Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ère électrique. The Electric Age

 | 
Olivier Asselin
, 
Silvestra Mariniello
, 
Andrea Oberhuber

La pensée électrique/Electrical Thought

Le galvanisme : Joker au carrefour des discours et des savoirs autour de 1800

Walter Moser

Texte intégral

  • 1 David Bodanis, Electric Universe. The Shocking True Story of Electricity, New York, Crown Publishe (...)

1Dans cet essai, je propose un retour aux balbutiements des théories sur l’électricité autour de 1800, bien en deçà de 1830 où David Bodanis fait commencer sa récente histoire de l’électricité1. Je recule jusqu’à un chapitre particulier de cette histoire, qu’on désigne couramment par le terme galvanisme.

2Galvaniser est devenu un verbe du langage courant et renvoie à une technique qui désigne, d’une part, une opération permettant, par électrolyse, de couvrir un corps métallique d’une couche protectrice contre l’oxydation, d’autre part, plus couramment, le fait d’animer quelqu’un d’une énergie soudaine, et souvent passagère. L’exemple que donne le Petit Robert pour la seconde acception est celui d’un orateur qui galvanise une foule.

3Ces expressions prennent leur origine à la fin du XVIIIe siècle et sont dérivées du nom de Luigi Galvani, médecin et professeur à Bologne, qui aurait découvert par hasard, vers 1790, l’action galvanique en faisant des expériences avec des grenouilles. Il a par la suite rendu ses expériences plus systématiques et publié un livre pour en rendre compte : Commentarius de viribus electricitatis in motu musculari (commentaire sur les forces électriques dans le mouvement musculaire), 1791. L’écho de ce livre fit vite le tour de la communauté européenne des chercheurs et eut un impact majeur.

4Quelle est l’expérience galvanique ? Elle vient dans une infinité de variantes mais, ramenée à son schéma de base, elle comporte les éléments et procédés suivants :

  1. L’expérimentateur a besoin d’une cuisse de grenouille et de deux métaux différents (la plupart du temps du zinc et du cuivre).
  2. Il connecte les trois éléments entre eux de manière à créer une séquence : cuisse – métal I – métal II. On appelle cette séquence une chaîne galvanique.
  3. Il met le dernier élément de la chaîne en contact avec le premier.
  4. En fermant de la sorte le cercle et circuit galvanique (composé, donc, d’un arc excitatoire métallique et d’un arc animal), il observera une contraction du muscle de la cuisse. La grenouille morte se réanime !
  • 2 En 1802, Giovanni Aldini, le neveu de Giovanni Galvani, aurait fait des expériences, à Londres, à (...)

5Une expérimentation apparemment très simple, mais chargée d’un potentiel presque illimité pour susciter de nouvelles expérimentations, pour alimenter des débats scientifiques et pour provoquer des conflits, voire des polémiques entre diverses écoles scientifiques, et finalement pour (ré)activer des imaginaires aux racines profondes tels que la ressuscitation des morts2 et jusqu’à la fabrication d’un androïde à partir de restes humains, comme ce fut fictionnellement fait, en 1818, par Mary Wollstonecraft Shelley dans son roman Frankenstein or: The Modern Prometheus.

6Avant de reprendre le récit qui me permettra d’évoquer quelques ramifications possibles à partir de cette figure de « l’électricité galvanique » ou animale, j’aimerais préciser mon intérêt pour cette figure.

Histoire des sciences, histoire de l’imaginaire scientifique

  • 3 Reinhart Koselleck parle de « Sattelzeit ».

7Les années autour de 1800 représentent, en fait, un moment particulièrement intéressant dans l’histoire de la science électrique. Ce moment s’inscrit dans une époque charnière3 pour l’histoire des sciences. Il y va de rien de moins que de l’émergence des « sciences modernes », avec leur épistémologie, leurs méthodes, leurs disciplines, leur organisation sociale et institutionnelle. Les historiens des sciences en ont rendu compte en termes d’un passage de l’esprit préscientifique à l’esprit scientifique (Bachelard), en termes de la fin de « l’histoire naturelle » (Lepenies) ou encore en termes de changement de paradigme scientifique (Thomas S. Kuhn).

8Relativement à mon intérêt de chercheur, toutes ces narrations sont trop unilatéralement coulées dans le moule du grand récit moderne qui arrange la foule des faits et phénomènes observés selon un ordre dominé par l’évolution ou le progrès, d’une part, et par la linéarité temporelle de l’autre. La périodisation de l’histoire des sciences s’obtient par une mise en récit qui recourt à des césures nettes entre un « avant » et un « après ».

9Ces histoires des sciences me paraissent trop téléologiques aussi : on regarde le passé à partir de son point d’aboutissement qu’est le triomphe de la science moderne. On écrit l’histoire dans la perspective du paradigme vainqueur, ce qui ne permet que difficilement de rendre compte des potentialités historiques qui ne se sont pas réalisées, ou encore des rémanences et résurgences d’éléments résiduels.

10Je m’intéresse davantage à des nœuds de complexité, à des zones de densité où ces potentialités sont encore à l’œuvre, semblent encore avoir les mêmes chances historiques que leur futur vainqueur. Je m’intéresse à reconstruire la perception subjective d’une situation historique, aux sensibilités multiples et souvent contradictoires qui l’habitent et qui la constituent. J’estime que 1800 est une de ces zones, du moins c’est dans ce sens que je privilégie dans cette présentation le boom galvaniste qui caractérise ce moment historique.

  • 4 Voir à ce sujet les critiques qui vont de l’École de Francfort et de l’École de Ivan Illich jusqu’ (...)
  • 5 Dans ce sens, voir le livre de Gernot Böhme, Alternative Wissenschaft, Frankfurt a.M., Suhrkamp, 1 (...)

11Le regard de 2007 sur 1800 a aussi ceci de particulier que, d’une manière assez benjaminienne, affectés par les envers du développement moderne de nos sociétés, et peut-être plus particulièrement par les envers d’un certain développement scientifique4, nous pouvons découvrir dans ce moment passé les promesses utopiques d’une alternative5 que les réalisations du programme de la modernité ont justement eu pour effet d’invalider et de laisser inaccomplie.

  • 6 Dans ce sens, je me suis récemment penché sur l’actuel boom « scientifique » et sur l’intérêt « pl (...)

12Ces possibilités non réalisées habitaient l’imaginaire et continuent à l’habiter. Elles habitent même l’imaginaire des scientifiques qui pourtant, selon la différenciation fonctionnelle et formelle de l’ordre du discours moderne, devraient laisser leur imaginaire et leur imagination dans l’antichambre quand ils vont au laboratoire ou prennent la plume/l’ordinateur pour rédiger un texte scientifique. Or, l’imaginaire de chacun entre au laboratoire et pénètre dans les textes qui se veulent scientifiques. Sa circulation à travers les cloisons de l’ordre du discours m’intéresse6.

13Mille huit cents nous offre un matériau de documents historiques extrêmement riche pour retracer les transversalités sur la mappemonde des savoirs et dans l’ordre des discours. L’électricité galvanique, comme je vais essayer de le montrer, a certainement produit de ces circulations transversales de concepts, de termes, de figures, d’énoncés, etc.

14Finalement, m’intéresse aussi, dans ce moment de densités complexes, la circulation de matériaux non contemporains. Les textes sur le galvanisme sont pleins d’hétérogénéités temporelles. Y cohabitent des termes anciens, désuets, des affirmations scientifiquement dépassées, d’autres à la fine pointe du développement scientifique et des méthodes les plus avancées. L’historien moderne, avec son souci épistémique de séparer le résiduel du dominant et le dominant de l’émergent, serait tenté de qualifier cette non-contemporanéité d’anachronique, et de la condamner en conséquence. Mon travail me porte, au contraire, à trouver intéressantes ces résonances d’un moment historique dans un autre, à interroger ces phénomènes de résurgence du résiduel dans l’émergent comme des densités de signification historique.

Le « carrefour 1800 »

  • 7 Friedrich von Hardenberg (Novalis), Schriften, Vol. III, Stuttgart, Kohlhammer Verlag, 1977-1988, (...)
  • 8 Julien Gracq, Préférences, Paris, José Corti, 1961, p. 256.

15Pourquoi 1800 ? Parce que ce tournant de siècle représente le moment fort du premier romantisme et qu’il n’est pas exagéré de qualifier le romantisme de « révolution culturelle ». Comme l’espace qui m’est imparti ici ne permet pas de tracer le portrait de cette époque charnière, je me permets de renvoyer à mon ouvrage Poésie et encylopédie dans le « Brouillon » de Novalis. Romantisme et crises de la modernité, où je me suis attelé à cette tâche. Par ailleurs, deux écrivains d’époques différentes ont proposé de capter cette « révolution des esprits » dans une métaphore éloquente : Novalis parle d’une « puissante fermentation7 » alors que Julien Gracq, en parlant du premier romantisme allemand, constate que la « sève circule » et que « entre 1796 et 1801, autour d’Iéna [...] la température monte comme rarement8 ».

16Si je retiens pour ma part la métaphore du carrefour, c’est pour mettre de l’avant ce qui sera pertinent pour mon propos sur le galvanisme : ce moment historique est traversé d’un grand nombre d’initiatives et de développements dont la coexistence, avant que les chemins de l’histoire ne se déterminent, offre d’importantes potentialités de contacts et de rencontres. Je me focalise ici sur l’Allemagne qui, « nation retardée », vivant sous l’impact à la fois de la Révolution française et des guerres napoléoniennes, subit une accélération et une condensation historique qui intensifient encore ce climat de gestation. Le premier mouvement romantique, loin d’être hostile aux idéaux modernes, comme on l’a souvent fait croire, cherche cependant à faire contrepoids aux tendances lourdes de la modernité qui vont vers une différenciation fonctionnelle et institutionnelle de plus en plus poussée de la société et de ses pratiques. L’interrogation et la critique romantiques de la modernisation galopante et surtout de ses effets négatifs, qui commencent à se faire sentir, se concrétise dans une configuration des plus intéressantes. Sa caractéristique réside, entre autres choses, dans une volonté de convergence entre les domaines de la philosophie, de la science, de l’art et de la religion. La transversalité entre les discours et les savoirs devient la règle. Dans une nouvelle quête des principes unifiants et fondateurs sur le plan social et naturel, pour remédier à la fragmentation de la société moderne en des sous-systèmes autonomes, on observe des regroupements personnels et institutionnels qui donnent consistance à cette quête. Et c’est dans ces regroupements que se produisent alors les chevauchements et les contacts les plus inédits.

17Le galvanisme entre dans ce « climat » et dans cette « fermentation » comme un terme connecteur et comme une figure transversale capable de circuler dans une pluralité de discours tout en y assumant des contenus très divers. C’est la carte dans le jeu discursif qui, dans la configuration 1800, peut véhiculer des valeurs et des contenus très différents. C’est le joker discursif par excellence.

Enjeux et débats du galvanisme

  • 9 En allemand, on trouve aussi le terme Anzeigegerät qui veut dire appareil ou dispositif indicateur (...)

18Avec ces précisions sur la situation historique et sur mon intérêt d’historien, revenons donc à 1791 et à l’expérience galvaniste. Parmi les premières réactions à Galvani, on enregistre celle de Giovanni Volta. Il trouve erronée l’importance que Galvani attribue à « l’électricité animale » et ramène l’essentiel du galvanisme à l’électricité qu’on connaît déjà, et qui apparaît de ce fait comme un phénomène « normal » même s’il est loin d’être scientifiquement expliqué. Et cette électricité est inorganique. Elle réside dans la mise en contact – d’où sa théorie du contact – de deux métaux différents. L’arc animal, malgré l’effet spectaculaire dont il est affecté, ne serait que le révélateur ou l’indicateur9 passif d’un principe actif qui se situe du côté de l’arc excitateur qui, lui, est métallique. Aussi parle-t-on, en allemand, de Metallreiz et, en latin, d’irritamentum metallicum.

  • 10 En anglais, electroplating.

19Sur la base de sa « théorie du contact » Volta sera par la suite en mesure de développer la colonne ou pile voltaïque qui est composée d’une séquence de plaques métalliques alternantes (p. ex., zinc/cuivre), séparée d’un mince carton. Le tout est plongé dans un liquide acide, a un pôle positif et un pôle négatif, et produit, pendant une durée limitée, un courant électrique qui varie en intensité selon la hauteur de la colonne. C’est cette pile – la « colonne » est en général montée dans un récipient en verre – qui permet d’observer le phénomène de l’électrolyse (l’énergie électrique) est capable de transformer l’eau en deux gaz : l’hydrogène et l’oxygène, et de « galvaniser10 » des métaux. C’est ici que s’ouvre la porte sur la future discipline scientifique appelée électrochimie.

  • 11 Cette alternative est clairement articulée chez Pfaff, en 1795 : « Entscheidung dieser Frage für d (...)

20Un des grands débats de la théorie électrique est lancé : l’électricité appartient-elle aux physiciens ou aux physiologistes, est-elle de nature inorganique ou organique ? Ou encore : y aurait-il deux types d’électricité11 ?

  • 12 Voir l’affirmation qu’on attribue au mathématicien Pierre-Simon Laplace (1749-1827) : « Donnez-moi (...)
  • 13 Voir à ce sujet l’ouvrage très complet de Michel Delon, L’idée d’énergie au tournant des Lumières (...)
  • 14 Voir son ouvrage Von der Weltseele – eine Hypothese der höheren Pysik, Hambourg, Friedrich Perthes (...)

21Le galvanisme trouve un écho très fort dans les communautés scientifiques en Allemagne qui s’emparent très vite de ce nouveau phénomène encore qualifié de merveilleux (wunderbar) parce que peu expliqué et explicable. Il vient à point nommé pour donner de la résonance à des débats qui ont cours et dont il devient un révélateur et un amplificateur. Ces débats, entre autres choses, opposent deux grandes « familles » théoriques. D’un côté, il y a la théorie mécaniste de type newtonien qui tend à penser les phénomènes de la nature, y compris l’électricité, en termes de particules de matière discrètes dispersées dans un espace vide ; leurs masse et vitesse sont connues, ce qui permet de calculer les forces d’attraction (la gravité) et de répulsion qui agissent entre elles, et par conséquent, de calculer le comportement futur de tout le système12. De ce côté, la métaphore épistémique est celle de l’horloge, de la machine mécanique, souvent projetée à l’échelle cosmique, et la figure concomitante, celle d’un Créateur horloger ou Ingénieur. De l’autre côté, nous trouvons en émergence un paradigme des continuités et des transformations ; le concept d’énergie13, encore balbutiant, en fait partie. La thermodynamique sera l’une de ses articulations fortes. La métaphore épistémique ici est organique : c’est l’être vivant, l’animal, l’organisme animé d’un principe unifiant qu’est la vie, un être autotélique et autopoïétique ; on voit poindre à l’horizon les visions romantiques de l’Animal universel avec la « Weltseele » de Schelling14.

22À première vue, le galvanisme semble avoir partie liée avec ce second paradigme. Il semble s’articuler et se sémantiser en affinité avec lui et être susceptible de le corroborer. Il est, en fait, convenu de parler de la force électrique en termes de flux et de fluide. Couramment, on utilise le terme de fluide galvanique (Fluidum galvanicum) ; même ceux qui essaient d’en expliquer le fonctionnement et les effets en termes mécanistes l’utilisent.

23La découverte d’une « électricité galvanique » ou « animale » pourra non seulement renforcer ce second paradigme, mais surtout apporter des explications profondes sur le fonctionnement du monde naturel pensé comme un tout organique et unifié. En fait, le débat, en Allemagne, semble aller dans cette direction. On n’a qu’à prendre la séquence des titres de quelques ouvrages qui ont fait date dans les années qui nous intéressent.

24CHRISTIAN HEINRICH PFAFF (1773-1852)

25Über thierische Elektricität und Reizbarkeit. Ein Beitrag zu den neuesten Entdeckungen über diese Gegenstände

26Leipzig, Siefgried Lebrecht Crusius, 1795

27Pfaff se dit proche de Volta mais, en tant que physiologue, il s’intéresse en premier lieu au monde organique. Il prendra donc quelques libertés à l’égard de Volta, libertés qui vont toutes dans le sens d’accorder à l’électricité animale plus d’importance que lui en accorde Volta. En fait, les phénomènes galvaniques l’incitent à s’engager dans la quête de la force fondamentale (Grundkraft) qui permettrait d’expliquer tous les phénomènes naturels, tant dans le règne inanimé (inorganique) que dans le règne animé (organique). Contrairement à Volta, il a tendance à inverser la priorité entre les deux règnes, et ce, justement sur la base des découvertes et expérimentations dans le domaine de l’électricité animale :

Belebt nur eine Kraft den thierischen Körper, und sind die verschiedenen Kräfte, die wir durch besondere Nahmen karakterisieren, blosse Modificationen, blosse verschiedene Äusserungen dieser einen Grundkraft, oder sind wenigsten nicht Nervenkraft und Reizbarkeit identitsch, oder sind sie verschieden, welches ist endlich das Princip der Reizbarkeit und Empfindlichkeit, welche die Gesetze seiner Wirkungen und lassen sich diese Gesetze auf jene bekannter mechanischer Kräfte reduciren, und ist vielleicht dieses Princip einerley mit einem Principem das wir bey andern ausser der organischen Natur vorkommenden Erscheinungen annehmen ? (p. 2)

Est-ce une seule force qui anime le corps animal ? Les diverses forces que nous identifions par des noms spécifiques ne sont-elles alors que des modifications, des manifestations différentes de cette unique force fondamentale ? Ou ne sont-ce pas au moins la force des nerfs et l’irritabilité qui sont identiques ? Ou sont-elles différentes ? Quel est, finalement, le principe de l’irritabilité et de la sensibilité ? Quelles sont les lois de ses effets ? Ces lois se laissent-elles ramener à celles de lois mécaniques bien connues ? Ou encore : ce principe serait-il identique à un principe dont nous supposons l’existence dans d’autres manifestations qui se présentent en dehors de la nature organique ? (p. 2)

  • 15 Sa position reste quand même proche de celle de Volta. Voici comment Humboldt la résume : « Pfaffs (...)
  • 16 Voir à ce sujet l’ouvrage de David Bodanis, op. cit.

28La manière dont il pose ses questions semble tout à fait « innocente », c’est-à-dire qu’il semble laisser toutes les réponses ouvertes, mais en réalité tout son ouvrage laisse clairement entendre qu’il est à la recherche du principe organisateur et producteur profond de la Nature. Et que le galvanisme lui donne espoir de le trouver du côté du monde vivant, c’est-à-dire dans sa propre discipline qu’est la physiologie15. Quelque biaisée que soit donc sa quête pour des raisons à la fois institutionnelles et philosophiques, on n’est pas moins, ici, sur la voie qui débouchera dans un avenir proche sur le vaste domaine scientifique que constituent aujourd’hui les explorations des phénomènes bioélectriques, et tout particulièrement les neurosciences contemporaines16.

29Mais la modernité scientifique habite déjà tous les chercheurs qui s’adonnent aux travaux sur le galvanisme. Et cela sous la forme d’une méthodologie empirique qui ne leur permet pas de court-circuiter les processus de la recherche proprement dite pour sauter aux conclusions théoriques qu’ils privilégieraient. Je parlerais même d’un ethos empiriste qui se manifeste dans tous ces travaux et qui se compose des éléments suivants :

  • les données et les faits recueillis dans des procédés expérimentaux sont la base même de toute vérité scientifique ;
  • les expériences scientifiques doivent être répétables par différents chercheurs, à des endroits différents ;
  • il faut rendre compte en détail des dispositifs et procédés expérimentaux pour que d’autres chercheurs puissent les reproduire et en évaluer les résultats ;
  • il faut multiplier les expériences scientifiques en en variant les paramètres ;
  • il faut donner le dernier mot aux « faits » expérimentaux et en faire dépendre les hypothèses et les théories17.
  • 18 Acribie qui se manifeste à la fois verbalement dans ce qu’ils appellent leurs « récits » d’expérim (...)

30Il est intéressant d’observer avec quelle conviction les chercheurs du galvanisme adhèrent à cet ethos empiriste et avec quelle acribie ils rendent compte de leurs travaux18. On touche ici peut-être à une forme embryonnaire de professionnalisme scientifique. Là où cet habitus du chercheur devient intéressant, c’est quand le chercheur produit des résultats et affirme des convictions théoriques qui entrent en conflit ou en contradiction avec ses propres procédés empiristes. En explorant l’histoire du galvanisme, on observe en fait une cohabitation de l’empirisme scientifique le plus rigoureux avec les spéculations les plus effrénées (comme nous allons le voir avec Ritter) qui tendent, à cette époque, vers un holisme philosophico-scientifique de la Nature.

31Le prochain ouvrage important, publié également en 1795, est d’Alexander von Humboldt qui a, à cette époque déjà, acquis une réputation internationale et intervient avec l’autorité d’un grand chercheur de la nature et d’un universitaire reconnu (il enseigne à l’université d’Iéna). Grâce à cette réputation qui précède sa prise de parole, avec lui, le galvanisme gagne en respectabilité dans l’environnement scientifique de l’époque.

32ALEXANDER VON HUMBOLDT (1769-1859)

33Versuche über die gereizte Muskel- und Nervenfaser nebst Vermuthungen über den chemischen Prozess des Lebens

34Posen/Berlin, Decher und Compagnie/A. Rottmann, 1795, 2 Vol.

  • 19 Ce mot allemand, sémantiquement, est le terme connecteur entre l’expérience du chercheur, basée su (...)

35L’ethos empiriste est particulièrement solide chez Humboldt qui pose également « faits » (Thatsachen), résultats et « expériences » (Erfahrungen19) comme primant sur les « conjectures hypothétiques » (hypothetische Vermuthungen) :

Aber es kommt hier auf Thatsachen, nicht auf hypothetische Vermuthungen an, und ich wünsche nicht, dass man diese mit den Resultaten sicherer Erfahrungen verwechsele. (p. 40)

Mais il y va de faits, non pas de conjectures hypothétiques, et je n’aimerais pas qu’on confonde celles-ci avec les résultats d’expériences sûres. (p. 40)

36En faisant référence à Pfaff, dont Humboldt résume la position comme suit :

Pfaffsche Theorie, nach welcher der Stimulus zwar in den Metallen liegt, aber diesen erst durch die belebte reagierende thierische Materie entlockt werden kann. (p. 380)

La théorie de Pfaff selon laquelle le stimulus réside bien dans les métaux dont, cependant, il ne saurait être tiré que moyennant la matière animale qui est animée et active. (p. 380)

37Humboldt fait un pas de plus vers le monde organique. Plus exactement, il cherche à prouver que le stimulus responsable des phénomènes galvaniques réside dans les parties organiques (l’arc animal) de la chaîne galvanique, non pas dans le contact des métaux hétérogènes, comme Volta l’avait affirmé. Il rejette le terme Metallreiz (irritamentum metallorum = l’irritation des métaux) qu’avait utilisé Volta, centre sa recherche sur le terme irritation galvanique (galvanischer Reiz), mais reste prudent quant au terme électricité animale qu’il juge osé. Ses expérimentations systématiques, répétées et variées selon les règles de l’art, l’amènent à la certitude que les organes animaux (les nerfs et les muscles) comportent un fluide qui est à l’origine de l’action galvanique. Mais il hésite à déclarer les deux types de fluides électriques comme identiques.

  • 20 Hartmut Böhme, “Ästhetische Wissenschaft. Aporien der Forschung im Werk Alexander von Humdoldt”, i (...)

38Chez Humboldt, on observe donc, en résumé, un conflit entre empirisme et holisme, entre l’obligation empirique de documenter et de décrire l’écrasante hétérogénéité des phénomènes naturels et la volonté de les subsumer sous une totalité qualitative. Cette totalité est, certes, l’objet d’un désir théorique, mais elle doit être esthésiquement perceptible dans la nature, structure mentale et – comme le formule Hartmut Böhme dans une étude sur Humboldt, intitulée « Science esthétique. Apories de la recherche dans l’œuvre d’Alexander von Humboldt20 » – totalité accessible et évidente aux sens humains. Böhme articule ce conflit comme suit :

Es sind mithin zwei gegenläufige Züge im Werk Humboldts zu beobachten : als Naturwissenschaftler ist er ein leidenschaftlicher Empiriker, dem keine Anmerkung zu irgendeinem Detail lang genug sein kann, um endlose Datenmengen auszubreiten – in einer oft genug verwirrenden und unleserlichen Form. Und als Kosmos-Denker ist er ebenso leidenschaftlich und durch Jahrzehnte unerschüttert dabei, einen panoramatischen, ja panoptischen Blick vom höchsten Gipfel der Erde und des Wissens zu erlangen. (p. 4).

On observe donc deux traits opposés dans l’œuvre de Humboldt : en tant que représentant des sciences naturelles, il est un empiriste passionné pour qui aucune note sur le moindre détail ne saurait être assez longue pour étaler des masses de données, souvent dans une forme assez confuse et illisible. En tant que penseur du cosmos, il s’applique tout aussi passionnément et imperturbablement depuis des décennies à obtenir un regard panoramique, voire panoptique à partir du sommet le plus élevé de la terre et du savoir. (p. 4)

  • 21 Il parle de « l’éternelle et omniprésente force ».
  • 22 L’électricité qui serait « une source qui gouverne et unifie les corps tant des animaux que des hu (...)

39L’électricité semble pouvoir répondre comme force et principe naturel à ce désir théorique, mais elle serait une force profonde et cachée plutôt qu’une évidence dans les phénomènes disparates à la surface du monde. Dans le texte sur le galvanisme de 1795, l’empiriste Humboldt ne cède pas aux fantasmes du théoricien holiste, mais dans une ode à l’électricité qu’on trouve dans ses Ansichten der Natur, il parle de la « ewige, allverbreitete Kraft21 » de l’électricité qui serait « eine Quelle, von der die Körper von Mensch und Tier, vornehmlich die Nerven und Muskeln, chemische Prozesse, Blitze, das kosmische Licht, der Magnet, der Kompass, etc. gesteuert und vereinheitlicht werden22 ». Et Böhme de conclure :

Elektrizität als Naturkraft rückt in die strukturelle Leerstelle ein, welche die mythische vis vitalis hinterliess, jene imponderabile Lebenskraft. (p. 15)

En tant que force de la nature, l’électricité vient à occuper le vide structural qu’a laissé la mythique vis vitalis, cette force vitale impondérable. (p. 15)

40L’analyse de Böhme, dont j’adopte la validité, montre comment les structures d’une pensée mythique centrée sur le concept de « force vitale » (perçue comme résiduelle, et partant inopérante, par la science moderne) se reproduisent dans la pensée scientifique moderne, à condition que ses matériaux, concepts et contenus soient acceptables dans le nouvel environnement scientifique.

  • 23 Le lien avec la fabrication galvanique, mais cette fois-ci fictionnelle, du monstre Frankenstein à (...)
  • 24 Voir Elena Agazzi, “The Impact of Alessandro Volta on German Culture”, Nuova Voltiana, n° 4, 2002, (...)

41Avant de passer à Johann Wilhelm Ritter, je profite de la figure de Humboldt pour évoquer la dynamique des communications scientifiques autour de 1800. Le cas du galvanisme est un bon exemple, car il existe à cette époque une véritable internationale galvaniste. Humboldt lui-même a eu connaissance des théories de Volta à Vienne, il est ensuite allé lui rendre visite en personne à Como, dans le nord de l’Italie, pour expérimenter et discuter avec lui, et il fut invité à répéter certaines de ses expériences, à Paris en l’an VI, par la commission que l’Institut national de France avait nommé pour qu’elle fasse rapport sur la question du galvanisme. Il est certain que ce nouveau problème scientifique a son lieu d’origine en Italie, avec Galvani et ses débats avec Volta, puis aussi avec Aldini (patient, neveu et disciple de Galvani) qui fit, en 1802, des expériences galvaniques, à Londres, sur les cadavres et sur les têtes tranchées de criminels exécutés23, et qui publia en 1804 un livre synthétique sur la question. Nous avons déjà vu que l’Allemagne a été très réceptive aux phénomènes et aux idées galvanistes qui se diffusent vers le Nord à une vitesse vertigineuse24. Pfaff n’est qu’un seul parmi beaucoup de médiateurs qui facilitent ce transfert de savoir. Finalement, la France républicaine s’intéresse dès l’an V au galvanisme en créant la commission déjà mentionnée et dont le rapport fut traduit en allemand par Ritter dans un journal savant fondé par lui et consacré spécifiquement au galvanisme : Beyträge zur näheren Kenntnis des Galvanismus.

42Par ailleurs, tous les auteurs qui publient sur le galvanisme commencent, dans leurs textes, par évoquer nommément l’espèce de collège invisible dont ils font partie et par se référer aux travaux qui circulent dans ce réseau qui comporte, parmi les noms les plus connus :

  • en Italie : Galvani, Volta et Aldini ;
  • en France : Coulomb, Sabathier, Pelletan, Charles, Fourcroy, Vauquelin, Guyton, Hallé ;
  • en Allemagne : Pfaff, Humboldt, Ritter, Lichtenberg, Gren, Reil, Creve, Kielmeye ;
  • en Angleterre : Fowler.

43Les communications dans ce réseau international et plurilingue confirment tout à fait ce que Wolf Lepenies dit, dans son Das Ende der Naturgeschichte, au sujet de l’accélération de la circulation d’informations scientifiques – entre autres choses grâce à la création des revues périodiques – et la temporalisation de l’expérience.

  • 25 Alexander von Humboldt aussi a procédé à des autoexpérimentations galvaniques, mais dans une moind (...)

44Venons-en donc aux ouvrages de Johann Wilhelm Ritter qui est, à bien des égards, la figure emblématique des sciences romantiques de la nature. Il est le physicien romantique par excellence, figure fulgurante, fascinante, à certains égards prophétique. Et tragique, puisqu’il n’est pas faux d’affirmer qu’il est mort à 33 ans de la suite de ses propres expérimentations, surtout dans la mesure où il en a fait des autoexpérimentations en appliquant l’action galvanique à son propre corps25. Fils de pasteur, comme bien des romantiques, il suit une formation de pharmacien, mais abandonne très vite son métier et s’inscrit à 20 ans, en 1796, à l’université d’Iéna où il est vite repéré par Alexander von Humboldt, son professeur, qui vient de publier ses Versuche. Humboldt lui demande de commenter son ouvrage. En réponse, Ritter écrit un ouvrage qui sera publié en 1798.

45JOHANN WILHELM RITTER (1776-1810)

46Beweis, dass ein beständiger Galvanismus den Lebensprozess in dem Tierreich begleite,

47Weimar, Industrie-Comptoir, 1798

48Ici, comme le titre l’annonce de manière programmatique, Ritter apporte des démonstrations empiriques en faveur de l’électricité galvanique. Cette preuve contredit les théories de Volta et, en Allemagne, de Gren en tirant le phénomène de l’électricité davantage du côté du monde organique. Comme Ritter étend le champ d’expérimentation à toutes sortes de matériaux organiques, bien au-delà des éternelles cuisses de grenouilles, il croit pouvoir conclure que l’électricité galvanique est présente, en permanence, dans tout processus organique animal. C’est dire que action galvanique et processus biologique animal deviennent coextensifs. Ou encore que l’électricité galvanique vient à occuper une place aussi générale dans le monde animal que le principe de vie.

49JOHANN WILHELM RITTER

50Beweis, dass die Galvanische Action oder Der Galvanismus auch in der Anorgischen Natur möglich und wirklich sey.

51Publié en 1799 dans Beyträge zur näheren Kenntnis des Galvanismus

52Dans cette publication, Ritter fait un pas de plus dans sa marche incessante vers une théorie unifiée de la nature. Et le galvanisme se placera au cœur même de cette théorie. Cette progression était en quelque sorte prévisible : une fois qu’il avait contesté la théorie de Volta qui situe le principe électrique actif dans la chaîne galvanique du côté de l’arc excitatoire des métaux, donc dans le règne inorganique, et qu’il avait démontré l’existence d’une action galvanique généralisée et permanente dans le monde organique animal, il ne lui restait plus qu’à étendre cette action au monde inorganique. Et la nouvelle force vitale est toute trouvée, elle est électrique et s’appelle galvanique. Nous constatons donc, entre Humboldt et Ritter, un résultat analogue, malgré des tempéraments scientifiques très différents : Humboldt déchiré entre la double exigence empirique et holistique, Ritter instrumentalisant les procédés empiriques pour justifier sa profonde pulsion holistique.

53On peut résumer sa démarche empirique pour arriver à ce résultat comme suit : il continue à faire des expérimentations selon la logique de la chaîne galvanique (mise en contact en circuit fermé de matériaux hétérogènes), et il réduit la chaîne à des matériaux de plus en plus exclusivement inorganiques. Comme son critère pour la présence d’action galvanique est la transformation observable (quelque minime qu’elle soit) de la qualité intérieure des matériaux, il conclura donc, en observant la décomposition de l’eau (électrolyse) dans la pile voltaïque, à l’existence d’une action galvanique. Voici son raisonnement expérimental :

Für die directe Widerlegung dieser Meinung [c.-à-d. celle de Volta et de Gren] blieb also, wenn sie überhaupt möglich war, kein anderer Weg übrig als in der anorganischen Natur Körper aufzufinden, an denen eine geringe Veränderung ihrer inneren Qualität, – denn hierauf reduciert sich das Resultat alles Wirkens und Bewirkens raumerfüllender Individuen, – ihre äussere Beschaffenheit beträchtlich genug modificiren könne, um von uns sinnlich bemerkt werden zu können, diese Körper ferner als Glieder in Ketten zu bringen, die bis auf den Mangel des thierischen Organs alle Bedingungen vereinigen, mit denen beym Vorhandenseyn jener, Galvanische Wirksamkeit gegeben ist, und aufmerksam das zu beobachten, was sich an ihnen, über kurz oder lang, zutragen möchte. Man wird in der Folge finden, dass wir diesen Weg wirklich eingeschlagen sind, und dass er uns ganz mit dem Erfolg belohnt hat, der einer wirklichen Unrichtigkeit jener Hypothese entsprechen musste. (p. 119)

Il ne restait donc, afin de réfuter directement cette opinion [c.-à-d. celle de Volta et de Gren] – si toutefois une telle réfutation était possible – aucune autre voie que de trouver, dans la nature inorganique, des corps dont les caractéristiques extérieures seraient suffisamment modifiées par une transformation minime de la qualité intérieure (puisque c’est à cela que se réduit le résultat de toute action et incitation des corps occupant l’espace) pour que nos sens puissent percevoir ces modifications. Ensuite, il s’agissait d’insérer ces corps en tant que membres dans des chaînes réunissant toutes les conditions (à l’exception de l’organe animal) sous lesquelles ces corps présentent de l’efficacité galvanique, et d’observer attentivement comment ils seraient affectés dans la courte ou longue durée. On découvrira dans ce qui suit que nous avons choisi cette voie et qu’elle nous a récompensé du succès qui devait correspondre à la réelle fausseté de ces hypothèses. (p. 119)

54C’est donc dans l’action galvanique que Ritter croit avoir trouvé ce qu’il n’hésitera pas à appeler le Centralphänomen, le phénomène central ou le principe d’action de la nature tout court. Il est arrivé au lieu de convergence de toutes les évidences phénoménales, au point central profond où toutes les polarités et tous les conflits se résorbent dans une unité supérieure, à commencer par la dispute entre l’organique et l’inorganique.

55Il est d’ailleurs plus explicite, ou a moins de scrupules empirico-scientifiques que son maître et professeur Alexander von Humboldt à affirmer et à assumer ce qu’il appelle « la pulsion » de postuler de l’harmonie et de l’unité profonde dans une nature qui, à la surface, n’est que dispute et conflit, Ritter va jusqu’à parler de paradoxie :

Wenn die Natur unser Wissen mit neuen Wahrheiten bereichern will, dann pflegt sie uns dieselben gewöhnlich unter der Gestalt von Paradoxien anzukündigen. Und gingen wir mit dem ausführlichen Vorsatz an die Erfahrung, uns aller Theorie, oder was meist gleich viel ist, aller Hypothese dabey zu enthalten, so können wir doch einen tief in unserm Wesen begründeten Trieb nicht ganz unterdrücken, selbst für das Heterogenste in der Erfahrung Vereinigungspunkte zu suchen, und überall Harmonie von der Natur zu fordern. Ungeduldig darüber, wenn wir diese Harmonie nicht sogleich finden, oder was wohl öfterer der Fall ist, wenn sie uns nicht gleich findet, sind wir bemüht, der Natur zuvorzukommen ; wir dichten ein Band, was jede Erscheinung in wenigstens einer Fläche berührt, um, was uns bekannt ist zusammen in Eins verknüpfen zu können. (p. 122)

Si la nature veut enrichir nos connaissances de nouvelles vérités, alors elle a l’habitude de nous les annoncer sous la forme de paradoxes. Et, même si nous abordions l’expérience munis d’une intention explicite de nous abstenir de toute théorie ou, ce qui revient souvent au même, de toute hypothèse, nous ne saurions réprimer sans reste une pulsion logée au plus profond de notre être de chercher des points de convergence même dans ce que l’expérience nous présente de plus hétérogène, et de partout exiger de l’harmonie de la nature. Rendus impatients par le fait que nous ne trouvons pas immédiatement cette harmonie ou que, ce qui est plus souvent le cas, qu’elle ne nous trouve pas, nous cherchons à devancer la nature ; nous inventons un lien qui touche chaque phénomène au moins dans un de ses plans, afin de pouvoir nouer dans l’Un tout ce qui nous est connu. (p. 122)

  • 26 Question intempestive : étant donné l’omniprésence de l’électricité dans notre quotidien – telle q (...)

56Cette pulsion – oui, Ritter utilise le terme que nous connaissons de Freud : Trieb –, serait-ce la manifestation de l’inconscient scientifique romantique qui désire le principe unificateur et la théorie unifiée ? Toujours est-il que, avec Ritter, nous avons rejoint vers 1800 la conception dynamique de la nature et la Naturphilosophie dont Schelling se fera le principal promoteur. Et, dans ce contexte, le galvanisme ou l’électricité galvanique ou l’électricité tout court sera le phénomène naturel dans lequel s’investit la pulsion totalisante et unifiante tant des scientifiques que des philosophes. Schelling élèvera l’électricité au rang de « Medium kosmischer Allvermittlung », littéralement : le médium de la médiation cosmique universelle26.

57Cette centralité et universalité de l’électricité ouvre désormais tous les parcours imaginables de recherche. Et Ritter va en pratiquer quelques-uns avec une logique et une persévérance imperturbables qui le mèneront, cependant, à l’extérieur des zones balisées par la scientificité reconnue de l’époque.

58Mais rappelons d’abord qu’il continue aussi à faire du travail dans les paramètres de ce qui est reconnu comme scientifiquement sérieux. Ainsi, construit-il en 1800, presque en même temps que Volta lui-même, différents types de colonnes ou de piles voltaïques. Il procède à des expérimentations d’électrolyse et réussit à récupérer séparément l’oxygène et l’hydrogène qui en sont les produits. Il devient ainsi un pionnier de l’électrochimie. En 1802, il découvrira les rayons ultraviolets. On lui attribue aussi l’invention – par hasard ou non – d’une des premières piles voltaïques sèches.

  • 27 Jürgen Daiber, “Der elektrisierte Physiker”, Die Zeit, n° 37 du 3 septembre 1998, p. 55.

59En 1804, à 28 ans, il est nommé professeur à l’université de Munich et trouve ainsi un lieu institutionnel stable pour ses activités. Une brillante carrière scientifique s’ouvre devant lui. Mais ce qu’un critique27 appelle sa « fureur expérimentale » (Experimentierwut) et son style de vie chaotique (chaotische Lebensweise) le mèneront vers la ruine, dans tous les sens du terme : il ruine sa carrière, son ménage, ses finances, sa santé et sa vie.

  • 28 Ce terme, identifiant le moment esthésique de l’expérience scientifique, désigne une des composant (...)
  • 29 Autre question intempestive : devient-il de la sorte le précurseur de nos artistes contemporains q (...)

60La santé : à l’instar de Humboldt, il a déjà commencé à appliquer ses expériences à son propre corps, en l’insérant comme arc organique dans une chaîne galvanique. Il fait des autoexpérimentations, par exemple en connectant chacune de ses mains à un pôle d’une puissante pile voltaïque et en décrivant avec minutie les sensations28 que lui procure cette expérimentation29.

61La carrière : en 1806, Ritter se lie avec Franz Xaver von Baader, un théosophe mystique. Sous son influence, il se met à explorer le galvanisme souterrain. Il met la même précision empirique à faire des expériences avec le pendule et la baguette du sourcier (aussi appelée baguette radiesthésique) qu’il avait auparavant mise à varier les chaînes galvaniques. Il s’adonne de plus en plus à ces quêtes ésotériques qu’il croit découler aussi logiquement et aussi scientifiquement de son Centralprinzip, l’électricité, que toutes les expériences avec la cuisse de grenouille. D’ailleurs, à quel titre exclure ces phénomènes et ces zones de réalité de la « médiation universelle » ? Il perd sa crédibilité scientifique, son poste universitaire et se retire dans la solitude de ses expérimentations. Les biographes affirment qu’il est mort des ravages que ses autoexpérimentations avaient infligés à son corps.

L’électricité galvanique, joker au carrefour des discours et des savoirs

62Pfaff, Humboldt, Ritter – d’autres figures auraient pu s’ajouter à cette série, mais ces trois figures suffisent pour documenter l’intérêt que suscite le galvanisme autour de 1800 et la grande mobilité dont il fait preuve dans son traitement discursif et scientifique. Dans le domaine scientifique, le galvanisme a accès à une zone très vaste de transversalités, qui s’articulera plus tard en diverses disciplines telles que physique, biologie, chimie, électricité. En même temps, il sert de terme connecteur avec des champs scientifiquement moins respectables tels que le magnétisme, l’ésotérisme et le mysticisme.

  • 30 C’est justement l’exemple de la découverte de l’oxygène que Thomas S. Kuhn choisit pour illustrer (...)

63Pourquoi est-ce justement l’électricité galvanique, et pas autre chose, qui a pu occuper cette position centrale et universelle ? En vue d’articuler une réponse à cette question, contrastons les phénomènes et théories galvaniques avec la découverte de l’élément chimique « oxygène » vers la fin du XVIIIe siècle30. Après avoir longtemps donné accès à beaucoup de champs de savoirs et de discours prémodernes – en tant que « phlogiston », principe oxygyne, substance calorique, entre autres – l’oxygène est devenu un élément chimique parmi d’autres, avec la caractéristique décisive d’être matériellement pondérable, c’est-à-dire quantitativement déterminable. Cette identité scientifique moderne lui a enlevé, cependant, son irradiation sémantique multiple et par là son instabilité discursive.

64Le galvanisme, au contraire, maintient cette irradiation, et ce, en grande partie à cause de son double statut. D’une part, il est en train de devenir un objet scientifique sérieux, donnant lieu à d’innombrables expérimentations empiriques qui ouvrent la voie à des applications pratiques et utiles (la pile voltaïque, l’électrolyse, la galvanisation des métaux) et qui pointent vers de futurs développements scientifiques sérieux tels que l’électrochimie et la bioélectricité. Mais on n’en est qu’aux balbutiements théoriques et scientifiques de la théorie de l’électricité. D’autre part, le galvanisme garde encore son halo de « mystère » qui, spectacularisé, peut provoquer l’émerveillement. Cela lui permet de faire le pont avec l’espace discursif du « merveilleux » esthétique et d’accéder à des discours n’obéissant pas à la rationalité scientifique naissante. De ce fait, il peut capter les imaginaires les plus divers, donner accès à des champs de savoir que nous considérons aujourd’hui comme hétérogènes et se prêter à toutes sortes d’usages discursifs.

  • 31 Créés, entre autres, par l’affaiblissement puis l’élimination du concept central de vis vitalis.

65En tant qu’élément discursif, le galvanisme garde ainsi une importante indétermination sémantique et peut s’offrir, dans la situation spécifique du « carrefour 1800 », comme doué d’une remarquable mobilité transversale. Cela lui permet de faire la médiation entre divers discours, mais aussi de boucher des trous du système des savoirs préscientifiques31 et de répondre à des pulsions presque inavouées des chercheurs scientifiques. C’est en vertu de cette part d’indétermination que l’électricité galvanique peut, dans la conjoncture de 1800, se déplacer avec une agilité surprenante sur un arc de discours et de champs de savoir qui va des sciences empiriques jusqu’à la religion et à l’occultisme, en passant par la philosophie et l’art. Il devient une espèce de signifiant flottant, un élément discursif qui peut assumer toutes sortes de valeurs axiologiques et de contenus sémantiques : un véritable Joker des discours et des savoirs.

66En tant que « Joker », le galvanisme, dérivé d’un nom propre et désignant au départ un phénomène observable et reproduisible dans des expérimentations scientifiques, assume un rôle important de médiateur entre discours et savoirs. Dans ce contexte de fermentation, fait d’hétérogénéités, de complexités et de non-contemporanéités, il sert de connecteur entre des positions qui s’articulent en se différenciant et qui seront bientôt appropriées par des disciplines, des épistémologies, des croyances et des écoles différentes. Et en particulier, le galvanisme réussit à franchir les cloisons invisibles qui commencent à s’articuler comme des oppositions dures entre le scientifique et le non-scientifique, entre l’empirisme du pondérable et le spéculatif de l’impondérable, entre l’organique et l’inorganique, entre le mécanisme analytique et l’holisme intégrateur.

Bibliographie

Bibliographie

ÉCRITS HISTORIQUES SUR LE GALVANISME

Aldini, Giovanni, Essai théorique et expérimental sur le galvanisme, avec une série d’expériences en présence des commissaires de l’Institut National de France, et en divers théâtres anatomiques de Londres, Paris, Fournier fils, 1804.

Humboldt, Alexander von (1769-1859), Versuche über die gereizte Muskel- und Nervenfaser nebst Vermuthungen über den chemischen Prozess des Lebens, Posen/Berlin, Decher und Compagnie/A. Rottmann, 1795, 2 Vol.

Pfaff, Christian Heinrich (1773-1852), Über thierische Elektricität und Reizbarkeit. Ein Beitrag zu den neuesten Entdeckungen über diese Gegenstände, Leipzig, Siefgried Lebrecht Crusius, 1795.

Ritter, Johann Wilhelm (1776-1810), Beweis, dass ein beständiger Galvanismus den Lebensprozess in dem Tierreich begleite, Weimar, Industrie-Comptoir, 1798.

Ritter, Johann Wilhelm, “Beweis, dass die Galvanische Action oder Der Galvanismus auch in der Anorgischen Natur möglich und wirklich sey”, in Beyträge zur näheren Kenntnis des Galvanismus, Iéna, I:1, 1800, p. 111-284.

Schelling, Friedrich Wilhelm Joseph von. Von der Weltseele – eine Hypothese der höheren Physik zur Erklärung des allgemeinen Organismus. Hamburg : Friedrich Perthes, 1798.

AUTRES RÉFÉRENCES

Agazzi, Elena, “The Impact of Alessandro Volta on German Culture”, Nuova Voltiana, n° 4, 2002, p. 41-52.

Bachelard, Gaston, La formation de l’esprit scientifique, Paris, J. Vrin, 1999.

Bodanis, David, Electric Universe. The Shocking True Story of Electricity, New York, Crown Publisher, 2005.

Böhme, Gernot, Alternative Wissenschaft, Frankfurt a.M., Suhrkamp, 1999.

Böhme, Hartmut, “Ästhetische Wissenschaft. Aporien der Forschung im Werk Alexander von Humdoldts”, in Omar Ette (Dir.), Alexander von Humboldt – Aufbruch in die Moderne, Berlin, Akademie Verlag, 2001, p. 17-33.

Daiber, Jürgen, “Der elektrisierte Physiker”, Die Zeit, n° 37 du 3 septembre 1998, p. 55.

Delon, Michel, L’idée d’énergie au tournant des Lumières (1770-1820), Paris, Presses universitaires de France, 1988.

Gracq, Julien, Préférences, Paris, José Corti, 1961.

Hardenberg, Friedrich von (Novalis), Schriften, Stuttgart, Kohlhammer Verlag, 1977-1988, 5 Vol.

Kuhn, Thomas S., The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, The University of Chicago Press, 1962.

Lepenies, Wolf, Das Ende der Naturgeschichte. Wandel kultureller Selbstverständlichkeiten in den Wissenschaften des 18. und 19. Jahrhunderts, Frankfurt a.M., Suhrkamp, 1978.

Moser, Walter, Poésie et encyclopédie dans le « Brouillon » de Novalis. Romantisme et crises de la modernité, Montréal, Le Préambule, 1989.

Moser, Walter, “The Return of the Dinosaurs: About Scientific Imagination and its Affects”, Arcadia, 38:2, 2003, p. 243-247.

Moser, Walter. “Novalis’ Europa”, in Daniel Weidner (Dir.), Figuren des Europäischen, München, Wilhelm Fink Verlag, 2006, p. 219-235.

Wollstonecraft Shelley, Mary. Frankenstein or: The Modern Prometheus, édition critique par Johanna M. Smith, Boston. Bedford/St. Martin’s, 2000[1818].

Notes de fin

1 David Bodanis, Electric Universe. The Shocking True Story of Electricity, New York, Crown Publisher, 2005.

2 En 1802, Giovanni Aldini, le neveu de Giovanni Galvani, aurait fait des expériences, à Londres, à l’aide de cadavres et de têtes tranchées de criminels suppliciés. En 1804, il publia à Paris son Essai théorique et expérimental sur le galvanisme, avec une série d’expériences en présence des commissaires de l’Institut National de France, et en divers théâtres anatomiques de Londres, Paris, Fournier fils. Aldini lie ainsi le galvanisme à la tradition d’une spectacularisation du corps humain dans les « théâtres anatomiques ».

3 Reinhart Koselleck parle de « Sattelzeit ».

4 Voir à ce sujet les critiques qui vont de l’École de Francfort et de l’École de Ivan Illich jusqu’à la « société du risque » d’Ulrich Beck.

5 Dans ce sens, voir le livre de Gernot Böhme, Alternative Wissenschaft, Frankfurt a.M., Suhrkamp, 1999.

6 Dans ce sens, je me suis récemment penché sur l’actuel boom « scientifique » et sur l’intérêt « plus-que-scientifique » pour les dinosaures : “The Return of the Dinosaurs: About Scientific Imagination and its Affects”, Arcadia, 38:2, 2003, p. 243-247.

7 Friedrich von Hardenberg (Novalis), Schriften, Vol. III, Stuttgart, Kohlhammer Verlag, 1977-1988, p. 521.

8 Julien Gracq, Préférences, Paris, José Corti, 1961, p. 256.

9 En allemand, on trouve aussi le terme Anzeigegerät qui veut dire appareil ou dispositif indicateur ou enregistreur.

10 En anglais, electroplating.

11 Cette alternative est clairement articulée chez Pfaff, en 1795 : « Entscheidung dieser Frage für diese ganze Lehre von der grössten Wichtigkeit ist, besonders sofern dadurch sogleich näher bestimmt würde, ob wirklich die Physiologie die Früchte, die sie sich von dieser schönen Entdeckung gleich anfangs zueignete, zu erwarten habe, oder ob sie ihre Hoffnungen an die allgemeine Physik abtreten müsse » (p. 163). (La décision sur cette question est de la plus grande importance pour toute la doctrine, étant donné surtout qu’elle permettrait de mieux déterminer si vraiment la physiologie récoltera les fruits qu’elle s’est appropriés dès le début de cette belle découverte ou si elle devra céder ses espoirs à la physique générale.)

12 Voir l’affirmation qu’on attribue au mathématicien Pierre-Simon Laplace (1749-1827) : « Donnez-moi un système avec ses masses, mouvements, vitesse et forces, et je vous calculerai tous ses états futurs. »

13 Voir à ce sujet l’ouvrage très complet de Michel Delon, L’idée d’énergie au tournant des Lumières (1770-1820), Paris, Presses universitaires de France, 1988.

14 Voir son ouvrage Von der Weltseele – eine Hypothese der höheren Pysik, Hambourg, Friedrich Perthes, 1798.

15 Sa position reste quand même proche de celle de Volta. Voici comment Humboldt la résume : « Pfaffsche Theorie, nach welcher der Stimulus zwar in den Metallen liegt, aber diesen erst durch die belebte reagierende thierische Materie entlockt werden kann » (Humboldt, 1795, p. 380). (La théorie de Pfaff selon laquelle le stimulus réside bien dans les métaux dont, cependant, il ne saurait être tiré que moyennant la matière animale qui est animée et active).

16 Voir à ce sujet l’ouvrage de David Bodanis, op. cit.

17 Un exemple : « Ehe man sich aber an Theorien wagt, sollte man erst die Thatsachen ins reine bringen, dasjenige, was bleibend, wesentlich und allgemein ist, herauszuheben, und dieselben in Beziehung auf andere Erscheinungen in der Natur betrachten, kurz ihre Gesetze entwickeln » (p. 7). (Avant d’oser aborder les théories, on devrait commencer par établir clairement les faits, afin d’en dégager ce qui est permanent, essentiel et général ; et il faudrait les considérer en relation avec d’autres phénomènes de la nature, bref, développer leurs lois.)

18 Acribie qui se manifeste à la fois verbalement dans ce qu’ils appellent leurs « récits » d’expérimentation et iconiquement ou mathématiquement quand ils en rendent compte dans d’autres systèmes sémiotiques. Humboldt par exemple a ajouté un ensemble de quelque 80 figures en appendice à son texte de 1795.

19 Ce mot allemand, sémantiquement, est le terme connecteur entre l’expérience du chercheur, basée sur ses propres organes sensoriels, et le procédé de l’expérimentation scientifique.

20 Hartmut Böhme, “Ästhetische Wissenschaft. Aporien der Forschung im Werk Alexander von Humdoldt”, in Ette, Omar (Dir.), Alexander von Humboldt – Aufbruch in die Moderne, Berlin, Akademie Verlag, 2001, p. 17-33.

21 Il parle de « l’éternelle et omniprésente force ».

22 L’électricité qui serait « une source qui gouverne et unifie les corps tant des animaux que des humains (en particulier les nerfs et les muscles), les processus chimiques, les éclairs, la lumière cosmique, l’aimant, la boussole, etc. »

23 Le lien avec la fabrication galvanique, mais cette fois-ci fictionnelle, du monstre Frankenstein à partir de restes humains s’impose, à 16 ans de distance.

24 Voir Elena Agazzi, “The Impact of Alessandro Volta on German Culture”, Nuova Voltiana, n° 4, 2002, p. 41-52.

25 Alexander von Humboldt aussi a procédé à des autoexpérimentations galvaniques, mais dans une moindre mesure et en prenant moins de risques.

26 Question intempestive : étant donné l’omniprésence de l’électricité dans notre quotidien – telle que la documente Bodanis dans les premières pages de son ouvrage – notre ère électronico-électrique aurait-elle technologiquement réalisé ce syntagme schellingéen comme un programme à réaliser ?

27 Jürgen Daiber, “Der elektrisierte Physiker”, Die Zeit, n° 37 du 3 septembre 1998, p. 55.

28 Ce terme, identifiant le moment esthésique de l’expérience scientifique, désigne une des composantes sémantiques du terme allemand Erfahrung.

29 Autre question intempestive : devient-il de la sorte le précurseur de nos artistes contemporains qui font des performances en expérimentant – artistiquement – avec leur propre corps ?

30 C’est justement l’exemple de la découverte de l’oxygène que Thomas S. Kuhn choisit pour illustrer un changement de paradigme scientifique (op. cit., chap VI).

31 Créés, entre autres, par l’affaiblissement puis l’élimination du concept central de vis vitalis.

Auteur

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable