures de l’étranger et de l’étrange, tant dans le rapport à l’autre que dans le rapport à soi, me semble susceptible d’orienter un questionnement sur le rapport entre psychanalyse et culture(s). Je me bornerai ici à en tracer certains repères.

A. L’étranger à la culture

41En débarquant sur le sol des États-Unis, Freud remarque : « Ils ne savent pas que je suis venu leur apporter la peste. » J’en retiens l’avertissement de Freud quant à l’étrangeté radicale de la psychanalyse par rapport à la culture et au pouvoir de bouleversement et de déstabilisation dont elle est porteuse.

42Dans le champ des théories du langage, j’ai mentionné que Kahn (2001) voit dans la notion de travail appliquée à la vie psychique et dans la déstabilisation d’une théorie de la référence le cœur du bouleversement que la psychanalyse a apporté dans l’approche de l’humain. On peut dire que, sous cet angle, la psychanalyse anticipe la crise du langage qui a marqué le XXe siècle et y participe à la mise en cause d’une approche herméneutique de la signification.

43Sur un autre plan, l’approche psychanalytique de la parole et son insistance sur la notion de sujet s’inscrivent en faux contre toutes les tentatives de cerner « sans restes » ce qu’il en est de l’humain et de ses pathologies, de ses désirs et de ses impasses. De par leur projet même, mais sans doute encore plus en raison de l’hybris qui caractérise l’ethos scientifique contemporain, le développement des sciences se fait sous le signe d’un savoir-certitude (Aulagnier 1991a) entièrement cohérent, sans fausse note, qui promet pour demain une compréhension « sans restes » du psychisme humain, une maîtrise quasi absolue de la vie, de la génération et ultimement de la vieillesse et de la mort (Leclaire 1998b). Y répond aussi un projet de gestion rationnelle de la marginalité et des différences, une attitude en fonction de laquelle la réponse à la souffrance, à l’angoisse et au cri de l’être prend la forme d’interventions planifiées en fonction de « besoins » diagnostiqués du dehors ; une réponse qui fait intentionnellement l’économie de ce qui, dans l’être humain, cherche à se dire et se vit d’un désir en souffrance et d’une difficulté d’être et d’exister comme sujet humain. Le scientifique œuvre dans le sens du comblement, note Kahn, un comblement qui suppose une objectivité et une immobilité de la réalité tant humaine que mondaine.

44De façon plus générale, le chemin que trace la psychanalyse dans la culture se démarque en principe de ce que Fédida (1995) nomme l’idéologisation des contenus de la culture, c’est-à-dire leur organisation en un ensemble socioculturel cohérent de représentations. L’auteur décrit l’idéologisation comme une laïcisation positive des croyances, une laïcisation qui prive ces dernières du mythos qui les constituait. Il s’agirait là d’un phénomène inévitable, commandé sous quelque forme que ce soit « par le double principe de l’organisation sociale et de l’efficacité ». Ses commentaires rejoignent ce qui ressort de l’analyse que Wlad Godzich (1994) propose du monde contemporain, qu’il considère comme dominé par le règne du Système et de la rationalité qui lui est inhérente ; une rationalité qui infiltre les institutions, qui détermine les critères de la légitimité des savoirs et des pratiques et qui envahit les appareils de pensée, Un système contre lequel seul le cri a pouvoir de se dresser. Il est clair pour Fédida que la psychanalyse n’échappe pas au pouvoir d’attraction et de séduction associé à un tel ethos, dans la mesure où elle est inscrite dans la culture et participe des rapports de pouvoir qui y prévalent.

45Selon Fédida (1995), une telle tentation de l’idéologisation affecte la psychanalyse sur deux plans principaux : d’abord, à travers une « tendance du discours théorique – en l’occurrence, la métapsychologie – à se dogmatiser dans ses propositions, modèles et concepts, par l’effet d’un vocabulaire qui assure le projet communautaire d’un consensus sémantique et abolit les “mots-valeurs” au profit d’une surestimation des “mots-sens” [distinction proposée par Roland Barthes] » (Fédida 1995, p. 32) ; ensuite, à travers la tendance de chaque analyste dans sa pratique à systématiser des mots qui lui sont familiers, à en faire une abstraction philosophique ou scientifique qui va à l’encontre de la fictionnalité métaphorique des concepts et modèles en psychanalyse.

46Il s’agirait donc de garder ouverte la part d’inconnu qui habite ces modèles, de garder ces derniers en tension avec le pouvoir d’étonnement, de surprise ou d’étrangement qui marque les productions de l’inconscient et qui est indissociable de la singularité de chaque histoire. Se situant en contre-pied de cette « œuvre » du social, avec le sens de totalisation que comporte ce terme d’« œuvre », la psychanalyse vient rappeler, évoquer ou convoquer un étranger qui travaille le social du dedans.

B. L’étranger des cultures

47La notion de transfert me paraît éclairer certains des enjeux qui infiltrent les rapports entre cultures. Elle invite à être attentif à l’insu qui habite, subvertit ou transforme ces rapports. Je vais me placer ici sous deux perspectives différentes : l’une que l’on pourrait qualifier d’horizontale, qui s’intéresse à ce qui se joue sur le plan de la rencontre à l’autre différent, et la seconde, que l’on pourrait nommer verticale au sens où la rencontre de l’autre culture confronte potentiellement chacun à sa propre verticalité, c’est-à-dire à ce qui, du dedans, échappe ou demeure une tache aveugle.

1. Rencontre des autres cultures

48Les enjeux du transfert reliés à ce qui, dans la rencontre, a trait à la demande et à l’adresse invitent à prêter attention à ce qui anime plus généralement les échanges, par-delà le thème explicite particulier sur lequel ils portent, et cela tant du côté de celui qui parle que de celui qui écoute : s’interroger sur l’insu du dire et de l’entendu tout comme sur la façon dont chacun, dans la rencontre, affecte l’autre et est affecté par lui. Un certain nombre des éléments évoqués plus haut peuvent servir ici de repère.

49Il faut d’abord revenir à ce qui sous-tend la notion de transfert dans son sens large : l’idée d’un décalage entre, d’une part, les mots et les discours, leur intention explicite de communication ou d’expression, et, de l’autre, ce qui les habite et les meut du dedans. Ainsi, tout échange est habité par son envers, par un surplus de signification qui condense une série d’attentes, de demandes et de désirs souvent en eux-mêmes contradictoires, mouvants. Il ne s’agit donc pas d’un décalage que l’on pourrait se contenter de penser comme résultant de la superposition de deux ordres de discours : l’un manifeste et l’autre latent, l’un hégémonique et l’autre subalterne. Le décalage en question est lié au fait que les images et les mots servent d’accrochage à de multiples significations qui viennent s’y croiser. La dimension discursive, cognitive de la rencontre se trouve traversée par des enjeux affectifs de désir et de demande, de reconnaissance et d’identité. De tels enjeux infusent les relations à l’étranger d’une énergie toujours disruptive et qui introduit de l’asymétrie dans les relations, qui les marque du sceau de rapports de pouvoir renvoyant à des questions de l’ordre de l’identité.

50Un deuxième trait est le fait que la rencontre de l’autre peut être conçue comme une surface de contact et d’affectation réciproque. C’est une surface dont chacune des faces ou chacun des versants sont agités par une série de forces et de remous qui travaillent tant la parole que l’écoute. Il faut souligner ici l’importance que revêtent les identifications en fonction desquelles ce sont des figures d’un autre temps et d’une autre histoire, réelle ou imaginaire, matérielle ou symbolique, qui s’impriment sur la personne de l’autre et définissent la position que chacun occupe dans la rencontre.

51Un troisième trait du transfert que l’on peut rappeler ici est le fait que les images et les mots, les représentations verbales et non verbales sont insérées dans des contextes mémoriels qui leur donnent une texture propre et différente d’un locuteur à l’autre. Il s’agit sans doute là d’une des raisons qui expliquent le fait qu’il est si difficile de traduire des termes ou des expressions d’une langue à l’autre, même lorsque les deux langues semblent recourir à des mots similaires pour désigner les choses. Lors d’échanges qui impliquent des sociétés et des cultures différentes, une mémoire en acte est toujours susceptible de faire irruption, une mémoire qui parle de ce qui a été repoussé hors histoire officielle, de ce qui n’a pas droit de cité dans le récit des rapports entre les cultures ; une mémoire qui vient alors déranger le canevas de la réminiscence, troubler le lac de la mémoire narrative.

52Enfin, les préreprésentations que l’on se fait de l’autre contribuent à donner forme à, et donc à créer, ce qui dans l’autre cherche à se dire ce qui n’est pas encore clairement perçu, ce qui est en recherche de forme lorsque l’interlocuteur ne dispose pas encore des mots qui permettraient de dire les choses. La question se pose alors des limites et glissements possibles entre une violence de l’interprétation nécessaire à l’avènement de l’autre comme sujet, au sens où en parle Aulagnier (1975), et une violence de l’interprétation en excès. Cela indique la force et le pouvoir qui tient à la manière d’écouter et de répondre, par rapport à la possibilité pour l’autre étranger d’accéder à une parole qui lui soit propre. Quel est ainsi le rôle d’une certaine écoute par rapport à la possibilité, pour l’autre, de se dégager des identifications qui l’aliènent et d’accéder à une position de sujet ?

53On peut évoquer aussi, de manière plus générale, la nécessité d’un suspens de l’écoute nécessaire à l’entendre, un suspens qui permette de ne pas s’attacher trop vite au contenu explicite du dit ou du faire et d’en libérer les possibilités ; la nécessité aussi d’être attentif à ce que l’on introduit de soi-même dans la rencontre de l’autre.

54Comme horizon, on peut s’interroger sur l’œuvre d’homogénéisation dont est potentiellement porteur le processus de globalisation : une œuvre d’homogénéisation qui s’insinue dans des disciplines classiquement intéressées par l’étude des différences, comme l’anthropologie, mais dans lesquelles il est de plus en plus difficile de parler de culture. Comment accéder, dans ce contexte, à l’idée d’un universel qui ne serait pas antérieur aux singularités (dans les personnes et les cultures), mais qui en dérive secondairement, qui leur est postérieur ou qui passe par une attention aux différences ?

2. À travers la rencontre, l’étranger

55Si nous ne saisissons pas d’emblée l’autre étranger à partir de ce que nous croyons en savoir, sa rencontre ouvre sur la chance pour chacun d’entrer en contact avec ce qui, en soi, demeure étranger : la chance de pouvoir nous tenir, au moins à certains moments, sur cette ligne de crête où se découvre à nous notre propre étrangeté.

56Selon l’un et l’autre de ces axes, la notion de transfert conduit à s’interroger sur le type d’écoute, de présence et de parole qui permette à quelque chose de nouveau d’advenir.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Aulagnier, Piera (1975), La violence de l’interprétation. Du pictogramme à l’énoncé, Paris, PUF.

Aulagnier, Piera (1991a), « À propos de la réalité : savoir ou certitude », dans Un interprète en quête de sens, Paris, Petite Bibliothèque Payot, p. 199-218.

Aulagnier, Piera (1991b), « Du langage pictural au langage de l’interprète », dans Un interprète en quête de sens, Paris, Petite Bibliothèque Payot, p. 329-358.

Beetschen, André (2002), « L’Accomplissement et l’atteinte », Bulletin de la Société psychanalytique de Paris, 66 (Honte et Culpabilité, 63e congrès des psychanalystes de langue française), p. 105-183.

Chemama, Roland, et Bernard Vandermersch (1998), Dictionnaire de la psychanalyse, Paris, Larousse.

Fédida, Pierre (1992), Crise et contre-transfert, Paris, PUF.

Fédida, Pierre (1995), Le site de l’étranger. La situation psychanalytique, Paris, PUF.

Freud, Sigmund (1987), L’interprétation des rêves. Traduit par Claude Pichevin, Paris, PUF.

Godzich, Wlad (1994), The Culture of Literacy, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Green, André (1995), « Instances du négatif : transfert, tiercéité, temps », dans Bernard Favarel-Garrigues et al. (dir.), Le négatif, Bordeaux-Le-Bouscat, L’Esprit du temps.

Imbeault, Jean (1997), Mouvements, Paris, Gallimard.

Kahn, Laurence (1993), La petite maison de l’âme, Paris, Gallimard.

Kahn, Laurence (1996), « L’Assimilation et le combat », Le fait de l’analyse, 1 (La reproduction), p. 89-114.

Kahn, Laurence (2001), « L’Hallucinatoire, la forme, la référence », Revue française de psychanalyse, 65, 4 (La Figurabilité, spécial congrès), p. 1057-1074.

Laplanche, Jean, et Jean-Bertrand Pontalis (1971), Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, PUF.

Leclaire, Serge (1998a), « Réflexions sur l’étude clinique d’une manifestation de transfert », Écrits pour la psychanalyse, t. 1 : Demeures de l’ailleurs, Paris, Seuil-Arcanes, p. 37-45.

Leclaire, Serge (1998b), « Demeures de l’ailleurs », Écrits pour la psychanalyse, t. 1 : Demeures de l’ailleurs, Paris, Seuil-Arcanes, p. 27-34.

Neyraut, Michel (1974), Le transfert, Paris, PUF.

Pommier, Gérard (1995), L’amour à l’envers. Essai sur le transfert en psychanalyse, Paris, PUF.

Pouillon, Jean (1993), Le cru et le su, Paris, Seuil.

Rosolato, Guy (1999), Les cinq axes de la psychanalyse, Paris, PUF.

Auteur

Chercheuse émérite et professeure agrégée, Institut Douglas, Départements de psychiatrie et d’anthropologie de l’Université McGill. Elle s’intéresse, entre autres choses, à la place de la personne atteinte de trouble psychiatrique dans la société canadienne. Pendant plus de deux décennies, Ellen Corin a œuvré sur les scènes provinciale, nationale et internationale afin d’introduire les méthodes et les concepts développés en anthropologie dans le champ de la recherche et des pratiques cliniques en psychiatrie. Parmi ses contributions, on note la mise sur pied du TPI (Turning Point/Period Instrument), un instrument servant à l’étude systématique de l’évolution perçue des signes, du sens et des pratiques (symptômes, réactions à l’adversité, explications, réactions, recherche d’aide et relations sociales) pendant les premiers stades de la psychose, du point de vue des patients, de la famille et des professionnels de la santé. Elle a publié de nombreux articles dans son domaine d’expertise

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540