Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de la violence et les jeunes

 | 
Jacques Laplante

Chapitre 6. Tenter de voir la violence des jeunes dans le conflit à sa base

Texte intégral

1Nous avons constaté comment le monde des jeunes pouvait comporter violence et pièges de toutes sortes pour le jeune, que ce soit dans son travail forcé, dans les coutumes qui s’imposent, au niveau des forces de l’ordre ou encore dans une misère et une pauvreté réductrices. Aussi, nous avons vu comment la violence peut passer par les formes du savoir, par les dispositions du pouvoir, par les récits évocateurs de la malveillance des jeunes. Mais comment comprendre toute cette violence afin d’en résorber les effets les plus néfastes auprès des jeunes entre autres ?

2Nous allons d’abord proposer une définition de la violence, qui, disons-le tout de suite, évite d’en faire une question de pathologie ou de mal inscrit dans la nature de l’individu. Notre définition permet, pour sa part, de considérer la violence des puissants comme celle des sans pouvoir et ce, sous le signe des normes instituées ainsi que de leur mise en place. Considérer ainsi la violence peut orienter l’analyse non pas tant sur des individus absolument pathologiques ou mauvais, ni sur des criminels ni encore sur un pouvoir qui aurait ses attributs mais plutôt sur une situation qui a mené à ce qu’il a convenu d’appeler la violence. C’est aussi chercher à découvrir le conflit qui est à la base de la violence, tenter de comprendre commet la violence se poursuit, inspirée en quelque sorte par la peur, l’insécurité.

6.1 – CE QU’EST LA VIOLENCE

3Violence feutrée, larvée, symbolique ; violence verbale, physique, psychologique ; violence individuelle, impulsive, sexuelle, brutale ; violence sacrée, violence politique, violence sociale, violence instrumentale, violence du capitalisme ; violence dans les sports, violence dans les médias : voilà différentes formes de violence. On pourrait d’ailleurs établir de nouvelles distinctions selon les usages, selon que l’individu subit la violence ou la fait subir, selon qu’on la juge, la pense, la contrôle ou l’institutionnalise. Les facettes se multiplient selon les acteurs en jeu, le lieu, le temps, la façon, l’intention ou la non-intention de violence. La violence deviendra même un bien de consommation, un produit médiatisé, un plaisir réservé. Il importe toutefois de distinguer deux formes principales de violence, et ce, compte tenu de leur appréhension sociale : violence en marge du social, la plupart du temps individuelle et violence « nécessaire » au social du point de vue du pouvoir en place tout au moins, pouvoir qui, rappelons-le, est appuyé par les groupes qu’il sécurise et dont il peut servir les intérêts immédiats.

4La violence en marge du social, c’est premièrement le crime et tout particulièrement le crime violent. Le crime violent correspondrait à la violence physique, à savoir l’homicide volontaire et la tentative de meurtre, le viol et la tentative de viol, les voies de fait graves, les vols à main armée ou avec violence. Certains ajoutent, à la violence physique du crime, la violence économique, c’est-à-dire le crime contre la propriété. Enfin, une tendance récente est de mettre la violence morale sur le même rang que les deux autres. C’est une toute autre facette de la violence individuelle qui apparaît de nos jours avec la cruauté mentale, la manipulation et l’intimidation. En somme, tout ce qui est crime peut se dire violence, voire même ce qui peut conduire au crime comme dans le cas des jeunes entre autres (chapitre 2).

5La violence « nécessaire » au social, c’est, d’une part, la guerre, le terrorisme d’État, le camp de concentration, la torture ; d’autre part, c’est la prison, l’asile, la peine capitale, la mutilation, pour ne nommer que les formes principales de violence. Ces violences agissent sur le corps en le liquidant, en l’isolant, en le mutilant ; elles agissent sur l’esprit en intimidant, soumettant, aliénant. Cette violence est active. Il y a d’autres formes de violences « nécessaires » au social, violences dites passives, sournoises parfois, en ce sens que c’est l’ordre même des choses qui entraîne l’individu dans une situation laquelle, en retour, peut lui faire violence.

6La guerre est la plus haute forme de violence. Elle fait tomber les tabous pour laisser place au meurtre, au viol, à la torture, à l’extermination, au génocide, au saccage et à la destruction. La guerre représente cette part de l’homme capable de tout détruire (Reeves, 1986). On a vu ses effets sur les jeunes. Voisin de la guerre, le terrorisme d’État est sans contredit le plus dommageable des terrorismes ; c’est un terrorisme tenu légitime et légalisé par le pouvoir en place. Il est maintenant reconnu que, sous Mao, 10 p. cent de la population chinoise (100 millions de personnes) a été éliminée. Sous Staline, de 1920 à 1953, 30 millions de personnes ont été éliminées, principalement dans les goulags (Soljénistsyn, 1974). Il y avait dans l’ancienne URSS quelque 2 000 camps, chacun comptant en moyenne 1 000 personnes. Le taux annuel de mortalité y était de 40 p. cent (Chesnais, 1981). Le camp peut servir d’instrument de terreur, pénétrant aussi bien le corps que l’esprit. Le camp comme torture, le camp et ses tortures en URSS est un cas extrême mais non un cas isolé. Des dizaines d’autres pays ont construit des camps, des dizaines pratiquent toujours la torture physique, morale, sexuelle. Une centaine de pays se livreraient à la torture sexuelle. C’est à ces camps que certains, comme Miller (1996), comparent les prisons américaines actuelles. En effet, selon ce dernier, les États-Unis seraient bel et bien en voie de devenir une société de goulags, où la majorité des jeunes gens de couleur sont relégués dans les prisons et dans les camps. La peine capitale, qu’elle soit infligée par injection, décapitation, strangulation ou lapidation, y reprend aussi du terrain ; de même, dans les pays où l’intégrisme musulman est de rigueur. Ces derniers pays imposent aussi des peines mutilantes et parfois publiques.

7La violence « nécessaire » au social, que nous appelons passive parce qu’elle exerce ses méfaits non pas directement mais par les conditions qu’elle impose, revêt des aspects variés et parfois sournois, comme nous l’avons déjà mentionné pour décrire le monde parfois difficile du jeune (chapitre 5).

8La diversité des formes de violence témoigne de la difficulté d’en arriver à une définition. La violence, on ne peut le nier, est une forme de transgression (Balandier, 1979), une manière commode de désigner la « part d’ombre qui toujours taraude le corps individuel ou le corps social » (Maffesoli, 1984 : 14).

9Pour Freund, la violence est « un rapport de puissance entre les hommes qui renoncent aux autres méthodes possibles d’entretenir des relations entre les êtres et qui essaient de forcer, directement ou indirectement, les individus ou les groupes d’agir contre leur volonté et d’exécuter les desseins d’une volonté qui leur est étrangère [...] » (Freund, 1979 : 35). Le coup de force s’exerce au moyen de l’intimidation, de l’agression ou de la répression, de telle sorte que l’intégrité physique ou psychique des personnes visées peut être atteinte. De même, les biens de ces personnes peuvent être détruits et leurs idées combattues ; les individus eux-mêmes peuvent être éliminés s’ils s’opposent ou résistent. Ainsi, cette définition de la violence a une extension assez grande par ce qu’elle englobe les agressions ouvertes ou déguisées. Freund précise toutefois que cette agression qui cherche à courber l’autre sous sa volonté ne peut se confondre avec la contrainte sociale qui a pour objet la protection des individus dans le cadre des règles ou des lois. Il convient toutefois de se demander en quoi la protection de la société, objectif premier des gouvernements modernes, se distingue de la soumission imposée par ces derniers. La protection a un prix et il importe qu’il ne soit pas trop élevé, car la protection peut rapidement devenir une entrave pour ceux que l’on veut protéger. L’objectif déclaré de protection de la société doit donc tenir compte des conséquences qui en découlent. C’est là un élément essentiel auquel il y a lieu d’ajouter la peur, un élément qui a rapport au « besoin » de protection. Voyons quelles thèses tire Freund de sa définition de la violence : une forme de rapport, un fondement de la société, un phénomène constant mais différent dans le temps, un instrument de domination.

10Tout d’abord, Freund prône que « la violence a été de tous temps l’une des formes des rapports entre les hommes, au même titre que la collaboration ou le compromis » (Freund, 1979 : 36). Chaque individu compte au moins deux pôles instinctuels de base, lesquels peuvent faire prendre position pour ou contre un autre, pour ou contre une cause, une idée. Les deux pôles admettent un milieu : l’indifférence. C’est comme si l’amour et la haine devenaient parfois partenaires, échangeant leur objet. Ainsi, la haine ou le rejet de l’étranger peut être spontané. L’étranger est loin de ce que l’on reconnaît, loin de ce qu’on est, de ce que l’on apprécie habituellement. Mais justement, il arrive que l’amour pour une personne se change soudainement en haine mortelle. Les drames familiaux nous rappellent sans cesse qu’un sentiment extrême peut se convertir en son contraire.

11Un autre point soulevé par Freund (1979), et rappelé souvent en anthropologie, est que la violence est fondatrice des sociétés, qu’elle est à la base de l’institution politique. Mais, selon l’auteur, cette assertion appelle un correctif : la violence serait fondatrice de la société en autant que le politique en fera un usage raisonnable. Le politique doit plutôt chercher à domestiquer la violence, à la restreindre dans ses aspects les plus destructeurs. Seule la mauvaise politique userait de la violence autrement qu’en cas de nécessité. On aperçoit ici la fragilité de cet argument qui implique que l’on détermine ce qui est nécessaire en tenant compte des groupes et des individus touchés. D’ailleurs, Freund mentionne que la violence dans les sociétés actuelles est non pas plus faible ou plus juste que dans les anciennes sociétés, mais d’un autre genre. Le contexte, en effet, n’autorise probablement pas à affirmer que les sociétés d’aujourd’hui sont plus pacifiques que celles d’autrefois.

12Freund affirme encore, et c’est là une affirmation de poids, que « du moment que la violence reste latente dans toutes les sociétés, il semble vain d’espérer un dépérissement de la politique ou de l’économie, c’est-à-dire de la domination de l’homme sur l’homme et de l’exploitation de l’homme par l’homme » (Freund, 1979 : 37). Tout ce qu’il est possible de faire, c’est de limiter cette exploitation ou cette domination. Ce serait rêver que de penser, à l’instar de Galteng, que la paix à la norvégienne est possible, car toute institution sociale comporte un résidu de violence. D’ailleurs, on pourrait faire valoir que l’institution sociale, étant donné qu’elle se charge de faire respecter certaines normes, doit s’imposer.

13Cherchant lui aussi à définir la violence, Muller (1995) apporte des éléments nouveaux. Il tente de cerner la notion de violence en vue de savoir ce qu’est la non-violence.

14Ainsi, si la violence ne se confond pas avec le conflit, l’agressivité, la lutte, la force, la contrainte, la non-violence ne serait pas l’absence de l’un ou de l’autre de ces éléments.

15Le conflit, par exemple, est toujours latent.

Notre relation aux autres est constitutive de notre personnalité. L’existence humaine de l’homme, ce n’est pas son être-au-monde, mais son être-aux-autres. L’homme est essentiellement un être de relation. Je n’existe qu’en relation avec autrui. Cependant, le plus souvent, j’expérimente ma rencontre avec l’autre d’abord comme une adversité, un affrontement. La venue de l’autre chez moi est un dérangement. L’autre est l’envahisseur de mon aire de tranquillité ; il m’arrache à mon repos. L’autre, par son existence, surgit dans l’espace que je m’étais déjà approprié comme une menace pour mon existence. L’autre est celui dont les désirs s’opposent à mes désirs, dont les intérêts heurtent mes intérêts, dont les ambitions se dressent contre mes ambitions, dont les projets contrarient mes projets, dont la liberté menace ma liberté, dont les droits empiètent sur mes droits (Muller, 1995 : 18).

16Le conflit est d’autant plus inévitable que l’on cherche à s’accaparer de ce que l’autre possède ou à s’emparer du fruit de ses actions.

17L’agressivité, pour sa part, est inscrite dans la nature de l’homme. Elle peut s’exprimer par la violence, mais ce mode n’est pas dicté par la nature, selon Muller (1995 : 23). L’agressivité serait la manifestation d’un instinct de lutte et d’affirmation de soi. L’agressivité sert à la lutte pour l’existence, à défendre ses droits et ceux à qui on est attaché. Toute lutte de cette nature est une épreuve de force. La recherche de la justice serait ainsi la recherche d’un équilibre entre des forces antagonistes qui permet à chacun d’exercer ses droits. « L’ordre social ne peut être qu’un équilibre de forces » (Weil dans Muller, 1995 : 27). Il n’est question ici toutefois que des groupes qui peuvent devenir une force, ce qui indique que même l’» ordre social » peut être problématique.

18La contrainte, c’est un peu l’art d’amener l’autre à agir selon la justice, à être « raisonnable ».

Contraindre quelqu’un, c’est l’obliger à agir contre sa volonté : tout à l’heure, il ne voulait pas, mais maintenant il veut bien. Il accepte finalement ce que d’abord il refusait. Il accepte parce qu’il ne peut pas faire autrement ou, plus précisément, parce que s’il faisait autrement, il en résulterait pour lui plus d’inconvénients que d’avantages. Il accepte parce que, tout bien considéré, en faisant autrement, il aurait plus à perdre qu’à gagner. Il accepte parce que, en fin de compte, il est de son intérêt de le faire. Il se trouve contraint de changer les critères de ses choix et de ses décisions. Alors, il fait des concessions, il cède. Il obtempère, c’est-à-dire que, devant la contrainte qui lui est faite, il tempère ses désirs, il modère ses ambitions, il diminue ses exigences en tenant compte des exigences des autres (Muller, 1995 : 30).

19Enfin, la violence rompt le rapport à l’autre, à l’encontre du conflit, de l’agressivité, de la lutte, de la force, de la contrainte qui le préserve ou doit le préserver (même si ce rapport est difficile, problématique). La violence établit un vide, une rupture, elle nie l’autre, elle en fait une chose, un objet.

L’agressivité, la force et la contrainte qui s’exercent par la lutte permettent le dépassement du conflit par la recherche d’un règlement qui rende justice à chacun des adversaires. La violence, quant à elle, apparaît d’emblée comme un dérèglement du conflit qui ne lui permet plus de remplir sa fonction qui est d’établir la justice entre les adversaires (Muller, 1995 : 33).

20Muller (1995) ajoute que si, pour définir la violence, on se place du côté de celui qui l’exerce, on risque fort de méconnaître et, en fin de compte, de légitimer la violence. Ainsi faudrait-il définir la violence en se placant d’abord du point de vue de celui qui la subit. Les moyens employés prennent alors toute leur importance.

21Cette précision de Muller (1995) laisse voir combien le concept de violence peut être subjectif. Elle oblige, par exemple, à bien faire la distinction entre violence et contrainte. Celui qui subit cette dernière peut non pas la regarder comme telle, mais y voir une violence morale, psychologique ou physique. Le domaine pénal tout au moins impose une certaine prudence à cet égard, surtout si on ignore la fin qu’il poursuit et si l’on a égard qu’aux moyens utilisés. La peine de mort, les longues peines d’emprisonnement qui font des individus des morts vivants, les « traitements » forcés, les intimidations de toutes sortes, les brutalités du système lui-même ne peuvent être considérés comme de simples contraintes par ceux qui les vivent, les jeunes en tout particulier.

22La violence que le pénal cherche à traiter et celle qui est employée par le pénal pour ce faire montrent qu’il est difficile d’être impartial à propos de la violence.

L’apparition du thème de la violence dans les discours politiques ou les préoccupations de l’opinion publique n’est pas neutre : elle traduit des évaluations positives ou négatives qui, en retour, pèsent sur les situations ainsi appréhendées et sur les actions menées. Ces évaluations dépendent évidemment des critères en vigueur dans les groupes sociaux. Le tort des approches objectives est de ne pas voir que, sans ses références normatives, l’idée de violence n’a aucun sens et que ses fonctions de condamnation, de célébration ou d’incantation ne peuvent pas être laissées de côté. La violence est définie et appréhendée en fonction de valeurs qui constituent le sacré du groupe de référence. Malgré la diversité des groupes humains, certaines valeurs font l’objet d’une adhésion plus large, mais ceci ne peut dissimuler la divergence et l’hétérogénéité des convictions. L’idée de violence cristallise cette hétérogénéité et ces divergences, si bien que le recours à elle pour appréhender des faits est le plus sûr indice que des valeurs importantes sont en cause − et au centre d’un antagonisme (Michaud, 1986 : 12).

23Les définitions objectives de la violence, même si elles sont les plus utilisées, ne sont pas exemptes de présuppositions et n’englobent pas non plus l’ensemble des phénomènes.

24En somme, il importe de comprendre que la violence se manifeste de bien des façons, que ses usages se colorent et peuvent se faire savoir et pouvoir. Enfin, il s’agit de se rappeler à cet égard les grandes formes de violence antisociales et prosociales. Ces formes se dessinent à même les normes qui s’établissent. Ces normes sont fonction des désirs, des demandes, des besoins ressentis et des problèmes vécus des divers groupes ou individus capables d’intéresser le politique et ses institutions. La norme pour signifier ce qu’est la violence peut être introduite et des règles pour la faire respecter peuvent être édictées, et la force utilisée pour réprimer la violence peut être violente. Ainsi, la violence peut être, au plan individuel comme au plan collectif, un acte, un geste, une parole qui, directement ou indirectement, force les individus ou les groupes dont ceux-ci font partie à se soumettre (jusqu’à l’anéantissement parfois) à un désir étranger. Le rapport de forces établi se calque sur les normes admises, de sorte qu’il semble y avoir une violence légitime, pour le bien de la collectivité − prosociale − et une autre, déviante, dangereuse, nuisible à la société − antisociale.

25Il est nécessaire ainsi de questionner, si on tente de résoudre un conflit, comment la norme établie est apparue, dans l’intérêt de qui et sur quelles bases, quel est le but, avec quelle force elle s’applique, quelles sont les conséquences de son application. Les critères servant à mesurer la violence du faible s’apparenteront à ceux qui sont utilisés pour mesurer la violence du plus fort. Il convient de toujours tenir compte du contexte, des conditions, des intérêts, de la situation d’interaction, des faits découlant de cette situation, des dommages causés aux individus et à leurs possessions, des préjudices que subissent leurs participations symboliques et culturelles dans la société à laquelle ils appartiennent.

26Si l’appréciation de la violence est en partie subjective, si ce qu’on entend de la violence peut prendre les couleurs du juridique, de l’institutionnel, des valeurs du groupe ou même des valeurs personnelles, si enfin la violence se plie aux normes, il est possible que la peur puise aux même sources. Il peut arriver que la violence fasse naître la peur, et aussi que la peur débouche sur la violence. La peur serait-elle ainsi une condition de la violence ?

6.2 – COMMENT SE POURSUIT LA VIOLENCE

27La peur mortelle, la maladie de la frayeur (égarer son âme, selon certains Indiens du Mexique), la panique, l’épouvante, l’anxiété et l’angoisse peuvent envahir aussi bien l’individu que le groupe. Bien que la peur soit commune à tous et essentielle à la vie, il y aurait une peur pathologique, une peur d’avoir peur, qui serait paralysante et mortelle. Les formes de peur, les qualificatifs employés pour la décrire et les descriptions pour la préciser sont multiples. La peur peut être individuelle ou collective. Elle est capable de se créer, de se transmettre. On peut aussi l’étouffer, la cacher, la convertir, la rechercher. La peur est une réalité, mais elle peut se fabriquer avec ou sans objet réel. Elle peut prendre différents visages.

28La peur peut être « normale », elle peut être folle, elle peut être instrumentale, sacrée ou profane. La peur normale se rapporte à une réalité qui serait menaçante en soi ; la peur folle n’a pas tout ce rapport avec la réalité. On peut avoir peur sans être fou, on peut être fou de peur comme on peut avoir peur de devenir fou. La distance entre le normal et le « pathologique » en matière de peur n’est pas toujours très grande, et c’est pourquoi il est difficile de faire des distinctions, principalement lorsqu’il s’agit de peurs sacrées bien établies et rendues « naturelles » (par exemple, la peur de l’enfer et du péché, la peur de Satan et de ses agents comme les femmes, peurs omniprésentes pendant des siècles). Les peurs profanes peuvent aussi susciter bien des questions, étant donné leur rapport à la réalité. La peur du crime est représentative à cet égard.

29Pour ce qui est de la peur instrumentale, il importe de distinguer celle qui se glisse dans les rapports entre individus de celle qui est institutionnalisée. De nos jours, la première renvoie souvent à l’homme et à sa conjointe, mais elle peut bien sûr apparaître dans d’autres types de relation. Quant à la seconde, elle est propre à une entreprise, à une religion, à une institution religieuse, éducative, punitive, à un régime politique.

30L’ordre par la terreur peut être présent dans un régime et la terreur peut prendre plusieurs formes. L’intimidation fait partie de notre « philosophie de la peine », c’est-à-dire que la peur peut être considérée comme « positive », voire comme un « but » en soi par une institution politique. C’est le cas de la peine moderne qui cherche, entre autres, à faire peur aux citoyens innocents.

31Le terrorisme souvent traité au chapitre de la violence (Guelke, 1995) est aussi considéré sous l’angle de la peur : il devient la systématisation de l’extrémisme dans la peur. C’est la mise en place « d’une véritable technologie de l’effroi dont le but est d’exercer une pression sur les esprits » (Mannoni, 1988 : 85). La peur est intégrée à un programme politique, ceci en est le principal instrument moteur. Par exemple, en France, en 1792, la terreur est placée à l’ordre du jour de l’Assemblée. La République, se sentant menacée aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur, menace à son tour. La première Terreur culmine avec les massacres de septembre 1792, puis cède la place à la Grande Terreur. Celle-ci devient loi (1793). Les Jacobins entérinent cette loi, puis Robespierre et Saint-Just en font ensuite un instrument de mort, du moins, jusqu’à leurs propres morts le 28 juillet 1794.

32Il est possible de parler non seulement d’une peur que l’on fuit, mais aussi d’une peur recherchée, constituant un défi que l’individu se lance à lui-même, une excitation qui lui fait oublier ses soucis, une difficulté qu’il veut résoudre, une sensation rare et intense. Cette forme de peur est mesurée et, bien qu’elle ne soit pas une peur « normale », il apparaît normal de la rechercher. La peur est exceptionnellement regardée comme antisociale ou prosociale. Elle est davantage vue comme un défi ou comme une souffrance intérieure qui peut devenir excessive et continuelle. Il faut alors éviter le danger s’il y en a un ou gouverner son esprit de façon à ne pas imaginer ces dangers ou à ne pas y penser trop souvent. On peut reconnaître avoir une peur afin de mieux se cacher les autres à soi-même.

33Un moyen de se défaire de l’angoisse ressentie est de raconter la peur éprouvée et de tenter de l’identifier. Même si la peur ainsi nommée est sans commune mesure avec l’angoisse vécue, son aveu a pour effet d’exorciser la peur en dirigeant toute l’attention sur l’une de ces peurs, qu’elle soit réelle ou imaginée. Cette façon de se libérer de la peur n’est pas une expérience commune à tous et chacun, mais l’acte de se laisser convaincre d’un danger réel ou non semble une expérience universelle. La peur du crime est, par exemple, fort répandue chez les individus qui n’ont jamais été victimes d’un crime.

34Il ne semble pas y avoir de peurs communes à tous les individus, mais la peur en elle-même est présente chez tous les individus et dans tous les groupes. Elle peut ainsi prendre l’allure d’une véritable épidémie, pénétrant le corps social tout entier jusqu’à le faire basculer.

35Lorsqu’il y a sentiment d’un danger réel ou appréhendé, un sentiment de peur envahit l’individu. Pour chasser cette peur, ce dernier peut passer à l’attaque comme n’importe quel animal ou se dérober, se cacher, se replier, évaluer de nouveau le danger. Il cherche sans cesse à se rassurer. L’imagination peut alors s’emballer, alimenter la peur et chercher des moyens de la vaincre. L’individu éprouve des sentiments intenses et chaotiques.

Les idées et les actes subissent un profond changement. L’insuffisance de l’inhibition a pour conséquence l’excessive labilité du processus psychique, la prédominance de l’automatisme, le déchaînement des opérations réflexes. D’où le dérèglement ou l’aptitude à agir. Les actes deviennent précipités ou incohérents. L’absence d’inhibition rend d’autres sujets inertes, passifs, lents dans leurs réactions, incapables d’initiatives et d’efforts (Delpierre dans Mannoni, 1988 : 13).

36Il n’est pas surprenant que ces réactions extrêmes s’accompagnent de changements physiologiques, parfois importants, au niveau de la respiration, du battement de cœur, de la température, de la peau, de la digestion, etc.

37On peut, en parlant de ces diverses formes de peur, avancer cette définition générale de la peur : un phénomène qui se produit d’abord dans l’esprit, rempli d’émotions, de sensations et s’accompagnant du sentiment d’un danger réel ou appréhendé. Ce phénomène affecte l’esprit, de sorte que celui-ci, ayant apprécié le danger, met au point une défense ou une série de défenses, ou utilise des mécanismes qui abolissent ces défenses. La peur est une sensation de tout l’être, aussi bien du corps que de l’esprit, une sensation éprouvée mais que l’on fait aussi éprouver par les défenses qu’on élabore. L’être humain peut ainsi susciter la peur chez l’autre afin de se défendre et de se libérer de sa peur propre. C’est comme si pour se réaliser, l’être humain devait utiliser la peur et la terreur contre l’autre. Dans un certain sens, la peur et la violence sont ainsi unies, alors qu’avoir peur et faire peur logent à la même enseigne.

38En somme, définir la violence, c’est devoir parler de la peur, c’est rappeler, d’une part, le caractère universel de l’une et de l’autre et, d’autre part, c’est mettre en lumière tous les éléments répondant aux normes de l’époque. C’est dire aussi comment les rapports entre la violence et la peur se déterminent sur les plans individuel, collectif, institutionnel. Étant donné les dynamiques propres à la violence et à la peur, la peur peut mener à la violence. Le fait de vouloir dominer afin de se rassurer apparaît aussi bien dans les relations entre individus et entre les groupes qu’au sein des pouvoirs. Enfin il faut ajouter que violence et peur se retrouvent sur les mêmes terrains du réel et de l’imaginaire, avec leurs parts d’objectivité et de subjectivité.

39La violence dont on accuse les jeunes, même si elle n’a aucune commune mesure avec celle qu’on leur fait subir, a sa part de réel et d’imaginaire, a sa part de subjectivité et d’objectivité mais elle a encore la peur en partage. Fondamentalement, le conflit avec les jeunes dits violents repose sur la peur. L’espèce de panique morale à l’égard des jeunes, les moyens extraordinaires pour contenir ceux-ci, les rationnalisations sur leur nature, de même que les racontars sur leur compte signalent, chacun à leur façon, comment les faits et gestes des jeunes sont appréhendés en termes de violence. Ce type d’appréhension est le meilleur signe d’un malaise profond, d’une inquiétude qui se répercute sur le jeune lui-même, bien entendu, mais encore sur la famille, l’école, les institutions spécialisées, même dans la rue. C’est là que le conflit est ressenti le plus par le jeune. C’est là que la panique morale peut s’inscrire en tant que réaction sociale institutionnalisée, elle peut courtiser, à cet égard, ce qui est signifié comme déviance, comme problème social.

40La peur des jeunes peut s’expliquer en tenant compte de la situation et de la culture du milieu (Roché, 1993). La situation, c’est la pression exercée à partir des méfaits, c’est aussi l’urbanisation, la croissance économique, la transformation des modes de vie et des valeurs. La culture, c’est l’identité sociale et politique se construisant à travers les conflits et les risques. Dans cette optique, sécurité, civilité et citoyenneté sont liées entre elles. Le rôle du risque et la protection contre le risque sur les identités comporteraient deux aspects : la sécurité sur une longue durée, menant à la civilisation des mœurs, à la constitution des États-nations (qui monopolisent la violence), et la sécurité sur une courte durée, de manière (en France par exemple) à se protéger de la violence des étrangers. Roché (1993) croit que, si elle est à mi-chemin entre situation et culture, l’insécurité entraîne, d’une part, des expériences et des sentiments et, d’autre part, des jugements politiques. Le sentiment d’insécurité serait un opérateur dirigé par les individus : 1) vers le monde vécu constitué d’événements particuliers thématisés par l’insécurité ; 2) vers les institutions publiques avec leurs demandes de sécurité publique (polices, tribunaux, programmes de prévention) ; 3) vers les partis politiques où les demandes s’assortissent de prises de position concernant certaines valeurs jugées essentielles. Mais, à l’inverse, les institutions adaptent ce schème en fonction de leurs préoccupations : 1) pour montrer qu’elles tiennent compte de l’opinion publique ; 2) pour établir les priorités d’action de manière légitime.

41En d’autres termes, l’insécurité vis-à-vis la menace des jeunes est possible parce que les méfaits de ceux-ci concernent à la fois l’individu, l’institutionnel et le politique. L’individu donne le pouls au quotidien, l’institutionnel assure la continuité. L’interaction entre l’un et l’autre donne au pouvoir des indications sur la manière de les gouverner, puisqu’elle permet de fixer des règles et de les faire respecter s’il y a lieu.

42On le sait, la société exige une certaine soumission en échange de la « sécurité » qu’elle offre, sécurité qui serait gage de liberté, d’égalité, de bonheur, d’épanouissement et de prospérité. L’individu fait face à un dilemme : le fait de se soumettre pour être heureux peut constituer une atteinte sérieuse à sa liberté, alors que le fait de défendre sa liberté peut le marginaliser, le rendre anxieux et possiblement malheureux. Le processus de soumission pèse lourd sur la construction de l’individu moderne, il tend à faire monter les enchères par rapport à la répression, à la surveillance, à la pénalisation représentées par le traitement ou à la médicalisation de la peine. La réaction au comportement des jeunes peut devenir plus énergique et glisser dans les structures de la répression institutionnelle.

43L’institutionnel assure la continuité : pour le pénal, par exemple, il y aurait toujours eu des crimes, ceux-ci auraient toujours représenté le mal et ils auraient ainsi été combattus. Le pénal a consacré la notion d’infraction comme mode d’interprétation et il maintient ce mode. Le pénal tend à assurer la continuité, il tend aussi à établir l’objectivité, la légitimité, la vérité et la justice. En effet, la définition projetée du crime écarterait toute subjectivité propre à mettre en cause les principes et le fonctionnement même du pénal. C’est dire que le point de départ de la définition du crime est la réaction de défense ou d’indignation du groupe. Cette réaction constituerait un fait social indiscutable et permet ou permettrait d’isoler le comportement qui produit cette réaction. Il serait possible d’effectuer cette opération de façon complètement neutre, en toute légitimité, pour le bien de la société comme pour celui du délinquant. La défense de la société et la réhabilitation du délinquant se conjuguent au cœur d’une justice égale pour tous. Une définition neutre, objective du crime est toujours soutenue et apparaît fort soutenable car, en effet, se glisse à sa base une théorie implicite d’une séquence logique entre un acte et une réaction survenant après coup (Debuyst, 1985). La réaction du groupe, tout émotionnelle, crée le premier biais dans la compréhension d’un comportement. On comprendra dorénavant celui-ci en ciblant certains événements qui l’entourent et en en éliminant certains autres. Il s’établit donc une rupture avec l’auteur du comportement, rupture capable de constituer un objet suffisamment malléable pour rencontrer la logique institutionnelle. L’infracteur n’est plus un individu, un être humain comme les autres, il est un délinquant avec une personnalité délinquante qu’il convient de considérer et de traiter comme tel. L’infracteur est devenu objet et sujet du pénal. Il peut attirer non pas la compréhension d’un individu comme être humain, mais bien une doublure de celle-ci, à savoir une compréhension du délinquant et une action inspirée de cette dernière. La compassion, la sympathie, l’aide cèdent alors la place à l’analyse, à la mesure de la dangerosité et à un plan pour réduire cette dernière. L’infracteur est devenu un danger, un ennemi, et les critères pour le juger et le mettre à l’écart se calquent sur la peur qu’il inspire.

44L’enchaînement qui se produit, et qui aurait son point de départ avec la réaction sociale, ne constitue pourtant pas une définition criminologique indiscutable, pas plus qu’il ne constitue un fait social indiscutable (Debuyst, 1985). La dangerosité imputée à l’infracteur et toute l’action qu’elle engendre sont ainsi questionnables. Dans le cas du jeune violent, nous l’avons vu, la dangerosité imputée peut prendre sa source dans à peu près n’importe quel geste ou fait.

45Dire d’un jeune qu’il est violent, ce n’est pas seulement dire qu’il a commis un acte illégal ; c’est dire qu’il a des chances d’en commettre un, c’est encore nous instruire de tout un processus d’attribution auquel nous nous sommes habitués. En outre, ce processus semble rassurer sur deux plans : par rapport à l’autre que l’on peut exclure en établissant les défenses jugées légitimes et nécessaires, par rapport à soi, en se rassurant de son inclusion dans le monde normal, sinon dans le monde légitime. Bien entendu, cette dichotomie s’appuie sur d’autres comme celles du déterminisme et du libre-arbitre, du vrai et du faux, du bien et du mal, du juste et de l’injuste, tel que défini par le pénal, entre autres.

46On peut voir, en fin de compte, comment la violence se poursuit au moment même, dans un sens, où on ne reconnaît plus l’autre comme un semblable. On le dit différent et cette différence laisse place à toute une gestion institutionnelle qui permet d’accentuer cette différence. De plus, cette forme de gestion apparaît des plus légitimes, permettant l’entrée du politique pour rassurer les citoyens. La peur peut disparaître momentanément ; on sait qu’elle va revenir et possiblement augmenter si le processus d’aliénation n’est pas rompu, si l’individu ne peut se rassurer autrement qu’en craignant l’autre, s’il ne peut changer ses vues.

47Souvent l’individu ne pourra prendre une distance, par rapport aux biais qui déforment ses vues, qu’après avoir fait l’expérience de ces déformations. Il peut chercher à réduire ces dernières, mais la réévaluation effectuée, quelle que soit la distance prise, ne peut jamais objectiver la réalité dont il fait partie (Duclos, 1989). La nouvelle vérité va porter les signes des individus et des groupes qui la font valoir ou qui la font ressentir.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540