Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transfert

 | 
Pascal Gin
, 
Nicolas Goyer
, 
Walter Moser

Introduction. Du travail sur le concept1

Walter Moser

Texte intégral

  • 1 Ce titre tente de capter au moins une partie de l’expression Arbeit am Begriff, qui a été utilisée (...)

1Cet ouvrage se propose d’explorer le champ conceptuel du « transfert », en vue de consolider son usage dans le domaine de l’analyse culturelle. Il réunit des contributions appartenant à divers champs de savoir, suivant le principe que leur confluence sur une problématique commune nous aidera à mieux cerner et articuler ce champ conceptuel et, par là, à favoriser l’émergence d’un nouveau concept. Aussi, les contributions regroupées dans cet ouvrage proviennent-elles de la traductologie, de la psychanalyse, des études cinématographiques, des études littéraires, de la criminologie et de ce qu’on pourrait globalement appeler la médiologie. Les savoirs qui sont ainsi pris en considération ne sont pas choisis de manière systématique, leur apparition dans ce livre étant plutôt le fruit d’une collaboration personnelle provenant de plusieurs chercheurs et spécialistes. Leur nombre n’a donc pas été fixé d’avance, suivant des critères systématiques. D’autres champs, en plus ou moins grand nombre, pourraient être mis à contribution lors d’une telle exploration. Il nous semble toutefois que les travaux qui sont présentés ici, tant par leur nombre que par leur diversité, constituent une masse critique d’approches en faisant ressortir un ensemble de paramètres qui nous auront permis d’entreprendre le projet de ce livre et de le réaliser.

2Mais que peut bien vouloir dire au juste « explorer un champ conceptuel » ? Et quelle est la proximité d’une telle opération par rapport à la création de concepts, telle que l’articulent Gilles Deleuze et Félix Guattari dans Qu’est-ce que la philosophie ? (Deleuze et Guattari 1991) ?

3Ces questions appellent une réflexion sur la vie des concepts, sur leur intrication dans la vie du langage commun, sur leurs complicités avec les intérêts de connaissance et finalement sur leur survie, c’est-à-dire sur la possibilité de créer des concepts non pas ex nihilo, mais à partir de formes préexistantes, par un processus de recyclage conceptuel.

I. LA VIE DES CONCEPTS

4Les concepts ont leur propre vie. Et, partant, ils ont une histoire. Il s’agit là d’une conviction fondamentale qui habite ce livre. Cela veut dire que nous ne les rapprocherons pas des idées platoniciennes, et, a fortiori, que nous ne les assimilerons pas à de telles idées, qui sont immuables et n’ont d’existence que dans le monde supra- ou extrasensible. Et qui, bien que leur accès soit souvent obstrué par les sens, sont posées comme étant en principe immatérielles, transparentes et universelles.

5Les concepts ne vivent pas non plus dans le ciel bleu de la théorie, d’une théorie qui serait à l’opposé de toute pratique et qui se tiendrait à distance des affaires humaines, surtout de ce qu’il y a de contingent et d’impondérable dans ces affaires. Les concepts peuvent bien prendre de la hauteur, au plus fort de leur parcours, mais ils naissent sur terre. Au ras du sol des situations concrètes, dans les aléas d’un ici et maintenant changeant. Ils sont le fruit d’interactions humaines, voire d’interactions conflictuelles. Ils reflètent des intérêts auxquels souscrivent des groupes pour parfaire une vision particulière du monde, ou encore, ils répondent à des besoins de connaissance précis.

6Aussi les considérerons-nous ici comme des artefacts humains qui ont leur propre trajectoire de vie. Ils émergent et s’élaborent en réponse à des besoins prédéterminés. Ils peuvent être perfectionnés, et connaissent alors une ascension et des moments de gloire. Mais ils peuvent tout aussi bien pâlir, et dès lors leur usage pourra décliner, de sorte qu’ils finiront par céder la place à de nouveaux concepts émergents. Ils seront alors oubliés – ou cachés pour des raisons dont il sera question plus loin –, et survivront dans des archives historiques d’où une postérité pourra éventuellement les retirer pour leur offrir un nouveau cycle de vie. Ou alors ils disparaîtront pour de bon. Ainsi, chaque concept a sa propre biographie : sa naissance, son développement, son apogée, son déclin et sa mort. Avec toutes les irrégularités et tous les rebondissements que ce schème narratif n’exclut pas.

7On peut donc en écrire l’histoire. C’est dans ce sens que ce qui suit est inspiré de loin de l’École de l’histoire des concepts allemande, dont les représentants les plus illustres sont Joachim Ritter et Reinhart Koselleck, et dont les principes de base se trouvent énoncés dans l’ouvrage fondateur de Brunner, Conze et Koselleck (1975). Suivant ces principes, la vie des concepts demeure intimement liée aux vicissitudes de la vie humaine, et l’analyse des concepts et de leur évolution doit prendre en compte les contextes sociaux et autres, dans lesquels ils vivent ou périssent.

II. L’INTRICATION DES CONCEPTS DANS LA VIE DU LANGAGE

8Conséquemment, les concepts ne sont pas non plus séparables de la vie du langage. Il y va ici de leur relation non pas avec un langage purifié, avec une espèce de mathésis des idées et opérations de l’âme, mais bien plutôt avec le langage commun et courant, accessible à tous les membres d’une communauté langagière. Et qui, même si la science linguistique peut le figer momentanément dans une structure de langue, n’en vit pas moins dans des usages variés, dans des appropriations individuelles ou collectives. Dans de la parole.

9Il y a des moments où scientifiques ou philosophes ont proposé de stabiliser et de purifier l’usage d’un mot pour en faire un concept. On pourrait représenter cet effort comme une annulation des connotations instables d’un mot pour n’en retenir que les dénotations censément durables. Pour en faire un usage transparent, stable et prévisible, il fallait en quelque sorte le soustraire à la vie du langage, qui, par définition, est opaque, mouvant et imprévisible. Pour le sacrer concept, il fallait donc séparer le mot du langage de tous les jours, le mettre à l’abri des aléas et imprécisions du langage courant, pour en faire un instrument cognitif désormais propriété d’un discours spécialisé.

10Or, dans la mesure où l’on s’en tient au langage naturel sans franchir le pas vers un langage universel formalisé, cette séparation reste artificielle. Car le vocable choisi reste en contact avec le langage qui bouge et change. Il a parfois une double vie. D’un côté, il continue sa vie dans le langage quotidien et, de l’autre, support ou chiffre de concept, il existe dans l’espace épuré des langages spécialisés, où son usage est soumis à un contrôle sévère. Malgré le principe de la différentiation fonctionnelle des discours, non seulement le contact entre les deux espaces discursifs est-il ainsi inévitable, mais il est hautement probable qu’il y a contamination de l’un à l’autre.

11On peut aussi considérer cette contamination sous un jour positif. C’est ce que Hans-Georg Gadamer a fait dans la troisième partie de Vérité et méthode, consacrée à l’« être langage » de l’acte herméneutique. Voici un premier passage où il se penche sur la conceptualisation scientifique, en montrant comment le concept est obtenu par un usage très particulier des signes de la langue :

La conceptualisation scientifique […] : partout où le mot assume une simple fonction de signe, le rapport originel entre parler et penser, auquel nous nous intéressons, se transforme en un rapport instrumental. Cette modification totale du rapport entre mot et signe est à la base de la conceptualisation scientifique en sa totalité, et il va tellement de soi pour nous, qu’il faut un effort de mémoire tout particulier pour nous souvenir qu’à côté de l’idéal scientifique de désignation univoque, la vie de la langue même se poursuit inchangée (Gadamer 1996, p. 457).

12Le signe, pour « faire concept », est puisé dans le langage courant, puis soumis à un traitement spécial. C’est ainsi qu’on obtient le « terme technique » du discours scientifique. Issu du langage courant, le terme a subi une épuration scientifique, dans un processus que Gadamer explique plus en détail dans cet autre passage :

Qu’est-ce au fond qu’un terme technique ? C’est un mot dont la signification est clairement délimitée dans la mesure où il vise un concept défini. Un terme technique est toujours quelque chose d’artificiel, soit que le mot lui-même soit formé artificiellement, soit encore – et c’est le cas le plus fréquent – qu’un mot déjà utilisé soit coupé de l’ampleur de son champ sémantique et fixé à un sens conceptuel déterminé. Contrairement à la vie sémantique des mots de la langue parlée – dont von Humboldt a eu raison de montrer qu’une certaine marge de variations lui est essentielle –, le terme technique est un mot figé et l’usage technique d’un mot est une violence faite à la langue. Pourtant, à la différence du pur langage de signes, qui est celui du calcul mathématique, l’usage d’une terminologie technique demeure cependant fondu dans le parler d’une langue (quoique souvent à la façon d’un mot étranger). Il n’y a pas de parler purement technique, et même les termes techniques forgés artificiellement et contraires à la langue (les termes techniques du monde publicitaire moderne eux-mêmes en témoignent) retournent à la vie de la langue. Ce que confirme indirectement le fait que parfois une distinction technique ne puisse pas s’imposer et qu’elle soit constamment désavouée par l’usage de la langue. Cela signifie manifestement qu’elle doit se plier aux exigences de la langue. […] Voilà pourquoi l’interprète devra toujours tenir compte de la coexistence de l’usage technique et de l’usage plus libre d’un mot (Gadamer 1996, p. 438).

13Selon Gadamer donc, le terme technique ou concept, qu’on obtient par une réduction artificielle de la « marge de variations » sémantiques propres au langage courant, n’en reste pas moins en contact avec la vie de la langue naturelle. Ce contact peut en fait le menacer dans son univocité et pureté, mais il peut en retour aussi représenter un potentiel de ressourcement pour les concepts. Si le concept continue de la sorte à plonger ses racines dans la vie de la langue en tant que parole vivante, il peut y recevoir des impulsions vitales pour se renouveler ou s’adapter à des situations, et par là, à des besoins changeants. Il y a donc, selon Gadamer, va-et-vient entre concept et langage courant, et ce va-et-vient n’est pas une anomalie, mais un processus positif d’échange dans la langue entre deux niveaux langagiers.

14En vue d’explorer notre champ conceptuel, gardons donc en mémoire cette double vie des vocables qui supportent des concepts. Il vaut la peine de pousser un peu plus loin cette réflexion sur la relation entre langage courant et concept. S’il y a ainsi interaction entre les deux usages langagiers, il faut pourtant se garder d’annuler la différence importante entre les deux : le mot n’est pas concept. Un vocable peut en fait servir à identifier, supporter, indiquer un concept, mais jamais la surface langagière pourrait-elle coïncider sans reste avec le champ conceptuel ou avec l’exacte configuration sémantique d’un concept. C’est que, entre couverture lexicale et étendue conceptuelle, il y a disjonction : plusieurs mots peuvent participer à couvrir un champ conceptuel et, à l’inverse, un mot peut contribuer à désigner divers champs conceptuels.

15Dans le cas du champ conceptuel qui fait l’objet de ce livre, cette non-coïncidence du champ conceptuel et de sa couverture lexicale se confirme dans plusieurs travaux qui y sont présentés. En restant dans la langue française, on constate d’abord que l’effort d’acheminer le vocable de « transfert » vers la fonction de désigner l’abstraction d’un concept rencontre sur son chemin de multiples usages, très concrets mais dispersés, de « transfert ». Ensuite, un coup d’œil dans le Dictionnaire étymologique de la langue française (Bloch et von Wartburg 1968, p. 644-646) montre, d’une part, que le verbe « transférer » coexiste avec plusieurs autres verbes transitifs présentant une structure sémantique analogue – transmettre, transporter, transposer, traduire (préfixe « trans- » + un verbe transitif exprimant un mouvement phorique – et, d’autre part, que le nom de « transfert » n’est entré dans la langue française qu’assez tardivement (en 1724 selon le dictionnaire), comme emprunt du latin. C’était donc, comme le signale Gadamer, un mot étranger, ou un mot savant, qui aurait servi de « terme technique » pour les registres commerciaux (Bloch et von Wartburg 1968, p. 645). Encore un autre mot français, d’origine grecque cette fois, présente la même structure sémantique : « métaphore », qui est à son tour devenu un terme technique, mais dans le domaine de la rhétorique (ELOCUTIO).

16Dès qu’on ouvre le champ d’observation à d’autres langues, la question se complexifie encore. Nous en limiterons ici l’illustration à l’anglais et à l’allemand. En anglais, le nom et le verbe homophones de « transfer » et de « to transfer », de toute évidence des mots d’origine néolatine, fonctionnent avec autant de diversité concrète dans le langage courant, dont l’abstraction conceptuelle devrait pouvoir se détacher, que ce que nous avons observé en français. En allemand, par contre, le Transfer d’origine néolatine est un mot peu courant et, de ce fait, marqué comme appartenant à un registre savant. Contrairement au français et à l’anglais, où la série de verbes mentionnés sont issus des mêmes souches latines et restent donc phonétiquement reliés au « transfert », l’allemand a des équivalents lexématiques couvrant le même terrain conceptuel, mais issus des ressources germaniques de la langue et, de ce fait, séparés phonétiquement de « transfert » et de « transférer » : uber-setzen, uber-tragen, entre autres. Cela veut dire que, si nous souhaitons constituer un champ conceptuel du « transfert », voire en extraire un concept désigné « transfert », nous aurons à composer avec la diversité des langues et avec les variations avec lesquelles la couverture lexicale de ce concept s’articule dans chaque langue.

III. TRANSFERT ET INTÉRÊTS DE CONNAISSANCE

17À cette dimension langagière de l’exploration du concept s’ajoutent des considérations de nature axiologique, politique et idéologique. Nous ne saurions les exposer ici que très succinctement, tout en renvoyant aux élaborations que cet ouvrage présentera ici et là.

  • 2 En allemand erkenntnisleitende Interessen (Habermas 1977, p. 234).

18Dans la mesure où l’élaboration d’un concept s’inscrit dans le cadre d’une opération de connaissance, notre exploration d’un champ conceptuel doit aussi inclure la problématique des intérêts de connaissance. Ou, plus exactement, comme le formulera Jürgen Habermas dans son ouvrage Connaissance et intérêt (1979), les « intérêts qui guident notre connaissance2 ». Car connaître n’est pas un acte gratuit, détaché de toute prise en charge par diverses visées humaines. Bien au contraire, connaître est une activité guidée par des intérêts. Articulés à partir de motivations définies, les concepts, tant dans leur élaboration que dans leur usage, ne sont donc jamais neutres. Ainsi le concept du « transfert » peut nous intéresser pour différentes raisons, dont certaines sont plus honorables et avouables que d’autres. Il s’agira donc, dans ce livre, tout en contribuant au développement de ce concept, de mener une réflexion sur nos propres intérêts qui, ce faisant, nous guident.

19D’une part, cette réflexion vise le contemporain : pourquoi nous intéressons-nous aujourd’hui au « transfert », et plus particulièrement à extraire de ses multiples emplois lexématiques et préconceptuels un faisceau de contenus sémantiques qui permettra d’en faire un concept à appliquer dans l’analyse culturelle ? Il va sans dire que cette réflexion doit être de nature critique et assumer la fonction métathéorique qui doit accompagner tout travail dans le champ de la connaissance.

20D’autre part, il faudra effectuer un travail de nature presque archéologique d’histoire des concepts, afin de révéler ce que la facture contemporaine du concept, dans sa scientificité délibérément dépouillée, peut chercher à cacher en escamotant ses racines historiques qui peuvent rejoindre des situations politiques peu avouables. Il faudra s’interroger sur les effets d’un tel escamotage dont fait l’objet le passé d’un concept. En faisant référence à Freud, Habermas parle ici d’unerwünschte Motivationen (des motivations indésirables). Si notre exploration du champ conceptuel du transfert a pour effet de mettre au jour des moments d’histoire, voire une préhistoire conceptuelle volontairement oubliée – c’est-à-dire une espèce d’« inconscient historique » – du concept que nous espérons faire émerger de ce travail, que faire de cette préhistoire ? Faut-il l’assumer en pleine connaissance de cause ? Faut-il, au contraire, déclarer que le concept est « impur » et « intouchable », et alors le rejeter, voire le tabouiser, de peur d’être rattrapés par les intérêts non scientifiques qui en auraient accompagné l’usage ?

21Il appert en fait que – et c’est surtout le travail de Daniel Simeoni présenté dans ce livre qui en révèle des pans –, dès l’apparition en latin du « transfert », ce mot-concept avait partie liée avec des enjeux politiques de transferts d’empire et, de ce fait, avec des situations connotant de la violence, voire en contenant. Est-ce à dire que notre concept, dans une histoire plus récente, a partie liée avec le colonialisme, qui implique toujours des transferts plus ou moins violents d’un centre (d’empire) vers une périphérie (d’empire), d’un lieu politiquement fort et dominant vers des lieux politiquement plus faibles et dominés ? Est-il plutôt habité aujourd’hui par des relations de pouvoir postcoloniales qui, même si ce substrat colonial d’asymétrie de pouvoir est encore actif en sous-jacence, admet des reflux de pouvoir, des retours d’influence, qu’on oserait presque qualifier de « contre-transferts » politiques ? Même si nous sommes à la recherche d’un instrument conceptuel qui permette de rendre compte analytiquement de la grande mobilité qu’on observe à l’échelle mondiale dans la culture contemporaine, nous aurons aussi à nous interroger sur les soubassements historiques du « transfert » qui pourrait être un de ces instruments conceptuels. Notre usage du concept doit s’accompagner d’une réflexion sur les « voix » qui se sont inscrites dans ce vocable par le passé et dont il porte les traces, détectables pour qui veut les connaître. Il s’agit là d’une problématique bakhtinienne, selon laquelle tout ce qui circule discursivement dans l’espace social porte ce genre de traces, dans une espèce de palimpseste de ses usages antérieurs.

22Notre attention réfléchie à cet effet de palimpseste fait apparaître, en vérité, une grande pluralité de voix inscrites dans le « transfert » : la voix des empires et de leur translatio, la voix impérialiste, la voix coloniale et plus particulièrement colonisatrice, la voix des hégémonies politicoculturelles, mais aussi la voix de la résistance du subalterne, la voix du colonisé qui participe activement à une « néoculture », inscrite par Fernando Ortiz dans son invention conceptuelle de 1940, la transculturation (Ortiz 1991). Chacune de ces voix comporte un enjeu de pouvoir, et, par là, un potentiel de violence.

IV. LE RECYCLAGE CONCEPTUEL

23Quelle attitude adopter devant ces voix, une fois qu’elles ont été mises au jour, et comment se positionner par rapport aux relations de pouvoir qu’elles comportent ? Plusieurs attitudes sont possibles, que nous ramenons schématiquement à trois.

A. Première attitude

24La première attitude est négative. Motivée par une peur de contact avec le passé gênant auquel un mot-concept a été associé, elle consiste à le contourner, à le rejeter ouvertement ou à le tabouiser. Cela a été le cas de certains mots-concepts intrinsèquement reliés à un passé négatif dont la virulence continue à jeter sa longue ombre sur le présent. Les exemples tirés du discours fasciste des années 1930 et 1940 du siècle passé sont nombreux : en allemand, il s’agit de l’adjectif völkisch (ethnico-populaire), du syntagme de Blut und Boden (terre et sang) et du nom de Lebensraum (espace vital), pour ne mentionner que ceux-là.

25Cette attitude ne me paraît pas recommandable, car elle refuse de faire le « travail sur le concept » qui nous incombe historiquement. Et elle a pour effet de ranger dans le musée des horreurs conceptuelles certains vocables en laissant la négativité de leur usage définitivement attachée aux mots mêmes. Cette fixation négative est compréhensible pour la postérité proche, mais non souhaitable pour la vie historique des langues et des concepts.

B. Deuxième attitude

26La deuxième attitude est plus constructive, mais elle n’en représente pas moins un refus de s’engager dans le travail historique des concepts. Elle consiste à prendre, au contraire, un « vieux » mot-concept à bras-le-corps et à le nettoyer de la trace de ses usages antérieurs qu’on ne veut pas assumer. Il s’agit d’une remise à neuf conceptuelle.

27Je l’illustrerai ici par la manière dont Victor Segalen se réapproprie le concept d’« exotisme » dans son Traité de l’exotisme inachevé, qui date du début du XXe siècle. Cet extrait suffira pour montrer avec quel élan Segalen s’y prend pour éliminer la sédimentation des voix qui se sont accumulées dans l’histoire du vocable d’« exotisme » :

  • 3 Segalen 1995, entrée du 11 décembre 1908, p. 749.

Avant tout, déblayer le terrain. Jeter par-dessus bord tout ce que contient de mésusé et de rance ce mot d’exotisme. Le dépouiller de tous ses oripeaux : le palmier et le chameau ; casque de colonial ; peaux noires et soleil jaune ; et du même coup se débarrasser de tous ceux qui les employèrent avec une faconde niaise. Il ne s’agira donc ni des Bonnetain, ni des Ajalbert, ni des programmes d’agences Cook, ni des voyageurs pressés et verbeux. Mais, par Hercule ! quel nauséabond déblaiement !
Puis, dépouiller ensuite le mot d’exotisme de son acception seulement tropicale, seulement géographique. L’exotisme n’est pas seulement donné dans l’espace, mais également en fonction du temps.
Et en arriver très vite à définir, à poser la sensation d’Exotisme : qui n’est autre que la notion du différent, la perception du Divers ; la connaissance que quelque chose n’est pas soi-même ; et le pouvoir d’exotisme, qui n’est que le pouvoir de concevoir autre.
En étant arrivé à ce Rétrécissement progressif d’une notion si vaste en apparence qu’elle semblait, au début, comprendre le Monde et les Mondes ; l’ayant dépouillé des scories innombrables, des bavures, des taches, des ferments et des moisissures qu’un si long usage – tant de bouches, tant de mains prostitueuses et touristes – lui avaient laissés ; la possédant enfin, cette notion, à l’idée claire et toute vive, laissons-lui reprendre chair et comme un germe, cette fois pur, se développer librement, joyeusement, sans entraves mais sans surcharges ; s’emparer de toutes les richesses sensorielles et intelligibles qu’elle rencontrera dans son élargissement et, se gonflant de tout, à son tour embellir et revifier [sic] tout3.

28Nous citons ce long passage in extenso, car l’opération à laquelle s’adonne Segalen avec ardeur et éloquence y apparaît dans toute sa netteté. Il s’agit d’éliminer comme des déchets toutes les scories négatives qui se sont accumulées dans et autour de ce vocable, afin de lui donner la pureté nécessaire pour une nouvelle conceptualisation de l’exotisme. Autant le cumul de négativité sémantique dont sont frappés les anciens usages du terme est impressionnant – presque comme une conjuration magique du Mal –, autant la positivité sémantique consacrant le miracle du nouveau concept sorti de cette alchimie discursive est surprenante. Car, suffit-il de ce genre de bravoure d’éloquence pour remettre l’histoire d’un mot-concept à zéro ? Peut-on vraiment, comme le fait Segalen ici, redonner sa virginité à un concept qui aurait subi des abus de langage « prostitueux » ?

29Nous sommes d’avis que non, car nous adhérons à une histoire des concepts qui s’intéresse justement à leur vie historique. Et qui considère que de vouloir effacer la totalité ou une partie de cette histoire est faire preuve de naïveté. L’histoire des concepts ne s’efface ni d’un trait de plume ni d’un élan de volonté émotive ; elle doit être abordée dans un processus qui combine les gestes de l’enquête, de l’héritage assumé et de la réflexion critique. Aussi plaiderons-nous ici pour une troisième attitude à l’égard de la vie antérieure du concept de « transfert », à savoir le recyclage conceptuel.

C. Troisième attitude

  • 4 Plutôt que d’avoir recours à des termes plus abstraits — reconfiguration, par exemple —, nous rete (...)

30La troisième attitude sera donc celle du recyclage conceptuel. Cette attitude à l’égard de la vie des concepts s’inspire aussi d’une espèce de credo que Judith Schlanger a eu l’habileté de capter dans la brièveté d’un titre de livre : Penser la bouche pleine (Schlanger 1975). C’est dire que, dans les pratiques discursives et cognitives, nous ne commençons jamais à zéro. Contrairement à ce que le volontarisme moderne, dont Segalen se fait l’écho, postule – faire table rase et (re)commencer à zéro, faire à tout prix du neuf –, notre attitude pose que le champ culturel et discursif est toujours déjà plein de matériaux qui viennent du passé et que nous devons prendre en charge. Sans pour autant être condamnés à un traditionalisme passif, et d’emblée conservateur. La prise en charge de ces matériaux est sélective, critique et transformatrice. C’est ce que nous proposons de subsumer dans le concept-métaphore de « recyclage4 ».

31Il s’agit là d’une opération exigeante, plus exigeante que celle d’éviter tout contact avec un passé jugé inavouable (première attitude), ou encore que celle de se débarrasser de ce passé en le jetant par-dessus bord (deuxième attitude). C’est qu’elle implique d’abord un retour sur l’histoire, un travail d’enquête qui peut révéler des pans d’histoire oubliés et enterrés. Ensuite, elle exige une prise de position critique par rapport à ce passé, qui peut mener à un rejet de certains aspects. Ce moment critique sera suivi d’une sélection des éléments dans la vie d’un concept qui peuvent encore nous intéresser. Ces éléments doivent être intégrés dans une nouvelle construction conceptuelle ; ils seront ainsi réactivés dans un nouveau contexte historique, où ils assumeront nécessairement des fonctions différentes. Lors d’une telle transformation, le résiduel peut contribuer à la création conceptuelle et, de la sorte, nous aider à penser ce qui est émergent sur le plan historique.

32Je ne trouve de meilleur exemple, pour illustrer ce processus, que le travail que Walter Benjamin a effectué, dans son livre sur le drame baroque, sur le concept de « mélancolie » (Benjamin 1985). Plutôt que de le rejeter parce qu’il a, de fait, partie liée avec la mythologie ancienne, avec la théorie des tempéraments et avec la médecine des humeurs, entre autres – toutes des configurations discursives devenues « résiduelles » dans la modernité –, Benjamin en a traversé et revisité l’histoire. Il nous a fait découvrir des aspects intéressants, des contenus sémantiques surprenants, dont la positivité néoplatonicienne qui fait de la mélancolie une condition favorable pour la création artistique et le travail intellectuel. Il a réactivé certains de ces aspects et, en enlevant le concept de son socle de la mythologie et de la pathologie humorale, il l’a transféré dans un discours historiographique pour en faire la condition subjective centrale lui permettant de définir le sujet baroque. Ainsi, le concept n’est pas coupé de toutes ses racines historiques, de toutes les voix qui l’habitent ; bien au contraire, il est reconnecté avec certaines de ses racines dont l’intégration transformatrice dans un travail de création conceptuelle pour penser le baroque s’avère capitale. Dans ce travail de Benjamin, il s’agit, certes, de la réappropriation d’un concept qui vient de très loin, réappropriation qui n’en est pas moins critique et créative. Il s’agit d’un travail sur le concept au sens fort du terme.

V. LA MISE EN ŒUVRE DU CONCEPT

33Les travaux présentés dans ce livre s’en inspirent à différents degrés, bien qu’il s’agisse ici du type de travail préliminaire et plus modeste qui consiste dans l’exploration du champ conceptuel du « transfert ». Et, avant de donner la parole aux divers auteurs qui ont contribué à cet ouvrage, esquissons brièvement quelques paramètres du nouveau contexte historique auquel devra s’appliquer le « transfert » si ce concept est effectivement appelé à jouer un rôle actif et cognitivement productif dans l’analyse de la culture contemporaine.

34Les relations de pouvoir sous-tendant les multiples mobilités culturelles qu’il nous est donné d’observer aujourd’hui n’ont certes pas disparu dans la contemporanéité, souvent subsumée sous le concept flou de globalisation. Par contre, ces relations ont perdu une grande partie de cette unidirectionnalité qui caractérisait les empires historiques et plus précisément les empires coloniaux. Elles ne s’inscrivent plus exclusivement, et à plus forte raison plus à sens unique, dans des relations de centre à périphérie, de dominant à dominé, d’hégémonie à subalternité. Surtout pas au singulier : les centres, les dominations, les hégémonies évoluent comme des configurations à géométrie variable et sont désormais à mettre au pluriel. La situation d’ensemble a gagné en complexité et en vitesse.

  • 5 Entre autres, dans Bauman 2000. La métaphore est reprise — et visuellement concrétisée sur la couv (...)

35Entre autres, Michael Hardt et Antonio Negri ont proposé de subsumer cette complexité plurielle sous le nouveau concept d’« Empire » (2000). Zygmunt Bauman, pour sa part, a opté pour la métaphore de liquidité pour en rendre compte5. Arjun Appadurai fait état de « fundamental disjunctures between economy, culture and politics » et sa proposition de distinguer cinq différents « -scapes » (« five dimensions of global cultural flows that can be termed (a) ethnoscapes, (b) mediascapes, (c) technoscapes, (d) financescapes and (e) ideoscapes ») permet de décrire et d’analyser leurs désynchronisations et disjonctions (Appadurai 1996, p. 33). Parmi d’autres, John Tomlinson (1991) a complexifié la théorie de l’impérialisme culturel en montrant que, même là où le flux économique des produits culturels est unilatéral, le processus de réception peut présenter des rétroactions, voire des inversions du vecteur transférentiel. On pourrait également mobiliser le concept-métaphore deleuzien de rhizome, déjà victime d’une certaine inflation d’usage, pour rendre compte de cette situation modifiée, de sa structure multinodale et de sa dynamique multirelationnelle surtout. Le dénominateur commun de ces approches consisterait dans l’obligation de relever le défi de sortir des schémas de pensée faciles et réducteurs, qui rendent compte d’un état passé du monde où les transferts de toutes sortes suivaient, en descendant, la pente des relations de pouvoir. Le pouvoir semblait alors localisable dans un centre géopolitique. Cette configuration s’est certes complexifiée par la pluralisation des centres à différents niveaux hiérarchiques, mais le pouvoir s’est aussi délocalisé et « liquéfié » dans des réseaux. Même si Saskia Sassen (1991) nous a rappelé que l’archipel des métropoles n’est pas une galaxie informe de villes, mais que leur réseau connaît bien encore des nœuds qui font centre – New York, Londres, Tokyo, désormais sur trois continents différents ! –, et que tous les flux dans ce réseau ne suivent plus des chemins prétracés et donc prévisibles. En fait, l’observation des transferts dans le domaine culturel montre que les vecteurs se sont multipliés, que les tracés peuvent s’inverser, et que leurs réussites sont imprévisibles. Dans cette nouvelle situation, le vocable de « transfert », si l’on souhaite lui conférer la solidité cognitive d’un concept, doit être sans cesse mis à l’épreuve de l’observation empirique, selon des paramètres spatiotemporels précis.

36À titre d’illustration, je me permets de mentionner ici deux analyses en cours relevant de mes propres activités de recherche. La première concerne la mobilité transhistorique et transculturelle du paradigme culturel baroque dans l’espace atlantique. Objet d’un transfert culturel massif et colonisateur qui va du centre européen vers la périphérie américaine, le baroque se mue ensuite en paradigme d’identification culturelle latino-américain, pour finir par être rediffusé en sens géographique inverse vers l’Europe comme paradigme néobaroque. Sans parler du fait que le concept de baroque a connu son chronotope d’élaboration le plus intense dans les pays germanophones au tournant de siècle 1900, donc loin de l’émergence du paradigme esthétique qui se situe en Espagne et en Italie au tournant de siècle 1600. Les recherches sur le baroque et sur le néobaroque, en fait, font face à une complexité transférentielle spatiotemporelle qui défie tout schéma simplificateur.

  • 6 J’ai retracé et analysé certaines de ces migrations conceptuelles dans mon étude (Moser 2010).

37La seconde se situe au niveau métacritique : il s’agit de l’analyse du concept migrateur « transculturation ». Inventé en 1940 par Fernando Ortiz comme alternative à « acculturation », ce concept, qui partage une partie de son champ conceptuel avec le vocable de « transfert », a connu un franc succès – on peut presque parler de mode intellectuelle – récemment, et a fait l’objet de multiples transferts à son tour. Élaboré dans un contexte postcolonial, à partir de l’intérêt d’attribuer à l’(ex-)colonisé une force créatrice propre s’activant dans les processus interculturels que provoque la situation coloniale et qui perdurent en situation postcoloniale, ce concept est en voie d’être transféré dans des situations très différentes et d’être approprié à partir d’intérêts changeants. Sans que ces migrations conceptuelles suivent des tracés prévisibles selon des schémas qu’aurait pu nous suggérer notre compréhension d’un état du monde passé6.

38Voilà quelques-uns des enjeux que nous rencontrons si nous désirons faire de « transfert » un instrument nous permettant d’analyser les mobilités interculturelles. Ce livre veut rendre compte des défis qu’un tel travail sur le concept nous demande de relever.

VI. PRÉSENTATION DE CET OUVRAGE

39Le présent ouvrage est divisé en trois parties. La première, « Le savoir du transfert », réunit trois textes, la deuxième, « Le transfert et les champs du savoirs », occupe le gros de l’ouvrage, et la troisième, « Le cas des transferts médiatiques », formée de deux textes, est consacrée plus particulièrement à l’imbrication des transferts avec les médias.

40La première partie s’ouvre sur deux contributions qui rendent compte, chacune à leur manière, des applications du « transfert » au domaine de la culture, pour en analyser la mobilité. Leurs auteurs sont, chacun dans leur propre contexte institutionnel, engagés depuis quelque temps déjà dans l’analyse des transferts culturels. Il est donc juste de dire que, à titre de pionniers, ils pratiquent déjà le type de recherche interculturelle qu’entend utiliser le présent ouvrage pour explorer les fondements du concept de transfert. Hans-Jürgen Lüsebrink est titulaire d’une Chaire d’études culturelles romanes et de communication interculturelle à l’Université de Saarbrücken, et Walter Moser a été titulaire de la Chaire de recherche du Canada en transferts littéraires et culturels à l’Université d’Ottawa de 2002 à 2008. La teneur de leurs contributions est systématique et théorique, mais leur approche quant à la notion de transfert est fort différente.

41Hans-Jürgen Lüsebrink commence par évoquer les changements contemporains qui augmentent et intensifient les communications interculturelles et font de leur exploration méthodique et interdisciplinaire une nécessité. Aussi propose-t-il un modèle d’analyse des rapports interculturels. Ce modèle s’articule sur trois axes : les interactions interculturelles, les processus de perception de l’Autre et les processus de transfert culturel. Se penchant par la suite exclusivement sur les transferts culturels, il distingue trois volets d’analyse qui ont respectivement pour objet les processus de sélection, les figures et institutions de médiation et les formes de réception. Il assortit ses considérations de nature théorique et méthodologique d’un grand nombre d’exemples concrets, pour la plupart tirés de la culture contemporaine. Mais il tient à donner à ses propos de la profondeur historique en montrant que les transferts culturels se pratiquent depuis bien longtemps déjà. Finalement, dans une réflexion plus générale, il identifie la processualité et l’intentionnalité comme les deux caractéristiques qui définissent l’approche de l’interculturel appuyée sur la notion de transfert.

42Walter Moser, pour sa part, situe ses propos dans l’histoire des concepts. Mais il explore surtout la possibilité de faire du « transfert culturel » un instrument qui, si opérationnalisé dans des analyses empiriques, permettra de rendre compte de la grande mobilité culturelle que nous observons de nos jours globalement. Il a recours à l’expédient d’un énoncé nucléaire qui capterait les différents aspects du concept dans une syntaxe rudimentaire. Cela lui donne la possibilité de décomposer cette syntaxe dans ses unités et relations de base, puis d’articuler une espèce de grammaire du transfert appliqué au domaine culturel. Seront ainsi explorés à tour de rôle le sujet, l’objet et le processus même du transfert culturel. La démarche, qui pourrait paraître par trop abstraite ou didactique, est illustrée par un grand nombre d’exemples concrets qui permettent de voir justement la diversité et pluralité des sujets, des objets et du déroulement du processus. Cette diversité a toutefois comme structure de base toujours la même opération qui consiste à transférer des matériaux culturels d’un système à un autre.

43Le troisième texte donne à cette exploration conceptuelle la plus grande amplitude en la déplaçant vers le domaine général du transfert des informations. Son auteur, Pierre Lévy, est un pionnier qui participe activement à « la mutation épistémologique des sciences de l’homme annoncée par les digital humanities ». Aussi a-t-il élaboré récemment le métalangage artificiel IEML (Information Economy MetaLanguage), un système de codage permettant le va-et-vient entre le sémantisme des langues naturelles et les algorithmes numérisés.

44Il nous présente cette « computabilité de la sémantique » comme l’étape la plus avancée d’une évolution des « écosystèmes des idées », qu’il expose en ayant recours à trois approches distinctes pour « méditer la notion de transfert informatique ». La première nous ramène, dans la filiation de l’anthropologie française qui va de Durkheim à Lévi-Strauss en passant par Mauss, à l’échange symbolique comme essence du système social. Lévy montre que, dans les sociétés de l’oralité première, « le curieux concept de mana » fonctionne comme une « valeur symbolique neutre » avec une « capacité d’échange indéterminée » permettant, par ses transferts multiples, d’opérer des liens transversaux entre les différentes sphères de valeur. La deuxième approche, intitulée « Le transfert d’informations entre épistémès » montre comment la succession évolutive de cinq médiums (oral, scribal, lettré, typographique et algorithmique) peut être corrélée à l’émergence de cinq épistémès différentes. La troisième, intitulé « Le transfert d’information en économie », élargit cette corrélation à cinq niveaux économiques (de prédation, agricole, financier, industriel et informatique) et finit par expliquer le rôle que peut jouer le métalangage IEML dans l’économie de l’information.

45C’est dans la seconde et dans la troisième partie du livre que l’exploration du champ conceptuel s’ouvre à une multitude de sites sectoriels. Y est présentée une série de travaux qui, soit cherchent à déterrer des emplois du « transfert » dans des savoirs établis, soit retracent les balbutiements du concept dans son histoire. Le concept émergent est aussi testé et mis à l’épreuve en relation avec des savoirs qui ont déjà le statut de discipline.

46L’exploration que nous propose Daniel Simeoni nous introduit dans le champ de la traductologie. Plus exactement, il cherche à documenter le parallélisme des concepts de traduction et de transfert, voire l’ancrage du premier dans le second. Dans la tradition allemande de l’histoire des concepts, cette enquête est marquée par une grande profondeur historique. Mais, contrairement à cette tradition, et en bon traductologue, Daniel Simeoni considère une pluralité de langues et, bien sûr, les passages d’une langue à l’autre. Ce qu’il découvre, c’est que le « transfert » a différentes valences politiques, qui émanent du contexte de ses premiers usages, mais qui sont souvent masquées par sa prétendue neutralité de concept scientifique. Et ce contexte est celui des entités politiques ainsi que de leur transmission s’accompagnant souvent de ruptures violentes. Les connotations du concept, en partie effacées ou oubliées, ne sont donc pas dissociables d’enjeux contextuels de pouvoir et de contre-pouvoir. Ces plongeons dans la préhistoire souvent inavouée du concept soulèvent la question de savoir, une fois que ces connotations sont mises au jour, comment nous positionner par rapport à elles si nous souhaitons, aujourd’hui, faire un nouvel usage de ce concept.

47Dans la psychanalyse, tant comme site du savoir que comme pratique, le transfert a une longue histoire conceptuelle. Voilà pourquoi c’est dans ce domaine que notre concept a atteint un haut degré de cristallisation, comme un coup d’œil dans les divers dictionnaires de la psychanalyse l’atteste. Or, dans sa contribution à cet ouvrage, Ellen Corin ne défend aucune orthodoxie sur le transfert en psychanalyse. Bien au contraire, elle nous offre une traversée des potentialités de « transfert », de son point de vue particulier, ouvrant de la sorte le dialogue avec d’autres savoirs et disciplines tel que ce livre voudrait le promouvoir. C’est ainsi, que, en fin de parcours, elle esquisse la possibilité de déplacer latéralement les acquis de sa réflexion vers le champ de l’anthropologie. S’amorce ainsi la prise en compte de la dimension psychique dans l’exploration de l’autre culturel, qui s’avère être autant « l’étranger (interne) à la culture » que « l’étranger (externe) de la culture ».

48Le texte d’Alvaro Pires nous situe dans le domaine du droit criminel. Plus exactement, dans sa première partie, il explore des questions théoriques et méthodologiques du transfert, pour les illustrer par la suite grâce à des exemples relevant du droit criminel. La question théorique posée au départ vise à connaître les conditions sous lesquelles, ainsi que les démarches selon lesquelles, on peut observer « un transfert de valeurs ou de concepts d’un système social complexe à un autre ». Il va de soi que tout transfert met en rapport un système donateur et un système récepteur. Pires adopte résolument la perspective du système récepteur en postulant que « le système de réception a un rôle actif dans la production du sens et de la forme spécifique que prendra l’énoncé transféré ». Il a recours à la théorie des systèmes de Niklas Luhmann, dont il adopte l’appareil conceptuel (surtout la distinction médium/forme) et le principe que l’opération de transfert n’est pas attribuable à un opérateur humain actif, mais qu’il est « réalisé par le système ». Dans ses exemples, qui lui servent à illustrer ces enjeux théoriques et méthodologiques, il s’intéresse surtout au transfert de la théorie rétributiviste par le droit criminel entre le XIe siècle (saint Anselme) et le XVIIIe siècle (Kant). Il s’agirait, dans ses propres termes, d’un transfert intraculturel, intrasystémique et diachronique. Il montre bien les spécificités de la réception de ce transfert par Kant.

49La réflexion de Nicolas Goyer propose d’emblée une bifurcation interne de « transfert » en distinguant le « transfert généalogique » et le « transfert migratoire ». En s’appuyant sur des cas qui documentent les expériences migratoires contemporaines, il illustre la nécessité de contester la priorité qu’on a longtemps accordée au transfert qui se fait de génération en génération suivant une identité ou naturalité incontestée. À la lumière des évidences de ces pratiques migratoires, il plaide sur le plan théorique – qui allie la psychanalyse et la philosophie – pour une intégration des deux dimensions du transfert. Il souligne alors leur enchevêtrement ou « composite de transferts » que l’analyse doit pouvoir dégager dans les cas concrets. Et il applique le résultat de sa réflexion à l’analyse de productions culturelles, en particulier de films qui agencent des expériences allant du généalogique au migratoire. Il transfère de la sorte le travail fait sur les concepts dans le cadrage et la modélisation socioesthétique nécessaire pour retracer l’opération du transfert dans la concrétude du média cinématographique.

50La troisième partie du livre est composée de deux contributions qui forment un ensemble plus particulièrement consacré à la co-implication de transfert et de médias.

51Dans sa réflexion intitulée « Transfert de supports : in-sécurités rhizomatiques », Thimothy Murray se situe au carrefour de savoirs où se croisent le politique, le médiatico-technologique, le psychanalytique et l’interculturel. Son tour d’horizon du monde contemporain nous situe de plain-pied dans un monde transformé par les nouveaux médias. Dans ce monde, de multiples transferts de supports ont une incidence radicale sur la constitution des sujets humains, étant donné que leurs applications s’étendent de la sphère politique, en passant par les armements et la bureaucratie, jusqu’à la sphère esthétique. Si certains des paramètres politiques ainsi évoqués sont en voie de changement, surtout aux États-Unis, le constat d’un « délire numérique » mondialisé n’a rien perdu de son actualité.

52Toutefois, le site d’observation privilégié de Murray est celui du new media art, ou encore du cyberart, toujours multimédial, qui a connu récemment un essor impressionnant. En tant qu’archiviste d’une des plus grandes collections dans ce domaine, qui se trouve à la Cornell University, il est bien placé pour en parler. Sa démarche comporte un intérêt additionnel du fait que son regard embrasse le phénomène mondialement. Sa connaissance des scènes de production asiatiques, en particulier, nous permet, de façon toute originale, de porter notre attention sur les différences interculturelles qui apparaissent dans le transfert de ce type d’art – par ailleurs mondialisé – d’une culture à une autre. Le noyau de son argument réside dans l’usage du « transfert » au croisement entre la psychanalyse et la médiologie afin de rendre compte des « divers types de transferts, psychanalytiques ou autres, s’interpellant mutuellement » dans les installations multimédias qu’il analyse. Dans ces œuvres d’art numérique, il cherche à la fois à articuler le contenu cognitif et critique par rapport à la situation dont elles émanent et à évaluer leur participation à l’émergence d’un nouveau type de sociabilité dans les termes des agencements deuleuziens.

53Dans sa contribution « Le transfert culturel, une fonction médiatique : collectionner, stocker, transmettre (l’Amérique) », Wolfgang Ernst s’interroge sur le « transfert » au carrefour de différentes disciplines : l’ethnologie et l’ethnographie, la muséologie, l’histoire et l’analyse des cultures et surtout la théorie et l’histoire des médias. Son argument central consiste à montrer que les trois fonctions principales des médias – collectionner, stocker-traiter et transmettre – sont à l’œuvre dans tout transfert culturel. Il insiste sur le fait que le transfert culturel ne va pas sans un support technico-médiatique et qu’il comporte donc toujours aussi un aspect technologique de transmission. Interrogeant cette condition de possibilité du transfert culturel dans une logique d’archéologie des médias, il montre que les différents médias auxquels les explorateurs, les ethnographes et les directeurs de musée avaient accès causaient une transformation des données lors de leur transmission. Sa réflexion s’inscrit dans l’histoire des échanges culturels entre l’Ancien et le Nouveau Monde depuis la « découverte » de l’Amérique.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Appadurai, Arjun (1996), Modernity at Large. Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, The University of Minnesota Press.

Bauman, Zygmunt (2000), Liquid Modernity, Cambridge, Polity Press.

Bauman, Zygmunt (2007), Liquid Times. Living in an Age of Uncertainty, Cambridge, Polity Press.

Benjamin, Walter (1985), Origine du drame baroque allemand, Paris, Flammarion (1re édition : Ursprung des deutschen Trauerspiels, Berlin, Rowohlt, 1928).

Bloch, Oscar, et Walther von Wartburg (1968), Dictionnaire étymologique de langue française, Paris, P, 5e édition revue et augmentée.

Brunner, Otto, Werner Conze et Reinhart Koselleck (1975), Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, Stuttgart, Klett-Cotta Verlag.

Deleuze, Gilles, et Félix Guattari (1991), Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Minuit.

Dionne, Claude, Silvestra Mariniello et Walter Moser (dir.) (1996), Recyclages. Économies de l’appropriation culturelle, Montréal, Éditions Balzac.

Gadamer, Hans-Georg (1996), Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, Seuil.

Habermas, Jürgen (1977), Erkenntnis und Interesse, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 4e édition.

Habermas, Jürgen (1979), Connaissance et intérêt, Paris, Gallimard.

Hardt, Michael, et Antonio Negri (2000), Empire, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Moser, Walter (2010), « Transculturation : métamorphoses d’un concept migrateur », dans Fulvio Caccia (dir.), La transculture et ViceVersa, Montréal, Les Éditions Triptyque, p. 33-59.

Ortiz, Fernando (1991), Contrapunteo cubano del tabaco y el azúcar, La Habana, Editorial de Ciencias Sociales (1re édition : La Habana, Jesús Montero, 1940).

Sassen, Saskia (1991), The Global City : New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press.

Schlanger, Judith (1975), Penser la bouche pleine, Paris et La Haye, Mouton.

Segalen, Victor (1995), « Essai sur l’exotisme, une esthétique du divers », dans Œuvres complètes, Paris, Robert Laffont.

Tomlinson, John (1991), Cultural Imperialism, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Notes de fin

1 Ce titre tente de capter au moins une partie de l’expression Arbeit am Begriff, qui a été utilisée pour caractériser les travaux de l’historien des idées Hans Blumenberg.

2 En allemand erkenntnisleitende Interessen (Habermas 1977, p. 234).

3 Segalen 1995, entrée du 11 décembre 1908, p. 749.

4 Plutôt que d’avoir recours à des termes plus abstraits — reconfiguration, par exemple —, nous retenons comme outil de travail cette métaphore épistémique que j’ai déjà explorée ailleurs (Dionne et al. 1996) et qui me situe de plain-pied dans la postérité de Hans Blumenberg, qui s’intéressait à ce genre de concepts « impurs ». À la condition, toutefois, de ne pas assumer la composante sémantique de cyclicité organique que peut contenir le vocable de « recyclage » et qui aurait pour effet de naturaliser le travail de l’histoire.

5 Entre autres, dans Bauman 2000. La métaphore est reprise — et visuellement concrétisée sur la couverture — dans Bauman 2007.

6 J’ai retracé et analysé certaines de ces migrations conceptuelles dans mon étude (Moser 2010).

Auteur

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en transferts littéraires et culturels à l’Université d’Ottawa de 2002 à 2008. De 1974 à 2002, il a été professeur de littérature comparée et allemande à l’Université de Montréal. Il a travaillé sur le romantisme allemand (Romantisme et crises de la modernité, Montréal, Le Préambule, 1989), sur Flaubert (L’Éducation sentimentale et la poétique de l’œuvre autonome, Paris, Lettres Modernes, 1980) et sur la culture viennoise (codir. de Vienne au tournant du siècle, Paris, Albin Michel, 1988). Ses recherches récentes ont porté sur les processus de « recyclage culturel » et de « transfert culturel » (codir. de Recyclages. Économies de l’appropriation culturelle, en 1996, et de Passions du passé, en 2000, Esthétique et recyclages culturels, 2004), et plus particulièrement sur le retour du baroque (codir. de Résurgences baroques, Bruxelles, La Lettre Volée, 2001)

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540