Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de la violence et les jeunes

 | 
Jacques Laplante

Chapitre 5. Enraciner la violence et le monde contemporain du jeune

Texte intégral

1Le monde contemporain, selon les Nations Unies (2005), peut être un monde tourmenté où la pauvreté et la misère sont capables d’induire une violence sans merci à plus d’un milliard de jeunes. C’est une violence passive en quelque sorte, passive du fait que cette violence exerce ses méfaits sur les jeunes en conséquence des conditions de vie mises en place.

La violence ne saurait désigner seulement un déchaînement de forces brutales et visibles. Elle recouvre aussi un vaste champ de situations apparemment paisibles mais grosses d’injustices (Vaillant, 1990 : 13).

2La gouvernementalité contemporaine a contribué à dénoncer des comportements et des actes de violence mais en même temps elle a institué un état de violence, une violence institutionnalisée ou structurelle qui est tout à fait banalisée. Cette violence est à ce point banalisée que généralement on l’associe simplement à la vie moderne et au « marché du travail ». C’est la vie qui change et il faut bien s’y adapter. La violence la plus insidieuse mais aussi la plus meurtrière, indirectement toutefois, ne se terre-t-elle pas au sein des structures économiques et politiques qui font glisser, entre autres, les deux tiers de l’humanité dans la malnutrition et qui nient toute liberté à des millions d’individus, enfants, femmes et hommes ? La mutation du marché du travail peut aussi mener une mutation de la répression (Godefroy, 1996 ; Bailleau et Cartuyvels, 2002). Cette répression, on le sait, est habituellement des plus discrètes dans les pays développés, se couvrant du manteau médico-pénal ou socio-juridique. Dans les pays pauvres, les sans-droit et les ayant-rien n’ont souvent, pris dans le piège de la violence institutionnelle, que la rébellion comme moyen pour espérer exister. Mais la répression, souvent sauvage, occasionne vite la fin de ces types de rébellions, elle marque vite aussi le retour de la violence institutionnelle. Le cercle vicieux de la violence se perpétue ainsi. Son visage change avec la venue des démocraties mais l’état de violence demeure, ce qui fait dire à plus d’un que la violence institutionnelle entraîne plus de décès que les guerres elles-mêmes (UNESCO, 1980). De fait, douze millions d’enfants de moins de cinq ans meurent chaque année de maladies évitables ou de malnutrition (UNICEF, 1997).

3Déjà, au xixe siècle, les « lois du marché », la « libéralisation du commerce » permettaient à l’Angleterre, la France, l’Espagne d’acheter bon marché dans les colonies et de vendre chèrement leurs produits en retour. Cette forme du capitalisme, non « sauvage » et fort « civilisée », ne répond qu’aux lois de l’offre et de la demande, en principe bien entendu. En pratique, l’inégalité entre les nations, les inégalités à l’intérieur même des nations n’ont cessé de grandir (Forester, 1996). L’économie mondiale, armée de la technologie moderne propre à l’information et aux communications, a déclassé et déclasse toujours davantage l’économie qui n’est pas « branchée ». Cette dernière n’est pas concurrentielle et, pour le devenir, elle devra parfois faire d’énormes sacrifices : dévaluations de ses monnaies, abandon de vieux secteurs de production et précarisation de l’emploi, diminution ou extinction de ses services de santé, de bienêtre, d’éducation, exploitation de la force de travail dont celle de millions d’enfants, gaspillage des ressources et pollution, tolérance de la montée des bidonvilles. Par exemple, alors que la population dans le tiers-monde augmente d’environ 1 p. cent par année, que celle des villes grossit de 3 à 6 p. cent, les populations des bidonvilles croissent de 9 à 12 p. cent annuellement (Dumont, 1988 : 95).

4Dans les pays « développés », les villes connaissent aussi de multiples problèmes de violence (Joubert, 2003). De plus, la croissance économique peut éliminer des emplois et les rendre précaires. Par exemple, on a vu grimper le taux de chômage, au cours du siècle précédent, jusqu’à 25 p. cent dans certaines régions au sein de l’Europe, du Canada, des États-Unis. Ce dernier pays compte ainsi, dans les débuts du xxie siècle, plus de 35 millions de pauvres dans la misère (individus au-dessous du seuil de pauvreté). Des dizaines de milliers de sans-abri hantent les grandes villes d’Europe et d’Amérique du Nord.

Nous venons de voir l’échec général des politiques menées dans l’ensemble du tiers-monde. Cette défaite est celle d’une économie libérale qui domine largement – avec bien des distorsions – le monde. Fondée sur le libre-échange, elle aboutit après l’indépendance des colonies à l’échange inégal. En effet, comment rémunérer correctement le travail de pays qui, du fait de leur sous-équipement, n’atteignent même pas 1 % de la productivité des pays riches ? Hors la réussite des « quatre dragons » d’Extrême-Orient, même les pays d’Amérique latine qui passent pour semi-développés sont à leur tour handicapés en raison des inégalités internes, et surtout de leur surendettement, qui permet aux puissances financières de les traiter comme s’ils étaient menacés « de prison pour dettes » (Dumont, 1988 : 243).

Le remboursement de la dette constitue pour le système financier mondial un défi sans précédent. Les pays débiteurs se voient imposer des conditions de refinancement par les banques commerciales et les institutions financières internationales qui équivalent à une véritable programmation de la récession. En effet, outre les limitations drastiques des dépenses publiques, les pays endettés sont, en l’absence de nouveaux flux financiers, contraints de dégager des surplus commerciaux appréciables pour faire face à leurs obligations externes, ce qu’ils n’obtiennent qu’en limitant de façon dramatique leurs importations. Ceci non seulement affecte le niveau d’activité économique des pays latino-américains, mais freine également les reprises de l’économie mondiale et a pour conséquence des milliers de suppressions d’emplois, tant aux États-Unis qu’en Europe (Rouquié dans Dumont, 1988 : 243).

5Les rapports de production propres à l’ère industrielle ont entraîné des rapports sociaux en partie différents. Ils ont contribué à une société plus réglementée, à un encadrement plus minutieux des populations. Mais encore, la production et ses rapports ont changé à plus d’un niveau l’environnement de l’humain (Beck, 1992 ; Lipovetsky, 1983). Les développements et les conflits ainsi générés sont nouveaux et parfois de grande envergure. C’est dire que les dangers environnementaux ont la capacité de se fusionner avec tout un autre ensemble d’insécurités et de dangers dans les sphères individuelle, culturelle et sociale. C’est dire que les dangers qui guettent les jeunes peuvent se multiplier surtout dans les pays pauvres mais encore dans les pays développés. Là, les jeunes moins scolarisés ne trouvent souvent aucune « place », ceux moins préparés scolairement n’auront « souvent accès qu’à des espaces d’emplois juvéniles dont le contenu reste très pauvre en socialisation professionnelle » (Nicole-Drancourt et Roulleau-Berger, 2002 : 109 et suiv.). La société, dans ces pays, offre « un horizon de liberté et de possibles sans précédent sans pour autant offrir la garantie pour tous de s’en saisir ni prévenir des risques non calculables induits par leur développement » (Nicole-Drancourt et Roulleau-Berger, 2002 : 109 et suiv.).

6En fait, il a fallu tout au moins deux siècles d’efforts, de bouleversements, de sacrifices pour fixer les travailleurs à la tâche, mais aussi pour les maintenir au boulot, pour les discipliner en leur apportant des protections de toutes sortes. L’identité sociale s’est constituée en bonne partie à l’aide de ces protections, d’où une société « assurantielle » (Ewald, 1986), une société gestionnaire de risques (Castel, 1981), peut-être aussi une société disciplinaire (Foucault, 1975), une société de soumission (Bourdieu, 1998). Au moment, dit Castel (1995), où la civilisation du travail semble s’être ancrée dans les coutumes, semble faire partie de la culture, découpant les grands moments de la vie mais aussi déterminant les quotidiens, l’emploi se précarise et les garanties de l’État social s’évaporent. Le futur est incertain, l’équilibre semble rompu. C’est comme si les luttes pour assurer une vie meilleure étaient oubliées, comme si le règne du capital devait s’imposer toujours un peu plus. Un trop d’oubli ici, un trop de mémoire ailleurs (Ricœur, 2000). Dans ce sens, le règne du capital semble davantage rappeler la violence des jeunes que celle que les jeunes doivent endurer. Près de 300 millions d’enfants âgés de cinq à quatorze ans subissent chaque jour asservissements, souffrances physiques, psychiques et morales. Esclaves en quelque sorte, ces enfants connaissent le travail dur, la discrimination ; ils doivent abandonner l’école si par chance ils la fréquentent, adopter la rue comme refuge ; ils sont vendus pour la prostitution, la pédophilie, la pornographie ; ils deviennent aussi enfants soldats et enfants de la guerre (Monestier, 1998).

7C’est dans ce monde parfois fragile, parfois difficile, parfois insupportable que le jeune évolue. Celui-ci peut ressentir de façon très aiguë, nous n’en donnons qu’un aperçu, les contradictions des rapports de production. La culture, capable d’offrir tendresse et soins, peut aussi perpétuer rituels imprégnés de violence. Les jeunes de la rue, pour leur part, et ce en tout particulier dans les pays pauvres, se voient parfois comparés à une vermine de la rue qu’il faut détruire. Enfin, la guerre, toujours dans les pays pauvres, réserve un sort des moins enviables aux jeunes.

5.1 – LE JEUNE ET LES RAPPORTS DE PRODUCTION

8C’est en 1990 que la Convention sur le droit des enfants fut reconnue comme loi internationale. En 1996, seuls quelques pays n’avaient pas encore ratifié l’entente (les îles Cook, l’Oman, la Somalie, la Suisse, l’Émirat arabe uni, les États-Unis). La Convention définit un enfant comme une personne de moins de dix-huit ans, personne dont les intérêts doivent être pris en charge dans toutes les situations. L’enfant a le droit de vivre et de se développer selon son plein potentiel. Il a droit aux soins de santé, droit de se faire entendre, d’être informé, de jouer, d’être protégé de toute exploitation et de tout abus sexuel.

9Le travail d’un jeune est ordinairement considéré exploitation lorsque exécuté à plein temps par l’enfant alors qu’il est trop jeune. Généralement, si le jeune est âgé de moins de douze ans, même si le travail est léger, il sera question d’exploitation. Si le travail est dangereux et dur, l’âge raisonnable pour l’accomplir est situé à seize, dix-sept ou dix-huit ans. Ainsi, l’âge s’avère un critère des plus importants compte tenu de la durée et du type de travail. Mais s’ajoutent encore les questions de stress, de rémunération, de responsabilité, de dignité (jeune échangé ou prêté pour dettes), de développement physique, cognitif, émotionnel, social et moral.

10Les pays riches comme les pays pauvres comptent un grand nombre d’enfants au travail. Par exemple, à la veille du XXIe siècle en Italie, 320 000 enfants de six à treize ans travaillent toute l’année, 140 000 de plus durant les vacances d’été ; en Grande-Bretagne, l’on compte deux millions de jeunes travailleurs et aux États-Unis, l’on peut dénombrer cinq millions de ces jeunes et la liste s’allonge ; les pays pauvres, pour leur part, comptent 250 millions d’enfants entre cinq et quatorze ans au travail (Manier, 1999). Pour tout dire, on dénombrait dans le monde entier, vers la fin du XXe siècle, deux milliards de jeunes (de zéro à dix-huit ans), dont 90 p. cent dans les pays pauvres. On calculait alors qu’au moins un quart d’entre eux était exploité au travail (UNICEF, 1997). La pauvreté, le manque d’éducation, les limites de la tradition peuvent servir d’explications à cet état de fait. Par exemple, les familles pauvres où souvent père et mère sont sans emploi pourront survivre grâce au maigre revenu de l’enfant qui déserte l’école. Le travail devient, jusqu’à un certain point, l’école de la vie, comme jadis dans les pays industrialisés. La violence s’infiltre dans la vie du jeune : violence de la vie qui exige des jeunes un travail abusif, du moins selon un regard contemporain, afin de participer à la lutte familiale pour la survie ; violence ensuite dans cette imposition soutenue des désirs du plus fort sur le plus faible ; violence parfois brutale des employeurs (Bonnet, 1998 : 40).

11Le type de travail exercé par le jeune peut comporter divers degrés d’exploitation du jeune, qu’il s’agisse de la dureté du travail lui-même, par exemple, ou encore des conditions de servitude dans lesquelles il se situe. Trois grands types de travail peuvent être identifiés, selon Bonnet (1998 : 45) : le travail réalisé en famille avec ou sans intermédiaire (agriculture, artisanat) ; le travail réalisé en dehors de la famille, avec ou sans intermédiaire (menus travaux pour son propre compte ou pour un tiers, besognes saisonnières dans l’agriculture, apprentissage, travail dans l’usine et l’atelier) ; les cas d’espèce (les bonnes à tout faire, le servage, la prostitution infantile). Deux exemples retiennent notre attention, celui du servage et celui de la prostitution infantile.

12Nombre de migrants, compte tenu de leurs conditions (dettes de passage du pays d’origine au pays de destination et autres dettes, désinformation, déculturation), se retrouvent dans un état de servitude d’où il leur est impossible de sortir. Greffée à des systèmes locaux d’exploitation, cette servitude pour dettes, en particulier, a pris de l’ampleur avec la fin de l’esclavagisme et s’avère une des stratégies utilisées pour opérer la transition entre l’esclavage et le fonctionnement rémunérateur du monde de production capitaliste (Bonnet, 1998 : 180).

13Le mécanisme de servitude pour dettes, en ce qui concerne les enfants, est une copie fidèle de celui utilisé auprès des adultes. Il faut toutefois souligner que l’enfant est l’enjeu de transactions entre deux adultes (parent et employeur) et que son travail est souvent la source d’une dette qui va augmenter pour la famille en raison des dépenses occasionnées par l’enfant lui-même (parfois des frais relatifs à de simples soins, parfois une punition qui se transforme en amende, parfois une erreur que l’on doit payer…). Bonnet (1998) fait ressortir certains éléments de la vie en servitude de l’enfant. D’abord les travaux à accomplir. L’enfant sert à tout ; il doit être disponible en tout temps, le jour comme la nuit, soit aux champs, soit dans l’atelier, soit pour les courses ; il peut être prêté, loué ; il est à la merci du maître. Tous les jours, toutes les heures prennent ainsi la marque de la soumission entière. S’il se tourne vers sa famille, son clan, sa tribu, l’enfant verra qu’il a été sacrifié, que l’espoir de s’en sortir est des plus minces. N’ayant droit à la parole, l’enfant deviendra parfois aliéné à lui-même, complètement détruit. « La servitude opère comme une prison, c’est l’enfermement de l’enfant : il lui est enlevé ce qu’il possède de plus personnel, sa santé physique et intellectuelle, il lui est enlevé la base même de toute relation sociale, la parole. Ainsi sont détruites ses relations avec l’environnement, notamment social » (Bonnet, 1999 : 187).

14La violence que peuvent subir les enfants en servitude de dettes n’est pas complètement étrangère à celle que les grandes entreprises imposent parfois. La violence, laquelle permettrait au système économique mondial actuel de perdurer, laisse sa trace au sein de la famille qui exploite les jeunes, au sein des grandes puissances financières qui frappent d’embargo certaines nations plus faibles, réduisant les jeunes à la misère, comme au sein des grandes entreprises qui créent le chômage, manipulent les prix, suscitent les transferts continus de populations pauvres, transforment les coutumes agraires, entraînant la dépendance des divers groupes de la population. Les conflits armés surgissent souvent à partir de ces conditions hostiles et les grandes entreprises peuvent ensuite tirer profit de ces conflits en fabriquant les armes qui les soutiennent. En fait, au moins 25 p. cent de l’assistance consentie par les États-Unis aux pays du tiers-monde prend la forme des armes (Bonnet, 1998 : 201).

15En Afrique, 95 p. cent du travail des enfants est effectué sous l’autorité du chef de famille. Ce travail ne sert pas les besoins immédiats des communautés mais est bel et bien orienté vers les marchés local, régional, national et international. La complexité et la vivacité de l’économie imposent une pression telle que les aspects bénéfiques du système traditionnel, comme le respect aux plus vieux, la solidarité des membres de la famille, la sécurité et même la prospérité, peuvent être complètement évacués (Sawyer, 1998 : 134). Que dire alors des jeunes qui se retrouvent à l’intérieur d’un tel système où l’exploitation du plus faible devient la règle ? Même son sexe peut être vendu.

16La prostitution infantile constitue une forme d’exploitation par laquelle un jeune de dix-huit ans et moins est abusé sexuellement en contrepartie d’une rémunération monétaire ou de son équivalent. Cette exploitation est habituellement organisée par un tiers (famille, parent, procureur, professeur ou autres).

17Il y aurait cinq grands courants internationaux de traite des enfants destinés à la prostitution infantile, dont quatre intercontinentaux. Le premier recrute en Amérique latine à destination de l’Europe et du Moyen-Orient ; le second saisit les jeunes en Asie du Sud et du Sud-Est pour l’Europe du Nord et le Moyen-Orient ; le troisième enlève les jeunes en Europe pour les envoyer dans le monde arabe ; le quatrième exporte les fillettes d’Afrique Noire vers toutes les directions dont l’Europe, le Moyen-Orient, le Canada ; le cinquième se livre au trafic à l’intérieur même de l’Europe (Monestier, 1998 : 229).

18L’UNICEF confirme à nouveau l’ampleur du problème tout en rappelant le rôle des exploitants capables de cruauté et de cupidité. Chaque année, un million d’enfants sont amenés dans le commerce du sexe (UNICEF, 2001a : 20 ; UNICEF, 2001b : 1). Selon cet organisme, entre 30 et 50 p. cent des filles prostituées dans certains pays (Lituanie, Cambodge) sont des mineures. Aux États-Unis, sur cinq enfants qui « naviguent » régulièrement sur Internet, un est abordé par un inconnu qui sollicite des faveurs sexuelles. Au Sri Lanka, 20 000 à 30 000 prostitués sont des garçons essentiellement voués à servir les pédophiles européens. Il ne s’agit ici que de quelques chiffres et de quelques exemples.

19Associée à la pédophilie, à la prostitution, la pornographie infantile se développe et se commercialise aussi à grande échelle. Les affaires de pornographie se multiplient et aussi bien les réseaux privés comme les réseaux professionnels sont mis en examen. En 1997, le Federal Bureau of Investigation (FBI), à la suite d’une enquête sur un réseau pédophile Internet, saisit 200 000 images mettant en scène des enfants ; en 1996 et 1997, la police suédoise saisit 3 500 cassettes vidéo originales impliquant des enfants venant de France, d’Allemagne, des Pays-Bas, du Sud-Est asiatique, etc. Le marché est là, 30 000 « amateurs » de pornographie infantile juste en Allemagne (Monestier, 1998 : 354 et suiv.).

20L’exploitation sexuelle des enfants peut être reliée à plusieurs facteurs : la pauvreté et la demande du marché, la désintégration de la famille nucléaire et de la famille élargie, la discrimination et les différences socioculturelles, l’offre et la demande, la mondialisation, le crime systématisé, la technologie et l’industrialisation, la recherche de très jeunes enfants et ses effets à la chaîne. L’exploitation sexuelle se retrouve dans toutes les grandes villes du monde et sur tous les continents. Elle prendra les formes du marché local et les coutumes du milieu, passera par le servage, le crime organisé ou le petit criminel. La violence, la misère, la maladie, la mort sont des lieux communs pour ces milliers de jeunes (Nations Unies, 1996 : 1 et suiv. ; UNICEF, 2001a : 17 et suiv.).

5.2 – LE JEUNE ET LA CULTURE

21Le fossé creusé entre les genres masculin et féminin constitue une des formes les plus répandues de la violence faite aux jeunes filles. Si elle est fille, l’enfant risque un sort plus pénible que celui d’un garçon quasi partout dans le monde (Bellamy, 1999 : 2). Probablement née dans un pays pauvre (les pays industrialisés ne comptent environ que 10 p. cent des enfants dans le monde), la fille sera nourrie après son frère si la nourriture est rare, elle aura encore moins de chance de fréquenter l’école que le garçon. À l’aube du XXIe siècle, parmi les 130 millions d’enfants d’âge scolaire au primaire, ce sont principalement les filles qui sont absentes des bancs d’école. Plusieurs de celles-ci subiront la peine et l’humiliation de la mutilation génitale. Elles rentreront dans le cercle des femmes qui, génération après génération, sont gardées dans un état d’infériorité, dans un rôle de minoritaires n’ayant rien et ne pouvant rien. Ce sort menace les deux millions de petites filles qui naissent chaque année dans les pays pauvres.

22Les mutilations génitales prennent la forme de la circoncision féminine, de l’excision, de l’infibulation ou de l’introcision. La circoncision consiste dans une coupure autour du prépuce clitoridien et puis dans l’ablation de celui-ci quoique, au Soudan, il puisse arriver que l’on coupe les petites lèvres intérieures pour préserver le clitoris lui-même et une bonne part postérieure des petites lèvres. L’excision est définie de façon moins précise. Elle peut se rapprocher de la technique soudanaise ou consister dans une mesure intermédiaire. L’infibulation est une mesure plus sévère, qui suppose la coupure des tissus de la vulve, avant que l’orifice vaginal ne soit partiellement fermé. La part de tissu enlevée peut varier d’une région à l’autre, allant jusqu’au prélèvement des grandes lèvres extérieures, des petites lèvres intérieures et du clitoris. Une fois l’opération terminée, la jeune fille a les cuisses attachées ensemble, après qu’une petite pièce de bois (grosseur d’une allumette) aura été introduite pour empêcher que l’orifice ne se ferme complètement ; la jeune fille garde cette position pendant 40 jours. Il peut y avoir défibulation (avant le début des relations sexuelles ou l’accouchement), il peut encore y avoir refibulation si le mari est absent trop longtemps (Sawyer, 1988 : 67, 68 ; Ras-Work, 1997 : 137 et suiv.). Les femmes, souvent la grand-mère de la petite-fille, se chargent de faire l’opération. La grand-mère pourra même la faire contre la volonté de la mère afin d’assurer un meilleur avenir pour la petite-fille et pour la famille (De Meo, 1997 : 7 et suiv.).

23Les mutilations génitales des jeunes filles sont pratiquées principalement en Afrique bien qu’elles soient illégales dans plusieurs pays de ce continent comme en Égypte, au Kenya, au Soudan. En dehors de l’Afrique, soit en Australie, en Amérique du Sud, en Amérique centrale, en Asie, plusieurs groupes perpétuent la tradition des mutilations génitales.

24Nombre de complications médicales peuvent suivre l’opération d’une mutilation génitale. La mort peut s’ensuivre s’il n’y a aucune anesthésie : le traumatisme de l’opération s’avère trop puissant par rapport à la résistance de la toute jeune enfant. Le risque de mortalité augmente aussi de beaucoup si des instruments non stérilisés ont été utilisés pour conduire l’opération. De plus, si les bandages des jambes sont trop serrés, il arrive que les plaies ne puissent se drainer correctement. L’infection peut s’installer. L’urine peut prendre des voies périphériques, s’étendre sur les blessures. La gangrène peut survenir. Si l’infection ne fait pas ses dommages, c’est parfois l’hémorragie qui peut mettre fin aux jours de l’enfant. Si elle survit, la jeune fille aura toute sa vie de bonnes chances de complications médicales en rapport avec cette opération sans compter les problèmes de relations sexuelles avec son partenaire et sans parler de la perte de plaisir sexuel (Sawyer, 1988 : 71 ; Swang, 1997 : 67 et suiv.).

25Le partenaire est choisi pour la jeune fille avant que celle-ci n’ait atteint l’âge de treize ans. D’ailleurs, la mutilation génitale doit faire en sorte que la jeune fille soit bel et bien vierge au moment de la consommation du mariage. Promise parfois avant sa naissance, la jeune fille mutilée génitalement sert à rassurer l’homme et sa famille tant au plan de la virginité qu’au plan de la propriété. Le futur époux verse ainsi des argents aux parents de la jeune fille jusqu’au moment où celle-ci aura ses menstruations ; c’est alors qu’il prendra « possession » de « sa » femme. S’ils ne remplissent pas leur promesse de livrer leur fille vierge, les parents doivent remettre l’argent versé. Déjà souvent dans la misère, les parents se font donc un devoir de respecter la tradition, d’effectuer la mutilation et de préserver la jeune fille intacte. La jeune fille se fait propriété privée, là apparaît l’importance première de cette tradition. Autour de cette raison viennent se greffer des explications religieuses, des explications d’honneur familial, d’esthétique, d’intégration sociale, d’éducation, d’hygiène.

26Un milliard de femmes dans le monde auraient, vers la fin du XXe siècle, subi des mutilations génitales. Au moins 500 millions d’hommes se sont vus réserver le même type de rituels, quoique les formes de mutilations (le cas le plus sévère étant la coupure de la peau recouvrant le gland) ne soient alors pas du tout les mêmes, n’entraînent pas les mêmes conséquences, ne consacrent pas le droit de propriété et ne se font pas dans les mêmes circonstances (De Meo, 1997 : 3). Il reste que, au plan médical, la mutilation des garçons est aussi inutile que celle des filles et elle entraîne, comme celle des filles, nombre de complications comme douleur, hémorragie, inflammation, infection, difficulté d’érection, plaisir sexuel limité et autres (Swang, 1997 : 73-74).

5.3 – LE JEUNE ET LA RUE

27Les enfants de la rue ont habituellement entre cinq et seize ans, mais il n’est pas rare, dans plusieurs pays, d’en rencontrer qui soient âgés de trois ou quatre ans et qui n’ont pour toute protection que leurs frères ou sœurs un peu plus âgés et qui vivent également sur les trottoirs. On estimait, en 1995, qu’entre les années 1980 et 2000 l’effectif urbain des jeunes de moins de quinze ans passerait de 369 millions à 666 millions et, de ceux-ci, 110 millions se retrouveraient à vivre dans la rue (Monestier, 1998 : 125 et suiv.). De fait, ces enfants peuvent former trois grands groupes, selon Monestier (1998) : 1) ceux qui ont gardé un lien avec leur famille laquelle n’a aucun domicile et erre sur la place publique ; 2) ceux qui travaillent sur la rue et gardent un lien ténu avec leur famille ; 3) ceux qui n’ont aucun contact avec leur famille. Ces derniers sont les plus démunis, souvent réfugiés, déplacés, chassés de la famille ; abandonnés, ils sont les plus dépourvus et les plus susceptibles d’abus de toutes sortes.

28Les enfants de la rue se retrouvent dans toutes les grandes villes des pays pauvres (en 1993, plus de 500 000 dans les rues de Delhi, 400 000 dans celles de Manille, 200 000 à Shanghai) ; même des pays riches comme les États-Unis comptent chaque année près de deux millions d’enfants portés disparus, dont 91 à 95 p. cent sont des fugueurs. Bon nombre de ces derniers réintègrent éventuellement le milieu familial. Toutefois, de 10 000 à 15 000 « disparaissent » carrément ; ils ne laissent aucune trace. Ces jeunes peuvent former les gangs et servent les délinquants plus âgés. En 1996, dans la seule ville de Chicago, de 3 000 à 4 000 jeunes sans domicile fixe doivent ainsi se trouver des moyens de survivre (Monestier, 1998).

29Parmi les jeunes de la rue, ce sont principalement les garçons qui se font maltraiter ou tout simplement éliminer. En août 1993, l’escouade de la mort en Colombie lançait sa campagne d’extermination contre la « vermine de la rue » et contre les autres indésirables. Une semaine après le lancement de la campagne, une douzaine d’enfants furent assassinés principalement en concurrence avec le programme Pandillas de Medellin (programme destiné à venir en aide aux jeunes regroupés en gang). Les travailleurs sociaux responsables de ce programme ont eux aussi reçu des menaces. Cet exemple en est un parmi des milliers. De fait, une moyenne journalière de six enfants de la rue voit la mort en Colombie (2 190 en 1993). Dans la ville de Cali, les meurtres d’enfants de la rue connaissent une augmentation de 70 p. cent en un an (1991-1992). Même si le taux de meurtres en Colombie est un des plus impressionnants (77 par 100 000), même si la police y est d’une cruauté inégalée, cela ne suffit pas pour expliquer cette espèce de politique de nettoyage social par le meurtre, compris comme l’assassinat systématique des membres d’un certain groupe social pour fin d’ordre public. Résidents locaux, marchands et police seraient les principaux instigateurs d’une telle politique (Human Rights Watch/Americas, 1994 : 3).

30Au Guatemala, on a découvert un garçon comptant 29 brûlures de cigarettes attribuées à la police. Les policiers sont aussi reconnus pour poser des gestes tels que sortir de leurs orbites les yeux des jeunes, leur couper les oreilles ou la langue. En 1993, 94 poursuites furent engagées contre 143 policiers et 48 membres de l’armée en rapport avec la torture et le meurtre d’enfants de la rue. Les huit millions d’enfants de la rue au Brésil sont traités par la police comme une véritable peste qu’il faut radier. En moyenne, au moins un enfant par jour serait éliminé par cette police. La peur du crime au sein de la population générale limite la lutte au crime à cette façon de faire de la police. De plus, les marchands, incommodés par ces jeunes de la rue, supportent financièrement les escouades de la mort. D’autres emploient d’anciens policiers qui se chargent de la torture des jeunes au sein même des établissements commerciaux (Dimenstein, 1991 : 65).

31En Inde, environ dix-huit millions de jeunes vivent et travaillent dans la rue. Ce sont des porteurs au terminus de trains et d’autobus, des mécaniciens dans les petits garages de fortune, des vendeurs, des trieurs de déchets. Ces jeunes sont fréquemment détenus illégalement, battus, torturés et parfois tués par la police. Les enfants de la rue sont des proies faciles. Jeunes, petits, pauvres, sans famille pour les protéger, ignorants de leurs droits, ils sont effectivement victimes de la police dont la violence se double d’intérêt personnel : la police dépouille le jeune de ses maigres avoirs, ou le fait payer contre la menace d’incarcération (Human Rights Watch/Asia, 1996).

32Cette forme explosive de la violence contre les jeunes de la rue de la part des forces policières, soit en Inde, soit en Amérique du Sud entre autres, connaît son pendant dans les pays développés. La violence est moins perceptible ; et qui plus est, le jeune parfois l’absorbe sans que rien ne paraisse au grand jour. Toutefois quand le jeune est dans la rue, son errance constituée de vagabondage, de prostitution, de drogue peut amener de vives réactions de la part de la police.

5.4 – LE JEUNE ET LA GUERRE

33Deux millions d’enfants sont morts suite aux conflits armés dans les années 90 (Machel, 2001). De plus, quelques 300 000 jeunes à travers le monde se retrouvaient, en 1999, « soldats » dans des conflits armés. Ils sont engagés de force pour combattre et tuer. Inutile de dire qu’ils sont aussi victimes des balles ennemies. La cause pour laquelle ils combattent leur est souvent complètement étrangère (UNICEF, 2002). En effet, au Sierra Leone, dès l’âge de huit ans, le jeune peut faire ses premiers entraînements au sein des organisations paramilitaires. Il est un soldat au Tchad à douze ans, en Ouganda à treize ans (Bellamy, 1999 : 7).

34Les jeunes les plus susceptibles de devenir soldats viennent de familles pauvres, souvent marginales, ou sont séparés de leur famille. Parfois simplement appelés sous les drapeaux, ils sont aussi recrutés de force, kidnappés, choisis sur la rue, enlevés de l’école ou de l’orphelinat. Les parents offrent parfois leur garçon, leur fille si difficile à marier moyennant une solde qu’ils reçoivent directement. D’autres enfants s’engageront tout simplement pour ne pas mourir de faim ou de misère (Michel, 1996 ; Cohn et Goodwin-Gill, 1995).

35Si la guerre prend fin, si le jeune n’est plus utile, s’il survit à la guerre en fin de compte, il devra faire face à un monde étranger. Des problèmes énormes l’attendent. En effet, une vie de violence continue peut détruire toute la capacité sensible de l’enfant. Cette capacité est absolument nécessaire dans les rapports sociaux quotidiens et ordinaires. Elle permet de trouver et de faire sa place, elle permet de comprendre les choses et de s’y adapter. Le jeune devra réapprendre à vivre et il aura besoin de support pour ce faire. Malheureusement, ce support est trop rarement disponible alors que le jeune, habitué à la violence, joindra les bandes qui en vivent, menant des guerres personnelles.

36Les jeunes peuvent se faire soldats dans des conflits armés mais, plus souvent encore, ils deviendront réfugiés, déplacés et ce, dans des conditions souvent qui leur sont fatales. Sur les quelque 27 millions de réfugiés et 30 millions de personnes déplacées dans le monde dans les années 90, 80 p. cent sont des femmes et des enfants (Michel, 1996 : 32). Pendant qu’ils fuient, femmes et enfants sont exposés aux bombardements des tireurs embusqués, aux mines. De plus, l’eau, la nourriture font souvent défaut, soit qu’il n’y en ait pas du tout ou que la qualité laisse à désirer. Dans les camps, bien que la protection doive être assurée, les luttes pour le pouvoir s’y perpétuent. Souvent, la violence, les drogues, les sévices sexuels, les brutalités de toutes sortes s’installent et deviennent omniprésents lors des distributions de vivres : les hommes responsables de ces distributions peuvent aussi exiger pots de vin ou faveurs sexuelles.

37La guerre entraîne encore un autre type de misère pour les jeunes, particulièrement pour les filles, mais aussi pour les garçons. En effet, le viol, réel instrument de guerre, y est systématisé et utilisé pour démolir l’ennemi, le démoraliser, l’affaiblir. Il rentre au cœur des familles et s’immisce dans les rapports de leurs membres. Les conséquences sont souvent désastreuses et ce, en tout particulier, pour les victimes immédiates, humiliées et montrées du doigt. De plus, si elle est mise enceinte, la victime peut être ostracisée par sa famille et par toute sa communauté. Entre autres exemples, les combattants de chacun des partis opposés en Bosnie-Herzégovine ont violé femmes et filles dans leur propre maison en face de tous les membres de la famille, dans les places centrales des villages et des villes. D’autres femmes et d’autres filles furent traînées dans des écoles ou des centres communautaires pour se faire violer par des gangs de soldats pendant des jours, voire parfois des semaines (Human Rights Watch, 1995 : 35 et suiv.). L’épuration ethnique, voilà l’espèce de politique militaire derrière ces viols systématisés et pratiqués davantage par les Serbes. On veut faire fuir l’ennemi et on ne veut pas qu’il revienne.

38La guerre favorise aussi la prostitution des jeunes et leur exploitation sexuelle. Elle accentue la propagation du VHS/ SIDA (Machel, 2001 : 41 et suiv.), alors que les filles deviennent souvent des « épouses forcées » ou des esclaves de camp (UNICEF, 2001a : 31 ; Mazuranna et Mckay, 2001). Encore, la guerre blesse et tue bien après qu’elle sera finie, avec ses mines antipersonnelles et ses munitions non explosées. « De 100 à 200 millions de mines terrestres sont encore en sommeil dans le monde : en Afghanistan, au Cambodge, en Irak, au Mozambique, en Somalie et dans d’autres pays encore. Le déminage pourrait prendre de quarante à cinquante ans » (Roner, 1996 : 101).

39Au terme de ce chapitre sur le monde contemporain des jeunes, il importe de rappeler comment le travail des jeunes, la culture qui les entoure, la rue qui devient leur refuge, la guerre qui les enchâsse et les tue prennent les marques de rapports de force entre les sexes et où l’homme occupe les premières places. Il y a un ordre masculin toujours présent ; il « se voit au fait qu’il se passe de justification : la vision androcentrique s’impose comme neutre et n’a pas besoin de s’énoncer dans des discours visant à la légitimité. L’ordre social fonctionne comme une immense machine symbolique tendant à ratifier la domination masculine sur laquelle il est fondé : c’est la division sexuelle du travail […] » (Bourdieu, 1998 : 15). Hommes, femmes et jeunes sont prisonniers, en quelque sorte, d’une « représentation dominante », d’une vision des choses qui se traduit nécessairement dans le quotidien. C’est comme une force supérieure qui dirige les pensées, les pratiques mais sans contraintes mécaniques, une force qui guide l’action à la façon d’une nécessité logique mais sans s’imposer comme une règle. « Cette force supérieure, qui peut faire accepter comme véritable ou comme allant de soi, c’est-à-dire sans délibération ni examen, des actes qui apparaîtraient à d’autres comme impossibles ou impensables, c’est la transcendance du social qui s’est fait corps et qui fonctionne comme un “amor fati”, inclinaison corporelle à réaliser une identité constituée en essence sociale et ainsi transformée en destin » (Bourdieu, 1998 : 55-56). De fait, les sentiers sont si bien disposés qu’il ne s’agit que de marcher sans se soucier s’il est bon ou juste, raisonnable d’aller dans la direction déterminée, à savoir ici celle imprégnée, à sa base même, de violence.

40Le monde contemporain du jeune peut être violent. Il est capable de se saisir du jeune, de le confondre, de le dresser, de l’isoler et aussi de le détruire. Ce monde cherche à lutter contre la violence des jeunes, comme nous l’avons vu, mais du même coup, il semble promouvoir la violence.

41Il importe de considérer, sous un angle différent, ces deux grands aspects de la violence, à savoir la violence imputée au jeune et la violence exercée sur le jeune par la société qui le gouverne. Constitutive en quelque sorte de la société, la violence exercée sur le jeune s’exprime différemment dans les pays pauvres que dans les pays riches, mais toujours elle a ses retombées sur le jeune. Les gestes du jeune et les faits qui lui sont imputés peuvent être appréhendés sous le signe de la violence tout autant que la violence peut devenir un usage pour orienter ces faits et gestes. Est-il possible de briser cet enchaînement où la violence semble servir la violence ?

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable