Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de la violence et les jeunes

 | 
Jacques Laplante

Chapitre 4. Raconter comment avoir peur des jeunes

Texte intégral

1Que la violence intéresse les médias n’a rien de fort surprenant : la violence est racontable, elle est en dehors de l’ordinaire, elle fait vibrer les sens, touche l’imaginaire, courtise la peur et peut faire penser ainsi sécurité.

2Rien de surprenant que les médias racontent la violence pour une autre raison : c’est que le récit de violence en est un que l’on veut entendre, en est un qui, dans un certain sens, est promis. En effet, les savoirs sur les jeunes violents ont déjà préparé le terrain, et la lutte à la violence a déjà confirmé la valeur de ce terrain. Les médias ne reflètent-ils pas souvent une image stéréotypée des jeunes comme dangereux, violents, irresponsables, drogués, hypersexués, alors que l’obligation de les contrôler ne fait plus douter ? Il devient ainsi utile d’avoir peur ou de faire peur. La violence des jeunes vient de prendre un sens au sein de la société, la lutte à la violence des jeunes devient source intarissable de projets qui, à leur tour, permettent de parler des jeunes. L’espèce de panique qui a été créée tend à se nourrir d’elle-même en autant qu’elle se fait correctrice ou morale.

3La violence des jeunes se serait d’abord fait reconnaître aux États-Unis et aurait ensuite été reconnue en France, en Angleterre, en Allemagne, au Canada. En fait, l’Occident tout entier devrait faire face à ce nouveau fléau, fléau parce que la violence serait contagieuse, fléau parce qu’elle aurait doublé chez les jeunes, mais encore fléau parce qu’elle se propagerait même chez les tout-petits (dès l’âge de trois ans). Du Washington Post au Nouvel Observateur, en passant par des revues savantes et par les télévisions du monde occidental, la violence des jeunes est racontée et, du même coup, le jeune se voit doté d’une nature qui ne lui appartenait guère il n’y a de ça que quelques décennies.

4Par exemple, la presse de Montréal, lorsqu’elle parle des jeunes, signale principalement la criminalité de ceux-ci, entre autres le meurtre et la tentative de meurtre, les voies de fait et bagarres, les agressions sexuelles, le désordre (Claës, 1996 : 166 et suiv.). Plus, mentionne Claës, la presse fait souvent preuve de distorsions dans la présentation des jeunes. Les informations à caractère sexuel dominent lorsqu’il s’agit de raconter l’acte criminel et elles se retrouvent « surreprésentées » dans les titres. L’étrangeté des jeunes, l’atrocité de leurs actions et de leurs comportements, leur pathologie sont pointées plus souvent que la réalité ne le justifie. La télévision raconte aussi le jeune à travers des problèmes aigus comme le suicide, le SIDA, la drogue, la grossesse et l’avortement, la fugue et l’errance, l’anorexie.

5Les récits des médias sont à la fois partiels et partiaux. Nous avons choisi deux exemples qui illustrent bien cet état de fait et démontrent du même coup l’usage que nous pouvons faire de ces récits. Ces deux exemples, chacun à leur manière, font voir le découpage de la violence et lui donnent encore une autre couleur. Parti d’un récit partiel et partial, le partage des mondes (bon et mauvais) s’effectue dans le premier cas sans trop de nuances, alors que les jeunes sont pris à partie. Dans le deuxième cas, une certaine complexité est introduite et le rôle des adultes prend cette fois de l’importance. Ces deux exemples permettront, par la suite, d’examiner de plus près les mécanismes sous-jacents à ces récits et de constater comment ces derniers peuvent interpeller.

4.1 – UN RÉCIT PARTIEL ET PARTIAL

6Le premier exemple fait en quelque sorte la surenchère de la violence des jeunes à partir des médias. Sur quelques centaines de pages, l’auteur se sert de faits divers, y souscrit pleinement et se projette en partie dans le futur pour nous dire quelle sorte de société nous préparent les jeunes.

7Szlakmann (1992) accepte d’emblée la version des médias ou du moins une certaine vision de ceux-ci. En effet, c’est à partir de différents médias français qu’il se fait une image bien singulière de la délinquance et de sa violence en France : machisme, mépris du faible, racisme s’y rassemblent.

Alexandra, vingt-deux ans, Paris XXe : « Le milieu rap est très machiste […] nous les femmes, on est bonnes à faire les plantes » (Actuel, mai 1991). A quoi rétorque, sur un air de rap, le parolier d’un groupe : « Les femmes passent devant vous avec les fesses qui dansent/ […] Puis elles se plaignent de ne pas être respectées/ Elles vont dans les discothèques/ Semer la panique/ En allumant les mecs […] » (Le Nouvel Observateur, 20 juin 1991).

Karim, dix-sept ans : « L’insécurité, c’est pour ceux qui se laissent faire », les « bouffons, les baltringues » (Le Point, 22 octobre 1990) (les faibles, les peureux). « Les flics restent-ils discrets ? C’est la preuve qu’ils sont des tapettes » (La Croix, 16 novembre 1990). D’ailleurs, « ils tiennent leurs petites femmes par la main, leurs petits sacs bien serrés contre eux, comme des tapettes. Ils nous voient et ils ont peur […] C’est des hommes ça ? » (L’Événement du Jeudi, 18 octobre 1990).

Rien n’y manque, pas même l’inévitable composant de tous les fascismes : le racisme et l’antisémitisme, commun dénominateur des skinheads (d’extrême droite) et des bandes ethniques (bénéficiant pourtant de l’indulgence compréhensive de l’extrême gauche) (Szlakmann, 1992 : 12-15).

8Plus encore, délinquance et totalitarisme se joindraient et même présenteraient un « mariage réussi ». Il y aurait une proximité entre délinquance et totalitarisme. Le mariage n’est pas contre-nature.

Cette union n’est ni surprenante, ni nouvelle : au fond, le totalitarisme est un peu la continuation de la délinquance par d’autres moyens, la criminalité érigée en mode de gouvernement, la haine du droit à la hauteur d’une philosophie du pouvoir. Dans les années trente, les S.A. allemands furent recrutés en grand nombre parmi les délinquants, voyous et souteneurs. Sous l’Occupation, une partie du milieu (Carbone et Spirito, Pierrot la Canne) devint l’auxiliaire précieux de la Gestapo. Selon de nombreux témoignages enfin, le goulag soviétique était dirigé par les droits communs, dont les prisonniers politiques étaient les souffre-douleur (Szlakmann, 1992 : 152-154).

9La délinquance et sa violence auraient un impact des plus dommageables aux plans politique, social, familial et économique.

Impact politique d’abord. Qui pourrait nier que les 30 % de voix obtenus par le Front national à Vaulx-en-Velin ou à Mantes-laJolie, les 40 % engrangés dans certains quartiers de Dreux aux régionales de mars 1992 sont sans rapport avec les agissements des bandes ? Avec la violence endémique ?

Impact social ensuite : la convivialité qui régnait dans les quartiers populaires a fait place à la méfiance et à la suspicion réciproques.

Autre exemple de désagrégation sociale : de nombreuses familles s’acharneront à placer leurs rejetons dans des établissements « bien fréquentés ». A coups de passe-droits s’il le faut, de piston ou de fausse domiciliation. Après moult discussions, l’interlocuteur parviendra enfin à arracher aux parents le véritable motif de ces manœuvres clandestines. La recherche du bon niveau scolaire, certes, a sa part. Mais on flaire aussi l’inavouable, ce qui déjoue avec peine les ultimes barrières idéologiques : la peur de « mauvaises fréquentations », du racket, de la drogue et de la violence.

L’extension de la délinquance pèse enfin d’un poids non négligeable sur l’économie : les grandes surfaces, par exemple, consacrent une part importante de leur budget aux dépenses de sécurité. C’est bien sûr le consommateur qui en fait les frais (Szlakmann, 1992 : 12-14).

10La violence constitue

une violation grave des droits de l’homme. En effet, le droit à la sécurité figure en bonne place (article 2) dans la Déclaration de 1789 : « Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression ». Bien plus, pour Montesquieu, la sécurité du citoyen constitue la pierre d’angle du système libéral : « Le seul avantage qu’un peuple libre ait sur un autre, c’est la sécurité où chacun est que le caprice d’un seul ne lui ôtera point ses biens ou sa vie » Mes pensées (Szlakmann, 1992 : 15).

11Comment en est-on arrivé à une telle violence ?

Le progrès technique, l’abondance ont atteint en Occident un niveau sans aucun précédent dans l’Histoire. L’être humain était libéré, pour la première fois, du souci obsessionnel de la survivance : se nourrir, se chauffer, se soigner (Szlakmann, 1992 : 169).

12Il serait résulté, de cette situation, un sentiment de puissance où prospérité et liberté deviennent des acquis.

Le plus souvent, cette ambiance a fait jaillir une multiplicité de comportements originaux. Ce fut le reflet des styles de vie traditionnels, du métro-boulot-dodo. Ce fut l’abandon du conformisme vestimentaire […] L’effervescence créative […] Ce fut enfin la culture du drop-out-marginal volontaire naviguant sans attaches au gré des fantaisies du moment, subsistant des miettes de la société de consommation […]

Mais le sentiment de toute-puissance a également engendré sa contre-partie négative : la violence (Szlakmann, 1992 : 170).

13Il n’est pas nouveau d’associer les méfaits des jeunes à quelques futurs incertains. Ici, toutefois, le phénomène consisterait en un mal généralisé chez les jeunes, mal qui s’accentue et qui est générateur d’une société qui pourrait, elle aussi, se dégrader tout autant. Il importerait ainsi d’être fortement apeurée par cette violence des jeunes, car elle menace toute la société. Les jeunes et leur violence doivent être maîtrisés à tout prix.

14Le deuxième exemple dénonce les médias en ce qui concerne les jeunes et leur violence et argumente que l’on fait du jeune un bouc émissaire et que cela a son utilité. Que ce soit à cause de sa violence, de son irresponsabilité ou de sa propension au suicide, de son usage abusif de drogues ou de ses abus au plan sexuel, selon Males (1996), le jeune américain est cloué au pilori et ce tout particulièrement dans les médias.

15La violence des jeunes serait surexploitée par rapport à celle des adultes alors que la majorité des adolescents ne sont pas violents ; l’augmentation du taux d’arrestations pour crimes violents depuis 40 ans pourrait avoir été surévaluée, du fait qu’elle a pu être reliée au manque d’habileté des policiers à gérer, voilà 40 ans, leurs dossiers ; il y aurait eu une montée des crimes violents, tant chez les adultes que chez les jeunes, mais les arrestations de ces derniers surpasseraient nettement, toute proportion gardée, celles des adultes, surtout depuis 1985. Selon l’interprétation des experts et politiciens, cette violence résiderait dans la nature même des jeunes. Males (1996) mentionne le peu de sévérité des autorités envers les crimes des adultes comparée à ceux des adolescents. En effet, les jeunes subissent des sentences en moyenne 60 p. cent plus longues que les adultes et ce, pour les mêmes crimes.

16Les jeunes se voient imposer un traitement plus sévère que les adultes pour des méfaits similaires et leur inadaptation à ces traitements risque encore de les désavantager. Même malgré le fait, dit Males (1996), que les adolescents américains ont le taux de suicide le plus bas au pays parmi les divers groupes d’âge (sauf le groupe des enfants), l’American Psychological Association a conclu, en 1987, que les adolescents passaient à travers une grave hausse de suicide et de problèmes de santé mentale. Cette augmentation pourrait paraître alarmante, sauf quand on constate que cette « hausse » correspond à une période où, l’industrie médicale étant au bord de la faillite avec ses hôpitaux privés à moitié vides, les adolescents sont alors devenus la clientèle nécessaire pour remédier à la situation économique de l’époque (Males, 1996 : 30).

17Males (1996) indique comment la lutte au tabagisme des jeunes signale aussi une politique partielle et partiale. Il est impossible pour un jeune de passer une journée sans se faire prêcher les méfaits du tabac ; la majorité des campagnes publicitaires contre le tabac est dirigée vers les jeunes. Pourtant, le facteur qui influence le plus la prédisposition à l’utilisation du tabac en bas âge serait l’utilisation de celui-ci par les parents.

18L’exemple du tabagisme signale l’écart entre la gestion d’un même problème auprès d’une population adulte, puis auprès d’une population adolescente. La discordance continue au-delà de la gestion (ou manque de gestion) des problèmes sociaux et va jusqu’à miner la définition sociolégale des jeunes. Les jeunes sont considérés tantôt enfants, tantôt adultes selon les convenances du monde adulte. Quand vient le temps d’écrouer les jeunes, de les envoyer à la guerre, ou de les utiliser dans une économie en expansion, les adolescents (dans ces circonstances) sont alors souvent traités en adultes. Mais quand vient le temps d’accorder aux adolescents les mêmes droits légaux que ceux accordés aux adultes, on a alors affaire à des enfants. Les tests de drogue dans les écoles, l’entrée forcée en institution psychiatrique en témoignent (Males, 1996 : 88).

19L’émergence de la nicotine comme drogue d’accoutumance apparaît dans les années 40 et 50, avec le retour des soldats de la Deuxième Guerre mondiale et de la guerre de la Corée. Les dangers de la nicotine sont dénoncés depuis le début du siècle, cependant les sérieux dommages respiratoires et cardiovasculaires dévoilés ont été peu dissuasifs avant les années 60, période où la consommation de l’herbe en question n’a cessé d’augmenter. Le plus grand déclin dans la consommation de la nicotine, tant chez les adultes que chez les jeunes, se produit dans le milieu des années 70, et cette chute continue dans les années 80. Cependant, ce succès n’attire pas l’attention des agents officiels et comme elle ne s’insère pas non plus dans le portrait qu’on se fait des jeunes, ceux-ci, supposés irrationnels, doivent continuer à subir une intervention laquelle se fait souvent répressive.

20Qu’en est-il de « l’épidémie » de consommation de drogues illicites chez les jeunes et des conséquences désastreuses qui s’ensuivent ?

21On dénonce le fléau de décès attribuables aux drogues illicites (soit des accidents, suicides, meurtres, surdoses), lequel était de 14 000 morts en 1993, alors qu’au même moment les décès attribuables à l’alcool et au tabac sont de l’ordre respectif de 100 000 et de 400 000 morts. Au moins un quart des décès attribués aux drogues illicites implique un mélange avec de l’alcool, et la moitié implique une combinaison avec des drogues pharmaceutiques. Après dix ans de guerre à la drogue, quel est le constat ? Tout d’abord, que les principales victimes d’abus de drogues sont les adultes. Ensuite, que les décès dus aux drogues chez les adolescents sont relativement bas depuis la fin des années 70, tandis que, chez les adultes, ils augmentent (un adulte compte 40 fois plus de chances de mourir d’une surdose de drogue qu’un jeune). Finalement, que les meurtres reliés aux drogues ont grimpé à un taux sans précédent durant cette guerre à la surconsommation. Voilà des faits que l’on discute peu et que les médias ne dévoilent guère. Et face à cette tragédie, on se rabat sur l’usage passager de la marijuana (la principale menace) chez les jeunes, à savoir sur le groupe d’âge, la substance et le mode de consommation qui, dans les faits, constituent le danger le moins menaçant.

22On présente la marijuana comme un tueur créant l’accoutumance lorsqu’en réalité seul un minuscule pourcentage des visites à l’hôpital implique les adolescents et la consommation de marijuana, alors que quatre sur cinq de ces visites sont reliées à la consommation de marijuana combinée avec d’autres drogues. Les drogues qui conduisent le plus de jeunes à l’urgence des hôpitaux sont, et de loin, le Tylenol® et l’aspirine, et les principales substances impliquées dans les surdoses sont les drogues pharmaceutiques, l’héroïne et la cocaïne, la plupart impliquant une polyconsommation. Ce que l’on évoque pour justifier cette inquiétude face à un jeune fumant un « joint » relève de la crainte de l’escalade vers des drogues plus fortes, alors que plusieurs études démontrent que la plupart des usagers de marijuana en restent à cette substance.

23Un autre exemple de discrédit des jeunes entoure leur « crise sexuelle ». Le gouvernement américain, ainsi que les médias, présentent régulièrement une image des adolescents comme étant des animaux sexuels sans raison ni limites, qui s’infectent continuellement de MTS et chez qui les filles tombent sans cesse enceintes. Ils ignorent premièrement que le dévergondage sexuel est relativement restreint parmi la population adolescente générale. Deuxièmement, ils ignorent que la majorité des mères adolescentes mésadaptées viennent de milieux abusifs et que la majorité des hommes qui les rendent enceintes sont des adultes (Males, 1996 : 45).

24De même, les jeunes infectés du virus VIH seraient des adolescents irresponsables. Les « études » faites auprès des jeunes ainsi que les campagnes médiatiques s’adressant à eux ne semblent pas prendre en considération les conditions qui rendent réellement les jeunes à risque de contracter ledit virus, c’est-à-dire la prostitution, le viol et le sexe de survie (échange de sexe contre de la nourriture), problèmes beaucoup reliés aux jeunes les plus pauvres et les plus démunis. De plus, on ne mentionne pas la source primaire de l’infection des jeunes : les adultes. Surtout auprès des plus jeunes parmi les adolescents, les adultes y jouent un rôle peu connu mais peu négligeable.

25Males (1996) constate les excès dont se rendent coupables les médias. Il dévoile plusieurs aspects des récits qui se font en effet partiels et partiaux : comment les jeunes servent en quelque sorte de boucs émissaires, alors que les adultes peuvent ainsi poursuivre tranquilles leurs vieilles habitudes. Males déplace le problème sur les adultes, soulignant peu les enjeux du pouvoir et son emprise sur les fins que se proposent ces mêmes adultes.

26Sur la scène canadienne, Schissel (1997) va reprendre en partie l’argumentation de Males (1996), tout au moins en regard des médias et de leur influence.

27Panique morale, politiques haineuses, deux fléaux qui s’acharnent contre les jeunes Canadiens, selon Schissel (1997). Une véritable guerre serait menée contre les jeunes et une recherche de punition plus intense ferait son chemin. Pour Schissel (1997 : 23), ce sont principalement les médias qui façonnent nos vues par rapport à ce qui nous est étranger et à ce qui est susceptible de nous apeurer. Malgré le fait que les crimes violents chez les jeunes sont rares en termes statistiques et que les victimes sont principalement d’autres jeunes de la même catégorie sociale, le public en général voit le jeune d’aujourd’hui comme étant de plus en plus violent et de plus en plus dangereux. Les groupes de jeunes qui traînent dans les places publiques transmettent souvent une image douteuse par rapport à leurs habitudes. Que l’on associe cette image à leur potentiel explosif et violent, que l’on laisse filtrer l’idée que les armes à feu sont facilement accessibles, ce peut être assez, dans certains cas, pour créer la peur. Certains médias ne résisteront pas à l’idée de cultiver cette peur.

28Le plus déconcertant, selon Schissel (1997), est le fait que, depuis 1985, la prise en charge informelle des jeunes n’ait pas cessé de diminuer, favorisant du même coup une prise en charge officielle. La loi nouvelle a entraîné une approche punitive. La cour et les pratiques policières sont davantage portées à traiter les délits et les problèmes formellement et d’une manière beaucoup plus sévère.

4.2 – UN RÉCIT QUI INTERPELLE

29Les récits sur les jeunes interpellent à plusieurs égards : ils soulèvent la peur, ils entraînent un état de panique, ils peuvent faire surgir de nouvelles mesures de sécurité ou des contrôles toujours plus sévères. Même de nouvelles lois peuvent prendre leur élan, et, sur la base des normes à suivre, peuvent se calquer des savoirs capables de préciser le profil des jeunes. Une réaction des plus complexes tend à s’instituer de telle sorte que son origine même se perd dans la routine des opérations et dans le moutonnement sans fin des classements.

30Parlons d’abord de cette peur et de cette panique qui semblent, pourrait-on dire, tendre naturellement la main à la sécurité et à ses moyens de mise en œuvre. La peur peut servir (Altheide, 2002). Si la violence est créatrice, la peur l’est probablement tout autant. Il faut voir comment.

31En effet, la peur apparaît comme un phénomène qui peut affecter l’esprit, de telle sorte que celui-ci, suite à l’appréhension d’un danger, monte une défense ou une série de défenses, installe des mécanismes qui font éclore ces défenses. L’une de ces défenses est de nommer la peur, ce qui a pour effet de soulager l’angoisse qui habite ; conséquemment, la lutte contre un ennemi désigné devient chose possible.

32Un exemple de peur, plus précisément de panique morale, est la peur reliée à la violence, à l’abus dans le rituel satanique. Dans les années 80, aux États-Unis et en Angleterre, des « agents de Satan » conspirent et enlèvent des enfants pour en user dans leurs rituels. Ces rituels comprennent attentats à la pudeur, torture, mutilation et meurtre de l’enfant. Plus, une bonne proportion des cas d’enfants disparus, molestés, utilisés pour la pornographie a, selon la légende, un lien avec Satan. Certains estimeront à un million le nombre d’enfants victimes aux Etats-Unis. Des dizaines et des dizaines de survivants de ces rituels viendront raconter leur expérience. Même si aucune évidence ne fit surface, les croyants dans cette légende se multiplièrent chez les Chrétiens fondamentalistes des milieux ruraux et des petites villes durement frappés par les récessions économiques et le bouleversement des valeurs anciennes. Pour eux, entrent en cause les autorités trop libérales, le travail des femmes à l’extérieur du foyer, les garderies et l’avortement.

33La panique morale survient dans nos sociétés de façon inattendue et subite. Au moment de la panique morale, la conduite de certains des membres de la société est considérée comme un danger pour les autres. Le mal que ces gens font ou qu’ils sont supposés faire est ressenti comme une attaque capable de détruire le corps social lui-même. Ainsi, faut-il prendre les mesures pour contrôler et punir les comportements fautifs. Un caractère d’urgence motive l’action entreprise, étant donné l’imminence du danger qui peut se répandre. Ennemis de la société par excellence, souvent dits criminels, les fautifs présumés deviennent parfois les victimes de la colère, de l’hostilité, de la violence des groupes en émoi. Ces groupes tenteront par tous les moyens de convaincre non seulement le reste de la société du danger qui les guette, mais encore viseront-ils un contrôle social et légal qui puisse chasser ce danger à jamais.

34Les indicateurs de la panique morale sont l’inquiétude et la peur, l’hostilité et le consensus de la population ou d’un segment important de celle-ci vis-à-vis la vraisemblance du problème, la réalité de la menace causée par la conduite malveillante de certains de ses membres. S’ajoutent enfin deux derniers indicateurs : la disproportion et la volatilité. La panique morale suppose l’idée que l’inquiétude, la peur du public est tout à fait disproportionnée par rapport à l’inquiétude et à la peur que devrait susciter normalement le mal en question s’il était mis en perspective. La panique morale est aussi volatile, elle apparaît soudainement, quoiqu’elle puisse être dormante. Elle peut finalement réapparaître de façon routinière et même s’inscrire institutionnellement (Goode et Ben-Yehuda, 1994 : 32-39).

35On le constate, raconter la violence des jeunes s’inscrit dans toute une culture qui demande, en quelque sorte, qu’on lui fasse peur avec les jeunes.

36Schissel (1997) raconte, par exemple, comment les années 60 et 70 furent un champ fertile pour la création de paniques morales en ce qui concerne les adolescents. Les Mods et Rockers de la Grande-Bretagne ne sont devenus de véritables criminels, organisés et extrêmement dangereux, que lorsque les médias les ont identifiés de cette manière. Après coup, les policiers et le système judiciaire ont réagi en confirmant les peurs des gens, malgré le fait que les Mods et Rockers n’étaient que des jeunes qui s’habillaient et agissaient différemment.

37Schissel (1997) utilise la métaphore du théâtre pour décrire les différents « acteurs » dans une panique morale. L’utilisation de cette métaphore tend à accentuer la nature fictive des événements qui sont supposés vrais. Il y aurait huit acteurs dans la comédie d’une panique morale : les médias, les consommateurs, les gouvernements, les policiers, les groupes moralisateurs, les victimes, les experts, les « diables populaires ».

38Les médias auraient une des plus grandes influences dans la création d’une panique morale. Puisqu’ils sont, pour la majorité des gens, leur source première d’information, tout ce qu’ils racontent est souvent pris comme réalité, sans que les lecteurs tentent de faire une analyse critique. Si « le médium est le message » (McLuhan, 1964), on pourrait dire, dans le cas des médias, que les propriétaires essaient de donner au public ce qu’il veut puisqu’ils savent que leur pouvoir vient du médium et non du message. C’est dire que, dans plusieurs cas, les médias disent ce qu’ils pensent que le public veut entendre. De plus, les médias peuvent facilement manipuler les faits en les simplifiant ou en les sortant du contexte réel dans lequel ils s’inscrivent. Souvent, le résultat de cette manipulation est une information diluée, capable de devenir tout simplement une dichotomie entre bon et méchant. Les médias sont des outils par lesquels la culture se propage. Tous les symboles, les mythes et les ressources qui font partie de notre culture passent et sont transformés par les médias.

39D’autre part, on sait que le reportage « choc » ou sensationnel attire davantage l’attention, alors même que les faits sont sortis de leur contexte. Schissel (1997) donne en exemple le jeune et la situation dans laquelle il se trouve. Les médias ont depuis longtemps décrit l’adolescent comme une personne différente de l’adulte, un spécimen qui se perce le corps, est violent, n’a pas de respect et ne veut que du mal pour le reste de la population. Souvent, les photos dans les journaux montrent des jeunes adolescents habillés de manière typique pour les jeunes d’aujourd’hui, avec des casquettes à l’envers, le nez percé, etc., mais avec des titres en grosses lettres qui captent l’attention tels que : « Kids who Kill » ou bien « Killer Girls ». Ces titres portent le lecteur à associer la peur à tous les adolescents qui s’habillent de cette manière, même si l’article chapeauté par un tel titre peut, pour sa part, être juste relativement au fait spécifique rapporté. Finalement, les médias utilisent des techniques qui provoquent les gens, qui sensationnalisent les informations et recherchent les événements rares et uniques pour vendre leurs nouvelles à un public qui ne veut pas nécessairement aller plus loin que la plus simple explication. Ce qui en résulte est une terre fertile pour le développement d’une panique morale.

40Schissel (1997) évoque ensuite le rôle de l’acteur qu’est « le consommateur ». Selon lui, les médias présument que les lecteurs vont lire les propos qui rejoignent leurs peurs. Il s’agit alors, pour les médias, de simplifier les nouvelles de façon à favoriser les dichotomies « bon/méchant », « sécuritaire/dangereux » et, le plus important, « eux/nous ». Cette distinction se fait par les médias pour fin de « marketing » et de compétition.

41Les gouvernements jouent aussi un rôle dans la comédie de la panique morale. Lorsqu’une peur devient générale, les politiciens entrent en jeu et manipulent eux-mêmes le public en encourageant ses peurs. Il est très rare qu’un politicien n’aille pas mentionner le crime et la violence lorsqu’il participe à une élection. (Certains en font même leur arme de bataille.) De plus, les gouvernements font part de statistiques qui ne font que nourrir les paniques morales. Ces statistiques reflètent davantage les comportements de la police et de la Cour que ceux des justiciables. Par exemple, en 1984, les statistiques, au Canada, démontraient une augmentation importante dans le taux de crime chez les adolescents. Cette augmentation était assez importante pour créer une panique dans le public ; par contre, ce que très peu de gens ont pris en considération est le fait que la nouvelle loi pour les jeunes contrevenants venait de prendre effet, ce qui expliquait pourquoi les taux avaient tant augmenté.

42Le groupe que constituent les policiers se compose d’acteurs de première ligne dans la protection publique contre le crime ; ils transmettent dès lors leur propre image du crime et du taux de criminalité. Les policiers doivent répondre aux besoins de la population et du gouvernement, tout en répondant à leur mandat de protéger le public et de prévenir le crime. Pris entre plusieurs feux, ils se feront sélectifs dans leurs interventions et dans les informations rendues disponibles.

43Les groupes moralisateurs sont décrits par Schissel (1997) comme des acteurs qui se rassemblent sur la base de leurs croyances, souvent de nature morale ; ils tentent d’influencer les politiques gouvernementales pour que les gens jugés « immoraux », selon leurs points de vue, soient marginalisés. De nos jours, les mouvements moraux sont moins dirigés par des individus que par des groupes qui ont des intérêts économiques qu’ils veulent protéger. Par leurs pouvoirs, ils peuvent démarrer ou bien influencer certains débats politiques et judiciaires.

44Il y a aussi les victimes. Dans notre système juridique, les victimes sont souvent oubliées lorsque vient le temps de décider de la culpabilité et de la punition de l’accusé. Par contre, lorsqu’il y a panique morale, elles sortent de l’oubli pour devenir vedettes du drame. Les victimes sont alors priées de raconter leur histoire à répétition, elles sont consacrées comme des exemples vivants d’événements typiques dans notre société. Les victimes peuvent aussi être utilisées comme des outils pour susciter les passions dans le public et pour faire la promotion des politiques punitives.

45Les experts sont des acteurs qui se servent d’un langage spécialisé et d’un certain pouvoir politique pour décrire la « réalité » et la « vérité ». Ils participent au phénomène des paniques morales en ce sens que les gens qui veulent promouvoir une telle panique appuient leur point de vue sur cette « vérité », sur cette « réalité » révélée par lesdits experts.

46Enfin, les « diables populaires » demeurent le dernier groupe d’acteurs identifié comme jouant un rôle dans le phénomène des paniques morales. Ce sont ces personnes identifiées par le public comme une menace à la moralité et au bien-être physique des membres des sociétés concernées ; elles sont la cause même des paniques sociales ou du moins le « focus » de celles-ci. Le « diable populaire » est facilement identifiable comme formant une classe sociale à part, comme naturellement déviant, ne cherchant que son plaisir et mettant en danger la stabilité de la société. Les adolescents constituent un groupe facile à identifier et, puisque le pouvoir se retrouve surtout entre les mains des adultes, ils font de parfaits « diables populaires ».

47Les récits peignant les jeunes comme étant dangereux, violents, irresponsables, drogués, suicidaires, hypersexués, même racistes et machistes se doublent d’un autre type de discours qui interpelle les membres de la communauté afin d’engager la lutte contre le fléau de la violence. À cet égard, le récit sur la violence des jeunes est souvent relié à d’autres histoires : ce que le jeune deviendra plus tard et ce qui arrive aux criminels, ce qui se passe dans les familles, les communautés, les périphéries des villes, les sociétés qui ne mettent pas un frein à la violence, enfin ce que réserve la violence à chacun des citoyens, à chaque instant.

48Il y a une part tout à fait compréhensible dans la production des récits sur la violence des jeunes, production légitimée du fait qu’elle défend la survie du système social et de ses valeurs les plus importantes : la liberté, la sécurité, la propriété privée et les moyens de production. On est amené à accepter le récit sur la violence des jeunes d’autant plus facilement qu’il représente une menace directement dans la vie de tous les jours. C’est ainsi que peuvent être créées les plus grandes peurs et surgir le désir de punir sans que jamais un dommage quelconque ne nous ait été causé.

49Bien que l’on puisse répertorier de nombreux autres récits sur les jeunes et leurs capacités, leurs talents, leurs qualités, c’est un récit réprobateur qui domine, un récit qui, au nom de la sécurité, engage à lutter ou à accepter la lutte contre la violence des jeunes. Ce n’est pas que les histoires en tant que telles se présentent comme une obligation, c’est qu’elles s’offrent comme des possibilités où des acteurs importants de la société tendent à entraîner d’autres personnes dans l’action. Le « bon sens punitif » peut ainsi se propager.

50Wacquant (1999) signale comment l’Europe de l’Ouest s’est mis au pas du « bon sens punitif ». Il raconte un des chapitres de la délinquance des jeunes, de la violence, des désordres multiples de certains quartiers, des « incivilités » dont leurs habitants seraient à la fois victimes et responsables. Il raconte la répression accrue de la délinquance des jeunes, du harcèlement des sans-abri, du couvre-feu et de la « tolérance zéro », de la surveillance punitive. La particularité de ce chapitre sur la délinquance tient entre autres à l’attribution des sources.

51D’où viennent ces violences ? D’où viennent toutes ces mesures punitives ? Comment les Européens en sont-ils venus à punir davantage ? Question de « bon sens » ; en effet, celui-ci se fabrique d’abord à Washington et à New York, passe par Londres pour ensuite se répandre en Europe de l’Ouest.

52Les nouvelles notions de violence et de répression n’ont pas jailli spontanément de la réalité. Elles s’inscrivent, dit Wacquant, « dans une vaste constellation discursive de termes et de thèses venus d’Amérique sur le crime, la violence, la justice, l’inégalité et la responsabilité – de l’individu, de la “communauté”, de la collectivité – qui se sont peu à peu insinués dans le débat public européen […] » (1999 : 10).

53La nouvelle doctrine punitive prend son essor grâce aux groupes de travail conservateurs. Ces derniers mettent en valeur les liens organiques tant idéologiques que pratiques qui doivent exister entre le dépérissement du secteur social de l’État et le déploiement de sa force pénale. Le « libéralisme réaliste » des années 1975 à 1985, qui a conduit à réduire la taille de l’État autant aux États-Unis qu’en Angleterre, se retourne, dix ans plus tard, pour demander plus d’interventions étatiques (Wacquant, 1999 : 13). Ce sont les mêmes tenants qui cherchent cette fois à dénicher la violence et à la punir alors que la dérégulation des salaires, la détérioration de la protection sociale ont conduit à la misère au sein des couches sociales vulnérables. De fait, propose-t-on de criminaliser la misère (pauvreté, drogue entre autres) que l’on a créée en grande partie, lui donnant un autre nom (Bourgois, 2001 : 17-27, 297-327).

54Un coup d’envoi qui a permis de mettre sur pied cette société répressive apparaît être l’ouvrage de Murray (Losing Ground, 1984), ouvrage commandé par le Manhattan Institute. Cet institut organise en effet un grand battage médiatique autour du livre : mille copies envoyées aux journalistes, élus et chercheurs triés sur le volet ; les télévisions, les conférences de presse et universitaires et même un grand symposium où « spécialistes » à honoraires servent à défendre un ouvrage « truffé de non-sens logiques et d’erreurs empiriques » (Wacquant, 1999 : 15). Peu importe, le nouvel ordre prend sa place : marché libre, responsabilité individuelle, valeurs patriarcales créent la richesse d’un côté, la misère de l’autre. Les riches tendent à imposer leur ordre au « désordre » des pauvres à partir de cette logique qui veut que l’on soit responsable d’être pauvre et dans la misère, et que la misère soit un peu l’équivalent du crime. On peut criminaliser. La pensée d’aujourd’hui semble, sur certains points tout au moins, se rapprocher de cette autre du Moyen Âge, où la propriété était vertu et où le juge parfois condamnait le vagabond pour cause d’inutilité à la société.

55La fameuse « tolérance zéro », cet instrument de gestion policière et judiciaire de « la pauvreté qui dérange », s’insère aussi dans la politique du « bon sens punitif » et se répand comme une traînée de poudre à travers tout l’Occident. Les Etats-Unis tentent encore de l’imposer ailleurs dans le monde entier. Secondé par « la guerre au crime » et la « reconquête des espaces publics », cet instrument redonnerait confiance à un public qui a peur. La « tolérance zéro » va nettoyer nos rues, disait le ministre de l’intérieur écossais, il faut marcher la tête haute ; nous sommes en guerre et il va falloir livrer bataille après bataille (Wacquant, 1999 : 23). Parmi les bavures de cette « tolérance zéro », notons entre autres ces 45 000 personnes arrêtées et fouillées dans les rues de New York sur simple suspicion basée sur l’habillement, l’allure général et … la couleur. Plus de 37 000 de ces arrestations se sont révélées sans objet. La « tolérance zéro » a réussi un drôle de ménage, si l’on veut toujours parler de nettoyer les rues, mais elle a fait plus que ça. Elle s’est placée à côté d’un ensemble de rationalisations structurelles, de compressions des dépenses publiques, de privatisations et de renforcements des droits du capital (Mucchielli, 2003 ; Bourgois, 2001 ; Wacquant, 1999). Elle s’est aussi manifestée afin de gérer l’insécurité ; elle a participé à accentuer la marginalité sociale, à multiplier les pénalités de violence quelle que soit la forme qu’on lui donne et quel que soit le type de punition qu’on lui inflige. Les États-Unis se sont prononcés pour la criminalisation de la misère comme palliatif, en quelque sorte, à la montée de l’insécurité salariale et sociale. Ils tendent plus que jamais à étendre leur nouvel ordre au monde entier. Contrôlant 80 p. cent des médias dans le monde, ils constituent une force de frappe considérable : il faut punir, condition jugée nécessaire pour réaliser le rêve américain. Il semble difficile d’échapper à ce « bon sens punitif ». Le battage publicitaire s’accompagne en effet d’une « politique réaliste » où les intérêts de groupes influents, d’institutions puissantes y trouvent leur compte.

56Au Canada, le « bon sens punitif » fait aussi son chemin. Par exemple, on a tenté en quelque sorte, pendant les dernières années, à ranimer la peur autour des homicides commis par les jeunes et à durcir ainsi les peines.

57En 1994, le ministre de la Justice du Canada proposa plusieurs modifications concernant les peines maximales pour les jeunes en cas de meurtre.

Le projet de loi C-37 porterait les peines maximales rendues par un tribunal pour adolescents à dix ans en cas de meurtre au premier degré et à sept ans en cas de meurtre au deuxième degré. Le gouvernement proposerait cette modification parce qu’il reconnaît que les Canadiens considèrent que la peine maximale de cinq ans imposée en cas de meurtre au premier degré ne suffit tout simplement pas à refléter le sentiment d’horreur et de réprobation qu’entretient la société à l’égard de l’acte criminel le plus grave (Canada, 1994, Débats de la Chambre des communes concernant le projet de loi C-37 : 4872).

58De plus,

Le projet de loi C-37 viserait les jeunes de 16 et 17 ans qui sont accusés de crimes graves comportant de la violence. Le projet de loi rajouterait les dispositions actuelles sur le renvoi, de telle sorte qu’un tel jeune aurait à convaincre le juge d’un tribunal pour les jeunes qu’il devrait comparaître devant ce genre de tribunal. Si le jeune ne parvient pas à convaincre le juge, il devrait comparaître devant un tribunal pour adultes et encourir les peines qui y sont prévues par la justice criminelle (Canada, 1994, Débats de la Chambre des communes concernant le projet de loi C-37 : 4872).

59Par ailleurs, le ministre de la Justice avertit certains acteurs de la scène juridique, mais encore toute la population. Il attire l’attention de la Chambre sur les déclarations des victimes et les répercussions du crime. Il fait de plus remarquer que la population, plus particulièrement les victimes du crime, veulent participer à l’administration de la justice. Pour cela, il propose :

Que les agents de la paix, le directeur provincial pour la jeunesse et d’autres autorités appropriées communiquent aux conseils scolaires, aux écoles ou aux autres établissements et organismes des renseignements au sujet des jeunes qui ont maille à partir avec le système de la justice pénale (Canada, 1994, Débats de la Chambre des communes concernant le projet de loi C-37 : 4873).

60Sévérité de la peine vis-à-vis du jeune violent, mais encore surveillance et contrôles beaucoup plus étendus, lesquels amènent des pressions sur les signalements de toutes sortes, sont prônés.

61Pourtant, les crimes graves de violence chez les jeunes ne sont pas à la hausse et le taux d’homicide, en particulier, est généralement en décroissance au Canada, aux États-Unis et dans plusieurs autres pays (Juristat, 1997).

62C’est un discours éthique qui cherche à sécuriser la société, c’est une morale d’obligation qui vise à réaliser une fin, considérée comme le bien pour tous. L’obligation d’intervenir imposée au groupe, à la communauté, à la société sous-tend toutefois un ensemble de valeurs, de forces, de moyens. Ces valeurs, ces forces, ces moyens entraînent non seulement la soumission des jeunes, comme dans la panique morale dont ceux-ci sont l’objet, mais ils ont un impact sur tous les membres de la communauté.

63Fourez (1979) explique comment, vis-à-vis cette obligation morale qui est présentée, certains ressentent une telle déception, soit que pour eux l’entrepreneur moral mente grossièrement, soit qu’ils aient vécu une expérience tout à fait contraire, qu’ils rejettent l’obligation. Face à la morale d’obligation, Fourez propose ce qu’il appelle une morale de l’appel, une façon de se conduire qui adopte la dimension éthique comme forme et non comme norme.

64La morale de l’appel, pour sa part, ne vise pas une société où, par la tolérance et l’harmonie, tout le monde serait bon, docile, normal ; elle parle d’une manière de vivre les interactions humaines, laquelle, tout en assumant les conflits et les luttes, reconnaît dans les autres des personnes que l’on accepte et que l’on veut libres. Si elle exprime un refus des dominations subtilement cachées dans les morales d’obligation, elle ne nie ni les divergences ni les mises en questions radicales ni les tensions ni l’angoisse existentielle qui se rattachent à la morale de l’appel.

65Une morale de l’appel ne restructure pas le monde en termes de bien et de mal, de normal et d’anormal, y voyant des raccourcis pour dire les choses ou des réductions propres à signaler une fin. Fourez (1979) rappelle, à cet égard, comment Spinoza considérait que la poursuite d’une chose est loin d’être entreprise parce qu’elle est bonne, mais que, à l’inverse, elle est bonne parce qu’on a entrepris de la poursuivre. Ainsi, assurer la lutte contre la violence des jeunes peut-il apparaître une bonne chose, mais peut-être ne s’agit-il pas de la poursuite d’une chose qui est bonne. Le récit n’interpelle plus de la même façon si l’on réussit d’une certaine façon à se dégager des dichotomies « moral/immoral », « bien/mal », « juste/injuste », « normal/ pathologique », « adapté/inadapté » lesquelles, on l’a bien vu pour les jeunes, risquent d’ignorer en tant qu’humains les individus qu’elles frappent et parfois risquent de les anéantir. Le récit n’oblige plus de la même façon non plus lorsque fait surface la violence que cette obligation morale tend à dissimuler dans le monde contemporain du jeune.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540