Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transfert

 | 
Pascal Gin
, 
Nicolas Goyer
, 
Walter Moser

Première partie. Le savoir du transfert

Trois méditations sur le transfert d’information

Pierre Lévy

Texte intégral

1Je travaille depuis plus de vingt ans à l’invention d’un codage algorithmique de la sémantique. Ma recherche s’est déployée sur un versant pratique, avec la production du langage IEML (Information Economy MetaLanguage), qui comprend notamment une grammaire, un dictionnaire multilingue et un environnement de programmation. Mais l’aspect pratique de ma recherche m’a continuellement renvoyé à une investigation théorique portant sur les fondements épistémologiques, sémiotiques et anthropologiques de mon projet, ainsi que sur ses implications économiques, sociales et culturelles. Au moment où j’écris ces lignes, IEML est encore dans sa phase de recherche fondamentale, mais j’espère bien pouvoir produire des outils et montrer des applications pratiques avant 2020.

2IEML joue un double rôle dans mon activité intellectuelle. C’est d’abord un objet de recherche, un projet, quelque chose à construire. Mais c’est aussi un point de vue fécond à partir duquel il m’est possible de considérer divers autres objets pour les penser « autrement ». Le texte que nous allons lire illustre cette seconde approche. Après avoir brièvement résumé les principaux traits d’IEML dans une première partie, je consacre les trois parties suivantes à méditer la notion de transfert d’information. Le transfert d’information sera considéré selon trois approches distinctes mais complémentaires.

3Ma première méditation porte sur la circulation du mana dans les sociétés orales, circulation qui traverse toutes les catégories séparées des sciences humaines (la parenté, l’économie, le sacré, etc.) et se présente donc, selon l’expression de Marcel Mauss, comme un « fait social total ». Comme je le montrerai, le mana des sociétés premières est tellement multiforme qu’il est légitime de l’assimiler à la notion (tout aussi multiforme) que nous avons de l’information de nos sociétés contemporaines, à condition de ne pas priver l’information de ses trois dimensions de valeur (positive, négative ou neutre), d’intensité existentielle et de signification en contexte. Le rapport entre cette première méditation et ma recherche sur IEML est précisément mon effort pour appréhender sur un mode scientifique les trois dimensions de l’information « totale » que je viens de mentionner.

4Ma seconde méditation porte sur le transfert de l’information culturelle d’un médium dominant à un autre, c’est-à-dire d’une épistémè à l’autre. Le transfert correspond ici aux mutations de l’écriture ou, si l’on préfère, aux augmentations de notre capacité à manipuler des symboles. Les premières formes d’écriture ont donné aux symboles un support durable, l’alphabet et le papier ont augmenté leur maniabilité, l’imprimerie et les médias électroniques ont permis leur reproduction et leur transmission mécanique et, finalement, le médium algorithmique autorise leur transformation automatique. IEML se présente ici comme une machinerie symbolique capable d’exploiter autant que possible les opportunités encore inaperçues du médium algorithmique et donc d’achever le transfert de l’épistémè typographique vers une nouvelle épistémè algorithmique.

5Ma troisième et dernière méditation porte sur le transfert d’information en économie, et plus précisément dans l’économie de l’information numérisée, qui prend aujourd’hui son essor sur le Web et dont les principaux supports objectifs sont les algorithmes et les données. Comment l’information circule-t-elle entre l’activité humaine de narration et d’interprétation (le travail) et les algorithmes et les données (le capital) qui se nourrissent de cette activité tout en lui fournissant en retour des outils et des occasions de s’exercer ? Dans ce contexte économique, IEML se présente à la fois comme un mode de structuration sémantique du capital (un système de métadonnées) et un instrument qui augmente la puissance narrative et interprétative du travail (une langue qui est aussi un langage de programmation de circuits sémantiques).

I. IEML

  • 1 Paru en 2011 chez Hermès-Lavoisier en français et chez ISTE-Wiley en anglais.
  • 2 À paraître en 2013, chez les mêmes éditeurs.

6Les tenants et aboutissants philosophiques et linguistiques du langage IEML sont expliqués dans mon livre La sphère sémantique, t. 11 et 22. J’ai raconté dans le tome 1 de cet ouvrage comment et pourquoi j’ai inventé un système de codage permettant de faire automatiquement des calculs sur la signification de propositions linguistiques, et non seulement sur leur valeur de vérité. Ce système de codage sémantique se présente comme un métalangage artificiel nommé IEML (Information Economy MetaLanguage). Grâce au codage IEML, la calculabilité de la sémantique peut se décomposer en cinq aspects complémentaires.

  1. Un texte IEML ou script se traduit automatiquement en un circuit sémantique IEML. Réciproquement, un circuit sémantique IEML peut se traduire automatiquement en script. Un circuit sémantique IEML explicite (a) les relations paradigmatiques entre les termes du dictionnaire d’IEML, (b) les relations syntagmatiques entre les mots et les phrases de propositions IEML ; (c) les relations intra-textuelles entre les propositions du texte IEML ; finalement, (d) les relations hypertextuelles entre le texte en question et d’autres textes IEML. On voit que les circuits sémantiques IEML sont « fractals ». En somme, IEML est une langue artificielle dont tous les textes ont la propriété de se transformer en réseaux de concepts ainsi que s’interconnecter mutuellement, et cela de manière automatique.
  2. Un circuit sémantique IEML se traduit automatiquement en réseau sémantique en langues naturelles.
  3. L’ensemble de tous les circuits sémantiques IEML – la sphère sémantique – se prête à un groupe de transformations, de telle sorte qu’il est possible de programmer sur ces circuits une grande variété d’opérations automatiques d’analyse, de synthèse, de comparaison et de transformation. Ces opérations ne remplacent pas mais s’ajoutent et démultiplient la pertinence des opérations de type logique et statistique qui sont aujourd’hui automatisées par des techniques d’intelligence artificielle.
  4. La sphère sémantique se présente comme le système de coordonnées d’un cosmos de l’esprit inépuisablement complexe, abritant une variété illimitée d’écosystèmes d’idées. La grille de ce système de coordonnées comporte plus de nœuds que l’univers physique ne contient de particules élémentaires. IEML n’impose aucune limite aux possibilités d’expression de nouveaux sens ou à l’ajout de significations indéfiniment plus précises.
  5. Les circuits de la sphère canalisent des dynamiques de courant sémantique. Le courant représente l’intensité (le poids) et la valeur (positive ou négative) attribuées par des communautés d’utilisateurs aux concepts que figurent les circuits. On peut de surcroît commander les circulations du courant à partir de flux de données selon des fonctions aussi complexes que l’on voudra.

7Dès lors, l’intelligence se modélise comme une dynamique de courant dans des circuits sémantiques, une dynamique qui reflète – et pointe vers – des flux et des stocks de données multimédia. C’est dire que la computabilité de la sémantique rend possible une modélisation scientifique de l’intelligence (personnelle ou collective) au moyen d’une méthode calculable, interopérable et transparente.

8La sphère sémantique IEML pourra être librement utilisée par les conversations créatrices en ligne – qui s’organisent aujourd’hui sur les plates-formes de médias sociaux et de jeux massivement multijoueurs –, afin de modéliser réflexivement leur propre intelligence collective. Elle pourra servir de point d’appui à l’unification et à l’exploration féconde d’une mémoire herméneutique globale exploitant l’océan des données numériques. Elle permettra d’accomplir la mutation épistémologique des sciences de l’homme annoncée par les « digital humanities » et pourra être mise au service d’un développement humain multidimensionnel.

II. PREMIÈRE MÉDITATION : LE TRANSFERT D’INFORMATION COMME FAIT SOCIAL TOTAL

  • 3 Empédocle parle de l’Amour (attraction) et de la Haine (répulsion) qui animent les quatre Éléments

9Contrairement aux sociétés animales qui les ont précédées dans l’évolution, les sociétés humaines entretiennent des univers culturels complexes – des écosystèmes d’idées – qui articulent un grand nombre de systèmes symboliques : langues, technologies, systèmes de parenté, religions, droits, formes politiques, connaissances organisées, traditions de savoir-faire, musiques, littératures, etc. Ces systèmes symboliques communiquent pour conduire ensemble (comme on dit d’un fil de cuivre qu’il conduit le courant électrique) les significations qui traversent et soutiennent les êtres parlants. Ces significations parcourent des cycles entrelacés qui se défont ou s’amplifient selon qu’ils se rapprochent ou s’éloignent des contraintes de viabilité et d’équilibre des écosystèmes d’idées auxquelles elles participent. Or, si nous voulons étudier cette économie ou cette écologie et tracer ses circuits de transformation et d’échange de manière partageable, nous sommes bien obligés de supposer que, dans toutes les transformations et déplacements de la signification, « quelque chose », une valeur quelconque, une force d’attraction ou de répulsion3, se conserve, se crée ou se perd. Si ce n’était pas le cas, nous ne pourrions parler d’écologie ou d’économie. Aucune connaissance systématique ou générale ne serait possible puisqu’aucun bilan, aucune mesure, aucune proportion, aucune transformation, aucun échange ne pourrait être déterminé. Quelle est donc la nature de cette relation d’équivalence – quelque chose comme une monnaie du sens – entre les formes de la vie symbolique humaine ? Il existerait une énergie dont les circulations et les métamorphoses engendrent la diversité évolutive des cultures.

  • 4 Levi-Strauss, Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss, in Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie(...)
  • 5 Introduction à l’Œuvre de Marcel Mauss, p. XXXIII. Cette unité des échanges symboliques a été réce (...)

10Nietzsche, et après lui Foucault, ont parlé de la circulation de cette puissance, qu’ils voyaient orientée naturellement vers la croissance. Mais, pour explorer cette question, je m’appuierai ici sur une autre tradition, l’anthropologie française, qui remonte à Emile Durkheim (1858-1917), à Marcel Mauss (1872-1950), et dont le représentant contemporain le plus illustre est Claude Lévi-Strauss (1908-2009). Dans sa remarquable introduction à l’œuvre de Marcel Mauss, qui résume les principaux enseignements de son prédécesseur en anthropologie, le maître du structuralisme expose l’hypothèse selon laquelle toute société doit être analysable comme un système complexe de circulation et d’échange symbolique, réalisant « les termes fondamentaux d’un équilibre, diversement conçu et différemment réalisé selon le type de société considéré4 ». Je souligne ici la notion d’équilibre, qui marque bien l’analogie avec l’approche des sciences de la nature, et qui connote dans ce contexte la dynamique d’une économie ou d’un écosystème. Selon Lévi-Strauss, un des objectifs d’une anthropologie scientifique serait de décrire le fonctionnement social comme « un système entre les parties duquel on peut découvrir des connexions, des équivalences et des solidarités5 ». On voit que son projet d’anthropologie scientifique n’est pas très éloigné du projet de l’économie générale de l’information. Si l’essence même du système social est l’échange symbolique et ses cycles de réciprocité entrelacés, alors les parties du système doivent être rendues aussi comparables, substituables et transférables entre elles dans nos modèles scientifiques de la culture qu’elles le sont dans la culture elle-même.

  • 6 Il cite notamment, dans une note de son texte de 1950, p. XXXVII (comme à de nombreuses autres rep (...)
  • 7 Par exemple, dès 1951, dans l’article « Langage et société » (repris dans Anthropologie Structural (...)

11Stimulé dans sa réflexion par les progrès de la linguistique (qu’il cite constamment en exemple de scientificité dans les sciences humaines), fasciné par la naissance de la théorie de l’information et de la cybernétique6, confiant dans l’aide que l’informatique pourrait apporter à la recherche en sciences sociales7 et fermement convaincu de l’unité de la nature humaine, Lévi-Strauss affirme la possibilité de découvrir les régularités de l’univers symbolique. Si je traduis cette foi lévi-straussienne dans mon propre langage, cela signifie qu’une unité des sciences humaines est possible. Les objets et les opérations des systèmes d’échange symbolique que sont les cultures humaines devraient pouvoir se ramener à un petit nombre d’opérations et de types universels propres à l’écologie des idées ou à l’économie de l’information. De même que la physique a ses particules élémentaires et la chimie ses éléments, de même que les quatre acides nucléiques de l’ADN codent les formes variées du vivant, de même qu’une langue peut « tout dire » en combinant quelques dizaines de phonèmes suivant des règles complexes comportant plusieurs étages d’articulations, de même que les diverses langues de la planète utilisent des universaux syntaxiques communs qui définissent la capacité humaine à articuler des pensées, de même chaque culture combinerait-elle une quantité finie d’universaux symboliques en suivant des règles communes, d’où résulteraient l’inépuisable combinaison d’arrangements, de réarrangements et de permutations qui engendrent la diversité culturelle.

12Aux Formes élémentaires de la vie religieuse (probablement le chef-d’œuvre d’Emile Durkheim, paru en 1912) répondent Les structures élémentaires de la parenté (1949) de Lévi-Strauss : la filiation est évidente dans la recherche de l’élémentaire. Or, cette filiation se prolonge dans l’étude des relations entre éléments. Puisque la réalité sociale est une structure d’échange – échange de femmes, échange de biens, échange de messages, mais toujours échange de valeurs –, il importe au plus haut point de comprendre la nature de cette valeur protéiforme. On sait que, dans son Essai sur le don, remontant en quelque sorte à avant la séparation des disciplines des sciences humaines, Marcel Mauss avait montré le caractère de « fait social total » des cycles de circulation du don dans certaines sociétés primitives. La valeur transférée dans les opérations de don analysée par Mauss est indissociablement morale, économique, politique, juridique, religieuse et ainsi de suite. Cet essai sur le don permet donc d’entrevoir une opération élémentaire, ou fondamentale, qui ne ressortit pas à telle ou telle sphère de la vie culturelle, mais qui tisse le lien social dans sa totalité. Or, la recherche pour identifier l’opération universelle de la vie symbolique rencontre à plusieurs reprises le curieux concept de mana.

  • 8 Introduction à l’Œuvre de Marcel Mauss, p. XLIV
  • 9 Ibid. p. XLIV
  • 10 Ibid. p. V

13En effet, aussi bien Mauss que Durkheim, dans leurs explications respectives de la religion, de la magie ou du don, font appel à une série de termes empruntés aux vocabulaires des langues indigènes – mana, hau, wakan ou orenda – mais qui ont grosso modo le même sens, celui d’une sorte d’énergie ou de puissance vitale élémentaire, de type magico-religieux. Reprenant la notion de mana, Lévi-Strauss prétend que toutes les cultures – y compris les plus évoluées et les plus contemporaines – ont des conceptions de ce type, qui correspondent moins à des « croyances archaïques » qu’à la notion d’une valeur symbolique neutre, avant toute qualification. En français, par exemple, le mot « truc » est dérivé par les étymologistes « d’un terme médiéval qui signifie le coup heureux aux jeux d’adresse ou de hasard, c’est-à-dire un des sens précis qu’on donne au terme indonésien où certains voient l’origine du mot mana8 ». Quant au « machin », il y a derrière « la machine et, plus lointainement, l’idée de force ou de pouvoir9 ». Dans sa réflexion sur le mana, Lévi-Strauss arrache ce terme à la description de la « mentalité primitive ». Ce n’est plus la force spirituelle multiforme qui anime le cosmos des sociétés archaïques décrites par Mauss et Durkheim, mais une valeur symbolique encore non qualifiée, un quantum d’énergie informationnelle. « La fonction des notions de type mana est de s’opposer à l’absence de signification sans comporter par soi-même aucune signification déterminée10 ». Comme toute valeur symbolique n’a de sens que dans l’échange, elle désignerait donc une capacité d’échange indéterminée, une inconnue dans le système de relation. Non pas telle ou telle valeur, mais la valeur elle-même, un « signifiant flottant », pour reprendre le terme de Lévi-Strauss. Le mana est en quelque sorte le « quel que soit », le « x », la variable fondamentale du calcul des échanges dans l’économie de l’information : quelque chose comme sa valeur monétaire. À partir de ce point, le concept de mana que le maître du structuralisme a emprunté à Mauss et Durkheim pour lui donner un autre sens, je le recueille moi-même auprès de l’auteur de La pensée sauvage, et j’opère une translation herméneutique supplémentaire en posant la question de la mesure. Si le quantum d’énergie symbolique devait être mesuré, il faudrait que l’unité de mesure – la monnaie de compte – transcende les distinctions sociales instituées (conventionnelles) entre valeur économique, valeur morale, valeur politique, valeur religieuse, valeur esthétique et autres, afin précisément de pouvoir appréhender les circulations entre les différentes sphères de valeur. Reprenons l’exemple classique du don. Il correspond d’emblée au moins à un double transfert de valeur : transfert d’une valeur économique dans un sens, transfert d’une valeur sociopolitique de prestige dans le sens inverse. L’acte du don lui-même instaure une différence de potentiel, un déséquilibre, une asymétrie (dette, différence de prestige) qui appelle de nouveaux flux de mana, des mouvements complémentaires qui peuvent être directs, transitifs ou différés le long de périples invisibles et complexes. La vie culturelle peut effectivement se décrire comme une économie – ou une écologie – symbolique. Ainsi, on peut dire à bon droit que les peuples qui pratiquent le potlatch font circuler le mana dans leur société en échangeant leurs présents rituels, non parce que leur « croyance » à l’existence de forces magico-religieuses associées aux dons serait « vraie » mais parce que c’est bien elle, la circulation d’une énergie dans un réseau de transformations sémantiques, qui fournit le fil même dont est cousue la société humaine.

14L’économie des biens matériels ne représente qu’une zone partielle des circuits de l’économie symbolique qui organise des échanges de toutes sortes de qualités et de quantités au sein d’un système complexe de cycles réciproques en équilibre métastable. L’économie monétaire classique s’alimente d’une totalité ouverte qu’elle alimente en retour. Les recherches contemporaines qui ont mis en évidence les étroites corrélations entre le capital social (valeurs sociopolitiques) et le degré d’éducation (valeurs cognitives), d’un côté, et la prospérité économique (valeurs marchandes), ou la santé publique (valeurs de bien-être), de l’autre, semblent confirmer que tous les genres de valeurs se traduisent et s’échangent au sein d’une même écologie symbolique. Comment nommer cette entité, cette énergie, ce courant affectif qui coule et se transforme dans les circuits transversaux de l’écologie symbolique ? Identique sous la multiplicité indéfinie des significations changeantes qu’il transporte ou traverse, cet étrange fluide, ce mana, peut être désigné par plusieurs synonymes tels que « force de signification » ou « énergie symbolique ». On peut également l’indiquer au moyen de termes plus traditionnels en économie comme « service », « valeur » ou « bien ». Nos ancêtres des Premières nations appelaient mana ce joker, ou ce caméléon, capable de prendre différentes qualités selon les zones sémantiques où il circule. On pourrait aussi dessiner des analogies avec l’énergie de la causalité karmique, propre aux philosophies traditionnelles de l’Inde et qui est évidemment transversale par rapport aux séparations instituées. Les philosophies traditionnelles chinoises connaissent également une puissance de vie unitaire dont le flot ininterrompu traverse simultanément le cosmos, les méridiens du corps humain et la bibliothèque des lettrés : le Qi liant le Yin au Yang et le Ciel à la Terre ! Plutôt que mana, Qi ou énergie symbolique, pour nommer cette monnaie ou cet équivalent général des échanges symboliques, je retiens pour ma part le terme neutre d’information.

III. DEUXIÈME MÉDITATION : LE TRANSFERT D’INFORMATION ENTRE ÉPISTÉMÈS

15Notre première méditation se tenait essentiellement dans l’orbite de la couche orale de la culture, une couche qui n’est certainement pas exclusive aux « sociétés primitives » et qui continue à former le soubassement de toute vie culturelle. Je voudrais maintenant interroger les passages d’un médium à un autre et, du même coup, l’ajout de nouvelles couches et la complexification des fonctions symboliques. Trois grands principes guident mon approche.

  • 11 La notion d’épistémè, plus large que celle de paradigme, a notamment été développée par Michel Fou (...)

16Premièrement, chaque fois qu’un nouveau médium est apparu, une nouvelle épistémè11 – c’est-à-dire une nouvelle manière de connaître – s’est développée sur la base de ce médium.

17Deuxièmement, une épistémè est notamment conditionnée par ses méthodes de codage formel de la connaissance, ou de la mémoire. On sait que la puissance et la portée des algorithmes dépendent étroitement des systèmes de codage et d’adressage des données sur lesquelles ils travaillent. Or, cette notion peut être généralisée aux relations entre, d’une part, les systèmes de codage de la mémoire utilisés par une société et, d’autre part, la puissance et la portée des opérations cognitives accessibles aux membres de cette société.

18Troisièmement, les systèmes de codage d’une épistémè héritent des systèmes de codage des épistémès précédentes, tout en les réinterprétant : elles ne les oublient pas.

19On peut évidemment raffiner les gradations et les subdivisions, mais je me contenterai ici d’une périodisation qui distingue entre cinq types de médias et cinq épistémès correspondantes.

20Dans la Figure 1, les inscriptions en gris sur fond blanc désignent les médias et leurs principales caractéristiques, tandis que les inscriptions en noir dans les rectangles gris désignent les épistémès, leurs systèmes de codage, les communautés qui les animent et leur type de connaissance ou de mémoire. Une épistémè se présente ici comme un réseau sociotechnique de communication entre savants équipés des systèmes symboliques et des médias de communication de leur époque. Pour chacune des cinq grandes ères présentées ici, les instruments respectifs de codage de la mémoire conditionnent les capacités calculatrices et prédictives de la connaissance. Les épistémès d’une époque donnée sont non seulement supportées par le médium qui leur est contemporain, mais également par les médias et les épistémès des époques antérieures. Ce sont des niveaux ou des « couches » fonctionnelles qui reposent nécessairement sur les couches antérieures. Comme dans un processus de croissance embryologique, chaque nouveau développement suppose, conserve et réinterprète les développements antérieurs. La connaissance humaine apparaît dans la Figure 1 comme une tradition vivante et créative dont chaque niveau émergent dépend des niveaux d’où il émerge, tout en en renouvelant leur sens.

Figure 1 – Épistémologie historique

  1. À l’époque du médium oral, le codage de la mémoire est évidemment verbal, narratif et rituel, tandis que le groupe des anciens représente la communauté porteuse du savoir. Les grandes symétries naturelles (haut, bas, points cardinaux, gauche et droite, etc.), ainsi que les symétries paradigmatiques et narratives propres au langage, servent ici à encoder les flux de données phénoménales.
  2. L’invention de l’écriture représente une innovation capitale dans l’enregistrement de la mémoire. Des symboles deviennent durables, même s’ils ne figurent pas effectivement dans la mémoire individuelle d’une personne vivante. Le médium écrit innove également dans l’émission et la réception d’information entre l’individu humain et la mémoire sociale : la relation peut dorénavant passer par la main et utiliser des outils. Finalement, l’écriture assure une transmission au loin, aussi bien dans l’espace que dans le temps. C’est évidemment le groupe des scribes qui devient le principal porteur du savoir. La mémoire s’entrepose alors dans les salles des archives des palais et des temples. Les calendriers astrologiques, les géométries sacrées et les procédures régulières utilisées par les scribes surcodent les flux symboliques de la science orale.
  3. Le troisième grand médium est celui des lettrés. Il s’agit d’un médium plus léger et plus maniable que celui des scribes. Du côté du code, l’alphabet (dans les cultures alphabétiques) et la notation des nombres par position (en Inde, puis partout ailleurs) simplifient la lecture, l’écriture et les opérations arithmétiques. Les opérations sur les symboles commencent à être systématiquement optimisées. Du côté du support, le papier et les premières techniques d’imprimerie lente (Chine, Corée) facilitent la diffusion des textes. Alors que le scribe travaillait dans le secrétariat d’un palais ou temple, le lettré circule entre les bibliothèques d’un réseau de villes ou de monastères. Sa perspective sur la connaissance est plus universelle et tend vers l’humanisme. À ce stade, les symétries des palais de mémoire, le raisonnement logique et les premières méthodes formelles de manipulation symbolique virtualisent en les surcodant les réseaux de la science scribale.
  4. Le quatrième grand médium, que j’appelle « typographique », introduit la mécanisation de la reproduction et de la diffusion des symboles. À partir de l’imprimerie commerciale12 à caractères mobiles initiée par Gutenberg, les livres imprimés, les journaux, le téléphone, les disques, le cinéma, la radio et la télévision, la communication s’accélère et change d’échelle spatiotemporelle. La mémoire s’accumule et se multiplie désormais dans un dense réseau de bibliothèques, puis de médiathèques. Les principaux porteurs des savoirs essentiels appartiennent alors à la communauté universitaire ou scientifique, dont le système de codage de prédilection est mathématique. Les outils mathématiques des savants de l’ère typographique métamorphosent les savoirs issus de la science lettrée et augmentent leurs capacités prédictives.
  5. Le médium algorithmique automatise la manipulation ou la transformation des symboles. La communauté porteuse du savoir est ici l’ensemble interconnecté des conversations créatrices – ou des réseaux sociaux – qui animent l’Hypercortex, c’est-à-dire le Web augmenté par l’IEML. Dans les sciences, l’économie ou la politique, les activités humaines sont de plus en plus fondées sur la gestion et l’analyse d’énormes masses de données numériques13. La société devient progressivement datacentrique. Parallèlement à cette évolution, nos communications – émettrices et réceptrices de données – reposent sur une infrastructure de plus en plus complexe de manipulation automatique de symboles que j’appelle le médium algorithmique. Mais aussi bien la société datacentrique que le médium algorithmique sur lequel elle repose n’en sont encore qu’à leurs timides commencements. L’essentiel de leur croissance et de leur développement reste encore à venir. De plus, les esprits restent fascinés par la puissance de diffusion de messages qu’offre l’Internet, une puissance qui n’est pas loin d’avoir atteint son terme, alors qu’un immense espace – encore inexploré – s’ouvre à la transformation et à l’analyse du déluge de données que nous produisons quotidiennement. À l’avant-garde de la révolution algorithmique, IEML (ou tout autre système ayant les mêmes propriétés) va démocratiser la catégorisation et l’analyse automatique de l’océan de données. Son utilisation dans les médias sociaux va créer un environnement encore plus propice qu’aujourd’hui à l’apprentissage collaboratif et à la production de connaissances massivement distribuée. Ce faisant, l’IEML (ou quelqu’autre code sémantique universel) va contribuer à faire émerger le médium algorithmique du futur et permettre une réflexion de l’intelligence collective sur l’édification de la société datacentrique à venir.

IV. TROISIÈME MÉDITATION : LE TRANSFERT D’INFORMATION EN ÉCONOMIE

21IEML est une écriture d’un type entièrement nouveau, conçue dès l’origine, premièrement, pour exploiter de manière optimale le médium algorithmique et, deuxièmement, pour supporter le développement de l’épistémè algorithmique. Cela dit, en quel sens IEML est-il le métalangage de l’économie de l’information ? Son nom reflète son essence parce que, comme je vais le montrer maintenant, le travail de l’économie de l’information se ramène en fin de compte à des activités de lecture et d’écriture, activités auxquelles IEML prête sa puissance algorithmique. Parce qu’il résout le problème de l’interopérabilité sémantique, IEML augmente également les capacités de collaboration du travail informationnel. En outre, IEML appartient au capital commun de l’économie de l’information en tant que système de métadonnées universel, public, libre et gratuit. Son rôle est ici de maximiser l’utilité – et donc la valeur – des algorithmes et des données qui sont les formes de capital de l’économie de l’information.

A. Les niveaux de l’économie

22Avant de me concentrer sur l’économie de l’information proprement dite – et sur le rôle que l’IEML est appelé à y jouer –, je vais d’abord situer l’économie de l’information dans l’ensemble plus vaste de l’économie en général. Mon but ici n’est pas d’enseigner l’histoire économique, mais simplement de souligner que l’économie de l’information ne peut être comprise que dans sa relation d’interdépendance avec le reste de l’économie.

Figure 2 – Économie

  • 14 Ibid. p. XLIV

23La Figure 2, que je vais maintenant commenter, résume mon propos. La périodisation suit, de bas en haut, la succession historique des médias ou formes d’écriture : 1) oral, 2) scribal, 3) lettré14, 4) typographique et 5) algorithmique.

  1. Le premier niveau en partant du bas, celui de l’économie prédatrice, émerge à l’époque des cultures exclusivement orales. Pendant la plus grande partie de l’aventure humaine (entre 300 000 et 10 000 ans avant l’ère commune), le travail consiste en chasse, en pêche et en cueillette. Au fur et à mesure que ce niveau est gouverné par les niveaux supérieurs successifs, le secteur des mines déborde les carrières de silex initiales, tandis que la pesée sur la biosphère se fait sentir de plus en plus lourdement. Le capital de l’économie primaire n’est autre que la population humaine elle-même. On en trouvera un témoignage dans la pratique multiséculaire de l’esclavage, ainsi que dans l’importance centrale des alliances matrimoniales (« l’échange des femmes ») parmi les sociétés tribales et au-delà. Encore aujourd’hui, toutes les activités économiques reposent ultimement sur une certaine santé démographique. Sous le niveau de l’économie prédatrice, et comme condition à son fonctionnement, on trouve évidemment l’oralité15, mais aussi l’organisation sociale de la tribu et le rapport à la biosphère.
  2. L’économie agricole prend toute son ampleur avec les civilisations scribales et la propriété éminente d’un roi-prêtre ou d’un seigneur sur un territoire. Ici, le travail est évidemment celui de la culture des plantes et de l’élevage des animaux. Quant au capital, il consiste essentiellement en terre, en grains et en troupeaux. On remarquera que le mot même de « capital » vient du latin caput, capitis, qui réfère aux « têtes » de bétail. Dans le même ordre d’idées, pecus, le troupeau ou le bétail, a fini par désigner la richesse en général, puis l’argent, d’où le mot français « pécuniaire ». Dans l’antiquité, 90 % de la population était employée en agriculture, tandis que, aujourd’hui, seulement 5 % de la population des pays d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord travaillent dans ce secteur d’activité. Pourtant, l’agriculture ne disparaîtra jamais puisqu’elle est une des sources principales de l’alimentation humaine.
  3. Unifiées par des empires exigeant l’impôt et utilisant l’alphabet ou le papier, les grandes civilisations urbaines ont vu se développer un type d’économie basé sur une nouvelle forme de capital : la monnaie. Les réseaux de routes et de ports ainsi que les premières formes élaborées de change et de crédit ont stimulé de nouvelles formes de travail telles que l’artisanat et le commerce. Aux niveaux inférieurs, l’économie financière est évidemment supportée par l’économie agricole, mais elle la domine, comme la ville domine la campagne. Aux niveaux supérieurs, l’invention de la monnaie – l’abstraction de la valeur vers un jeu d’écriture – sert de fondement à tous les développements économiques ultérieurs.
  4. Avant de s’étendre à la totalité de la planète, l’économie industrielle surgit dans le cadre des États-nations européens, à l’époque de l’imprimerie triomphante et des institutions « disciplinaires » (école obligatoire, usine, caserne, hôpital, prison), étudiées notamment par Michel Foucault16. De nouvelles formes de travail se développent, celles de l’ingénieur et de l’ouvrier d’usine, puis celles du cadre – ou gestionnaire – et de l’employé de bureau. L’urbanisation s’étend. La propriété par actions et la bourse se développent. Le capital se cristallise dans de nouvelles infrastructures : chemins de fer, canaux, ports, autoroutes, aéroports, centrales et réseaux électriques. Des actifs inconnus des niveaux antérieurs viennent s’inscrire au bilan des entreprises industrielles : brevets, usines mécanisées, machines-outils et bientôt robots. L’économie industrielle est évidemment supportée par les niveaux antérieurs, mais elle les nourrit en retour : la banque et le capital financier prennent leur essor, l’agriculture se mécanise, la prédation directe s’intensifie.
  5. L’économie de l’information ne supprime ni ne remplace les niveaux antérieurs de l’économie. Bien au contraire. Elle en dépend pour sa propre existence et elle agit vis-à-vis d’eux comme une instance de réflexion, de pilotage, de coordination et de fertilisation, de telle sorte qu’ils en dépendent à leur tour. L’économie de l’information ayant été située dans le contexte général de l’économie et de son évolution, nous allons maintenant nous concentrer sur sa complexité interne en commentant la Figure 3, qui résulte d’un zoom in sur le niveau supérieur (le dernier venu) de la Figure 2.

Figure 3 – Économie de l’information

B. Les niveaux de l’économie de l’information

1. Le capital de l’économie de l’information

24La nouvelle couche économique exhibe une forme originale de capital, inconnue des niveaux antérieurs. Il s’agit du couple complémentaire données/algorithmes. Les algorithmes n’ont aucune utilité en l’absence de données et les données numériques ne peuvent être exploitées que par des algorithmes. Données et algorithmes peuvent être privés ou publics, propriétaires ou libres, opaques ou transparents. Quel que soit le cas, il s’agit toujours de capital.

25Parmi les données, on peut distinguer entre, d’une part, les données primaires, rassemblées dans des bases de données, et, d’autre part, les systèmes de métadonnées, qui classent et organisent les données primaires. Parmi les algorithmes, il est possible de faire le même genre de distinction entre les algorithmes « applicatifs », visant à résoudre un certain type de problèmes, et les systèmes d’interopérabilité entre algorithmes applicatifs tels que systèmes d’exploitation, systèmes de coordination et de communication entre algorithmes, architectures collaboratives, etc.

26Dans la Figure 3, j’ai choisi de représenter la dimension logicielle du capital informationnel – qui est ici au centre de notre attention – par des marques noires dans des rectangles gris et sa dimension matérielle par des marques grises sur fond blanc. Juste en dessous des données, les réseaux de machines comprennent les ordinateurs ou serveurs interconnectés par l’Internet et en particulier les centres de calcul – appelés par antiphrase le cloud –, énormes installations industrielles de béton et d’acier où sont de plus en plus exécutés matériellement la plupart des algorithmes. C’est là que communiquent les programmes et les données de l’épistémè algorithmique.

2. Le transfert d’information entre le capital et le travail

27Sous le niveau des algorithmes, les interfaces multimodales humains-machines contiennent les ordinateurs personnels, les tablettes, les téléphones intelligents et mille dispositifs de réalité augmentée incrustés dans les environnements et objets du monde physique. Deux univers de formes communiquent l’intermédiaire de ces interfaces. Du côté du capital s’étend le monde froid des mécanismes : nombres binaires codant des algorithmes et des données, usines de calcul électroniques, tout le potentiel d’exécution automatique de l’économie de l’information. Ce capital possède un caractère objectif, réifié et c’est pourquoi il est susceptible d’accumulation indéfinie. Par contraste, le travail humain relève de l’insaisissable et du vivant. Il est accompli par des êtres de chair et de sang plongés dans les phénomènes sensibles, les émotions et les pensées réflexives. Le travail de l’économie de l’information consiste dans la création de sens – c’est-à-dire essentiellement dans la narration. Or ces deux univers bien différents – capital et travail – sont en rapport d’interdépendance.

  • 17 Par opposition à l’imprimerie impériale chinoise ou aux imprimeries des monastères bouddhistes en (...)

28En effet, les algorithmes et les données sont produits par le travail humain. Concevoir des algorithmes relève d’une activité créatrice et revient en fin de compte à ciseler le scénario – ou le métarécit – des transformations qui vont influer sur des données dans le cadre de la résolution d’un problème particulier17. Quant aux données, qu’il s’agisse de textes, d’images, de musiques ou de nombres, elles contribuent toujours d’une manière ou d’une autre à raconter une histoire et elles n’ont de sens que dans un contexte culturel. Il faut remarquer que les œuvres transmédias contemporaines – l’exemple des jeux étant le plus évident – comprennent presque toujours un mélange de données et d’algorithmes. Symétriquement, le travail humain ne peut s’exercer qu’en s’appuyant sur le capital disponible. L’activité narrative s’exerce de plus en plus au sujet de données, au moyen d’algorithmes et par l’intermédiaire d’interfaces. Le capital de données alimente le contenu de la narration. Quant aux algorithmes, ils fournissent leur puissance d’exécution automatique à l’activité narrative.

29En somme, le travail de création narrative nourrit le capital d’algorithmes et de données mais, inversement, il s’en nourrit en retour. Entre les deux quelque chose se transfère, circule, se perd et se crée : l’information. Elle se perd. En effet, ce n’est jamais la totalité de la dépense créative qui se cristallise dans un mélange de données et d’algorithmes. En sens inverse, le capital informationnel n’est jamais exploité à son maximum par le travail narratif. L’information se perd. Mais l’information se crée aussi. La voici qui croît dans le cours de sa rotation en spirale entre le monde froid des mécanismes et l’univers évanescent du sens.

3. Le travail de l’économie de l’information

30Le travail de l’économie de l’information oscille entre les deux pôles complémentaires de la lecture et de l’écriture. Commençons par l’écriture, c’est-à-dire par la production de capital. Je l’ai déjà indiqué plus haut, il est bien difficile de séparer aujourd’hui la création de données de la création d’automatismes. La narration multimédia et transmédia dans le médium algorithmique, qu’elle soit artistique, scientifique, politique ou autre, combine généralement les deux aspects. La moindre entrée de blogue contient déjà des hyperliens, de petites machines qui automatisent la lecture… et elle est prise elle-même dans les grandes machines d’évaluation et de citation des médias sociaux.

31Analysons les travaux emblématiques de l’économie de l’information dans le médium algorithmique tels que la théorisation scientifique ou le journalisme de données dans ses formes les plus avancées. Le résultat de ces travaux se présente de plus en plus sous l’aspect de modèles ou de simulations (qui sont forcément à base d’algorithmes). Mais la narration ne s’arrête pas à la modélisation algorithmique. Il faut encore sémantiser le modèle, c’est-à-dire indiquer le sens de ses éléments et de ses comportements, ce qui peut évidemment se faire dans cette « écriture de sémantisation » qu’est IEML. Enfin, il est nécessaire, pour compléter la narration, de pointer vers les référents du modèle, c’est-à-dire le plus souvent vers un ensemble de données. Ainsi, la narration comprend au moins trois aspects : une dramatisation algorithmique, une catégorisation sémantique et un affichage de données multimédia (qu’il s’agisse des données de référence ou d’une visualisation du modèle). Le « texte » de l’économie de l’information se présente comme un paquet bien formé d’algorithmes, de données multimédia et de métadonnées sémantiques. Et ce n’est pas seulement l’écriture qui peut s’analyser de cette manière. La lecture, autrement dit l’interprétation, consiste également à raconter une histoire, un récit qui double le texte déposé par l’écriture, s’y entremêle et le révèle. Le commentaire, le rapport de lecture, la critique, l’évaluation, la prise de notes, la mise en relation, la synthèse sont des activités narratives. Il est évident qu’il ne peut exister de lecture sans écriture préalable. Mais il faut aussi remarquer que toute écriture suppose une formation du scripteur par la lecture. Il n’y a donc pas non plus d’écriture sans lecture. Le travail d’écriture dépend de traditions culturelles qui impliquent de nombreuses dimensions sémiotiques, sociales, techniques et autres. Il est bien difficile pour un auteur de composer le moindre texte (au sens le plus général du mot) s’il n’a pas au préalable fréquenté et identifié le genre auquel participe ce texte. De même, une activité de lecture s’inscrit nolens volens à la confluence d’une ou de plusieurs traditions d’interprétation, impliquant toute une éducation esthétique, littéraire, scientifique, musicale, ludique, sans oublier les sous-entendus politiques, philosophiques, religieux et ainsi de suite. Ainsi, le travail de lecture et d’écriture – qui alimente et exploite tout à la fois le capital d’exécution automatique – implique de nombreuses formes de compétences et, pour chacune de ces formes, de multiples degrés d’expertise. Ce travail ne peut donc s’épanouir que dans des contextes économiques et sociaux favorables, reposant eux-mêmes sur des arrière-fonds culturels aux épaisseurs insondables.

4. Le métalangage de l’économie de l’information

32IEML augmente d’abord la puissance d’exécution automatique du capital de l’économie de l’information. Du côté des données, il instaure un système de métadonnées sémantiques aussi subtil qu’une langue, quoique radicalement translinguistique. Ce système incorpore notamment la calculabilité des relations de sens et la mesure des distances dans une sphère sémantique illimitée où tous les points de vue sont symétriques. Les algorithmes, qui sont aussi des données, peuvent évidemment être catégorisés en IEML. Mais je voudrais souligner ici l’interopérabilité sémantique des modèles algorithmique dont les éléments et comportements seront sémantisés en IEML. En somme, en assurant une organisation sémantique universelle et calculable du monde mécanique des données et des algorithmes, IEML maximise la valeur de ce capital. IEML augmente parallèlement la puissance narrative du travail. Du côté de l’écriture, il permet d’un même geste de rédiger des textes translinguistiques et de programmer des circuits sémantiques hypercomplexes. Cette rédaction s’opère sur une simple tablette, avec l’assistance automatique discrète de la Sphère et sans obliger qui que ce soit à maîtriser un autre code que l’écriture d’une langue naturelle. Du côté de la lecture, IEML ouvre à l’exploration sémantique d’une bibliothèque universelle sécrétée par des myriades de conversations créatrices. En réfléchissant la dynamique de l’intelligence collective humaine dans le médium algorithmique, l’Hypercortex multiplie à l’infini les possibilités d’interprétation.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Atland, Henri (2010), De la fraude, le monde de l’onaa, Seuil, Paris.

Derrida, Jacques (1967a), De la grammatologie, Paris, Minuit.

Derrida, Jacques (1967b), L’écriture et la différence, Paris, Seuil.

Derrida, Jacques (1967c), La voix et le phénomène, Paris, PUF.

Durkheim, Émile (1912), Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF.

Foucault, Michel (1966), Les mots et les choses, Paris, Gallimard.

Foucault, Michel (1969), L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

Foucault, Michel (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Lévi-Strauss, Claude (1949), Les structures élémentaires de la parenté, Paris, PUF.

Lévi-Strauss, Claude (1950), « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss », dans Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF.

Lévi-Strauss, Claude (1958a), « La notion de structure en ethnologie », dans Anthropologie structurale, Plon, Paris, p. 303-351.

Lévi-Strauss, Claude (1958b), « Langage et société », dans Anthropologie structurale, Plon, Paris, p. 63-75.

Lévy, Pierre (1992), De la programmation considérée comme un des beaux-arts, Paris, La Découverte.

Lévy, Pierre (2011), La sphère sémantique, t. 1, Paris (Cachan), Hermès-Lavoisier (traduction anglaise ISTE-Wiley)

Shannon, Claude E., et Warren Weaver (1949), The Mathematical Theory of Communication, Chicago, The University of Illinois Press.

Von Neumann, John, et Oskar Morgenstern (1944), Theory of Games and Economic Behavior, Princeton, Princeton University Press.

Wiener, Norbert (1948), Cybernetics, Paris, Hermann, et Cambridge (Mass.), MIT Press.

Notes de fin

1 Paru en 2011 chez Hermès-Lavoisier en français et chez ISTE-Wiley en anglais.

2 À paraître en 2013, chez les mêmes éditeurs.

3 Empédocle parle de l’Amour (attraction) et de la Haine (répulsion) qui animent les quatre Éléments.

4 Levi-Strauss, Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss, in Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950, p. XXXIV

5 Introduction à l’Œuvre de Marcel Mauss, p. XXXIII. Cette unité des échanges symboliques a été récemment soulignée par Henri Atlan dans son ouvrage De la fraude, le monde de l’onaa, Seuil, Paris, 2010, qui montre bien les circulations entre échanges de paroles, échanges monétaires de biens économiques et relations médiées par la technique.

6 Il cite notamment, dans une note de son texte de 1950, p. XXXVII (comme à de nombreuses autres reprises dans son œuvre), les ouvrages majeurs de Wiener (Cybernetics, 1948) et Shannon (The Mathematical Theory of Communication, 1949). Il cite par ailleurs souvent dans d’autres articles le livre de Von Neumann et Morgenstern (Theory of Games and Economic Behavior, 1944), comme par exemple dans « La notion de structure en Ethnologie », repris dans Anthropologie Structurale, Plon, Paris, 1958 p. 337 de l’édition de poche.

7 Par exemple, dès 1951, dans l’article « Langage et société » (repris dans Anthropologie Structurale, 1958, p. 70) il critique Norbert Wiener pour avoir sous-estimé l’informatisation possible des sciences sociales.

8 Introduction à l’Œuvre de Marcel Mauss, p. XLIV

9 Ibid. p. XLIV

10 Ibid. p. V

11 La notion d’épistémè, plus large que celle de paradigme, a notamment été développée par Michel Foucault (voir Les mots et les choses, Gallimard, Paris, 1966 et L’archéologie du savoir, Gallimard, Paris, 1969).

12 Par opposition à l’imprimerie impériale chinoise ou aux imprimeries des monastères bouddhistes en Corée.

13 Je traduis par « masses de données » ou « données massives » l’anglais « big data ».

14 Ibid. p. XLIV

15 Ibid. p. V

16 La notion d’épistémè, plus large que celle de paradigme, a notamment été développée par Michel Foucault (voir Les mots et les choses, Gallimard, Paris, 1966 et L’archéologie du savoir, Gallimard, Paris, 1969).

17 Par opposition à l’imprimerie impériale chinoise ou aux imprimeries des monastères bouddhistes en Corée.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Épistémologie historique
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/441/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Figure 2 – Économie
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/441/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 3 – Économie de l’information
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/441/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

Auteur

Publie en 1987 La Machine univers (La Découverte) et a été l’un des premiers philosophes à engager un travail de réflexion sur l’incidence du numérique et de l’Internet dans notre rapport aux connaissances et plus largement sur le quotidien et le monde. Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en intelligence collective et professeur au Département de communications à l’Université d’Ottawa, il travaille actuellement à la création d’un code, d’un nouveau langage universel qui pourrait demain enrichir la navigation et l’accès aux savoirs sur Internet : l’IEML (Information Economy MetaLanguage). Il a publié une douzaine d’ouvrages et de nombreux articles

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540