Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ère électrique. The Electric Age

 | 
Olivier Asselin
, 
Silvestra Mariniello
, 
Andrea Oberhuber

Introduction

Silvestra Mariniello et Anne Lardeux

Texte intégral

L’électricité, paradigme et média de la société moderne

  • 1 Misa Thomas J., Philip Brey and Andrew Feenberg (eds.), Modernity and Technology, Cambridge, MIT P (...)
  • 2 Jean Baudrillard, « Modernité », dans Encyclopédie Universalis, www.universalis.fr/corpus2-encyclo (...)

1Depuis sa découverte scientifique au XVIIIe siècle jusqu’à sa reconfiguration récente par la physique atomique et son extension dans l’électronique et l’informatique, l’électricité a transformé nos façons de faire (de communiquer, de produire, de nous déplacer, d’échanger) ; notre rapport au monde (à la nature, à autrui, au milieu urbain, au savoir, au travail, au politique) et notre manière même de penser. L’électricité n’est donc pas seulement un fait scientifique qui a donné lieu à un ensemble d’inventions techniques, elle est un véritable paradigme et constitue autrement dit une dimension centrale de l’épistémè moderne. C’est ce lien complexe entre électricité et modernité qu’il s’agit ici d’explorer en profondeur. Les études recueillies dans ce volume proposent toutes, à l’aide de perspectives et d’approches différentes, de déchiffrer la modernité par l’intermédiaire de l’électricité qui la traverse, l’éclaire, l’anime, la projette, la diffracte. Mais qu’entendons-nous par modernité ? Confrontés à la complexité de ce terme, nous ne pouvons faire l’économie d’une clarification de l’usage que nous nous proposons d’en faire. La modernité n’est pas la même selon les disciplines et nous nous rangeons auprès de Thomas Misa pour affirmer que, si « for more than a century “modernity” has been a key theoretical construct in interpreting and evaluating social and cultural formations, what it means to be “modern” however, is by no means clear1 ». Concept polysémique s’il en est, à peine un concept pour certains2, la modernité sert aux uns de repère historique et aux autres de vecteur d’analyse de notre contemporanéité. Quant à la critique de la modernité, elle est surtout liée à des enjeux politiques et sociaux (nature du pouvoir ; liens sociaux ; devenir du sujet). Moderne est étymologiquement et historiquement ce qui s’oppose à ancien, ce qui est différent de la tradition (comme dans la querelle des Anciens et des Modernes) ; en principe non une époque, mais le rapport d’une époque à une autre. La modernité se présente, néanmoins, comme un invariable épistémologique paradoxal : ses formes et ses contenus changent continuellement, selon les disciplines et les aires géographiques, et cette mobilité s’efface derrière l’impression d’une réalité monolithique. Dans un travail interdisciplinaire tel que celui que nous avons entrepris à partir d’un objet, l’électricité, qui concerne de façon singulière des domaines différents, comme les arts et les lettres, les histoires des sciences et des techniques, et qui transcende les frontières nationales, le monolithe modernité s’effrite en une mosaïque de traits distinctifs souvent contradictoires.

2Notre démarche est proche de celle du collectif qui a produit le texte Modernity and Technology (2003) et revendique le dialogue entre les théories de la modernité et les études technologiques, entre le niveau macro des premières – qui doivent apprendre à considérer le détail, à reconnaître l’ambiguïté et la diversité des technologies – et le niveau micro des deuxièmes qui doivent apprendre à penser la complexité. Pour réaliser leur objectif, les chercheurs, réunis autour du projet Modernity and Technology, sociologues pour la plupart, formalisent le concept de co-construction : technologie et modernité se coconstruisent, de telle sorte qu’il est impossible de faire abstraction de l’une pour définir l’autre. Concept intéressant que nous reprenons à notre compte en nous posant les questions suivantes : quelles modernités l’électricité construit-elle ? De quelles modernités est-elle le résultat ? Si l’électricité n’est pas réductible à une technologie, le défi consiste alors à saisir ce processus de co-construction entre électricité et modernité en partant de cet hybride, invisible et omniprésent, à la fois matière et énergie, technique et phénomène naturel qu’est l’électricité. Mais la complexité même de l’électricité, véritable terrain de confrontation des différentes théories de la modernité et des études des technologies, révèle les enjeux qui les sous-tendent et offre une perspective critique qui permet de saisir notre époque sans en réduire les ambivalences ni les différences. Il s’agit de considérer l’électricité non pas comme l’une des infrastructures de la société moderne ni seulement comme technologie de la communication ou donnée naturelle, mais comme tout ça à la fois : le paradigme et le médium par et dans lesquels notre société prend forme.

  • 3 Wlad Godzich and Jeffrey Kittay, The Emergence of Prose, Minneapolis, University of Minnesota Pres (...)
  • 4 Michel de Certeau, L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990, p. 199.
  • 5 Pour l’histoire de l’imprimé voir Elizabeth Eisenstein, The Printing Press as an Agent of Change, (...)

3Dans la lignée de la théorie littéraire des vingt dernières années, le concept de prose, tel que le réfléchissent notamment Wlad Godzich et Jeffrey Kittay3, nous offre un exemple très éclairant et constitue un cas exemplaire de co-construction d’un milieu naturel et social et d’une technologie. La prose moderne peut en effet nous servir de modèle pour appréhender la complexité singulière de notre objet d’étude. En se substituant peu à peu au latin – dans les textes religieux adressés aux femmes, dans les transactions économiques, dans la littérature – et au vers – dans le récit historique nouvellement préoccupé de vérité et d’objectivité que le vers avec ses artifices menace –, la prose s’impose comme la dimension « naturelle » du langage. Elle devient invisible, oubliée derrière le texte qu’elle structure. À la fois substance, on l’identifie avec une série de contenus (manuel scolaire, récit historique, récit de fiction, édit royal, etc.), et principe organisateur, la prose fournit l’exemple, peut-être le plus important avec l’électricité, de naturalisation de la technique. Elle est à la fois l’état « naturel » du langage ; une technique qu’on acquiert (écrire en prose implique des connaissances rhétoriques, syntaxiques, lexicales) ; la condition de possibilité des discours et donc une infrastructure au sens d’une fondation des institutions culturelles (« Par ma foi, fait dire Molière à M. Jourdain, il y a plus de quarante ans que je dis de la prose, sans que j’en susse rien ; et je vous suis le plus obligé du monde, de m’avoir appris cela. »). La comparaison entre l’électricité et la prose nous permet de questionner les implications de la naturalisation de l’électricité dans les sociétés et les cultures modernes, et de commencer à comprendre la puissance de l’électricité et ses multiples sphères d’action. C’est bel et bien à la prose que nous comparons l’électricité et non à l’imprimerie comme elle sera le plus souvent associée. L’imprimerie advient dans le système instauré par la prose, et la prolonge ; elle est l’agent d’une configuration du savoir que la prose a instaurée, configuration basée sur le texte, sur la distinction entre l’histoire (vraie) et la fiction, sur la lecture, sur la page blanche, ce « lieu désensorcelé des ambiguïtés du monde », cette « surface autonome placée sous l’oeil du sujet qui se donne ainsi le champ d’un faire propre4 ». L’invention de l’imprimerie s’inscrit dans le mouvement de naturalisation de la prose, rendant tout texte accessible, presque naturellement accessible, quel qu’en soit le contenu5. L’électricité, comme la prose en son temps, constitue l’élément premier d’une reconfiguration des sociétés modernes.

L’inconscient technologique

4Dans l’article qui ouvre ce volume, Cornelius Borck remarque que, si au XIXe siècle les recherches autour de l’électricité ont surtout porté sur le rapport entre la vie et la mort, au XXe

  • 6 Marshall McLuhan, and Bruce R. Powers, The global village: transformations in world life and media (...)
  • 7 Cornelius Borck, “Media, Technology, and the Electric Unconsciousness in the Twentieth Century”, d (...)

electricity permeated through almost every aspect of life, technology, and society as a transformative power6. More than simply causing or opposing death, electricity has been woven into the fabric of modernity from its most basic levels to e-commerce and artificial intelligence. Today, at the beginning of the twenty-first century, electricity is not so much residing over life and death but simply a prerequisite for living a life7.

5À cette dernière affirmation fait dramatiquement écho l’analyse de Samir Saul, dans ce volume, qui montre bien que les premières cibles des guerres contemporaines sont les centrales électriques. L’électricité est devenue un préalable pour vivre, et c’est justement la vie qu’on veut empêcher en bombardant les centrales :

  • 8 Samir Saul, « L’électricité, enjeu de guerre », dans Olivier Asselin, Silvestra Mariniello et Andr (...)

Viennent ensuite les « fonctions vitales », en particulier les centrales électriques. [...] Bagdad perd son éclairage et son approvisionnement en eau potable. Le système de traitement des égouts est dysfonctionnel. [...] La mortalité, notamment infantile, connaît un pic en 1991, au lendemain des bombardements. [...] À l’ère des guerres médiatisées [...] il est malvenu de tuer beaucoup de civils en présence de témoins ; les priver des conditions de la vie permet de reporter la mort à plus tard, loin des regards inquisiteurs et peut-être accusateurs8.

  • 9 Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », dans Walter Benjam (...)

6Pour rendre compte de l’omniprésence et de l’importance majeure de l’électricité, Cornelius Borck reprend le concept benjaminien d’« inconscient visuel9 » qui devient chez lui un « inconscient technologique » plus apte à signifier la nature complexe du phénomène électrique. Dans L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, Benjamin écrit que la caméra pénètre un espace autre que celui qui nous est donné par la conscience :

  • 10 Idem.

Nous connaissons en gros le geste que nous faisons pour saisir un briquet ou une cuiller mais nous ignorons à peu près tout du jeu qui se déroule entre la main et le métal, à plus forte raison des changements qu’introduit dans ce geste la fluctuation de nos diverses humeurs. C’est dans ce domaine que pénètre la caméra [...] Pour la première fois elle nous ouvre l’accès à l’inconscient visuel, comme la psychanalyse nous ouvre l’accès à l’inconscient pulsionnel10.

  • 11 Wlad Godzich and Jeffrey Kittay, The Emergence of prose, op. cit., p. 197.

7En paraphrasant Benjamin, nous pourrions affirmer avoir l’expérience de l’organique et de l’artificiel, de la nature et de la culture, de l’imagination et de la réalité externe, de l’espace et du temps (et dans le temps, des différentes temporalités), de la position du sujet dans son milieu ; nous ignorons en revanche à peu près tout du réseau complexe qui va de l’un à l’autre. L’électricité ouvre sur ce réseau, nous révèle que les limites entre l’organique et le technique sont floues, que le temps et l’espace ne sont pas des catégories distinctes mais des hybrides, que la physiologie et la technologie sont interdépendantes, que le corps est un produit culturel, et que l’artifice est déjà dans la nature. L’électricité nous révèle l’omniprésence de la technique dont nous n’étions pas conscients, elle est notre inconscient technologique. Borck s’inspire de cette idée de Benjamin d’un inconscient matériel pour conceptualiser l’électricité. Si la psychanalyse ouvre un espace caché et profond auquel on n’avait pas accès avant, la caméra pénètre l’espace entre l’action et la matière ; elle révèle, nous dit Benjamin, le rythme physique des émotions qui informent les gestes quotidiens. Le parallèle avec la prose peut nous aider à mieux comprendre ce passage de l’inconscient visuel à l’inconscient technologique ainsi que la nature des deux. En comparaison avec le vers, la prose prend la position de la matière, elle vient occuper le rôle de substrat linguistique et les conséquences sont importantes. La matière est « the unavoidable, the indestructible, l’incontournable11 » ce qui est là depuis le début et qui restera au-delà de la vie des différentes formes. Ainsi conçue, la prose est extension, elle est l’espace de l’agencement des différentes pratiques signifiantes qui deviennent visibles par elle, mais qui ne coïncident pas avec elle. L’inconscient technologique, dont l’inconscient visuel fait partie, est, comme la prose, extension : l’espace de l’agencement du naturel et de l’artificiel agencement que l’électricité révèle et en même temps médiatise.

  • 12 Cornelius Borck, “Media, Technology, and the Electric Unconsciousness in the Twentieth Century”, o (...)

Electricity and electric technologies are unrivaled in their pervasiveness with which they mediate life and reality. There can be little doubt that electric media mold the realms of daily life as well as the way to access it12.

  • 13 « [electricity’s] hallmark is a transgressive dynamic by which the changes electric technology has (...)

8Le trait caractéristique de l’électricité est, selon Borck, qu’elle constitue une dynamique transgressive, et les changements qu’elle induit ne sont jamais seulement technologiques, mais pénètrent la nature et la culture13. Le phénomène électrique doit donc être étudié en tant qu’opérant sur trois plans : comme technologie, comme médium et comme modèle (paradigme).

Le spectre de McLuhan

  • 14 Understanding Media publiée pour la première fois en 1964 constitue l’œuvre majeure de ce penseur.
  • 15 Jean-François Vallée, « L’image globale : la pensée électrique de Marshall McLuhan », dans Olivier (...)
  • 16 Ibid., p. 72.

9Comment ne pas entendre dans le titre du volume la référence qu’il fait à la pensée de Marshall McLuhan14, ce théoricien de la galaxie Gutenberg et de l’âge électrique ? Si ses grandes généralisations ne permettent pas forcément de comprendre la complexité historique de la co-construction, et c’est là peut-être la faiblesse de McLuhan qui tend à enfermer dans des images-slogans (efficaces et réductives comme celles de la publicité) l’agencement contradictoire des changements technologiques dans le milieu social, il nous semble important de revenir sur ses analyses dans une perspective critique et constructive. Dès la fin des années cinquante et au début des années soixante, McLuhan, dans une série de conférences et d’entrevues, qui ont été récemment publiées sous la direction de Stéphanie McLuhan et de David Staines, théorise le changement de paradigme qu’implique l’électricité ; il en explore et en expérimente la complexité jusque dans le style de son écriture ; il a notamment recours « à la construction discontinue [...] comme au collage, aux aphorismes, aux nombreuses citations hors contexte, aux anachronismes, aux slogans de type publicitaire, aux redondances, aux jeux de mots et aux blagues, ainsi qu’à de nombreux énoncés paradoxaux15 », bref à tout ce qui rompt la continuité et la linéarité du texte et du discours. Ses idées se rassembleront et s’organiseront dans son œuvre majeure, Understanding Media, publiée pour la première fois en 1964. Le texte de Jean-François Vallée, pertinence de la pensée du chercheur canadien qu’il définit comme « le premier véritable intellectuel électrique16. » L’auteur propose d’interpréter les critiques acharnées dont McLuhan a fait l’objet, comme le signe d’une résistance au défi que sa pensée constitue encore aujourd’hui. Il fallait la réduire, la ridiculiser même (on a inventé le mot mcluhanacy pour en signaler la folie intrinsèque), l’interpréter de façon biaisée, pour en désamorcer le potentiel déstabilisant.

  • 17 Edgard Allan Poe, The Descent into the Mailstrom, publié pour la première fois dans Graham’s Magaz (...)
  • 18 Jean-François Vallée, « L’image globale : la pensée électrique de Marshall McLuhan », op. cit., p. (...)
  • 19 Idem.
  • 20 Marshall McLuhan, Understanding Media: The Extensionss of Man, New York, McGraw-Hill Book Company, (...)
  • 21 Idem.
  • 22 L’exemple que McLuhan donne est celui du chemin de fer : « The railway did not introduce movement (...)
  • 23 Marshall McLuhan, Understanding Media: The Extensionss of Man, op. cit., p. 9 « c’est une des prin (...)

10Vallée nous présente un McLuhan qui, tel le marin de Poe17, observe le tourbillon qui le menace (en tant que littéraire, humaniste, croyant) et le confronte en s’y plongeant. Le tourbillon est ici provoqué par le passage révolutionnaire de l’âge mécanique à l’âge électrique. Philippe Despoix et Vincent Bouchard, lors du colloque international « L’électricité : déploiement d’un paradigme » organisé par le Centre de recherche sur l’intermédialité à Montréal en 2005, ont parlé de la « révolution non seulement médiatique, mais culturelle » liée à la transformation industrielle quotidienne du mécanique vers l’électrique et ont établi un parallèle entre la synchronisation spatio-temporelle réalisée par l’écriture alphabétique et celle réalisée par l’image audiovisuelle qui pose « en des termes tout à fait nouveaux le rapport entre maîtrise de l’espace et contrôle du temps. » Des catégories transcendantales et distinctes de l’espace et du temps de l’époque mécanique, on passe à l’hybridation de l’espace et du temps de l’ère de la relativité. L’accusation de déterminisme, qui rassemble les détracteurs de McLuhan, semble être l’un de ces cas d’aveuglement qui ont leur raison profonde dans la défense d’une configuration du savoir existante, menacée par un changement majeur. « La théorie mcluhanienne des médias est en fait plus complexe qu’on a pu parfois le laisser entendre18. » L’électricité, par exemple, médium ultime parce que sans contenu n’est pas pour McLuhan la cause, au sens logique et séquentiel du terme, de tous les phénomènes caractérisant l’univers « postgutenbergien » – de la dissolution de l’individualisme et de l’État-nation, à l’avènement d’un monde plus acoustique et tactile que visuel, à l’abolition des notions de temps et d’espace continus au profit de la simultanéité et de l’ubiquité, etc. : « elle correspond plutôt à la forme et à la structure de tous ces phénomènes, et ce, selon la logique globale et simultanée de la causalité formelle19. » Dans Understanding Media, McLuhan écrit que « the message of any medium or technology is the change of scale or pace or pattern that it introduces into human affairs20 », et ce, « quite independent[ly] of the content of the medium21 ». Ce qui signifie, par exemple, que le message de la télévision est à prendre dans les changements de l’expérience spatio-temporelle, dans la redéfinition des rapports entre espace public et privé, dans la redéfinition de la spectature et de la présence ainsi que du régime de vérité, et ce, indifféremment des contenus de la télévision : journaux télévisés, téléromans, téléréalité, etc.22 « Indeed », précise McLuhan, « it is only too typical that the “content” of any medium blinds us to the character of the medium23. »

  • 24 Marshall McLuhan, Understanding Media: The Extensionss of Man, op. cit., p. 9 « Si la lumière élec (...)

The electric light escapes attention as a communication medium just because it has no « content ». And this makes it an invaluable instance of how people fail to study media at all. [...] The message of electric light is like the message of electric power in industry, totally radical, pervasive, and decentralized. For electric light and power are separate from their uses, yet they eleminate time and space factors in human association exactly as do radio, telegraph, telephone, and TV, creating involvement in depth24.

11La prose aussi est, pourrait-on dire, un médium sans contenu. Son message, caché par ses différents contenus – roman, récit historique, récit de fiction, lettre, autobiographie, discours, contrat, testament, traité – est l’ensemble des changements qui caractérisent la transition de la société féodale à l’État moderne. Dans The Emergence of Prose, Godzich et Kittay établissent un parallèle éclairant entre, d’une part, le passage d’une configuration culturelle structurée autour du vers et de l’oralité à une configuration gouvernée par la prose et le texte écrit et, de l’autre, le passage d’une configuration politique structurée autour de l’Église à une autre structurée autour de l’État. L’État parvient à contenir le pouvoir de l’Église. La nature de cette dernière n’est pas altérée, mais sa sphère d’action est maintenant délimitée. Dans la plus large économie de l’État, l’Église devient l’un des pouvoirs à contrôler. Elle est privilégiée par l’État, mais c’est un privilège qui peut être révoqué : c’est l’État qui octroie le pouvoir de l’Église, il n’a plus d’origine surnaturelle. Le privilège que l’État accorde à l’Église dérive de la position que l’État lui-même assigne à l’Église relativement à d’autres formes de pouvoir dans la configuration qu’il réalise. La même dynamique, affirment les deux auteurs, se produit entre la prose et le vers. La première parvient à contenir le pouvoir du vers dont la sphère d’action est de plus en plus limitée. Une nouvelle configuration des pratiques signifiantes se met en place structurée par la prose vernaculaire écrite, le vers y réclamant une forme de pouvoir, tout comme le latin (en vers et en prose). Dans la plus large économie de la prose vernaculaire, le vers devient l’une des pratiques signifiantes avec un pouvoir qui lui est attribué par la prose émergente et n’est plus fondé sur la tradition. Le processus qui se produit sur deux plans, culturel (avec la prose, plus tard associée à l’imprimerie) et sociopolitique (avec l’État), donne lieu à un nouvel espace que Godzich et Kittay appellent « the culture of the state ».

  • 25 Wlad Godzich and Jeffrey Kittay, The Emergence of Prose, op. cit., p. 202.

We have found the functioning of the state very suggestive with respect to processes occurring within prose, just as prose’s handling of discourses has turned out to be very illuminating with respect to the state’s handling of agency. We are not suggesting that prose and the state are isomorphic; rather we see in the thirteenth century France a culture delimited and empowered by operations characteristic of both prose and the state25.

L’électricité : nouvelle prose du monde

12La prose et l’État ne sont pas isomorphiques, ils se coconstruisent. Il est possible de bien comprendre ce phénomène à la condition de ne pas se laisser aveugler par les contenus du médium (la prose dans le cas qui nous intéresse ici), comme le souligne à juste titre McLuhan. Le cas de figure de la culture moderne (« the culture of the state »), où la prose assigne aux différentes pratiques signifiantes leurs places et fonctions relatives et où l’État contient et définit le pouvoir de l’Église parmi d’autres institutions, s’avère très utile pour comprendre l’âge électrique, ce nouveau chronotope qui reprend et redonne sens à la notion de postmodernité. Qu’est-ce que la co-construction de l’électricité et de l’État globalisé nous apprend sur les agencements structurant notre milieu ou, pour paraphraser Godzich et Kittay, sur la façon dont la globalisation, fondée sur l’électricité comme l’État sur la prose, gère les affaires humaines ? Quel espace se produit là où la culture de l’État s’effrite ? Quel sujet ? Quelle action ? Le travail de ce volume se développe autour de telles questions dans ses différentes sections et son approche interdisciplinaire.

  • 26 Elizabeth Eisenstein, The Printing Revolution in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge Univers (...)
  • 27 Nous nous référons en particulier à Xavier Guchet, Le Sens de l’évolution technique, Clamency, Édi (...)

13Dans son œuvre fondamentale sur l’imprimerie26, Elizabeth Eisenstein se demande pourquoi un phénomène d’une telle importance a pu susciter autant de négligence. L’oubli de l’imprimerie qui double l’oubli de la prose dont elle est, en un certain sens, la prolongation, sont deux cas exemplaires de naturalisation de la technique auxquels le cas de l’électricité, invisible et omniprésente, vient s’ajouter. La naturalisation est, nous le savons27, nécessaire au fonctionnement de toute technique dans la culture occidentale moderne. Les technologies électriques, par exemple, contribuent à la consolidation des « lumières », du rationalisme et de la transparence, en même temps qu’elles mettent en question l’organisation rationaliste de la connaissance. Dans les cas ici évoqués, l’énormité de ce qui est caché conduit à se demander jusqu’à quel point ces technologies bouleversent-elles le système de valeurs qu’elles-mêmes viennent légitimer. Le travail d’Elizabeth Eisenstein nous semble contenir des indications importantes pour répondre à cette question en proposant d’observer précisément les effets contradictoires de l’introduction d’une technologie.

  • 28 Elizabeth Eisenstein, La révolution de l’imprimé dans l’Europe des premiers temps modernes, Paris, (...)

Nombre d’effets différents, tous d’une grande portée, survinrent de façon relativement simultanée. Les déchiffrerait-on plus clairement que l’on considérerait avec plus de sérénité des évolutions apparemment contradictoires. L’on pénétrerait mieux l’intensification à la fois de la religiosité et du sécularisme28.

  • 29 Walter Moser, « Le Galvanisme : Joker au carrefour des discours et des savoirs autour de 1800 », o (...)

14Rien de plus vrai pour l’électricité qui s’associa à la fois au spiritualisme et au rationalisme les plus extrêmes. Les textes de Walter Moser et d’Anindita Banerjee dans ce volume en témoignent. Contre la tendance à ordonner des faits disparates dans un récit linéaire et progressif, Moser privilégie les « nœuds de complexités » et les anachronismes, et identifie dans le « galvanisme » une figure transversale capable de circuler dans une pluralité de discours tout en y assumant des contenus très divers. C’est la carte dans le jeu discursif qui, dans la configuration 1800, peut véhiculer des valeurs et des contenus très différents. C’est le joker discursif par excellence29. Cette figure transversale se révèle assez déstabilisante par la mise en relation des champs de savoir et des pratiques qui, selon le grand récit de la modernité, devraient rester distincts. Dans une perspective similaire, Anindita Banerjee montre que si l’électricité en Russie devient une icône de la révolution, du changement radical qu’incarne l’État socialiste, cette technologie s’inscrit aussi dans l’imaginaire de la fin du siècle et incarne la coexistence du passé et du présent.

  • 30 Pensons, entre autres, à l’étude d’André Caron et Letizia Caronia, Culture mobile. Les nouvelles p (...)

15Un autre point important soulevé par Elizabeth Eisenstein est la reconnaissance de l’interdépendance entre standardisation et diversité. Là où il y a une forte standardisation, il y a également une prolifération de pratiques de résistance et d’individuation. Cela vaut pour l’imprimerie, mais aussi pour les technologies électriques de communication. Plusieurs études récentes se penchent sur les usages singuliers des technologies mobiles qui peuvent devenir de véritables médias de résistance à la standardisation ainsi que le lieu d’invention d’autres formes de démocratie30. Le grand récit manichéen de la modernité est miné par la prise en compte des « tactiques » individuelles qui se développent avec les nouvelles technologies, soit celle de l’imprimerie puis celle de l’électricité.

16L’insistance sur la matérialité du média et sur le système qu’il pénètre et contribue à créer est, pour l’historienne, une garantie contre les « querelles intellectuelles » plutôt basées sur des abstractions.

  • 31 Elizabeth Eisenstein, La révolution de l’imprimé dans l’Europe des premiers temps modernes, op. ci (...)

En centrant l’intérêt sur la mutation des communications, nous sommes amenés à lier esprit et société [...] Des relations plausibles peuvent être repérées si l’on tient compte des liens tissés par le nouveau réseau de communications qui coordonnait diverses activités intellectuelles tout en produisant des biens de consommation commercialisables. Étant donné que cette production était patronnée et censurée par les autorités et consommée par les milieux alphabétisés, les activités des premiers imprimeurs fournissent un lien naturel entre le mouvement des idées, le développement économique et les affaires de l’Église et de l’État31.

17Elizabeth Eisenstein souligne avec insistance le fait que l’imprimerie représente « une mutation précise de la communication » à un moment historique donné. De la même façon, l’historien des sciences, Giuliano Pancaldi insiste sur le fait que seule l’application de l’électricité aux communications (avec le télégraphe) en a révélé l’immense portée :

  • 32 Giuliano Pancaldi, “Interpreting the early age of electricity”, conférence présentée à la IEEE Con (...)

It was telegraphy, and communications, that slowly made room for electricity in society and culture at large. I have alluded to the huge investments made in telegraphy during the central decades of the century. But investments of course went hand in hand with other, important shifts. They went hand in hand with the expansion of the “public sphere” that, throughout the nineteenth century, accompanied the rise of the middle classes, first in Western societies, then in their colonies, and, sometime later, in their former colonies. Let me emphasize this: only once electricity had won a place in society and culture at large thanks to communication systems like the telegraph and the telephone, it was possible for electric power first to flank, and then slowly to erode the power of steam. If my reconstruction is right, the electric communication networks and the electric power grids we are familiar with are two sides of an intertwined story; a story which, unexpectedly and amidst many contingencies, began in the early age of electricity and is still with us today32.

  • 33 Voir Giuliano Pancaldi, “Interpreting the early age of electricity”, op. cit.
  • 34 Il est important de noter que la question des communications revient quand il s’agit de la « révol (...)

18L’imprimerie, comme plus tard le télégraphe, change les communications : c’est l’attention à ce changement matériel qui permet de comprendre la nature du lien entre esprit et société. Étudier le nouveau système de communication qui se met en place au moyen de l’imprimerie révèle le lien nécessaire entre des activités intellectuelles et des intérêts économiques, ainsi que les structures de pouvoir qui se dessinent autour du nouveau système. Si « les activités des premiers imprimeurs fournissent un lien naturel entre le mouvement des idées, le développement économique et les affaires de l’Église et de l’État », les importantes expériences avec le télégraphe et le téléphone, moyens de communication instantanée, révèlent vers la moitié du XIXe siècle le lien inextricable entre l’économie (on y investissait de façon massive), l’expansion de la sphère publique et l’émergence de nouvelles classes sociales33. Le précédent énoncé d’Elizabeth Eisenstein, en écho duquel répond celui de Giuliano Pancaldi, met en évidence l’importance cruciale des communications pour le développement global de la société ; communications qui sont le point d’intersection de facteurs culturels, économiques et sociaux d’importance majeure : qu’elles mutent et cela entraîne un changement de la société dans son ensemble, notamment parce que leur mutation implique un changement dans la conceptualisation de la société34.

  • 35 Giuliano Pancaldi, “Interpreting the early age of electricity”, op. cit, p. 213.

Why did it take so long – eighty years, and in an age of major industrial developments – for the steady current of the battery to “transform our civilization”? And, what else was needed, beyond the current of the battery, for the age of electricity finally to take off35?

  • 36 Lev Manovich, The Language of New Media, Cambridge, MIT Press, 2001.
  • 37 Geoffrey Batchen, « Electricity made visible », in Chun, Kyong, Wendy Hui Kyong Chun and Thomas W. (...)

19C’est ce que se demande Giuliano Pancaldi et sans doute faut-il chercher la réponse dans la co-construction de la société et de la technologie où le développement de la sphère publique, la montée de la classe moyenne et l’application du courant électrique aux communications viennent, dans le même mouvement, créer un nouveau milieu. Dans un article innovateur publié en 2006, « Electricity Made Visible », Geoffrey Batchen permet d’aller encore plus loin en montrant comment, dans les années 1830, la photographie, la numérisation et le télégraphe croisent déjà leur chemin dans une recherche commune : communiquer des images et des sons à distance. Le contexte est celui des changements du rapport entre nature et culture et de l’étroite collaboration entre art et science induits à la fois par la photographie et l’électricité. Batchen a le grand mérite de créer un pont entre les études sur la photographie et celles sur les technologies électriques erronément séparées, contribuant de façon importante à la pensée de l’âge électrique. La préoccupation de départ de Batchen dans « Electricity Made Visible » est de montrer, en réponse à Lev Manovich36, que l’histoire des nouveaux médias est aussi ancienne que la modernité (« as old as modernity itself37 »), le concept foucaldien d’archéologie qu’il emprunte lui révèle la dimension fondamentalement politique de cette histoire.

  • 38 Idem.

But now the word “archeology” must conjure, not so much a vertical excavation of developments in imaging technologies, but rather Michel Foucault’s more troublesome effort to relate particular apparatuses to “the body of rules that enable them to form as objects of a discourse and thus constitute the conditions of their historical appearance”. The identification of these “rules” of what Foucault calls a “positive unconscious of knowledge” turns such a history into a necessarily political enterprise38.

  • 39 Michel Foucault, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966. « La prose du monde » est le titr (...)
  • 40 James Delbourgo, The Most Amazing Scene of Wonders. Electricity and Enlightenment in Early America(...)

20C’est à Foucault que nous revenons nous aussi pour nouer les fils que nous avons tissés dans cette introduction. Du texte (et de l’État) comme lieu(x) de pouvoir, on passe, avec l’électricité, à un autre lieu de pouvoir, moins visible, celui du réseau remplaçant peut-être à la fois l’État et le texte. Comme ce volume entend le montrer, l’électricité bouleverse le régime établi par la prose et l’imprimerie en ouvrant grande la porte aux « ambiguïtés » du monde que la page blanche avait mises dehors. Si la prose moderne nous a fourni un modèle efficace pour penser la naturalisation de l’électricité et ses enjeux, ce parallèle nous a aussi permis de voir que notre milieu en est un où les choses et les mots, séparés par le travail d’abstraction de la prose, se rencontrent à nouveau. Littérature, photographie, médias électriques créent et expriment une « prose du monde39 » qui exige désormais une nouvelle littéracie. Dans son beau livre A Most Amazing Scene of Wonders40, James Delbourgo montre comment dès ses débuts au XVIIIe siècle, l’électricité a lancé un défi à l’abstraction, à la séparation entre le rationnel et l’irrationnel, le matériel et l’immatériel, et a révélé des nouvelles dimensions que la littéracie moderne ne pouvait pas prendre en compte.

21Si le message d’un média est « le changement d’échelle, de rythme et de modèles qu’il provoque dans les affaires humaines », pour le comprendre il faut se mettre à l’écoute des mouvements constitutifs de la toujours changeante configuration des médias et des pratiques signifiantes. Mais quand il s’agit d’un média sans contenu, comme l’électricité (ou la prose), omniprésent et invisible, ne sommes-nous pas aussi dans la nécessité de développer une littéracie qui nous permette justement de comprendre ce qui se passe ?

  • 41 Wlad Godzich and Jeffrey Kittay, The Emergence of prose, op. cit., p. 199.

Because of this founding role, prose requires a specific form of literacy [...] not one that is taught. Prose requires a literacy that would be attentive to this managerial function of the discourses and thus beyond them to the play of deixis within it. Such a literacy (...) is a mode of living and acting in a world that is now prosaic. In other words, if there is such a thing as a prosaic hermeneutics, it is not restricted to the world of linguistic artefacts, but constitutes the dimension of understanding in modernity41.

22Cet important passage du livre de Godzich et Kittay nous propose des pistes de réflexion. L’électricité exige une littéracie qui reconnaisse la configuration du savoir en réseau, le passage de la linéarité à la complexité. Une telle littéracie (électracie ? médiacie ?) doit se développer à partir de notre expérience d’un monde médiatisé par l’électricité et correspondre à notre mode de vie dans ce monde électrique. Si une herméneutique électrique est possible, nous continuons à paraphraser Godzich et Kittay, elle ne correspond pas seulement à l’acte de comprendre les différents artefacts électriques (et électroniques), mais elle est la forma mentis de la postmodernité.

L’électricité vingt ans après

  • 42 Pour cette partie sur l’état de la question, nous sommes fortement redevables à Marion Froger que (...)
  • 43 1983 est la date de la parution de la version originale allemande.

23Presque vingt ans se sont écoulés avant qu’on ne revienne sur les changements importants que l’électricité a provoqués dans la vie, la pensée, les valeurs du « village global42 ». Entre 1983 et 1990 paraissent plusieurs études fondamentales pour comprendre la révolution électrique opérée aussi bien dans les communications que dans la configuration de l’expérience du milieu et dans la définition des socialités. Pour n’en citer que quelques-unes, Disenchanted Night. The Industrialization of Light in the Nineteenth Century de Wolfgang Shivelbusch (1983)43 retrace le développement de la lumière artificielle électrique au XIXe siècle (du salon bourgeois à la rue, des magasins à la scène de spectacle), en analysant la structuration de la vie moderne par la distribution de cette lumière dont le contrôle vient marquer les hiérarchies sociales, distinguer le pouvoir, garantir les valeurs morales, délimiter la nuit et créer la scène moderne. When Old Technologies Were New. Thinking about Electric Communication in the Late Nineteenth Century de Carolyn Marvin (1988) revient sur l’histoire des médias électriques anglo-américains et conteste la perspective instrumentale qui fait classiquement commencer cette histoire à la mise en place « naturelle » d’équipements permettant le développement du réseau des médias de masse. Marvin propose plutôt de s’intéresser aux jeux de négociation, de pouvoir et de représentation entre les différents groupes sociaux et à leur reconfiguration par l’intrusion d’un nouveau média. Electrifying America. Social Meanings of a New Technology de David E. Nye (1990) analyse le processus social de l’électrification aux États-Unis en détaillant la façon dont l’électricité a été incorporée par les différentes communautés qui en fondent la société. Il s’attache aux perceptions et croyances de chacune de ces communautés, aux usages qui les distinguent ou les rapprochent, aux politiques et aux choix opérés selon les institutions (ville, maison, usine...) et qui marquèrent irrémédiablement le paysage de l’Amérique.

  • 44 Le rapport privilégié entre l’électricité et la médecine fait l’objet, entre autres, du livre de L (...)

24Par ailleurs, en 1983, l’Association pour l’histoire de l’électricité en France lance un vaste programme de recherche visant à construire une « histoire de l’électricité ». Un premier colloque, « L’électricité dans l’histoire », pose les jalons de cette entreprise. On pointe la nécessité de confronter les histoires – économiques, financières, locales, littéraires, etc. – à celle de l’électricité afin d’apercevoir de nouvelles interférences et chaînes de causalité. On y aborde différents domaines : les problèmes liés à l’utilisation de l’électricité, dans une perspective socioéconomique, sont traités, ainsi que ceux liés à son influence – notamment sur la médecine44. On y démontre l’intérêt thématique de l’électricité – en particulier dans l’histoire de la littérature –, ainsi que l’intérêt de sa fonction de cristallisateur des valeurs sociales pour l’histoire de la condition féminine. Trois tomes dévolus à l’histoire de l’électricité en France sont finalement publiés en 1991. Un Bulletin d’histoire de l’électricité paraît dans la suite, dont la mission est le déploiement à l’échelle sociale, d’une histoire trop souvent limitée au seul domaine des sciences et des techniques. L’Association se dissout en 2001 et laisse place à la Fondation Électricité de France qui poursuivra son mandat scientifique en publiant les Annales historiques de l’électricité dont le dernier numéro porte significativement le titre de « L’électricité en réseaux ».

25Parallèlement à cela, un fort engouement apparaît pour l’électricité en tant qu’objet d’exposition. Outre les vertus pédagogiques des expériences électriques (reproduites à la Cité des sciences de la Villette, lors d’une exposition sur l’électricité en 1996), les expositions exploitent la variété des matérialisations de l’électricité (artefacts, ingénieries, phénomènes reconstitués) pour retracer les étapes d’une civilisation électrique (musée Électropolis à Mulhouse ; Centre d’interprétation Électrium à Sainte-Julie). Elles exploitent aussi la variété des matérialités nouvelles que l’électricité a générées, au premier rang desquelles celles investies et explorées par les arts de la lumière et de la composition sonore (« Light! », musée Van Gogh d’Amsterdam, 2001 ; « Sons et lumières : une histoire du son dans l’art du XXe siècle », Centre Pompidou, 2004) et la relation entre lumière, électricité et modernité (« La Lumière au siècle des Lumières et aujourd’hui. Art et Science », Nancy 2005). Cet engouement se traduit également, côté publication, par des projets éditoriaux de revues d’arts et de lettres construits sur le thème de l’électricité (Techné, n° 12, automne 2000 ; Cabinet, n° 21, printemps 2006 ; Revue des sciences humaines, « L’imaginaire de l’électricité », n° 281, automne 2006). La démarche muséale semble ainsi accompagner le développement, depuis une quinzaine d’années, d’une nouvelle sociologie du quotidien qui redécouvre le rôle structurant de l’électricité, au détour d’une réflexion portant sur l’impact des objets et des techniques sur les socialités (Technologies du quotidien, 1992), ainsi que le rôle des environnements construits – par l’éclairage, les réseaux de transports, les milieux sonores, notamment en milieu urbain – sur les comportements sociaux.

26Alors que l’histoire des sciences et des techniques peut s’enorgueillir d’un bagage érudit d’études sur les principaux acteurs de la conquête de l’électricité (Nollet, Galvani, Volta, Marconi, etc., ils seraient plus de cent si l’on en croit la fresque qu’a peinte Dufy en 1937, à l’occasion de l’Exposition internationale de Paris), la sociologie des sciences accuse un certain retard dû, en grande partie, à l’oubli de l’électricité au profit de l’électronique et de l’informationnel, dans l’établissement du paradigme moderne, et c’est ce retard que ce volume entend combler. On pourrait se demander pourquoi il est plus facile de reconnaître à la cybernétique et au paradigme informationnel cette visibilité que dans le domaine des sciences humaines on a du mal à reconnaître à l’électricité. Une hypothèse que nous pourrions avancer est que la cybernétique est associée aux « machines à penser », à des artefacts visibles, à des contenus, à la différence de l’électricité, média sans contenu, dont le message « est absolument radical, décentralisé et enveloppant. » « La lumière et l’énergie électrique sont distinctes des usages qu’on en fait » écrit McLuhan, et ce n’est pas le cas de l’information qui, par ailleurs, a, elle aussi, l’électricité comme média. Cependant, le développement des techniques informatiques a permis un retour non seulement sur la nature de l’« image électrique », mais aussi sur les conséquences de son apparition, dans les sciences comme dans les arts, sur notre rapport au réel.

  • 45 Voir Martin Thibault, De la banquise au congélateur. Mondialisation et culture au Nunavik, Ste-Foy (...)

27De son côté, l’anthropologie fait le constat, sur le terrain, des conséquences des disparités de l’accès à l’électricité et décrit les enjeux de pouvoir et d’autonomisation, liés à sa production, à sa distribution et à sa consommation. Elle étudie l’impact sur les populations vivant aux marges des sociétés hyperindustrialisées et examine la transformation du quotidien dans les différentes communautés en relation à la présence multiforme de l’électricité45. On peut souhaiter qu’une anthropologie des techniques étudie plus à fond encore les conséquences des changements techniques sur les pratiques culturelles dans des contextes historiques, géographiques et politiques précis, à la suite des premiers travaux de Leroi-Gourhan, Innis ou Goody.

  • 46 Éric Méchoulan, « Éclaircies à travers les brumes de l’intermédialité ? », entrevue avec Sylvano S (...)

28Les études ici présentées s’appuient donc sur des travaux déterminants et sur un regain d’intérêt pour la problématique de l’électricité. Un des objectifs du volume est de poser les jalons d’une synthèse en faisant dialoguer différentes perspectives sans reconduire le partage disciplinaire, politique ou géographique des études sur l’électricité. L’intermédialité, « par nature interdisciplinaire », constitue le terrain de la recherche ici développée ; « au lieu de partir de définitions institutionnellement assurées d’objets de savoir disciplinairement bien classés, (elle) considère d’abord les relations elles-mêmes dans lesquelles des objets sont pris » et « ne s’occupe pas simplement des médias, mais de toutes les formes de médiation, de la plus matérielle à la plus intellectuelle46 » ainsi que de leur histoire. Mieux que n’importe quelle autre approche, l’intermédialité permet de rendre compte du « changement d’échelle, de rythme et de modèles » provoqués par le média électrique dans les affaires humaines et de saisir la complexité de l’âge électrique en reconnaissant une place aux ambiguïtés du monde que le système scripturaire, instauré par la prose et l’imprimerie, avait écartées.

29Au moyen de quatre parties thématiques, nous nous proposons d’aborder la « révolution électrique » à la lumière de ses diverses conceptions, de ses applications, de ses effets – esthétiques, sociaux, culturels et politiques –, ainsi qu’à l’aulne de ses enjeux historiques et contemporains. En parlant de révolution, c’est l’utopie que nous convoquons, et l’imagination qui la nourrit traverse tous les articles ici rassemblés qu’il soit question d’épistémologie, de représentation, de technique, de politique.

30La première partie de cet ouvrage, « Electrical Thought/La pensée électrique », dégage les fondements d’une pensée qui envisage le phénomène électrique comme un milieu épistémique : l’électricité permet de figurer et de connaître ce qu’elle éclaire, ce qu’elle traverse, jusque dans ces formes inabouties ou abandonnées. Les textes que nous avons rassemblés dans cette section permettent de poser le cadre théorique de ce phénomène électrique.

31Les deux premiers textes, de Cornelius Borck et de Walter Moser, ont ceci de commun d’insister sur la dynamique transgressive de l’électricité qui, déployée comme média, finit par constituer un milieu dans lequel se formulent et se pratiquent des recherches sur la matière et sur l’esprit. Cornelius Borck explore quelques-unes des trajectoires qui relient les développements hétérogènes que l’électricité a permis : des rayons X qui traversent le corps aux ondes électromagnétiques des réseaux de télécommunication ; des traitements électriques drastiques de la psychiatrie « moderne » aux modèles élaborés à partir de l’électricité pour comprendre le fonctionnement du cerveau, émergent des réalités virtuelles qui ouvrent des accès à la nature de l’esprit et permettent d’élaborer des nouvelles formes de conscience. Walter Moser se concentre plus spécifiquement sur le prédéveloppement électrique, un des repentirs de l’électricité avant qu’elle ne se théorise selon les principes qu’on lui connaît. Sous le tracé d’une technologie victorieuse, Walter Moser exhume une piste particulière des balbutiements de la théorie électrique, le galvanisme, qui voit s’associer à l’empirisme le plus rigoureux les spéculations les plus débridées. Dans cette même section, Jean-François Vallée revient, comme nous l’avons vu, sur le virage épistémologique qu’opère McLuhan au milieu des années cinquante, à partir duquel il formulera sa théorie de l’âge électrique. Ici encore, épistémè et média sont indissociables, fondus l’un dans l’autre dans cette translation immédiate de tout code en un autre qu’opère l’électricité. Aux expériences galvaniques de Walter Moser, viennent répondre d’autres projets non aboutis d’application électrique, présentés sous forme de croquis techniques qu’Edison réalisa et dont David Tomas analyse ici la portée. Ces projections graphiques constituent une histoire alternative de technologies hybrides, la matrice idéelle visuelle d’où purent émerger les objets techniques et les machines électriques qui peuplent et animent notre monde. Le tourbillon du marin de Poe dans lequel McLuhan s’immerge produit un ensemble de possibles non actualisés, fondement aujourd’hui sédimenté de la pensée électrique.

32La deuxième partie du recueil, « The Electric Body/Le corps électrique », rassemble des textes qui analysent l’utopie électrique à même les corps qu’elle traverse et anime, galvanise, enveloppe et parfois, en rupture du tableau, tue. Jean-Pierre Sirois-Trahan propose une étude du roman symboliste L’ève future de Mathias Villiers de l’Isle-Adam, où l’électricité figure comme un principe de vie au même titre que le mouvement et comme un fluide magique que les scientifiques de la « belle époque » tentent de maîtriser. Laurent Guido s’attarde sur l’inscription spécifique du corps, quelque vingt années plus tard, au sein du contexte technologique émergeant de la fin du XIXe siècle. On y voit alors se populariser, et c’est exemplaire dans les spectacles de Loïe Fuller, une nouvelle image mobile de la corporéité, toujours féminine mais bien vivante et non plus automate cette fois, traversée par le flux énergétique de l’électricité, agent d’harmonie entre la musique et le mouvement. Résonnent très loin les cris des girls du music-hall devant l’image du corps absent qu’évoque la chaise électrique d’Andy Warhol et sur laquelle s’attarde Pamela Lee. Cette sérigraphie, populairement déclinée en plusieurs tons, s’inscrit dans la série Death and Disaster que Warhol amorce au début des années soixante. Lee y voit le corps humain doublement et radicalement administré, à la fois par les nouveaux modes de communication de masse et par une technologie létale électrique. L’article d’Elizabeth Plourde vient clore cette section avec la présentation du corps appareillé de la performeuse Isabelle Choinière qui, enveloppé de capteurs électriques, devient le creuset de nouvelles formes de corporéités scéniques.

33Dans la partie « The Electric Picture/L’image électrique », les auteurs s’intéressent aux technologies de représentation et à l’impact de l’électrification de ces technologies, parfois augmenté des attentes qui la précédèrent. La soif de clarté qui se généralise au XIXe siècle harasse à son tour la scène de théâtre et, si le passage à la lumière électrique semble se faire sans heurt, on ne cesse de vouloir en maximiser la puissance : plus de clarté réclame-t-on quand c’est de l’ombre que l’on cherche. Jean-Marc Larrue démonte les paradoxes de cette révolution électrique qui change beaucoup sans changer grand-chose : si, au bout du compte, on n’y voit pas plus clair bien que la scène soit très éclairée, se coconstruit tout au long de cette quête une modernité théâtrale qui réinterroge, en même temps qu’elle le réorganise, l’ensemble du dispositif scénique à l’aulne de ces nouvelles potentialités. André Gaudreault et Philippe Marion comparent deux modèles énergétiques impliqués dans la captation cinématographique, celui mécanique des frères Lumière, souple et léger mais soumis à l’aléatoire de la force humaine appliquée à la manivelle, et l’autre électrique offrant une énergie motrice régulière et fiable au prix d’une lourdeur machinique. Cette alternative, du matériel léger qui se déplace vers le sujet et de son contraire, une technique lourde obligeant à une « studioïté », met également en œuvre une dialectique esthétique entre deux rapports spécifiques au temps et à l’espace : au temps humanisé mais aléatoire de la manivelle, qui imprime un mouvement à des images arrêtées, s’oppose le temps uniforme et ininterrompu de l’électricité qui assure la mise en boucle spatiale et temporelle du monde. Enfin, c’est l’électricité elle-même qui fait image dans le genre cinématographique de la comédie musicale qu’examine Viva Paci. À la fois condition de possibilité des effets spécifiques au genre et du genre lui-même, l’électricité en constitue un des motifs favoris déployés dans un esprit qui « célèbre les fastes technologiques du siècle naissant ». Ce n’est pas ici l’ombre que l’on cherche mais plutôt, dans l’usage paroxystique et plein soleil du génie électrique, l’accord parfait entre ses ondes lumineuses et la matière du spectacle.

34La partie « Electrifications/Électrifications » clôt notre ouvrage et envisage les enjeux de l’électrique à l’échelle d’une nation. Là encore l’utopie vient croiser l’empirisme et se sédimenter aux fondements des systèmes de production et de distribution de l’électricité. Anindita Banerjee replace la déclaration de Lénine faite en 1920 – « Le communisme, c’est le pouvoir des soviets et l’électrification du pays », généralement historicisée en point de départ de l’utopie technologique bolchevique – dans un courant de pensée fin de siècle d’une imagination moderniste. C’est paradoxalement l’absence persistante de l’électricité du monde quotidien russe de cette époque, puis les résistances au projet d’électrification qui vont renforcer sa force mythique. S’élabore en creux autour de cette absente et à partir de données « récupérées » une cosmogonie au cœur de laquelle l’électricité fait figure de force salvatrice : des fantaisies futuristes les plus improbables au projet politique communiste, il s’agit de sauver la Russie en la transformant. Karl Froschauer s’interroge sur l’échec du Canada à mettre en place une politique électrique nationale et décrit le modèle de politiques provinciales peu intégrées qui prévaut à la place. Un jeu de souverainetés se déploie qui n’opère pas au plan national mais directement des provinces au reste du continent. Au jeu des intégrations, c’est celle de l’électricité au fonctionnement de l’ensemble d’une société et les implications de sa coupure que Samir Saul aborde dans le contexte spécifique des guerres contemporaines. Ce ne sont plus les vies humaines que l’on cible directement, mais bien l’électricité et la paralysie rapide d’une société que l’on obtient en coupant le courant. Pour finir, Martha Khoury et Silvestra Mariniello, à l’aide du roman Cités de sel d’Abdul Rahman Mounif, analysent les ruptures, disjonctions et transgressions que crée et permet l’intrusion de l’électricité dans une société traditionnelle « périphérique ». Des médiations fondamentales et communes de cette société (du rapport à dieu, à l’espace au rapport à l’air, à la climatisation, au son, à la radio) subissent des effets d’accélération, de ralentissement, de blocages que le sujet doit non seulement moduler dans ses usages mais aussi conceptualiser.

Bibliographie

Bibliographie

Appadurai, Arjun, Modernity At Large: Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1996.

Appadurai, Arjun (ed.), Globalization, Durham, Duke University Press, 2002.

Ascher, François, Ces événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs. Essai sur la société contemporaine, La Tour d’Aigues, L’Aube, 2005.

Asselin, Olivier, Silvestra Mariniello et Andrea Oberhuber, L’âge électrique, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2010.

Augé, Marc, Non-Lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, coll. « La librairie du xxe siècle », 1992.

Barney, Darin, The Network Society, Cambridge, Polity Press, 2004.

Baudrillard, Jean, « Modernité », dans Encyclopédie Universalis, www.universalis.fr/corpus2-encyclopedie/117/0/M120991/encyclopedie/MODERNITE.htm.

Baudrillard, Jean et Edgar Morin, La Violence du monde, Paris, Éditions du Félin, 2003.

Bauman, Zygmunt, La vie liquide, Paris, Le Rouergue/Chambon, 2006.

Beck, Ulrich, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, 2001.

Beltran, Alain, La Fée et la Servante. La société française face à l’électricité (XIXe-XXe siècle), Paris, Belin, 1991.

Benjamin, Walter, Œuvres, t. III, Paris, Gallimard, coll. « Folio/essais », 2000.

Berthonnet, Arnaud (dir.), Guide du chercheur en Histoire de l’électricité, ED F Électricité de France, Éditions La Mandragore et Fondation Électricité de France, 2002.

Bolter, Jay David and Richard Grusin, Remediation. Understanding New Media, Cambridge, MIT Press, 2000.

Borck, Cornelius, “Electrifying the Brain in the 1920s: electrical technology as a mediator in brain research”, in Giuliano Pancaldi and Paola Bertucci (eds.), Electric Bodies. Episodes in the History of Medical Electricity, Bologne, Università di Bologna, 2001, p. 239-264.

Cabinet, « Electricity », nº 21, printemps 2006.

Caron, André et Letizia Caronia, Culture mobile. Les nouvelles pratiques de communication, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2005.

Castells, Manuel, L’ère de l’information, vol. 1 : La société en réseaux, Paris, Fayard, 1988.

Certeau, Michel de, L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.

Chun, Kyong, Wendy Hui Kyong Chun and Thomas W. Keenan (eds.), New Media, Old Media. A history and Theory Reader, New York/London, Routledge, 2005.

Delbourgo, James, A Most Amazing Scene of Wonders: Electricity and Enlightenment in Early America, Cambridge, Harvard University Press, 2006.

Delon, Michel, L’idée d’énergie au tournant des lumières 1770-1820, Paris, Presses universitaires de France, 1988.

Déotte, Jean-Louis, L’époque de l’appareil perspectif. Brunelleschi, Machiavel, Descartes, Paris, L’Harmattan, 2001.

Déotte, Jean-Louis, L’époque des appareils, Paris, Lignes/Manifeste Léo Scheer, 2004.

Déotte, Jean-Louis, Marion Froger et Silvestra Mariniello (dir.), Appareil et intermédialité, Paris, L’Harmattan, 2007.

Eisenstein, Elizabeth, The Printing Revolution in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

Eisenstein, Elizabeth, La révolution de l’imprimé dans l’Europe des premiers temps modernes, Paris, Éditions de la Découverte, 1991[1983].

Foucault, Michel, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 1966.

Godzich, Wlad and Jeffrey Kittay, The Emergence of Prose: An Essay in Prosaics, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1987.

Guchet, Xavier, Le Sens de l’évolution technique, Clamency, Éditions Léo Scheer, 2005.

Harvey, David, The Condition of Postmodernity: An Enquiry into the Origins of Cultural change, Cambridge, Blackwell, 1990.

Heilbron, John, Electricity in the 17th and 18th Centuries: A Study in Early Modern Science, Berkeley, University of California Press, 1979.

Kerckhove, Derrick de, The Skin of Culture. Investigating the New Electronic Reality, Toronto, Somerville House Publishing, 1995.

Lafontaine, Céline, L’Empire Cybernétique. Des machines à penser à la pensée machine, Paris, Seuil, 2004.

Landes, David S., The Unbound Prometheus, Cambridge, Cambridge University Press, 1969.

La revue d’Histoire des sciences, « L’électricité dans ses premières grandeurs, 1760-1820 », t. 54, Paris, Presses universitaire de France, janvier-mars 2001.

Latour, Bruno, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La découverte, 1997.

Latour, Bruno, Un monde pluriel mais commun, Paris, L’Aube, coll. « Poche essai », 2003.

Lyotard, Jean-François, La Condition postmoderne, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

Manovich, Lev, The Language of New Media, Cambridge, MIT Press, 2001.

Marvin, Carolyn, When Old Technologies Were New: Thinking about Electric Communication in the Late Nineteenth Century, Oxford, Oxford University Press, 1988.

McLuhan, Marshall, Understanding Media: The Extensionss of Man, New York, McGraw-Hill Book Company, 1964.

McLuhan, Marshall and Bruce R. Powers, The global village: transformations in world life and media in the 21st century, New York, Oxford University Press, 1989.

McLuhan, Marshall, Pour comprendre les médias, Montréal, Bibliothèque Québécoise, 1993.

McLuhan, Marshall, in Stephanie McLuhan and David Staines (eds.), Understanding Me. Lectures and Interviews, Toronto, McClelland & Stewart, 2003.

Méchoulan, Éric, « Éclaircies à travers les brumes de l’intermédialité ? » entrevue avec Sylvano Santini, première partie, Spirales, n° 229 décembre 2009, deuxième partie, n° 230, janvier 2010.

Misa, Thomas J., Philip Brey and Andrew Feenberg (eds.), Modernity and Technology, Cambridge, MIT Press, 2003.

Morus, Iwan Rhys, Frankenstein’s Children. Electricity, Exhibition, and Experiment in Early-Nineteenth-Century London, Princeton, Princeton University Press, 1998.

Nye, David E., Electrifying America: Social Meanings of a New Technology, Cambridge, MIT Press, 1990.

Nye, David E., Consuming Power. A Social History of American Energies, Cambridge, MIT Press, 1999.

Pancaldi, Giuliano and Paola Bertucci (eds.), Electric Bodies. Episodes in the History of Medical Electricity, Bologne, Università di Bologna, 2001.

Pancaldi, Giuliano, Volta: Science and Culture in the Age of Enlightenment, Princeton, Princeton University Press, 2003.

Pancaldi, Giuliano, Interpreting the early age of electricity, Electric Power, 2007, IEEE Conference on the History of electricity, pp. 212-221.

Poe, Edgard Allan, The Descent into the Mailstrom, publié pour la première fois dans Graham’s Magazine, vol. XVIII, n° 5, mai 1841, p. 235-241.

Revue des sciences humaines, « L’imaginaire de l’électricité », nº 281, automne 2006.

Schiffer, Michael B., Draw the Lightning Down: Benjamin Franklin and Electrical Technology in the Age of Enlightenment, Berkeley, University of California Press, 2003.

Shivelbusch, Wolfgang, Disenchanted Night. The Industrialization of Light in the Nineteenth Century, Berkeley, University of California Press, 1983.

Simon, Herbert A., The Sciences of the Artificial [1970], Cambridge, MIT Press, 1996.

Simon, Linda, Dark Light: Electricity and Anxiety from the Telegraph to the X-Ray, Orlando, Harcourt, 2004.

Stiegler, Bernard, La Technique et le temps, t. 1 : La faute d’Epiméthée, Paris, Galilée, 1994.

Stiegler, Bernard, La Technique et le temps, t. 2 : La désorientation, Paris, Galilée, 1996.

Stiegler, Bernard, La technique et le temps, t. 3 : Le temps du cinéma et la question du mal-être, Paris, Galilée, 2001.

Techné, La revue du Centre de recherche et de restauration des musées de France, « L’art et l’électricité », n° 12, automne 2000.

Thibault, Martin, De la banquise au congélateur. Mondialisation et culture au Nunavik, Ste-Foy, Presses de l’Université Laval, 2003.

Tomlinson, John, Globalization and Culture, Chicago, The University of Chicago Press, 1999.

Verschuur, Gerrit L., Hidden Attraction: The History and Mystery of Magnetism, Oxford, Oxford Press, 1996.

Weightman, Gavin, Signor Marconi’s Magic box: the most Remarkable Invention of the 19th Century and the Amateur Inventor Whose genius Sparked a Revolution, Cambridge, DaCapo Press, 2003.

Notes de fin

1 Misa Thomas J., Philip Brey and Andrew Feenberg (eds.), Modernity and Technology, Cambridge, MIT Press, 2003, p. 5.

2 Jean Baudrillard, « Modernité », dans Encyclopédie Universalis, www.universalis.fr/corpus2-encyclopedie/117/0/M120991/encyclopedie/MODERNITE.htm.

3 Wlad Godzich and Jeffrey Kittay, The Emergence of Prose, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1987. Dans cet ouvrage, les auteurs abordent l’émergence de la prose vernaculaire en France à la fin du Moyen Âge, émergence associée à celle de l’État moderne. L’une des hypothèses de Godzich et Kittay est que la prose moderne participe à une configuration du savoir profondément différente que la prose ancienne, latine ou grecque. « To move from the prose of classic Greece to the prose of the Middle Ages involves an earthshaking shift in the locus of power from that of the public arena to that of writing, and the growing legitimacy of vernacular. » (p. 194, c’est nous qui soulignons) Au début du Moyen Âge, la France se retrouve partagée entre deux cultures, une culture haute en latin qui monopolise l’écriture et une culture vernaculaire orale et en vers. Le vernaculaire est la langue du peuple, mais ce n’est pas comme dans les démocraties anciennes, précisent les deux auteurs, où le peuple a accès au pouvoir au moyen du langage qu’il partage avec l’aristocratie : il faut écrire et parler en latin (langue du clergé) pour avoir accès au pouvoir. « Any power available through the exercise of language involves becoming learned, through the church, a process that purposefully strips away the indigenous language. » (p. 195) La question est de savoir si on peut écrire en vernaculaire et si cette écriture peut avoir la même autorité que l’écriture en latin. Quand le vernaculaire commence à être écrit, une reconfiguration des pratiques signifiantes se produit qui admet une distinction entre l’oral et l’écrit dans la culture vernaculaire, où l’oral se divise entre le vers et le langage commun, mais n’a plus son prestige. C’est l’écrit qui l’emporte, plus la prose écrite qui est vierge de la tradition que le vers porte. « Newly emerged prose, however, untainted by any previous oral life, stands to reap the fruits of this shift, as the very embodiment of writing and eventually of language prior the imposition of any form » (p. 194-195, c’est nous qui soulignons). Le vers se trouve affaibli par la tradition dans laquelle il s’inscrit, la prose vernaculaire n’a pas de tradition et s’établit en dehors de la sphère d’influence de la prose latine. « The vernacular was given the opportunity to emancipate itself from the dominance of Latin by establishing a form of writing unachiavable by a language weighed down by its own history and social regulations and imprisoned by a clerical class jealously guarding its prerogatives. » (p. 195) Quand on lit « prose », il faut donc être conscient du fait qu’il s’agit de la prose moderne s’institutionnalisant, telle qu’on la connaît encore, à la fin du Moyen Âge, au moment où le lieu du pouvoir change : de la place publique à la page écrite.

4 Michel de Certeau, L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990, p. 199.

5 Pour l’histoire de l’imprimé voir Elizabeth Eisenstein, The Printing Press as an Agent of Change, Cambridge, Cambridge University Press, 1979, 2 vol.; Elizabeth Eisenstein, The Printing Revolution in Early Modern Europe, Cambridge, Cambrige University Press, 1983 (traduit par Maud Sissung et Marc Duchamp, La révolution de l’imprimé, Paris, Éditions de la Découverte, 1991) et Marshall McLuhan, The Gutenberg Galaxy. The Making of Typographic Man, Toronto, University of Toronto Press, 1962.

6 Marshall McLuhan, and Bruce R. Powers, The global village: transformations in world life and media in the 21st century, New York, Oxford University Press, 1989.

7 Cornelius Borck, “Media, Technology, and the Electric Unconsciousness in the Twentieth Century”, dans Olivier Asselin, Silvestra Mariniello et Andrea Oberhuber, L’âge électrique, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2010, p. 30.

8 Samir Saul, « L’électricité, enjeu de guerre », dans Olivier Asselin, Silvestra Mariniello et Andrea Oberhuber, L’âge électrique, op. cit., p. 278-279.

9 Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », dans Walter Benjamin, Œuvres, t. III, Paris, Gallimard, coll. « Folio/essais », 2000, p. 306.

10 Idem.

11 Wlad Godzich and Jeffrey Kittay, The Emergence of prose, op. cit., p. 197.

12 Cornelius Borck, “Media, Technology, and the Electric Unconsciousness in the Twentieth Century”, op. cit., p. 31.

13 « [electricity’s] hallmark is a transgressive dynamic by which the changes electric technology has been mediating were never limited to a technological domain but permeated nature and culture. » Cornelius Borck, “Media, Technology, and the Electric Unconsciousness in the Twentieth Century”, op. cit., p. 31.

14 Understanding Media publiée pour la première fois en 1964 constitue l’œuvre majeure de ce penseur.

15 Jean-François Vallée, « L’image globale : la pensée électrique de Marshall McLuhan », dans Olivier Asselin, Silvestra Mariniello et Aandre Oberhuber, L’âge électrique, op. cit., p. 89.

16 Ibid., p. 72.

17 Edgard Allan Poe, The Descent into the Mailstrom, publié pour la première fois dans Graham’s Magazine, vol. XVIII, n° 5, mai 1841, p. 235-241.

18 Jean-François Vallée, « L’image globale : la pensée électrique de Marshall McLuhan », op. cit., p. 82.

19 Idem.

20 Marshall McLuhan, Understanding Media: The Extensionss of Man, New York, McGraw-Hill Book Company, 1964, p. 8. « En effet, le message d’un médium ou d’une technologie, c’est le changement d’échelle, de rythme ou de modèles qu’il provoque dans les affaires humaines », Marshall McLuhan, Pour comprendre les médias, Montréal, Bibliothèque Québécoise, 1993, p. 38.

21 Idem.

22 L’exemple que McLuhan donne est celui du chemin de fer : « The railway did not introduce movement or transportation or wheel or road into human society, but it accelerated and enlarged the scale of previous human functions, creating totally new kinds of cities and new kinds of work and leisure. » Marshall McLuhan, Understanding Media: The Extensionss of Man, op. cit., p. 8.

23 Marshall McLuhan, Understanding Media: The Extensionss of Man, op. cit., p. 9 « c’est une des principales caractéristiques des médias que leur contenu nous en cache la nature. » Marshall McLuhan, Pour comprendre les médias, op. cit., p. 39.

24 Marshall McLuhan, Understanding Media: The Extensionss of Man, op. cit., p. 9 « Si la lumière électrique échappe à l’attention comme médium de communication c’est précisément qu’elle n’a pas de contenu, et c’est ce qui en fait un exemple précieux de l’erreur que l’on commet couramment dans l’étude des médias. [...] Le message de la lumière électrique, comme celui de l’énergie électrique pour l’industrie, est absolument radical, décentralisé et enveloppant. La lumière et l’énergie électrique en fait sont distinctes des usages qu’on en fait. Elles abolissent le temps et l’espace dans la société, exactement comme la radio, le télégraphe, le téléphone et la télévision et imposent une participation en profondeur. » Marshall McLuhan, Pour comprendre les médias, op. cit., p. 39-40.

25 Wlad Godzich and Jeffrey Kittay, The Emergence of Prose, op. cit., p. 202.

26 Elizabeth Eisenstein, The Printing Revolution in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

27 Nous nous référons en particulier à Xavier Guchet, Le Sens de l’évolution technique, Clamency, Éditions Léo Scheer, 2005 et à Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique. Paris, La Découverte, 1991.

28 Elizabeth Eisenstein, La révolution de l’imprimé dans l’Europe des premiers temps modernes, Paris, Éditions de la Découverte, 1991[1983], p. 68.

29 Walter Moser, « Le Galvanisme : Joker au carrefour des discours et des savoirs autour de 1800 », op. cit., p. 54.

30 Pensons, entre autres, à l’étude d’André Caron et Letizia Caronia, Culture mobile. Les nouvelles pratiques de communication, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2005 ; et au livre de Darin Barney, The Network Society, Cambridge, Polity Press, 2004.

31 Elizabeth Eisenstein, La révolution de l’imprimé dans l’Europe des premiers temps modernes, op. cit., p. 311.

32 Giuliano Pancaldi, “Interpreting the early age of electricity”, conférence présentée à la IEEE Conference on the History of Electric Power, New Jersey Institute of Technology (NJIT), Newark (New Jersey), August 3-5, 2007, p. 220-221.

33 Voir Giuliano Pancaldi, “Interpreting the early age of electricity”, op. cit.

34 Il est important de noter que la question des communications revient quand il s’agit de la « révolution cybernétique » comme Céline Lafontaine le souligne : « C’est [...] en voulant lutter contre le chaos et la désinformation engendrés par la guerre que Wiener prend la communication comme cheval de bataille. Opposée au secret, à la désinformation et au chaos, elle constitue l’ultime moyen de combattre l’entropie et le désordre. Comprise en termes d’échanges informationnels, la communication est la source de toute organisation. » L’empire cybernétique. Des machines à penser à la pensée machine, Paris, Seuil, 2004, p. 43.

35 Giuliano Pancaldi, “Interpreting the early age of electricity”, op. cit, p. 213.

36 Lev Manovich, The Language of New Media, Cambridge, MIT Press, 2001.

37 Geoffrey Batchen, « Electricity made visible », in Chun, Kyong, Wendy Hui Kyong Chun and Thomas W. Keenan (eds.), New Media, Old Media. A history and Theory Reader, New York, London, Routledge, 2006, p. 39.

38 Idem.

39 Michel Foucault, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966. « La prose du monde » est le titre du deuxième chapitre. En le reprenant, nous suggérons que l’électricité opère la rencontre entre ce « langage réel » prémoderne, « chose opaque, mystérieuse, refermée sur elle-même, masse fragmentée et de point en point énigmatique, qui se mêle ici ou là aux figures du monde, et s’enchevêtre à elles » (p. 49) et la langue aberrante de la technique audiovisuelle, aberrante parce qu’en elle le signe n’est pas arbitraire et abstrait, mais contigu à la réalité matérielle des choses.

40 James Delbourgo, The Most Amazing Scene of Wonders. Electricity and Enlightenment in Early America, Cambridge, Harvard University Press, 2006.

41 Wlad Godzich and Jeffrey Kittay, The Emergence of prose, op. cit., p. 199.

42 Pour cette partie sur l’état de la question, nous sommes fortement redevables à Marion Froger que nous remercions chaleureusement ici.

43 1983 est la date de la parution de la version originale allemande.

44 Le rapport privilégié entre l’électricité et la médecine fait l’objet, entre autres, du livre de Linda Simon, Dark Light. Electricity and Anxiety. From the Telegraph to the X-Ray, Orlando, Harcourt, 2004.

45 Voir Martin Thibault, De la banquise au congélateur. Mondialisation et culture au Nunavik, Ste-Foy, Presses de l’Université Laval, 2003.

46 Éric Méchoulan, « Éclaircies à travers les brumes de l’intermédialité ? », entrevue avec Sylvano Santini, Spirales 230 janvier 2010.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540